AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De soie et de feu. [Ascanio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eïnad'Alin Akar'Demlir
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 62
Âge : 26
Date d'inscription : 23/04/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  88ans (née en 920)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: De soie et de feu. [Ascanio]   Ven 16 Oct 2015 - 19:33


« Je m’ennuie… » Souffla-t-elle, désespérée de n’avoir rien d’autre à faire qu’attendre. Affalée sur son divan, elle regarda la vue que le balcon lui offrait. « Cette vue est pitoyable, vivement que nous rentrons… Geresh vaut tellement plus que cette ville. »

Pourtant, à son arrivée à Thaar, il y a de cela plusieurs ennéades, son discours n’était pas le même. A force, elle devait s’être habituée aux fêtes locales puis, ici, à Thaar, elle n’avait pas l’opportunité de s’amuser autant qu’elle le voudrait alors qu’à Geresh, la semi disposait de plusieurs centaines de personnes de sa secte qui la vénérait plus que tout.

« Ça me manqueeee… » Continua-t-elle à se plaindre, en repensant à ces séances où le sang coulait à flot et où les cris des tortures subies remplaçait l’orchestre.

L’on pourrait croire vu ses paroles qu’elle était actuellement accompagnée pourtant, Eïnad était bien seule sur ce balcon à se parler à elle-même et c’était sans doute cela le fond du problème.

Tout d’un coup, Rhalé surgit de nulle part. Il se tenait droit comme un i, cela signifiait qu’il venait la voir pour lui transmettre des informations importantes vu que d’ordinaire, l’homme aussi maigre qu’un mourant se tenait à quatre pattes pour servir sa belle, sa Dame.

« Votre rendez-vous avec les Vossula approche »

Elle leva la main pour le chasser, pourtant n’avait-elle pas espéré un brin de compagnie quelques minutes auparavant ? En Réalité Rhalé venait lui apporter une mauvaise nouvelle. Il fallait encore une fois essayer de vendre les produits de papounet. Et en cela, Eïnad n’était pas très douée.

Pourtant ce Tiberio allait la ravir un minimum vu que la semi en profitera pour refaire son stock de soie. Et d’ailleurs en parlant de tissu, il était temps de s’habiller.

Comme à son habitude, Eïnad préférait les robes longues, échancré jusqu’au haut de ses cuisses et dont le décolleté pouvait atteindre son nombril pourtant cette fois-ci, elle décida de porter tout autre chose. Une robe simple, d’un noir éclatant, qui ne dévoilait quasiment rien si ce n’est qu’un léger dos nu et mettait en valeur sa peau si pâle. Elle se coiffa de ses nombreuses plumes et bijoux, redressant ses longs cheveux roux.

Enfin prête, un léger sourire aux lèvres, elle quitta l’hôtel particulier pour se diriger vers le palais des Vossula. La semi avait entendu parler de cette famille, surtout du fils mais qu’importe. Eïnad n’était impatiente que pour une seule raison ; la soie de qualité qu’elle ramènera en quantité.


Dernière édition par Eïnad'Alin Akar'Demlir le Sam 17 Oct 2015 - 13:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ascanio Vossula
Humain
avatar

Nombre de messages : 145
Âge : 27
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De soie et de feu. [Ascanio]   Sam 17 Oct 2015 - 12:22

- Bon, elle arrive quand au juste ?

- Bientôt, je pense, Monsieur.

- Merci, Ultuant. Ta précision légendaire m'aide beaucoup.

Quel ennui, grands dieux, quel ennui ! Alors qu'il faisait un temps radieux à l'extérieur, un temps idéal pour aller courir la gueuse, Ascanio était bloqué sur la terrasse du palais Vossula, se balançant sur sa chaise pour tuer le temps, les pieds sur la table. Et à ses côtés, le morne Ultuant, son esclave juriste qu'il avait comiquement affublé du nom d'un monarque péninsulaire, attendait sans rien dire. Il était intelligent, Ultuant, et très utile quand on avait besoin d'être éclairé sur un point de droit ; mais il était chiant, terriblement chiant.

Ah, qu'il aurait voulu être ailleurs ! Au moins, la réunion se tiendrait à l'extérieur, non point dans l'un des bureaux où il régnerait une chaleur étouffante. Mais Ascanio n'aimait pas attendre. Certes, son père l'envoyait souvent s'occuper en son nom de certaines tractations commerciales, mais le plus souvent, c'était Ascanio qui se déplaçait. Cela le changeait d'air, et lui permettait même de voir du pays lorsqu'il quittait les frontières de Thaar.

Aujourd'hui, cependant, le client - la cliente - venait à lui. Et elle ne le dépayserait guère ; c'était la fille d'un prince-marchand, quelqu'un du coin, un de leurs semblables. Le vieux Tiberio s'était dit que puisque son homologue ne venait pas à lui en personne, alors il ne recevrait pas sa fille en personne ; et il s'était donc fait remplacer, au dernier moment, par Ascanio. Des tractations commerciales avec une femme, quelle drôle d'idée. Les femmes n'y entendent rien au commerce, et je parie que celle-ci est moche.

Ascanio était occupé à nourrir de graines son perroquet lorsque leur visiteuse fut annoncée. Elle arriva sur ces entrefaites, et il la trouva moins moche qu'il ne l'attendait, avec ses jolis cheveux bouclés aux éclats roux, et sa peau fort pâle, chose rare sous le soleil estréventin. Mais il la trouva trop plate à son goût, et la robe simple et chaste qu'elle portait ne dévoilait rien, laissant entendre à Ascanio qu'elle n'avait pas grand-chose à montrer.

- Soyez la bienvenue, Eïnad’Alin Akar’Demlir. Je suis Ascanio Vossula, et je parlerais au nom de mon père, le grand Tiberio, l'Empereur de la Soie, le Prince d'Eofel et de Feldorn, et détenteur de tant d'autres titres à vous faire pisser dans un violon. Prenez place, je vous en prie. Voici Ultuant, mon juriste.

S'il trouvait la tenue d'Eïnad fort sage, lui-même était relativement débraillé pour quelqu'un qui recevait une visite commerciale. Son pourpoint froissé était ouvert sur le devant, et le col de sa chemise largement entrouvert révélait à moitié un torse velu. Ses joues et son menton auraient mérité un bon coup de rasoir. Mais il demeurait propre sur lui-même, il avait seulement ce côté négligé qu'il affectionnait depuis son « aventure » en forêt.

Il tapa dans ses mains, et une bande de larbins s'empressèrent de disposer coupes et pichets de vin sur la table, ainsi que de petites assiettes garnies de gâteaux et de pâtisseries. Les trouvant trop long, Ascanio s'impatienta et les chassa d'un geste agacé tout en imitant le bruit d'une mouche.

Ce n'est qu'une fois Eïnad installée qu'il prit lui-même place dans un confortable fauteuil, de l'autre côté de la table, près d'Ultuant.

- Avez-vous fait bonne route ?

La question montrait déjà le peu d'intérêt qu'il accordait à sa visiteuse, n'ayant pas prit la peine de se renseigner à son sujet ; sans quoi, il aurait su qu'Eïnad se trouvait déjà à Thaar depuis quelques ennéades.
Revenir en haut Aller en bas
Eïnad'Alin Akar'Demlir
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 62
Âge : 26
Date d'inscription : 23/04/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  88ans (née en 920)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De soie et de feu. [Ascanio]   Sam 17 Oct 2015 - 12:59


- Soyez la bienvenue, Eïnad’Alin Akar’Demlir. (...)Voici Ultuant, mon juriste.

Charmant... il m’ennuie déjà. Se disait-elle face à cet Ascanio, fils du Prince qu’elle devait normalement rencontrer. La semi le scruta, ce n’était qu’un piètre humain, un mortel, une sous-race indigne et pourtant son père l’envoya négocier avec lui... pfuh, elle aurait tellement voulu être autre-part en ce moment.

Eïnad ne fit même pas attention à la tenue qu’il portait tellement il la dégoutait, c’est d’ailleurs à peine si elle lui adressait un regard. Néanmoins, ils avaient un point commun. Tous deux enfants de Princes qui souhaitent les voir s’investir un peu plus dans les affaires familiales. Et d’après les informations qu’elle a pu recueillir –plutôt facilement vu la réputation du lourdaud- il était plutôt du genre à préférer les sorties arrosées et les orgies bien connues de Thaar qu’aux négociations commerciales. Mais soit, elle s’installa, sans dire un mot

- Avez-vous fait bonne route ?

Eïnad le fixait de ses yeux couleur Emeraude. Est-ce une blague ? Se demanda-t-elle avant d’être terriblement agacée voir outrée.

« J’ai fait bonne route mais ne tournons donc pas autour de toutes ses politesses ennuyeuses et venant en directement au fait. J’ai ouï dire que les entretiens commerciaux ne vous siéent guère et cela en va de même pour moi. Au plus vite nous auront terminé, au plus vite nous pourrons retourner à nos occupations. »

Elle porta l’une des coupes à ses lèvres après l’avoir levé rapidement en sa direction pour le remercier des victuailles qu’il venait de mettre à sa disposition. Confortablement assise, elle croisa ses jambes, elle s’équipait alors de son éventail, ce palais était tellement mal agencée qu’il y faisait une chaleur mourante.

« Nous serions intéressé de renouveler notre stock personnel de soie. Avez-vous des nouveautés à nous proposer Ascanio ? » Lui demanda-t-elle, curieuse de savoir ce qu’il pourrait bien lui proposer, elle qui avait déjà hâte d’acquérir assez de tissu pour se confectionner une toute nouvelle garde robes.
Revenir en haut Aller en bas
Ascanio Vossula
Humain
avatar

Nombre de messages : 145
Âge : 27
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De soie et de feu. [Ascanio]   Sam 16 Jan 2016 - 15:15


La franchise d'Eïnad le surprit à plus d'un titre. Il était assez rare, dans ce milieu où les courbettes, les faux-semblants, les sourires forcés étaient le pendant des coups de poignard dans le dos et autres assassinats sordides. Ascanio savait se montrer vulgaire, mais il ne se départissait jamais de son plus beau sourire lorsqu'il faisait face à une personne qu'il méprisait ; une manière de pousser l'hypocrisie à son plus haut niveau, qui teintait l'insulte d'une espèce de noblesse.

Et voilà qu'une espèce de mijaurée se permettait de lui dire, avec une franchise cinglante, qu'il était ennuyeux. Pas bien polie, la gourgandine, songea-t-il en son for intérieur. Il mit quelques instants à digérer l'affront, tout en la regardant croiser les jambes, se demandant au passage comment on pouvait se sentir entre elles.

Alors il se redressa un peu dans son fauteuil, et toisa le regard de l'importune. Ses yeux n'exprimaient pas la colère, mais il était devenu sérieux. Sans son éternel sourire, ses traits paraissaient tirés, son visage exprimant une froideur surprenante.

- Laissez-moi vous donner un conseil, ma chère. Nous ne sommes pas amis, c'est acquis. A Thaar, l'amitié n'existe pas. Mais faire affaire avec nous implique le respect de certaines formes... de respect, disons. Nous sommes entre nous, aussi je ne me vexerais pas. Toutefois, gardez-vous de me témoigner votre dédain en public. Méprisez-moi lorsque j'aurais le dos tourné, si cela vous chante. Je ferais de même, croyez-le bien. Au grand jour, en revanche, nous ne pouvons nous le permettre. Cela fait désordre, et nos pères détestent le désordre.

Il se renfonça dans son fauteuil, et son visage s'illumina de nouveau de son habituel sourire. Il attrapa sa coupe de vin, but une gorgée, puis lança d'un ton plus léger :

- Les usages veulent que nous nous pliions au rôle que nos pères veulent nous voir jouer, Eïnad'Alin Akar'Demlir. Il n'avait jamais eu la moindre difficulté à prononcer ces noms parfois alambiqués, que les hommes peinaient à retenir. On l'avait exercé dès le plus jeune âge à connaître les nombreuses cultures entremêlées en Estrévent. Cela flattait certains clients, lorsqu'on se montrait capable de les nommer sans écorcher une syllabe. Voyez cela comme une mise en scène. Nous devons jouer notre rôle, et notre rôle est d'échanger des amabilités creuses avant d'entrer dans le vif des négociations. Je ferais semblant de m'intéresser à vous, et vous ferez semblant de croire que je suis sincère.

Il reposa sa coupe de vin, puis lança d'un ton badin :

- En tant que marchand de soie, croyez-le bien, je suis difficile à impressionner... mais votre robe est sublime, et met magnifiquement en valeur votre teint de peau.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De soie et de feu. [Ascanio]   

Revenir en haut Aller en bas
 
De soie et de feu. [Ascanio]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De soie et de feu. [Ascanio]
» Au sujet de la soie
» Commande de fil de soie
» Corsage en soie d'araignée (Vêtement) VALIDE
» ~Carnet de Boule de Soie~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: