AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Lun 18 Jan 2016 - 22:07


Avec un sourire mi ennuyé, mi fasciné, elle reposa précautionneusement sa nouvelle armure auprès de la lame que lui avait offert le Toer Tamindal. Les porter pour de simples entraînement paraissait presque blasphématoire, mais il fallait au moins cela pour être sûr de les maîtriser à la perfection.

Depuis leur retour d'Eteniril, Halya sentait le temps filer entre ses doigts sur tous les points de vue. Les préparations de la reprise avançaient bien, le Haut Conseil approchait à grand pas, les Limiers envoyé faire passé la nouvelle dans les Noss avaient été rassemblés et envoyés progressivement en Eraison, laissant seulement une garnison minimale à Ardamir pour protéger les citadins contres les créatures d'Anaëh. Tout se mettait en mouvement sans le bon sens. S'en était si rare que cela devenait presque inquiétant.

Elle-même avait continuer ses bonnes résolutions et s'entraînait chaque jour en plus de ses devoirs habituels avec deux Limiers dévolus à sa protection depuis l'attaque de Voronwë ; Killen n'ayant pas voulu en démordre... Randil couraient de plus en plus souvent seul, au point qu'elle en culpabilisait, mais elle ne pouvait pas laisser ses autres affaire en suspend pour batifoler dans les bois. Même Fenris était tout à fait rétabli à présent. Si elle était heureuse de le voir enfin remis de cette aventure, après leur escapade à l'autre bout d'Anaëh durant laquelle ils n'avaient pas pu se voire autant qu'ils l'auraient voulus, le temps passé ensemble se comptait en jour... et arrivait déjà à son terme. Un terme provisoire espérait-elle de tout son cœur.

Les rayons du soleil tombaient encore tout juste à travers les feuillages, lançant quelques rares tâches cuivrées jusqu'au sol et illuminant les cours cheveux roux de la protectrice alors qu'elle passait la grande baie vitrée pour pénétrer dans les jardins. Les journées étaient toujours courte dans cette Cité, mais elle aurait aimé que celle là dure un peu plus longtemps. Juste un peu plus.

Le cœur aux bords des lèvres, elle s'était jurée qu'elle ne se laisserait pas aller. Pas question de transformer cela en adieux. Ils avaient juste tout deux des devoirs et une vie. Leur peuple comptait sur eux de façon différente et ni l'un ni l'autre n'avait le droit de se dérober. Quelques ennéades ce n'était rien. S'il n'y avait les combats, elle aurait pu le prendre tout à fait sereinement. Mais voilà... Ils ne risquaient pas de disparaître de si tôt ces fameux combats.

Entre le Haut Conseil et la contre-offensive, elle ne savait pas ce qu'elle allait faire et être, ne serait-ce que deux ennéades plus tard. Si déjà les deux Noss qui avaient jurer de participer à sa Protection ne tuaient personne, on pourrait déjà dire que les choses se passeraient plutôt bien.

A pas lents, Halya errait dans les jardins au côté de Randil, jouant à demi avec lui. Elle ne voulait pas se presser. Si déjà elle se précipitait pour arriver sur les lieux, elle était sûre que l'entrevue serait tout sauf sereine. Alors pour arriver à l'endroit où ils avaient toujours l'habitude de se retrouver, elle multipliait les détours.

L'été semblait s'être durablement installé. Les fleures embaumaient ou commençaient déjà à baisser la tête. Dans quelques ennéades, les fruits apparaîtraient. Malgré l'ombre constante qu'offrait les branchages et la brise qui semblait tout aussi éternelle dans les Hauteurs, une douce chaleur avait pris possession des lieux. Au prochain tournant, elle apercevrait la tonnelle végétale.

Randil se laissait dorloter et pour l'heure, elle sentait qu'il tentait de la réconforter, mais elle voyait bien jour après jour, son langage corporel crier son agacement devant les refus de sa sœur de meute. Depuis combien de jours n'était-elle pas sortie de la Cité rien qu'avec lui ? Elle soupira en redoublant de caresses sur l'énorme tête qui arrivait presque à la hauteur de la sienne.

« Désolée, tu ne devrais pas avoir à pâtir de tout cela. Mais ça se calmera vite. Tu verras. »

Oui... Elle espérait sincèrement que cela se calmerait vite, que cette contre-attaque serait nette et sans bavure. Que tous les soldats envoyés au Front rentreraient chez eux... Mais ça ne serait pas le cas... Enfin. Aucune guerre ne se gagnait sans sacrifice. Et pour l'heure, elle avait encore un peu de temps. Ne restait plus qu'à retrouver Fenris.  

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Mar 19 Jan 2016 - 11:29

Pour une fois, Fenris avait l'impression que le temps était passé trop vite. Ce sentiment était né le jour où il avait enfin ouvert son cœur à la Protectrice. Depuis, il lui semblait que les moments passés en sa compagnie étaient trop peu nombreux et bien trop courts. A l'inverse, il lui fallait absolument s'occuper entre chaque rencontre car le temps était comme figé à chaque fois qu'elle quittait son champ de vision.

Fort heureusement, le cavalier avait retrouvé toutes les capacités et donc reprendre ses entraînements. Cela lui faisait une occasion de plus de passer du temps avec Halie. Tous deux s'étaient remis de leurs blessures et devaient se préparer à reprendre les armes pour reprendre Eraison. Bien que loin d'être malhabile, Fenris, bien plus jeune et bien moins expérimenté que son amie, apprit quelques petits tours lors de ces séances. La défaite ne le gênait en rien, sa soif de savoir étant bien plus forte. Il savait également reconnaître les limites de ses capacités et avait à cœur de se perfectionner comme tout elfe qui se respecte.
Inysiëis n'était pas mécontente non plus. Alors que quelques ennéades auparavant son jeune cavalier ne pouvait que l'emmener en forêt pour la lâcher en liberté quelques heures, il pouvait à présent la monter de nouveau et galoper avec elle entre les arbres des heures durant. Fenris ayant perdu un peu en musculature, les premiers jours furent douloureux mais le bonheur de retrouver son amie équidé primait sur son mal. Une fois, son chemin croisa celui de Randil et, à sa grande surprise, celui-ci le suivit. Le cadet des Nöldorion n'eut pas de mal à comprendre qu'il cherchait un peu de compagnie, sa maîtresse étant trop occupée ces derniers temps pour sortir avec lui. Par la suite, l'animal s'accompagna à plusieurs reprises, guettant le moment où Fenris allait chercher sa selle pour sa sortie quotidienne. Ils firent quelques courses entre les arbres et rares furent les fois où la jument gagna. Il fallait avouer que le canidé était taillé pour la prédation et que la vitesse était l'un de ses plus gros points forts.

Mais tout ceci n'occupait pas toute sa journée hélas. Le reste du temps, le jeune elfe correspondait avec ses parents, ses frères et ses amis. Il lisait également quelques livres traitant de divers sujets, mettant sur le haut de la pile ceux qui lui seraient utiles dans le contexte actuel et à venir. Parfois, il lui arrivait également de travailler un peu sa magie. Pour cela, il s'isolait sur le terrain d'entraînement afin d'être sûr de ne blesser personne.
Mais, malgré tout cela, ses yeux se portaient souvent vers le soleil, guettant l'heure où il pourrait se rendre au lieu de rendez-vous avec Halie.

Ce jour-là, Fenris était déjà sous la tonnelle. Un livre à la main, il essayait une fois de plus de faire passer le temps alors qu'il n'avait pu résister à l'envie d'aller à la rencontre de celle pour qui son cœur battait de plus en plus fort. Il lui avait fallu beaucoup de temps pour réussir à se plonger suffisamment dans sa lecture pour que les rayons du jour baissent sans qu'il ne s'en rende compte.
Mais, alors qu'il était pris dans les lignes de son livre, il leva subitement les yeux et aperçut l'objet de ses pensées qui avançait dans sa direction. Qu'est-ce qui avait attiré son attention ? Une odeur ? Un bruit ? Une intuition ? Il ne le savait pas vraiment et celui lui était égal. Elle était là et c'était tout ce qui comptait.

Lui adressant un sourire ravi, il ferma son livre, le posa à côté de lui et se leva pour l'accueillir. Alors qu'elle arrivait à sa hauteur, Fenris comprit qu'elle était tourmentée. Elle faisait mine de rien (pour ne pas gâcher ce moment sans doute) mais il la connaissait déjà suffisamment pour le savoir.
Oui, ce soir était leur dernier avant un long moment. A l'aube, le cavalier reprendrait sa monture et prendrait la direction du front. Quelques soldats étaient en ville pour faire route avec lui. Certains étaient en permission, d'autres avaient été dépêchés pour l'occasion. Toujours était-il qu'on ne les laissait pas faire route vers le front seuls par les temps qui courraient. Fenris n'avait pas encore fait son paquetage mais il savait qu'il aurait beaucoup de mal à trouver le sommeil. Il s'était donc garder cette tâche pour occuper sa nuit.

Le jeune Nöldorion ne prononça pas un mot. C'était inutile. Inutile aussi de parler de demain. Halie avait probablement besoin de penser à autre chose pour profiter de cette dernière soirée ensemble. Si elle émettait le souhait d'en parler, il l'écouterait, mais il attendrait son signe.
Le sourire de Fenris se fit doux et rassurant. Tendrement, il lui prit la main et plongea son regard dans le sien.

-Tu es prête ?

L'expression de l'elfe se fit amusée et mystérieuse. Il lui avait préparé une petite surprise et avait décidé de ne pas attendre avant de l'en faire profiter. Laissant planer le mystère, il fit volte-face et s'enfonça dans les jardins, entraînant son amie avec lui. Ils marchèrent quelques minutes, Fenris refusant de répondre aux questions qu'Halie pouvait bien se poser. Alors qu'ils avançaient, le bruit d'une chute petite d'eau se faisait entendre. Ils s'en rapprochèrent jusqu'à la voir enfin. A ses pieds s'étendait une petite étendue d'eau qui s'évidait un peu plus loin dans une nouvelle cascade. L'endroit était intime et apaisant.
L'air toujours malicieux, Fenris adressa un nouveau sourire à son amie.

-Ferme les yeux et attends-moi ici.

Alors qu'il s'éloignait, il lui lança.

-Et ne triche pas !

Il revint quelques minutes plus tard et, sans un mot, il lui prit délicatement les mains pour la guider. Après avoir fait quelques pas, il lui permit enfin d'ouvrir les yeux. Devant elle, sa surprise. Un linge était posé sur le sol pour protéger le délicat tissu de la robe de la Protectrice. Sur une boîte en bois reposaient deux verres déjà servis ainsi qu'une bouteille d'hydromel ouverte. Un panier contenant un succulent repas froid préparé par le cuisinier du palais attendait sagement sur le côté. Le tout était installé au bord de l'eau, à l'abri des regards entre les buissons et le feuillage des arbres avoisinant. En revanche, aucun bougie n'avait été prévue pour éclairer les lieux lorsque la nuit serait tombée.
D'une voix douce, Fenris rompit le silence.

-Les lunes sont pleines ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Mer 20 Jan 2016 - 1:31

Elle s'était enfin résolue à faire les quelques pas qui la séparait encore de l'angle. Fenris lisait, calmement assis sur le côté des allées de bois vivant. Presque immédiatement, il se leva. Elle ne pensait pas avoir fait beaucoup de bruit pourtant... En tout cas son sourire la rasséréna quelques peu. Lui aussi semblait avoir prit le parti de ne pas laisser tourner cette dernière soirée au drame... Qu'il était peut-être même plus calme qu'elle en réalité.

Elle avait quitté son bureau plus tôt ce soir, de toute façon, tous ces projets pouvaient bien attendre quelques heures. Le soleil pointerai son nez bien assez tôt et elle aurait besoin de s'occuper où elle disparaîtrait en forêt pour la journée. La pensée lui arracha un sourire mental lorsqu'elle aperçue que c'était exactement le comportement de sa mère. Elle commençait à comprendre pourquoi...

Randil sa gratta paresseusement l'oreille avant de la rattraper, la devançant même pour se mettre entre elle et Fenris, lançant au cavalier un regard incroyablement intelligent... et agacé. Son caractère était toujours aussi lunatique. Après avoir laisser le jeune homme approché  lors de l'attaque de Voronwë, les coups de sangs de la bête avaient resurgis plusieurs fois. Sans jamais se laisser toucher, tantôt il restait prêt du jeune homme, tantôt le mettait ouvertement en garde. Halya avait même su qu'il allait jusqu'à suivre Fenris en forêt de temps à autres... Mais cette fois, il semblait assez peu enclin à céder sa place. Avec un grondement mécontent, il donna quelques coups de têtes dans l'épaule de l'elfe aux cheveux roux qui détourna un instant son attention de celui qui l'attendait pour le flatter et le contourner en murmurant à voix basse, le regard légèrement troublé par la culpabilité.

L'animal jappa une dernière fois, les oreilles en arrière, mais elle se détourna sur la promesse de courir avec lui le lendemain. et sentit la main du jeune cavalier glisser dans la sienne, lui procurant la même chaleur que les dizaines de fois où il l'avait déjà fait. Cependant, lorsqu'elle le salua, la réponse qu'elle obtint  était assez inattendue.

-Prête ?

Un sourire suspicieux remplaça le calme de façade. C regard asymétrique lui cachait quelque chose et elle voulait savoir quoi. Il n'était pas dans l'habitude de Fenris de la prendre ainsi à contre pied. Pourtant, sans une réponse, il fit volte face et la guida dans les allées.

-Ou es-ce que tu m’emmènes ?

Mais il ne desserra pas les dents. Elle eut beau lui demander ce qu'il préparait une centaine de fois au bas mot et d'une centaine de façons différente, il refusa catégoriquement de répondre, ne faisant qu'aiguiser la curiosité de sa dame qui dévorait le paysage pour essayer d'y trouver des indices. Prise au jeu de piste, elle n'avait pas fait attention à la disparition de Randil, sûrement parti hanter d'autres recoins de la Cités.
Derrière un bosquet, près d'une fine chute d'eau ils s'immobilisèrent finalement. L'endroit était calme. Seul le murmure de l'eau pourrait les troubler... Mais toujours rien de plus que les jardins à l'horizon.

-Ferme les yeux et attends-moi ici.

Elle fronça de nouveau le nez, se perdit un instant dans les yeux vairons de son vis à vis et ferma calmement les yeux en prenant une profonde respiration, toujours face à lui. Peu importe ce qu'il comptait faire après tout, elle avait confiance.

La main chaude se faufila hors de son emprise.

-Mais qu'est-ce que tu prépares à la fin ? Demanda-t-elle encore sans grande conviction, la voix teinté d'un léger rire.

Les pas s'éloignèrent un peu. La brise jouait avec ses mèches libres. L'occasion était trop belle... Quand elle l'estima suffisamment loin, elle plissa une de ses paupière pour...

-Et ne triche pas !

-Très bien ! Je ferme les yeux...

Elle posa l'une de ses mains sur son visage en signe de capitulation tout en ayant du mal à retenir un rire malicieux. L'attente fut... longue. Surtout pour une femme dont la patience était légendaire. Elle oscillait à toute vitesse entre la curiosité de voir ce que préparait Fenris et l'envie d'enfreindre la règle. Une lutte terrible et acharnée ! Pourtant elle réussit à garder les yeux clos jusqu'à ce qu'on s'approche de nouveau d'elle pour saisir ses mains. Même sans une parole, elle les auraient reconnues entre mille.

Puis elle eut enfin l'autorisation d'ouvrir les yeux... Et en resta un instant interdite de surprise.

-Les lunes sont pleines ce soir.  Murmura-t-on a son oreille.

Elle glissa ses doigts entre ceux du jeune homme, quittant le spectacle des yeux pour reporter son attention sur lui. Un sourire tendra s'installa sur ses lèvres.

Il avait véritablement pensé à tout pendant qu'elle avait la tête plongée dans des problèmes d'organisation à ne plus savoir qu'en faire. Elle était décidément bien ingrate... Elle savait très bien qu'elle même s'y aurait probablement jamais pensé... Et cette attention lui réchauffait le cœur. Son front se posa un instant contre celui du jeune homme.

-Merci Fenris. C'est... une idée splendide.

Elle rattrapa ses derniers mots avant qu'il ne soit trop tard. Pas besoin d'en dire plus. Il était tout sauf dupe. A la place, elle s'arracha a cette proximité et recula d'un pas, récupérant l'une de ses mains pour tâter mine de rien un revers de sa robe verte.

Sa voix était un peu plus espiègle lorsqu'elle l'attira pas à pas vers l'espace qu'il avait dégager pour eux.

-J'espère que le repas sera à la hauteur de l'endroit et de la compagnie. J'ai oublié de déjeuner alors je commence a avoir une faim de loup...


Elle s'installa sur la nappe, les jambes repliées sur le côté et inspira à plein poumon l'air du soir. L'endroit était paisible, les murmures des habitants du Palais parvenaient même moins fort que les chants de l'Arbre lui-même.
Son attention se reporta sur Fenris. Alors qu'il s'installait, elle laissa courir ses doigts sur la surface brouillé du minuscule bassin.

-Tu sais, je pense me proposer au Haut Conseil en tant que Régente. Trop de choses me paraissent laisser en suspend... Puis elle se repris en secouant la tête. Pardonne moi. Une soirée sans sujet compliqué serait certainement une meilleure idée... Je ne crois pas encore t'avoir remercié pour ton appuie au sujet de... enfin moi et la Symphonie. Tu as vraiment été d'une grande aide ces dernières ennéades.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Ven 29 Jan 2016 - 9:43

Fenris avait toujours un peu de mal à comprendre le loup de son amie celui-ci se révélant très lunatique. Un jour il le tolérait, le lendemain il le suivait pendant plusieurs heures et le jour suivant il le percevait comme une menace dans sa relation avec Halyalindë. Le jeune cavalier avait rapidement compris qu'il ne devait rien considérer comme acquis avec Randil et se comportait en conséquence. Quant à sa position avec la Protectrice, il estimait qu'une intervention de sa part serait mal perçue par l'animal et laissait toujours la dame gérer seule la situation.
Heureusement, Inysieis avait un caractère très différent et avait très bien accueillie cette nouvelle amie. Elle lui montrait déjà quelques signes d'affection, réclamant des caresses par un petit coup de tête, mais sans jamais oublier de se faire rappeler auprès de son cavalier.

Tandis qu'Halie découvrait sa surprise, le cœur de Fenris cessa de battre. C'était la première fois qu'il tentait ce genre de choses. La première fois qu'il tombait amoureux aussi. Il avait beau essayer de se raisonner, il ne pouvait s'empêcher de craindre que la chose soit mal accueillie. La découverte de ses sentiments le déboussolait par moment et il prenait sur lui pour ne pas se montrer trop enthousiaste et risques d'effrayer son amie.

La Protectrice se retourna enfin vers lui, un doux sourire aux lèvres, avant de se pencher pour poser son front contre le siens. Machinalement, il ferma les yeux.

-Merci Fenris. C'est...

Le temps s'arrêta tandis que le jeune Nöldorion attendait la fin de sa phrase avec une grande impatience.

-...une idée splendide.

Un soupir amusé et soulagé échappa au cavalier.
Lorsqu'elle s'éloigna, il remarqua son geste sur sa robe mais n'y prêta pas plus d'attention.

-J'espère que le repas sera à la hauteur de l'endroit et de la compagnie. J'ai oublié de déjeuner alors je commence à avoir une faim de loup...

L'expression choisie amusa Fenris intérieurement. Elle sciait à merveille à une maîtresse louve...
Accompagnant la dame dans son installation, il lui dévoila un peu de son secret.

-Dans ce cas, tu ne m'en voudras pas d'avoir soudoyé le cuisinier du Palais afin qu'il te prépare quelques uns de tes mets favoris ?

Puis il s'assit à son tour tandis qu'Halyalindë reprenait la parole. Visiblement, son travail occupait encore un trop grande place dans son esprit car ce fut le premier sujet qui lui vint à l'esprit. Bien qu'il lui annonçait une nouvelle importante, il ne voulait pas que cette dernière soirée soit consacrée, même en partie, aux questions d'Etat. Intimement persuadé qu'elle serait d'accord avec lui, il s'apprêtait à l'interrompre lorsqu'elle le fit d'elle-même. Il répondit à sa réaction par un sourire approbateur.

-Je ne crois pas encore t'avoir remercié pour ton appui au sujet de...

Fenris craint un instant qu'elle ne reparte dans ses travers mais la laissa poursuivre.

-... enfin moi et la Symphonie. Tu as vraiment été d'une grande aide ces dernières ennéades.

Le cavalier baissa la tête dans un sourire.

-Je ne crois pas t'avoir remerciée pour avoir veillé sur moi près d'Eraison, pour m'avoir offert les meilleurs soins de la région ainsi qu'un toit pour ma convalescence... Nous pourrions continuer longtemps avant d'avoir fait une liste exhaustive je crois.

Il lui avait sauvé la vie durant l'affrontement avec les drows, elle avait sauvé la sienne en le soignant et en prenant soin de lui durant leurs six jours de cavale. Elle avait veillé au bon déroulement de son rétablissement, il s'était révélé être un soutien et un confident dans bon nombre d'affaires importantes. Ils s'étaient renvoyé la balle ainsi de nombreuses fois mais un seul d'entre eux pouvait-il dire qu'il avait fait cela par devoir ?
Plongeant son regard dans celui de son amie, Fenris poursuivit.

-Tu n'as pas à me remercier. Non pas parce que je le fais en contrepartie de ce que tu as fait pour moi. Mais parce que c'est un plaisir de t'aider.

Finalement, le jeune Nöldorion saisit un verre dans chaque main et en proposa un à Hayalindë. Lorsqu'elle l'eut pris, il vint faire tinter son verre contre le siens.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Mer 10 Fév 2016 - 1:20

Alors si même le maître queue du palais se liguait avec Fenris pour qu'elle profite de cette soirée, elle ne pouvait plus rien faire. Bientôt elle apprendrait que Celondil avait fait pression sur les râleurs pour qu'ils retiennent leur larmes jusqu'au lendemain et que Kaëlis avait accepté de régler tous les problèmes urgents qui arriveraient d'ici le lendemain matin ? Halya sourit de plus belle. Il n'avait pas seulement pensé à tout, il avait vraiment pensé à elle en préparant cela.

Le sourire approbateur de Fenris lorsqu'elle s'interrompit d'elle même pour ne pas parler de travail lui fit l'effet d'une petite décharge. Elle soupira, légèrement agacée par sa propre incapacité à lâcher prise.

-Tu sais bien que ce n'est pas par bonté d'âme que je t'ai offert le concours de mes meilleurs guérisseur. S'il t'était arrivé quoi que ce soit, ton frère ne m'aurait pas laissé m'en tirer. Il n'y a rien d'autre que mon propre instinct de survie. Alors laisse moi te remercier.

-Tu n'as pas à me remercier. Non pas parce que je le fais en contrepartie de ce que tu as fait pour moi. Mais parce que c'est un plaisir de t'aider.

A ça par contre, elle ne sut pas quoi répondre, coupée dans son élan de geste et de paroles, elle était maintenant obligée de se poser, de se calmer. Sa main quitta la surface de l'eau, quelques gouttes glissant sur ses doigts. Ainsi, au cœur de cette ville, de ce palais qu'elle aimait tant, proche de lui, un léger vertige la saisit un instant, et elle était aussi sûr que possible que ce n'était la faim qui lui jouait des tours. Détaillant le visage de Fenris, elle accepta le vers de sa main humide et le fit tinter avec un sourire complice avant d'y tremper ses lèvres.

Les goûts liquoreux et sucré de l'hydromel coula sur sa langue. C'était ça. Elle n'avait qu'à profiter. Pro-fi-ter. Sa main libre alla de nouveau tâter sans y penser, un revers de sa robe. Ses yeux quittaient à peine ceux de son vis à vis. Elle aimait véritablement sa présence... et son allure n'était pas en reste.
A y penser, ils étaient tellement différent l'un de l'autre. Non seulement physiquement, mais aussi mentalement. Elle ne savait pas exprimer ses émotions à moitié. En sa présence, elle avait l'impression de pouvoir se laisser aller presque sans retenue. Parfois, la retenue et le calme dont il faisait preuve en apparence, souvent même jusque dans ses plaisanteries, la déstabilisaient plus que de raison... Et en cet instant précis, oublieuses de ses propres questions, elle ne pouvait s'empêcher d'essayer de deviner ce qui se passait derrière ce masque serein.  

-Vous êtes terriblement difficile à cerner, Fenris Noldorion, finit-elle par glisser avec un sourire amusé.

Ses iris n'avaient pas quitter celles si particulières du cavalier... essayant de ne pas trop le dévorer du regard pour ne pas le mettre mal à l'aise.

HRP:
 

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Dim 28 Fév 2016 - 12:52

-Vous êtes terriblement difficile à cerner, Fenris Noldorion.

Le jeune homme eut un petit rire.

-Plus que mes parents ?

Cette réponse se voulait taquine. Fenris avait eu l'occasion de les lui présenter à Eteniril, lors de la fête pour l'intronisation du nouveau Protecteur de la cité. Bien sûr, tous deux s'étaient bien gardés d'entrer dans les détails concernant leur relation. Leur mésaventure avec les dross n'étaient pas un secret et ses parents comprenaient l'amitié qui les liait mais il était bien trop tôt pour leur parler de leurs sentiments naissants. Après tout, ils n'avaient à leur actif que quelques promenades main dans la main et une ou deux étreintes.
Il reprit un peu de son sérieux.

-Je pensais pourtant être plus accessible. Si ce n'est pas suffisant, je pense pouvoir faire mieux.

Sa phrase fut accompagnée d'un doux sourire. L'éducation du jeune cavalier était celle des familles de vieille noblesse. Il avait toutefois toujours fait en sorte de s'en arranger pour ne pas paraître aussi hautain et distant que ses pairs. Si son histoire avec Halie devait aller plus loin, il ne voulait avoir aucune barrière pour elle, qu'elle le connaisse aussi bien qu'elle se connaissait elle-même. Aussi était-il prêt à se livrer le plus ouvertement du monde à elle.

Après avoir bu une gorgée de son hydromel, Fenris posa son verre et attrapa le panier contenant leur repas afin de mettre "la table".

-D'ailleurs, tu ne m'as pas parlé de ton ressentit suite à leur rencontre. Était-ce ainsi que tu les imaginais ?

Laissant à son amie tout le loisir de lui répondre, le jeune Nöldorion acheva de disposer les différents plats au bout de la couverture sur laquelle ils étaient installés. Il y avait différents légumes cuits ou crus, un peu de viande, de la salade avec un petit pot de sauce et, pour le dessert, quelques mets aromatisés à l'orange ou à la violette. Une fois sa tâche finie, il sortit un peu de vaisselle et commença à préparer une assiette pour sa convive. Il ne se soucia pas de savoir ce qui lui plairait de manger puisque tout avait été préparé selon ses goûts.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Dim 28 Fév 2016 - 17:43

Halya laissa échapper un léger rire en repensant aux parents du cavalier. L'éducation des longues lignées traditionnelles était décidément très différente de celle qu'elle avait reçu. Sur beaucoup de points, la ressemblance entre les parents Noldorion et son propre oncle était surprenante. Et cela ne venait pas uniquement de leurs cheveux blancs…

-Non, pas plus que tes parents…

Ils avaient cette retenue à toute épreuve, ce masque de calme cordial qu'elle avait également observée chez Anornedellon. Celui la même qu'elle essayait de percer à jour chez Fenris. Il y avait fort à parier que le Cavalier se serait parfaitement entendu avec Kaëlis d'ailleurs. Halya avait même plus de mal à cerner sa cousine que le jeune homme.

-Tu n'as pas a essayer de changer quoi que ce soit. C'est juste… déroutant parfois. C'est comme si…

Elle hésita un instant, son regard dérivant sur le paysage avant de revenir se poser sur Fenris, une joie quasi enfantine au fond des yeux.

- Parfois j'ai l'impression que tu as deux fois mon âge.

Elle n'avait pas besoin de le voir essayer de changer sa façon d'être, même si c'était juste pour être un peu plus démonstratif. C'était aussi déroutant qu'intrigant. Et un peu de mystère et de différence n'avaient jamais rebuté la protectrice. Elle n'appréciait pas Fenris car il était une copie d'elle-même, très très très loin de là !

Elle avala une seconde gorgée d'hydromel avant de répondre à la dernière question de Fenris. Il était vrai qu'elle n'avait rien dit concernant Eölir et Melian.

Elle avait échanger quelques mots avec eux durant la soirée donnée en l'honneur de Neraën. Ils avaient une conversation très intéressante sur de nombreux points. Des parfaits représentant des diplomates, érudits et politiques elfes, à la fois abordable et altiers.

-Et bien… disons que je n'ai pas été surprise. Physiquement tu leur ressemble beaucoup, peut-être plus que ce cher capitaine. Et j'ai aussi compris d'où venait ta soif de savoir. Difficile de faire autrement, avec des parents aussi cultiver. Mais si je puis être honnête jusqu'au bout, je les ai trouvé un peu… pas froid… mais… réservé ? Je ne trouve pas le bon mot.

Elle regarda distraitement les plats apparaître à la suite les uns des autres sans vraiment y faire attention. Préférant se concentrer sur le fil de sa pensée pour ne pas le perdre au milieu des bavassements d'Anaëh.

-Je rencontre beaucoup de personnes dans le cadre de mes obligations. Très différentes les unes des autres. Voir des personnes si bien contrôler est à la fois reposant et complexe dans le travail. Elles sont capable d'être objective, tranchées, à la fois clair et réfléchies. Mais tu vois, c'est aussi ce genre de personne dont il faut guetter la moindre mimique inhabituelle pour connaître l'état réel. Un peu comme Celondil et ses narines qui palpitent lorsqu'il est agacé. Et c'est épuisant à la longue.

Une nouvelle gorgée d'hydromel… l'estomac vide.

-Mais ce qui est drôle c'est que les rare fois où j'ai eu l'occasion de partager à cœur ouvert avec des personnes s'appliquant à être tout le temps dans la retenue – retenue ! C'est le mot que je cherchais ! - elles se sont révélées des plus étonnantes. Passionnées, extrêmement conscientes du moindre enjeux, très empathiques. Je ne sais pas vraiment si tes parents sont comme ça, mais je pense qu'il y a bien plus à voir et à savoir que ce qu'ils veulent bien montrer. J'arrive à peine à imaginer ce que ça fait d'avoir deux parents qui ont la même culture, alors de parents qui en font leur art…

Fenris lui tendit une assiette… Et elle se rendit enfin compte de ce qu'il avait sorti du panier.

- Tu n'as pas menti quand tu as dit que tu avais soudoyé le cuisinier. Et des langues d'oiseau à la violette… rien que ça…

Acceptant ce qu'on lui tendait d'une main, elle piqua un biscuit et mordit dedans non sans délectation et le finir en deux bouchées. Elle devait se rendre à l'évidence. Elle était VRAIMENT affamée. Ce n'était certainement pas très gracieux, classe ni poli de ne pas attendre, mais tout avait l'air proprement succulent… elle en avait l'eau à la bouche.

Elle ne réussit pas a résister à ce qui ressemblait fort à du daim… Et ne fut pas déçu.

-C'est délicieux… cuit juste comme il faut. Mais et toi ? Ça te convient ? Ce n'est peut-être pas vraiment ce que tu préfères…

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Mer 9 Mar 2016 - 21:29

-Parfois j'ai l'impression que tu as deux fois mon âge.

Fenris se mit à rire.

-Je ne sais pas si je dois le prendre comme un compliment.

Fenris était en effet d'un tempérament très posé et réfléchi. Tout le contraire de la Protectrice qui était beaucoup plus impulsive. Mais peut-être était-ce cela qui lui plaisait chez elle. Après tout, si elle ne l'appréciait pas tel qu'il était, elle ne lui aurait pas permis de la courtiser. Peut-être même que c'était ce qu'elle aimait chez lui.

Le jeune Nöldorion ne l'interrompit pas tandis qu'elle donnait ses impressions suite à sa rencontre avec ses parents. Il était e premier à reconnaître que ces derniers n'étaient pas les plus faciles à percer à jour. Même envers leurs fils, ils ne montraient pas plus d'affection qu'il n'en fallait lorsqu'ils se trouvaient en public. Seule l'intimité d'une pièce close leur permettait de se laisser un peu aller.
Etant le premier de ses frères à fréquenter une femme, Fenris alla même jusqu'à se demander s'ils pourraient se montrer plus naturels en sa présence.

Le cavalier n'eut pas le temps de réagir à son discours car, lorsqu'il tendit son assiette à Halie, elle réagit aussitôt sur son contenu. Visiblement, il avait fait mouche. Il regrettait toutefois de n'avoir pu élaborer le menu lui-même. Ils se fréquentaient depuis plusieurs ennéades à présent mais les premières étaient très différentes des deux dernières. Ce court laps de temps ne lui avait hélas pas permis de la connaître de manière plus personnelle. Mais il ne pouvait s'en vouloir car leur relation n'en était qu'à leur prémices.

-Ne t'en fais pas pour moi. Je ne suis pas si difficile. Et puis, Herardilel m'a conseillé de manger un peu de viande pendant quelques temps encore.

S'il était suffisamment en forme pour reprendre son poste dans l'armée, il ne devait toutefois pas négliger la fin de sa rémission. Il n'avait pas encore reconstitué tout le sang qu'il avait perdu et la consommation de chair animale pouvait l'y aider.

Mais Fenris s'empressa de revenir sur le sujet qui l'intéressait. Invitant Halie libérer une de ses mains, il saisit délicatement ses doigts et plongea son regard dans le sien.

-J'espère toutefois être suffisamment démonstratif pour toi. Surtout en ce qui nous concerne.

Le cadet des Nöldorion sentit son cœur se mettre à battre la chamade. Il avait déjà regardé la Protectrice ainsi mais jamais en exprimant ses sentiments. Tout du moins, pas depuis qu'il s'était déclaré. Ils n'avaient d'ailleurs plus reparlé de leur affection depuis ce jour. Une vague de chaleur envahit lentement son corps tandis qu'il conservait son regard sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Jeu 10 Mar 2016 - 16:20

Elle avait reposée son assiette pour y piocher un peu moins voracement, un air à moitié ennuyé lorsque Fenris mêla les recommandations médical au menu du soir. Il n'avait vraiment pas l'air d'apprécier la viande… Heureusement, les plats était suffisamment variés pour qu'il puisse peut-être y trouver son bonheur.

Elle avait repris une gorgée d'hydromel lorsque Fenris l'invita à poser sa coupe sur le dessus à peu près plat du panier pour s'emparer de sa main.

Suffisamment démonstratif… visiblement cela lui tenait à cœur. Sans le vouloir, elle avait touché à un terrain sensible…

Les yeux asymétriques de Fenris cherchaient les siens. Elle qui s'était détournée à peine quelques minutes plus tôt pour éviter de le mètre mal à l'aise, elle se retrouvait à présent aux prises avec ce regard qu'elle avait déjà saisi plus d'une fois à la volée sans risquer de s'y attarder. Elle sentait le sérieux de Fenris, l'importance qu'il portait à la question. Tout ce qu'il mettait tant de formes et de mots à exprimer, on pouvait le voir sans peine dans l'intensité de ses iris.

La distance qui les séparait fut comblée en un battement de cil.

Les lèvres d'Halya heurtèrent celles du cavalier.

Elle frissonna.

Sa main libre avait accompagné le mouvement en se posant sur le bord de la mâchoire du jeune homme.

Le contact ne dura qu'un instant avant qu'elle ne recule lentement, yeux clos.

Elle sentait un souffle chaud sur sa joue.

HRP:
 

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Jeu 10 Mar 2016 - 17:32

La réaction d'Halie ne se fit pas attendre. Il la vit s'approcher de lui et ne comprit pas tout de suite ce qui était en train de se passer. Elle avait pourtant déjà entamé cette approche quelques ennéades plus tôt mais les choses s'étaient déroulée bien plus lentement. Cette fois, elle ne lui laissait même pas le temps de réagir.
Impulsive. Comme à son habitude.

L'instant d'après, alors que les doigts de la Protectrice étaient toujours sur son menton et qu'elle avait pris un peu de distance, Fenris réalisait enfin... Le baiser avait été fugace mais il avait encore l'impression de sentir ses lèvres contre les siennes. Toutefois, cette sensation disparaissait déjà, à son grand damne.
Alors, il se pencha lentement vers Halie, prenant le temps de laisser s'effleurer leurs nezs, de sentir la chaleur de sa douce rayonner sur son visage et de se noyer dans son odeur avant de finalement venir goûter à nouveau à ses lèvres. Fenris savoura ce moment comme jamais, encrant chacune de ses sensations ainsi que toutes ses émotions dans sa mémoire. Il voulait se souvenir de tout le lendemain, le jour suivant et tous ceux qui suivraient. Il était certes un peu timide  dans sa découverte mais il ne s'agissait pas seulement de leur premier baiser. C'était SON premier.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Ven 11 Mar 2016 - 2:37

Fenris resta impassible.

Elle n'avait pas pu résister…

Il faisait preuve d'un tel contrôle, d'un tel calme. Elle l'admirait pour cela. Et en même temps, il avait les yeux les plus expressifs qu'elle connaissait. Et elle aimait essayer de deviner ce qui se passait précisément derrière. Elle aurait voulut s'y perdre des heures… mais leur chaleur était loin de la laisser indifférente. Chacun de des gestes de Fenris, chacune de ses attentions était empreinte d'une noblesse et d'une prévenance rare. Chaque regard d'un peu plus de sincérité. Elle n'avait pas besoin de mettre des mots sur cela ni même de le comprendre. Elle  n'avait eu qu'à l'accepter. Elle le sentait jusqu'au fond de ses entrailles. Elle avait juste eu envie de s'approcher. De sentir ses lèvres comme elle sentait sa présence.

Alors elle l'avait fait.

Sans réfléchir évidement…

Depuis ce soir où elle avait accepté de dire définitivement adieux à ses remords, ce soir où elle s'était entièrement appuyé sur lui alors que cela aurait dû être le contraire, elle s'était juré de faire attention à lui. Elle s'était juré de prendre le temps qu'il faudrait, d'avancer à son rythme. De surveiller ses pulsions pour ne pas le blesser. Et voilà ce que toutes ses promesses intérieurs donnaient. Cela faisait plus de deux siècles qu'elle n'était plus seulement une louve mais elle avait parfois encore l'impression qu'elle se comportait comme tel…

Lorsqu'elle recula, déglutissant dans une tentative maladroite de détendre sa gorge serrée, elle profita du fait de respirer le même air que lui. Elle sentait le pouls du jeune homme s'accélérer légèrement sous ses doigts. Elle s'en voudrait après. Pour l'heure, elle se contentait de sentir la chaleur qui émanait d'un visage proche du sien.

Elle ouvrit lentement les yeux, prête à croiser le regard de Fenris en une excuse muette. Mais ce qu'elle croisa était bien moins net qu'une surprise déroutée. Il se penchait légèrement. Elle frissonna de nouveau. Elle n'osait bouger. Son cœur s'accéléra d'autant plus lorsqu'il s'arrêta.

De lui-même, il vint poser ses lèvres contre celles de la Protectrice. Timide. Doucement, elle répondit à son geste. Mille fois plus tendre que lors de ce baiser volé. Son contact lui faisait l'effet d'une décharge. Son odeur la baignait autant que le goût de ses lèvres mêlé à celui de l'hydromel. Il était timide, presque maladroit. Il n'osait pas avancer ses mains.

N'y tenant plus, elle quémanda un passage du bout des lèvres, approfondissant le baiser plus qu'elle n'aurait peut-être du sans se poser la moindre question. Elle l'invitait peu à peu à prendre part à la danse. Leur échange devint plus passionné, comme une brûlure de laquelle rayonnait un feu qui envahissait chaque parcelle du corps d'Halya. Sa main glissa sur le coup du cavalier, le bout de ses doigts heurtant le lobe de son oreille. Ses dents se refermèrent une seconde de la lèvre du jeune homme avec une férocité teintée d'envie.

Elle recula soudain en le sentant tressaillir. Dans le même mouvement, elle ramenait sa main aventureuse contre elle.

-Pardon ! Fut tout ce qu'elle trouva à dire.

Son cœur battait à tout rompre. Elle ne cherchait même pas a dissimuler l'inégalité de son souffle et semblait ne pas savoir si elle devait chercher le regard de Fenris ou le fuir à toute force.

-Je ne voulais pas te brusquer…

Tout ce qu'elle savait c'est que la sensation du baiser persistait presque douloureusement sur ses lèvres et qu'elle était sur un nuage... teinté d'un peu d'avidité peut-être, elle n'était pas de pierre. Mais elle ne voulait pas que Fenris s'en trouve mal à l'aise.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Ven 11 Mar 2016 - 18:29

Dans cet échange qui prenait une forme nouvelle, Fenris aurait pu être qualifié de prude. Ou bien de sage. Tout dépendait de quel point de vu on se plaçait.
Ne se doutant pas de ce qui était en train de se passer, il suivit le mouvement indiqué par la Protectrice. Mais avec moins d'entrain peut-être. Si l'envie montait chez elle, lui en ignorait tout et ses actes étaient mus non pas par la passion mais par la tendresse qui transpirait dans ses baisers.

Et puis, soudain...

-Aïe.

Le cri que Fenris avait lâché était davantage mu par la surprise que par la douleur. Il posa deux doigts sur sa lèvre pour faire passer son mal mais ne chercha pas à regarder s'il saignait. Il aurait eu autrement plus mal si elle l'avait mordue jusqu'au sang.

-Je ne voulais pas te brusquer...

Fenris releva des yeux interloqué vers la Protectrice. Une seconde de plus lui fut nécessaire pour comprendre de quoi elle parlait. Si elle n'était pas de glace, lui n'était qu'un elfe et qui plus ai sans aucune expérience. Il n'était donc pas porté du tout sur la chose et n'avait pas vu la réaction d'Halie venir.

-Oh...

Le jeune Nöldorion resta un moment silencieux. Il était un peu embarassé et ne savait pas vraiment comment formuler sa pensée. Si elle ne voulait pas le brusquer, lui ne voulait pas qu'elle interprête mal ses paroles. Il connaissait son passé et savait qu'elle avait fréquenté intimement les humains. Il y avait donc certains points sur lesquels elle ne vivait plus au même rythme que les elfes (sans pour autant avoir complètement adopté les us des humains).

-Eh bien... Je savais qu'un jour nous serions en décalage concernant nos attentes mais... je ne me doutais pas que cela se produirait si tôt.

Fenris marqua une pause. Plongeant son regard dans celui de sa bien aimée, il voulait lui faire comprendre que ce n'était pas un problème majeur mais qu'ils leur faudraient réaliser quelques ajustements.
Il reprit ensuite d'une voix douce.

-Tu comprends que je n'ai pas encore le désir d'aller aussi loin, n'est-ce pas ? Je te ferais savoir lorsque je serais prêt mais j'ai besoin de prendre mon temps.

Reserrant légèrement son étreinte sur les doigts de la belle elfe, son regard se fit plus appuyé. Il s'apprêtait à lui poser une question et souhaitait une répondre sincère, quelle qu'elle puisse être.

-Penses-tu pouvoir suivre mon rythme et me laisser mener la danse ?

Il inclina légèrement la tête avant d'ajouter.

-Comme à Eteniril...

Un léger sourire en coin emprunt de malice se glissa sur ses lèvres. Peut-être était-ce dû à ses fonctions ou du fait de sa personnalité mais il avait eu du mal à lui faire lâcher prise pour le laisser la guider sur la piste. Il lui avait fallu plusieurs essais pour y parvenir et une conversation ininterrompue afin de détourner son esprit de ce qu'elle faisait mais au final, il avait réussi.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Sam 12 Mar 2016 - 14:01

L'embarra lui montait aux joues.

Le moins qu'on pouvait dire c'est que Fenris savait être clair.

« Je t'en prie, oublie ça tu veux ? Je ne comptais pas… aller plus loin. Je n'y ait même pas pensé. Je veux dire… » elle soupira, retrouvant sans trop de soucis son naturel assuré malgré le rouge qui lui collait toujours aux joues. « Il va vraiment falloir que j'arrête de rendre tout plus compliqué que nécessaire. »

C'est pour ça qu'elle détestait parlé de ce qui comptait pour elle. Elle avait l'impression de ne jamais trouver le ton juste. Elle répondit aux doigts qui serrait les siens, soutenant un regard sans trop de gêne. Le ton très patient et calme du jeune homme, presque comme s'il tentait de raisonner une enfant, l'avait un peu irrité mais cela ne dura pas.

« Je n'ai pas l'intention d'aller plus loin. »

Elle attira les doigts du jeune homme pour les presser un instant contre sa joue en respirant calmement, riant à demi.

« Encore une fois, je fais tout l'inverse de ce que je m'étais promis. C'était justement l'impression que je voulais éviter de te donner. Je mentirai en disant que je n'éprouve aucune attirance pour toi, mais je ne veux pas brûler les étapes. J'ai juste… Perdu l'habitude d'exprimer mes sentiments avec des mots. »

Elle secoua la tête en se rendant compte du double sens que pouvait revêtir une fois de plus sa phrase. Elle tenait à lui. Vraiment. Mais le dire… simplement… il n'y avait rien de plus complexe.

« Tout ce que je veux dire, c'est que je sais que j'ai tendance a être impulsive et… tactile. On me le fait suffisamment remarquer depuis deux siècles... Je ne peux pas te promettre de ne jamais succomber à une envie - comme… là. Cela ne veut pas dire que j'attends quoi que ce soit de plus de ta part. C'est juste... spontané. J’essaierai de ne rien faire de... déplacé. »

Elle détailla une fois de plus le visage de Fenris. La maturité dont il faisait preuve était tout simplement incroyable, aussi décida-t-elle d'être totalement honnête.

« Je devrais peut-être te dire que je suivrai toujours ton pas sans un écart, mais je ne veux pas te faire une promesse que je me sais incapable de tenir. Alors si tu veux bien supporter mon satané caractère, je ne peux que te promettre de faire mon possible pour respecter chacune de tes réserves... mais il ne faut pas que tu hésites une seconde à me reprendre si je te met mal à l'aise.

Sinon elle ne pourrait tout simplement pas s'adapter.

C'était peut-être mieux d'avoir cette conversation dès a présent en fait... Lorsqu'elle agissait c'était généralement sans arrière pensée... sur un coup de tête en somme. Et la spontanéité n'était pas vraiment le genre de chose sur lesquelles on pouvait simplement tirer un trait, surtout dans sa vie privée.

" Et que tu me crois ou non, je n'aurais pas eu tant de mal à te suivre si moins d'yeux avaient été posés sur nous à Eteniril… ceux de tes parents par exemple. »
ajouta-t-elle, faussement revêche.


_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Sam 12 Mar 2016 - 18:05

Fenris écouta la Protectrice sans un mot. Il n'avait pas interprêté son geste de la bonne façon a priori. Cela ne l'étonna guère étant donné son absence totale de connaissances sur la chose. Mais si elle disait qu'elle ne pensait pas à cela, il la croyait. Si elle disait pouvoir déraper mais ne pas attendre de lui qu'il fasse ce qu'il ne souhaitait pas, il n'en doutait pas. Quant à ce qu'il exprime son ressenti dans ce genre de situation...

Le jeune Nöldorion posa sa seconde main sur celle qu'il tenait déjà, enveloppant les doigts d'Halie dans un geste tendre.

-Je pense que tu me connais suffisamment pour savoir que, si j'ai bon caractère, je sais dire lorsque je ne suis pas d'accord. J'avais seulement besoin que tu saches où j'en suis... Et de savoir où tu en es.

Le regard de Fenris partit sur le côté et un sourire amusé se dessina sur son visage. Il repensait à ses paroles et se disait qu'un léger problème se profilait à l'horizon !

-Même si j'ignore comment savoir si je suis prêt ou non.

Il ignorait pourquoi mais aucune femme avant Halie n'avait retenu son attention. Pas même une amourette d'enfant. Le peu de demoiselles qu'il avait pu recontrer était trop immature... Ou plutôt... Il était beaucoup plus en avance qu'elles. Ensuite il y avait eu l'académie où il s'était plongé avec un sérieux indéfectible dans ses divers entraînements.
Finalement, les deux cent dernières années étaient passé sans qu'une femme entre dans sa vie et sans qu'il n'en ressente le manque non plus. Le sujet ne l'avait même pas intéressé dans le choix des ouvrages qu'il dévorait chaque jour.

-Et que tu me crois ou non, je n'aurais pas eu tant de mal à te suivre si moins d'yeux avaient été posés sur nous à Eteniril... ceux de tes parents par exemple.

Un nouveau sourire, plus malicieux cette fois, se dessina sur le viasage de Fenris.

-Tu n'aurais jamais dû dire ça.

Sans plus attendre, il se leva, serrant toujours la main de sa douce. Il l'aida à se lever, l'entraîna à quelques pas pour s'éloigner un peu du toit de feuillage qui protégeait leur salle à manger improvisée et l'attira face à lui. Il posa une main sur sa taille, repositionna celle qui empêchait Halie de partir et lui glissa quelques mots.

-Imagine que le chant des arbres est un orchestre qui ne joue que pour nous.

Lorsque la Protectrice fut prête, il entama la danse. Le rythme qu'il empruntait était lent et doux. Dans un premier temps, il la garda près de lui. Ses yeux vairons ne quittaient pas les siens et et ses mains se refusaient à se séparer d'elle. Au fur et à mesure que leurs pas s'accordaient, Fenris prit un peu plus d'aise et la fit tournoyer de temps en temps pour mieux la retrouver ensuite.
Après quelques minutes de danse ininterrompue, Fenris rompit le silence qui s'était instauré.

-Alors nous étions observés à Eteniril ? Je n'avais pas remarqué.


Le ton se voulait tacquin. Même s'il était absorbé par la compagnie, il avait bien évidemment remarqué les quelques regards qui s'étaient portés sur eux. Mais ce n'était pas le seul moment où il s'était senti observé. Durant la soirée, il avait dansé avec d'autres femmes, amies de la famille, ou avec quelques jeunes femmes qu'on lui avait présenté.
Tout le monde espérait voir un jour un fils Nöldorion prendre épouse... Aussi, la curiosité dont ils avaient fait l'objet ne lui était pas inhabituelle.

-Quant à mes parents, je suis sûr qu'ils ne nous regardaient pas.

Profitant d'un pas de danse, il se rapprocha d'Halie et lui chuchotta quelques mots à l'oreille.

-C'était toi.

Puis il reprit un peu de distance et la fit tourner sur elle-même, un sourire un peu tacquin sur les lèvres. Même si c'était la vérité, cela l'amusait beaucoup de voir ses parents s'intéresser à Halie sans savoir ce qu'il se passait entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Lun 14 Mar 2016 - 2:34

Halya ne put s'empêcher de rire lorsque Fenris l'entraîna à deux pas de la couverture sans une explication. Regretter ce qu'elle venait de dire ? Non, ça elle en doutait fortement.

La main libre du jeune homme vint se poser sur sa taille. Elle-même glissa la sienne sur son épaule presque par réflexe. Avant Eteniril elle n'avait pas dansé depuis plus d'un siècle… au bas mot. Mais elle avait redécouvert à quel point elle aimait ça. Si seulement elle n'avait pas choisit la voie des armes à l'époque…

Elle fronça le nez, amusée, lorsqu'il lui demanda de caler son pas sur la Symphonie. Il n'en avait pas la même perception, ça elle en était sûre, et elle doutait également qu'il en ait même une perception réellement musicale. Mais elle s'exécuta. Attentive aux mouvements du cavalier, il réussirent vite à accorder leur rythme. La Symphonie qu'elle entendait était assez complexe pour se prêter au jeu. Pour changer de pas, il suffisait de suivre une ligne mélodique plutôt qu'une autre, une voix claire et douce plutôt qu'un écho tempétueux ou qu'une plainte mélancolique.

Le plus difficile en vérité était de ne pas se laisser distraire par ce que racontait toutes les voix aux quelles elle prêtait de l'attention. Leurs histoires, leur remarques prenaient vite une place à part entière dans le fil de ses pensées, comme si elle était à l'origine de toutes ses impressions et non pas une simple auditrice.

Heureusement, la main qui pesait sur la taille d'Halya était difficile à ignorer. A une si faible distance de son cavalier, un sourire sur les lèvres, d'autres images, d'autres sensations lui revenaient en mémoire. Ce jour à Eteniril. Les nombreuses balades qu'ils avaient fait dans les jardins suspendus.

Ils bougeaient sûrement plus lentement que si le tempo avait été donné par un musicien. Plus lentement que ce jour là en tout cas. Seuls le rythme de leur respiration aurait put servir de repère à un spectateur pour comprendre leurs pas.
Le regard appuyé de Fenris dissuadait toute protestation potentielle, bien qu'Halya aurait été à mille lieu d'en émettre ne serait-ce qu'une seule.

Un. Deux. Trois. Quatre.

La longue main qui enserrait la sienne marquait une mesure, chaque début de mouvement sur la toile de fond que tissait Anaëh. L'épaule sur laquelle elle était appuyée la happait, la repoussait, lui donnant la distance, l'orientation. Il était bon danseur. Elle se rapprocha imperceptiblement, se redressant dans la foulée pour adopter une réelle position de danse, mais elle s'appliqua à le laisser conduire.

Soudain, un léger changement de pression sur sa hanche la fit légèrement pivoter. Sa jambe glissa en arrière, l'autre vrilla sans effort, sa tête suivant et se stabilisant rapidement pour éviter un hypothétique effet de tournis. Le mouvement continua, fluide. Le tempo accéléra très légèrement pour venir très exactement coïncider avec la mélodie qu'Halya percevait sans qu'elle parvienne à savoir si c'était elle ou Fenris qui avait amorcé ce changement. Les pas s’enchaînaient. Leurs mains ne se quittaient que pour mieux se retrouver. La peau du jeune homme irradiait toujours d'une chaleur presque surnaturelle par rapport aux doigts froids de la Protectrice. Il n'y avait rien à dire. Les regards et les sourires, les distances et les pas parlaient pour eux. Des passes et des retours fluides et agréables. Une discussion silencieuse comme elle savait les apprécier et les manier. Pourquoi n'arrivait-elle jamais à maîtriser les mots avec autant d'aisance que ces quelques gestes ?

Elle profitait de sa présence, de son contact. Une petite voix quelque part lui disait qu'il fallait qu'elle en profite tant qu'elle en avait la possibilité car les heures s'égraineraient bien trop vite. Un léger sourire flottait toujours sur son visage. Elle se montrait bien plus à son aise que lors du bal. Elle suivait simplement le pas sans se soucier du reste. Elle n'avait aucune envie de rompre un silence si parlant. Son monde se limitait aux yeux de Fenris, à leurs mouvements et à cette musique lointaine. Plusieurs fois, elle se prit à la limite du rire, simplement heureuse.

Au bout d'une petite éternité, sur un énième mouvement, Il repris pourtant la parole à voix basse et taquine. Cette fois un éclat de rire un peu suspicieux fusa bel et bien devant le sous-entendu. S'il n'avait rien remarqué, alors elle était une naine unijambiste ! Elle-même s'était sentie observée durant une bonne partie de la soirée. Si cela ne la mettait pas vraiment à l'aise, entre ses cicatrices, ses cheveux courts et les événements du Sud, elle s'attentait aux murmures et regards qui n'avaient pas manqués de fuser. Mais aucun moment n'avait été pire que les quelques danses qu'elle avait partagées avec les invités… Après tout, elle était Ardamirienne, les arts et la culture, elle devait avoir ça dans le sang, on l'attendait au tournant ? Ou peut-être était-ce à cause du choix de ses cavaliers ? Un prêtre reconnu et le Protecteur de la Quatrième Saison… cela ne pouvait pas être ça tout de même…

En tout cas ces regards l'avaient agacés à un tel point qu'elle avait fini par refuser bon nombre de danses avant de croiser Fenris.

-Quant à mes parents, je suis sûr qu'ils ne nous regardaient pas.

-Ah bon ? Et ils regardaient quoi alors ? Parce que je peux t'assurer avoir vu ton père lever un sourcil. Répondit-elle sur le même ton taquin.

Il s'approcha soudainement, frôlant le côté de son visage, glissant jusqu'à son oreille pour lui souffler deux mots à l'oreille. Elle ne s'aperçut même pas qu'elle avait retenue son souffle avant qu'il recule tout aussi rapidement pour la faire tourner. Un sourire de chat lui barrant le visage d'une oreille à l'autre, elle profita du mouvement pour rabaisser le bras de son cavalier au lieu de passer en dessous, l'enroulant autour d'elle jusqu'à se retrouver dos à lui. La main de la louve sur celle du cavalier, son propre dos était à un souffle de son torse. Elle savait qu'en s'approchant plus, elle aurait put sentir un souffle dans ses cheveux mais elle ne voulait pas être oppressante, surtout après la discussion pour le moins étrange qu'ils venaient d'avoir. Le seul moyen de l'éloigner sans lâcher prise était de refaire exactement le même mouvement dans l'autre sens. Il n'avait qu'une impulsion à donner.

Elle tourna la tête à demi, sans grand espoir de le voir nettement.

-Comment ça, « c'était moi » ? Je doute que ce soit ma merveilleuse prestance qui les aient intéressé… Qu'est-ce que tu as été leur raconter ?

Il n'y avait aucun reproche dans sa voix, seulement de la tendresse. C'était dit sans grand sérieux, une réponse monté de toute pièce ne l'aurait pas plus étonnée que ça. Elle poursuivait le jeu que Fenris avait amorcé.

Il était bien plus probable que les fameux Noldorion l'observe après avoir entendu parler du rôle clef qu'elle avait joué dans l'organisation des Cité du sud et de la prochaine réunion des Protecteurs à Alëandir. Ou peut-être avaient-ils entendus les rumeurs qui commençaient à se confondre en pronostiques sur l'identité du futur régent.

Elle même n'avait encore rien dit à son père... bien qu'elle se doute qu'il n'était pas totalement étranger à l'affaire étant donné le coup de pied qu'il s'était résolu à mettre lui-même dans la fourmilière qu'était la vie sentimentale de sa fille. Mais Fenris avait passé la veille du bal avec sa famille, alors qui sait, elle pouvait toujours avoir des surprises…

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Lun 14 Mar 2016 - 19:54

Fenris était satisfait de voir à quel point la Dame d'Ardamir s'était prêtée au jeu. Après un petit temps d'adaptation, ils avaient fini par danser du même pas, écoutant probablement la même mélodie. Il avait certes une perception différente de la Symphonie mais il entendait la même chose qu'elle. L'exercice aurait été bien plus compliqué sans cela.

Halie ne sembla pas comprendre tout de suite ce que son partenaire de danse voulait dire. Sa remarque sur sa prestation l'amusa.

-Et ce n'était certainement pas la mienne qu'ils observaient. Ils m'ont assez souvent vu danser pour cela.

-Qu'est-ce que tu as été leur raconter ?

-Rien. Nous en avions convenu. Répondit-il posément.

Avec douceur, il la repoussa lentement pour l'éloigner de lui, la faire pivoter et l'attirer à nouveau dans ses bras. Il n'avait pas interrompu ses pas, même quand elle lui tournait le dos, jouissant du plaisir de pouvoir l'étreindre en l'enveloppant totalement de ses bras.
Maintenant qu'elle se tenait face à lui, il pouvait tenter de lui expliquer.

-Tu as sans doute remarqué que Delyndil n'avait pas pour projet de chercher une épouse. Et Finwë n'est pas mieux à ce sujet. Non content d'être le troisième fils inespéré de cette famille, je suis également plus abordable que mes deux frères. On attend donc beaucoup de moi et toutes les femmes que je fréquente sont des épouses potentielles.

Fenris éloigna un peu Halie de lui afin de la faire tourner sur elle-même. Le ton qu'il employait était léger, que quoi teinté d'un peu de lassitude. Le jeune homme avait à coeur de répondre aux attentes de ses pairs mais celle-ci était plus oppressante pour lui qui n'avait nullement l'intention de se presser. Les choses de l'amour prennent du temps et il ne voulait pas s'engager pour s'engager mais bien parce que son coeur le souhaitait.

-On m'en a d'ailleurs présenté un certain nombre ce soir-là mais si je les ai invitées à danser, c'était pour une bonne raison.

Il l'attira à nouveau à lui, reposant sa main dans le bas de son dos.

-Je voulais pouvoir t'inviter ensuite sans éveiller les soupçons. Aux yeux de tous, il est normal que nous soyons proches mais si je t'avais invitée en premier, cela aurait démontré une certaine impatience. Et nous n'avons pas besoin de nous encombrer de ce genre de "on-dit" pour le moment.

Un doux sourire s'était dessiné sur les lèvres de Fenris. Ils devaient bien admettre qu'ils avaient eu un début de relation assez difficile, Halie se refusant durant de longues ennéades à accepter ses sentiments pour lui, allant jusqu'à la panique lorsqu'il décidait d'enfin lui ouvrir son coeur. De plus, la "menace" de la reprise de service du cavalier pesait déjà sur eux à Eteniril et ce moment était suffisamment redouté pour qu'ils n'aient pas en plus à se préoccuper du regard des autres sur leur relation encore bien trop jeune pour le supporter.
Pour l'heure, ils étaient bien mieux ainsi, à ne partager tout ceci que dans l'intimité et le secret. Il viendrait bien assez vite le temps de dévoiler tout cela auu grand jour... Ils devaient en profiter tant qu'ils pouvaient vivre leur amour naissant en toute innocence.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Mar 15 Mar 2016 - 23:03

Elle aurait du s'y attendre, à sa question joueuse, Fenris avait répondu avec légèreté mais non sans son habituel sérieux. Elle l'écouta expliquer le pourquoi du comment tout en suivant ses pas. Pour être tout à fait honnête, cette lubie de lui présenter des femmes ou de voir toutes les personnes qu'il fréquentait comme des épouses potentielles semblait assez incompréhensible à la Protectrice.

Rien ne servait de forcer un cœur a faire des rencontres. Le pousser à faire son choix n'était pas plus utile. A quoi bon ? De toute façon cela ne changerait rien. La personne ne s'en trouvait pas tout à coup changée. Ou alors les Noldorions faisaient partie de ces vieilles familles qui voyaient dans la transmission de leur nom et de leurs valeurs une réelle importance ? Mais dans ce cas pourquoi ne pas adopter ? Vraiment, cela n'avait aucun sens. Mais elle ne fit aucune remarque. Il n'y avait aucune remarque à faire. Il n'y avait qu'à accepter cette vision du monde… même si elle semblait vraiment stupide. Elle préféra continuer simplement sur un ton léger.

« Pauvres danseuses aux quelles tu as accordé si peu d'attention… Mais je les comprends. Tes frères sont des modèles de devoir. Vous avez tous les trois prouvé à de nombreuses reprises vos capacités et cela force l'admiration. Mais entre toi, un conseiller qui ne vit que pour son travail et un capitaine qui invoque plus volontiers Tari que Kÿria, je sais lequel je choisirai… ou devrais-je dire celui par qui je suis heureuse d'avoir été remarquée ? »

Elle fit un pas un peu plus ample que les autre pour s'approcher un peu de lui et lui glisser la dernière phrase plus tendrement avant de se laisser de nouveau porter par les choix de son cavalier.

« Il faudra simplement que tu me dises si je dois être jalouse de toutes ces rencontres que tes parents te poussent à faire… »


Elle appuya sa dernière pique d'un regard provocateur. Une passe, un tour sur elle-même et elle posait de nouveau sa main à l'endroit exacte qu'elle venait de quitter, sur l'épaule qu'elle avait vu se remettre doucement.

Profitant d'un moment où ils restaient face à face sans passe particulièrement complexe, elle se perdit une fois de plus dans ses yeux, consciente de la présence autant que de la chaleur qui émanait de son corps. Le sourire d'Halya se fit plus doux, plus tendre. La paume qui effleurait la tunique de son prétendant se mis doucement en mouvement pour se poser sur la joue du jeune homme. Le geste brouilla un instant leur distance mais le rythme repris sans autre à-coup.

« Je t'aime Fenris. »

Ces mots ne lui avaient pas échappés. Elle les avaient longuement pensés et pesés. Même lors de cette soirée où il lui avait avoué ses sentiments, elle n'avait pas put les lui dire. Elle ne l'avait pas voulu. Lui-même ne les avaient pas prononcer non plus dans cet ordre là exactement. A présent, sa peur s'était un peu calmée, aussi étrange que cela puisse paraitre si peu de temps après leur séparation.

Elle n'attendait aucun retour, n'eut même pas l'idée de tenter le moindre geste. Elle avait seulement envie qu'il sache car cela lui paraissait important. Elle avait envie de se l'entendre dire autant que de le dire à Fenris. Les sonorités de la langue elfique semblaient si particulières en prononçant cette phrase. Les odeurs humides du jardin les entouraient. Le soleil avait disparu, ne laissant qu'une faible traînée de lumière au bout du ciel. Heureusement, la luminosité était encore bien suffisante pour détailler le visage de son cavalier.

Il y avait de quoi oublier tout le reste, passé comme futur.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Sam 19 Mar 2016 - 10:35

A la question d'Halie, Fenris avait répondu par un tendre sourire. En effet, il l'avait remarquée. Bien qu'il se soit toujours comporté avec elle comme avec n'importe quelle femme, son coeur l'avait choisie. Et il devait bien admettre qu'il ignorait pourquoi. Peut-être parce qu'elle n'avait rien de conventionnel, qu'elle n'obéissait qu'à ses propres codes et valeurs, contrairement à toutes les jeunes filles de bonnes familles qu'on lui présentaient. Lui-même n'était pas forcément des plus conformes aux formes de pensée généralement constatées dans le peuple elfique. Il était plus ouvert d'esprit, concernant les Noss, les humains... et bien d'autres choses encore. Il n'aimait pas les drows mais il n'en était pas à leur vouer une haine sans nom. Ses ressentiments envers eux étaient raisonnés.
Peut-être étaient-ce toutes ces différences qui les avaient réunis.

Fenris rit lorsque la Protectrice lui parla de jalousie.

-Si nous continuons sur notre lancée, tu n'auras bientôt plus à t'en soucier.

Cette phrase aurait pu être mal interprêtée mais la tendresse du ton qu'il avait employé ainsi que son doux sourire étaient sans équivoque. S'ils poursuivaient ainsi, dans quelques mois, voire ennéades, ils seraient devenus suffisamment proches pour annoncer leur relation à leurs parents. Dès lors, plus de présentations et de danses forcées pour Fenris. Et donc, plus de raisons pour elle d'être jalouse.

La valse se poursuivit dans une ambiance légère et bon enfant. Un sourire tendre et paisible ne quittait plus les lèvres de Fenris tandis qu'il menait la danse, faisant tourner Halie avant de la ramener contre lui. Son regard ne quittait pas la belle rousse qui riait d'insouciante. On aurait bien pu les voir, il ne s'en serait même pas aperçu. Et cela lui aurait peu importé au moment présent. Car il n'y avait plus que le présent qui importait. Il n'y avait plus d'hier avec Ellyrion, les drows et les Noss. Il en avait même oublié le déchirement que provoquerait son départ tout proche. C'était comme s'ils étaient seuls au monde et que la joie de vivre ne pouvait les quitter.

Finalement, une main vint se poser sur son visage. Fenris plongea alors son regard dans celui de la Dame et il rata une mesure... Il ignorait pourquoi, mais il savait qu'il était en train de se passer quelque chose d'important et, sans avoir le temps de comprendre quoi...

-Je t'aime Fenris.

Le cavalier s'arrêta net. Son sourire s'effaça, laissant place à une expression de stupéfaction mêlée à un certain sérieux. Il détailla son regard et les traits de son visage. Cette fois, elle n'avait pas agi pas impulsion. Elle pesait réellement le poids de ses mots et avait conscience de leur effet.
Fenris resta immobile quelques instants. Finalement, son visage fut comme attiré par celui de la Protectrice et son souffle vint retrouver le sien. Il posa ses lèvres sur les siennes et l'embrassa avec un peu plus d'assurance que précédemment transmettant, sans le vouloir, toute la tendresse qu'il ressentait pour elle.
Ce nouveau baiser dura quelques minutes, temps à la fois infini et trop court. Mais il fallait bien y mettre fin, tant qu'il n'était pas prêt à aller plus loin. Les lèvres de Fenris se détachèrent finalement de celles d'Halie mais il ne put se résoudre à s'éloigner d'elle. Il la garda dans ses bras et posa son front contre le sien.

-Tu es pleine de surprises ce soir.

La voix de Fenris était comme un murmure. Il avait peur de briser le silence qui les avait subitement entouré.
Ce baiser était sa réponse. Lui qui était d'ordinaire si éloquent n'avait pas de mots pour traduire ce qu'il ressentait. Plus jeune, moins expérimenté et vivant à un tout autre rythme, il était encore incapable de reconnaître le sentiment d'amour. Et, s'il était vrai qu'il avait énormément de tendresse et d'affection pour Halie, il n'en était pas encore là.

C'était la deuxième fois qu'il était en décalage avec elle en si peu de temps. Elle l'aimait, lui avait avoué ses sentiments et éprouvait du désir pour lui tandis qu'il n'avait que de la tendresse pour lui répondre. Quelque part, cela le rendait un peu malheureux même s'il cherchait à ne rien en montrer. Tout cela viendrait, il le savait. Alors autant ne pas briser ce beau moment.

Reprenant son idée précédente, il prit sur lui (comme on lui avait si bien appris à le faire) et choisit de rester sur un ton léger, masquant la tristesse qui avait furtivement traversé son coeur.

-Moi qui pensait marquer quelques points avec mon dîner au clair de lunes, je pense que tu m'as battue.

Les rires reprirent. Visiblement, Halyalindë n'attendait pas de réponse de la part de son compagnon, ce qui facilita la suite de la soirée.
Après un moment, les deux tourtereaux retournèrent sur la nappe et mangèrent au rythme paisible de la nature qui les entourait. A la fin du repas, Fenris attira sa dulcinée dans l'herbe pour observer les étoiles. Halie installa sa tête dans le creu de son épaule tandis qu'ils continuaient à converser sur un ton toujours aussi léger. Après un moment de discussion ininterrompue, elle se retrouva appuyée sur son coude, le visage au dessus de celui du cavalier et un silence s'installa. Il glissa alors une main sur sa joue, prolongeant son mouvement jusqu'à la limite de sa nuque, et excerça une légère pression afin de l'attirer à lui. La soirée s'acheva sur ce nouveau baiser, plus long encore que le précédent.
Se trouvant au milieu de la nuit, ils durent se résigner à rentrer. Fenris remballa le pique nique et prit la main de la Protectrice dans la sienne pour la raccompagner jusqu'à ses appartements.

La route fut bien longue jusqu'au couloir du logement d'Halie, et jusqu'à sa porte. Ce n'était pas tout à côté mais les deux elfes ne se pressèrent pas non plus. Ils avançaient à un rythme régulier mais très lent. Profitant que le palais soit désert à cette heure et évitant les portes gardées au maximum, ils restèrent la plupart du temps main dans la main. Leurs épaules se frôlaient presque en permanence, comme s'ils refusaient de s'éloigner l'un de l'autre tant qu'ils pouvaient encore rester ensemble.
Fenris faisait tout ce qu'il pouvait pour conserver cet esprit bon enfant qui les avait accompagné toute la soirée afin de faire en sorte que cette première séparation (avant la vraie qui aurait lieue le lendemain) ne soit qu'un petit aurevoir et que leur nuit soit emplie de tous les bons souvenirs que cette soirée leur laisserait.

Lorsqu'ils atteignirent enfin la porte d'Halie, Fenris se rendit finalement compte de tout le chemin qu'ils venaient de parcourir et qui lui avait semblé si court.
Se délestant momentannément de son panier sur le sol, il posa les mains sur les hanches de la Protectrice pour se tenir face à elle. Son visage affichait toujours une espression pleine de douceur et de tendresse.

-Bonne nuit...

Fenris hésita une seconde avant d'ajouter, comme si la pose avait été volontaire :

-... Halie.

Un autre doux nom lui était venu à l'esprit mais il n'avait pas osé le prononcer. Ce soir avait déjà été le témoin de grandes avancées dans leur relation. Il fallait en garder un peu pour la suite. Refusant de noircir son esprit de la crainte de la mort, il préférait regarder droit devant lui et observer leur avenir qui leur tendait les bras.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Dim 20 Mar 2016 - 15:43

La soirée était passé comme un éclair au milieu de l'orage. Aussi simple que belle. Ils avaient discuté longtemps. Il n'avait pas répondu à sa déclaration mais elle ne s'attentait pas à ce qu'il le fasse. Elle avait seulement besoin de le dire pour affronter sereinement les ennéades à venir. Elle avait regardé les étoiles pour la première fois depuis des décennies. Il avaient profité du moment, simplement profité. Sans autre accroc qu'un verre renversé dans un faux mouvement. Sans autre surprise. Ils étaient restés sage sans se forcer à l'être.

Et au final, il avait bien du finir par se quitter. Fenris avait eu une courte hésitation avant de la quitter. Elle ne s'y était pas vraiment attardée et l'avait embrasser sur la joue.

Elle n'aurait pu rêver de mieux pour cette soirée… Mais lorsque la porte de ses appartements se referma derrière elle, la réalité lui sauta dessus comme un énorme chien de chasse qu'on aurait enfermé bien trop longtemps sans rien à se mettre sous la dent. Elle secoua la tête, gardant le sourire, et commença a se préparer pour la nuit.

La paix, voilà un concept bien étrange… Mais si elle en avait un vague souvenir, ça ressemblait à ce qu'elle avait vécu durant cette soirée. Des accrochages, des petites tracas. Des situations capable de renverser une vie… Sans jamais être mortelles. Le danger était tout autre, bien moins prenant. L'angoisse, l'inquiétude y étaient réduites à leurs formes les plus simples. C'était tellement différent de ce à quoi elle était habituée…

Un cliquetis attira son attention alors qu'elle posait ses vêtements sur un fauteuil. Elle fronça les sourcils… et dégrafa une petite broche en or d'un pan de sa robe et la garda quelques instant sur sa paume. Elle avait même oublié ça…

Elle posa soigneusement l'objet sur sa table de chevet et passa une chemise avant de se glisser jusqu'à son balcon. Les yeux perdus dans l'ombre, elle tentait de deviner des mouvements auxquels s'accrocher pour laisser son esprit au repos… Mais ce soir, pas une ombre blanche à l'horizon… Cette absence la poussa a redescendre un moment le petit escalier qui menait au plus haut jardin. Mais rien… Fatiguée, elle finit par remonter pour se glisser sous ses draps et tenter de fermer l’œil.

Mais comme a son habitude, elle ne sombra profondément que lorsque une masse heurta la porte et que des bruits de pas raclèrent le sol de sa chambre.



Un sommeil profond, certes, mais de courte durée.

Le soleil n'était pas encore levé lorsqu'Halya sortie du lit… Et ce n'était pas non plus la première fois qu'elle ouvrait l’œil. Seule une pâle lueur au dessus de la cime des arbres prouvaient que le jour ne tarderait pas.

Randil dormait dans une position étrange, la tête et une patte sur le lit. Qui aurait hurler sous la totalité de son poids. Elle se leva en catimini pour ne pas le réveiller et quitta la pièce pour se débarbouiller avant de passer un pantalon et une tunique. Elle sécha rapidement ses cheveux, enfila une paire de botte et quitta la chambre par la porte-fenêtre.

L'intérêt de vivre dans un palais qui a des allures de tour sans fin, c'est que les escaliers maintiennent en forme… En un rien de temps, elle passa devant la chambre de Fenris pour y frapper quelques coups… sans réponses. Alors elle dévala le reste des milliers de marches qui séparait les ailes d'habituation de la terre ferme. L'angoisse recommençait à poindre, mais elle savait que ce n'était que passager. Une fois plonger corps et âme dans tout ce qu'elle avait a faire, elle pourrait tenir tout cela loin de son esprit… n'est-ce pas ?

Au final, elle laissa ses pieds prendre la direction du seul endroit ou elle était sûr de finir par le trouver. Entre les racines du Palais, non loin du sanctuaire, une bulle de bois servait aux quelques chevaux des ambassadeurs. Une autre écurie, toute aussi réduite, se trouvait à plus loin dans la cité, pour les quelques cavaliers de l'armée, mais Ardamir étant ce qu'elle était, les montures n'occupaient pas une place bien importante dans la vie quotidienne… ni dans l'utilisation des terrains.

Tournant à l'angle d'un passage, elle salua deux garde en poste et continua sans s'arrêter vers l'écurie.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Lun 21 Mar 2016 - 21:39

Fenris était désormais seul dans sa chambre. Une fois qu'Halie avait fermé la porte de ses appartements, il était resté là quelques instants avant de ramasser son panier et de le rapporter comme convenu aux cuisines. A présent, il devait s'occuper d'un tout autre ballot... Son paquetage.
Après avoir rassemblé, plié et empilé toutes ses affaires sur son lit, il mit de côté son uniforme et ses armes pour le lendemain et emballa ses vêtements de rechange. Quant à ses tenues civiles, il avait obtenu sans mal l'accord de l'intendant pour les laisser dans l'armoire de sa chambre. Les visites n'étaient guère fréquentes avec la guerre et il lui serait aisé de faire un petit détour par Ardamir lors de sa prochaine permission. Tout du moins, c'était ainsi que le cavalier avait présenté la chose, omettant volontairement de parler de son profond désir de revenir voir Halie.

Lorsque son lit fut libéré, il s'en détourna... Fenris sentait bien que le sommeil le fuyait pour l'instant. Aussi alla-t-il sur le balcon et s'installa-t-il pour la énième fois sur le siège qui y avait été installé plusieurs ennéades auparavant. Se rendant sourd au chant d'Anaëh, il tendit l'oreille vers les sons de la paisible nature nocturne telle qu'il l'entendait avant le Voile. Les crissements des insectes, les hululements d'une chouette, la douce brise d'été agitant doucement les feuillages...
Les pensées du jeune cavalier se détachèrent plus rapidement qu'il ne l'aurait cru de cette ambiance mélodieuse, happées qu'elles étaient pas les souvenirs de cette soirée. Il ne cessait de repasser dans sa tête son premier baiser avec Halie puis les deux suivants. Il avait encore l'impression de sentir ses lèvres contre les siennes. La douceur de sa peau frôlait toujours sa main. Son odeur avait tant imprégné ses vêtements qu'il avait l'impression qu'elle se tenait près de lui.
Il ne pouvait qu'imaginer à quel point tout cela allait lui manquer. Mais, plutôt que de ressasser ses craintes, il se remémora chacun de ces précieux moments passés auprès d'elle.

La nuit passa ainsi. Fenris ferma les yeux à peine une heure, assis sur son fauteuil.
Lorsqu'il ouvrit les yeux, il constata que le soleil était encore couché mais seulement pour une heure. Deux grand maximum. Alors il se leva et rentra dans sa chambre. A contre cœur, il se sépara des habits qui sentait encore le parfum de la peau de la Protectrice pour enfiler son uniforme. Il laça ensuite ses bottes, harnacha sa cuirasse et sangla les lames de son père dans son dos. Saisissant son épée lourde, son bouclier et son paquetage, il prit la direction de la sortie. Alors qu'il passait devant un miroir, il entrevit sa silhouette avant de s'arrêter et de faire un pas en arrière pour se regarder. Cela lui semblait presque surréaliste. C'était comme s'il n'avait pas porté son armure depuis des mois... Ces quelques ennéades lui avaient pourtant semblé si courtes...
Après un moment, il se détourna enfin de son reflet et quitta sa chambre.



Inysiëis fit un très bon accueil à son cavalier. Cela faisait un moment qu'il lui parlait de repartir tous les deux et elle attendait ce moment avec impatience. Les promenades quotidiennes ne lui suffisaient pas. Elle avait envie de grandes chevauchées dans la nature, loin des cités très peuplées et recouvrant la végétation. Fenris posa ses affaires et vint la saluer avec quelques caresses. Il entreprit ensuite de lui donner sa ration afin qu'elle mange le temps qu'il la prépare.
Lorsqu'Halie arriva, la jument avait été brossée et sellée. Le paquetage était fixé à l'arrière de son harnachement. L'épée lourde avait retrouvé sa place dans le fourreau qui se trouvait du côté gauche de la meharas. Quant à son bouclier, il attendait le dernier moment pour en recouvrir son dos, par dessus les deux lames qui s'y trouvaient déjà.
Occupé à vérifier que toutes les sangles étaient correctement fixées, Fenris n'entendit ni ne vit la dame de ses pensées arriver. Elle n'avait pas quitté son esprit depuis qu'il l'avait laissée devant la porte de sa chambre. Même maintenant, alors qu'il était affairé, il ne pouvait s'empêcher de penser à elle. Il espérait la voir avant de partir. Ils ne s'étaient même pas donné rendez-vous... Elle savait qu'il partait avant l'aube pour rejoindre ses frères d'arme aux portes de la cité aux premières lueurs du jour. Mais viendrait-elle ? Quelque part, il redoutait qu'elle ne souffre trop de son départ pour être capable d'y assister...

Pourvu que non.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Mer 6 Avr 2016 - 15:22


Dans la pénombre qui précédait le jour, le palais était encore à demi-endormi. Il en allait de même pour les écuries. En arrivant à la porte, elle avait put constater que Fenris était seul. Elle s'arrêta une seconde sur le pas de la porte.

Ils y étaient. Comme souvent, la réalité lui paraissait moins dure que les craintes qui l'avaient rongées. Oh, ce n'était pas facile pour autant, mais la réalité de ce départ lui paraissait moins définitive avec les souvenirs qui lui remplissait la tête.

Les bras croisés sur la poitrine, elle hésita à interrompre le cavalier, en profitant pour l'observer… Mais contrairement à son cavalier, Inysiëis repéra rapidement l'intruse. Sur un signe de tête à l'intention de la jument qui venait de pointer les oreilles dans sa direction, elle se glissa aussi silencieusement que possible jusqu'à son box.

« Alors ? Tout est prêt ? »


C'était tout ce qu'elle avait trouvé à dire. Ce n'était pas grandiose et ses bras étaient toujours croisés, mais au moins son ton était plutôt léger.

« J'ai eu peur de t'avoir manqué. Ne me dit pas que tu espérait t'esquiver sans un au revoir ? »
ajouta-t-elle même avec un sourire en demi lune.

Tout en parlant, elle avait fouillé dans un poche de sa tunique pour en sortir un petit sachet en tissus, révélant au passage une certaine broche dorée que Fenris avait déjà eu l'occasion de voir plus d'une fois.

« Ce sont les remèdes que j'avais utilisé pour ton épaule. Si jamais tu te retrouves en mauvaise posture (à cause de quelqu'un d'autre que moi...) tu auras au moins ça. »

Elle avait beaucoup hésiter à lui faire un présent avant son départ. Les superstitions l’empêchaient de lui offrir une arme. Un livre ne lui aurait pas servi à grand-chose. Et le reste lui avait parut un peu stupide. La seule chose un tant soit peu utile à laquelle elle avait pensé était ses remèdes Noss.


_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Sam 9 Avr 2016 - 10:43

Fenris se retourna soudainement en attendant une voix derrière lui. Il était si concentré sur ce qu'il faisait qu'il ne l'avait pas entendue s'approcher. En découvrant le visage de sa dulcinée, il ne put s'empêcher de sourire, soulagé et heureux qu'elle soit venue. Certes, il ne l'avait quittée que depuis quelques heures mais il espérait pouvoir profiter de sa présence autant qu'il lui était possible. Lui-même ne comprenait pas ce désir inspiré par son cœur tandis que sa raison lui disait qu'ils se reverraient bientôt.

-Oui. Je faisais quelques dernières vérifications. Et j'essayais de gagner du temps...

Il avait marqué une pause avant de prononcer cette dernière phrase, comme s'il avouait une chose qu'il n'aurait pas dû faire. Depuis qu'il avait commencé à s'habiller, il n'avait cessé d'espérer la voir arriver à un moment où à un autre. Elle serait venue le voir achever ses bagages. Il l'aurait trouvée sur le pas de sa porte, prête à frapper tandis qu'il sortait. Elle l'aurait rattrapée alors qu'il marchait dans les couloirs. Il l'aurait trouvée en train de lui tendre sa selle juste au moment où il en avait besoin... Finalement, ce fut la seule éventualité à laquelle il n'avait pas songé qui se produisit. Pourtant, il en avait d'autres qui le conduisait jusqu'au moment où Ardamir aurait disparu derrière lui.

-J'ai eu peur de t'avoir manqué. Ne me dit pas que tu espérait t'esquiver sans un au revoir ?

Fenris délaissa sa tâche pour faire complètement face à la belle de ses pensées et lui sourit.

-J'ai beaucoup hésité à passer te voir. Et puis j'ai pensé que, peut-être, ce serait trop dur pour toi. Alors, plutôt que de m'imposer, je t'ai laissé le choix et j'ai traîné des pieds.

Un petit rire d'amusement mais dépourvu de joie lui échappa.

-J'aurais pu être parti il y a une heure déjà.

Fenris posa son regard sur le petit sac de toile qu'il reconnut sans mal. Sans le quitter des yeux, il s'approcha et ne s'arrêta qu'à un pas de la Protectrice. Il prit la main qui tenait le précieux objet dans les siennes et releva la tête pour voir Halyalindë. Il savait ce que cela représentait pour elle. Ces remèdes lui venaient de sa mère et lui étaient précieux. Cette fois, elle prouvait ses sentiments non plus par des mots mais par un geste plein de symboles.

-Et s'il ne m'arrivait rien, Halie ?

Il lui adressa un sourire doux. Bien sûr qu'elle s'inquiétait pour lui. Il était plus jeune, moins expérimenté et se remettait tout juste d'une grave blessure. Mais il était intelligent, fin stratège et entouré par les trois plus hauts officiers de la cavalerie. Même si les prochaines ennéades allaient se révéler des plus difficiles, il voulait la rassurer. Il avait été éduqué pour mettre ses émotions de côté en toutes circonstances. Il savait qu'il parviendrait à gérer sa crainte de perdre celle qui avait pris son cœur. Mais qu'en était-il pour elle ? Elle avait déjà perdu l'homme qu'elle aimait. Elle avait évoqué sa peur de revivre ça avant même qu'elle accepte ses sentiments pour lui. Alors comment allait-elle vivre tout ça avec ce qui allait bientôt se passer ?

-Je suis sorti d'Eraison sans une égratignure. Je suis revenu d'Anduram avec tous mes esprits. Tant qu'il n'y a pas de belle Protectrice en détresse, tout devrait bien se passer.

Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de Fenris sur ces derniers mots. Il avait tenté ce trait d'humour en espérant que cela fonctionnerait. Là où il allait être posté, il n'y aurait que des militaires...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Dim 10 Avr 2016 - 0:15

« Très bien. Excuse moi de n'avoir pas réussi à me réveillé plus tôt… » grommela-t-elle… avec un sourire qui démentait totalement son air grognon… sourire qui s'agrandit en l'entendant émettre l'idée qu'il ne lui arriverait rien s'il n'était pas distrait par elle.

Elle était heureuse qu'il ne soit pas parti plus tôt. Si elle avait pris le risque de commencer cette relation, ce n'était pas pour la laisser lui glisser entre les doigts à cause de la peur… Même si elle devait encore parfois se retenir à deux mais pour ne pas se laisser submerger. C'était aussi ça le courage… et la force de l'habitude. Elle devait se rendre à l'évidence : qu'elle porte ou non un titre d'officier, la guerre ne la lâcherait pas comme ça, et ce n'était pas en restant en arrière qu'elle s'épargnerait. Si Kÿria le voulait, elle serait bientôt Régente et sa place serait ce qu'elle n'avait jamais arrêté d'être en réalité : choisir qui devait mourir pour sauver les autres. Les événements des dernières ennéades avaient fait ressurgir une femme qu'elle n'était plus depuis longtemps. Il était temps qu'elle arrête de laisser la peur diriger sa vie et qu'elle accepte pleinement celle qu'elle était devenue.

Elle n'était sûre de rien. Ils n'étaient sûrs de rien. Alors l'instant présent pouvait bien reprendre ses droits. Ses meilleurs années, elle les avaient vécue ainsi, que ces instants soient difficiles ou heureux, elle les avaient vécu pleinement. Les Anciens pensaient bien assez au prochain Cycle pour qu'elle se permette de regarder le monde tel qu'il était pour le moment. Si elle voulait réellement supporter le poids de responsabilités plus lourdes encore, elle devait d'abord être en accord avec elle-même. Elle avait à la fois trop vécue et trop peu pour que cela soit simple, mais elle savait que c'était possible. Même plus : que c'était ce qui était le mieux pour elle.

Elle perdit ses yeux dans les iris asymétriques du jeune cavalier. Elle n'était pas parfaitement tranquille. Oui, leur séparation l'effrayait un peu et elle savait qu'elle serait peut-être autant en danger que lui. Non, elle n'était pas sûre à deux-cents pourcent des sentiments qu'elle lui avait avoué la veille. Elle n'était pas certaine qu'ils dureraient, que la distance n'allait pas les effilocher un par un. Mais elle avait eu besoin de lui dire ce qu'elle ressentait et elle ne regrettait rien des instants qu'ils avaient passés ensemble jusque là… Et elle espérait à juste titre qu'ils se retrouveraient pour en passer bien d'autres.

« Et bien s'il n'y a aucune Protectrice en détresse tu aura toujours un onguent à l'odeur assez forte pour faire décamper les drows. Je n'y avait jamais pensé, mais je suis sûre qu'il y a quelque chose à tenter avec ça… »

Sa main serra légèrement celle du cavalier alors qu'elle faisait pivoter lentement son poignet de façon à ce que le sachet repose dans la paume du jeune homme.

« Je suis désolée d'avoir été a fleur de peau ces derniers temps. C'est juste que c'est… un peu compliqué pour moi. Beaucoup de choses se passent en même temps. Mais je n'aurai pas raté ton départ pour si peu. Les autres t'attendent déjà je suppose ? »

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 314
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Lun 11 Avr 2016 - 16:12

Malgré la petite phrase d'humour, Fenris n'eut pas de réaction avant que l'onguent ne se retrouve dans sa main. Le coin de ses lèvres se releva alors dans une expression mi-amusée mi-obligée. Puisqu'elle insistait, il le prendrait mais il préférait croire encore que tout se passerait bien. L'idée de partir en se disant qu'il était possible qu'il ne rentre pas était bien trop morbide à son goût.

-Je suis désolée d'avoir été a fleur de peau ces derniers temps. C'est juste que c'est… un peu compliqué pour moi. Beaucoup de choses se passent en même temps. Mais je n'aurai pas raté ton départ pour si peu. Les autres t'attendent déjà je suppose ?

-Pas encore. Et de toute façon, s'ils n'ont pas la patience de m'attendre, nous les rattraperons.

Inysiëis hennit en guise d'approbation. Ses compagnons avanceraient au pas. Un peu de galop suffirait donc à les rejoindre sans trop d'effort. Et puis, il ne voulait pas non plus partir comme un voleur.
Refermant ses doigts sur le petit sac, il glissa sa main libre jusqu'au visage de la belle où il la posa sur sa joue. Puis il s'avança pour s'arrêter à quelques centimètres de son visage. D'une voix presque chuchotante, elle répondit à ses excuses.

-Tu n'as rien à te faire pardonner. Et j'espère avoir su prendre soin de toi autant qu'il m'était possible.

Comment aurait-il pu lui en vouloir ? En ces temps troublés, elle mettait tout en oeuvre pour gérer l'approvisionnement du front, la préparation de ses troupes, la gestion d'une partie des réfugiés, les relations avec les Noss... Il avait fait ce qu'il pouvait pour l'aider et lui prodiguer conseils lorsqu'elle le réclamait mais, tandis qu'ils étaient seuls tous les deux, il avait également fait en sorte de la divertir afin qu'elle décompresse de tout ce poids qui pesait sur ses épaules et ainsi pouvoir tenir plus longtemps. Il avait à peine eu le temps de commencer à découvrir quel pouvait être son rôle en tant que compagnon, sans pour autant s'imposer en tant que tel du fait de la jeunesse de leur relation.
Tandis qu'il se tenait si prêt d'elle, il ne put résister à l'envie de l'embrasser. Mais ce contact qui se voulait bref ne devait pas s'arrêter là car il dura quelques secondes de plus. Il s'était laissé prendre à son propre piège car ce court instant lui rappela à quel point partir était bien la dernière chose qu'il voulait. Dans un monde parfait, les ennéades précédant leur premier baiser auraient été bien nombreuses car ils n'auraient pas eu à endurer cette chasse à l'homme en pleine forêt qui les avait si vite rapproché. Ils n'auraient pas non plus été contraints de se quitter alors que la bataille approchait à grand pas, les mettant tous deux en danger. Au contraire, ils n'auraient eu à se séparer que pour un sommet politique ou pour préparer le terrain auprès de leurs familles respectives avant l'annonce de leur relation.
Mais rien ne semblait tourner ainsi. Avant la fin du mois, ils seraient fixés sur le sort d'Anaëh et le leur. Il fallait espérer que tous trois en ressortiraient indemnes. Alors que ses lèvres quittaient enfin celles de la Protectrice, Fenris ne parvint pas à se détacher d'elle tout de suite et fit une étape, posant son front contre le sien.

-J'aimerais te dire les mots que tu as prononcé hier mais c'est bien trop tôt.

Relevant enfin la tête, il plongea son regard dans celui de la Protectrice afin qu'elle puisse peser le poids de ses paroles.

-Je tiens à toi Halie. Plus que je n'aurais pu le croire possible.

Il marqua une pause puis exerça une légère pression de la main sur la joue. Il lui sourit doucement.

-Nous nous retrouverons très bientôt au camp. Ne sois pas en retard.

Son retard se fit plus appuyé après cette petite note d'humour. Il refusait que cet au revoir finisse en adieux larmoyants. Tout ce qu'il disait était vrai : elle n'avait que quelques affaires à régler avant qu'ils ne se rejoignent. Le vrai drame serait le jour où tous deux iraient chacun de leur côté pour mener ses propres combats, restant de longues journées sans savoir ce qu'il en était de l'autre. Aujourd'hui n'était donc qu'un premier essai avant la date fatidique.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   Sam 16 Avr 2016 - 13:09

-Tu n'as rien à te faire pardonner. Et j'espère avoir su prendre soin de toi autant qu'il m'était possible.
-Plus qu'aucun autre.

Elle sourit de nouveau, autant pour son habituelle prévenance que parce qu'elle le sentait se pencher vers elle presque malgré lui. Les bras de la Protectrice enlacèrent son cou. Tout cela, jusqu'au moindre détail lui paraissait presque… normal ? Elle n'avait pas envie de se séparer de lui, surtout pas sans savoir quand leurs routes allaient pouvoir de nouveau se croiser. Mais le fatalisme qu'elle avait ressentit semblait l'avoir quitté. Au lieu de l'anéantir, ce baiser lui rappelait une fois de plus que certaines choses méritaient qu'on se battent pour elle… et pas seulement par ce que c'était le seul moyen de ne pas perdre la tête.

Son abnégation n'en avait jamais totalement été. Ici et maintenant, elle trouvait une raison de plus de faire en sorte que leur peuple puisse enfin vivre en paix. Que les cités redevienne un lieu des plus ennuyant ou chaque elfe pouvait regarder passe les décennie sans presque s'en rendre compte. A force de courir après le temps, ils avaient presque des réactions… humaines.

Leurs souffles se mêlèrent un instant. Le sourire confiant qui avait fleurit sur le visage de l'ancienne militaire refusait de disparaître.

« Je ne m'attendais pas a avoir une réponse tu sais. Je voulais juste que tu le saches. Je ne sais pas s'ils dureront. Je ne connais pas leur force. Mais aujourd'hui je sais que mes sentiments pour toi son réels et ça me suffit. »


Et quoi qu'il se passe, il ne pourrait en douter. Kaelan la pardonne… non… Qu'elle-même se pardonne. Elle se perdit dans les iris du jeune homme encore quelques instants, détaillant avec plaisir les formes colorées qui en faisaient la particularités. Pour la première fois, il lui sembla que quelque chose s'agitait derrière son masque calme. Elle appuya sa joue contre la main du jeune homme.

« Comme si c'était dans mes habitudes d'être en retard… »

Le sourire aux lèvres, elle avait froncé les sourcils, faussement offusquée. Elle avait en effet eu quelques problèmes à ce niveau durant les dernières ennéades et s'était même fait remontée les bretelles par Kaëlis… Mais a chaque fois c'était pour ne pas avoir sût quitter Fenris à tant pour se rendre là ou l'exigeait son devoir. Et il le savait très bien.

« Et Si Kÿria le veut j'essaierai de ne pas entièrement me reposer sur de jeunes cavaliers pour me sauver la vie. Qui sait, j'arriverais peut-être à me faire passer pour une demoiselle en détresse qui peut s'en sortir seule. »

Elle aurait put tout aussi bien lui tirer la langue, mais s'en abstint tout de même. Ses bras se dénouèrent du cou de son prétendant pour glisser jusqu'à ses mains et les serrer un instant.

« Tu devrait filer, sinon, en revenant d'Alëandir, j'aurai plus de tête à mon tableau de chasse que toi. »


Elle recula d'un pas, se séparant enfin de lui, le froid qui s'engouffra entre eux deux semblait glacial malgré les premières chaleurs de l'été.

« Oh… et embrasse ton frère de ma part. Enfin en tout bien tout honneur bien sûr. » ajouta-t-elle, taquine.

Une pierre alourdissait sa poitrine mais quelque chose de plus optimiste que de la mélancolie pointait également son nez. L'espoir et la confiance faisaient leurs œuvre. Après tout ce n'était qu'une répétition… Il ne savaient pas alors que leurs routes ne se croiseraient plus avant que la nouvelle de la reprise d'Eraison se soit répandue à travers l'Anaëh.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]   

Revenir en haut Aller en bas
 
partir pour mieux se retrouver... peut-être. [Fen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Séduire pour mieux détruire ... :)
» -[ Les chemins se séparent pour mieux se recroiser ? ]-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Ardamir :: Ardamir (Cité)-
Sauter vers: