AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La compagnie des wandres occidentales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: La compagnie des wandres occidentales    Mer 2 Mar 2016 - 8:53



Quatrième jour de la première ennéade de Vermios an 8

Décidément, ce début du mois de Vermios était propice aux grands lancements de grands projets ! Si Velteroc s’était tenu en retrait de la scène politique internationale pendant quelques ennéades, ce n’était pas pour se morfondre sur son sort où sur l’échec de premier conseil et les conditions bien moins avantageuses que prévues du second.

Non, la résignation n’était pas une logique Velterienne, bien au contraire. Dès qu’un problème apparait, la recherche de solutions s’enclenche immédiatement et parfois même sans passer par la phase de sidération successive à toute surprise. Et c’est dans cet état d’esprit que l’administration du nouveau Grand Duché avait travaillé ces derniers temps à la rédaction d’une proposition à soumettre à leur gouvernant.

Rassemblant la corporation des marchands Beltrodois en vue de la consulter, ils avaient ensuite travaillé pendant plusieurs semaines à la définition des statuts et de l’organisation d’une entité locale nouvelle et ayant pour mission de répondre aux problématiques géostratégiques à la fois économiques, politiques et militaire : Une compagnie commerciale pour le Grand Duché.

Nombres de parchemins furent écrits, notamment en ce qui concernant la participation des marchands et autres bourgeois intéressés. La fin de la guerre et le retour des butins leur avait pour certains remplis les caisses et ils se trouvaient désormais en capacités d’investir dans de nouveaux projets. Ors, le Nord demeurant relativement fermé et le sud s’étant lancé dans une drôle e guerre avec le Médian, seul les aventures maritimes semblaient encore dignes d’intérêt. Ainsi s’étaient-ils rapidement intéressés à la proposition qui leur était faite.

Non sans avoir retouché certains passages du texte, ils étaient désormais prêts à soutenir l’initiative devant le Duc lui-même et ce dernier les avait reçus avec tous les égards nécessaires. Les discussions étaient allées bon train et après deux jours de négociations, tous étaient tombés d’accord sur une coopération entre les institutions politiques et les institutions économiques pour une cogestion du projet, avec la possibilité, en cas de besoin, de réquisitionner tout navire nécessaire à la défense du Médian et de ses intérêts. En échange, le Grand Duché mettait à la disposition de la compagnie, les deux Carrack en sa possession.

Une fois acté la création de la Compagnie, il lui fallait trouver un nom. La partie occidentale des Wandres étant actuellement le débouché principal des manufactures médianaises, un nom émergea rapidement : « La Compagnie des Wandres Occidentales » était née.

Les besoins en investissement et en navire étaient importants et il fut rapidement décidé de créer de nouvelles calles-sèches afin de répondre à la demande. Ors, Velteroc, de par sa configuration géographique et l’éloignement des forêts de ses côtes demeurait impropre à ce type de production, de même qu’Ancenis, bien que compétent dans le domaine, se trouvait bien trop éloignée de l’objet de la compagnie, surtout en ces temps de crise avec le sud.

Demeurait alors la possibilité offerte par Christabel qui semblait disposer du débouché maritime parfait, en proximité d’une grande forêt de feuillus parfait pour les constructions maritimes. Tandis que les discussions s’ouvraient avec le petit port de pèche de Taragone et les seigneurs christabelois locaux qui voyaient par ailleurs en ce projet une possibilité de mane financière non négligeable, un autre groupe se dirigea vers Ancenis afin de recruter les artisans et formateurs nécessaires à la mise en œuvre concrète du projet.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2050
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La compagnie des wandres occidentales    Sam 5 Mar 2016 - 19:02


Dans les tavernes et auberges le long du fleuve, toutes les conversations tournaient autour de cette nouvelle compagnie des wandres occidentales. Si Velteroc n’était pas historiquement une terre de tradition maritime, l’expédition menée quelques années auparavant dans les Wandres et qui avait abouti à la création du comptoir de Fort Norkan constituait un réel changement d’attitude vis-à-vis de l’océan. Les pécheurs et bateliers qui vivaient le long du fleuve ou aux alentours des lacs commençaient à regarder vers l’Ouest, vers l’Eris. Les rumeurs de richesses qui proviendraient du commerce le long de la côte occidentale de la Péninsule éveillaient la convoitise de ces gens simples qui y voyaient un moyen de mettre un peu de beurre dans leurs épinards.
 
Nul endroit ne bruissait plus de rumeurs que le fief de Renhanda, qui bordait sur sa rive sud l’embouchure du Melian. Tous ses habitants savaient en effet qu’après quelques lieues en amont, le fleuve se révélait impropre au passage des navires de fort tonnages à grand tirant d'eau. Dès lors, point besoin d’être grand clerc pour deviner que cette nouvelle compagnie des wandres allait devoir disposer d’un port à proximité de l’océan pour y décharger ses cargaisons, avant que des péniches à fond plat ne remontent les marchandises jusqu’à Berthod. Pourquoi pas à Renhanda même ?
 
Le seigneur du lieu, Hanegard Kastelord, se trouvait absent depuis de longues ennéades mais l’intendant du domaine restait en contact avec lui, et récemment il avait été vu faisant de fréquents voyages jusqu’à Beltrod. A son retour l’accompagnaient plusieurs cartographes et ingénieurs au service du duc, en compagnie de qui il avait longuement parcouru à pied les rives. Des discussions animées avec de grands gestes de la main rythmaient ces échanges, dont plus d’un paysan aurait aimé connaître la teneur, tant il paraissait évident que cela concernait ce futur port dont tous parlaient en ville.
 
De fait, Renhanda disposait déjà d’un petit port, auquel se trouvait d’ailleurs amarré une caravelle de construction ysaraine, servant régulièrement à Hanegard pour ses déplacements entre Velteroc, Diantra et les wandres. Situé dans une anse suffisamment profonde et abritée des vents dominants par des collines boisées, le lieu semblait tout particulièrement intéresser les envoyés ducaux qui y passèrent plusieurs jours en y réalisant forces croquis.
 
Avant leur départ, ils se rendirent également au château afin d’y rencontrer Enguert, le père du jardinier, qui y vivait chichement dans un petit cabanon. Le vieillard avait été pécheur sur le Melian et le long des côtes de Velteroc pendant plus d’un demi-siècle avant que l’âge et les rhumatismes ne l’obligent à poser son sac à terre. A force de persuasion et en sortant des écus sonnants et trébuchants, ils persuadèrent l’acariâtre patriarche de les accompagner à Beltrod pour quelques jours.
 
Lorsque son fils lui demanda pourquoi il devait se rendre à la grande ville, Enguert répliqua en clignant de l’œil :

 
Didiou, oun gars qu’sait les courants et les bancs comme mé, ca s’trouvé pas dans l’cul d’une vache, fieu !
Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La compagnie des wandres occidentales    Ven 18 Mar 2016 - 8:13

C’est après un peu plus d’une ennéade de route que les représentants de la compagnie parvinrent finalement à Berde, ville portuaire ancenienne de renom. Leur objectif était simple, convaincre les guildes d’armateurs, de charpentiers et de bateleur de participer à ce vaste programme qu’était celui de la création de la compagnie des wandres occidentales. Et ils avaient un as-tout pour cela, à savoir de fortes sommes d’argent et des promesses de perspectives intéressantes.

A peine arrivés, ils prirent donc contact avec la faune locale, planifiant quelques rencontres par-ci par-là. L’objectif était d’identifier les personnes clefs et recommandables à qui ils pourraient présenter leurs plans sans prendre de risque ni perdre leur temps.

Cette phase de trois jours passée, ils finirent par être aiguillés vers une petite compagnie locale qui avait pour objectif de prendre de l’ampleur et semblait posséder les talents nécessaires à ses ambition.

Des tractations s’engagèrent alors et après trois jours et deux réunions, un contrat fut finalement rédigé et signé. La compagnie berdoise obtenait ainsi des parts et des financements au sein de la compagnie des wandres en échange de son savoir faire en termes de construction maritime et de formation de capitaines et équipages.

C’est donc une compagnie plus grande qu’à l’allée qui effectua le voyage de retour, rejoignant à Christabel-la-ville l’équipe dont la mission avait été de négocier avec la compagnie fluviale d’Estaria dans des conditions similaires. Cette dernière, légèrement ballottée par les événements guerriers des mois précédents, avait rapidement vu dans cette proposition, une opportunité de renflouer une partie du manque à gagner commercial et avait délégué une partie de ses ingénieurs fluviaux afin d’apporter leur expertise au projet.

C’est donc une troupe hétéroclite et nombreuse qui revint finalement à Beltrod où les représentants de différentes parties prenantes se réunirent au cinquième jour de la troisième ennéade de Vermios an 8, sous la présidence de Jean-Simon Lothaire, Contrôleur général des finances du Grand duché du Médian.

Messieurs, je vous propose que nous débutions cette première assemblée constituante de la Compagnie des wandres occidentales.

A l’ordre du jour, un point sur la situation des terres et du port de Renhanda et les aménagements nécessaires identifiés afin de pouvoir y déposer des marchandises et de les y sécuriser, suivi d’un point sur le port de Taragone et ses capacités de réorientations en direction de la construction de navires. Suivront des points de présentations de nos amis ancéniens et estariens sur les compétences et les limites qui sont les leurs. Enfin, nous traiterons les questions des uns et des autres à l’issue de cette réunion.

Messieurs de Renhanda, vous avez la parole.

Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2050
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La compagnie des wandres occidentales    Lun 21 Mar 2016 - 16:11


L’activité liée à la future compagnie des wandres occidentales ne diminuait pas, et les architectes du duc entreprirent de préparer un dossier complet en prévision de sa présentation au contrôleur général des finances. Tous savaient que ce jour là seraient décidés les arbitrages budgétaires qui pouvaient lancer définitivement un projet… ou le couler, ce qui s’agissant de trafic maritime n’aurait pas manqué de sel. Le fief de Renhanda se trouvait représenté en séance par Jonas de Veldecourt, un cadet d’une famille de la région qui agissait comme intendant en l’absence d’Hanegard. Avec lui se trouvait le vieil Enguert, tout impressionné par les riches vêtures des participants, et Krain Barbe-Noire, un nain spécialiste en construction.

Se voyant offrir l’insigne mais dangereux honneur de commencer, Jonas se racla la gorge puis posa sur la table une carte du Mélian allant de son estuaire à Beltrod.


Messeigneurs, nous avons identifié plusieurs chenaux entre Renhanda et la côte pouvant être empruntés sans risques par des navires de fort tonnage. Comme vous le savez, plusieurs bancs de sables parsèment le Mélian mais ils ne rendent la navigation impropre aux quilles profondes qu’en amont de Renhanda.
Pas p’ssible à un gros cul d’remonter au-delà, nan, marmonna Enguert, y’se vautrerait comme un ivrogne sur l’bancs si y’a pas un gusse à bord qu’connait l’coin. C’gigote tout l’temps c’putain d’bancs, pires qu’une femme.
Monsieur Enguert ici présent a navigué sur le Mélian pendant plus d’un demi-siècle, expliqua Jonas. En l’absence d’un pilote expérimenté comme lui, aucun navire ayant un tirant d’eau suffisant pour naviguer en haute mer ne pourrait atteindre Beltrod sans risquer de s’échouer. A l’inverse, des péniches à fond plat y seront à leur aise.

Il était inutile de préciser que des pilotes spécialistes du Mélian ne couraient pas les rues, ou du moins les flots. On disait dans la région qu’il fallait une vie entière pour connaître les caprices du fleuve, ce qui rendaient les formations quelques peu longues.

Cela nous a amené a proposer l’installation d’un port à Renhanda afin d’y transborder les marchandises entre les navires voguant sur l’Eris et les péniches du Mélian. Ainsi, nous pourrons relier par cette route maritime le cœur de Velteroc à l’océan. Des installations portuaires existent déjà à Renhanda… maître Krain, si vous voulez bien ?
Le port de Renhanda est installé dans une large baie profonde et bien abritée, commença le nain de sa voix rocailleuse. Mais à l’heure actuelle il n’y a qu’un ponton en bois qui ne supporterait même pas le poids des treuils de levage nécessaires aux grands bâtiments. Pour le rendre apte à cela, il faudra le renforcer par des soutènements plus solides. J’ai fais des plans, tenez.

Le nain sortit à son tour un schéma qu’il posa sur la table, et entreprit d’expliquer l’apparence qu’aurait le futur port. Deux digues devaient en barrer l’entrée, au bout desquelles seraient installées des phares pour en surveiller les abords. A l’intérieur de ce cocon protecteur, cinq jetées en pierre permettraient aux navires de s’amarrer. Un peu à l’écart, un dock à écluses servirait de cale sèche pour renflouer les navires endommagés par les intempéries de l’Eris. Lorsque l’on regardait le petit ponton du port de pèche existant comparé à la taille du futur ensemble, il fallait admettre que le projet était ambitieux.

Mon maître, le seigneur Kastelord, a contacté des amis nains qui vivent à Alonna et qui pourraient nous aider comme maître d’œuvre sur ce chantier. Il n’est un secret pour personne ici qu’en matière de construction et d’ingénierie, aucune race de ce monde n’égale le savoir des nains.

Jonas laissa les participants réfléchir quelques secondes puis reprit :

En parallèle, nous proposons la création d’un chemin de halage entre Beltrod et Renhanda pour faciliter les déplacements des péniches par traction équestre. De tels systèmes existent déjà ailleurs en Péninsule et ont fait la preuve de leur excellent ratio entre coût et efficacité. Puisque nous parlons argent, voici les estimations budgétaires nécessaires à ce projet.

Une nouvelle feuille atterrit sur la table, fixant sur elles toutes les paires d’yeux sauf celle d’Enguert qui ne savait pas lire. La somme indiquée en bas de la colonne « coûts » se trouvait pour le moins rondelette. Rien que le puissant duché du Médian ne soit en mesure de financer, mais les participants à la réunion allaient devoir réfléchir sérieusement avant de donner leur accord au déblocage des fonds.
Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La compagnie des wandres occidentales    Sam 2 Avr 2016 - 15:06

Vous avez tout à fait raison et je partage votre analyse.

Ces mots venaient de s’échapper de la bouche d’un grand homme à l’allure fluette et aristocrate. De par sa tenue vestimentaire et physique, il n’était à point douter que son origine n’était point médianaise.

Mais je m’excuse de cette interruption, je ne me suis point présenté. Maximilien de Boursecoeur, capitaine de la brigade fluviale d’Estaria. Je représente monsieur le Baron Clotaire et ais toute latitude pour convenir de la participation de notre baronnie à votre initiative.

Il marqua une pause, laissant à chacun le soin de le dévisager à sa manière. Seul le représentant de Christabel ne semblait point s’émouvoir de cette allure singulière. Mais rapidement, le silence fit place à la démonstration.

Bien, comme je le disais, je partage votre analyse. J’ai pu visiter les abords du fleuve avant de vous retrouver et il est clair que les navires ne disposant pas d’un fond plats n’ont pas la moindre chance d’atteindre Beltrod avant de s’ensabler. Où alors, il vous faudra aménager votre fleuve à un tel point que son seul entretien vous coûtera plus cher que ce que pourrait vous rapporter votre compagnie.

La construction d'un port de transbordement à l'embouchure puis la remontée de navires à fond plats, notamment via le hallage est la meilleure solutions.

Le transport fluvial de marchandises étant une des spécialités de nos terres, nous avons développé des embarcations très efficaces, notamment pour remonter le courant. Je ne vous détaillerais évidement pas les techniques employées et propres à nos artisans, mais nous pourrons mettre à votre disposition un certain nombre de ces embarcations dans le cadre de notre participation à ce programme.

De même nous sommes prêts à travailler avec les hommes d'Ancenis à l'élaboration des  modèles de navires dont vous aurez besoin pour vos expéditions commerciales.


Les Anceniens observaient ce personnage avec curiosité. Ils n'avais pour l'heure pas imaginé collaborer avec qui que ce soit dans la production de navires pour la compagnie, mais ils devaient admettre que les navires fluviaux produits en Estarias ne manquaient pas d'intérêt.

La partie fluviale de notre affaire ne devrait donc pas poser de problèmes majeurs vue les expertises rassemblées en ces lieux. La véritable question est de savoir si Christabel a les moyens de se dotes des cales-sèches nécessaires à la production de nos navires.

A peine avait-il prononcé ses mots que le représentant de Christabel, Adelian de Vernehr répondit tout en esquissant, d'un geste suffisant, l’inexistence d'inquiétude qui le carractérisait.

Le lieu a été choisi avec soin et après beaucoup de prospections. La ville de Taragone dispose d'une main d’œuvre nombreuse, d'une accessibilité à la mer facilitée par un relief facile et de forêts bien pourvues en espèces d'arbres nécessaires à la production navale. Nous répondrons donc présents à condition de disposer des maîtres d’œuvre qualifiés pour en assurer la direction.

Reprenant le fil de la conversation, le Contrôleur général des finances du Grand duché du Médian reprit les choses en main et tourna à nouveau son attention vers les représentants de Renhanda.

Et vous ? De quelles capacités de mise en œuvre disposez-vous afin d'effectuer les traveaux d'agrandissements nécessaires à ce grand projet ?  
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2050
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La compagnie des wandres occidentales    Dim 24 Juil 2016 - 8:49


Assez étonnamment, l’affaire se déroulait au mieux et les participants à la réunion ne manquaient pas de collaborer afin de trouver la solution la plus satisfaisante. Nulle querelle ne se levait entre ces courtisans souvent imbus d’eux-mêmes, mais sans doute fallait-il y voir là l’ombre de Nimmio de Velteroc. Ce n’était en effet pas un secret que le Duc du Médian s’intéressait tout particulièrement au projet et qu’un échec lui déplairait souverainement. Krain se fit en silence la réflexion que la peur constituait décidément le meilleur terreau sur lequel les humains pouvaient bâtir des projets. N’ayant ni la patience ni le pragmatisme des nains, il leur fallait de fortes raisons pour réussir à s’entendre… la volonté du souverain en constituait une excellente.

Lorsque la parole revint à Jonas, le représentant de Renhanda consulta rapidement ses chiffres avant de répondre.


Messeigneurs, la main d’œuvre ne sera pas un problème, une partie des effectifs mobilisés pour la guerre nous étant revenus. Nous vous proposons également que les peines de prison prononcées dans la région soient transformées en corvées sur le chantier afin de réduire les frais. Par ailleurs, les fiefs voisins de Renhanda sont prêts à collaborer avec nous à ce projet dont ils retireront eux aussi un grand bénéfice.

Et surtout ils ne veulent pas énerver le seigneur Kastelord dont la proximité avec le Duc est connue, se dit Krain, sans bien sur oser l’exprimer à haute voix.

La pierre nécessaire à la construction des digues sera issue des carrières locales, certes de qualité médiocre mais nous ne cherchons pas à bâtir en marbre ou à y sculpter des angelots, n’est-ce pas ?

Un léger sourire apparut sur plusieurs visages à cette tentative de plaisanterie.

Si les travaux commencent rapidement, nous estimons que les installations portuaires seront opérationnelles au printemps prochain.

Enguert et Krain furent alors congédiés, la discutions ne portant plus que sur le montage budgétaire qui sevrait être mis en place.

T’crois qu’ils vont accepter ? demanda le vieux à son courtaud compagnon alors qu’ils sortaient du palais.
Pour sur, mon gars, répondit Krain, pas besoin d’être grand clerc pour piger que le Duc veut un port sur ses terres. Le projet se fera, restera ensuite à savoir s’il sera rentable. Je l’espère, car alors mes gars en moi en avons pour une dizaine d’années de travaux d’agrandissements.

Et dans les yeux du nain roulaient déjà les pièces d’or qu’il tirerait de ses services.

HRP : mea culpa, j’avais oublié de clore ce rp.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La compagnie des wandres occidentales    

Revenir en haut Aller en bas
 
La compagnie des wandres occidentales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La compagnie Gildan ira-t-elle en Haiti ?
» Compagnie Grise
» Liste compagnie grise
» Les Annales de la compagnie noire
» La Compagnie médiévale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché du Médian :: Duché du Médian-
Sauter vers: