AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre avec un sage?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Rencontre avec un sage?!   Lun 16 Mai 2016 - 19:05

Dunraël, son étrange compagnon du moment avait débuté leur réel rencontre par un discours en très ancien elfique. Une langue non parlé depuis si longtemps qu'aucun livre n'était rédigée ainsi. Cela fit tiquer Nakor qui se mit à réfléchir fortement aux origines possibles de cet elfe de l'invisible. Il continua cependant ensuite en elfique commun et cela rassura le Magistère du Firmament. Souriant, le vieux fou ne se fit pas attendre pour répondre à son camarade

"Il n'y aura pas trop d'empreinte à suivre mon nouvel ami! Nous allons ... voler!"

Puis, déroulant de sa manche, une longue étoffe de lourd tissu, le vieux sorcier la déploya d'un coup sec et habile puis fit oeuvre de sa magie. Après un repos bien mérité, suite à la bataille, Nakor avait recouvré l'ensemble de ses pouvoirs magiques ce qui n'était pas peu dire! Il fit appel à son contrôle du vent et souleva l'étoffe au dessus du sol.

"Ce sera plus pratique ainsi!"

Nakor sauta sur son tapis et attendit que l'elfe fasse de même. Ils s'envolèrent alors pour le grand Médian, afin de retourner auprès de Nimmio de Velteroc et savoir un peu plus ce qui s'était passé depuis son départ, dans l'ancienne capitale. Il s'était jeté dans le nord, tête baissée afin d'aider à la destruction de la tête de pont drow en Oesgard. Il y avait retrouvé le jeune et bon Jérôme, avait fini par se faire accepter du Marquis de Serramire, Aymeric de Brochant et été parti avec une petite mission secrète, même si elle n'était pas des moindres. Il s'emploierait au mieux à la réussir si c'était possible. Mais là n'était pas encore le problème. Les terres défilèrent sous le tapis volant du vieux fou, demandant tout de même une belle quantité de pouvoir et une grande dextérité arcanique. Le trajet pris plusieurs heures avant que l'astre sol ne commence à s'abaisser. Ils étaient donc aux abords du Marquisat de Sainte Berthilde, quand Nakor glissa à Dunraël

"Mon ami, nous allons devoir faire une pause pour la nuit, il se dit que la maîtresse des lieux accueille en son logis, les artistes, sages et autres longues barbes aux prétendus connaissances. Nous allons y faire un arrêt. Votre magie pourra-t-elle s'employer à faire disparaître quelques uns de vos traits les plus reconnaissables? Je doute que les longues oreilles de votre peuple soient une aide à notre entrée dans la cité."

Les deux magiciens se mirent d'accord sur la méthode à employer, le Magistère prit un peu son souffle avant de se remettre sur ses jambes, calma ses forces magiques et enroula son étoffe. Bâton à la main, il retrouva son air habituel, celui qu'il avait depuis six cent vingt huit ans maintenant, l'air du marcheur violet, qui parcourt le monde sans cesse. Les derniers habitants de la cité fortifiée entraient en ce moment dans la ville. Nakor se présenta alors au poste de garde et indiqua, jouant franc-jeu et refusant donc de se cacher derrière sa barbe

"Soldat! Je suis Nakor, le Magistère du Firmament, la plus grande guilde magicienne de Miradelphia. Je demande le gîte à la Marquise de Sainte-Berthilde, Judith d'Hardancour. Veuillez m'indiquer comment m'introduire à elle."

Le soldat resta longuement dubitatif avant de donner quelques ordres et d'intimer à ces deux drôles d'attendre que des ordres arrivent jusqu'à eux. Il fallait prendre précautions avec les magiciens! Toujours! Et celui là, s'il disait vrai, n'était pas n'importe lequel d'entre eux. Nakor ne s'en offusqua guère et attendit tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

MessageSujet: Re: Rencontre avec un sage?!   Ven 27 Mai 2016 - 17:13


"Mon cher William, le voyage de demain non seulement sera long et fastidieux, et les mauvaises blagues un moyen bien mal venu de réveiller une dame."

C’est une Judith décoiffée qui apparut, déstabilisant légèrement l’officier, elle d’ordinaire si soignée. Mais tout irréprochable qu’elle paraissait, elle savait être efficace, et un homme aussi solennel que William de Herstaal ne la réveillerait sans solide raison.

"Faire de l'esprit en un tel contexte serait outrepasser mes droits et devoirs, madame. L’homme qui attend aux portes est Nakor. Le Nakor. L'ancien maître mage du Roi."


Elle acquiesça d'un sourire entendu. "Et Magistère du Firmament. Je le sais bien, William. Mais il est vrai que faire de l'esprit est mal venu en une telle circonstance. Avez vous réveillé mon cuisinier ?"

"Les cuisines sont déjà en branle-bas de combat, madame. "


"Bien. Je dois aller m’habiller, amenez les au salon.  Eh bien ? Demanda Judith à un Herstaal hésitant. Que faites-vous encore ici ? "

"C’est que Nakor a une très mauvaise réputation, madame. Inviter une telle personne, que certains soupçonnent comme responsable de la mort du roi, madame la marquise. Votre mari- "


Honneur oblige, ce genre de situation où Herstaal affichait ouvertement et avec insistance ses réserves était rares et à prendre au sérieux, mais Judith ne pouvait se permettre de laisser une telle occasion de lui échapper. De nombreux projets avaient mûri et fleuri dans son esprit, et cette rencontre inespérée pourrait peut-être accélérer un très grand nombre d'entre eux. Elle leva un index en signe de silence, avant de le pointer vers l'extérieur. Elle appuya son geste d'un hochement de tête, et referma la porte. Herstaal était parti, il ne restait donc plus qu'à se mettre en état d'accueillir ses prestigieux hôtes. Elle prit le temps de faire une rapide toilette afin de se réveiller complètement, mit l'une de ses robes noires légères mais opaque surmonté d'un confortable châle, un homme de cet âge n'ayant sans doute plus d'intérêt pour la chose spirituelle que la chose charnelle.

Protocole oblige, Judith ne descendrait que lorsqu'ils étaient confortablement installés, aussi en profita-t-elle pour passer dans son bureau personnel y récupérer un livre dans la plus haute des étagères, caché juste derrière une rangée. Lorsqu'elle jugea le temps venu, elle descendit le long d'un escalier en colimaçon, donnant sur le couloir qui menait directement au salon où les deux protagonistes furent amenés. Petit salon s'il en était, il s'agissait d'une pièce aménagée aux tapisseries orientales, et plusieurs tables de bois aux formes hexagonales et motifs floraux non sans rappeler l'art pharétan, et l'un des domestiques avait pris l'initiative d'y faire régner une légère odeur d'encens. C'était ici que Judith d'Hardancour invitait les personnes qu'elle estimait cultivées et distinguées, laissant la grand'salle à ses rudes vassaux (exception faite de l'honorable Gassien de Ronceroc, seigneur de Ronceroc et homme de sciences estimé) et autres braves du Nord.

Mise en scène oblige, les socques à semelles de bois aidant, chacun des dix pas qu'elle fit vers le salon était audible. Elle n'attendit pas d'être annoncée pour parler, son livre à la main :

"Je suis honorée d'avoir au sein de Sainte-Berthilde une présence aussi illustre. Je suis Judith d'Hardancour, la femme d'un maître des lieux qui est hélàs indisponible à cette heure. Avez-vous fait bon voyage ?"


Tout durant l'accueil, elle s'assit et posa son livre à sur la table, titré Réflexions sur la résidualité de la magie et sur les arcanes propres à la dévoiler.



Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Âge : 72
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Rencontre avec un sage?!   Dim 29 Mai 2016 - 10:43

Si le vieillard n'était pas fou, il n'en était pas loin. D'une humeur enjouée, souriante - et ce, même malgré une bataille - l'humain était, sur bien des points, l'antipode de son comparse Elfe : taciturne, discret, et peu bavard. Escomptant sur la discrétion de leurs épopées, Dunraël s'était rabattu sur une approche discrète des landes humaines. Il ne faisait nullement confiance à ces êtres difformes et impurs, d'autant que leur racisme primaire s'ajoutait à un manque crucial de discernement et d'intelligence. Mais voilà que la discrétion semblait relayée non pas au second plan, mais au dixième, car le vieillard comptait bien voyager par tapis magique. Encore un peu, et Dunraël lui aurait demandé où il cachait sa lampe magique. S'y résignant, il prit place sur leur moyen de locomotion, manquant à une ou deux reprises de s'effondrer par terre en se brisant un os.

Ils arrivèrent en vue de Sainte Berthilde - une terre humaine, un marquisat, dont les hauts murs et les pierres blanches de la citadelle auraient pu être impressionnants s'ils ne renfermaient pas autant d'humains. Ils se posèrent, et Nakor, comme coutumier des lieux, prit les devants, et guida le duo à travers la ville jusqu'à son sommet, où il demanda à être reçu. Dunraël, légèrement en retrait, gardait sa capuche relevée, masquant ses oreilles pointues, même si son visage trahissait certains signes distinctifs de ses origines. La plupart des badauds n'ayant jamais vu d'Elfes, aucun soldat ou passant ne l'interpella sur sa race, tous étant déjà dissuadé par le bâton qu'il tenait. L'elfe millénaire avait refusé d'user de sa magie, principalement car celle-ci ne lui permettait pas de tromper la vue.

Ils furent introduits au sein de la Citadelle Immaculée, et c'est un Dunraël silencieux mais observateur qui suivait Nakor à travers les couloirs. Ce dernier s'était présenté comme le magistère du Firmament, la guilde dont Dunraël avait déjà entendu parler à Thaar. Dans le salon où ils patientèrent, Dunraël regardait par la fenêtre. Il avait rabaissé sa capuche, aussi ses oreilles pointues et ses cheveux gris étaient clairement visibles, ces derniers atypiques chez un peuple réputé pour ne point vieillir. Patientant tandis que leur hôte avait été prévenu, Dunraël, quittant le rebord de la fenêtre, s'approcha d'une petite bibliothèque, parcourant les titres exposés. Certains étaient des livres d'histoire, d'autres des ouvrages sur la magie ou sur les dieux. Il prit le temps d'en feuilleter un, tournant les pages très rapidement, murmurant une critique, séparée de la suivante par quelques secondes d'intervalle. Lorsque la marquise pénétra dans le salon, Dunraël ne se retourna pas. Il se mit à se moquer.

« Salutations. »

Sobre et simple, fidèle à lui-même, le mage garda le livre de théologie, montrant sa couverture à la marquise.

« Le temps ne change que peu les choses. Il y a cents ans, on disait l'inverse de ce que l'auteur écrit. Il y a deux cents ans, on disait la même chose que ce qu'il dit. C'en est presque alarmant. »

Reposant le livre, et s'adressant en Elfique à Nakor, le vieil Elfe parla calmement pour ne point effrayer la marquise. « Je ne comprends pas pourquoi nous devons être ici. Nous serions tout aussi biens hors de la ville, loin de ces individus. »
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Rencontre avec un sage?!   Dim 29 Mai 2016 - 22:03

Nakor avait finalement été amené jusque dans un confortable salon, odorant et gentiment décoré. Il observa le petit jeu silencieux de son camarade resté jusque là, fort taciturne. La définition même d'un elfe voir plus encore. Le Magistère se passait sa main libre sur sa soyeuse barbe blanche, un sourcil froncé, repensant aux vieilles histoires qu'il avait entendu à propos de certains elfes et de certaines pratiques. Il garda ses remarques pour lui, ne désirant absolument pas que quoi que ce soit tourne mal alors que d'un instant à l'autre, la dame des lieux pouvait entrer. C'est d'ailleurs ce qui finit par arriver, alors que Dunraël avait sa capuche découverte et qu'il se fendit de quelques mots en langue des Hommes. Peste maudite des damnés immortels qui pensent constamment ne s'adresser qu'à une horde d'enfants! Nakor se leva lourdement, et s'inclina légèrement, une main sur sa barbe, l'autre sur son bâton. En glissant un regard en direction de son compagnon de voyage, avant de se demander si la Dame d'Hardancour souffrait de quelque deuil aux vues de sa tenue, il prit la parole.

"Ma Dame, merci de nous recevoir en cette heure si avancée de la journée et avec autant de cordialité. Je suis Nakor, Magistère du Firmament et je vous présente un taciturne compagnon de voyage elfe Dunraël dont vous excuserez je l'espère, les manières qui peuvent paraître parfois froides mais qui ne sont que l'expression de l'immense sagesse accumulé après une longue vie à fouler notre sol."

En gardant un sourire indéfectible sur son visage, il parla dans un elfe parfait avec un petit quelque chose dans les yeux, de piquant.

"Ces individus comme vous les appelez mon ami, font partis des rares humains assez ouvert d'esprit pour ne pas maîtriser la magie et pour autant, ne pas la craindre mais au contraire, la respecter comme un art. Et puis, un peu de chaleur et quelques victuailles ne sont pas, je crois, le seul apanage des humains rassurez-moi?"

Nakor posa ensuite un oeil rapide sur le livre que tenait la marquise, car en effet, il n'observa pas la dame comme l'aurait fait un jeune coq, il était un très vieil homme qui n'avait absolument plus aucun intérêt pour la chose charnelle. Après tout, en comparaison de son âge, la jeune Judith était une nouveau née pour le vieux fou et ses six cent vingt huit années de vie. Revenant à la langue commune, la barbe blanche s'amusa un peu

"Alarmant vous dîtes? Je pense qu'en théologie, le principe étant d'accepter sans preuve, qu'un cycle infini ne cesse de s'étendre est plutôt rassurant finalement ... un peu comme un débat qui ne peut avoir de fin puisque aucune preuve ne peut venir étayer les arguments sans qu'une nouvelle puisse venir la contrer."

Puis pointant un doigt tranquille en direction du livre amené par la marquise, il continua

"Alors qu'un traité de magie sur la captation des effluves arcaniques, ça c'est une chose sur laquelle on peut finir par se mettre d'accord. Une méthode pas forcément unique, qui peut être améliorée un jour, mais qui, si elle a fait ses preuves à une époque, doit pouvoir continuer de le faire dans le temps."

Puis se mettant à rire, il ajouta

"Finalement, tout nous ramène à dire que le temps ne change que peu les choses, vous aviez raison Dunraël, mais ce n'est pas alarmant, c'est dans l'ordre du monde. Comme un appel à continuer sans cesse."

Invitant d'un geste, la jeune marquise à prendre un siège, il retrouva sa place pendant que Dunraël semblait se refuser à se joindre de trop près à une humaine.

"Nous avons en effet, réalisé un long voyage en peu de temps Ma Dame d'Hardancour, nous venons de quitter voilà peu les hordes drows en Amblère. J'ai personnellement participé à la bataille aux côtés des troupes de Jérôme de Clairssac. Après une longue discussion amicale avec Aymeric de Brochant que vous connaissez sans doute, j'ai pris congés et me hâte de retourner vers le Médian. J'entends, du haut de mon tapis volant, les pires rumeurs et si seulement la moitié sont vraies, j'ai encore quelques sources de soucis à me faire. Le nord est enfin libéré, la tête de pont drow est définitivement rompue, brisé même. Mais si le sud souffre d'un mal encore plus grand, alors le travail ne fait une fois de plus que commencer. Avez-vous quelques nouvelles à partager avec moi?"

Puis Nakor se permit de se saisir d'un verre de vin qui venait d'être apporté en plus d'un plateau de fromages, de pain chaud et de quelques fruits. Il glissa alors en elfique

"Mangerez-vous aussi en notre compagnie ou préférez-vous rester là à tenter de faire croire que point les elfes ne se sustentes?"

Nakor resta donc là, aussi amusé qu'inquiet. Il avait en effet un moyen d'obtenir quelques informations sans doute plus précises que celles obtenues auprès des soldats du grand nord et des rares messagers qui arrivèrent là bas. Il savait aussi que ce serait un échange de bon procédé, il avait donc d'abord un peu disserté pour montrer qu'on pouvait lui attribuer un petit titre de sage, ce qui donnerait sans doute envie à Judith, maîtresse des lieux, de discuter avec le vieillard. Allait-elle d'abord parler de théologie, de maîtrise de la magie et des arcanes, du temps et de sa constance, de la guerre ou de rien de tout ça. Il allait sans doute vite le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

MessageSujet: Re: Rencontre avec un sage?!   Mar 14 Juin 2016 - 19:49

"Un elfe, constata-t-elle simplement. Elle ne connaissait pas la langue, mais reconnaissait les vocalisations, bien différente du parler nain grondant et bien plus douce que les intonations gutturales estréventines. Je pensais que les derniers à avoir fréquenté la Péninsule avaient disparu en même temps que Trystan. Je suis heureuse d'apprendre que nous vous sommes encore d'un quelconque intérêt. Enchantée de faire vos connaissances, maîtres Dunraël et Nakor."

Il y avait tant de choses à dire, et si peu de temps pour ce faire que Judith en avait le vertige. Elle se recentra sur l'important. Elle n'avait que peu de temps pour agir, et ces deux bonshommes pourraient lui faire gagner un temps précieux.

"Et je constate que vous êtes un homme très occupé, Magistère, aussi me priverai-je d'entrer dans une discussion sur la théologie qui nous prendrait une nuit bien précieuse. Bien que, par les Cinq, je doute trouver assemblée plus instruite avant bien longtemps. Aussi irai-je droit au but."


"Bien que je ne sache lancer le moindre sort, expliqua-t-elle, je me suis prise à apprécier la philosophie surnaturelle presque autant -si ce n'est davantage- que la philosophie naturelle. Et de ce que j'ai compris, l'une des disciplines les plus complexes de la gestion des flux magiques est celle de la résidualité magique. Les objets enchantés, les runes, sont tant d'exemples ou un résidu magique est sensé perdurer durant un certain temps, et un procédé particulièrement complexe que nous n'aborderons probablement point pour l'instant, ce livre portant sur un point autrement plus intéressant. En effet, l'auteur de ce livre soutient qu'une magie suffisamment puissante peut éventuellement laisser des traces, voir une information sur les caractéristiques du sort originel. Un sort de téléportation pourrait éventuellement identifié, voire pisté dans certaines conditions mentionnées dans le livre; mais vous n'avez sans doutes pas entendu le plus intéressant pour vous - à savoir comment un livre pareil s'est retrouvé entre mes mains."

Judith ménageait son suspense avec habileté. Plus que de capter leur attention, il s'agissait de rendre la chose intéressante à l'un des mages les plus talentueux que l'humanité ait jamais possédé, et un elfe qui semblait assez confiant en lui-même et assez considéré par le mage pour n'être bien plus qu'un simple apprenti.

"Il semblerait qu'un homme, dans un hospice néerite, ait tenté d'utiliser un sort qui, d'après les descriptions, n'était pas sans rappeler, à une moindre mesure, la sphère bleutée qui englobait l'Arcanum avant sa disparition. De son corps l'on n'a retrouvé que le haut d'un corps proprement sectionné. Cet élement, et également le fait que..."

Elle se pencha sur le ton de la confidence, confidence particulièrement déplacée à y penser suffisamment longtemps. Mais passé était le temps des faux-semblants. Si la vérité n'avait pas éclaté au grand jour, certains éléments, à force d'enquêtes, de théories et de réflexions, poussaient à prendre Nakor à parti, ne serait-ce que pour observer sa réaction :

"...Vous connaissez Aetius d'Ivrey bien plus que moi, et si ce n'est pas vous l'assassin du Roi, tel que certains se plairaient à le croire en dépit de toute logique, eh bien... nous ne pouvons que supposer qu'il eût été très idiot de la part d'Aetius de renoncer à un trône si durement acquis. Tout cela me porte à penser que le sort qui fut utilisé ce jour-là n'était pas un suicide ou un accident magique, et je mettrais ma main à couper que la mort de l'ancien mage n'en était pas une non plus. Ce qui pourrait bien signifier..."


La conclusion n'était sans doute pas non plus à négliger.


"Le fils de votre ami, maître. Il est peut-être encore en vie, quelque part dans ce monde... Où ailleurs. Nous serait-il possible de retrouver le sort utilisé par Aetius, puis par ce mage fou ? J'ai d'ores et déjà commencé à réunir des braves pour cette quête. Dont un qui pourrait vous être familier... Un certain sire de Melasinir ?"
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Âge : 72
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Rencontre avec un sage?!   Mar 14 Juin 2016 - 21:56

C'est les bras croisés que le vieil Elfe se tenait, proche de la table, assez pour lire - ou du moins, deviner - le titre de l'ouvrage amené par l'humaine. Il n'était pas venu pour débattre. Si cela ne tenait qu'à lui, ils ne seraient pas ici. Il ne releva pas les dires de Nakor. Il n'avait pas le temps pour débattre. Étrangement, c'était à lui, Être au-delà du temps, à qui il manquait les jours et les heures pour se rendre à Nisétis. Dunraël aurait pu argumenter des heures, apporter des données, des savoirs, des exemples, des expériences, défiant le réel, ruinant l'imagination, surplombant la pensée la plus folle. Mais au lieu de cela, il se contenta de hausser les épaules, et de retourner à sa fenêtre.

L'Elfe n'écoutait pas vraiment l'humaine. Ses propos le lassèrent plus rapidement qu'il ne le pensait, elle qui prenait appui sur les propos d'un auteur à peine plus expérimenté et âgé que ne le serait un enfant de sa race. Il était spécialement question des affaires de la Péninsule, ce qui était l'une des choses qui laissait Dunraël le plus impassible au monde. Il avait vu se succéder les têtes couronnées du royaume des Hommes les unes après les autres, et il se moquait éperdument qu'il soit question de la disparition plus spectaculaire d'une, plus qu'une autre.

La magie était à craindre, n'en déplaise l'avis de Nakor. La respecter était une chose, la mépriser en était une autre, mais dans tous les cas, il fallait la craindre. La peur de ce que l'on maîtrisait peu, même les grands maîtres, n'était pas une preuve de faiblesse pour Dunraël, mais bien de sagesse et de respect. Sans peur, il n'y avait plus de courage, ni d'intérêt, à s'aventurer sur les sentiers inexplorés de la magie. Dunraël demeura silencieux. Il ne comptait pas interrompre, ni prendre la parole, quoiqu'il en fut.


Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Rencontre avec un sage?!   Ven 24 Juin 2016 - 9:15

La jeune femme, après les présentations, se mit à mener un discours qui semblait très clairement avoir un début, une continuité précise puis une fin. Le vieux mage se demanda donc si c'était un hasard qu'ils se retrouvent tous les trois dans la pièce, voyant Judith plus que décidée à aller dans un sens dont il ignorait pour le moment tout. Elle commença par présenter son récent intérêt pour la résidualité magique, les runes et les objets ensorcelés. Nakor, assis sur sa chaise, prit la position typique de celui qui écoute avec attention et qui pense dans le même temps : une main sur un accoudoir, l'autre en train de parcourir avec négligence sa barbe, les yeux à moitié dans le vide. L'évocation de l'étude de la résidualité fit remonter au vieux fou, de nombreux souvenirs. Ses jeunes années dans l'empire dragon mourrant, les sorcières des marais, la guilde de l'arbre blanc, les mages drows du C'rnos, la Prime Sorcière et tant d'autres de ses quelques aventures où il avait dû faire face à des objets envoûtés. La magie était un domaine vaste, c'était le domaine de l'impossible, de tous les faisables, de l'imagination et de l'ouverture vers quelque chose de toujours plus grand. Nakor hocha donc la tête au début du discours de la marquise. Encore plus quand elle fit allusion à la téléportation. Allez donc savoir pourquoi mais cela rappela Haldren dans l'instant. En voilà un qui n'hésitait pas à user de sort de téléportation dangereux et qui pouvait sans doute, par étude magique, donner une indication sur la destination première du transporté.

Elle expliqua ensuite comment elle avait obtenu ce livre et parla d'un vieux fou qui s'était découpé en deux dans une sphère bleue. Cela fit tiquer mentalement le Magistère

##Une sphère bleue? ... Une sphère bleue ... !##

Mais pour l'instant il ne montra rien sur son visage, si ce n'est une grande attention. Et voilà qu'elle termina le lien devant une longue barbe blanche qui fronça vertement les sourcils. Il compris donc immédiatement où elle voulait en venir et pu presque conclure en même temps que la Marquise. Il la laissa tout de même finir, se renfonça profondément dans son siège et pris la parole, juste après avoir entendu un dernier nom qu'il n'avait pas entendu depuis fort longtemps!

"L'Arcanum, Aetius d'Ivrey, Eliam d'Erac, Arthur de Melasinir ... Ma Dame la Marquise, vous évoquez ici de nombreux noms venus d'un passé révolu! Un passé lourd de liens avec l'actualité et surtout, lourd de conclusions qui vous tentez de mener ici. Un point sur lequel nous sommes d'accord, la magie crée de fortes perturbations dans la toile du monde. Des déformations dues aux déplacements des masses d'énergies arcaniques présentes naturellement dans notre environnement. Tout comme l'étude du vent et des nuages permet de prévoir si la pluie viendra plutôt que l'astre sol, l'observation des résidus de magie autour d'un point où un sortilège a été utilisé peut, pour celles et ceux qui en sont experts, donner des indications sur l'origine du sort, sa destination et ses effets. Il faut une puissante magie pour introduire dans un objet, un sortilège potentiellement utilisable par la suite, par d'autres mages. Cela peut aussi donner des indications sur les effets du sort."

Puis, plongeant un regard d'une profondeur infinie dans celui de la jeune Judith, Nakor fit une pause avant de se lancer dans la suite de son discours

"La magie qui a été réunie par l'ensemble de l'Arcanum a été une quantité colossale de force. Ces mages avaient la folie des grandeurs et Aetius d'Ivrey n'était pas un homme des plus sains non plus. Je sais ce que l'on raconte sur moi mais je sais surtout ce qu'il s'est produit. Je sais sur les ordres de qui, feu Trystan d'Erac a été tué, aux pieds de qui, il est mort! Et j'ai ma conscience tranquille sur ce point. Comme vous le soulignez, il n'y avait aucune raison que j'assassine celui qui m'avait donné le plus haut poste existant pour un sorcier en Péninsule. Mais nous ne sommes pas là pour refaire le passé."

Puis le mage fit ce qu'il faisait rarement, il souffla longuement, ferma les yeux et pensa à voix haute afin de se concentrer plus fortement et ne pas trop être submergé par les souvenirs cuisant d'un passé encore trop proche et trop douloureux

"Vous supposez que le rat d'Ivrey, sachant le sortilège dangereux, ne l'aurait pas fait produire pour ne pas prendre le risque de perdre son poste de seigneur de la Péninsule. Il aurait donc tenté de convoquer une force qui aurait dû avoir pour effet autre chose qu'une simple déflagration. Ce sortilège aurait donc plutôt transféré une partie de l'Arcanum, Eliam et Aetius quelque part ailleurs ... mais où? Dans un autre plan? Vous dîtes que le vieillard de l'hospice néerite a été proprement sectionné en deux, la sphère bleue ne laissant que le bas du corps en souvenir. Y a-t-il eu coupure nette? Brûlure? Arrachage? Explosion? Mais pour faire quoi ensuite? Atterrir où? Une transfiguration? ... "

Nakor s'arrêta là, ouvrit lentement les yeux et attendit. Là, au beau milieu de cette pièce sans doute trop petite pour pouvoir contenir l'ensemble des réflexions nécessaires pour mener les bonnes conclusions à leur terme. Avant qu'un autre puisse prendre la parole, le Magistère termina ainsi son tour de parole, d'abord en langue commune, puis en elfique.

"Vous prenez le raisonnement à l'envers. Il faut aller là où la magie est la plus récente. Diantra a été le siège de nombreux événements depuis la sphère bleue. Les résidus seront sans doute trop faibles pour être analysables. C'est plutôt la visite de l'hospice qui semble plus intéressante pour répondre à vos questions. Mais dîtes moi un peu, avec tout ça, ou diantre est Arthur de Melasinir? Il loge en votre maison?"

Puis tournant la tête il glissa rapidement à son camarade elfe, dans la langue des immortels

"Il pourrait être intéressant de voir si ce sortilège a finalement un lien avec le monde de l'invisible que vous maîtrisez mieux que moi Dunraël."
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Âge : 72
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Rencontre avec un sage?!   Sam 25 Juin 2016 - 23:48

Dunraël ne prêtait que peu d'attention aux histoires des Hommes. Les noms se succédaient, les histoires se relataient, mais tout cela, Dunraël n'en avait cure et ne comprenait guère ces querelles péninsulaires. Ses yeux se perdaient en bas, dans la cité, regardant l'oeuvre quotidienne d'êtres dépassés par leur simple existence, et tracassés par les défis et les contraintes de la vie, comme si le moindre fardeau pesait si lourd sur les épaules qu'ils ne pouvaient en supporter le poids. Lorsqu'il entendit des paroles prononcées dans la langue bâtarde des Elfes, il tourna le visage, sans que son corps ne suive.

Il commença à parler en elfique avant que ses propos ne soient dits en langue commune des Humains. « Rien de ce que cette humaine a décrit ne ressemble à la magie de l'Immatériel, ou à la maîtrise du plan astral, Nakor. Ce n'est qu'illusion de chercher une justification à une utilisation barbare de la magie, comme les Humains semblent accoutumés à le faire. » Il marqua une pause, reprenant en langue humaine.

« Qui plus est, les affaires des Hommes ne me concernent en aucun cas. »

Le vieil Elfe abandonna son mirador à la fenêtre, avant de s'approcher à nouveau de la bibliothèque, l'esprit attiré par ce qu'il méprisait par nature. Mais il n'avait guère envie de porter l'attention sur lui, et même si la magie présentée par l'Humaine s'avérait être de celle relevant de sa maîtrise, il n'avait ni l'envie, ni le temps, ni le besoin, d'apporter son soutien. Son objectif était bien plus grand, et bien plus loin que cette terre ou que ces individus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

MessageSujet: Re: Rencontre avec un sage?!   Sam 2 Juil 2016 - 0:51

Judith haussa un sourcil à l'évocation d'un mot familier. Barbare, en elfique, était un mot qu'elle avait déjà lu dans un livre sur les relations linguistiques entre les langues humaines et elfiques. A partir de ce qu'il avait dit en péninsulaire commun, il était assez facile de recontextualiser, et Judith ne pouvait laisser parler plus longtemps cet elfe au ton narquois facilement palpable.

"Sauf votre respect, barbare n'est pas un mot que j'emploierai pour nous définir, maître Dunraël. Et il me plairait bien d'avoir quelque expertise de votre part sur ce sujet, pour peu que vous en ayez dans ce domaine. Maintes fois les humains ont prouvé, de par leur façon de penser différente de celle des elfes, que leur magie valait celle de ces derniers. Je suppose que votre compagnon actuel en est la preuve vivante, n'est-ce pas ?  "


Judith avait du mal à ne pas faire sonner cela comme un reproche, aussi ajouta-t-elle :

" La discorde actuelle met bien des vies en jeu, et la moindre assistance que vous puissiez nous apporter pourrait être vitale. Mais revenons au sujet, fit-elle en se tournant vers Nakor, soulevant sa tasse de thé à ses lèvres. J'ai donné rendez-vous à Arthur à la fin des festivités de Serramire, que je rejoins demain de bonne heure. J'en profiterai pour y chercher des chevaliers à la hauteur pour cette quête. Si l'hospice néerite possède certaines des informations, l'échec du mage fou sous-entend que la quantité d'information que nous y trouverons sera fatalement lacunaire. Mais il y a un autre problème."

Judith se rappelait des recommandations de messire Hiver. Mieux valait-il temporiser et attendre les autorisations avant de faire quoi que ce soit, et Judith n'hésita pas à le rappeler.

"L'hospice dont nous parlant se trouve à Diantra, région actuellement contrôlée par le duché du Langehack,et l'hospice en question est, depuis les émeutes, lourdement gardé. Je veux profiter de ces énnéades pour discuter avec le duc Oschide, et éventuellement obtenir des saufs-conduits pour la ville. L'homme fut capitaine de la garde royale. Et s'il est aussi sympathique que sa soeur et sa femme, il n'y aurait là nul difficulté à le convaincre du bien fondé de cette quête. Aussi, auriez-vous des affaires à régler entre temps, je vous suggère de le faire durant ces... quatre prochaines ennéades. Mais vous aviez posé une question plus tôt : l'état du corps du mage."


Enfin, il était temps d'entrer dans les détails.

"Comme je vous l'ai dit, ajouta-t-elle, toutes les informations dont je dispose, je les ai obtenus grâce à des informateurs dont l'accès à l'hospice est interdit. Autrement dit, des rumeurs. C'est tout ce dont nous disposons pour le moment. Mais les on-dits ont clairement mentionné un corps parfaitement sectionné, chose trop remarquable pour ne pas être mentionnable. Ma foi, je ne serais pas choquée d'apprendre que cela fusse le résultat d'une téléportation partielle. Mais, et nous retombons sur l'un de vos autres points d'interrogations : où ? Où ont-ils bien disparus ? Je n'en sais rien. Et c'est parce que je n'en ai nulle idée qu'il nous sera nécessaire d'avoir un certains nombres d'hommes parés à toutes éventualités. Chevaliers, archers, duellistes, mages et orateurs, et surtout : des gens qu'Eliam pourrait éventuellement reconnaître. Quant à Aetius... Son sort ne m'intéresse pas. Peut-être le jugerons-nous pour régicide si vous le ramenez. Mais cela n'est point de mon ressort."


Judith but une dernière gorgée avant de poser la tasse vide devant elle.

"Voilà. Si vous voulez vous joindre à nous, les portes de Cantharel vous seront ouvertes durant mon absence. Peut-être nécessiterez-vous un sauf conduit pour Cantharel, que je ferais parvenir à vos appartements avant mon départ... Je vous en ferai un, dans le doute. Enfin, je ne puis insister suffisamment sur le fait de garder toute cette affaire secrète. Le marquis lui-même n'est pas au courant. Du moins... Pas encore. Si vous n'avez pas d'autres interrogations, ou d'autres sujets sur lesquels vous voulez vous entretenir avec moi, permettez-moi de vous souhaiter la bonne nuit. Demain sera sans doute une longue et difficile journée pour ma part."

Il y avait pourtant tant de choses sur lesquelles discuter, mais la journée de demain était consacrée à un voyage long et fatiguant, et dormir dans une charrette n'était sûrement pas une expérience agréable. Mais Judith espérait avoir tout ce temps lors de son retour. Car le retour du Roi n'était pas seulement l'objectif de Judith... Le retour du Royaume en était un autrement plus important.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1471
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Rencontre avec un sage?!   Mar 19 Juil 2016 - 0:02

Nakor roula des yeux en entendant la tirade de Dunraël puis ensuite celle de la maîtresse de maison. Par tous les dieux du ciel, la vieille guerre elfe-humain, cumulée à la pire des batailles de discussion, à savoir la magie! Combien de millier de fois avait-il eu à mener ce genre de débats? Pour mener à quelque chose de constructif? Il ne saurait le dire! Il écouta ensuite la jeune femme entre deux gorgées de thé. Arthur était donc proche. Cet homme le reliait au passé vigoureux et plein de vie, lorsqu'il était encore celui que l'on appelait "le sorcier du roi". Il était reconnu partout, comme aujourd'hui certes, mais les réactions qui s'en suivaient étaient bien différentes. Là où autrefois, il était accueillis avec bienséance et joie, il n'était plus de nos jours qu'un vieux monstre régicide et il ne savait encore quelle fadaise! Mais peu importait sa réputation, Nakor savait bien ce qu'il était, ce qu'il avait fait et pourquoi il le faisait. C'était là le plus important. Le Magistère tiqua un peu en entendant parler de Diantra et se vit confirmer en un seul instant, les rumeurs qu'il avait entendues. Il se leva alors à la fin du dialogue de Judith et s'inclina.

"Ma dame, un sauf-conduit vaut toujours mieux qu'aucun. J'ai des affaires à régler et prend note que je devrai être revenu dans quatre ennéades si je veux apporter mon aide à cette quête. Et j'y serai! Que mon taciturne ami le veuille ou non, ce ne sont pas là des affaires d'Hommes mais des affaires de magie! Et en cela, je ne peux que faire partie des vôtres. En ce qui concerne Diantra, j'aurai peut-être même quelques informations notables avec moi à mon retour. Jusque là, le silence sera mon vêtement, soyez-en certaine! Informez Arthur si cela ne vous dérange pas, et profitez-en pour lui transmettre mon bon souvenir. Je ne vais ni m'attarder, ni vous questionner plus avant. Nous n'avons, comme vous le dîtes, que des hypothèses, rien ne peut donc se construire là dessus. Nous aurons des faits et pourrons peut-être apporter une réponse définitive à vos questions. Jusque là, que la magie vous accompagne Judith, Marquise de Sainte-Berthilde."

Ils saluèrent la jeune femme, puis Nakor se tourna vers son ami Dunraël. Il parla en elfique.

"Nous allons restaurer rapidement nos dernières forces et partir toute voile dehors en direction du Médian. Là bas, la dissimulation n'aura pas autant d'importance qu'ici mais veuillez ne pas accueillir nos hôtes par de glaciales rancoeurs immémoriales! Le monde des humains et cette race dans son ensemble ont beau ne pas vous intéresser, vous ne pouvez nier qu'ils existent bien et que vous êtes en plein dedans pour le moment. Plus vite j'aurai eu les informations qui m'intéressent, plus vite nous pourrons partir pour l'Aurore. Je promets de ne pas vous mêler à mes affaires plus longtemps que nécessaire si ce n'est pas votre envie."

Puis Nakor fit quelque chose qu'aucun elfe ne se permettait jamais de faire : il lança un clin d'oeil à Dunraël et explosa de rire, allez savoir pourquoi!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre avec un sage?!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre avec un sage?!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En mission avec le caniche!
» [Fini] Sois sage, ô ma douleur, avec Lise
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Les Conseils d'un Sage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: