Partagez | 
 

 Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Sam 14 Mai 2016 - 2:21



Le navire avait quitté le quai et Zoïle se demandait toujours si c'était une bonne idée. Ça lui avait pourtant parut la meilleure idée. Ou du moins la seule idée. Mais en regardant s'éloigner la rive, son esprit est plein de doutes. C'est la première fois qu'elle part sans Muelle, depuis ses 7 ans. Pourtant, la décision n'a pas été difficile à prendre. Il suffisait que Muelle s'absente quelques jour pour que Lufotu lui murmure à l'oreille. L'idée lui a parut si palpitante. Mais pourquoi doute-t-elle à présent qu'il est trop tard pour rebrousser chemin ? Parce que c'est peut-être une fois qu'on n'a plus le choix qu'on se dit qu'on n'aurait pas du faire ça. Mais Zoïle n'est pas du genre à regretter quoique ce soit. C'est plutôt Muelle qui la regrettera. Oui, c'est ça, c'est Muelle qui les regrettera, elle et Lufotu. Zoïle a emporté Lufotu avec elle. Il seront tous les deux, comme avant. C'était bien avant. Et elle n'avait que six ans. Et elle était seule avec Lufotu. Et Eze, le crapaud. Maintenant, elle en a seize, ça en fait dix de plus. Et Lufotu est encore avec elle. Il saura la protéger. Et elle le protégera aussi.

* Regarder la ville disparaitre est inutile. *

C'est vrai. Même si c'est magnifique der voir Thaar rapetisser, ça ne la rend pas particulièrement heureuse. Elle n'a jamais vraiment apprécié les aurevoir. Et encore moins les adieux. C'est probablement pour cette raison qu'il valait mieux partir pendant l'absence de Muelle. C'était plus facile. Son mentor aurait voulu connaître ses raisons et elle en avait aucune qui aurait pu lui plaire. Muelle n'a jamais apprécié lorsque Zoïle prétendait que c'était Lufotu. Pourtant, c'était presque tout le temps vrai. Presque. Mais le grimoire a raison. Ce n'est pas derrière qu'elle doit regarder, d'est vers l'avant. Parce que c'est elle qui s'en va, pas le contraire. C'est merveilleux, elle va revoir Diantra, la péninsule, l'Eris ! Meca ! Elle veut revoir Meca et ses pirates ! Elle n'est partie qu'il y a un peu plus d'un an, ils se souviendront d'elle. Elle se serre un peu plus dans son manteau. Elle pourra le porter et ça ne sera bizarre pour personne. Il fait trop chaud à Thaar. Mais elle est bien contente de l'avoir, sur ce navire. Il vente. Il ne fait pas froid, mais il vente. Lufotu a raison, c'est à la proue qu'il faut être, pas à la poupe. Son air triste disparait pour un sourire ravi.

- Dégage de mon chemin ! l'invective un marin, les bras chargés.

* C'est lui qui est sur ton chemin *

C'est vrai, ça. Une Sorcière ne se retrouve pas sur le chemin de quelqu'un. Ce sont les gens qui se retrouvent sur le chemin d'une Sorcière. Un des principes sur lesquels Muelle et Lufotu sont d'accord. Mais pourtant, sans toutefois baisser les yeux, Zoïle fait un écart pour éviter le marin. Elle le déteste déjà. Avec de la chance, il passera peut-être par-dessus bord avant la fin du voyage. Zoïle ricane toute seule et se dirige à la proue. Il y a déjà quelques personnes. Parce que bon, concrètement, c'est la seule chose à faire quand on est passager. Elle a voyagé sur des navires ayant beaucoup plus de passagers. Les cheveux en bataille, libre de toute entrave, le vent les soulève et les fait tourbillonner. Elle aura du mal à les démêler, mais elle aura bien le temps quand il fera nuit et que la seule chose à faire sera de les brosser. Elle ferme les yeux et respire ça plein poumon l'air salé. Bon sang, quelle aventure excitante ! Elle aurait envie de hurler sa joie et sa liberté, mais les sorcières n'ont pas la réputation d'être très portée sur les expressions d'excitation. Elle se retient donc de le faire, mais le sourire qu'elle adresse à sa voisine est éloquent.

- Tu n'as pas l'air de très bien aller, commente-t-elle avec la familiarité de ceux qui s'adressent à tous et chacun de la même manière. C'est ta première traversée ?

Elle n'a pourtant pas le teint halé propre à la rive qu'elles ont laissées derrière elles.


Dernière édition par Zoïle le Lun 18 Juil 2016 - 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Dim 15 Mai 2016 - 13:32

En l’espace de tout juste 24 heures, le quotidien de Tibéria s’était retrouvé complètement chamboulé pour la deuxième fois en peu de temps. Elle s’était à peine fait à l’idée qu’elle allait désormais vivre à Thaar qu’on la renvoyait par bateau vers la Péninsule, une terre qui ne voulait plus d’elle et de sa famille. Elle nourrissait donc un espoir fou de voir la situation s’arranger pour le mieux tout en étant inquiète, car Tibéria se retrouvait mêler à une histoire dont elle ne connaissait pas les détails. Sa tante s’était montrée très avare dans les détails. Tout ce que Tibéria savait, c’est qu’elle retournait sur la Péninsule pour rencontrer un homme qu’elle allait épouser. Elle le connaissait pour l’avoir déjà vu, mais sans plus. Elle se souvenait surtout qu’il devait faire deux fois son âge et qu’il pourrait être son père. Ce détail n’est pas sans importante aux yeux de la jeune fille, mais c’était un bon mariage et lorsqu’on est issus d’une famille de haut rang, l’amour n’est jamais un critère dans la sélection des candidats. Elle s’était fait une raison depuis longtemps à ce sujet, mais lorsqu’on se retrouvait confronté à cette réalité imminente, c’était toujours plus difficile à accepter.

Ses quelques possessions empaqueter, Tibéria avait été conduite au port où on l’avait fait monter sur le premier bateau en partance pour la Péninsule. Elle ne faisait pas le voyage seule. Sa tante était également du voyage. Elle voulait s’assurer que sa nièce arrive en un seul morceau, car si elle ne l’avait pas clairement dit, le périple s’annonçait dangereux. Ce n’était pas la traversé le problème, mais dès le moment où elle posera le pied sur la Péninsule, Tibéria pouvait être en danger. Techniquement, sa famille était toujours sous le coup d’une exile forcée. Peu importe, on lui avait présenté une occasion d’arranger les choses et elle n’allait pas reculer devant la peur. De toute façon, elle avait un problème beaucoup plus immédiat à faire face : celui de la houle sur la mer. Plutôt ironique sachant que la jeune femme pratiquait l’aquamancie, mais elle souffrait du mal de mer. Tibéria l’avait découvert lors de son précédent voyage vers Thaar, au moment de l’exil. Dès que le navire eut quitté le quai, le teint de Tibéria avait tourné au vert. Certains avaient dit que ce devait être les émotions, car la jeune femme était visiblement bouleversée par les récents évènements, mais non, c’était vraiment le mal de mer. Elle avait souffert de nausée pendant toute la traversée sans pour autant être vraiment malade. Tibéria n’avait rien avalé de plus que quelques biscuits secs et un peu d’eau. Cette fois encore, elle n’y échapperait pas.

Tibéria avait passé les premiers moments du voyage étendu sur le lit dans sa cabine, mais l’air confiné ne l’aidant pas, elle avait décidé de monter sur le pont. Elle s’accrocha au bastingage là où elle pensait ne déranger personne et fixa un point à l’horizon en espérant que l’air marin lui ferait du bien. Le vent était agréable, c’était au moins ça. Le soleil chauffait bien aussi, mais elle était habituée à la chaleur. Le ciel était parfaitement dégagé. Ils ne risquaient pas de frapper une tempête pendant le voyage. Ça serait bien le pire qui pourrait arriver. Elle était là depuis un moment lorsqu’une voix féminine la tira de sa rêverie. Elle tourna la tête pour croiser le regard d’une adolescente aux cheveux très emmêlés qui lui donnaient un air de sauvageonne.

— Je crois que j’ai le mal de mer. Dit-elle en ramenant son regard sur l’horizon. Non, ce n’est pas ma première traversée et j’espère que ce sera ma dernière. Ajouta-t-elle avec l’ombre d’un sourire. Je m'appelle Tibéria et vous?

Toujours aussi polie, Tibéria vouvoyait la jeune fille même si ça pouvait sembler ridicule dans la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Lun 16 Mai 2016 - 1:30



- Tu peux affirmer hors de tout doute que tu as le mal de mer, dit la sorcière avec assurance.

Son teint verdâtre le confirme et, en plus, elle ne le nie pas non plus. Le sourire de la sorcière est éloquent. Mais que fait une fille avec le mal de mer sur un navire. Elle aurait pu passer par la terre. Bon, le chemin aurait été pas mal plus long, mais pour éviter le mal de mer qu'est-ce que ça peut faire ? Certaines personnes pensent que le chemin le plus court est toujours le meilleur chemin à prendre. Ils se trompent. Le chemin le plus court n'est que le chemin le plus court. Ça n'indique en rien qu'il soit le meilleur ou pas. Et puis bon, pour Zoile, le meilleur chemin est toujours celui que lui indique Lufotu.

- Je me disais bien que tu n'étais pas de Thaar. Ta peau est trop pâle, dit-elle bien que ce soit surtout son accent qui l'ait mise sur la bonne voie. Comme la mienne, précise-t-elle, avant de poursuivre. Ravie de te connaître, Tib. Moi, c'est Zoïle. Appelle-moi Zo, si tu préfères.

Enfin, elle, elle préfère Zoïle ou Zo. La plupart des gens l'appelaient l'apprentie de la Sorcière. Ou l'apprentie de Daee. D'une manière ou d'un autre, il y avait le mot apprentie et la jeune sorcière le tolérait de moins en moins. Elle ne se considérait plus comme une apprentie. Elle connait tant de choses maintenant. Muelle a-t-elle vraiment encore des choses à lui apprendre ? Elle suis Muelle depuis ses sept ans. Et elle réussit tout ce que Muelle lui demande. Elle peut se débrouiller toute seule maintenant. Toute seule avec Lufotu. Maintenant, elle peut rester seule avec Lufotu. Comment peut-elle être plus forte et plus puissante si elle reste avec Muelle tout le temps ?

- Tu as mangé quand la dernière fois ? Parce que pour calmer le mal de mer, il ne faut ni avoir l'estomac trop plein, et encore moins vide. Il ne fait pas froid, mais tu devrais te couvrir d'avantage. Tu veux mon manteau ? demande-t-elle en lui désignant la masse informe et poilue qu'elle porte sur les épaules. Et franchement la proue, c'est peut-être le meilleur point de vue, mais tu serais mieux au centre du navire. Ça bouge moins, précise-t-elle en lui agrippant fermement le poignet et en la remorquant vers le centre du navire. Voilà, ici tu seras mieux. Et maintenant, regarde l'horizon et voit la beauté de l'immensité plutôt que de te soucier de la traversée. Tu vois comme c'est magnifique ! Le bleu du ciel. Le vert de la mer ! Regarde l'eau qui miroite comme des milliers de minuscules diamants ! As-tu déjà vu autant de diamants ? On pourrait presque y toucher, dit-elle en tendant la main vers le lointain. Et en quoi cette traversée est si importante pour que tu passe par la mer plutôt que par la terre ?

De la pure curiosité et Zoïle ne semble pas du tout inquiétée par ses questions.

Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Jeu 19 Mai 2016 - 21:39

Tib… Même ses sœurs ne l’appelaient pas d’une façon aussi familière. Zoïle n’était visiblement pas habitué aux usages des bonnes manières avec les inconnus, mais Tibéria n’était pas outrée. En la voyant, il ne fallait pas s’attendre à une multiplication de courbettes en tout genre de sa part. De plus, sa spontanéité avait quelque chose d’agréablement rafraichissant. Généralement, les gens ont tendance à la traiter comme si elle était faite de porcelaine à l’exception notable de sa tante, mais cette femme avait un fort caractère que Tibéria lui enviait parfois lorsqu’elle ne la trouvait pas folle et déraisonnable. La jeune femme n’était pas en reste au niveau du tempérament, mais elle n’était pas aussi flamboyante que son ainée et, à cause de sa taille, les gens la prenaient rarement au sérieux. Du coin de l’œil, elle vit l’esclave qui l’accompagnait, mais qui restait sagement en retrait, regarder l’adolescente comme si elle venait de recevoir un coup sur la tête. D’un discret signe de la main, elle lui indiqua de ne pas s’inquiéter.

— Peu avant le départ, mais la nervosité m’a coupé l’appétit et je n’ai presque rien avalé. J’aurais mieux fait de faire un effort supplémentaire.

Elle se rappelait le plateau de pâtisseries et les fruits aux couleurs vives. Rien ne lui avait fait envie sur le coup, trop occupé à penser au départ imminent vers la Péninsule. Tibéria regarda le manteau que lui proposait la jeune Zoïle. L’intention était louable, mais le vêtement ne semblait pas vraiment lui convenir.

— Non, ça ira. Je peux…

Tibéria n’eut pas le temps de finir sa phrase, l’esclave venait de réapparaitre avec l’un de ses châles de soie brodée. Il avait entendu la proposition de Zoïle et avait décidé de faire preuve d’initiative. La jeune femme prit le vêtement avec un sourire et s’en drapa les épaules. L’objet avait une fonction nettement plus décorative que pratique, mais il allait au moins protéger ses épaules contre le soleil brulant. Une fois fait, l’adolescente lui spécifia qu’elle serait beaucoup mieux au centre du bateau où ça bougeait moins. Sans lui demander son avis, elle l’attrapa par le poignet et la traîna contre son gré vers l’endroit désigné.

— Mais!

L’esclave voulut intervenir, mais Tibéria l’arrêta une fois de plus d’un signe de la main. Ça ne servait à rien de s’énerver. Zoïle n’avait rien fait de mal. Elle était simplement débordante d’énergie. Elle lui dit ensuite d’admirer le paysage autour d’elles. Zo semblait vraiment trouver ça magnifique. Ce l’était. Sa présence détournait l’attention de Tibéria qui sentait déjà son malaise diminuer. Finalement, c’était peut-être ce qui lui manquait : quelque chose pour lui changer les idées. Parfois, lorsqu’on anticipe trop quelque chose, on a tendance à imaginer ça plus grand que ce ne l’est en réalité. Le stress devient alors plus intense et on peut tomber malade. C’était peut-être ce qui lui arrivait présentement.

— Oui, c’est très joli. Ce n’est pas que je déteste l’eau. Au contraire, je l’adore. Toutefois, c’est le plancher du bateau qui monte et qui descend que je trouve… incommodant.

Curieuse, Zoïle voulait en apprendre plus sur les raisons de sa présence sur ce bateau. Tibéria n’était pas certaine de ce qu’elle pouvait lui dire ou non. Elle opta pour la vérité en omettant quelques détails, évidemment.

— Je suis attendu sur la Péninsule où je dois rencontrer l’homme que je dois épouser. Le voyage par bateau était l’option la plus rapide et la plus sécuritaire. Il y a beaucoup de conflits présentement du côté de la Péninsule ce qui rend les voyages terrestres hasardeux. Est-ce indiscret de connaître les raisons de votre présence sur ce bateau?
Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Mar 24 Mai 2016 - 1:21



Zoïle hoche la tête avec gravité. Oui, elle aurait du faire une effort. Tout aurait été plus facile avec un peu plus de nourriture dans l'estomac. Était-ce nécessaire de lui dire qu'elle devrait manger un peu, là, maintenant ? Non, pas tant qu'elle est si pâle. Mieux vaut attendre un peu avant.

La jeune sorcière observe attentivement la jeune demoiselle. Elle note ses vêtements, la couleur de ses cheveux, la couleur de ses yeux. Elle n'est pas une jeune femme du peuple, ça c'est certain. Juste à voir sa tenue, on le devine. Mais tout de même, la sorcière plisse le nez lorsque la jeune esclave vient poser un châle de soie sur les épaules de Tiberia. De la soie... la soie, c'est bien à Thaar, mais en mer, ça ne la tiendra pas au chaud. C'est certes encore plein jour, mais en pleine mer, la nuit devient rapidement froide. Et plus ils s'éloigneront de la rive, plus le vent soufflera. Elle lui prêtera son manteau à ce moment là, quand elle la verra frissonner. Zoïle n'a pas vraiment besoin de son manteau. Elle prévient seulement, parce qu'elle n'a pas envie de devoir retourner sous le pont chercher son manteau lorsque le vent se lèvera. Bien sûr, quand on a une esclave à sa suite, on n'a pas vraiment à prévoir ce genre de désagrément. Et aussi, si elle n'a pas vraiment besoin de son manteau, c'est parce qu'elle a enfilé sa robe de voyage. Celle en laine épaisse. Elle a eu un peu chaud avant de monter à bord, mais maintenant, c'est bien.

Soigneuse, elle est pour les soins effectifs et direct. Pas la peine de lui demander si elle veut bien être moins malade, elle ne prend donc pas la peine de se soucier de sa protestation. Beaucoup de gens préfèrent être un peu malade. Surtout les plus riches a-t-elle remarquée. Ils sont moins affectueux, elle suppose qu'ils aiment être un peu malade pour se faire dorloter. Ou alors ils ne font pas confiance aux remèdes de sorcières. En même temps, les sorcières n'ont jamais bonne réputation. Tant pis.

- Mais ce n'est qu'avec les vagues qu'on voit la puissance de l'eau. Il y en a tellement, à perte de vue. Tellement d'eau... mais oui, les vagues peuvent être désagréable. J'ai de la menthe, si tu veux, ça calmera ton estomac barbouillé, mais il serait préférable que tu manges un peu plus avant, explique-t-elle. Mais ici, ça tangue moins, explique-t-elle en mimant la houle sur le navire. Essaie de regarder le plus loin possible. Lève le menton et respire profondément. L'horizon, d'ici, est fixe. Le jour, tu peux fixer l'horizon. La nuit, quand c'est clair, fixe une étoile, n'importe laquelle. Ta préférée si tu veux.

Tiberia explique pourquoi elle est sur ce navire et Zoïle cesse de fixer l'horizon et la détaille attentivement. Elle semble s'intéresser attentivement à la réponse de Tiberia, surtout lorsqu'elle parle de mariage. Son regard devient brillant et elle agite les doigts. C'est une si merveilleuse fête. Elle se souvient d'un bal, au château, à Diantra.

- Oh, non, ce n'est pas indiscret. Elle a un bref silence, avant de choisir la meilleure formule. J'ai terminé mon apprentissage, ment-elle avec assurance. Enfin, peut-être, mais son mentor ne le sait pas encore, puisqu'elle est partie sans la prévenir, durant son absence. Je suis donc tout à fait libre, dit-elle avec un rien d'excitation dans la voix. Ça, toutefois, c'est la pure vérité. Ton mariage ? Comme c'est excitant ! Mais... l'homme ? Tu n'en sais pas plus ? Tu ne l'as jamais rencontré ? Tu sais s'il est mignon ? Tu es si jolie, tu ne vas quand même pas épouser un laideron, n'est-ce pas ? demande-t-elle avec beaucoup plus d'empathie qu'elle ne le devrait. C'est le seul avantage d'un mariage arrangé, s'il est mignon. À moins bien sûr que ce soit pour rehausser ta situation, dans ce cas... enfin, pour ma part, il est hors de question que j'épouse qui que ce soit, dit-elle. Les sorcières ne s'épousent pas. À moins que ce soit que personne n'épouse les sorcières. Elle se rapproche de Tiberia avant de baisser le ton. À moins que ce soit toi qui assure à ton futur époux une situation, murmure-t-elle, un brin moqueuse, avant de froncer les sourcils et d'avoir une hésitation. Tu... tu as une... bonne ? Très bonne situation ? Et sur le ton de la confidence, elle se rapproche encore un peu plus. Je ne le crierai pas du haut du mat, promis. Mais oh, je n'ai pas fait la révérence depuis si longtemps, dit-elle en joignant le geste à la parole. Révérence tout à fait acceptable, bien que peut-être un peu raide.

Et avec la nonchalance d'une sorcière libre de 16 ans, elle s'appuie sur le bastingage, un sourire en coin et les cheveux au quatre vents.

Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Mar 24 Mai 2016 - 22:11

Cette jeune fille parlait tellement qu’elle était presque aussi étourdissante que les mouvements du bateau. À cause de son malaise, Tibéria avait un peu de mal à la suivre, mais elle la trouvait quand même charmante. Elle n’avait pas souvent l’occasion de rencontrer beaucoup de gens. Les nobles ont des manières tellement emprunté qu’il est facile de douter de leur sincérité. Avec Zoïle, c’était pratiquement impossible. Elle était tellement enthousiasme qu’on résistait difficilement à son charme. Toutefois, elle était aussi très curieuse. Poser trop de questions aux mauvaises personnes pourrait éventuellement lui nuire si elle n’apprenait pas à faire attention.

— Merci. Un peu plus tard, je vais essayer d’avaler un petit quelque chose. Je prendrai la menthe à ce moment-là.

Elle lui donna des trucs pour calmer son mal de mer comme celui de regarder un point fixe à l’horizon. Tibéria leva les yeux pour se perdre dans l’immensité de la mer qui s’étendait devant elle. L’horizon formait une ligne au loin séparant l’eau du ciel. Elle inspira profondément, apprivoisant peu à peu les mouvements du bateau. Finalement, Tibéria n’aura peut-être pas un teint de poisson crevé à son arrivée à Ydril.

Zoïle lui expliqua les raisons de sa présence sur ce bateau. Elle lui dit qu’elle avait terminé son apprentissage et qu’elle était désormais totalement libre de ses mouvements. Aux yeux de Tibéria, elle semblait un peu jeune pour s’élancer ainsi toute seule à l’aventure, mais ce n’est pas elle qui oserait mettre en doute ses paroles. Si elle mentait, c’est qu’elle devait avoir une raison tout comme Tibéria en avait une pour cacher les détails concernant sa présence ici. L’excitation brillant dans son regard quand la jeune noble lui parla de son futur mariage. Plusieurs jeunes filles étaient impatientes d’arriver à cette étape importante de la vie, Zoïle trouvait la nouvelle merveilleuse bien qu’un peu inquiète à l’idée que le futur de Tibéria soit possiblement un laideron. Sur ce point, Tibéria eut du mal à retenir un éclat de rire.

— En fait, je l’ai déjà vu.

Tibéria invoqua l’image d’Arichis dans son esprit. Il n’était qu’un visage parmi tant d’autres. Rien chez lui ne l’avait véritablement marqué, mais elle ne pouvait pas le considéré comme laid. En fait, quand il était encore un jeune homme, il devait être beau.

— Il est charmant. Dit-elle prudemment à propos d’Arichis. Malheureusement, je ne l’ai aperçu que de loin. À ce moment-là, il n’était pas prévu que ce soit lui que l’épouse. Les choses ont changé seulement que très récemment. Tu sais, dans ce genre d’union, le physique importe peu. De plus, un homme peut avoir un physique absolument charmant, mais avoir la personnalité la plus détestable qui soit.

Tibéria sourit devant la véhémence de l’adolescente qui déclara qu’elle n’allait marier personne.

— Attention, tu pourrais bien changer d’avis. Tu as de la chance. Peut-être vas-tu tomber amoureuse un jour.

Zoïle voyait très juste dans la nature réelle de ses unions arrangées. Elles formaient des alliances. C’était un moyen de monter dans l’ordre social, autant pour les hommes que pour les femmes. Dans le cas de Tibéria, c’était un peu plus compliqué. En plus, elle ne connaissait pas tous les détails de cette histoire. Elle savait cependant que cet homme ne pouvait pas l’épouser simplement par plaisir. Tibéria pouvait prétendre au trône du duché de Soltariel et c’est cette prétention qui intéressait Arichis.

— Les mariages servent à créer des alliances et à solidifier des positions dans l’ordre social. Le mien ne fera pas exception. C’est une union qui sera aussi bénéfique pour lui que pour moi, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Mer 25 Mai 2016 - 1:22



De toute évidence, Tiberia est bien élevée. Elle ne l'interromps pas une seule fois, bien que Zoïle se doute que c'est peut-être parce qu'elle n'écoute que les grandes lignes. C'est bien, parce que personne n'écoute vraiment personne. Sinon Muelle n'aurait jamais laissé Zoïle toute seule quelque jours. Zoïle en avait profité pour partir à l'aventure seule. Oui, toute seule. Enfin, en apparence. Lufotu est bien serré contre elle, dans sa besace. Et avec Lufotu, Zoïle n'est jamais seule. Mais Zoïle est enthousiaste et fébrile. Elle est seule pour la première fois depuis plus de dix ans.

- Tu n'auras qu'à m'appeler, je serai encore ici, quoique je serai plus probablement à la proue. Je compte bien dormir à la belle étoile, dit-elle, rêveusement. Sauf peut-être s'il pleut, bien sûr, mais le ciel ne l'indique pas.

Le sujet du mariage de Tiberia rend Zoile enthousiaste. Elle adore ces festivités, mais elle sait bien que personne n'épouse les sorcières. Elle l'a déjà vu, alors c'est quand même bien, non ? Elle a donc une petite idée de ce qui l'attend. Et malgré le ton posé de la jeune noble, oui, Zoïle, le devine, elle sens toutefois une pointe d'acceptation, peut-être pas parfaitement enthousiaste, mais elle ne semble pas révulsée à cette idée. La jeune sorcière écoute attentivement Tiberia. Oui, de toute évidence, tout change rapidement dans la péninsule. Les alliances se font et se défont à grande vitesse. Pas étonnant que ce soit si précaire de voyager par la terre. Chacun se méfie de tous. Et sans doute avec raison.

- Oh, oui, tu as raison, concède-t-elle. C'est vrai, j'aurais plutôt du te souhaiter un époux aimant, dit-elle en laissant courir ses doigts sur le bastingage. Changer d'avis ? Elle en doute. Pourquoi changerait-elle d'avis sur le mariage ? Peut-être que si le mariage peut m'obtenir des avantages, pourquoi pas. Mais j'en doute. De quelle chance parles-tu ? Celle de choisir ou non de me marier ? Tout le monde a le choix. Mais je dois avouer que les choix de certains portent à conséquences.

Les histoires de sorcières amoureuses finissent toujours mal. Elle sait maintenant qu'elle n'est pas une fée et encore moins une princesse. Des rêves d'enfants et maintenant, elle ne l'est plus. Mais elle apprécie toujours autant les bonnes histoires.

- Peut-être qu'un jour, je serai amoureuse, dit-elle, mais l'air qu'elle affiche donne peu d'espoir à cette possibilité. Elle est une sorcière. Mais je ne crois pas que mon mariage pourrait créer une alliance ou solidifier une position dans un quelconque ordre social. Je n'ai aucune position dans aucun ordre social. Elle a un hochement de tête et son sourire disparait. Toi, par contre... Elle dévisage Tiberia un moment, quelques secondes à peine. Ce n'est jamais aussi bénéfique pour l'épouse que pour l'époux. L'épouse n'est qu'un terme de l'alliance. Les alliances et les positions sont presque toujours à l'avantage de l'époux. Jusqu'à ce qu'ils meurent. Toutes les histoires le racontent.

Son sourire réapparait subitement.

- Je reformule mon souhait. Je te souhaite un époux aimant et si possible, un peu plus que seulement charmant, s'amuse-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Jeu 26 Mai 2016 - 21:47

L’attitude de Zoïle semblait plutôt désabusée par rapport au mariage et à l’amour. Elle agissait comme si ça ne lui était pas permis alors que dans les faits, rien ne l’interdisait. Elle avait l’air d’une petite sauvageonne et elle était encore un peu jeune, mais sinon, rien n’était impossible. Évidemment, Tibéria voulait ne jurer de rien, car elle pouvait se tromper. Après tout, personne ne pouvait prédire l’avenir avec certitude. Tellement de choses pouvaient encore arriver. Il était même possible qu’elles n’arrivent jamais à la Péninsule, car le bateau aura coulé au fond de la mer. Cette sinistre perspective la fit frissonner et elle préféra ne plus y penser.

— Rien ne vous interdit de tomber amoureuse contrairement à moi. Évidemment, on ne contrôle pas les sentiments. Vous pourriez croiser la route de quelqu’un et il sera trop tard. Personnellement, je ne peux pas aimer quelqu’un sans qu’il y ait des conséquences. Ainsi, j’espère éprouver une certaine affection pour lui. Ça rendra les choses beaucoup plus faciles.

Tibéria était très lucide en parlant de son avenir sentimental et elle l’acceptait. Elle était issue d’un milieu aisé et ça impliquait des responsabilités auxquelles elle ne pouvait pas échapper. De plus, un mariage arrangé n’était pas nécessairement synonyme d’une union malheureuse. Il fallait voir le mariage comme un travail en équipe où chacun devait y mettre des efforts pour que ça fonctionne.

— Les mariages ne sont pas toujours pour faire des alliances avantageuses. Certaines personnes s’épousent simplement par amour, car ils ont envie de passer toute leur vie avec l’autre. Ils veulent construire quelque chose à deux. Ils ne seront jamais des rois ou des reines. Ils ne seront jamais chevaliers, princes ou princesses. Tout ce dont ils ont besoin c’est un petit lopin de terre où ils font pousser des légumes et paitre leurs bêtes ainsi qu’une maison remplie d’enfants.

Zoïle disait que les mariages arrangés bénéficiaient plus souvent à l’homme que la femme. Elle n’avait pas tort, mais il ne fallait pas sous-estimer aussi facilement le rôle des femmes. Tibéria connaissait des femmes très puissantes qui tiraient les ficelles avec une efficacité redoutable.

— Peut-être, mais je n’ai pas l’intention de me laisser marcher sur les pieds. Je connais des femmes très puissantes dans mon entourage. Ma propre tante est terrifiante. Vaut mieux ne pas le dire trop fort, mais elle le sait déjà. Elle a l’esprit aussi retors qu’un vieux renard. C’est la matriarche de la famille. Sans vouloir lui ressembler complètement, j’espère lui être digne.

Tibéria sourit au souhait de Zoïle. C’était adorable qu’elle ait ce genre de pensée pour elle.

— Merci Zoïle. Pour ma part, je vous souhaite de trouver le bonheur, peu importe la forme que celui-ci prendra.

Peu importe qu’elle se marie ou non, qu’elle tombe amoureuse ou non, Tibéria lui souhaitait d’être heureuse. Ce n’était pas nécessaire d’avoir un titre de noblesse pour l’être.

— Que comptez-vous faire en arrivant à la Péninsule? Il ne vous sera pas facile d’y voyager seule avec tous les troubles qui rendent la route hasardeuse. J’espère que vous avez pensé à quelque chose une fois arriver sur place.
Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Ven 27 Mai 2016 - 2:25



Il faut dire qu'elle n'y avait jamais vraiment songé. Avec Muelle, c'était totalement impossible, parce que Muelle est intransigeante et stricte. Et naturellement, Muelle fait peur. Alors pour se faire courtiser quand son mentor est capable de figer les garçons sur place, eh bien ce n'est pas aisé. Mais maintenant, Zoïle est seule. Non, elle n'est pas seule, elle est avec Lufotu. Mais tout de même, c'était une perspective qu'elle n'avait pas envisagé avant que Tiberia n'insiste sur ce point. Son air dubitatif marque sa réflexion, puis s'efface.

- Oui, mais ces mariages d'amour ne sont généralement pas pour les ric... les nobles, se reprend-t-elle. Et pas pour les sorcières non plus. Y-a-t-il seulement des mariages pour les sorcières ? Elle ne l'a jamais envisagé. Muelle n'en a jamais parlé. Lufotu non plus. Et qu'en est-il de l'amour ? Silence également. Je crois que l'amour porte toujours à conséquences... mais... Elle a un haussement d'épaule qu'elle veut désinvolte. Mais je n'y connais pas encore grand chose. Mais j'observe... et... et l'amour porte toujours à conséquence, conclut-elle avec peut-être un peu moins d'assurance.

Zoile connait aussi des femmes puissantes. La Sorcière de Meca. Muelle, son mentor. Mais elles ne sont pas de la noblesse. Elle ne connait pas la dite tante. Et pour être retors comme un renard, Muelle est difficile à surpasser. Et elle croit l'être également. Ou du moins, elle l'est peut-être en devenir. Elle n'a pas une bourse pleine et une toute nouvelle dague pour rien. Mais entendre parler Tiberia de sa tante terrifiante la fait sourire et même, elle a un bref éclat de rire lorsqu'elle dit vouloir en être digne.

- Je ne crois pas que de terrifier les gens est une bonne chose. Mais leur inspirer une certaine crainte, surtout quand on est une femme, je ne crois pas que ce soit quelque chose de mal.

* Le monde entier craindra ton nom *

Quelque chose la fait frissonner. Elle n'oublie jamais Lufotu, mais elle doit s'habituer à nouveau à l'entendre murmurer dans sa tête. Ça faisait si longtemps qu'il ne lui avait pas parlé. Pas depuis l'arrivée de Muelle. Mais Zoile sait très bien que Lufotu n'aime pas Muelle. Mais Muelle était essentiel à l'apprentissage de Zoile. Lufotu le lui a dit. Mais elle se ressaisit pour énoncer son souhait, que Tiberia semble apprécier. Et la jeune noble lui retourne un souhait quelque peu différent. Après tout, elle ne sait rien de la sorcière. Le bonheur ? A-t-il déjà été question de bonheur ? Sait-elle ce que ça signifie. Il a été question de survie, de joie, de peine, de contrariété, de frustration, de rires, mais de bonheur ? Elle n'en sait trop rien. Pour éviter de marquer son ignorance à ce sujet, elle se contente de sourire.

- Euh ? La question la prend au dépourvu. Ce qu'elle compte faire ? Lufotu ne lui a rien dit à ce sujet. Il lui a seulement indiquer le navire à prendre. À vrai dire..., hésite-t-elle, avant de relever le menton avec une fausse assurance toutefois assez convaincante. Non, je n'ai rien planifié. J'espère y retrouver certaines connaissances, dit-elle en se demandant bien de quelle connaissance il pourrais s'agir.

Marion ? Peut-être, mais elle en doute, c'est l'été. Marion n'est à Diantra que durant l'hiver, c'est bien connu. Vers Ydril, elle y croisera peut-être quelques pirates de sa connaissance. Elle pourrait également retourner sur Meca. Mais en y réfléchissant deux secondes, elle n'a absolument aucune idée de ce qu'elle y fera.

- Je suis libre, je pars donc à l'aventure. Mais le doute glisse sur son visage, mais elle tente vaillamment de le contenir. Une aventure, parce que je ne sais même pas ou va accoster ce navire.

Et elle sourit à nouveau, bien que son sourire semble avoir plus de volonté d'être assuré que d'assurance. Pourquoi n'a-t-elle pas pensé à ça ? Tout ce qui comptait c'était de quitter Thaar. Et peut-être aussi parce que le propriétaire légitime de la bourse (on peut toutefois avoir des doutes sur la légitimité de la dite bourse) et de la dague tentait de monter à bord de ce navire-ci. Pour quelle destination, voilà toute la question actuelle. Elle ne s'inquiète pourtant pas des hasards de la route. c'est pour le moment le moindre de ses soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Dim 29 Mai 2016 - 11:01

Tibéria voyait passer sur le visage de Zoïle une foule d’interrogation et elle comprit qu’il était peut-être trop tôt encore pour parler de concepts aussi compliqués que l’amour et le mariage. La jeune fille était encore qu’une adolescente et elle ne connaissait rien de la vie. Il fallait lui laisser le temps de vivre différentes expériences. La vie lui fera bien découvrir toutes ces choses en temps et en heure. D’un autre côté, Tibéria n’était pas tellement plus âgée de Zoïle, ainsi on pouvait affirmer sans se tromper que la noble se retrouvait également projetée dans un monde qui lui était inconnu. Elle avait encore beaucoup de choses à apprendre tout en étant parfaitement consciente de la pression qu’on lui mettait sur les épaules. Déjà, elle espérait de tout cœur que cet homme nettement plus âgé qu’elle ne la traite pas comme si elle n’était qu’une gamine sans cervelle. Tibéria était loin d’en être une, mais c’était compte tenu de la différence d’âge, il était probable que ça arrive. La jeune femme eut un léger sourire en se disant que Zoïle serait probablement scandalisée en apprenant la vérité sur son promis. Faire partie de la noblesse impliquait des responsabilités et obligations auxquelles Tibéria ne pouvait pas échapper. Disons simplement que la jeune femme envisageait l’avenir avec autant de crainte que d’excitation.

Zoïle donnait l’impression à Tibéria qu’elle n’avait pas réellement réfléchie à ce qu’elle allait faire dès qu’elle sera arrivée sur la Péninsule, un peu comme si elle avait quitté précipitamment. C’était un peu irresponsable de sa part quand même, sachant la situation actuelle de la Péninsule qui ne rendait pas les déplacements faciles, surtout pour une jeune femme. Elle risquait d’attirer l’attention d’indésirables si elle n’était pas prudente. Tibéria ne voulait pas lui faire la morale; elle ne se sentait pas en position de le faire. Toutefois, elle était inquiète sur ce qui pourrait lui arriver. Zoïle était une jeune fille tout à fait charmante et elle l’aimait bien. Son franc parlé était très rafraichissant à entendre. Puis, elle fit une révélation qui la fit sursauter.

— Mais comment peut-on prendre un bateau sans savoir où il va accoster?

Tibéria avait parlé plus fort qu’elle ne l’aurait voulu, attirant ainsi quelques regards sur eux. Elle fronça les sourcils et leur fit signe de simplement retourner à leurs occupations avant de rapporter son attention sur la jeune fille.

— Je veux bien croire que tu te lances à l’aventure, mais c’est tout de même insensé! Pour ton information, ce bateau accostera au port d’Ydril, sur les terres de mon futur époux. Je ne sais pas s’il continuera sa route, mais c’est là que je descends. Tu ferais peut-être mieux d’en faire de même. À ce que je comprends, c’est une région qui n’est pas touchée par des conflits actuellement. Pour faire tes premiers pas sur la terre des hommes, c’est peut-être le meilleur endroit.

La jeune noble était vraiment sous le choc des révélations de l’adolescente et elle croyait de plus en plus à un départ précipité de sa part. Ça expliquerait ses réponses relativement vagues ainsi que le sérieux manque de préparation de sa part. Inquiète, elle décida qu’elle ne pouvait tout simplement pas la laisser se lancer ainsi dans le vide sans la moindre protection.

— Dis-moi, Zoïle… Je ne veux pas être indiscrète ni toucher à des sujets trop délicats. Toutefois, serais-tu en train de fuir quelqu’un?

Tibéria avait parlé à voix basse avec un air grave pour que personne ne les entende cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Lun 30 Mai 2016 - 2:14



Tiberia n'est pas tout à fait d'accord avec la vision de Zoile semble-t-il, mais elle ne le contredit pas. De toute manière, y-a-t-il quelque chose à contredire ? Probablement pas, parce que de toute manière, elles ne sont pas du même milieu, de la même hiérarchie de population. Elles pourront être côte à côte toute toute leur vie, elles ne vivront jamais les même choses. Et ça, Zoïle le sait. Parce que Zoïle est une sorcière. Et Muelle a été stricte là-dessus. Elle n'est pas une sorcière ordinaire. Elle est une Sorcière des marais et elle possède Lufotu. Muelle dit que ça change tout.

Comment ? Zoïle dévisage Tiberia, perplexe. C'est pourtant très facile, il suffit de ne pas demander ou le navire va avant de monter à bord. Mais elle se doute que ce n'est pas ce que veut dire la jeune noble. Parce que si Zoïle ne connait pas vraiment Tiberia, elle devine facilement qu'elle n'est quand même pas une petite oie stupide. Non, ça implique plutôt une interrogation à savoir pourquoi elle a prit le navire sans demander la destination. Elle remarque que certaines personnes les regardent... ou plutôt les dévisagent. Elle n'apprécie pas. N'est-ce pas anormal qu,on ne baisse pas les yeux devant une sorcière ? Elle les dévisage à leur tour, mais l'autorité de Tiberia fait son effet avant le sien. Ah bon ?

- Ydril ? répète-t-elle, visiblement ravie de l'information. Nous allons à Ydril ! Quelle merveilleuse nouvelle ! Je suis déjà allée à Ydril ! Le port est magnifique ! Et j'en ai vu des ports ! Elle sourit à Tiberia et tente de la rassurer. Tu sais, je ne suis native de Thaar et je n'y suis que depuis quelques mois. J'ai beaucoup voyagé, avant. La différence, c'est que je suis seule. Non, elle est avec Lufotu. Lofotu a toujours été avec elle. Lufotu est avec elle. Elle sera toujours avec Lufotu. Je sais me défendre, dit-elle, en lui offrant un sourire qui aurait pu passer pour de la pure innocence si elle ne l'avait pas ponctuée d'un clin d'oeil. Mais dès que Tiberia lui demande si elle fuit quelqu'un, son sourire s'efface. Non !, dit-elle, beaucoup trop vivement. Non, répète-t-elle, plus doucement. Je ne fuis personne. Enfin, peut-être que oui. Mais ce n'est pas sa faute, c'est... Elle plisse le nez et serre sa besace contre elle. Je ne pouvais pas rester avec mon mentor, c'est comme ça.

Et encore une fois, elle sourit, comme si tout allait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Mar 31 Mai 2016 - 23:36

Malgré les assurances de la part de Zoïle, Tibéria n’était guère convaincue par son histoire. D’un autre côté, la jeune fille pouvait bien faire ce dont elle avait envie. Elle était assez vieille pour prendre ses propres décisions. Tibéria n’avait aucune autorité sur elle, mais Zoïle lui était sympathique et elle espérait qu’il ne lui arrive aucun problème.

— Je n’ai pas beaucoup voyagé. Je suis née et j’ai grandi dans le duché de Soltariel avant d’être envoyé à Thaar. J’ai également passé un peu de temps à Diantra, avant…

C’était avant la guerre qui a saccagé la merveilleuse capitale des hommes. Tibéria avait été dame de compagnie pour une princesse là-bas alors qu’elle n’était qu’une adolescente encore. Elle se souvenait de la ville, de son palais et de tous les gens qui y vivaient. C’était une véritable fourmilière à l’échelle humaine. Qu’en restait-il maintenant? Tibéria ne le savait pas, mais elle priait pour que la paix revienne. Elle pensait à tous ces gens qui souffraient des ambitions démesurées de quelques hommes et ça la chagrinait. Si on lui donnait la possibilité un jour de pouvoir changer les choses, elle le ferait sans hésitation.

Lorsque Tibéria demanda à la jeune fille si elle était en fuite, Zoïle réagit si vivement qu’elle en fit sursauter la noble. Elle s’empressa de dire que ce n’était pas le cas avant de modérer sa réponse. Elle ne pouvait plus rester avec son mentor… Du point de vue de Tibéria, ça pouvait dire un tas de choses plus ou moins graves. Évidemment, Tibéria était curieuse d’en savoir plus, mais ça faisait partie des choses que l’adolescente gardait pour elle. Après tout, la jeune femme gardait elle aussi des détails.

— Peu importe, je suis mal placée pour te faire la leçon. Soit simplement prudente. Tu es sympathique et je trouverais ça bien dommage qu’il t’arrive quelque chose. Je vais être à Ydril pour un certain temps, je pense. Si tu as un problème, n’hésite pas à me trouver… Quoique, ça pourrait être compliqué.

Tibéria soupira. Elle ne pouvait pas lui dire où elle pourrait la trouver exactement sans devoir en révéler un peu plus sur son identité. Déjà qu’elle lui avait dit qu’elle était née dans le duché de Soltariel… Bon, c’était aussi le cas d’un bon nombre de personnes, mais combien parmi elles s’étaient également rendus à Thaar? D’un autre côté, quelles étaient les chances que cette jeune fille ait entendu parler de sa famille et de son histoire? Elles devaient être vraiment minces.
Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Ven 3 Juin 2016 - 0:47



Elle a beaucoup voyagé. Elle a commencé très tôt. Elle est née à Ydril, mais elle ne se souvient plus ou. Son premier voyage, c'était avec son père. Elle s'en souvient à peine. De vagues images, dont elle n'est plus certaine de la véracité. Elle se souvient pourtant de l'odeur du marais de Faelia, du moins, elle s'en est souvenue lorsqu'elle y est retournée, des années plus tard, avec Muelle. Et elle croit se souvenir qu'elle y était avec son père. Puis l'instant suivant, elle était seule. Non, pas seule, Lufotu était là. Lufotu a toujours été là. Lufotu lui appartient. Ou est-ce l’inverse ? Elle ne l’a jamais vraiment su. Muelle dit qu’elle doit lutter pour ne pas devenir la chose de Lufotu. C’est facile, Lufotu ne veut pas faire d’elle sa chose, sinon il le lui aurait dit, n’est-ce pas ?

- Je suis aussi allée à Diantra, j’y suis restée un an ou deux… je ne me souviens plus… j’étais si jeune, dit-elle, les yeux plissés pour tenter de se souvenir avec plus d’exactitude.

Zoïle dévisage Tiberia. Ah oui, vraiment, elle lui fait la leçon. Comme Muelle. Mais Tiberia n'est pas Muelle et elle ne l'a connaît que depuis quelques minutes. Comment elle peut avoir la moindre idée de ce qu'elle fait ? En même temps, Zoïle doit avouer qu'elle ne connaît pas non plus Tiberia et elle à été la première à commenter son mariage. En fait, elle ne devrait pas être si boudeuse, parce que oui, la mine qu'elle affiche en ce moment est boudeuse. Alors elle tente d'effacer cette impression. Tiberia est si gentille malgré tout.

- Tu as parfaitement le droit de me faire la leçon puisque nous en sommes au même point. Sauf que toi tu sais où ce navire accoste. Mais est-ce que tu sais ce qui t'attends ? Vraiment ? Tu es si gentille. Beaucoup de gens comme toi auraient déjà ordonné qu'on me jette à la mer ou à fond de cale pour même avoir osé te parler. J'ai vu les regards horrifiés de ton esclave quand je t'ai entraînée ici. Tu risques beaucoup plus que moi, tu sais. Ne t'en fais pas, je serai prudente. Et toi, tu feras attention à toi ? interroge-t-elle en posant une main sale, mais délicate, sur celle de la noble. Je saurai te trouver, si j'ai besoin d'aide. Une magnifique noble qui doit bientôt se marier, ça ne sera pas secret bien longtemps. Et toi, me trouvera-tu si tu as besoin de moi ? Tu es si gentille, ce serait triste s'il t'arrivait quelque chose de mal. Parce que je pars à l'aventure, j'espère bien qu'il m'arrivera quelque chose de bien, dit-elle, visiblement ravie par la perspective qu'il lui arrive quelque chose.

Parce personne ne pars à l'aventure en espérant qu'il ne lui arrive rien. Rien ce al, c'est légitime, mais rien du tout, ce serait beaucoup moins amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Mar 7 Juin 2016 - 0:07

Tibéria vit dans le regard de Zoïle qu’elle n’avait pas vraiment apprécié que la jeune femme lui fasse la leçon bien que ce ne fut pas réellement volontaire de sa part. Elle se maudit intérieurement de ne pas avoir été capable de se mêler de ses affaires lorsque l’occasion s’était présenté. Toutefois, peut-être pour la rassurer, Zoïle lui dit qu’elle avait tout à fait le droit de lui faire la morale tout en lui demandant si elle-même savait ce qui l’attendait une fois qu’elle aura touché terre.

— À vrai dire, je n’en suis pas certaine. Je suppose que je vais rencontrer mon futur époux à mon arrivée. Ensuite, il va rester quelques négociations à faire avant que la cérémonie ait lieu. Je n’ai jamais été marié, alors comment pourrais-je le savoir. Nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve, mais ce n’est pas une raison pour en avoir peur, je pense.

Tibéria sourit à son compliment.

— Te jeter par-dessus bord pour m’avoir adressé la parole? Je ne crois pas être importante à ce point. Crois-moi, je suis juste… Tibéria. Je suis certaine que le sang qui coule dans nos veines est de la même couleur.

Elle portait le poids de son nom de famille. C’était bien la seule chose qui la différenciait de Zoïle. Elles étaient nées dans des familles différentes, l’une supposément plus respectable que l’autre. C’est pourquoi Tibéria portait des vêtements de soie et des bijoux en or alors que Zoïle portait ce qui serait considéré par plusieurs comme des guenilles alors, qu’en réalité, ses vêtements étaient bien plus pratiques que ceux de la noble. Tibéria savait qu’elle avait des idées différentes de la majorité des nobles et que bien des gens ne seraient pas d’accord avec ce qu’elle disait. Tibéria en savait assez sur le genre humain pour savoir que la valeur d’un homme se mesurait par ses actes et non pas sa naissance.

— Ne t’inquiète pas pour moi. Tout ira bien, j’en suis certaine. Je suis sûr aussi qu’il t’arrivera plein de bonnes choses.

Les nausées s’étaient calmées et Tibéria avait envie de manger quelque chose. Elle se tourna vers son esclave qui était resté non loin à surveiller cet échange pour s’assurer qu’aucun mal ne soit fait à la jeune femme.

— Je crois bien que je suis en mesure d’avaler quelque chose de léger. Faites préparer quelques douceurs pour moi et ma jeune amie ici.

Apparemment, la perspective de voir Tibéria partager sa nourriture avec une sauvageonne comme Zoïle ne lui plaisait pas, mais il obtempéra quand même en s’inclinant devant la noble avant de disparaître dans les entrailles du bateau

— Si tu veux manger un petit quelque chose, ça devrait être près d’ici quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Sam 11 Juin 2016 - 2:34



Tiberia avoue qu'elle ne sait pas trop à quoi s'attendre elle non plus. Elle en a sans doute une bonne idée, mais tout peut arriver. Zoile est dans la même situation. Elle sait à peu près comment elle compte faire ses premiers pas en ville. La bourse qu'elle a dérobé est bien garnie. Mais en effet, tout peut arriver. Sauf que si Tiberia n'a jamais été mariée avant, Zoïle, elle, a déjà été toute seule avec Lufotu. Mais elle avait cinq ans. Personne ne se soucie d'une petite fille de cinq ans à travers les orphelins des ruelles. Mais elle en a seize maintenant... les choses sont différentes. Elle ne pourra pas compter sur la pitié pour obtenir quoique ce soit. Et c'est quelques chose à laquelle elle n'avait pas du tout songé. Elle sourit pourtant à Tiberia.

- Je ne connais pas vraiment le rituel du mariage... j'en ai une vague idée, mais je suppose que ça n'a rien à voir avec le genre de mariage que tu auras. Non, elle a déjà assisté à un mariage dans le petit peuple, caché sous une table. Non, il ne faut pas avoir peur. On peut craindre, c'est salvateur, mais avoir peur ne fait que paralyser la réflexion.

Zoïle glousse lorsque Tiberia se défend d'être aussi importante.

- Alors c'est que tu n'as pas remarqué son air. Soit tu es plus importante que tu le dis, soit lui, il se donne beaucoup trop d'importance, raconte-t-elle, amusée. Je peux te confirmer que mon sang est aussi rouge que le tiens, mais celui des chevaux et des rats l'est également. Ne t'en fais pas, je ne juge rien ni personne. C'est faux, elle juge tout le temps, comme tout le monde. C'est une question de survie dans sa situation. D’accord, alors je ne m'inquiéterai pas, affirme-t-elle comme si c’était aussi simple que cette déclaration.

Tiberia annonce qu’elle est prête à manger quelque chose et demande à son esclave de préparer quelque chose et des les, elle et Zoïle. Ah oui, Zoïle aussi ? La jeune sorcière hausse un sourcil, perplexe, mais puisque l’esclave semble si suspicieux, elle pince les lèvres et lève le menton. Allez, quoi, qu’il obéisse. Il a pourtant bien entendu, non ? Mais dès qu’il disparaît, Zoïle reporte son attention sur Tiberia.

- Il va vraiment préparer des… douceurs ? Il obéit à tout ce que tu lui demandes ? Sans rechigner ? Bon sang, ça doit être bien d’avoir des esclaves. Oh, il pourra faire chauffer de l’eau pour une tisane à la menthe ? Est-ce que tout le navire est à tes ordres ? C’est pas mon premier voyage, mais les bateaux que j’ai prit avant ils étaient… disons… plus… comment dire… commercial. Des bateaux marchands, surtout. Celui-là, il est beau en plus., dit-elle, de toute évidence ravie et fébrile de ce début d’aventure.
Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Jeu 16 Juin 2016 - 0:02

— Oh, la cérémonie varie selon la richesse des gens qui se marient, mais également des régions, c’est certain. Personnellement, je sais que le mien risque d’être fastueux. Vu le contexte, il y a des choses auxquelles je tiens, mais je ne doute pas que la cérémonie sera très jolie.

Tibéria était dans le néant par rapport à ce qui allait arriver ensuite. Seule son arrivée à Ydril lui apportera les réponses aux questions qu’elle se pose depuis l’annonce de son retour sur la Péninsule. Pour l’instant, elle essayait de ne pas trop y penser. Elle allait là-bas pour remplir son devoir même si elle n’arrivait pas à se débarrasser de la désagréable impression de n’être qu’une marionnette manipuler par des gens beaucoup plus puissants qu’elle.

— Eh bien, je suis effectivement issue d’une puissante et riche famille de Soltariel, mais je n’ai moi-même aucun titre. Il a reçu des ordres pour veiller sur moi. S’il a une once d’intelligence, ce dont je ne doute aucunement, il doit être terrifié par ma tante. Il fait son travail. C’est tout ce qu’il peut faire…

La jeune noble haussa les épaules en signe d’impuissance. Elle était habituée de vivre entourée d’esclaves. Elle ne connaissait rien d’eux. Elle ne savait pas comment ils étaient arrivés là et pourquoi ils étaient des esclaves. Elle savait que certaines personnes criblées de dettes acceptaient de se vendre à un maître en désespoir de cause. Tibéria ne leur adressait jamais la parole hormis pour leur demander des choses, mais elle était toujours courtoise.

— Ils n’ont pas le choix, tu sais. Ce sont des esclaves. S’ils ne le font pas, ils risquent la mort. Je ne sais pas ce qu’il va faire préparer. Nous sommes sur un bateau alors je ne m’attends pas à un miracle. Je regrette les plateaux de pâtisseries que l’on m’a présentés alors que nous étions encore à Thaar… Ce bateau est pour le transport de personnes, généralement des gens relativement riches. Je suis surprise que tu aies réussi à te faufiler jusqu’ici. Le prix de la traversée doit être dispendieux.

Quelques instants plus tard, l’esclave réapparaissait en déclarant que la nourriture était servie. Tibéria invita Zoïle à la suivre jusqu’à une grande cabine richement décorée. Les gros meubles étaient fixés au sol pour éviter qu’ils ne se déplacent ou soient renversés par les mouvements du bateau. Il y avait des tentures et des tapis aux motifs complexes et colorés. Sur la table ronde, on avait disposé des fruits frais du fromage et du pain. Un autre esclave était chargé de servir les boissons et restait un peu en retrait, attendant les ordres.

— Tu peux t’installer et manger si tu veux. Seule, je ne pourrai pas avaler toute cette nourriture.

Tibéria s’installa comme si c’était quelque chose de parfaitement normal pour elle alors que n’importe qui d’autre aurait été impressionné que l’on fasse autant d’effort pour une seule personne. D’un simple signe de la main, sa coupe fut remplie d’un délicieux nectar coloré. Tibéria tentait de diminuer son rang, mais visiblement, elle était une jeune femme très importante.
Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Sam 18 Juin 2016 - 3:38



Écouter Tiberia parler est divertissant. Un parfait mélange d’humilité et d’assurance. Elle sait exactement quoi dire, elle sait exactement ce qu’elle fait et comment le faire, mais elle ne sait pas encore exactement l’impact que ça peut avoir sur les gens autre que son entourage. Exactement comme une jeune sorcière qui décide soudainement de sortir de l’ombre de son mentor.

- J’aimerais bien voir ça. Une cérémonie du mariage grandiose, dans la noblesse péninsulaire, dit-elle, rêveusement.

Zoile croit commencer à saisir les nuances de ce que raconte Tiberia. Elle ne semble pas vouloir trop en dire, mais à vouloir expliquer, elle devient presque trop précise. Peut-être pas en détails, mais Zoile est maintenant persuadée que si un jour elle a besoin de Tiberia, elle aura beaucoup de facilité à la retracer. Mais mieux vaut ne pas vexer Tiberia en lui balançant des vérités toutes crues.

- Si j’ai bien compris, ta famille est puissante et reconnue, mais il n’y a que ton mariage qui pourra te faire bénéficier du titre. Donc j’en déduis que ton futur époux a les moyens et toi les titres. Et bien sûr, ta tante ne sera pas en reste, sinon, tu ne l’aurais pas nommée. Je crois que ton esclave est très intelligent, parce qu’il sait exactement que sa méfiance en moi est justifiée, mais que s’il s’en plaint trop rapidement, il risque ton courroux et accessoirement celui de ta tante, dit-elle tandis que l’esclave est hors de vue. Tu connais son nom ? demande-t-elle, curieuse.

Oui, si elle n’a jamais eu d’esclave, elle sait ce qu’ils sont. Elle n’en a jamais eu, mais elle en a soigné. Elle a aussi abrégé la souffrance de plusieurs. Oui, ils risquent la mort et ils sont des boucs émissaires fort pratique. Chacun son métier.

- Oh, tu as bien fait d’éviter trop de pâtisseries avant le départ. Tu les auraient probablement rendu à la mer dès le départ, précise-t-elle, amusée. Oh, oui, je suppose que le prix était assez élevé… mais… on a pas tendance à élever le prix avec les gens comme moi.

On reconnaît souvent les sorcières à l’effet qu’elles produisent chez les gens. Cette impression que tout leur est du et que payer pour la traversé est vraiment, mais vraiment une faveur qu’elle leur accorde. Du moins c’est l’effet qu’elle avait provoqué au type devant qui elle s’était plantée pour embarquer. Elle avait commenté jusqu’à ce qu’il jette un coup d’oeil paniqué vers la cabine du capitaine. Puis elle avait retiré de la bourse bien rebondi, le prix demandé et elle le lui avait cédé. Ça lui était égal, en fait puisque la bourse et son contenu ne lui appartenait pas. Elle l’avait dérobé.

Invitée à suivre Tiberia par celle-ci, Zoile ne cache pas son enthousiasme et avant de s’asseoir, prend le temps d’observer les richesses de la cabine.

- Oh, c’est magnifique ! J’en ai pas vu d’aussi jolis depuis des années, dit-elle en s’émerveillant devant un tapis. Mais rapidement, quand Tiberia l‘invite à s’asseoir, elle prend place, sans attendre. Même si je voulais ardemment, je serais incapable de refuser, dit-elle en pensant tout de même à retirer ce qu’elle nomme sa cape, à savoir la masse poilue qu’elle porte sur les épaules. Zoile n‘a pas toujours mangé à sa faim et c’est flagrant à la manière dont elle regarde la nourriture. Elle prend un morceau de pain. Je me demande s’il sera aussi frais à la fin du voyage… un jour, sur un bateau nettement moins beau, nous devions retirer les vers avant de manger le pain, raconte-t-elle, de toute évidence amusée, comme lorsqu’on raconte une mésaventure qu’on espère ne jamais voir se reproduire.
Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Mar 21 Juin 2016 - 11:13

— En fait, si tu veux assister à un mariage, tu peux toujours assister au mien. Je ne sais pas exactement quand aura lieu la cérémonie, mais j’imagine qu’elle se fera assez rapidement. Si tu penses être encore dans les environs d’ici un mois ou deux, je ne pense pas que cela va créer de problèmes. Tu pourras te faufiler parmi les invités. Je pourrai justifier ta présence en disant que tu m’as aidé pendant la traversée et que pour te montrer ma reconnaissance, je t’ai invité pour la cérémonie.

Tibéria était sincère. Elle aimerait beaucoup voir un visage amical cette journée-là, bien qu’elle se doutait déjà que ses jeunes sœurs y seraient. La présence de Zoïle sera sans doute remarquée, mais les mariages sont généralement des évènements très publics et un grand nombre de personnes devrait participer aux célébrations. La jeune fille ne sera qu’une invitée parmi tant d’autres et puis, si c’était nécessaire, Tibéria était même prête à lui trouver une robe convenable.

Zoïle fit une réflexion qui fit comprendre à Tibéria qu’elle avait trop parlé. Du coup, elle se sentait un peu idiote. À vouloir trop faire attention, l’effet inverse s’était produit. Gênée, elle acquiesça toute de même à ses paroles. La sorcière était peut-être jeune, elle avait l’esprit vif et un excellent sens de la déduction.

— Je suppose qu’à ce stade, je n’ai pas d’autres choix que de tout te dire. La situation est plutôt complexe… Mon nom complet est Tibéria de Soltari-Berontii. La famille Berontii est très ancienne et très puissante ou du moins, elle le fut. Des évènements récents ont malheureusement changé les choses. Je vais essayer de te raconter ce qui s’est passé sans trio tomber dans les détails, car ils n’ont plus tellement d’importante maintenant. Bref, tout commence avec la duchesse Inès de Soltariel qui a disparu mystérieusement sans que personne ne sache ce qui est arrivé. Le trône vacant, la Course du Soleil fut lancée durant laquelle tous les prétendants au trône ducal se manifestèrent. Je me suis présenté ainsi que toutes mes sœurs, mais c’est Marguerite, l’ainée, qui reçut le plus d’appuis. Je me suis éventuellement retiré ainsi que Antonia et Paulla pour l’appuyer. Malheureusement, je crois pouvoir dire sans me tromper qu’elle a tout gâché. Elle a toujours eu un tempérament de feu. Nous pratiquons toutes les quatre la magie des éléments dans la famille. Margot maîtrise le feu et moi l’eau. Enfin, maîtriser n’est peut-être pas le bon mot. À part faire déborder des verres d’eau, je ne sais pas faire grand-chose. Bref, ça fait de nous deux des êtres totalement opposés. Après une série d’évènements malheureux, elle a été déchue de son trône et toute la famille fut exilée. C’est pour cette raison que j’étais à Thaar. Mes sœurs cadettes y sont encore. Pour ce qui est de Margo, je ne sais pas. Elle doit préparer quelque chose. Il y a eu des négociations en secret. Un mariage va être célébré avec le patriarche d’une très puissante famille de la Péninsule. Ça n’a rien d’un mariage d’amour… Le trône est toujours vacant et je peux y prétendre légitimement… Si j’ai les appuis nécessaires, je peux devenir duchesse… et lui, il sera duc par la même occasion.

Elle haussa les épaules en signe qu’elle n’y pouvait pas grand-chose. Évidemment, Tibéria ne connaissait pas tous les détails de l’arrangement, mais elle n’était pas idiote. Elle était un outil politique de choix même si les frasques de sa sœur compliquaient les choses. Techniquement, sa famille était toujours sous le coup de l’exile. Son retour sur la Péninsule allait faire des vagues, mais c’était un risque que son futur époux se sentait capable de gérer, apparemment.

À ses côtés, Zoïle était totalement charmée par la décoration de la cabine qui, bien qu’elle soit plutôt jolie, n’était pas si impressionnante que cela.

— Si tu trouves ça beau, attend de voir les merveilles de Soltariel. C’est vraiment magnifique. La demeure où j’ai grandi était fabuleuse. J’aimerais faire en sorte que mes sœurs y retournent. Je n’aime pas l’idée que les lieux soient laissés à l’abandon bien que je ne sois pas certaine que la maison soit vide. Je suppose que ma tante y a laissé des gens pour l’entretien.

Tibéria brisa un morceau de pain et le porta à sa bouche au même moment où Zoïle parlait de vers. Disons que la duchesse regretta un peu son geste bien que le pain soit absolument savoureux et totalement dépourvu de vers.

— Ce genre de vie ne doit pas être facile. Dit-elle après avoir péniblement avalé sa bouchée. Quand je pense à tous ces gens qui vivent quotidiennement cette situation… J’espère avoir un jour le pouvoir d’améliorer les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Dim 26 Juin 2016 - 18:24



Une invitation à un mariage. Tiberia l'invite à son mariage ? Un mariage ? Dans la noblesse de la Péninsule ? Oh Grands Dieux. Pour vrai ? Vraiment ? La jeune sorcière ouvre de grands yeux étonnés. Étonnement qui devient rapidement un espoir admiratif.

- Ton mariage ? Oooooh ! s'enthousiaste-t-elle en tapant des mains, mais en les posant sur sa bouche, rapidement, pour dissimuler son excitation ou du moins, le rendre moins sonore. Tu m'invites à ton mariage ? Oh oui, je t'ai... enfin, je v'ais t'aider à faire passer ton mal de mer... oh après ça c'est moi qui aurai une dette éternelle !

Bon sang, elle doit se calmer. Mais la perspective de voir si la réalité de la noblesse péninsulaire est aussi luxueuse que dans ses souvenirs a l'effet de l’enthousiasmer. C'est décidé, avec une invitation pareille, elle ferait des bassesses pour pouvoir revivre cette période encore un temps. Avec les richesses, les beaux vêtements, les plafonds qui touchent presque le ciel, les bijoux, les tapisseries et les couloirs des domestiques. Elle attrape les mains de Tiberia et les serre dans les siennes.

- Avec une invitation pareille, je resterai à Ydril le reste de l'année s'il le faut !

Comme Zoile lui fait remarquer qu'elle en a beaucoup trop dit, Tiberia lui concède effectivement que c'est le cas et elle lui révèle ses origines. D'accord, Zoile est impressionnée. Elle s'attendait à une haute noblesse, mais pas à la plus haute par défaut. Sa bouche s'entrouvre en un étonnement qui n'est pas falsifié. Une aspirante duchesse ! Elle bavarde avec une aspirante duchesse ! Et elle ne l'a pas fait jeter à la mer ! Et le plus surprenant, c'est qu'elle bavarde amicalement. Mais ce qui extraordinaire, c'est qu'elle lui fait des révélations de cette envergure. Ma petite Zoile, c'est ton jour de chance.

- Duchesse, waw ! Tu as raison, c'est impressionnant.

Elle écoute l'histoire de Tiberia avec attention. Mais vraiment beaucoup d'attention. C’est intéressant, un résumé rapide des dernières intrigues de la cours de Soltariel, ce n’est pas à négliger. Elle a beau partir à l’aventure et n’avoir pas vraiment réfléchit… enfin, pas réfléchit du tout à toutes les possibilités, la proposition de Tiberia est alléchante. Pourquoi ne pas profiter du luxe qui passe ? Qui serait assez bête pour refuser. Pas Zoile. Et Lufotu reste silencieux. Elle en déduit qu’il n’y voit pas d’inconvénients. Et en plus, puisque Tiberia vient d’avouer qu’elle n’est pas très douée en maîtrise de la magie de l’eau, Zoïle se dit que là, elle pourra être vraiment utile. Mais ne pas tout révéler tout de suite. Choisir son moment.

Dans la cabine, Zoïle admire la décoration luxueuse et Tiberia note que c’est beaucoup plus luxueux à Soltariel. Une maison familiale… enfin, demeure familiale. Zoïle ne peut pas comparer, elle n’a rien de familial. Excepté Lufotu. Mais est-ce vraiment familial ? Non.

- Est-ce que toi tu retourneras y vivre ? Ou juste pour tes soeurs ?

Zoïle se retourne vers elle et lui offre un sourire ravi avant de s’asseoir et de raconter une anecdote amusante sur le pain et les vers. Zoïle glousse en voyant l’air dégoûté de Tiberia. Elle inspire pour ajouter que la plupart du reste de l’équipage ne retirait pas les vers, mais ils les mangeaient, puisque ça leur procurait de la nourriture en plus. Mais elle s’abstient. Elle ne voudrait pas lui couper l’appétit, elle a déjà le mal de mer.

- Changer les choses ? Zoïle a un gloussement amusé. Je ne crois pas que ce sera possible. Il y aura toujours des vers sur le pain rancit. Mais ne t’en fait pas, ceux qui ont ce genre de vie sont tellement occupé à rester en vie qu’ils ne pensent pas vraiment à améliorer leur sort. Bien sûr, elle ne parle pas au nom de tout le monde. Il y en a beaucoup trop. Et certains cherchent vraiment à améliorer leur sort. Et je ne crois pas qu’améliorer les choses soit le rôle d’une duchesse. De toute manière, ils y a toute la hiérarchie en dessous qui doit s’occuper du petit peuple, non ? Enfin, si j’ai bien comprit à quoi ça sert tout ça. La seule période que j’ai passé dans la haute noblesse, j’étais encore une enfant, dit-elle comme si elle était sortie de l’enfance depuis longtemps déjà. Elle prend une bouchée de fromage et le déguste avec satisfaction. Dis-moi, tu veux vraiment devenir duchesse ?

N’avait-elle pas dit qu’elle n’avait pas trop le choix ? Pour Zoïle, il y a une grande différence entre ne pas avoir le choix et choisir de le faire quand même et avec détermination.
Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Ven 1 Juil 2016 - 11:56

Voir Zoïle aussi ravie par une simple invitation rendait Tibéria très heureuse. Ce n’était pas grand-chose pourtant, bien que ça puisse signifier beaucoup pour une personne qui n’est pas habitué par ce genre de chose. Le mariage allait être impressionnant et beaucoup de gens tout aussi impressionnants allaient y assister probablement. Tibéria connaissait beaucoup de personnes dans la noblesse, mais elle se souvenait surtout qu’aucun d’eux n’avait tendu la main pour les aider quand leur famille avait été exilée. C’était ainsi dans la noblesse : on n’aidait que lorsque ça allait nous rapporter quelque chose en retour. Arichis d’Anoszia ne faisait pas cela par bonté de cœur, mais Tibéria devait l’accepter. C’était son monde, son univers et comme partout, il y avait du bon et du mauvais.

— De te voir aussi contente pour une simple invitation me ravit, vraiment. Je ferais les arrangements pour que ta présence soit officielle.

Ça signifiait devoir en parler au maître des lieux. Il n’avait vraiment aucune raison pour refuser la présence de la jeune femme au mariage. Si elle promettait de bien se tenir, elle pourrait même passer complètement inaperçue. Elle était exubérante et avait un style particulier, mais la mode dans la noblesse n’était pas nécessairement mieux. Tibéria était convaincue de pouvoir la transformer en jeune fille de bonne famille à condition qu’elle accepte de se laisser faire…

— Non, la demeure familiale sera à l’usage unique de mes jeunes sœurs. Moi, je serais avec mon époux dans le château ducal, je suppose.

Le château ducal de Soltariel n’avait rien à voir avec les villas ouvertes que l’on retrouve à Thaar où les jardins et les espaces de vie sont allégrement mélangés au goût de leurs habitants. C’était plutôt une forteresse construite pour impressionner et repousser les assauts des ennemies. Tibéria l’avait visité plus d’une fois et avait même été dame de compagnie pour une princesse, mais elle n’aurait jamais imaginé pouvoir dire que cet endroit allait devenir sa maison. La route était encore longue avant que ce soit effectivement le cas, mais le rêve ne lui semblait plus impossible.

Zoïle ne semblait pas avoir la même vision des choses quand venait le temps de pouvoir changer les choses. Elle ne croyait pas que ça puisse être possible pour Tibéria de faire les changements qu’elle voulait. Tibéria fronça les sourcils. Elle comprenait son point, mais elle était convaincue qu’elle avait tort. Elle voulait lui prouver qu’elle pouvait le faire.

— En effet, certaines choses ne peuvent être changées. Toutefois, je crois que je peux donner des outils pour aider les gens à avoir une meilleure vie. Si, par exemple, les enfants ont droit à une bonne éducation, leurs conditions de vie peuvent s’améliorer grandement, même pour de simples paysans. En sachant lire et compter, ils peuvent avoir une meilleure gestion de leur ferme et éviter d’être arnaqués. Pour les plus désœuvrés, nous pouvons faire construire des hôpitaux qui les accueilleront. Nous pouvons aussi construire des orphelinats pour les enfants abandonnés et nous assurer qu’ils aient une enfance la plus normale possible et qu’ils puissent apprendre un métier en les plaçant comme apprenti dans des ateliers, par exemple. Évidemment le point le plus important de tous, je pense, éviter autant que possible que la guerre ne vienne détruire leurs terres et leurs maisons. Un peuple heureux et un peuple qui me soutiendra. La voix de la noblesse est importante, mais le peuple a la majorité écrasante. Il ne faut pas l’oublier : sans fermiers pour cultiver les champs et élever les animaux, sans charpentiers et maçons pour construire nos maisons, sans orfèvres et tailleurs pour fabriquer nos robes et nos bijoux, nous n’avons rien d’autre qu’un titre…

Tibéria avait une vision très réaliste, mais également très moderne du monde qui l’entourait. Elle comprenait l’importance du rôle de chaque personne dans ce monde. Le peuple avait besoin de la noblesse pour les diriger et la noblesse avait besoin du peuple pour remplir son devoir. En échange, la noblesse devait agir en modèle et être redevable. Malheureusement, ce n’était pas le cas pour tout le monde, mais Tibéria avait déjà son idée de fait. Elle allait être la voix du peuple.

— Donc, après ce que je viens de dire, tu peux comprendre, je pense, que je veux vraiment devenir Duchesse. Le titre me semble très lourd à porter, mais j’en suis capable. Je veux réparer les bêtises de ma sœur. Je veux redonner ses lettres de noblesse à notre famille et lui donner un nouveau souffle. Peut-être que je ne suis qu’une idiote qui verra ses rêves éclater en morceau, mais je veux au moins essayer. Dans la vie, lorsqu’une opportunité se présente à nous, il faut la saisir et donner le meilleur de nous-mêmes à chaque fois. C’est vrai pour tout le monde, pas juste pour moi.

Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Mer 13 Juil 2016 - 21:58



Une invitation à un mariage noble, par la future mariée en personne, c’était pas banal. Zoile avait déjà plein d,images devant le yeux et elle tentait de les chasser pour éviter de trop en faire. Elle devait se calmer un peu. Mais oh, bon sang, un mariage noble ! Et d’une duchesse en plus ! Il ne restait maintenant qu’à faire pour que Tiberia ne regrette pas son invitation. Elle allait lui prouver qu’elle est digne de son invitation. Le château ducal, elle n’y est jamais allée. Elle a surtout fait des châteaux à Diantra en fait. Ce serait bien de visiter tous les châteaux de la péninsule. Avec Tiberia, ça pourrait être possible.

- Tu n’auras pas à le regretter, lui promit-elle, ravie.

Tiberia avait déjà des projets et si Zoile a émis des réserves au sujet de ces projets, Tiberia était convaincue et son discours fut convaincant. Zoile est certaine que Tiberia a toutes les bonnes intentions du monde, mais la sorcière connaissait l’envers de la médaille. Si beaucoup de nobles avait la réputation d’être cupides, beaucoup de pauvres personnes l’étaient aussi. À force de manquer de quelque chose que d’autres ont à profusion, on devient parf
ois encore plus cupide et avare. Habituellement par nécessité, certes, mais c’était une réalité. Zoile a un hochement de tête lorsque Tiberia dit qu’elle est peut-être une idiote et queson rêve peut éclater. C’est vrai, et c’est probablement ce qui se produira, parce que les rêves de Tiberia sont peut-être un peu trop grands, bien que la sorcière pense que les rêves ne sont jamais assez grand, il n’y a que des gens de peu d,imagination. Mais concrètement, pour les appliquer, Tiberia devra revoir sa manière de les formuler, ses rêves.

-- Tu n’as pas qu’un titre. Et tu n’auras pas qu’un titre. Si vous n’aviez personne pour faire certaines choses, vous les feriez vous-même, parce que vous êtes des gens avant tout. La différence avec les autres, c’est que vous avez beaucoup plus de gens à protéger et à diriger. Elle sourit à Tiberia. Tu es quelqu’un de bien, Tiberia. Mais tout le monde ne l’est pas. Et ça ne concerne pas que les nobles, tout le monde peut ne pas être quelqu’un de bien. Oui, tu as de bonnes idées… tu as raison, faut toujours donner le meilleur de soi.

Elle ricane. Bien sur, pour une sorcière, le meilleur de soi n’est pas nécessairement ce que la plupart des gens considèrent comme meilleur. Mais Zoile donne toujours le meilleur d’elle-même.

-- Que vas-tu proposer en premier ? demande-t-elle en croquant dans un morceau de pain.
Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Sam 16 Juil 2016 - 23:07


Tibéria avait confiance en Zoïle. C’était une jeune fille vive d’esprit et très curieuse, mais elle n’avait pas l’impression qu’elle pourrait poser des problèmes. Puis, même si ça devait arriver, Tibéria avait bien le droit d’inviter qui elle avait envie à son mariage. La présence de Zoïle lui rappelait ses sœurs. Elle ne savait pas quand elle pourra les revoir, les deux jeunes femmes étant restées à Thaar. En attendant, la sorcière pourra lui tenir compagnie. Elle avait besoin de personnes comme elle dans son entourage. Son franc-parler était rafraichissant. Elle n’avait pas peur de ce que les gens allaient penser d’elle. Elle faisait ce qui lui faisait envie. Elle jouissait d’une liberté que n’avait pas Tibéria et elle l’enviait pour ça. Elle ne changerait pas sa place pour être comme elle, mais elle aimerait avoir plus de pouvoir sur sa vie. Jusqu’à maintenant, on avait beaucoup décidé à sa place, mais le jour où ça allait changer était proche.

— Tu sais, il y a beaucoup de sagesse dans ce que tu viens de dire. Je trouve cela très étonnant, car tu es si jeune. J’ai l’impression que ta vie a été bien longue et bien remplie. Ce n’est pas une mauvaise chose. Tu as un regard sur le monde très lucide et j’apprécie beaucoup cette qualité. Ne la perds surtout pas!

Elle avait raison. Tout le monde n’était pas bien. Tibéria devait être vigilante, car des gens voudront lui nuire. En devenant duchesse, elle sera une cible de choix. C’est contre elle qu’auront lieu les attaques. Elle devra être forte et faire des choix parfois très difficiles pour le bien du plus grand nombre. Plus elle y pensait, plus elle se demandait si elle serait capable de le faire. Certaines personnes ne sont tout simplement pas faites pour être des dirigeants.

— Je ne sais pas… Il y a tant de choses à faire! Je veux protéger les gens les plus vulnérables, les orphelins et ceux qui ne peuvent pas s’occuper d’eux-mêmes. J’aimerais créer des endroits pour les recueillir et leur redonner leur dignité. Je veux soutenir l’éducation. C’est important que les gens apprennent à lire et à écrire, même ceux qui vivent dans des régions plus éloignées. J’aimerais aussi que l’on mise plus sur le talent que sur le nom d’une personne. Mon nom de famille peut m’ouvrir de nombreuses portes, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Je crois qu’il y a ainsi beaucoup de gens talentueux qui ne peuvent tout simplement pas démontrer ce dont ils sont capables à cause de ça. Évidemment, ce ne sont que des idées et je ne sais pas ce que mon cher époux va en penser, mais je crois que de petites choses pourraient faire une grande différence.

Elle porta une coupe de vin à ses lèvres. Au même moment, le bateau fut soulevé par la houle et le mouvement lui fit renverser la moitié du liquide coloré sur elle.

— Oh!

L’esclave mortifié se précipita sur elle pour l’aider à tout éponger. Malheureusement, la robe était perdue.

— Je crois qu’on ne peut plus rien faire pour cette robe. Manger et boire sur un bateau demande une dextérité que je n’ai pas…

Puis elle gloussa de rire, plus amusé par l’incident qu’autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Dim 17 Juil 2016 - 18:45



Tiberia est quelqu'un de fort. À fort caractère. Elle semble déterminée et pleine de volonté. Zoile apprécie ces qualités. D'autant plus qu'elle peut lui offrir un luxe qu'elle ne peut pas refuser. Rester proche de Tiberia, c'est ce qu'elle doit faire à partir de maintenant. Et Tiberia semble aussi apprécier la sorcière. Sagesse ? Une longue vie ? Non, ce n'est pas ça. Tiberia a une idée de la vie, Zoïle en a une autre. Elle connaissent une facette différente et elles semblent capable d'en discuter et elles sont assez ouverte, ou curieuse, pour essayer de voir le point de vue de l'autre.

- Ma vie n'est pas plus longue que la tienne. Elle est différente, c'est tout. Je ne crois pas que ce soit de la sagesse, mais disons que j'ai vue beaucoup de choses et que je ne crois que tout soit noir ou blanc. Lumière ou noirceur. Bien ou mal. Il y a des milliers de couleurs entre le noir et le blanc, tu ne crois pas ?

Éduquer. Tout le monde ne peut pas être éduqué. Pas parce que les gens sont bête et stupide, mais parce que la réalité n'est pas la même pour chacun. Et l'éducation n'est pas non plus la même pour chacun. Mais protéger les vulnérables et leur offrir une dignité, ça c'est possible. Zoile sourit. Tiberia est si belle lorsqu'elle arbore cette conviction.

- Ton futur époux pourra bien en penser ce qu'il veut. Tu es une future duchesse, ça ne devrait pas t'empêcher de les réaliser si ta volonté est grande. Le nom est utile, mais il ne prouve rien. Tu m'as parlé de ta soeur, n'est-ce pas ? Son nom lui a peut-être ouvert des portes, mais ses bêtises lui ont refermés les portes sur le nez. Ton nom t'ouvrira peut-être des portes, mais ce n'est pas ton nom qui te permettra de les franchir. Mon nom ne m'a jamais ouvert de portes, mais je suis sur ce navire et j'ai beaucoup de volonté.

Une vague, un peu trop brusque et tout se déplace. Zoïle retient l'eau dans sa coupe, parce que le vin lui tourne la tête trop facilement. Mais ça bien secoué et Tiberia n'est pas responsable de ce dégât.

- Ce n'est pas toi qui manque de dextérité. C'est ce satané pilote qui ne sait pas prendre une vague. Les pilotes sur l'Olienne n'ont pas le talent de ceux de l'Eris semble-t-il, s'emporte-t-elle avec une pointe de mauvaise humeur.

Zoile est impétueuse et aussi vive à la bonne humeur qu'à la contrariété semble-t-il, mais tout se passe si vite que l'instant d'après, dès qu'elle entends Tiberia rire, elle sourit.

- Oh non, la robe n'est pas tout à fait gâchée. Il suffit de noyer le vin, dit-elle en prenant le reste de son eau et en aspergeant généreusement la tache sur la robe de Tiberia.

La stupéfaction de l'esclave la fait glousser, mais elle la retient quand celle-ci vient pour éponger Tiberia à nouveau. Elle prend la place de l'esclave près de Tiberia.

- Nous avons quelques points en commun. La volonté. Elle s'agenouille devant Tiberia et fixe la robe d'un oeil mauvais, avant de placer sa main au-dessus de la tache inondée et d'inspirer profondément. Nous avons aussi l'eau.

Puis elle expire doucement et soulève sa main, entraînant dans sa suite des gouttelettes rosées par le vin dilué. Les gouttelettes se rassemblent et se fusionnent une une seule masse liquide sous la paume de Zoile, avant qu'elle retourne lentement sa main et dirige la masse liquide vers sa propre coupe vide qu'elle tient dans l'autre main. Et lentement, elle bouge les doigts et c'est comme si l'eau coulait de sa main dans la coupe. Elle sourit. C'est toujours plaisant de faire son petit effet !


Dernière édition par Zoïle le Mer 20 Juil 2016 - 1:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 468
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Mar 19 Juil 2016 - 22:00


Zoïle pourra dire ce qu’elle voudra, Tibéria doutait fortement que ses jeunes sœurs soient capables de formuler une telle pensée. Sa vie n’était pas seulement différente de celle de la jeune noble, elle était également plus difficile. Elle avait été forcée de mûrir plus rapidement que les autres enfants, bien que, du haut de ses 16 ans, elle soit considérée comme une adulte pour plusieurs.

— Non, c’est bien de la sagesse. Il faut avoir une certaine expérience de la vie pour voir les choses de cette façon. Tu as cependant parfaitement raison quand tu dis que le monde n’est pas blanc ou noir. Il y a beaucoup de nuances et c’est parfois difficile de bien tout saisir. Néanmoins quand on comprend ce principe, on sait qu’il ne faut pas porter de jugement trop rapidement.

Elle avait également raison en disant que le nom ne faisait pas tout. Ce sont nos agissements qui nous définissent réellement. Être issus d’une famille puissante nous offrait une chance de prouver notre valeur, mais si au final on était incapable de le faire, alors ça ne signifiait plus rien. Les plus lâches vont même jusqu’à s’assoir sur les actes de leurs ancêtres pour se glorifier alors qu’eux-mêmes n’auront jamais rien fait pour s’élever.

— Alors, promets-moi de ne jamais perdre cette volonté. C’est une qualité très précieuse qui te mènera très loin, j’en suis certaine. Comme tu le dis toi-même, tu es sur ce bateau. Qui sait ce que l’avenir te réserve si tu poursuis sur cette voie!

Tibéria avait maintenant du vin sur sa robe, mais elle semblait bien la seule parmi tous ceux présents dans cette pièce à ne pas en faire tout un plat. Elle était sur un bateau. C’était normal que ça secoue à l’occasion. Son estomac n’était pas réellement d’accord avec elle, mais ses protestations étaient encore gérables pour l’instant. Zoïle semblait particulièrement agacé par la soi-disant incompétence du pilote.

— J’essaie autant que possible de ne pas critiquer les gens qui font des choses que je serais bien incapable de faire moi-même. Tenir la barre d’un navire ne doit pas être facile, alors je ne lui tiens pas rigueur…

Zoïle paraissait toutefois déterminé à sauver la robe de la jeune noble alors que même l’esclave avait baissé les bras. La jeune fille renversa un peu d’eau sur le tissu déjà tâché. Tibéria l’observa avec attention alors qu’elle commençait à comprendre ce que la jeune fille avait l’intention de faire. Contrairement à beaucoup de personnes, Tibéria n’était pas effrayée par la magie, car elle-même la pratiquait. Elle n’était toutefois pas aussi douée que la jeune sorcière. Elle était émerveillée par son adresse à manipuler l’élément. La robe était sauvée grâce aux talents de la sorcière. Tibéria saisit sa propre coupe remplie d’eau. Elle se concentra sur elle et, par magie, la fit déborder sur le sol.

— Tu n’es pas la seule à avoir certains talents. Malheureusement, les miens n’égalent pas les tiens. Je fais déborder des verres d’eau et jaillir de petites sources au sol, mais rien de plus impressionnant. J’avais l’intention de me concentrer un peu plus sur l’étude de l’Art, mais la vie en a décidé autrement. Peut-être que j’en aurais l’occasion de retour sur la Péninsule.

Elle jeta un coup d’œil à l’esclave qui semblait totalement mortifié par le geste de sa maitresse.

— Ce n’est qu’un peu d’eau. Je n’ai pas inondé le bateau…
Revenir en haut Aller en bas
Zoïle
Humain
avatar

Nombre de messages : 180
Âge : 35
Date d'inscription : 15/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans (née en 992)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   Mer 20 Juil 2016 - 4:39


La sagesse ? Elle, Zoïle, elle serait sage ? Elle n'a jamais été une enfant sage. Elle a toujours été turbulente. Et elle n'est pas non plus assez vieille pour être qualifiée de Sage. Ce sont les vieux qui sont sage, pas les jeune filles de seize ans. Et elle encore moins, parce qu'elle n'est pas une jeune fille sage. Elle est une sorcière. Mais oui, elle peut toutefois admettre qu'elle a une expérience différente. C'et bien de rencontrer des gens différents. Ça permet de voir toutes les possibilités. Et Zoïle n'est pas du genre à ne voir qu,une solution à un problème. Il y en a toujours des tas. Si elle n'en voit qu'un seul, elle a tendance à estimer qu'à la base, ce sera une mauvaise solution. Enfin, mauvaise dans le sens de pas la meilleure... et meilleur ne signifie pas non plus bénéfique... bref...

- De la sagesse ? Tu es certaine ? interroge Zoïle, la mine perplexe.

Elle ne semble pas très convaincue de l'exactitude de Tiberia au sujet de la sagesse, mais ne relève pas plus. Mais elle secoue vigoureusement la tête lorsque Tiberia lui dit de lui promettre de ne pas perdre sa volonté.

- Je ne fais pas ce genre de promesse. Mais si je perd ma volonté, j'aurai tout perdu. Alors il faudra beaucoup de choses pour que je la perde, dit-elle, tout sourire.

Une vague et un brusque pilote, tout ce qui n'est pas fixé bouge, ce qui fait que Tiberia renverse son vin sur sa robe. L'impatience de Zoïle la fait critiquer le pilote, mais Tiberia prend sa défense. De toute évidence, elle est aussi soucieuse des gens qu'elle le prétend. Elle se contente d'hocher la tête. Elle non plus ne saurait pas piloter ce navire en fait. Oui, peut-être qu'il pourrait avoir une chance, mais le mérite-t-il ? Elle en doute. Pour sauver la robe de Tiberia, parce que bon, c'est une si jolie robe, il ne faut pas la gâcher pour rien. Son petit numéro a l'effet de plaire à Tiberia, ce qui plait d'autant plus à Zoîle. L'esclave ne semble pas trop apprécier et encore moins lorsque Tiberia fait la démonstration de ses capacités. Zoïle, contrairement à l'esclave, apprécie le spectacle. A a une exclamation ravie et elle applaudit avec un amusement sincère.

- Oh, ne te déprécie pas. Tu fais déjà de grandes choses et tu en feras d'autres. Faire déborder les coupes et attirer l'eau du sol jusqu'à toi est déjà bien plus que de nombreuses personnes. Le ruisseau devient fleuve à force de couler. Ça demande beaucoup de volonté et de le faire souvent. Elle balaie l'air de sa main d'un mouvement agacé. Je ne crois pas que la vie ait quoique ce soit à voir avec ça. Ne laisse rien ni personne décider pour toi. Tu seras une duchesse après tout. tu pourras faire presque tout ce que tu veux, non ? Zoïle reporte son attention sur l'esclave. Bah ouais, l'eau était déjà dans le bateau, elle ne l'a pas fait monter à bord. Tout va bien. Tout va bien. Elle lui tapote gentiment la main. Tu devrais peut-être te trouver une occupation pendant que nous bavardons ? Oh, et un autre verre d'eau pour la future duchesse. J'ai la menthe ici, dit-elle en fouillant dans sa besace qu'elle n'a pas quitté.

Sa besace semble contenir beaucoup de choses. Ça tinte et ça cliquette à l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Regarde l'horizon. Regarde toujours l'horizon. (PV Tiberia)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» « Regarde ça, regarde ça ! Chaque fois que j'déprime ça m'déplume !! »
» Regarde toujours devant toi, jamais derrière, sauf si tu sais que quelques choses t'y attend [ Prio : Bois de Frêne ♥ ]
» [Foret] On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du côté de la forêt. [PV : Alexander Taylor, Sarah Grandpré & Alyss Jackson]
» Regarde où tu mets les pieds ... [Noah] Abandonné
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: OCÉANS :: Océans :: Mer Olienne-
Sauter vers: