AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans les bas-fonds de Thaar ! (PV Eliwa, Julas troisième ennéade Karfïas, VIII)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kamil
Humain
avatar

Nombre de messages : 53
Âge : 23
Date d'inscription : 07/02/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 23 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Dans les bas-fonds de Thaar ! (PV Eliwa, Julas troisième ennéade Karfïas, VIII)   Dim 14 Fév 2016 - 14:21



Le groupe vadrouillait depuis une trentaine de jours, chevauchant à travers les plaines de l'Ithrii Vaan, et s'arrêtant régulièrement dans les auberges pour s'y reposer, avant de repartir aussitôt le lendemain. Au dernier moment, Kamil avait décidé de diminuer les effectifs du voyage, et au lieu de partir à six, ils étaient trois à se lancer dans le périple. Il y avait effectivement des choses à faire au Mausolée et le jeune-homme avait préféré y laisser quatre hommes supplémentaires. Kamil montait avec Amentep, tandis que Qajj chevauchait seul la deuxième monture. Respectivement âgés de trente-quatre et trente-huit ans, Amentep et Qajj étaient les meilleurs amis de Kamil. Les deux hommes au visage osseux, aux cheveux et aux yeux noirs, se ressemblaient tels deux jumeaux. Pour l'heure, les trois compagnons approchaient de la cité de Thaar.

Depuis le début du trajet, les aventuriers évitaient systématiquement les grands centres urbains, de crainte de s'y attirer des ennuis. Par le passé, l'ensemble avait commis des délits à travers les royaumes de l'Ithrii Vaan et de la Péninsule. Kamil, vraiment malgré lui, était allé jusqu'au meurtre, et s'en voulait toujours beaucoup. Ce pourquoi il faisait exception cette fois-ci ? Il s'agissait de se rendre dans une banque pour s'approprier de la monnaie ! Toutefois, les Tamengasset le ferait dans légalité la plus totale, il ne s'agirait pas de commettre un braquage, mais d'échanger des minéraux contre de la monnaie. Il fallait dire que la chose avait marché pour le moment, la plupart des aubergistes avaient accepté en guise de monnaie les petits fragments brillants que leur avait remis Kamil.

La monétarisation était un fait inconnu pour Tamengasset qui avaient toujours vécu du troc, sans s'aventurer au-delà de la Mer de Dunes de Zurthan. Mais Kamil avait compris l'enjeux des biens monétaires et avait cherché à se rendre riche. En creusant le quatrième niveau du Mausolée, les ouvriers étaient tombés sur des gisements de minéraux. Les pierres étaient oranges et devenaient limpides à mesure qu'on les frottaient pour y retirer les impuretés. Le sorcier espérait qui ne s'y connaissait pas en joaillerie espérait qu'elle aient de la valeur.

Parvenus en ville, les trois compagnons furent frappés par la beauté naturelle de la cité. Thaar n'était pas un centre urbain au sens strict. L'architecture troquait des formes trop obliques et symétriques pour une myriade de possibilité. En se promenant dans les rues flanquées d'étalages surmontés de draps en tissu, arborant une multiplicité de couleur, Kamil, Amentep et Qajj savouraient la sérénité du quartier marchand, dont l'esthétique de fond mêlait pigments ocre et carmin. Tout de même, malgré la beauté des lieux, la faim et la soif se faisaient ressentir chez les trois hommes.

« Bon, où est la banque, j'en peux plus là. » déclara Kamil, affaiblit par le voyage.

Le petit groupe parvint finalement à trouver le bâtiment en questionnant régulièrement les passants. Seulement, quand ils y pénétrèrent, on leur informa que la structure n'assurait pas le genre de requête qu'ils réclamaient et qu'il fallait pour cela se rendre au Grenier. Après s'être informé de la localisation de l'endroit, ils s'y rendirent. Là, il furent confrontés à un individu d'âge, richement vêtu et qui portait un monocle à l'oeil gauche. L'homme aux cheveux plaqués en arrière par de l'huile examina l'unique gemme que lui remit Kamil. Il la passa à la lumière du jour, la scruta sous tous ses angles, puis s'empara d'un morceau de verre circulaire qui semblait faire office de loupe. Il finit par rendre la pierre à son propriétaire.

« Grenat Hessonite, originaire du Zurthan. Les cristaux internes sont grossiers et la gemme n'est pas très bien polie .. Je peux vous la prendre pour .. hum, disons dix souverains. »

Kamil fixa l'homme au nez aquilin. Ce dernier arborait un petit sourire mesquin. Non sans bluffer, il rétorqua : « Je n'ai pas l'intention de me faire dépouiller, on m'a proposé cinquante souverains pour une de ces gemmes. »


« Huhu, quelle folie. » Ironisa l'homme en faisant signe à Kamil de lui montrer à nouveau la pierre. Après une deuxième analyse, il déclara : « Je peux vous la prendre pour vingt souverains, dernier prix. Si ça ne vous intéresse pas, allez voir ailleurs. »

Le regard du jeune-homme croisa celui de ses compagnons. Qajj et Amentep haussèrent les épaules en affichant une expression neutre. Kamil réfléchit un moment, puis sortit de sa poche le sachet contenant une vingtaine de gemmes de différentes tailles et le posa sur la table.

Ils terminèrent les négociations en fin d'après-midi et s'en sortirent avec deux-cent souverains. Ils quittèrent le Grenier pour aller manger un morceau en se dirigeant vers les bas-quartiers, sans s'en rendre compte. Là ils s'arrêtèrent dans une auberge. La salle était pleine d'individus divers répartis en petit groupe, parfois seul, autour de tables éparpillés ça et là. Kamil crut même apercevoir un loup. L'alcool coulait à flot, tandis que se confondaient rires et chansons paillardes. Le regard de Kamil s'arrêta sur deux individus qui avaient l'air de copuler sur une table même. Plus qu'une auberge, c'était un semi-bordel !
Depuis le début du voyage, le sorcier avait troqué son masque de tissu pour le capuchon cousu à sa djellaba, tandis que Qajj et Amentep, baignant également dans des tenues traditionnelles, portaient un chèche ne laissant entrevoir que leurs yeux. En vrais étrangers, ils pénétrèrent dans l'auberge en marchant droit devant eux vers le comptoir qui s'étendait au fond de la pièce. À mesure qu'ils avançaient, le banjo qui jouait quelque part dans la salle se faisait de plus en plus silencieux, pour finalement buter brusquement sur une note grave au moment où le groupe s'arrêta devant le comptoir. L'une des cordes de l'instrument avait cédé dans un sifflement vibrant. Le silence était presque total.

« Ne vous retournez pas, je crois que tout le monde nous regarde. »
« C'est une coutume chez eux ou.. ? »
« Je ne le sais, mais je vous préviens, je ne sais pas me battre. »

Les trois hommes gloussèrent tout bas. Devant eux se tenait l'aubergiste. L'homme était chauve, grand et trapu. Une épaisse moustache rousse se dessinait sous son nez. Il tenait ses bras croisés en fixant le groupe de son regard bleu acier.

Kamil qui avait longtemps observé les manières de faire des individus dans les auberges, et croyant bien faire, décida de casser le silence. Il abattit sa main droite sur le comptoir en déclarant : « Hola aubergiste, ce sera trois lait de chèvres et un poulet bien gras ! » Le restaurateur écarquilla de grand yeux, le silence se faisait de plus en plus glaçant. Soudain, des bruits de talons retentirent dans la pièce. Un individu se rapprochaient d'eux, c'était flagrant. Qajj qui commençait à perdre son sang-froid porta une main vers sa dague.

« Restez calmes les gars, restez calmes .. » répéta Qajj.

Les bruits de pas s'arrêtèrent tout prêt du groupe. L'individu était juste derrière eux et Kamil crut également entendre un halètement de fauve. Il courba légèrement la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Eliwa
Elfe
avatar

Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Dans les bas-fonds de Thaar ! (PV Eliwa, Julas troisième ennéade Karfïas, VIII)   Mar 16 Fév 2016 - 20:46


Elle traînait dans une taverne depuis quelques heures déjà, à l'affût de rumeurs, des dernières nouvelles, et des ragots qu'on répandait le plus en ce moment. Elle n'était pas vraiment déçue du voyage, puisqu'elle avait appris quelques petites choses plutôt utiles, qui s'avéreraient peut-être être d'une grande aide plus tard. Mais une discussion avait tout particulièrement attiré son attention, et elle la rejoignit avec le sourire, en payant une tournée à ses nouveaux compagnons de table. Le sujet portait sur Naelis, une ville dont venait l'un d'entre eux. Il s'avéra être marchand, commerçant non sans un léger pincement au cœur si on en croyait ses dires. Le sujet qui avait retenu son attention revint rapidement sur le tapis, puisqu'il semblait particulièrement lui tenir à cœur. Il parlait avec une passion presque touchante de sa reine, qui était à priori une elfe. Jusque là, rien de bien intéressant, bien que cela soit asse fantasque. Une elfe reine d'une ville humaine avait de quoi intriguer. L'incitant à continuer sur le sujet, l'homme ne se fit pas prier et se fit un plaisir de couvrir d'éloge celle qui n'avait visiblement aucun défaut. Jusqu'à ce qu'il finisse par parler de ses héritiers. Il rapporta le fait qu'elle avait eu des jumeaux, cas rare et extraordinaire chez ceux de son ethnie, qui n'étaient autre que des semis. Comme Mîrmae. Leur père, ancien roi de la cité, qui apparemment était tombé gravement malade, était un humain. Ni une ni deux, son cœur bondit dans sa poitrine quand on lui annonça leur âge. Ils étaient relativement jeunes, et il allait sans dire qu'ils étaient proches en tout points de sa fille. Peut-être était-ce une coïncidence, mais une idée commença à germer dans son esprit. Une idée qui n'eut pas réellement le temps de prendre réellement forme puisque soudain, la salle se fit silencieuse.

Emportée par sa curiosité dévorante, Eliwa n'avait pas remarqué l'entrée étrange que firent les trois hommes. Il était flagrant qu'ils n'étaient pas de Thaar, mais elle se demande bien pourquoi on faisait tant de manières à leur égard. Elle voyait que les regards étaient tous dirigés vers eux, comme s'ils étaient des monstres de foire, et leur réaction face à cela la fit sourire légèrement. La main qui s'abattit violemment sur le comptoir fut suivi d'un silence plus lourd encore, et le tavernier, les yeux écarquillé ne savait plus quoi faire. L'elfe le connaissant plutôt bien, décida de voler à son secours. Avant que des gros bras ne décident de prouver leur virilité en prétextant là une raison de donner quelques mandales et autres réjouissances. S'approchant des trois inconnus, flanquée de sa louve, elle offrit son plus beau sourire au tavernier, et posant une main sur l'épaule de celui qui s'était exprimé, elle commenta :  

 - Excuse les manières de mon ami, Alvaro, il n'a visiblement aucune idée de ce qu'il fait ! Sers lui donc ces laits de chèvre et ce poulet, et mets tout ça sur ma note.
 - Ah, c'votre ami ? Nan parce qu'il m'a fait un peu peur le bougre. Mais bien entendu ma p'tite dame, j'vous apporte ça de suite ! Margot, un poulet bien gras à rôtir, et fissa ! A moins qu'il le préfère bien juteux, l'messire ?

L'épaule qu'elle tenait toujours fermement cessa de trembler et se détendit légèrement. Elle finit par les guider vers une table, lançant à l'assemblée un regard éloquent, et chacun finit par retourner à ses occupations. Les invitant poliment à s'asseoir, elle prit la parole en premier.

 - Je ne voulais pas vous effrayer, pardonnez moi si cela a été le cas. J'avais surtout en tête de vous sortir d'une situation plutôt embarrassante, qui aurait pu rapidement mal tourner. Je me nomme Eliwa, et vous êtes ici plus ou moins dans mon quartier. Officieusement en tout cas, mais disons que je connais particulièrement bien ces lieux. Puis-je vous demander qui vous êtes, et ce que vous faites ici ? Que ma crédibilité n'en prenne pas un coup, lorsqu'on me demandera d'où sortent mes fameux amis.

Les trois lurons n'avaient pas l'air d'être bien méchants, et si elle s'amusait quelque peu de leur manque de tact passager, sa curiosité fut bien vite piqué par leur apparence, et leur façon de parler. Ils avaient cet accent qu'elle ne connaissait pas, et qu'elle n'arrivait pas à resituer. Une chose qui ne pouvait rester en l'état.
Revenir en haut Aller en bas
Kamil
Humain
avatar

Nombre de messages : 53
Âge : 23
Date d'inscription : 07/02/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 23 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Dans les bas-fonds de Thaar ! (PV Eliwa, Julas troisième ennéade Karfïas, VIII)   Dim 21 Fév 2016 - 12:07



Kamil avait sursauté quand une poigne s'était refermée sur son épaule. Il s'était alors complètement retourné et avait vu la jeune femme à la carrure imposante qui plaçait la situation sous contrôle. Il comprit rapidement qu'elle était entrain de les tirer de là en laissant croire à l'aubergiste que lui et ses deux compagnons étaient ses protégés de longue date. Le jeune homme se retourna vivement vers l'aubergiste qui troquait son air glacial pour une attitude plus décontractée à mesure que la demoiselle qui avait manifestement de l'influence dans le milieu lui parlait. Tranquillement, elle entraîna Kamil vers une table, et ce dernier la suivit sans broncher tandis que Qajj et Amentep lui emboîtait le pas. Elle leur pria de prendre place tandis que la salle se réanimait.

Le jeune sorcier analysa méticuleusement son interlocutrice, comme il aimait le faire avec tous les individus qu'il rencontrait. Déjà, il remarqua la louve qui lui faisait office d'animal de compagnie, ce qui n'était décidément pas quelque chose d'habituel. Il remarqua également les oreilles pointues de la jeune femme, qui dépassait de sa chevelure, et qui s'accordaient avec les traits fins de sa morphologie faciale, ainsi sa haute taille pour une femme. C'était une Elfe. « Aie. » se dit-il. Il allait maintenant être difficile de lui expliquer ce qui l'amenait lui et ses deux copains hors de chez eux, comme elle le leur demandait.

« Eh bien .. merci Eliwa, je peux vous appelez par votre prénom ? Car je crois bien que sans votre aide nous ne serions pas sortit d'ici indemne. » Déclara Kamil en jetant un regard à ses camarades dont l'expression était toujours partagée entre apaisement et désarroi.

« Je me nomme Kamil, et voici .. »

« Qajj et Amentep. » Compléta le premier en parlant pour le second qui prit à son tour la parole sur le même ton chaleureux que ses camarades :

« Nous venons d'une tribu Tamengasset du Désert du Zurthan. Nous sommes des marchands. »

Kamil songea. Ce n'était pas complètement faux. Mais il était difficile d'aller plus loin pour le moment et pourtant il le fallait bien, rien que par courtoisie envers cette individue qui l'avait sauvé, mais aussi par soucis de crédibilité. Prit de cours, Kamil se résigna à avouer à son interlocutrice une partie de ses motivations. Il jeta un regard discret autour de lui, posa un bras sur la table et approchant sa tête de la sienne, il lui souffla :

« Ce qui nous amène ? Et bien, nous sommes à la recherche d'une gemme assez rare que l'on trouverait, selon les dires, en Anaëh, voyez-vous.. Du bête tourisme commercial. Mais .. nous ne connaissons pas très bien la région, en fait, nous n'y sommes jamais allé. »

Le jeune sorcier hésita à en dire davantage. Il ne connaissait pas du tout son interlocutrice, mais elle le mettait étrangement en confiance de part son attitude radieuse et naïve, et il eut envie de lui en apprendre plus. Peut-être serait-elle susceptible de l'aider ? Il fallait tenter, sans en dire trop non plus.

« Nous allons dans la région d'Eldarinwa, peut-être la connaissez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Eliwa
Elfe
avatar

Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Dans les bas-fonds de Thaar ! (PV Eliwa, Julas troisième ennéade Karfïas, VIII)   Mar 23 Fév 2016 - 0:39

Eliwa fut surprise quand on lui demanda si on pouvait utiliser son prénom. Si elle l'avait donné, ce n'était certainement pas parce qu'elle voulait le garder pour elle, non. Il était évident qu'ils pouvaient l'utiliser à leur guise, et cette précaution supplémentaire lui confirma l'insécurité, et le certain décalage de ses nouveaux comparses. Kamil était un nom aux consonances étranges, tout comme ceux que lui donnèrent les deux autres, et elle ne sut réellement dire d'où cela venait. Jusqu'à ce qu'on le lui dise. Et qu'elle comprenne que c'était absolument normal. Elle ne connaissait pas les Tamengasset, parce qu'elle n'allait jamais s'aventurer dans le désert zurthan. Elle n'avait rien à faire là bas, et il fallait avouer qu'elle n'appréciait pas tellement l'ambiance qui régnait là bas. L'air lourd et la chaleur écrasante qu'on lui avait décrit ne lui donnait pas envie. Pas du tout. Si elle avait réussi à s'acclimater à Thaar, elle savait qu'elle serait toujours mieux au milieu des bois, au sein de la Prime Forêt, ou au moins à l'abri d'un arbre. Quand vint le ton de la confidence, une fois qu'ils furent servis, elle se pencha légèrement en avant, un air sérieux affiché sur le visage. Ils cherchaient une gemme en Anaëh. Elle ne savait pas vraiment ce qui devait le plus la surprendre, alors elle ne dit rien. Pas avant qu'il n'ajoute une petite précision. Elle ne connaissait pas vraiment la région, même si elle savait la situer.

- J'avoue que je ne me suis jamais rendue là bas. A vrai dire, j'ai grand ici, à Thaar, dans un bordel. Je n'ai que très peu eu l'occasion de retourner là où je suis née. Et le refuge que j'ai là bas se trouve bien loin d'Eldarinwa. Mais...

Elle pouvait sans doute les accompagner. Elle pouvait leur ouvrir la voie, les guider à travers Aduram, faire jouer son sang, ses origines, pour passer la frontière elfe. Elle savait qu'elle n'avait plus rien d'une native, et qu'elle ressemblait plus à une Thaarie qu'à une elfe d'Anaëh. Mais elle était tout de même née sous la canopée de la Prime Forêt. Elle restait une fille de la Déesse Mère. Et cela comptait. Du moins l'espérait-elle. Il lui faudrait une bonne raison, elle ne le ferait pas de son plein gré, cela allait de soi. Mais l'idée de pouvoir quitter Thaar bientôt, de pouvoir emmener sa fille dans un environnement plus sain, lui plaisait de plus en plus. Et Naelis venait d'être mentionné, comme si cela tombait sous le sens. Elle savait qu'elle avait besoin de monnaie pour faire le trajet. Il était hors de question qu'elle parte seule sur cette route, pas avec sa fille, Alayda, et leurs possessions. S'ils voulaient avoir un semblant de protection, ils allaient devoir payer. Au moins louer une voiture.

- Je pense que je pourrais vous être utile. Vous l'avez remarqué, je suis une elfe. Les frontières d'Anaëh sont assez compliquées à franchir, surtout pour des étrangers. Les protections ont du être renforcées, avec l'assaut sombre qui se déroule en ce moment. Pénétrer dans les terres elfiques ne sera pas chose aisée, vous n'avez aucune chance si vous ne vous faites pas accompagner d'un fils ou d'une fille de la Mère.

Ne restait plus qu'à poser les conditions financières. Elle n'était pas du genre à demander beaucoup pour se distraire, mais cette fois était différente. Cette fois elle allait quitter l'enceinte de la ville, quitter sa fille, et ses habitudes. Pour se lancer dans un périple dont elle n'était pas certaine de revenir. Mais s'ils cherchaient une telle gemme, elle se doutaient qu'ils n'était pas forcément plus aisés, ou plus riche qu'elle ne l'était. Elle compta rapidement les économies qu'elle avait fait jusqu'alors, et finit par ajouter :

- Vous vous doutez sûrement que je ne ferai pas cela gratuitement. Je veux un marché équitable. Je ne connais pas la valeur de ce que vous cherchez. Mais disons que si nous sommes quatre, je veux un quart de ce que vous en retirerez. A moins que cela ne s'avère être trop. Auquel cas je vous redonnerai ce dont je n'aurai pas besoin.

La précision avait de quoi dérouter. Elle n'était pas avide, pas comme la plupart des habitants de cette ville. Elle n'avait aucune raison d'amasser plus que nécessaire, et aujourd'hui, le nécessaire s'avérait être une voyage jusqu'à Naelis. Pas besoin de récupérer des milles et des cents, donc. Juste assez pour subvenir à leurs besoins.
Revenir en haut Aller en bas
Kamil
Humain
avatar

Nombre de messages : 53
Âge : 23
Date d'inscription : 07/02/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 23 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Dans les bas-fonds de Thaar ! (PV Eliwa, Julas troisième ennéade Karfïas, VIII)   Dim 17 Avr 2016 - 9:21



Ainsi Eliwa était une native de la région vers laquelle Kamil et ses compères désiraient se rendre. Le Tamengasset sursauta intérieurement lorsqu'il entendit l'Elfe le leur apprendre.
Ce qu'elle leur dit par la suite lui confirma l'importance d'avoir cette individue à ses côtés dans la quête qu'il entreprenait. Les frontières d'Anaëh étaient certainement difficiles à franchir, comme Eliwa le leur apprenait. Kamil avait mis cette question de côté depuis le début du voyage. Il avait refoulé, dénié ce détail en se disant qu'il improviserait sur place. Mais il savait reconnaître les gens compétents, et quand Eliwa lui apprit que cette frontière serait difficile à franchir pour des xénos, il approuva la remarque. L'Elfe savait sûrement de quoi elle parlait.

Comme Kamil s'y attendait, l'aide qu'Eliwa leur proposait ne serait pas gratuit. Le jeune homme devait accepter de partager le butin final.
Sur cette dernière remarque, les trois compagnons se regardèrent , échangeant des regards approbatifs.

Le jeune sorcier but une gorgée du lait de chèvre que l'aubergiste venait d'apporter, puis croisa ses mains sur la table.

« Ce que tu dis est intéressant. Nous ne connaissons pas grand chose des terres Elfes et je pense que ton aide pourrait nous être précieuse. Nous avons vraiment besoin de nous rendre dans la région d'Eldarinwa, le sort de Sud, et peut-être de Miradelphia en dépend. »

Kamil marqua une pause en regardant furtivement autour de lui si personne ne l'écoutait, puis ajouta sur un ton plus discret :

« Moi et mes frères cherchons à nous procurer un cristal unique, vois-tu. Avec ce cristal, j'espère débarrasser les terres du Sud de la menace Drow, responsable du génocide de mon peuple et des troubles en Miradelphia. Si tu acceptes de nous aider, je te récompenserai généreusement. Nous les Tamengasset ne manquons pas de richesses. »

Sur un ton encore plus discret, Kamil ajouta avec un petit sourire :

« Je préfère être franc avec toi dès le début. Nous voulons le bien du Monde, mais je suis un sorcier, et il va nous falloir voler ce cristal. »
Revenir en haut Aller en bas
Eliwa
Elfe
avatar

Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Dans les bas-fonds de Thaar ! (PV Eliwa, Julas troisième ennéade Karfïas, VIII)   Mer 20 Avr 2016 - 16:17


Le ton de la confidence qu'avait pris Kamil l'aurait presque faite sourire, si elle n'avait pas voulu rester polie. Elle était certes amusée de savoir qu'ils partaient en mission, une mission assez importante pour ne pas la voir s'ébruiter, mais elle ne voulait pas offenser ces messieurs. Ils avaient déjà subit pas mal d'inconforts aujourd'hui, notamment lorsqu'ils avaient voulu commander au comptoir, et elle n'était pas d'humeur à en rajouter plus que nécessaire. Alors elle écouta attentivement de quoi il en retournait, et quand la voix se fit plus petite encore, pour lui annoncer qu'ils allaient devoir dérober le fameux cristal, Eliwa s'assit au fond de sa chaise, croisant les bras sur sa poitrine. L'idée de devoir retourner au pays, pour y dérober un bien certainement gardé comme un trésor inestimable, ne l'enchantait guère. Elle était certes aventurière dans l'âme, mercenaire à ses heures perdues, et habile avec les situations délicates, mais voler son propre peuple n'allait pas être chose aisée. Ici, à Thaar, elle avait le dessus sur les humains et les semis de part son sang, et sur les autres de part sa connaissance de la ville, ainsi que son entraînement. Mais au creux d'Anaëh, au sein de la Prime Forêt, elle savait qu'elle ne valait plus rien. Et s'il était franc avec elle, la moindre des choses était d'être franc avec lui.

 - L'idée d'une escapade vers ma terre natale est, je dois l'avouer, assez tentante. Mais les capacités que j'ai acquises ici, en ville, ne me seront plus d'aucune utilité une fois arrivés au sein de l'Oeuvre de la Mère. Certes, je suis une mercenaire, et j'ai certains talents au sabre. Je ne crois simplement pas que cela suffira face à des elfes dix fois plus âgés que moi. Même simplement deux fois. Alors j'espère sincèrement que vous ne compterez pas uniquement sur moi. Et que vous avez prévu en conséquence de cause. Vous allez chez les elfes, et j'espère simplement que vous en êtes bien conscients.

Elle avait une appréhension sincère quant au bon déroulement de l'opération, et à sa préparation. Ils avaient l'air d'être relativement serins, voire même insouciants, et si c'était à elle de les ramener à la réalité, alors elle ne donnait pas cher de leur expédition. Mais comme elle n'avait rien de réellement mieux à faire, elle se dit qu'elle allait les aider. Du mieux qu'elle pouvait. Et si jamais la mission capotait, alors il serait toujours temps de s'enfuir. Certes elle n'aurait pas été payée, mais cela aurait eu le mérite de l'amuser.

 - Et puisque la franchise semble être de mise, que dis-tu d'aller dans un endroit plus privé pour discuter des détails de votre plan ? Parce que je suppose que vous en avez un, n'est-ce pas ?

Le moment de savoir ce qu'il en était était arrivé. S'ils n'avaient pas réellement préparé leur affaire, alors il était temps de le lui dire. Et elle aviserait en conséquence de cause. Les bras toujours croisés sur sa poitrine, la tête d'Aralaurë sur sa cuisse gauche, elle avait ses yeux plantés dans ceux de Kamil, en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Kamil
Humain
avatar

Nombre de messages : 53
Âge : 23
Date d'inscription : 07/02/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 23 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Dans les bas-fonds de Thaar ! (PV Eliwa, Julas troisième ennéade Karfïas, VIII)   Ven 22 Avr 2016 - 17:11



La façon dont Eliwa parlait des Elfes troublait Kamil. Ce n'était pas la première fois qu'on lui décrivait cette civilisation comme quasi-invicible. À vrai dire, Kamil ne savait pas exactement comment il allait s'y prendre pour dérober ce cristal. Il pensait improviser progressivement, de la même façon qu'il l'avait fait lors de son périple en Péninsule. Son manque de maturité était en train de lui un tour. Il ne fallait pas qu'Eliwa le prenne pour un enfant inconscient, au risque qu'elle refuse de se lancer avec eux dans l'aventure. Le jeune Zurthan savait qu'elle pouvait s'avérer être une alliée de choix, notamment par sa connaissance, même élémentaire, des territoires de « l'Oeuvre de la Mère ». Lorsqu'à la dernière question de l'Elfe, Qajj rétorqua par un « Pas vraiment. » Kamil manqua de lui frapper l'arrière du crâne, mais s'abstint pour ne pas rameuter de nouveau l'attention sur eux. Il se contenta d'une objection rapide.
-J'ai toujours un plan ! Mais il est rare qu'un plan, même correctement préparé, se déroule exactement comme prévu. Moi je procède dans l'immanence, j'ai toujours fait comme ça. Mais j'ai quelques idées qui s'affineront sûrement pendant le trajet.
Nous te suivons.

Les trois Zurthan se laissèrent guider par Eliwa vers un lieu plus confidentiel. Lorsqu'ils furent seuls, Amentep commença :
-Initialement, nous pensions traverser la Forêt de Seram et nous rendre à La Dross afin de recruter des mercenaires. Nous avons de quoi les payer.
-Il doit sûrement y avoir un tas de fripouilles prêtes à tout pour quelques souverains ! Compléta Kamil

Aucun d'entre eux ne s'était jamais rendu dans cette ville de brigands, mais un aubergiste auprès duquel ils s'étaient informé pendant leur trajet leur avait conseillé de s'y rendre pour recruter « de la main d'oeuvre ».

Qajj prit la parole à son tour.
-À Eldarinwa, nous comptons sur un effet de surprise pour nous approprier le cristal, après l'avoir localisé.
-Précisément, ajouta Kamil, nous devons nous emparer de l'artéfact et filer avant que les Elfes ne comprennent ce qui leur arrive. Je compte utiliser nos mercenaires pour aller au casse-pipe, car je doute qu'il n'existe d'autre moyen de mettre la main sur l'Ademonium. Ayant presque oublié qu'il parlait à une Elfe, il se reprit : Mais euh..Je n'ai rien contre les Elfes, hein ! Même s'ils me considère comme un Simien ..Bon on fait avec. Mais pour le bien du Sud, nous devons ramener ce cristal. Et je doute qu'ils acceptent de me léguer si je le leur demande, héhé.

Là où nous n'avons pas encore trouvé de solution, est pour nous introduire en Anaëh, et de là, rejoindre Eldarinwa avec nos hommes de mains. Il nous faudrait une excuse solide. Tu as peut-être des idées ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans les bas-fonds de Thaar ! (PV Eliwa, Julas troisième ennéade Karfïas, VIII)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans les bas-fonds de Thaar ! (PV Eliwa, Julas troisième ennéade Karfïas, VIII)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et dans les tréfonds, je me morfonds.
» Dans les bas fonds...
» Umbrae - Artiste
» Dans les fins fonds des tréfonds des bas-fonds
» INTRIGUE 1 ? L'expédition dans les tréfonds

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: