AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dragon passion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Douze
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9
Âge : 32
Date d'inscription : 30/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  30
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Dragon passion   Ven 14 Aoû 2015 - 14:19

Un cavalier perché sur un grand cheval gris, bleu selon les yeux de certains Noss. Il porte une armure, un taguelmoust de soie et un casque qui évoque le rapace. Il chemine tranquillement depuis près de deux jours, il arrive du sud. L’hongre a de longues foulée mais son encolure reste basse, l’œil détendu, les naseaux approchant le sol régulièrement car son cavalier lui autorise la curiosité. En croupe, un très léger bagage.

Le cavalier stoppe. Devant lui, un pont de roche, la citadelle du Firmament. Il observe l’ancienne forteresse un moment, bien calé dans sa selle. Une belle retraite que voilà. Et il s’imagine dans un vieux corps après une vie qui ne veut pas finir. Il s’imagine se trouver bien, ici.

Et puis, sans exercer la moindre pression sur la tête de son destrier, avec un léger déport du corps, il lui signifie de reprendre le pas. L’ascension commence, une brise marine balayant le long panache noir qui saillit de ce casque. Les fers frappent la roche et leur écho va cogner contre les tympans des deux hommes postés de part et d’autre du portail. Lorsqu’il les aperçoit, le cavalier s’arrête et démonte. Ses doigts de fer effilés comme des serres saisissent la bride une seconde, doucement, intimant au cheval de suivre. Et il se porte jusqu’aux gardiens à pied.

Qui voilà ?

Le visage de métal de l’étranger va de gauche à droite. Il s’intéresse à celui qui l’interroge, puis à son compagnon. Enfin il répond :

Jehuti, fils de Ben Khemennu. Griffon d’Estrévent.

Sa voix gutturale est adoucie par le contrepoint de son ton, absolument neutre, détendu, pas fier. Son interlocuteur a un regard oblique vers le long cimeterre qu’il porte à dextre.

Bonsoir et bienvenue en Aurore. Quel est l’objet de votre visite ?

Les dragons.

Les deux hommes échangent un regard.

Les dragons ?

Oui, les dragons.

Plusieurs longues secondes défilent, lourdes comme des enclumes.

Vous venez donc faire des recherches sur les dragons ?

C’est ça.

L’hongre allonge la tête et expire bruyamment, projetant un peu de son mucus sur l’avant-bras du gardien. Celui-là grimace.

Bon ! Remettez-nous vos armes et votre cheval, vous devrez vous acquitter d’avance de sa nourriture.

Aussitôt, ses deux mains vont de concert aux fusées de ses armes. D’un seul geste, qui n’hésite pas, il tire les lames des fourreaux. Ses poignets opèrent une légère rotation et les pommeaux sont vivement dirigés vers les gardiens. Perplexe, on récupère son matériel.

Allez jusqu’au grand hall, on vous attribuera un lit.

Le Griffon opine une fois, attrape ses sacoches et son loutar. On lui ouvre le passage et il s’avance tranquillement, jetant son bagage en travers d’une épaule. Il grimpe de larges marches de terre maintenues par la pierre taillée.

Le grand hall. Les solerets de notre homme résonnent froidement dans cette espace majestueux. Il lève le menton, prend le temps d’apprécier le lieu. Alors une voix. On le reçoit, l’interroge sur sa qualité de visiteur ou de réfugié, lui explique ses droits et devoirs en ces lieux consacrés à la connaissance.

Deux jours passent. Jehuti a dévoré les rares ouvrages consacrés aux dragons que propose la bibliothèque publique et il reste sur sa faim. Des généralités, passionnantes pour un profane tel que lui, mais des généralités quand même, des légendes, des mythes, rien de bien concret qui pourrait lui inspirer une quelconque destination ou interlocuteur.

Autour de lui on s’interroge sans jamais lui poser la question. Qui peut être cet étrange visiteur qui jamais ne quitte son armure, ce casque ? Il faut dire qu’il n’est nulle part stipulé l’interdiction de compulser les livres du rez-de-chaussée en armure. Qui aurait l’idée de lire debout pendant des heures, corseté de plaques de métal, aussi légères soient-elles ? Alors, pour le moment, personne ne s’y oppose, d’autant que le naturel avec lequel Jehuti évolue dans sa peau de fer est tout à fait bluffant. Au deuxième étage de la citadelle, on ne manque pas d’évoquer le nouveau pensionnaire lors du dîner.

Troisième jour, Jehuti marche machinalement vers la bibliothèque et soudain s’immobilise. Il n’y a plus rien à lire sur les dragons là-bas, sa nouvelle passion n’y trouvera plus de quoi s’alimenter. Alors il se met à déambuler, longue silhouette métallique errante. Il échoue sur une terrasse rustique, balcon sur les récifs. Il se voute et appuie ses avant-bras contre la balustrade, les doigts dans le vide. Son regard plonge et se fixe au ressac en contrebas, aux rochers frappés de plein fouet par l’eau de mer.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Dragon passion   Lun 17 Aoû 2015 - 19:51

Nakor revint à sa forteresse après un long voyage dans le nord. Il n'allait plus au sud, après tout l'Aurore était déjà très au sud de Miradelphia et en dessous il n'y avait que Nisetis, et le cimetière des ruines de l'ancien empire dragon. Il y avait vécu suffisamment de siècle pour ne plus avoir grand chose à y chercher. Il y avait toujours des petites histoires de lézards volants mais le monde était en proie à la folie, alors il se tournait résolument vers le nord. Les nains coupés du monde, les hommes et leurs intrigues en tout genre, saupoudrées de révoltes et de guerres, d'alliances caducs et de pactes rompus, les elfes et leurs infernaux cousins du Puys. Mais le vieux Magistère avait aussi sa guilde, son rêve de toute une vie à faire vivre, à maintenir à flot, à promouvoir et aussi à protéger. Il revenait donc aussi souvent que ses aventures le permettaient. On le reconnaissait toujours de loin, une vieille barbe blanche, un chapeau violet et jaune, pointu au possible, inamovible et aussi éternel que son propriétaire, une robe notable et un sourire surmonté d'un regard perçant au possible. Les deux gardes s'inclinèrent devant lui

"Salutations Magistère! Avez-vous fait bon voyage maître?
- Plutôt oui, car le voyage c'est la découverte, l'aventure, les rencontres, la magie l'amitié ... vous ne voyagez sans doute pas assez vous même Arun et Theobald."

Les gardes, qui changeaient souvent aux grés des tours aléatoires attribués par certains anciens de la guilde, étaient toujours étonnés de voir que le vieil archimage connaissait nommément chaque membre de la forteresse.

"Ho ... nous avons un nouveau visiteur, il est là depuis bientôt trois jours Magistère.
- Il se nomme?
- Jehuti, fils de Ben Khemennu. Griffon d’Estrévent.
- Griffon d'Estrévent? ... que vient faire ici un homme de cette partie du monde?
- Il vient pour les dragons maître.
- Les dra ... par tous les dieux! Ces satanées bestioles ont le mythe dur et résistant!"

Nakor explosa de rire en tapotant sur l'épaule de Theobald qui lui avait répondu en dernier. Il les dépassa et s'en alla à la rencontre de cette étrange personne venue de l'Estrévent. Il n'avait demandé ni sa race d'origine, ni son accoutrement, ni sa description. Estrévent était la partie occidentale de l'Ithry Vaan. On pouvait donc être drow, nain, sylvain, humain et de toutes les façons Nakor s'en contrefichait. Par contre il aimait les griffons, ces créatures étranges, légendaires avec sans doute une part de réalité dans un monde comme Miradelphia. Arun ajouta quelques mots dans le dos du vieux fou

"Vous le trouverez sans doute sur les terrasses septentrionales Magistère, il semble aimer s'y perdre en contemplation."

Nakor leva la main en la faisant tourner gentiment, comme pour dire merci et au revoir au zélé Arun. Et ce fut bien là bas qu'il trouva quelqu'un qu'il n'avait jamais vu avant ici. Et il fallait bien le dire, ce quelqu'un semblait singulier au possible. Un bon point dans l'esprit intriguant du vieux magicien éternel. La barbe blanche avança dans un silence de plomb sur le marbre propre et très bien entretenu de l'alcôve. Il prit la parole soudainement, dans la pénombre et avança au fur et à mesure qu'il parlait.

"Seuls les fins connaisseurs apprécient réellement la vision de ce balcon. Droit devant vous, sous nos pieds nous avons les récifs de la presqu'île sur laquelle se trouve le château et droit devant, si vous relevez le visage, vous savez que vous tournez votre regard en direction de Naelis et la forteresse de mon ami Glenn Hereon. Il suffit de décaler légèrement son visage vers l'ouest pour avoir une vue prenante sur la forêt d'Aduram dans laquelle vivent mes amis les elfes sylvains. Encore un peu et nous avons la Péninsule, par delà la mer, ses intrigues et sa folie brute. Revenons un peu en arrière et c'est la cité mer de Kirgan que l'on peut voir."

Il termina son discours en arrivant sur le balcon et en posant sa main gauche, libre car l'autre tenait son bâton, sur la balustrade. Il ne s'était toujours pas tourné vers le Griffon, mais continua en souriant

"Bien évidemment, tout cela ne peut se voir qu'en pensée ... à moins que ma connaissance des griffons soient trop faible et que l'on m'ait caché qu'ils pouvaient voir à des centaines de miles à la ronde sans le moindre effort."

Puis se décidant enfin à plonger son regard dans ce casque bien étrange, il ajouta

"Il faudrait ajouter un brin non négligeable de magie à la vision de quelques créatures que ce soient pour voir si loin. Nous ne parlerions alors plus de griffons mais de ... dragons!"

Nakor tendit la main, les dents toutes dehors, pour saluer le nouveau venu

"Bonjour Jehuti d'Estrévent. Je suis Nakor, Magistère du Firmament et accessoirement enchanté de faire votre connaissance."

Le regard de Nakor ne pouvait pas passer au travers du métal, mais il était évident qu'il avait envie de saluer une personne, visage contre visage et pas visage contre masque, qu'il soit de métal ou non! Car ici, personne n'avait rien à cacher de son origine et de sa physionomie à personne. Le sorcier espérait que son compagnon du moment comprendrait cela. Il avait tendu suffisamment de perche pour démarrer une discussion qui pouvait partir dans bien des sens. Et il allait vite savoir quel sens prendrait finalement cette rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
 
Dragon passion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» How train your dragon
» Ma nouvelle passion : le patchwork
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin
» Avocats du Dragon
» Dragon vs Aigles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Royaume de Naelis :: L'Aurore-
Sauter vers: