Partagez
 

 L'art de la Guerre réside en...

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeJeu 17 Déc 2015 - 20:53

Les cavaliers avaient avalé autant de poussière que de kilomètres pendant près de deux semaines de long voyage, parsemé de courts arrêts, de rapides escarmouches et teint d'une inquiétude presque palpable. Une fine pellicule ocre recouvrait l'armure des membres de l'escorte, solides gaillards portant cimeterre et autres redoutables armes aiguisées et prêtes à servir. Les chevaux, de véritables purs sang estrévins, ne semblaient guère éreintés de leur voyage, nul ne boitait et seul l'écume à leur bouche témoignait de la fatigue qui commençait à les gagner tout comme les voyageurs. Parmi la cinquantaine de soldats présents se dénotaient une petite dizaine d'hommes vêtus de longs manteaux de cuir, tout aussi poussiéreux que leurs hardes, le visage plongé dans l'ombre par leur tricorne. Tous portaient l'épée ou le glaive à part l'un d'entre eux au couvre chef décoré d'une longue plume pourpre et équipé d'une élégante rapière. Cette joyeuse compagnie approchait peu à peu du lieu où se trouvait l'un des protagoniste qui se jouaient en ses terres glaciales du Nord, en témoignait les joues rougies et les doigts gantés de cuir ou d'acier transis de froid. Enfin songeaient ils qu'ils goûteraient à l'hospitalité de ces rudes Péninsulaires, à leur vin chaud et au con des catins locales. Du moins pour certains.

Car parmi eux se trouvait le non point très honorable, et puissant, arcaniste, homme d'honneur et d'arme ainsi que Sa Majesté le Duc Kodratos d'Hanning, monarque des Septmonts et de ses vassaux. L'identité de cet étranger armé d'une rapière révélée on pouvait aisément comprendre l'importance de sa garde de part les territoires dangereux et soumis à l'anarchie causée par l'armée sombre qu'ils avaient dû traversés à brides abattues. Mais lui ne rêvait guère de femmes - bien qu'il n'aurait rien contre goûter à la suavité d'un lit réchauffé par ses ardeurs auprès d'une délicate blonde ou deux - ou de vin mais simplement de poser pied à terre et rencontrer le sieur de Clairsac. Car c'était la politique qui l'amenait en ces froides terres et non point l'attrait de cultures étrangères. Le mélange estrévin lui suffisait amplement... Tandis que la troupe s’évertuait à effecteur l’ascension d’une dernière crête le jeune Seigneur de ces terres réfléchissait. La surprise serait importante pour l’homme qu’il souhaitait rencontrer pour sûr. Ce n’était pas tous les jours que les Péninsulaires signaient des alliances avec d’éminents membres de l’Estrévent. Le commerce marchait très bien mais peu s’avançait à s’instiller dans les affaires d’une ou l’autre contrée. Ce n’était pas une première fois mais l’évènement était assez rare pour être conté. Enfin les cavaliers purent admirer ce qui les attendait. Enfin… Les chevaux sentirent l’impatience de leurs maîtres et hennirent en pressant le pas. Des soldats armés de lances ne tardèrent pas à leur faire obstacle et Kodratos se tut en détaillant leur uniforme, ou tout du moins leur attirail, leur état aussi bien physique que psychique et en conclut que ce qu’il espérait avait toutes les chances d’aboutir. Il laissa ses conseillers l’annoncer et regarda un des lanciers s’éclipser, très certainement porteurs de nouvelles pour son maître.

Moins de dix minutes Kodratos fut introduit auprès de son hôte, le noble Jerôme de Clairssac…
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
Jérôme de Clairssac

Nombre de messages : 1113
Âge : 41
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeVen 18 Déc 2015 - 11:45

L'an Huit du onzième cycle,
Première ennéade de Verimios,
Le quatrième jour

Le campement était monté devant la ville de Nebelheim, les corps des morts-vivants avaient été brûlé la veille après une longue besogne et l'on sentait encore la puanteur qui s'était dégagé des bûchés. Se joignait à cette dernière l'odeur pestilentielle qui s'était attachée à la ville du fait de l'occupation même brève. La citadelle aurait pu servir de logement pour les seigneurs, tout comme la ville, vide, pouvait recevoir un nombre conséquent de troupes. Toutefois, personne, outre l'ancien seigneur des lieux et une garde minimum, n'avait jugé bon d'entrer dans Nebelheim. La peur, la superstition ou toutes autres excuses valait pour rester en dehors. Un campement avait donc été monté, chaque ost semblant rester de son côté, sous ses bannières et ne se mélangeant pas. Fidèle à lui même, Jérôme avait demandé la plus stricte discipline. Aussi sa tente était au centre, entourée par ses plus haut seigneurs et ainsi de suite en descendant en titre, possession ou richesse. Des fortifications basiques mais importantes avaient été monté afin de ne pas être surpris par une attaque surprise, d'on ne savait qui vu le nombre de troupes présentent mais peu importe, la négligence pouvait tuer. De même, Jérôme n'était pas tout à fait certain de ses alliés du moment. Il espérait bien entendu que tout se passerait bien entre tous les seigneurs présents mais l'on n'était jamais trop prudent. Des vigies étaient présentent constamment, des éclaireurs et patrouilles continuaient d'exister tout comme l'accès au campement ethernien était filtré et restreint.

Il avait été heureux de retrouver son frère Guillaume qui avait ramené avec lui les troupes du sud, laissant ce qu'il fallait pour tenir garnison et défendre les citadelles. Les troupes d'Etherna réunifiées, couplées de celle de Bastylle et des possessions en Sgarde étaient donc ensemble, bien que facile à différencier aussi faisaient belle figure. Il fallait dire que s'étant greffé en dernier à l'ost réunifié et ayant donc servit d'arrière garde, ils n'avaient pas trop prit part à la bataille ou à chaque fois, derrière les autres troupes. Leur seigneur possédait également un charisme et une aura de guerrier plus que compétent alors que l'on pouvait se poser des questions sur d'autres. La présence de Nakor était la bienvenue, même pour ceux qui exécrait la magie. En effet, il était indéniable, vu la présence de morts-vivants, que les arcanes noires étaient en oeuvre et tout soutien était la bienvenue, en particulier une personne de l'envergure de vieux mage. Enfin, les moine-guerrier d'Othar faisaient leur office en incantant des litanies qui avaient pour charge de conserver l'esprit des troupes claires, repousser la peur et les gonfler de puissance.

Alors qu'il aurait été intéressant de poursuivre la route suite à cette éclatante victoire, l'on s'était posé. Cela permettait les troupes de se reposer tout comme les troupes d'Aretria étaient peinées en raison de leur comte qui avait chuté sous les coups adverses.

C'est donc dans cette ambiance d'attente, chacun se regardant ou encore se regroupant pour discuter de la suite des événements, qu'un soldat se présenta, annonçant que le Duc Kodratos d'Hanning, monarque des Septmonts se trouvait à l'entrée du camp. Il fut aussitôt introduit sous la tente du baron qui servait aussi de commandement. Alors que l'on aurait pu s'attendre à la présence de nombre de seigneurs, ne se trouvait à l'intérieur que le baron d'Etherna et son frère Guillaume qui se tenait en retrait. Le duché de Septmonts n'était pas proche de la péninsule et il ne faisait d'ailleurs pas partie de la monarchie en place. Les rapports n'étaient pas réguliers et Jérôme s'était donc renseigné rapidement afin de compléter les connaissances qu'il avait déjà sur cette terre proche des sombres. Il n'était d'ailleurs pas inculte sur la matière car comme tout bon stratège, il s'était déjà largement instruit sur Naelis et le duché des Septmonts en raison de leur emplacement adéquat pour faire tampon justement avec les sombres. IL ne les avait pas encore approché car il ne possédait alors pas de terres au nord et aussi car il n'avait pas eu le temps mais leur montée indéniable en faisait des compagnons futurs de poids. De même qu'un commerce pouvait s'ouvrir.

Lorsque le duc s'approcha, Jérôme se leva et il alla à sa rencontre, avançant sa main, habitué ses derniers temps à saluer à la militaire et plus comme la coutume le voulait. Il n'oublia toutefois pas toutes les convenances

"Entrée, votre altesse, c'est une agréable surprise que de vous rencontrer. Je suis navré de l'accueil misérable que nous vous faisons mais vu votre présence, vous connaissez sans nul doute les événements qui marquent nos terres actuellement."

L'on avait tout de même apporté de quoi se restaurer et boire

"Que nous vaut donc votre présence en ce lieu ? je suis à votre écoute."

Jérôme était étonné bien que content que ce soit à lui que le duc se soit adressé en premier. Cela ouvrait pas mal de possibilités
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeVen 25 Déc 2015 - 17:39

Pour le plus grand bonheur du Duc il fut rapidement introduit au sein du campement militaire, en vue de rencontrer le jeune noble. En tant que seigneur d'un territoire totalement indépendant, vis à vis autant du Royaume Péninsulaire - de toutes façons ravagé par une guerre civile - que les autres groupements politiques de l'Estrévent. Despotes - humaines ou non, Naelis, Thaar... Aucune de ces entités ne pouvait se proclamer d'être les maîtres de Kodratos et du Duché. Ce qui faisait de lui un souverain. Certes il ne portait pas le titre de Roi ou de Prince mais il n'en restait pas moins un tout puissant souverain. Ce qui le plaçait plus haut dans la hiérarchie, ô combien complexe, humaine que le Baron. Ainsi il n'en attendait pas moins d'être reçu au plus vite, mais l'être dans l'immédiat était une marque de respect que le noble duelliste, et arcaniste de son état, appréciait au plus haut point. Alors qu'une partie de ses conseillers et gardes étaient dirigés vers des logements pour se reposer et se nourrir après cette longue chevauchée, deux autres hommes suivirent au pas le Duc qui se laissa guider jusqu'à la tente de son hôte.

En passant à travers le campement il ne put s'empêcher d'admirer le travail de son vis à vis. Contrairement à bien des osts de l'Estrévent ou même de la Péninsule il régnait un certain ordre et une discipline entre les simples mais efficaces palissades de bois qui entouraient le campement. La position des tentes montraient que les plus proches des enceintes étaient généralement les soldats les moins aisés, les plus inexpérimentés. A eux de supporter l'odeur des latrines et surtout les premières pertes en cas d'assaut sur le camp. Mais des pertes toutefois tout à fait acceptables. Elles servaient à mettre en place la défense et la contre attaque. Des morts utiles, bien que regrettables. Si Kodratos était un homme de guerre il préférait généralement éviter les bains de sang, préférant la stratégie à la force brute. Ce qui ne manquait pas d'agacer certains de ses Eternels. Le précédent Duc avait manqué bien de distinctions et de... classe il fallait l'avouer. Mais son remplaçant, ou usurpateur il fallait se l'avouer, comptait bien redresser la barre. En effet de part ses origines modestes et en même temps ses études le jeune Duc était empli d'un fort chauvinisme à l'encontre de son peuple et de manière général à ceux qui vivaient dans le Nord de l'Estrévent. Dont Naelis. C'était d'ailleurs ces prétentions vis à vis de ce territoire qui l'avait amené à voyager si loin des Septmonts. Et particulièrement vers une étoile montante du Nord...

Une fois introduit dans la tente du Baron le Duc put découvrir son hôte. Presque aussi grand que lui, dans un monde où les hommes étaient généralement assez court sur pattes, ses cheveux blonds ne choquaient pas en ces septentrionales contrées de même que ces yeux verts. On devinait un corps musclé, taillé pour la guerre même si Kodratos eut la sensation de voir un homme également savant. Son alter ego péninsulaire ? En tout cas au premier coup d'oeil le Duc sut l'apprécier, bien que méfiant et peu confiant. Son salut franc, typiquement militaire également en ces lieux où la discipline ne régnait parfois guère. Ce n'était ni un érudit reclus dans sa tour, ni un seigneur s'engraissant festin par festin. Plutôt le délicat équilibre entre savoir, force et diplomatie. Sûrement avec ses défauts mais bien moins que les amoraux Princes Marchands de Thaar. Bien qu'il souffrit d'une certaine facilité à se laisser à la luxure Kodratos appréciait les codes moraux, d'honneur. Sauf en politique où il se montrait parfois impitoyable. La fin justifiant les moyens bien évidemment. Il fallait faire preuve de pragmatisme. D'un coup le Duc put remarquer qu'ils étaient seuls. Parfait. Voilà qui lui permettrait d'aller droit au but, sans passer par les étiquettes. L'affaire ne pressait pas telle qu'elle mais le long voyage avait épuisé ses réserves de patience. Mais non de tact.

"C'est un honneur de vous rencontrer Baron. Je suis Kodratos d'Hanning, Duc des Septmonts comme vous le savez déjà. Je suis en effet au courant des évènements qui secouent le Nord. Ce sont d'ailleurs ceux ci qui m'amènent en ces lieux... Entre autre choses."

Le regard franc, chaleureux et avec un sourire aimable Kodratos prit un verre de vin et y trempa les lèvres, ne craignant point d'être empoisonné. Le Duché saurait se relever s'il devait mourrir. Pragmatique jusqu'au bout... Avec un sourire il fit claquer doucement sa langue contre son palais et hocha la tête d'un air appréciateur. Faisant signe à ses deux compagnons de route de se servir il se tourna vers le jeune Baron.

"En effet la guerre civile qui ravage le Nord n'est pas sans impact sur l'économie du Duché. Qui plus est l'armée sombre foulant ces terres sont également l'oeuvre de mon prédécesseur, les ayant laisser traverser son territoire. Rustre qu'il fut ! Je me sens ainsi responsable des malheurs qui bouleversent la vie de tant innocents serfs et citoyens mais également leurs glorieux seigneurs. Par ailleurs mon regard, ainsi que celui du Duché, se tourne vers le Nord et non plus vers l'Estrévent et ses guerres ridicules. Or le Royaume de Naelis est fort affaibli de la perte de son roi sans compter que je considère comme non digne son tutrice. Vous comprenez donc mon but. Or la situation du Nord est autant gênante pour vous que pour moi concernant nos objectifs personnels. C'est pourquoi je suis venu à vous proposer une alliance économique et militaire pour mater la rebéllion et les Drows. Mille de mes hommes, ainsi que plusieurs compagnies de mercenaires pourraient ainsi frapper l'ennemi par derrière..."

L'offre était claire, généreuse et tout à fait honorable. Et le mieux. Elle ne cachait nulle lame...
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
Jérôme de Clairssac

Nombre de messages : 1113
Âge : 41
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeJeu 31 Déc 2015 - 13:48

Piètre politicien, Jérôme n'en était pas moins un guerrier accompli depuis de nombreuses années. Avec ses différentes campagnes, il s'était taillé une légende de seigneur de guerre que confirmaient les actes et qui l'avait amené à devenir un stratège reconnu. D'ailleurs, même au sein de son campement, il portait un haubert de maille par dessus ses vêtements, toujours prêt en cas d'alerte. Comme déjà dit, il tenait à l'hygiène au sein de son camp, il avait déjà vu, lors d'autres campagne ou il n'était pas le dirigeant, ce que la maladie et le manque de discipline pouvait infliger à une armée. Les plus jeunes rechignaient souvent aux corvée mais lorsque les vétérans leur contait les effets de la dysenterie ou de la peste, ils finissaient par se terre et exécuter les ordres. Prêt à sacrifier des hommes pour le besoin, Jérôme tentait par tous les moyens de les épargner le plus possible et d'en perdre donc le minimum. Il savait que sans ses soldats il n'était pas grand chose et il se promenait régulièrement au sein du camp afin de se montrer. Ses soldats devaient savoir qui ils servaient et une tape sur l'épaule ou encore une partie de cartes créait des liens, amenant un homme à obéir plutôt que de fuir.

A l'instant présent, il se tenait donc dans sa tente en compagnie, uniquement, de son frère. Bien que non armé, sa flamberge se trouvait posée sur la table juste à côté de lui. Un bouclier portant sa héraldique (la licorne) et d'autres armes, en particulier une épée et une hache, toutes deux à une main étaient posé sur une autre table à l'arrière de la tente. Au centre, plusieurs cartes de la région que ses éclaireurs avaient faite étaient ouverte, prête à être exploitée. divers chaines se trouvaient sur les côtés de la tente et une dernière table à l'entrée sur la gauche avait des rafraîchissements dessus. Après s'être lâché l'avant bras, le salut militaire, le duc prit une coupe qu'il amena à ses lèvres. Jérôme en fit de même en observant son interlocuteur et en l'écoutant. Grand, blond, la barbe lui mangeant une partie du visage, il pouvait paraître froid d'un premier abord. Toutefois, le sourire franc qu'il affichait et le charisme qui émanait de lui, justifiant sans doute son titre, en imposait et calmait. Après s'être présenté, ce qui n'était pas nécessaire mais les coutumes avaient la vie dur, le duc continua sur sa lancée. Le baron, au fur et à mesure que son interlocuteur parlait, faillit avaler de travers. non seulement, il avouait que son prédécesseur avait laissé passer les drows pour attaquer la Sgarde avant de demander directement de l'aide pour annexer Naelis. Bon il n'avait pas demander clairement son aide mais il proposait le sien en avançant sa volonté de conquête ultérieure, il était évident qu'il voudrait un retour, surtout en parlant d'une alliance militaire

"Je vois, je vois..."

Jérôme prit quelques instants afin de reprendre ses esprits et de trouver quoi lui répondre. En effet, même si Etherna faisait belle figure encore, Jérôme avait les comptes rendus de son intendants. Il savait qu'une nouvelle campagne, quelque soit le résultat de celle-ci, ne serait pas la bienvenue. Il faudrait un peu de temps afin de stabiliser Etherna qui commençait à épuiser ses réserves. Un ambassadeur avait d'ailleurs été envoyé à Langehack pour trouver un accord. Réfléchissant à ce qu'il pouvait faire, le baron avait du mal à entrevoir une solution. Il ne voulait en effet pas donner une désillusion à l'homme qui lui faisait face, il ne souhaitait aucunement se parjurer non plus en acceptant et en n'honorant pas sa partie lorsque le retour serait demandé et il savait qu'il était important de nouer des liens avec cet homme qui pouvait donner de précieux renseignements à l'avenir, voir, avec de l'aide, retenir les drows plus loin, avant qu'ils n'arrivent en péninsule. Il fallait d'abord gagner encore un peu de temps

"Dites, moi, vous n'y allez pas par quatre chemin, vos ambitions sont clairement énoncées. Je suis honoré que vous soyez venu me voir mais permettez moi d'assouvir ma curiosité. Pourquoi m'avoir choisit ?"

La question était belle et bien réelle, il se demandait ce qui avait pu amener cet homme à venir le voir lui et lui demander de manière aussi franche son soutien pour une conquête ultérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeDim 17 Jan 2016 - 13:19

Satisfait de la vision d'ensemble qu'il avait eu du jeune noble ainsi que de son armée Kodratos avait risqué un va-tout en expliquant d'une seule traite ce qui l'amenait en ces froides terres. Il avait pris un énorme risque en annonçant que son prédécesseur avait laissé passer les Drows sur son territoire et omis d'en avertir les nobles du Nord. Et même s'il s'engageait à réparer cette erreur, en soutenant ouvertement la légitimité avérée, ou non, du De Clairssac il n'en restait pas mois que le Duché avait quelque peu trahi - même si alors aucune alliance ou accord n'avait été signé à cette époque.

Trempant ses lèvres de nouveau dans son verre Kodratos observa franchement l'homme qui lui faisait face. L'absence de réaction spontanée de la part du noble montrait qu'il était aussi réfléchi que le laissait entendre les rumeurs et autres rapports que le Duc avait pu se faire entendre de marchands et autres envoyés dans le Nord. Laissant le liquide bordeaux coulait dans sa gorge et réchauffait son ventre le nouveau monarque des Septmonts attendit calmement, un léger sourire sur les lèvres et le dos bien droit. Si il s'attendait que les négociations pouvaient autant échouer que réussir, il comptait quand même bien en tirer quelque chose. Ne serait ce qu'une neutralité bienveillante. Finalement le Baron répondit non point par une réponse mais une simple question. Pourquoi. Kodratos sourit intérieurement car cela voulait dire que l'homme était sincèrement intrigué par son offre, peut être même intéressé et souhaité y réfléchir tout en tirant quelques détails de plus.


"Le nom des Clairssac est connu même par ses voisins les plus éloignés. Je considère vos récents actes comme des preuves d'un souhait d'établir une certaine stabilité au sein d'un royaume pourtant bien divisé qu'est celui de la Péninsule. Votre intégrité, votre bravoure et votre clairvoyance sont d'autant d'intérêts pour qui souhaiterait établir des accords honnêtes et durables..."
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
Jérôme de Clairssac

Nombre de messages : 1113
Âge : 41
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeMar 19 Jan 2016 - 14:41

Jérôme ne connaissait pas les us et coutumes des terres éloignées. Il se demanda donc si l'aplomb et le franc parler de son interlocuteur était monnaie courant la bas ou s'il était à part. La moindre des choses que l'on pouvait dire, c'est qu'il venait de poser un dilemme au baron et pas des moindres. En effet, son offre ne pouvait clairement pas être refusé mais la péninsule était dans un piteux état et Etherna ne supporterait pas une nouvelle campagne aussitôt. Il lui faudrait d'abord remettre à flot la baronnie avant d'envisager de repartir en conquête et il devait avouer qu'il était las de la guerre après toutes les campagnes qu'il avait faite. Il se posa alors la question de savoir que faire de l'homme qui se tenait devant lui. D'autant plus que celui-ci venait d'expliquer que la réputation de Jérôme avait traversé les frontières de la péninsule et qu'il était connu pour ses haut fait d'arme jusqu'au duché des Septmonts, ce qui gonfla son orgueil et étonna le baron. De plus il était l'un des rares qui semblait avoir perçu les véritables intentions de Jérôme, ce qui n'était pas un mince affaire vu toutes les rumeurs qui courraient sur le jeune homme, allant de boute en guerre à seigneur de guerre avide de sang.

Une idée germa soudain dans la tête du baron, une qui pourrait faire d'une pierre, deux coups. En effet, il ne pensait pas que le marquis de Serramire lui avait entièrement pardonné, voir pas du tout et son dernier entretien avec lui, bien que s'étant bien terminé, lui laissait un doute. En lui menant l'homme, il s'offrirait une porte de sortie honorable tout en montrant au marquis qu'il œuvrait pour lui, amenant un renfort potentiel et un soutien ultérieur qui pourrait être d'importance pour l'avenir

"Je suis flatté d'apprendre que mon nom à franchit les frontières, je ne pensais pas que ma réputation s'était portée aussi loin que cela. Je suis également content de voir que vous avez compris mes intentions en amenant la guerre à mes voisins et que cela n'est, au final que pour le bien futur de notre race."

Il parla de race afin de ne pas exclure le duc en n'évoquant que la péninsule dans son oeuvre

"Malheureusement j'ai un soucis de taille qui m'empêche de répondre favorablement à votre requête. En effet, Etherna à bataillé à plusieurs reprises ces derniers temps, de Sainte-Berthilde pour sauver la marquise à maintenant, en passant par Serramire et Froissart pour purger le marquisat de sa décadence. La baronnie n'aura pas la possibilité de se permettre une nouvelle campagne, les ressources vont cruellement nous manquer, d'autant plus que celle en cours n'est pas terminée."

Après les mauvaises nouvelles, il fallait l'empêcher de repartir

"Par contre, si vous voulez bien me suivre, je peux sans nul doute vous introduire auprès du marquis de Serramire. Je ne sais pas s'il répondra favorablement à votre demande mais il a des ressources plus conséquentes que celle d'Etherna."

Il fallait battre le fer pendant qu'il était encore chaud, il se leva donc et invita le duc à le suivre sur le champ. Ils se présentèrent alors devant la tente du marquis ou Jérôme demanda une audience, expliquant la présence d'un renfort substanciel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeMer 20 Jan 2016 - 18:16

L'homme sembla apprécier les compliments, honnêtes bien qu'ampoulés, du Duc des Septmonts. Et ses réponses furent également appréciées par le monarque venu des terres orientales. Avec un léger sourire Kodratos acquiesça et leva avec politesse son verre à l'adresse du Baron. Un véritable toast aurait nécessité de tremper un morceau de pain dans le verre et faire tourner le vin jusqu'à l'intéressé, non sans boire une gorgée au passage, qui aurait alors du manger le dit morceau et finir le verre. Mais en toute simplicité le Duc se contenta de ce geste. Dans un camp de guerre le protocole était plus léger et souple et celui lui allait très bien.

Surtout que les projets du jeune homme et l'avenir de leur race - Kodratos avait fort apprécié d'être mis dans le lot concernant les véritables dessins de ces guerres - étaient également important pour la stabilité du Duché et surtout de ses futures conquêtes et sa légitimité. Peu surprenant le Baron repoussa en partie sa proposition. Sans surprise ses terres étaient ruinées et sa population sûrement mécontente et des impôts et de l'absence de son Seigneur. Cependant le Duc n'en avait pas terminé avec le jeune Baron qu'il tenait en haute estime de par sa réputation.

"Je puis aisément comprendre que vos finances soient au plus bas après de si terribles combats. Amener la paix en ce monde est des plus coûteux aussi bien en coeur, en morale qu'en monnaie sonnante et trébuchante. Cependant, si un accord commercial ainsi que des routes pouvaient s'ouvrir entre nos deux peuples pour vous aider à relancer votre économie cela serait un plaisir. Surtout si en contrepartie vous acceptiez de soutenir ma légitimité s'il devait y avoir un conflit en Naelis..."

Le Baron proposa cependant de l'annoncer au marquis en personne, bien que Kodratos resta en soi un homme d'un statut plus élevé, ce que le Duc apprécia grandement. Acceptant avec enthousiasme la proposition de l'homme et emboîtant son pas il commença à réfléchir à son prochain discours...
Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
Aymeric de Brochant

Nombre de messages : 714
Âge : 27
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeJeu 21 Jan 2016 - 12:11

Ce soir là, le marquis se trouvait attablé aux côtés de ses parents et de ses féaux, comme il en l'avait l'usage depuis le début de la campagne. On pouvait ainsi le retrouver devisant avec Evrard à sa droite, et Roland de Versmilia à sa gauche. Les fils de ce dernier causaient allègrement, parmi une coterie de jeunes gens que présidait l'héritier d'Outremont, Braan, et où le fils du marquis, Arnaud, tentait tant bien que mal de se glisser. Non loin, c'était d'autres petits seigneurs serramirois, ces messieurs de Clairséan, Carleon et Montvaux, qui bavardaient en bons voisins.

C'est sous cette tente honorablement remplie que fit bientôt irruption le valet fétiche du marquis, Jaljen, pour se diriger prestement au chevet de son maître. Avisant son vieux serviteur, celui-ci apprit bientôt que le Maréchal demandait audience, et amenait avec lui un invité de marque. Après que le factotum l'eut entretenu des menées des deux hommes, Aymeric ordonna qu'on les fit entrer.

Découvrir ainsi une pareille tablée dut assurément marquer les nouveaux-venus. La raideur subite, qui plus est, des convives lorsque fut annoncé le baron d'Etherna, ne pouvait être ignorée. Beaucoup encore parmi la société serramiroise tenaient rancœur contre Jérôme. C'est donc dans un silence pour le moins plutôt froid que pénétrèrent sous la grand'tente les deux invités. Bien vite, le marquis s'empressa de rompre ce calme gênant, s'adressant d'un ton chaleureux aux arrivants.

"Soyez les bienvenus, bons sires! Allons, prenez place! leur lança-t-il alors que deux valets apportaient des chaises de campagne. Nous dinions. La vue d’assiettes à moitié vides eut certaine informé les hommes de cet état de fait. Jaljen, fait porter à boire et à manger pour nos invités!"

Tandis que la valetaille s'exécutait, et une fois que les deux seigneurs furent confortablement installés - si tant est qu'un fauteuil de campagne puisse être confortable, le marquis, s'adressant au Duc des Septmonts, s'exprima d'une façon légère, quoique teintée de curiosité : "Doux sire, j'apprends avec votre arrivée ce soir la disgrâce de la maison de Clary. Vous me voyez ainsi fort heureux de savoir un prud'homme tel que vous remplacer le duc Ptolémée, qui nous a causé bien du soucis. En vérité, si Kodratos fut un homme honorable, le marquis l'ignorait tout bonnement. Un homme incapable de connaître sa place, si vous voulez mon avis. Cela doit venir de son sang." Evrard lui avait en effet conté comment, il y a plusieurs décennies de cela, les maisons Clary et Agyros avaient conspiré contre l'occupant drow, ce qui avait entrainé leur éviction de Thaar au profit des Palior. Aymeric, bien qu'il ignorait encore beaucoup de choses sur l'Estrévent, pouvait compter sur l'expérience de son cadet en la matière.

Cependant que l'on badinait ainsi, le duc et le maréchal se retrouvèrent bientôt à table, et Aymeric jugea alors bon d'entrer dans le vif du sujet : "On me rapporte, monsieur le Duc, que vous désireriez racheter la faute de votre prédécesseur, et nous rejoindre dans notre combat contre le drow. Ma foi! Voila qui m'enchante, si c'est votre souhait. Car c'est bien que ce vous voulez, n'est-ce pas ?"

Une lueur amusée passa sur le visage d'Evrard, quand il entendit son ainé reformuler à sa guise ce que le valet Jaljen lui avait transmis, pour n'en garder que ce qui l'intéressait.

Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
Jérôme de Clairssac

Nombre de messages : 1113
Âge : 41
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeVen 29 Jan 2016 - 14:57

Lorsqu'on les introduisit dans la tente du marquis, Jérôme ne fut pas surpris de le trouver à table avec ses vassaux vu l'heure qu'il était. Toutefois, il fut pris de court lorsque au lieu de donner une entrevue moins populeuse, on leur demanda de s'asseoir à table. Son entrée avait jeté un froid qui ne lui échappa pas et, alors qu'il s'asseyait, le baron ne manqua pas de croiser le regard de Vermilias, l'homme qu'il avait fait entrer dans sa famille et avec lequel il s'était si bien entendu et qui l'avait honni si rapidement sans même demander une explication. c'était triste que de voir querelle entre deux personnes qui s'étaient tant rapprochées. Jérôme ne désespérait pas, si l'avenir faisait que les choses se calment, de renouer de la même façon qu'il l'avait fait avec ceux d'Odélian, alors que l'affront était alors plus fort.

Une fois les deux nouveaux venus installés, le marquis ne manqua pas de prendre la parole et de s'adresser directement au duc sans prendre de gants. Vu les questions qui tombaient, Jérôme n'avait pas grand chose à faire que de rester à sa place et d'attendre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeDim 5 Juin 2016 - 11:41

Kodratos suivit le jeune Sir de Clairssac dans le camp, observant avec une curiosité non cachée les différentes tentes, troupes et autres patrouilles qui s'y trouvaient. Il régnait le désordre habituel d'un campement militaire, mais sans y ajouter de la désorganisation. Hochant la tête il nota pas la présence de mercenaires, ne savant même pas si l'armée en comportait. Il lui semblait que ces hommes et femmes de guerre étaient moins courants en Péninsule qu'en Estrévent et il comprenait parfaitement pourquoi. Le Grand-Duché était l'un des rares royaumes de l'Est à comporter une armée de métier, bien qu'utilisant souvent des mercenaires, et Kodratos connaissait parfaitement la qualité des soldats fidèles à leur nation. Dieux qu'il aimait cette idée, ce principe. Un peuple. Uni.

Il fut par la suite introduit dans la tente même du Marquis et il put observer son hôte. Il semblait être un typique représentant du Nord, un peu brusque, affichant un air plus brutal, moins raffiné que dans le Sud. Si Kodratos s'était senti à l'aise en la présence de Clairssac il eut plus de difficultés à évaluer de Brochant. Il semblait sensiblement du même âge que le Grand-Duc et dînait en compagnie de ses féaux comme il était de coutume en ces terres septentrionales. L'aspect de banquet à l'esprit léger ne plut guère à Kodratos qui aurait apprécié qu'il fut considéré comme un souverain, ce qu'il était bon sang ! Mais il n'en fit pas la remarque, si les hommes étaient des loups certains n'en restaient pas moins rustiques. Et puis la guerre avait dû usé l'étiquette jusqu'à la trame.

Le Grand-Duc écouta calmement la curiosité légère du Marquis. S'il était un peu rustre dans sa manière de s'adresser à lui, il était tout au moins au courant des évènements qui avait vu son ascension. Ils partageaient au moins leur aversion pour Ptolémée et ses terribles erreurs, qui avaient sans aucun doute conduit à sa perte étant donné que Kodratos avait ordonné sa disparition à la suite de l'"invasion" Drow du Nord... Cependant, il n'appréciait guère qu'on dénigre l'ancienne duchesse et son regard se durcit légèrement.

"Oh les De Clary n'étaient guère tous de grands philosophes, encore moins de fins politiciens. La seule qui a grâce à mes yeux est leur dernière duchesse, une délicieuse dame qui savait tenir les Drows à distance, protégeant ainsi le Nord d'une certaine façon..."

Bien maintenant il était temps de négocier...

"En effet ce rustre Ptolémée pensait pouvoir s'arranger avec le Drow. Mais il n'a pas compris que cette arrogante engeance de la boue ne méritait qu'une chose... Qu'on la passe par l'épée ! Je regrette profondément que leurs hordes aient ravagées vos terres, ainsi que le nord des Septmonts. Or mes hommes ne cherchent qu'à racheter leur honneur perdu en tolérant cette traîtrise des De Clary. Ainsi je me propose de vous soutenir financièrement, ainsi que militairement dans cette lutte contre les Sombres. De part votre aide et, qui sait, votre soutien je pourrais sécuriser les frontières orientales de la Péninsule et crée à vos côtés une véritable marche, un royaume humain tête de pont en Ithri'Vaan..."

Et c'était reparti...
Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
Aymeric de Brochant

Nombre de messages : 714
Âge : 27
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeDim 5 Juin 2016 - 12:25

Les déclarations de ce nouveau duc des Septmont avaient un arrière-goût d'amertume. Installé à la table du marquis, le nouveau venu avait fait profession de foi, assurant vouloir racheter les errances de son prédécesseur. Il n'en fallait guère plus pour flatter le marquis, qui se félicitait d'ors et déjà d'une bonne entente avec ce voisin estréventin, si celui-ci n'avait, in extremis, mentionné une couronne, et une aide mutuelle. Où ce chafouin voulait-il en venir ?

Voila ce à quoi pensait Aymeric, tandis que son commensal achevait de causer. L'Estrévent, avec sa longue histoire, et ses coutumes étranges, savait susciter l'intérêt des hommes ; chez les marquis, il appelait la méfiance. On ne se souvenait que trop bien de la trahison de Naelis, il y a des siècles de cela, qui avait valu au Royaume sa première invasion noirelfique, et la défaite de la bataille des Cendres. Les estréventins, au plus loin de Diantra, perdaient en fiabilité ce qu'ils gagnaient en exotisme. Au Nord de l'Olyia, on leur trouvait une parenté avec les seigneurs péninsulaires, et l'on tractait par conséquent avec eux ; au Sud et plus loin encore, c'est à peine si l'on considérait cette gent, constituée de sauvages zurthans ou de sybarites concupiscents.

Cependant, les réserves d'Aymeric ne pouvaient vaincre la horde drow, et quand bien même le doute nimbait Kodratos, et ses étranges prétentions royales, il était une force prête à rejoindre la lutte contre les puysards. Pour repousser ceux-ci, le marquis s'était déjà allié aux hommes de Naelis : il pouvait bien faire de même avec ceux du Septmont. "Soit! trancha Aymeric, je ne saurais refuser l'aide d'un homme repentant, et puisque vous souhaitez racheter l'honneur de votre pays, vous en aurez l'occasion en combattant à nos côtés. Puisque la chose est dite, parlons sans ambages : combien d'hommes avez vous amener avec vous ? Combien de chevaliers, de piétaille et de gens de traits ?"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeDim 5 Juin 2016 - 14:22

Kodratos avait décidé de parler sans ambages, dévoilant son projet sans se cacher. A quoi bon jouer avec finesse quand son adversaire allait droit au but ? Il avait décidé ainsi de laisser entrevoir son rêve. L'établissement d'un royaume humain en Estrévent, qui engloberait bien évidemment le Grand-Duché des Septmonts. Mais pour cela il lui fallait des soutiens. Et il pouvait bien évidemment en offrir en retour. Buvant une gorgée de vin après son discours, et posant enfin son dos sur le dossier du siège qui l'accueillait il sourit à son hôte.

Pendant un temps il crut que la réponse du marquis serait négative. Ce qui n'aurait rien eu de surprenant. Ses forces pouvaient repousser les Drows, si tant est qu'il acceptait qu'un fort Drow se crée dans le Nord. Et si la situation était à ce point dans une impasse c'était bien évidemment à cause du Duché, élevé au rang des Grands depuis, et il aurait été vengeance que de refuser de traiter avec son nouveau dirigeant. Mais De Brochant semblait plus juste et honorable que l'on aurait pu y croire, ou alors Kodratos n'était que trop habitué aux bassesses de l'Estrévent.

Mais finalement, à la surprise générale peut être ou tout du moins celle du Grand-Duc, il considéra comme le sujet fait et le marché conclu. S'il n'avait pas encore discuté du prix qu'il aurait à payer Kodratos ne s'inquiétait nullement. Ici se trouvait bien des témoins, dont De Clairssac, et si finalement le marquis se désavouer le Duché saurait aisément réclamer justice, par le sang si nécessaire. Sa Majesté d'Hanning pesa longuement sa réponse. Il pouvait aisément faire venir un millier d'hommes en ces froides terres. Peut être sept cents fantassins, une centaine de cavaliers et deux cents arbalétriers. Il pouvait également se permettre d'engager quelques compagnies de mercenaires, peut être deux cent hommes supplémentaires ainsi que des ingénieurs de guerre si cela s'avérait nécessaire. Il préférait laisser la majeure partie de son armée en tant que gardiens des Septmonts, surtout l'Est malgré la protection des Mazrouks.

"Bien ravi que cet échange se fasse Marquis... Je puis faire parvenir en quelques énnéades sept cent hommes d'armes, dont une centaine de Cataphractaires ainsi que mes propres officiers. Quatre cents archers et arbalétriers complèteront cette force, moitié des miens moitié de mercenaires sachant également manié l'épée. Si vous le pensez nécessaire je puis également faire parvenir certains de mes meilleurs servants d'artillerie. Puis je avoir un rapport de la situation actuelle ?"
Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
Aymeric de Brochant

Nombre de messages : 714
Âge : 27
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeDim 5 Juin 2016 - 17:45

Un millier d'homme, voila ce que celui qui prétendait à la royauté pouvait offrir pour chasser l'armée que les siens avaient laissé passer. À l'évidence, le nombre annoncé en déçut plus d'un, et l'on vit nombre des bannerets d'Aymeric se jeter des coups d’œil dubitatifs. La chose ne surprenait cependant guère le marquis ; son frère l'avait en effet instruit des mœurs estréventins quant à la guerre. La gent thaarie, et les hommes de l'Est pour la plupart, méprisaient la guerre, et payaient grassement des bandes de mercenaires pour la faire en leur nom. Ils étaient, en ce sens, semblables aux pleutres du Sud, dans leur dédain pour la noblesse d'épée.

Un doute subsistait cependant dans l'esprit du marquis. S'il était venu offrir son aide - dont les contreparties seraient assurément annoncées par la suite -, le duc des Septmonts semblait avoir laissé ses armes au pays. Désormais, il demandait au marquis son plan de bataille, sans même qu'il ne puisse le suivre, dépourvu d'hommes. Cette question singulière troublait Aymeric : et si l'estréventin ne faisait ici qu'un travail d'intelligence ? En se faisant passer pour un allié, Kodratos pouvait aisément, à son retour dans les Sepmont, prendre contact avec les drows du Doeb. Qui sait ? Peut-être était-il ici comme espion des puysards.

"Le drow s'est retranché dans Amblère, que nous allons assiéger et reprendre." lâcha par conséquent Aymeric, avare d'information.

La suspicion désormais confortablement installée, le marquis souhaitait sonder un peu plus son invité : "Pardonnez ma curiosité, doux sire, mais vous qui avez vu défiler sous vos yeux la horde puysarde, et savez le péril qui nous guète, pourquoi cependant n'avez vous pas accouru avec vos armées, dès lors que vous professez le souhait de racheter votre honneur ?"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeLun 6 Juin 2016 - 18:45

A l'annonce des hommes qu'il pouvait fournir Kodratos observa de nombreux regards échangés, certains méprisants et d'autres dubitatifs et il sentit une bouffée de colère montait en lui. Ne pouvaient ils se contenter de l'apport d'une force certes petite mais qui savait se battre contre les Drows, les repousser et les éradiquer ? Préféraient ils rester dans une impasse, les Sombres ravageant leurs terres au point qu'en seulement quelques années leurs coffres seraient exsangues ? Rustres du Nord ! Le Grand-Duc inspira profondément et ravala l'arrogance et la colère qui montaient en lui.

"Mes hommes savent parfaitement combattre les Sombres, comment les repousser ainsi que leurs techniques de guerre."

Le marquis, jusqu'alors chaleureux, se montra soudainement suspicieux et lâcha d'un ton badin mais presque renfrogné que l'ennemi s'était retranché. Kodratos fronça les sourcils, un siège ne serait pas de tout repos. Mais il n'eut pas le temps de faire part de sa pensée qu'une insulte insidieuse fusa dans la pièce. Le Grand-Duc se figea instantanément et décrocha un regard plein de venin au marquis. Comment osait-il mettre en doute sa réputation, alors qu'il ne se trouvait qu'avec quelques hommes, et malgré le fait qu'il eut pu laisser les Drows établir une tête de pont dans une terre qui ne le concernait guère.

"Marquis, je ne vous permets de remettre en question mon honneur. Si il m'avait eu l'idée de saigner le Nord j'aurais fait en sorte que mes frontières restent ouvertes aux Drows, peut être même certains de mes éclaireurs les auraient suivi. Or cela n'est pas le cas. Je pourrais également couper leur retraite si vous parvenez à les déloger sans vous ruinez... Et les laisser ainsi refluer sur vos forces exsangues. Ainsi avant oser de telles insinuations prenez la situation d'un regard plus neutre. Je puis comprendre votre rancoeur envers l'ancien Duc, mais je ne suis pas cet homme sinon je ne me trouverais guère à votre table en ce jour. Concernant l'établissement Drow je puis faire venir des maîtres ingénieurs nains de Thaar pour vous prêter main forte en plus de mes hommes. De part ma présence ici ainsi que ma proposition de soutien je considère l'honneur du Duché des Septmont comme restauré. C'est à prendre ou à laisser concernant mon armée."

Kodratos regarda droit le seigneur des lieux dans les yeux, n'attendant qu'une chose : un dénouement à cette conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
Aymeric de Brochant

Nombre de messages : 714
Âge : 27
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeSam 11 Juin 2016 - 22:49

Le duc des Sepmont était un curieux animal. Venu proposer son aide - à l'évidence, pour en tirer quelque retour -, voila qu'il se froissait dès qu'on l'interrogeait un peu. L'homme était-il profondément chatouilleux de l'honneur, à l'instar de ces spadassins tirant le fer pour un mot de trop ? Ou bien le souvenir de son prédécesseur pesait-il encore trop sur sa conscience, pour qu'il voulut en effacer les incuries à chaque phrase ? Kodratos devrait pourtant s'y faire : le précédent duc des Sepmont avait été un ennemi du royaume, voire même des hommes tout entiers, et nombreux seraient ceux à le lui rappeler.

Pour autant, la défense du duc, si indignée qu'elle fut, demeurait déconcertante. L'homme s'échinait à sauver son honneur, en alléguant qu'il aurait pu faire bien pire encore. Singulière plaidoirie, qui vantait l'inconstance estréventine, rappelant au bon souvenir d'Aymeric la trahison des Sepmont tout en voulant la dénoncer. Comprit-il la précarité de son argumentaire ? Juste après avoir menacé, Kodratos se montrait cajoleur, offrant des nains, des hommes, et, probablement satisfait de son offre, estimait sa faute rachetée. Ignorait-il seulement qu'il ne lui appartenait pas d'en décider ? Plusieurs s'ébaudissaient devant les manières bien cavalières de l'estréventin, et bien vite, une rumeur parcourut l'assemblée. Levant la main, Aymeric fit taire le bruit, avant de prendre la parole.

"Cher ami, je vous suis reconnaissant de votre offre. Toutefois, je ne saurais l'accepter sans avoir consulté les miens, car leurs avis, tant à la guerre qu'en amitiés, m'est précieux. Allons, doux sires! Dois-je donner mon accord au duc des Sepmonts ? Ses hommes sont familiers du drow, ils les ont longtemps affronté, et les ont parfois vaincu.
- Ils les ont bien peu affronté, et ont souvent couru" lâcha Evrard, le frère du marquis, suscitant quelques rires ça et là.
"La paix! Quelqu'un a-t-il autre chose à dire ?
- Nous venons de remporter une éclatante victoire, mon oncle, et le drow s'est terré dans Amblère. La Péninsule n'a vue plus grande armée rassemblée depuis des années, et il ne fait aucun doute que nous allons bouter l'envahisseur bien vite. Que nous chaut d'ingénieurs nains ? Quelques échelles nous suffiront à chasser l'ennemi!
- Sire, Nestor a bien parlé! Le temps qu'il s'en aille et revienne avec ses troupes, le duc n'arrivera que pour contempler notre victoire.
- Et voler notre butin.
- Et manger nos vivres! Il nous faudra encore marcher sur Oesgard, après cela.
Là, Là. J'en ai assez entendu, interrompit le marquis, mettant fin à cet hallali verbal pour réfléchir un instant. Cher ami, monsieur le duc, puisque vous même l'avez suggéré, et attendu que mes féaux y souscrivent pleinement, je vous confie la tâche d'aller battre l'Aduram, pour y traquer les puysards qui fuiront l'Oesgardie. La chose me semble être à votre portée ; acquittez vous de cette mission, et sur mon honneur, je puis vous assurer que l'on ne vous tiendra plus rigueur, en Serramire, pour les agissements de l'ancien Duc. Là, voila qui est dit!"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeDim 12 Juin 2016 - 8:50

Imbéciles... Rustres dégénérés souillés du sang des sauvages des Wandres... Puissiez vous avoir la botte écrasée par vos voisins du Sud, vous ne méritez même pas que vous alliez nourrir la terre de vos ancêtres. Telle était la teneur des pensées de Kodratos qui sentait la colère montait peu à peu en lui tandis qu'il se faisait littéralement tailler par les vassaux, rien que des insectes attirés par la lumière impure du marquis, du seigneur des lieux. Kodratos n'avait que mépris pour ces hommes du Nord, barbares se croyant civilisés. Il n'y eut cette insulte à son honneur et le fait que ce fut les Noirs Elfes qui empêchaient le Grand-Duc de tourner les talons. Le seigneur protecteur d'Hanning resta cependant de marbre, serrant d'une poigne de fer son couteau, rêvant de l'enfoncer au plus profond de l'oeil du rustre ayant insulté ses hommes.

"Mes hommes courent peut être mais nos terres ne sont pas pillées par quelques bandes de pillards Drows... Quand nous battons ce sont des Osts d'Elda point de vulgaires brigands. Quelle tristesse pour vos hommes... Seul le Seigneur de Clairssac semble être un véritable homme du Nord à cette table. Peut être la bravoure se trouve t'elle en Etherna."

Le Grand-Duc reporta son attention sur le marquis, le regard presque arrogant, sourire en coin. L'homme se délectait donc de sa cour, peut être se voyait il comme un roitelet incarnant le Soleil ? Il n'était guère plus qu'un homme des Marches qui ne connaîtraient jamais que la guerre et l'infamie peu importe ses victoires. La preuve était que le Nord n'était que guerres, désolations et autres trahisons. Le jour où Serramire garderait son seigneur plus de vingt ans serait une victoire en elle même.

"Quel désir aurais je à voler votre butin ? Les "richesses" du Nord n'ont rien à m'apporter et concernant les vivres, les greniers des Septmont suffisent amplement à gérer l'approvisionnement de mes hommes. Je vous prie encore de savoir pardonner au Grand-Duché, qui condamne fermement les actions de Ptolémée De Clary. Mes hommes se trouveront en l'Aduram et tueront chaque traître Drow qui s'y trouveront."

En réalité Kodratos ne posterait qu'une garnison substantielle à l'orée des bois et ordonnerait quelques expéditions punitives contre les campements Drows qui se trouveraient en place. Les sous-bois seraient ainsi sécurisés et les bandits n'attaqueraient plus les bûcherons de son peuple qui s'y trouveraient. Kodratos sourit au marquis, attendant.


Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
Aymeric de Brochant

Nombre de messages : 714
Âge : 27
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeSam 25 Juin 2016 - 17:41

Le bon duc Kodratos pouvait s'estimer fort chanceux. S'il était malavisé de provoquer un seigneur sous sa propre tente, remettre en cause l'honneur d'un nordien relevait quant à lui d'une folie certaine. Au mieux, on récoltait l'insulte, l'esclandre, au pire, le duel. Quand l'estréventin serina ses outrages à l'assemblée, nombre de regards se tournèrent vers le marquis, avides de son accord. Qu'Aymeric donne le mot, et ce seraient douze preux qui se relayeraient pour rosser le duc des Sepmont, lui ôter son sourire fat, et lui couper cette main qu'il maintenait sur son poignard, fier comme un coq.

Le marquis, cependant, s'était résolu de ne pas envenimer plus encore ses relations avec l'estrévent, quand bien même son duc le plus septentrionnal semblait être un affront sur pattes. La venue en Péninsule d'un ost drow au complet signifiait cela : les puysards circulaient librement en deçà de l'Adurie, n'éprouvant nulle résistance estréventine qui soit. Il eut été sot que le marquis rejetât la compagnie de l'homme qui entendait changer cette pratique - cet homme fut-il un matamore de basse extraction, rare par le ridicule.

"Fort bien, monsieur le Duc. Je consentirais à vous pardonner les errances de votre ancien seigneur, lorsque vous vous serez acquitté de votre tâche, et aurez purgé l'Adurie du drow. Rassurez vous : nous saurons nous souvenir, dans le Nord, des paroles professées céans. Je tâcherais seulement d'oublier les quelques mots hasardeux que avez tenu ici, gageant qu'elles n'étaient que le fruit de votre emportement. Il est vrai que les estréventins, à l'instar de nos sybarites saoltariis, ont le sang chaud et sont prompt à l'abandon."

Le double sens ne manquerait pas de saisir le duc, s'il était aussi fin que l'on disait les hommes d'Estrévent. Derrière l'encouragement se cachait ainsi une mise en garde : Aymeric n'entendait pas oublier les allégations du duc, et à l'aide demandée par ce dernier, il mettait dans la balance l'exécution des tâches données aux Septmont. Voila qui empêcherait l'homme de mettre mollement - qualificatif ô combien estréventin - à l'ouvrage, pour revendiquer ensuite hautement le pardon acquis.

"Allez maintenant en paix. Que les Cinq vous gardent, dans votre futur grand combat contre les fuyards du Puy."

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitimeDim 26 Juin 2016 - 16:10

Comme il s'y attendait les hommes du marquis se tournèrent vers leur maître, telle une meute de chiens demandant un morceau de viande crue. Kodratos savait qu'il n'avait pas soumis le noble à des insultes assez importantes pour qu'il ne soit obligé de le provoquer en duel, puis s'il venait à perdre chaque de ses barons. Ou peut être eux avant lui. Couardise compréhensible on ne risquait pas la vie d'un dirigeant. Si le pari avait été risqué Kodratos savait que le marquis ne pouvait se permettre de se mettre le Duché à dos. Même si son armée était médiocre comparée à celles du Nord, Kodraots ne pouvait aligner en puisant dans ses fonds que quelques milliers d'hommes, et malgré en grande partie des mercenaires. Cependant, ce que le Nord avait en puissance militaire les Septmont avait l'avantage de la puissance économique. Les marchandises pouvaient être aisément en partie bloquées - surtout celle passant par Hanning - mais surtout il aurait été regrettable que de nouveaux osts Drows eut à passer la frontière alors que le Sud lorgnait déjà sur les terres du Nord.

"N'oubliez pas que vos hommes ont porté ses mêmes mots hasardeux à leurs lèvres. Il est des manières de parler à un invité d'un range supérieur aux leurs qu'un maître ne saurait supporter. Mais je comprends votre tolérance, le Nord est connu pour sa... largesse d'esprit. L'esprit des miens restera clair et aussi aiguisé que les armes de nos troupes pour traquer le Drow. Puissiez vous réussir à les repousser vers l'Aduram où ils seront taillés en pièces. Adieu Marquis."

Kodratos se leva et tourna les talons, faisant claquer sa cape sur son sillage. L'homme ne comptait pas respecter son rang équivalent à celui d'un souverain ? Soit. Le Duc ne manquerait pas de se rappeler de l'inculture qui sévissait dans cette région. Si ses effectifs seraient renforcés par quelques troupes de mercenaires et quelques expéditions menées dans l'Aduram l'armée des Septmont n'irait guère plus loin dans sa quête de rédemption. Cela suffirait ou alors le Nord insulterait un nouvel homme dans ce bas monde, et vu le nombre de ses ennemis cela ne changerait point grand chose. Kodratos retrouva bien vite ses soldats et regarda le Sir de Clairssac qui l'avait raccompagné et siffla entre ses dents.

"Un homme de votre stature ne devrait servir un chien comme cet homme. Si un jour vous voyez en besoin d'aide pour échapper à sa sottise venez en Septmonts, nous saurons trouver un arrangement entre hommes civilisés. Bien à vous Messire."

Et le Duc claqua des talons, accompagné de sa garde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'art de la Guerre réside en... Empty
MessageSujet: Re: L'art de la Guerre réside en...   L'art de la Guerre réside en... I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
L'art de la Guerre réside en...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Guerre des Clan - Thelegend - Partenariat ? # Besoin de Membres.
» Besoin d'aide pour mon chariot de guerre.
» Ministre de la justice René Magloire en guerre contre les traficants de drogue
» La guerre des xénos
» L’alimentation en temps de guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Serramire :: Baronnie d'Oësgard-
Sauter vers: