AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Viperinae Sanguis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 27
Âge : 27
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Viperinae Sanguis   Dim 7 Juin 2015 - 10:37

¤¤¤
Milkherem et plusieurs des hommes de Shallat étaient dans une taverne miteuse près du quartier des ports, à Thaar même. Comme d'habitude vous me direz. Les Esclavagistes étaient plus ou moins mécontents. Les affaires allaient mal, même pour eux, plusieurs choix difficiles, le manque de bonne marchandise ainsi que le mauvais caractère de leur Maîtresse faisait que c'était pas le meilleur moment pour porter la marque de la Vipère Rouge. Plusieurs bandes commençaient à zieutés les commerces de la Drow. Néanmoins, peu osait s'en prendre aux propriétés de la Marchande de Chair. Elle n'était pas vraiment partageuse et nombres de vauriens avaient goûtés à son fouet et aux mines pour avoir oser franchir un de ses établissements sans qu'on lui demande au préambule son autorisation. Pire, sa bénédiction. Celle que beaucoup d'esclaves nommaient la Bien-Aimée ne faisait pas partie de la pègre locale. Mais elle était aussi dangereuse. Les Guildes de Voleurs, les Malandrins, les Racketteurs, les Cogneurs, les Assassins, les Pisses-Culottes et même les Chasseurs de Primes évitaient de s'en prendre aux hommes de Shallat. Pas parce qu'elles les payaient, bien que pour certains c'étaient le cas, mais pour la bonne raison que la Drow considérait toute attaque envers l'un de ses hommes comme une attaque personnelle et elle n'hésitait plus depuis  des années à répondre extrêmement violemment à ce genre de réponse. On raconte même que dans les bas-quartiers, elle aurait dépecé un homme pour avoir simplement cracher sur son second. Oh, l'histoire était un peu plus complexe que cela, après tout, Milkherem était ce dit second. Mais pas beaucoup plus. En fait, c'était pendant une des rares promenades de la Drow dans un des quartiers les plus dangereux de la ville. Milkherem en profitait pour récolter l'argent des contre-maîtres qui louaient des esclaves pour décharger les docks lorsqu'il n'y avait pas suffisamment de dockers. C'était nettement plus cher, mais si les contre-maîtres voulaient décrocher leurs primes et surtout ne pas payer des frais de retard, ils payaient les marchands comme Shallat pour éviter cela. Sauf que l'un d'eux n'a pas voulu payer le prix demander. Le ton monta entre les deux hommes et effectivement, le contre-maître cracha sur Milkherem. Il aurait dû s'abstenir. Il avait en effet sceller son destin. Surtout que la Marchande avait vu la scène. Avant même que l'Esclavagiste réponde à cet affront, la Drow sortit son fouet et utilisa ses nombreux siècles de pratiques pour prendre l'homme des quais à la gorge. Milkherem évita ensuite de penser aux atrocités que sa Maîtresse prodigua au pauvre hère. C'était l'une des raisons pour laquelle on craignait Shallat, même si on la craignait pour d'autres actes du même acabit encore plus sanglants et ignominieux. Tel était la façon de faire de la Bien-Aimée, Shallat Assunudadnud.

Le Second était donc avec quelques uns de ses hommes, assis tranquillement dans ce rade miteux, pensant à l'avenir. Hors de question de quitter le service de la Vipère Sanglante sans en payer le prix, qui était exorbitant. Même si elle était colérique, insatiable et pourrie jusqu'à la moelle, ses employés étaient relativement bien traité, sauf s'il faisait mal leur travail, bien entendu. La paye était loin d'être mauvaise et ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient, du moment qu'ils puissent soient sacrifiés leurs vies pour la Marchande, soient en sacrifié une autre. Cela dérangeait aucun des vauriens à la marque du serpent. Les effluves d'alcools, de pisses et de poissons pourries n'étaient pas plus désagréable que celui du sang, du foutre et de la pisse qu'ils sentaient continuellement dans les tréfonds du manoir. Milkherem était confiant en ce qui concernait son avenir. Il savait que la Drow ne voudrait pour rien au monde sacrifier son train de vie et elle ferait tout pour le maintenir, quitte à piller tous les Nobles, Marchands et grosses fortunes pour maintenir sa richesse, ou mieux, l'augmenter. Peut-être allait elle changer de secteur économique, peut-être pas, personne ne savait avec Shallat. Étant une Drow, elle n'avait pas la même conscience du temps que la plupart des mortels, elle voyait le temps sous un regard différent. Ses plans aussi. Elle ne faisait jamais dans la demi-mesure, plutôt dans le spectaculaire. Elle avait un Nom à faire respecter et elle n'hésiterait pas à utiliser tous ce qui était humainement possible pour obtenir ce qu'elle souhaite. Tel était sa nature.
¤¤¤


« Tavernier, remet donc une tournée à moi et mes amis ! »

¤¤¤
Un des hommes recommanda et rapidement, les dix tatoués viperinaes sanguis furent resservi par ce qui devait être de l'alcool. C'était plutôt du tord-boyau, un liquide infâme qui avait néanmoins d'excellentes particularités, comme par exemple, le fait que le verre, même recouvert de poussières et autres saletés, nettoie et stérilise tout ce qui était en contact avec le liquide. Il était également inflammable, ce qui était une bonne chose également, si quelqu'un vous embêtait, vous pouvez lui foutre le feu d'une manière simple et rapide. Enfin et la meilleure sans aucun doute. Il était extrêmement bon marché et soûlait rapidement. Les hommes picolèrent leurs verres d'une simple lampée, ayant bien trop souvent l'habitude de boire. Milkherem, lui, regardait autour de lui, juste pour voir s'il y avait quelque chose d'intéressant. Mais là, pour le moment, rien du tout …
¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Âge : 72
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Dim 7 Juin 2015 - 10:49


Le voyage fut long.

Des confins de l’Anaëh aux terres inhospitalières enlaçant la capitale commerciale de l’Ithri’Vaan, c’est par maints détours que Dunraël put parvenir à sa destination. Il s’était volontairement éloigné des fronts et de la guerre qui faisait rage entre les siens et ses lointains cousins. Il s’était frayé un chemin à travers les bois de la forêt d’Aduram, restant à distance de la moindre parcelle de vie provenant d’Oësgard. Il avait contourné la Dross par l’ouest, demeurant à égale distance de l’Alonna et de la ville malfamée. Puis il avait longé la côte, jusqu’à Naelis, qu’il s’était contenté d’observer de loin, avant de descendre, au sud, vers sa destination. Il aperçut, la veille de son arrivée, les premiers marchands et paysans, travaillant aux champs, œuvrant pour récolter les fruits de leur labeur. Son apparence et son allure, effrayantes, avaient découragées les manants de l’aborder. Plus il s’approchait de Thaar, plus l’air s’y faisait plus lourd, empreint d’un mélange de sueur, de pêche, et de médiocrité.

La ville le surprit quelque peu : les bâtiments étaient difformes, aucun ne ressemblant à celui qui partageait son mur porteur. Faits de terre cuite et rarement de pierre, les demeures étaient excentrées, et beaucoup avaient fabriqué, à l’aide de bois et de tissu, une protection contre le soleil. Les gens criaient, vendaient leurs marchandises, circulaient avec des pots sur la tête. Lourdement vêtu, comme à son habitude, l’Elfe se fraya un chemin, suivant lentement la masse populaire compacte qui se déplaçait tant bien que mal à travers les étals et boutiques. Il y régnait une odeur d’épices, de poissons et de viandes, dont les morceaux étaient accrochés aux yeux de tous sur des crochets, au plafond des petites étales.Sur les quais, on voyait du plus modeste navire de pêche à la grande embarcation commerciale. Certains hommes âgés semblaient travailler le cuir des bêtes, et d’autres taillaient des pierres précieuses sur leur petite table de bois grossier. On voyait certains hommes, attelés derrière des tables de bois, comptabiliser les denrées entrantes et sortantes. Dunraël garda ses yeux un instant sur l’un deux, l’observant d’un seul œil, le visage voilé par son capuchon et ses cheveux.

Au loin, il aperçut entre deux toits un immense bâtiment que l’on nommait ici la Citadelle des Âmes. C’était un impressionnant édifice, façonné par les mains de milles esclaves, à l’aide de pierres solides et bien taillées. On y murmurait que l’un des grands maîtres des Lames Dansantes était un assassin de renommée, et qu’il était difficile de déceler son ombre dans la lumière. Selon les rumeurs les plus insistantes, il avait toujours su tenir en respect les puissants de la ville, et seuls les fous et ceux dénués d’intelligence osaient le défier. Dunraël remarqua aussi les enfants, torses nus et faiblement vêtus, qui couraient à la fois dans les rues et sur les toits, se servant des passerelles pour se déplacer. Il alla s’asseoir, rejoignant à nouveau les quais, sur un banc de bois qui menaçait de s’effondrer. Demeurant là toute la journée, s’appuyant sur son bâton, il ne réagit pas autrement que par un regard lorsqu’un passant richement vêtu lui jeta une pièce à ses pieds. Il inclina légèrement la tête comme pour remercier, alors qu’il prenait la pièce d’argent.

Le soir vint, et le mage se servit des bruits et des lumières pour trouver un lieu où dîner. Il se rendit dans un coin reculé de la ville, et entra derrière quelques passants. Il s’avança au travers de la foule qui riait, criait et ripaillait. Il commanda le menu le plus sobre, un morceau de fromage, de pain, et une coupe de piquette. Le serveur regarda suspicieusement la pièce d’argent de l’Elfe, mais finit par accepter d’une moue du visage. Après s’être installé dans un coin de la taverne, sans ôter ni manteau ni capuchon, le nomade entama son repas frugal, mâchant sans entrain le fromage dur et dénué de saveur, avec son morceau de pain. Nullement gêné par le capharnaüm régnant, l'Elfe tourna son visage à moitié voilé par sa capuche et ses cheveux vers la source du tapage. Une bande de soûlards, fêtant ce qui ne saurait être digne, au vu de leur apparence. Les yeux du mage avaient la faculté de percer l'ombre la plus noire, par leur teint vert presque irréel. Nul doute qu'il finirait par être remarqué.
Revenir en haut Aller en bas
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 27
Âge : 27
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Dim 7 Juin 2015 - 11:55


¤¤¤
Ceux qui ripaillaient n'étaient clairement pas Milkherem et les siens. Non, c'était les hommes d'un petit cartel insignifiant des docks. Ils se nommaient la « Main Noire », en raison de leur rite de passage quant-ils ont commis  leur premier meurtre. Une fois cette tache accomplis, ils se font tatoués une de leur main d'un noir absolu. Une marque simple et efficace qui permettait aux habitants de ce quartier de savoir à qui ils avaient à faire. Les personnes dans la taverne semblaient avoir peur d'eux et c'était compréhensible. Ils étaient là pour fêter le premier meurtre commis par un des leurs. Il venait de recevoir son tatouage et tous étaient là pour fêter cela. Chahutant les différents clients, nuls n'osaient s'en prendre à eux. Néanmoins, ils évitèrent le groupe d'esclavagiste. Cela se finirait mal pour eux, si ils cherchaient des noises aux hommes portant la marque du Serpent Rouge. Le jeune à la Main Noire était entièrement ivre et ne pût s'empêcher de faire le pitre et surtout, montrer à ses amis qu'il était un vrai dur. Il avait tuer son premier homme après tout !

S'il savait le nombre de mort qu'avait fait Milkherem, il jouerait certainement moins le mariole. Le premier, c'était rien, nombre d'habitants de par la cité avait déjà tuer au moins une fois. Quand vous arriviez à abattre une dizaine de personne par semaine pendant plus de vingt ans, là ça deviens drôlement plus rare. Alors que pour la petite bande de vaurien, la Mort n'était qu'une étape, pour les Esclavagistes, c'était leur métier. Ils devaient des fois donner la Mort pour montrer au bétail qui commandait. Un exemple, pour le moindre refus d’obtempérer. C'était ce qu'appelaient Shallat par des « pertes acceptables ». La peur, la douleur et la mort. Les meilleurs moyens de privés un homme de son humanité. Et il savait de quoi il parlait, le Milkherem. Il avait brisé plus d'esprit qu'il ne pourrait compter de toute sa vie …

L'autre ivrogne était toujours en train de faire le fou. Il était là, hurlant des insanités, expliquant à qui il voulait l'entendre qu'il baisait toutes les putains de la terre et surtout les mères des princes ou princesses-marchandes. Cela fît sourire Milkherem. Sans le savoir, il venait de décrire une généralité. Buvant son tord-boyaux, il regarda le jeune garçon se ridiculiser un peu plus. Il s'approcha d'un autre client, un gars qui venait de rentrer dans le rade et qui commandait simplement à manger. Sans doute un sans-abris qui avait mit son gain obtenu par la mendicité pour manger un peu et ne pas mourir dans le caniveau. Voulant sans doute jouer les fiers-à-bras, le jeune Main Noire dit d'une voix forte et nauséabonde.
¤¤¤


« Hey, l'encapuchonné, tu sais pas que tu dois retirer ta  capuche quand tu rentre dans notre quartier général, hein ? T'es ici chez moi, peigne-cul ! »

¤¤¤
Le regard torve, le jeune homme s'approcha et sans ménagement retira la capuche de l'inconnu. C'était un Elfe, Milkherem avait aucun doute là dessus. Il était un peu trop loin pour voir les traits usés et fatigués de l'Elfe, mais cela ne dérangeait pas le moins du monde l'ivrogne malandrin, qui s'exclama.
¤¤¤


« Oh vindieu, mais t'es vraiment laid, comme bonhomme ! Et regarde moi ses oreilles et ses tatouages pourries que tu as sur la peau ! Tu ferai peur à toutes les putes de Thaar mon mignon ! Allez, je vais être sympa, normalement, moi et mes copains, on chasse les vermines comme toi, mais puisque t'es foncièrement moche, on te laisse une chance de vivre. Paye nous 30 pièces et nous te laisserons la vie sauve. »

¤¤¤
Milkherem fût surpris. Tiens, ils rackettent les mendiants maintenant. Cela explique pourquoi ce gang était réellement insignifiant …
¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Âge : 72
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Dim 7 Juin 2015 - 15:25

Lentement, les dents de l'Elfe mâchaient et déchiquetaient le morceau de pain à la croûte couleur de cuivre. Entre deux bouchées, il enlevait une miche de son fromage et le grignotait sans entrain. Lorsqu'il eut fini son dîner, il prit la chopine de vin, et la but doucement, profitant de cet instant suave et désaltérant après une journée de marche et de visite sous un soleil écrasant. Il avait fini par détacher son regard de la bande de malfrats bruyants, mais c'est à cet instant précis que l'un d'eux vint vers lui. L'alcool suintait des pores de sa peau, et l'odeur médiocre ainsi que son hygiène laissaient à désirer.

« Hey, l'encapuchonné, tu sais pas que tu dois retirer ta  capuche quand tu rentre dans notre quartier général, hein ? T'es ici chez moi, peigne-cul ! »

L'Elfe ferma les yeux lentement. Son soupir n'était à peine audible, même de la part de quelqu'un qui se trouverait face à lui. Les regards se tournèrent vers le mage, dont la capuche fut soudainement tirée en arrière. Voilà qu'ils le traitaient. Était-il donc si mal tombé pour échoir dans cette taverne peuplée de reîtres et de brigands ?

« Oh vindieu, mais t'es vraiment laid, comme bonhomme ! Et regarde moi ses oreilles et ses tatouages pourries que tu as sur la peau ! Tu ferai peur à toutes les putes de Thaar mon mignon ! Allez, je vais être sympa, normalement, moi et mes copains, on chasse les vermines comme toi, mais puisque t'es foncièrement moche, on te laisse une chance de vivre. Paye nous 30 pièces et nous te laisserons la vie sauve. »

L'Elfe finit son verre, en se levant. De ce même ton calme qui définissait son timbre de voix, il s'adresse à la racaille :

« Je ne souhaitais que me ressourcer avant de poursuivre mon voyage, messire. » Il prit son bâton, posant la lame inférieure sur la pierre qui composait l'essentiel du sol de la taverne. « Rien qui ne saurait justifier que je vous offre, à vous, et aux vôtres, de quoi boire. »

Il y eut un instant de flottement dans la taverne, durant lequel Dunraël rabattit sa capuche sur son visage, et fit quelques pas vers la sortie. Un bruit sourd lui fit lever les yeux : il vit une main, plaquée contre le bois de la porte, lui empêchant d'emprunter cette voie. Il ne se retourna pas pour autant, levant simplement les yeux vers cette main.

« T'es sourd ?! On t'a dit trente pièces, ou ce sera trente dents en moins ! »

La fin de sa phrase fut enhardie par une main saisissant l'épaule de l'Elfe. Encouragé par le soutien de ses compères, la jeune racaille tira sans douceur, forçant Dunraël à se retourner pour faire face à ses agresseurs. Il leur fit face, la dizaine de racailles formant un demi cercle autour de lui, le reste des clients s'écartant, regardant d'un œil navré celui qui serait, à coup sûr, rossé et laissé pour mort. L'Elfe poussa un long soupir de déception, tandis qu'il voyait l'un des plus costauds commencer à s'échauffer en vue de la rixe qui s'apprêtait à débuter. Imperceptiblement, l'Elfe mouva ses lèvres, mais dans le silence qui s'était imposé de lui même, on n'entendit qu'une mélodie douce, chantonnée en une langue inconnue pour tous ceux qui l'écoutaient. Néanmoins, les effets se firent vite apercevoir.

Penchant légèrement son bâton, le médaillon qui y était accroché ainsi que les talismans reliés par des cordages s'entrechoquèrent doucement. Un volute vert, s'échappant lentement de la manche de l'Elfe, enlaça sa main, lentement, au rythme de la comptine. Comme si elle provenait de l'intérieur de sa manche, elle continua sa remontée, longeant le bâton. Une fois parvenue à son extrémité, elle s'enlaça autour de la lune taillée. Soudainement, elle prit la forme d'une tête de serpent, aussi grande que la taille d'une tête humaine. Cette création spectrale siffla, et ses crocs semblaient réels. Les brigands, ainsi que quelques clients, hurlèrent de terreur, tandis que l'Elfe agitait le bâton comme pour se défendre. Les bandits eurent tôt fait de s'enfuir, la majorité des clients étant restée tapie dans un coin de la taverne, effrayée. L'Elfe ne demanda pas son reste, poussant la porte de bois en achevant sa comptine, faisant disparaître progressivement le serpent, dont le contour resta visible, immobile dans le temps et l'espace, aux yeux de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 27
Âge : 27
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Dim 7 Juin 2015 - 21:36


¤¤¤
Milkherem regardait la scène avec le regard d'un professionnel. Naturellement, les malandrins soutenaient leur ami éméché et voulait bloquer la seule issue. Alors que l'Esclavagiste commençait à s'intéresser à un sujet plus important, comme son verre vide, le vagabond surpris tout le monde, que ce soit la bande à la Main Noire, les clients, l'aubergiste ou encore le groupe à la Vipère Sanglante. Un Serpent plus vrai que nature apparut devant les agresseurs du pauvre hère. Ainsi donc, le sans-abris est plutôt un mage, intéressant … Sans qu'on s'en rende compte, le Mage avait disparu et progressivement, les brigands comprirent que ce n'étaient qu'un sort, non un réel serpent. Terrifiante, mais mensongère. L’Esclavagiste sourit. Il était agréable de voir des brutes sans cervelles comme le Cartel de la Main Noire se faire ridiculiser de la sorte par un étranger. Mais le Cartel n'allait pas laisser passer l'affront, c'était une question d'honneur et de fierté. Très vite, ils allaient se ressaisirent et auraient comme réaction une colère des plus meurtrières.
¤¤¤

« Chopons ce putain d'oreille en pointe ! Saignons le cet enfoiré ! »

¤¤¤
Il s'imaginait déjà les insultes. C'était peut-être des brutes sans cervelles, des simples cogneurs, mais leurs chefs voudront la tête du Mage, c'était obligatoire pour qu'ils ne perdent pas leurs mains-mises sur ce quartier … Milkherem devait partir à la recherche du Mage. Il détestait ses types, c'était de la racaille, à peine capable d'être du bon bétail. Du gibier de potence. Il allait décider de protéger ce type, enfin s'il le retrouvait bien entendu. Lui et les hommes de la Vipère se dirigèrent de tous les cotés, ils avaient pour ordre de défendre le Mage, non le capturer. Ses pouvoirs plairaient à leur Maîtresse, elle s'intéressait de plus en plus à l'art de la Magie. Mais avant tout, il fallait le retrouver et surtout voir dans quel quartier il était. La plupart de ses gars avaient plusieurs indics dans la ville. Le retrouver ne serait pas forcément des plus faciles, mais il était confiant. Ce serait un excellent cadeau pour la Bien-Aimée. Bon, il allait devoir expliquer à Shallat qu'ils allaient devoir se battre avec le petit Cartel, mais la Marchande réagirait sans doute positivement …

Milkherem se dirigeait donc vers les quais, questionnant plusieurs personnes, n'hésitant pas à déclarer qui il était. Beaucoup répondirent, peu de personne s'amusaient à contrarié les hommes de Shallat. Ils parcouraient les rues, les impasses et demandait à chaque personne qu'il connaissait ou non. Il s'approcha finalement des docks et croisa finalement le Mage. Il se mit à sourire et s'approcha rapidement de lui, tout en évitant d'énerver ou d'effrayer l'Elfe. Les Jeteurs de Sorts étaient tellement imprévisibles ...
¤¤¤



« Veillez me pardonner Seigneur, mais vous avez fait un sacré remue ménage dans la taverne. Je dois vous dire que vous êtes un sacré numéro. Répondre ainsi au Cartel est un acte audacieux pour un homme seul, mais vous pouvez vous faire des amis. Je me présente, Milkherem Thamagadissios, Second de la Bien-Aimée Shallat Assunudadnud. Je peux vous inviter voir mon employeur, il vous offrira le gîte, le couvert et peut-être la protection pour la nuit, si vous le désirez … »

¤¤¤
Son sourire était des plus convaincants. Sa révérence également. Il pouvait même voir la marque représentant vulgairement un serpent rouge dans son cou. Une autre bande peut-être ?
¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Âge : 72
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Lun 8 Juin 2015 - 10:09

L'Elfe, après s'être glissé hors de la taverne, avait marché vers les docks. Sereinement, un pied puis l'autre, il ne s'était nullement pressé. Les rues étaient calmes à cette heure avancée de la nuit, et les seuls bruits qu'il entendait étaient les jurons et les ordres criés par les malfrats qui le recherchaient. Il n'allait pas être bien difficile à trouver - qui plus est, il ne faisait rien pour se cacher. Sur les quais, il s'attarda quelques secondes à regarder le calme ambiant : il était étrange de voir comment un lieu si agité en journée pouvait devenir aussi silencieux qu'un cimetière. Il se dirigea vers l'extrémité des embarcadères, là où les plus grands navires jetaient l'ancre, et où de petits rafiots servaient de navette vers les bateaux si grands qu'ils ne pouvaient entrer dans le port.

Alors qu'il marchait, il entendit des pas pressés et une voix qui l'interpella. S'appuyant sur son bâton, comme s'il était un vieillard, Dunraël tourna son visage sans se retourner entièrement. Il écouta les propos tenus par le jeune garçon. Ce dernier était poli, peut-être même un peu trop pour un habitant de cette ville. Il n'était ni vêtu comme une racaille de bas étage, ni comme ceux que l'on nommait les Princes Marchands. Probablement membre d'un clan, car même dans l'obscurité, le tatouage d'un serpent pourpre était visible. Ce fut de sa voix naturelle, un ton grave voir abyssal, que Dunraël répondit :

« Je n'ai pas besoin d'amis, Milkherem Thamagadissios, second de la Bien-Aimée Shallat Assunudadnud. Remercie ta maîtresse pour son offre généreuse, mais je n'ai ni or, ni biens qui sauraient rembourser ma dette. »

De cette même attitude désinvolte - certains auraient dit inconsciente, le mage reprit sa marche tranquille. Il était bien conscient que cet homme-là ne se résoudrait pas à un refus si obtus, de même qu'il n'était certainement pas seul. L'Elfe parcourut encore quelques mètres, puis s'appuya à nouveau sur son bâton en contemplant, au loin, un immense navire. Il demeurait là, à la fin du quai, ses chaussures faisant grincer la dernière latte de bois fragile qui le séparait d'une chute dans l'eau. Regardant le trois mâts qui baignait dans la jetée, au loin face à lui, il prononça quelques mots pour lui-même :

« Celui-ci fera l'affaire. »

Une brise passa alors, poussant légèrement la lourde cape composée de fourrures diverses du mage. Dans l'air, il sentit l'odeur de l'alcool et du manque d'hygiène, à moins que ce soit la sienne. Sans tourner le visage, il prononça ses dires distinctement, en couvrant la faible brise de sa voix grave. Il ne quittait pas des yeux le navire, comme si celui-ci était l'unique raison de sa venue à Thaar.

« Tu es toujours là. »
Revenir en haut Aller en bas
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 27
Âge : 27
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Lun 8 Juin 2015 - 11:13

¤¤¤
Milkherem n'était pas surpris du refus. Après tout, nombres de personnes à Thaar n'aurait pas fait confiance à quelqu'un portant la marque du serpent pourpre. Et ils avaient parfaitement raisons. Si l'Elfe n'avait pas eût de pouvoir magique, l'Esclavagiste et ses hommes l'auraient simplement capturé comme on capture une bête et lui aurait mit des chaînes. Mais là, c'était un mage et bien qu'ils travaillaient quelques esclaves ayant des pouvoirs magiques, ce n'était jamais eux qui capturaient ce genre de proie. Alors, l'ancien Cavalier des Plaines du Nord voulait y aller doucement, comme quant il capturai des chevaux sauvages dans son enfance. L'Elfe fixa son regard sur l'horizon. Il regardait les bateaux ou bien l'obscurité. Même si les Mages étaient d'une bizarrerie sans nom, Milkherem opta pour la solution la plus logique, les bateaux. Et quels bateaux ! C'étaient de réels galéasses, allant aussi vite que le vent. Leurs voilures et leurs rames leurs donnaient un réel avantage sur la Mer Olienne et sur l'Eris. Comme pour faire la conversation, Milkherem déclara.
¤¤¤


« Ah je vois, vous êtes venu dans notre belle principauté pour voir notre merveilleuse flotte marchande ! Et vous avez raisons ! Certains disent que les meilleurs marins viennent de la Péninsule, mais laissez moi vous prouvez le contraire. Pourquoi les meilleurs marins travailleraient pour n'importe quel nobliau à l’Ego surdimensionné et sans le sous alors qu'ils pourraient travailler pour les Marchands les plus riches du Monde ? »

¤¤¤
L'Esclavagiste lui lança un sourire des plus charmeurs, tout en continuant d'observer aussi bien l'Elfe que les alentours. Il ne voulait pas tomber sur le Cartel. Oh ils avaient fuis, mais ils reviendraient à la charge, tel étaient leurs natures. En attendant que ses hommes reviennent sur les docks, Milkherem ferait la nounou du mage millénaire.
¤¤¤

« Même avec vos pouvoirs, si vous chercher à obtenir un navire comme celui-ci, il vous faudra des centaines d'années d'économies, même si je suppose que pour un être tel que vous, cela représente qu'une fraction de seconde … Ou alors, vous pouvez demander un prêt ou un emploi auprès de mon employeur, je suis sûr qu'elle sera ravie de vous aidez ... »
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Âge : 72
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Lun 8 Juin 2015 - 14:56

L'Elfe demeurait stoïque, droit comme un piquet, à contempler le navire. Fier et immobile, baignant dans la jetée, voiles baissées. Une fière bâtisse, à coup sûr pouvant transporter hommes et vivres en grande quantité. Cet homme là ne se taisait-il donc jamais ? L'air sérieux, presque grave, de l'Elfe, ne laissait transparaître aucune réaction quant aux propos du garçon. Un teint inflexible sur le visage, Dunraël posa lentement ses yeux sur le jeune homme.

« Est-ce là ce que tu proposes à ceux qu'on ne revoit pas, Milkherem Thamagadissios ? Ta maîtresse prêterait de bon cœur l'équivalent de « centaines d'années d'économie » à un étranger ? »

L'Elfe resta immobile encore un instant. Puis, il décela, imperceptiblement, du mouvement, sur son contrebas. Sur l'un des tonneaux, il vit un lézard monter sur le bois usé et sur le fer rouillé. Délicatement, il plaça ses doigts sales aux ongles rognés contre le bois. La créature grimpa sur ceux-ci, longeant la main, puis resta en son creux. Plaçant sa main juste sous ses yeux, il posa ses iris sur le petit lézard. De multiples couleurs, sa peau n'était pas très belle. Une partie de sa queue était sectionné, et l'une de ses pattes avait été gracieusement délivrée d'une griffe. Il plaça la créature sur son bâton, et tendit ce dernier contre un parapet voisin afin que le lézard y descende.

« Mène-moi à ta maîtresse. Les esprits la jugeront digne, ou pas, une fois que je serais en face d'elle. Si tel est le cas, alors les Architectes seront contentés. Sinon, je remplirais vos consciences d'abomination, et vous passerez le restant de vos jours à avoir terrifiés ne serait-ce que par la lumière du soleil. »

Il n'avait pas changé de ton en prononçant ses dernières paroles. Au lieu de cela, il s'était retourné, et avait commencé à remonter le quai. Son ton était si grave, et si constant qu'on ne pouvait dire s'il était sérieux ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 27
Âge : 27
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Lun 8 Juin 2015 - 15:56

« Oh vous savez, ma maîtresse prête à qui veut bien y souscrire, le tout est d'avoir quelque chose qui puisse l'intéresser. Et je suis sûr que vous parviendrez à l'intéresser … Suivez moi, c'est pas très loin. »

¤¤¤
Milkherem dirigea donc le Mage jusqu'au Manoir de la Bien-Aimée. Ils traversèrent seulement deux quartiers, le quartier des docks tout d'abord ainsi que le quartier des esclaves, pour enfin arriver devant le manoir légèrement décrépi de la Marchande. On pouvait voir plusieurs échafaudages, sans qu'il y est toutefois quelqu'un dessus. Il y avait également des dizaines d'hommes gardant la propriété, arme à la main. Ils passèrent les portes sans encombre, arrivant dans un hall des plus impressionnants. Il y avait des draperies et des soieries sur les murs, des meubles typiquement ithrivaanien recouvert de coussins aux multiples couleurs … Il y avait également plusieurs serviteurs et ces derniers, bien qu'ils n'étaient pas nus, possédaient des tenues des plus … Thaariennes. L'Esclavagiste continua la visite, cherchant à passer dans des pièces où le luxe et l'ostentatoire était la principale préoccupation de la Maîtresse des lieux. Ils continuèrent ainsi, jusqu'à arriver devant des portes closes.
¤¤¤


« Avant de la rencontrer, la coutume à Thaar est d'être dans son plus beau apparat pour discuter d'affaires importantes. Ainsi, ma Maîtresse vous permet d'utiliser sa propre salle d'eau personnelle. Quelqu'un viendra pour vous aider dans votre bain. Je vous conseil de vous dévêtir une fois que vous avez franchis les portes, la chaleur peut-être des plus suffocante. Je vous souhaite d'excellentes négociations ... »

¤¤¤
Milkherem ouvrit les portes et invita le Mage à entrer. Ce dernier fût sans doute surpris de voir non pas une mais plusieurs pièces. A l'entrée de chacune des pièces qui composait la « Salle d'Eau » était marqué un petit panneau écrit dans la langue ithrivaanienne avec une délicatesse rare. L'une d'elle était une pièce froide, une pièce tempérée et une pièce chaude. Au centre de ce carrefour des bains étaient posé plusieurs coussins qui avaient l'air relativement confortable ainsi qu'une table comprenant tout le nécessaire pour boire un thé thaarien, l'un des plus réputés du monde.

Plusieurs minutes après que le mage ce soit mis à l'aise, une splendide Drow se présenta, seulement couverte d'une robe transparente, ne cachant nullement ses attributs et encore moins la région la plus intime de son anatomie. Elle était recouverte de bijoux et bien qu'elle n'avait nullement de maquillage, elle était une de ses femmes que les Rois se seraient battus et déclarer la guerre pour ne serait ce passé qu'une nuit en sa compagnie. Elle portait de nombreux bijoux, tous en or et avec des joyaux. Mais ce qui était le plus impressionnant n'était pas ses cheveux de la couleur de l'améthyste non, mais plutôt son regard grenat, brillant de milles feux. Elle s'approcha de l'Elfe, lui fit une révérence des plus exquises et déclara.
¤¤¤


« Je viens vous aider pour votre entretien, vous permettez, seigneur … ? »
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Âge : 72
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Lun 8 Juin 2015 - 16:17

« Non. »

La réponse avait peut-être le mérite d'en surprendre plus d'un. Il avait suivi cet homme, et avait maints fois ralenti le pas ou regardé derrière lui s'il n'était pas suivi. On l'avait guidé dans une succession de pièces, où la beauté des murs n'était pas de celles qui émouvaient l'Elfe. Quelques gravures, deux ou trois peintures et des soieries ne suffisaient pas à rendre Dunraël admiratif. A dire vrai, il songeait plus que le gérant devait avoir un problème pour autant exposer ses biens. On l'avait amené dans une salle où des bains étaient disposés, et on l'avait laissé seul. Ignorant cette coutume, il toucha du doigt la surface de l'eau d'un des bains. Elle était tiède, agréable. Mais en territoire inconnu, l'Elfe ne se dévêtirait pas. Puis vint une Drow, à peine vêtue, qu'on avait envoyée pour l'aider.

« Mais où sont tes vêtements, créature ? Ai-je donc l'air impotent pour que l'on m'envoie une enfant...La maîtresse de ces lieux me recevra tel que je suis. Et que les Architectes me gardent, trouves-tu donc qu'il fasse si chaud pour que tu sois si peu vêtue ? »

Le mage se détourna, esquissant quelques pas à travers les bassins. Il demeurait calme, comme si l'on pouvait attendre que rien ne le pousse à hausser le ton. Saisissant son bâton à deux mains, il passa la lame de son appui sur les mosaïques qui ornaient les bains. Toutefois, il n'y appliqua nulle force, de manière à ce que, volontairement, l'oeuvre demeure intacte. Il replaça son bâton dans sa position initiale, et pencha la tête légèrement vers le sol en conservant son dos droit. Stoïque, ses yeux fixaient le sol, et même pas son interlocutrice.

« Que la maîtresse des lieux se manifeste. »
Revenir en haut Aller en bas
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 27
Âge : 27
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Lun 8 Juin 2015 - 19:35

¤¤¤
La Drow ne s'offusqua pas le moins du monde du refus de l'Elfe à se laver et encore moins à se faire frictionner par la jeune femme. Elle continua d'approcher, lascivement, usant de ses charmes les plus provocateurs pour faire réagir le Millénaire. Et cela marchait, il ne l'a regardait nullement dans les yeux, préférant regarder le sol de la salle des bains plutôt que les formes intimistes de la … créature. Elle se dévêtit complètement, retirant le seul vêtement qui la séparait de la nudité absolue et s'installa dans le bain le plus chaud. Elle soupira d'aise et répondit.
¤¤¤


« Pourquoi mettre des vêtements lorsque j'allais prendre un bain ? Ce serait comme s'habiller pour dormir … Cela fait bien longtemps que l'on ne m'avait pas appelée Enfant d'ailleurs … Au moins quatre siècles ... »

¤¤¤
Elle regarda le Mage avec un sourire des plus insolents. La seule chose qu'elle savait c'était que cet homme était un Mage et pas la moitié d'un qui plus est. Il fallait maintenant savoir si il était réellement intéressant. Ils auraient pût l'attacher et lui faire cracher tous ses secrets. Mais cette méthode, bien qu'extrêmement plaisante sur le court terme, ne donnait aucun résultat. Il fallait jouer autrement Et Shallat adorait jouer.
¤¤¤


« Je suis Shallat Assunudadnud, la Bien-Aimée et la maîtresse des lieux, inconnu qui manie les arcanes. Milkherem m'a raconté une histoire des plus plaisantes sur la façon dont vous avez traité les membres du Cartel de la Main Noire et sachez que pour tous les habitants et commerçants du coin, ainsi que moi-même, vous remercie pour votre intervention. Vous serez récompenser pour cet acte héroïque, même si ce n'est pas forcément très judicieux d'avoir agis ainsi. Vous auriez dût tous les tuez sans laisser de trace, car je suis sûr qu'actuellement, vous êtes rechercher aussi bien par le Cartel que par les différents mercenaires et assassins chassant maintenant la prime que vous avez sur la tête. Mais je vous rassure, ce n'est pas cette prime ridicule qui m'intéresse. J'exècre le Cartel depuis sa création et ce groupe nuis à la réputation des habitants de Thaar auprès des étrangers tels que vous. »

¤¤¤
La vérité était tout autre. Si elle détestait ce groupe, c'était pour la simple et bonne raison qu'ils empiétaient sur ses plates bandes depuis trop longtemps. Mais cela n'était qu'un détail. Elle pris une petite chaînette qui était à côté d'elle et l'instant d'après, trois serviteurs, entièrement féminins arrivaient, montrant un réel festin, composé de fruits, de légumes, de viandes froides et de bouteilles d'alcools, le tout pouvant facilement nourrir une dizaine de personne à satiété.
¤¤¤


« Je vous propose de rester ici quelques jours, le temps que mes hommes s'occupent du Cartel. Vous m'avez offert une occasion unique pour chasser une bonne fois pour toute ce groupe. Naturellement, vous pouvez repartir et essayer d'affronter le Cartel à vous tout seul. Mais vous serez chassé, je peux vous l'assurer, vous ne dormirez plus et vous ne pourrez faire confiance à personne. Choisissez, bel inconnu, vous êtes libre après tout ... »
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Âge : 72
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Lun 8 Juin 2015 - 20:51

Le mage gardait ses distances. Lorsque la Sombre s'approchait, il tournait autour du bassin. Et lorsqu'elle pénétra dans celui qui les séparait, il recula à nouveau, gardant un seul œil, littéralement, sur elle. La regarder ne le dérangeait nullement, pas plus qu'elle d'ailleurs. Il avait rencontré bien assez de druides sous les cimes d'Anaëh, caractérisées par la légèreté de leurs tenues, pour ne pas avoir à être gêné en présence d'une femme, aussi dénudée et séduisante fut-elle. Elle s'installa, nullement dérangée par la chaleur manifeste de l'eau, et comme si tout avait été répété, des servantes vinrent apporter des mets. En tout invité respectueux, l'Elfe ne coupa pas la jeune Sombre. Il esquissa un léger sourire lorsque la Sombre vanta ses quatre siècles d'existence. Lorsqu'elle eut finit sa tirade, il répondit :

« Il n'existe aucune récompense pour un acte qui n'avait rien d'héroïque. Quant à ceux que vous nommez le Cartel, ces truands armés de dagues...Les Architectes veilleront sur moi. Le gîte et le couvert ne m'intéressent pas, mais je salue vos qualités d'hôtesse. »

L'air ailleurs, il passa doucement ses doigts sales sur le médaillon usé qui ornait son bâton. Il murmura quelques mots en elfe ancien, puis se frotta les doigts entre eux, comme s'il s'était brûlé ou qu'il en retirait de la poussière. Il s'approcha de la table où trônaient les multiples victuailles. Il s'empara successivement de plusieurs fruits, les regardant avant de lâcher un râle désapprobateur, puis les reposait négligeamment. Il fit cela avec les morceaux de viande, touchant de ses doigts sales la nourriture. Il reposa ses yeux, sortant la première fois son visage de la cascade de cheveux sombres et sales.

« Ces mets sont fallacieux. Ils ne sont pas purs. J'apprécie votre offre, mais le silence de la nuit et la douceur de la brise des étoiles me conviendront mieux qu'un lit de plume. Vous qui semblez connaître les lieux...En venant, sur la côte escarpée, j'ai aperçu les tours d'une forteresse, se dressant fièrement sur un récif, au sud cette cité nommée Naelis. Quel est ce lieu ne figurant sur aucune carte ? »

Il se demanda durant quelques instants quelle était cette coutume étrange de prendre un bain face à des invités. Espérait-elle le séduire ? Voilà une entreprise peine perdue. Ou cela lui plaisait-elle d'exhiber ses seins. Les Enfants immortels et les mortels se réjouissaient de si peu de choses qu'une femelle était prête à offrir pour une poignée de piécettes. La curiosité était présente. Et Dunraël ne s'embarrassait pas des doutes subsidiaires. Il fit quelques pas pour atteindre une zone d'ombre, où il cacha son visage sous capuchon et ses cheveux, qu'il avait un temps dévoilé. Sur un ton toujours calme, il reprit, posant ses questions sur un ton nullement insolent, toujours grave.

« Êtes vous une reine des femmes de joie, de celles qui vendent leur chair et leur corps en échange de services ? Le garçon qui m'a amené ici m'a parlé de navires que vous seriez prêts à prêter. Est-ce vrai ? J'ignorais que ces terres, si vous êtes l'une de ces reines, permettait aux femmes qui se vendent d'acquérir des biens si conséquents. »
Revenir en haut Aller en bas
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 27
Âge : 27
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Mar 9 Juin 2015 - 18:30

¤¤¤
La Drow regarda le Mage avec suspicion. Soit il avait une très grande confiance en ses pouvoirs, soit il était réellement fou. Mais ne disait-on pas qu'entre la Folie et le Génie, il n'y avait qu'un pas ? En tout cas, il se croyait en sécurité, dans un monde où même le meilleur des archimages faisaient attention à certaines heures de la journée. C'était ainsi, c'était Thaar, c'était la Civilisation. Être un maître en magie ne protégeai nullement bien longtemps. Cet individu était du genre à apprendre de lui-même, grand bien lui fasse. Elle jetterait un œil sur lui de toute façon, elle connaissait parfaitement la femme ~ou plutôt l'Elfe~ parfaite pour cette entreprise. Une vraie perle, discrète et connaissant son boulot, mais qui est incroyablement chère. Cela n'était pas grave, tant que le Mage était en vie, c'était le plus important.

Elle ne comprenait pas pourquoi ce dernier considérait les mets qu'elle proposait comme fallacieux. Son regard rubis se dirigea vers une des esclaves qui prit rapidement un plateau et mit plusieurs mets dans celui-ci, avant de le posé au côté de sa maîtresse, qui mangea négligemment la nourriture qu'elle avait proposer à l'Elfe. Il parla d'une forteresse, au sud de Naélis, sur un récif. C'était quand même loin de la principauté et la dernière fois qu'elle était sortie de la ville ou de sa périphérie, c'était il y a plus de deux cents ans. Elle se mit à réfléchir à sa question quelques minutes.
¤¤¤


« La seule forteresse que je vois peut-être celle de l'Aurore. C'est une ancienne forteresse qui est maintenant le siège d'une guilde magicienne, le Firmament. Venez-vous de cet endroit ? »

¤¤¤
Elle amassait les informations comme d'autres amassaient les crabes et autres mollusques dans la mer Olienne. Mais elle ne savait pas encore le principal, son nom. Il était devant elle, comme une sorte de guide spirituel d'un autre âge ou d'une autre époque. Il était étrange, mais ce n'était pas pour déplaire la Bien-Aimée. Ce dernier lui demanda finalement si elle était une prostituée ou une maquerelle. Cette remarque là fit rire. Oui, elle vendait des corps. Mais pas seulement le sien et pas uniquement pour le sexe. Il était naïf sans le savoir. C'était presque touchant. Si seulement Shallat avait une conscience.
¤¤¤


« Je l'ai été, femme de joie et puis épouse, ensuite veuve, héritière et finalement marchande. Je ne me contente pas que d'une étiquette, j'achète, je vend, je prête, je me fais rembourser ce que les gens me doivent. Et j'ai peut-être un bateau, ou en tout cas, j'ai suffisamment d'argent pour vous procurer ce que vous souhaitez obtenir. Mais la question la plus importante est qu'est-ce que vous pouvez m'offrir, Mage Inconnu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Âge : 72
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   Mer 10 Juin 2015 - 10:43

Dunraël s'appuya généreusement sur le haut du manche de son appui. Ainsi placé, il estimait sa position confortable au point d'écouter attentivement la Sombre parler. Une guilde des mages ? Cela existait-il réellement ? Là où les siens se regroupaient était donc une forteresse imprenable, sur les récifs ? L'Elfe n'avait jamais entendu parler d'un tel lieu, et pour cause, ses pérégrinations loin de l'Anaëh ne l'avaient pas amenées à se questionner sur ces sujets. De plus, la capitale du royaume Sylvestre offrait déjà un asile intellectuel aux arcanistes, bien que son accès soit étroitement élitiste.

« Je ne connais pas ce lieu. L'édifice que vous nommez l'Aurore accueille-t-il mes semblables ? »

Il écouta ensuite la Sombre lui tenir un récapitulatif sommaire de sa vie. Il avait donc une discussion avec ces trafiquants d'êtres humains, mêlant un rôle d'usurier à celui de magnat du crime. Il ne s'était guère imaginé devoir faire face à un choix drastique entre les différents camps. Voilà que ce dernier se présentait de lui même sans crier gare, mais Dunraël n'était pas prêt. Il était trop tôt pour s'engager sur le sentier inévitable des dû et des dettes, même pour parvenir à son but final. L'Elfe reprit sa position de marche, et se dirigea lentement vers la porte, de l'autre côté de la salle. Il contourna le bain, tout en s'adressant à la Sombre.

« Les Architectes me souffleront la voie à emprunter. Je n'ai rien à offrir que vous n'ayez déjà. Ne vous donnez pas la peine de me faire suivre. Le Linceul me voilera aux yeux de tous. Allez en paix, Shallat Assunudadnud. Puissiez-vous trouver la clémence des Architectes. »

Le mage poussa la porte et sortit des thermes. Il se retrouva dans ces couloirs par lesquels on l'avait amené. Se souvenant du trajet emprunté, il fit volte-face, et avança lentement entre les murs de mosaïque pour retrouver la lueur de la lune. Il ignorait si l'on tenterait de le retrouver, ou même de l'empêcher de sortir des bains. Il savait qu'au couloir suivant, des hommes en armes étaient de garde. Et il ne suffirait que d'un ordre crié de la salle voisine pour que l'on tente de nuire à sa sortie. S'arrêtant à cet angle même, il baissa les yeux, et contempla l'ombre d'un pilier massif qui se projetait contre le sol et le mur adjacent. Pliant les jambes, il s'assit sur ses pieds en ployant les genoux. Il murmura un cantique, et tandis qu'il avançait doucement sa main dans l'ombre, celle ci se recouvrait d'un voile infime, légèrement brumeux à qui avait l’œil fort exercé. Continuant son cantique de murmure, il se glissa dans cette ombre, et profita de sa longueur pour avancer. La nuit étant son alliée, seul un mage averti aurait pu déceler la supercherie ou sentir de la magie à l'oeuvre. Il avança sans s'aider de son bâton, car ce voile le couvrait lui, mais ne saurait couvrir les sons qu'il émettait. Lorsqu'il aperçut la lune dans la rue, ses murmures se faisaient plus saccadés, mais il parvint à se glisser dans une ruelle adjacente, où la cessation du cantique provoqua l'arrêt de l'illusion. Le voile qui l'entourait se dissipa en un léger nuage de fumée verte, tandis qu'il poursuivait, calmement, son chemin.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Viperinae Sanguis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Viperinae Sanguis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: