AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Libre] Premières chasses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 325
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: [Libre] Premières chasses    Mar 15 Mar 2016 - 12:53

PandémoniumLieu du RP : Terres de Daranovar
Date du RP : Karfias, 312e année du XIe cycle
circonstances du RP : Chasse dans la forêt inondée
Ambiance du RP : ( ? )


Idrìl & TintallëAge : 237 ans
Race : Elfe Sylvain
Description : Grand elfe de près de 2m de haut, Idrìl est aussi posé qu’il en impose. Calme et réfléchi, l’ancien élève de l’Académie de Tethien a gardé de ses racines citadines une certaine distinction qu’il aime s’amuser à vanter à travers un certain cynisme lorsqu’il est dérangé. Le jeune elfe semblant raisonnable au premier abord est cependant un incorrigible charmeur et cœur d’artichaut, s’éprenant à la première occasion de toute créature femelle de sa race ayant la moindre once d’élégance. Heureusement, il n’en est pas moins fidèle, et si ses relations meurent aussi vite qu’elles sont nées, elles restent des plus sincères.

Age : 241 ans
Race : Elfe sylvaine
Description : Femme d’1m94 de haut, Tintallë est aussi effacée qu’attirante. Souvent mise à part lors de ses jours à l’Académie d’Alëandir à cause des perturbations qu’entraînaient sa pratique avec celle des autres, elle a développé un fort dégoût pour la solitude. Tout à fait capable de jouer de chacun de ses charmes, elle a trouvé dans la compassion d’Idrìl un remède à son mal et pourrait d’ailleurs bien être la cure parfaite aux maux d’amour du grand adolescent.




NïnqueAge : 192 ans
Race : Elfe Sylvaine
Description : Petite créature d’1m73, Nïnque est une femme aussi exhubérante qu’elle a l’air fragile. Habituée à la forêt car ayant toujours vécu parmi les elfes des Noss, elle possède une confiance en elle qui l’aura bien souvent mené tout près de la catastrophe. Extrêmement énergique et décidée à mordre son éternité à pleine dents, elle court lorsque tous marchent, et semble s’envoler lorsque les autres courent. Tenter de la faire tenir en place est d’ailleurs un défi que personne n’a jamais même tenté de relever.



ArgawaenAge : 140 ans
Race : Elfe Sylvain
Description : Plus frappant encore que les 2m28 auxquels culminent l’élancée silhouette de l’ancien guerrier du Baar’Ane est le mystère entourant la petitesse de ses oreilles, à peine dissimulées par une chevelure refusant de croître. La férocité de son clan d’origine rendant le contact avec les humains peu probable, rien sinon les théories les plus farfelues ne sauraient l’expliquer… ce qui a rendu le jeune adulte sujet à de nombreuse plaisanteries. Il ne fait pas bon le titiller trop longtemps et beaucoup l’auront appris à leurs dépens. Les guerriers du Baar’Ane sont revanchards et sanglants et en tant que guérisseur Argaewen aura laissé couler bien des plaies par pur plaisir vengeur.
C'est par la force qu'Estiam aura su gagner son respect et celui de son clan, et c'est aussi par la force quelquefois qu'il est obligé de remettre l'apprenti sur le droit chemin.




IlweranAge : 304 ans
Race : Dragon-Fae
Description : Petite chose à écailles et aux ailes de libellules, reptile joueur, Ilweran a été confié à Estiam par un clan de fées alors qu’il n’était encore qu’un œuf. Tout premier apprenti de l’elfe, ils ont vite développé une forte complicité, et il est devenu rare aujourd’hui d’apercevoir l’un sans que l’autre soit dans les parages. Eternel enfant, le Dragon a l’esprit aussi farceur que celui de ses homonymes humanoïdes. Il saura faire preuve d’un grand sérieux si la situation le demande, mais en dehors d’occasions exceptionnelles, il est inutile d’attendre de la créature un quelconque effort de contenance.


_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 

Pas content:
 

La couleur:
 



Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois


Dernière édition par Estiam Faerin le Mar 15 Mar 2016 - 12:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 325
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Mar 15 Mar 2016 - 12:53


Tu accueilles sans ciller la pluie glaciale s’abattant sur tes épaules nues. L’eau frappe avec force et s’écoule en un rapide courant, comme menaçant d’effacer les dessins qui, marqués dans ta chair, lui sont pourtant inaccessibles. Le ciel déverse son chagrin depuis des jours durant sur la forêt inondée, et la Symphonie, encore loin de se noyer, fait écho aux sonorités nouvelles que sont celles des cascades célestes. Mais là où les verts savent retenir leur souffle, et où les ailés peuvent fuir les nouveaux lits creusés par les flots, la clameur de panique est vite montée chez les enfants terrestres de Carpacelva. Toi, tu avances avec nonchalance, humant l’air lourd à la recherche d’odeurs particulières, tendant l’oreille vers sifflements et beuglements étouffés dans le lointain, tentant de percer le voile aqueux de tes soleils d’yeux. L’averse aura eu cela de contraignant que ses frappes incessantes ont brisé quelques-unes des branches sur lesquelles tu évolues… mais ce qui te fait le moindre des malheurs te fait aussi le plus grand des bonheurs.

Les couinements d’Ilweran traduisent ton excitation. Le Dragon-Fae tour à tour volette avec entrain autour de ta tête, encourageant en pensées ceux que tu suis de loin puis se pose n’importe où entre le haut de ton crâne et tes épaules, œil sérieux, toutes antennes tendues, comme s’il participait lui aussi activement à ce grand événement. C’était la première fois. Leur baptême du feu. Et si tu ne pouvais t’empêcher d’éprouver une certaine angoisse à l’idée de les laisser livrés à eux-mêmes, tu gardais confiance. Que la situation se complique et ils sauraient au moins résister à la forêt jusqu’à ton arrivée. Tu n’es pas bien loin d’eux après tout… mais ils sont encore si jeunes.

Tu n’as que peu quitté les profondeurs de la forêt depuis ton retour aux sources. Ta rencontre avec Yriaë t’a ouvert les yeux. Elle a su réveiller tes instincts et t’ouvrir la route. Grâce à elle tu auras finalement réussi à concilier toutes les facettes de ta personne, tous les rôles que la vie t’a infligé au cours des années. Grâce à elle, en plus de l’amour, tu as trouvé ta vocation. Au grand bonheur des jeunes Sylvains se démenant quelques dizaines de mètres devant toi. Quatre des meilleurs élèves de ta nouvelle famille. Quatre mages aux talents indéniables, dont tu pouvais être fier d’être le mentor.

Le premier joue des rayons lumineux comme l’on s’amuserait de teintures, et comme un prisme, les redirige en des dessins de son invention.

La seconde est une âme à ce point libre, qu’elle n’a trouvé de compagnon que l’élément qui jamais ne peut être fui. L’air.

Le troisième malgré son esprit tempétueux a trouvé sa voie dans les rangs de ceux dont les mains n’apportent pas la douleur, mais le soulagement.

La dernière est la plus fascinante. Encore incapable d’obtenir le moindre des effets par elle-même, elle sait néanmoins jouer directement avec l’essence, manipulant les flux à leur source pour magnifier ou faire disparaître les sortilèges de ses camarades.

Aujourd’hui était le jour parfait car aujourd’hui était différent. Dans la jungle inondée les proies, à la limite d’être piégées par l’eau et la boue sont plus vulnérables, mais d’autant plus alertes. Vous en tant que prédateurs, vous retrouvez en dehors des sentiers battus, à devoir réapprendre à utiliser vos sens.

Tu observes attentivement, car sous tes yeux attentifs, leur première chasse autonome est lancée.

_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 

Pas content:
 

La couleur:
 



Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois
Revenir en haut Aller en bas
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 325
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Ven 18 Mar 2016 - 15:19


Cruel cycle de la nature, cruelle arène qu’est Miradelphia depuis ses premiers temps pour chacune des créatures qui l’habitent. Parfois le malheur des uns fait le bonheur des autres. L’eau a envahi la forêt, les sols s’en sont gorgés jusqu’à devenir une véritable mer de boues anoxiques. Les résidents des sous-sols sont les premiers touchés par le déluge, se voyant forcés de quitter leurs lieux pour s’aventurer à la surface, à la grande joie des dévoreurs de chitine à poil et à plume. Au risque de s’embourber, les insectivores pataugent à contre-courant. Ceux dont les ailes suffisent habituellement à les porter peinent à s’élever quand le ciel cherche à les écraser, mais le danger couru par les volatiles à terre en vaut la chandelle. Leur festin est avancé.

C’est une guerre d’à qui sera le plus rapide, le plus fort et le plus véhément. L’abondance ne suffit pas aux créatures voraces qui peuplent l’Anaëh. Les cris rauques et stridents semblent ne faire que se multiplier, clamant chacun propriété sur la masse grouillante que les flots n’ont pas encore emportée. Qu’ils se chamaillent ces imbéciles, puisqu’à la fin ils n’auront rien de plus que leurs yeux pour pleurer. Le Roi d’entre les fouilleurs de terre vient prendre sa place au banquet. Que s’envolent les oiseaux et que fuient les pipumias, s’écartent les Balaurs et profitent de leur dernière piquée les faucons, car celui du Brissalion a fait la vase de ces contrées sienne.

Péniblement, d’un pas maladroit, le Tirth’nagra s’approche du coin d’effervescence, guidant le groupe qui assure sa sécurité et sa force. La plus énorme d’entre les colossales masses de chair grouine avec force, une fois, puis deux, chargeant à la troisième toute créature s’étant refusé à s’écarter de son chemin. La bête dans son élan perd l’équilibre dans le courant et c’est à la fin d’une longue glissade, vautré dans les argiles, qu’il se relève à peine, aussi imperturbable que contenté. Déjà au sol, il n’est que plus près de ses proies rampantes. Un grognement tonitruant, et les seuls sons qui en suivront sont ceux des mâchoires travaillant l’exosquelette et les chairs gluantes.

Là où sortent les insectes s’entassent les fouilleurs de boue. Mais là où s’entassent les fouilleurs de boue se rassemblent les déchiqueteurs de chairs. La forte odeur de ceux du Brissalion, et leur orgueilleux tintamarre ne durera qu’un temps.


_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 

Pas content:
 

La couleur:
 



Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Ven 25 Mar 2016 - 20:01


Le ciel est d'humeur maussade, plongeant la forêt dans une certaine obscurité. Si cela n'avait été qu'un jour, hélas il pleut depuis assez longtemps pour que l'humeur général en soit affecté. Kyria a une soudaine envie de nettoyer la forêt faut croire. A ce demander si vous l'aviez contrarié d'une façon ou d'une autre. Il pleuvait des gouttes aussi grosse que des baies. En parlant de nourriture l'agriculture allait un sacré coup, les plantes avaient certes besoin d'une bonne quantité d'eau, mais c'était carrément la noyade pour les pauvres laitues sans défense. Il faisait vraiment un temps bon pour les poissons et autre crustacé… Malheureusement au sein de l'Anäeh ils sont assez peu nombreux alors.

Néanmoins tu étais enfermée depuis trop longtemps, dire que tu es une citadine de souche… tu ne tiens vraiment pas en place. Avec la couverture nuageuse tu ne serais dire quel heure il est, mais qu'importe l'heure en fin de compte. La forêt tu la connais, on dirait presque qu'elle t'appelle dans un murmure au travers des murs. Tu te lèves doucement, le poids que portait en plus ne semblant nullement te gêner. Tes gestes sont fluide et tes pieds semblent à peine effleurer le sol, tout comme avant. Tu est gracieuse et souple. Voilà quelques mois que tu portes au creux de ton ventre un nouvel être.  Le père n'est pas présent pour l'instant, il ne t'aurait sans doute pas laissé te promener seule dans ton état. Depuis votre rencontre tous les deux, il te prend pour une petite chose fragile selon toi. Ëninríl un homme charmant. Tu lui laisse tout de même un mot dans un coin et ouvre la porte sur la forêt en rabattant lentement la capuche de ta cape sur ta tête. Tu serais trempée dans quelques minutes mais une couche de tissus en plus te permettrait d'avoir un peu moins froid.

La porte se ferme et tu disparais entre les feuillages, les pieds dans la boue, car tu n'avais pas eu envie de mettre de chaussure, jusqu'au cheville tu avançais lentement. Fidèle à toi-même tu ne t'inquiéta guère de la direction que tu prenais. Tu voulais marcher juste pour marcher pour l'instant, peut-être que d'ici une heure ou deux tu aurais une destination. Mais en attendant, tu nages droit devant toi !

Le sol sous tes pieds est tellement humide qu'on dirait une flaque géante. On pourrait y faire vivre un nouvelle écosystème. Tu patauges lentement, ta robe est gorgée d'eau, ta capuche te couvre les yeux. Tu commence à perdre patiente, mais qu'est ce qui ta donc pris de sortir ? Les sautes d'humeur des femmes enceintes ! Tes vêtements te gênent pour avancer, ils sont lourds et collant, gênant passable tout mouvement. Tu décides donc de te défaire d'une partie de la cape et de ta robe. Tant et si bien que tu te retrouve avec une robe qui t'arrive à peine au dessous du genoux et idem pour la cape.

Tout de suite plus à ton aise tu reprends un rythme de croisière plus rapide dans un petit soupire d'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 325
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Ven 25 Mar 2016 - 22:16



Anxiété et fierté se livrent un duel pour ta conscience. L’air est incroyablement lourd, la tension est palpable, et tu ne t’es accordé le droit d’intervention qu’à condition de voir la vie de l’un des jeunes membres de ton cercle vouée à l’extinction. Ils sont adultes maintenant, ils seront ceux qui ramèneront les savoirs et les savoir-faire rassemblés durant leur temps au sein de ton institution auprès des leurs une fois que leur cœur décidera qu’il est temps de s’éloigner. Ils sont ici pour échanger, apprendre et partager. Dans ce que l’on pourrait appeler ta Noss se côtoient des elfes de tous horizons, aussi passionné par les arcanes qu’ils y sont sensibles, avides des savoirs en la matière des autres habitants de l’Anaëh et prêts à communiquer les leurs.

Dans ton institution évoluaient des mages, jeunes apprentis comme séculaires enseignants, mais des mages ayant tous choisi la voie de la Terre plutôt que celle des Pierres. Les murs du Chapitre Blanc sont bien loin. Au sein des forêts montagnardes de Daranovar, pas de sièges confortables ni de bureaux sur lesquels s’appuyer durant les leçons ; pas de forteresse pour vous séparer des dangers omniprésents de la Prime Forêt. La nature sauvage est votre plus précieux professeur, et en tant que son élève, mais leur maître, tu crains sachant leur nécessité les épreuves qu’elle menace de soulever sur leur route.

Les grognements parviennent à vos tympans depuis le lointain, les oreilles se tournent à l’unisson en direction de l’appel, suivies en vitesse par des pupilles n’ayant elles à voir que les infinies cascades versées par le ciel en colère. Chez l’une le regard pétille d’excitation, chez l’autre la langue vient caresser des crocs affamés, chez ces qui viennent des villes, aucun sentiment ne prendra le dessus sur le stress de la situation d’examen avant qu’ils aient réellement appris à apprécier leur place dans la dynamique de la forêt. L’affamé ouvre la marche, le goût de la chair déjà en bouche, l’heureuse trace son propre chemin contorsionné vers l’arène boueuse, l’amoureux suivant péniblement les pas de ses cadets, prenant garde de toujours être barrière vivante face à tout danger potentiel menaçant l’actuelle élue de son cœur.

Tu avances lentement, t’appuyant sur ton bâton autant que sur tes propres jambes pour évoluer à travers le sol ductile, invisible au reste du groupe, présent loin des yeux près du cœur, le myocarde battant la chamade. Ilweran volette autour de toi, visiblement affecté par ton état, s’agitant comme un beau diable. L’optimisme de la petite créature est à toute épreuve et tu l’en remercies, car maintenant que tu comprends les sensations ayant traversé ton père lorsque ses élèves ont été appelés à la guerre, lorsque les professeurs sont partis accompagner leurs élèves, et chaque fois que toi tu t’es éloigné ; tu apprécies d’autant plus le soutien de tous les jours que t’apporte ton symbiote.

Sauf que cette fois, l’inquiétude a aussi pris le meilleur sur le lézard volant.

- Je sais Ilwe’ . Quelque chose dans l’air m’est moi aussi de mauvais augure.


_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 

Pas content:
 

La couleur:
 



Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois
Revenir en haut Aller en bas
Voronwë
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 245
Âge : 112
Date d'inscription : 24/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  742ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Dim 27 Mar 2016 - 13:15

Les larmes des nuages retombaient sur l'Anaëh à grandes gouttes, submergeant la forêt de rivières en crues ou de ruisseaux devenant des torrents. Une véritable calamité dont les Noss étaient coutumières, même si rarement avec une telle intensité. Dans ces moments là, dans leur cachette au cœur des bois, les elfes du Baar'Ane avaient l'habitude de se regrouper sous les têtes gigantesques de leur prisonnier ovidien.

Là, ils s'y réchauffaient ensemble, riant, chantant, dansant parfois, puis s'endormant, bercés par les doux battements du cœur de la statue, paravent inconscient de son propre rôle.
Habituellement, Voronwë appréciait ces scènes de fraternisation, preuve de la totale confiance que s'apportaient les membres du clan, tous frères et sœurs, tous amis, tous liés... Pourtant, ce jour, le chef guerrier avait dû s'absenter, mû par un instinct inarrêtable.
Sans attendre d'ordre de sa part, cinq Traqueurs, ses guerriers d'élites, redoutables parmi les redoutables, tueurs expérimentés de toutes les races, l'avaient suivi.

Lui avançait, sachant parfaitement par où aller, comme si le lien qui l'unissait jadis à un membre de sa Noss le rappelait, puissant et indestructible.
La voix caverneuse et grave s'éveilla en lui, comme ensommeillée.


-"Tu t'élances encore sans réfléchir. Tu le paieras un jour, elfe."

Le sol devenait parfois si impraticable que le passage par les arbres était obligatoire, heureusement, les chasseurs, habitués, n'en furent pas particulièrement gênés.
La source de son désarroi se rapprochait, mais il ne comprenait pas ce qui le troublait ainsi, ce qui le forçait à avancer, encore et encore.

Il se jeta au sol, persuadé d'être arrivé à destination et releva la tête. Il parcourut du regard le jeune elfe alors que les Traqueurs le rejoignaient. Peu enclin aux mondanités et gentillesses, il infligea ses paroles:


-"Il faisait longtemps, Argawaen. La Mère ma guidé ici. Je souhaite savoir pourquoi."
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Dim 27 Mar 2016 - 20:09


Le toit de feuillage de la forêt n'est guère plus imperméable, il pleuvait autant sous le couvert des arbres que dans les clairières. La forêt était ravagée, l'eau glissaient et d’insinué partout dans les tanière des pauvres bêtes, les nids d'oiseaux était détrempés, rien n'y échappait. À certain endroit de nouveau lac avait vu le jour, à la fin de l'averse le visage de la belle Anaëh ne sera plus le même.

Tu cheminais lentement mais sûrement dans ces tous nouveaux marais. La boue jusqu'aux genoux tu te déplace en laissant derrière toi une traîne mince et sinueuse qui se referme et s'efface rapidement compte tenu de l'averse. Si Ëninríl part à ta recherche il aura bien du mal à te retrouver. Un peu inquiète de la quantité de gadoue, tu trouves par la une branche longue qui te servira à draguer le fond de la fange. Ne nous mettons pas plus en danger que nécessaire. Avec la branche tu cherches le fond de la fange à chaque pas que tu fais d'un mouvement simple ascendant puis descendant. Quand ton aide artificielle trouve racle le sol, tu avances. Quel fastidieuse promenade !

Sous tes yeux le paysage se dessine totalement méconnaissable, petit à petit tu te sens de plus en plus perdu. Malheureusement tu as dépassé le point de non retour, faire demi-tour pourrait te perdre tout autant que continuer d'avancer. Néanmoins il faut te trouver un abris ! Alors que tu fouilles le décor semi-apocalyptique tu détecte une silhouette au sol. Tu décides de la rejoindre, soudainement la solitude était pesante. Pour une femme enceinte un tel endroit et de tel condition climatique, rien de moins rassurant. Tu caressas doucement ton ventre arrondie. Tu t'étais mise dans cette panade toute seule, comme bien souvent ! Tu es un peu trop téméraire. D'une voix claire tu t'adresse à la forme humanoïde qui doit se trouve à une centaine de mètre devant toi.

- J'aurais besoin d'un peu d'aide, frère.


T'approcher sans faire savoir qui tu étais présente n'aurait pas été judicieux ! Après tout, tu ne penses que cette personne s'attend à voir quelqu'un dans la forêt par un temps pareil. Toi non plus tu t'y attendais pas, mais tu étais bien heureuse de cette rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 325
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Mer 30 Mar 2016 - 20:02


- (…)

L’optimiste Ilweran est le premier à sonner l’alerte, se perdant dans un cri sourd à quelques dizaines de centimètres à peine de ton oreille fragile. Le vol du dragon s’accélère, et panique au ventre il t’orbite autour, crachant tour à tour bulles et flammèches. Les présences ressenties par la petite créature font ressurgir en elle le désir d’affrontement qu’elle n’exprime, en animal courageux mais pas téméraire, qu’ignorant la réelle étendue du danger. L’excitation de ton camarade à écailles, loin de vous assurer une quelconque sécurité, aura eu le mérite de t’arracher un sursaut, et un sourire. Invitant le petit magicien à reprendre place sur ton épaule, tu cherches à apaiser la tension à laquelle il a cédé. Tes doigts viennent gratifier sa mâchoire tremblante de menues caresses, ta présence à travers regard et posture se fait plus imposante, gage de sûreté. Tu cherches à travers les filets d’eau ce sur quoi sont tombées les yeux et les oreilles de l’animal, suivant son regard au départ, dirigeant tes lobes oculaires dans la même direction que ses antennes ensuite, allant jusqu’à même exposer sinus et palais à l’air ambiant au cas où ç’ait été une odeur particulière qui eut poussé à bout le cœur du Dragon-Fae.

Ta poitrine est secouée d’un soupir désemparé. C’est d’une œillade moqueuse que tu consoles ton familier. Les intrus à votre scène de chasse, les silhouettes, mouvements et craquements de branches te l’assurent, ne sont qu’un autre groupe d’elfes venus à votre rencontre. Un groupe d’elfe que tu ne saurais dire si tu le connais trop ou pas assez bien. Quelques dizaines de mètres devant vous une ombre aborde Argawaen, et là est la dernière preuve nécessaire à confirmer la présence des chasseurs du Baar’Ane… et peut-être de leur chef.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Des imbéciles de cochon puants, toute une famille, mais qu’est-ce qu’ils seraient beaux une fois morts, égorgés et dépecés. Le fort goût de la viande de Brissalion déjà imprégné aux papilles, Argawaen est en première ligne. Aussi rapide qu’il est silencieux, en digne héritier de son clan d’origine, l’elfe n’a aucun mal à faire oublier son immense stature lorsqu’il fend les branchages. Voilà longtemps qu’il attend ce moment, son moment, puisque des quatre dont c’est le baptême du feu il est sans conteste le meilleur chasseur... à son grand regret. La petite ne le gêne pas, elle est imprévisible, mais elle sait se montrer efficace. Ce que l’auto-proclamé leader du groupe craint, ce sont les possibles bourdes des tourtereaux des villes.

Argawaen a le schéma en tête. Il voit exactement où faire chaque pas et où planter chaque flèche, sur quelle bête dégainer chaque lame, pour repartir avec le maximum de viande, sans faire d’inutile victime, que ce soit des proies dont la chair tarirait avant que vous n’ayez eu le temps de la consommer ou des membres de son escouade dont les mouvements les auraient mis à portée de la charge des masses de muscle et de graisse que sont ces sangliers. Tout est mesuré, à la seconde près. Seules nécessités : que les citadins se montrent capables d’assurer leur rôle, et qu’aucun contretemps ne vienne leur barrer le chem…

- À vous de trouver la raison de votre venue puisque je n'en ai pas idée.

L’agacement est palpable sur le visage du jeune Ornedhel, frustré par l’arrivée d’un personnage dont il ne soupçonnait pas la présence en ces lieux. Argawaen est en colère, non seulement à cause du contretemps, mais parce que la présence de son chef ici l’infantilise, lui qui est censé maintenant être considéré comme un adulte à part entière. Il n’aurait actuellement qu’un souhait, envoyer balader Voronwë, reprendre son activité, prouver à tous qu’il fût la carte maîtresse de ce jeu, et rentrer avec les honneurs. Il est inconcevable cependant pour le guerrier du Baar’Ane d’ouvertement manquer de respect à son chef, mais l’envie est là et les mots sans être aussi directs qu’il l’aurait souhaité, n’en ont pas moins le même sens.

- Peut-être est-ce une manière de la mère de me tester, d’aveugler mon propre chef de sollicitations, de lui tracer un chemin pour qu’il se fasse obstacle à ma chasse sans même s’en apercevoir, lui qui en a pourtant si souvent conduit.

La main du mage de Vie s’élève et son poing se referme, mettant ainsi halte à la marche de ses camarades pour un temps… heureusement pas trop long.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Ton attention est entière portée à ce qu’il se passe autour de tes élèves, mais il est un frisson que de les savoirs encore loin de la menace n’aura pas tu. Quelque chose d’autre requiert ton attention. Mëlien à travers l’onde tente désespérément de te faire passer un message que la vase s’évertue à occulter. Non loin, tout près, parmi les autres présences se trouve une elfe étrangère et à la famille de Voronwë et à la tienne, mais pas à toi. Un peu plus d’une centaine de mètres derrière toi, dissimulée par les branches et la pluie, réduite au silence par les cris de la faune et les clapotis de l’eau se trouve une elfe ayant besoin de ton aide.

C’est plus un pressentiment partagé par ton familier et toi que son appel qui t’auront finalement poussé à te retourner vers l’étrange forme en peine. Une humanoïde, probablement une elfe, mais une silhouette des plus particulières. Qu’à cela ne tienne, le peu que tu as entendu de ses babillages justifie que tu apportes ton aide. Si cela se révélait être un piège… dire que tu sais te défendre n’est qu’un euphémisme. Tu lèves ton bâton, le faisant tourner entre tes doigts le temps de t’ouvrir pleinement au flux, et d’un geste sec, tu claques le métal contre le sol. Autour de toi et jusqu’à cette ombre, le temps semble s’être arrêté. Les gouttent de pluie tremblent sans finir leur course, et la Terre grogne sous les pieds de l’inconnue. La vase se réveille, présentant d’abord des paumes ouvertes, se refermant sans plus attendre sur les flancs de la Sylvaine. La passagère empoignée, son transporteur de roche et de boue se lève entièrement, avalant la distance entre elle et toi, la déposant délicatement à tes côtés avant de se retirer, emportant avec lui toutes les traces qu’il aurait pu laisser sur la demoiselle.

- Quel plaisir de te revoir Nienna ! Mais pourquoi t’être enfoncée si profondément dans la forêt quand tu attends un si heureux événement… et par ce temps ?


_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 

Pas content:
 

La couleur:
 



Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Ven 8 Avr 2016 - 13:01


Tu avais crains que la pluie battante ne couvre ta voix. Mais apparemment elle avait tout de même réussit à percer jusque la silhouette. Elle s’avança vers toi, quelque part un peu menaçante, mais la prime œuvre dans un tel état rendrait la moindre petite bête plus dangereuse qu’elle ne l’était vraiment. La glaise s’ouvre et la terre tremble sous tes pieds, ce qui t’inquiète un poil plus maintenant. Ne te serais-tu pas mise dans une situation on ne peu plus délicate ? La boue humide t’assaille et bloque ton avançait quand soudainement elle te soulève et te fait glisser jusque l’ombre qui à mesure que tu te rapproche devient de plus en plus familière. C’est un elfe, quelques mètres encore, c’est un Noss, encore un peu plus en avant et voilà que le visage te dit quelque chose. Une fois que la vague de gadoue te dépose face à ton ami, tu as plus de temps qu’il en faut pour te souvenir de ce visage. Tu lui souris amicalement, reprenant possession de ton équilibre dans une petite secousse.

Il te demande ce que tu fais là et la seule réponse que tu as à cela n’es pas le moins du monde celle qu’on attendrait.

- J’avais besoin de me dégourdir… la pluie n’est pas le genre de chose qui empêcherait une de mes promenades.


Si seulement tu pouvais avoir des envies de femmes enceintes plus sage ! Comme une envie de fruit  étrange qu’on ne trouverais qu’on Ithri’Vaan, par exemple ? Le pauvre Ëninríl n’était vraiment pas au bout de ses peines. Même enceinte tu lui rendais la vie impossible. Tu t'étais néanmoins retenue aussi longtemps que tu avais pu ! Tu esquissais un petit sourire gêné, une main protectrice posé sur ton ventre arrondie.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 500
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Ven 8 Avr 2016 - 16:27


Lancé pour la première fois dans une chasse dont ils étaient les seuls maîtres, Idrìl et ses trois autres compagnons étaient si anxieux qu'excités. Il pouvait sentir l'air se raffermir autour d'eux, et il se demanda un instant si cette expression ne pourrait se révéler être plus vraie qu'elle ne l'était, avec Tintallë à ses côtés. Cette dernière était bien plus concentrée sur l'endroit où elle mettait les pieds, que sur tout autre chose qui pouvait l'entourer. Il aurait pu s'en amuser un peu plus longtemps s'il n'avait pas entendu raisonner un grognement des plus bestiaux. Un frisson parcouru malgré lui son échine, et instinctivement, il se courba, n'avançant plus que très précautionneusement. Lorsqu'il jeta un rapide coup d'oeil au autres, il apperçu qu'il n'était pas le seul à s'être ainsi repris. Ils n'y avait plus aucune légereté, aucune allégresse dans leur démarche, et dans leur position. Ils étaient aussi concentrés qu'ils le pouvaient, et ils étaient plus alerte qu'ils ne pensaient pouvoir l'être. L'elfe des cités observait malgré lui Argawaen, et copiait sans réellement s'en rendre compte ses gestes. Après tout, n'était-il pas le plus à même de réellement s'en sortir, celui qui connaissait le mieux Anaëh ? Evidemment. Lui n'était qu'un elfe des cités, et il savait pertinemment que cela finirait par lui jouer des tours. Alors il s'évertuait à rester concentré, d'abord sur leur proie, ensuite sur ses camarades. Il n'était pas seul, et ce n'était pas vraiment une chose à oublier. Ils devaient agir ensemble, coordoner leurs mouvements, leur opération, tirer profit des avantages que chacun pouvait donner. Son esprit commençait à s'échauffer, à imaginer des stratégies, élaborant des plans, lorsque son cœur faillit rater un battement. Il n'avait pas entendu arriver le chef du Baar'Ane arriver, et ce ne fut que lorsqu'il s'adressa à son apprenti mage qu'il s'apperçu de sa présence.

Laissant Argawaen se débrouiller seul, il attrapa sans réellement s'en rendre compte la main de Tintallë, qui n'était qu'à quelques pas de lui. Nïnque était plus en avant, sur la droite de celui qui s'était imposé leader. Il pouvait sentir la pression des doigts de sa bien aimée sur les siens, mais il fallu qu'elle vienne chuchoter à son oreille pour qu'il se rende compte qu'elle voulait communiquer avec lui. Il était bien trop absorbé par la conversation du mage de la vie et de son chef de clan pour l'avoir remarqué avant. Il pouvait voir combien Argawaen était furieux, et à cet instant, il pria simplement pour que cela n'influence en rien ses talents de chasseur, ni même ses capacités à les guider tous. Idrìl savait paraitement qu'il n'avait pas l'étoffe, ni les connaissances pour le remplacer, et qu'il mènerait sans doute ses camarades à l'échec complet. Mais cette configuration n'allait sûrement jamais être nécessaire, et les mots de celle qui faisait battre son cœur le rassurèrent quelque peu.

 - Ne t'inquiète pas pour lui, dès qu'il se sera débarrassé de Voronwë, il sera de nouveau tout à nous. Je lui fais confiance. Tu devrais faire de même, au lieu de t'inquiéter.
 - Je sais bien, mais c'est plus fort que moi. Tu sais bien que s'il t'arrivait quelque chose... Je ne préfère même pas y penser, répondit-il en frissonnant.

Il put voir un sourire étirer les lèvres de Tintallë, mais il n'avait pas le cœur à lui répondre. Il savait qu'elle se sentait chaque fois flattée, chaque fois plus importante à ses yeux. Mais ce n'était là qu'une vérité de plus, une affirmation qui lui déchirait le cœur, une constatation qui broyait toujours un peu plus ses tripes. Elle était tout pour lui, et elle le savait, puisqu'il ne cessait de le lui répéter. Alors évidemment, quand il envisageait la possibilité qu'il pourrait la mener tout droit dans les bras de Tari, son estomac se soulevait légèrement. Et il ne pourrait se reconcentrer sur leur objectif principal, sur la proie qui leur était assignée, que lorsque leur leader serait prêt. Il espérait sincèrement que e serait bientôt, et que l'échange avec son chef n'allait pas durer.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Voronwë
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 245
Âge : 112
Date d'inscription : 24/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  742ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Dim 1 Mai 2016 - 10:35

Le chef huma l'air autour de lui, tentant d'y flairer quelques traces inconnues, indésirables. Rien ne lui parvint. Il n'y avait que ce duo d'elfes qui venait de s'enfuir et ce jeune arrogant qui tentait de cacher son mépris visible derrière des paroles qui frisaient l'insolence.

-"Tu n'en as pas idée? Quel dommage. J'ai pourtant toujours placé beaucoup d'espoirs en toi, jusqu'à ton départ."

-"Il ment, Voronwë, il ment. C'est l'évidence."

L'elfe fit taire la voix intérieure du Baar'Ane et se dirigea vers un arbre centenaire, un frêne sans doute. Il passage une main lente sur l'écorce, son index toucha un trou fait récemment par un oiseau, de la sève en sortait. Il la porta à sa bouche et savoura le goût à la fois amère et pourtant légèrement sucré sur la fin. Rien d'anormal, l'arbre semblait en parfaite santé.

-"La forêt n'a pas l'air malade... Le mystère de ma venue s'épaissit donc..."

Derrière lui ses Traqueurs surveillaient les environs, peu rassurés. Leur maître ne faisait jamais rien à la légère et qu'il ignore lui-même les raisons l'ayant poussé à s'aventurer si loin de son domaine les rendaient craintifs.
Voronwë, quant à lui, s'agenouilla pour observer l'eau légèrement croupie d'une grande flaque entre deux buissons. Il n'y vit que le reflet du monstre, dont les yeux vitreux perçaient sa conscience chaque fois qu'il les contemplait.


-"Tu te fais vieux, Gardien? Tu deviens sénile?"

Le guerrier se releva et se tourna vers son ancien membre de Noss.

-"Dis-moi, Argawaen... Tu étais parti avec ce... Magicien... Où est-il maintenant? Et surtout, toi, que fais-tu là?"
Revenir en haut Aller en bas
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 325
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Mar 31 Mai 2016 - 17:24


On lui a inculqué le respect et c’est bien là la seule raison pour laquelle le jeune elfe du Baar’Ane ne se laisse pas aller à l’irritation. Qui sait à quelles cruelles pratiques pourrait s’adonner son chef s’il osait lever le ton plus haut ? Voronwë est un leader imprévisible, difficile de savoir face à lui quand il est temps de se prononcer ou d’abdiquer, mais il reste un leader. Pas question de lui cracher le moindre sarcasme, impossible de lui faire comprendre que rien de ce qu’il raconte ne fait le moindre sens. Comment pourrait le jeune Mage de Vie savoir mieux les raisons de sa venue que lui-même ? Et comment lui faire comprendre qu’il était au moment présent un obstacle plus qu’il n’était d’une quelconque aide ? Il était bien aisé de constater qu’entre le contretemps et les reproches, malgré ses tentatives de garder le calme, Argawaen s’emportait, que le rouge lui montait aux tempes et que la colère lui serrait la gorge. S’il était si déçu de son départ, alors pourquoi l’avait-il laissé partir au juste ? Qu’il commence par blâmer l’incompétence générale de sa Noss dans le domaine de la magie avant de se plaindre du désir d’un jeune thaumaturge de se diriger vers un pré à l’herbe plus verte.

- Je vous l’ai dit, nous sommes en chasse nonchalamment, il pointe du doigt les autres apprentis Et c’est moi qui suis censé mener la marche. Marche qu’il est présentement en train d’halter inutilement. Sinon, Estiam doit s’être posté quelque part aux alentours pour nous surveiller, mais on a pas de temps à perdre à le chercher lui. Il y a du gros gibier pas loin, et j’aimerais bien me retrouver sur place avant que nos proies ne décident de s’en aller.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Tu soupires bruyamment, à la fois consterné et amusé à l’idée de la présence de ta camarade d’autrefois. Nienna avait toujours été une incorrigible curieuse, ce n’est donc pas une réelle surprise de la surprendre hors de son abri en ces jours où la nature livrait spectacle inhabituel. Les femmes connaissent parfois d’étranges envies lorsqu’elles abritent une vie, et dans le cas de la Taledhelle, tout s’était, il te semble, manifesté à travers un accroissement démesuré d’un de ses traits de personnalité. Habituellement excitée à l’idée d’enrichir ses expériences, cette fois-ci elle l’était au point d’en oublier la dangerosité de ses actes.

- Je comprends que tu n’aies pas peur de la pluie, mais c’est un véritable déluge qui s’abat sur la forêt depuis quelques temps. As-tu seulement pensé au père de ton enfant ? S’il venait à se rendre compte de ta disparition, le pauvre serait probablement paniqué à en mourir.

En temps normal tu te serais proposé de l’accompagner en un endroit plus sûr, mais tu as pour l’instant d’autres obligations, dans lesquels elle se verrait obligée de te seconder… ou du moins de te ralentir.

- Il aurait été sage de te trouver un endroit plus sécurisé qu’ici, mais tu m’interromps alors que je secondais des apprentis dans leur chasse, et il est hors de question que je laisse quiconque, eux ou toi, livré à lui-même ici. Tu poses un regard sévère sur l’elfe enceinte Ne t’éloigne pas de moi, d’accord ?

Il se passe quelque chose là-bas, près de tes élèves. Le mouvement s'est halté, sans que tu ne saches réellement pourquoi, mais le cortège Symphonique et le calme émanant des lieux te laisse entendre que la source de la perturbation n'est inconnue ni à toi, ni au jeune groupe.


_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 

Pas content:
 

La couleur:
 



Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    Mer 17 Aoû 2016 - 15:32


Le décor qui vous entourait était d’une beauté toute singulière, tu n’avais jamais vu la forêt sous cet angle. Elle était déjà dangereuse, mais c’est bien pour ça que tu l’aimes. L’Anaëh ton doux foyer que tu voyais sous un autre jour. Plus ombrageux encore, plus mystérieuse, elle est ensorcelante et tortueuse sous le déluge de pluie. Tu caressais doucement ton ventre rond, en portant un regard émerveillé et tendre sur la frondaison. Tu continuas de sourire, portant de nouveau ton regard sur ton ami Noss. Un peu de tristesse dans la voix, la main flattant encore ton giron tu lui répondis.

- Comme tu le dis si bien ami, s’il s’en rend compte ! Les druides ont fort à faire avec ce déluge, il doit surement aider un clan à l’heure qu’il est… Ouff… il vient de donner un coup le petit monstre…


Tu rias doucement, le regard sévère de ton comparse ami ne te débouta aucunement. Il songeait à ta sécurité et tu le comprenais, mais sentir la vie remuer un peu plus en toi te donner des ailes, enfin ce sont surtout les hormones qui te donne des ailes. Tu lui souris doucement bien décidé à le suivre, tu opinas de la tête pour lui signifier. Quand assez soudainement le visage de ton ami se crispa légèrement tu l’observas un instant.

- Il y a un problème Estiam !?


Tu reçu un nouveau coup de pied de ton petit monstre, par réflexe tu te saisis du bras du Noss.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Libre] Premières chasses    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Libre] Premières chasses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Le Pandémonium-
Sauter vers: