AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]   Ven 27 Mar 2015 - 17:16

GUERRE ET PAI...RHUM
LORSQUE L'AVENIR SE JOUE A COUP DE GODETS


5e ennéade de Barkios



A la lueur de quelques chandelles disposées sur la longue table, Oschide griffonnait quelques mots et idées pour son futur entretien avec le Grand-duc du Médian. Leur accueil plusieurs jours auparavant n’avait pas été des plus fastueux. Le duc du médian et de Langehack se contentèrent d’échanger quelques banalités et courtoisies et ne s’étaient pas revus depuis le banquet du soir. Chacun s’attelaient d’ores et déjà à préparer l’avenir afin de trouver des accords. Oschide avait envoyé son allié missédois s’entretenir avec le Baron d’Agreplaine, mais les Langecins n’avaient pas pour autant désemplis la grande cité. Ses proches conseillers et officiers militaire restaient présents et faisaient des allers-retours entre la résidence des Anoszia et la résidence choisie par le duc du Médian. Il devait encore s’entretenir avec sa cousine, mais celle-ci n’avait toujours pas montré signe de vie, le duc en conclut qu’elle devait être souffrante et ne chercha pas à aller plus loin.

Mais en cette première journée de la quatrième ennéade, c’était une toute autre personne qu’il attendait de pied ferme. On lui avait annoncé quelques jours avant l’arrivée imminente de celui qu’il avait nommé amiral, en remplacement du regretté Rodrik Vellencour. Ce Henri de Montecale avait réussi à tirer profit d’une situation désespérée lorsque l’amiral venait de succomber, et cet homme avait pourtant choisi de poursuivre au lieu de revenir sur ses pas. De ce fait, on lui avait annoncé la prise d’Achid Kamil et même l’établissement d’un fort portant le nom de son épouse, ce qui ne fit que l’enthousiasmer un peu plus. En parfait connaisseur de la mer, ce Montecale avait su attirer l’attention du duc et Oschide se demandait déjà comment il pourrait exploiter au mieux les connaissances et le savoir-faire de son nouvel amiral.

Tandis qu’il mangeait une pomme et buvait quelques gouttes de vin importé de Langecins, on vint lui annoncer l’arrivée de son amiral. Au moment où la porte s’ouvrit, Oschide vit l’homme qu’il avait laissé quelques ennéades plus tôt. Cette fois, le marin semblait avoir les traits tirés comme s’il n’avait plus dormi depuis plusieurs jours.

-Amiral, c’est un plaisir de vous revoir. Asseyez-vous à ma table, mangez et buvez tout ce que vous voulez, votre voyage a dû être épuisant. Le duc se rassit et reprit son verre. J’imagine que vous avez un tas de choses à me raconter, en attendant, je tiens à vous féliciter pour vos exploits qui ne font que confirmer les espoirs que j’ai placés en vous.

Le duc fit signe à un des servants.

-Ramenez nous du Rhum ! Il me semble que mon invité a soif, et moi aussi.

Ainsi, l’un des servants, surement un esclave de son père, vint leur amener la précieuse potion venant tout droit d’estrévent. Sans prendre en compte les protocoles qui voulait que ce soit le duc qui soit servi, Oschide en versa un verre plein pour l’amiral en arborant un bref sourire. En ces temps de tourments, il fallait bien évacuer la pression.
Revenir en haut Aller en bas
Enrico di Montecale
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 424
Âge : 21
Date d'inscription : 10/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]   Sam 28 Mar 2015 - 18:03


La route depuis la côte langecine avait quelque peu épuisé le brave Henri. Son triomphe à Azalie, suivie d'une fête citadine, l'avait fait se retrouver au petit matin dans une position fort fâcheuse. Pataugeant nu dans la mélasse, derrière le manoir du gouverneur, il était apparemment tombé d'une fenêtre ouverte à l'étage. Néera soit louée, il n'avait rien eu. Personne n'avait vu l'incident, mis à part Albano, mort de rire à la vue de son héros de frère en posture si singulière. Une fois lavé et changé, l'amiral de Langehack et sa famille partirent en direction de Tall, cette fois, participant à un banquet donné par le seigneur Guilhem. Encore une fois, le vil flatteur qu'était le Soltaar à la jambe de bois se fit un plaisir de complimenter Marianne de Tall, nièce de Guilhem. Petit à petit, Henri faisait sa cour, usant de son expérience du genre féminin sur cette jeune vierge innocente qui semblait si intéressée par le marin haut en couleur. Mais le banquet passa, et avec lui, le devoir pressant de gagner la capitale.

Passant par le Missédois, les Montecale n'eurent pas vraiment le temps d'admirer les villes et le paysage. Le temps leur était compté, et les ripailles avaient retardé leur voyage vers Diantra. Ils passèrent par Chiard, puis par Missède, prenant la route menant à Esteria. Une fois arrivé là-bas, il n'y avait plus qu'à descendre dans le sud, vers l'immense capitale du Royaume de la Péninsule; Diantra!
Pourtant, lorsqu'Henri et les siens arrivèrent dans la cité, quelque chose les déçut. Après toutes les descriptions qu'on leur avait faites de ce gigantesque centre urbain, franchement, ils s'attendaient à mieux. Diantra était en ruine, saccagée. Elle n'était plus que l'ombre d'elle-même, et de nombreux marauds parcouraient les rues pavées avec un air de miséreux sur le point de crever. Hernán frappa de sa botte le nez d'un manant quêtant la piastre. Il avait toujours détesté les mendiants.

Une fois devant l'édifice palatin, l'amiral regarda sa famille.

"Père, emmenez toute la famille dans mes appartements. Le duc m'attend de pied ferme. Prenez Lazaro avec vous."

Le corbeau regarda d'abord Henri, qui lui désigna un petit perchoir que portait Raúl. L'oiseau s'y dirigea, et becqueta un coup la tête du frère d'Henri. Ce dernier savait bien que Lazaro ne l'aimait pas trop, mais il ne pouvait pas y toucher... Saleté de piaf.
L'homme à la jambe de bois pénétra à l'intérieur du palais, accompagné d'un serviteur pour lui montrer le chemin. Appuyé sur une canne gravée du signe du homard, un nouvel objet qu'il s'était accordé depuis qu'il était gouverneur, l'amiral de Langehack avança dans les couloirs. Comparé au reste de la ville, cet endroit était plutôt bien conservé, et impressionna beaucoup le marin soltaar. Même le palais langecin ne pouvait rivaliser.

Le gus qui l'accompagnait ouvrit une porte au détour d'un couloir. Derrière elle, une salle plutôt grande et abritant du riche mobilier. Au bout d'une longue table, le duc Oschide d'Anoszia se tenait assis, une pomme à la main et du vin à côté de lui. L'altesse ducale accueillit Henri avec un ton plutôt élogieux. Ce dernier rentra dans la salle, marcha jusqu'à son suzerain, et fit la révérence.

"Votre Altesse, c'est une joie de vous rencontrer à nouveau. Je suis fier d'avoir pu représenter les couleurs du Langecin durant cette expédition, et je me ferai un plaisir de vous faire un rapport de la situation telle que je l'ai laissée à mon cher frère."

L'amiral, un peu fatigué, s'assit enfin sur une chaise, posant sa canne contre la table. Le duc semblait avoir soif, car il demanda à ce que l'on apporte du rhum. Ironiquement, Henri pensa à sa jambe de bois, mais ça, c'était une autre histoire. Oschide d'Anoszia lui servit lui-même un verre de ce délicieux breuvage, ce qui fit sourire l'estropié. Il leva son verre à Langehack, puis but avidement le contenu du récipient. Avec le sourire aux lèvres, il dit à son suzerain:

"Par quoi souhaitez-vous commencer, Altesse? Toutes les nouvelles sont bonnes, je vous rassure."
Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]   Mer 8 Avr 2015 - 18:28


La conversation avait bien débuté. Les deux hommes avaient leurs verres de rhum à la main et Oschide avait écouté son amiral amorcer le sujet de la conquête de l’archipel de Nelen. En regardant fixement le Soltaar, Oschide eut des grandes idées à son égard. Finalement, le capitaine avait bel et bien démontré sa fidélité au Langecins, et il pourrait être enfin récompensé. Si la plupart des hommes de son entourage avaient vu en lui un espion où un sudiste arriviste, Oschide avait reconnu en lui toutes les opportunités qu’il lui offrirait. Bien sûr, le duc voulait connaître le récit qu’il avait pourtant déjà pu lire sur une lettre et entendre de la bouche de certains marins revenus de Nelen. Mais à vrai dire, les récits de la bataille en mer et de la surprenante arrivée d’un dragon n’étaient pas la priorité absolue puisqu’il l’avait fait mander pour une raison bien précise.

-Je ne peux que vous faire confiance, amiral car j’imagine que vous ne feriez pas cette tête là si les nouvelles avaient été mauvaises. En réalité, je suis déjà au courant de tout ce qui s’est passé là-bas, mes hommes m’ont rapportés les nouvelles en même temps que votre lettre, ne vous en faites pas. En réalité, seigneur Montecale, j’aimerai aborder avec vous une chose qui pourrait éventuellement vous plaire.

Le duc prit une grosse gorgée de rhum et entreprit de commencer une grappe de raisin. Il avait retrouvé le palais des Anoszia avec toutes les denrées imaginables, comme si d’autres étaient passés avant lui.

-Vous n’êtes pas sans savoir que votre victoire a déjà fait grand bruit dans nos terres. Cet affrontement dans l’Olienne, au large des côtes de Nelen, n’ont fait qu’affirmer une chose : Que le Soltaar pouvait être prise au dépourvu sur son propre terrain. Nous nous rappellerons de ceux qui sont morts, mais nous nous souviendrons surtout de ceux qui ont été victorieux. Il savoura avec bonheur un raisin entre deux gorgées. Le Langecins a besoin d’hommes fort, et vous êtes maintenant un de ceux-là. La notoriété ne s’acquiert pas avec des lettres, mais avec des victoires et vous venez de me l’offrir. Pour cette raison, je souhaite vous récompenser et vous proposer une offre.

Il servit de nouveau du rhum dans le verre de l’amiral.

-Quoi que l’on dise, vous êtes et resterez un Soltaar, et ce, même en changeant votre nom pour le rapprocher du Langecins. Mais bientôt, cela ne sera même plus utile. Après la bataille de Christabel et l’incendie de Diantra, le duc Nimmio a investi les terres royales et y a déposé des garnisons dans les plus importantes cités. La baronnie de Vallancour, à la frontière du Soltaar en fait partie, vous devez connaître n’est-ce pas ?

Oschide adressa un large sourire en direction de son invité.

-Lors de mon entrevue avec le nouveau Grand duc d’Erac, je souhaiterai lui faire part de mon désir de vous voir à la tête de la seigneurie de Béranthe pour envisager la construction d’un grand port qui pourra rivaliser avec celui de notre très cher voisin. Cela vous donnera suffisamment de légitimité pour briguer la place de nouveau grand amiral du Royaume, pour ainsi faire partie du conseil royal. Cent hommes mieux placés que vous et aux compétences certaines pourraient prendre cette place, mais je souhaite vous la donner. Vos compétences de marins expérimentés sont certainement une des raisons, mais je vois en vous celui qui a quitté le Soltaar sans rien, et qui a trouvé une nouvelle chance ailleurs. Vous incarnerez ainsi un modèle de réussite qui pourra inciter des centaines voire des milliers de soltaar à délaisser le royaume fantoche de l’estréventine pour rejoindre un royaume où tout leur sera possible.
 
Par cette manœuvre et placement politique, Oschide espérait marquer un grand coup sur le Soltaar. Il ne restait plus à l’amiral qu’à répondre à sa proposition. Il avait également bon espoir de voir son amiral comme un nouveau seigneur. Ainsi, le Grand duché d’Erac ne serait plus le seul à arborer ce titre.
Revenir en haut Aller en bas
Enrico di Montecale
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 424
Âge : 21
Date d'inscription : 10/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]   Mar 14 Avr 2015 - 17:59


Après avoir bu une gorgée de rhum, Henri se rendit compte que le duc ne souhaitait pas réellement parler de ce qu’il s’était passé sur Nelen, ni de l’avenir proche de ce nouveau théâtre d’opération dans l’Olienne. Il n’aborda d’ailleurs que très largement le sujet, parlant des morts à ne pas oublier, de la nouvelle perspective que cette action avait ouvertes, et bien sûr le coup symbolique porté à cet autre Royaume, celui de Sel, usurpateur vaniteux d’un titre aussi prestigieux. Ce qui retint néanmoins l’attention de l’amiral, ce fut l’éloge que sembla adresser le Dragon à propos de lui. L’homme à la jambe de bois pouvait être facilement amadoué si l’on savait comment titiller l’aiguillon de son ego. Or, le duc de Langehack semblait savoir par quel bout prendre l’animal. Eriger Henri en figure presque héroïque était plutôt plaisant pour celui-ci, et il reprit volontiers du rhum en écoutant, non sans fierté, la proposition de récompense qu’allait lui faire son suzerain.

Lorsque ce dernier annonça les plans auxquels il le destinait, l’amiral du Langecin eut comme une sorte de bouffée de chaleur. Impossible que ce soit le rhum qui lui fasse déjà de l’effet, il n’en avait pas encore pris assez. Non, c’était ce titre qui était sorti de la bouche du duc ; seigneur. Des terres. Un titre. Le fruit d’années à lécher les bottes des puissants et à crever à petit feu sur la mer en furie ! Beaucoup trouveraient cet emballement fort amusant, étant donné la petitesse du titre à l’échelle péninsulaire. Mais pour un parvenu suderon, c’était la chance inespérée. La joie était dure à contenir, et le sourire l’accompagnant ne put s’empêcher de rayonner un instant, avant qu’Henri ne se reprenne et se souvienne à qui il avait affaire.

C’était assez dur de refouler une explosion de félicité. Et même lécher le cul de son verre en l’affonnant ne changea pas son état. Aussi, levant son verre vide, il dit à son suzerain :

"Votre Altesse, vous ne pouvez imaginer à quel point cette proposition peut me réjouir ! En quittant le Soltaar, je n’étais plus qu’une ombre, un homme fini. Et en saisissant cette chance de faire partie de votre marine, je me suis démené comme un diable pour arriver là où j’en suis. Votre récompense… comment dire… Je…"


Le sudiste ne trouvait plus vraiment ses mots, un peu emporté par son excitation. Il se reprit rapidement, continuant :

"C’est une fierté, pour moi et ma famille. J’accepte sans retenue ce cadeau, et soyez assuré de mon indéfectible loyauté à votre égard. Vous m’avez donné plus que ce que j’aurai osé espérer et…"

Tombant de nouveau à court de mots pour décrire sa joie, l’idée la plus commune et la plus simple lui traversa l’esprit à la vitesse de l’éclair. Se servant très vite un verre de ce délicieux rhum, il releva son verre, sourit, et termina ainsi son monologue :

"… et gloire à Langehack !"

Il but son verre d’une traite, sentant encore une fois le liquide lui passer dans la gorge et venir réchauffer son ventre. Faisant claquer sa langue, il regarda pensivement son verre.

"Si je puis dire, votre Altesse… Ce rhum est sacrément bon. D’où vient-il ?"

Une fois les émotions passées, l’atmosphère pouvait se détendre. Henri voulait maintenant savoir où il devrait aller chercher ce rhum qu’il entreposait secrètement dans sa jambe de bois…
Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]   Jeu 23 Avr 2015 - 9:22


Toujours en train de déguster le petit rhum ambré qui tournoyait dans son verre, Oschide savourait une certaine sérénité que lui apportait son nouvel amiral. Cela faisait tellement du bien de pouvoir parler à un sudiste, si loin des us et coutumes langecines. Quoi qu’il fasse, il savait que son duché le prendrait toujours pour un homme du sud. L’arrivée soudaine d’un ancien capitaine soltaar l’avait alors réjoui pour cette raison : Ne plus être le seul et commencer à lier les cultures. Néanmoins, l’orgueil Langecins ne serait pas simple à atténuer, il leur faudrait de longues années pour y parvenir.

Face à l’enthousiasme de son invité, Oschide se mit à sourire et à lever son verre lorsque l’amiral trinqua à la gloire de Langehack. Ils finirent ainsi tous deux leur verre d’une seule gorgée, et pendant que le soltaar lui demandait la provenance du rhum, Oschide en remplissait déjà deux autres. La question le fit doucement sourire.

-Mon père a toujours préféré garder le secret concernant la provenance de ses alcools. Mais nous avons la chance ici de goûter à l’un de ses plus précieux rhum, si ce n’est le meilleur. Voyez cela comme un cadeau de sa part pour votre victoire et votre ascension. Entre gens du sud, nous nous soutenons même dans l’alcool, n’est-ce pas ?

Il laissa s’échapper un rire qui vint animer d’un coup la  pièce. La fatigue des derniers jours l’avait rattrapé et quelques goûtes d’alcool avaient déjà presque eu raison de lui, même s’il n’avait toujours pas donné son dernier mot.  De ce fait, il reprit une grande gorgée, passant ainsi de la dégustation au cul-sec pure et simple d’un ivrogne en devenir. Mais il avait besoin de se détendre, de relâcher la pression. Il n’avait cessé de parcourir la cité en long et en large pour rencontrer les notables. Il avait dû faire en sorte d’apaiser les tensions, de faire des compromis dans tous les sens, et cela l’avait profondément plongé dans une fatigue intense. Mine de rien, il ne s’était peut-être pas totalement remis de son « accident » au siège de Nulhadon…

Saluant une fois de plus son amiral en levant son verre, Oschide entreprit d’ouvrir de nouveau la bouche.

-Vous passerez de l’ombre à la lumière, Enrico. J’ai mis beaucoup d’espoirs en vous, et si nous devons un jour siéger ensemble au conseil du Roi, j’espère que nous pourrons nous faire une entière confiance. En tout cas, vous aurez mon soutient absolu dans toutes vos entreprises, soyez-en assuré. Maintenant, cessons de parler politique, cela va finir par me donner une migraine. Parlons plutôt de vous, j’aimerais mieux vous connaître.
Revenir en haut Aller en bas
Enrico di Montecale
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 424
Âge : 21
Date d'inscription : 10/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]   Mer 29 Avr 2015 - 12:57

Trinquer avec son suzerain. Voilà la meilleure manière de lui rendre hommage, buvant son rhum comme s'il regorgeait de ces barriques dans la pièce. Henri avait toujours été enclin à boire, même avec ses supérieurs, avec lesquels il pouvait se targuer d'avoir des souvenirs mémorables, comme cette fameuse nuit à Boniverdi, où le capitaine Felipe Sacrizi avait rossé un âne à coups de bouteille en prétendant qu'il avait perpétré des actes de piraterie. Déjà les effets de l'alcool ne tarderaient pas à agir pleinement sur l'amiral, alors que le rhum glissait dans sa gorge avec l'aisance de l'habitude. Mais lorsqu'il apprit la provenance du précieux liquide, il faillit en recracher le contenu. La réserve spéciale du comte d'Ydril? Et il étai en train de la déguster? Le rire d'Oschide remplit la salle, rapidement accompagné par celui de l'homme à la jambe de bois. La situation était vraiment peu banale pour Henri, qui se sentait d'habitude écrasé par la supériorité sociale des nobles. Ici, nulle naissance ne venait envenimer ou rendre hypocrite la discussion... L'alcool rend les hommes égaux.

Les affaires courantes semblaient cependant ennuyer l'Anoszia, qui demanda à son amiral soltaar de lui en dire plus sur lui. En temps normal, cette conversation n'aurait jamais eu lieu. Mais avec un petit sourire, Henri se réajusta sur sa chaise, et dit à son suzerain:

"Ha, messire, on peut dire que dans la vie, j'en ai vu des vertes et des pas mûres... J'ai pas toujours été noble, vous savez? J'étais plutôt chez les bourgeois sans droits... Ceux qui ont l'argent, mais pas la naissance. Mais, avec l'aide de mon père, j'ai saisi chaque occasion de gravir un échelon, et j'ai été jusqu'à m'faire couper la jambe pour me faire anoblir!"

Forme d'humour morbide, mais qui fit ricaner l'estropié. Fini de grincer des dents en parlant de cette vieille blessure de guerre. Le genou avait eu le temps de sécher, et les fourmis avaient disparu! Et il vida à nouveau le contenu de son verre, se resservant sans perdre de temps.

"J'ai attiré l’œil de l'Estréventine à un moment... Elle a commencé à me favoriser, et franchement, j'me voyais bien amiral en Soltariel à ce moment-là. Y avait un gros débris à la place, Tibaldo de Martirigi. Jamais vu panse plus énorme. C'était un pic, un roc... que dis-je, un roc, une vraie péninsule!"

Le rire franc d'Henri éclata encore, frappant du poing sur la table.

"Elle voulait que j'le fasse tomber. Une destitution n'aurait pas suffit, il avait pas mal de partisans. Fallait que toute la cour soit avec moi. Du coup, j'ai chapeauté un bon plan. J'voulais qu'on l'accuse d'un coup d'Etat. Et là, paf! Le jour-même où j'annonce que c'est un félon, il avait un coup d'avance sur moi, comme aux échecs! Et j'peux vous dire que les Soltaars n'ont pas beaucoup appréciés... Alors cette sale garce m'a banni, et me voilà ici... En fait, je me demande si c'est pas mieux d'ailleurs!"

L'amiral fit un grand sourire au duc de Langehack, sirotant le contenu de son verre. Sa langue déliée le fit parler à nouveau.

"Mais, vous-même, Altesse, vous avez une histoire sûrement plus riche que la mienne! Vous avez fait une belle campagne en Sgarde! Et puis, cette magnifique idylle avec son Altesse ducale... Vous êtes un homme réussi!"

Henri se gratta la barbe, puis appuya son coude contre la table, et posa sa tête dans le creux de sa main. La discussion entre les deux pompettes pouvait se poursuivre, non sans encore vider quelques verres... voire quelques bouteilles, soyons fous! L'entrevue se déroulait si bien... mieux encore qu'une quelconque réunion diplomatique et économique...
Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]   Dim 10 Mai 2015 - 10:40


Oschide s’amusait des mots de l'amiral. Depuis combien de temps n’avait-il pas ri à gorge déployée pour une raison qui en valait vraiment la peine ? Il n’en savait rien, mais au moins, il tenait un des verres tout prêt à être vidé et il sortit une des pipes de son père, toujours cachée au même endroit depuis toutes ces années. Le vieux bougre n’avait jamais remarqué que son herbe à pipe diminuait à chaque fois que ses deux premiers fils étaient de passage dans la capitale. C’était sans doute le début de la sénilité fallait-il croire. Tout en continuant d’écouter l’amiral, en ne perdant pas une miette de ce parcours rocambolesque, Oschide s’évertuait à insérer un peu d’herbe dans le petit réceptacle. Il prit dès lors l’un des chandeliers posé sur la table et alluma la précieuse denrée venue tout droit d’estrévent. On disait que cette herbe avait des vertus thérapeutiques dans les lointaines contrées, et cela était bien vrai même s’il n’avait jamais eu de soucis de santé à déplorer. Sauf à un moment, il se souvint qu’on en lui avait donné à Langehack pour atténuer la douleur laissée par les cicatrices sur son visage et sur son épaule.

La fumée envahissait la grande salle où trônait toute la puissance des Anoszia. Après quelques minutes de plus, ils pourraient désormais se croire dans une taverne de Thaar, enfin avec beaucoup d’imagination tout de même, l’austérité de la salle n’étant pas simple à ne pas oublier.

C’est ainsi que le duc entendit l’histoire de ce sudiste, avec un peu plus de détails que la fois où celui-ci s’était présenté à Langehack. Son amiral avait donc tenté de briguer ce même titre à Soltariel, mais cela s’était soldé par un monumental échec. Cela le désola un peu lorsqu’il comprit qu’Enrico avait probablement déjanté en passant d’une armada presque invincible à une flottille de plaisance. Sans le vouloir, cette pensée le fit rire comme si ses nerfs avaient lâché d’un seul coup. Une fois que l’amiral termina de parler, Oschide leva une énième fois son verre.

-A la garce estréventine ! Sans qui vous ne seriez probablement pas là si elle avait pu s’imaginer ce que vous lui infligeriez !

Il laissa s’échapper un large rire qui vint animer toute la demeure. Il ne restait plus qu’à espérer que sa sœur ne descende pas pour l’obliger à se taire… Lorsque l’amiral en vint à lui parler de la campagne d’Oesgard, l’ambiance redescendit considérablement. En une seconde seulement, le marin avait réussi à replonger son suzerain dans des souvenirs douloureux. Oschide se ravisa tant bien que mal et proposa à son invité de fumer l’herbe à son tour.

-Toujours à mon père, il collectionne les pipes. Il lui tendit l’instrument.

La campagne de sgardie n’est pas un souvenir particulièrement plaisant si vous voulez tout savoir. Il montra la balafre qui partait de sa joue jusqu’à son front. De toute façon, toutes les guerres laissent des cicatrices. Ensuite, il ne nous reste plus qu’à boire pour oublier et fumer pour s'esclaffer. Heureusement que nous avons les deux maintenant. Mais pour revenir sur vos mots, je dois admettre que ma rencontre avec la duchesse m’a sauvé et empêché de sombrer et foncer tête basse dans la mort pour venger les malheurs qui ont touché ma famille. Si seulement, j’avais pu me trouver moi-même sur le champ de bataille et tenir la lance qui a transpercé le comte. Il m’arrive même parfois d’en rêver à tel point que ma haine reste intacte. Fin bon, j’essaierai de me rattraper avec l’estréventine si je peux et si ses vassaux ne la tuent pas avant moi. Il s’arrêta net dans la discussion, fixant le marin avec une vive attention. Mince, ils s’en débarrasseront surement avant moi !

De nouveau, Oschide se mit à rire sans pouvoir se retenir. Mais en ayant eu cette petite pensée pour le Grand Soltaar, il eut tout d’un coup l’envie pressante de se soulager dans les rosiers de son père.
Revenir en haut Aller en bas
Enrico di Montecale
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 424
Âge : 21
Date d'inscription : 10/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]   Ven 20 Nov 2015 - 13:17

Après une autre levée de verre, Oschide proposa une pipe en bois, finement taillée, à son fidèle amiral. Enrico regarda le détail soigné apporté à la taille, et toutes les fioritures. C’était un ouvrage qui valait sûrement extrêmement cher, et il se doutait que le vieil Anoszia n’aurait pas sciemment laissé un homme comme lui fumer l’herbe avec un objet de sa collection. Mais il était loin, et c’était son suzerain qui le souhaitait. Dans ce cas, pourquoi refuser ? Il attrapa l’instrument. Il était déjà bourré, avec l’herbe tassée à l’intérieur. Consciencieusement, Enrico se servit d’une bougie qui traînait par là pour allumer doucement sa pipe. Après quelques bouffées, il put enfin allumer correctement l’herbe, et inspirer son arôme entêtant. Lorsqu’il expira, un petit nuage de fumée se désagrégea en l’air, flottant un moment comme un fin nuage à demi-opaque.

Le ton avait changé chez Oschide. Il était passé d’une expression rieuse à celle d’une profonde mélancolie. Son amiral ne souhaitait pas vraiment réveiller les mauvais souvenirs, et l’ancien capitaine royal ne semblait pas entièrement guéri de ses mésaventures oësgardiennes. Il n’avait entendu que ce que l’on disait sur celle-ci. Qu’il avait failli être assassiné par un membre de son propre entourage, et qu’il avait passé sa convalescence en Langehack. En y repensant, peut-être était-ce grâce à cela que l’héritier des Anoszia avait pu connaître Méliane de Lancrais ? Peut-être était-ce grâce à ses blessures qu’il était à présent Duc, pour le meilleur et pour le pire ? Enrico ne pouvait pas en dire autant. A chercher l’amour, lui n’avait trouvé que la guerre, la souffrance, et même l’exil. En vérité, Oschide avait plus de chance qu’il ne souhaitait le croire.

Les paroles du souverain langecin commençaient à dériver vers les guerres, et en particulier sur celle des Deux-Dragons. Enrico se remémora soudain la nuit où le Comte, encore éphèbe, avait emprisonné le Régent, alors que Dame Kahina était à sa table. Toute la ville s’était comme réveillée d’un seul coup, et le sang avait coulé, parfois dans l’incompréhension la plus totale. Il était encore sur le bateau à ce moment-là, réglant des affaires dans sa cabine. Il avait vu la masse de petits nobles essayer de monter dans les bateaux. Pris de peur, Enrico n’avait pas laissé monter ces gens sur le pont. Il en avait même poussé un dans l’eau alors qu’il essayait de monter sur le bastingage. Des gens étaient alors venus nettoyer le port, et il avait assisté à la purge du haut de son navire, impassible. Il s’était demandé, cette nuit-là, dans quel camp se trouvait sa suzeraine. Il avait eu peur pour son avenir…

Finalement, Enrico alluma la pipe d’Oschide, qui riait à nouveau aux éclats. Il tendit la bougie, et l’aida à allumer l’instrument. Une fois les premières fumées relâchées, d’autres verres de rhum suivirent. La combinaison des deux était des plus relaxantes, et Henri décida de parler :

« Vous savez, je vous aime bien, messire ! Mais vous devriez penser à voir chaque épreuve passée comme une réussite, et non comme un malheur… Quoi qu’il se soit passé durant la guerre de Sgarde, vous avez survécu, et ça vous a rendu plus fort ! »


Il rit un instant.

« Contrairement à ce que les gens croient, ce n’est pas une vie sans souci qui montre qu’un homme est fort. C’est par ses épreuves et ses problèmes, et sa capacité à les surmonter, qu’on peut entrevoir la véritable force de quelqu’un, sa volonté et son tempérament… »

Il se perdit un peu dans le vague, puis ricana.

« Hoho… Je crois que j’ai un peu bu, ma parole ! »

Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]   Ven 20 Nov 2015 - 13:55


Suite aux déclarations de son amiral, Oschide ne put s'empêcher d'esquisser un large sourire qui vint égayer un peu plus l'ambiance dans la grande salle de réception. Si seulement son père avait pu le voir ainsi. Pas de doute que le vieux dragon l'aurait rappelé à l'ordre en lui demandant de ne pas trinquer avec un homme tel qu'Enrico. Mais à vrai dire, en cet instant présent, il n'en n'avait plus grand chose à faire. La bonne tenue protocolaire attendrait le lendemain, il restait encore quelques bouteilles à vider et de l'herbe à fumer. En parlant d'herbe, justement, Oschide commençait à ressentir une certaine euphorie et l'envie de parler de tout, du moment que ça ne parle pas de politique. Au moment où l'amiral affirma qu'il avait peut être trop bu, Oschide lâcha s'échapper dans l'air un nuage de fumée qui forma un petit cercle.

-Rassurez-vous, amiral, vous n'êtes pas le seul, dit-il en ravalant de la fumée qu'il fit sortir par ses narines. La meilleure alternative à toute cette pagaille serait sûrement de rester saoul pendant une année entière. La gueule de bois serait probablement la plus douloureuse de toute notre vie, mais au moins, nous décuverions notre rhum dans un monde peut-être en paix! Lança-t-il en riant.

Il but cul sec le fond de rhum qui lui restait.

-Ou alors, nous pourrions prendre la mer et partir loin, avec un stock de rhum suffisant pour nous saouler durant tout le voyage bien évidemment. Aux chiottes cette fichue guerre ! Et en parlant de ça, il va falloir que j'y passe, les roses n'attendent pas !

Il se leva avec une certaine maladresse qui le fit tanguer à droite et à gauche. Il prit avec lui l'une des nombreuses bouteilles à moitié pleine qui restaient sur la grande table et s'en alla expulser la royale pisse des Anoszia. Il n'y avait qu'avec elle que les roses poussaient dans ce palais s'était-il laisser croire. Une fois sur la petite terrasse attenante à la grande salle, il baissa son froc et se mit à uriner en secouant bien l'engin pour qu'aucunes gouttes ne salissent ses chausses. Soudain, il tourna la tête vers l'amiral.

-Les étoiles sont magnifiques ce soir !

Une fois bien secouée, Oschide revint dans la grande salle en essayant de garder fière allure.

-Amiral, je connais une taverne non loin d'ici. J'y allais avec mon ami Rhys et son frère dans ma jeunesse pour nous saouler. Je vous propose d'y aller, qu'en dites-vous ? Il nous faudra juste enfiler quelques vêtements plus discrets et ça sera bon !

Au même moment, l'affreuse servante de sa sœur débarqua dans la salle. Il la connaissait depuis sa petite enfance et elle ne se ménageait jamais pour le sermonner, même à son âge actuel.

-Oschide, vous êtes ivre ! Lui lança-t-elle.

-Et vous madame vous êtes laide... mais moi demain, je serai sobre !

Il vit le visage consterné de la servante qu'il ignora complètement et ne perdit pas de temps pour se défaire de toutes ses chaînes et ses habits bien trop riches. Sans attendre, il enfila quelques affaires trouvées ici et là. Une fois habillée, il jeta un regard en direction de l'amiral.

-Alors, vous venez mon bon ami ? N'oubliez pas votre rapière, on ne sait jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guerre et Pai...Rhum ! [Henri(co) Jamb d'boy]
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Diantra-
Sauter vers: