AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Douce revanche... [pv Krish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Jeu 9 Juil 2015 - 14:09

Elle s'attendait à devoir, réagir vite et combattre pour sa vie. Elle avait le cœur qui battait à tout rompre et les muscles tendus à craqués. Mais elle ne vit pas partir le premier coup de Zaarhian. Rapide, précis, décidé, il venait de sauter en avant... sur Guilin.Elle s'attendait à devoir, réagir vite et combattre pour sa vie. Les premiers coups furent échangés. L'archer avait l'air moins à l'aise que le blondinet au corps à corps.

Lorsqu'une goutte de sang toucha le plancher, Krish s'éloigna un peu, récupérant au passage sa ceinture a la quelle elle passa ses deux dagues. Puis tout s'immobilisa. Zaarhian se laissa tomber à genoux près de son adversaire inconscient. Geignant comme une fillette, il refusait de tuer l'homme qui était venu lui faire la peau... Il était bien loin le n'hésite pas avant de frapper.

Enfin... On avait tous ces quelques personnes que l'on hésitait à affronter.. Jusqu'à ce que le temps finisse par les emporter. Et puis elle était encore en vie ! Deux fois en une nuit, cet assassin qu'elle avait même refusé de payer en argent avait choisit d'épargner sa vie. Pour une surprise, c'était une surprise des plus intrigantes !

Elle tira la taie d'un oreiller et la lança au semi-sylvain pour qu'il puisse s'éponger la figure. En quelques pas, elle atteignait la l'entrée de la chambre.

-Veille sur ta belle aux bois dormant, je vais nous trouver quelque chose pour éviter que cela ne se reproduise. Fouille-le. Prend ses armes. Et enroule le dans le tapis en attendant.


La porte se referma dans un chuintement et elle partit d'un bon pas. Elle n'était décidément pas faite pour la guerre. Ce n'était pas sa façon d'honorer les dieux. La sienne impliquait à la fois plus et moins de blessures. Mais surtout, c'était l'attitude d'un homme qui ne lui devait rien qui la surprenait. En général, les gens qui risquaient leur vie avaient une raison de le faire. Que ça soit le devoir, l'envie, la peur, ils y trouvaient leur compte. C'était intrigant. Essayer de comprendre pourquoi semblait pourtant inutile. Chacun avait ses raisons, toujours plus simples que ce qu'on pensait deviner. Raisons souvent inconnues, même de la tête où elles germaient. Anticiper et improviser avait toujours été plus efficace que d'essayer de comprendre.

Forte de ce jemenfoutisme débridé, Krish rameuta tous ceux qu'elle croisait jusqu'à ce qu'on la présente à la femme qui les avaient reçu la veille. Avec moult mauvaise humeur et mauvaise foi, elle se plaignit de l'accueil jusqu'à ce qu'elle soit en tête-à-tête avec la maquerelle. A peine la porte s'était refermé sur le dernier garde qu'elle se fendit d'un nouveau regard assassin.

-Alors. Parlons bien. Trouvez-moi un moyen de transport pour me reconduire, moi et deux autres personnes. La discrétion est de mise.

-Un...

-Un de vos employés a essayé de m’assassiner. Un jeune homme. Hamil. Il serait bon que vous preniez les choses en main.

Cette fois, la matrone resta silencieuse, fronçant les sourcils pour toute réponse. La situation était bien trop en sa défaveur pour qu'elle exige la moindre chose. Avec les preuves suffisantes, la femme devant elle aurait pu exiger sa tête... Et même sans, le gamin n'avait aucune chance d'en réchapper. Mais la Drows tournait déjà les talons.

-Oh ! J'allais oublier ! Il nous faudrait aussi de quoi attacher un homme, ajouta-t-elle avec un grand sourire. Vous devriez bien avoir ça, non ?

Un peu moins d'une dizaine de minutes plus tard, elle poussait a nouveau la porte de la chambre, une chaîne aux maillons épais enroulée sur l'épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Ven 10 Juil 2015 - 1:20

Zaahrian était parfaitement conscient qu’il venait peut-être de perdre en crédibilité devant la drow en refusant de tuer quelqu’un qui avait clairement l’intention de les tuer tous les deux. Voilà, il connaissait Guilin. Il avait vu sa détresse dans ses yeux et senti son hésitation. Oui, il avait tiré une flèche en sa direction le blessant à l’oreille, mais ce n’était pas la première fois que ça arrivait. Alors qu’ils étaient plus jeunes et probablement plus stupides qu’aujourd’hui, ils s’étaient lancé mutuellement des défis pour tester leur courage et leur précision. Généralement, ces défis consistaient tirer des flèches ou lancer des couteux en direction d’une cible vivante. Zaahrian avait lancé des couteaux sur Guilin et ce dernier l’avait également pris pour cible à quelques reprises. Le sang avait coulé plus d’une fois, mais ils portaient tous les deux ces cicatrices avec fierté. C’était la preuve qu’ils étaient des hommes, des vrais! Même dans des circonstances aussi tragiques, ce souvenir arracha un souvenir à Zaahrian. La drow lui demanda de le fouiller et de lui retirer ses armes. Elle n’avait pas besoin de le dire. Il attendit qu’elle soit sortie pour s’occuper de son ami. Il ne trouva rien sur lui à l’exception d’une petite dague dans sa botte. Il n’avait pas d’argent et aucun papier qui pouvait ressembler de près ou de loin à un ordre de mission. C’était possible qu’il ait laissé ses choses quelque part en ville, mais il avait plutôt l’impression que le semi-elfe n’était parti avec rien d’autre que ses vêtements et ses armes.

Le blond humecta la taie d’oreiller avec de l’eau et nettoya le sang sur le visage de Guilin avant même de s’occuper de ses propres blessures. Il travaillait minutieusement et en silence. Il examina la bosse sur sa tête et s’assura qu’il respirait bien avant de l’enrouler dans le tapis. Zaahrian se nettoya ensuite et s’habilla avant de s’assoir sur le sol à côté de Guilin qui dormait toujours.

— Tu sais, de tous les trucs stupides que tu as faits dans ta vie, je crois que tu viens de battre un record d’imbécilité. Je ne sais pas ce qui tu as en tête, mais tu vas devoir te calmer et vite. Sérieusement, demander à un prostitué de me saouler pour tuer la drow? Tu sais, un assassin ne passe pas par un intermédiaire, il fait lui-même le boulot. Il n’y a pas de quoi être fier.

Il soupira longuement.

— Ok, j’ai merdé, t’es content? C’est ce que tu voulais entendre, je crois. J’ai tué Daeron sur un coup de tête. Je n’ai pas pensé aux conséquences. Je n’ai pas pensé que tu aurais probablement toi aussi un tas de monde pas content qu’on l’ait tué de collé aux fesses. Je n’ai pas non plus pensé que tu pouvais aimer cette vie et la stabilité qu’elle offrait. En effet, j’avais un toit sur la tête et un repas sur la table, mais j’en avais assez qu’on me dit quoi faire et comment le faire. Je voulais prendre le contrôle de ma vie. Ce n’est pas facile. J’ai passé des jours en pleine forêt à crever de faim avant d’atteindre Thaar. Ensuite, j’ai volé un mec en pleine rue, mais tu me connais, je ne suis pas toujours le plus discret. Résultat, on doit surement encore me rechercher pour me mettre en prison ou me couper une main. Pour éviter ça, j’ai accepté un contrat où je ne toucherai pas un centime, mais où on m’a promis du luxe jusqu’à ce que je quitte pour la Péninsule. J’attends encore les serviteurs au torse nu et les draps de soie.

Guilin ne l’entendait pas, évidemment. Toujours inconscient, seul le bruit léger de sa respiration se faisait entendre.

— D’accord, on va faire un truc toi et moi. Quand tu vas te réveiller, j’espère que tu auras retrouvé tes esprits. Ensuite, on va se mettre à deux sur ce boulot. On va former cette femme pour se protéger des assassins puis on part ensemble pour la Péninsule. C’est le gros bordel là-bas, on devait se trouver des contrats juteux. Qui sait, on pourrait peut-être se faire une tête couronnée? Tu sais bien que c’est ce qui manque à notre palmarès! Oh oui… Je vois déjà la scène d’ici. Toi qui fais tomber les gardes un a un sous tes flèches alors que je fonce sur le roi pour lui trancher la gorge. L’apothéose de notre carrière. Après ça, on va avoir assez d’argent pour s’acheter un château et avoir une armée de serviteurs à notre service. On faisait souvent ce genre de scénario à une époque. J’imagine que j’ai bien merdé cette fois…

Un autre soupir. Il se demandait vraiment comment il allait désamorcer cette situation. Entre la drow qui allait surement lui demander des comptes et Guilin qui serait surement ivre de colère à son réveil, les choses s’annonçaient vraiment compliquées pour lui. Toutefois, il était clair dans son esprit qu’il n’allait pas laisser Guilin derrière même si pour cela, il devait le porter dans ses bras tout seul. S’il espérait pouvoir arranger les choses avec son ami, Zaahrian restait conscient que c’était possible qu’il en soit incapable. Pour la première fois de sa vie, il était peut-être allé trop loin. À plusieurs reprises, Zaahrian s’était retrouvé dans des situations rocambolesques dont il s’était tiré de façon in extrémiste. Insouciant de nature, il n’en faisait qu’à sa tête. Cette fois, il était peut-être sur le point de perdre ce qu’il avait de plus précieux en ce monde et les regrets n’allaient rien y changer. Il devait se tenir prêt à faire l’impensable : tuer Guilin.

— Soit certain d’une chose, cependant. Si je n’arrive pas à te faire entendre raison, si je ne peux pas te laisser partir sans craindre des représailles de ta part… Je vais te tuer. Je ne veux pas, mais je vais le faire et cette fois, je n’hésiterai pas.

Il tapota le tapis dans lequel son ami était enroulé comme un saucisson. La scène aurait pu être comique dans d’autres circonstances. Au même moment, la drow revenait dans la chambre avec des chaines

— Ça devrait faire… Et je ne veux pas savoir à quoi elles ont servi. Il a une sacrée bosse sur la tête. J’ai cogné fort. Il devrait rester inconscient pendant quelques heures encore. Donc, je t’ai sauvé la vie deux fois en 24 heures. Je pense que je mérite un peu de reconnaissance, tu ne penses pas? Je ne sais pas moi, un bon repas, un « tu es le meilleur Zaahrian » et quelques pièces devraient suffire!

Comment pouvait-il être aussi badin après ce qui venait de se passer? Seul lui le savait…
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Ven 10 Juil 2015 - 22:44

-Ne rêve pas, ce sont les chaînes d'un lustre de l'étage. Par contre, ça, ça n'appartenait pas à un lustre. Ajouta-t-elle en montrant un système métallique semblant permettre d'entraver les poignets ou les chevilles de quelqu'un. Apparemment, tout le reste était pris.

Krish refermait soigneusement la porte avec un sourire. La légèreté de Zaahrian faisait plaisir à voir. Si cette rencontre avait tourner à la tragique et classique histoire des frères ennemis, ça aurait enlevé beaucoup de son intérêt. Sans prêter attention à la seconde partie de la phrase du semi-elfe, elle se laissa tomber a genoux près de lui avec son chargement plein de poésie pour l'aider à attacher solidement leur deuxième potentiel meurtrier du jour.

-Les flatteries et l'argent sont de délicieuses frivolités qu'on ne garde dans sa poche que jusqu'au premier ennui qui passe.

Tourner par-ci. Serrer par-là. Avec l'expertise de Krish et professionnalisme de Zaarhian, contenir Guilin en le saucissonnant n'était pas bien compliqué.

-Le Métal et le Savoir. Voila deux choses qui ne font jamais défaut. D'ailleurs je vérifierai que ta lame n'a pas été endommagée tout à l'heure.

Enfin, le travail était achevé. Krish retira ses mains de la chaîne avec une moue désapprobatrice. Le forgeron qui avait fait cette chose ne méritait même pas le titre d'apprenti. Il n'y avait aucune synergie dans la manière dont les maillons avaient été pliés. En plus d'être grossiers et irréguliers elle avait put remarqué une dizaine de points de faiblesse rien qu'en passant les mains dessus. Elle n'avait même pas envie de le faire sonner ou de le rayer pour en apprendre plus. Encore une Essence qui n'était qu'un déchet... Elle soupira, mais lorsqu'elle se tourna de nouveau vers Zaahrian, son sourie goguenard ne montrait plus aucune trace de sérieux ou de dégoût.

-Enfin... Je suppose que je peux faire un petit effort... Elle ménagea une minuscule pose pour prendre un ton plus posé. Zaahrian, tu es le meilleur, le plus intrigant et le plus intéressant des assassins avec qui j'ai eu l'occasion de passer une nuit.

Durant une seconde, son visage avait pris un air bien plus sérieux. Juste le temps de prononcer cette phrase. La sincérité était-elle feinte ou réelle ? Elle ne se posait même pas la question. A la place, elle se leva et tourna le dos à l'assassin pour s’habiller plus proprement et rassembler ses affaires.

-Bon. Maintenant que ça, c'est fait, et a moins que tu préfères rester ici jusqu'à ce que le reste des gens qui veulent ma peau se décident à venir jeter un coup d'oeil, je te propose d'embarquer dans un voyage fantastique et fabuleux avec ton poids mort. On rentre chez moi.

Elle avait retrouvé son accoutrement de la veille et rattacher ses cheveux, ce qui la vieillissait toujours. Bientôt, ils seraient tranquillement installé dans son palais. Krish fronça soudain les sourcils. Il fallait encore porter le comateux... Et que Zaahrian ne fasse pas d'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Sam 11 Juil 2015 - 12:04

Zaahrian haussa un sourcil en examinant la chaine. Évidemment, il ne s’y connaissait pas autant que la drow et pour lui, elle semblait être tout à fait convenable pour l’usage qu’on voulait en faire. Il était plutôt surpris de sa provenance. Avait-on descendu un lustre juste pour satisfaire sa demande? Il savait cette femme importante, mais pas à ce point.

— Un lustre? Vraiment? Ça ira. L’idée générale c’est d’éviter qu’il soit capable d’utiliser ses mains pour nous tuer lorsqu’il reviendra à lui.

Un sourire apparu sur ses lèvres à la vue du système pour entraver les mains ou les pieds, selon les envies.

— J’ai déjà vu ce genre de chose. Il y a quelques années, quelqu’un avait placé un contrat sur un homme à Baaz’hima. Je m’y rends et, la nuit venue, je me glisse dans sa demeure pour tuer l’homme en question. Il avait des penchants particuliers et c’est le moins que l’on puisse dire. Je l’ai trouvé dans une sorte de donjon improvisé et il n’était pas seul. Un jeune homme était attaché à un mur avec ce genre de mécanisme. Il y avait des cordes et des chaînes partout ainsi que des objets métalliques inidentifiables. Si les deux hommes n’avaient pas été nus, on aurait pu croire que c’était une salle de torture. Je dois l’avouer, j’étais curieux, je suis donc resté un moment caché à observer la scène. J’ai eu du mal à rester sérieux devant cette comédie. Ma cible insultait et frappait son amant avec une cravache alors que l’autre le suppliait d’arrêter, mais c’était évident qu’il ne voulait pas que ça cesse. Au bout d’un moment, le « tortionnaire » a lâché sa cravache pour aller prendre l’autre comme une bête. J’ai décidé que c’était maintenant que je devais entrer en scène. J’ai quitté ma cachette, je lui ai planté mon poignard dans les reins et je suis parti sous les hurlements stridents du second homme. J’imagine qu’on a fini par l’entendre et que quelqu’un est venu le détacher. J’ai tout un tas d’histoires du même genre.

Pendant qu’il racontait son histoire, Zaahrian, avec l’aide de Krish, avait attaché Guilin. Le semi-elfe avait les mains attachées sur le devant et il lui serait impossible de faire quoi que ce soit à son réveil. Son ami avait quand même veillé à ce qu’il soit le plus confortable possible dans sa situation. Malgré sa bonne humeur apparente, Zaahrian était tout de même peiné de le voir dans cet état. Il espérait vraiment pouvoir lui faire entendre raison. L’idée de devoir le tuer le répugnait, mais il se préparait tout de même à cette éventualité. Guilin était aussi obstiné que lui quand il le voulait.

Zaahrian sortit son poignard pour l’examiner. La lame semblait toujours aussi tranchante qu’à l’habitude, mais il n’était pas un expert dans l’art des métaux. Il savait simplement qu’il aimait cette arme et qu’il serait incapable de s’en départir.

— Je ne crois pas qu’elle ait souffert. J’ai ce couteau depuis le début. Toutes mes cibles sont mortes grâce à cette arme, y compris Daeron. D’ailleurs, il est le dernier à y avoir goûté. C’est ironique, car c’est lui-même qui me l’a donné quand je suis officiellement devenu assassin. Certains m’ont offert d’autres armes en cadeau, des objets ouvragés avec des crânes et d’autres ornements glauques du même genre. On m’a même donné un poignard avec, disait-on, des incrustations d’os humains dans le manche. Je ne sais pas pourquoi, mais les gens croient que les assassins sont tous des êtres qui se délectent du sang avec un penchant prononcé pour la mort. Non, je fais mon boulot, mais je profite aussi de la vie. Quoi qu’il en soit, je prône la simplicité quand il est question d’arme.

Il se releva pour rassembler ses affaires ainsi que les armes de Guilin. Il n’était pas question de les laisser derrière. Guilin tenait autant à cet arc que Zaahrian aimait son poignard. Évidemment, on n’allait pas lui mettre dans les mains dès son réveil, mais il pourra les récupérer si la situation s’arrange. La drow n’avait clairement pas l’intention de lui donner de l’argent. Évidemment, ça ne lui plaisait pas. Il eut envie de rétorquer que s’il devait encore jouer les gardes du corps pour elle, qu’il s’en irait avec Guilin et que l’on verra comment elle se débrouillera avec une guilde drow ainsi que les deux meilleurs assassins de Daeron à ses trousses. Toutefois, comme l’avenir de Guilin demeurait incertain, il préféra garder cet argument de poids pour plus tard. Il s’esclaffa plutôt à la petite tirade de Krish et lui répondit avec le même sourire goguenard. Il devait l’admettre, malgré les risques et le manque d’argent, il s’amusait plutôt bien avec elle.

— Meilleur, intrigant et intéressant… Je suis flatté. D’accord, pour une femme, tu es plutôt pas mal et avant toi, je n’avais jamais été aussi près d’une femme nue.

Qu’elle soit sincère ou non, Zaahrian s’en moquait royalement. Elle l’avait dit et c’était suffisant pour flatter l’égo de l’assassin et lui faire oublier ses poches et son estomac vide. Ils étaient donc prêts à partir. Où? Il ne le savait pas, mais c’était clair qu’ils ne pouvaient pas rester plus longtemps. Ils avaient suffisamment attiré l’attention pour que cet endroit supposément sûr ne le soit plus. Zaahrian supposait que Guilin avait agi seul dans un acte désespéré, mais il était toujours possible qu’il soit accompagné par un ou deux autres assassins de la guilde qui refusaient de lâcher le morceau. Tout était possible et il ne voulait pas rester pour le savoir.

— Non, il faut qu’on bouge. J’aurais apprécié un truc à manger avant de partir, mais on ne peut pas s’offrir ce luxe. Je peux t’enseigner à te défendre, mais je préfère éviter les combats. Pour l’instant, je considère que nous avons été chanceux. Guilin, au meilleur de sa forme et vraiment déterminé à tuer, nous serions de la chair froide dans ce lit depuis longtemps. Bon, je vais le porter. Prend son arc et ses flèches, je te suis.

Il se pencha pour soulever Guilin comme une princesse dans ses bras. Bon, ce n’était pas aussi facile qu’il l’avait prévu. S’il n’était pas vraiment lourd, il était surtout grand. Sa tête et ses jambes se mettaient dans le chemin et, à n’en pas douter, il aura peut-être une ou deux bosses de plus à son réveil.

— Au fait, qu’as-tu fait d’Hamil? Tu veux que je m’en occupe?
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Mer 15 Juil 2015 - 9:46

Il n'en faisait peut-être pas un foin, mais Zaahrian était bien plus volubile depuis l'immobilisation de son ancien camarade, ce que Krish nota dans ce petit dossier officieux qu'elle gardait sur les personnes intéressantes. Inutile de demander pourquoi.

Mais même lorsqu'il tentait de combler le silence qui menaçait de le faire replonger dans ses propres pensées, il parvenait à le faire intelligemment. L'histoire de l'homme de Baaz'hima la fit rire à plusieurs reprises.

-Tu as l'air de t'être bien amusé ! Si la vie d'assassin au cœur du Puy avait été aussi excentrique, j'aurai peut-être garder cette voie... Nan. Oublie ce que je viens de dire, ça n'aurait jamais fait le poids.

Dans la Cité d'Elda, les assassins, non content d'être parqués en guildes dont la rigidité morale n'avait d'égale que le nombre de mort durant les premiers jours d’entraînement, étaient entièrement dévoués à leur devoir. Certains de ceux qu'elle avait connu auraient adoré s'afficher avec un couteau contenant de véritables morceaux d'os humains, elfes ou drows. Une hérésie torturant l'harmonie des œuvres de forge et à laquelle elle avait très vite mis fin une fois assez haut placé. Mais en Ithri les mœurs étaient vraiment différentes. Elle ne comprenait pas comment cette société pouvait tenir sur la durée. Tous ces gens n'avaient aucune notion de sacrifice ou de devoir et se pensaient le centre du monde. ... En même temps c'était pour ça qu'elle restait là, elle n'allait pas s'en plaindre.

— Meilleur, intrigant et intéressant… Je suis flatté. D’accord, pour une femme, tu es plutôt pas mal et avant toi, je n’avais jamais été aussi près d’une femme nue.


Elle tiqua un instant, suspendant ses essais pour ajuster les harnais de cuir qui tenaient lieu de fourreau à ses deux lames. Alors il n'avait même jamais essayé... La veille, elle n'avait même pas pensée à aller plus loin. Elle n'avait jamais dormi habillé, quelle que soit l'époque. Quand à son enfance, elle avait du être bien différente de celle des habitants actuels de l'Ithri'Vaan. Malgré tout ce qu'on pouvait en dire une fausse pudeur existait là où les enfants d'Elda avaient plutôt une fausse désinhibitions. Tout comme cette propension des humains à considérer leurs femmes comme inférieures que Krish trouvait hilarante au possible, surtout venant d'un demi-sang aussi étrange que celui qu'elle avait sous la main. Les affres des différences culturelles sans doute...

-C'est vrai que l'éducation des surfaciens est lacunaire sur bien des points. Enfin c'est gentil de reconnaître mon incroyable talent... pour une femme.

Le tirage de langue avait beau ne pas être visible, il n'était pas loin. Ramassant l'arc et les flèches de l'assassin inconscient - dans tous les sens du terme – qu'elle s’apprêtait à ramener chez elle, elle balaya la proposition du blondinet d'un revers de la main.

-Il ne nous posera plus de problème. Allons-y. J'ai hâte de pouvoir manger quelque chose de correcte.

La porte émit un brut sourd en heurtant le mur... Comme le crâne de Guilin. Mais Krish sû tenir sa langue. Se retrouver à porter ce type n'était pas vraiment dans ses plans. Il ne leur fallut que quelques secondes pour sortir de la battisse, sans croiser la moindre personne. Dans le petit matin, une calèche à moitié délabrée les attendait, comme demandé. L'intérieur n'était pas mieux, le propriétaire avait l'air aussi honnête qu'un architecte, mais au moins, ils n'auraient pas à marcher à travers toute la ville avec un corps dans les bras.

En quelques minutes à peine, la carriole branlante s'arrêtait dans une rue bien plus propre et plus large. L'air sec et légèrement parfumé de fleur des quartiers riches prenaient à la gorge au sortir de l'atmosphère poussiéreuse et glauque de l’habitacle. Durant le trajet, Krish n'avait donné que peu d'indication, surveillant l'extérieur pour immobiliser leur transport au bon moment. Maintenant qu'ils posaient pied à terre, ils se retrouvaient face à un immense mur blanc de trois ou quatre étage percé de quelques lucarnes. Une ruelle par rapport à l'avenue qu'ils venaient de quitter.

-Par ici, lança Krish à son comparse après avoir pris une grande inspiration et réajusté l'arc sur son épaule.

Une porte de bois ouvragée de taille plus que respectable était gardé par deux molosses à la peau noire quelques mètres plus loin. Enfin, elle était chez elle !

-Ils sont avec moi.
Laissa-t-elle tombe avant de passer sans s'arrêter entre les gardes qui se plièrent en deux pas réflexe après avoir ouvert la porte.

La fraîcheur de la pierre se referma sur Krish. Deux petits couloirs plus loin, ils quittaient l'aile des domestique pour enfin entré dans la véritable Palais. Les couloirs larges, la qualité des tapis et des pierres de construction, les plafond hauts,  les immenses fenêtres donnant sur  un jardin luxuriant, tout respirait la richesse. De nombreuses œuvre d'art ornaient les murs et, plus inhabituel, des œuvres et des pièces de mobilier étaient entièrement faits en métal de couleurs changeantes. La décoration, assez loin des standards de Thaar avait quelque chose de plus ciselée, flamboyant, venant du style d'Elda.

-Bienvenue dans mon humble demeure ! Si tu veux un coup de main pour porter ton... amis ? ou quoi que ce soit d'autre, n'hésite pas à demander ou à te servir.

Mais cela faisait des années que la maîtresse des lieux n'y faisaient plus attention. De pièce en pièce, elle ne voyait plus non plus les esclaves portant collier et chevillères qui se pliaient en deux sur son chemin et reprenaient leur travail une seconde plus tard. La seule fois où elle avait poser les yeux sur l'un d'eux, ça avait été pour lui donner de brèves instructions.

-Va chercher Wik. Qu'il trouve un valet pour notre invité. Un coin confortable pour son ami. Et servez le déjeuné. Avec des trucs locaux pour une fois. Salon Ouest.


Elle s'immobilisa un instant en se tournant vers Zaahrian.

-A moins que tu préfères t'en occuper toi même ?


Dernière édition par Krish Al'Serat le Lun 28 Déc 2015 - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Ven 17 Juil 2015 - 0:05

On choisit rarement d’être un assassin. Généralement, on est choisi pour le devenir, contre notre volonté ou non. L’assassin est façonné dès le plus jeune âge pour en faire une arme parfaite. Il ne doit pas réfléchir, il doit obéir. Dès qu’il commence à questionner ses actes, il devient inutile; il devient dangereux. C’est justement ce qui était arrivé à Zaahrian. Voué très jeune à cette vie sanglante, il était devenu le meilleur assassin de son groupe. Il remplissait ses contrats avec assiduité et efficacité jusqu’à ce que quelque chose tourne mal. Ce bouleversement avait pris la forme d’un jeune homme tout à fait banal et fort sympathique, mais qui avait la malchance d’avoir un contrat sur sa tête. Zaahrian devait le tuer, mais s’étant un peu trop rapproché de lui, il avait soudainement refusé de le faire. De par sa nature impulsive, l’escalade fut instantanée. En quelques jours à peine, le chef de la guilde était mort et il avait arraché sa liberté au prix d’un énorme sacrifice. Ce sacrifice était justement enchainé et inconscient dans ses bras, mais avant de dire qu’il l’avait définitivement perdu, il allait essayer de le rescaper.

— Ne soit pas vexé. Je dis simplement ça, car les femmes que j’ai eues dans ma vie étaient soit terrifiantes et profondément instables, soit sans la moindre volonté au point d’en devenir inintéressantes. Tu es la première que je ne peux pas vraiment classer dans ces catégories. Peut-être peux-tu être terrifiante, mais j’ai compris depuis longtemps que tu n’es pas vraiment une menace directe pour moi. Au fond, tu m’aimes bien et c’est normal. C’est généralement l’effet que je fais aux autres!

Zaahrian la gratifia d’un clin d’œil. Il savait très bien qu’au combat, il avait largement l’avantage sur elle. Toutefois, elle n’était pas sans ressource et il avait appris à ne jamais sous-estimer quelqu’un. Krish devait avoir à sa disposition tout un entourage prêt à répondre à ses moindres désirs y compris s’il s’agissait de tuer un semi-elfe un peu trop imbu de sa personne. Il s’apprêtait à pénétrer dans son univers et à en apprendre un peu plus sur cette mystérieuse femme amoureuse du métal. Il aura donc une meilleure idée de la personne qu’il devait protéger, mais aussi des ressources à sa disposition. S’il pouvait décharger une partie de la responsabilité sur des gens déjà présents dans son entourage, c’était ça de gagner.

Il était encore tôt et la ville était paisible. Une calèche les attendait devant l’entrée. L’engin avait visiblement connu des jours meilleurs, à une époque où Zaahrian devait être encore un enfant. Celui qui l’avait fabriqué avait largement laissé tomber le côté esthétique pour se concentrer sur le côté pratique. On aurait dit une boîte carrée faite avec des planches, percé d’une porte et muni de quatre roues. Zaahrian s’exclama avant de pousser Guilin à l’intérieur.

— Discret, sans aucun doute, mais dans tes demandes, tu auras dû spécifier : qui ne risque pas de s’écrouler sous notre poids.

La banquette craqua quand la Drow monta à l’intérieur, mais contrairement à ce qu’avait imaginé Zaahrian, le plancher ne céda pas sous le poids combiné de trois personnes. Le voyage se passa en silence. L’assassin concentra son attention sur Guilin, ne levant qu’à l’occasion les yeux sur le monde extérieur pour enregistrer quelques détails ici et là. C’est l’habitude d’un assassin : toujours savoir où il se trouve. Malheureusement pour lui, comme il ne connaissait pas si bien la vie, il perdit rapidement ses quelques repères. La voiture s’immobilisa au bout de quelques minutes à la demande de la Drow qui en sortit aussitôt en demandant à Zaahrian de la suivre.

— Oui, un instant! Ce n’est pas toi qui traines Guilin, visiblement.

Le blond cala son ami contre son épaule et suivit Krish. La grande porte d’entrée était gardée par deux impressionnants spécimens drows à la musculature surdéveloppée. Leur simple présence devait avoir un important effet dissuasif. Même Zaahrian était impressionné. Ils longèrent deux couloirs avant d’arriver au cœur même de la demeure. Ce n’était pas une simple maison, mais un véritable palais dans lesquels la drow exhibait sans retenue sa richesse et son goût particulier pour le fer.

— Hey bien… Peux-tu me rappeler ce que tu fais dans la vie?

Il devait admettre qu’il avait rarement vu de maisons aussi riches dans sa vie. En même temps, c’est la première fois qu’il porte vraiment attention à ce qu’il voit. Lorsqu’il entre dans une maison pour tuer quelqu’un, il ne va pas s’arrêter sur les goûts en matière de décoration de ses victimes. Cette femme devait être très puissante pour se permettre un tel luxe.

— Là-dessus, je t’arrête tout de suite. Guilin est mon ami. Il est comme un frère. Nous avons grandi ensemble. Plutôt, nous avons survécu ensemble. Devenir assassin n’est pas une partie de plaisir, pas dans l’esprit de Daeron. À ces nouvelles recrues, il imposait tout un tas de tests pour pousser nos capacités au maximum. Le moindre échec était synonyme de mort. Sans Guilin, je serai mort et sans moi, Guilin serait mort. On forme la paire parfaite. Il couvre mes arrières pendant que moi je fais le sale boulot. Il n’y a pas meilleur archer que lui. Évidemment, sa spécialisation fait en sorte qu’il ne peut que tuer à distance. Il sait comment utiliser un couteau, mais ce n’est pas sa force. Toutefois, si tu veux marquer un grand coup en tuant quelqu’un sur une place publique, c’est ton homme. Tu as surement entendu parler de quelques personnages importants qui ont été tués d’une flèche en plein jour au milieu d’une foule. C’était lui. Enfin, c’était probablement lui. Nous ne sommes pas les seuls assassins dans le coin.

Évidemment, toute grande maison est accompagnée par son lot d’esclave et cette demeure ne faisait pas exception à la règle. Ils étaient combien? Plusieurs dizaines sans doute à s’occuper des tâches inhérentes à l’entretien. Krish ne les voyait pas, mais Zaahrian les voyait. Hommes et femmes portant collier et chevillier, s’aplatissant sur le plancher au passage de Krish. C’était tous des humains sauf pour quelques exceptions où l’on devinait un lointain parent elfique. Non, il ne se laissait pas émouvoir. Il avait trop de choses en tête pour se laisser toucher par ce genre de chose. C’est la dure réalité de ce monde.

— Oui, j’aimerais bien m’assurer qu’il soit confortablement installé et assigner quelqu’un pour le surveiller. Quelqu’un qui viendra m’avertir dès qu’il ouvrira les yeux. Après le repas, je vais examiner la demeure. Les gens se croient toujours en sécurité dans leur maison, mais ils ont généralement tort. C’est tellement facile de grimper à une fenêtre et de se glisser dans une pièce sans se faire remarquer. On surveille les portes, mais personne ne pense à surveiller les fenêtres!
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Ven 17 Juil 2015 - 13:38

Krish avait été plus pressée de rentrer chez elle qu'elle ne l'aurait cru de prime abord. Traîner en chemin n'avait rien d'intéressant lorsqu'on était déjà accompagnée d'un colis encombrant... Et d'un homme inconscient. Enfin... A peine étaient-ils passés par l'entrée des domestiques qu'elle sourit à la remarque presque inutile de Zaahrian.

-Difficile de te le rappeler puisque je ne te l'ai jamais dit. Enfin on ne peut pas toujours se contenter de chariots branlants.

Et hop ! Une question éludée. Elle reviendrait sur le tapis, comme d'autres, mais pas avant une bonne collation. Mais les coups d’œil attentif de l'assassin égaillèrent la maîtresse des lieux. L'effet était réussit. Les grand espaces des pièces diurnes étaient conçues avant tout pour l'apparat. A quoi bon recevoir si ce n'était pas pour en mettre plein la vue ? Mais ses vrais cartiers, étaient assez différents. Deux étage au dessus de la surface, trois dessous. Avec la profondeur, le style se rapprochait trait pour trait de celui du Puy. Les même systèmes d'éclairages et de miroir y étaient installés. Et pour une raison qui n'appartenait qu'à lui, Wik se gardait d'affecter les esclaves de sang sombre aux pièces les plus exposées, ajoutant à cette différence d’ambiance.

Tout en se déplaçant à grand pas, elle avait tenté de proposer quelques petites choses à son hôte histoire de le mettre à l'aise... Mais cela semblait marcher assez moyennement. Dénouant une bonne fois pour toute ses cheveux blancs, elle soupira devant le début de diatribe du semi, mais enfin... Soit elle avait perdu la main, soit il venait de vendre les forces et les faiblesse de celui sur qui il semblait veiller farouchement.

-Tu sais... Je me suis déjà demandé si tu réfléchissais avant de parler.


C'était dit sans condescendance ni mépris. C'était plus un sourire mi consterné mi amusé qui animait encore les traits de la forgeronne.

-Ne t'en fait pas, on va le mettre aux petits oignons ton... Guilin, c'est ça ? Guilin ? Oui. On peut même faire venir un rebouteux, un herboriste ou ce que tu veux... sauf un prêtre. Mais je me demande comment tu comptes t'y prendre une fois qu'il sera réveillé. S'il a toutes les qualités et tous les défauts que tu lui donne, tu risque d'avoir du fil à retordre, quelque soit l'obscure histoire qui vous concerne.


La curiosité n'était pas vraiment parmi les défauts de Krish quand ça ne concernait pas son Art... et qu'elle n'était pas prise d'une soudaine avidité de savoir. Les détails du passé des autres pouvait constitué de charmantes histoires à raconter entre deux godets, mais cela n'avait, quoi que les gens pensent, que peu s’impacte sur les événements à venir. Les grandes lignes suffisaient amplement a profiter de l'action.

-... C’est tellement facile de grimper à une fenêtre et de se glisser dans une pièce sans se faire remarquer. On surveille les portes, mais personne ne pense à surveiller les fenêtres!

-Leçon numéro 2 : les assassins aiment grimper partout. Je m'en souviendrai de celle-là.

Il fallait bien que la première leçon qu'elle avait reçue serve a quelque chose.

-Par contre si tu veux être sûr que ton parfait archer ne s'enfuit pas et qu'il ne soit pas déranger, j'ai quelques chambres juste au-dessus de la mienne qui devrait convenir...

Congédiant simplement l'esclave qu'elle avait interpellé d'un geste de la main, elle prit le chemin des étages inférieur de façon plus tranquille. Rien ne pressait après tout.

-Si on m'avait dit que je proposerai un lit douillet a quelqu'un qui est employé pour me tuer sans avoir dans l'idée d'en finir... reprit-elle a mi-voix. Enfin...

A l'étage inférieur, des lucarne trop petites pour laisser entrer ou sortir quelqu'un étaient encore percées en haut des murs mais la plupart de la lumière était déjà créé artificiellement. Calquant son pas sur l'avancé laborieuse de Zaahrian, Krish allait enfin pousser la porte d'une chambre lorsqu'une fine silhouette l'interpella de loin. Une femme gainée dans une armure en métal sombre, sèche comme un coup de trique... et armée jusqu'aux dents. Sans parlé de ses oreilles très effilées, sa peau grisâtre et de ses yeux verts qui en disait long sur ses origines.

-Altesse. Vous...

L'hybride s'arrêta en relevant la tête, laissant aussi voir dans la foulée qu'elle ne portait pas de collier. Ses yeux clairs  firent rapidement le tour de Zaahrian et de celui qu'il portait, notant leur armes, leurs protections, leur musculature. En tout cas vu leur allure, ils n'étaient pas parmi les grosses huiles devant les-quelles elle devait se tenir plus bas que terre.

-Un problème ?
-Une question plutôt. Au sujet du dernier gars que vous m'avez refilé. Mais ça peut attendre...
-ça tombe bien alors, tu vas pouvoir m'être utile ! Zaahrian, je te présente Widryn, ma responsable de la sécurité et chef de ma garde personnelle. Et en passant, voilà ton domaine.

La porte de la chambre céda. Une salle confortable et de taille respectable, agrémentée d'une arche recouverte de voilages ouvrant sur une salle d'eau. La base... Krish s'écarta pour laisser le semi-sylvain faire à sa guise.

-Widryn, je compte sur toi pour surveiller l'inconscient et envoyer quelqu'un me prévenir dès qu'il ouvre les yeux. Pour l'instant on le laisse là.

-Je vois.
-Lu'lor p'luin lil yinvezz loktriam. Ajouta-t-elle a mi-voix en posant la main sur l'épaule de la guerrière, comme elle aurait ajouté un dicton complice. Et interdiction de l'achever, même s'il se montre violent.

Krish discerna sans peine la tension sur les traits de son employée. Elle n'aimait pas avoir à gérer ce genres de situations imprévues... Mais c'était pour ça qu'elle était payée ! Reportant son attention sur Zaahrian, elle le regarda s'affairer, ne pensant pas un instant à lui donner un coup de main.  Voir les même personne dans des bouges et chez elle était assez peu courant.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Dim 19 Juil 2015 - 18:36

Krish évita la question avec toute l’habileté de quelqu’un qui désirait ne pas trop en dévoiler pour l’instant. Évidemment, le petit manège fit sourire Zaahrian. Elle ne voulait peut-être pas lui révéler la vérité, mais les images sont nettement plus éloquentes que les mots dans certaines situations. Il fallait être complètement idiot pour ne pas comprendre qu’elle occupait un rang élevé. L’assassin jugea que c’était le moment idéal pour lui partager ses petites observations.

— Déjà la maison me donne une bonne indication de ta fortune. L’omniprésence de fer me laisse croire que tu aimes beaucoup ce matériel. Tu m’as demandé plus tôt si je voulais que tu examines ma lame. Conclusion, tu travailles toi-même le fer. Toutefois, le seul fait d’être forgeronne ne peut pas t’avoir rendu aussi riche. J’estime donc que tu n’es pas seulement une forgeronne, mais que tes activités sont nettement plus importantes. Le commerce, peut-être? Le commerce pourrait expliquer la richesse et te permettrait aussi d’avoir accès aux meilleurs matériaux pour tes activités de forgeronne tout en écoulant les produits finis. Ensuite, le nombre d’esclaves et la façon dont les gardes se sont pliées en deux lorsque nous sommes arrivés sont, à mes yeux, indicateurs d’un rang élevé. Enfin, ça ou tu imposes un véritable régime de terreur dans ta maison. Alors, à quel point ai-je raison?

Zaahrian était loin d’être un idiot, mais il laissait les gens croire le contraire pour tourner ça à son avantage. On le sous-estimait beaucoup trop facilement, ce qui lui permettait de faire ce qu’il voulait et frapper au moment où on s’y attendait le moins. Les gens étaient toujours très surpris quand Zaahrian leur mettait sous leur nez leur propre stupidité. Généralement, on le ne le sous-estimait qu’une seule fois. Ceux qui n’en mourraient pas en gardaient un souvenir assez vif pour ne pas commettre deux fois la même erreur.

— Oh, je réfléchis beaucoup plus que tu peux le croire. Les gens qui me sous-estiment ont tendance à le regretter ensuite.

Ponctuée par un clin d’œil de la part de l’assassin, la dernière phrase n’était qu’une simple remarque, mais elle pouvait quand même passer pour un avertissement. Évidemment, la drow avait raison de poser des questions. Il était en train de transporter un assassin qui avait menacé de les tuer tous les deux au cœur même de sa maison.

— Sincèrement, je n’en ai pas la moindre idée! Je vais attendre qu’il ouvre les yeux, qu’il gueule un peu et ensuite, j’aviserai. Il marqua une pause avant d’ajouter. J’ai bien quelque chose en tête, mais tu vas trouver ça incroyablement stupide. Tu sais, les situations désespérées requièrent des mesures désespérées et je n’ai pas l’intention de tuer Guilin sans avoir tout fait pour le ramener à la raison. Faudra me faire confiance là-dessus et faire exactement ce que je dirai. Pour l’instant, il dort comme un ours et il commence à être vraiment lourd.

Zaahrian réajusta la charge dans ses bras en grognant d’effort. Si Guilin pouvait s’aider un peu aussi… Mais non, il dormait toujours profondément sans se douter un seul instant qu’il se trouvait dans la maison même de la personne qu’il cherchait à tuer. Le blond était certain que son ami allait mal réagir à son réveil lorsqu’il réalisera qu’il était attaché, mais Zaahrian ne pouvait pas prendre de chance. De toute façon, si les choses se déroulent normalement, il sera détaché rapidement. Restait à savoir si lui, il allait rester en vie.

— Peu importe. Tant que je peux l’installer quelque part et que ce soit confortable.

Il rit.

— La vie est délicieusement imprévisible, tu ne trouves pas? Je suis presque certain qu’il n’a pas vraiment l’intention de te tuer. Sa colère est dirigée contre moi. C’est moi qui devrais avoir peur. Toi, tu n’as qu’à admirer le spectacle.

Leur périple se continua dans les couloirs de la maison. Ce n’était pas simplement un manoir, c’était un véritable château. Plus il en voyait, pour le grade mystère de Krish prenait de l’importance. Finalement, le mystère fut éclairci tout à fait par hasard par une jeune femme d’apparence menue, mais armée jusqu’à la dent qui interpella la Drow.

— Altesse!?

Le mot glissa sur sa langue comme du miel tandis qu’un intense sentiment de satisfaction l’envahit. Un sourire victorieux apparu sur le visage de l’assassin qui en oublia un instant la charge qu’il portait dans ses bras.

— Altesse… répéta-t-il comme si c’était la chose la plus agréable à dire. Ahahah, qui l’aurait cru!? Je suis absolument génial!

Ils étaient arrivés à la chambre qui lui était réservée. Il avait imaginé quelque chose d’un peu plus luxueux sachant le danger dans lequel il se mettait en travaillant pour Krish, mais ça allait faire l’affaire. Sincèrement, tant qu’il pouvait déposer Guilin dans un coin, il n’allait pas s’en plaindre. D’ailleurs, il n’attendit pas plus longtemps et déposa l’archer dans le lit en prenant soin de bien placer sa tête sur l’oreiller de plume. Il étira ensuite ses bras et fit rouler ses épaules tout en regardant la jeune femme dénommée Widryn. Krish était déjà parti non sans avoir invité Zaahrian à venir la rejoindre un peu plus tard pour manger.

— Ça ne doit pas être de tout repos comme boulot. En vingt-quatre heures, il y a eu deux tentatives d’assassinat sur sa personne. Techniquement parlant, les deux fois viennent de la même source, mais quand même.

— Quelle source?

D’un geste de la tête, Zaahrian désigna Guilin.

— Ce n’est pas pour le plaisir que je l’ai assommé avant de l’enchaîner.

— On ne devrait pas le tuer?


— Tu as entendu ta maitresse? Lève un doigt sur sa personne et ce sera la dernière chose que tu feras dans cette vie. Je ne rigole pas. Si quelque chose doit se passer, je m’en occuperai personnellement. Disons que Guilin est un cas particulier. C’est mon problème et tant qu’il sera attaché, il n’en causera pas d’autres.

Zaahrian était tantôt menaçant et la seconde d’après, joueur et taquin. Il pouvait être difficile de le suivre dans ses réflexions pour quelqu’un qui le rencontrait à peine. Il fit le tour de la pièce d’un pas désinvolte, admirant la décoration et s’arrêtant sur quelques détails ayant capté son attention.

— Toi et moi, on travaille pour la même personne. Elle m’a engagé pour la former à se défendre contre des assassins. Je suis moi-même un assassin, je pense donc être suffisamment qualifié pour le boulot. Je vais avoir besoin de ta collaboration. Les gardes à la porte ne seront pas suffisants. Je vais faire le tour du palais pour identifier les points sensibles : les fenêtres faciles d’accès, les entrées dérobées… ce genre de chose. Tu pourras ensuite assigner des gens pour surveiller tout ça. En plus des entraînements personnels, on devrait la garder en vie encore quelques années jusqu’à ce qu’elle décide de mettre encore une guilde d’assassin en colère. Donc… Questions? Commentaires?

Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Lun 20 Juil 2015 - 0:13

Décidément, Zaahrian valait le détour. Même 24 heures après leur rencontre, une nuit dans le même lit sans que rien ne se passe, une brève perte d'intérêt à cause de sa sensiblerie, deux tentatives d'assassinat et un prisonnier elfe, il était toujours aussi intéressant ! En fait, les éléments sus-cités devaient même y être pour beaucoup. Cela faisait des semaines qu'elle n'avait pas été aussi intensément occupée !

-A quel point tu as raison... Je pratique l'Art de la forge. Ça c'est bon. Les gens de la ville me considèrent comme une personne importante à cause de mon poids dans les affaires Thaaries, ça c'est bon aussi. Pour le commerce... Techniquement, c'est ça. Même si je n'aime pas plus que ça qu'on me considère comme une Marchande. J'ai toujours l'impression de vendre des casseroles à la crié avec ce mot... Quand aux esclaves, si tu veux, amuse-toi à leur demander. Mais j'ai toujours pensé qu'un objet brisé ne sert à rien. Par contre, pour les gardes, c'est surtout leur chef qu'ils craignent... Heureusement que je suis dans ses petits papiers,
fini-t-elle enfin avec un sourire.

Visiblement, son innocente réplique sur le côté étourdit dont l'assassin pouvait faire preuve avait fait mouche.

-Oui... Et c'est par ce que tu réfléchis toujours que d'anciens commanditaires t'ont retrouvé pour un simple vol à la sauvette et que ton meilleur ami a essayé de te tuer... Mais ne t'en fait pas, je ne sous-estime jamais personne. Question de survie.

La pique était basse, mais après tout, elle ne faisait pas de mal face à une gentille menace entre ami. Un prêté pour un rendu comme on disait. par contre l'explication de son plan la laissa plutôt perplexe. Elle n'était pas vraiment du genre a accomplir des plans à l'aveugle. Surtout quand ce n'était pas elle qui menait le plan ! Sans compté qu'à plusieurs reprises, le très bon et très réfléchi Zaahrian s'était montré plutôt... Irréfléchi.

-On en reparlera en temps voulu de ton planmais je ne suis jamais des ordres dont je ne connais pas la raison. Par principe.

Elle avait appuyé sur le mot ''plan'' comme sur une chose étrange et inconnue munie d'un nombre d'yeux et de tentacules encore à déterminer. Mais elle ne doutait pas de pouvoir récupérer le premier rôle dans cette danse. Mais le moment de victoire de l'assassin vint assez vite avec l'arrivée de Widryn. Elle n'hésita d'ailleurs pas à envoyer une moue boudeuse dans la direction de sa garde du corps.

-Et zut. Bon très bien. Krish Al'Serat. Ou GriffeArgent pour le milieu. Initiée d'Isten. Maîtresse des Forges d'Elda. Créatrice de l'ol'vholk des drows. Fondatrice et détentrice principale de la Corporation d'Argent et Princesse de Thaar. A ton service mon ami.

Elle accompagna sa déclaration grandiloquente d'une révérence encore plus exagérée. Ce titre était aussi long que sa vie elle-même... les zones d'ombre en moins.

-Si tu trouves le titre trop court, je ne te donnerai pas tort, mais il faut croire qu'ajouter : meilleure chaudronnière de Naëlis pendant 10ans et plus longue gueule de bois drow de l'histoire n'était pas assez glorieux.

Elle serait bien restée pour le regarder s'échiner à transporter son ami encore un peu, mais elle avait deux trois consigne de son jeune mentor à mettre en œuvre. Aussi s'excusa-t-elle pompeusement pour vaquer à ses affaires, non sans avoir échangé un dernier regard entendu avec Widryn.

Cette dernière avait d'ailleurs une folle envie de vérifier si ses armes étaient accessibles facilement. Sachant d'instinct que cela ne servirait à rien de faire semblant, elle fit coulisser deux de ses dague et l'épée bâtarde qu'elle avait à la hanche dans leur fourreau avant de s'approcher de quelques pas du sang-mêlé qui venait de l’interpeller... Et serra les dents. Pas de tout repos, ça c'était clair. Mais il y trouvait son compte bien plus que la plupart des capitaines de garde. Les escapades de la Vieille lui faisaient des vacances puisqu'elle avait ordre de ne pas s'occuper d'elle sauf ordre contraire. Et puis elle en devait toujours une à son employeur... Alors au lieu de prendre frontalement le petit nouveau, valait mieux essayer de comprendre ce qu'il fichait ici précisément et pourquoi la Vieille le confiait, lui et son copain à ses douces mains d'hybride. Y aller étape par étape.


— Quelle source?

Cette fois, la patronne avait l'air de s'être fait de nouveaux amis... Deux tentatives de meurtre, mettons. Deux dans la même nuit : qu'elle y survive en dehors de sa surveillance était presque vexant. Deux dans la même nuit venant d'un type que celui sous la protection de qui elle semblait s'être baladée transportait comme une princesse... Elle avait presque l'impression de devoir filer une part de sa paye à cet enfoiré... Et c'était franchement pas agréable. Ce qui l'aurait été en revanche, ça aurait été de se faire la main sur un danger potentiel... Ou au moins d'apprendre pourquoi il était encore en vie. La soif de sang ne faisaient pas ( toujours ) tout.

— On ne devrait pas le tuer?

La simple question entraîna une chute de réponses non sollicités. Depuis le début de sa collaboration avec Krish, elle avait un peu perdu l'habitude de ce genre de réactions... Mais c'était pas plus mal ! Enfin jusqu'à la menace à peine voilée.

Une longue dague forgée dans un seule bloque de métal noir se planta dans l'oreiller à un souffle de la tête du prisonnier inconscient.

-Premièrement Krish n'est pas ma Maîtresse. Deuxièmement je ne supporte pas les menaces. Troisièmement tu n'iras nulle part sans être escorté. A part ça, fait ce qu'il te chante. Je ferai ce que tu demandes si je trouve tes observations pertinentes.

Elle n'aurait plus jamais de maître. Le dernier avait bien trop mal finit pour qu'on essaie de lui imposer ça de nouveau.

-Et je sais de qui je tien mes ordres. Tant que tu n'essaie pas de m'entourlouper, personne ne touchera à un seul de ses cheveux. Par contre, toi,tu  ferais bien de montrer un peu plus de respect pour la Patronne.


Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Jeu 23 Juil 2015 - 21:07

Évidemment, Krish avait raison, mais Zaahrian n’allait certainement pas l’admettre aussi facilement. Il ne réfléchissait pas toujours avant d’agir. Il était même très impulsif dans son genre ce qui pouvait être aussi dangereux pour lui que pour les autres. Émotif à ses heures, il pouvait avoir de sérieux cas de conscience comme le démontrait ce qu’il avait fait pour Guilin, mais aussi pour Djamel avant lui.

— On ne peut pas toujours tout prévoir, non?

Comme tous les princes marchands qui se respectent, Krish avait un titre à rallonges dont la moitié servait seulement à faire jolie. La révérence le fit glousser de rire et il décida de l’imiter à son tour en se faisant le plus galant possible.

— En toute sincérité, c’est le titre de la plus longue gueule de bois qui m’intéresse le plus. Si l’on s’en sort vivant, je t’invite à boire un coup. Je te raconterai tous les détails croustillants que je connais sur les gens de la région. Plus il y aura de l’alcool, plus ce sera croustillant.

Naturellement, ce sera à Krish de faire la part de vérité à travers tout ça, Zaahrian ayant légèrement tendance à l’exagération, surtout si c’était pour ce donner le bon rôle. Guilin héritait toujours de la mauvaise part, même si c’était généralement lui qui s’en sortait brillamment dans la réalité alors que Zaahrian se dépêtrait dans les ennuis. Ça n’avait pas que de mauvais côtés. Il était devenu un expert dans l’art de se sortir vivant des situations les plus improbables.

Bon, la drow était partie, laissant l’assassin avec la sang-mêlé. Il ne fallut que quelques instants à Zaahrian pour comprendre que cette fille avait un sens de l’humour nettement moins développé que son employeur. En fait, elle lui était même profondément antipathique. En règle générale, lorsque l’assassin décidait qu’il n’aimait pas une personne, ça finissait rarement bien pour elle, surtout si elle décidait d’ignorer ses mises en garde. Le couteau se ficha dans l’oreiller tout juste à côté de la tête de son ami. Le corps de Zaahrian se tendit comme s’il s’apprêtait à bondir. Il s’était déjà battu une fois aujourd’hui et il était prêt à le faire à nouveau si ça pouvait remettre cette femme à sa place. Il n’aimait pas que les gens le prennent de haut. Il n’avait pas d’argent dans les poches et rien de plus que les vêtements qu’il avait sur le dos ainsi qu’un petit sac de toile contenant quelques effets personnels, mais il avait les aptitudes. Formé depuis l’enfance, il était entraîné à tuer. Elle pouvait peut-être se penser importante à cause de son poste à la sécurité, mais aux yeux de Zaahrian, elle était au même niveau que tout le monde et il pouvait tout aussi bien décider de l’éliminer si elle représentait une nuisance dans sa tentative de remplir son rôle de protecteur auprès de Krish.

— Maîtresse, chef, employeur… peu importe. Le fait est que tu travailles pour elle, tout comme moi. Elle est venue me chercher, car elle avait besoin de mon expertise en tant qu’assassin.

Zaahrian prit bien soin d’appuyer sur le dernier mot tout en la regardant dans les yeux. Si elle ne comprenait pas le message, c’est qu’elle était plus bête qu’il ne le croyait.

— Guilin est également un assassin. Mieux que ça, nous avons été élevés ensemble dans la même guilde pour être envoyés un peu partout à travers l’Ithri’Vaan pour tuer des gens. Un léger différend a compliqué les choses. J’ai décidé de tuer le chef de notre guilde, détruisant du même coup ladite guilde et, visiblement, il a du mal à l’accepter. Ce n’est pas grave! Si j’arrive à le convaincre de s’associer avec moi de nouveau, celui ou celle qui voudra se mettre au travers de notre route n’aura plus qu’à faire sa prière!

Il s’exprimait sur un ton jovial, mais son regard était tranchant. Zaahrian prit la dague plantée dans l’oreiller et la lança vers la guerrière qui passa près de son visage pour aller se planter dans un montant de bois derrière. Il devait l’avoir mise en colère, mais il s’en moquait. Pour l’instant, il était celui qui tenait le gros bout du bâton. Si Krish l’avait engagé à son service, c’est qu’elle devait penser la jeune femme pas assez compétente pour la tâche à confier.

— Tu n’es pas la seule à pouvoir jouer à ce petit jeu. Ensuite, pour ce qui est du respect envers la Patronne, on se lance mutuellement des pointes depuis le début de cette histoire et elle ne m’a jamais pris la tête pour ça. Donc, tant que ça ne viendra pas d’elle directement, je fais ce que je veux.

C’était aussi simple que ça. Zaahrian fit donc le tour de la pièce pour examiner les petits conforts qu’elle offrait. Il avait bien envie de se laver avant d’aller manger. Son dernier bain remontait à deux ou trois jours déjà et avant de puer comme un rat mort, il devait se laver. Ses vêtements avaient aussi besoin d’être rafraichis, mais ça, un esclave pourra peut-être s’en occuper. Il commença donc à se déshabiller sans se soucier de la présence ou non de la guerrière. Ce n’est que lorsqu’il fut torse nu qu’il se retourna vers elle pour lui demander.

— Rends-moi service s’il te plaît et trouve-moi un ou deux esclaves pour me préparer un bain et nettoyer mes vêtements. Tu veux que je traite avec respect la patronne et je pense que de ne pas sentir la charogne serait un bon début.

Bon, il était peut-être un peu plus collaboratif qu’il prétendait l’être… Juste un peu…
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Sam 25 Juil 2015 - 16:31

Cet homme était plus embêtant que ce qu'elle avait pensé de prime abord. Il n'avait jamais été esclave, se pensait supérieur à tous rien qu'au vu de sa profession. Insouciant, grande gueule, prétentieux. Super... Elle aurait préféré se couper un bras plutôt que de travailler avec lui mais puisqu'il était embaucher par la Vieille...

Elle le regarda sans bouger pendant qu'il faisait son petit discours intimidant. Lorsqu'il lança le couteau, elle s'écarta pour le voir passer sans se rendre compte qu'il ne l'aurait de toute façon pas touché. Grande gueule mais réactif. Elle alla déloger son arme et fronça les sourcils. Le trou dans la décoration murale était plutôt du genre... visible.

-Prie tes dieux si ça te chante. Moi je préfère surveiller moi-même mes arrières.

La vieille n'avait pas tort lorsqu'elle lui avait intimé de ne pas perdre le blondinet de vue. Il n'était pas des plus discrets mais il avait l'air compétent. Et qui dit compétence, dit dangerosité. Surtout pour quelqu'un d'aussi émotionnellement instable. Tant que cette étrange histoire avec l'homme inconscient ne serait pas finit, mieux valait le considérer comme un potentiel ennemi.

Pourtant, et s'était peut-être le plus étonnant dans ses réponses, il avait l'air de montrer un attachement, ou du moins une sorte de respect étrange à l'employeuse de l'hybride... Et se montrait tout à fait à son aise en faisant le tour du propriétaire.

Bon... Une menace pour une menace. Il était cerné par les hommes du palais et dans une aile qui ne comportait aucune fenêtre et une seule sortie : les escaliers. Une trêve était sans doute la meilleur façon d... MAIS ?!

Son visage commençant doucement à foncer, Wydrin se retourna d'un bloque, exposant son dos sans aucun état d'âme à l'homme qu'elle venait de provoqué assez violemment. Tant qu'il n'approcherait pas, elle n'avait aucune raison de se retourner !

-Bon sang ! Qu'est-ce que tu fais ?! Cracha-t-elle sans un regard en arrière.

La réponse n'étais pas stupide, loin de là. Mais n'avait-il vraiment aucune pudeur ?! Allez... Hauts les cœurs. Un peu de collaboration ne pouvait pas faire de mal... Sans un mot et prenant toujours garde au moindre son, la main sur le pommeau d'une dague, elle ouvrit la porte à la volée.

-ROTH !

Il fallu un second appel et quelques instants pour que deux drow et une semi-elfe, deux femmes et un homme portant collier et chevillère, s'empressent à la porte. Tous trois étaient habillés très sobrement mais avec des étoffes de qualités et s'inclinèrent profondément devant l'hybride.

-Jusqu'à ce que l'Intendant s'occupe de ce cas, vous vous occuperez de cet homme. Bain. Huile. Prévenez mes gars que le déjeuner n'aura pas lieu tout de suite. Et trouvez lui des vêtements à sa taille en attendant que les siens soient lavés. Il ne parle pas sombre.

Pendant que les esclaves s'affairaient au service de leur Maître temporaire, la guerrière marcha jusqu'à un fauteuil pour le tiré du côté de la porte en prenant bien garde de ne pas couler un seul regard vers ce stupide assassin. Si elle devait patienter pendant qu'il faisait mumuse dans un bain, autant s'installer un peu plus correctement.

-Voila. Tu seras tout à ton aise, assassin. Reste plus qu'à espérer que la Patronne n'en est pas déjà à l'apéro, sinon elle mangera sans toi.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Dim 26 Juil 2015 - 13:09

Si Zaahrian semblait débordant de confiance au point d’en paraître prétentieux et hautain, c’est qu’il n’avait pas le choix de l’être. S’il commençait à douter de ces propres décisions et à démontrer de l’inquiétude, on allait certainement se poser des questions à son sujet et peut-être même remettre son statut de professionnel en question. Il agissait ainsi pour cacher sa propre insécurité et il avait raison de l’être. Après tout, il était dans la demeure d’une princesse marchande Drow entourée d’une garde armée jusqu’aux dents et prêt à tout pour la défendre. Inutile de spécifier que c’était tous des monstres de muscles et d’acier face auxquelles Zaahrian faisait pâle figure. Dans le lit, son meilleur ami était enchaîné, inconscient et plus susceptible de vouloir arracher la tête de Zaahrian plutôt que de coopérer avec lui. Donc, si l’assassin fanfaronnait, c’était pour garder le contrôle et gagner un peu de temps. Il savait très bien qu’il marchait sur une très mince ligne et qu’il serait inévitablement confronté à des décisions qu’il ne voulait pas prendre.

Heureusement, ce n’était pas sans espoir. Il y avait toujours une chance pour que Guilin entende raison. De plus, Zaahrian venait enfin de trouver le point faible de la « jesuisbêtecommemespieds » guerrière. Il avait simplement enlevé ses bottes et sa tunique, mais elle s’était retournée, sous le choc, comme si elle l’avait surpris dans son plus simple appareil. Elle lui demanda même sur un ton cassant ce qu’il était en train de faire.

— Je me déshabille. Répondit-il sur le ton de l’évidence même. Je n’ai pas l’intention de prendre mon bain avec mes vêtements sur le dos. Ça risque d’abimer le cuir. De plus, je ne vois pas où est le problème. J’ai vu ta maitresse complètement nue et je n’ai pas crié au scandale. En toute sincérité, je ne crois pas que j’ai à avoir honte.

Sur ce, le pantalon tomba sur ses chevilles et Zaahrian se retrouvait aussi nu que le jour de sa naissance. Non, il n’avait pas à se cacher. Il n’avait évidemment pas la même musculature que les drows, mais il n’y avait pas une once de gras sur ce corps. Il n’était pas adapté pour les combats au corps à corps, mais plutôt pour la rapidité et la discrétion. Il était musclé, mais pas gonflé. Il était suffisamment fort pour se soulever seulement par la force de ses bras et ses jambes étaient assez puissantes pour lui donner une bonne impulsion pour sauter haut sans avoir à prendre un élan.

— On a le temps. Puis, si elle n’est pas contente, elle n’aura qu’à venir me chercher en me tirant par l’oreille.

On lui trouva des esclaves pour s’occuper de lui. La semi-elfe ne semblait pas désapprouver le spectacle qu’offrait Zaahrian, mais les drows restaient totalement indifférents. Le bain fut préparé et on lui trouva de nouveaux vêtements. Ce devait être des vêtements d’esclaves, car ils semblaient être faits de la même étoffe. L’assassin n’en fut pas surpris. Il n’avait pas la carrure pour porter les vêtements de gardes, mais quand même. Il se demanda si ce n’était pas un message qu’on essayait de lui faire passer.

Zaahrian laissa de côté toutes ses inquiétudes pour savourer ce bain et les bons traitements qu’on lui accordait. Des mains expertes s’occupaient de lui et, visiblement, l’une des esclaves semblait apprécier la tâche qu’on lui avait confiée.

— Attention les mains baladeuses… Souffla l’assassin sur un ton de demi-reproche. L’esclave gloussa de rire et posa ses mains sur un endroit plus approprié. Zaahrian pouvait comprendre qu’il était difficile de résister à la tentation, mais un peu de retenu, tout de même!

Tout le processus s’étira sur une heure, environ. L’assassin était à présent habillé avec ses nouveaux vêtements temporaires. Ils lui allaient bien, mais ils n’étaient pas adaptés à l’entraînement ni au combat, mais plutôt pour faire jolie. On avait attaché les cheveux humides du semi-elfe, mettant ainsi en valeur son visage osseux et dévoilant ses oreilles. Il gardait toujours ses cheveux détachés sauf lorsqu’il était en mission. Pour quelqu’un qui n’était pas trop regardant, il passait facilement pour un elfe. Toutefois, lorsqu’on voyait ses oreilles, on réalisait vite qu’elles n’étaient pas aussi pointues que celles des sangs purs. Il était même méconnaissable de cette façon.

— Bon, tu peux te retourner maintenant. Je suis présentable à nouveau. C’est l’heure d’aller manger! Tu me conduis? À ton avis, quelles sont les probabilités que Krish ne soit pas contente?
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Mer 29 Juil 2015 - 15:39

La désinvolture de l'assassin, ou plutôt l'image de la Vieille arrivant dans le plus simple appareil pour le tirer par l'oreille jusqu'à la table du déjeuné sonnait tellement juste qu'elle lui arracha presque quelque éclats de rire à la garde. Une fois n'est pas coutume après tout !

-Méfie toi, elle en serait capable.


Par contre elle se serait bien passé du reste. Assise dos à la baignoire, cela ne l’empêchait pas d'entendre certains commentaires. Il avait fallut qu'elle tombe sur une esclave qui n'avait pas encore été mise au parfum de la maison... Remarque, ce n'était pas comme si elle n'avait jamais vu d'homme nu ou profité de pareilles frivolités. Mais maintenant qu'elle n'en avait plus l'obligation, elle s'en passait très bien !

Pour s'occuper, elle feuilletait un roman laissé là pour les inviter. Ce fut long... Très long. Près d'une heure. Peut-être plus. Un serviteur était déjà passé deux fois pour savoir où en était l'invité. Serviteur qu'elle avait renvoyé avec des explications plus que laconiques.

Lorsqu'enfin il lui annonça qu'il avait fini, elle prit le temps de finir sa phrase et se leva.

-Aucune. Si elle avait été agacée par ton retard, elle serait venue s'en plaindre en personne, tu l'as dit toi même. Allons y.


En le voyant passé vers la sortie, elle leva un sourcil d'étonnement. Il était méconnaissable. Autant visuellement qu'olfactivement...




Enfin seule et chez elle !

En quittant Zaahrian, Krish n'avait pas perdu une minute avant de se défaire de ses vêtements communs et de filer à la forge. Il lui faudrait plus de quelques heures pour réaliser un vrai travail, mais elle avait besoin de se ressourcer un peu.  

La chaleur des fourneaux, le froid de ses bassins de trempage, le son si particulier de son alliage d'argent, elle était de retour chez elle. Dans son temple personnel.

Une heure et quelques plus tard, après un bain rapide et des huiles, elle mettait la touche finale avant d'aller se mettre quelque chose sous la dent. Ce qu'elle voyait dans le miroir était plutôt à son goût. Une simple toge rouge retenue par une attache argent qui coulait juste entre ses seins pour remonter jusqu'à son cou et s'y enrouler plusieurs fois comme une petite carapace souple. Les coups de marteau visibles et le trempage rapide donnait une apparence brute et brillante à la fois.  Ce tour de cou, plus ses armes d'apparat en demi-cercle,  plus les innombrables chaînettes et boucles qui ornaient de nouveau ses oreilles lui donnaient un air bien plus apprêté que la veille.

Lorsque Wik en personne vint insisté pour la troisième fois sur l'heure du repas, il eu l'honneur de lui servir de compagnon sur le chemin. Enfin c'était plus parce qu'elle avait quelque point à mettre sur des i que par besoin de compagnie. Trois esclaves avaient semblait-il déjà été mis au service de leur hôte, la nouvelle de l'arrivée de leurs deux invités – et les précautions d'usages qui allaient avec – s'était répandue dans tout le palais et il rappela même à sa maîtresse que la plus grande chambre d’apparat du dernier étage étaient libre faute d'invité.

-Très bien. Il ne te reste donc plus qu'une chose à faire Wik. T'assurer de ne jamais te retrouver seul avec l'un ou l'autre de nos hôtes.
-Vous craignez pour leur loyauté?
-Non Wik, ce n'est pas d'eux dont j'ai appris à me méfier.
-... Bien Maîtresse.

Un échange bien banal qui ne décocha même pas un sourire à l'Intendant. Ça aurait été faire bien trop plaisir à sa propriétaire.

Et comme il l'avait deviné, elle était évidement en retard. Un jeune homme blond accompagné de Wydrin toujours aussi droite, était déjà en train de s'installer. Au moins il n'avait peut-être pas attendu trop longtemps.

-Alors ? Tu étais pressé à ce point de mesurer la véracité de mes promesses ? Tu sais que je n'ai pas eu le temps de choisir ni de faire huiler les esclaves mis à ton service du coup.

A peine étaient-ils arrivés dans le petit salon dont les immenses arches recouvertes de couleurs vives donnaient sur le jardin, que l'Intendant s'inclina pour s'en retourner... Mais c'était sans compter sur l'humeur de Krish. Malgré la présence d'un serviteur préposé au service, elle le fit asseoir sur les nombreux coussins colorés qui bordaient la banquette ou elle venait de s'étendre à demi, comme du temps où il était encore enfant.

Sur la table basse centrale, des plats de toutes sortes étaient disposés mais d'autres gourmandises chaudes arriveraient sans aucun doute par la suite. De nombreux plats de viandes à l'Eldéenne, extrêmement épicés pour la plupart, mais également des nourritures plus Thaaries. Les gens avaient bien fait leur devoir.

-Enfin un repas correcte ! Je te déconseilles quand même les plats à ta droite si tu n'es pas habitué au piment. J'ai déjà vu quelques personnes se mettre à cracher du sang.

En relevant le nez vers son hôte après avoir pris une lampée du verre dans lequel Wik venait de tremper ses lèvres par sécurité, elle fronça les sourcils et jeta un regard lourd à Wydrin. Très bien il pouvait se montrer agaçant, mais quand même... Même Wik ne portait plus ce genre de choses depuis des décennies alors qu'il portait toujours un fer à la cheville.

-Dit moi que tu as choisi tes vêtements, et je t'offre le collier qui va avec... Si tu veux en changer, on devrait pouvoir te trouver autre chose.


La remarque était entendue. Prononcée sur un ton ironique, le reproche qui pesait sur celui ou, plus vraisemblablement, celle qui avait laissé faire n'en était pas moins facile à deviner... surtout qu'en on connaissait le dame depuis plus de quelques minutes.
Par contre on ne pouvait nier qu'il s'était fait tout beau, tout propre, tout coiffé... Et que ça le changeait bien plus que des vêtements de ville. Il semblait plus... civilisé.

-Mais je te préférais ce matin, ajouta-t-elle comme une confidence enjouée. D'ailleurs on m'a aussi rappelé que la chambre d'invité du dernier étage est libre. Appartements princiers. Grand lit. Grande fenêtres. Terrasse. Entrée et sortie facile. Ça conviendra peut-être mieux à quelqu'un comme toi qu'une chambre à ombragée et silencieuse.

Elle n'était pas pressée, même menacer de mort. Après quelques siècles, on s'habituait à vivre avec une épée de Damoclès au dessus de la tête. Un peu de badinage n'avait jamais fait de mal à personne.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Sam 1 Aoû 2015 - 1:58

Zaahrian ne doutait pas un seul instant qu’elle en était capable. En vérité, il s’attendait à la voir débouler dans la chambre, irritée que le semi-elfe la fasse attendre alors qu’elle se mourrait de faim. Malheureusement, la drow ne vint pas. Elle devait sans doute avoir beaucoup à faire après avoir quitté sa demeure pendant quelques jours, malgré la présence de quelques responsables pour veiller sur les lieux. L’assassin pouvait aussi comprendre l’urgence de vouloir rentrer à la maison pour simplement retrouver son petit confort personnel. Même Zaahrian qui n’avait jamais rien eu d’autre qu’une petite chambre miteuse meublée très pauvrement aimait s’y retrouver, car c’était justement sa chambre à lui. Il ne doutait pas qu’une nuit passée dans un bordel miteux à dormir dans un lit grouillant de vermines était loin de rencontrer le standard auquel cette femme devait être habitué, mais l’assassin avait vu pire. De plus, ça faisait une bonne histoire à raconter autour d’un feu avec une bière à la main. Zaahrian était déjà en train d’en travailler les détails pour le moment où il retrouvera un auditoire attentif lors d’une virée dans une quelconque taverne. Évidemment, il trouvera le moyen de se donner une fois encore le bon rôle, même si jusqu’à présent, il ne s’en était pas trop mal sortie.

L’étonnement de la garde n’échappa pas à Zaahrian lorsqu’elle le vit lavé huilé et changé. Il faut dire que cette femme avait fait preuve d’un stoïcisme à toute épreuve sauf lorsqu’il avait commencé à se déshabiller et qu’elle avait pris des airs de jeune pucelle effarouchée au plus grand plaisir de l’assassin. Elle n’était pas la seule à réagir de cette façon en le voyant. Alors qu’ils étaient en chemin vers le salon où prendrait place le repas, tous ceux qui croisaient leur chemin arboraient cette même expression stupéfaite. Il n’était plus certain si c’était dû à son indéniable charme naturel ou si quelque chose clochait dans son apparence. Pourtant, il était plutôt bien mis et il était certain qu’il n’avait pas l’air si crasseux à son arrivée. Il s’interrogeait encore lorsqu’ils arrivèrent enfin au lieu de rendez-vous. Krish n’était pas encore arrivée, mais elle ne tarda pas à faire son apparition. Elle s’était également changée, mais elle n’avait pas perdu son sens de l’humour entre temps.

— Il n’est certainement pas trop tard pour les sélectionner et les envoyer à mes appartements. Je suis même prêt à me sacrifier en t’assistant dans cette terrible tâche pour m’assurer que les spécimens choisis soient à ma convenance. De plus, je ne sais pas pour combien de temps je serais ici, mais j’imagine que j’aurais l’occasion de prendre plus d’un bain.

Un grand sourire apparu sur son visage. Krish savait ce qu’il sous-entendait, mais pour tous les autres témoins de cet échange, ils ne devaient absolument rien comprendre. Zaahrian admira un peu la décoration. Les coussins de cette pièce donnaient envie de s’y vautrer allégrement, mais il devait se tenir. C’était tellement difficile d’avoir de bonnes manières lorsque l’on est habitué à en faire qu’à notre tête. Il avait eu une éducation très libérale pendant les premières années de sa vie et les restrictions de la vie d’assassin ne l’avaient que très peu affecté. En réalité, ce n’était pas le courroux de Krish qu’il craignait, mais celui de Wydrin qui avait retrouvé son côté imperturbable. Elle prenait les choses beaucoup trop au sérieux et ça finira certainement par la tuer.

Une abondance de plats leur fut présentée. Ils avaient tous l’air très appétissants et Zaahrian était impatient d’y gouter, mais quand Krish le mit en garde contre ceux particulièrement épicés, il haussa un sourcil d’un air dubitatif.

— Vraiment?


Curieux, il s’approcha de l’un des dits plats pour le humer prudemment. Il fut submergé par l’arôme riche des épices qui lui firent monter l’eau à la bouche. Zaahrian devinait qu’il devait être bien relevé, mais certainement pas comme le disait la drow. Donc, il décida d’y goûter. C’était plus fort que lui, il devait défier la mise en garde. Toutefois, comme il n’était pas stupide à ce point, au lieu de prendre une grosse bouchée, il se contenta d’un petit morceau. Une petite voix dans sa tête lui disait que la drow était peut-être très sérieuse. Zaahrian commença donc à mastiquer la bouchée et l’effet fut aussi violent qu’immédiat. Peu importe ce qu’il y avait dans ce plat, ce n’était pas de la nourriture, mais des braises ardentes qui meurtrissaient les chairs sensibles de sa bouche. Fier comme un paon, il se força à avaler et le feu descendit dans sa gorge jusqu’à son estomac. En même temps, les larmes coulaient sur ses joues comme s’il pleurait à chaude larme. Zaahrian se frappa à quelques reprises la poitrine dans l’espoir vain de faire passer la toux qui le secouait. Il lui fallut une bonne minute après avoir avalé pour être capable de parler à peu près normalement.

— Comment faites-vous pour avaler un truc pareil? Qu’est-ce qui cause ça, un piment?

Il toussa encore avant de pointer un doigt menaçant en direction Wydrin.

— Toi, je t’interdis de rire… et ça vaut aussi pour toi. Alors qu’il s’adressait cette fois à la drow.

Un esclave lui servit du vin et Zaahrian vida la coupe d’un trait, apaisant ainsi le feu.

— Peu importe ce qui fait ça… Cette chose, je pourrais m’en servir comme une arme. Il suffirait de moudre très finement et le lancer au visage de quelqu’un. À ce stade, je n’appelle pas ça épicé, mais empoisonné!

Lorsque la question de son habillement fut soulevée et Zaahrian comprit enfin l’origine de cette stupeur dans le visage de tous ceux qu’il croisait. Il fronça les sourcils et regarda Wydrin avant de répondre simplement sur un ton tout aussi badin que celui employé par la drow.

— L’assassin échevelé, en sueur et gainé de cuir… Comment y résister? Non, je n’ai rien choisi et je me pense victime d’une mauvaise blague, une sorte de vengeance après avoir osé me déshabiller devant les yeux chastes et purs d’une jeune dame ici présente. Avoir su, j’aurais fait preuve d’un peu plus de pudeur! Si tu as quelque chose d’autre à me proposer en termes de vêtement, je suis preneur. De toute façon, nous avons une formation à continuer et, moi-même, je dois bouger un peu pour ne pas perdre la main. Comme je l’ai dit à Wydrin, je dois examiner les lieux et ces vêtements ne feront pas. Ils ont été conçus pour faire jolis. Si je bouge un peu, ils vont déchirer et je risque de froisser à nouveau sa pudeur.

Zaahrian savait tellement qu’il jouait avec le feu, mais il continuait quand même. Il savait qu’elle devait être en train de bouillir intérieurement, mais l’assassin s’amusait comme un petit fou en parlant de tout et de rien avec la drow avec la même complicité que des amis d’enfance. Il s’attaqua aux plats un peu plus normaux et ils étaient effectivement délicieux. Ils étaient épicés, mais pas autant que les autres. Ils ne risquaient pas de le tuer, au moins.

— Nettement meilleur que la nourriture de ce bordel, quoique j’ai plutôt apprécié notre nuit ensemble. Deux tentatives d’assassinat dans la même nuit, c’est excitant.
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Sam 1 Aoû 2015 - 20:13

L'idée de choisir lui-même les esclaves qui s'occuperaient de lui pendant les jours à venir semblait ravir l'assassin au plus haut point. Assez pour faire fit des mises en garde de la drow. Nan… ça c'était juste dans sa nature, elle en aurait mis sa tête à trancher.

Enfin s'il avait envie de goûter à la cuisine traditionnelle du Puy, ce n'était certainement pas elle qui allait l'en empêcher. Il était peut-être plus habitué au piment que la plupart des surfaciens. Coutume oblige, elle se tordit sur son sofa pour attraper un morceau de viande dans le plat même où Zaahrian venait de plonger malgré ses avertissements parfaitement sérieux. Elle le porta a ses lèvres sans avoir exigé de Wik qu'il ne le goûte avant. C'était elle l'hôte et si son invité devait être empoisonné, cela ne devait être que sur son ordre.

Les épices et le piment enflammèrent ses lèvres, sa langue, puis son palais avant même qu'elle ne commence à mâcher. Et bien… Le blondinet avait tiré le gros lot. Malgré le goût prononcé de deux ou trois épices, le goût et la force du Jak’nir ne pouvait pas se rater. Pas l'un des plats les plus relevés, heureusement le Jak'nir avait sans doute été bouilli, mais quand même. Elle profita des saveurs quelques instants avant de déglutir.

Et maintenant, elle en avait la preuve : l'assassin n'avait aucunement l'habitude du piment. Les larmes débordaient de ses yeux sans qu'il puisse y faire quoi que ce soit et son visage passait régulièrement du blanc au rouge entre deux quintes de toux. On s'empressa de lui servir du vin – Et non une autre boisson drow, par le plus grand miracle – et l'esclave compatissant lui apporta même un bon morceau de pain plâtreux pour absorber un peu le piment. Krish échangea un regard avec Wyrdin, debout dans l'angle de la pièce. L'hybride était au bord de la crise de rire alors que Wik se contentait de resservir sa maîtresse d'une épaisse boisson rouge à la forte odeur d'amande. La drow n'essaya même pas de se retenir lorsque Zaahrian réussit à articuler une phrase intelligible. Elle éclata de rire.

— Toi, je t’interdis de rire… et ça vaut aussi pour toi.

Si la protestation sembla aider Wydrin à se ressaisir, elle était bien inutile pour l'autre.

-Merci de m'offrir une occasion splendide et justifiée de te dire : Je te l'avais dis !

Bon. Il n'était pas sur le sol en train de vomir ses tripes. Il ne crachait pas du sang en toussant. Il avait l'air de plutôt bien se remettre. Tout ce qu'il risquait à présent, c'étaient de violentes crampes abdominales s'il ne supportait pas le produit. Atrocement douloureuses mais loin d'être graves. Elle n'aurait donc pas à faire disparaître deux corps pour le prix d'un – Offre réellement possible en s'adressant aux bonne personnes.

-Au cas où ça t'intéresse, c'est du Jak'nir. Et tu as à moitié raison. La pointe de ce piment n'a presque aucun goût. Une seule est assez toxique pour en finir avec tout un régiment de cavalerie. L'armée en a vraiment fait les frais. Cavaliers et montures. Par contre je pense pas que quelqu'un ai déjà essayé de s'en servir en poudre… Tu peux noter l'idée Wydrin.


La garde leva les yeux au ciel comme si c'était l'idée la plus absurde qu'elle ait put entendre… Mais ce ne fut rien comparé à son expression lorsque Zaahrian parla des yeux chastes d'une jeune dame. Si elle parvint à se contenir. La deuxième couche en fin de tirade fut encore plus dure à avaler compte tenu du regard qu'elle venait d'essuyé de la part de son employeur. Ça se réglerait entre quatre yeux...

Krish nota mentalement les faits mais n'ajouta rien. Des mots pour des mots. Des actes pour des actes. Tant que cela ne passait pas au combat direct en sa présence ou ne provoquait pas de gros dégâts matériels, elle n'avait rien à dire à l'un ou à l'autre. Elle s'amusa bien plus qu'elle ne s'inquiétait des piques – volontaires ou involontaires ? – l'assassin lançait. En cas de mort, le survivant lui devrait de toute façon une fière chandelle. Puis les piques changèrent de cible.

-Cette nuit était certes très excitante mais ce n'est pas franchement la vision que j'ai de passer une nuit avec quelqu'un. Faudra qu'on se refasse ça a l'occasion.

Et il avait raison, le repas était bien meilleur ! Enfin c'était pas vraiment un établissement de gastronomie fine qu'ils avaient cherché là veille et le bordel avait très bien remplit son devoir.

-D'ailleurs, en parlant de séduisant assassin gainés de cuir qui passent leur nuit dans des bordels, et si on parlait un peu plus sérieusement de ton ami Guilin.


Ce n'était pas franchement une question, mais loin d'être un ordre non plus. A vrai dire, après avoir récupéré son assassin et lui avoir donner une chambre on pouvait difficilement faire autre chose qu'être intriguée… et excitée par ce qui risquait d'advenir.

-La seule chose que je ne veux pas, c'est mourir. A part ça, je suis ouverte à pas mal d'arrangements.  Mais j'avoue qu'être présente quand il se réveillera m'amuserai beaucoup… Et si tu as des questions à me poser, tant qu'on y est, je suis toute ouïe.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Dim 2 Aoû 2015 - 13:06

Évidemment, elles avaient ri. Pourquoi s’en priver? Lui-même aurait roulé sous la table s’il avait été témoin d’un tel spectacle. Zaahrian avait eu l’air parfaitement ridicule et elles allaient surement s’en souvenir longtemps. Ce n’était pas la première fois que son penchant à défier l’autorité et les mises en garde l’avait placé dans des positions délicates, mais ce n’était pas avec une simple petite bouchée qu’il allait être malade. Techniquement, c’était toujours possible. Une goute de poison pouvait tuer un cheval, mais pour l’instant, le feu dans son estomac s’était calmé et il ne ressentait aucune douleur suspecte prémisse d’un éventuel malaise gastrique plus embarrassant encore que de s’étrangler à moitié devant son hôte et sa garde du corps. Il décida d’ignorer complètement le « je te l’avais dit » de Krish pour simplement enchainer.

— Ce truc à l’état pur sur la peau doit certainement la bruler. Si vraiment personne n’a essayé de l’utiliser en poudre, c’est peut-être qu’il perd sa puissance une fois séchée. C’est possible aussi que le produit devienne trop volatile et risque de se retourner contre son utilisateur. Je m’y connais en poison et autres substances toxiques et je peux t’assurer que je n’ai jamais rien vu de ce genre. Pourtant, je connais des trucs vraiment chouettes qui paralysent, qui font saigner à mort ou qui tuent presque instantanément. Ironiquement, ces mêmes plantes peuvent être utilisées pour soigner différentes infections. C’est une question de dosage.

Zaahrian devait admettre cependant qu’il ressentait tout de même un certain inconfort, mais que ce n’était pas insupportable et même qu’il y avait des chances que ce soit simplement un effet pervers son esprit influencé par les mises en garde de Krish. L’imagination est une arme parfois plus puissante que n’importe laquelle lame ou poison lorsque l’on savait s’en servir. Influencé l’esprit de quelqu’un par de douces paroles était un art difficile à maîtriser, mais d’une efficacité redoutable. Daeron était un véritable maître dans cet art. Il manipulait les gens autour de lui avec la même habileté qu’il avait au maniement des armes. Zaahrian aimerait pouvoir prétendre en être capable, mais son charme avait ses limites… des limites imposées par son propre caractère.

— C’est quand tu voudras, mais la prochaine fois, je vais garder mon couteau avec moi.

Il mangeait avec appétit l’air totalement décontracté. Évidemment, le sujet de Guilin revint sur le tapis. C’était inévitable, surtout qu’il avait fait entrer dans sa demeure l’homme qui avait essayé de la tuer à deux reprises.

— Tu veux savoir quoi? Son histoire? Elle est très semblable à la mienne. Élevé depuis la tendre enfance pour être un assassin, il est devenu la machine à tuer qu’il est aujourd’hui. Il était déjà là quand je suis arrivé au manoir. Ma mère a marié Daeron et nous avons quitté les marchands ambulants pour le confort de sa grande demeure. Enfin, c’est ce que l’on pensait. La réalité a été toute autre. Guilin y était déjà. Apparemment enlevé dès le berceau par Daeron et élevé par les femmes à son service. Il ne sait pas qui sont ses parents, mais c’est un hybride, comme moi. Daeron avait une obsession pour les bâtards. Peu d’humains ont survécu aux épreuves insensées qu’ils nous imposaient. Il est fidèle, professionnel et très méthodique. Il a aussi tendance à être extrêmement entêté, ce qui risque de rendre la suite des choses intéressantes.

Zaahrian mangea encore un peu avant d’ajouter.

— Je dois admettre cependant que je ne l’ai jamais vu dans un état pareil. Faire appel à un gamin désespéré pour faire le sale boulot à sa place, ce n’est pas du tout son genre. Ensuite, son comportement dans la chambre… J’ai l’impression qu’il prend la chose très personnelle. On verra lorsqu’il se réveillera, mais si tu veux assister à nos retrouvailles, faudra écouter sans rien dire. Je n’ai pas l’intention de mettre ta vie en danger, mais c’est possible que je donne l’impression du contraire. Tu devras me faire confiance. Je suis un assassin, je mens beaucoup pour une foule de raison, mais nous sommes liés par un contrat. La seule façon de le briser c’est s’il me propose quelque chose de plus intéressant, mais je doute qu’il ait autant d’argent à proposer.

Zaahrian sourit comme il sourit à chaque fois qu’il fait une bonne blague. Il ne faut pas se le cacher, il gagne sa vie en remplissant des contrats et si on lui fait une meilleure offre ailleurs, il ne va pas refuser. Évidemment, dans ce cas présent, il faudra vraiment y mettre le prix, car il sait très bien que de tourner le dos à Krish est suicidaire et il n’avait pas envie de mourir maintenant.

— J’ai un tas de questions, mais la première qui me vient à l’esprit présentement c’est : qu’est-ce qu’une drow fait à Thaar? Je ne suis pas très informé des problèmes politiques actuels, mais tes petits copains ne sont pas présentement en train de faire des misères aux elfes? Ce n’est pas comme si tu passais facilement inaperçu. Je sais bien qu’ici on trouve de toutes les races : humain, elfes, nains et hybride en tout genre, mais des drows… J’en ai rarement vu dans ma vie et on m’a toujours dit que je devais m’en méfier. J’imagine que tu as le même sentiment envers les assassins!

À peine avait-il terminé sa phrase qu’une esclave entra dans le salon pour s’écraser aussitôt sur le sol en signe de respect. Elle était visiblement à bout de souffle comme si elle avait traversé tout le palais au pas de course.

— Maîtresse, pardonnez-moi de vous déranger pendant votre repas, mais… le prisonnier, il c’est réveillé!

Zaahrian était déjà sur ses pieds avant la fin de l’annonce et il sortit en coup de vent sans attendre les autres. Il était certain que son ami en avait pour la journée à dormir, mais non. En s’approchant de la chambre, il pouvait l’entendre invectiver ses gardiens. Apparemment, il était en pleine forme malgré un bon coup sur la tête et quelques chocs de moindre importance pendant le transport. L’assassin attendit à la porte que les autres viennent le rejoindre pour répéter ses instructions.

— Pas un mot. Laissez-moi arranger la situation. Compris?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Dim 2 Aoû 2015 - 23:09

-Un couteau, hein... ?

La vie et les misères de Guilin et Zaahrian n'intéressait absolument pas Krish. Mais elle l'écouta une fois de plus sans l'interrompre. Plus on connaissait quelqu'un, moins on avait de chance de mourir de sa main. En cas d'assassin professionnel qui avait déjà essayé deux fois, elle allait pas se priver !

Mais lorsqu'une esclave s'écrasa sur le sol et que le demi-elfe fila à l'humaine vers la chambre ou Guilin était retenu sans même lui laisser le temps de répondre, elle n'hésita pas un seconde avant de le suivre.

-J'aurai du me douter qu'en ramenant deux assassins vagabonds chez moi, je n'aurai plus un instant pour m'ennuyer !

Un escalier et quelques couloirs plus tard, ils étaient devant la fameuse porte... D'où dégoisait un florilège d'insanités. Zaahrian prenait très clairement les choses en mains. Avant qu'il entre, elle l'attrapa par le bras pour lui souffler à l'oreille :

-Je jouerai le jeu. Mais si je m'ennuie, je ne réponds de rien.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Ven 7 Aoû 2015 - 2:02

Zaahrian espérait que Krish allait tenir parole en se tenant tranquille, car il n’avait pas envie de s’interposer entre elle et son meilleur ami. Ils avaient en commun un caractère bien trempé qui pouvait faire des flammèches et si la drow perdait patience et décidait d’exécuter Guilin, le blond ne pourrait rien faire pour renverser la décision sans mettre sa propre vie en danger. Il devait d’abord voir comment il allait, mais surtout comment il allait réagir à tout ça. Il en avait déjà une petite idée vu la façon dont il invectivait ses gardiens en faisant de très imaginatives comparaisons entre le visage de ses geôliers et le derrière d’animaux de la ferme. D’un point de vue positif, il semblait être en pleine forme malgré le coup porté à la tête. Sincèrement, Zaahrian craignait lui avoir fracturé le crâne, une blessure qui pardonnait rarement à cette époque. Il inspira profondément avant de faire son entrée dans la chambre à coucher. Que le jeu commence!

— Alors, la tête, ça va?

Zaahrian se plaça debout au pied du lit, les bras croisés et un large sourire aux lèvres comme si tout ça était parfaitement normal. Guilin était toujours solidement attaché tel un saucisson avec la chaine et les entraves. Il voulut se redresser, mais sa condition ne le permettait pas. À son réveille, il c’était violement débattu dans une vaine tentative pour se détacher et maintenant, il était à moitié sur le ventre et de biais dans le lit. Il leva la tête vers Zaahrian, le regard mauvais.

— Je savais que t’étais derrière tout ça. Pas capable de me tuer, hein? Tu n’es vraiment qu’un lâche, Zaahrian.

La remarque le fit tiquer, mais il ne perdit pas son sourire. Il fit plutôt le tour du lit pour s’approcher de Guilin.

— Laisse-moi te remettre dans une position un peu plus confortable. Tu veux bien?

Il n’attendit pas la réponse pour le faire. Il le souleva sans douceur par les épaules pour le ramener à sa position originale. L’oreiller éventré par le poignard de Wydrin explosa dans un tourbillon de plumes et Guilin en eut plein les cheveux.

— Oups, j’avais oublié ce détail. Tu sais, on a essayé de te tuer y’a pas longtemps. Un lancer de couteau. Impressionnant, mais je suis meilleur qu’elle, je le sais. J’essaie de te garder en vie et j’apprécierais un effort de ta part.

Guilin éternua avant de regarder Zaahrian à nouveau.

— Comme c’est chevaleresque de ta part, Zaahrian. Tu essaies de réparer tes bêtises, c’est ça? Malheureusement, tu t’y prends un peu trop tard. Tu devrais réfléchir avant d’agir pour changer. Mais non, tu es le centre du monde, la personne la plus importante qui soit et les autres ne sont que des jouets à TA disposition. Toujours souriants, toujours MENTEUR. Nous sommes où là? Quelle histoire as-tu bien racontée cette fois? Je suis curieux Zaahrian. Allez, RACONTE!

Guilin était enragé. Il ne parlait pas, il criait. Son visage avait une inquiétante teinte rouge, presque bourgogne, comme si la vapeur était sur le point de lui sortir par le nez et les oreilles. Zaahrian faisait de gros efforts pour garder son calme, mais il sentait sa patience s’évaporer à chaque mot prononcé par son ami. Il commençait à croire qu’il était au-delà du récupérable et que rien ne pourrait le ramener à la raison. Cette fois, il était peut-être allé trop loin. S’il pouvait savoir pourquoi Guilin lui en voulait autant. Il ne pensait pas que la mort de Daeron allait l’affecter à ce point.

— Nous sommes chez la drow que tu as si maladroitement essayé de tuer la nuit dernière. Envoyer l’un des prostitués pour me séduire afin que je fasse le sale boulot à ta place, ce n’est pas tellement dans tes habitudes. Tu dis que je suis lâche, mais sur ce point, je crois que tu mérites le trophée! Il me semble que nous avons déjà eu cette conversation et je n’ai pas envie de la reprendre. Tu vas te calmer Guilin! Je n’ai pas envie de te tuer, mais je JURE devant tous les DIEUX que je vais le faire si tu ne m’en donnes pas le choix. Ce ne sont pas des paroles lancées à la légère. Toi, moi et le reste du monde, nous avons tous été témoins du même phénomène et j’espère qu’ils sont en train d’écouter. À ce que je sache, quand tu as eu la chance de me tuer, tu ne l’as pas fait. Tu n’as donc pas plus envie de ME tuer que j’ai envie de TE tuer.

Il soupira longuement avant de reprendre. Il devait rester calme. Crier n’allait que l’échauffer plus encore et il risquait de dire quelque chose qu’il allait regretter. D’un ton plus doux, il reprit :

— Maintenant, tu vas me dire ce que tu fais ici et…

— Je suis ici pour remplir un contrat.

— Oui, tuer la Drow, tu l’as dit plus tôt. C’était dans les petits papiers de Daeron, je l’ai vu aussi. Toutefois, Daeron est mort, il n’y a plus de guilde, il n’y a plus de contrat. Tu sais comment ça fonctionne. Sans contrat en bonne et due forme, c’est un meurtre. Pour nos chères autorités, ça ne fait pas une grande différence si l’on se fait prendre, mais pour toi et moi, c’est le détail qui change tout.

— Il y a une guilde et j’en suis le maître!

— Mais arrête! Le précédent chef de la guilde doit choisir son successeur et Daeron n’a pas eu vraiment le temps de le faire avant que je lui tranche la gorge. Ensuite, même si les membres restants parviennent à un consensus, je me demande bien qui est resté, car quand je me suis réveillé, il n’y avait plus que de très jeunes apprentis qui se demandaient comment rentrer chez papa et maman.

Zaahrian était en train de détruire un à un les arguments de Guilin. Il écorchait son orgueil en le mettant à nu et l’humiliait, mais c’était un mal nécessaire, car le blond devait briser ce mur de haine qu’il s’était construit dans le but d’atteindre le cœur de son ami et lui faire entendre raison. Laissé à lui-même pendant tout ce temps, il avait eu le temps de réfléchir à tout ça et de se convaincre qu’il avait raison. Ça ne l’enchantait pas de le voir dans cet état, mais peu à peu, Guilin se calmait. Il donnait l’impression de se ratatiner sur le lit comme un enfant qui venait de faire une grosse bêtise et que ses parents grondaient.

— Tu as tout détruit, Zaahrian. Oui, c’est vrai, je ne t’ai pas arrêté quand j’en avais l’occasion, mais j’ai cru que tu avais un plan en tête, que tout était préparé depuis longtemps. Évidemment, non, tu as frappé sans réfléchir et tu es simplement parti après les faits en me laissant derrière avec des enfants geignards.

— Trop planifier c’est aussi mauvais que de ne pas planifier du tout. Quand ma décision fut prise, je savais comment j’allais procéder. C’est tout. Je savais que je devais agir rapidement, car si j’avais décidé de laisser passer un peu de temps, trop de choses risqueraient d’arriver. Je ne pouvais pas prendre de chance.

— Et tu as failli te tuer dans la foulée.

Zaahrian haussa les épaules.

— Ça en valait la peine. Enfin, les trois premières heures ont été absolument parfaites, un vrai conte de fées. C’est après que ma mauvaise planification m’a rattrapé.

— Que s’est-il passé?

La curiosité de Guilin était piquée même si la méfiance était toujours visible dans son regard.

— J’ai commencé à avoir faim et je n’avais presque rien à manger sauf du pain à la croute aussi dur que de la roche. J’ai voulu stupidement prendre un raccourci pour rejoindre Thaar le plus rapidement possible à cause du manque de nourriture, mais je me suis perdu. Donc, j’ai décidé de chasser du gibier, mais essaie de tuer un sanglier avec seulement un couteau et une épée, pour voir? Je ne me suis jamais autant ennuyé de ton arc, je peux te l’assurer. J’ai fait des pièges question de me faciliter la vie. Je me suis installé dans une petite clairière et j’en ai installé partout autour. J’ai effectivement réussi à attraper quelque chose… J’ai attrapé un nain qui voyageait seul dans le coin et qui avait vu le feu que je m’étais allumé. Je peux te dire qu’il n’était pas heureux d’avoir été ainsi piégé. Je l’ai détaché, dépoussiéré un peu avant de lui souhaiter une bonne route avec une tape amicale sur l’épaule. J’ai fini par atteindre Thaar, crasseux et affamé après quelques jours d’errance. Je n’ai jamais été aussi heureux de retrouver la civilisation. J’aimerais dire que les choses s’améliorent à partir de là, mais comme je n’avais pas un sou en poche, j’ai décidé de voler. Je me suis fait prendre, car mon physique de rêve fait en sorte que les gens me remarquent un peu trop facilement, ça et ma grande gueule. J’ai réussi à échapper à mes poursuivants pour passer une nuit dans une auberge. Au matin, une drow avec une poitrine énorme m’accueillait en me disant qu’on était toujours à ma recherche et que je devais partir. Il s’avère que cette femme faisait des affaires avec Daeron et qu’elle a été embêtée par sa mort prématurée. Elle m’a demandé si j’avais des informations à son sujet et elle a été déçue que sa mort n’ait pas été aussi épique qu’on pourrait l’imaginer de la part d’un Maître assassin. J’ai quand même avalé le même poison que Daeron! Bref, la dame a des problèmes. Elle a été dire des choses qui n’ont pas plus à une guilde d’assassin drow et elle craint des représailles. Pour l’instant, je travaille pour elle. Je lui apprends à se défendre contre les attaques d’un assassin. Voilà!

Guilin regarda Zaahrian, le regard interrogateur. Le blond avait parlé très vite, déblatérant son histoire d’un seul souffle sans s’arrêter tout en gesticulant dans tous les sens. Le prisonnier resta silencieux pendant un moment comme s’il essayait de mettre de l’ordre dans cette avalanche de mots. Puis, son visage se plissa et un sourire apparut sur ses lèvres. Malgré un effort évident pour se taire, Guilin éclata de rire. En fait, il riait aux larmes, se roulant sur le lit malgré les chaines qui le retenaient. Le blond souriait devant ce spectacle. C’était l’effet recherché. Lui-même trouvait ses aventures complètement ridicules, mais il savait que Guilin ne pouvait pas y résister. Ensemble, ils avaient vécu des histoires plus rocambolesques encore.

— Tu n’es vraiment qu’un imbécile trop chanceux d’être encore vivant.

Zaahrian haussa les épaules.

— Chanceux, sans doute. Idiot, non, je ne le suis pas. Je crois plutôt que les dieux me trouvent beaucoup trop divertissant pour me tuer maintenant. Écoute, j’ai fait des erreurs et je vais probablement en faire encore. J’ai agi impulsivement sans penser aux conséquences autant pour toi, pour moi que pour tout le monde. Apparemment, Daeron était un joueur majeur dans la région. De plus, un assassin qui n’a plus la protection de la guilde est plus vulnérable que je le pensais. Ce n’est pas comme si je pouvais me présenter à une cour en disant : je suis un assassin et je vous débarrasse de vos ennemies politiques en échange de votre protection et d’une bourse bien remplie! J’en avais assez qu’on me dit quoi faire. Agir sans poser de questions comme si je n’étais qu’une arme bien aiguisée… J’étais jeune, mais je me souviens de ma vie d’avant lorsque j’étais avec la caravane. J’aurais pu fuir, mais Daeron m’aurait traqué. Il l’aurait fait personnellement ou il t’aurait envoyé. Tu m’aurais tué. Tu l’aurais fait, car tu es la personne la plus fiable que je connaisse. Je ne t’en aurais pas voulu. C’est pour cela que tu te tiens toujours avec moi, car je suis le seul qui peut te botter le cul quand il faut pour te faire lâcher prise. Avoue que tu ne t’ennuies jamais quand tu es avec moi. J’ai merdé, d’accord? Je m’excuse sincèrement pour le bordel que j’ai fait en réclamant ma liberté. Voilà, toi et moi, nous sommes encore vivants et rien pour nous retenir. Nous avons encore la possibilité de nous associer et de ratisser ensemble l’Ithri’Vaan et la Péninsule pour aller faire tomber quelques têtes couronnées. Après tout, il ne manque plus à notre palmarès qu’un roi. Dors et pense à ça, d’accord. Tu as besoin de moi, car il faut bien quelqu’un pour t’enlever le bâton que t’as dans le cul et j’ai besoin de toi pour ne pas mourir stupidement.

— Et on me détache quand?

— Je ne crois pas que ce soit moi qui décide, mais je vais plaider ta cause avec mon éloquence habituelle.

Il salua Guilin de la main et quitta la chambre. La porte était à peine refermée qu’il soupira longuement, le soulagement visible sur son visage. En silence, il s’éloigna dans le couloir tout en faisant signe à Krish de le suivre. Ce ne fut que lorsqu’ils furent loin de la chambre qu’il parla à nouveau.

— Il ne devrait plus beugler pour le moment. J’apprécie ta patience et j’espère que ma petite histoire t’a bien fait rire. Il faudrait lui faire préparer une infusion de camomille ou d’écorce de saule pour l’aider à dormir et soulager son mal de tête. Il n’a rien dit, mais je sais qu’il a mal. Donc, j’imagine que tu as des questions ou des remarques à me faire. Je t’écoute!
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Lun 10 Aoû 2015 - 21:54

Zaahrian était entré en scène... et Krish s'était glissée derrière lui, hors du champ de vision de l'assassin retourné sur le lit. Plus d'une fois, elle manqua d'exploser de rire, mais elle tint bon. Finalement, ce fut même assez rapide. Elle qui s'attendait à une grande pièce émouvante n'avait eu le droit qu'à une représentation de tartufe.

Quelques minutes plus tard, elle fit demi tour pour sortir, précédant le blondinet avec un sourire au moins aussi grand que le sien. Une fois la porte fermée et une distance respectable mis entre eux et le prisonnier, elle s'appuya contre le mur. L'hybride avait l'air vraiment soulagé.

-J'avoue que je ne m'attendais pas à ça. Chapeau bas. Si j'ai besoin de déstabiliser un homme pris d'une crise de rage meurtrière, j'y penserai au coup de l'histoire invraisemblable. C'est le nain qui fait tout...


Elle s'étira et changea d'appui avant de reprendre.

-Je sais pas ce que c'est, de la camomille mais on peut toujours demander. Pour lui éviter d'avoir à beugler, on peut aussi envoyer un valet s'occuper de lui...

D'un geste, elle arrêta le premier serviteur venu en lui demandant de trouver les herbes dont avait parler Zaahrian et d'en faire une tisane. Au pire, il trouverait le moyen de s'en procurer sous peu.

-Alors. Remarques : Si les dieux sont comme moi, je comprend mieux pourquoi tu es encore vivant.


Elle fit une pause pour entendre le commentaire qui ne manquerait pas. Quand on tendait une perche, il fallait savoir utiliser le retour de bâton à bon escient.

-J'ai apprécier la justesse de ton jeu. Prendre les dieux pour témoins avec une telle ferveur ! J'en avait des frissons.

Oh oui elle en avait eu le frisson. Mettre une telle certitude dans une promesse. Prêter serment d'abattre un homme quoi qu'il arrive. Quel plus grand honneur pour sa proie ?

-C'est dommage d'avoir fait retomber toute cette tension en rappelant votre vieille amitié. Sinon... Question 1 : toi et ton copain n'avez vraiment plus une seule petite guilde, un seul assassin expérimenté sous la mains ? 2 : tu as vraiment attrapé un nain au collet ? 3 : Tu va me demander de le libérer maintenant je suppose ? Pas question avant de lui avoir parler moi même histoire de voir où en sont ses instincts meurtriers à mon égare. A toi de voir combien de temps il devra rester saucissonné.  4 : Qui a éventré mon oreiller ? Et enfin Question 5, la plus importante : tu trouves vraiment ma poitrine trop grosse ?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Lun 17 Aoû 2015 - 1:24

Zaahrian avait fait ce qu’il avait à faire au mieux de ses compétences. Krish était-elle vraiment impressionnée par cette petite performance? Il en doutait, mais un sourire illumina le visage de l’assassin qui accepta la flatterie avec son égocentrisme habituel. Malgré tout, il n’était pas entièrement satisfait de cette victoire, comme si quelque chose l’empêchait d’en profiter pleinement. Il doutait de la sincérité de Guilin. Depuis aussi longtemps qu’il connaissait son ami, il lui avait fait confiance. Toutefois, l’archer, dans sa colère, avait essayé de le manipuler pour tuer Krish. Si seulement ce n’était que ça, mais il avait utilisé une victime innocente pour ne pas se salir les mains. Son attitude avait fait germer le doute dans l’esprit de Zaahrian et il se répandait maintenant comme de la gangrène. Lorsque le lien de confiance est brisé, il est difficile de le réparer et l’assassin savait que rien ne pouvait être exactement comme avant. « Les assassins mentent », avait-il dit à Krish juste avant de rentrer en scène. Rien ne prouvait que Guilin fût totalement sincère avec lui.

— Un herboriste ou un guérisseur saura quoi faire. De préférence, quelqu’un qui s’y connait dans la médecine humaine ou hybride humain/elfe. Je doute que les remèdes drows lui réussissent.

Il chassa son inquiétude d’un sourire. C’était inutile de montrer ses doutes à Krish. Elle pourrait mal interpréter tout ça et préférer éliminer Guilin avant que Zaahrian ait été jusqu’au bout avec lui. Il avait une idée en tête, un moyen de vérifier la sincérité de son ami, mais il savait déjà que Krish n’allait pas apprécier. En attendant, elle lui avoua à mot couvert qu’elle le trouvait divertissant. Le commentaire le fit glousser de rire. Évidemment, il n’en fallait pas plus pour le faire parler. D’une courbette, il déclara :

— Je suis ravi d’ajouter du piquant dans ta vie.

Ce n’était pas la première fois qu’on lui faisait cette déclaration. Les gens appréciaient généralement sa compagnie. Toutefois, si l’on venait à découvrir qu’il était un assassin, la plupart des gens changeaient vite d’idée. C’est pour cela qu’il gardait cette information pour lui. De toute façon, à trop parler, il risquait d’attirer l’attention des autorités qui auront tôt fait de l’enfermer dans un cachot ou, pire encore, l’exécuter.

Zaahrian avait pris les dieux à témoins simplement pour que Guilin le prenne au sérieux. Étant lui-même croyait, il n’allait pas revenir sur sa parole et Guilin le savait trop bien. Il espérait que ce soit suffisant pour calmer ses ardeurs, mais comme pour Zaahrian, il aura surement besoin de quelque chose de plus concret que des paroles lancées de cette façon.

Évidemment, Krish avait quelques questions suite à tout ça. Une fois encore, elle revint sur la guilde, comme s’il n’avait pas été suffisamment clair la première fois.

— Faudrait que je t’amène au manoir pour que tu voies de tes yeux l’état des lieux. Daeron n’avait pas plus de 5 assassins pleinement opérationnels à son service et ça inclus Guilin et moi-même. Deux apprentis s’apprêtaient à commencer leur mentorat et l’un d’eux m’avait même choisi pour que je sois son maître. En gros, il devait m’accompagner pendant les missions pour que je le forme aux réalités du terrain. Donc, s’ils avaient déjà versé leur premier sang, ils n’étaient pas prêts à être de véritables assassins. Ensuite, il y avait une dizaine de gamins à différents stades de leurs formations ainsi que de jeunes enfants enlevés/achetés par Daeron pour les former. Sachant que Daeron était particulièrement dur dans sa sélection, sur une dizaine d’enfants, un, peut-être deux, aura le titre. J’ai vu des cohortes entières être éliminées par Daeron, car il n’était pas satisfait. Il faut beaucoup de sang pour créer un assassin et ce n’est pas sans raison qu’on est tous plus ou moins atteint.

Zaahrian désigna sa tête d’un geste comme s’il sous-entendait qu’il était lui-même fou. Il ne s’en sortait pas trop mal, mais il faisait parfois des rêves particulièrement horribles qui lui restaient dans la tête durant des jours. C’était la même chose pour les autres, mais personne n’en parlait. Ils apprenaient simplement à vivre avec.

— Donc oui, techniquement parlant, il reste 3 autres assassins qui pourraient, éventuellement, être à disposition, mais pour ça, il faudrait les trouver. Ils peuvent être n’importe où… Ah, mais j’y pense… Tu ne m’avais pas dit que l’un de ceux que tu avais engagés originellement a décidé de rester avec toi après avoir appris la mort de Daeron? Voilà, tu as deux assassins à ton service, peut-être même trois avec Guilin. À trois, on devrait s’en sortir.

Il ponctua sa phrase d’un grand sourire avant d’enchaîner.

— Oui, j’ai vraiment attrapé un nain avec mes pièges. Enfin, il s’y est empêtré. Les nains sont loin d’être des poids plume et tu imagines bien que je n’avais pas le temps ni l’énergie pour faire une trappe à gros gibier. J’ai peut-être omis volontairement quelques détails à Guilin, mais ça reste en gros ce qui s’est passé. Évidemment, je sais bien que tu veux lui parler avant de prendre une décision. Garde simplement en tête qu’il est inutile de le menacer. Il sait déjà ce qu’il risque avec ce qu’il a fait. J’aimerais bien être avec toi durant cette petite discussion, mais j’imagine que tu préfères prendre les choses en main. Après tout, tu étais la cible de Guilin. C’est rare qu’une cible ait l’occasion de discuter avec l’assassin chargé de l’exécuter. Je vois ça comme un privilège, mais je n’ai pas l’impression que tu partages mon point de vue sur la question.

Zaahrian passa une main dans ses cheveux. Ils n’étaient pas encore tout à fait secs. Il les replaça du mieux qu’il pouvait sans un miroir.

— Pour ton oreiller, c’est la folle furieuse qui s’occupe de ta sécurité qui est à blâmer. Toutefois, j’avoue ma culpabilité pour le trou dans la boiserie. Après qu’elle ait planté le couteau dans l’oreiller de Guilin, je l’ai ramassé pour le lancer contre le mur tout près de sa tête. J’ai du faire de gros efforts pour ne pas lui faire un troisième œil. Sérieusement, quand je dis quelque chose, j’aime ça qu’on m’écoute. Si j’étais là pour te tuer, tu serais morte depuis longtemps. C’est pourtant simple à comprendre! Pour ce qui est de ta poitrine…

Le regard du semi-elfe baissa machinalement à la hauteur de ses seins. Il les regarda sans gêne, comme si c’était parfaitement normal.

— Tu sais, je ne suis pas vraiment le juge idéal pour ça. Je dois t’avouer n’avoir jamais touché une poitrine de ma vie à l’exception notable de celle de ma mère quand je n’étais qu’un nourrisson. Autant te dire que je n’en garde pas le moindre souvenir. J’ai dit que tu avais une poitrine énorme. C’est le cas, non? Je veux dire… J’ai vu des femmes avec des seins nettement moins généreux… Au moins, toi, ils tiennent bien en place. Ils ne sont pas tombants et tout flasques… enfin… Peut-on changer de sujet? J’ai l’impression que peu importe ce que je vais dire, je vais avoir une claque…
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Mer 26 Aoû 2015 - 22:01

— Je suis ravi d’ajouter du piquant dans ta vie.

Et les bonnes distractions se faisaient bien rare ces dernières décennies. Mais il prenait simplement sa réflexion comme un compliment. Elle n'avait même pas besoin de se servir de la perche qu'elle avait tendue. Elle répondit tout de même avec une moue attristée :

-Après notre dernier repas, j'étais pourtant persuadée que c'était moi qui en mettais dans la tienne...

Mais bon... Visiblement, même après avoir passer un peu plus de temps ensemble et réussit – pour le moment – à sauver la tête de son siamois, la guilde était toujours démantelée et sans aucun document ou assassin compétent... Elle ponctua les dernières phrases du semi-elfe d'un long sifflement.

-Et bah... 9/10 de perte pour une petite guilde... Il était plutôt doué ! Mais t'en fait pas, y a pas que les assassins qui sont atteints dans le genre : je nage dans le sang pour de jolis fesses et de l'or. Même moi je ne suis pas sûre de vouloir savoir ce qui se trame dans les sous-sol des palais de Thaar ou dans les têtes des grosses huiles de Sol'Dorn une fois la nuit venue... Elle s'accorda une pause théâtrale accompagnée d'un tranche d'expression pensive avant de poursuivre. En fait si. Mais je vaut pas mieux qu'eux.

Et c'était un euphémisme. Pas besoin d'être assassin pour avoir les vie de ses amis ou rivaux sur la conscience. Certains prétendaient qu'être Drow suffisait. Ou être riche. Ou être vieux, selon les endroits. Et quand on réunissait les trois... Et que votre paternel, paix à son âme, était un assassin...

-Ô Joie en mon âme enfouie !  Un passe-partout, un assassin pour effectué le travail de précision et un pour les grandes occasions avec option : présentable dans le beau monde. Il y a de quoi rendre tout le monde aussi jaloux qu'anxieux. Dommage que deux sur trois ne soient pas encore décidés à rester.


Elle jeta un regard entendu à Zaahrian, tout à fait consciente du jeu de dupe qu'il faisait pour éviter qu'elle se lance à la recherche des autres assassins rescapés de sa petite guilde.

La suite valait le coup d'être noté. Elle aurait vraiment aimé être là pour voir la tête du nain, même si la réalité était moins épique que la première version du semi-elfe. Le Sombre aurait bien rit ! … Ou pas en fait.

Les sujets sérieux furent aussi vite dégagés que le reste. Il voulait être là lorsqu'elle parlerait avec Guilin, elle y réfléchirait. Pour le reste elle n'avait pas l'intention de de martyriser le pauvre garçon pour le moment. Et non, survivre à une tentative d'assassinat assez longtemps pour discuter avec son meurtrier était plus une habitude qu'un privilège... enfin elle s'en servait plus souvent pour des travaux et expériences variées qu'elle ne parlait avec.

-Ma boiserie... soupira-t-elle. Si les chambres drows sont criblées d'entailles, comment voulez-vous que l'on passe pour des gentils mignons... et je ne remet en aucun doute tes talents professionnels, alors si ma folle furieuse restait en vie, ça serait hautement apprécié.

Elle aurait put en ajouter beaucoup mais elle préféra se taire pour écouter la dernière partie, les mains sur les hanches et le dos droit. Ce qui la surpris le plus ne fut pas tellement de regard insistant de Zaahrian, elle l'avait cherché, mais plutôt la franchise innocente de sa réponse. Elle se serait attendu plus facilement à une esquive. Une pirouette. Et de préférence avec une pique au bout.  Mais il semblait qu'elle devrait s'en charger pour se sortir de ces compliments troublant de franchise.

-Une claque ? Mais non... a moins que tu préfères comme ça.

Elle sourit de toute ses dent

-Bon. Du coup je suppose qu'il serait plus pratique de le laisser récupérer et réfléchir tranquillement avant d'avoir cette petite conversation avec ton ami. En attendant, tu peux profiter de la vie, vérifier que personne n'en a après la mienne ou essayer de libérer ton copain et de le faire sortir de la ville pendant que j'ai le dos tourné. A moins que tu préfères me laisser battre le fer tant qu'il est chaud ? Métaphoriquement bien sûr, je doute que ton amis supporte un brasier.


Après tout, l'endroit ou elle était le plus en sécurité tant que le sort de Guilin n'était pas fixé, s'était sans doute dans le champ de vision de Zaahrian ou de Wydrin. De toute façon, elle ne pensait pas chaumer pour l'instant. Sa remise en forme ne faisait que commencer et elle ne comptait pas payer... enfin entretenir un assassin pour des clous.

-Je compte sur toi dans l'après-midi pour une nouvelle leçon, ajouta-t-elle. Avec ton talent, tu ne devrais pas avoir de mal à me prendre... par surprise.

Elle s'étira en regardant de loin le ballai qui s'effectuait dans le couloir de la chambre occupée par leur invité du moment. Elle n'était pas sûre d'avoir envie de finir cette histoire trop vite. Son imagination galopait un peu.

-La chambre de maître est à toi si tu veux, les vêtements qui vont avec et autant d'esclave qu'il te plaira d'en avoir. Si tu as besoin de quoi que ce soit tout le personnel est à toi. Et si tu as envie de te faire un avis plus précis sur les poitrines, fait appel directement à moi.


Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Mar 1 Sep 2015 - 0:21


— Non, ça, c’était une tentative d’empoisonnement déguisé. Souffla Zaahrian d’un ton badin. Il s’empressa d’ajouter avec un large sourire dévoilant sa dentition blanche. « Mais si ça peut te faire plaisir, de tous ceux avec qui j’ai travaillé, tu es sans doute la personne avec qui j’ai eu le plus de plaisir à le faire. Si ta vie ressemble à ça tous les jours, ça ne doit pas être de tout repos!

Zaahrian était sincère, mais il se garda bien de dire qu’elle était la seule avec qui il avait travaillé à l’exception notable de Daeron et que ce dernier n’était pas bien difficile à battre dans son genre. Évidemment, les commanditaires ne comptaient pas vraiment, car il avait rarement l’occasion de les rencontrer et que l’argent allait dans les coffres de Daeron de toute façon. Tout comme pour son ancien employeur, il ne voyait pas la couleur de l’argent avec Krish, mais ses conditions d’hébergement s’étaient largement améliorées et il avait même des esclaves à sa disposition ce qui était un avantage non négligeable. En plus, elle lui faisait suffisamment confiance pour ne pas avoir tué Guilin avant de lui laisser une chance de peut-être arranger les choses avec lui. Toutefois, ce qui plaisait le plus à Zaahrian, c’est qu’elle ne se prenait absolument pas au sérieux. Jusqu’à présent, elle semblait apprécier son humour douteux ce qu’il trouvait rafraichissant. En plus, elle était une Drow. Daeron se méfiait tellement d’eux, que l’assassin c’était fait une image plutôt négative, mais cette femme brisait tous les stéréotypes qu’il pouvait avoir en tête. Bon, ses gardes étaient de terrifiants montages de muscles, mais elle… elle était plutôt sympathique. Enfin, pour l’instant il n’avait pas à se plaindre, mais derrière ses airs détendus, Zaahrian restait méfiant. La situation pouvait changer très rapidement et il le savait.

— C’est bien connu que ces grandes demeures de richissimes marchands sont le théâtre des orgies les plus décadentes que l’on puisse imaginer. Là où il y a de l’argent, il y a toujours des excès. Daeron ne s’en privait pas, je peux te le garantir.

Impossible pour lui de savoir avec certitude si Krish était ennuyé ou non de savoir qu’il ne restait pratiquement plus rien de la guilde jadis reconnue de Daeron. Depuis leur première rencontre, elle n’avait pas cessé de revenir sur le sujet, comme si elle espérait déceler une incohérence dans ce qu’il disait. Malheureusement pour elle, Zaahrian disait la vérité. Il ne savait pas où se trouvaient les autres assassins et même s’il le savait, quel intérêt il aurait à dire où les trouver? S’ils avaient décidé de disparaître pour refaire leur vie ailleurs, tant mieux pour eux. L’ironie dans les propos de Krish était à peine voilée lorsqu’elle parla des assassins qu’elle avait disposition et dont la fidélité laissait planer quelques doutes. Le blondinet croisa les bras sur sa poitrine.

— Présentable devant le beau monde, ça me correspond parfaitement! N’empêche, il n’a jamais été question que je devienne l’assassin résident de la place. Tu me mets un toit sur la tête, de la nourriture dans mon assiette et même quelques esclaves à disposition, mais si tu veux que je reste, il en faudra plus. Je n’ai pas tué Daeron pour me retrouver enfermé dans un autre palais et ça m’embêterait de devoir te tuer. Quelque chose me dit que je risque d’être moins chanceux sur ce coup. En plus, il me manque une tête couronnée à mon palmarès de victime et ce n’est pas ici que je vais la trouver. Je veux du vrai sang de noble, pas celui d’un parvenu qui a ajouté le mot prince à son nom juste parce qu’il a assez d’argent pour ça. Je te le répète, je suis à ton entière disposition tant et aussi longtemps que mon affaire n’est pas résolue. Lorsque ce sera fait, nous en reparlerons, mais si ça peut te rassurer, je piétine pour l’instant. Il est probable que je reste dans tes pattes pour un moment encore. Du coup, je te promets de garder ta… enfin, ta chef de la sécurité, en vie. Si jamais un malheureux accident devait arriver, elle l’aura probablement mérité. Pour ce qui est de la réputation des Drows, je serai le premier à dire que je connais au moins une Drow tout à fait charmante avec un humour aussi déplacé que le mien.

Si la Drow pensait pouvoir le déstabiliser avec son histoire de claque, elle ne le connaissait pas.

— Les claques, c’est moi qui les donne d’habitude.

Il ponctua sa phrase d’un clin d’œil.

— Voilà! Tu le laisses dormir un peu et on lui reparlera plus tard. Si tu n’as plus besoin de moi pour l’instant, je vais me rendre en ville pour mes affaires. Je vais être rentré pour la leçon de cet après-midi. Si jamais je ne devais pas revenir, tu peux demander à ton autre assassin de me traquer… Ou demande à Guilin, il saura dans quel pétrin potentiel je risque d’être tombé. Essaie de ne pas te faire tuer durant mon absence.

Il ne lui laissa pas le temps de répondre. La journée était déjà bien commencée et Zaahrian avait peu de temps devant lui. Il passa à sa nouvelle chambre pour prendre des vêtements plus appropriés pour ce qu’il avait en tête. Il ne voulait pas passer pour un esclave et il ne voulait pas non plus avoir l’air d’un assassin en liberté. Il opta pour un déguisement de jeune noble. Il voulait se faire passer pour la progéniture d’un quelconque riche de la région. Le fait qu’il soit à demi elfe n’allait pas poser de problème : les bâtards dans son genre pullulaient en ville. Une fois encore, Zaahrian était méconnaissable dans ses vêtements et c’était l’effet qu’il recherchait. Les gardes devaient encore le chercher suite à son vol désastreux et il n’avait pas envie de se faire arrêter. Une fois prêt, il quitta discrètement la demeure.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Jeu 15 Oct 2015 - 23:49

Krish laissa tomber le poignard, se releva et essuya l'épais liquide rouge qui perlait au coin de ses lèvres avant de se laisser tomber sur le divan couvert de coussins, la main encore crispée sur sa Lame de Teiweon. Ses yeux restaient fixés sur la dépouille étendue à ses pieds. Totalement immobile, elle le fixait comme si noter chaque détail de son visage révulsé, chaque marque sur son corps dénudé relevait d'une importance vitale qui lui demandait un sérieux tel qu'elle en faisait rarement montre... Même face à sa propre mort.

Elle ne s'en détourna même pas en posant précautionneusement sa lame rituelle tachée de sang sur les coussins près d'elle. Un soupire et elle remontait ses jambes sur le divan pour défaire d'une main imprécise les lanières de ses sandales. Elle arrivait à peine à y croire. Toutes les implications se ramifiaient sans fin dans son esprit. Sans trouver une seule explication convaincante.

Ses chaussures tombèrent sur les tapis humides avec un bruit lourd. Enfin, ses yeux quittèrent le macchabée alors qu'elle se laissait allé confortablement sur le dos. Sa main droite barrée d'une longue estafilade se referma sur son verre en cristal. Un claquement de langue agacé précéda de peu une longue rasade du breuvage rouge. Le goût de liqueur et de cuivre mêlé aux épices lui brûla délicieusement la gorge.

-Je t'emmerde Ren'War.


Ça n'avait été qu'un murmure à peine audible. Ce qui avait été parfaitement remarquable en revanche, c'était le verre qui venait de s'éclater sur le mur opposé de la salle, répandant au passage son contenu coloré sur tout ce qui se trouvait sur sa trajectoire, le corps gisant au milieu de ses propres habits défaits.




La porte explosa, laissant passer une furie aux cheveux blancs.
-Rear kew doska !
Un profond soupire accueillit cette arrivée fracassante. Un soupire de découragement et de moquerie. Le genre de soupire pédant qui mettent sur les dents les plus flegmatique. Depuis le matelas sur lequel il trônait, dorloté par une masseuse aux mains expertes, le jeune homme se fendit même d'un magnifique :
-Du calme. Tu va finir par mourir d'une crise cardiaque avant d'avoir passé la Joute.

Mais la superbe et les remarques hautaines ne protègent jamais très longtemps. En deux bond, la nouvelle venue était sur lui. La masseuse s'était écartée précipitamment, mais pas assez vite visiblement. Elle tomba à la renverse avec un cri de surprise alors que la main qui l'avait vivement repoussée saisissait le jeune homme à l'épaule.

Un mouvement de plus et le jeune sir hautain était forcé de se retourner pour éviter un violent coup dans les côtes. Les deux drows dégringolèrent tout les deux au sol. La femme enserrait sa proie et l'écrasait de tout son poids de manière à la maintenir totalement immobile tout en ayant les mains libres. Leurs visages n'étaient qu'à un souffle l'un de l'autre. Le visage de la furie était déformée par la colère, celui du jeune homme restait presque impassible... Jusqu'à ce qu'un poignard grossier apparaisse sous son menton.

-Demande moi encore de me calmer et c'est ton sang qui calmera les Dieux, susurra la jeune femme.
-Doucement. Qu'est-ce que tu me reproche encore ?

La lame se teinta légèrement de rouge.
-Et tu fait l'innocent... Tu me dégoûtes.

Le fil de l'arme n'était pas bon... Mais elle n'hésitait pas à appuyer sur la peau d'encre. Le jeune homme glapit, moins par douleur que par peur. Il savait de quoi elle était capable car il savait de quoi il était lui-même capable. Il se démena pour se libérer, tentant des coups de jambes de rein, essayant de libérer ses bras par la force brute, domaine où il pouvait encore gagné. Mais il avait beau s'agiter comme une couleuvre prise au piège, il devait faire attention à la lame et à cette pression mortelle qui s'alourdissait à chaque mouvement. En lutte, elle le menait toujours par le bout du nez. Il n'avait réussi qu'une chose en se démenant ainsi : faire bien trop glissé le drap qui cachait sa pudeur à celle qui s'occupait de dénouer son dos.

-Arrête Krish ! Tu m'étouffes !

-Je crois que tu n'as pas bien saisit le but de ma manœuvre.

Les jambes de la jeune femme se resserrèrent une fois de plus sur lui. La lame entama un peu plus la peau.

-Arrête ! C'est bon ! Pardon !
-Et tu crois que ça va suffire après ça ? C'est ce que tu vas dire à Maître Drelikh aussi ?
-Attend.. ça peut... t'aider, articula-t-il encore avec le peu d'air qu'il parvenait à avaler.

La pression diminua instantanément, la lame recula. Il reprit une inspiration sifflante un peu plus conséquente. L'expression haineuse qui le surplombait se transforma en sourire vorace. Il tentait de retrouver sa contenance, espérant que les battements saccadés de son coeur ne s'entendraient pas trop. Au moins maintenant, elle l'écoutait vraiment.

-J'ai obtenu non seulement une faveur mais aussi sa confiance. Qui aurait faire ça à sa propre sœur si ce n'était pas pour avoir la place d'assistant. Pendant la Mêlée, je serait en première ligne, comme toi, alors je pourrai te débarrasser des deux abrutis que te collent aux basques.
-Parce que tu crois que je ne suis pas capable de m'en occuper ?
-Je crois surtout que ça te permettrait d'affronter Ehka au meilleurs de ta forme. Pour épater nos chers mentors et avoir une place de Caporal ou même de Sergent dès ton Serment, ça pourrait être bon, non ?

Le simple prénom de l'adversaire visée fit définitivement reculer la lame. Le reste de la phrase vit disparaître toute tentative de blocage. L'hésitation qui suivit ne fut pas bien longue. Elle se redressa et tendit la main au jeune homme et récupéra son drap dans la foulée pour se réinstaller sur la banquette.

-J'avoue que tu m'intéresse.

Krish se débarrassa rapidement de sa chemise, son pantalon et tout le reste de son attirail puis fit signe aux esclaves d'approcher de nouveau. On se dépêcha de la laver puis elle s'étendi à son tour sur une banquette à côté de celle de son partenaire d'occasion.
L'épreuve dont il avait parlée était décisive pour l'entré dans un Ost. Et quelle plus belle joie que de démolir ce carrefour de race court sur pattes et difforme d'Ehka durant une épreuve publique ?

-Mais si tu fais ça, tu vas perdre l'estime d'Entkor, tu le sais, alors pourquoi ?
-ça te regarde ?
-Oui. Si tu me fais un seul sale coup, je jure que tu ne t'en tireras pas.
-Tout doux. Avoir un appui, même récent au sein de l'armée pourra m'être utile alors je n'ai aucune raison de te refuser mon aide.
La boule de nerf lâcha un grincement, mais son visage était bien plus détendu qu'en arrivant... difficile de faire pire d'un autre côté.
-T'en fais pas. Je n'oublierais pas de glisser à mon supérieur que tu es un homme rusé près aux pires bassesses, attaqua-t-elle sur le ton de la conversation la plus banale.
-Masslekna...
-Un peu de respect pour notre mère voyons.
Leurs regards se croisèrent. Ils reprenaient leur jeux. Un peu de détente dans ce monde de brute, ce n'était pas si mal. Et il préférait nettement voir sa sœur comme ça que comme quelques minutes plus tôt. Il poussa un soupire de contentement quand celle qui s'occupait de lui parvint à défaire une tension gênante.
-T'as intérêt à survivre, ma belle. Je veux avoir le plaisir de mettre moi-même ta tête sur un pique.
-Ma tête sera tout à toi. Demain je vais avec mère me faire forger une lame sur mesure. Ça devrait me permettre de la garder intacte encore un moment.
-Bon courage alors. Tu vas en avoir pour la journée à les regarder choisir le mon morceau de ferraille.
-Si c'est pour avoir une bonne lame...








Au couché du soleil, le palais était en pleine ébullition. On tentait de retrouver l'assassin. Mais personne n'entraient dans les appartements de la Maîtresse des lieux. Les gardes avaient été mis dehors et il n'en restait qu'un duo devant la porte. Les esclaves s'étaient vus congédiés juste après avoir apporté les carafes de liqueurs, de Shyk'na et de Darnab. Personne n'avait osé demander ce qu'il fallait faire du corps. Même Wik.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Mer 21 Oct 2015 - 23:24

Zaahrian avait promis d’être rentré pour la leçon de l’après-midi, mais c’était sans compter les imprévus qui pouvaient survenir comme un progrès inespéré dans sa quête du commanditaire de l’assassinat de Djamel. Zaahrian avait quitté la demeure sans trop se faire d’illusion. Cette ville était grande et les gens avaient tendance à se méfier naturellement de lui. Apparemment, il avait une tête qui ne leur revenait pas. Poser des questions devenait difficile, surtout que s’il se montrait trop insistant, il risquait d’attirer l’attention. Il devait donc manœuvrer délicatement en espérant avoir des résultats. Heureusement, le fait de travailler pour Krish lui donnait accès à des ressources qu’il n’aurait pas eues autrement. Des vêtements riches et voilà qu’il avait accès à des endroits qui lui inaccessible autrement. Avec son charisme naturel ainsi qu’avec l’aide des meilleurs vins de la région, il avait réussi à soutirer quelques précieuses informations qui lui permettaient enfin d’avancer. Il allait surement se faire étrangler par la drow à son retour, mais il n’avait pas peur. C’est avec un large sourire aux lèvres qu’il retourna au manoir.

----------------------------------------------------------------

En toute sincérité, même parée de ces nouveaux vêtements, l’assassin ne savait pas trop où aller. Il déambula tranquillement dans les rues de la vie, attentif à tout ce qu’il voyait et entendait. Au bout d’un moment, un petit groupe de jeunes hommes passa devant lui sans même le remarquer. Ils riaient et parlaient fort. Visiblement, ils avaient déjà bu suffisamment d’alcool pour se plonger dans cet état semi-euphorique qui rendait la moindre blague à mourir de rire. Zaahrian décida de les suivre pendant un moment n’ayant rien de mieux à faire. Le petit groupe se dirigea vers l’un de ces bordels haut de gamme qui avaient la réputation de servir un vin de meilleure qualité et des putains un peu plus fraîches qu’ailleurs. Apparemment, il n’y avait pas d’heure plus approprié qu’une autre pour mettre les pieds dans ce genre d’établissement, surtout pas lorsqu’on a de l’argent et qu’on se sent le droit de faire ce que l’on veut.

— Allons, allons, c’est la première fois d’Alarick. Tu vas voir, ça vaut vraiment le coup.

Le jeune Alarick en question était le petit grassouillet du groupe et Zaahrian se demandait s’il n’y avait pas un mauvais tour derrière cela. Comparativement au reste du groupe, le gamin faisait pâle figure. Vêtu comme un prince, il n’en restait pas moins qu’il avait un œil qui se moquait totalement de l’autre. Ses cheveux gras d’un blond plutôt terne étaient collés à sa tête. Pour se donner un air un peu plus mature, il avait décidé de se laisser pousser la barbe. Malheureusement pour lui, sa barbe était constituée de quelques poils épars d’un ton plus clair que ses cheveux ce qui lui donnait un drôle d’air. Pour en ajouter à l’humiliation, il devait avoir une jambe un peu plus courte que l’autre de sorte que lorsqu’il marchait, tout son corps se balançait. Ses amis avaient belle figure. De jeune seigneur tout juste sorti de l’adolescence. Humains, ils ne devaient pas avoir plus de 20 ans.

— Il faut lui présenter Zoella. Elle a une poitrine énorme, mais genre.

Le gamin mima la grosseur de ladite poitrine et elle semblait beaucoup trop grosse pour que ce soit vrai.

— Ouais, mais ils ne sont pas… égaux. Y’en a un qui pend plus que l’autre. Reprit un autre.

— Avec ce qu’elle fait avec sa bouche, on oublie vite ce genre de détail.

Le petit groupe éclata de rire, y allant chacun d’une expérience personnelle avec ladite Zoelle. Ils avaient visiblement partagé la même prostituée. Si ça, ce n’était pas de l’amitié, Zaahrian ne savait pas ce que c’était.

Ils entrèrent dans le bordel et l’assassin décida de les suivre par curiosité. Il avait vraiment envie de voir ce qui allait arriver. Surtout, il voulait savoir ce qu’ils avaient préparé pour le jeune Alarick qui n’était définitivement pas confortable avec l’idée d’aller dans un bordel.

— Ma mère va me tuer si elle apprend que j’ai mis les pieds ici.

Zaahrian haussa un sourcil. Quel genre de mère ferait tuer son fils pour avoir couché avec une prostituée? Soyons honnêtes, se payer les services d’une prostituée était peut-être la seule façon pour lui de connaître les plaisirs de la chair. Si chaque mère devait tuer son fils pour cela, la région souffrirait d’un grave problème démographique.

Les jeunes hommes entrèrent sans être inquiétés, mais Zaahrian fut arrêté par la matrone des lieux. Il était toujours surpris de voir à quel point ces femmes étaient toujours bien mises. Celle-ci ne faisait pas exception avec sa robe corsetée qui ferait sans doute verdirent d’envies quelques femmes de la haute société. Quelques broderies aux motifs coquins rappelaient la fonction de la dame. Une coiffure sophistiquée, une touche de maquillage et l’équivalent d’un flacon complet de parfum complétaient l’ensemble.

— Toi, tu dois payer.

L’assassin se para de son sourire le plus charmeur et souffla d’un ton enjôleur.

— Allons! Dites-moi pourquoi ces jeunes hommes qui sont entrés juste avant moi ont rejoint le salon sans avoir à débourser la moindre pièce.

— Ce sont des habitués. Ils ont payé depuis leur droit d’entrée et je sais qu’ils dépenseront bien assez avant la fermeture. Toi, par contre, tu es un nouveau. Je ne t’ai jamais vu avant. C’est le prix d’entrée


Elle marcha autour de lui en balançant les hanches exagérément.

— Semi-elfe, bâti comme un chat, l’œil vif avec un joli minois… Hum, tu m’as tout l’air d’être le bâtard de l’un de ces riches marchands.

— Voyez-vous, apparemment on a rien connu au lit si l’on n’a pas baisé un elfe…

Elle éclata de rire.

— Les elfes? Pas besoin de leur enfoncer quelque chose dans le derrière, ils sont nés avec un balai dans le cul. S’ils se transforment en vraie bête de sexe une fois la nuit tombée, je veux voir ça!

L’assassin rit à son tour malgré une petite pointe de rancune qui lui vrillait le cœur. Le sujet était toujours délicat pour Zaahrian même s’il ne le laissait pas paraître. Voilà une éternité que sa mère était morte emportant avec elle le nom de son géniteur. L’avait-elle aimé? C’était la question qu’il se posait chaque fois que ces souvenirs remontaient à la surface.

— Bon, combien pour le prix d’entrée?

— Je t’aime bien, toi. Séduisant comme tu es, je t’aurais bien proposé de travailler sous mon aile. Tu aurais certainement été très populaire. Je te fais une réduction.

Zaahrian eut soudainement l’air intéressé. Non pas qu’il avait envie de tester la marchandise, mais parce que les pièces du casse-tête commençaient à se mettre en place. La femme ria une fois de plus.

— Mon chéri, je ne propose ici que de jolis garçons! Je suis la seule femme ici à l’exception de certaines clientes qui viennent parfois.


— Ah! Je ne pensais pas que l’on trouvait ce genre d’établissement.

— Dans une ville comme Thaar, on trouve de tout!

Zaahrian paya son entrée non sans grimacer. Elle avait peut-être réduit son tarif pour ses beaux yeux, il n’en restait pas moins que c’était cher payer pour suivre un groupe de jeunes hommes à l’humour douteux. Espérons pour lui que ça en vaille la peine.

Il retrouva sans peine le petit groupe qui s’était installé au salon autour d’une bouteille de vin. Zaahrian s’installa dans un autre fauteuil un peu en retrait. Presque aussitôt, un bel éphèbe au corps de rêve entra dans le salon. Captivé, il en oublia presque la raison de sa présence ici. « Allons, un peu de concentration Zaahrian! » Le bel inconnu lui servit une coupe de vin sans cesser de le dévorer des yeux. Dès qu’il fut parti, un frisson remonta sa colonne vertébrale. « Cette femme est un vrai démon! » Il but une gorgée de vin tout en s’imaginant ce qu’il ferait avec cet homme le jour où il déciderait de revenir et il du croiser élégamment ses jambes pour camoufler les effets visibles de son imagination débordante. Son attention revint vers les jeunes seigneurs qui semblaient beaucoup s’amuser. Ils discutaient avec un enthousiasme débordant de leur dernière prouesse avec une prostituée de la place qui n’existait vraisemblablement pas selon les informations qu’il venait de recevoir de la tenancière. Tout ceci ressemblait de plus en plus en une mise en scène cruelle pour humilier le fameux Alarick qui cherchait maintenant son courage dans une bouteille de vin. Zaahrian avait envie de s’amuser maintenant et de retourner cette situation à l’avantage du pauvre gamin. Non, il ne faisait pas cela par justice, mais juste pour rigoler un peu. Il devait maintenant trouver comment faire pour arriver à son but. Au bout d’un bref instant de réflexion, il se leva d’un pas leste pour retrouver la tenancière.

— Oh, je vois que mon beau garçon t’a fais de l’effet. Je le savais juste en te regardant, petit coquin.


— On regarde dans les yeux, merci.

Elle ricana.

— Ne soit pas si prude, ça ne te va pas.

Zaahrian leva un sourcil avant de reprendre.

— J’aimerais savoir si vous avez en réserve un jeune homme à l’allure très féminine. Le genre que si on l’habille d’une robe, il n’aura pas l’air d’une grotesque comédie.

— Peut-être… Pourquoi demandes-tu?

— Les gamins qui sont là, ils veulent faire un mauvais tour à leur compagnon et j’ai envie de semer le doute dans leur esprit. Rien de bien méchant, mais à les entendre, ce sont de vrai pro des galipettes et je doute fortement que ce soit le cas.

— Ah! Tu n’as pas l’air d’être du genre chevalier servant pourtant. J’ai quelqu’un en tête, mais ça ne sera pas gratuit.

— Ah, ayez pitié! Il doit bien y avoir un tarif réduit. Je n’ai pas l’intention de l’amener dans mon lit… juste de flirter un peu avec lui devant ces idiots, jouer la comédie…

— Et pendant qu’il sera avec toi à parader son joli minois, il ne fera pas les passes les plus payantes!


— Écoute, si tout fonctionne comme prévu, dans le temps de le dire, il se retrouvera dans une des chambres avec l’un des gars l’autre côté et il aura une jolie surprise en découvrant que le jupon cache un service trois pièces.

— Hum, je ne sais pas ce que tu as en tête, mais je ne crois pas que ça va marcher ton affaire.

— Attend et laisse-moi t’expliquer. Voici mon plan…

-------------------------------------------

Zaahrian arriva enfin au manoir, sifflotant joyeusement une bouteille de vin à la main. Il s’attendait à retrouver les lieux comme il les avait laissés plutôt dans la journée, mais c’est sur un personnel en panique qu’il tomba.

— Il s’est passé quelque chose?

La question était purement rhétorique, car il voyait bien que quelque chose était arrivé, mais quoi? Il s’empressa de rentrer pour découvrir qu’on le recherchait activement.

— Oui, je suis en retard, mais il n’y a pas mort d’homme, n’est-ce pas?

Puis il eut un doute.

— Elle ne s’est quand même pas fait tuer, j’espère!?

Ça serait bien le comble si c’était le cas, mais non, elle était toujours vivante. Cependant, il y avait bien eu une attaque comme on lui expliqua. L’assassin n’attendit pas plus longtemps et fonça vers les appartements de madame. Il voulut y entrer d’un coup de vent, mais comme il était très en retard et vu la situation, il se dit qu’elle devait surement être de très mauvais poils et qu’il serait probablement plus prudent d’y aller doucement. Il toqua donc à la porte.

— Hey! C’est moi! Tu ne devineras jamais : j’ai enfin avancé dans mes recherches! En prime, j’ai deux invitations pour un bal masqué. Je me demandais si tu n’avais pas envie de m’accompagner. Tu n’as pas dit que j’étais présentable en public? Bref, j’ai aussi une bouteille de vin si ça t’intéresse. Désolé pour le retard, mais c’était pour la bonne cause. Tu me laisses entrer maintenant?
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   Lun 26 Oct 2015 - 0:48

Trois coup retentirent à la porte et de soudains éclats de rire répondirent aux excuse de l'assassin. Derrière la battant, et sans que les deux gardes ne présentent le moindre signe d'intérêt, des pas précipités s'approchaient. Les deux pans s'écartèrent tout grand pour laisser voir une Krish pied nus au sourire resplendissant sur la toile fond d'un petit salon privé.

-Tu es tout pardonné ! Je finissais par me languir mon preux assassin,
ajouta-t-elle avec une moue peu équivoque.

Sans lui demander son avis, elle attira le semi-elfe à l'intérieur et claqua la porte.

L'air commençait à être légèrement enfumé et une odeur de fruits, de tabac et d'autres plantes moins traditionnelles était immanquable. Wydrin et un nain étaient à demi allongé sur un amoncellement chatoyant de coussins et de pouf. La chef des gardes avait visiblement du mal à retenir un fou rire galopant d'ailleurs...
Droit dans un coin Wik regardait la scène avec son détachement habituel, lisant plutôt des listes de nombres inscrites en pattes de mouche sur un parchemin grossier. Pendant que deux autres personnes légèrement vêtues et portant collier versaient à boire et jouait de la viole.

-Comme tu peux le voir, on manque cruellement de bonne compagnie ici !

-Parle pour toi, noiraude.
-Je te présente Soulard le nain.
-C'est Soukar, vieille-peau. Soukar Bille-creuse... pour vous servir.
-Appelle-moi encore une fois vieille-peau, nain, et tu ne reverras jamais le soleil se lever, trancha une voix glaciale comme la mort... Qui fut remplacer aussi sec par un ton on ne peut plus normal lorsqu'elle se retourna vers Zaahrian. Il sait tout ce qu'il se passe dans les Caves... Et dans l'ombre en général. Il pourrait peut-être te filer un coup de pouce.

Appuyée sur l'assassin plus qu'elle ne le retenait, elle souligna ses propos d'un geste on ne peut plus enfantin : elle leva le pouce et le plia plusieurs fois comme si elle voulait bien marquer une plaisanterie qui de toute évidence n'existait que dans son esprit. Son sourire était tout juste jovial... Un sourire qui ne lui ressemblait pas tout à fait.
Après ce court et véhément échange entre la drow et le nain, ce dernier cracha une colonne de fumée digne des forges de son peuple avant de passer à Wydrin la longue tige de bois sur laquelle il venait de tirer. La pipe à eau crachota. Krish, elle, sembla soudain se souvenir de que que Zaahrian avant dit en arrivant. Elle saisit ses poignets et l'attira vers les coussins en manquant de se prendre les pieds dans... ses pieds.

-Mais tu disais avoir une bouteille de vin ? Ouvrons-là ça ne peut que nous porter chance ! Continua-t-elle en essayant de s'emparer de la dite bouteille.

Ses gestes étaient précis mais... Lents. Comme si elle prenait tout son temps pour calculer la trajectoire au dixième de millimètre près. Mais elle semblait percevoir son environnement avec plus de rapidité. Elle aperçu à peine l'étiquette qu'elle lança un sifflement faussement admiratif.

-Mazette. Mmmais c'est que c'est pas donné cette petite chose. Tu ne l'as pas volée j'espère ?

Un sarcasme. Même avec les pupilles aussi dilatées que celles d'un chat au cœur de la nuit, toute l'expression était dans le ton. Wyrdin lâcha enfin le rire qu'elle retenait depuis l'entré de l'assassin et le nain renifla bruyamment avant de baragouiner dans sa langue... ce qui fit répondre Krish du tac au tac dans le même dialecte avant qu'elle ne revienne à Zaahrian.

-D'ailleurs j'ai failli oublié. Ton copain, je l'ai fait détaché. Il est peut-être encore dans sa chambre, j'ai pas vérifié. Je m'en fout. Mais quand je l'ai laissé, il était entier. En tout cas il en a une à disposition. J'ai eu un sacré coup de bol quand même. Il a de bons réflexes le salopard. Une seconde plus tard et c'était ma gorge et pas le bras de l'autre débile qui y passait ! Il a tenté sa chance remarque, je lui en veux pas. Au moins je suis sûre d'une chose : il embrasse pas trop mal quand il mort pas et puis

Soudain, au milieu de sa phrase, elle se retourna vers l'esclave qui jouait sa petite musique d'ambiance. Son visage coquin changea du tout au tout en l'espace d'une seconde. Son nez se fronça ses yeux se durcirent, l'ensemble de son visage se figea dans une expression de rage folle à deux doigts de la démence pure. La pression qui se dégageai d'elle était si forte qu'elle semblait sur le point de tuer le pauvre musicien.

-SI TU NE SAIS PAS JOUER SANS FAIRE DE FAUSSES NOTES SORT D'ICI AVANT QUE JE NE T'ARRACHE LA LANGUE A MAINS NUES !

Le silence se fit instantanément. Wik arqua un sourcil. L'esclave se jeta presque à plat ventre sans oser prononcer un mot. Son instrument produisit un bruit discordant en tombant sur le sol. Après une seconde de flottement, Wik intima au musicien de quitter la pièce.  Alors que Krish se tournait de nouveau vers l'assassin comme si de rien était. Reprenant aussi bien la voix que l'expression en demie teinte qui semblait lui coller à la peau.

-Et pour le bal masqué, ce sera avec GRAND PLAISIR ! Je comptais en organiser un dans un mois pour mon millième anniversaire. Donne moi juste une ou deux heures pour redescendre un peu et foutre ce cher nain à la porte ! Merci pour cette invitation Zaahrian... Et puis sinon c'était petite soirée intime à la maison avec quelques amis et profusions de tous ce qui se mange, se boit ou se baise. Ça me changera ! Quelqu'un a vu ma grenouille ?

Oui Tout ce qu'elle disait avait du sens. Sûrement... Peut-être... Mais pour quelqu'un qui n'était ni sous influence, ni dans sa tête cela devait être spécial...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Douce revanche... [pv Krish]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Douce revanche... [pv Krish]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Douce Missive... [Shaelyss]
» Une douce nuit sous le Balcon [Terminé]
» Douce amertume ~Irina et Lorelei~
» Quand tu tiens même plus sur tes pattes. [PV Douce Plume]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: