Partagez
 

 (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley

Aller en bas 
AuteurMessage
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeJeu 31 Mar 2016 - 7:21

6e jour de la 4ère énéade de Verimios, 8ème année du 11ème cycle en fin d'après midi

La guerre contre le noiraud était finie. Quelques seigneurs étaient partis retrouver leurs patries et leurs doux foyers. Oesgard retrouvera sa réelle paix ; cet espoir était incertain.  La ville était rasée par un incendie provoquer par Aymeric de Brochant. Son acte avait détruit le reste de mes souvenirs d’enfance, il a enterré tous mes souvenirs par cette acte politique. Puis, par la suite, on verra une nouvelle ville reconstruite sur l’ancienne ville. Peu à peu, on verra cette bataille écrite dans les ouvrages histoires à la gloire des grands seigneurs mais pour la piétaille…Ils seront dans l’oubli.

Le prêtre d’Othar ne cessait pas de me convaincre de le suivre, il avait trouvé en moi un talent particulier. Il me jugea que mes capacités d’action étaient impressionnant, je méritais de rentrer dans son ordre et trouver ma voie. Il avait raison, la vie de mercenaire était une vie d’errance à la recherche d’un contrat. Néanmoins, cette vie de mercenaire offrait beaucoup de liberté. Pour beaucoup, les mercenaires étaient semblables aux bandits, mal vue par la société. Puis, ils éclipsaient la noblesse péninsulaire, moins performant dans l’art de la guerre. En repensant à Oesgard, il m’était impossible de mourir sans laisser une trace de ma vie dans ce petit monde. Non, cette idée de mourir en inconnu m’était impossible. Ce prêtre d’Othar m’offrait l’opportunité de me créer une notoriété, voir surprendre la noblesse péninsulaire
.
Pendant ce moment de doute, je me laissais convaincre par ce religieux. Aujourd’hui, j’avais pris le choix de rejoindre son ordre otharique. Elisabeth, ma mère de substitution, prêtresse de Néera ne sera point heureuse de ce choix. Elle était vouée à sa déesse, elle n’aimait pas la guerre. Cette femme n’avait jamais voulu me voir en arme, elle désirait de me voir une femme plus noble d’esprit que guerrière.  Pourquoi je pensais à elle ? Je ne sais pas, j’oubliais très vite cette femme. Ce n’était pas le moment de penser à ça.
Je me dirigeais vers la rive, pas loin des remparts d’Amblère. Je sortis de mon sac mon épée brisé, le jeta dans l’eau. Un long soupire s’échappa de mes lèvres. Cette épée m’était d’une grande valeur, elle était mon héritage. Je m’asseyais, mon regardait rivait sur l’eau de la rivière. Je me contentais d’écouter cette rivière paisible, cherchant le calme.

« Faut croire que c’est l’enterrement de toute une vie. Il est grand temps de se fixer un but, de renaitre. »
d’un ton lasse…et résigné.

A quelques mètres de moi, j’entendis un bruit de pas. Rapidement, je saisis une petite épée offerte par ce prêtre, mon regard se tourna vers une étrange silhouette. Je la regardais de la tête au pied pour m’attarder sur son visage. Rapidement, je fus surprise de voir une autre femme. Elle était grande, quelque centimètre de plus que moi.  Je me levais, me mettant face à elle.

« Une autre femme d’arme. C’est rare…et plaisant à la fois » dis-je en étirant un sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
Caley Aldaron

Nombre de messages : 256
Âge : 33
Date d'inscription : 20/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeSam 2 Avr 2016 - 23:15

Caley se sentait… vide. C’était le seul mot qui lui venait à l’esprit. Elle était drainée de toute son énergie et elle n’arrivait plus à réfléchir correctement ni même à se tenir debout sans vaciller sur ses pieds. Les pensées défilaient dans sa tête sans arriver à se concentrer sur l’une d’elles. Caley avait cette étrange sensation d’être dans un rêve. Rien ne faisait de sens, mais c’était pourtant bien réel. Les derniers jours avaient été particulièrement éprouvants mentalement et physiquement. Les soldats encore capables de tenir sur leurs pieds avaient ratissé le champ de bataille à la recherche des blessés. On les avait entassés dans des tentes de fortune où des guérisseurs faisaient leur possible pour les soigner. Dans les premiers jours suivant la bataille, beaucoup sont morts de suites directes de leurs blessures. Il y en avait encore qui souffraient de la fièvre, mais il y avait de moins en moins de morts. La situation se stabilisait, mais il était encore trop tôt pour crier totalement victoire. Si les hommes ne mouraient pas par l’épée, la maladie pouvait les emporter. Quelques centaines d’hommes entassés au même endroit dans des conditions sanitaires douteuses et certains maux pouvaient se répandre comme la peste sans qu’on puisse y faire quoi que ce soit.

La jeune femme avait passé les derniers jours à aider autant qu’elle le pouvait. Débarquée par pur hasard à la suite des combats, Caley avait été mise immédiatement à contribution. Elle avait des bras et des jambes solides, un cheval et elle n’avait pas subi les combats. Elle pouvait donc aider à transporter et à soigner les blessés. En quelques jours à peine, elle avait vu son lot de lésions horribles pour le restant de sa vie. Le soir, quand venait le temps de se coucher, dès le moment où elle fermait les yeux, elle revoyait les blessures sanglantes, les tripes et les membres amputés. Une fois, Caley était entrée dans une tente où les médecins faisaient les amputations. Elle avait vu, entassés dans un coin, les bras et les jambes jetés sans plus d’égard. Le plus dur cependant, ce n’était pas la vue du sang. Non, c’était les gémissements et les plaintes des blessés dans la nuit quand la douleur devenait si terrible qu’ils imploraient les dieux de les achever. Caley se sentait vraiment impuissante. Tout ce qu’elle connaissait, c’était des remèdes de plantes très simples qui n’apportaient qu’un maigre soulagement. Elle avait aussi l’impression d’être une intruse. Rien ne justifiait sa présence ici et comme elle n’avait pas participé aux combats, c’est comme si elle ne partageait pas la même souffrance que ces hommes. Pourtant, Caley avait eu son lot d’expérience dans sa vie. Elle n’avait peut-être jamais fait la guerre, mais elle avait connu des peines terribles dont elle portait encore les marques aujourd’hui.

La journée tirant à sa fin, Caley profitait de quelques minutes de répits pour aller se rafraichir un peu. Elle se dirigea vers la rivière qui passait près de la ville, s’agenouillant près de l’eau pour s’asperger le visage. L’eau était fraiche et lui faisait du bien. Elle resta immobile pendant un bref instant pour rassembler ses forces avant de se relever. C’est alors qu’elle vit qu’elle n’était pas seule. Il y avait une autre jeune femme. Elle était là avant son arrivée, mais elle ne l’avait pas vu. La rôdeuse allait retourner à ses tâches quand la jeune femme se planta devant elle. L’inconnue était plus petite qu’elle, mais c’était généralement ainsi. Caley était grande comparativement aux autres femmes autour d’elle, tout comme sa mère l’avait été. Elle avait remarqué l’épée que portait Caley à sa ceinture. Elle secoua doucement la tête.

— Non, je ne vis pas par l’épée. Je sais m’en servir, mais je ne suis pas une guerrière.


Non, elle ne l’était pas et elle n’avait aucunement envie de le devenir, pas après ce qu’elle avait vu ces derniers jours. La forêt et sa solitude lui manquaient. Elle espérait maintenant retourner à ces habitudes. Caley devait encore se rendre à Diantra pour savoir ce qui était arrivé à sa famille, mais dès que ce sera fait, la jeune femme pourra reprendre sa vie de nomade.
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeDim 17 Avr 2016 - 0:47

La demoiselle n’était pas une combattante mais que faisait-elle à cet endroit ? La ville était un champ de bataille. Cette fille était un étrange paradoxe. Rapidement, les questions restaient en suspens…Si, elle n’était pas une guerrière. Qu’elle était son rôle dans cette ville ? Une soignante ? Une prêtresse avec une épée ? Vue la situation, la femme pourrait porter cette épée pour éviter de se faire agressée.

« C’est paradoxal. Vous venez dans un champ de bataille mais…vous n’êtes pas une guerrière ? » interrogeais la demoiselle « Qu’êtes-vous donc ? »


Rapidement, je fis la même chose que la consœur d’épée. Mes mains plongeaient dans l’eau de la rivière pour ensuite nettoyer mon visage. Je repensais une nouvelle fois à la bataille. Beaucoup de cadavres flottaient sur cette rivière. On racontait que les cadavres étaient récupérés par la suite pour être bruler ou pour autre chose…Puis, je pris mon sac de cuirs remplie de babiole.

« Je m’appelle Lyarra, Enchantée » je tendis ma main « qu’elle est votre nom ? » terminais-je par un sourire.

Après notre présentation, j’invitais la demoiselle à venir marcher avec moi. Nous pouvions nous échanger et parler entre femme. Puis, indirectement, j’avais envie de parler à une femme et ne pas côtoyer inlassablement la gente masculine. La femme ne se rendait pas compte du bien qu’elle me faisait. La demoiselle pourrait m’enrichir dans quelques points méconnues pour parfaire mes connaissances.

Peu à peu, nous nous éloignons de la ville qui brulait. On revoit les cendres s’élever en haut du ciel, ils obscurcissaient le soleil, assombrissant le ciel. Par ailleurs sur la plaine c’était déroulée la première phase de la bataille. L’infanteries repoussaient les drow en direction de la rivière. Les cavaleries Serraminoise et Alonnaise ravageaient la défense des fanatiques. Les drow étaient complètement anéantis avant de finir dans la rivière. Les sons des souvenirs retentissaient dans ma tête, rappelant la grande bataille d’Amblère. A cet endroit, les cadavres étaient étalés dans tout le champ d’honneur, voir empilé les uns sur les autres. Encore aujourd’hui, je vis encore les herbes, voire le sol taché de sang des deux factions. L’odeur était prenante, l’odeur des morts…Qui paradoxalement…elle ne me fit aucun effet. J’étais habituée…

« Ici, se dressait la première phase de la bataille…les drow étaient repoussée à la rivière avant de poursuivre notre attaque sur la ville. Par contre, c’est triste de voir la ville se faire rasé. » annonçais-je en raison de sa réaction sur les fameuses mares de sang

Nous rentrions à l’intérieur de la forêt. L’odeur de la nature rompait avec l’odeur des morts, la nature cachait la ville qui brulait encore. Elle devenait une source d’apaisement et recharger la morale. La demoiselle à mes coté en avait besoin, son visage montrait une profonde fatigue avec un soupçon de dégout…Les horreurs de la guerre avait dû profondément la choqué. J’eu une petite compassion pour cette femme…

« Dites-moi, vous venez de quelle région ? »
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
Caley Aldaron

Nombre de messages : 256
Âge : 33
Date d'inscription : 20/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeLun 18 Avr 2016 - 0:00

Les interrogations de la jeune femme étaient totalement légitimes. Caley ne cadrait pas dans le décor et ça se voyait comme le nez au milieu du visage. Sa présence était incongrue et à plusieurs reprises depuis son arrivée ici, elle avait été obligée d’expliquer sa présence aux autres. Malheureusement, même en le faisant, la situation ne s’arrangeait guère, car Caley restait trop vague à leur goût dans ses explications. Elle n’avait pas envie de raconter son histoire à la moitié de la ville. Elle disait simplement qu’elle rentrait chez elle après une très longue période d’absence. Ils n’avaient pas besoin d’en savoir plus! De toute façon, depuis qu’elle était en ville, Caley n’avait pas eu vraiment de problèmes et elle était tellement occupé qu’elle ne portait même plus attention aux ragots. Quant aux hommes qui pourraient avoir des pensées impures à son sujet, le fait qu’elle soit pratiquement constamment en armure et qu’elle ait une épée à sa ceinture suffisait à les décourager de faire quelque chose de stupide.

— Je suis une rôdeuse. Je rentrais chez moi quand j’ai été dévié de ma route par des Drows en déroute et d’autres mouvements de troupes. Je me suis retrouvé ici par hasard. Vous n’êtes pas la première à vous interroger sur ce que je suis. Dit-elle simplement sans vraiment exprimer d’émotion particulière.

La jeune femme se présenta. Caley resta interdite un moment avant de tendre la main pour la serrer. Ça ne pouvait pas faire de mal de toute façon.

— Caley…

Lyarra recherchait de la compagnie féminine pour pouvoir papoter tranquillement. Malheureusement, Caley ne se montrait pas très loquace, mais elle ne donnait pas non plus l’impression de vouloir repousser sa jeune compagne. La preuve, elle accepta de l’accompagner alors qu’elle aurait très bien pu continuer son chemin sans se soucier d’elle.

L’odeur de la bataille était encore très présente dans l’air. Elle brulait les narines et prenait au cœur. Caley n’y était pas habituée. C’était la première fois de sa vie qu’elle se trouvait sur un champ de bataille. Quelques jours s’étaient déjà écoulés depuis la fin des conflits, mais l’ambiance était toujours aussi lourde. On avait ramassé pratiquement tous les corps, mais les lieux restaient sinistres et marqués par la mort et la désolation. La vision de la ville en partie détruite n’aidait en rien. Lya lui racontait comment ça s’était passé. Caley n’avait pas de mal à s’imaginer la scène même si elle aurait voulu s’en passer. Elle ferma les yeux et secoua brièvement la tête comme si elle espérait se débarrasser des images qui hantaient son esprit.

— Au moins, les hommes ont gagné. Si la victoire était revenue aux drows, nous ne serions pas ici à discuter ensemble. Pleurer sur ce qui a été perdu ne changera rien, mais les murs peuvent être reconstruits avec de la volonté.

Elles s’éloignèrent de la ville pour se diriger vers la forêt. Dès qu’elle était en contact avec les arbres, elle se sentait en paix. La forêt cachait les horreurs de la guerre au point qu’elle pourrait presque les oublier. Encore quelques jours et Caley pourra repartir. La route était encore longue jusqu’à Diantra, et elle savait qu’elle risquait d’y trouver une ville en ruine comme celle qui se trouvait de l’autre côté des arbres. Toutefois, elle ne supportait plus de vivre sans avoir une réponse à ses questions. Elle devait savoir ce qui était arrivé à sa famille. Peut-être qu’elle pourrait retrouver son père. Même si cet espoir était mince, il était suffisant pour la motiver à s’accrocher.

— Je viens de Diantra, mais j’ai passé plusieurs années dans l’Ithri’Vaan. Je voyage beaucoup.

Elle marqua une petite pause, remarquant que cette conversation était à sens unique. Caley se contentait de répondre aux questions sans chercher à en savoir plus sur sa compagne. Elle se passa une main dans les cheveux, prenant un air contrit.

— Désolée…. Je ne suis pas doué pour la conversation. Je voyage principalement seul avec mon cheval et… ça ne parle pas beaucoup un cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeLun 18 Avr 2016 - 21:11

En attendant Estrévent, je me ressouvenais des histoires de « Vieux loup, mon père adoptif. Il m’a toujours raconté ses histoires de la principauté Thaar. Sa famille était forgeron, lui, il rêvait de devenir un guerrier et c’était la raison de sa route pour le Nord.  Il me contait que cette ville était un lieu cosmopolite et la tolérance était de mise, mais cet endroit était vicieux et remplie de bassesse.

« Cette région, notamment Thaar doit être un endroit agréable à voir et remplie de merveille issue des quatre coins du monde. Non ? Cet endroit doit avoir une tolérance énorme…vue les différentes races qui cohabite. » répondis-je avant de terminer sur sa dernière phrase « Ne soyez pas désolée. »


Je regardais la forêt, je souris légèrement. Mon regard se posa une nouvelle fois sur la demoiselle
.
« Vous êtes de Diantra, je suis d’Amblère. Laissez-moi vous faire visiter la forêt.  »

Si Oesgard était un lieu les plus sinistres avec les nombreuses guerres ; la nature n’était pas moins magnifique. Après la rivière, nous rentrions un peu plus dans la forêt, je lui servais de guide. Cette forêt avait des endroits insolites, agréable à regarder. La nature était belle, agréable à regarder et se détendre. Cette forêt était mon lieu d’enfance, mon aire de jeu et d’entrainement. A une époque, des lointaines légendes racontaient que dans certains endroits de la forêt, les peuples avaient sacralisé un endroit dans la forêt. Depuis que le culte pentiens avaient fait surface, cette forêt était oubliée par ce peuple, la religion sombrait aussi dans l’oubli. Les peuples de la Sgarde étaient autrefois très proches de la nature…avant d’être civilisé

Je me demandais si cette promenade allait lui délier la langue, du moins, je l’espérais. Il serait bien ennuyant que je fasse ma monologue….

« Dans cette région, elle était peuplée de peuple qui pourrait s’apparenter de Wandrais…D’après ce qu’on dit, ils étaient proches de la nature, puis, elle était envahie par les envahisseur et « civilisé » par la culture pentienne. Qui sait, mon sang doit être issus de ces ancêtre » racontais-je « Enfin. C’est une histoire qu’on raconte aux enfants. »

Nous nous installions auprès d’un magnifique arbre. Il était plus grand que ces confrères, il dominait de quelque mètre de plus. Son feuillage était arborescent et son âge avancé montrait sa robustesse. Il était gros, grand et dominant.  Un bel arbre à regarder. Je m’installais contre l’arbre, la demoiselle fit de même.

« Parlez-moi de 'Ithri'Vaan ou de diantra..je suis curieuse de connaitre les réels petites histoires de ces coins. »
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
Caley Aldaron

Nombre de messages : 256
Âge : 33
Date d'inscription : 20/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeJeu 21 Avr 2016 - 16:46

La description que fit Lyarra de Thaar et de sa région fit sourire Caley. Cette femme avait une vision très romantique de l’endroit qui n’allait malheureusement pas avec la réalité de la vie dans l’Ithri’Vaan.

— C’est effectivement un endroit très diversifié. Commença Caley prudemment. Ce n’est pas rare de voir des humains côtoyer des semi-elfes, des drows et même des nains. Les elfes de sang pur sont plus rares, mais on peut en croiser également. Évidemment, il y a une certaine tolérance, mais c’est également un endroit très violent. Il y a des bordels à tous les coins de rue. Il y a des voleurs et des assassins à profusion. Les grands palais abritent des Princes Marchand dont la richesse dépasse celle de nos princes de la Péninsule. Ils ont à leurs services une armée d’esclaves prêts à répondre aux moindres désirs de leur maître dans la plus totale soumission. On les voit parfois déambuler dans leurs chaises à porteurs, splendides dans leurs vêtements de soie, mais indifférent à la misère sur laquelle ils ont bâti leur fortune. Enfin, indifférent… Peut-être que je me trompe. J’ai croisé la route de l’un de ces princes. Il n’était guère débrouillard, mais ce n’était pas un homme mauvais. Il a été élevé de cette façon et il ne semblait pas se rendre compte de la réalité en dehors de son palais…

Elle eut une petite pensée pour Ascanio, se demandait comment il allait en ce moment même et espérant qu’il n’ait pas été une nouvelle fois victime d’un mauvais tour. Il avait bien faillit y laisser sa peau.

Lyarra décida de lui faire visiter la forêt. Une nouvelle fois, elle sourit. La forêt était son domaine. Elle y avait passé les dix dernières années. Elle la connaissait mieux que quiconque. Évidemment, les forêts de la Péninsule étaient très différentes de celle de l’Ithri’Vaan, mais elle n’avait pas son égal pour se repérer à travers les arbres et y survivre sans même avoir de contacts avec l’humanité. Toutefois, elle ne dit rien. Si cela faisait plaisir à Lyarra, alors elle n’allait pas le gâcher. Elle lui raconta quelque chose par rapport au passé des lieux. Caley hocha doucement la tête, acquiesçant à ses paroles. Elle se souvenait de ses lointaines leçons d’histoire, à une époque où sa vie était bien différente. On lui avait parlé de ces peuples aujourd’hui disparues. On supposait que la population actuelle descendait de ces peuples, mais il était impossible de le prouver.

— Peut-être… Après tout, nous venons bien de quelque part.

Elle continua de marcher aux côtés de la guerrière, apaisée par les bruits et l’air vivifiant de la forêt. Caley pouvait comprendre pourquoi on avait sacralisé la forêt à une certaine époque. Il n’était pas difficile d’avoir l’impression que quelque chose de magique et mystérieux s’y passait. Ces arbres au tronc massifs et aux racines profondes donnaient l’impression de respirer. Balayé par le vent, leurs branches semblaient se tendre vers les deux jeunes femmes comme des mains essayant de les toucher. Pourtant, il n’y avait rien de menaçant dans l’air.

— Je ne sais pas quoi vous répondre. Souffla Caley en se hissant sur le tronc couché d’un arbre mort depuis longtemps. J’ai passé les 15 premières années de ma vie à Diantra où mon père élevait des chevaux à l’ombre des murs de la cité. Je me souviens de l’odeur des chevaux, de leur croupe brillante et du bruit des sabots sur la terre sèche. Je suis partie à la suite d’un incident… et je n’y ai pas remis les pieds en 10 ans. Maintenant, je rentre chez moi… S’il me reste un chez moi, ce que je doute fortement. J’ai passé une grande partie de ces 10 ans à vivre dans la forêt. Je la connais mieux que personne, je pense, bien que les forêts de la Péninsule me semblent étrangères maintenant.

Effectivement, Caley parlait plus maintenant qu’elle était dans la forêt comme si elle s’y sentait plus à l’aise. En fait, il était facile d’oublier ici qu’à quelques centaines de mètres à peine avait eu lieux un terrible massacre. La forêt masquait la réalité à Caley à la manière des murs d’un palais pour un Prince marchand insouciant.
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeMar 3 Mai 2016 - 16:57

« Je vois, la vie à Diantra semblait calme et paisible. Vous devez vous sentir bien dans cette ville.» Répondis-je à son histoire


Je levais les yeux aux ciels, le regard se fixa en direction des fumés de la ville embrasé par l’après-guerre. Amblère était morte…comme une partie de mon passé. Oesgard ne sera pas le lieu porteur pour mon objectif, au contraire, elle risquerait d’être un frein. Mon regard se porta sur le Médian et l’ordre d’Othar. Le voyage risquerait d’être long…Puis, mon regard se posa sur Caley. Cette femme serait susceptible de compenser la majorité masculine du groupe. La présence féminine était souvent appréciable, puis, la rodeuse était sensiblement différente de moi.

« Je vous propose quelque chose, je vais au Médian, on pourrait d’abord aller à Serramire et Diantra. De ce fait, vous retrouverez votre chez vous ? Qu’est que vous en pensez ? »

Caley me regarda et accepta ma proposition. Elle devait penser la même chose que moi, une présence féminine rassurait souvent qu’une présence masculine. Au fond, je fus ravi, je pourrais surement mieux la connaitre. J’espérais qu’elle sera doublement intéressante.

Au retour au campement, Caley fut accueillie par Kairn et ses diciples. Le vieux prêtre prit les choses en mains, il l’invita à manger, prépara un lit dans ma tente et fit en sorte de l’intégrer dans le groupe. Comme tout bon religieux, il tenta de la faire rentrer dans le culte, mais sans succès.

Le lendemain, nous partions pour Serramire…

6e Enneade, 2e jour du mois de Verimios de l’an 8

La route fut longue et agréable. On formait un groupe de cinq personnes : Kairn avec ses deux disciples, Caley et moi. Durant le voyage, on c’était appris à se connaitre. Notre rencontre installait une amitié. On avait partagé quelques-uns de nos secrets, nos fardeaux et on ne jugeait pas sur nos passés. Au contraire, on se comprenait, voire on s’appréciait. On était complice à certains endroits, c’était rare…et même très agréable. La pauvre Rodeuse devait supporter mes humeurs taquines et son ventre était un bon oreiller lors de la sieste. Elle était une femme posée, calme et pas contraignante. Si, j’étais homme, je lui ferais la cours…ou dans ma couche.

Aujourd’hui, nous nous promenions dans la rue de Serramire avec nos chevaux. Un léger stresse m’empara. Je connaissais cette appréhension…C’était la peur de l’inconnue. Je n’étais pas dans la ville pour faire halte…Non, je devais prendre ma responsabilité de mère et prendre ma fille Elia sous mon aile. Longtemps, je ne pensais pas à être mère pour divers critères. L’enfant était issus de mon viol, elle reflétait tout les souvenirs douloureux ; j’étais une apprentie guerrière, mon désir était de me parfaire dans ma technique et je ne voulais pas me cloisonner dans mon rôle de femme imposer par les mœurs. Il avait fallu un sortilège pour me faire plonger dans mon être intérieur et découvrir sans une réelle surprise que ma fille était la sujette principale de mes motivations. Elle était la raison de mes combats, mon désir de me hisser dans la société pour qu’elle puisse hériter les fruits de mon dur travail. Pour terminer, instinctivement, tôt ou tard, je devrais assumer mon rôle de mère…

Je me préparais mentalement, imaginant de nombreuse scène en compagnie de ma fille dans ma vie future. Actuellement, je réfléchissais à ses éventuels réactions…Serait-elle contente ? fâchées ou indifférente ?

Le groupe se scinda en deux, le prêtre et ses disciples se dirigea vers la taverne ; Caley et moi prions le chemin en direction du Temple de la ville. On était seule en train de chevauché sur nos destriers.

« Je n’aime pas cette appréhension. Je t’avouerais…que je ne sais pas comment réagir. »
dis-je

Nous continuons notre chevauché, puis, nous arrivions devant le temple de Néera. Nous descendions de nos chevaux et attachons à un endroit dédié. Le temple abritait une orphelinat, Elisabeth devait être présente. Elle avait toujours eu le cœur à l’ouvrage pour éduquer les enfants, Elia devait être au près d’elle.  Elisabeth devait avoir cinquante années. Cette prêtresse portait une longue chevelure dorée, son visage affichait la douceur et l’esprit maternelle. Elle ne supportait pas mon esprit farouche, rebelle et de ne pas respecter les coutumes de Dame.

Je regardais un peu Caley

« Merci »

Nous rentrions à l’intérieur, je vis quelques prêtre et prêtresse dans le lieu de culte, les laics priaient pour la Damedieu installait sur les bancs en face de l’immense statut. A ma gauche, je vis une cour extérieure duquel les enfants s’amusaient dehors. Je me dirigeais à l’extérieur, rapidement, je vis Elisabeth.  Son visage marqué par le temps gardait toujours son visage doux et agréable à regarder. Ses yeux bleus se posèrent sur les miens, je vis son visage exclamait de surprise avant de montrer une grande joie.

« Lyarra ! Ma petite Lyarra ! Par Néera ! Par la Damedieu que je suis contente de te revoir. » finit-elle par une belle embrassade, ses mains touchèrent mon visage « Tu es devenue une belle femme….Tu as bien changé. » sourit-elle.

Elisabeth posa un vif regard sur Caley, elle était curieuse et n’hésita pas à venir prendre dans ses bras la jeune Rodeuse avant de serrer les mains de cette dernière. Caley devait être surprise de cette embrassade, Elisabeth gardait toujours ce coté tactile..

« Bonjour, mademoiselle, vous êtes l’amie de Lyarra. Etes-vous aussi une amie aussi farouche que ma fille ? » riait-elle
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
Caley Aldaron

Nombre de messages : 256
Âge : 33
Date d'inscription : 20/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeLun 9 Mai 2016 - 21:52

— Non, Diantra était tout sauf calme et paisible. Elle était au contraire bruyante et animée à l’image de toutes les capitales de ce monde, je suppose. Pourtant, je m’y sentais bien et il me tarde d’y retourner même si je ne sais pas ce que je vais y trouver.

Caley accepta l’offre de Lyarra de la suivre durant son voyage. Ce qui avait joué en faveur de son choix, c’était l’idée de faire route avec une autre femme. L’occasion ne s’était pas présentée souvent durant les années d’errance de la rôdeuse, la plupart des voyageurs étant des hommes. Initialement, elle avait prévu faire le voyage seule jusqu’à Diantra, mais vu les troubles qui déchiraient la région, il était plus prudent de voyager avec une compagnie. Les deux jeunes femmes retournèrent au camp où Caley fut accueillie par un prêtre du nom de Kairn. Il lui offrit de la nourriture et un endroit pour dormir, mais il essaya également de l’intégrer au culte auquel il appartenait. Sur ce point, Caley fut inflexible. Il n’en était pas question. Elle voulait rentrer chez elle et rien ne la fera changer d’avis. Elle portait peut-être des vêtements d’homme ainsi qu’une épée qu’elle savait habilement manipuler, mais elle était surtout là pour son effet dissuasif plutôt que par un réel goût pour les armes.

Dès le lendemain matin, ils firent route en direction de Serramine

6e Enneade, 2e jour du mois de Verimios de l’an 8

Le voyage fut long, mais très agréable. Ils étaient une petite compagnie composée seulement de 5 personnes, mais Caley discutait surtout avec Lya avec qui elle s’entendait étonnement bien. La rôdeuse n’était pas habituée de socialiser avec les gens, mais la jeune femme n’était pas bien compliquée à vivre quoiqu’un peu trop taquine parfois. À côté de Lya, Caley apparaissait comme une femme particulièrement posée et calme. À vrai dire, elle n’était pas au sommet de sa forme. Depuis quelques ennéades, Caley se sentait bizarre. Elle était vaguement nauséeuse en plus de souffrir à l’occasion de vertige. Elle mettait ses malaises sur le stress qui montait de plus en plus alors que la distance entre la jeune femme et Diantra diminuait. Loin de se plaindre, elle souffrait en silence sans rien montrer de ses malaises.

Elles étaient sur la route à Serramine. Elles avaient quitté le reste du groupe pour aller récupérer la fille de Lya. Il suffisait à Caley de poser les yeux sur sa compagne pour voir qu’elle était nerveuse à l’idée de la revoir.

— Je ne suis pas vraiment placé pour te répondre là-dessus. Répondit Caley aux inquiétudes de la guerrière. Peut-être qu’il suffit d’être simplement naturelle? Je ne vois pas pourquoi elle te détesterait. Tu as fait tout ton possible, elle saura le reconnaître.

Caley essayait de rassurer la jeune femme, mais elle n’était pas certaine de s’y prendre correctement. Lya la remercia d’être là. La rodeuse sourit. En réalité, l’idée d’aller à un orphelinat ne l’enchantait pas vraiment. Ça lui rappelait trop la mort de son propre fils des années plus tôt. C’est ce qu’elle avait pensé faire. Une fois l’enfant au monde, elle voulait le confier à un orphelinat, mais elle n’en eut pas l’occasion. Le garçon était mort à la naissance, laissant Caley dans un profond désarroi qui l’avait poussé à fuir pendant 10 ans. Toutefois, préférant garder ses émotions pour elle, la jeune femme avait simplement suivi Lya en luttant contre ses démons. Évidemment, il y avait des enfants. Ceux-ci s’amusaient un peu plus loin, courant et riant aux éclats. Ils semblaient heureux, mais ça brisait tout de même le cœur de Caley de les voir là. Elles furent accueillies par une femme semblant connaître Lya. Caley resta légèrement en retrait le temps de leurs retrouvailles, un vague sourire sur les lèvres. Toutefois, elle ne passa pas inaperçue bien longtemps et cette parfaite inconnue vint la prendre sans ses bras avec la même familiarité démontrée avec Lya quelques instants plus tôt. La question la prit de court. Elle hésita un instant avant de dire.

— Je ne sais pas… C’est difficile à dire.

En fait, Caley ne savait pas trop quoi répondre et elle se sentait horriblement gênée. Finalement, elle aurait peut-être fait mieux d’attendre à l’extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeDim 5 Juin 2016 - 16:08

Elisabeth souri à la nouvelle compagne de route de Lyarra. La prêtresse trouva la demoiselle bien calme, posé et moins farouche que sa fille adorée. Caley semblait bien différente de Lyarra dans de nombreux point. D’un côté, cette femme rassura la prêtresse. Sa fille de cœur savait choisir les bonnes personnes. Elle pointa du doigt en sa direction, esquissant un doux sourire maternelle.

« Je me doute bien que vous êtes différente de ma fille. Vous me semblez plus calme et plus posée. » fit-elle remarquer.

Avec délicatesse, le bras de la prêtresse vint chercher la grande rodeuse. Le geste était peut-être surprenant, mais, la prêtresse usa de cette subtilité pour enlever toute gêne entre les deux femmes. Elisabeth demeurait une femme très familiale, elle voue un amour pour les enfants, notamment pour Elia, sa petite-fille.

« Merci, de ramener ma fille. » annonça-t-elle.

Lyarra était sa fille adoptive. D’antan, elle était une amie proche de Vieux Loup, elle respectait son ami mercenaire et père adoptif du vieux guerrier. Lorsque Lyarra était jeune, très jeune, elle suivit deux éducations, le premier était son père dans l’art de combattre en pratiquant des techniques simples et écouter la philosophie d’Othar ; Elisabeth usa les valeurs Néerite pour parfaire l’éducation de son enfant. Son éducation était deux extrêmes, pourtant, elles étaient complémentaires. Après leur séparation liée à son tragique viol, Lyarra n’avait plus jamais revue Elisabeth, néanmoins, elle lui adressa des lettres, parfois, Lyarra partageait sa peur, ses émotions et ses secrets.

A côté, Louve Noire cherchait du regard son enfant, sa progéniture. Son cœur s’emballait, s’accélérait. Lyarra avait peur, elle avait peur d’être rejeter par sa fille. J’ai peur de faire une connerie La peur était pesante car elle risquerait de souffrir d’un rejet Je dois prendre mes responsabilité La guerrière se persuadait de continuer dans son action. Comment Lyarra pourrait voir sa fille ? Comment elle aborderait la situation suivante ? Lyarra avoua que la guerre était plus simple que de gérer une enfant.

« Elia » cria Elisabeth « Viens, ma puce »

Elia était dans son coin en train de lire un livre, son regard était livré sur son ouvrage. Elle ne semblait pas avoir envie de jouer avec les autres enfants. Au contraire, elle était plus passionnée par la littérature. A l’appel de son nom ; elle se mit à courir en direction de la dame. Son visage était fin, ses petites lèvres étaient charnues, sa longue chevelure ébène était bouclée et ses yeux d’un bleu pénétrant. Sa démarche était élancée, gracieuse, elle était semblable à une petite demoiselle. Pourtant, le physique d’Elia était semblable à celui de Lyarra. Elle était si belle, remplie de vie.
« Elle te ressemble Lyarra, elle te ressemble trait pour trait » ajouta Elisabeth
« Oui, Elisabeth ?» dit-elle d’une voix discrète.

Son regard se figea sur celui de sa fille qui était tellement proche. Lyarra ne fit aucun geste. Elisabeth prit le choix de jouer l’entremetteuse

« Ma fille, tu te souviens des histoires que je racontais à propos de ta mère. La promesse que je t’ai faite de la voir bientôt.»

Elle hocha lentement la tête, se demandant ou elle voulait en venir.

« La promesse le voilà. » Désignant Lyarra de sa main.

Pendant un long moment, Elia posa son regard intense sur celui de sa maman. Elle bloqua un moment, ne croyant pas voir pour la première fois sa maman. La petite fille n’exprimait pas aux premiers abord ses sentiments, c’était trop intense, une surprise trop inattendue. Lyarra profita de se baisser pour être à la même taille que son enfant. Les mains d’Elia se posa sur le visage de sa mère pour voir si c’était réel. Son regard était teinté de surprise, d’émerveillement et irréalité. Pour Elia, avoir une mère était nouveau, quelque chose qui était encore indéfinissable.

Les yeux de Lyarra se retient de montrer toute ses émotions. L’idée de voir sa fille était aussi irréel qu’Elia à propos de sa mère. Lyarra se figea pour ne divulguer aucune larme, elle ne supportait pas de pleurer.
Elisabeth échappa un sourire aimant et bienveillant sur Lyarra. Ensuite, son regard se posa sur celui de Caley. Ce moment était spécial, Elisabeth attira la belle Caley loin de ce moment présent. Lyarra devait être seule avec sa fille. Ce moment était crucial pour que l’enfant et la mère s’apprennent mutuellement à se connaitre.

Pendant ce temps, Elisabeth était dans la cuisine avec sa compagne du moment. Son regard se posa sur les pots de Thés remplie de différente gamme de produit. Beaucoup de ces produits étaient issus des dons des seigneurs locaux en guise de remerciement envers le culte.

« Voulez-vous du thé ? après un long voyage, le thé est un bon remède pour être en forme » souri-t-elle « Etre mère des enfants de l’orphelinat demande tellement d’énergie que parfois je m’effondre dans mon lit. »

Au même moment, elle prépara la mixture pour son thé un filtre en fer, puis, verse l’objet dans une bouillard qui chauffe à l’aide de la cheminer. Rapidement, la couleur commença à colorer l’eau. Il fallait juste à attendre que le thé soit bon pour déguster avec plaisir la mixture.

« Comment avez-vous rencontré Lyarra ? Vous avez réussi à supporter son esprit farouche ? En tout cas, je vous avouerais que je suis heureuse de voir Lyarra choisir des bons compagnons. Comme je vous le dis, vous ne semblait pas une femme violente, vous êtes calme. »

Elle posa son regard sur Caley avec ce sourire courtois et bienveillant.
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
Caley Aldaron

Nombre de messages : 256
Âge : 33
Date d'inscription : 20/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeJeu 9 Juin 2016 - 0:03

Caley commençait à ne pas se sentir très bien. Le malaise n’était pas seulement physique, mais également dans sa tête. Elle savait depuis le début que Lyarra désirait se rendre à l’orphelinat pour retrouver sa fille. Elle avait accepté de la suivre là-bas de son plein gré. Personne ne l’avait forcé. Toutefois, en voyant l’établissement, un flot de souvenirs était revenu à sa mémoire avec tellement de force que Caley ne savait plus où mettre la tête. Elle se sentait perdue et torturée. Elle pensait à ce fils qu’elle avait tenu dans ses bras, un petit garçon qui n’avait jamais crié. Un petit corps inerte qu’elle avait gardé contre elle avec l’espoir fou que la vie revienne en lui en déposant des baisers sur ses yeux clos qui ne l’avaient jamais regardé. Sachant qu’elle ne pourrait pas s’occuper de lui après sa naissance, Caley avait planifié de l’amener dans un orphelinat comme celui-ci où il aurait eu la chance d’avoir une belle vie. Malheureusement, le plan ne s’était jamais concrétisé. Son fils ne l’attendait pas ici, mais dans l’autre monde. Voulant faire bonne figure, elle n’avait rien dit à Lya. Cette dernière était tellement angoissée à l’idée de cette rencontre que la rôdeuse ne voulait pas l’inquiéter avec son propre malaise et cherchait plutôt à l’encourager en lui disant que tout ira bien. Toutefois, le temps passait et les choses ne s’arrangeaient pas. Elle était au point où elle écoutait à moitié cette gentille dame qui lui parlait. Elle la remercia d’avoir ramené sa fille, Caley répondit machinalement.

— Ce n’est rien…

La fillette fut appelée. Elle vint rapidement, une parfaite copie miniature de Lya. À quoi aurait rassemblé Orih s’il savait vécu? Son cœur s’emballa dans sa poitrine. Le malaise se transforma en panique. Caley avait de plus en plus de mal à cacher son trouble. La responsable des lieux l’entraîna à l’écart pour laisser Lya et sa fille faire connaissance. Elle se laissa entrainer sans protester, mais dès qu’elle fut assise, Caley se leva d’un bond.

— Désolée madame, je ne peux pas rester. Désolée…

Elle n’attendit pas de réponse. Caley tourna simplement les talons et sorties à grandes enjambées. La rôdeuse marcha sans savoir si elle allait dans la bonne direction, mais elle réussit à s’orienter et elle fut bientôt dans la rue devant le portail de l’orphelinat. Deux pas de plus et elle rendit ses tripes en plein milieu de l’allée. Elle resta prostrée pendant un moment avant de se remettre sur ses pieds. Elle ne pouvait pas rester là, c’était trop. Cette sensation d’être complètement dépassée, Caley l’avait déjà ressentie. C’était ça qui l’avait fait partir de chez elle, sans réfléchir, 10 ans plus tôt. Heureusement, cette fois, Caley n’alla pas très loin. Elle trouva une petite ruelle non loin de là où elle s’assit, le dos appuyé contre le mur. Elle regrettait maintenant de ne pas avoir suivi Jindanor quand elle en avait eu l’occasion. Elle n’avait rien contre Lya, mais ces retrouvailles lui faisaient revivre beaucoup trop de mauvais souvenirs. Elle pensait avoir fait la paix avec son passé, mais visiblement, c’était beaucoup compliqué que ça. Caley s’en voulait terriblement et espérait ne pas avoir gâché les retrouvailles. Elle soupira longuement avant d’enfouir son visage dans ses mains. Au-delà des douloureux souvenirs, la jeune femme savait que quelque chose n’allait pas, mais quoi? Il était peut-être temps pour elle de trouver un guérisseur.
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeLun 20 Juin 2016 - 19:07

Elia força sa mère de la suivre et présenta son petit coin à l’abris des regards. Elia aimait la solitude, s’abriter dans un endroit calme et se plonger dans la lecture. Elle était différente des enfants qui s’amusaient dans la cours. Les yeux de la guerrière se posa sur le livre Histoires des grandes légendes ; un vieux livre remplie d’histoire des grands personnages qui avaient marqué l’histoire. Elisabeth voulait créer un rêve pour Elia. Elle avait toujours la conviction qu’un enfant était celui qui changerait l’avenir d’un Royaume. Il fallait l’éduquer, créer un rêve à travers des histoires. La prêtresse n’avait pas tort, Lyarra aspirait à devenir plus qu’une simple guerrière, au contraire, son souhait était d’être une légende. SA quête de gloire était pour beaucoup une folie…Elle n’était qu’une femme qui jouait aux hommes. Les grands hommes étaient issus des privilégier. Pourtant, la jeune femme aspirait à montrer à toute les femmes de son temps qu’une simple roturière pouvait devenir quelqu’un…devenir une inspiration et indirectement, émanciper les femmes de leurs vies prédestinées. Etre esclave
d’un homme ? Jamais ! Etre une femme marié et vendu comme une catin ? Jamais ! Etre maitresse de son destin ? Oui !

Elia s’assied sur son coin, Lyarra était auprès de sa fille. La fille prit le choix de raconter ses histoires favorites à sa mère. La première était l’histoire de Caitlyn de Salezia, originaire de Soltaar qui avait dirigé une armée contre une armée ennemie. Elle était connue pour avoir marqué l’histoire et par sa prouesse militaire. La deuxième racontait l’histoire d’une Grande Chasseresse qui avait dompter les animaux. La troisième était une Archimage. Sa fille semblait aimée les grandes femmes aventureuses et de bonne condition. Sa vie en orphelinat était peut-être une vie privée de grandes aventures, ainsi, elle se plongea dans la lecture pour suivre les aventures de ces femmes favorites pour combler son manque. Son sang d’aventurière coulait dans les veines…Surement..

« J’aime beaucoup l’histoire de Caitlyn. »
« Elle est ma préférée » répondit son enfant, le regard se figea sur celui de sa mère.« Elisabeth me parle beaucoup de toi maman. »

Elle se tut un moment, lui souriant. Sa main parcourut la longue chevelure de la belle Elia. Elle était bercée par sa beauté. La mère se demanda ce qu’Elisabeth avait pu raconter sur sa personne…Elisabeth ne prendra pas le choix de casser Lyarra, au contraire, elle aurait raconté de belles histoires, voir l’enjoliver. Elle n’était qu’une jeune fille encore rêveuse, un jour, elle devra connaitre la rusticité de ce monde et découvrir aussi ces opportunités.

« Elle m’a dit que tu étais une femme guerrière, semblable à Caitlyn.»
« Pas totalement, je ressemble sur quelque point mais j’ai mon propre rêve à atteindre.»
« Quel est ton rêve maman ? »
« Devenir une grande guerrière. »
« Tu rêves de devenir comme Caitlyn. »
« Non, je rêve d’être une Corneille d’Othar et m’élever dans ce monde… »

En entendant le mot Corneille, son regard laissait voir une once de surprise, de joie et d’émerveillement. Elle avait surement entendu l’histoire de ses femmes tellement dévoués aux cultes qu’elles étaient dangereuses et redoutables. Ces corneilles étaient des légendes, parfois, une légende vivante. Elles étaient craintes, méprisé ou respecté. Elles avaient de quoi remettre en question pas mal de chose au sein de la société patriarcale.

« J’ai un rêve maman, mais…tout le monde dira que je ne suis pas capable…. »dit-elle discrètement sa fille.
«Il te faut juste une chose »
« Il me faut quoi ? »
« La confiance en tes convictions. Ne laisses personnes te dire que tu n’es pas faite pour accomplir ton rêve. Tu sais les grands hommes te diront toujours que tu ne seras pas faite. Ta mère a eu la même chose. Protège ton rêve ! donnes toi les moyens d’y arriver. Tu verras, tu atteindras ton rêve. » Sourit Lyarra à sa fille

Sa main se posa sur la joue de son enfant, la regardant avec un sourire amusée. Sa fille hocha la tête…Un jour ou l’autre, cette phrase l’accompagnera à chaque instant de sa vie. Croire à un rêve ? à un idéale était une chose que chaque personne devait posséder. Ce rêve permettait de se donner les moyens d’y arriver. L’ambition créera par la suite la détermination, la force d’avancer pour atteindre un objectif. La voie du guerrier était la métaphore de la détermination, l’atteinte d’un objectif…La quête de son idéal, de sa cause à défendre.

Quelque part dans son esprit, la jeune femme réfléchissait à un moyen de gérer son enfant et atteindre son objectif. Depuis longtemps sa fille était sujette à ses soucis, la culpabilité de l’avoir abandonné était quelque chose de difficile pour la guerrière. Son enfant devait avoir une mère physique, aujourd’hui, elle devait avoir une mère qui pourrait être source d’inspiration. Au fond, Lyarra savait qu’elle ne pourrait pas éduquer tous les jours son enfant. Elle sera comme le chef de famille qui partirait à la chasse pour nourrir sa fille, ainsi, Lyarra était beaucoup plus une femme masculine qu’une réelle mère de famille. Le seul moyen était de convaincre sa mère de la suivre, de garder Elia pendant sa formation. C’était égoïste…peut être…Mais Lyarra avait son rêve à atteindre. Il fallait trouver un village ou ville proche d’un des monastères qui augmenterait la chance de s’occuper d’Elia.

Rapidement, Elisabeth interrompit ce moment intime entre la mère et la fille. Son visage témoignait son embrassement. Sa voix était calme avec une once de timidité.

« Ton amie se sentait pas bien, rapidement, elle est partie…je ne comprends pas pourquoi…Mais… »
« Je m’en occupe. Je vais voir, je vais m’occuper de Caley. Demain, surement, voire peut-être à mon retour, je viens te voir…d’accord ?
« Tu me le promets ? »
« Oui, je te le promets… » rassura Lyarra à sa mère de substitution.

La jeune femme embrassa son enfant, puis, vint enlacer la mère pour la rassurer et la nourrir de tendresse. Avant de partir, elle lui adressa un dernier sourire.

La guerrière se promena dans la ruelle, cherchant du regard la fameuse Caley. Après quelques minutes de recherche, elle la trouva assise, la tête contre ses mains, le poids de la souffrance tombait sur ses faibles épaules. Il ne fallut pas longtemps pour que Lyarra comprennent la situation de la rodeuse. Caley était une femme meurtrie, perdant son enfant avant l’Orphelinat. Rapidement, Caley subissait une nouvelle fois ce maux, la grande tristesse avait pris le dessus. Un long soupire s’extirpa de ses lèvres en guise de colère. Cette femme pouvait refuser de la suivre pour son propre bien être. Lyarra était à la fois touchée par sa générosité et énervé de ne pas avoir rejoint les autres. Il n’était pas l’heure de la juger….Bien au contraire.

Lyarra s’approcha lentement de Caley, se mettant à la même taille. Délicatement, ses mains viennent chercher les siennes. Ses yeux bleus se posa sur celui de la rodeuse.

« Tu aurais me le dire. C’est très gentil…mais tu aurais dû rejoindre les autres… Il vaut mieux ne pas rester seule… »
se tut un moment, puis, renchérit « Par ailleurs, je remarque que tu ne vas pas bien depuis quelque temps. Ne me dis pas que tu vas bien…je ne te croirais pas. »

Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
Caley Aldaron

Nombre de messages : 256
Âge : 33
Date d'inscription : 20/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeDim 26 Juin 2016 - 20:43

Caley voulait partir, prendre ses jambes à son cou et aller le plus loin possible de cet endroit. Elle le pensait de plus en plus au point que ça lui apparaissait comme la solution à tous ses problèmes. Depuis qu’elle avait posé les pieds en Péninsule, elle avait l’impression que l’univers entier se liguait contre elle. Elle avait fini par rencontrer Lya qui l’avait aidé, mais cette fois… Des pensées et des sentiments contradictoires se bousculaient dans sa tête rendant toute tentative de raisonnements cohérents impossible. Elle ne savait plus quoi faire. C’est pourquoi l’idée de partir seule de son côté une fois de plus lui semblait être la solution idéale même si dans les faits, elle ne l’était pas. Prendre la fuite n’est jamais une bonne solution sauf si, bien entendu, c’était une question de vie ou de mort. Dans le cas de Caley, ce ne l’était pas. Elle avait simplement du mal à affronter ses problèmes.

Dans la ruelle, Caley essayait de reprendre son calme sans grand succès. Sa fidèle compagne Una n’était pas bien loin avec les autres chevaux. Elle pouvait facilement la reprendre et chevaucher jusqu’à Diantra. La route n’était plus très longue pour s’y rendre. C’était son but depuis le début. Elle devait s’y rendre. Caley en était au point où elle voulait maintenant mettre un point final à cette histoire le plus rapidement possible pour passer à autre chose. Malheureusement, ce passage à l’orphelinat avait remué de douloureux souvenirs en elle lui rappelant qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de faire la paix avec tout ça. Cette tranquillité d’esprit, elle l’espérait la trouver lorsqu’elle retournera à Diantra, peu importe ce qu’elle y trouvera ou non.

Caley avait déjà plus ou moins pris sa décision de partir quand Lyarra arriva dans la ruelle où elle avait trouvé refuge.

— Tu ne devrais pas être là. Déclara simplement Caley à Lyarra en se retournant pour lui faire face.

Lyarra lui reprochait de ne lui avoir rien dit. C’est vrai, Caley aurait du lui dire la vérité sur comment elle se sentait, mais elle pensait vraiment être capable de gérer la situation. Elle haussa les épaules.

— Je me sens mieux quand je suis seule. Ça fait 10 ans que je suis seule… Tu devrais le savoir. Puis, je pensais vraiment être capable de gérer la situation après tout ce temps. Je ne me doutais pas que les souvenirs seraient encore aussi… forts.

Elle haussa les épaules, impuissante.

— Je vais bien, ne t’inquiète pas pour moi… D’ailleurs… Je ne peux pas rester. Je dois partir. Je veux rentrer à Diantra le plus rapidement possible. J’irais plus vite seule. Toi, retourne avec ta fille. Elle devrait être ce qu’il y a de plus important pour toi dans ce monde… Tu l’as laissé pour venir me voir. Tu ne devrais pas faire ça.

Caley recula de quelques pas. Elle semblait plutôt paniquée malgré un effort évident pour garder son calme. Elle n’y arrivait pas. Elle voulait juste retrouver Una et reprendre la route. Les interactions avec les gens, ce n’était vraiment pas sa tasse de thé.

— Je dois y aller.
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeSam 2 Juil 2016 - 20:38

Dans la panique générale, Caley semblait vouloir fuir et partir le plus vite que possible. Lyarra se contentait de l’observer, la cerner et interprétait les gestes. Tout son regard se posa sur Caley, ignorant parfaitement le monde qui l’entoure, voir une abstraction totale de son environnement. La femme mentait, fuyait un passé qu’elle devrait faire un deuil depuis belle lurette. La louve se contenta de ne rien dire un long moment. Mais, la louve savait une chose que cette gazelle en savait pas…La gazelle fuit, un jour, elle finira morte à force de fuir. Je ne te laisserais pas fuir. A force de fuir, tu vas finir morte. Je te le dis la vie était faite ainsi. A force de s’échapper, on finit par se faire mordre par le prédateur tapit dans l’ombre. Le monde des hommes étaient régis par cette loi immuable : le faible et le fort. Le fort avança, le faible fuira. Lyarra se força d’être chasseuse pour affronter la dureté du monde, s’adapter et changer la situation. Le choix d’intégrer l’Ordre d’Othar était le choix d’être la chasseuse. Toute sa vie, elle désirait d’être maitresse et non être la proie de sa vie, de la peur et toute les merdes qu’elle puissent arrivés. Lyarra comprenait Caley, mais elle désirait fuir que d’affronter son destin. Les deux femmes étaient bien différentes et dans de nombreuse façon.

Ses mains rugueuses par tant d’effort physique viennent se joindre sur celui de Caley. Sa poigne demeurait douce, voir apaisante pour ne pas effrayer la femme en train de perdre pied. Caley se laissait subjuguer par ses émotions, Lyarra était peut-être l’antidote.

« Caley… » dit-elle d’une voix calme et posé « A force de fuir, mon amie, tu vas finir à genou et mourir. A force d’être seule, tu vas finir morte…. Dix années de solitude…c’est dix années de vie gâché. »

Quel bêtise d’être seule et affronter le destin. Il fallait de temps en temps être épaulé. Vieux Loup avait toujours dit que chaque être humain avait besoin de quelqu’un pour avancer ou éclairé la voix. La solitude et vivre dans cette vie d’Ermite était une bétise qui condamnerait un jour ou l’autre l’individu. A entendre ces paroles, Lyarra se vit être comme Vieux Loup et cet homme l’inspirait grandement. Par la force, on réussit. Par le courage, on acquiert une force intérieure. Par l’ouverture, on devient grand.

« Tu ne pourras jamais résoudre ce mal par la couardise.»

Pour qu’une personne réagisse, il fallait opter un comportement parfois très sévère. Elle connaissait Caley et de son choix de ne jamais affronter sa peur. A chaque instant, elle sentait fuir son passé comme si la Peur le traquait davantage. A chaque couardise, la Peur comme une terrible maladie prenait de la force, de son importance et irait écraser cette femme par son propre poids. Pour l’amitier qu’elle avait pour cette femme, Lyarra prit une position ferme, imposant un choix crucial pour existence… Adopté une posture autoritaire qui montre la vérité n’était pas facile pour cette guerrière. Une femme comme Caley avait besoin d’une autre femme pour dévoiler ces actions et…la remettre en question.

Elle lâcha des mains Caley, se leva et recula. Son regard perçant était toujours figé sur celui de Caley. La voix était calme et d’une voix qui sonnait comme une vérité absolue de ce monde.

« C’est toi qui est maitresse de ta vie Caley. Si, tu fuis une nouvelle fois…Un jour la peur va te rattraper et te clouer au sol. Crois-moi, chaque fois que tu fuis, la peur prendra le dessus et te détruira…Sinon, tu affrontes là et maintenant, puis, tu feras un deuil car tu auras assujetti cette peur. Je t’aiderais mais saches que je te pousserais de toute mes forces pour que tu traverses cet obstacle. Quel choix prends-tu ? Fuir ou affronter ? »
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
Caley Aldaron

Nombre de messages : 256
Âge : 33
Date d'inscription : 20/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeDim 3 Juil 2016 - 16:24

Lyarra essayait de la raisonner, mais Caley était rendue au point où elle ne voulait rien entendre. Elle allait rentrer à Diantra même si c’était la dernière chose qu’elle devait faire dans cette vie. Autant dire que lorsqu’elle avait quelque chose en tête, c’était difficile de la faire changer d’avis. Caley a toujours été une femme particulièrement obstinée. Toutes ses années de solitude n’avaient en rien aidé son tempérament. Elle avait du mal à interagir avec les autres. Elle se sentait rapidement comme une étrangère avec l’impression que les gens ne voulaient pas d’elle. D’un autre côté, Caley sentait que quelque chose n’allait pas. Ses émotions étaient à fleur de peau. La moindre petite chose pouvait prendre des proportions démesurées alors qu’au fond d’elle, Caley savait pertinemment qu’il n’y avait pas vraiment de raison d’en faire tout un plat. Il suffisait de voir sa réaction contre Jindanor quelques jours plus tôt. Quoique ce n’était peut-être pas le meilleur exemple à donner. N’importe quelle femme aurait eu l’impression d’avoir été prise pour une idiote dans cette situation.

Caley regardait Lyarra, sentant la colère monter en elle. Elle ne voulait pas exploser. Elle ne voulait pas dire quelque chose qu’elle allait regretter. Lya essayait de la calmer gentiment, mais la rôdeuse n’était pas vraiment disposée à l’écouter. Qui aime se faire faire la morale, surtout qu’elles se connaissaient à peine toutes les deux. Elles avaient beaucoup discuté, c’est vrai, mais ça ne donnait pas réellement le droit de lui dire comment elle devait vivre.

— Mais tout le monde meurt Lya! Je ne vois pas pourquoi tu me dis ça maintenant. C’est la contrepartie d’être en vie. Tu vas mourir, je vais mourir et même ta fille va y passer un jour. Même les elfes ne sont pas réellement immortels. Être seule ou non n’y changera rien. De plus, je préfère être seule plutôt que d’être avec quelqu’un qui me fait sentir comme une idiote ou qui me fait la morale alors qu’elle n’est clairement pas mieux placée que moi.

Jusqu’à présent, Caley avait réussi à garder un semblant de sang-froid. Toutefois, quand elle lui parla de couardise, ses yeux se plissèrent jusqu’à devenir deux fentes où brillait une intense colère. Elle lui aurait bien sauté à la gorge si elle n’avait pas eu encore un peu de bon sens pour comprendre que ce n’était pas une bonne idée.

— Couardise!? Comprends-tu seulement tout ce que j’ai vécu!? Il est mort dans mes bras! J’avais 15 ans et j’étais seule! Je ne comprenais pas ce qui arrivait. J’étais tellement jeune! Tu oses dire que c’était de la couardise!? Ce n’était pas la meilleure décision, mais je ne voulais pas décevoir mon père… Ce que j’aurais finalement fait de toute façon. Et toi, toi tu penses que tu es mieux que moi? Tu l’as mise au monde et tu l’as abandonné pour poursuivre tes propres ambitions égoïstes. Maintenant, tu reviens pour lui montrer que tu existes alors que l’on sait très bien toi et moi que tu vas probablement l’abandonner une fois de plus! Quel était le but à tout ça, hein?

Caley était rouge de colère et elle savait très bien que ses propos étaient cruels, mais Lya l’avait poussé trop loin.

— Je retourne chez moi… Toi, fais ce que tu veux. On est des adultes de toute façon et responsables de nos vies… Je n’ai besoin de personne et personne n’a besoin de moi.

Elle lui fit un signe de la main avant de s’éloigner. Caley en avait assez de cette mascarade. Elle n’avait jamais été aussi longtemps en compagnie d’autant de personnes. Si parfois la solitude lui pesait, elle prenait conscience que la proximité des autres pouvait être plus pénible à supporter. Ce n’était peut-être qu’une mauvaise période. Si elle pouvait arrêter de se sentir aussi à fleur de peau et si faible comme si quelque chose en elle la vidait de toutes ses forces. D’ailleurs, elle n’avait pas fait plus de 5 pas que Caley fut prise d’un soudain vertige et elle s’écroula comme une masse sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeMar 12 Juil 2016 - 15:40

La guerrière se fut assaillit de reproche et à côté de la plaque. Elle savait qu’un jour ou l’autre, on finirait par rejoindre Tyra…Cette remarque était complètement initule. Lya soupira d’exaspération.   Caley se laissait guidé par ses émotions, ne cherchant pas à raisonner avant de répondre. Aux yeux de la guerrière, la solitude l’avait bien rendu faible, voir, elle constatait parfaitement que cette demoiselle se laissait trop guidé par ses pulsions. Ainsi, elle se jura de garder toujours la raison sur les émotions. Une émotion non contrôlée était destructrice et susceptible de tout faire foiré.

Mais…

Caley osait remettre une couche sur le sujet d’Elia. Une nouvelle fois, sa compagne de voyage fit fausse route sur sa raison… La mort de l’enfant de Caley était triste mais avoir un enfant issus d’un acte odieux était tout aussi difficile. Elle ne supportait pas qu’on la blâmait pour avoir refusé son enfant pendant un temps. Puis…Que ferait-elle Caley quand un homme viendra prendre sa virginité. Pour Lyarra, elle fera le même choix qu’elle. Elle abandonnerait son enfant un moment pour éviter de faire subir sa rage à son encontre. Ou, elle ferait pire ? Détruire mentalement l’enfant car il reflétait toute sa haine…Oui. Il ne valait mieux pas juger son choix. C’était un choix comme tant d’autre… Un choix difficile pour faire face à une situation difficile. Cette femme était complètement à la plaque et gardait toute une profonde réserve pour ne pas envoyer son poing à la figure. Les mots de Caley resteront dans son esprit, la rancune pouvait être tenace.

Ainsi, elle laissa la compagne partir seule, la guerrière décida de renoncer. Puis, Caley tituba prit par un vertige. Elle pouvait agir, la rattraper mais la guerrière ne fit rien. Au contraire, elle la vit choir au sol en guise de vengeance  Bien fait pour ta poire. Allez, Lya ne fait pas ta méchante. Va récupérer cette cruche  A travers le regard des passants, Lyarra souleva Caley avec l’aide de ses bras et la porta aidé par les passants.

Il fallut quelque minute pour arriver à l’Orphelinat. Il ne fallut pas longtemps pour qu’Elisabeth prit soin de prendre toute les directives. Elle servit de guide pour placer Caley dans une chambre lambda. La foule disparut retournant à leurs affaires, laissant Lya et Elisabeth avec la belle dormante. Lyarra prit soin d’expliquer chaque détail de leurs scènes de ménage, puis, elle racontait un peu les nombreuses fatigues de Caley. Au fil de l’histoire, le professionnalisme de la prêtresse se permit de regarder la poitrine, le bas ventre pour constater qu’elle commença à devenir ronde. Puis, elle fit son diagnostic.

« Sottes d’humeurs, fatigue profonde, un ventre légèrement rond et une poitrine qui commence à grossir. Nul doute, elle est enceinte. »

Lyarra resta en suspens, regardant un moment Elisabeth.

« Comme quoi, elle peut se faire une nouvelle vie et rattraper son erreur… » se permit de faire la remarque. « Je vais rester auprès d’elle. Je ne veux pas te déranger plus longtemps. »

Elle sourit avant de reprendre sa tâche. Pendant un long moment, elle était assise sur la chaise, dormant à moitié. Les bras contre sa poitrine, elle attendait que la belle au roi dormant se réveillait. Lorsque cette dernière commença à réveiller, Lyarra prit une cruche remplissant un verre d’eau et s’approcha en s’installant sur le lit.

« Bien dormi ? » posa-t-elle la question avant de surenchérir « Permets toi de me faire du mal une nouvelle fois Caley, je te laisserais par terre. » Lâchant un soupire, puis, elle mit le doigt sur son ventre « Tout tes maux sont normaux, tu es enceinte. Tu vas être une nouvelle fois mère. »
Ps: désolé pour l'attente et ma réponse un peu nul...j'avais du mal à écrire ( vive le travail xD)
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
Caley Aldaron

Nombre de messages : 256
Âge : 33
Date d'inscription : 20/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeJeu 14 Juil 2016 - 22:16

Caley avait parlé sans réfléchir, déversant un flot de paroles marqué par la rancune et la colère. C’était un injuste de la traiter de faible après tout ce qu’elle avait traversé. Elle n’avait peut-être pas toujours pris les bonnes décisions, mais elle avait fait de son mieux. Elle était fière du chemin parcouru jusqu’ici. Aujourd’hui, elle avait simplement perdu pied comme ça pouvait arriver à n’importe qui. Personne n’était parfait dans ce monde et attendre la perfection de quelqu’un était aussi irréaliste qu’injuste. Toujours évanouis, Caley ne remarqua rien de son transport jusqu’à l’infirmerie ni de son bref examen. En fait, elle ne devait se réveiller que deux heures plus tard la tête lourde et douloureuse après sa chute d’un peu plus tôt. Elle porta une main à son crâne où une petite bosse se faisait sentir. Elle n’était plus trop certaine de ce qui s’était passé. Elle se souvenait d’être en colère, mais la raison lui échappait complètement. Elle accepta le verre d’eau de Lya et en prit une gorgée.

— Je ne suis pas sûr, à vrai dire… Elle fronça les sourcils. « Je ne voulais pas te faire du mal. Je suis seulement fatiguée et sur les nerfs. Je ne suis pas comme ça d’habitude…

Lyarra cracha le morceau avec autant de délicatesse qu’on pouvait s’attendre de sa part. Caley la regarda sans comprendre et quand l’information se rendit enfin à son cerveau et qu’elle comprit toute l’importance de cette nouvelle, elle bondit littéralement de son lit en renversant son verre d’eau partout sur elle et sur le lit.

— Non! Non, ce n’est pas possible. C’est… non, je ne peux pas être enceinte! Je ne peux pas!

C’est à ce moment qu’un visage s’imposa à son esprit : celui d’Azhar. Elle avait couché avec lui, alors c’était tout à fait possible qu’elle soit enceinte. Elle se rendit compte également qu’au fond d’elle, Caley s’en doutait un peu. Pour avoir déjà vécu une grossesse, elle avait remarqué quelques similitudes. Toutefois, elle avait l’impression que cette fois, c’était plus intense. La rôdeuse avait essayé de nier le tout, mais c’était impossible. Elle sentit la panique lui nouer le ventre de la même façon qu’elle l’avait fait quand on lui avait annoncé la première fois qu’elle portait un enfant.

— Je ne peux pas faire ça, pas encore… Je ne vais pas survivre à un autre enfant perdu.


Elle haïssait Azhar pour être le responsable de son état, elle se haïssait pour avoir cédé et désiré cet homme et elle haïssait la vie pour lui imposer cette épreuve une fois encore. Caley se laissa tomber assise sur le lit, sentant les larmes lui piquer les yeux. Ignorant totalement la présence de Lya, elle pleura, terrifiée par ce qui pouvait arriver encore comme si cette histoire ne pouvait pas avoir de dénouement heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeDim 24 Juil 2016 - 17:03

Lyarra ne rétorqua pas immédiatement. Elle se permit juste de regarder ses réactions, ses gestes, se contentant de comprendre les réactions de Caley. Après sa révélation, elle vit la peur et la tristesse la plus profonde de son être. Mais, elle vit surtout une femme apeuré de reproduire les erreurs du passé. Lyarra se tut, se contentant de l’observer avec une légère peine pour cette jeune femme. Cependant, ce malheur peut être aussi une source d’une vie heureuse. Lyarra agrippa la main de Caley, posant son regard sur les yeux de Caley. Son regard ne montrait aucune animosité ou colère. Sa rancune fut enfuie dans son cœur pour aider cette demoiselle.

« Caley » Elle prit une voix douce avant de montrer une vérité « Je comprends ton mal et le mal être qui t’habite. Là tu ne vois que le mal…oui c’est un coup du destin. »

Il était vrai que ce genre de chose était parfois une très grande contrainte pour la femme sauf ce qu’elle voulait un enfant. Lyarra avait traversé cette épreuve d’avoir un petit être dans son ventre. Elia était dans son ventre, la guerrière avait le choix de tuer cette enfant à l’intérieur de son ventre ou non. Pourtant, malgré sa vie, elle avait fait choix de lui donner la vie et profiter aujourd’hui de sa présence. Puis, un jour, passez un bon moment avec sa fille qui sera adulte. La solitude de Caley pourrait être comblé avec cette enfant, puis, un moyen de trouver une raison à sa vie. Pour une fois, l’enfant pourrait être une bénédiction malgré le malheur du moment.

« Mais, regardes…Aujourd’hui c’est un malheur…Oui, je suis d’accord. Mais, regardes la suite. Cet enfant que tu portes sera pour toi une source d’avenir, un but et une raison de vivre. Rassure-toi, Caley. Cet enfant ne subira pas comme ton autre enfant. Vois comme une forme de bénédiction ou une raison de vivre. » Elle relâcha sa main « C’est ma vision…un angle que je te montre…Réfléchis y.. »

Elle se leva un moment prenant la tasse en bois tombait par terre, remplissant d’eau. De nouveau, la jeune demoiselle se rassit devant Caley tendant le verre d’eau. Puis, les dictons de son père raisonnèrent dans sa tête et servit à avancer à chaque épreuve. Comme Vieux Loup, la jeune femme reprit la même citation.

« A chaque obscurité, tu trouveras la lumière. Ne t’en fais pas, tu retrouveras la lumière. »
souri-t-elle. « As-tu besoin de quelque chose ? Je ne quitte pas de cette pièce. Je reste auprès de toi, même si tu n’es pas d’accord. Je veux que tu te reposes. »

Elle avait un peu oublié son air agressif, elle opta une altitude un peu plus clémente à son égard. Il ne fallait pas créer une tension à un moment pareil. La guerrière voulait se rendre utile à sa compagne de voyage, il le fallait. Par ailleurs, une partie de son esprit était en train de pensé pour son voyage à Diantra. Elle ne verra pas Caley partir seule à Diantra et sans protection. Ce n’était pas le moment, la Louve noire laissait de côté ce genre de question. Le moment viendra et ce n’était pas le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
Caley Aldaron

Nombre de messages : 256
Âge : 33
Date d'inscription : 20/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeMar 2 Aoû 2016 - 22:05


Caley n’avait jamais clairement exprimé le désir d’avoir un enfant. Son mode de vie nomade rendait difficile, voir impossible d’élever correctement un enfant. Cet enfant déboulait dans son existence comme une surprise de la même manière que le premier l’avait fait. Elle aurait préféré que ça n’arrive pas, évidemment. À condition qu’il survive au périlleux moment de la naissance, comment allait-elle prendre soin de lui? Caley n’était pas prête pour ça. Elle ne se sentait pas assez forte pour survivre à une autre perte. Il y a tellement de choses que l’on ne contrôle pas dans une grossesse. Elle savait que les risques étaient importants. Beaucoup d’enfants mourraient à la naissance ou dans les premières années de vie. Ce n’était pas l’enfant en lui-même qui terrifiait Caley, mais plutôt à quel point les choses pouvaient mal tourner?

— Ce que je vois surtout, c’est qu’il pourrait mourir, comme le premier. Ori est né, il était tout bleu. Il avait… cette chose autour de son petit cou. Il n’a jamais crié. Je l’ai serré contre moi. J’ai tapoté son dos doucement, je lui ai chanté une berceuse que ma mère me chantait quand j’étais petite, mais il n’a jamais crié. Malgré la douleur, malgré la peur, dès qu’il est sorti de moi, je l’ai aimé comme je n’avais jamais aimé qui que ce soit. Il était une partie de moi. Immédiatement, j’imaginais le beau jeune homme qu’il aurait pu devenir. Toutefois, les dieux ont décidé que je ne pouvais pas le garder. Une partie de moi est morte cette nuit-là. Il y a un vide que même la naissance d’un autre enfant ne peut combler, car c’est la place d’Ori. Je peux juste apprendre à vivre avec ce vide. Je m’en sortais plutôt bien jusqu’à maintenant. Je sais aussi que je ne pourrais pas supposer une autre perte, un autre vide…

Il était toujours possible que les choses se passent bien cette fois. L’enfant pourrait naître en parfaite santé. Néanmoins, qu’est-ce qu’elle ferait ensuite? Elle n’avait aucun toit pour l’abriter. Elle ne mangeait pas toujours à sa faim alors comment garantir que son enfant aura toujours quelque chose à manger?

— Je comprends ce que tu veux dire. Toutefois, même si cet enfant vient au monde vivant, qu’est-ce que j’ai à offrir à un bébé? Je n’ai pas de maison. Je vis au jour le jour sans penser à l’avenir, car je ne sais pas ce qu’il me réserve. Je ne peux pas lui promettre une belle vie avec une bonne éducation comme mon père l’a fait pour moi. En plus, il y a une chose qui m’inquiète et c’est en rapport avec l’identité du père.

Elle marqua une petite pause puis souffla.

— Le père avait visiblement du sang d’elfe dans les veines. Il n’avait pas les oreilles pointues, mais physiquement… J’ai vu beaucoup de semi-elfes quand j’étais dans l’Ithri’Vaan et je pourrais jurer qu’il en était un. Alors, l’enfant que je porte… comment va-t-il grandir? À quel rythme va-t-il grandir? Sera-t-il assez vieux pour pouvoir se débrouiller quand je serais morte?

Caley enfouit son visage entre ses mains, les sanglots lui nouant la gorge.

— Tellement de choses peuvent mal tourner! Tellement!

Lya lui demanda si elle avait besoin de quelque chose. Elle fit non de la tête. En fait, elle n’avait qu’une seule idée à l’esprit…

— Non. Ce que je veux tu ne peux pas me le donner à moins que tu aies le pouvoir de tout effacer pour tout recommencer. Là, je veux juste rentrer chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeMer 17 Aoû 2016 - 14:39

Lyarra ne détourna pas du regard sur celui de Caley. Au même moment, Lyarra avait quoi à offrir à sa fille ?  Rien, juste l’amour de son enfant et des conseils pour trouver une voie plus claire pour à sa fille. Question d’amour, Lyarra l’apprenait peu à peu mais elle n’avait pas encore cette fibre maternelle. La guerrière avait pour la première fois son enfant et découvrait pour la première Elia. Sa fille découvrait sa mère pour la première fois aussi. Toutes les deux s’apprenaient à se connaitre et se créer un lien. Malgré les petites larmes de bonheurs de découvrir pour la première fois sa progéniture, elle n’oublia pas sa vocation pour autant. Sur ce fait, Lyarra avait toujours son objectif de rentrer dans l’ordre d’Othar. Son enfant passerait toujours en second plan par rapport à sa passion. Pour beaucoup de mère, ce genre de comportement serait grandement critiquer. Pour beaucoup, un enfant passerait en premier. Pour Lyarra, son enfant sera toujours issu d’un incident et passera en second cas.  Son amour pour son enfant était présente, cependant, elle ne changera rien de sa vie. Sa vie lui plaisait, l’excitait. Jamais, elle ne changerait cette vie.

« Je n’ai rien à offrir à mon enfant, j’ai juste moi…Rien de plus et l’amour que j’ai pour cette enfant…Pourtant…. Quand j’étais petite, je n’avais pas grande chose, je vivais avec un Père mercenaire. J’étais plus dehors que dans une petite demeure. La vie de Mercenaire n’était pas toujours une vie riche et amusante…Je me rappelais que je n’avais pas d’intimité pour dormir dans la chambre remplie d’homme. » se mit à sourire « pourtant, au contraire des autres enfants, je m’éclatais et je faisais plein de chose. En même temps, j’étais la typique gamine qui se bagarrer dehors. »


Elle se tut un moment, puis, elle reprenait ses paroles.

« Ce que tu offriras, je pense…à ton enfant. C’est une vie de liberté et de voyage. Ton enfant sera très éveillé par cette vie de nomadisme. Mais, après, dans chaque choix. Il y a toujours un avantage et un inconvénient. La vie stable est bien et la vie nomade aussi. Les deux t’offrent des opportunités. Après, dis-toi, tu as ta vie à toi aussi…Parfois, il ne vaut pas tout sacrifier sa vie pour son enfant. »

La Péninsule demeurait très dangereuse pour un enfant sang-mêlé. Les Péninsulaires avaient une mentalité très cloisonnée. Les Nordistes avaient un cerveau étriqué, quant aux Sudistes, ils étaient un peu plus ouverts. Pour cet enfant, le meilleur endroit demeurait Estrévent. Peut-être que Caley devrait retourner la bas.

« Je ne pourrais pas te faire recommencer ta vie. Déjà, j’aimerais recommencer une partie de ma vie pour éviter des mauvais souvenir, au contraire, je préfère l’accepter et…avancer. Pour ton enfant, La péninsule le fera souffrir. Je pense que retourner à Estrévent comme par exemple Naelis serait plus approprié. La Péninsule sont étriqués dans leurs visions du monde. L’Estrévent est plus ouvert. »

Puis, Lyarra se releva, prenant ses affaires au même moment. Elle termina sa phrase.

« Si tu veux joindre rapidement ta ville natale. Tu peux y’aller. Faudra prendre la route du sud. On se dira adieu dans ce cas…Je dirais juste dommage que notre voyage fut si courte. Tant que tu trouves la réponse que tu cherches. Cela m'irait.
ps: désolé pour ma réponse un peu bancale. J'ai tenté de bien répondre...j'ai eu du mal aujourd'hui...Sorry T.T
Revenir en haut Aller en bas
Caley Aldaron
Humain
Caley Aldaron

Nombre de messages : 256
Âge : 33
Date d'inscription : 20/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitimeMar 23 Aoû 2016 - 23:30

Elles avaient toutes les deux des points de vue très différents sur la question. Pour Caley, la vie de nomade ne pouvait rien amener de bon pour un enfant. Il y avait trop de risques. Entre les intempéries et la nourriture, tellement de choses pouvaient mal tourner. La seule idée d’être coincé à l’extérieur sous une pluie battante et froide avec son enfant la faisait paniquer. Il ne fallait pas grand-chose pour qu’un enfant tombe malade et fasse de la fièvre. Non, il était hors de question qu’elle ait cet enfant sur les routes. Caley ne savait pas encore exactement ce qu’elle comptait faire, mais elle avait une bonne idée de ce qu’elle ne voulait pas. Toutefois, avant de faire quoi que ce soit, elle devait se calmer et envisager la situation froidement. Elle n’était pas encore totalement sans ressource et il y avait une infime chance qu’elle ait toujours une maison à Diantra.

Néanmoins, Lya avait au moins raison sur un point. La Péninsule ne verrait pas d’un très bon œil la présence d’un sang mêler même si l’enfant qu’elle portait était beaucoup plus humain qu’elfe. Peut-être n’aura-t-il aucune caractéristique visible de son lien avec le peuple des arbres. Caley était au point où elle s’inquiétait sur des éventualités qui n’arriveront peut-être jamais. Trop anticiper n’était jamais une bonne chose, car il était impossible de tout prévoir. Le mieux à faire était d’aller de l’avant et d’affronter les problèmes à mesure qu’ils se présenteront à elle.

— Je sais, mais en même temps, la Péninsule est ma maison. L’Ithri’Vaan est peut-être plus libre, mais ce n’est pas nécessairement mieux qu’ici. J’ai vécu aux deux endroits, je sais de quoi je parle. En Ithri’Vaan, on m’a capturé pour me mettre dans un bordel en prétextant que le sang nordique avait quelque chose d’exotique…

C’est dans ce contexte que l’enfant avait été conçu. Non sa décision était prise. Caley allait commencer par se rendre à Diantra et là-bas, elle envisagerait la suite des choses.

— Je suis désolée, mais depuis le début, Diantra est mon objectif. Je sais qu’il y a peu de chances qu’il y ait encore quelque chose pour moi là-bas, mais je dois savoir. Je dois boucler la boucle. Je vais dormir un peu, ensuite nous pourrons partir si tu veux. Retourne voir ta fille et apprend à la connaître… Je suis vraiment désolée d’avoir gâché ce moment…

Ses excuses étaient sincères. Caley s’en voulait d’avoir gâché ce moment bien qu’elle se doutait que Lya ne soit pas vraiment fâché. Elle était contente de revoir sa fille, mais elle voyait toujours en elle les souvenirs horribles qui ont mené à sa naissance. Avec le temps, peut-être qu’elle apprendra à la connaître comme elle est et cessera de l’associé à son douloureux passé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley Empty
MessageSujet: Re: (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley   (Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
(Post Amblère) Deux soeur d'épée, une rencontre. pv Caley
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (f) zendaya coleman - petite-soeur - LIBRE
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Nouveau gn post-apocalyptique!
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Fiche Technique de Danaël Ashlott [Ange ou démon ? Pourquoi pas les deux]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Serramire :: Baronnie d'Oësgard-
Sauter vers: