Partagez
 

 L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]

Aller en bas 
AuteurMessage
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
Roderik de Wenden

Nombre de messages : 1133
Âge : 29
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] Empty
MessageSujet: L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]   L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] I_icon_minitimeMar 15 Mar 2016 - 16:48


L'an Huit du onzième cycle
Quatrième ennéade de Verimios
Le sixième jour...

La victoire d'Amblère avait amené une espèce d'euphorie chez les arétans ; la campagne était finie, et bientôt, tout ce beau monde allait rentrer chez soi avec la satisfaction du devoir accompli, et d'une péninsule lavée de la souillure noirelfique. Aussi, après s'être accordés quelques jours de repos sur place, les valeureux et intrépides guerriers de la malelande s'affairaient à présent à démanteler leur campement, tout en luttant contre une furieuse gueule de bois.

" Oncques mais ! " aurait dit un autre, "ne mettons point la charue avant les boeufs". Car si la victoire en était une, l'avenir demeurait fort incertain ; le royaume connaissait une époque troublée, et nul ne pourrait prévoir avant plusieurs ennéades ce qu'il en adviendrait. Roderik, en vérité, était soucieux. Ses hommes ne l'étaient pas, car tout ceci ne les concernait en rien, et que l'avenir du royaume ne changerait pas fondamentalement leur existence. Néanmoins, Roderik s'inquiétait. Dans le seul nord de la péninsule, l'on avait déjà planté de nombreuses graines de discorde. Il sentait peser sur eux la menace d'une nouvelle guerre, sans pouvoir prédire quelle en serait l'ampleur, ni où elle éclaterait véritablement. N'étant qu'un vavasseur de rang bien inférieur aux grands hommes de ce monde, il ne lui revenait pas de s'en soucier, encore moins de chercher à l'éviter. Mais actuellement, qui d'autre que lui pouvait représenter les intérêts arétans, ici, en Oësgardie ?

Alors il s'en alla d'un pas décidé - ou presque, car il marchait encore lentement depuis la blessure qu'il avait subie au cours de l'assaut d'Amblère - vers les quartiers du marquis de Serramire, pour trouver Aymeric de Brochant. L'homme, il est vrai, lui avait fait forte impression : il avait fait montre d'une grande capacité à commander, tout en sachant quand il le faut privilégier la prudence. Deux qualités rares chez les chefs de guerre, et sans doute Aymeric n'avait-il appris la seconde qu'au prix de sa première tentative infructueuse de chasser les drows d'Amblère. Quoiqu'il en soit, il avait gagné le respect de Roderik au cours de cette campagne. Serramire sortirait incontestablement grandie de cet épisode, et l'habileté du marquis y était pour beaucoup.

Le soir tombait sur la cité désolée d'Amblère, et sur les cités de tentes qui l'entouraient. La veille, Roderik avait rencontré la baronne d'Alonna à l'occasion d'une cérémonie funèbre en l'honneur des chevaliers qui avaient péri. Il ignorait encore qu'au cours de la nuit, le marquis de Serramire avait eu une vive confrontation avec le marquis d'Odélian, et que l'une de ses principales craintes n'avait déjà plus lieu d'être. Mais deux hommes comme eux, soucieux d’œuvrer à la paix et de faire régner la justice, ne manquent pas de choses à se dire.

- Annonce à ton maître que le seigneur de Wenden sollicite une entrevue, demanda-t-il à l'un des hommes qui gardaient la tente du marquis.
Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
Aymeric de Brochant

Nombre de messages : 714
Âge : 28
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] Empty
MessageSujet: Re: L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]   L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] I_icon_minitimeJeu 17 Mar 2016 - 18:39

"...et vous invite à me rejoindre sur le chemin d'Oesgard, afin que nous en passions les portes côtes à côtes. Signé, Aymeric de Brochant, marquis de Serramire, et caetera et caetera. Que l'on envoie un courrier vers Hasseroi dès demain."

Ainsi s'exprimait le marquis à l'adresse de son clerc. Il était fort singulier de le voir déléguer cette tâche à un autre, tant usuellement Aymeric goûtait de la correspondance, mais à vrai dire, ce jour même était singulier. Il avait suivi une nuit de joute verbale rare par la durée, et s'était rempli de préparatifs en tout genre, d'activité foisonnante. Dans les camps alliés, tout fleurait bon le départ, et les serramirois ne faisaient pas exception à la règle. D'ici quelques jours, une fois que les autres armées s'en seraient retournées dans vers leurs pénates, le marquis prendrait la route d'Oesgard, pour y recevoir l'hommage pour lequel il avait tant œuvré.

C'est sur ces entrefaites que fut annoncé le seigneur de Wenden. Roderik, au travers de cette campagne contre les drows, s'était affirmé comme le porte-drapeau des coteries arétanes. Son audace, son franc-parler, et, oh, cette menue broutille qu'était la mort de son suzerain avaient propulsé le vassal jusqu'aux plus hautes nuées, tant et bien qu'il était parfois malaisé de savoir qui dirigeait vraiment les hommes de la Malelande. Après le trépas d'Alwin, Aymeric avait appris le coup de théâtre frappant la succession arétane, quand le cadet du comte fit profession de foi, et refusa d'endosser le titre. La chose était surprenante, et malgré la veulerie attribuée au second fils d'Alwin, le marquis s'était dès lors résolu à séparer le bon grain de l'ivraie. Il ne manquerait pas de s'en ouvrir au seigneur de Wenden, que l'on fit entrer sans attendre sous le tente.

"Entrez, cher ami! lança-t-il du fond de la pièce, je m'apprêtais à diner, joignez moi donc." Avant qu'il ne puisse continuer, ce fut cependant le valet du marquis qui objecta : "dois-je convoquer les vassaux de mon sire pour la collation ?", et son seigneur de lui répondre : "Non pas, non pas : Monsieur de Wenden me fait l'honneur de sa compagnie, j'entends diner seul avec lui ce soir. Maintenant, fais ton office, Jajen!"

Le factotum s'éclipsa, ne tardant pas à revenir encombré des dessertes ainsi que d'un cordial. On fit asseoir le seigneur Roderik sur un siège de campagne, recouvert d'une pelisse de loup, et bientôt, les deux hommes furent servis d'un vin de Hautval capiteux. Il ne fallut guère plus de temps pour qu'un chapon cuis dans du verjus ne gagnât la table à son tour. "Pardonnez la maigreur de cette chère, bon ami! Tous les jours Jaljen se lamente de n'avoir trouvé d'ortolans dans les charrettes des Septmont. C'est là ce qu'on récolte, à fourrager chez ces barbares d'estréventins", dit-il avant d'avaler une gorgée de vin.

"Mais j'imagine que vous n'êtes pas venu pour entendre mes lamentations culinaires! Allons donc! Trinquons à la victoire! il leva haut son verre, et à la bravoure de nos peuples, puisse-t-elle tenir en respect les puisards mille ans de plus! On m'a d'ailleurs rapporté vos faits d'armes, cher ami! Eh! vingt de ces elfes tombés sous votre lame, avant que l'un d'eux ne vous blesse! Voila qui va inspirer plus d'un trouvère. Je gage qu'après de pareils exploits, on saura vous faire un accueil triomphal dans les rues d'Arétria."

Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
Roderik de Wenden

Nombre de messages : 1133
Âge : 29
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] Empty
MessageSujet: Re: L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]   L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] I_icon_minitimeSam 19 Mar 2016 - 12:33


A vrai dire, lorsqu'il s'était présenté devant la tente du marquis, Roderik n'était pas certain d'être reçu dans l'instant ; l'homme avait sans doute fort à faire, ou du moins se disait Roderik, ferait semblant d'être très occupé - lui-même avait déjà commencé à expérimenter cette méthode lorsqu'il avait besoin qu'on lui fiche la paix.

Mais à peine avait-il posé un pied dans la tente que déjà, le bon marquis l'invitait à dîner, et lui faisait même l'honneur de dîner seul en sa compagnie. Un peu pris au dépourvu, le seigneur de Wenden en était presque intimidé. Bah ! se dit-il, il serait de mauvais ton de refuser, et ma foi, si la boustiffe est bonne, pourquoi pas. Cela fait longtemps que je n'ai pas dégusté un bon serramirou, ce fameux fromage si réputé... Sur ce point, il dut rapidement déchanter : point de serramirou, mais qu'à cela ne tienne, le chapon qu'on leur servit ne manquait sûrement pas de saveur.

- Vous m'honorez, sire de Brochant, dit-il en s'asseyant, et s'amusant de la verve du marquis qui n'avait pas son pareil pour mettre l'invité de bonne humeur. Je crains que les racontars à mon sujet ne soient très exagérés, mais après tout, n'est-ce pas justement tout l'art des trouvères que d'embellir la vérité ?

Il leva son verre bien haut, et trinqua avec le marquis.

- A la bravoure de nos peuples, dit-il. Puissent les marches du royaume connaître enfin des jours paisibles, où les droits ancestraux de chacun seront enfin reconnus et respectés.

Il but une gorgée de cet excellent cru de Hautval ; il n'en goûtait plus guère ces derniers temps, les nobles proches de feu le comte Alwin ayant boudé tout ce qui avait trait au Médian depuis que le sire de Velteroc et sa sorcière d'épouse hautvaloise avaient révélé leur duplicité.

- On vous dit fort attaché aux héritages et aux traditions, monseigneur. C'est une chose que nous avons en commun, et je me réjouis de croire que sous votre loi l'ordre antique sera restauré. La paix du royaume, après tout, ne se peut faire qu'à ce prix.
Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
Aymeric de Brochant

Nombre de messages : 714
Âge : 28
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] Empty
MessageSujet: Re: L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]   L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] I_icon_minitimeMer 23 Mar 2016 - 18:04

La flatterie de son convive fit mouche, et Aymeric se surprit à découvrir une perspicacité chez le seigneur de Wenden, non sans ignorer que l'homme avait voyagé fort longtemps aux côtés du chapelain du marquis, le Père Bréguet. Le vénérable vieillard avait, à n'en pas douter, du glisser quelque indice à l'oreille de Roderik. "Ah, vous m’honorez, cher ami. Voyez, il n'y a là d'aspiration plus juste que celle-ci : laisser son monde identique à celui que ses ancêtres vous l'ont laissé. Si chacun agissait de la sorte, je gage que la félicité gagnerait ce pays. Hélas, le monde est peuplé d'ambitieux."

Il avait lancé cela, d'un ton badin, comme une profession de foi un peu sotte et naïve. En vérité, derrière ce vœux pieux se terrait un sens double : n'était-il pas lui même un homme aux ambitions conséquentes, dont le souhait affirmé avait été de s'emparer de trois fiefs en un seul coup de main ? Aux yeux de certains, sa légitimité n'était qu'un voile de pudeur jeté sur ses menées belliqueuses. Cependant, n'était elle, pour le marquis, qu'un vulgaire cache-sexe ? Ou bien s'agissait-il d'une motivation profonde ?

Le seigneur de Wenden, assurément, aurait son opinion sur la question. Et s'il l'avait jugé correctement, Aymeric ne l'entendrait la révéler pas de sitôt. En quelques phrases, l'interlocuteur du marquis avait su aborder nombre de terrains instables. Le sondait-il ? Avisé par le Père Bréguet de la manière dont Roderik avait su incliner si favorablement feu le comte Alwin à son endroit, Aymeric s'était figuré l'homme comme un habile diplomate. Il n'en fallait pas moins pour avoir ramené sa famille, de paria notoire, à la droite des comtes d'Arétria.

"Et vous, cher ami, à quoi aspirez vous ?" lança-t-il d'un air léger.

Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
Roderik de Wenden

Nombre de messages : 1133
Âge : 29
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] Empty
MessageSujet: Re: L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]   L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] I_icon_minitimeVen 25 Mar 2016 - 11:36


« Laisser son monde identique à celui que ses ancêtres ont laissé. » Roderik leva son verre à cette phrase, qui résumait fort bien la manière dont on lui avait apprit à penser depuis qu'il était en âge d'écouter et de comprendre. Un sentiment partagé par tous, ou presque. Mais la ruine de la péninsule et la succession de guerres ces dernières années n'était-elle que le fait de quelques ambitieux, qui avaient oublié l'équilibre sur-lequel reposait ce royaume millénaire ? En vérité, personne ne veut voir s'effondrer la tour, tout le monde tient à ce qu'elle demeure en place ; mais tout le monde a envie de s'y trouver au sommet.

- Oh, mes aspirations sont forts simples, monseigneur. Je veux retrouver les plaines de la malelande, ses forêts et ses ruisseaux. Je veux retrouver mes gens, et goûter la quiétude de mon domaine tant que régnera la paix, en espérant que les joutes et les parties de chasse sauront me préserver des affres de l'oisiveté.

Il afficha un sourire de contentement, à l'idée de ce repos bien mérité qui - à l'en croire - l'attendrait à son retour au pays. Qu'importe que le mensonge soit éhonté ; bien des choses nécessiteraient son attention une fois rentré, et il en était déjà plus ou moins conscient. Mais cela n'avait aucune importance pour le marquis, aucune importance dans la conversation présente.
Ce qui était important, Roderik avait plus de mal à l'amener sur la table. Il cherchait un moyen d'y parvenir sans être trop abrupt, sans donner l'air de se mêler de choses qui ne le concernaient en rien. Exercice difficile pour un homme qui, depuis déjà de nombreuses ennéades, agissait bien au-delà de ses attributions, s'arrogeant un pouvoir que personne ne lui avait donné - mais que personne n'avait contesté.
Or, s'il s'était découvert un talent de diplomate aussi certain qu'inattendu - et qui l'avait servi bien mieux que son habileté à l'épée - Roderik n'était pas un adepte des détours inutiles au sein d'une conversation ; son franc-parler, qui parfois se révélait avec une soudaineté qui surprenait l'interlocuteur, lui commandait le plus souvent d'aller directement au fait.

Son sourire s'effaçant un peu, c'est d'une voix qui exprimait un peu plus son embarras qu'il se lança.

- Monseigneur, je suis fort aise de l'accueil que vous me faites, et je me félicite de ce que nous puissions échanger à l'abri des oreilles indiscrètes. Je crois qu'il serait grossier de vous cacher le sens de ma visite, aussi je préfère vous avouer, sans ambages, ce qui me préoccupe. Il toussa, trahissant la gêne qui était la sienne, alors qu'il cherchait ses mots. Je... si les armées du Nord ont pu combattre ensemble et triompher de leur ennemi commun, je n'ignore pas qu'il existe des dissensions, enfin, disons, des désaccords... entre certains de nos alliés, bien que je n'aie eu vent que de certains échos, et ne me trouve pas être au fait de la situation dans son ensemble. Il s'arrêta un instant, accompagnant cet aveu d'ignorance d'un haussement d'épaules. Je suis attaché à l'espoir d'une paix, non seulement entre Arétria et ses voisins des marches, mais aussi dans les marches toutes entières. Aussi, je souhaite, humblement, vous assurer que je me tiens à votre disposition, dans le cas où la présence d'un tiers, neutre à tous ces potentiels conflits, pourrait aider à délier certaines de ces... situations.
Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
Aymeric de Brochant

Nombre de messages : 714
Âge : 28
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] Empty
MessageSujet: Re: L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]   L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] I_icon_minitimeVen 25 Mar 2016 - 15:58

Roderik montrait les dispositions d'un parfait prud'homme. Là où d'aucuns, dans un contexte similaire, auraient assurément fait montre d'ambition, et abordé la question de la succession d'Arétria, le seigneur de Wenden, lui, parla chasse et tournoi. Le marquis accueillit avec bienveillance cette profession de foi : ignorant si elle demeurait honnête, il se résolut à apprécier simplement la discussion avec un homme dont, à défaut d'être semblable, il appréciait néanmoins la compagnie.

La suite du discours vint le confirmer dans ses inclinaisons sympathiques à l'endroit du seigneur de Wenden, quand ce dernier lui fit montre de son soutient, pour les luttes à venir. Certes, Roderik ne lui offrait pas ses épées - et pour tout dire, personne ne le lui aurait demandé. Pour autant, cette dévotion envers la bonne intelligence entre les maisons du Nord, venant d'un arétan, peuple réputé batailleur et insoucieux, vint ajouter encore plus à la félicité du marquis.

"Cher ami, je saurais me souvenir de cette offre. Des hommes assemblés ici, les arétans sont ceux ayant répondu le plus vite, quand rien ne les y engageait. Après le trépas du comte Alwin, nombre ont envisagé votre départ, et douté de votre courage. Pourtant, vous êtes resté, et bien plus encore. Grâce à votre aide, nous avons repoussé les puysards, et aujourd'hui encore, vous m'offrez votre secours. Sachez, Roderik, que pour tout cela, mon amitié vous est acquise."

Levant un doigt à l'adresse de son valet, Aymeric fit remplir leurs verres à nouveau. "Vous apprendrez, non sans joie je l'espère, que les dissensions qui existaient au sein de nos ostes ont cessé d'exister. J'ai obtenu aujourd'hui même du maréchal qu'il renonce à l'Oesgardie, et aux fadaises que feue la régente Arsinoé lui avait mis en tête. Le marquis d'Odelian et les armées d'Etherna s'en retourneront dès demain dans leurs pénates. Quant à Oesgard, j'ai obtenu du Primat que son neveu, le jeune Godfroy Falkenberg, renonce à sa couronne, et me rende l'hommage. La guerre, pour ainsi dire, est terminée."

Il avait dévoilé tout cela comme on cause d'une bagatelle, pourtant, l'acte était de taille. Bien peu auraient soupçonné le marquis de réussir à évincer ses rivaux si rapidement, et pourtant, il s'en était acquitté. Si au fond de lui même, Aymeric restait résolu à accomplir sa promesse, et ramener Odelian dans son giron, il se félicitait toutefois du chemin accompli.

"À la prospérité des marches, et à celle du Royaume! Puisse-t-ils tout deux retrouver leur grandeur d'antan!" Il leva à nouveau son verre.

Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
Roderik de Wenden

Nombre de messages : 1133
Âge : 29
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] Empty
MessageSujet: Re: L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]   L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] I_icon_minitimeMer 30 Mar 2016 - 16:25


Roderik ouvrit grand la bouche, chercha à dire quelque chose, mais les syllabes ne sortaient pas ; il la ferma finalement, mais ses yeux étaient encore ronds, écarquillés, grands ouverts ; mais pas autant que sa surprise.
Il était venu proposer son aide, sentant l'imminence d'un ou plusieurs conflits qui n'attendaient que l'issue de leur quête bienfaitrice pour éclater au grand jour. Et voilà qu'il apprenait que le problème était résolu, que le bon sire de Brochant avait dénoué lui-même le fil des intrigues, tout seul, comme un grand. Bon, peut-être pas tout seul ; mais sans lui, en tout cas.

Terminée, la guerre. Réglé, le problème d'Oësgard qui les préoccupait depuis si longtemps, avant même l'incursion des drows. Abandonnées, les multiples revendications des seigneurs des marches sur ce maudit pays. Le royaume était malade, mais le nord avait bien avancé sur la voie de la guérison. Roderik trinqua avec le verre qu'on lui avait resservi, mais il fallut qu'il en boive une gorgée pour retrouver l'usage de la parole.

- J'étais venu vous proposer ma diplomatie, monseigneur, mais je découvre avec plaisir que je suis bien loin d'être à la hauteur. Qui aurait cru, il y a encore quelques mois, qu'un tel dénouement serait possible ? Il esquissa un sourire, encore surpris par la nouvelle, alors que résonnaient dans sa tête les paroles du marquis : la guerre, pour ainsi dire, est terminée. Les marches du royaume ont longtemps été réputées terres de discorde, mais je gage qu'à présent, toute la péninsule devra nous prendre pour modèle.

Il noya un moment son regard dans le vin, réfléchissant à ce que tout cela voulait dire. Une paix. Une paix relative, mais la menace de futures instabilités dans le nord s'éloignait peu à peu. Les divisions dans le sud et le médian, il en avait conscience ; mais il n'en avait cure pour le moment. Ces conflits n'étaient pas les siens.

- Qu'allez-vous faire une fois rentré au pays, marquis Aymeric ?
Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
Aymeric de Brochant

Nombre de messages : 714
Âge : 28
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] Empty
MessageSujet: Re: L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]   L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] I_icon_minitimeJeu 31 Mar 2016 - 17:06

Les déclarations du marquis, bien qu'il en singea l'insignifiance, eurent sur le seigneur Roderik l'effet escompté. Visiblement désarçonné, le cavalier arétan entreprit de se rattraper dans la contemplation de son ciboire. N'était-ce pas naturel ? Le jeune devait s'être figuré une nouvelle guerre fratricide au Nord, et voila qu'on lui annonçait la fin des hostilités. C'est avec un ton naturellement bonhomme que le marquis répondit ainsi à son invité :

"Eh bien, je crois qu'une fois dans mes pénates, je vais gaillardement banqueter. Les moissons de la nouvelle année ont toujours prêté l'occasion aux réjouissances, et j'escomptais bien célébrer notre victoire par un grand tournoi, où tous les chevaliers du pays viendraient concourir."

L'idée, à vrai dire, lui avait seulement trotté en tête tout récemment. Encore hier, le marquis envisageait encore une tuerie nocturne pour évincer le Berdevin. Aujourd'hui, il se laissait aller à la rêverie, songeait tournoi gaillard et joute galante. Une singulière saute d'humeur qui rappela à Aymeric que si la fortune avait pu si rapidement tourner en sa faveur, il n'était pas non plus à l'abri d'un revers. C'est pourquoi il adopta de nouveau son air grave, avant de causer de nouveau.

"Mais ne nous berçons guère d'illusions, cher ami. La nature a horreur du vide, et aux intrigues si aisément écartées, d'autres pallieront, lança-t-il sombrement. Le Royaume se meurt, Roderik. Il se meurt de l'inaction des hommes de bien, quand s’agitent au Sud des séditieux de tout poil. L'avenir, en vérité, me parait bien sombre."

Ce fut cette fois-ci au tour du marquis, après qu'il eut tristement énoncé son non moins triste constat, de s’abîmer dans les reflets de sa coupe.






Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
Roderik de Wenden

Nombre de messages : 1133
Âge : 29
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] Empty
MessageSujet: Re: L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]   L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] I_icon_minitimeLun 4 Avr 2016 - 8:46


- Le royaume, malheureusement, dépérit depuis bien trop longtemps, remarqua Roderik. Le sang des Fiiram, altéré, affaibli par la bâtardise, était un signe avant-coureur. J'ose croire, mon ami, que notre réussite saura insuffler un vent nouveau. Que ceux qui ont encore un soupçon de bon sens cesseront maintenant d'écouter les mauvais hommes, et se tourneront vers ceux qui, comme vous et moi, croient encore aux vertus de l'honneur, et du respect de ce qui fut, de ce qui est, et de ce qui sera.

Pur rejeton de la malelande, Roderik n'avait jamais manifesté un amour certain pour tout ce qui n'était pas arétan - à l'exception, peut-être, d'une certaine dame. Il se désintéressait totalement, à vrai dire, des affaires du royaume à l'époque où celui-ci tenait encore debout. Mais il était attaché au respect de la parole donnée et au maintien d'un ordre établi. Il ne voulait pas voir le monde changer. Car nous ne pouvons abattre les vieilles fondations sur-lesquelles reposent nos existences sans provoquer notre propre perte.

- Peut-être suis-je devenu trop optimiste, mais peut-on œuvrer à un avenir meilleur sans y croire soi-même ? A dire vrai, Aymeric, organiser un tournoi est la meilleure chose à faire. Vous rappellerez ainsi à tous les chevaliers du royaume ce que nous avons accompli pendant qu'ils se disputaient le pouvoir dans leur coin.

Remuant distraitement sa coupe, Roderik eut une pensée rancunière à l'égard de tous ces hypocrites, ces parjures, occupés à se gaver de terres et de titres qui n'étaient pas les leurs, au moment où Aymeric et lui se battaient en Oësgardie dans l'intérêt de tous. Il les chassa rapidement de ses pensées, préférant taire son ressentiment, et ajouta d'un ton enjoué :

- De toute façon, indépendamment de ces considérations diplomatiques, cela fait bien trop longtemps que je n'ai pas jouté. Aussi, mon ami, je relève le gant, et si un tournoi a lieu en Serramire, je m'y rendrais avec plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
Aymeric de Brochant

Nombre de messages : 714
Âge : 28
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] Empty
MessageSujet: Re: L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]   L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] I_icon_minitimeMer 6 Avr 2016 - 21:16

Emboitant le pas à son interlocuteur, Aymeric lui répondit derechef, du même ton : "Ah, voila qui est parler, je n'en attendais pas moins d'un homme d'Arétria!" À l'évidence, les turpitudes du Royaume, si elles souciaient vaguement le seigneur de Wenden, demeuraient au second plan, cédant la préséance aux vrais défis comme pouvait l'être une joute galante. Pouvait-on en vouloir au jeune chevalier ? Certes non. Au contraire, il était bon que les hommes sachent rester à leur place, et si chaque vavasseur venait à se mêler des affaires royaumes, c'eut assurément été le chaos. Qui plus est, Roderik demeurait un arétan, un cavalier de la Malelande, et aurait été bien malvenu de lui reprocher son intérêt pour les tournois, ou quelque autre voltige.

D'un signe de la main, le marquis les fit à nouveau resservir, et après qu'il eut trinqué - cette fois-ci à un motif plus trivial - Aymeric sentit ses joies rosir sous l'action de ce capiteux Hautval. C'est qu'après les semaines de campagne, le marquis ne s'était guère autorisé les réjouissances, et ce soir, ses soucis lui semblant fort lointains, il se laissait aller à la décontraction. Le hasard avait voulu que le seigneur de Wenden partageait cette collation, mais en vérité, pouvait-on trouver meilleur compagnie ? Un prud'homme dont les qualités étaient aussi manifestes qu'elles étaient toutes récentes - c'est que le marquis connaissait à peine son interlocuteur. Ainsi, Aymeric causa gaillardement ce soir là, bien ravi de découvrir en la personne de Roderik un voisin aux dispositions plus qu'agréables.

Il finit toutefois, après quelques autres coupes, par prendre congé de ce brave homme : "Cher ami, votre présence ne saurait plus m'égailler, mais! oncques mais! l'heure tourne, et hélas, j'ai fort à faire dès l'aube. Là! Pourquoi donc ne m'accompagneriez vous pas jusqu'à Oesgard ? Ce n'est que deux jours en plus à marcher, et je n'entends pas y rester là bas plus de trois. Qu'en dites vous ?"

Après avoir reçu sa réponse de Roderik, le marquis en prit finalement congé. Le lendemain, il irait se faire raser de frais.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] Empty
MessageSujet: Re: L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]   L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
L'homme qui murmurait à l'oreille des marquis [Aymeric]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Serramire :: Baronnie d'Oësgard-
Sauter vers: