AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 - Nouvelles d'ailleurs [Alanya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manel
Humain
avatar

Nombre de messages : 80
Âge : 117
Date d'inscription : 31/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: - Nouvelles d'ailleurs [Alanya]   Dim 24 Avr 2016 - 17:05


    La route que lui avait marquée la Dame du Val touchait à sa fin en cette 8éme Ennéade de Verimios. Malgré tout ce temps loin de chez lui, il n'avait pas à se plaindre de ses conditions de voyage, et n'avait guère connu de grands périls. Et puis il y eut cette fabuleuse rencontre avec la Fleur de Velmone à Soltariel. Ce fut donc le coeur embrumé par l'ivresse de ce parfum qu'il parvint à la Baronnie d'Alonna. Fouillant dans sa besace, il trouva le parchemin où se trouvait écrit les personnes qu'il devait rencontrer. Un coup d'oeil, il rangea le manuscrit et s'engouffra donc dans ce Royaume. Sans doute sa dernière étape. Ce lieu symbolique, stratégique concernant les luttes face à la menace Drow.
    Il s'en voulait de ne pas avoir vraiment le temps d'entendre quelques beaux récits de ces batailles, même s'il espérait en avoir l'occasion...Il devait maintenant se rendre au Palais, et rencontrer la Baronne Alanya.

    Avant cela, et comme pour chaque étape, il en profitait un peu pour visiter la cité. Malheureusement, il se savait pris par le temps. Bref, il observait à la va vite. Il demanda son chemin poliment, et avec le même style de réponse il put trouver tranquillement le domaine de la Baronne.Suivant la coutume, et les principes depuis son départ, le jeune ménestrel se présenta à un garde. D'une manière élégante, il lui conta son intention, le fait qu'il venait ici en représentation de sa Grandeur Blanche d'Hautval.Le troubadour montra la preuve à travers un document officiel. On lui demanda d'attendre un instant, ce qu'il accepta sans peine...

    Manel s'installa sur un banc, et observa le ciel. Il ôta sa coiffe, et s'allongea. Il savait que cet instant était souvent le plus long. Soupirant, il se disait que de toute façon il devait passer par là. Le ménestrel entendait les murmures à son endroit, des mots pour décrire sa silhouette maigre, son visage livide mais charmant, et cet air de pauvre songeur...  Qu'un coup de bâton suffisait certainement à l'abattre !En attendant, les yeux fermés, il se mit à jouer de sa viole en songeant. Pour l'instant tout se déroulait convenablement se disait-il ! Et puis mon art s'est vu comblé par l'apparition chimérique d'Azénor ! Poursuivait-il en esquissant un sourire jovial. Jouant maladroitement jusqu'au moment où le même garde l'interpella le trouvère se leva, rangea sa viole et réajusta vulgairement sa tunique pour garder une belle prestance, digne de son rang d'artiste rêveur. Le soldat de sa voix grave annonça qu'il pouvait avancer !

    Manel d'un mouvement de tête le remercia et suivi le chemin qu'on lui indiqua. Ainsi il se faufila dans les couloirs du château, pour se présenter dans la salle du trône.La Baronne sera là sous peu ! Si vous voulez bien attendre ?! Ce fut les mots avant un silence apaisant dans cette salle au luxe certain et à l'ambiance calme. Immobile devant le les marches menant au trône, le serviteur de la splendeur obsidienne garda le silence et attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Alanya de Broissieux
Humain
avatar

Nombre de messages : 618
Âge : 217
Date d'inscription : 08/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: - Nouvelles d'ailleurs [Alanya]   Mer 27 Avr 2016 - 20:22

« Il dit qu'il vient au nom de la Dame du Val, votre Honneur » .
Hugues se tenait face à elle tandis qu'elle griffonnait sur un papier. Alanya avait une belle plume, souvenir amère de ses années d'apprentissage. Elle n'avait pas toujours été si prompt à l'éducation, bien au contraire. Un vrai petit monstre qu'il a fallu rossé une paire de fois avant qu'elle ne décide un beau jour de retrouver le chemin sage qu'on lui demandait de suivre. Elle revoyait encore son oncle qui malgré sa grosse voix menaçante ne pouvait retenir un petit rire en voyant l'indomptable enfant. Pour sûr, elle aurait mille fois préféré se retrouver à jouer dans la boue avec son jeune cousin que devant une table et son précepteur. Ce dernier se trouvait d'ailleurs encore au castel familial. Quel âge avait-il ? Il était déjà bien vieux lorsqu'il s'occupait de l'éducation de la baronne. Une pierre parmi les autres après tout. Malgré les corrections qu'il lui avait infligé, elle restait attaché à ce vieux monsieur à la voix chevrotante.
Le domaine de Broissieux lui manquait. Sa vie d'avant lui manquait. Oh bien sûr qu'elle avait été préparée à un grand avenir – elle ignorait encore pourquoi son oncle nourrissait tant d'espoir – cependant, ne l'avait-elle jamais désiré ? Son avis importait peu maintenant. Elle était baronne et elle n'imaginait pas céder sa place si facilement. Elle espérait juste un règne aussi serein que l'avait été celui des Kastelord. La prospérité et l'héritage, voilà tout ce qui importait. Elle regarda les petits yeux brillants de Pénélope. Sa tendre enfant aux yeux azurés. Elle comprenait à présent tout ce qu'une femme pouvait faire pour sa descendance. Elle était mère et qu'importait le prix !, sa fille serait son seul avenir.
« Un poète envoyé par l'Ancenoise. Voilà qui est curieux ».
La belle se releva tandis que le bébé poussa un petit cri de contestation. Elle ne passait que peu de temps à ses côtés et chaque instant lui semblait plus précieux encore que le trône sur lequel elle siégeait. Elle l'aurait câliné toute la journée, mais par le Cinq, elle ne trouvait jamais assez de répit pour cela. Avec tristesse, elle consentit à laisser sa chair au soin de sa nourrice. Une femme qu'elle ne connaissait pas auparavant mais qui semblait assez capable pour la jeune héritière. Hugues regarda un instant le poupon qui bringuebalait de mains en mains. Avait-il des enfants lui aussi ?
« Son papier avait l'air authentique ma Dame, aussi ai-je pris la liberté de le faire attendre dans la grand salle ».
Elle fronça les sourcils. Pour un héraut, il se permettait bien des choses et un jour elle devrait en discuter avec le grassouillet bonhomme. Bien sûr, il lui rendait moult services, pour autant, il devait savoir se tenir à sa place. Elle hocha la tête tandis que s'inclinant bien bas, il s'éclipsa en prétextant d'autres affaires à régler aux cuisines. Un bon intendant mais un for piètre annonceur, pensa-t-elle. Les couloirs depuis les appartements privés n'étaient pas long et pourtant, l'on pouvait y admirer une véritable fourmilière. Les serviteurs se trimballaient tantôt avec du linge, tantôt avec des vivres, allant d'une aile à l'autre d'un pas rapide et d'une discrétion qui plaisait à la baronne. Le monde du castel était pour le moins animé et pourtant, tout se faisait dans son ombre, comme autant de fourmis travaillant pour leur reine. Nuls esclaves ici, et elle en était fière. Au moins ces petites mains étaient-elles reconnaissantes de ce qu'elle pouvait leur offrir.
Quelques nobliaux croisèrent sa route, la saluant avec respect. Pourtant, elle ne voyait en eux que quelques conspirateurs envieux. Ils se pavanaient dans la capitale, seigneurs de petites terres cherchant à s'élever et nobles chevaliers courant la donzelle. Elle n'en connaissait pas la moitié, et l'autre moitié l'indisposait. Pour autant, elle ne pouvait se défaire de ces personnes là. Ils lui étaient curieusement utiles. Et avant qu'elle ne puisse oublier ces goguenards emplumés, elle se trouvait devant les portes ouvertes de la grande salle. En son milieu se tenait un curieux bonhomme à l'air rêveur, aux vêtements semblant avoir vécu milles aventures et le visage émacié. Était-ce donc cela l'envoyé de la Blanche ? Ses pas étaient légers et elle se dirigeait vers la table, ne sachant trop si sa torpeur avait pris fin. Arrivant assez près, elle se racla la gorge.
« Veuillez m'excuser pour l'attendre, je n'attendais pas votre visite messire... ? »
Elle affichait un simple sourire. Elle ignorait qui il était et quelles étaient ses revendications mais un émissaire de l'Ancennoise ne pouvait être éconduit sans avoir été entendu au moins une fois. Elle avait bien mieux à faire mais elle ne laissait rien paraître. Il n'avait pas l'air d'un mauvais bougre.
Revenir en haut Aller en bas
Manel
Humain
avatar

Nombre de messages : 80
Âge : 117
Date d'inscription : 31/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: - Nouvelles d'ailleurs [Alanya]   Dim 1 Mai 2016 - 19:17

    L'attente se passait plutôt bien, Manel eut le loisir de converser avec certains nobles d'ici, certains artistes aussi. C'était là un endroit fort charmant, il comprenait maintenant pourquoi sa Maîtresse voulait qu'il y aille. Il y avait tant de belles choses, et puis tant de récits à entendre concernant des fameuses batailles. Le ménestrel d'Hautval prenait soin à ne pas esquisser le moindre geste ou murmurer moindre parole capable de froisser les coutumes et le savoir-vivre régnant généralement au sein des cercles nobles.
    Il observa le parchemin signé par Dame Blanche d'Ancenis qui faisait de lui son représentant ! Il trouvait cela fabuleux de constater que ce papier lui avait offert un costume si prestigieux ouvrant les plus belles portes de la péninsule.

    Comment aurait-il pu imaginer un an auparavant un tel honneur qui se voulait parfois être un merveilleux fardeau.
    Voilà qu'en peu de temps il passa de vulgaire troubadour débauché sans avenir, à être au service de la Duchesse du Médian. Il ne manquait plus de rien, et pour garder sa condition devait revenir avec de bonnes nouvelles, la splendeur Obsidienne l'avait mis en garde en cas d'échec. Manel n'avait guère d'expérience comme messager et émissaire, et comptait en particulier sur ses qualités d'orateur et sa ruse.
    Il était incapable de savoir si son étoile brillait de façon superficielle ou s'il le devait à sa labeur. Ô combien il aimerait croire en la première version ! Il pleurerait d'apprendre que tout cela soit le fruit d'une fantaisie de sa Maîtresse. Une idée qui ne traversait pas vraiment son esprit tant il lui faisait confiance, tant il serait prêt à donner sa vie pour elle.

    Plongé dans ses pensées, un mélange de rêverie et d'imaginaire afin de deviner comment allait le recevoir la Baronne. Il fallait reconnaître qu'il n'avait guère l'allure correspondant à un envoyé ou un messager. De plus, il n'avait pas réellement de renseignement sur les rapports d'Alonna vis à vis d'Hautval.
    Et ce n'était pas le fait d'avoir connu cette sensation qui le rassurait. Heureusement le trouvère avait ce talent pour feindre ce qu'il ressentait. Son visage transmettait nonchalance et sérénité ainsi qu'une certaine candeur.
    Ce fut alors que la Dame des lieux fit son arrivée...
    Sa coiffe contre sa poitrine, le jeune ménestrel inclina son buste bien bas en effectuant une révérence théâtrale.
    -" Seul un sot verrait le temps éternel lorsqu'il doit attendre l'arrivée de votre Grandeur ! " Souffla-t-il en souriant tout en se redressant lentement.
    -" Je suis bien au contraire fort honoré que vous ayez pu si vite accéder à poser vos yeux sur une silhouette qui en est indigne." Les mains le long de son corps, le jeune homme se présenta de sa voix toujours aussi mielleuse pleine de charme et fascinante.

    -" Je me nomme Manel, troubadour au service de son Altesse Blanche d'Ancenis, Duchesse du Median, néanmoins en ce jour ce n'est pas en joueur mais en tant que représentant de son auguste personne que je me présente à vous." Tout en parlant il montra à son interlocutrice le parchemin pour rendre encore plus véridique ses paroles. Il agissait en enrobant ses gestes d'une certaine humilité.
    Même s'il appréciait ce que lui offrait son rôle, pour lui, il fallait maintenant le mériter par ses propres actes et être digne de ce qu'on lui donnait.
    Le trouvère rangea ensuite le morceau de papier.

    -" Soyez certaine que ma Suzeraine aurait aimé se présenter à vous, hélas il semblerait que le destin vient lui offrir une période d'entretien politique l'obligeant à rester au sein de sa demeure." Annonça-t-il en accompagnant sa voix de gestes de la main, comme s'il mimait ses dires.
    -" Elle voudrait connaître votre perception vis à vis des rapports unissant vos deux Royaumes ? Elle n'a de fait que le désir le plus sincère de maintenir avec votre grandeur un lien cordial guidé par le respect mutuel ! " La Baronne Alanya devait certainement savoir que la Duchesse du Median et son époux faisaient face à certaines rumeurs ou histoires guère favorables à leur image.
    Maintenant, le ménestrel espérait ne pas avoir réveillé un mauvais sentiment chez son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
Alanya de Broissieux
Humain
avatar

Nombre de messages : 618
Âge : 217
Date d'inscription : 08/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: - Nouvelles d'ailleurs [Alanya]   Mar 3 Mai 2016 - 15:39

Quel curieux personnage. Défroqué comme un traîne-misère, il avait pourtant en main le sceau de l'Ancenis. Etrangement, elle fut soulager de ne pas à recevoir Blanche. C'était une femme avec qui elle avait entretenu quelques missives et qui malgré le bon cœur lui paraissait tout aussi déplacée que son valet. Une sensation profonde et arbitraire qui s'était taillé une place de choix à l'évocation de la comtesse. Elle ne l'avait jamais vu mais les rumeurs allaient bon train à son encontre, si bien que la belle Alanya avait fini par croire que les chuchotis n'étaient pas nés de nul part. Il n'y a pas de fumée sans feu. Face à la baronne il s'inclina bien bas en collant son couvre-chef contre sa poitrine. Il était bien trop poli et bien trop bavard, lui rappelant par ces quelques aspects Hugues, son annonceur. Lui au moins avait la décence de ne pas s'engoncer dans des vêtements ridicules, quoi que de riche facture. Elle préférait de loin la sobriété d'un mendiant que l'exubérance de grassouillet bonhomme.
Toujours était-il qu'il parlait bien et avec déférence pour la noble dame. Les quelques courtisans les observaient en chuchotant, bien trop intrigué par ce personnage pour faire semblant de ne pas écouter. Quelques nobliaux menaient bon train les commentaires, tant sur la tenue de son émissaire que sur sa manière de le recevoir. Pourquoi avait-il fait si longue route pour le compte de la Chouette ? Beaucoup de questions se bousculaient dans sa tête, ne sachant trop la raison d’une venue aussi impromptue. Et surtout, était-ce un manque d'intérêt que d'envoyer un ménestrel ou simplement une insulte à son égard ? La belle se posait là, dans la grande salle, sans trop comprendre ce qui se déroulait sous ses yeux. L'envoyé avait la voix mielleuse et pleine de charme. En fait, la baronne l'aurait bien écouté parler de tout et de n'importe quoi toute la journée. Il avait de belles intonations et son langage était loin de celui de la roture dont il était sûrement issus.
Tandis qu'il continuait son discours, il donna plus de crédit à ses dires en tendant devant la belle la preuve sans détour qu'il n'était là simplement pour vendre ses services mais surtout pour représenter auprès du trône de la baronnie la Duchesse tout nouvellement nommée. La femme du Médian avait une sinistre réputation et si elle n'accordait que peu d'importance à cela, qu'elle ait envoyé en ce jour un troubadour la vexait un peu. N'aurait-elle pu envoyer dans ses terres quelconque chevalier ou même dame de son entourage ? Il était bien plus insultant qu'il ne le songeait et malgré toute sa bonne volonté, Alanya gardait une mine fermée et sévère. Qu'avait-il à lui annoncer de si important pour que sa suzeraine ne prenne même pas la peine de lui informer de sa visite ? Elle l'écoutait néanmoins, stoïque face à l'assemblée. Tous attendait qu'elle rendre un verdict, pendus à ses lèvres plus qu'obnubilés par l'émissaire Hautvalois. Lorsqu'il eut fini, elle garda le silence un instant. Devait-elle le renvoyer de là où il venait ? Non, cela n'aurait pas été correct. Malgré sa basse naissance il demeurait un envoyé de son Altesse, et elle ne pouvait l'éconduire sans avoir eu le fin mot de l'histoire.

« Quels royaumes ? Etait-elle si occupée qu'elle n'a pas même trouvée le temps de me prévenir de votre arrivée ? Allons allons Troubadour ! Je ne vous blâme pas de faute de votre suzeraine, toutefois j'entends à ce que vous compreniez ma surprise. Voilà des mois que je n'ai aucune nouvelle de son Altesse Hautvaloise et aujourd'hui elle vient frapper à ma porte pour connaître nos liens ».

L'assemblée eut un petit rire commun. La baronne ne se moquait pas de Manel mais elle remettait sérieusement en doute ses capacités à gérer de telles tractations.

« La politique du Nord lui est-elle si insupportable qu'elle n'a daigné envoyé quelqu'un d'autre que son ménestrel ? Alors dîtes moi mon bon monsieur, quels sont les raisons profondes de votre venue ? Je jugerai si cela mérite un entretien ou si vous repartirez dans votre terre avec une simple missive pour votre dame, afin de répondre à ses quelques doutes ».

Le silence s'était fait. La baronne avait parlé fort afin que tous l'entende. Elle n'était pas de celle que l'on impressionnait avec des titres rutilent ou une armée fracassante. Elle préférait aux choses matérielles la politique et l'esprit vif. Si Blanche voulait l'interroger, elle l'aurait fait par papier et non en envoyant le premier paysan qui lui tombait sous la main. Pour autant, le pauvre garçon malingre n'y était pour rien et elle ne voulait l'incendier lui des fautes grossières commise par la Blanche. Elle le trouvait mystérieux et somme toute pas désagréable à la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - Nouvelles d'ailleurs [Alanya]   

Revenir en haut Aller en bas
 
- Nouvelles d'ailleurs [Alanya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des nouvelles de Fuveau !
» Nouvelles d'Haiti; ce que les journalistes ne disent pas !
» Haiti : Michel Frost craint de nouvelles émeutes de la Faim
» Recettes d'ici et d'ailleurs
» [Campagne] Nouvelles règles de campagne ''maison''

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Serramire :: Baronnie d'Alonna-
Sauter vers: