AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conférence des barons en vue de la dissolution des terres royales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niklaus d'Altenberg
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 456
Âge : 29
Date d'inscription : 20/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Conférence des barons en vue de la dissolution des terres royales   Lun 18 Jan 2016 - 21:09



Conférence des anciens barons
en vue de la dissolution
des terres royales







Oglicos de la 5ième ennéade de Verimios de la 8ème année du 11ème cycle



Suite à ce message aux barons existants encore dans les terres royales, une assemblée est convoquée à Vallancourt.
Revenir en haut Aller en bas
Niklaus d'Altenberg
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 456
Âge : 29
Date d'inscription : 20/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Conférence des barons en vue de la dissolution des terres royales   Lun 18 Jan 2016 - 21:11




Discours de Niklaus d'Altenberg à l'assemblée :


Mes chers amis,

Nous sommes réunis aujourd’hui pour discuter de la manière dont nous allons nous organiser de manière à faire peser notre voix et nos domaines face à des grands ensembles. J’ai convoqué la première Diète Fondatrice de la Ligue à Diantra, et les représentant des grands ensembles y seront bientôt. A nous de faire en sorte de ne pas arriver en ordre dispersé.

Encouragé par quelques-uns d’entre vous à me présenter à votre suffrage pour nous représenter, je me suis adressé à quelques uns d’entre vous. J’ai fait le bilan de  ces discussions. Soyons factuels. Hélas ! l’un trouve mes allégeances trop oligarchique et pas assez monarchique, l'autre l’invese. Un autre rejette mes opinions sur les liens entre propriété et féodalité, celui-ci mes répugnances envers une alliance sudiste, qui mes convictions concernant les meilleures méthodes pour assurer une bonne marche de nos productions, qui mes vues de réformes concernant la mise en place d’une Ligue.

Ceci prouve, sans aucun doute possible, que la meilleure stratégique possible pour un candidat visant à représenter et guider cet agrégats de terres autrefois appelées terres royales est de cacher ses opinions à votre vue. Ou bien, encore plus lâchement, de ne point avoir d’idée à vous soumettre et de vous expliquer un banal point de vue consistant à promettre des choses inconsistantes. Cet hypothétique guide vous expliquera qu’il souhaitera pour chacun d’entre vous la plus grande des libertés sans aucune restriction, il vous proposera une paix sans faille sans autorité, une économie fleurissante sans changements dans nos façon de faire.

Je n’aspire aucunement à me présenter à vous sans exposer sincèrement mes pensées et sans que vous sachiez à quoi vous en tenir. Mon mandat de baron était le même que le vôtre, et à ce titre je n’ai pas plus de droit que vous à concourir à être notre maitre. Je n’aspire nullement à suspendre les mandats que vous avez, et par conséquent je cherche à vous faire comprendre ma pensée pour que vous puissiez, ou non, y souscrire.

J’ai vu et j’ai discuté avec de nombreuses personnes au cours des dernières énnéades. J’ai participé à un nombre incalculable d’échanges, de débats et de négociations, et je crois pouvoir affirmer que personne n’est satisfait de la paix que nous avons négocié à Waldhouse, à plus forte raison depuis que nous avons déterminé avec certitude que l’homme que nous pensions être choisi par les Dieux ne l’est en fait pas, preuve en est de sa maladie. Je crois également pouvoir dire que personne ne peut être totalement satisfait de son action, moi le premier.

Jusqu’à présent les seuls monarchistes de droit divins ont eu l’avantage dans les négociations, ils y ont régné, ils ont voulu gouverner. Mais nous sentons tous, quoi qu’avec un peu de confusion, que ces gens risquent de perdre le pays, et de se perdre eux-mêmes. Certains ont pu croire qu’ils représentaient la pensée majoritaire de l’aristocratie. Mais nous sentons tous qu’il s’agit d’un mensonge notoire et notre protestation les importune. Ce règne du conservatisme monarchique a montré son échec dans les premières demandes de celui qui voulu être notre roi. A peine un compromis trouvé qu’une nouvelle et riche couronne, véritable ruine et objet aussi symbolique qu’illusoire, devait être forgée. Nous voyons bien qu’avec une politique toute entière tournée vers l’accaparement des pouvoirs par l’office royal, les impôts s'accroîtront d’année en année, d’abord dans la remise en place d’une cour, ensuite dans la construction d’une administration et une armée concurrente de celles des grands ensembles féodaux du royaume, pour que le roi puisse à nouveau tutoyer ses ducs. Mais lorsque le présent est oublié et que seul l’avenir est engagé pour le bien d’une seule personne, il va de soit que nous nous retrouverons à la première éventualité sans ressources, et nous n’ignorons rien du fait que l’embarras de nos finances a toujours été synonyme de révolte.

Nous ne pouvons nier que la régence fut un échec, et l’exemple le plus criant d’une royauté gouvernant les hommes par ses mauvaises passions, et que la corruption politique a pénétré à ce moment là encore plus profondément toutes les veines du système d’administration royal. Certains se demandent quelles pourraient être les conséquences d’une nouvelle addition d’un gouvernement royal incompétent et jaloux de son pouvoir. Chacun doit se poser la question de ce qui pourrait advenir d’un pays où l’immoralité a remplacé l’honneur et ou l’acte politique et devenu un objet de mépris, de dérision et d’intérêts particuliers.

Par ailleurs nous avons entendu beaucoup de choses des personnes visant à rétablir un ordre monarchique dans notre pays. Nous avons entendu des menaces, les menaces de personnes ne pouvant établir pour nous une nouvelle forme de décision. Une nouvelle forme de réflexion. Mais la fin de la monarchie ne sera pas le règne de la folie destructrice des hommes, ni la fin de la société. Ces gens cherchent à nous convaincre que cette opportunité est impossible car elle nous n’avons plus le souvenir d’un autre mode de fonctionnement. Mais une chose ne peut être considérée comme fausse parce qu’elle n’a jamais été vue par le passé. Cette opposition à des réformes profondes de notre fonctionnement, que propose-t-elle ? Que demande-t-elle ? Quel est son principe ? Quel est sa proposition pour l’avenir ?

Nul  ne le sait. Paraîtrait-il que ce monarque parfait aurait pour rôle naturel de veiller au dépôt sacré de la paix et de la justice. Mais la réalité, nous l’avons vu, et elle est toute autre. L’accumulation des pouvoir royaux ne respire que guerres, prépondérance d’une personne sur toutes les autres, elle déserte la sagesse des hommes proches de leur territoire, et préfère à des échanges raisonnés les ordres arbitraires d’un homme ou d’une femme qui, seule dans sa tour d’argent, connaîtrait mieux que quiconque le sort et le destin de son peuple.

Cette ardeur conquérante de la monarchie, qui veut assurer ses terres en les étendant, nous l’avons vu par le passé, et nous le reverrons dans le futur. Si nous décidons d’un roi maintenant, dans dix ans nous seront en guerre contre les territoires du nord pour les mettre au pas. Dans vingt ans nous seront en guerre contre le royaume du Soltaar pour le ramener dans le giron de “notre” couronne. Dans trente ans, si les Dieux le veulent et s’il reste encore des humains sur cette terre, nous marcherons pour la gloire de notre roi contre les autres races de ce continent.

Voilà la destinée funeste que nous réserve une monarchie. Car un pouvoir absolu ne peut accepter que d’autres le contestent, d’abord en interne, ensuite en externe. Les barons et les ducs de ce royaume seront promptement écrasés pour céder la place aux proches de la couronne.



Je ne veux pas de ce spectacle ! Nous avons déjà vécu trop d’horreur, accepté trop de vices, vu trop d’injustices pour accepter que les choses somnolent comme elles ont toujours somnolées. Nous sommes les mieux à même de régler les problèmes de nos terres, et la voix des hommes qui se sont placés à tous les niveaux de l’aristocratie doit être le moteur de notre politique.

Dans quelques jours je soumettrai un projet de Ligue Péninsulaire aux puissants qui ont jusqu’à présent accepté de négocier pour la réforme de notre royaume et de nos terres. Nous pensons vous avoir tous déjà convaincus, au cours de ces dernières énnéades, moi et Romeus, de la nécessité de cette Ligue à laquelle les grands donneront sans aucun doute leur concours.

Reste à asseoir à la table des grands une de nos personnes pour qu’elle nous y représente et pour qu’elle assume la direction de nos terres à son plus haut niveau, et à ce niveau seul. Nous représentons communément une part non négligeable de l’ancien royaume et devons nous organiser pour pouvoir obtenir une place aux plus hautes fonctions de cette future Ligue.

Vous m’avez jusqu’à présent fait l’honneur de votre confiance comme diplomate et comme orchestrateur de nos futurs droits. Je vous demande humblement de poursuivre cette confiance et m’accordant votre fidélité et votre suffrage pour former un duché à part entière à partir de nos terres.

Pardonnez-moi la longueur et la forme inusitée de ce discours. Si vous m’accordez votre confiance, j’en serai profondément honoré. Si vous les reportez sur un autre, je servirai notre cause dans une sphère moins élevée et plus proportionnée à mes forces.
Revenir en haut Aller en bas
Niklaus d'Altenberg
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 456
Âge : 29
Date d'inscription : 20/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Conférence des barons en vue de la dissolution des terres royales   Mer 20 Jan 2016 - 18:47





Nous, anciens barons des terres royales, en l’absence d’une Couronne pour notre royaume, nous sommes réunis en ce jour concernant nos terres et leur avenir.

Sachez que, eu égards aux Dieux et pour le salut de nos âmes :

1. D’abord, nous avons accepté le présent document, sous le regard de nos pairs et de nos Dieux, pour nous et pour nos sujets; et nous voulons que ce dernier soit observé dans les discussions de l’assemblée de Diantra comme l’expression commune de nos volontés. Cet acte est un acte libre de nos volontés et ayant pour but de servir la cause de nos domaines, de nos familles et de nos sujets. Nous observons que cette liberté de choix et de parole que nous avons doit être respectée et doit être respectée pour nos héritiers.

2. Ensuite nous avons convenu que eut égard des services que nous avons rendus à la Couronne et à nos domaines, et eut égard de la situation actuelle, où personne ne peut se prévaloir d’être l’héritier d’un système voué à la disparition, sommes les mieux disposés pour assumer la charge d’administration de ces terres que nous avons gouvernés depuis notre nomination.

3. Qu’encore nous nous voyons comme les gardiens de ces terres que nous refusons comme fief d’une puissance extérieure.

4. Qu’enfin nous souhaitons la paix et le retour à un juste équilibre du pouvoir dans nos terres et que par conséquent nous souscrivons aux travaux menés en ce sens par Messire Niklaus d’Altenberg. A ce titre nous lui donnons notre aval pour faire délégation de nos doléances et représenter nos intérêts lors des discussions de la première Diète, ceci sans se prévaloir de l’organisation future de nos terres.

Donné de nos mains, en présence des témoins désignés dans le chateau de Vallancourt, Arcamenel de la 5ième ennéade de Verimios de la 8ème année du 11ème cycle
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conférence des barons en vue de la dissolution des terres royales   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conférence des barons en vue de la dissolution des terres royales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Flash! Flash! Dissolution du Conseil Electoral Provisoire
» Procédure d’annulation et de dissolution
» Ninjutsu Yôton : art de la lave ou de la dissolution (Doton + Katon)
» l'auto-dissolution du parlement haïtien : A l'impossible nul n'est tenu
» Palestine: Chronique d'un crime de guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Terres royales :: Baronnie de Vallancourt-
Sauter vers: