AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 À la croisée des chemins [PV Halya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1393
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Ven 27 Nov 2015 - 2:19

Estiam aussi portait son lot de question auxquelles il préférait de pas donner de réponse. Paradoxalement, c'était en en touchant aux limites de ce qu'ils avaient envie de partager qu'Halya commençait à entrevoir l'étendu de leur affinité. Les refus implicites et les pas en arrières rendaient leur rencontre plus réelle et mettre en perspective deux vies en quelques phrases, quelques réponses, offrait d'un coup une vue imprenable sur le chemin parcouru. Le sien autant que celui de l'autre.

Sentant l'hésitation de son ami, elle posa sa main sur la sienne en signe d'apaisement. En voulant éviter de revenir sur ce qu'il connaissait d'Aduram et qui avait de grandes chances d'être difficile, elle avait visiblement heurter un point sensible. Il avait connu Caranthir... Une personne au combien admirable disait-on.

-Oui puisque je n'ai rencontré la Noss de ma mère qu'une fois... et encore. Ardamir a toujours été mon foyer j'y avais mes amis et mes parents.

Toujours... Presque toujours. À quelques dizaines d'années près. Une paille dans une vie de plusieurs siècles. Elle se souvenait des courses dans les branches, du vide qui s'étendait sous elle et qui lui donnait la grisante impression de voler. Elle y avait ses souvenirs. Les disputes de ses parents, les punitions mérité et les escapades polissonnes. Le sourire de son père, le rire de sa mère. La musique qui berçait constamment la les Hauteurs comme si les elfes essayaient de rivaliser avec la Symphonie. L'après-midi qu'elle avait passé à écouter un joueur de viole, sa peau parcouru de frisson doux-amères comme seuls sait en procuré la musique. Son premier cours de danse et ses premières passes d'armes. La représentation au sanctuaire en l'honneur d'Arcamenel. La rage de ses précepteurs et la fierté dans le regard de sas parents.

Même lorsque la guerre avait frappée, Ardamir n'avait jamais perdue ses couleurs. Épargnée par le temps et la rage des combats d'Alëandir ou d'Eraison, elle avait continuer à chanter. Bien sûr, il y avait eu des pertes, le Voile l'avait rendue plus sauvage, les réfugiés et les combats n'étaient pas loin et tout cela se sentait dans l'air. Elle y avait enterré plus de proche qu'elle ne l'aurait souhaité. Mais Halya se souvenait toujours de ce matin dans le sanctuaire de Kÿria, sous les premières neige de l'hiver, le sourire radieux de Sandriel et Mirahn lorsqu'ils lui avaient annoncé leur prochain mariage entre deux missions. Les fêtes de l'équinoxe. Les chants qui emplissaient la ville les jours de naissance. Et bien plus récemment une autre forme de répit.

Le calme. La Paix. L'Amour. Voilà ce qu'avait toujours été Ardamir. Un îlot vers lequel elle pouvait toujours revenir.

- Mais ma vie aurait sûrement été bien différente si je n'avait pas vécu à Ardamir. De toutes les Cités, c'est la seule qui n'a pas de mur, pas de porte, pas de limite. La pierre y est rare. Le métal et le verre se perdent dans les arbres comme des fleures que l'on y aurait ajouté. J'espère que tu la verras un jour. Pour vraiment lui rendre justice, il faut venir en été. A midi, le soleil au plus haut passe à travers toutes les couches de feuillage et ses rayons viennent éclater sur les verrières de certains passages. On a l'impression que la Cité brille de l'intérieur... Mais je me laisse emporter. S'arrêta-t-elle brusquement. Pour revenir à ta question, je me sens chez moi là-bas... Mais les Cités de pierres sont toujours un peu étrange. Je ne m'imagine pas y rester longtemps. On y vois loin et la Symphonie y est souvent comme... bâillonnée.

A part en de rares points consacrés à Kÿria, les arbres murmuraient plus bas aux abords des grandes Cités. Tout au contraire de la Cité des Arbres.
Sur ce mots, elle s'arrêta pour réfléchir quelques instants avant qu'un sourire de défit s'affiche irrésistiblement sur sa figure.

- Il y a une chose que je me demande de puis longtemps. Quel effet cela fait-il de lancer un sort ? Qu'est-ce qu'on ressent lorsqu'on a autant de pouvoir aux bouts des doigts ?

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 306
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Ven 27 Nov 2015 - 14:10

Tu es pris d’un léger sursaut lorsque la main de ta compagne vient se poser sur la tienne. Tu souris. Il suffit parfois d’un geste simple pour libérer une âme de ses idées noires. Halya aura su faire le bon. Sa description de son foyer en Ardamir vient un peu plus illuminer l’atmosphère. Parler de l’endroit qu’elle affectionne tant fait presque rayonner la jeune elfe, à ton grand plaisir.

- J’ai eu l’occasion de voir Ardamir. Mais pas de la vivre. Peut-être un jour prochain prendrais-je le temps de redécouvrir les secrets de nos cités.

Et encore une fois la conversation changeait du tout au tout. Tu retrouvais là une question que les mages se voyaient maintes et maintes fois posée par les Non-Initiés, mais à laquelle tous répondaient avec joie. La magie est une merveille que seuls quelques rares égoïstes n’apprécient pas de partager. Vous les mages aimez parler de votre art d’autant plus que plus vous vous y consacrez, plus le désir de prendre un apprenti sous votre aile se fait sentir, et tu ne faisais pas exception.

- On ressent…de la fatigue !

Tu ris. Mais ce n’est qu’une demi-plaisanterie. L’art est véritablement épuisant, d’autant plus lorsqu’il est porté à son paroxysme, comme tu t’acharnes à le faire.

- Plus sérieusement, chaque mage a une perception propre de sa magie. C’est ce qui fait toute nos différences. De mon côté, j’ai longtemps fait l’amalgame entre la Symphonie et les flux de magie. Contrairement à la Symphonie, le flux ne s’exprime pas par lui-même. Il est silencieux et invisible. C’est au mage lui-même qu’il revient d’interprêter cette énergie, et de lui donner forme. Pour moi qui l’ai si longtemps reliée aux chants de l’Anaëh, la magie a pris une mélodie, et comme je le ferais pour interroger la forêt, je me laisse infuser de cette mélodie pour en influer le message.
C’est de là je pense que vient le côté sauvage de ma magie. Force de l’assimiler à la Symphonie, j’ai instinctivement modelé les éléments à l’image des créatures de notre monde. Plus j’y réfléchis, et plus je me dis que c’était ma manière à moi de me rapprocher de Kÿria lorsque je sentais que les murs de pierre m’écartaient d’elle.
Pour tout te dire, on ne s’habitue jamais réellement à la magie. Chaque fois que l’on s’ouvre aux flux, on découvre de nouvelles sensations, de nouvelles vibrations… la magie de chaque endroit est différente, et là réside toute sa complexité.


Ta main se rétracte de sous la sienne, et tes doigts dansent un instant. Du vide dans ta paume naît le froid, du froid naît la neige, et de neige se sculpte la chenille. La fragile créature pour se préserver des regards d’un cocon de glace s’habille. Quelques secondes ensuite, lorsque tombe en poussière son armure, c’est un papillon de cristal qui déploie ses ailes de verre et s’envole vers la chaleur.
Du cristal nait la poudreuse et de la poudreuse naît le froid. Cette fois le froid se perdra. Le cycle est achevé.

- Tu n’as jamais été tentée d’apprendre la magie ?

_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1393
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Jeu 3 Déc 2015 - 22:33

Alors chaque mage avait vraiment sa propre façon de voir et de pratiquer son Art. C'est avec le même regard fasciné que Randil qu'elle regarda s’épanouir puis se faner le papillon de glace. Avoir un pouvoir de création mimant à ce point l'Oeuvre était magnifique...

-A vrai dire, si. Mon père a essayé de m'apprendre les bases. Il disait que j'avais un bon ressenti, mais je n'ai jamais eu la patience nécessaire et j'étais bien trop butée pour écouter les conseils qu'on me donnai. Je ne tenais pas en place. Et quand j'ai commencer à avoir une attitude plus... conforme à ce qu'on attendait d'une apprenti j'avais dépassé de beaucoup l'âge habituel. Dépassé de plusieurs siècles même si tu veux tout savoir, ajouta-t-elle avec un sourire entendu.

Quand on a attend l'âge et les capacité d'être choisi pour intégrer un corps d'armée d'élite, on ne laisse pas tout tomber pour commencer un apprentissage de plusieurs siècles au bas mots... Et dans lequel on a qu'une une chance moins qu'infime d'atteindre l'excellence que l'on connaît déjà dans sa propre voie. Aussi elle n'avait jamais envisager sérieusement la chose. Ce n'était peut-être simplement pas dans sa nature d'étudier des années durant de vieux livres. La discipline personnelle, elle connaissait, mais pas perdue au fond de grimoires poussiéreux.

-Si la magie avait demandé autant d'entrain que la danse, j'aurai peut-être été plus tentée.


Dans un silence qui n'alourdissait en rien l'atmosphère, elle laissa son regard passer sur les livres, les dessins, les papiers qui encombraient la pièce dans un désordre qui leur était propre. Elle ne savait plus tellement quoi dire. En quelques questions, ils en venaient à résumer des pans entiers de leur vie. Il y avait à la fois tant à dire et tellement peu. En combien de courtes lignes sa propre vie pourrait tenir dans l'un des ouvrages qui étaient posés là ? Combien pour celle de Kaelan ? Combien pour Emeric ? Quelques dizaines tout au plus.

-Tu dois avoir eu des dizaines d'apprentis...

Transmettre son savoir à quelqu'un, voilà quelque chose de grand qu'elle aimerait bien pouvoir accomplir... un jour. Tout en ne l'envisageant que de loin, sachant qu'elle n'aurait sûrement pas grand chose à apprendre à quelqu'un que la vie aurait laissé sur un chemin facile.

-Considère ça comme ma question si tu veux mais tu aurais de l'eau ?

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 306
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Sam 5 Déc 2015 - 23:04

Trop impétueuse pour obéir aux stricts règlements imposés par la pratique de l’art… incapable de tenir en place. Elle ne s’était retrouvée prête à accepter la rigueur que trop tard… voilà qui te rappelait bien des choses. Tes débuts à toi aussi ont été mouvementés, seulement ta passion pour la magie, et peut-être oserais-tu même penser tes prédispositions à l’art t’auront maintenu sur la voie.

- Tu sais, il n’est jamais trop tard pour un elfe.

Mais à plusieurs siècles près, force de s’être investi dans d’autres domaines, il ne reste plus assez de temps dans l’éternité pour en consacrer à quoi que ce soit de nouveau. Et puis, il fallait bien se rendre à l’évidence, toute talentueuse qu’elle ait pu être, la magie ne s’était simplement pas révélée être sa vocation. Halyalindë avait toutes les qualités d’une formidable guerrière. Tu affiches un sourire taquin lorsqu’elle mentionne la danse. Après tout, tes gestes rituels ressemblaient à s’y méprendre à une complexe chorégraphie accompagnant les mouvements de tes créations.

- De la danse à la magie il n’y a qu’un pas.

Et après tant d’histoires, s’installait le silence. Un silence finalement bienvenu plutôt qu’oppressant. Le temps d’une communication autre que celle qui passait par la parole. Le temps d’un regard glissant sur les ouvrages retraçant ce que tu as appris de tes voyages et alors les mots revenaient.

- J’aurais beaucoup aimé avoir eu ne serait-ce qu’un apprenti. Je n’en ai malheureusement jamais eu l’occasion.

Aller de voyage en voyage, s’exposer sans retenue au danger et chercher à explorer ce que les elfes considèrent comme des Terres Interdites n’étaient décidément pas les meilleures manières de convaincre d’aspirants mages de te choisir en tant que celui qui les formerait. Bien peu d’elfes connaissent la même témérité que celle de tes jeunes années. Tu aurais beaucoup aimé pouvoir partager avec un jeune thaumaturge ta vision des flux, mais cela ne te rend pas aveugle aux raisons derrière cette absence. Tes yeux suivent ceux d’Halya, pour finir eux aussi par se perdre en travers de ton foyer et des souvenirs qui y traînent. Tu auras vu bien des choses en une vie, tu auras accumulé bien des choses à partager, et peut-être jamais tu ne pourras les transmettre autrement qu’à travers tes écrits.  Les écrits et dessins immortalisent le savoir… mais ils manquent cruellement de vie.

- Tu aurais de l’eau ?

La question te sort brutalement de tes rêveries. Quel hôte pathétique tu pouvais faire.

- Ah, excuses-moi, ça fait bien longtemps déjà que j’aurais dû t’en proposer. Je t’avouerai que mon expérience en tant qu’hôte est plus que limitée.

Tu te lèves, te diriges  vers la salle dont les meubles trahissaient le rôle de cuisine. Une simple minute de recherche dans ce qui semblerait aux yeux de n’importe qui d’autre un véritable dédale de tiroirs te suffit pour en sortir armé d’un plateau où trônaient une carafe d’eau, deux gobelets et de quoi ( tu l’espères ) te faire excuser ton impolitesse.

- N’hésites pas à te servir.

Résisterait-elle à la tentation du Stir’Val ?

- C'est vrai, tu n'aurais pas dû avoir à en demander... mais puisque tu me laisses la main... autant que j'en profite. Dis-moi, toi qui as déjà été une mère, as-tu jamais aussi été une femme ?

Question étrange à première vue, et quelques peu indiscrète, mais savoir si elle avait jamais été alliée à un homme permettait d'une certaine manière d'imaginer ce qu'elle pouvait encore attendre de la vie, et d'hypothétiquement reconstituer un pan de son passé. Elle t'avait conté quelques unes de ses aventures, maintenant, la question était : avait-elle jamais rêvé une certaine stabilité ?

_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1393
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Dim 6 Déc 2015 - 3:26

La danse et la magie similaires ?! Elle éclata presque de rire.

-Et bien si quelqu'un avait dit ça a mon père !

Elle accepta avec joie l'eau qu'on lui proposa et jeta un œil aux douceurs qui reposaient sur le plateau sans pour autant y toucher. Autant elle n'était pas difficile sur les boissons et plutôt du genre assoiffée, autant ( si ce n'étaient des agrumes ) les sucreries n'étaient pas parmi ses friandises favorites... mis à part celles à la violette. Mais la violette avait toujours été une histoire à part.

La première gorgée aurait été salvatrice... Si elle n'avait pas faillit s'étrangler avec en entendant la question pour le moins cavalière d'Estiam. Indiscrète ? Oui elle l'était pour le moins ! Et quelque soit le sous-entendu de cette phrase des plus flous, elle semblait soudain bien plus personnelle et directe que toutes celles qui avaient précédées... Et pourtant elle avait aborder la mort d'Unmiriel bon sang !

Réussissant finalement à reprendre plus ou moins son souffle entre de quintes de toux sans renverser tout le contenu de son verre sur le carrelage, elle reposa doucement le contenant sur le plateau.

-Tu pourrais être plus directe s'il te plaît ? Je crois que je n'ai pas bien saisi toute la subtilité de ta question. Ricana-t-elle pour faire bonne mesure au milieu des dernières toussotements.

Randil avait levé une oreille sans grande conviction. Il était plus agacé qu'autre chose de devoir rester enfermer dans une pièce aussi exiguë, mais il savait parfaitement que hors d'Ardamir, une ville voulait dire : rester avec sa meute. Comme il savait parfaitement que l'échange dont il était l'innocent spectateur pouvait durer encore longtemps. Aussi était-il plus intrigué par l'odeur du miel que par l'agonie d'Halya, essayant d'étirer la tête au-dessus de la table jusqu'au plateau, une patte timidement posée sur le bord du meuble qui craquerait sans aucun doute son son poids, il le savait sans aucun doute. Mais ses efforts avaient pour seul résultat de brouiller toujours un peu plus les documents qui étaient de son côté.

-Quand tu prends la main, tu ne la prends pas à moitié ! Oui. Mais tu aurais pu me demander si j'avais déjà eu un mari, un fiancé, si j'avais déjà aimé quelqu'un. Ça aurait quand même été moins...


moins directe ? Moins intime ? Moins visuel peut-être ? Après tout la connotation n'avait rien d’anodin.

-Quelle que soit la liste à laquelle tu t'attendais, il faudra que tu attende encore un peu. Pour l'instant je me sens bien, c'est tout ce qui importe. Et si tu veux savoir il...

Avec tous ces souvenirs ramenés en batailles, elle pouvait presque sentir sa dague pulsée... Et la fine cicatrice sur son bras chauffer sa peau. Mais le nom gravé dans le métal n'était plus aussi lourd à porter... Léger même au final. Il lui avait fallu du temps, mais elle sourit pour elle-même. Le nom qu'il lui était venu aux lèvres n'était pas celui de Kaelan. Pas cette fois. Et c'était aussi plaisant que perturbant.

Depuis qu'un jeune cavalier lui avait ouvert son cœur, beaucoup de choses s'étaient bousculées. Parmi elle une angoisse qu'elle ne voulait pas oublier. Elle ne voulait pas le voir remplacer Kaelan. Elle ne voulait pas oublier les bons moments passés avec lui. Tout ce qu'il avait représenté. Mais ici, dans cette petite maison, assise à regarder le passé comme elle ne le faisait jamais, les deux visages lui avaient sauter aux yeux. Deux hommes très différents. L'un pour ce qu'il avait été, avec chaleur et gratitude, l'autre pour ce qu'il pouvait être, avec anxiété et... amour ? Son attachement n'enlevait rien à ses souvenirs. C'était... différent. Et pour l'instant, cette différence lui allait bien.

-Il s'appelle Fenris et je pense qu'il te surprendrait beaucoup. Mais c'est assez récent, donc j'essaie de rester sensée.

Elle essayait... Et échouait totalement mais c'était une autre question.
C'était ironique que l'amour soit l'un des seuls domaines ou Halya ne pouvait s'empêcher de voir à long terme... Et toutes les possibilités les plus sombres. Elle ne regrettait pas et ne regretterait pas ce qui se passait entre elle et le jeune cavalier, mais la peur lui étreignait toujours le cœur. A certains moment moins qu'à d'autres, mais elle était toujours là. Ils étaient en guerre après tout, c'était normal.

-Et toi ? Tu sais qu'à force de poser ce genre de questions, ça va se retourner contre toi, non ? Pas d'apprenti, soit. Mais pas de famille ? D'enfant ? De protégés ? Pas une femme qui ait su faire battre ton cœur ? Pas une ancienne conquête à l'Académie ? Une rencontre hors d'Anaëh ?

Bon... Elle même n'avait pas répondu totalement honnêtement à la question, alors la détailler plus, coincerait peut-être d'avantage son ami. Une petite pointe de vengeance de temps à autre ne faisait pas de mal.
Ce qu'elle avait vécu hors d'Anaëh, encore une fois, n'appartenait qu'à elle. Ses parents n'avaient jamais eu de détails. Personne. Sauf Sandriel... Et encore. Et maintenant Fenris. Les personnes qui comptaient le plus à ses yeux.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 306
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Dim 6 Déc 2015 - 20:13

Tu te laisses volontiers aller à un rire sonore, soulignant à travers les échos que renvoient les murs le tranchant de ta voix. Bien loin des chaleureuses basses souvent considérées comme le paroxysme de la masculinité, ton timbre presque métallique, de haute altitude sans pourtant mimer celui d’une femme, avait cela de charmant qu’à travers ses modulations, il conviait avec une grande facilité tes émotions. Une question pareille ne pouvait pas laisser ton invitée indifférente, mais tu n’imaginais pas de l’elfe-Louve une si violente réaction. Un bout de pâtisserie venant étouffer de force tes éclats, tu reprends lentement contenance en même temps qu’Arava, de manière à être capable au moins d’entendre les bribes de réponse qu’elle accepterait de formuler.

- Fenris tu dis. Et bien tu me vois impatient de rencontrer celui qui a su faire battre ton cœur… histoire de lui souhaiter bonne chance, il en aura besoin.

Récent… et pourtant tu sens du plus profond de tes tripes, rien qu’à l’entendre que ce nom devait partager la place avec un autre. Une autre marque qui ne quitterait jamais le cœur de la Protectrice, parce qu’elle aura guidé une grande part de sa vie. Elle ne te dit pas tout, mais là est son droit le plus fondamental. Un clin d’œil entendu adressé à la jeune elfe pour seule explication, tu te prépares mentalement à la contre-attaque. On ne pose pas ce genre de question si l’on a pas soi-même accepté d’y répondre. Et ta réponse elle sera des plus sincères.

- Côté famille… mes parents sont encore plus vieux que moi, mais ils sont bel et bien en vie. Un jour peut-être auras-tu l’occasion de les rencontrer. C’est avec grand plaisir que je te les présenterais. Mais côté cœur, disons que mes quelques différents de jeunesse avec les Citadins m’ont plus ou moins fermé les portes de l’amour, et que je n’ai jamais pris le temps de construire de relation avec une elfe de ma Noss… j’ai beaucoup couru après tout, et tout le monde n’était pas prêt à me suivre.
J’ai par contre connu quelques aventures en Ithri’Vaan. Mais jamais rien de bien durable. Il faut dire que le sang elfe, pur ou pas, semble avoir un certain succès chez les femmes de là-bas. Parfois j’ai osé espérer trouver chaussure à mon pied sur les Terres Mortelles, mais les quelques années qu’ont duré la plus longue de mes relations m’ont rappelé à quelle point les vies humaines étaient éphémères. Je suis curieux. J’aime voyager. J’aime découvrir, et si on ne me suit pas, je suis de ceux qui s’absentent pour mieux revenir. Malheureusement, là où une elfe pourrait m’attendre, une humaine aura déjà perdu la vie.
J’ai eu l’occasion de voir les derniers jours de quelque unes de mes premières conquêtes, et même face à des amies plutôt que des amours, la douleur était là alors qu’elles partaient. Je ne désespère pas. Le jour de fonder une famille viendra en temps et en heure. J’ai toute l’éternité devant moi après tout.


Sur le point de piocher à nouveau dans tes propres friandises, tu te laisses attirer par l’attitude du loup blanc, le pauvre Randil était un véritable éléphant dans un magasin de porcelaine. Ayant dû te glisser dans de modestes bâtisses humaines alors que tu approches timidement les sept pieds , tu ne peux que comprendre la frustration de l’animal, qui lui en plus n’a pas eu droit aux confiseries.

- Je dois avoir quelques morceaux de viande conservés quelque part si Randil a un petit creux. Ensuite, je serais ravi de continuer la conversation dans un endroit plus ouvert. Le pauvre semble étouffer ici.


Pour indication:
 

_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1393
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Dim 13 Déc 2015 - 1:39

-Comment ça il en aura besoin ? S'insurgea faussement la protectrice en reprenant prudemment une gorgée d'eau, attendant à son tour une réponse.

Alors lui aussi s'était lié, même de loin, à des mortels. Il en parlait comme d'une chose simple. Ça l'était sûrement davantage si on continuait toujours à voyager au lieu de s'installer quelque part. Il n'avait pas fait la même erreur qu'elle.

Randil, une fois de plus, s'allongea en boule, se releva, se retourna pour essayer de trouver un coin ou la taille de la pièce ne lui donnerait pas l'impression d'étouffer, et recommença. A chaque fois sa queue frappait ou balayait quelque chose avec un bruit sourd.

-Oublie la viande. Les loups ne mangent que ce qu'ils chassent ou... disons ce qui a été chassé par l'un des leurs. Mais je pense que tu as raison, mieux vaut sortir avant qu'il ne détruise totalement ton intérieur.

Avec un sourire elle délaissa sa place et ramassa sa cape avant de s'approcher de la bête pour coller son front au sien... et même descendre un peu en dessous de sa ligne de vue en excuse. L'échange fut rapidement clôturée par un grand coup de langue baveuse puis elle se redressa.

Dehors, la ville était calme, comme si tout ici ignorait ce qui se passait au sud. Halya eu un pincement de cœur. Oui... Elle était aussi là pour ça

-En fait, je ferait mieux de partir... avant que ma garde ne mette à sac la Cité.

Une bras accoudé sur l'échine de Randil, l'autre main finissant d'attacher la peau de bête, elle s'était retournée vers son hôte.

-Tu aimes les textes de Thoniël ? Sa nouvelle pièce doit être jouée Arcamenel de cette ennéade.

Cette auteur n'avait plus rien achevé depuis quelques siècles maintenant... Mais une pièce avait suffit il y a fort longtemps pour que la petite Halyalindë se souvienne de son nom et de quelques répliques.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 306
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Lun 14 Déc 2015 - 16:50

- Je respecte ça.

Le fruit du travail a souvent bien meilleur goût qu’un cadeau, en particulier lorsque l’on parle de carnassiers. Les loups auront cela en commun avec les chasseurs sylvains. La fierté de se repaître de la proie fraîchement abattue… sauf que contrairement à vous les loups n’ont qu’une faible capacité à supporter ce que vous avez appelé la civilisation. Plus vite qu’à vous l’espace viendra à leur manquer, et en quête de mouvement l’enfermement finira par leur peser. Les remerciements de l’enfant à sa mère semblaient confirmer que Randil n’était pas loin de saturer, la sortie arrivait à point nommé.

Les rues crépusculaires d’Alëandir vous accueillent, toujours égales à elles-mêmes. Empreintes d’un calme intemporel que les plus sombres racontars ne parviennent à briser… et Kÿria seule sait à quel point le choix du mot sombre est lourd de signification. Ici dans le cœur de votre civilisation, vos congénères se sente intouchables, et peut-être à raison. Traverser la forêt jusqu’ici n’est pas mince affaire. La mine d’abord légèrement crispée à l’idée d’une invasion Drow sur votre capitale, le rappel de la protection de l’Anaëh arrive à nouveau à te détendre.

Profite. Plaisante tant que tu le peux.

- Pas la peine de t’inquiéter. Sans personne à qui prouver que l’un est meilleur que l’autre, ils ont bien dû finir par se calmer.

Tu ris. Si seulement les différents entre ceux de pierre et ceux de terre pouvaient ne s’arrêter que là… votre peuple s’en tirerait bien mieux. La voilà la plus grande tristesse de cette guerre. Savoir que même quand la menace extérieure était si grande, une partie du danger venait de l’intérieur, était une pensée désespérante… et c’est le moins qu’on puisse dire. Tu ne taris pourtant pas d’espoir, peut-être la réunion des Seigneurs-Protecteurs sera-t-il l’occasion de trouver une ébauche de solution.

- En temps général j’apprécie une belle pièce de théâtre, mais ma vie a été tellement dramatique ces derniers temps que je ne vois pas l’intérêt de m’infliger une tragédie fictionnelle.

Tu ris encore, tourner au ridicule les événements permet parfois de mieux les accepter, et tes mains, comme pour supporter tes dires sont venues cueillir tes propres épaules, transformant la démarche presque assurée durement gagnée en un balancement presque malsain, contant à lui seul à quel point le processus d’acceptation avait été douloureux. Tes mains glissent au fur et à mesure des pas que tu emboîtes à la Dame, libérant peu à peu ton torse et rendant son naturel à une avancée dont tu ne connais pas réellement le sens. Sûrement est-elle partie en quête de son duo éclatant de garde.

- La cité est grande, tu as une idée d’où ils peuvent bien être ?

Tu la suis, l’écoutant elle autant que les bruits de la ville. Et alors au détour d’une rue, un mot échappé d’une passante te donne envie de reprendre le jeu, mais cette fois sans enjeux. Bien étrange façon de te dire que tu avais en tête une question.

- Je me demande… comment sont-ils, en personne, les autres Seigneurs-Protecteurs ?

Tu as déjà eu affaire à Anorn, orateur façonné de grandes manières. Tu étais maintenant confronté à l’Elfe-Louve à la franchise toujours presque sauvage. À quoi les autres pouvaient-ils donc ressembler. Halyalindë était-elle la règle ou l’exception ?

_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1393
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Mar 15 Déc 2015 - 1:59

A peine dehors, Randil bondit plusieurs fois et s'étira en baillant sous le regard terrifié d'un homme au dos courbé mais à l'oeil jeune qui faisait les cent pas devant une autre façade de la rue.

-Connaissant le chef des Baar'Ane, je n'en suis pas aussi sûre que toi... La problématique humaine de savoir « qui va garder les gardes » n'a jamais été plus à propos je pense ! Mais je te raconterais l'histoire une autre fois, d'accord ?

Sans sa présence, il était plus probable que la partie sauvage de sa garde tente te tuer, d'empoisonner  ou de tuer une personne de son entourage pour verser son sang en l'honneur de la monstruosité à laquelle ils étaient liés plutôt que de se calmer et se montrer raisonnable. Mais moins Halya parlait de cette créature, mieux elle se portait. Le bouleversement dans ses perceptions et sa compréhension d'Anaëh étaient suffisamment perturbante pour ne pas y ajoute la folie de cette... Chose.

Gardant une conscience à demie inconsciente des alentours et du décors, Halya rit plutôt deux fois qu'une devant le jeu théâtral de son ami.

-Tu connais le dicton : pleurer au théâtre pour rire à la ville. Mais le burlesque t'irait mieux, je me trompe ?

Ses pas rapides la menait à travers la ville... Mais la ligne de l'arrivé était très floue. Si d'une certaine façon, elle était sûre de pouvoir retrouver à un moment ou à un autre ses deux gardes en rentrant dans la chambre qui lui avait été attribuée au palais, il y avait aussi de fortes chances pour qu'ils n'y soient pas encore retourné. La seule certitude qu'elle avait était qu'où qu'ils se trouvent, le Limier et la Chasseur étaient ensemble. Question de sécurité.
D'un autre côté, si elle avait vraiment choisit le bon citadin, il y avait une chance, même infime, de les retrouver à un endroit bien particulier.

-euh... pas vraiment. Une intuition seulement.

La sagesse populaire n'avait pas si souvent tord...

C'étaient surement ce que se répétaient chaque Seigneur-Protecteur et Dame-Protectrice en se levant le matin.

-Comment-ça, en personne ?

Parmi ces hommes et ses femmes, elle comptait quelques amis, quelques détracteurs et surtout une majorité de confrère qui méritaient le respect. Certains plus que d'autres...

-La Protectrice que je suis est tenté de te dire que chaque Cité a sa propre histoire, chaque Protecteur son propre caractère et ses propres sensibilités mais que nous avons tous un point commun : nous plaçons l'intérêt de la Prime Forêt et du peuple sur lequel nous veillons au-dessus de toute autre considération. Une certaine fierté, ou même sérénité, transparaissait à travers ses mots, expression bien vite chassée par un soupire et un ample mouvement des bras. Et honnêtement, c'est assez vrai. Mais bon... Je ne me fais pas d'illusions. La plupart sont bien plus posés et réfléchis que moi... Plus âgé aussi. Plus expérimentés sur certains domaines, plus fin dans leur connaissance du jeu diplomatique. Je n'ai reçu l'honneur de siéger parmi eux qu'il y a une poignée d'année et je ne les connais que de façon superficielle après tout. Ils n'étaient pas nombreux à penser que je garderais ma place lorsqu'ils m'ont proposé cette tache... Moi comprise... Les plus sages d'entre eux voient loin et ont des idées sur l'avenir de notre peuple que je ne peux qu'effleurer. Mais tu vois, à force de regarder l'horizon et d'essayer d'agir toujours le plus sagement possible, j'ai parfois l'impression qu'ils oublient de regarder où se trouvent leurs pied. Et c'est un peu pour ça qu'on risque de s'enliser...

Elle laissa là son idée.  Développer plus était inutile... Et même peut-être néfaste. Ses grief et amitiés personnelles n'avaient rien à voir là dedans.

Peu à peu, ils s'approchaient de nouveau des Portes. Malgré l'heure, elles étaient belles et bien ouverte... L'important était de pouvoir les fermer rapidement, pas d'empêcher le monde d'aller et venir après tout... Mais en vérité, Halya n'y avait même pas pensé. C'était ça de vivre dans une Cité sans mur.

-S'ils sont toujours sur ce terrain d'entraînement et qu'ils sont toujours vivant, je m'autorise une nouvelle balade en solitaire demain, souffla la Protectrice à son compagnon alors qu'ils s'engageait sur le chemins de terre qu'ils avaient déjà parcouru un peu plus tôt, pour le plus grand bonheur de Randil.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 306
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Mar 15 Déc 2015 - 22:01

La grande sagesse des membres du conseil. Ce trait de caractère que l’on cherchait par tous les moyens à attribuer aux leaders du peuple elfe… et qui pourtant n’était pas toujours le mot juste. Vos commandants étaient pour nombreux d’entre eux d’immenses réceptacles de savoirs. Ils connaissent, ils maîtrisent, mais ils ne sont pas toujours sages. Ils sont précautionneux. Trop précautionneux. Le véritable sage sait attendre tant qu’il le faut et agir lorsqu’il est temps. L’homme de précaution pense ses actions jusqu’à ce que le temps fasse disparaître le sujet même de sa réflexion. Et les elfes étaient nombreux à penser comme le précautionneux.
Loin de te targuer d’être d’une plus grande sagacité, tu es cependant pleinement conscient de tes manquements. Tu es une tête brûlée, mais c’est ainsi que tu t’assumes, soucieux de ne pas promettre de toi-même ce que tu n’es pas capable d’offrir… comme ils le sont tous au final. Parce que c’est bien souvent le peuple qui cherche à élever sa hiérarchie bien trop haut, oubliant qu’avec l’altitude vient bien souvent l’asphyxie.
La sagesse des protecteurs n’était peut-être pas aussi grande que certains le racontent, mais elle est à n’en point douter bien réelle. Tu te demandais simplement si avec elle venait toujours la distance qu’Anorn avait automatiquement posée lors de votre entrevue, ou si certains savaient se passer de ce que tu appelles allègrement un surplus de politesse. Quelque part en réalité… tu te demandais surtout si tant de responsabilités ne leur avait pas fait perdre leur humanité. Mais ta camarade ne t’en dirait rien. Ils étaient plus sages, plus réfléchis, plus posés, oui, mais jamais elle n’avait osé aborder leur accessibilité. Après tout, elle leur parlait maintenant en tant que collègue et égale, il n’y avait pas de raison qu’ils lui paraissent si lointains.

- Après tout, il faut bien que nous servions à quelque chose. S’ils surveillaient aussi à leurs pieds ils n’auraient pas besoin qu’on fasse le pont.

Le rire que tu t’apprêtais à lancer est coupé par un bruit sourd et puis par le silence lui-même. L’air tranché par la pointe de fer n’est plus capable de convoyer le moindre son pendant une fraction de seconde, qui suffit à t’inquiéter. Tu reconnaîtrais le sifflement d’une flèche entre milles. Si la garde personnelle de la Dame Protectrice ne s’en était pas prise aux rues de la ville, ils se mettaient eux-mêmes personnellement en danger.
Un duel. Les deux énergumènes s’étaient lancés dans un duel d’imbéciles, et heureusement, aucun des deux ne l’avait encore remporté. En véritables coqs de combat, ils luttent pour un honneur dont ils n’ont pas besoin, frôlant une mort qu’ils n’ont pas réellement envie de se donner, mais qui avec l’accident serait si vite arrivée. Le limier recule d’un pas expert, l’arc rivé en direction d’un adversaire qui avale lentement la distance.

- Et bien on dirait que ton pressentiment aura été le bon.

Tu t’élances vers les duellistes, mais avant, bien avant de les atteindre, tes pieds quittent le sol. Ton corps s’arque dans une vrille aérienne dont l’inertie semble donner naissance à ta magie. Suivant la trace de tes mains éclairées par les éléments, depuis le néant surgissent tes familiers. Les fées jumelles, l’une d’onde, l’autre de flammes soufflent leurs traits vers les adversaires.
Les flammes coupent la route des combattants, mettant momentanément un terme à leurs mouvements.
La glace vient s’assurer de leur immobilité, cueillant les jambes d’êtres heureusement assez peu sensibles au froid pour être ravagés par sa brûlure. Ce n’était là qu’une démonstration de faible ampleur, mais l’entraînement du reste de la journée te rattrapait, et c’est un genou à terre que tu te dévoilais à nouveau aux gardiens. Tu te tournes vers Halya, haletant, sourire joueur aux lèvres.

- Tu crois que j’ai gagné du coup ?

_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1393
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Jeu 17 Déc 2015 - 2:20

La remarque d'Estiam avait fait largement sourire Halya, mais elle était si pertinente... et si ironique par certains côtés qu'elle semblait cacher un brin d'amertume. De l'humour noir à n'en pas douter, mais finement amener.

Et finement interrompu par un bruit bien trop familier qui la fit dégainée à moitié sa lame par pur réflexe. Mais il n'avait ni odeur de sang, ni bruit de respiration stridente. Randil était calme, elle aussi. Pas de danger. Tout allait encore « bien ». C'est pourquoi elle rengaina avec un soupire et suivit sans se presser la course du mage.

Le terrain de terre battue un peu à l'écart apparu rapidement entre les cèdres. Et le spectacle n'était pas surprenant... Bon... Elle avait à la fois bien choisit son Limier... et très mal visiblement. Elle ne s'attendait pas à ce qu'ils s'entendent si bien... Le fait qu'elle le pense sans aucune ironie malgré l'apparence plutôt décourageante de la situation la fit de nouveau soupirer.

-Je ne sais pas si c'est une si bonne nouvelle…

Ce duel était risible au point que même Randil, sensible à la moindre agression ou ambiance belliqueuse, ne s'y intéressait pas. Deux nouveaux caracolaient, la belle affaire ? Du moment qu'on ne mêlait pas l'Alpha à ça, il avait appris à rester plus calme qu'autrefois… Même si ses poils se hérissaient et que ses griffes le démangeaient.

Estiam s'élança sans qu'Halya réagisse. A quoi bon ? Un de plus ou de moins… Elle ne cautionnait pas vraiment son intervention, mais n'aurait de toute façon pas put le faire savoir devant ces deux gardes au sang chaud. Les deux combattant étaient si concentrés l'un sur l'autre qu'ils ne l'avait même pas vu arriver. Leurs jambes se trouvèrent immobilisée et le Limier tomba à plat dos en essayant de reculer.
Au moins l'action du mage fut magnifique. Avec ses attaques précises, ses mouvements constamment souples et sa perception kinétique du champ de bataille, Halya avait déjà entendu certains de ses compagnons ou de ses hommes comparer son style avec une danse.. Et ce n'était pas tout a fait un hasard puisque certains de ses mouvements en venait effectivement. Mais pour le coup Estiam, lui, dansait vraiment. Un fin sourire malicieux illumina le visage de l'ex militaire. Elle commençait à comprendre sa réaction lorsqu'elle lui avait dit qu'elle aurait peut-être été plus assidue pour apprendre la magie si elle avait été aussi intéressante que la danse.

-Oui on peut le dire, Félicitation. Essaie juste de ne pas te tuer à ce rythme.

Elle l'aida a se relever et le soutint le temps d'être à peu près sûre qu'il tiendrait quelques minutes tout seul. Puis se tourna vers les deux hommes dont les bottes gelées commençaient déjà à fondre doucement, les décollant du sol mais pas de leur gangue de glace. Un battement de cil avait suffit pour qu'elle retrouve son masque de Commandante, implacable.

-Que vous vous entre-tuez, je peux l'accepter. Mais que vous vous fassiez mettre hors de combat à cause de cela, c'est inadmissible.  

Le Guerrier Noss, encore debout, tentait déjà de se débarrasser de ses fers en se servant d'un couteau en os comme piolet.

-Hen'Taïr, vous avez été choisit par votre chef pour honorer une alliance. Vous représentez les meilleurs des vôtres. Est-ce donc là tout ce dont les Baar'Ane sont capables ?

Aucune menace n'était nécessaire et insister plus avant aurait tout juste été cruel. L'insulte qu'elle venait de lui faire était déjà aussi lourde que mérité… Il avait beau rester droit et silencieux, il le savait. Mais elle ne baisserait plus sa garde avant un moment, elle préférait considérer qu'elle risquait toujours sa vie en traitant avec ce clan, c'était plus prudent. Au tour de son propre Limier… Qui tentait de se relever, mais ne réussit qu'à tomber à genoux dans un bruit de casse.

-Quant à toi nous somme dans le périmètre d'une Cité. Tu es en charges et je ne tolérerai pas deux fois ce genre de combat arrive. Je t'ai préféré à Helaën mais elle peut encore te remplacer si tu ne te sent plus à la hauteur. La prochaine fois que tu renonce à une permission et une sieste pour ton coéquipier, trouve un autre moyen de régler tes différents
.

-Cela ne se reproduira plus, Dame Halyalindë.

Les cheveux blancs du citadin retombèrent un peu sur son visage alors qu'il s'inclinait, mais Halya avait ce qu'elle voulait : Elle n'avait pas perdu une miette du regard que l'elfe des noss venait de poser sur son camarade.

-Rentrez. Estiam m'escortera jusqu'au Palais.
-Bien, Protectrice...

Hen'Taïr faillit surenchérir mais un coup d'oeil à ses jambes sembla l'en dissuader. Une fois les deux hommes recadrés, elle se détourna pour revenir de nouveau vers Estiam et regarder les deux gardes partir clopin-clopant.

-Désolée que tu aies assisté à ça. Souffla-t-elle lorsqu'elle les estima assez loin. Au moins ils s'en tirent bien, je suis plutôt contente du résultat pour l'instant…

Elle s'interrompit soudain, son sourire perdant en éclat. Ses yeux verts se posèrent plus attentivement sur son ami, soucieux.

-Tu n'a vraiment pas l'air bien. Tu devrais t'asseoir avant de tourner de l’œil je crois...

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 306
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Jeu 17 Déc 2015 - 14:11

- Ne t’inquiètes pas pour moi, j’ai survécu à pire.

Il y a quelques heures encore, ton état était bien moins enviable, et il y a quelques décennies, encore sous la tutelle du chef guerrier des Lin’Serindë, chaque seconde semblait porter une menace de mort. Tu es tant habitué à l’épuisement que ce qui pourrait lui sembler à elle être une alarmante situation t’es finalement, si tu ne peux pas qualifier ton état de confortable, plus qu’acceptable. Tu acceptes cependant gracieusement l’aide qu’elle te propose pour te relever.
Tu avais vu son visage en tant que mère des loups. Tu as vu son visage simplement en tant qu’Halyalindë, et voilà que tu la découvrais sous une nouvelle de ses facettes. Ainsi devant toi se dressait la Dame Protectrice d’Ardamir. Arava la militaire. L’intransigeante. Ses mots sont durs, ses paroles claquent comme des fouets au visage d’une garde qui ne peux lui répondre, restreinte par la hiérarchie établie entre eux… et sûrement par un certain respect des prouesses guerrières dont est capable la jeune elfe. Tu te souviens encore du jour où tu as affronté l’elfe-louve, et bien que ton efficacité au duel ait profondément évolué depuis ces temps, tu sais ô combien la férocité et la rapidité d’Halyalindë peuvent être oppressantes. Seuls les yeux parlaient à présent. Les miroirs de l’âme ne sauraient se taire là où les lèvres n’ont eu le droit de s’exprimer, et chez celui venu d’une Noss guerrière, l’émotion est plus forte, plus vive, moins retenue. Le regard de braise se pose tant sur le Limier que sur toi, frustration à laquelle ton amie répond par une nouvelle provocation.
Elle a démis deux hommes pour les remplacer par un seul. Et par un homme épuisé qui plus est. Le geste pourrait sembler anodin. Ce ne pourrait être que le désir d’une femme de discuter plus amplement avec un ami de longue date, mais il venait d’Halya, et Halya connait l’esprit des combattants. Aucun des mots prononcés face à ses subordonnés n’était choisi au hasard.
La réflexion alliée à la fatigue fait perdre contenance à ton regard d’habitude si vif. Ces quelques instants de repos n’auront décidément pas été suffisants… mais ils auront eu le mérite de te permettre de récupérer ne serait-ce qu’une infime partie de tes forces. Bien assez pour que tu tiennes encore debout à l’heure actuelle. La mine concernée de ton amie te fait sourire. Elle t’a vu dans bien pire situation déjà pourtant…

- Ne t’inquiète pas. Je vais bien. Et il semblerait que j’aie pour mission de t’escorter. Ce serait bien peu professionnel de ma part de m’écrouler maintenant. Et puis, c’est en faisant des efforts que l’on progresse.

Tu secoues vigoureusement ta tête, retrouvant ainsi une sensation plus complète d’éveil, et range nonchalamment les quelques mèches gênantes qui se seront perdues devant ton visage. Une main sur l’épaule de la Dame, c’est à ton tour d’afficher une mine compatissante, mais ce ne sera pas elle que tu viendras plaindre de ta remarque. En entamant vos premiers pas vers le palais, à un rythme se voulant conserver la jeune femme aussi longtemps qu’il t’était donné de le faire, tu entonnais :

- Je comprends la nécessité de la chose. Mais tu as été dure avec eux quand même. J’ai réagi craignant l’accident… mais après tout ils ne semblaient pas tant résolus à s’entretuer. C’était peut-être exagérer que de les renvoyer.

À vrai dire, autant que par la sévérité d’Halya, tu te sens concerné par un regard que tu ne saurais effacer.


HRP:
 

_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1393
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Ven 18 Déc 2015 - 1:32

Il avait peut-être survécu à pire mais la pâleur soudaine du visage d'Estiam invitait quand même à la prudence... et puis s'il fallait forcément vivre pire à chaque fois pour faire attention à soi ou que quelqu'un s'en face pour vous, elle serait vraiment dans un sale état... Et elle était avec l'une des rares personne, si ce n'était la seule qui pouvait imaginer le pire à peu de choses près. Aussi gardait-elle un œil sur son ami malgré tout.

Quand il revint sur ce qu'il venait de se produire, elle ne put s'empêcher de tordre le nez, un peu embêtée. Certaines habitudes avaient la peau dure et celles que l'on peaufinait et polissait avec soin pendant des siècles plus encore que les autres. Le problème était lorsqu'elle lui jouaient des tours... Sandriel et son père lui avaient déjà fait remarquer...

-J'ai du te paraître sèche. Je suis désolée si tu t'es senti concerné, j'ai tendance à me laisser emporter... Mais pour le reste, crois moi, c'était vraiment important de les laisser seuls.


Une expression plus satisfaite colorait ses traits. Profitant du fait qu'ils soient encore hors de la ville, Randil avait disparut à toute vitesse, sûrement pour retrouver la proie qu'ils avaient abattue la veille.

-Les rappeler à leur devoir était important... Mais montrer à Hen'Taïr les efforts muet qu'un Citadin fait pour lui, ça c'était capital.


Lorsqu'elle avait choisit celui ou celle qui devrait travailler avec un Noss, elle n'avait pas choisit le plus expérimenté ni le plus habile des Limiers. Elle avait choisit un jeune homme doué et avide de faire ses preuve qui avait déjà eu quelques problèmes de disciplines… mais toujours pour avoir aider ou couvert l'un de ses camarades. Le coup de poker était simple : espérer qu'il prendrait toujours en compte l'état des Noss qui les accompagnait sans qu'ils aient besoin d'en parler. Elle demandait tout de même à des Noss de vivre pendant au moins quelques ennéades dans une vrai Cité de pierre, remplie de personnes qu'ils ne comprenaient pas ou même détestaient, et loin des leurs avec ça. Que pouvait-il y avoir de plus éprouvant ?

-A ton avis, pourquoi un Citadin pur souche resterait hors de la cité, sur un terrain d'entraînement, après une chevauchée de plusieurs jours, au lieu d'aller se reposer, ou même faire autre chose ?

Elle laissa quelques instant à Estiam pour répondre avant de hocher la tête.

-Soit il a tellement peu confiance qu'il préfère garder tout le temps un œil sur le Noss... mais dans ce cas il serait sûrement rentré pour pouvoir également surveiller le second Noss de mon escorte. Soit il a compris qu'Hen'Taïr était mal à l'aise en ville. Après, qu'il soit rester parce qu'un garde à cran n'est jamais une bonne chose ou par pure bonté... au moins notre cher guerrier à compris qu'il n'était pas livré à lui-même, que cela lui plaise ou non. Il va falloir du temps pour les obliger à communiquer, et tant que je suis là, ils ne le font pas. Dans quelques ennéades, ou même quelques mois, ils travailleront vraiment ensemble. Et comme pour prouver que la Réunification est possible, un exemple vaut mieux que tous les discours...

Elle passa une main dans ses courts cheveux roux en éclatant de rire.

-Rien qu'à le dire ce plan parait totalement impossible. Tu dois me prendre pour une folle ! ... Il y a toujours 90 % de chances que je me retrouve avec une lame dans le cœur étant donné son clan. Mais au moins j'aurai tenté... puis soudain, son ton redescendit, sourde de manière à être entendu de lui-seul. Dit-moi, tu as parfois l'impression que la disparition des Cités serait bénéfique ?

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 306
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   Ven 18 Déc 2015 - 4:53

Elle marquait le point gagnant. Ils jouaient à des jeux dangereux, l’un comme l’autre cherchaient à se prouver leur valeur en jouant les bellâtres, mais Hen’Taïr n’était pas seul. Le guerrier Baar’Ane ne se retrouverait pas seul perdu dans un monde qui lui est étranger au point certainement de lui être repoussant. Le limier était là tant pour surveiller les écarts du guerrier que pour… d’une certaine façon… veiller à son bien-être. Déjà maintenant elle tentait tant bien que mal d’établir des ponts entre les deux peuples. Ainsi la Dame Protectrice montait, s’il lui restait encore des marches devant elle, un peu plus dans ton estime.
Le silence qu’elle t’a laissé n’est que l’occasion d’établir contact avec son regard, et d’un hochement de tête, dire plus que tu n’en aurais pu en expliquer avec des mots. Tu ne comprenais pas peut-être l’entièreté de la manœuvre, mais tu en avais saisi l’essence. Les détails, elle les partagerait d’elle-même avec toi. Il suffisait d’attendre. Comme votre instinct vous disait qu’il suffirait d’attendre pour que les mentalités commencent à changer. Doux rêveurs que vous êtes.

- L’envie de s’entretuer semble déjà leur être passée. C’est bon signe j’imagine. À force de se côtoyer ils finiront bien par comprendre qu’ils ne font pas l’un et l’autre face à un monstre. Il n’est pas dit qu’ils s’apprécient en tant que personnes, mais qu’ils arrivent à se considérer l’un-l’autre comme des personnes serait déjà pas mal.

Elle rit. Elle rirait presque de bon cœur devant la situation pour le moins presque désespérée de ses propres pairs. Elle riait face à la dangerosité de l’affaire qu’elle avait entreprit. C’était un de ces éclats de rire véritables, mais qui cachaient une profonde douleur. De la peine, de l’anxiété, tant de choses que l’on ne peut s’autoriser à penser lorsque l’on a envie de croire. Tant de choses que l’on préfère tourner en dérision plutôt que d’affronter de face.

- Folle serait un peu exagéré ; surtout venant d’un elfe qui a décidé de traverser l’Aduram pour tenter de comprendre ce qu’il avait pu arriver aux exilés du Linoïn. Téméraire est un peu plus juste. Peut-être que dans la réalisation ce sera plus complexe qu’il n’y paraît, mais en théorie ton plan tient parfaitement debout. Et puis je te fais confiance pour survivre, tu me semble pas mal douée pour ça !

La question suivante, tu étais par contre loin de t’y attendre. Tes yeux s’ouvrent grand, mais tu ravales ta surprise pour suivre l’évolution du ton. C’est d’un murmure aussi sourd que le sien que tu réponds.

- J’espère que ce n’est pas une question piège ! Enfin… ça m’est souvent arrivé de le penser. Après tout, nous appartenons à la forêt, et j’aimerais pouvoir dire que nous n’avions aucune raison de s’en séparer. Mais en réalité, les Cités ont apporté beaucoup au peuple Sylvain. Elles sont devenues un lieu d’échange entre des elfes provenant de Noss différentes. Elles représentent une certaine sécurité, et elles sont de grands carrefours de savoir. Ce que je déplore, ce n’est pas réellement l’existence même des cités, mais les effets pervers de la sédentarisation.
Ce serait mentir que de dire qu’il n’y avait pas d’altercations entre les Noss du temps où les cités n’existaient pas, mais les fractures étaient de bien moins grande ampleur que celles que l’on connait aujourd’hui. Devenir sédentaire c’est adopter de nouvelle mœurs, c’est influencer la nature plutôt que d’être influencé par elle, et il faut bien avouer que ce renversement des rôles est monté à la tête de quelques-uns.


Les elfes des cités étaient « évolués » tandis que ceux qui avaient choisi de continuer leur vie dans les profondeurs de l’Anaëh étaient « archaïques ». Des sauvages. Des Sylvains ayant accès à un moins large panel de savoirs et donc d’une moins grande intelligence.
De l’autre côté, les habitants des bâtisses de pierre rongeaient un peu plus de leur mère chaque jour, faisaient souffrir son sol et affaiblissaient son chant.
Ils voulaient tous avoir raison, mais ils avaient tous tort.

- Et de toute façon, si les cités venaient à disparaître aujourd’hui, la panique s’emparerait de leurs anciens habitants, et au vu du nombre d’entre eux qui sont entièrement sourds à la Symphonie, beaucoup trop de vies seraient perdues. Peut-être retrouverait-on un certain équilibre après une telle purge, mais quand on a l’opportunité de faire autrement, autant en profiter.
Après tout, les cités ont beau être presque sourdes, elles restent respectueuses de l’Anaëh. Aucune raison donc de vouloir leur extinction.


Le soleil retombe derrière l’horizon, et la nuit montante souligne cette seconde Lune que le voile vous a apporté. Le réveil de la Prime Déesse, le regain de vigueur de la Prime Forêt. Celui qui parmi les Sylvains avait créé trois camps parmi lesquels tu avais naturellement déjà choisi.

- Je suis partisan de l’équilibre. On l'a tous les deux dans le sang après tout.

_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: À la croisée des chemins [PV Halya]   

Revenir en haut Aller en bas
 
À la croisée des chemins [PV Halya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» A la croisée des chemins
» Une croisée des chemins salvatrice [PV Mei Lee Huang / Sirina Dubarson]
» La croisée des chemins [PV Rosiel]
» Préval à la croisée des chemins; droite ou gauche?
» A la croisée des chemins || Louise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir-
Sauter vers: