Partagez | 
 

 L'Eveil [Dunraël]

Aller en bas 
AuteurMessage
Valentin
Elfe
avatar

Nombre de messages : 1844
Âge : 25
Date d'inscription : 23/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  +- 1700 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: L'Eveil [Dunraël]   Dim 7 Fév 2016 - 23:54

 
    L'Eveil.
    De ceux qui vous traînent lentement hors du pays des rêves, qui vous laissent une douce langueur... Comme si vous ne deviez jamais vous réveiller, mais que vous aviez une nouvelle fois rejoint le monde des vivants. Une paire d'yeux bleus s'entrouvre, tandis qu'un Elfe sort de sa méditation - deux points colorés au milieu d'un océan de verdure, une petite pointe d'espoir dans la forêt.

    Et c'est ici, au coeur de l'antique forêt d'Aduram, que l'espoir renaît.



    J'ouvre les yeux, émergeant enfin de ma méditation. Je suis assis dans le creux des racines d'un vieil arbre, protecteur bienveillant de ma présence éphémère. Un écureuil me regarde d'un oeil curieux à quelques toises de là, et détale sitôt que j'esquisse un geste pour me lever.
    Une légère brise vient caresser mon visage alors que je ramasse mes affaires et m'étire, m'arrachant un soupir fugace. Cette journée serait magnifique, sans cette mésaventure à la Dross - tomber par mégarde sur mon poursuivant. Le dernier en date du moins, car ils se suivent et me traquent comme des chiens fidèles : ils mettent presque autant d'enthousiasme à me compliquer la vie que j'en mets à achever la leur. C'en est presque devenu un sport, auquel j'étais plutôt bon jusqu'à ce que l'un des commanditaires oublie un instant d'être stupide et se souvienne de deux faits : c'est contre un non-mage que je suis le plus vulnérable, et la masse des citoyens lambda regorge à la fois de ce type de personnes et d'hommes prêts à tout pour quelques pièces... alors des poursuites élaborées par des mages de haut-niveau, ils sont passés à une méthode plus rustre : des mercenaires et des affiches dans les villes où la population s'y prête.
    Depuis, une horde de péquenauds à peine lettrés s'échine à briser menu mes délicats roustons.

    J'ai à peine achevé de m'étirer qu'une flèche siffle près de moi et interrompt le fil de mes pensées : revoilà mon chien fidèle. D'un bond je passe les racines de mon arbre et me jette entre les branches les plus proches, à nouveau lancé dans une course effrénée pour semer mon poursuivant. Cette course est devenue un réflexe, et je laisse mon esprit vagabonder tandis que j'esquive adroitement arbres et buissons, mon adversaire toujours sur les talons.
    Celui-ci est humain, il n'est donc probablement pas envoyé par Alëandir. Par Ethan, peut être ? Probablement pas, il aurait préféré brûler la forêt jusqu'aux portes de l'Anaëh plutôt que de me laisser échapper encore une fois. Un troisième joueur m'en veut, et je ne connais toujours pas son identité - quelqu'un plongé suffisamment profond dans les bas-fonds pour me retrouver à la Dross, et de suffisamment puissant pour se payer les services d'un traqueur pas trop incompétent. Un troisième joueur...
    J'interromps mes réflexions quand la masse d'arbres disparaît brutalement, laissant place à un dévers abrupt. Les hautes herbes qui le recouvrent me laissent entrevoir un chemin en contrebas, et j'ai à peine le temps de réfléchir à la façon de descendre sans glisser qu'un choc brutal à l'épaule me propulse en avant et m'envoie dévaler la pente.

    Quelques instants passent avant que je me redresse, un peu sonné. Une flèche étrange repose à terre, et mon épaule est douloureuse mais pas ensanglantée : visiblement, on me veut vivant.
    Quelques instants de plus, et je peux évaluer la situation : il y avait effectivement un sentier au bas de la pente, je suis désormais en plein milieu de celui ci... et je ne suis pas seul. Je ne parle pas ici de mon poursuivant - lequel n'est pas encore en vue - mais d'un Anëdhel dont j'ai visiblement interrompu la marche. Un Anëdhel qui possède un compagnon... mes lèvres se retroussent sur un sourire carnassier alors que je pense reconnaître l'individu et sens les ondes de magie qui se dégagent de lui. Quel heureux hasard, mon frère.
    Une lueur de folie brille dans mes yeux alors que je me dresse complètement et entame un pas vers l'elfe. Un être ordinaire n'y verrait là qu'un geste anodin, mais un mage ne pourrait manquer les volutes d'énergie qui s'amassent déjà autour de moi tandis que j'avance et m'apprête à me défendre de ce nouveau venu.


    "Elias..."

    Au delà de l'agressivité brute, on sent une haine féroce dans ma voix. Plus loin, plus discrète, peut-être une touche de regret.
    Si j'avais repris entièrement mes esprits, j'aurais pu me rendre compte que l'individu que je prends pour mon ancien compagnon ne peut en aucun cas l'être, essentiellement parce qu'Elias n'est pas sensible à la magie. Enfin, la vie n'est rien sans une méprise gênante de temps à autre.




[Je te laisse le soin de décrire l'écureuil et de faire débarquer le mercenaire - flèches blunt et classiques au programme, mais pas une once de magie chez lui ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Nombre de messages : 59
Âge : 73
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'Eveil [Dunraël]   Lun 8 Fév 2016 - 13:11

L'ensemble était bien maussade.
Ternie jusque dans ses racines les plus profondes, l'Aduram n'avait ni charme, ni beauté. Aucune aura n'y baignait, aucune brume attirant insatiablement les Êtres dans ses feuillus. Il n'y avait ni douceur entre les cimes, ni sursaut de la faune. Le tout était d'une tristesse sans nom. Ce qui poussait, ci et là, était noirci, désavoué par le temps, qui s'était même retourné contre les sentiers. Ces derniers, escarpés à travers les souches déracinées, s'étaient disloqués des pierres qui les composaient, et Dunraël avait cessé de s'étonner dès que son pied s'enfonçait dans un nid de poule.

Le long manteau du vieil Elfe virevoltait à chacun de ses pas. Lents et soupesés, rythmés par la monotone comptine du bois frappant la pierre, les pieds de l'Elfe ne criaient plus leur douleur à force de marche. Les yeux verts de Dunraël ne vacillaient point, ni même ne clignaient lorsqu'une feuille, guidée et bercée par l'air chaud, si connu des locaux, effleurait son visage. Il murmura une courte formule, adaptant sa voix et son ton à ce qu'il prononçait. D'une mélodie assurée, il commanda à ce qui se trouvait Au-Delà, et de la pénombre du néant, sortit une créature fort docile, un petit écureuil. Invoqué, l'animal était tout peint de vert luisant, et là où l'illusion vacillait du fait que la créature était faible, on voyait l'herbe sous icelle. Le petit écureuil joua autour de son maître, grimpant tant sur ses jambes, tant sur son bâton. Comme heureux de se retrouver en ce bas monde, le petit animal sauta soudainement, grimpant sur des racines et des branches, et s'enfonça dans la forêt. Sans s'arrêter, Dunraël haussa les épaules en souriant légèrement.

Son instinct ne le trompa pas : il revint prestement, et se nicha sur l'épaule de l'Elfe. Sentant son appréhension, le vieux mage s'arrêta, et attiré par des bruissements, il vit alors dévaler - sinon chuter, un individu, qui s'écrasa grotesquement à ses pieds. La chute de l'inconnu était lourde, et les feuilles s'envolèrent sous son poids. La tête du vieil Elfe se pencha, curieux, sinon sceptique, devant une telle entrée. Puis il leva les yeux, et vit la cause de tout ce tracas qui troublait sa paix intérieure. Un archer, vêtu à l'instar de ceux qui se mouvent dans les ombres, regarda son oeuvre. Alors qu'il vit sa cible se relever, sa main se tendit vers son carquois, tandis que celle de Dunraël agrippa au sol une pierre bien consistante. Sans prêter attention au frêle Être qui se relevait, le millénaire ajusta sa prise, et lança la pierre du plus fort qu'il put. Le coup fut violent, et on put ouïr un cri étouffé par la surprise. Démis, l'archer fit la même chute que l'inconnu juste avant, s'écrasant à son tour en bas du parapet, sans aucune autre forme de procès. Et un nouveau claironnement de feuilles sous l'air humide de la forêt. L'écureuil, peureux, s'était terré derrière les cheveux du vieux mage, sous sa capuche. Sortant son museau, il vint escalader la tempe de son maître, et enjambant agilement le vêtement, vint se poster sur la tête de Dunraël.


« Lui, dis-tu ? Est-ce celui qui dormait ? Penses-tu. Tu es sûr ? Je vous sais farceur, vous autres, créatures de l'Invisible. A qui le dis-tu. » Dunraël ne parlait point seul. Il s'adressait à son écureuil. Ils parlent, oui. Et répondent, même. A moins que ce ne soit que dans sa tête. Ce qui est fort probable. « Mon compagnon Ratatoskr me dit que vous étiez poursuivis. J'ai peine à imaginer pourquoi des Impurs se livrent à une course dans un lieu aussi nauséabond. »




Dernière édition par Dunraël le Lun 15 Fév 2016 - 6:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valentin
Elfe
avatar

Nombre de messages : 1844
Âge : 25
Date d'inscription : 23/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  +- 1700 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: L'Eveil [Dunraël]   Lun 8 Fév 2016 - 22:24

    Alors que j'esquisse mon pas vers celui que je pense être Elias, je peux entendre un bruit sourd sur le coté, bientôt suivi par un cri et un bruit de chute étrangement semblable à celui que j'ai fait en dévalant la pente. Tiens, aurais-je raté quelque point clé de l'histoire ?
    L'homme qui vient s'étaler presque à mes pieds confirme cette hypothèse, et transforme mon rictus en sourire de satisfaction. J'ai un moment de répit pour profiter de la vue de mon adversaire à terre, avant que l'Anëdhel prenne la parole... pour s'adresser au vide ? Je ferme un instant les yeux, comme pour chasser une mauvaise vision ou un rêve étrange. Une inspiration, deux... et quand je rouvre les yeux, je réalise deux choses : celui qui me fait face n'est pas Elias, et il s'adresse à un écureuil vert émeraude - lequel rayonne presque de magie. Je n'entends qu'une vibration diffuse à la place des éventuelles réponses de l'être - ou ce que j'imagine être ses réponses - mais je peux entendre les questions de l'elfe, et je comprends alors pourquoi l'écureuil me semble familier : c'est celui que j'ai dérangé en me levant et que j'avais pris pour une créature réelle, encore à moitié plongé dans les brumes du sommeil elfe.


    "Un instant, je vous prie."

    Je ne relèverai pas le terme d'Impur pour le moment, car j'ai une affaire plus pressante à régler : le mercenaire essaie de se relever et commence à grogner, bruit qui s'interrompt quand ma chaussure vient faire connaissance avec sa tempe. Une rencontre brève mais intense, qui renvoie le malheureux au sol. Je l'y rejoins - l'inconnu étant mage il ne représente pour moi aucun danger, même si il se trouve être agressif - tire un couteau de ma ceinture et le plante dans le coeur du blessé, toujours un sourire satisfait sur les lèvres.

    "Ce n'était pas ton jour..."
    "Va rôtir chez les drows." me répond-il avec un léger manque de classe.

    Enfin, je vois une lueur d'apaisement dans son regard - il sait et sent que son âme rejoindra bientôt Tari - et va jusqu'à m'adresser un rictus moqueur... qui se fige sur une expression étonnée quand je pose ma main sur son torse, ma magie déjà prête à agir. Je murmure quelques paroles, et part à la recherche du lien qui unit son âme à son corps, pour me lier à celui-ci et l'empêcher de se rompre. Ce type de sort exige habituellement un certain doigté, mais je ne cherche qu'à ralentir le départ de son âme et non à le maintenir longtemps - je me garde bien toutefois d'endommager durablement son âme, conservant un certain respect pour celle ci.


    "Qui t'envoie ?"

    A nouveau un rictus moqueur pour toute réponse. Ces humains...
    Une légère torsion mentale et son sourire disparaît pour laisser place à une expression terrifiée - je ne pourrai pas le retenir bien longtemps, mais je peux lui faire vivre une éternité de souffrances avant qu'il ne parte. Une autre torsion de douleur, et je répète ma question - laquelle obtient une réponse, murmurée en tremblant. Ethan ? Je l'aurais cru plus exigeant dans le choix de ses traqueurs. Et de fait, je ne connais donc toujours pas l'identité de mon troisième joueur.
    Relâchant mon sort, je me relève, expédie grossièrement le cadavre dans des fourrés proches - il ne pourra que contribuer à l'ambiance déjà morne de cette partie de la forêt - et me tourne enfin vers mon confrère elfe.


    "Désolé pour cette interruption, et tous mes remerciements pour l'intervention." Que disait-il, déjà ? Ah oui, la course. Je désigne le défunt mercenaire de la main en poursuivant. "Quelqu'un s'est mis en tête que certaines de mes possessions feraient un bien meilleur effet dans leur demeure, et les choses se sont gâtées quand je lui ai signifié que je ne suis pas d'accord avec cela."

    Ayant répondu à la question de l'étranger, je prends le temps de le détailler : du Beau Peuple, un air vénérable quoi que vieillissant, et comme une impression d'usure qui se dégage de lui - qui contraste fortement avec la corolle de magie qui l'entoure, puissante mais maîtrisée. Une combinaison étrange, en somme. Une lame apparente, mais qui tient plus de la vieillerie de musée que d'une réelle arme
    Un peu plus détendu mais toujours une pointe de méfiance dans la posture, je poursuis.


    "Valentin, historien désoeuvré." Un nom qu'il ne pourra manquer de noter comme étant tout sauf elfique. "Et vous ? Et...?"

    Un geste vers l'écureuil pour la dernière interrogation, tant pour désigner l'objet de ma question que sonder brièvement la créature perchée sur mon interlocuteur. Elle n'est pas juste empreinte de magie, il y a quelque chose de plus. Un esprit ? Il est rare de croiser quelqu'un qui puisse les percevoir et qui soit habitué à leur présence - encore plus quelqu'un pour lequel l'esprit semble à l'aise en sa présence. Si l'étranger ne semble pas être agressif, il a en revanche plusieurs étrangetés qui piquent ma curiosité.

Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Nombre de messages : 59
Âge : 73
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'Eveil [Dunraël]   Mar 9 Fév 2016 - 19:58

Ratatoskr s'était caché.
Il semblait effrayé par cette violence. Était-elle légitime, bâtie sur de fières et solides fondations ? Qu'importait pour le vieil Elfe ; ce n'était point à lui d'en juger. Il ne s'improviserait point arbitre du Monde. Celui-ci était bien trop vaste et bien trop laid pour cela. Comme témoignant d'une immense fatigue, Dunraël était accroché à son bâton, menaçant de céder sous le poids de sa charge. Comme si une brise soufflait, la silhouette oscillait, comme si elle vacillait, prête à chuter, mais dont le bâton saisi fermement par une poigne d'acier l'en empêchait. Ratatoskr se mit à jouer, tandis que le meurtrier se relevait. Des épaules au bras, de son bâton à son crâne, tout semblait être amusement pour la petite créature.


« Quelqu'un s'est mis en tête que certaines de mes possessions feraient un bien meilleur effet dans leur demeure, et les choses se sont gâtées quand je lui ai signifié que je ne suis pas d'accord avec cela. » Dunraël eut un sourire sans joie, accompagné de ces sons, fomentés par la voix, qui miment une approbation, ou un léger rire non formulé.
« Le feraient-elles ?»

Dunraël posa son regard sur Ratatoskr. Ses mirettes trahissaient la malice de cette race, une douce intelligence bénigne, ce charme inné qui les définissait, le plaçant lui et et les siens au-dessus de toute autre créature à ses yeux. Pour peu, qui les comprenait aurait pu voir presque un sourire se dessiner entre les fines moustaches de la petite bête. Les yeux du vieil Elfe s'emplirent de tendresse. C'était chose rare, de voir ainsi Dunraël s'émouvoir, surtout au prix d'une si petite chose. Il tendit sa main, paume vers le haut, et Ratatoskr vint s'y nicher, fier sur ses pattes arrière, son museau et ses pupilles dirigées vers son maître. Il sut que le temps de sa présence était révolu. Peut-être reviendrait-il une autre fois.

« Va...Va...!» Et la créature s'en alla. Ce qui la formait, d'infimes filaments céladons, se délita progressivement. Comme de la poudre étincelante, elle se dissolut dans l'air, et bientôt, il ne resta que l'air, impur. « Ratatoskr. » Le ton était grave, comme si la voix, caverneuse, ne s'était point exercé à l'art de la parole depuis des siècles. « Il était ce qu'il est, sera ce qu'il était. Il est différend à chaque fois, mais sera toujours le même. » Le vieil Elfe cessa de s'appuyer d'un air nonchalant, et adopta une posture quasi-cérémonielle, fière. « Quant à moi, le temps m'a affublé de bien des noms, et le plus courant pour me désigner est Dunraël. Je suis Celui qui voit ce qui ne peut être vu. »

Alors, lentement, sa main gauche, celle qui ne tenait point le bâton, se tendit, à l'instar de sa jumelle quelques secondes auparavant. Les doigts du vieil Elfe s'écartèrent. De la paume s'élevèrent de très fines particules, volant leur teint à la plus vive des émeraudes. Elles entamèrent une danse circulaire, comme si le centre de gravité était la paume de Dunraël. Soudain, explosant dans une minuscule gerbe de flamme céladon, elles réapparurent sous forme de flammes. Mais aucun feu n'était de cette nature, aucun feu ne brûlait de cette force, et aucun feu n'était vert. Rabaissant sa main, l'Elfe ne rompit pas pour autant ce feu provenant d'Ailleurs. Il se contenta de le regarder, obéissant à sa volonté, s'agitant comme un feu follet, virevoltant et tournoyant.

« A-t-on vu, de nos mémoires de Mortels, pareille beauté...»
Revenir en haut Aller en bas
Valentin
Elfe
avatar

Nombre de messages : 1844
Âge : 25
Date d'inscription : 23/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  +- 1700 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: L'Eveil [Dunraël]   Lun 15 Fév 2016 - 21:02

    « Le feraient-elles ? »

    Je frémis un instant en imaginant 'mes' ouvrages et connaissances entre les mains d'un mercenaire, ou pire, d'Ethan. Un psychopathe qui ferait passer les barons de la Péninsule pour des modèles de sainteté et de sagesse, doté de secrets supplémentaires sur des magies déjà bien trop dangereuses ? Que Kyria nous en préserve !

    "Nul doute qu'elles seraient ainsi bien plus utilisées, et que les effets seraient pour le moins... intéressants."

    Un sourire amer plane sur mes lèvres tandis que je livre cette réponse cryptique, mais l'amertume s'estompe bien vite quand j'assiste à l'échange entre l'écureuil et ce qui semble être plus un ami qu'un maître. Je peux également être rassuré sur un point : les agents d'Ethan ne connaissent ni compassion ni tendresse. La sécurité est loin d'être acquise - elle ne l'est jamais réellement, au fond - mais je ne me sens plus directement en danger, au moins.
    Je peux sentir l'être disparaître sur l'injonction de l'elfe, sentir la magie se déliter progressivement pour ne laisser que le calme relatif de la forêt qui nous entoure. Ratatoskr était donc le nom de cet esprit. Choisi ou donné ? Cette question attendra un peu pour être posée, car l'étranger me confirme son âge avancé en me donnant son nom, non sans y ajouter le panache grandiloquent si courant chez les mages. Dunraël... non, cela ne rappelle aucun souvenir, aucune rencontre perdue dans les âges. A cette pensée, j'affiche un sourire franc : un mage inconnu, capable de communiquer avec les esprits ? Le collectionneur en moi se réjouit, tandis que le façonneur exulte - dénicher un mage tel que celui ci est relativement ardu, encore plus de les convaincre de me laisser un fragment de magie à imprégner. Qu'en est-il du reste de ses capacités ? La communication avec les esprits est-elle son seul attrait, ou ses dons s'étendent-ils au delà ?
    Comme pour répondre à ma question muette, Dunraël lève la main - cette fois je sens le sort s'élever, prendre son envol avec la grâce délicate d'une mériale. Mes yeux percoivent un tourbillon de flammèches d'un vert éclatant, tandis que mes autres sens ressentent la trame de Magie qui lie ce feu à notre monde.


    « A-t-on vu, de nos mémoires de Mortels, pareille beauté... »

    Oui.
    Il faut l'admettre, je suis partial - et si je reste un instant captivé par les volutes suscitées par mon interlocuteur, mes goûts en la matière diffèrent quelque peu des siens. Dunraël s'est présenté - avec les habitudes propres aux mages, associant sa magie à son nom - à mon tour d'achever ma présentation.
    Je lève la main, imitant la posture qu'il vient de quitter. L'Esprit... il y avait bien longtemps que je n'avais cotôyé un adepte de cette discipline.
    Des volutes d'un bleu plus vif dansent déjà dans mes yeux, envahissant lentement ma vision tandis que je me plonge dans les flots familiers de la magie - et au moment où je prends la parole, mes sens ne percoivent déjà presque plus le monde matériel qui m'entoure.


    "Je dois admettre que ma préférence se porte sur l'élégance de la magie elle même."

    Je prends un instant pour profiter de la douceur des vagues de magie qui m'entourent, avant de me concentrer sur un écho plus vif que les autres : la flamme de Dunraël. Un moment passe, durant lequel j'étudie l'entrelacs de filaments qui tissent sa construction - une expression gourmande sur le visage, l'air affamé du drogué reprenti qui se voit proposer un peu de poudrelune. Délicatement, j'entreprends d'extraire l'un des filaments du sort et de le ramener à ma propre main où l'attend déjà une toile de ma propre magie.
    Lentement, des flammes naissent au dessus de ma paume ouverte, répliques exactes de celles qui me font face - sur le plan magique du moins, car les miennes se teintent d'azur et non de vert. J'achève ma réplique juste à temps car le filament emprunté à l'autre sort se rompt brutalement, signe que Dunraël a révoqué son propre sort - mon construct ainsi fragilisé ne tiendra pas longtemps, mais son objectif est déjà atteint.

    Dévoiler ma spécialité à mon interlocuteur est un risque, mais il ne pourra me nuire directement - pas par la magie, du moins - et il ne semble pas ce soucier outre mesure des affaires matérielles. Si il a déjà rencontré un façonneur, il ne pourra pas manquer que j'en suis un également - détail plus gênant, mais qui ne devrait pas me porter préjudice. Du reste, si j'espère façonner un de ses sorts je serai amené à lui annoncer directement.

    Mes sens reviennent peu à peu à la normale, la lueur de mes iris s'estompe doucement et mon regard se porte à nouveau sur l'elfe qui me fait face. Certaines de mes flammes tressautent déjà et s'estompent, tandis que le reste pâlit progressivement - annonçant déjà la disparition prochaine de mon sort.
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Nombre de messages : 59
Âge : 73
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'Eveil [Dunraël]   Lun 15 Fév 2016 - 21:51

Qu'est ce que ceci ?
Infime perception à peine palpable, ce qui s'apparentait à de la poussière de lune dans la paume de Dunraël apparut dans les mains de son interlocuteur. Le vieil Elfe regarda le résultat, contemplant la beauté de sa propre oeuvre dans les mains d'un autre. Fermant sa paume, et ouvrant sa jumelle, l'amas scintillant se reforma à une grande vitesse. Alors qu'il l'abaissait, l'ensemble se dissipa, puis il rapprocha son bâton de son oreille, sur lequel il s'appuya. Cependant, même cette exacte réplique de son oeuvre ne trompait pas celui versé dans l'art de sa pratique : cela en avait la forme, mais point le fond, car les esprits ne s'ouvraient qu'à un fort petit nombre parmi ceux versés dans l'art des arcanes, et s'ils étaient manipulés par ceux qui n'étaient point destinés à les convoquer, alors ils disparaissaient.


« An hînî à gäran...gwëchâll bihan er gêr Löce tindëa...Rànïsil...»

Dunraël avait parlé ces quelques mots, insistant avec une intonation maîtrisée sur les deux derniers mots. La langue n'était point de l'elfique courant ; ce dialecte avait été oublié depuis des siècles, si ce n'était des millénaires. Pour la majorité, il n'existait plus. Pour une minorité, c'était un mythe. Pour une poignée comme Dunraël, c'était une étrange banalité que de parler couramment l'essence du parler mystique. A ses dires, ce qui se trouvait dans la paume du jeune Valentin prit une toute autre allure. De l'azur pur et éclatant, ce qui était informe et trouble reprit une teinte céladon jalousée par la plus pure émeraude. Et progressivement, à partir de si peu, une frimousse se dessina, ainsi qu'une queue velue, repliée sur elle-même. Ratatoskr apparut dans la paume de Valentin. Surpris, la petite créature regarda son ami, perché sur son bâton, et voyant que celui ci n'esquissait aucun geste, elle tourna son museau vers celui sur qui elle se trouvait.

« Tu dupliques à la perfection. Mais tu ne maîtrises guère. Tu manipules, sans connaître. Les Esprits ne se laissent guère appeler par ceux qui ne les voient pas. Tu vois, car je vois. Il est ce qu'il était, et le sera toujours. Il sera ainsi, tel qu'il était, et pourtant, sans cesse, il est différend. L'Au-Delà de la Passerelle est ainsi. Similaire à la veille, mais différend du lendemain, le surlendemain étant similaire à l'avant veille. Un éternel recommencement, dénué de toute structure. Il est ce qu'il est car je lui permets d'être ce qu'il était. Pourtant il pourrait être bien plus. Mais alors il ne serait plus lui. Il ne serait plus Ratatoskr, tout en étant ce qu'il était jadis. »

Entendant son nom, le concentré de douceur qu'était l'esprit releva les yeux. Des volutes l'entouraient, ainsi que des grandes marques sur son dos et sa queue. La créature remonta le bras de Valentin à grande vitesse, venant se loger sur son épaule. Son museau, silencieux comme le Néant, frémissait, comme s'il reniflait. C'était un spectacle fort peu commun à voir, et Dunraël, intérieurement, et bien que son visage demeurait fermé, se plaisait à l'idée de laisser Ratatoskr découvrir l'Autrui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Eveil [Dunraël]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Eveil [Dunraël]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pathfinder et GameMastery
» Les Quendi
» [abandonné]Eveil: le Général Démoniaque se lève
» Morgana Grim "L'Eveil au pouvoir" (fiche terminée relue et corrigée)
» apocalisme ou eveil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: