AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 190
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]   Mar 19 Avr 2016 - 22:22

Les dernières 24 heures avaient été particulièrement riches en émotion pour le plus grand plaisir de Zaahrian qui était toujours partant pour un peu d’action. Traquer, se battre, tuer et prendre un coup, on pouvait qualifier ça d’une belle vie et il n’en demandait pas plus. Rian, la belle ainsi qu’un parfait inconnu qu’Aleth lui présenta comme l’un de ses hommes étaient assis autour d’une table devant les vestiges de quelques bouteilles d’alcool. L’humeur était joyeuse, mais les convives n’étaient pas encore assez saouls pour risquer de perdre le contrôle. En fait, Aleth était en train de proposer à l’autre homme de le prendre sous son aile et de le former. Évidemment, ça venait avec des avantages certains.

— Fais gaffe… On ne coupe pas les couilles des mecs qui rentrent au palais? Non? Il  me semble avoir entendu ça quelque part…

Un sourire parfaitement innocent éclaira son visage avant de siffler la moitié de sa chope de bière. L’entente était scellée. Limard allait cette terrifiante jeune femme jusqu’à Baaz’Hima où il pourrait espérer un peu plus de reconnaissance pour son bon travail qu’ici. Aleth se tourna vers lui en lui demandant ce qu’elle pouvait faire pour lui. L’assassin lui répondit avec un charmant sourire.

— Si jamais une autre occasion comme celle-ci devait se présenter, n’hésite pas à faire appel à moi. On s’est bien amusé. Je crois que l’on forme un sacré duo.

Il lui fit un clin d’œil avant de héler une serveuse. Elle revint un instant plus tard avec trois minuscules verres remplis d’un alcool clair comme de l’eau, mais dont l’odeur ne laissait rien prévoir de bon.

—Si je comprends bien, tu n’es pas une habituée de Thaar. Donc, je doute que tu saches ce que c’est. Limard, tu dois savoir… C’est une spécialité du coin, un alcool très fort. Ça fait pousser le poil sur le torse. Faut pas trop abuser, sinon on va rouler sous la table et je ne te parle pas du réveil qui sera pénible demain.

Il donna à Aleth l’un des verres ainsi qu’à Limard avant de prendre le dernier.

— Allez, fait un homme de toi! Cul sec!

Zaahrian vida son verre d’un trait. Aussitôt, l’alcool lui brula la gorge et répandit sa chaleur ardente jusque dans ses tripes. Il grimaça avant de se frapper le torse pour faire passer une toux sèche. Ce n’était pas très bon et l’arrière-goût n’était pas meilleur, mais ça rendait joyeux. Pour plusieurs, c’était tout ce qui comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Aleth
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 147
Âge : 30
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (née en 959) / Taille : 1m70
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]   Dim 24 Avr 2016 - 7:06

-Fais gaffe… On ne coupe pas les couilles des mecs qui rentrent au palais ? Non ? Il me semble avoir entendu ça quelque part…

Un grand silence prit place autour de la table. Tandis qu'Aleth dévisageait Zhaarian avec un sourcil levé, Limard passa de la Sublime vers l'assassin dans une expression assez interloquée.

-Euh... Oui, c'est vrai. Le Prince n'aime pas que des hommes entiers côtoient ses femmes.

Il passa sous silence la raison (bien qu'évidente) d'une telle précaution. Azhar était un homme possessif et jaloux. Lui seul avait le droit de coucher avec celles sur qui il avait jeté son dévolu. De plus, bien qu'il reconnaisse peu des enfants nés de ses compagnes, il voulait être sûr que tous étaient bien de lui. Voilà pourquoi tous les Sacris et Sacras qui gardaient le palais et le Sérail étaient des esclaves eunuques. Mais les Akhabans aussi...

-Mais... Dans mon cas, la question est réglée depuis longtemps.

Et voilà, la gaffe était faite. Bravo Zhaarian !

-La plupart des Akhabans hommes sont d'anciens esclaves de Salougan qu'il a affranchi pour les récompenser de leurs bons et loyaux services. Non mais tu croyais vraiment que j'allais infliger ça à quelqu'un qui n'est pas déjà eunuque ?!

Parce que quel homme saint d'esprit et libre accepterait de se faire castrer ?! Hélas, Aleth ne pouvait rien faire pour faire changer Azhar d'avis sur cette méthode... Il fallait reconnaître que cela faisait des hommes plus solides et forts que les autres mais le procédé restait cruel à son goût... Elle appréciait la compagnie des hommes après tout.

Le malaise passé, Zhaarian répondit à la question de la Sublime.

-Si jamais une autre occasion comme celle-ci devait se présentait, n’hésite pas à faire appel à moi. On s’est bien amusé. Je crois que l’on forme un sacré duo.

Aleth eut un rire léger.

-Je me suis bien amusée aussi. Je ne te garantie pas de pouvoir travailler avec toi mais avec Salougan il est facile d'avoir des contrats. J'ai juste à lui glisser ton nom. Et, je te rassure, les prestataires occasionnels ne sont pas amputés dans leurs bijoux.

Un sourire taquin aux lèvres, Aleth but une nouvelle gorgée de sa pinte.
Tandis qu'elle lui répondait, Zhaarian passa commande auprès de la serveuse et on leur apporta de petits verres. Elle le laissa ensuite lui expliquer de quoi il s'agissait avant de boire. L'assassin fit une une grimace monstrueuse... L'alcool était si fort qu'il brûlait la gorge et ôtait toute sensation de goût.
Lui adressant un sourire en coin, elle le traita de chochotte avant de prendre un verre, feignant l'insouciance. Elle avala le liquide d'un seul trait et, loin de faire la grimace, elle retourna le contenant et le posa bruyamment sur la table avant de souffler un bon coup. Visiblement, le breuvage ne lui avait pas fait autant de mal qu'à son compagnon. Deux explications possibles : soit elle n'avait plus de notions de goût, soit elle le connaissait très bien.
Devant l'air interloqué de Zhaarian, elle n'eut que quelques mots à lui donner, celui d'une compagnie de mercenaires de Thaar.

-J'en ai fait partie pendant 8 ans dont 6 passés à Thaar. Et on avait pour l'habitude de fêter chaque fin de contrat.

Autant dire qu'elle avait pris un certain nombre de cuites avec cet alcool.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 190
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]   Mer 27 Avr 2016 - 23:43

Eh bien, ça n’aurait pas été Zaahrian s’il ne s’était pas mis les pieds dans les plats d’une façon ou d’une autre, n’est-ce pas? Heureusement, le mercenaire ne semblait pas trop mal prendre la chose. Pourquoi s’apitoyer sur quelque chose que l’on ne pouvait pas changer de toute façon? C’est Aleth qui semblait la plus scandalisée des deux, lui demandant s’il avait vraiment pensé qu’elle infligerait un tel traitement à un homme libre.

— Bha, je ne savais pas moi. Je suppose qu’il y a pire comme destin. Avec le métier que je fais, il y a toutes les chances que je finisse pendu au bout d’une corde à me chier dessus. Si on me donnait le choix entre la corde ou qu’on me coupe les bourses, je choisirais la deuxième option sans la moindre hésitation.

Heureusement, le malaise passa rapidement, aidé par l’alcool qui coulait déjà à flot. Aleth ne pouvait pas lui promettre de travailler à nouveau avec lui directement, mais son boss pourrait peut-être lui trouver une utilité à l’occasion. Elle lui assura que ses bijoux seraient hors de danger.

— J’en suis rassuré. N’hésite pas à lui parler de moi en disant que je suis le meilleur, sans oublier qu’en prime, je suis beau garçon.

Zaahrian lui fit un clin d’œil ponctué d’un sourire charmant dont lui seul avait le secret.

— Je dis ça surtout, car je pense bouger de Thaar bientôt. Rester trop longtemps ici pourrait devenir dangereux pour moi. Apparemment, je me suis bâti une… réputation. Tu sais, un assassin freelance dans une ville avec des guildes bien établies… Elles ont tendance à ne pas aimer qu’un inconnu sorti de nulle part décroche les contrats juteux à leur place. Tu me dirais qu’elles n’ont qu’à faire preuve d’un peu plus de talent et je suis tout à fait d’accord avec toi. La qualité des assassins ici laisse à désirer. Toutefois, je suis seul et aussi doué que je suis, je ne pourrais pas faire grand-chose contre une attaque coordonnée sur ma personne. C’est pour cela que je me cherche une porte de sortie. Ce n’est pas urgent encore, mais ça pourrait le devenir…

Il parlait avec désinvolture d’un sujet pourtant sérieux. Il était seulement réaliste. Zaahrian ne pouvait pas rester indéfiniment à Thaar sans risquer des représailles. Il était encore à l’étape d’explorer les différentes possibilités qui s’offraient à lui. Il pouvait toujours aller rejoindre son père chez les elfes, mais l’idée de voyager seul sur un territoire qui lui était totalement inconnu et en plein milieu d’une guerre ne lui disait rien.

Zaahrian fut déçu de voir que l’alcool n’avait pas l’effet escompté sur la belle qui ne grimaça même pas en avalant le feu liquide. Elle avoua ne pas être une totale étrangère de la région et qu’elle y avait même vécu pendant quelques années. Elle était donc familière avec cette boisson.

— Ah oui, je les connais vaguement même si je n’ai jamais eu à traiter directement avec eux. Tu sais, assassin, mercenaire… ça ne fait pas toujours bon ménage. On est payé pour faire la même chose, sauf que l’un est nettement moins discret dans sa façon de procéder.

Il fit signe pour qu’on leur apporte encore de l’alcool.

— Au fait, t’as quel âge? C’est juste par curiosité. Si tu veux savoir, j’ai 100 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Aleth
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 147
Âge : 30
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (née en 959) / Taille : 1m70
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]   Mar 3 Mai 2016 - 13:53

Aleth écouta Zhaarian parler de ses difficultés avec les guildes concurrentes. Il était vrai qu'elle n'avait jamais connu ce problème en tant qu'esclave puis membre d'une compagnie et enfin Akhaban. C'était à son maître, son Capitaine et à Azhar de régler ce genre de questions épineuses. Elle se contentait de faire le travail pour lequel elle était payée (ou qu'elle n'avait pas d'autre chose que de le faire). Toutefois, elle devait bien en être consciente, ne serait-ce que pour sa propre sécurité. En devenant Sublime, elle avait pris une place convoitée par d'autres. Entre ça et l'efficacité de son travail, elle s'était fait quelques ennemis qui restaient tous dans l'ombre pour le moment.

-Si tu es prêt à travailler pour Salougan, à bouger de Thaar et que tu veux gagner en sécurité, j'aurais bien quelque chose dans tes cordes à te proposer. Mais il faut que j'en parle à Salougan d'abord.

Les compétences comme celles de Zhaarian et aussi bien employées ne se trouvaient pas beaucoup sur le marché. Azhar embauchait parfois des assassins pour faire quelques sales boulot pour lui mais un autre pouvait tout aussi bien les racheter derrière. Il pourrait mieux assurer ses arrières avec un prestataire unique et permanent. De plus, le demi-elfe semblait avoir un peu d'honneur, qualité rare dans ce milieu.

-Promis, je ne pense pas à un poste d'Akhaban. Mais il faut que je sache si ça pourrait éventuellement t'intéresser avant de lui soumettre mon idée. Et en plus de la sécurité, il faut savoir qu'il paie bien et qu'il sait reconnaître le talent quand il le voit. Sinon je ne serais pas où j'en suis et il m'aurait fait arracher la langue.

Elle marqua une pause. Zhaarian avait déjà pu constater la caractère bien trempé de la Sublime et elle n'avait pas sa langue dans sa poche en prime. Salougan lui tolérait ses écarts parce qu'il l'appréciait mais aussi parce qu'elle était efficace, chose qui changerait grandement avec la perte de la parole.

-Et, pour info, même la serveuse serait plus à son goût que toi.

Aleth eut un sourire amusée. La femme qu'elle désignait n'était pas complètement laide mais en tout cas elle n'avait rien de joli. Azhar étant habitué à avoir les plus belles estrevines qui soient dans son lit, il ne s'embarrasserait certainement pas d'une fille comme elle. De plus, un caractère plein de virilité (sexuelle) sur les bords, il n'arriverait sans doute jamais à admettre son penchant pour les hommes s'il en avait un. Mais Aleth était bien placée pour savoir qu'il aimait bien trop les femmes...

La Sublime ne fut pas vraiment surprise que Zhaarian connaisse son ancienne compagnie. Ils étaient assez réputés dans les environs et ils obtenaient des contrats tout autour de Thaar de manière régulière. Peut-être même avait-il déjà été confronté à quelques uns de ses anciens collègues pour un assassinat ou deux. En revanche, elle n'était pas tout à fait d'accord avec sa vision du mercenariat.

-C'est vrai que quelques mercenaires solitaires acceptent parfois de commettre un meurtre ou deux mais on est bien loin du rendement des assassins en la matière, surtout en Compagnie. Escorte, garde, protection rapprochée ou complément armée dans une bataille rangée, ça ressemble plus à leur quotidien. C'est une autre forme de militaires. J'avais un peu de mal à suivre les ordres d'ailleurs.

-Au fait, t’as quel âge? C’est juste par curiosité. Si tu veux savoir, j’ai 100 ans.

Aleth parut un peu surprise. Ce n'était pas vraiment le genre de choses qu'on lui demandait, même si l'âge d'un demi-elfe était plus difficile à estimer que celui d'un humain. Mais pas besoin de connaître l'âge de la femme avait laquelle on prévoit de coucher ou de travailler... Toutefois, elle lui répondit car l'information n'avait rien de confidentiel.

-49 dans une quarantaine de jours. Pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 190
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]   Ven 6 Mai 2016 - 23:38

Zaahrian vida sa chope de bière et fit signe à la serveuse de la remplir à nouveau. Il en était à combien? Il ne le savait plus, mais il avait encore les idées claires, donc il pouvait continuer à boire. Le semi-elfe regarda le liquide mousseux tout en écoutant la jeune femme qui avait peut-être quelque chose à lui proposer. Une position auprès de son prince. Intéressant, mais Zaahrian avait la bougeotte. Il n’était pas garanti qu’il reste là-bas non plus.

— D’accord, mais fait attention dans ce que tu vas dire. Je ne peux pas garantir que je vais rester à son service non plus. En fait, j’ai déjà plusieurs options qui s’offrent à moi. La Péninsule m’intéresse… J’aimerais me faire une tête couronnée si tu vois ce que je veux dire. Il y a aussi la terre des elfes. Cois-le ou non, mais j’ai retrouvé mon père elfe, par hasard. Je n’ai jamais levé le petit doigt pour le trouver et voilà que je tombe sur lui. J’ai passé à deux doigts de le tuer aussi, mais apparemment, il aurait vraiment aimé ma mère. Donc, je lui ai plus ou moins promis de le retrouver là-bas, mais avec la guerre des drows… Je ne suis clairement pas un soldat et les elfes n’aiment pas vraiment les bâtards. Je n’ai pas envie de devoir justifier ma présence à toutes les oreilles pointues qui vont croiser ma route.

Il eut un petit rire lorsqu’elle lui affirma que son prince savait reconnaître le talent, car si ça n’avait pas été le cas, elle aurait fini la langue arrachée.

— La langue arrachée? Je me demande bien pourquoi! Ça aurait été dommage. Tu aurais été nettement moins intéressante.

Aleth trouva important de lui spécifier que même la serveuse au visage ordinaire serait plus au goût de son employeur que le semi-elfe. Il haussa un sourcil interrogateur avant de sourire d’un air narquois.

— Tu oses sous-estimer pas mon charme dévastateur? Ne me mets pas au défi. Avec assez d’alcool…

Il hocha doucement la tête comme s’il anticipait déjà un plan. Zaahrian était bien capable de le faire. Il lui suffisait d’être assez réactif au petit matin pour prendre les jambes à son cou avant que le prince ne lance toute sa garde à ses trousses pour le faire écarteler. Sinon, ce n’était pas impossible. Évidemment, c’était plus facile avec quelqu’un ayant déjà un penchant enfoui, mais ils sont beaucoup plus nombreux qu’on pourrait le croire. C’est l’ouverture d’esprit qui se faisait rare.

— En fait, les mercenaires sont des militaires. Ils n’ont simplement aucune bannière. Ils vont là où il y a de l’argent et ils sont bien capables de se retourner contre un employeur si quelqu’un leur offre plus. C’est pour cela qu’ils ont une si mauvaise réputation. C’est un peu la même chose pour les assassins. Ils vont appartenir à une guilde qui va recevoir de l’argent en échange d’un service. Elle va déployer un assassin pour faire le travail et ce dernier ne touchera qu’une petite partie de ce que la guilde a gagné pour le contrat. C’est à condition qu’il touche quelque chose. La guilde ne prête allégeance à personne. Elle va là où il y a de l’argent. En devenant indépendant… Bon, c’est déjà une toute autre histoire au niveau du salaire. Soit tu n’as rien du tout et tu crèves de faim, soit tu t’en fais plein les poches. Heureusement, j’ai eu de la chance en atterrissant chez une princesse marchande trempant dans des histoires tordues. En plus, à force d’écumer les endroits peu fréquentables de la ville, je me suis fait des contacts. Éventuellement, j’ai eu des contrats et ma réputation en indépendant a grandi de cette façon. C’est plutôt drôle de voir leur visage lorsqu’ils comprennent qu’ils parlent directement à la personne qui fera le travail pour eux. Pour certains, ça les mets visiblement inconfortable. D’autres sont indifférents et quelques s’un sont même curieux. Tous cependant, sont surpris de constater que pour un assassin, je suis plutôt présentable. Je ne sais pas. Je pense qu’ils s’imaginent que je vis sous terre et que j’ai l’air d’un monstre…

Il sembla trouver la dernière remarque particulièrement drôle, car il éclata de rire. L’alcool le rendait plus bavard qu’à l’habitude. Si personne ne l’arrêtait maintenant, les choses risquaient de dégénérer rapidement. Zaahrian lui avait demandé son âge par simple curiosité, mais la réponse l’étonna.

— Tu es jeune pour un semi-elfe et tu as pourtant pas mal d’expérience. Le sang humain doit dominer chez toi. Personnellement, à ton âge j’avais encore l’air d’un jeune adolescent… J’ai la tête que j’ai actuellement depuis mes 65 ans environ. Daeron, mon ancien chef de guilde, a estimé mon espérance de vie à 500 ou 600 ans. Sérieusement, je vais être content si je me rends à l’année prochaine. Je me dis ça à chaque année qui passe!
Revenir en haut Aller en bas
Aleth
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 147
Âge : 30
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (née en 959) / Taille : 1m70
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]   Dim 15 Mai 2016 - 9:51

Tandis que Zhaarian descendait plus de bière que ses deux compagnons réunis, Aleth ne pouvait que se demander comment il avait réussi à rester en vie depuis la chute de Daeron. Certes cela ne faisait que quelques ennéades mais s'il avait déjà pu se faire des ennemis parmi la concurrence, nul doute qu'ils auraient déjà pu trouver un moment propice pour le tuer s'il était capable de se miner aussi vite. C'était bien la raison pour laquelle la Sublime pouvait parfois être gentiment éméchée mais jamais saoule. Précaution qui était d'autant plus urgent de maintenir si elle était désormais la cible des détracteurs d'Azhar.
Quant à Limard, il aurait été mal venu pour lui de se mettre la tête à l'envers ce soir-là. Les Akhabans ne protégeaient pas seulement le Prince et sa famille... Mais aussi leur supérieur. Et lorsque celle-ci vient juste d'être menacée, ce n'était pas le moment de baisser totalement la garde. Et encore moins dans la ville des assassins.

-Je doute qu'Azhar soit d'accord. Il est plutôt... Exclusif. Et en l'occurrence, je ne peux pas l'en blâmer.

Cette fois, il n'était plus question de ses femmes pour qui il vouait une jalousie maladive mais bien de sa propre sécurité. Quoi de plus normal comme réaction donc ?
Aleth ne s'était même pas rendue compte qu'elle avait appelé le Prince par son prénom. Si Limard l'avait remarqué, il n'en montra rien.

-Je ne te parle d'un simple travail où tu tues une cible de temps en temps. Ce serait bien lus complet que ça. Espionnage, falsification de documents, livraison d'éléments compromettant chez un concurrent ou deux... Tu n'aurais pas le temps de t'ennuyer et Salougan fait affaire jusqu'en Péninsule. Autant dire que si tu as la bougeotte... Mais si c'est l'exclusivité qui ne te convient pas, alors tu peux être un prestataire parmi tant d'autres. Il fera appel à toi quand le besoin s'en fera sentir mais je ne peux pas te garantir que tu es beaucoup de travail. A toi de me dire ce que tu préfères.

Aleth but une gorgée de sa choppe. Il y avait une certaine indifférence dans le ton de sa voix. Non pas qu'elle se moque de l'avenir de son sauveur mais en vérité son choix lui importait peu. Il avait vécu une forme d'esclavage, elle était donc bien lacée pour comprendre qu'il ne veuille pas s'enchaîner à un nouveau "maître". Elle, ne l'avait fait que pour assurer sa sécurité tandis qu'elle était toujours en fugue et pour jouir d'un salaire fixe et imposant lui permettant d'amasser beaucoup plus facilement la somme qui lui aurait permis de racheter sa liberté. Désormais, ses raisons de rester étaient tout autre. Fini la course. Fini la fuite. Elle avait la possibilité de se poser quelque part et les moyens de ne plus se retrouver enchaînée. Travailler pour un seul homme n'était pas un problème. Au moins, elle savait à qui elle avait affaire.
Zhaarian entama ensuite un long discours sur le mercenariat, lui décrivant leur fonctionnement. Aleth le fixa, l'air stupéfaite et se tourna vers Limard pour s'adresser à lui sans que l'assassin de s'interrompe.

-Je rêve où il me fait un cours sur mon propre mode de vie ?

Son second eut un sourire amusé auquel la demi elfe répondit. Elle décidait de valider son surnom de "conteur" car il semblait aimer parler sans fin, plus encore après quelques verres. Toutefois, ledit conteur s'éloignait du sujet de départ.

-Les fonctionnements sont assez approchant, quoi que les mercenaires ont un peu plus d'honneur et d'attachement envers leur compagnie que tu sembles le croire. Mais pour en revenir à ce que tu disais, on les paie rarement pour la même chose que les assassins. Quelques solitaires pratiquent le meurtre mais ce n'est pas leur mission première. Par contre, on protège souvent vos victimes. Je pense que les disparités viennent plutôt de là.

Aleth était bien placée pour le savoir : les mercenaires n'appréciaient pas tellement les assassins. Pour leur manière d'agir, restant dans l'ombre, usant de poisons ou de fléchettes et toujours en recherche de sang. La Sublime passait son temps à déjouer les tentatives d'assassinat et avait formé ses hommes pour apporter la meilleure réponse possible à ce genre de menace. Les Akhabans n'étaient pas seulement aux portes et dans les couloirs. Il y en avait sur les toits, aux balcons, jusque dans les sous-sols. Chaque accès, officiels ou non, étaient gardés ou protégés avec des installations contrôlées plusieurs fois par jour pendant les tours de garde permanent. Tout ça pour empêcher un homme seul de s'infiltrer... Face à des mercenaires, soldats non officiels, elle n'aurait pas à en faire autant.

-L'âge ne détermine pas la valeur de quelqu'un. A tes yeux je suis jeune pourtant j'ai eu mon lot de sang. Tu as deux fois mon âge et tu en veux encore. On a tous les deux été formés pour tuer mais j'ai l'impression que c'était plus une obligation pour moi que pour toi.

Il n'y avait pas de jugement dans ses mots et le ton de la demi-elfe était celui d'un simple constat. Après presque 24 heures passées avec lui, elle essayait de le cerner un peu mieux. Savoir ce qui le motivait pourrait lui permettre de mieux comprendre le personnage tout entier. Il ne lui avait rien demander en échange des services qu'il venait de lui rendre, c'était donc qu'il avait un certain honneur. Toutefois, cela semblait assez incompatible avec l'envie de tuer qui demeurait en lui. Même si ce n'était pas le goût du sang qu'il cherchait, le fait d'ôter la vie était tout de même un jeu... Un concours même.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 190
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]   Lun 16 Mai 2016 - 22:29

Pour abuser, il abusait, mais ce n’est pas comme s’il se mettait dans cet état tous les jours. Ce soir, c’est une occasion spéciale qu’il faut célébrer. Il n’avait jamais travaillé en équipe de cette façon. Évidemment, il excluait les histoires avec Guilin, car c’était Guilin et qu’il ne comptait pas.

— Hum… Je peux bien aller trainer dans le coin pour voir. Ça serait idiot de prendre une décision sans avoir rencontré l’employeur potentiel. Toutefois, avec ce qui m’est arrivé, tu comprendras que je ne suis pas très enthousiasmé à l’idée de prêter serment à quelqu’un, aussi riche et puissant qu’il puisse être. Ça m’embêterait de devoir encore tuer mon maître pour racheter ma liberté…

Au sourire qui s’afficha sur son visage à cet instant précis, on devinait qu’il n’était pas sérieux. Zaahrian avait quand même menacé de tuer le prince devant Aleth qui semblait prête à tout pour défendre farouchement son chef. Il n’était pas assez idiot pour vraiment le faire sauf si, bien sûr, on lui proposait une très généreuse somme d’argent en retour. Là, il pourrait changer d’avis même si ça impliquait se retrouver dans le camp opposé à Aleth. Elle avait prouvé au moment de leur rencontre qu’elle n’était pas invincible. Elle avait été déjouée par un apprenti. Coup de chance de la part du gamin? Probablement, mais impossible de le savoir avec certitude, car il était mort et que Zaahrian n’avait pas assisté au combat. Toutefois, ça ne changeait rien à ce qui était arrivé. C’était tout à fait possible de la déjouer. Aleth était plus jeune que lui. Il avait plus d’expérience et il l’avait vu se battre. Cet unique combat contre un combattant aguerri lui en disait assez long sur elle. Déformation professionnelle oblige, il avait analysé le combat, enregistrant dans un coin de sa mémoire les techniques utilisées, les ouvertures qu’elle avait laissées et que l’autre n’avait pas su utiliser. Il s’était battu en désespoir de cause, état d’esprit idéal pour perdre. Aleth ne l’avait pas vu se battre, seulement faire des mises à mort. Elle savait qu’il frappait par-derrière et rapidement en n’hésitant pas à faire gicler le sang. Enfin, ce n’était que des suppositions. Il n’allait pas vraiment le faire…

— Ne faites pas cette tête, je ne suis pas sérieux.

Il gloussa avant de donner une pièce à la serveuse pour payer la prochaine tournée.

— Enfin, oui… C’est ce que je voulais dire. En tant que mercenaire, on va vous payer pour protéger. Moi, on me paie pour faire le contraire.

Son sourire devint carnassier quand Aleth lui fit remarquer que ça semblait être moins une obligation pour Zaahrian de tuer que pour elle. Effectivement, il n’avait aucune honte à pratiquer son métier bien que, pour des raisons évidentes, il évitait de s’en vanter. Les gens n’ont pas toute la même ouverture d’esprit que lui.

— Je n’ai aucun problème à faire ce que je fais. J’ai vu ma mère vieillir et mourir. J’ai vu son corps tomber en décrépitude avant de péniblement rendre son dernier souffle. Ceux qui meurent sous ma main ne souffriront jamais des affres de la vieillesse. Ils ont une mort rapide et n’ont que très rarement l’occasion de se rendre compte de ce qui se passe. Je ne dis pas que c’est toujours le cas, mais autant que possible, je leur dois bien ça. Les pauvres diables, quelqu’un a payé pour les voir morts. Ce n’est déjà pas de chance pour eux! Évidemment, j’ai quelques règles d’étiques, un code d’honneur auquel je tiens. Je ne fais pas souffrir inutilement mes victimes. Je ne tue pas les enfants. Je ne tue pas les innocents. Tu vas me dire que ce dernier point est discutable vu ce que je fais. Tu as raison, ce n’est pas toujours facile à déterminer. Toutefois, quand un employeur te demande d’aller tuer le fils d’un autre homme parce que l’homme en question s’est moqué du fils de l’employeur… C’est le genre de chose que j’évite et avec raison. J’étais un enfant quand on m’a mi un couteau dans les mains et qu’on m’a expliqué comment tuer un homme. On m’a entrainé à être le meilleur. Cours plus vite! Saute plus haut! Grimpe! Rampe! Soit plus silencieux qu’une ombre… Je suis resté perché pendant des heures sur une branche pour tester mon endurance. Pendant deux jours, sans boire ni manger ni dormir jusqu’à ce qu’il ne reste plus que moi. J’étais un peu plus vieux que ça, mais imagine un enfant de 8 ans faire ça. J’ai été formé pour tuer… Quand je vous regarde, il y a une partie de moi dans ma tête qui se demande comment je pourrais vous tuer tous les deux autour de cette table. Je ne vais pas le faire, évidemment, mais j'ai été conditionné pour réfléchir de cette façon comme on dresse un chien à s’assoir et à donner la patte. C'est tout ce que je sais faire... Ça va être ainsi toute ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Aleth
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 147
Âge : 30
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (née en 959) / Taille : 1m70
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]   Lun 29 Aoû 2016 - 19:10

La soirée s'écoula ainsi. Aleth finit par proposer à Zhaarian de lui faire rencontrer Azhar à l'occasion afin qu'ils échangent sur un éventuel contrat longue durée et des conditions qui allaient avec. Elle savait qu'il ne s'imposerait pas à lui tel un maître mais elle ne voulait pas parler en son nom, pas plus qu'elle ne voulait vendre les services de l'assassin au Prince qu'elle essayait d'éviter depuis leur escapade à Quiryah. De plus, sa mission était bien la protection su Seigneur de Baaz'hima et pas les tâches de ce genre. Certes, son avis était parfois sollicité sur un quelconque prestataire mais uniquement de part son expérience dans le domaine et les informations en sa possession. En effet, pour remplir au mieux sa mission, elle gardait en permanence un œil sur les guildes de voleurs et d'assassins importantes d'Ithri'Vaan ainsi que sur les indépendants. Mais elle n'avait pas à aller les chercher elle-même pour le compte d'Azhar.

La taverne était pratiquement vide. Zhaarian restait accroché à sa choppe avec insistance tandis que Limard et Aleth essayaient avec grand peine de la lui faire lâcher pour le faire sortir. Si l'assassin avait trop abusé de la boisson, descendant verre après verre, les deux Akhabans s'étaient montrés bien plus sages. Même avec sa méfiance naturelle qui lui interdisait de perdre le contrôle, Aleth tenait très bien l'alcool et ne se mettait jamais la tête à l'envers. De plus, elle n'était pas vraiment d'humeur à boire. Ils avaient certes déjoué les plans d'une personne aujourd'hui mais ce n'était que les premiers d'une longue série. Aleth était désormais un obstacle sur la route menant à Azhar et elle avait une cible dans le dos. Fini pour elle les déplacements en toute innocence. Elle devrait très prochainement organiser sa propre sécurité. Le Prince avait bien assez d'hommes pour cela, il pouvait bien lui en prêter quelques uns. Une dizaine seraient amplement suffisant. Après tout, elle était moins en danger que lui et elle savait bien mieux se défendre.
Lorsqu'Aleth perdit patience -ce qui ne prit pas très longtemps en fin de compte- elle saisit la main de l'assassin et exerça une pression sur un point stratégique pour lui faire lâcher son verre et l'entraîner dehors. Mais elle se rendit rapidement compte que, si son geste avait permis au tavernier de fermer boutique, eux n'étaient pas tellement plus avancés... Zhaarian peinait à tenir debout et plus encore à mettre un pied devant l'autre. Les deux Akhabans l'aidèrent comme ils purent mais ils avaient l'impression d'être les seuls à avoir vraiment envie d'arriver.

Après une route interminable qui ne leur fit pourtant parcourir que quelques pâtés de maisons, ils arrivèrent enfin à l'auberge où logeait de semi-elfe. Tandis que Limard attendait dans la grande salle, Aleth aida Zhaarian à monter les marches menant à sa chambre. S'il n'était déjà pas des plus aisés de le faire avancer sur une route plane, la chose s'avérait encore plus compliquée dans un escalier... La Sublime pesta plus d'une fois mais à voix basse afin de ne pas réveiller les occupants des chambres voisines mais aussi l'aubergiste qui leur aurait passé un savon. Une fois devant la porte tant espérée, Aleth prit les clefs de l'assassin. Elle n'avait pas la patience d'attendre qu'il essayait pendant dix minutes d'insérer ce petit bout de métal dans l'une des 3 serrures qui bougeaient sans cesse devant ses yeux...
Mais alors qu'elle ouvrait la porte, celle-ci partie plus vite que prévue. Elle réalisa alors qu'elle avait laissée Zhaarian sur le pan de bois tandis qu'elle déverrouillait le loquet et qu'il était en train de tomber à l'intérieur. Elle se précipita pour le rattraper et le redressa tant bien que mal. Manquant de perdre l'équilibre, elle finit par réussir à le tirer en arrière tout en le faisant pivoter. Un entendit alors le bruit du fracas de la porte contre laquelle elle venait de plaquer l'assassin et qui était du même coup aller frapper violemment le mur...

Les yeux plissés, Aleth attendit quelques instants, les oreilles aux aguets, espérant qu'elle n'avait réveillé personne. Après quelques secondes, elle ouvrit un œil. Personne ne broncha... Elle se détendit donc et leva les yeux vers Zhaarian. Elle le regarda une seconde avant de finalement lâcher sa chemise qu'elle avait si fermement agrippée pour l'empêcher de tomber. Puis elle glissa une main jusqu'à sa nuque pour y appliquer une légère pression, approcha son visage du sien et l'embrassa.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 190
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]   Dim 11 Sep 2016 - 22:49

Ivre… Le mot est faible pour décrire l’état lamentable dans lequel se trouvait Zaahrian présentement. Emporté par l’excitation des combats de la veillée, le semi-elfe avait bu bien plus que de raison. Il avait toujours eu une relation particulière avec l’alcool. S’il pouvait s’en priver pendant un certain temps sans éprouver le désir d’en boire, il pouvait également en abuser facilement lorsqu’il se trouvait en bonne compagnie. Aleth entrait dans cette dernière catégorie. La ravissante jeune femme partageait non seulement les mêmes intérêts que lui, elle savait également s’amuser bien qu’elle se révéla, au final, beaucoup plus raisonnable que lui. Il en fallait bien un pour garder le contrôle de la situation, car sous l’effet de l’alcool, Zaahrian devenait plus imprévisible qu’en temps normal. Aleth pouvait s’estimer chanceuse qu’il n’ait pas décidé de l’embarquer dans l’une de ces épopées folles qui auraient très bien pu se terminer derrière les barreaux d’une prison avec un sérieux mal de crâne au réveil. Non, cette fois, il s’était contenté de boire tout en racontant une fois encore ses invraisemblables histoires. À l’écouter, on pourrait croire qu’il incarnait à lui seul la perfection alors que la réalité était bien différente.

Zaahrian tanguait dangereusement sur son siège, mais il tenait encore bon. Accroché à sa chopine de bière, il foudroya du regard la jeune femme qui tentait de la lui arracher des mains. Elle finit par le saisir au poignet qu’elle serra jusqu’à qu’il lâche prise à cause de la douleur. Elle reçut une pluie de juron de la part de l’assassin qui fut trainé dehors sans plus de cérémonie. En fait, Zaahrian ne fit que trois pas avant de plonger tête première au sol. Il ne tenait plus sur ses jambes. L’alcool l’avait complètement abruti. Il s’était probablement fait mal dans sa chute, mais Zaahrian trouvait ça à mourir de rire. De fait, il riait à s’en tenir les côtes, le nez dans la poussière. Deux paires de bras solides l’empoignèrent pour le remettre sur ses pieds. Le blond pesait autant qu’un corps mort et il avait aussi peu de tonus musculaire. Le chemin jusqu’à la chambre d’auberge fut laborieux pour tout le monde, sauf pour Zaahrian qui était secoué par intermittence de gloussements incontrôlables. Cette soirée était vraiment épique. Dommage qu’il ne devait en garder aucun souvenir le lendemain…

Marcher sur un chemin plat est déjà un exploit lorsque l’on est saoul. Monter un escalier devient un accomplissement. Zaahrian tentait tant bien que mal de s’aider un peu, mais il n’avait plus aucun contrôle. Ses réflexes l’avaient abandonné et la pièce autour de lui tanguait dangereusement.

— Oh, une montagne! Allons à l’aventure!

Évidemment, il ne comprenait pas l’ampleur du problème. Pour lui, c’était juste vraiment trop drôle. Heureusement, ils atteignirent l’étage sans que Zaahrian ait fait de plongeon dans l’escalier. Aleth avait vraiment une patiente d’ange, car d’autres l’auraient tout simplement laissé moisir dans la ruelle à la merci des voleurs et autres coupe-gorges hantant les rues de Thaar. Le blond s’appuya contre le mur alors que la jeune femme déverrouillait la porte pour lui. Le temps qu’elle y parvienne, le jeune homme glissait dangereusement sur le sol, la gravité voulant reprendre son dû. Elle le rattrapa avant qu’il ne s’affale au sol. Aleth le tira dans la chambre avant de le faire pivoter sur lui-même et de le plaquer contre la porte qui se referma avec fracas. Le bruit résonna fortement dans ses oreilles… À moins que ce soit sa tête qui a percuté la cloison. Peu importe, ça lui faisait mal.

— Aïe…

Aleth le regarda bizarrement comme si elle avait quelque chose en tête. Zaahrian plissa les yeux sans comprendre. Sans l’avertir, elle l’embrassa. Le blond fut saisi par le geste, mais il finit par glousser de rire. Il exhala une haleine fortement alcoolisée, un sourire béa sur ses lèvres.

— J’savais qu’tétais folle de moi… Elles le sont toutes. Dommage qu’t’ai trop d’seins. J’aime pas l’idée qu’sa aille dans tous les sens… Tu vois… bong bong bong


Il se mit à sautiller sur place, sauf qu’il perdit l’équilibre et s’écrasa avec fracas sur le sol. Loin de se faire mal, il gloussa de rire.

— bong bong bong.


Apparemment, il se trouvait très drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Aleth
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 147
Âge : 30
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (née en 959) / Taille : 1m70
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]   Jeu 22 Sep 2016 - 19:02

Aleth leva les yeux au ciel tandis que Zaahrian était allongé sur le sol, mort de rire. Son baiser n'avait rien de passionné et n'était pas le prélude à une partie de jambes en l'air. Elle s'était rendu compte depuis longtemps déjà de sa préférence pour les hommes. Après tout, elle l'avait pris dans ses bras telle une amante la veille et rien n'avait bougé dans son pantalon. Rien du tout... Pourtant, il était équipé, ça il n'y avait pas de doutes, et il n'y avait que très peu d'hommes à qui elle ne plaisait pas. En procédant par élimination, il ne lui avait pas fallu longtemps pour trouver quelle hypothèse était la bonne.

-La ferme, tu vas ameuter tout l'étage avec tes conneries... Râla-t-elle.

Après un profond soupir, elle se pencha pour l'aider à se relever. Il n'y avait guère plus qu'une chose à faire.
Malgré plusieurs tentatives, Aleth ne parvint plus à le remettre sur pieds. C'était à croire qu'il était devenu complètement mou et son hilarité ne l'aidait en rien. Elle renonça donc et changea de stratégie. Elle le traîna donc jusqu'à son lit sur lequel elle le hissa de force. Elle lui retira ses bottes qu'elle laissa traîner non loin.

-Allez, bonne nuit gros bébé.

Elle prit la couverture qui était posée sur la table de nuit et, au lieu de l'étendre sur lui, elle la lui lâcha à moitié dans la figure. Il était bourré mais encore assez grand pour la déplier tout seul. De toute façon, dans son état, il ne ressentait plus le froid.
Aleth pris finalement la direction de la sortie. Que Zaahrian proteste ou chouine, elle fermerait la porte derrière elle pour s'en aller rejoindre Limard et le domaine de Salougan. Malgré tout, elle devait bien avouer qu'elle avait passé une bonne soirée et elle se demandait si elle reverrait l'assassin un jour.

Du moment que c'était pas dans le cadre du travail...


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Assassins à tous les carrefours [PV Rian/Aleth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Joyeux noel à tous!
» "Tous ensemble seuls 2 - Demain c'est aujourd'hui" (Everybody's alone 2 - Tomorrow is now)
» Bande d'assassins, voleurs, truands
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux
» En a marre de rester seule tous les soirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: