AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tant attendu | Rico

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eliwa
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Tant attendu | Rico   Ven 11 Mar 2016 - 22:25

PandémoniumLieu du RP : Manoir de Nelen
Date du RP : Actuellement
Circonstances du RP : Aucune en particulier
Ambiance du RP : Chaude



Pieds nus sur la pierre froide, l'elfe parcourait silencieusement les couloirs. Le maître des lieux l'avait invitée à passer quelques jours en sa compagnie, et elle n'avait pu refuser l'offre. La nuit était maintenant bien entamée, et cela faisait une bonne heure maintenant qu'ils étaient sortis de table. Ils avaient sans aucun doute tous rejoint leur chambre respective, comme l'avait d'ailleurs fait Eliwa. Elle avait essayé de trouver le sommeil, en vain. Elle n'avait eu cesse de se retourner entre ses draps, encore et encore, ne pouvant chasser le regard que portait Enrico sur elle. L'elfe avait bien remarqué les premières œillades, n'en avait pas détourné les yeux. Et elle avait pu noter sans peine l'attention particulière qu'il lui avait accordé au fil des heures. Elle avait pu sentir ses prunelles se faire assez insistantes. Mais ce qu'elle avait pu lire dedans n'était pas ce qu'elle lisait dans celles de tous les autres. Elle voyait autre chose, parce qu'il ne le gênait pas, parce qu'il n'y avait pas cette perversité malsaine qu'elle pouvait parfois inspirer. Alors elle était sortie silencieusement, s'était faufilée par sa porte entre ouverte, sans même prendre la peine de se chausser. Elle n'avait sur elle que cette chemise de nuit qu'elle appréciait particulièrement, et une peau qu'elle avait jeté sur ses épaules. Elle se mouvait lentement, et avec une précision déconcertante. Parce qu'elle n'avait pas envie qu'on l'interpelle, elle n'avait pas envie d'avoir à s'expliquer sur sa présence dans les couloirs en plein milieu de la nuit. Elle n'avait pas envie de réveiller ceux qui avaient réussi à trouver le sommeil, ceux qui méritaient le repos. Il était chose assez aisée pour elle de passer inaperçue aux yeux et aux oreilles des humains qui étaient encore éveillés. Lorsque les torches étaient éteintes, elle n'avait rien à craindre. Parce que si elle y voyait très bien, elle savait que ce n'était pas leur cas. Une fois qu'elle sut avoir trouvé la porte de la chambre du maître des lieux, elle attendit patiemment que le garde posté devant s’éclipse pour l’entrebâiller et se faufiler à l'intérieur de la pièce.

Aussitôt le battant refermé, elle se retourna et plaqua un doigt sur sa bouche. Elle ne le pensait pas du genre à crier à l'intrus dès que quelqu'un se présentait ainsi à lui, mais on ne savait jamais. Le temps qu'il la reconnaisse pouvait être un peu trop long. Une seule bougie trouait encore l'obscurité, et elle put voir sa flamme se déplacer rapidement, éclairant bientôt le visage de son hôte. Les ombres qu'elle projetait sur son visage le rendaient encore plus sombre, et plus anguleux qu'il ne l'était d'ordinaire. Quand elle fut certaine qu'il l'avait bien reconnu, elle chuchota, tout en décollant son dos du bois :  

 - Je n'arrivais pas à dormir, j'espère que je ne te dérange pas ?

Un sourire soulevait doucement le coin de sa bouche, parce qu'elle connaissait déjà la réponse. Si elle l'avait dérangé, il n'aurait pas hésité à la mettre dehors, elle le savait. Ou à appeler son garde. Chose qu'il n'avait pas faite. Ses iris vrillés dans les siens, elle attendait une réponse. Un geste. Une invitation. Ses longs cheveux blonds retombèrent sur ses épaules quand elle les décoinça de sous la peau de bête qui ma tenait provisoirement au chaud. Elle savait très bien de quoi elle avait l'air, là, debout, dans sa robe blanche. Lui tombant juste au dessus du genou, elle laissait deviner parfaitement ses formes, ne laissant aucun doute sur leurs présences. Mais cela, il ne pouvait l'observer réellement, parce qu'elle avait fait son regard prisonnier du sien. Et elle n'avait pas l'intention de le libérer avant qu'il n'ait ne serait-ce qu'esquissé un pas vers elle. Eliwa savait ce qu'elle voulait, et elle l'obtiendrait. Elle en était certaine.
Revenir en haut Aller en bas
Enrico di Montecale
Hôte
Hôte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 412
Âge : 21
Date d'inscription : 10/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Dim 13 Mar 2016 - 22:20

Des yeux verts et sombres le hantaient.

C’est pour cela qu’Enrico n’avait pas trouvé le sommeil. Il s’était relevé après avoir scruté le plafond durant une bonne heure, sans penser à s’endormir. Il avait adroitement rattaché sa jambe de bois, avait enfilé de nouvelles chausses, ainsi qu’une chemise de nuit en lin blanc. Après s’être servi un verre de rhum, il s’était adossé à la colonne juste à côté de l’entrée de son balcon. De là, il pouvait admirer le calme bourg en contrebas, Port-Cinglant, qui sommeillait lui aussi paisiblement. Certaines lumières, au loin, étaient allumées, et des gens étaient encore debout. Que pouvaient-ils bien faire, à une heure aussi tardive ? Une réponse lui était venue à l’esprit, plus vite qu’il ne l’aurait voulu. L’air songeur, il avait avalé une gorgée de son alcool ambré.

Durant tout le dîner, et même avant cela, Enrico avait eu un mal fou à détourer son regard de l’Elfe. Il savait se montrer mesuré, dans pareilles situations. Et pourtant, était-ce l’exotisme, ou bien encore les courbes enchanteresses de la demoiselle, l’amiral avait senti son regard glisser à plusieurs reprises sur Eliwa. Oh, elle l’avait remarqué, ça ne faisait aucun doute. Et durant leurs petites conversations, il n’avait pas arrêté de lui laisser quelques indices, se montrant sous son meilleur jour. Il agissait ainsi avec beaucoup de femmes, et ce depuis très longtemps. Néanmoins, rares étaient celles qui pouvaient prétendre marquer ainsi l’esprit d’Enrico. Elle monopolisait ses pensées, un peu comme l’avait fait Orphelia avant de lui briser le cœur.

Il ne pouvait s’empêcher de l’imaginer devant lui, avec son éternel sourire aux lèvres, sa chevelure d’or cascadant sur ses épaules. Il avait jadis pensé que la beauté des Elfes était pure fantaisie et légende. Pourtant, l’une d’entre elles avait capté son attention, et ne semblait pas encline à la relâcher. Eliwa avait dérobé quelque chose, chez le Suderon. C’en était presque irritant, car d’habitude, il n’avait pas à cœur ce genre de problème. Sa seule envie, à l’heure actuelle, était de courir jusqu’à la porte, sortir de sa chambre, et pénétrer dans celle de l’Elfette, poussé par un ardent désir de reconquête. De reconquête, oui. Celle de son sommeil, et de son esprit.

La porte derrière lui s’ouvrit. Il se retourna lentement, avec ce pressentiment qui l’avait envahi à la seconde même où le bruit des gonds avait atteint ses oreilles. Une fois retourné, il fit un sourire en coin. Son instinct ne l’avait pas trompé. Devant la porte, un doigt sur la bouche pour lui intimer le silence, la silhouette élancée d’Eliwa, éclairée par une bougie, venait de pénétrer dans sa chambre. Il nota sa tenue très légère, mais ce fut avant tout le contact de ses yeux qui le maintint hypnotisé. Enrico ne changeait pas d’expression. Il regardait en profondeur l’Elfe, restée collée contre la porte. Son regard toujours plongé dans celui d’Eliwa, l’amiral posa son verre sur la table d’à côté, alors qu’il y avait encore du rhum dedans.

D’un pas sûr, malgré son handicap, il marcha en direction de l’Elfette. Le bois de sa prothèse raisonnait dans la salle, même s’il faisait attention. Elle était un poil plus grande que lui, aussi s’arrêta-t-il à un mètre d’elle. Elargissant son sourire, il passa sa main contre son bouc.

« Non, tu ne me déranges pas. Moi non plus, je ne dormais pas. »

Il étudia le visage d’Eliwa. Ses pommettes étaient hautes, et sa bouche, pulpeuse. Il y aperçut des lèvres si charnues, qu’il se serait même jeté dessus pour les embrasser, s’il n’était pas un gentilhomme.

« Quelque chose m’empêche de dormir. »


_________________
El Demonio con la Pata di Palo

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eliwa
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Mar 15 Mar 2016 - 22:45


Quelque chose oui. Ou plutôt quelqu'un. Son sourire s'élargit alors, parce qu'elle savait qu'elle avait eu raison. Elle avait eu raison de sortir de sa chambre, de se faufiler jusqu'ici pour le voir. De ne pas rester sur l'impression d'une bonne journée, sur quelques œillades bien placées, et quelques sourires échangés. D'ordinaire, elle n'aurait pas tant hésité, mais l'homme qui se tenait en face d'elle était loin d'être thaari, et il fallait dire qu'il avait reçu une toute autre éducation. Elle le sentait, dans sa façon de lui parler, dans la façon qu'il avait même de la regarder. Il était resté à une distance raisonnable d'elle, ne l'avait pas assaillie, que ce soit physiquement ou verbalement. Non, il demeurait doux dans ses paroles, droit dans ses actes. Et elle devait bien avouer que cela la perturbait un peu. Parce qu'elle n'avait rencontré beaucoup d'homme de la sorte dans sa vie, parce qu'elle n'avait plus cette pudeur dans ses relations que semblaient avoir d'autres. Cela la déstabilisait légèrement, lui rappelant fugacement celle qu'elle avait été, et celle qu'elle aurait du être. Si sa vie s'était déroulée tout autrement, et si elle n'était pas revenue chercher vengeance. Mais elle effaça tout ceci bien vite, revenant au moment présent. Vivre le moment présent avait toujours été la chose la plus importante. Surtout lorsqu'il s'agissait d'un instant comme celui là. Son regard moins pressant, elle ne fixait plus tant le suderon, s'autorisant à poser ses yeux sur les traits harmonieux de son visage, sur ses épaules larges, et sur le haut de son torse. Elle avait envie d'y passer sa main, comme pour redéfinir ces traits, comme pour les rendre réels, tangibles. Pour s'assurer qu'il était bien présent, et qu'il n'allait certainement pas lui échapper. Mais cette partie viendrait bien assez tôt, et en attendant, elle allait lui donner envie d'elle.

D'un mouvement de tête, elle ramena ses cheveux sur une de ses épaules, tandis qu'elle dévoilait minutieusement celle qui venait d'être dégagée. Elle le regardait toujours, mais elle ne cherchait plus à retenir son regard. Parce qu'elle voulait attirer ses yeux autre part, parce qu'elle voulait qu'il la voit. Bientôt, la peau qui couvrait ses épaules tomba sur ses hanches, et tandis qu'elle faisait un pas vers lui, elle l'abandonna complètement. Ses pieds glissèrent doucement sur le sol lorsqu'elle continua d'avancer, un peu, réduisant de moitié la distance qui se trouvait entre elle et Enrico. Remettant ses cheveux en place, elle défit lentement le lacet sur sa poitrine, ouvrant plus largement son décolleté. Elle pouvait presque sentir le regard de son hôte la caresser, glisser sur sa peau, et sur ce qui habillait encore le reste de son corps.

 - Je suppose que c'est précisément ce qui t'empêchait de dormir ? chuchota-t-elle.

Elle approcha encore, et cette fois, elle prit sa main dans la sienne. Son pouce s'attarda un instant sur le dos de sa main, tout comme ses yeux, avant que ces derniers ne remontent vers ceux de cendre. Passant sa langue sur sa lèvre supérieur, elle laissa un instant le silence les prendre, avant de le chasser à nouveau d'une voix soudainement plus suave.

 - Je crois que je vais avoir besoin d'aide pour enlever le reste, tu crois que tu peux le faire ?

Elle avait posé la main d'Enrico sur sa taille, et s'était considérablement rapprochée. Sa poitrine frôlait désormais son torse, et leurs lèvres n'étaient plus si loin. Elle pouvait sentir son souffle sur peau, sa bouche légèrement entrouverte, réclamant sans aucun doute un baiser. Ses doigts vinrent se poser sur sa joue, appréciant la rugosité de sa barbe contre sa paume. Alors, ses paupières vinrent masquer l'émeraude de ses iris, et l'elfe joignit ses lèvres à celles de son hôte.
Revenir en haut Aller en bas
Enrico di Montecale
Hôte
Hôte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 412
Âge : 21
Date d'inscription : 10/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Dim 20 Mar 2016 - 23:21


Chaque mouvement que faisait Eliwa, Enrico n’en perdait pas une miette. De son regard attentif, il vit la belle Elfette tourner sa tête, n’hésitant pas à jouer de sa magnifique crinière blonde pour distraire la fier marin. Il voulait en respirer l’odeur, qui devait être entêtante. Bientôt, se furent ses épaules qui se dénudèrent de la peau de bête qui les garnissaient. La fourrure retomba, dévoilant une peau parfaite et satinée. Il dévorait à présent littéralement du regard sa séduisante invitée, qui ne portait plus qu’un léger pan de tunique moulant ses formes arrogantes. Le Suderon se sentit soudain appelé par le désir, lorsque l’Elfe fit un pas en avant vers lui. Elle élargit son décolleté de ses doigts fins, laissant aux yeux d’Enrico le soin de remplacer son imagination. Il restait un homme. Ses yeux fixèrent un instant la poitrine ainsi libérée.

Il recentra son regard sur celui d’Eliwa, son sourire s’agrandissant, mais gardant son aura énigmatique. Il plaisanta alors à mi-voix.

« Oui… mais ça ne me donne pas envie de m’endormir, bien au contraire. »


Elle était si proche, il pouvait à présent sentir le parfum de son corps. Des vapeurs subtiles, qui lui titillaient les narines. Ses doigts effleurèrent les siens, avant de venir enserrer doucement sa main, la caressant du pouce. Doucement, il sentit glisser sa main vers la hanche d’Eliwa. Il passa doucement celle-ci sur le tissu de sa robe de nuit, sentant s’éloigner les frontières du tissu pour pénétrer sur le territoire de la peau de l’Elfe. Elle s’était encore rapprochée, dans une inexorable marche, frôlant presque son torse. Leurs visages étaient encore séparés par quelques petits centimètres, se jaugeant au rythme de leurs respirations confondues. Chaque fibre d’Enrico était aux abois. Il la voulait, plus que jamais. Ces lèvres carmin le narguaient à seulement quelques encablures des siennes, mais plus pour longtemps.

Il sentit le frêle contact des doigts d’Eliwa sur sa joue, et ne put se retenir d’avancer sa tête dans sa direction. Leurs quatre lèvres s’embrassèrent d’une douce passion, de celles qui n’étaient qu’amuse-bouche. La passion douce devint langoureuse, et les deux amants ne réfrénèrent pas leurs ardeurs. L’Elfette posa négligemment sa bougie sur le meuble le plus proche, et le plus à portée de son bras, sans pour autant s’arrêter en si bon chemin. Enrico en profitait pour caresser ses hanches, relevant doucement, mais sûrement, la fine couche de tissu qui les garnissait. Il sentait leurs corps se réchauffer, à mesure que leur étreinte s’intensifiait. Alors qu’il continuait d’embrasser l’Elfe, le Suderon remontait dextrement son habit léger, dernier rempart devant sa nudité. A mesure que la fine nuisette s’élevait toujours plus haut, les mains sûres d’Enrico palpaient le corps envoûtant d’Eliwa. Il éprouvait une sensation grisante, inondé qu’il était par le parfum, la bouche, et les petites attentions de sa conquête de ce soir.

Conquête ? Ou conquérante ?

Il recula sa tête, brisant leur passionnant baiser, pour permettre à Eliwa d’enlever complètement sa nuisette, après l’avoir relevée jusqu’au niveau de sa poitrine. Il put contempler ainsi l’enivrante anatomie de sa belle, un corps à en faire pâlir d’envie bon nombre de ces dames. Son regard parcourut l’Elfe depuis ses plus petites courbures, jusqu’à ses magnifiques atouts. Ses mains, avides et libres de toute contrainte, caressaient à l’envi ces courbes et ces attributs, tandis qu’Enrico faisait doucement reculer la demoiselle contre la porte. Une fois qu’il sentit qu’elle était contre cette dernière, sa bouche vint doucement baiser le cou d’Eliwa, fin et délicat. Une main sur l’un de ses seins, et l’autre flattant l’une de ses hanches, l’amiral sentait en lui le désir monter. Entre deux petits assauts qu’il enchaînait sur la gorge de son amante, Enrico lui susurra :

« Je souhaite connaître chaque centimètre de ton corps… Penses-tu que cela soit réalisable, en une nuit ? »

_________________
El Demonio con la Pata di Palo

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eliwa
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Lun 21 Mar 2016 - 2:35


Les mains d'Enrico, se baladant sur sa peau, la faisaient frissonner. Elle sentait à la fois sa douceur, et sa fermeté, sa délicatesse et sa précision, l'envie de la découvrir et de se l'approprier. Son cœur battit un peu plus fort lorsqu'il lui rendit son baiser, explorant un peu plus sa bouche en immisçant sa langue entre ses lèvres. Elle ne rechigna pas, au contraire, se laissant emporter par ses envies, par son instinct. Si elle était encore maîtresse de ces derniers, elle sentait bien que le moment où elle mâcherait prise allait arriver rapidement. Son hôte était de ceux qui savaient faire vibrer les femmes, et elle en était plus que ravie. Quand le tissu disparu enfin, quand elle offrit son corps nu au regard du suderon, elle sut que la nuit commençait réellement. Une nuit comme elle n'en avait pas eu depuis longtemps, une nuit pleine de promesses, qu'elle ne pouvait qu'avoir hâte de vivre. Dans ces instants, elle se sentait bien, elle se sentait parfaitement à sa place, et elle ne pouvait que les apprécier complètement. Elle se sentait belle, dans ses yeux, elle se sentait femme, et elle aimait ça. Plus qu'elle ne voulait généralement l'admettre. Lorsque son dos toucha le bois de la porte, un frisson parcouru son dos. Acculée, elle allait devoir s'en remettre à celui qui venait de la déshabiller. Il continuait de la toucher, d'une manière si délicate et si juste qu'elle ne pouvait parfois s'empêcher de tressaillir. Et quand il revint à nouveau vers elle, recréant cette proximité qu'il avait laissé s'effacer, elle posa une main légère sur son torse, avant de remonter plus fermement dans son cou. Elle ne voulait pas qu'il s'arrête, et elle le lui faisait savoir. Son autre main guidait vaguement celle posée sur sa hanche, l'invitant à s'aventurer plus loin qu'elle ne le faisait alors.

 - Mmm, c'est ambitieux, mais sans doute pas impossible. Nous n'avons pas intérêt à tarder, si nous voulons le savoir, répondit-elle dans un murmure.

La paume toujours contre sa nuque, son cou offert, elle l'incita à descendre le long de sa clavicule, avant de réclamer ses lèvres à nouveau. Se scellant cette fois dans un baiser bien plus profond, elle décolla son dos de la porte pour presser un peu plus son corps contre le sien. Elle sentait le désir monter peu à peu, et chaque fois que les doigts d'Enrico bougeaient sur son sein, son cœur se serrait un peu plus. Il ne lui fallut pas plus de temps pour dénouer la ficelle qui retenait le vêtement de son amant, le faisant rapidement rejoindre le sien au sol. Ses mains apprécièrent son corps, et ses doigts tracèrent le chemin que suivraient sans aucun doute bientôt ses lèvres. Elle relevaient tantôt doucement, tantôt avec plus d'ardeur, les lignes de ses muscles, les saillies de ses os. Elle avait dans son regard cette fascination qu'elle portait au corps humain, et plus particulièrement aux morphologies qu'elle admirait. Là, dénué de tout artifice, de tout titre, elle le trouvait beau. Et son bas ventre s'enflamma un peu plus. Ses iris émeraudes vinrent rapidement capter ceux de son hôte, et elle resta ainsi un court instant, le regardant sans rien dire. Elle se savait alors plus vulnérable que jamais, mais elle n'en avait cure. Le moment s'effaça aussi rapidement qu'il était apparu, puisque le désir reprit le dessus sur n'importe quel autre sentiment, sur n'importe quelle autre émotion, et elle se mordit machinalement la lèvre. Leurs lèvres se retrouvèrent un court instant, avant qu'elle ne quitte leur étreinte pour l'emmener vers le lit.

Sa main dans la sienne, elle l'attira doucement à elle, avant de renouer le contact plus fermement. Cette fois ci, sa bouche se perdit sur sa joue, puis le long de sa mâchoire, avant de remonter jusqu'à son oreille.

 - Nous serons sans aucun doute mieux ici que contre la porte... enfin, pour commencer, chuchota-t-elle avant de mordiller rapidement son lobe.

Ses doigts reprirent leur danse chaotique, guidé par les pleins et le déliés, interrompue par les mouvements plus ou moins brusques du suderon. Elle avait tout de même finit par atteindre ses hanches, et si elle s'aventurait sur son bas ventre, elle pouvait sentir la douceur de sa toison. Si elle ne voulait pas aller trop vite, elle mourrait tout de même d'envie de descendre plus bas, pour se saisir de sa masculinité.
Revenir en haut Aller en bas
Enrico di Montecale
Hôte
Hôte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 412
Âge : 21
Date d'inscription : 10/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Mer 30 Mar 2016 - 22:22


L’Elfe n’avait pas tardé à enlever la chemise d’Enrico, laissant son torse à la merci de ses douces mains. Il frissonna lorsqu’elles entrèrent en contact avec ses pectoraux, caressant ses épaules, cartographiant le moindre recoin du haut de son corps. Il le savait, il était bien fait. Aussi prit-il plaisir à laisser l’Elfette tâter du doigt ses muscles et ses os, tout en continuant à honorer les formes de son amante en la touchant avec délicatesse, et en explorant des zones inédites. Elle le regarda, il la regarda. Leurs yeux s’étaient emprisonnés les uns les autres, léger moment de suspens, petite entracte avant que les rideaux ne s’ouvrent à nouveau. Puis, lorsqu’elle se mordit la lèvre, il sourit, et l’embrassa avec la même passion qui l’avait saisi plus tôt.

Le baiser ne dura pas, car elle s’en écarta doucement. Il regarda chaque mouvement félin qu’Eliwa faisait, alors qu’elle se dirigeait vers les draps, occurrent une suite des plus joyeuses. Sa main dans la sienne, il la suivit au pied du confortable lit. Elle ne tarda pas à revenir à la charge, dardant ses lèvres pulpeuses de sa joue, à son oreille. Il frémit lorsqu’elle mordilla doucement le lobe de son oreille, et ricana doucement.

« De la soie de Thaar… Envie de sentir ? »

Il l’assit d’abord tout doucement sur le lit, alors qu’Eliwa lui caressait doucement le bas-ventre, éveillant sa virilité avec plus d’ardeur. Entreprenant, il la poussa un peu vers l’arrière, la faisant se coucher sur les draps soyeux et immaculés. Debout, il posa ses genoux sur le lit, alors que l’Elfe l’embrassait avec ferveur. Ses mains avançaient sur le matelas de plumes d’oies, afin qu’il soit à la bonne hauteur, juste au-dessus de sa belle concubine de cette nuit. Enrico aimait ses petites attentions. Néanmoins, il était un homme poli, et préférait lorsque ces dernières étaient également rendues. Calmement, alors que les deux amants s’embrassaient, les doigts du Suderon explorèrent des endroits plus intimes, caressant doucement la féminité d’Eliwa.

Il l’entendit soupirer, et la sentit se mouvoir lentement, alors qu’il lui donnait du plaisir. Lui-même sentit que la douce demoiselle se saisissait de son membre. Il respira un instant un peu plus fort, lorsqu’il comprit qu’il n’avait pas affaire à n’importe quelle femme. Elle n’était pas de celles qui se laissaient faire. Elle connaissait les hommes. Il pouvait le sentir, maintenant. Qu’en pensait-il ? En réalité, il était content. Il était même plus excité que jamais, et des flots de pensées l’assaillirent, alors qu’il tentait d’imaginer à quoi pourrait bien ressembler cette nuit, s’il devait lui sortir le grand jeu.

Leurs yeux se croisèrent à nouveau. Il lisait le désir dans ceux d’Eliwa. Les siens ne mentaient pas sur ses intentions non plus. Entre deux baisers, il lui dit, de son fort accent du Sud et de sa voix de basse :

« J’ai envie de toi… »

Ses mains vinrent titiller ses mamelons, pour mieux les durcir. Il gloussa à mi-voix, lui susurrant quelques paroles suggestives à l’oreille. Son désir montait en flèche, à chaque caresse, et à chaque baiser qu’ils partageaient.

La nuit promettait d’être longue.

_________________
El Demonio con la Pata di Palo

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eliwa
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Ven 1 Avr 2016 - 17:07


Eliwa n'eut pas réellement le temps de se saisir de l'objet de son désir, puisqu'on la fit basculer bien rapidement sur le dos. Elle apprécia un instant la douceur infinie des draps sous sa peau, réveillant un peu plus ses sens, mais revint bien rapidement vers son amant. Ses mains retrouvèrent bien vite leur chemin, tandis que leurs lèvres se mêlaient à nouveau, et elle ne tarda pas à se saisir de son vit. Elle pouvait le sentir s'engorger un peu plus à son contact, clamant chaque fois plus ardemment sa virilité. L'elfe avait alors une idée bien précise de la suite des choses, et elle frémissait déjà à l'idée de sentir son corps se tendre et contracter sous ses lèvres et sous sa langue. Elle avait envie de goûter à sa peau, de le sentir impatient mais impuissant, de donner le rythme sans qu'il n'essaye une seule fois de la contrarier. Alors ce fut surprise qu'elle sentit les doigts du suderon se diriger vers sa propre intimité, et son bas ventre les accueillit dans un tressaillement. La douceur de ses caresses lui fit presque oublier ses précédentes envies, et un instant, elle céda à l'assaut de ses doigts et de ses lèvres.

Une main dans sa nuque, l'autre l'invitant à presser un peu plus son corps contre le sien, leurs langues se mêlaient encore et encore, dans un ballet qu'elle ne voulait interrompre pour rien au monde. Elle pouvait sentir son cœur battre plus vite, et plus fort, lorsqu'il ne fit plus seulement qu'effleurer, lorsqu'il la caressa franchement. Alors, repoussant l'envie sourde de profiter pleinement, elle reprit son membre en main, lui assurant des attentions plus fermes, et bien plus explicite quant à ce qu'elle voulait pour la suite. Les mots qui vinrent se glisser à son oreille la firent frémir, et elle sentit son corps s'embraser. S'il avait envie d'elle, elle allait lui donner une raison de ne plus jamais avoir envie de la quitter. Parce qu'il n'était pas de ceux de passage, il n'était pas un client, un esclave, ou une porte qu'elle ouvrait pour accéder à autre chose. Il était un des rares qu'elle voulait aimer, ne serait-ce que pour une nuit. Elle le sentait dans ses gestes, elle l'entendait dans sa voix.

Elle retrouva rapidement ses lèvres, suite aux suggestions du suderon qui la firent sourire, et le fit basculer sans prévenir, se retrouvant au dessus de lui. Le surplombant de toute sa hauteur, elle couvrit ses mains des siennes lorsqu'il les posa d'abord sur son ventre, avant de remonter rapidement vers sa poitrine. Son bassin bougeait lentement, laissant le soin à Enrico d'imaginer ce qui pourrait se dérouler par la suite. Et lorsqu'il l'attira vers elle, demandant un baiser, elle ne le lui refusa absolument pas. S'il fut plus concis que ce que le suderon aurait pu espérer, elle ne lui reprit ses lèvres que pour mieux explorer le reste de son corps. Elles se posèrent sur le bas de sa joue, redessinant avec soin l'angle de sa mâchoire, redescendant le long de son cou, où sa langue ne put s'empêcher de se joindre à elles, pour retracer avec une délicatesse et un désir grandissant les lignes de ses muscles. Elle s'attarda un instant en dessous de son nombril, ses mains caressant maintenant l'intérieur de ses cuisses, tantôt lui laissant croire qu'elle allait céder à la tentation, tantôt décevant cette lueur d'espoir. Mais quand elle sentit que la tension était à son comble, elle ne le fit pas plus attendre, et sa langue vint finalement à la rencontre de son vit, dressé, dont elle s'était emparé. Elle pouvait entendre sa respiration changer de rythme, devenir bien plus profonde, et bientôt, elle put sentir sous ses mains qu'elle était sur la bonne voie. Et c'était lorsqu'elle pouvait en être aussi sûre que cela lui plaisait autant.
Revenir en haut Aller en bas
Enrico di Montecale
Hôte
Hôte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 412
Âge : 21
Date d'inscription : 10/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Mar 12 Avr 2016 - 22:39

Sentir les tressaillements d’Eliwa sous ses caresses érotiques, et la voir apprécier le contact de leurs corps échaudé. Enrico aimait bien cette partie du jeu, ce jeu qu’ils avaient débuté lorsque la porte s’était refermée. Il devait avouer que son amante savait se servir de ses charmes elle aussi, et de ses mains. Il commençait même à se demander si l’Elfe était si réservée qu’il ne l’avait cru au départ. Souvent, l’on considérait les enfants de Kyriah comme de prudes esthètes, aux manières moins perverses que les Hommes. Elle lui démontra qu’elle avait autant de vigueur et d’imagination que lui... Et de façon muette, il en remercia les Cinq. Peut-être plus Arcamenel ? Qu’importe, ce n’était pas le moment de penser religion !

Elle l’attira à lui avec plus d’envie, plus de force. Enrico sentait le désir d’Eliwa, se mêlant presque au sien, alors que leurs corps se pressaient l’un contre l’autre, voraces livrées de chair animées d’une commune passion. Le ballet de leurs lèvres ne semblait pas vouloir s’estomper, elles étaient ardentes comme les braises. Folles et enivrées. Un moment que le Suderon ne pourrait pas oublier de sitôt. Car soudain, sans prévenir, il se sentit basculer vers l’arrière, ne se rendant compte de la situation qu’après avoir repris totalement ses esprits, embrumé qu’il était par les douces attentions de sa belle. Le temps qu’il réagisse, le voilà déjà sur le dos, une jolie petite Elfette au-dessus de lui.

Pas plus mal, en fait.

Il y avait longtemps qu’il n’avait plus passé de nuit avec une femme entreprenante. Agréable surprise, qui le faisait se réjouir encore davantage. Son sourire s’étira, alors que les douces mains d’Eliwa remontaient les siennes vers sa poitrine. Elle bougeait son bassin de façon si suggestive, si lente et lascive, qu’il ne put réprimer un petit grondement. Néera, qu’il avait envie d’elle. Mu par la force de son ardent désir, il l’attira vers elle, comme pour se venger d’avoir été si facilement basculé vers l’arrière, et il l’embrassa. Néanmoins, ce baiser ne dura pas, et c’est vers un tout autre chemin que les lèvres pulpeuses de la gourgandine semblaient vouloir se diriger.

Il découvrait de plus en plus une toute autre Eliwa. La réputation chaste et prude des Elfes semblait avoir été usurpée, spoliée par un plaisant ouragan aux cheveux blonds. Qu’à cela ne tienne, il les préférait ainsi. Dans ses profonds yeux verts, Enrico n’y voyait pas que le désir, l’envie et la goguenardise. Il pouvait également voir qu’elle savait parfaitement ce qu’elle faisait. Quelle ne fut pas sa surprise, lorsqu’il remarqua que l’appréciable course de sa langue finissait dans sa basse taille, s’enflammant peu à peu à vitesse que le visage angélique d’Eliwa s’en approchait.

Elle était proche. Mais elle aimait jouer. Elle prenait un malin plaisir à user des envies de son amant, en lui faisant croire à ce qu’il commençait à désirer de plus en plus fort… Soudain, pourtant, elle céda. Enrico était à la fois soulagé et encore vorace de ce désir qu’il avait à présent besoin d’assouvir. Ne perdant pas une miette du spectacle, il admirait de ses yeux gris la fière Elfette, qui lui montrait ce qu’elle savait faire. Elle continuait de jouer, et elle jouait très bien. Elle usait de sa langue et de ses lèvres, pour plaire à Enrico, provoquant une plus profonde respiration.

« Maldita sea… Tu veux me faire tourner la tête ? »


La voix était taquine. Mais Enrico avait pleinement cédé à la tentation. Il n’en avait aucune honte. Tout ce qu’il ressentait, à l’instant, c’était l’envie qu’Eliwa aille plus loin. Qu’elle continue ce qu’elle semblait avoir commencé. Il la voulait elle.

_________________
El Demonio con la Pata di Palo

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eliwa
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Dim 1 Mai 2016 - 10:44


Elle aimait sentir son amant trembler sous ses caresses, et sous intentions. Elle aimait entendre dans sa voix qu'elle avait une certaine emprise sur lui. Et la façon dont ses mots résonnèrent à ses oreilles fit légèrement frissonner l'elfe. Elle savait son bas ventre s'embraser, au fur et à mesure qu'elle caressait l'objet de son désir, laissant Enrico démunit entre ses mains. Elle savait que si elle continuait ainsi, la concrétisation de son plaisir arriverait sans plus tarder, alors quand elle sentit qu'il était sur le point de lâcher prise, elle s'arrêta. Remontant lentement ses mains le long de ses flancs, déposant ses lèvres sur sa peau brûlante ci et là, elle regardait le suderon droit dans les yeux avant de s'emparer de sa bouche qu'il lui céda sans rechigner. Sa langue contre la sienne embrasait son corps chaque fois un peu plus, laissant toute sa fougue s'exprimer. Et avant qu'il ne brise leur étreinte, elle attrapa sa lèvres inférieure entre ses dents, pour ensuite venir murmurer à son oreille.

 - Je veux seulement que cette nuit soit mémorable.

Parce qu'il lui plaisait, plus qu'elle ne l'admettrait certainement jamais, et qu'elle ne serait en aucun cas un objet, un moyen de satisfaire des besoins purement bestiaux. Elle se devait d'être bien plus que cela, tant pour elle que pour lui. Elle pouvait sentir avec plaisir les doigts d'Enrico courir sur sa peau, laissant ce dernier frissonner par moment, se tendre dans d'autres. L'elfe avait envie de lui, elle avait envie de le sentir trembler contre elle, de le sentir s'immiscer en elle. Qu'il lui fasse perdre la raison, qu'il n'ancre qu'une seule et unique idée dans ses pensées. Son bas ventre réclamait un peu plus d'attention, chaque fois que ses mains frôlaient ses flancs, la chute de ses reins, ou encore ses cuisses. Chaque fois que ses lèvres joignaient les siennes, ou qu'elles se posaient sur son cou, sur sa poitrine. Elle sentait ce besoin impérieux qu'il agisse monter en elle, jusqu'à ce qu'il finisse par envahir son regard, jusqu'à ce que ses yeux le prient d'agir. Une fois encore, elle mordit sa lèvre et, fixant les iris gris, elle attrapa sa main, l'attirant à elle. Assise sur ses genoux, son regard ne quittant pas le sien et sa voix tremblant sans aucun doute de désir, elle demanda :

 - Je crois que je vais avoir besoin d'attention, tu penses pouvoir m'en donner ?

S'il la faisait attendre plus longtemps, elle savait pertinemment que cette demande se muerait en supplication. Qu'elle n'aurait plus seulement du désir, mais un besoin. Et à en croire ce qu'elle avait vu de lui, il était fort probable qu'il fasse en sorte que cela le devienne réellement. Si elle en frissonnait d'avance, elle n'avait désormais qu'une hâte. Qu'il reprenne le contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
Enrico di Montecale
Hôte
Hôte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 412
Âge : 21
Date d'inscription : 10/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Sam 21 Mai 2016 - 13:19

Les nuits étaient chaudes, sur Nelen. Celle-ci, en revanche, serait ardente, alors que deux volcans se toisaient et se caressaient, tantôt avec attention, tantôt avec passion dévorante. En leur for intérieur, ils voulaient que cette nuit soit spéciale, plus encore qu’une simple rencontre entre un Elfe et un Humain. Leurs ébats devraient transcender cette simple notion d’exotisme, pour en faire oublier même jusqu’aux origines des deux amants. Plus rien alors n’aurait d’importance, seulement l’instant présent. Ils pourraient ainsi profiter pleinement de tout, comme si le monde s’était rétréci, et que les frontières de l’univers s’arrêtaient abruptement aux murs de la chambre, voire aux arêtes du grand lit. Sur la couette, deux âmes charmées et charmeuses, et deux corps en ébullition. La partie s’annonçait plus qu’intéressante…

Enrico avait senti, et attendu que le désir monte en elle. Il ne fallait jamais presser la chose, s’il voulait que le véritable plaisir soit au rendez-vous. Aussi, il sourit en entendant la dernière phrase d’Eliwa, qui avait du mal à cacher son envie et son impatience. En la laissant ainsi patienter, en retardant l’échéance, le Suderon prenait le pouvoir. Il conquérait le corps de son amante, et pouvait à présent planter son étendard, car elle lui appartiendrait, oui. Pour une nuit, ou pour un millier. Son empire ne saurait être éphémère. Alors, lorsqu’elle semblait avoir cédé à ses envies, la main d’Enrico, qu’Eliwa avait prise, vint doucement caresser le bas ventre de l’Elfe.

« Les attentions, c’est ma spécialité, ma belle… »


A un rythme désespérément lent et nonchalant, il fit s’approcher Eliwa de lui, jusqu’à ce que seulement quelques centimètres séparent leurs deux poitrines. Elle était à présent contre son vit, et Enrico ricanait doucement en regardant l’Elfe dans les yeux. Approchant son visage du sien, il se perdit à nouveau dans un long et langoureux baiser, alors que les bras de son amante se joignaient derrière sa nuque. Les mains d’Enrico, quant à elles, trouvèrent leur chemin le long des côtes d’Eliwa, pour descendre sur ses hanches, puis sur ses fesses. Il rompit son baiser, et la regarda droit dans les yeux, lorsqu’il la souleva doucement, pour laisser son membre entrer en elle. Il soupira d’aise, quand il fut à l’intérieur de son amante, dont le désir avait déjà préparé la voie, pour l’accueillir comme il se devait. Les seins d’Eliwa frottaient contre Enrico, qui appréciait tout particulièrement les pointes raidies de ses mamelons contre son torse.

Avant qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit, Enrico mit ses bras sur le dos de son amante, et soudainement, bascula vers l’arrière, sa force permettant au retournement de position de se faire en douceur. Au-dessus de sa compagne, dominant comme le Suderon qu’il était, il la toisait avec un regard à la fois empli de désir, et d’une pointe de lubricité. Il adorait ce qu’il voyait. L’Elfe était plantureuse pour son peuple, et le regard lascif qu’elle avait pour lui, tout cela lui faisait presque tourner la tête. Alors, sans attendre, les mains placées sur les côtés, il commença à mouvoir son bassin, d’avant en arrière, en commençant lentement, prenant soin de profiter de chaque sensation offerte par l’étroite féminité d’Eliwa. Il était si bien en elle, qu’il accéléra légèrement la cadence, toujours les yeux rivés sur son visage, où il pouvait voir les réactions de son amante.

Soudain, alors qu’il continuait à la combler de coups de reins, sa tête se rapprocha de l’oreille de l’Elfe, qu’il mordilla. C’était étrange, elle était pointue. Et en voyant cela, il n’en fut que plus excité.

_________________
El Demonio con la Pata di Palo

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eliwa
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Sam 4 Juin 2016 - 0:35


Chaque fois qu'il murmurait quelque chose, son coeur s'emballait un peu plus.  La proximité avec le suderon lui était autant agréable qu'elle lui était insoutenable. Elle en était entièrement satisfaite et voulait tellement plus. Elle voulait rester ainsi pour l'éternité et voulait qu'il la serre plus encore contre lui, qu'il anéantisse cet espace, qu'il fasse disparaître ce qui les séparait encore. Alors elle apprécia tout particulièrement lorsque leurs lèvres se joignirent à nouveau, lorsque sa langue rencontra encore la sienne. Quand elle perdit le souffle, puisqu'elle avait déjà perdu la raison depuis longtemps. Sous ses mains, elle devenait docile, et de ses caresses, il guidait ses mouvements. Et rapidement, il rompit totalement la distance qui restait encore entre eux. Un gémissement rauque franchit ses lèvres et sa tête partit légèrement en arrière. Mordant sa lèvre inférieure, un sourire qu'elle ne put réprimer étira tout de même sa bouche. Elle aimait l'avoir là, en elle, contre elle, pour elle. Totalement et entièrement. D'une manière presque absolue tant rien d'autre ne comptait à cet instant précis. Elle sentait la chaleur de sa peau contre la sienne, la douceur de ses paumes qui remontaient dans son dos. Qui l’agrippèrent bientôt, avant de la faire basculer. L'elfe ne rechigna pas, laissant le suderon mener la danse l'espace d'un instant. Laissant son amant littéralement prendre le dessus. Ses yeux cherchèrent un instant les siens, pour finalement les trouver et ne plus les lâcher.

Elle aimait ce qu'elle pouvait lire dans son regard. Elle aimait la façon dont il la regardait. Elle appréciait chaque instant où il essayait de s'approprier son corps, où il cherchait le graver dans sa mémoire. Chaque instant où l'admiration était la seule chose qui brillait au fond de ses yeux. Avant qu'elle ne soit rejointe par l'envie et par le désir. Ardent. Et elle brûlait. Eliwa voulait qu'il soit partout à la fois, qu'il l'enveloppe entièrement, qu'elle ne puisse plus faire aucune différence entre sa peau et la sienne. Qu'elle ne puisse plus définir les limites de son propre corps. Qu'elle se perde à n'en plus jamais revenir. Qu'elle disparaisse. Qu'elle devienne quelque chose de bien plus grand, qu'ils ne deviennent plus qu'un. Chaque coup de rein la laissait espérer un peu plus. La rapprochait de l'objet de son désir, la faisait vouloir encore. Et encore. Indéfiniment. Jusqu'à ce qu'elle sache qu'elle avait atteint le sommet, jusqu'à ce que son corps tremble d'une manière indéfinissable et incontrôlable. Qu'elle ne pense plus à rien, si ce n'était à tout.

 - Continue… Ne pense pas une seule seconde à… t'arrêter.

La cadence s'était accélérée pour son plus grand bonheur et les dent du suderon se baladaient délicieusement sur le lobe de son oreille. Les doigts de l'elfe remontèrent alors le long de sa nuque pour se perdre dans la naissance de ses cheveux, tandis que ses genoux venaient trouver leur place contre ses côtes. Relevant sa tête aussi délicatement qu'elle en était alors capable, elle reprit sans hésiter ses lèvres d'assaut, faisant taire momentanément ses soupirs, qui furent rapidement remplacés par des grognements bien plus profonds. Elle pouvait les sentir remonter le long de sa gorge et mourir entre ses dents. Elle sentait naître en elle bien plus que le désir. Le besoin. Elle avait besoin de ses coups de reins. Elle avait besoin de sa proximité. De son souffle contre sa peau. De ses lèvres contre les siennes. Que ses dents marquent son corps. Que ses mains se l'approprient plus encore. Elle se savait devenir chaque fois un peu plus présente, chaque fois un peu plus impliqué dans l'instant présent. Autant qu'elle se savait de plus en plus loin, de plus en plus détachée de ce qui se passait actuellement. Elle était dans cet état d'incertitude totale et de certitude la plus complète. Elle était bien. Plus que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Enrico di Montecale
Hôte
Hôte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 412
Âge : 21
Date d'inscription : 10/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Sam 8 Oct 2016 - 23:17

Le plaisir qui poignait dans la voix de son amante résonnait comme une douce musique aux oreilles d’Enrico. Il aimait entendre ces chuchotements lascifs, prononcés entre deux grognements coupables. La voix d’Eliwa était douce, légèrement tremblante. Et chaque petit grondement qu’il lui arrachait était une énième victoire, qu’il savourait comme un divin nectar. Il prenait son pied, cela ne faisait aucun doute. Il sentit à nouveau les lèvres de l’Elfe chercher désespérément quelque chose auquel elles pourraient se raccrocher. Une main posée sur l’un de ses seins, il offrit à nouveau sa bouche en offrande aux lèvres pulpeuses d’Eliwa, ses dents attrapant légèrement sa lippe inférieure.

L’échange était intense, électrique même. Leurs deux corps se mouvaient en cadence, délaissant peu à peu la tendresse pour laisser place à une passion ravivée, gonflant de minute en minute. Après avoir laissé s’échapper un grondement sourd, Enrico sentit qu’Eliwa se mettait en mouvement. Il profita de la nouvelle profondeur qu’offrait sa sulfureuse amante pour soupirer d’aise, les yeux posés sur elle. C’est en regardant son visage qu’il sut alors qu’elle avait une toute autre envie sur le moment. Le changement fut rapide et dans la mouvance, afin de ne pas briser leur danse erratique.

L’Elfe fit balancer le marin sur le côté. Les genoux calés contre ses côtes facilitèrent le changement de position, qui permit à Eliwa de se retrouver au-dessus, dominant de toute sa stature le Suderon aux yeux flamboyants. Ils échangèrent un sourire goguenard, et Enrico posa une main sur la hanche de l’Elfe, pressant l’autre contre sa féminité, poussant légèrement son bassin pour qu’il parte d’avant en arrière. Il apprécia la sensation nouvelle, et que ce soit à présent Eliwa qui ait le contrôle. Il n’avait pas l’habitude d’être mené par une femme, mais lorsqu’une demoiselle se mettait à le chevaucher sans gêne, et avec passion, son excitation montait en flèche !

Leur ballet lascif reprit de plus belle, Enrico sentant le matelas sous lui s’enfoncer profondément, à mesure qu’Eliwa se soulevait pour mieux retomber, et s’empaler sur son vit. Il sentait la légère pellicule de sueur sur les hanches de l’Elfe, qu’il avait fini par remonter, pour aller chercher ses beaux seins délicats. Il lui titilla les mamelons, admirant la vue qui s’offrait à lui. La chaleur qui devait régner autour d’eux se rapprochait sans doute des profondeurs d’un volcan, ou des forges d’Elda, tant ils mettaient de l’énergie, et du cœur à l’ouvrage. Le baldaquin lui-même tremblait sous leurs assauts, comme une porte enfoncée par un bélier.

Peu à peu, Enrico sentait que la cadence, l’excitation, et l’intensité finiraient par avoir raison de lui. Qu’il se noierait dans un océan de jouissance, avec la plus torride des Elfes. Il sentit qu’elle se cambrait légèrement, augmentant encore la vitesse de son bassin, et arrachant quelques soupirs lourds au Suderon. Ce dernier la regarda dans les yeux, avec la même lueur au fond de ceux-ci que celle d’un drogué, ou d’un homme ivre.

« Ralentis… Ralentis… »


C’étaient les seuls mots qu’il trouvait. Car au fond de lui, il ne voulait pas ralentir. Il s’était enivré de cette cadence folle, qui lui apportait moult sensations, et qui semblait plaire également à son amante. Oh, par les dieux, qu’il se sentait bien en elle… Sa respiration s’accélérait, ses yeux se plissant légèrement…

_________________
El Demonio con la Pata di Palo

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eliwa
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   Dim 16 Oct 2016 - 23:30


Alors même qu'elle n'aspirait plus à rien si ce n'était à lui, elle l'entendit soupirer plus profondément quand elle bougea un peu plus vivement son bassin. C'était là ce qu'elle voulait, lui intimer le rythme de leurs ébats, lui donner ce qu'il désirait tant tout en sachant qu'elle pourrait lui reprendre à tout moment. Son bassin changeait parfois de cadence, leur laissant à peine le temps de reprendre leur souffle, de revenir à ce qui se déroulait concrètement sur ce lit. Elle se penchait parfois pour s'emparer de sa bouche, plus ou moins doucement. Elle mordait sa lèvre inférieur chaque fois que ses coups de reins trouvaient agréablement écho en son fort intérieur. Elle entendait l'humain haleter, parfois gémir ou grogner sous elle et un sourire se dessinait sur ses lèvres quand il tremblait légèrement. Ses mains contre ses hanches remontèrent rapidement trouver ses mamelons durcis par le plaisir. Il avait cette manière de refermer sa main sur son sein qui la faisait frissonner chaque fois un peu plus. Ses doigts se baladaient sur ses avant bras, comme pour lui intimer de ne pas arrêter, de ne pas se retirer.

Puis elle accéléra le rythme, sans plus tant varier, parce qu'elle sentait que l'extase n'était pas loin, elle sentait qu'elle était sur la bonne cadence, et elle n'avait pas la volonté nécessaire pour cesser. Elle avait envie de se laisser aller, sans se retenir. L'envie de jouer diminuait à mesure que l'arrivée du summum du plaisir se faisait de plus en plus évidente. Entre ses cuisses, son amant ficha son regard dans le sien, et articula, non sans une certaine difficulté, ce qui sonnait comme une supplication. Sans volonté aucune, il lui demandait de ralentir. Avec au fond de ses yeux l'envie folle qu'elle n'en fasse rien. Alors maintenant la cadence, mordant sa lèvre pour la énième fois et passant une main dans ses cheveux pour dégager son visage, elle ferma doucement les yeux. Une main sur son torse, elle s'était redressée un peu plus. Elle se sentait désormais trembler parfois, tandis que son amant l'agrippait avec plus d'ardeur.

 - Laisse... Oublie...

Ses mots étaient à peine audibles, tant elle les soupirait. Elle n'était pas certaine qu'on les ait entendu, mais à quoi bon ? Tout ce qu'elle voulait, c'était qu'il ne se soucie plus de rien si ce n'était de la fin. De ce qu'ils allaient bientôt s'apporter mutuellement. Des gémissements de plus en plus marqués se faisaient entendre au fur et à mesure qu'elle sentait le paroxysme de son plaisir approcher. Le sentir contre elle, en elle, prendre possession de chaque parcelle de son corps la rendait fébrile. Et vint alors l'instant qu'elle savait fatidique, annonciateur de ce qu'on ne lui donnait que très rarement. Dans son corps, le vide. Ses muscles s'étaient comme relâchés soudainement. Sa respiration s'était arrêté. Son cœur battait au ralenti. Sa bouche s'était entre-ouverte, comme dans un effort vain pour respirer. Un spasme remonta le long de sa colonne, ses doigts se refermèrent un peu plus sur son avant bras et l'envahit alors la jouissance. Elle ne contrôlait plus rien. Ne retenant pas ses gémissements, elle laissa sa tête partir en arrière, tandis qu'elle sentait ses muscles se contracter spasmodiquement. Elle le sentit venir en elle avec extase, sans même essayer de se retenir, sans vouloir retarder plus encore l'expression du plaisir le plus total. Son cœur s'emplit de satisfaction, d'une manière tout à fait primaire et animale. Comme cela comptait, d'une façon ou d'une autre, qu'elle ait été celle qui le fasse venir ce soir et pas une autre. Comme si elle se devait d'en être fière. Bien qu'en réalité, elle se complaise simplement dans l'idée qu'elle lui ait donné autant qu'elle avait reçu.

Et bien que la montée fut spectaculaire, la descente n'en fut pas pour autant brutale. Elle apprécia pleinement la récupération de sensations plus concrètes, le goût des lèvres d'Enrico quand elle les embrassa doucement, mais intensément, ainsi que la douceur de la peau de son torse quand elle la caressa avec le bout de ses doigts. S'allongeant à ses côtés, posant la tête contre lui, elle entendait son cœur battre encore avec ferveur. Son souffle toujours court, Eliwa avait un sourire sur les lèvres dont elle n'aurait su se défaire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tant attendu | Rico   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tant attendu | Rico
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Départ pour un voyage tant attendu
» Le jour tant attendu [PV:Fubuki Tsuya]
» Le tant attendu quizz 37 : niaiseries
» Rapport de bataille tant attendu
» Un diner pour un café tant attendu ^^ (pv JB)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Le Pandémonium-
Sauter vers: