AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ëninríl Il'Dolwen
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 246
Âge : 17
Date d'inscription : 14/02/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 341 ans (Mort en l'an 9 XI Cycle)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Sam 27 Juin 2015 - 19:47

8ème ennéade, Bàrkios de l'an 8 du Cycle 11
Palais d'Ardamir


Au pied du Palais de Chêne à Ardamir, alors que le soleil tardait à pointer les rayons de son disque lumineux, une ombre se déplaçait parmi les ombres. Une cape verte sur les épaules, un capuchon rabattu sur sa tête, elle ne se souciait pas du peu de regards tournés sur lui, ce n'était guère plus que quelques marchants, un forgeron et un garde en permission... L'ombre avança jusqu'aux deux soldats qui gardaient l'entrée du Palais. Arborant les armes de l'Armée d'Ardamir sur leur poitrail, ils attendaient la relève de la journée avec de longs bâillements. L'ombre prit à peine le temps de se déclarer, énonçant juste un nom que le garde s'empressa de valider d'un hochement de tête. Il avait déjà entendu ce nom, celui d'un jeune elfe des forêt qu'Halyalindë tenait en haute estime : il ne lui bloquerai pas le passage.

Une fois dans le grand hall, vide en cette heure matinale, Ëninríl retira le capuchon en plumes d'aigle qui obstruait son visage pour le replacer sur ses cheveux bruns. Il prit un instant pour admirer la beauté du lieu, preuve que les Cités pouvait être tout aussi magnifique que le centre d'un bosquet Sylvain, tout en respectant la Prime Forêt. S'engageant sur les premières marches du grand escalier, le druide aperçut le chambellan qui l'avait accueilli plusieurs ennéades auparavant. Celui-ci le reconnu et héla le Sylvain :

"_ Vous venez pour rencontrer Dame Halyalindë j'imagine ? Elle ne reçois pas avant le milieu de mat...
_ Je suis certain qu'elle fera une entorse pour moi, chambellan, déclara le druide avec un grand sourire. Je lui ai annoncé ma venue il a de cela une ennéade. Je patienterait le temps qu'il faudra..."

Sur ces mots, l'Ornedhel prit le chemin qu'on lui avait fait emprunter au début du mois pour rejoindre le bureau de la Protectrice. Cependant, cette fois, il ne pénétra non pas dans la pièce où Arava recevait, mais dans son anti-chambre. Le chambellan irait certainement prévenir celle qu'il attendait, mais en l'attendant il s'installa confortablement dans le fauteuil présent dans la pièce. Machinalement, le druide joua avec les bracelets en os qu'il avait confectionné lors de son Épreuve, et qui trônaient sur ses poignets. Le beau chant de la Symphonie en ce lieu enchantait ses sens et la présence de l'Arbre Géant tout autour de lui le rassurait. Ëninríl était chez lui ici, non pas dans une cité mais dans sa Forêt.

_________________


Merci à Maé pour la signature et à Halya pour le magnifique chibi ! <3

Lómion Ineinior - Khernal Kre'Nael - Irys d'Arosque
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Dim 28 Juin 2015 - 19:30

<< Un guide, oui mais pas n'importe lequelChacun son tour >>


Printemps - 8e ennéade de Barkios
8e année du XIe Cycle

Halya émit un léger grognement lorsque plusieurs coups furent frappés à sa porte. Elle n'avait pas ouvert les yeux depuis une seconde que les ennuis commençaient déjà. Avec un long soupire, elle poussa l'énorme tête de Randil qui pesait sur son ventre. Depuis son retour, il ne la quittait plus, où juste le temps d'aller se mettre quelque chose sous la dent... et encore. Elle attendait avec impatience le jour ou elle pourrait de nouveau courir avec lui. En attendant, il était celui qui veillait sur ses nuits... et laissait des poils sur sa couverture. Elle se redressa et s'assit sur le bord de son lit avec une grimace. Sa jambe lui lançait toujours le matin. Les coups reprirent. Un grognement rauque leur répondit. Elle savait qu'il n'y aurait pas de deuxièmes sommations de la part du loup blanc. Aussi préféra-t-elle prendre les devants.

-J'arrive !

Elle vérifia rapidement l'attache de son attelle, se passa de l'eau sur le visage en évitant soigneusement de mouiller les bandes qui couvraient ses bras, puis sauta dans un pantalon ample et une robe grise des plus simples avant d'ouvrir la porte. Celondil s'était assis dans un fauteuil du petit salon en attendant. Les yeux fixés sur la fenêtre, il paraissait toujours aussi droit et professionnel qu'à l'accoutumer.

-Dame, la salua-t-il en se levant sans même tiqué à cause des marques d'oreiller qui couturaient son visage. Messir Ëninril vous attend dans votre bureau.
-Comment ?
-Il a dit ne pas être pressé. Il avait l'air très décidé et nous avons préféré le laisser s'installer à son aise.

Pas besoin d'ajouter pourquoi. Essayer de faire plier un druide à un protocole des elfes de pierres aurait été stupide, surtout alors que la Protectrice elle-même les abordait avec une très grande souplesse.

Halyalindë sembla réfléchir quelques instants avant de donner ses instructions.

-Dites au guérisseur que je le verrai en fin de matinée.

Sans plus de cérémonie, les cheveux arrangés à la va-vite, elle descendit par l'escalier extérieur sur les talons de Randil. Elle prit un peu de temps pour réveiller sa jambe en douceur et sortir tout à fait du sommeil. En quelques minutes, elle était cependant dans son bureau. Quelques secondes de plus et elle trouvait Ëninril.

-Im veren o govaded vîn, Ëninril iôn en-Arafinwë:: Je ne vous attendais pas si tôt… Dans tous les sens du terme.

Elle le fit entrer dans le bureau dans lequel elle l'avait déjà reçu. Randil n'avait même pas attendu dans la pièce le temps qu'elle accueille son invité, restant près d'elle.

-Commençons sans tarder. Ta lettre m'a assez inquiété, je dois dire.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 


Dernière édition par Halyalindë Yasairava le Sam 10 Juin 2017 - 16:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voronwë
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 245
Âge : 111
Date d'inscription : 24/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  742ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Dim 28 Juin 2015 - 23:08

Les odeurs se mélangeaient et les traces de pas se superposaient au gré des carrefours comme des sentiers de terre battue. Voilà des jours que Voronwë avait quitté seul son clan pour suivre la trace du druide, son odeur d'oiseau mouillé caractéristique, ses mouvements particuliers à travers les bois et sa présence qui restait dans la Symphonie des Arbres... Jusque là il n'avait jamais pu le rattraper, mais la roue tournait, le guerrier le sentait. L'ermite s'était réfugié à Ardamir et les citadins -qu'ils le répugnaient!- juraient avoir vu un elfe avec une coiffe de piaf entrer dans le palais... Ainsi la petit Protectrice était impliquée? Étonnant...

Se gardant à bonne distance de cet arbre géant qu'il devinait corrompu par ces sales architectes, Voronwë se posa quelques questions. Comment rentrer? Comment savoir où chercher, même en supposant qu'il y arrive? Ne restait plus qu'à échafauder un plan... Au début il se contenta de quérir un garde à l'entrée.


-"Salutations, ami. Je désire parler à la Protectrice Halyalindë Yasairava."

Le garde lui signifia sa négation de la tête.

-"Elle reçoit déjà un invité urgent et de toutes façons vous n'avez pas les... Droits... Pour rentrer. Quittez-les lieux et revenez plus tard."

N'insistant pas, l'elfe s'excusa platement et repartis en sens arrière, sa conviction faite: Ëninril était là et il parlait à la Protectrice. Valait-il mieux attendre qu'il sorte pour le poignarder? Non, sa mort devait être un exemple...

-"Il faut dévorer son cœur Voronwë... Lui arracher de la poitrine et boire le sang à l'intérieur devant ses yeux... "

Cette cruauté gratuite ne séduisait pas l'elfe qui, malgré tout, se laisserait bien tenté par quelques gâteries de ce genre. Pour son acte impie et abjecte, son blasphème impardonnable, cette raclure de druide méritait le pire.
En flânant dans les allées et en posant les bonnes questions, il apprit la position approximative des appartements de la Protectrice, tout en haut du palais de bois... Hé bien il ne restait plus qu'une solution.


------------------------------------------------------------

Comment aurait-on pu décrire ce Gardien qui escaladait à la force des bras, aidé par des poignards, les parois de l'arbre, ne s'arrêtant que pour se cacher dans un des jardins? Il y avait quelque chose d'irréel à ses efforts presque vain pour atteindre un sommet qui n'existait pas. Et pourtant... Pourtant, il parvint haut. Suffisamment pour se glisser dans les entrailles du palais, esquivant les gardes comme il pouvait, en assommant parfois au passage et grimpant les tours. Arrivé devant le bureau, il constata deux gardes qui faisaient la faction...

Un coup sur le crâne, un coup dans le nez, un petit cri à peine échappé et s'était terminé. La rapidité du prédateur, la force de l'Alpha, l'implacabilité d'une hydre... Un super-prédateur, voilà ce qu'il était destiné à devenir. Rajoutez à cela que ces deux soldats paraissaient passablement ennuyés de cette journée morose et...

Qu'importe.


-"Réveilles-en un, tu as besoin d'informations."

Voronwë eut à peine le temps de se pencher qu'un bruit de pas rapide se fit entendre dans l'escalier inférieur, un elfe seul. Une elfe en réalité qui fût rapidement plaquée au sol, une main sur la bouche.

-"Où est le druide?"

La jeune serviteur blêmit et indiqua une porte à l'étage supérieur... Sa dernière vision avant que sa tête ne vienne se cogner violemment au sol fût un guerrier souriant... Elle resta là, seule, assommée, à attendre le baiser d'un prince charmant.
En définitive, Voronwë ne tarda pas à trouver ce qui semblait être la bonne porte -enfin!-. Confiant, il dégaina une dague et ouvrit violemment la porte, tombant nez-à-nez avec les deux compères.


-"Ah, on dirait que c'était la bonne cette fois."

-"Qu'attends-tu? Tues-les!"
Revenir en haut Aller en bas
Ëninríl Il'Dolwen
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 246
Âge : 17
Date d'inscription : 14/02/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 341 ans (Mort en l'an 9 XI Cycle)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Lun 29 Juin 2015 - 18:55

La porte s'ouvrit sur le corps fin de la Dame Protectrice, accompagnée de Randil. Un sourire éclaira le visage du druide en voyant l'elfe des Cités qui, peu à peu, devenait une amie, bien que leurs intérêts ne soient centrés sur les drows. La guerre forge les amitiés non ? Ëninríl se leva pour saluer Arava de la manière polie, selon le petit rituel auquel ils s'étaient conformés depuis leur rencontre. Mais les deux elfes abandonnèrent bien vite la courtoisie pour se tourner vers le sujet qui les concernait, alors que l'Ornedhel se penchait pour donner une tape affectueuse sur le flanc du loup géant. Le druide choisit comme la première fois le fauteuil pour s'y asseoir tandis qu'Halyalindë s'installait derrière son bureau. La fenêtre donnant sur le jardin suspendu était ouverte, laissant entrer une douce brise matinale qui souleva les bords du capuchon en plume qui coiffait la tête d'Ëninríl.

"_ Je ne crains que ce soit pourtant la plus pure vérité. Voronwë est instable, il faudra le garder à l'œil à chaque instant. Je me demande à présent si ma proposition était une bonne id..."

L'ouïe fine du druide perçut immédiatement les deux bruits étouffés que firent les corps des deux gardes en tombant sur le sol, suivi quelques secondes plus tard d'un troisième, plus violent. Malgré tout, il était dos à la porte et n'eut pas le temps de se retourner avant que le sujet de la conversation ne fasse irruption dans la pièce, un poignard dans la main. La violence la plus pure se lisait dans les yeux du chef des Baar'Ane : il n'y avait aucun doute quant à savoir qui de l'hydre ou de l'elfe prenait le dessus sur l'autre en ce moment même.

"_ Ah, on dirait que c'était la bonne cette fois."

Le sang du druide ne fit qu'un tour et, en proie à une bouffée d'adrénaline, il ne ressentit pas le malaise habituel qui ponctuait chaque apparition du Baar'Ane. Ëninríl se leva, sans prendre son arc qui gisait à ses pieds, inutile ici.

"_ Non Gardien, le sang ne coulera pas. Ni dans ce palais, ni ailleurs en Anaëh, dit-il avec le plus grand calme. Crois-tu qu'il est judicieux d'insulter la Déesse dans sa propre demeure, dans un Palais sculpté dans l'un de ses fils ? Repose cette arme et parlons.

Evidemment, l'Ornedhel n'en menait pas large. Il savait bien qu'il n'aurait pas la force magique d'arrêter le combattant entraîné qu'était Voronwë. Cependant, à lui, Arava et Randil, ils aurait sans aucun doute le dessus. Mais au prix de sa vie, certainement. Alors, le Gardien aurait réussi. Non, pas le Gardien, mais la Créature qu'il gardait.

_________________


Merci à Maé pour la signature et à Halya pour le magnifique chibi ! <3

Lómion Ineinior - Khernal Kre'Nael - Irys d'Arosque
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Lun 29 Juin 2015 - 23:41

Comme toujours depuis leur première rencontre, Randil se montra particulièrement tendre avec le druide. Lui qui avait manqué arraché le bras d'un soigneur quelques jours plus tôt se laissait approché et semblait même plus détendu en la présence d'Ëninril. Ce qui n'était pas le cas de la Protectrice. Depuis son réveil, elle sentait un léger malaise sans savoir exactement quoi.

Contente de voir cet homme malgré toutes les interrogations qu'il apportait avec lui, elle s'assit à son bureau pour cacher la raideur de sa jambe. Randil près d'elle. Ainsi, il la dominait presque d'une tête, mais elle n'y prêtait pas attention. Elle ne voyait pas non plus ses oreilles s'agiter et sa truffe se tourner vers la porte. Son hôte se posa quant à lui dans le fauteuil en commençant à revenir sur ce qu'il lui avait fait parvenir dans sa précédente lettre.




Depuis longtemps, l’atroce odeur de la maladie collait à Elle. Mais jamais à l'Oiseau.

Elle l'avait abandonné. Elle était revenue fragile. Elle était fragile.

Mais là, c'était différent. L'Odeur de différent arrivait par vague. Surprise. Peur. Une attaque. Une attaque. Un coup.





Un grondement sourd détourna l'attention de la Protectrice une seconde avant que les paroles d'Ëninril ne se suspendent. Le bruit du second garde s'écroulant au sol alors que Randil se leva d'un bond, prêt à réagir à ce qui allait entrer, l'informant définitivement sur ce qu'il se tramait : une attaque !

Sa main gauche plongea dans un tiroir pour en tirer un court poignard alors qu'elle prenait ses appuis sans prêter attention à la légère protestation de sa jambe. La porte explosa. Voronwë. Halya ne cilla pas. Il tenait son arme au clair et son visage n'avait rien de paisible. Les questions venaient  une fois que la situation était sous contrôle. Avant elle n'étaient que les pensés fugaces d'un cadavre.

"_ Ah, on dirait que c'était la bonne cette fois."

Continuant son geste souple mainte fois répété, elle avança d'un pas pour se dégager du bureau et pouvoir barrer la route de son adversaire quelle que soit sa cible. Près d'elle, elle pouvait sentir les puissants muscle du Loup géant se tendre et se détendre.

"_ Non Gardien, le sang ne coulera pas.»

Halya s'immobilisa, gardant cependant une position de garde.

« Ni dans ce palais, ni ailleurs en Anaëh, Crois-tu qu'il est... »

Le reste de la phrase disparue dans le néant. Une furie de poils blancs, de griffes et de crocs venaient de passer dans son angle de vue. Son cœur se serra. Ils étaient face à un adversaire armé, menaçant. Elle bondit en avant.




L’Ennemi. Une bouffée de Colère. Haine. Peur. Danger. Une griffe de Deux-pattes. Un éclat froid. Un être froid. Un Danger plus grand.

Il devait protéger la Meute.





Comprenant sans peine vers quoi se dirigeait Randil, Halya plongea en avant, arrivant presque à la hauteur du Gardien, elle se laissa glisser sur le côté alors que les crocs du loup changeaient rapidement de direction.

Au lieu de porter un coup classique ou de tenter de prendre le Noss à la gorge, la guerrière vint percuter son tibia de plein fouet, tenant sa lame juste au-dessus de sa peau, prêt à se planter dans l'artère de sa cuisse au moindre mouvement de riposte. Mais la jambe d'appui affaiblit hurla à cause du mouvement vif. Le genou d'Halya heurta le sol. Elle serra les dents et ne s'en préoccupa pas. Elle serait plus lente à reculer ou à se relever, mais cela n'entraverait pas sa vitesse d'action au sol. Son bras droit était resté au niveau de son crâne pour bloquer les éventuels mouvements du bras secondaire de son adversaire, dévoilant la vingtaine de points de sutures qui couraient de son poignet à l'intérieur de son coude. Son mouvement, bien que pouvant sans problème être transformé en une véritable offensive, n'avait initialement qu'un but: immobiliser sa proie.

Dans sa concentration, et tout en cherchant les minuscules mouvements qui lui permettrait de réagir aux prochaines actions de sa proie, les sens de la guerrière enregistraient des informations sur l'état de Randil et du druide. La gueule de l'animal s'était-elle refermée comme prévu sur le bras d'arme du Gardien pour l'empêcher de faire plus de dégâts? Allait-il essuyé un coup au passage ? Allait-elle payer le prix à sa place? Avaient-ils échoué ?




Les crocs serrés. L'odeur du sang.


Spoiler:
 

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voronwë
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 245
Âge : 111
Date d'inscription : 24/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  742ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Mar 30 Juin 2015 - 10:12

L'action s'était déroulée en un éclair, comme dans toutes les chasses dangereuses. On ne voyait pas s'affronter un carnivore et un herbivore, une araignée vorace contre une mouche affamée... Non... Le prédateur affrontait les prédateurs, à lui de s'en sortir vivant. D'un côté un loup géant visiblement furieux, de l'autre la Protectrice et en troisième lieu un druide amorphe... Il n'écouta même pas ce qu'Ëninril avait à lui dire et se jeta à la rencontre du canidé.

Le choc fût terrible et la créature aidée de sa maîtresse repoussa Voronwë contre un mur, profitant de leur faible différence de poids. Un instant il crut sa dernière heure arrivée, périr entre les crocs d'un loup qu'il aurait tué d'un coup de lance durant une partie de chasse, c'était trop bête... A la place, quand il rouvrit les yeux, il se rendit compte que ses bras, dans un réflexe qu'il n'expliquait pas, s'étaient positionnés de manière à maintenir la gueule du loup ouverte, les mains entre ses crocs -et le poignard toujours dans la droite-, saignant abondamment de blessures de chair.

Il eut à peine le temps de se remettre qu'il sentit la Protectrice qui lui tenait la jambe. A ce rythme il n'allait pas pouvoir tenir longtemps avant de chuter, d'autant plus que le loup s'agitait pour le déstabiliser. Les secondes passèrent, jusqu'à ce que le regard du monstre rencontre celui du Gardien. Là, dans ses pupilles, Voronwë observa son reflet, l'image du Baar'Ane qui l'observait.


-"Tu le respires, ce parfum merveilleux? Tu la vois, cette couleur rouge sublime? Tu la ressens, l'excitation du meurtre? Tu vas mourir ici, Voronwë, sauf si tu fais exactement ce que je te dis."

L'elfe chancela alors que le loup tentait de refermer les mâchoires et d'avancer vers lui, posant ses pattes sur le torse du guerrier.

-"Soit..."

-"Suis mes ordres et répète mes mots..."

Spoiler:
 

Dans un éclair, le chasseur entra son poing dans la gueule du loup son couteau à l'horizontale. Les crocs se refermèrent sur le bras mais le tranchant de la lame et de poigne, bien positionnés, empêchèrent que la mâchoire ne se referme pour de bon, laissant Voronwë avec un bras coincé mais relativement peu touché par les canines. Sa seconde main vint percuter l'œil du loup, le forçant à lâcher prise et à reculer sous la douleur.

-"Vous ne m'avez pas achevé, ce fût votre première erreur."

Constatant la présence de la Protectrice qui se tenait à genoux non loin, il mit en devoir de lui sauter dessus, en profitant pour lui asséner un coup du manche de son arme en pleine tête. La douleur se fit ressentir, elle le vrilla même un moment, mais...

-"Vous avez ordonné à des elfes de me garder, ce fût votre seconde erreur."

Il repoussa sa Dame au sol, la maintenant par la gorge et se tournant vers le druide.

-"Comment pourrais-je tolérer ta troisième erreur, Ëninril? Tu vas périr ici, et personne ne viendra te sauver."

Il serra la gorge d'Halyalindë, couvant d'un œil inquiet le loup qui revenait à lui et qui ne tarderait pas à réagir.

-"Et quand ton acte impie aura été lavé, j'irai  rassembler les Noss et ensemble nous irons détruire les drows. Je me trouverai des alliés qui n'ont pas peur de vaincre."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ëninríl Il'Dolwen
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 246
Âge : 17
Date d'inscription : 14/02/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 341 ans (Mort en l'an 9 XI Cycle)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Mer 1 Juil 2015 - 20:31

La fin de sa phrase se perdit dans le tumulte qui commença. Une énorme boule de poils bondit en avant pour saisir Voronwë au bras. Sa maîtresse ne tarda pas à se joindre à la mêlée. Le Gardien, qui ne possédait ni l'avantage du nombre ni celui du poids face au loup géant, fut plaqué contre la paroi de l'arbre, dans un bruit sourd qui résonna dans les fibres de l'Arbre Chêne. La mâchoire du loup arracha les tissus du bras de l'elfe. La première goutte de sang tomba. Le liquide vermeil chuta sur le sol, qui, aussitôt l'aspira en lui, tel une tâche d'encre sur la parchemin. Comment pouvait-on salir la maison de Kÿria avec le sang de l'une de ses créations ? Fusse le sang de l'ennemi. Ce geste réveilla une colère sourde et profonde dans le cœur du druide. Le côté sauvage de la Déesse prenait le pas sur le calme dont il faisait preuve à l'accoutumée.

Malheureusement, le Gardien se remit bien vite. Dégageant son bras par nul ne sait quel miracle, il donna un violent coup sur le visage du loup, le faisant reculer. Désormais les mains libres, il put sauter sur la Dame à genou puit se saisir d'elle à la gorge.

"_ Vous ne m'avez pas achevé, ce fût votre première erreur. Vous avez ordonné à des elfes de me garder, ce fût votre seconde erreur. Comment pourrais-je tolérer ta troisième erreur, Ëninril? Tu vas périr ici, et personne ne viendra te sauver."

C'était le Baar'Ane qui parlait à travers la bouche de l'Ornedhel. Si il pouvait manipuler Voronwë à sa guise, il devait s'être réveillé, ou en tout cas en possession de moyens supérieur. Alors un drudie seul ne pourrait le vaincre. Un druide accompagné d'un loup et d'une guerrière acharnée non plus. Il devrait être plus malin. Pour le moment, il faudrait gagner du temps.

"_ Doron Gylf Gedyr !" entendit-on Ëninríl prononcer.

La différence entre un mage et un druide repose sur ce point : un mage fera fi de la résistance que lui opposeront les éléments. Un druide, au contraire, rentrera en communion avec eux, et pour lancer un sort, fera souhait à a forêt d'exaucer son vœux. Ainsi, la réaction ne se fit pas attendre. Des bras de bois sortirent des murs et saisirent le Gardien, alors que son assaillant avait les yeux fermés et marmonnait, en transe magique.

Ëninríl profita de ce petit instant de répis pour aider Arava à se relever, puis le loup. En un souffle, il leur dit de se sauver, de trouver refuge près de leurs gardes. Il se dirigea vers le balcn qui donnait sur le jardin suspendu. L'elfe qui se tenait debout se transforma, pour redevenir l'Aigle Géant qu'il était au fond de lui, ne se préoccupant guère des trois êtres qu'il laissait derrière lui, espèrant simplement que la Dame protectrice et son animal auraient pu se cacher avant que les liens magiques ne retombent

HRP:
 

_________________


Merci à Maé pour la signature et à Halya pour le magnifique chibi ! <3

Lómion Ineinior - Khernal Kre'Nael - Irys d'Arosque
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Jeu 2 Juil 2015 - 0:54

Une goutte de sang tomba sur l'épaule de la Protectrice. Ëninril n'avait toujours pas réagi. Randil glapit en bondissant en arrière. Sans une once d'hésitation, elle glissa sa lame dans une interstice des protections du Noss qu'elle avait décelé durant le moment de latence que lui avait offert le grand loup. Mais en se concentrant pour déceler la faille, elle avait omis de surveiller tous les paramètres. Le bras secondaire de Voronwë n'était pas menaçant. Elle reporta son attention sur le bras d'arme une seconde trop tard. Un pommeau filait vers sa tempe. Sa main se referma sur le poignet de son attaquant sans problème... Mais la force du coup fit impitoyablement plier son bras qui avait à peine ralenti l'impacte. Quelques points de suture sautèrent.

Une douleur aiguë explosa dans son crâne. Des flaches de couleurs dansaient devant ses yeux. Ses oreilles sifflaient. A moitié assommée. Aveuglée. Désorientée. Halya se sentit heurter le sol. L'adrénaline qui coulait dans ses veines luttait contre le néant qui menaçait de l'emporter. Un épais et douloureux coton engourdissait l'intégralité de ses nerfs.

Une nouvelle douleur la prit à la gorge... Littéralement. L'air lui échappait ! Elle avait beau tenter de prendre des inspirations toujours plus longues, ses poumons brûlaient ! Une main broyait sa trachée. Luttant pour garder conscience, sa main gauche se referma sur celles de son bourreau dans un réflexe maladroit.

Une décharge la parcouru. Le couteau. Elle l'avait lâché dans sa chute. Flou et coloré, le monde se tâchait de noir. Ses mains tâtonnaient fébrilement pour retrouver un moyen de défense. Ses jambes tentaient machinalement de déséquilibrer l'assaillant. Mais Halya n'était pas en état de trouver un quelconque point faible...

Soudain, le poids sur sa gorge disparu. L'air s'engouffra dans ses poumons en un raclement douloureux alors qu'elle roulait sur le ventre, secouée d'une violente toux. Elle avait à peine ouvert un œil qu'une main la remettait debout en lui murmurant de se réfugier auprès de ses gardes. Fuir pour sa propre vie... Jamais. Mais le raffut qu'ils avaient fait devait bien avoir alerté quelqu'un.

Toujours désorientée et nauséeuse, elle avisa la scène. Randil grognait, recroquevillé sur ses pattes arrières, les yeux clos. Ëninril recelait déjà vers la fenêtre. Mais ce qu'il se passait de l'autre côté était plus... Inattendu. Elle recula instinctivement d'un pas en se mettant en garde. Voronwë était emprisonné par de solides liens de bois sortis du mur et du sol. Les larges excroissances craquaient lentement sous les mouvements du Gardien. C'était... Surréaliste.

Mais elle n'avait pas le temps. Sa tête sonnait comme un tambour. Elle aperçut la petite lame ensanglantée sur le sol de bois. Plongeant pour la récupérer avant que le Noss ne réussisse à se libérer, elle passa derrière lui pour appliquer la méthode la plus simple quand il s'agissait de mettre hors d'état de nuire un prisonnier en armure. Elle frappa deux fois avec toute la puissance dont elle était capable dans une telle posture. La lame perça deux fois, le cuir et la chaire. Les tendons d’Achille lâchèrent.

Une fois assurée que l'homme ne pourrait pas s'enfuir, Halya recula une nouvelle fois, criant à pleins poumons pour rameuter la garde sans savoir quel affolement avait déjà gagné les zones inférieures avec la découverte des différents corps inconscients. Les effectifs plus que réduit à cause de la mobilisation des forces sur le Front n'aidaient pas. Au moins, les pas lourds d'homme en armes leur parvenaient de loin.

Le monde tournait tant...

Gardant faiblement le couteau dans son poing sans tourner le dos une fois au Noss, elle chercha l'appui du premier meuble qui pourrait tomber sous ses doigts. Elle n'aurait pas été capable de résister à un autre assaut mais ce n'était pas pour cela qu'elle allait lâcher prise. Son œil gauche refusait toujours de s'ouvrir, aveuglé par le sang qui coulait de son front. Elle aurait voulu en finir ou s'approcher de Randil mais il était encore plus agressif sans raison apparente tout en restant prostré. Et le problème qu'elle avait sous les yeux était bien plus pressant qu'un simple cadavre. S'il mourait ici, l'alliance avec les Noss avait de grandes chances de ne jamais aboutir.

Rassemblant le peu de concentration dont elle était encore capable, toussant encore une inspiration sur deux, elle s'obligea à ignorer la Symphonie violente qui résonnait tout autour d'elle. Violente et terrifiée. Il n'y avait pas que le combat. Quelque chose d'autre...

« Gardien... »


Le mot la heurta. Elle n'avait pas réalisé le double sens qu'il prenait si la lettre d'Ëninril était vrai.

« Si vous avez pris la vie d'une seule personne en Ardamir, je vous jure que vous n'en repartirez jamais. »

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voronwë
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 245
Âge : 111
Date d'inscription : 24/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  742ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Lun 6 Juil 2015 - 0:10

La douleur transperçait son corps de part en part, comme le lapereau prit dans le piège du chasseur qui le range ensuite à sa discrétion. Quelle sensation terrifiante, au moins autant qu'enivrante, d'être la pauvre proie piégée dans les griffes du tueur. La colère s'échappait avec son sang et ses instincts meurtriers se calmaient alors que le liquide vermeil coulait au sol comme s'il voulait former une nouvelle rivière, rouge, aux milles parfums de haine, de combat et de mysticisme chamanique. Ses sentiments et ses sens tournoyaient devant ses yeux, ses oreilles, son nez, sa peau et sa langue... Non, en réalité ses fluides ne coulaient pas, ils étaient bus par le Baar'Ane par l'intermédiaire de l'Arbre-Palais... La monstruosité se régalait de ce festin d'autant plus délectable qu'il était fraternel.

-"Personne n'est mort. Je n'aurais pas voulu vous vexer..."

-"Tu crois pouvoir l'impressionner?"

Ses talons d'Achilles le tiraillaient avec une puissance incroyable, il ne se sentait plus capable de se relever maintenant que sa colère contenue était tombée. Quand à ce salopard de druide, ses branches se rétractaient, s'enfuyant comme le lâche qu'était leur invocateur.

-"Vous êtes meilleure que je ne l'aurais pensé... Impressionnant..."

-"Non elle n'est pas meilleure, c'est toi qui est devenu faible."

Ses mains commençaient maintenant à piquer, l'armure avait eu beau absorber la majorité du choc, les crocs enduits de salive avaient quand même percés sa chair et grattés ses os. Une bête blessée, incapable de se relever... Il n'était même plus digne du statut de proie piégée.

-"Je croyais être votre ami..."

-"Je ne le suis pas, Voronwë. Tu es assez stupide pour le croire, mais ce n'est pas le cas. Je ne sers que ceux qui aident Anaëh, que ceux qui accomplissent l'œuvre de la Prime au lieu de celle de la Putain et de ses nabots dégénérés. Et regarde-toi..."

Les soldats s'activaient, réveillant leur camarade, envahissant les couloirs à la recherche de l'intrus, ils ne tarderaient pas à débarquer en trombe.

-"T'es qu'un déchet.."

-"... En rut. T'aurais pu attendre que le druide sorte, t'aurais pu lui tendre un piège sûr, mais t'as préféré exciter ta soif de sang et de reconnaissance. Tu es juste entré avec ton couteau pour montrer à ta femelle que tu étais l'alpha, comme dans tes jeux d'enfants. Tu devais être mon agent de la destruction, t'es juste un loup qui veut se reproduire avec la chienne au poil luisant et qui fait le fier pour la faire frémir."

Avec toute la douleur que ses nerfs lui permettaient de sentir, le guerrier des Noss posa ses bras pour se relever comme lors d'une pompe, avec un succès mitigé. Il vit sous son visage les gouttes de sang qui devaient actuellement le maculer, le résultat devait être pathétique...

-"Tu es mon ami, pas mon maître..."

-"Je ne suis ni l'un, ni l'autre. Je suis ton prisonnier et je sais que tu n'as pas la clé de ma cage, tu ne l'auras jamais. Alors va te remettre de tes blessures, ensemence ta louve, unifie les Noss, chasse les Daedhels comme du gibier et les Taledhel comme des rats. Tu auras enfin purifié la forêt, accomplis la Grand Œuvre d'Anaëh.
Et c'est à ce moment là que tu seras le guerrier que tu as toujours voulus être."


Voronwë ne souriait plus, l'hydre lui avait plusieurs fois fait des remontrances par le passé, mais la plupart du temps elles étaient pour le détruire mentalement, l'affaiblir davantage... Là il se sentait comme un gamin réprimandé par son père. la sensation était désagréable.

-"Je croyais que tu voulais qu'on ne soit qu'un, mais tu voulais être moi..."

Il n'y eut pas de réponse, alors le guerrier se tourna vers la Protectrice, essayant de sourire malgré la douleur.

-"Dame Yasairava... Vous m'avez prouvé que vous étiez forte et inventive, je vous ai prouvé que j'étais puissant, résilient et déterminé... Me ferez-vous l'honneur de porter mes enfants?"
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Jeu 9 Juil 2015 - 20:39

L'adrénaline battait toujours à ses tempes. La frustration et l’excitation s'affrontaient sans vouloir céder un pouce de terrain. Ce que le druide avait provoqué disparaissait peu à peu, laissant Voronwë s'affaler lentement sur le sol. Le combat n'était pas terminé. Ils étaient vivants tous les deux. Elle aurait dû en finir une bonne fois pour toute. Éliminer un danger de plus. Mais c'était elle qui se tenait encore debout... et le gardien lui assurait qu'aucune des personnes sur lesquelles elle veillait n'avait été tuée. La colère froide qui s'était emparée d'elle à cette idée se calma quelque peu. Il ne restait plus qu'à connaître la version des gardes...

Tout en guettant les alentours, incertaine du nombre de Noss qui avaient pu être mêlés à cette opération et insensible à l'état du Gardien, Halya se glissa prudemment aux côtés de Randil. L'odeur du sang baignait la pièce.

-"Vous êtes meilleure que je ne l'aurais pensé... Impressionnant..."

Elle sera le poing.

« Ne vous moquez pas de moi. Vous étiez à deux doigts de me tuer. »

-"Je croyais être votre ami..."

« Mes amis ne me menacent pas. »

-"T'es qu'un déchet.."

Elle faillit répondre encore une fois. Mais la réflexion cinglante était morte avant de passer ses lèvres, lorsqu'elle avait croisé le regard absent du Gardien. Elle inclina légèrement la tête, cherchant a évaluer l'état dans lequel il était. Ses lèvres frémissaient de temps à autre. Son visage taillé à coup de serpe se tendait, se durcissait, changeait imperceptiblement sans que la douleur en soit la seule responsable.

-"Tu es mon ami, pas mon maître... "

Ënin avait nommé une chose, un être emprisonné au fond de l'esprit du Gardien. Une force qui ne pouvait influencer son hôte qu’inconsciemment... Du moins c'est ce qu'elle avait compris. Mais la situation lui donnait presque des sueurs froides. Maintenant qu'elle apercevait le combat qui animait l'elfe, elle ne pouvait ignorer le poids qui pesait sur ses épaules... Qu'il soit dû à la folie ou a une réelle entité. Une pointe de pitié perça la froideur de son esprit.

-"Je croyais que tu voulais qu'on ne soit qu'un, mais tu voulais être moi..."

Halya blêmit. L'important n'était pas de savoir si l'entité était réelle ou non. Un homme renonçant à la raison pouvait être un fléau sans nom... Surtout quand cet homme avait du pouvoir sur les autres. Elle avait entendu les rumeurs concernant Aranos. Elle l'avait connu. Et il en était l'exemple parfait.
Ce qui se passait pour le Gardien était intense, elle ne pouvait pas en douter... Mais elle ne pouvait rien faire non plus. Et les gardes qui n'arrivaient toujours pas lui faisait craindre le pire. S'ils continuaient à s'obstiner, elle n'aurait d'autre choix que d'en finir avec Voronwë pour aller voir ce qu'il se passait. Quelque part... Elle n'attendait que cette occasion.

Collé contre Randil, elle refusait de s'approcher de la créature étendue sur le sol. Depuis la mort des drows et son entretien rapide avec Delyndil, ses belles résolutions de laisser son passé militaire définitivement derrière elle volaient en éclats. La simplicité de la traque lui manquait. Elle tournait comme un loup en cage en s'abrutissant de travail. Seuls les moments passés avec Fenris l'apaisaient vraiment. Mais il n'était pas là.
Le cœur de la jeune femme battait de satisfaction honteuse. Elle savait que cette victoire n'était pas de son seul fait. Finalement, elle s'en moquait. L'excitation du combat coulait encore dans ses veines. Mais il fallait garder la tête froide. Il était plus simple de gérer sa vie comme un champ de bataille : pas d'émotion, seulement ce qui doit être fait. Et dans ce cas, même si elle aurait achevé le chef Noss avec une certaine jouissance, pour Anaëh et la Réunification, elle n'en avait pas le droit.

-"Dame Yasairava...

La voix de Voronwë, légèrement plus forte et distincte que précédemment tira Halya de ses pensées. Ses articulations blanchies se desserrèrent un peu du manche de son couteau et elle cilla plusieurs fois, prenant conscience de l'attention perçante qu'elle avait portée au Noss. Ses yeux n'avaient pas quitté un instant le visage du guerrier.

Vous m'avez prouvé que vous étiez forte et inventive, je vous ai prouvé que j'étais puissant, résilient et déterminé... Me ferez-vous l'honneur de porter mes enfants?"



Le sourire du guerrier était forcé, presque effrayant, tendu par la douleur.

Halya resta figée, le nez froncé.

-Vous n'êtes pas en position de vous moquer de moi, Gardien.

Il ne pouvait pas être sérieux... n'est-ce pas ?
Quelque chose dans sa formulation, dans son ton, laissait planer un doute. Elle ne l'avait jamais vu faire de l'humour et s'il était orgueilleux, elle ne l'imaginait pas rabaisser ses adversaires avec ce genre de stratagème puéril. Elle soutenait son regard, y cherchant le fin mot de cette proposition tellement étrange qu'elle en paraissait presque plausible.

Mais non... Cette question n'avait pas l'air plus rationnel qu’humoristique.

-Vous êtes sérieux.

Sa voix était brûlante de rage contenue. La colère qui lacérait son estomac était visible jusqu'à sa façon de se tenir. Ramassée sur elle-même comme un animal sauvage, ses yeux vert étaient vrillés dans ceux de Voronwë. Elle avait failli accepté de remettre le commandement de son propre peuple entre les mains de cet homme. Elle l'avait trouvé charismatique dès leur première rencontre. Lui et ses guerriers représentaient quelque chose que les citadins oubliaient bien souvent. Mais si là étaient les coutumes de la Noss Baar'Ane, elles étaient révoltantes. Cette parade sanglante... Il ne valait pas mieux qu'un drow.

-Tant qu'il me restera une once de raison; jamais tu ne poseras tes mains sur moi.


_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voronwë
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 245
Âge : 111
Date d'inscription : 24/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  742ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Ven 17 Juil 2015 - 14:53

Les plaies continuaient à suinter dans un glougloutement répugnant, certaines formaient déjà des croûtes mais la plupart ne semblaient souhaiter s'arrêter. Avec un grognement de colère, Voronwë tenta de se relever sur les genoux, un succès mitigé qui lui donnait à présent une apparence proche de celle d'une tortue, ses coudes comme ses tibias touchant le sol.

-"Ah, c'est fort dommage... Mais peut-être reconsidérerez-vous votre décision plus tard, à un moment plus opportun..."

Son armure craquela quand il tenta de se redresser sur ses genoux. Les chevilles blessées faisaient bien trop mal pour qu'elles puissent encore être en état, les gardes ne tarderaient pas à arriver, le druide s'était échappé, il était venu seul... Une défaite totale.

-"Comme le disait notre chef spirituel, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir pour Anaëh."

Cette situation de victime complète, de pion vaincu et d'insecte qu'on n'écrasait pas par pure gentille l'exaspérait. A vrai dire, il aurait préféré être tué à cet instant que de devoir subir cette humiliation plus longtemps.

-"Tout n'est pas perdu Voronwë, mais maintenant il va falloir être plus fin."

Le guerrier hocha légèrement la tête de haut-en-bas pour acquiescer, le monstre pouvant voir par ses yeux.

-"Voilà ce que tu vas faire..."

Quelques secondes passèrent puis Voronwë écarquilla les yeux, tremblant d'excitation et d'effroi. Tête la première, il se positionna pour implorer la Protectrice.

-"Non! Vous ne comprenez pas! J'ai besoin de vous pour le vaincre! J'ai besoin de votre force pour m'aider!"

Il releva des yeux humidifiés de larmes de douleur, la bouche pincée et les pommettes basses.

-"Le Baar'Ane est là, en moi, il me pousse à faire ces choses! Il me donne de la force, du charisme, de la puissance, mais me force à accomplir ses propres desseins.... Mais je sais comment le vaincre!"

Il eut un sourire fugace, plein d'espoir alors que ses plaies terminaient de se guérir, en apparence du moins. Ses pieds par contre ne semblaient pas vouloir se remettre, aucune armure ne les protégeant, ils avaient été bien plus touchés...

-"J'ai repris la raison quand vous m'avez vaincu et je me suis rappelé d'une prophétie! Une guerrière aux cheveux de feu s'associera avec le chef au poil couleur corbeau et ensemble ils détruiront la monstruosité! Nous sommes ces êtres, nous pouvons sauver Anaëh!"

Il posa la tête au sol joignant ses mains au-dessus de lui, comme pour une prière particulièrement humble.

-"Je sais que vous me haïssez pour ce que je viens de faire, mais je ne suis plus le même à présent! Nous devons nous unir ou je ne sais pas si je pourrai le dominer la prochaine fois!"

Il tenta vainement de pleurer, alors que la voix lourde et profonde de la bête retentissait à son âme.

-"Émouvant."
Revenir en haut Aller en bas
Ëninríl Il'Dolwen
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 246
Âge : 17
Date d'inscription : 14/02/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 341 ans (Mort en l'an 9 XI Cycle)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Lun 27 Juil 2015 - 14:19

Une dizaine de battements d'aile suffirent pour que l'Ornedhel se rendent compte de son erreur. Une grossière erreur. Le druide resserra ses serres autour de la première branche à sa portée et il redevint un être elfique. Il eut un haut-le-cœur de honte, constatant sa propre lâcheté avec un dégout grandissant. Il savait qu'il avait des défauts mais jamais il n'avait pu deviner que la lâcheté en faisait partie. Halyalindë était devenue une amie au fil de ces dernière ennéades et en quelques secondes, à cause d'un stupide manque de discernement et d'une dose d'ignominie, il l'avais laissé au griffes de l'elfe qu'il avait promu comme le chef de l'armée de leur race...

"_ Intelligent..." ironisa-t-il pour lui même.

Ëninríl se leva sur la branche, épaisse d'une paume de large, d'un pas peu assuré. Il leva ses mains devant lui et découvrit qu'elle tremblait : l'adrénaline du combat était retombée et laissait place à la honte. Il contempla le Palais de chêne, à quelques part au dessus de lui se battaient la Dame Protectrice et le Gardien du Baar'Ane. Comment avait-il pu croire que Voronwë l'aurait suivi, alors que lui ne pouvait pas voler ? En quelques secondes, la vie du druide défila devant ses yeux, et ses erreurs lui sautèrent aux yeux. Sa tête lui tourna alors que son assurance inébranlable s’effritait tel du parchemin mouillé. Mais le temps de la remise en question passa, mis de côté par le cerveau de l'elfe, qui privilégiai l'action. Le jeune druide prit la décision de, à défaut de réparer, limiter les dégâts de son erreur. Il reprit sa forme d'Aigle géant, l'esprit calme et empli d'une sérénité inspirée de la Déesse.

~oOo~


Le cri retenti sur toute la Cité. Un cri strident, qui marqua l'arrivée de l'oiseau sur le balcon du bureau d'Halyalindë. Le spectacle aurait fait frémir n’importe qui, mais Ëninríl était détaché de la réalité. Il réfléchissait froidement, sans penser à autre chose qu'à sauver le loup et sa maîtresse.

"_ ... prophétie! Une guerrière aux cheveux de feu s'associera avec le chef au poil couleur corbeau et ensemble ils détruiront la monstruosité ! Nous sommes ces êtres, nous pouvons sauver Anaëh ! Je sais que vous me haïssez pour ce que je viens de faire, mais je ne suis plus le même à présent! Nous devons nous unir ou je ne sais pas si je pourrai le dominer la prochaine fois !
_ Émouvant, dit le druide, faisant écho sans le savoir aux paroles du Baar'Ane dans l'esprit occupé du Gardien. Vos ... mensonges ne trompent personne Gardien."

_________________


Merci à Maé pour la signature et à Halya pour le magnifique chibi ! <3

Lómion Ineinior - Khernal Kre'Nael - Irys d'Arosque
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Lun 27 Juil 2015 - 16:57

Le dégoût et la colère révulsaient toujours le cœur de l'elfe, s'accentuant à chaque mot que prononçait ce fou. Un moment plus opportun ?! Peu importe les conséquences, elle l'aurait tuer. Une menace de moins à planer sur Anaëh. Elle voulut s'avancer, le couteau toujours en main. Une douleur fulgurante vrilla son bras. Ses points de sutures pendaient. Le guérisseur allait la maudire. C'était la troisième fois qu'elle les arrachait. Sans parler de Fenris...

Le regard asymétrique et toujours calme s'invita dans ses pensées. Lui n'aurait pas pensé une seconde à tuer un frère hors d'état de combattre...  Elle serra la mâchoire.




Quatre.

Ils avaient trouver quatre gardes assommés au gré des étages supérieurs pour l'instant. Et on fouillait encore les jardins ! C'était impensable. Sans ralentir, il intima à l'un de ses hommes de s'occuper de la jeune femme étendue sur le sol. Ils seraient toujours assez nombreux.

Qui aurait voulut s'introduire aussi haut et pourquoi ?! Enfin il avait bien une idée du pourquoi. Mais il ne préférait pas y penser. Mais s'il ne se trompait pas... Il ne lui demanderait plus jamais son avis !

Encore quelques marches.




Au lieu de répondre encore aux paroles d'un dément, elle se concentrait sur Randil. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre ce qui l'avait mis dans cet état. Le Noss avait réussi à atteindre son seul œil valide. Inutile d'essayer de le calmer pour l'instant. Elle n'en était pas capable pour elle-même. Elle se contenta de lui assurer sa présence durant une petite éternité.

Une éternité brisée par des plaintes soudaines. Des suppliques gémissantes. Voronwë se tordait, implorant de l'aide. Après le dégoût revenait la pitié.

-Mais je sais comment le vaincre!


Pour la seconde fois, les paroles du Noss surprirent Halya au delà des mots. Vaincre une part de lui-même. Une folie parmi d'autres alors qu'un ennemis bien réel ravageait le Sud. Le visage de la Protectrice était toujours aussi dur. Alors que le guerrier continuait, elle sentit un brusque changement dans la symphonie. Un changement si puissant qu'elle ne pouvait le rater, même en y prêtant si peu attention. Ëninril.

Elle ne sursauta pas lorsque le cris du rapace lui vrilla les tympans. Pas plus qu'elle ou Randil ne se retourna en entendant son retour. Les yeux larmoyants de Voronwë ne la lâchaient pas. Elle n'eut pas le temps - ou peut-être pas le courage - de lui répondre avant que le druide de retour ne prenne lui-même la parole. Il était cassant... Aussi sifflant que certains accents du Gardien. S'il voulait le rabaisser, grand bien lui fasse... Mais il étai totalement inutile de converser avec un homme ayant perdu l'esprit.

Elle prit une inspiration pour mettre un terme à l'échange et demander à Eninril de ramener les gardes mais n'eut que le temps d'articuler quelques syllabes. Presque aussitôt, les bruits de pas qui raisonnaient à travers les couloirs explosèrent dans la pièce. Six hommes et femmes portants l'armure frappée aux armes d'Ardamir. Quatre avançaient épée et bouclier au poing, deux tenaient un arc bandé. A leurs têtes, un grand homme aux cheveux sombres et aux yeux clair, le nez barré d'une longue cicatrice qui avait ratée son oeil de peu. Son air totalement neutre ne vacilla pas un instant devant le spectacle. Deux gestes et ses hommes se déployaient, arme au clair, autour de l'homme au sol et sécurisait l'ouverture sur les jardins autant que possible. Ardamir n'avait jamais été une forteresse et le sang ne coulait que rarement en ses murs. Jamais à cause d'une attaque avérée. Et pourtant, le Seigneur Limier avait les preuves sous les yeux.

-Tout va bien Killen. Il s'agit d'un mal entendu.

Le militaire ne baissa pas son arc. Il était clair que la Protectrice était blessée. Son visage était empoissé de sang et les manches de sa robes devenaient lentement brunâtres par endroit. Halya ne s'en formalisa pas, comme à son habitude. Son homme n'avait jamais été d'un naturel confiant ou loquace.

-Combien de mort en bas ?
-Aucun. Seulement des blessés.

En s'appuyant copieusement sur Randil, Halya parvint à se remettre à peu près sur pied malgré une nausée persistante et un équilibre tout relatif. Voronwë n'avait pas menti... Elle lui jeta un coup d'oeil

-La seule menace qui plane sur Anaëh, ce sont les Drows. Et la seule menace qui plane sur l'Alliance entre les Noss et les Cités qui permettrait de les repousser définitivement, c'est vous, Gardien.

Puis elle se tourna vers ce qui ressemblait vaguement à Killen, s'accrochant plus étroitement au loup géant de seconde en seconde.

-En attendant que tout cela soit éclairci, emmenez le Gardien dans une de nos chambres. Enlevé lui ses armes et armures. Attachez-le et appelez Herardilel pour le stabiliser. Qu'il soit le seul au courant de sa présence. Pas de magie. Tous les gardes présents seront chargés de sa surveillance. Personne d'autre n'entre dans sa chambre à part le soigneur jusqu'à nouvel ordre. Cette affaire reste entre nous.

-La panique est déjà à deux doigts de gagner les étages inférieurs. C'est une question de minutes avant que les rumeurs sur une tentative – ou une réussite – d'assassinat sur vous ou un membre du Conseil ne se mettent à courir.


-ça ne calmera personne de savoir qui est derrière tout ça et je ne peux pas descendre les rassurer en personne dans cet état. Il est tôt, il faudra du temps avant qu'assez de monde soit réveillé pour que la rumeur enfle.

-Je vois... assura-t-il sans qu'un changement même infime ne soit visible sur son visage. Et pour l'Ambassadeur ?

Halya mit quelques secondes avant de comprendre qu'il parlait d'Ëninril. Leur rencontre semblait bien lointaine et elle n'avait plus entendu ce titre depuis.

-Il reste avec moi. Nous avons à parler. Et que quelqu'un prévienne Kaëlis, je ne veux personne d'autre qu'elle pour m'examiner... Des questions?

Mieux valait que ce soit quelqu'un qui connaisse les grandes lignes de son état tout en sachant tenir sa langue qui s'occupe d'elle. Au moins, elle connaissait déjà ses blessures récentes et leurs points de fragilités.
Incapable de garder sa concentration plus longtemps, son œil dérivait, passant sur les gardes, sur Voronwë. Elle croisa son regard. Il était faible et semblait brisé... Mais au milieu de ses délires, comment être sûre que rien n'était vrai ?

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 


Dernière édition par Halyalindë Yasairava le Sam 10 Juin 2017 - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voronwë
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 245
Âge : 111
Date d'inscription : 24/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  742ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Lun 27 Juil 2015 - 19:04

C'était ainsi, la troupe était finalement arrivée, avec le retard habituel des gens de profession soldatesque. On ne pouvait pas faire confiance aux citadins, même pour protéger leur Protecteur, ils rataient tout dans les moindres détails, transformant même l'opération la plus facile en une botte d'épingle... Et le tout avec une attention et une délicatesse quasiment recherchée.
Et en plus de ça ils le relevaient sans la moindre grâce ni attention, le faisant horriblement souffrir. Visiblement l'idée de trimballer un assassin potentiel ne leur faisait pas plaisir. Alors qu'ils l'emmenaient, arriva l'embrasure de la porte, reprenant ses forces pour l'occasion il étendit ses douloureux bras pour retenir ses geôliers. A pleins poumons, il tenta d'hurler:


-"Tu crois que tu peux t'en sortir, druide?! Je suis votre seul espoir après ton blasphème et tu le sais aussi bien que moi!"

On parvint enfin à le dégager de la porte à coup d'épaules et un garde tentait de lui passer un bâillon quand il termina sur un:

-"Vous sauverez Anaëh des drows, mais pas de l..."

La suite fût un bric-à-broc d'injures, de coups divers et variés et d'attaches sur un lit en attendant que les guérisseurs arrivent pour s'occuper de son cas. Voronwë, laissé sous la surveillance de deux lames, se calma peu à peu. Son esprit vagabonda, se concentrant sur des futilités pour oublier la douleur de ses plaies sanglantes.

-"Crains-tu Kyria, Gardien?"

Il soupira, anxieux, de la sueur moite perla sur ses joues et sur ses épaules, il souffla:
-"Oui, comme je te crains toi..."

Enfin, le médecin arrivèra, bardés d'onguents ésotériques et de liquides indéfinissables. Quand il s'approcha pour bander ses chevilles tranchées et lui retirer son armure en écailles d'hydre, Voronwë laissa sortir une question.

-"Guérisseur, si vous étiez convaincus de pouvoir faire quelque chose mais que personne ne vous laissait le faire, continueriez-vous tout de même?"

L'elfe sembla s'arrêter un instant pour réfléchir, avant de reprendre sa tâche, l'air occupé. Quand il eut terminé, bien plus tard, il s'adressa au guerrier qui observait le plafond, placide.

-"Je ferai ce que les dieux nous ont appris à faire: suivre leurs commandements: protéger la Vie et la paix à tout prix."

Le Gardien eut un sourire.

-"Je vous approuve, guérisseur."
Revenir en haut Aller en bas
Ëninríl Il'Dolwen
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 246
Âge : 17
Date d'inscription : 14/02/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 341 ans (Mort en l'an 9 XI Cycle)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Lun 27 Juil 2015 - 20:00

Les cris du Gardien s'étouffèrent dans le lointain alors que les gardes qui avaient fait irruption dans la pièce l'emmenait sous les ordres de la Dame Protectrice. Le druide lacha un profond soupir et se laissa mollement tomber dans un fauteuil. Le désespoir le saisit de nouveau mais il le repoussa dans un coin reculé de son esprit. Dans un murmure que seul lui et Halya purent entendre, il prononça cette phrase :

"_ Vous vous trompez Gardien. Vous pensez vous soustraire au jugement de Kÿria en vous réfugiant derrière l'hydre. Vous pensez que sa fureur ne pourra être contrée que par vous et vos adorations. Je vous répondrai que si Anaëh a su tenir plus de dix cycles, ce n'est pas vos idôlatries qui la feront tomber. Allez dans vos ignorance et votre ignominie, Gardien, et puisse la Lumière de la Déesse vous remettre sur le droit chemin."

Il releva la tête et fixa l'elfe qui se tenait devant lui, forte, debout, malgré les coup, les contusions et le liquide vermeil qui s'écoulait des plaies. Pour la première fois, le druide comprit pourquoi elle avait été mise sur son chemin, et surtout pourquoi elle était aujourd'hui derrière ce bureau à contempler SA Cité. Alors il se confia, ouvrant son cœur à cette personne qu'il ne connaissait que depuis un mois :

"_ J'ai fais de multiples erreurs dans ma courte vie. Mais ce fut les dernières qui furent certainement les plus grandes. La première fut sans doute d'avoir cru en Voronwë. Son âme est comme noircie par la perfidie de son prisonnier. Il essaie de lutter contre lui, sincèrement. Mais je pense avoir comprit que maintenant, la Créature est devenu le compagnon de route du Gardien. C'est comme si vous vous retrouviez avec une personne que vous détestez pour gravir la plus haute montagne. Quand vous allez mal, c'est la seul compagnie qu'il vous reste, alors vous vous y accrochez. Et en haut de la montagne, pour rien au monde vous ne voulez vous séparer...
    » Ma seconde erreur, celle dont je suis le moins fier, c'est de vous avoir abandonné comme un lâche. Que Kÿria en témoigne, je suis sincèrement désolé, Dame Arava."


Ëninríl se leva et contempla la pièce. Le sang ruisselait le long des fibres de l'arbres, Halyalindë était dans un piteuse état, et son loup d'autant plus. Pour l'elfe, le druide ne pouvait quasiment rien, ou les guérisseurs ferait bien mieux que lui Cependant, pour l'animal, il pouvait l'aider. Il lui murmura quelques mots en elfique pour le calmer et s'attaqua à son œil. Une boursouflure violacée apparaissait et n'était pas bon signe, mais un soin rapide empêcherait une cécité complète. Lorsqu'il en eut finit, il se leva, adressa une prière à Kÿria et se rassit sur le fauteuil, exténué. La marque autour de l’œil du Loup n'était plus qu'une vague trace rose.

L'Ornedhel ferma ses propres paupière. Les tâches noires qui ponctuaient sa vie défilèrent encore, mais s'être confié les atténuaient un peu.

"_ Pardonnez moi, Arava"

Une larme, timide, coula sur sa joue et vint s'écraser sur le velours du siège. Une seconde vint la rejoindre, formant deux tâche sombres. Mais elle ne furent rejoindre par aucune autre. Cependant, sur le front d'Ëninríl une ride discrète mais bien présente vint barrer sa face.

_________________


Merci à Maé pour la signature et à Halya pour le magnifique chibi ! <3

Lómion Ineinior - Khernal Kre'Nael - Irys d'Arosque
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Mar 28 Juil 2015 - 1:00

Sans plus de question, les soldats étaient sortis, emportant le Gardien et toutes les questions qu'il soulevait. Killen avant remis son arc à l'épaule et s'était approché un instant pour savoir dans quelle était était vraiment la Protectrice. Son visage était à peine soucieux mais Halya avait apprécier le geste sincère de cet homme qu'elle connaissait depuis près de cent ans après des événements si... déroutant. Elle savait qu'il ne laisserait rien arrivé à Voronwë ou à qui que ce soit dans la Cité. Les maigres troupes étaient sûrement déjà en train de ratisser discrètement toute la ville. Elle le remercia rapidement mais lui redemanda simplement de faire venir le guérisseur.

Avec le départ de Voronwë, l'adrénaline et la rage retombaient. Le monde était comme enrobé dans du coton. Mais elle restait là, debout, face à son bureau dévasté et au sol imbibé de sang. Ce n'était pas la première fois qu'elle était attaquée par surprise. Lors du Voile, la Paix avait été difficile à maintenir. Mais c'était la première fois qu'elle avait à combattre entre ces murs. La première fois qu'elle voyait le Chêne qui les abritait taché de sang. La première fois qu'elle sentait la Symphonie si bouleversée en ce lieu. Et c'était sa faute.

Elle se retourna doucement en entendant quelqu'un s'effondrer dans un fauteuil mais ne lâcha pas Randil. Elle était toujours incapable de tenir debout sans son appui et lui cherchait sans cesse le contact de sa chef de meute. Ëninril était toujours là. Cela devait être normal puisqu'elle avait précisé qu'elle avait encore quelques mots à lui dire. Elle l'entendit murmurer quelques mots qui ne lui étaient pas adressés.

-Alors tu es sûr qu'aucun de ses mot n'est vrai ? S'il n'est pas fou, si c'est bien une créature étrange qui l'habite, ne pourrait-elle pas détenir un savoir que nous n'avons pas. Tu devrais pouvoir démêler la vérité des délires d'un dément, non ?

Il y avait une pointe d'espoir, d'attente dans sa voix qui la surpris elle-même. Mais elle écouta le druide avec attention. Il paraissait convaincu que le Gardien était vraiment habité par quelque chose. Qui était-elle pour en douter ? Il semblait regretté ses erreurs. Des erreurs lointaines. Mais ce qui la surpris davantage fut de l'entendre parlé d'un abandon. Quand ?

-Abandonné...

Il approcha, posant ses mains sur Randil sans que l'animal n'y trouve quoi que ce soit à redire. Elle l'avait déjà remarqué peut-être. Mais cela lui sautait aux yeux maintenant. Le druide faisaient parti de leur Meute. Comme Sandriel. Randil le traitait comme tel. Il n'était pas un combattant ni un tueur. Ce n'était pas dans sa nature. Mais il était là pour prendre le relais quand les autres étaient fatigué. Il avançait dans la même direction, vers le même but.

Lorsqu'il s'éloigna de nouveau, quelque chose avait changé. Le loup était moins tendu... Son œil ! Halya sourit comme une enfant en s'accrochant au cou du loup blanc en enfouissant une seconde son visage dans sa fourrure hérissée. Elle avait craint que le pire ne frappe une seconde fois. Ses jambes ne la tenaient plus. Doucement, il l'accompagna jusqu'à ce qu'elle arrive à se mettre à genou.

"_ Pardonnez moi, Arava"

Les trois mots du druide la rappelèrent à la réalité. Ils semblaient lourds de regrets et de remords. Bien plus lourds qu'ils ne l'auraient dû. Elle aurait voulut marcher jusqu'à lui pour pouvoir lui parler face à face, l'obliger à la regarder dans les yeux. Elle se serait permis cette familiarité parce qu'il avait l'air d'avoir oublié en un instant tout ce qu'il avait put faire pour les elfes et Anaëh.

-Je ne peux pas te pardonner, Ëninril. Commença-t-elle dans l'espoir d'être assez brusque pour lui faire tourner la tête. Parce que je n'ai rien à te pardonner. Je ne comprends pas vraiment de quoi tu parles quand tu dis regretter de m'avoir lâchement abandonnée. Mais tu rallie des Noss pour le Front. Tu acceptes de collaborer avec des citadins. Tu m'as plusieurs fois indiqué la Bonne Voie. Tu soignes Randil et tu me demandes de te pardonner. Avoue que c'est étrange.

Le remord qu'elle entendait dans la voix du druide, elle avait l'impression de le connaître comme s'il avait été sien. Ce jour où elle n'avait put que demander pardon à son père pour les choix qu'elle avait dû faire au début de la guerre. Malgré la douleur qui vrillaient ses membres et prenait sa tête dans un étau, Halya sourit bien plus calmement que tout ce qui avait précédé depuis son réveil. Le monde vaporeux qui l'entourait y était sûrement pour quelque chose...

-Oui, tu as fait des erreurs, mais si faire confiance à Voronwë est là pire d'entre elles, alors tu es bien plus sage que la grande majorité d'entre nous J'ai aussi cru qu'il pourrait être un pilier de notre Alliance. Sans toi, je le croirais encore. Et Kÿria sait ce qu'il aurait fait une fois les Noss unifiées. Mais si tu penses que tu as quelque chose à te faire pardonner, ce n'est pas moi qui pourra t'aider. Tu es le seul à pouvoir choisir d'accepter tes erreurs et tes lacunes pour recommencer à avancer.

La sincérité dont elle faisait preuve était aussi simple et totale que celle dans le druide avait fait preuve quelques minutes plus tôt. Ce qu'elle disait, elle l'avait vécu. Fenris lui avait montré qu'accepter ses failles n'était pas aussi facile qu'on le croyait parfois, mais c'était la seule voie pour ne pas stagner.

-Si tu ne les fais pas tiennes, c'est elles qui finiront par te diriger.

Les goût du sang revint dans sa bouche. Incrédule, elle porta la main à son visage. Voila qu'elle saignait du nez à présent...

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ëninríl Il'Dolwen
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 246
Âge : 17
Date d'inscription : 14/02/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 341 ans (Mort en l'an 9 XI Cycle)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Lun 3 Aoû 2015 - 12:32

"_ Je ne peux pas te pardonner, Ëninril"

Cette phrase eut l'effet escompté. Le druide leva la tête. Mais la suite de la réponse de la Protectrice le rassura sur ce qu'elle pensait. Il comprit la leçon qu'Halyalindë voulait lui faire passer. Toutefois, ce fut lorsqu'il entendit sa dernière phrase qu'il prit pleinement conscience qu'il paraissait ridicule. Malgré les conséquences désastreuses qu'aurait pu avoir son erreur, les pauvres larmes qu'il versait comme un enfant qui se serait fait prendre la main dans le sac en train de faire une bêtise ne répareraient rien. Il passa son avant-bras devant ses yeux et reprit contenance. Sa voix était marquée d'une assurance nouvelle lorsqu'il reprit la parole :

"_ Vous avez sans dou... Non. Tu as sans doute raison, Halyalindë. Il est temps de se tutoyer, après ce que nous avons vécu, non ?" ajouta-t-il avec un sourire.

La Symphonie autour de lui hurlait dans sa tête comme un sirène. Le sang des elfes qui avait coulé sur l'Arbre Sacré perturbait la chanson qu'était le chant de la Forêt habituellement. Ëninríl n'avait pas remarqué le désordre qui y régnait dans l'euphorie du combat, puis dans le désespoir qu'il avait éprouvé, mais maintenant que son coeur s'est fermé aux maux, cela lui sautait aux yeux. Alors, il posa ses mains sur le bois brut et ferma les yeux. Mentalement il quitta son enveloppe corporelle. En un instant, la douleur, tous les sentiments disparurent pour laisser place à une béatitude profonde tandis que le druide entrait en méditation. Il communiquait avec les arbres autour de lui, il remarquait l'aura qui entourait le Palais de Chêne et son empreinte dans la Symphonie alors qu'il entreprenait de calmer leur chant. Peu à peu, leur cri devint de plus en plus doux. Bientôt, il s’éteint quasiment, bien qu'il était toujours là, à stagner dans le liquide vermeil qui tapissait le bureau. L'Ornedhel regagna son corps et rouvrit les paupières. Il n’avait pas conscience du temps qui s'était écoulé, mais certainement un bon moment car un guérisseur venait s'assurer que 'l'ambassadeur' allait bien. Le druide se laissa ausculter sachant très bien que l'elfe avec son savoir ésotérique ne trouverait rien. Il avait esquivé toute les blessure avec son geste lâche...

C'est à ce moment qu'il eut une idée. Il se tourna vers la Dame d'Ardamir.

"_ Halyalindë, tu m'avais montré le désir que tu avais d'entendre la Symphonie, comme tu le faisais avant le voile... Je peux te faire un cadeau qu'il t'aiderait en ce sens... L'accepte-tu ?"

_________________


Merci à Maé pour la signature et à Halya pour le magnifique chibi ! <3

Lómion Ineinior - Khernal Kre'Nael - Irys d'Arosque
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Mar 4 Aoû 2015 - 21:37

-Oui, tu as raison, répondit-elle au druide en souriant pensivement.

De seconde en seconde, la scène qui venait de se dérouler dans le bureau perdait en netteté. Halya récupérait peu à peu une certaine emprise sur le monde qui l'entourait, mais sa nausée était loin de s'arranger et la douleur qui fusait ça et là non plus. Après l'intervention d'Ëninril, Randil s'était allongé presque autour de la guerrière. Heureusement, l'animal connaissait l'odeur de Kaëlis depuis longtemps. Lorsque la guérisseuse franchit la porte, elle marqua un temps d'arrêt devant le spectacle mais ne subit que de profonds grognements et une surveillance rapprochée lorsqu'il ausculta rapidement la Protectrice.

Cela ne prit pas longtemps... Mais ce n'était pas pour cela que tout allait bien. La jambe était douloureuse, mais c'était son immobilisation prolongée qui l'avait affaibli, rien de plus. Les égratignures ne retinrent pas non plus son attention. Au contraire du bras dont les points de suture avaient encore sauté... Et de la plaie sur la tempe de la patiente. Et dire que les points auraient du être enlever à peine deux jours plus tard...

-Vous avez perdu connaissance?
-Je ne crois pas.
-Bien. Ne bougez pas pour l'instant. Vous aurez surement des nausées ou des absences pendant quelques heures alors pas de folie. Il faut nettoyer votre oeil avant que le sang ne sèche, sinon rien de grave. Je vais aller chercher de quoi faire dans un instant. Quand a votre bras... Je laisserai le confrère qui vous suit donner son verdict mais je pense qu'il vaut mieux le laisser cicatriser. souffla-t-elle avant de s'intéresser avec mille précautions au cas du druide qui avait l'air inconscient.

Mais non. S'il mit du temps à répondre, il paraissait parfaitement sauf. Détail qui ne déclencha pas une seule question dans l'esprit de la mage préoccupée par bien d'autres choses. Aussi vite qu'elle était entré, la guérisseuse disparut dans le couloir, sans oublier de saluer le Seigneur Limier qui était revenu monter personnellement la garde à l'entrée du bureau en attendant que la Protectrice soit remise.

En partie soulagée, Halya essayait d'assimiler les bribes d'émotions brutes qui lui avaient déchirées le coeur quelques secondes plus tôt... Ainsi que les paroles troublantes de Voronwë au sujet desquelles Ëninril n'avait pas put l'éclairée. Peut-être le druide n'avait-il pas eu le courage de lui apprendre d'autres mauvaises nouvelles pour l'instant... Sa présence silencieuse ne la gênait pas, au contraire. Ne pas se retrouver seule après un tel réveil était plus que bienvenu, même si son coeur aurait souhaité une présence bien différente de celle du druide en cet instant.

"_ Halyalindë, tu m'avais montré le désir que tu avais d'entendre la Symphonie, comme tu le faisais avant le voile... Je peux te faire un cadeau qui t'aiderait en ce sens... L'acceptes-tu ?"


Elle se retourna, étonnée, un œil toujours clos. Un sursaut d'adrénaline peinait à éclaircir ses idées. En croisant à nouveau, le regard d'Ëninril, elle eut, comme tant d'autres fois, l'impression tenace que ce n'était pas l'elfe, mais uniquement le druide qui s'adressait à elle.

Cette proposition était... Difficile à appréhender. Renouer avec une part de ses perceptions mise à mal par le Voile et l'étrange hurlement qui avait secoué Anaëh au début du mois... C'était même inespéré. Non. Inconcevable plutôt.

-Honnêtement, je crois que tu ne pourrais pas me faire un plus beau cadeau, accepta-t-elle en souriant.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 


Dernière édition par Halyalindë Yasairava le Sam 10 Juin 2017 - 14:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ëninríl Il'Dolwen
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 246
Âge : 17
Date d'inscription : 14/02/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 341 ans (Mort en l'an 9 XI Cycle)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Sam 8 Aoû 2015 - 12:12

La réponse d'Arava ne surprit pas le druide. Quel elfe refuserait un tel cadeau ? Ëninríl sourit alors en retour. La Symphonie représentait son bien le plus cher, et, bien qu'éphémère et aux aspects aussi splendides que traîtres, le plus beau présent que la Nature lui avait fait. Il ne pouvait imaginer que le Voile lui enleva cette perception alors qu'au contraire, C'est à ce moment qu'elle fut le plus forte.

Mentalement, il revécut les premiers instants de cet événement magique : d'abord cette douce sensation de béatitude qui envahissait son corps, accompagné du déclin de la lumière de l'Astre. Bientôt, tous furent dans la plus grande obscurité et le plus grand silence. Son ancienne mentor était alors à coté de lui et devait ressentir la même excitation qui leur parcourait l'échine. Les jours passèrent alors, pour le druide remplis d'une seule conviction : La Déesse été réapparue. La plupart des membres de son clan s'étaient dirigés vers les anciens de la Noss. On leur disait que le Voile ne devait pas durer aussi longtemps. La panique s'emparait de certains, mais pas les deux druides. Ils étaient charmés par la Symphonie qui leur ouvrait les sens d'une façon impossible à imaginer, elle qui leur chantait de rejoindre l'Estel. L'Arbre sacré, lieu de repos et de seconde vie de la Gardienne de Kÿria. Ils ne prirent rien et entamèrent leur voyage, se fiant au chant de leurs Frères pour se guider. Un mois passa avant que le Voile ne se lève. Mais la sensation mis bien plus longtemps à s'évanouir dans le tourbillon de leurs sentiments, et leurs souvenir ne s’effacèrent jamais.

Ëninríl se rendit compte qu'il avait fermé les yeux. Il les ouvrit avec un nouveau sourire indescriptible. Il eut même un petit éclat de rire discret. Ce cadeau, il voulait le partager avec Halyalindë, au nom des épreuves qu'ils avaient traversés ensemble. Il s'immergea dans la Symphonie. La plupart du temps, lorsqu'il entrait en méditation, il restait en bas de l'Arbre imaginaire qu'il s'était représenté. Cette fois, conscient de l'ampleur de la tâche, il alla plus loin sur son arbre. Il gravit mentalement les branches et sentait ses sens s'exacerber. Le Chant se fit plus fort dans son esprit. Lorsqu'il jugea sa méditation suffisamment profonde, il s'arrêta. Quasiment inconscient, il prit le bras de la Dame protectrice, les yeux toujours fermés et détacha une plume grise de sa capuche. Il place l'elfe devant lui, la plume à ses pieds et posa sa main sur le cœur de la Dame, tout juste au dessus de sa poitrine. Le druide commença son rituel. Il parla en elfique, disant les mots qui lui venaient. Le Chant lui murmurait tout ce qu'il devait dire. Utilisant et ses incantation et sa plume comme catalyseur, Il fit naître dans le creux de sa main restée libre, une petit étincelle verte. Il déplaça sa main contre l'autre et l'étincelle disparut dans le corps d'Arava.

C'est à ce moment là que la Magie commença à s'échapper du contrôle du druide. Il s'en rendit compte alors que sa concentration faiblissait et que la Magie s’échappait d'autant plus. L'échec commençait à pointer le bout de son nez, et cela, Ëninríl ne pouvait le concevoir. Par un dernier sursaut de volonté il réussit à reprendre le contrôle. Il finit alors son rituel. Il voulut s'enquérir de l'ampleur de ce qu'il avait fait mais il sombra dans l'inconscience alors même qu'il n'avait pas bougé les lèvres.

_________________


Merci à Maé pour la signature et à Halya pour le magnifique chibi ! <3

Lómion Ineinior - Khernal Kre'Nael - Irys d'Arosque
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   Dim 9 Aoû 2015 - 1:14

Ëninril n'avait aucune notion de l'à-propos. Faire une telle proposition à cet instant en ce lieu... Mais comment refuser un présent pareil? Comment dire à un druide qu'elle aurait préféré attendre. Attendre que son œil soit soigné, que son visage et ses bras soient débarrassés du sang qui coulait encore par petites gouttes. Que la trace sombre sur le bois du Chêne soit moins visible. Qu'elle ressente moins d'appréhension en imaginant la manière dont ce présent lui serait fait. Elle n'avait jamais été à son aise avec les préceptes magiques et si elle travaillait très bien avec des mages sur le champ de bataille, être la proie de ces forces étranges était une tout autre chose. D'autant plus si cela touchait au sacré...

Malgré la douleur, la nausée et les recommandations du guérisseur, lorsqu'Ëninril se tourna vers elle, rayonnant pour une raison qui échappait à la guerrière après tout ce qui venait de se produire, elle se leva sans hésiter. Son cœur courait de plus en plus vite et pas seulement à cause de ses blessures. Ce qui risquait de se produire était impensable... Et en était-elle digne ? Si elle n'arrivait plus à comprendre la Symphonie, c'était sûrement, car elle n'en était pas digne. Après tout, elle faisait partie de ceux qui avaient momentanément quitté la Prime Forêt pour les terres mortelles. Elle avait aimé un humain. Elle avait versé le sang plus souvent que bien des soldats et en avait éprouvé du plaisir. Pourquoi aurait-elle le droit ne serait-ce que d'entendre les accords de la Symphonie ?

-Ëninril, je dois te dire... Ëninril ?

Mais le druide n'entendait pas.

Les yeux clos, plongé dans une intense concentration, il ne semblait même plus percevoir Halyalindë. Sans qu'elle ait pu lui avouer quoi que ce soit, le bras du jeune druide attrapa le sien pour la placer correctement, comme mu par une volonté qui n'était pas seulement celle de son propriétaire. Randil jappa. Une plume de sa capuche tomba entre eux, décrochée d'un mouvement sûr. Le regard de la Citadine était comme happé par sa couleur terne. Une main se posa juste au-dessus de son cœur. La sensation de la main du Druide la fit frissonner. Mais ce n'était pas dû au contact peau contre peau. C'était... Autre chose.

Autour d'elle, la Symphonie qui avait crié, hurlé, perdant toute harmonie dans le sang que les deux guerriers avaient versé, avait retrouvé un peu de sa sérénité. Le Chêne pleurait toujours cette infamie, mais la cacophonie stridente était devenue un entremêlement de mélodies à peine audibles. Tristes... Rageuses... Intriguées. Des murmures qui devenaient plus présents à mesure qu'Halya se laissait envahir par cette étrange sensation qui émanait du Druide. A mesure que son esprit s'apaisait, que ses propres craintes se taisaient.

Il fallut un temps infini pour comprendre que certains de ces murmures étaient ceux d'Ëninril. Peu à peu, un sentiment de calme et de plénitude envahissait l'elfe. Peu à peu, le monde qu'elle percevait par ses cinq sens disparus et les mélodies surpassaient tout le reste. Magnifiques et Sauvages, quel que soit leur ton ou leurs accords.

Et soudain, comme si on la foudroyait de part en part, une vague de chaleur glacée se déferla dans ses veines depuis son cœur. Les mélodies devinrent chants.

C'était indescriptible. Elle sentait que cela venait du plus profond de son être. Elle sentait son âme vibrée aux paroles d'Anaëh. Les mots de tristesse et de compassions s'échangeaient au milieu de ceux qui chantaient la vie. La Curiosité montait en contre point. Car au milieu de ces animaux que les fils de Kÿria accueillaient en leur sein, en plus de toute cette vie qui pullulait, de ces hommes qui faisaient les cent pas plus anxieux qu'un général au Front en attendant que le guérisseur vienne enfin lui annoncer la naissance de son fils, de cet enfant qui pleurait à chaude larme et que ses aînés berçaient de chants qu'ils ne pouvaient entendre tout en propageant la nouvelle de cette chute si cruelle, il y avait deux êtres attentifs nimbés de magie. Les murmures décrivaient tout et plus encore. La Cité était Belle. Elle était Absolue. Elle Était.

De la plus grande joie au plus profond désespoir. Tout s'y mêlait sous l’œil bienveillant des géants de bois. Enivrée par la musique et les vies qui pulsaient autour d'elle, elle aurait voulu danser à leur rythme, chanter leurs complaintes, mêler sa voix à leur hymne. Elle ne se rendait pas compte qu'elle s'était mise rire. Pas plus qu'elle ne sentait les larmes couler sur ses joues.

En un instant, tout lui était apparut. En un instant, elle avait entendu, écouté et compris. Elle s'y perdit un peu plus. Au milieu de cette Symphonie, grondant comme une basse sourde qui résonnait au plus profond des cœurs et soutenait les rythmes de tous les autres babillages, une Voix s'élevait. Une Voix unique et lente venue du fond des âges. Le carcan qui la coupait jadis du monde projetait son ombre. Elle l'ignora. C'était elle qui s'était coupée de cela ! Maintenant, elle voulait l'entendre encore. Le comprendre. L'être qui parlait de cette Voix avait vu, entendu, compris. Parlant cette langue dépourvue de mots, il plaçait la Vérité aux creux des âmes. Et pour l'heure cette vérité était empreinte d'une immense tristesse car il était ce qu'avait fait de lui l'Harmonieuse. Sa bienveillante complainte regrettait les combats et incitait les êtres à l'entente. Le sang qu'il absorbait lentement resterait gravé dans sa mémoire.

Des entraves la rattrapèrent. La présence de celui qu'on nommait Ëninril se fit plus forte que tous les chants. La douleur s'abattit sur elle. Son propre corps était une prison. Petit, étriqué, douloureux. Quelque chose le consumait de l'intérieur. La Peur. Quelque chose n'allait pas.

Une douleur stridente lui vrilla la poitrine dans un abominable silence. Il n'y avait plus qu'elle. Le visage tendu d'Ëninril apparut un court instant. Une pression soudaine menaça de lui écraser le crâne.

Aussi soudainement que le reste, la douleur cessa. La pression s'évanouit. Le silence se brisa en mille morceaux... Et emporta avec lui la conscience d'Halya.







Lorsque la Protectrice ouvrit les yeux, le soleil était encore haut. Par la fenêtre, on pouvait voir distinctement que la matinée n'était qu'à peine entamée mais les yeux ensommeillés d'Halya s'ouvrirent à peine un instant avant qu'elle ne se retourne avec soupire d'aise. Elle étira ses bras nus dans la fraîcheur matinale. Cela faisait bien longtemps qu'elle ne s'était pas sentie aussi bien. Un murmure doux et lent la berçait. Elle sourit.

Les rêves de la nuit avaient été bien étrange. Elle ne s'en souvenait que par bribes, mais c'était suffisant. Et les impressions lui restaient avec une netteté ! Comme la Symphonie était belle. Elle n'avait jamais eu un rêve aussi vivant, aussi prenant.

Lorsqu'elle entrouvrit enfin les yeux, elle loucha sur son bras. Une fine cicatrice, nette et blanche, remontait de son poignet à son coude. Elle bougea les épaules, la jambe. Aucune douleur. Aucune faiblesse. Elle sourit au soleil. Ils s'étaient finalement décidés à faire appel à un mage ! Elle était débarrassée de toute cette affreuse convalescence ! Décidément, cette journée s'annonçait excellente !

Motivée pour se lever, elle se redressa sur un coude... et loucha sur sa table de nuit. Une immense plume brune trônait bien en évidence sur sa table de nuit. Une Grande plume d'Aigle avec un reflet sombre sur vers la base du côté gauche.

Elle expira lentement en tendant la main vers la plume. La Symphonie bondissait autour d'elle. Tout était normal... non.

Elle n'avait pas rêvé.

La façon dont elle avait senti la Symphonie était réelle. Elle pouvait encore démêler les mélodies et percevoir quelques chants. Elle... Comprenait les grandes lignes sans avoir à se plonger corps et âme dans l'étude des lignes mélodiques.

Elle resta un instant interdite. Si c'était possible, alors... L'attaque de Voronwë avait eu lieue. L'Affrontement.

Et le doute de sa prophétie pesait d'autant plus lourd...

HRP:
 



<< Un guide, oui mais pas n'importe lequelChacun son tour >>

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trois elfes, trois idéaux | Voronwë & Halyalindë & Ëninríl
» Les Trois Mousquetaires
» La Geste des Trois Amants
» Et un, et deux, et trois ! C'est l'histoire du pirate de l'îleuuuuuuuuuuuh ?
» Trip à trois!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Ardamir :: Ardamir (Cité)-
Sauter vers: