AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 492
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   Mar 24 Mai 2016 - 11:31


Début de la sixième ennéade de Verimios
De la huitième année du onzième cycle.

Anorn était parti depuis un moment maintenant, la laissant seule aux commandes, sans réel soutien. Certes c'était prévisible et normal, elle n'avait pas à contester cela, mais au fond d'elle, elle n'était pas pour. Son cœur était empli de craintes et d'angoisse, qu'elle sentait grandir chaque jour un peu plus. Elle avait peur de ne plus le revoir, peur d'échouer dans les tâches qu'il lui avait implicitement confié, peur de le décevoir. Peut-être que ces deux dernières n'étaient pas fondé, parce que finalement elle ne s'en sortait pas si mal. Elle avait pour elle des atouts qu'elle savait manier, des qualités qu'elle savait exploiter, alors peut-être serait-il plus sain de les laisser s'exprimer sans aucune inquiétude, sans aucune restriction inutile. Arwain venait d'ailleurs tout juste de sortir d'une réunion avec les conseillers, à propos de la gestion du royaume en l'absence du régent. Anorn avait certes laissé des indications, donné des impératifs, mais les avait tout de même laissé très libres de choisir leur fonctionnement. Sa présence avait dérouté certains conseillers, qui ne lui trouvaient, au premier abord, pas de place au sein d'une telle discussion. Non pas du fait qu'elle soit une femme, plutôt parce qu'à première vue, elle n'avait aucune connaissance politique ou diplomatique. Elle avait effectivement cette façade très joyeuse et gaie, porteuse d'un bonheur éphémère mais marquant et surtout d'une légèreté déroutante. Une attitude presque enfantine, innocente, qui ne se mariait pas avec des sujets plus complexes et plus lourds. Tels que la politique, l'économie ou la religion. Mais ils se rendirent bien vite compte qu'ils avaient tort, qu'elle avait totalement sa place au sein de leur réunion. Arwain apportait un point de vue juste et éclairé, un avis qui les menait sur le chemin de la réflexion. Quelque chose de non négligeable, qui les aidait à couvrir tout les aspects du débat.

Cette facette, elle la gardait généralement pour Anorn, ne la dévoilant que dans leur intimité. Remettant ses choix et ses décisions en question, l'aidant à prendre position et lui rappelant ses principes. Quand ils étaient en public, elle le laissait parler lui, elle le laissait mener les conversations et donner les directives. Il avait ce sens du verbe qu'elle admirait et c'était un bonheur pour elle de l'écouter parler. Elle savait pertinemment qu'elle s’éclipsait alors pour son profit, mais elle n'en avait cure. Parce qu'elle profitait à travers lui, avant d'être à son tour celle par qui il pouvait vivre. Ils avaient ces petites habitudes, ces routines dans lesquelles chacun d'entre eux s'épanouissait pleinement. Devoir jouer le rôle de deux alors qu'elle était seule était quelque chose qu'elle peinait un peu à supporter. Et c'était dans ces instants là qu'elle savait qu'elle ne serait plus rien quand Anorn aurait rejoint Tari. Qu'elle n'aurait plus goût à la vie, qu'elle n'aurait plus cette joie et cette énergie, qu'elle se laisserait certainement dépérir sans que personne ne puisse rien y faire. L'angoisse serrait alors un peu plus son cœur et son esprit allait vers Eraïson. Vers âme sœur, sa moitié. Aujourd'hui, elle avait publiquement joué le rôle qu'il tenait habituellement. Et à la surprise générale, elle l'avait fait à la perfection. Laissant un instant ces pensées derrière elle, elle inspira profondément lorsqu'elle passa la porte du palais, pour se retrouver dans les jardins. Elle avait prévu d'aller marcher dans les rues d'Alëandir, de profiter de l'après midi qui s'offrait pour l'instant à elle, mais c'était sans compter les responsabilités qu'elle avait désormais endossé.

 - Dame Nedi Lûcannui ? Puis-je vous déranger un instant ?
 - Bien sûr, faites donc ! Que se passe-t-il ?
 - Nous aurions besoin de votre avis, au sujet du protectorat d'Ardamir. Nous devons penser à l'après guerre et aux conséquences qu'elle aura eu, notamment au niveau politique. Nous tiendrons une réunion ce soir, peu après le couché du soleil, avant l'apparition de la seconde lune. Pourriez-vous vous joindre à nous ?
 - Avec grand plaisir, j'apporterai volontiers le maigre savoir qui est le mien.
 - Nous vous en remercions, Dame Nedi Lûcannui.

La conseillère se retira rapidement, laissant Arwain de nouveau seule, au milieu des jardins. Si elle devait parler politique et plus spécifiquement de celle d'Ardamir, il allait sans dire qu'elle devait se renseigner. Et rapidement. Certes elle savait le strict nécessaire, connaissait rapidement leur mode de fonctionnement, mais ce n'était que trop peu pour réellement apporter quelque chose à la conversation. De plus, elle se devait de se renseigner sur des situations similaires, pour pouvoir projeter plus facilement plusieurs cas de figure. Ses pas la menèrent donc rapidement aux Archives, un peu en périphérie du plein centre ville, et ce fut avec un sourire aux lèvres qu'elle pénétra dans l'établissement. Elle salua brièvement ceux qui gardaient les lieux et finit par déambuler lentement entre les étagères. Elle aimait cette odeur si particulière qui mêlait celle du papier à celle du bois, en partie parce qu'elle lui rappelait son enfance. Les documents étaient soigneusement rangés, classés selon certains critères, et ce fut facile pour elle de trouver ce qu'elle cherchait. Les bras chargés d'ouvrages, elle se dirigea alors vers un recoin où les tables s'alignaient sur une certaine distance, pour s'y asseoir et feuilleter confortablement son butin. Il y avait plus de monde qu'elle l'aurait imaginé, sans aucun doute beaucoup d'étudiants d'ailleurs, et parmi eux quelques elfes qui cherchaient peut-être tout simplement la tranquillité. S'asseyant en face d'une sylvaine qui paraissait très jeune, elle lui sourit franchement quand son regard croisa le sien. Et elle put admirer un instant, avec joie, le bleu étonnamment profond de ses yeux.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8


Dernière édition par Anorn le Ven 17 Juin 2016 - 13:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   Jeu 26 Mai 2016 - 17:51

L’été faisait darder depuis le ciel des rayons chaud sur la cité blanche. Les jours étaient aujourd’hui bien plus agréable. Tu étais matinale, Lossë ne permettant pas de vivre autrement. Toujours debout quelques heure avant le jour, pendant ses heures douces où les faisceaux du soleil, comme des lames ensanglantés tranche le linceul de la nuit. Poussant l’obscurité dans ses retranchement à l’instar d’un animal blessé. Les cerfs sont des animaux crépusculaires ils aiment se nourrir avant le jour et avant la tombé complète de la nuit. Tu n’avais donc d’autre choix de te lever avant tout le monde pour mener l’animal paître autrement il rée et réveille tout le monde. Ce mode de vie ne te posait aucun problème, tu aimais te promener à ses heures. Il y avait souvent personne pour croiser les routes de tes promenades alors tu avais sensation que le monde était tient, au moins pour quelques temps fussent-ils aussi fugace que les premières neiges. Alors que ton compagnon quadrupède broutait allégrement avec autant de dignité qu’un prince, tu t’asseyais sur une branche basse pour écouter s’éveiller les oiseaux et la symphonie. L’oreille attentive, tes pensées allèrent à Ëninríl entre souvenir et rêverie, était ce trop de vouloir le voir surgir d’un quelconque buisson ? Tu prenais une profonde inspiration, l’air changé d’humidité et de l’odeur des végétaux te donna ton coup de fouet matinale. Le chant de cité se réveillant sonnait l’heure de rentrer, tu raccompagnais Lossë aux écuries et tu allais à ton tour manger avant de reprendre tes recherches.

L’image de la bête à écaille décollant sous tes yeux, revenait incessamment se glisser dans ton esprit comme un rêve inachevé dont on ne saisie pas la porté.

Une ennéade est passée, prise dans tes rouleaux, emmêlée dans des récits parfois sans queue ni tête, tu es empêtrée dans les interminables ligne d’encre. Tu as été à la bibliothèque, tu y trouvas peu de référence alors te tournant vers un des gardiens du savoir pour lui demander où trouver plus d’information. Il te redirigea vers les archives. Alors maintenant tu parcours des témoignages plus fou les uns que les autres sur les créatures que tu cherches. Encore faut-il dans tout ça démêler le vrai du faux, ça fait trois jours que tu y travailles tu as relevé quelques détails intéressant. Tu notais sur un bout de parchemin quelques théories et hypothèse qui te venait au fur et à mesure de tes lectures. Tu ne regardais pas ce que tu écrivais alors ça partait un peu dans tous les sens sur son parchemin.

Le grincement d’une chaise te fit lever les yeux de tes papiers chaotiquement organisés. Devant toi une femme qui lorsqu’elle croisa ton regard te souris, ça changeait ici y a surtout des étudiants mornes et très concentré. Lorsqu’ils redressent la tête eux ils grognent… Tu souris à ton tour à la dame et alors que tu allais piquer du nez pour te remettre à ton œuvre tu te rendis compte que ton désordre s’étalait un peu trop.

- Pardon, je vais vous faire un peu plus de place.


Tu ramassas çà et là quelques rouleaux, pour donner de l’espace à sa nouvelle voisine de table.


Dernière édition par Nienna Ancalímon le Dim 21 Aoû 2016 - 9:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 492
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   Mer 8 Juin 2016 - 21:08


L'elfe qui lui avait dégagé la place la fit sourire plus encore. Elle était tellement absorbée dans son travail, grattant des notes sur un bout de papier, qu'elle avait été surprise par l'arrivée d'Arwain. Cette dernière apprécia l'espace d'un instant le dévouement de l'elfe pour ses recherches, avant de s'asseoir et de poser les livres qu'elle avait rassemblés devant elle. Ouvrant rapidement un ouvrage, elle passa rapidement en revue l'index, pour trouver le passage qui l'intéressait. Mais bien rapidement, son attention se détourna du livre et revint sur celle qui était assise en face d'elle. Elle était plongée dans les documents qu'elle avait elle aussi sans doute rassemblé, ou peut-être seulement demandé, et elle écrivait consciencieusement tout ce qui pouvait l'intéresser. A moins que ce soit tout ce qu'on lui avait demandé de retranscrire. Pour ce qu'elle en savait, elle pouvait bien avoir en face d'elle une élève qui recopiait des informations pour un devoir, un professeur ou bien une classe, ou une elfe qui cherchait à apprendre par elle même, qui n'était plus dans le circuit éducatif. Et pour une raison inconnue, elle se prit à vouloir le savoir. Après tout, elle était curieuse de nature et adorait plus que tout discuter avec les gens. Echanger avec eux, partager leur vie l'espace d'un instant, était pour elle extrêmement intéressant. Et divertissant. Si elle avait du travail, qu'elle s'était d'ailleurs elle même donnée, l'envie de savoir était devenue rapidement bien plus forte. Alors après quelques lignes, elle arrêta sa lecture et releva la tête vers la jeune elfe. Avançant doucement sa main vers elle, elle posa le bout de ses doigts sur l'ouvrage qu'elle était entrain de lire et attendit qu'elle lève les yeux pour  lui adresser doucement la parole.

 - Excuse moi de te déranger de nouveau, mais j'ai pu remarquer la concentration dont tu fais preuve depuis que je suis là, et je me demandais ce qui pouvait bien déclencher un tel dévouement. C'est un peu indiscret, certes, si tu ne veux pas me répondre je comprendrai, mais aussi étrange que cela puisse paraître, je meurs littéralement d'envie de le savoir.

Un sourire éclaira de nouveau son visage, attendant qu'elle lui livre la réponse. Elle avait cette faculté de s'engager entièrement, de se dévouer corps et âme à une personne, à une discussion, qu'elle devait sans doute surprendre celle dont elle espérait faire son interlocutrice l'espace d'un instant. Parce qu'elle s'intéressait réellement à chacun, parce qu'elle ne feignait rien, qu'elle parlait avec son cœur. Elle était d'un naturel joyeux et extravertie, alors dès qu'elle avait l'occasion de le partager, dès qu'elle avait l'occasion d'exprimer cet aspect presque omniprésent de sa personnalité, elle ne s'en privait pas. Et si jamais elle dérangeait, si jamais on lui refusait la réponse, alors elle l'accepterait sans broncher. Elle savait pouvoir être trop envahissante parfois. Trop directe, pas assez dans la retenue. Mais c'était ce qui la rendait vraie, ce que beaucoup pouvaient apprécier chez elle. Alors peu importait la suite, elle n'en voudrait à personne. Elle aurait au moins tenté, et c'était tout ce qui comptait.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   Dim 21 Aoû 2016 - 11:36

Tu avais rapidement trié et mis de côté les documents étalés un peu partout, ceux que tu as déjà lus, les plus pertinents et ceux dont tu n’as plus besoin. L’organisation, c’est plus le domaine de ton père, tu dois bien le reconnaître, tu n’as pas son don. Il était aussi bien réglé que du papier à musique, mais étrangement dans ton désordre, tu t’y retrouvais toujours. Le paternel aimait te pincer le nez en te disant que ton désordre reflétait ta personnalité, le désordre extérieur ne serait refléter l’ordre intérieur. Tu lui répondais toujours l’ordre intérieur ne laisse que peu de place à la Vie dans son ensemble. La vie, ce n’est pas tout prévoir à l’avance et suivre bien sagement le cours du fleuve. Enfin ceci n’était pas pour toi, tu aimais bien trop sortir des sentiers pour apprécier une telle vie. Dormir à la belle étoile, ne pas savoir de quoi sera fait demain, ouvrir les yeux sur un monde empli de possibilité bien entendu tout ça en restant dans de certaines limites. Tu n’étais pas non plus du genre à prendre de risques inconsidérés. Tu avais ce qu’il faut de sagesse pour vivre des expériences palpitantes sans te mettre directement en danger.

Ce dragon que tu cherchais… Il était un danger d’une toute autre mesure que tu tentais d’analyser pour mieux t’en protéger à votre prochaine rencontre. C’était ta façon à toi de te préparer. Tu ne pouvais pas juste lui courir après, tu n’es pas Véole. Il y a une différence énorme entre : être inconscient et être aventurier. Tes yeux couraient les lignes noires à la recherchent de réponses qui ne venaient pas après de si longues heures de recherches. Ton petit museau se frisait de contrariété au fil des pages quand une main entra dans ton champ de vision. Tu te redressas un peu surprise et cligna rapidement des paupières pour mieux revoir se dessiner les traits de la brune en face de toi. Ses fines lèvres rouges dessinaient un charmant sourire.

Au vu du lieu et du silence qui vous entouraient toutes deux, un silence lourd de poussière et de grattage de parchemin, tu te saisis d’un des rouleaux placés près de toi et lui tendis avec un sourire pour réponse. Quoi de mieux qu’une image pour illustrer le sujet de tes recherches. Vu d’un œil extérieur cela peut paraître bien chimérique comme recherches, mais tu sais que tu ne cours après une chimère. Tu l’as vu et tu n’en démordras pas avant de l’avoir revu.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 492
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   Jeu 15 Sep 2016 - 11:39


Ses yeux s'ouvrirent en grand quand elle vit ce qui était dessiné sur le parchemin. Paraissant ainsi parfaitement ronds, avec une lueur d'excitation et d'admiration dans les yeux, Arwain avait cette expression enfantine qui s'accompagnait généralement d'une ouverture incontrôlée de la bouche. Elle était à la fois stupéfaite et admirative. Un dragon. Le dessin la faisait littéralement rêver. Impressionnable si facilement par tout ce qui pouvait être plus grand qu'elle même. Les colosses de Quatrième Saison, par exemple. L'Académie, le Palais, les arbres millénaires. Les dragons. Elle avait déjà vu tout le reste mais pas ça. Elle en rêvait, petite, d'en croiser un au détour d'un chemin, au sommet d'une montagne. Au fond du lac qui s'était formé devant sa ville natale. Ou au fin fond d'un volcan, parce qu'à cette époque elle rêvait encore de devenir élémentaliste pour pouvoir manier le feu. Qu'elle aurait été heureuse de voir une bête si majestueuse ! Alors, chuchotant du mieux qu'elle le pouvait, elle posa la question qui lui brûlait les lèvres.

 - Tu en as déjà vu un ? Je veux dire, vraiment vu ?

Pas uniquement sur papier, pas gravé dans la roche ou forgé dans le métal. A cet instant, la réunion qu'elle devait préparer était bien loin dans son esprit. Elle était toute absorbée par la recherche de l'elfe en face d'elle. Elle aurait pu être à sa place, des siècles auparavant. Elle aurait pu être entièrement prise dans la folle course au dragon. Mais Calimenthar l'avait appelée, l'avait demandée à ses côtés et elle n'avait pu faire autrement que de lui obéir. A ce moment, elle n'avait elle même aucune certitude quant à la véracité de l'existence des dragons. Même si au fond de son cœur elle avait toujours su qu'ils étaient là, parmi eux, beaucoup lui avaient soutenu le contraire. Ils avaient disparu, lui disait-on. Ils n'étaient plus depuis bien longtemps. Les rares œufs restant n'écloraient jamais faute de dragonnier digne de ce nom. On l'avait fait douter et aujourd'hui elle avait l'opportunité de rencontrer quelqu'un qui avait peut-être vu un de ces êtres majestueux. Et encore une fois, elle eut la certitude que parler aux gens était loin d'être une perte de temps.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   Sam 24 Sep 2016 - 8:33

Elle était la troisième personne à qui elle en parlait et la deuxième à avoir une telle réaction. Estiam le Noss que tu avais rencontré à Ardamir t’avait donné le courage de mener ses recherches. Ton père lui avait été plus réticent à l’idée de te voir quitter son giron, après tout, tu es sa fille unique, il désire te protéger avant tout. Tu espérais néanmoins qu’il te croyait quand tu lui disais que tu avais vu ce merveilleux reptile. Tu étais chanceuse, plus que chanceuse même, tu l’avais vu de très près et tu n’étais pas morte surtout que tu avais décoché une flèche à son encontre. Geste sans doute plus instinctif que réellement conscient. Il était tombé lourdement du ciel au moment où tu avais croisé une humaine qui batifolée trop près de l’Anaëh, ce n’était pas un moment opportun. Tu regrettais un peu que ton geste, mais quelque part sans celui-ci, tu ne serais pas là, Kyrïa l’avait voulu ainsi. Tu trouveras la diversité qui t’aidera à t’épanouir dans cette quête, fructueuse ou non.

La créature prenait tant de place dans ton esprit, le chatouillement de son souffle, l’euphorie qu’il avait déclenchée…. Le cuivre de ses écailles à l’ombre des frondaisons… Son imposante majesté… Sans doute idéalisais-tu un peu la bête, car après tout, tu ne l’avais vu qu’un bref moment, tu avais toujours été une demoiselle avec les pieds sur terre. Mais lorsqu’un tel animal vous fait la faveur de se montrer, même la personne mieux amarrée au plancher des vaches ne peut que devenir songeur. La limite de tes rêveries à son sujet n’avait pour limites que l’envergure de la vouivre.

Elle te posa à peu près la même question que le Noss ce jour-là, tu avais pour seule preuve la flèche qui s’était brisée au contact du corps puissant de dragon et tes souvenirs. Ton père avait eu du mal à te croire, tu sais bien que tu rencontreras d’autre sceptique, mais pour l’instant, la majorité est prête à te croire.

- Aussi sûrement que je suis devant vous aujourd’hui.


Susurras-tu à l’intention de la brune. Tu en disais le moins possible pas que tu avais peur de susciter l'intérêt des autres sur le sujet bien au contraire. Tu voulais juste ne pas passer pour folle ou encore pour une menteuse, surtout que tu mettais un point d'honneur à l'honnêteté !
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 492
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   Jeu 8 Déc 2016 - 14:59


Qu'elle le lui assura était une chose qui l'excitait un peu. Comme si on lui donnait là la possibilité de voir quelque chose de grand. La possibilité de croire en quelque chose de majestueux. Mais elle ne lui répondit pas de suite. Parce que malgré les efforts qu'elle faisait pour garder sa voix aussi basse que possible, elle sentait parfois quelques regards se poser sur elle. Après tout, les elfes présents ici cherchaient le silence. Elle même cherchait des informations bien précises.

 - On pourra en discuter une fois sorti. Je ne veux pas te déranger plus longtemps.

Ni elle, ni tout ceux qui pouvaient les entendre. Et puis elle devait lire quelques lignes si elle ne voulait pas arriver bredouille à la réunion à laquelle on l'avait conviée. Il était hors de question qu'elle passe pour une inculte, parce qu'elle en était tout sauf une. Sous ses doigts, les pages glissèrent d'abord lentement, puis de plus en plus vite. Elle avait toujours du mal à démarrer une nouvelle lecture mais, une fois qu'elle était dedans, elle gagnait un rythme correct. Les mots se succédaient, les noms aussi. Certains passages étaient très explicites, d'autres bien pauvres en détails. Mais au bout du compte, elle avait récolté bien assez d'informations. Avait appris assez de choses pour ne pas être complètement perdue, voire même pour apporter de réelles idées. Ne devait-elle pas représenter son mari ? N'était-ce pas ce à quoi s'attendaient ses conseillers ? Sans aucun doute. Même s'ils savaient qu'elle n'était pas de mauvais conseil, ils ne la conviaient jamais en temps normal. Quand Anorn était là, ils ne lui adressaient que rarement la parole. A peine pour discuter après l'avoir salué convenablement. Elle n'était pas dupe, s'ils allaient plus loin cette fois, c'était uniquement parce que leur régent était absent. Et parce qu'ils auraient sans doute l'impression d'être bancales sans quelqu'un pour le figurer.

Lorsqu'elle se leva pour reporter les ouvrages dans les étagères dont elle les avait délogés, elle murmura à l'oreille de l'elfe en face d'elle qu'elle l'attendait dehors. Sa main glissa par la même occasion sur son épaule, d'une manière presque maternelle. Elle avait pour ces jeunes elfes une douceur qu'elle ne s'expliquait pas. Depuis qu'elle avait quitté le monastère, elle nourrissait un certain besoin de protéger les plus jeunes, ceux qu'elle savait être leur avenir. A la sortie de la bibliothèque, elle s'assit sur un des bancs, attendant que la jeune elfe vienne la rejoindre. Souriant au passants, un air radieux sur le visage, elle finit par fermer les yeux. Inspirant profondément, elle laissa sa tête basculer légèrement en arrière, comme si elle cherchait à capter au mieux les rayons du soleil. Un instant, elle ne pensa plus à rien. Elle ne pensa plus à Anorn et Eraïson, elle ne pensa plus à son absence, ni à l'enfant à naître de sa sœur. Elle ne pensa plus aux heures sombres que vivait Anaëh. Se laissant tout simplement emporter momentanément par la douceur de la vie. Attendant qu'on vienne la ramener d'une parole, d'un geste ou d'une présence.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   Lun 16 Jan 2017 - 9:13

Les regards réprobateurs de vos convives vous assaillez de part et d’autre de la table tandis que vous murmuriez. Forte heureusement les yeux ne sont pas de vraies armes, quoique de les sentir ainsi posé sur toi te dissuada de même de continuer ta conversation. Tu mordis ta lèvre inférieure amusée, des souvenirs de classe te revenant en mémoire… que celui qui n’a jamais chuchoté pendant une leçon lui jette la première pierre. Tu acquiesças pour toute réponse, à ta consœur qui se plongea dans ses propres livres et parchemin, tu avais la sensation que si tu disais un mot de plus quelqu’un te mettrait une petite claque derrière la tête pour te rappeler à l’ordre.

Tu te replongeas tant bien que mal dans ta propre lecture, griffonnant de temps à autre un mot ou une phrase intéressante. Le temps fila sans que tu t’en rendes compte. Ta consœur termina bien avant toi ses propres recherches, ce qui te donna l’impression que jamais tu t’en sortirais avec cette histoire. Tu y travaillais depuis un moment déjà, tu te demandais si au final le mieux pour en savoir sur ses créatures n’était pas de tout simplement de leur poser les questions à eux… Car dans ses papiers rien n’était très clair, il n’y avait que des suppositions, sur à peu près tout. Que ce soit le mode de vie, de reproduction, le lieu de vie… tu soulevas néanmoins un point intéressant. Il y avait une cité qui avait visible vénérée ses animaux, la localisation était flou, elle était nullement nommé. Néanmoins tu réussis à te faire une idée où aller faire tes prochaines recherches. Tu restas une heure ou deux de plus que la brune à cette table au milieu de tes papiers, ça ne te sembla pas bien long. Pour elle par contre il devait en être autrement. Tu jetas rapidement un œil à tes notes avant de tout ranger aussi rapidement que possible. Ravis d’avoir enfin mit la main sur un début de piste à suivre, s’est le sourire aux lèvres que tu te dirigeas vers la grande porte.

Pendant ce temps à l’extérieur une dame attendait sur un banc, le corps tendu vers l’astre solaire comme cherchant à boire les rayons de celui avec sa peau d’albâtre. Tes yeux gris se posèrent sur elle intriguait, ce n’est pas tant sa vue ou ce qu’elle faisait qui t’attira à elle. Non, c’est une odeur. Silencieux tu t’approchas avec prudence, le nez pointait vers elle et humant avec force pour mieux capter le signal odorant. Pas à pas, tu finis par te retrouver le nez sur sa main, la queue remuante de joie. Oui c’était l’odeur de ta maîtresse sur sa main, ta grosse tête se tourne vers l’humanoïde toujours intrigué. Qui est-ce ? Pourquoi a-t-elle l’odeur de Nienna sur la main…

Tu poussas finalement la porte soulagé de te retrouver un peu l’air frais du dehors. Tu as beau être une citadine l’enfermement ce n’est pas ton fort. Tu étiras ton corps engourdit par les heures restées assise. Un mugissement puissant, fut poussé par le cerf à quelques pas de toi. Tu as dû passer trop de temps dans les archives selon lui. Tu échappas un petit rire, Lossë était vraiment un animal singulier. Tu constatas rapidement qu’il n’était pas seul, ta consœur se tenait assise sur le banc juste devant le quadrupède.

- Il ne vous a pas trop embêté j’espère !?


Demandas-tu poliment, après tout c’est assez encombrant un animal tel que lui. Tu t’avanças lentement pour les rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 492
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   Jeu 19 Jan 2017 - 12:26

Alors qu’elle attendait patiemment que la jeune elfe sorte, l’humidité et le souffle chaud de ce qui s’avéra être un museau lui firent ouvrir les yeux. Ne voulant pas effrayer l’animal, elle ne fit pour autant pas de geste brusque. Restant immobile, elle avait seulement un œil sur lui. C’était un cerf. Il était rare de voir un animal si imposant entre les murs d’une cité. Il n’était certainement pas arrivé là seul, par hasard. Même dans des états critiques, les créatures de la Mère ne pénétraient jamais de leur plein gré dans les Cités. Sauf s’ils accompagnaient à quelqu’un. Un mugissement la fit légèrement sursauter mais confirma ses pensées. Il attendait visiblement la même personne qu’elle. Quand on lui demanda si elle avait été dérangée par l’animal, elle sourit.

- Pas le moins du monde, à vrai dire je me demande plus si je ne l’ai pas importuné. Je dois avouer que je n’ai pas vraiment idée de la manière dont je dois me comporter avec un animal si… que je n’ai jamais côtoyé disons.

Elle n’était pas familière des animaux. Elle en avait rencontré quelques uns durant les rares expéditions qu’elle avait fait pour Calimenthar. Ils n’étaient alors pas dans une optique d’approche et de compréhension, plutôt dans une optique d’évitement. On ne voulait pas tomber nez à nez avec une grosse bête qu’il aurait fallu abattre faute de temps. Peut-être aussi faute d’expérience. N’ayant donc aucune affinité avec les animaux, elle restait toujours plus ou moins méfiante quand elle en croisait un.

- Même s’il n’a aucunement l’envergure d’un dragon, je ne saurais prévoir ses réactions. Enfin, je ne sais pas si ça t’intéresse beaucoup ce que je raconte là ! Viens t’asseoir, profiter un peu du soleil. C’est assez agréable de sentir ses derniers rayons glisser sur notre peau.

Fermant les yeux un instant, elle avait tapoté la place à côté d’elle et attendait qu’on y prenne place. Si elle avait une réunion de prévue dans quelques temps, elle prendrait tout de même un moment pour discuter avec la jeune elfe.

- Mais je manque à toute politesse ! Je ne me suis pas rendue compte que je ne m’étais aucunement présentée ! Arwain'míriel, épouse d’Anornedellon Nedi Lûcannui. Excuse moi encore, je me suis laissée emporter par ce que j’ai vu tout à l’heure, dans les ouvrages que tu consultais.

Il lui arrivait en effet parfois de se laisser prendre par ses émotions. Les exprimant avec force, oubliant certaines convenances. Surtout lorsqu’elle n’avait pas en tête l’absolue nécessité de paraître irréprochable.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Nienna Ancalímon
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 340
Âge : 227
Date d'inscription : 31/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  200 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   Sam 21 Jan 2017 - 7:31

L’animal délaissa  la brune pour te joindre en trottinant, il te renifla de son nez humide, sa large ramure t’emprisonnant. Il ne se rendait pas compte de la menace qu’il faisait poser sur toi. Tu levais les bras pour empêcher les bois de te griffer. Tu ne te sentais pas en danger, mais tu sais par expérience que la couronne du cerf peut blesser. Tu souris à ta consœur attendant que Lossë termine son inspection. Ton odeur avait dû légèrement changer après ses heures passées dans les archives parmi les papiers, la poussière et l’encre. Le cervidé finit par s’écarter de toi et tu caressas son large front d’une main bienveillante.

- Il a un certain mépris pour les hommes, même mon père a du mal à l’approcher. Mais autrement il est d’une très grande douceur avec les femmes.


Tu t’approchas du banc, le quadrupède sur tes talons. Tu t’assis près d’elle comme elle t’invitait à le faire pour profiter des rayons du soleil un moment. Tu laissas les rayons chauds te caresser la peau, il était vrai que c’était agréable. L’or de ta chevelure sous les traits lumineux sembla encore plus précieux, Midas aurait pu être jaloux d’autant de pureté. Tes yeux se fermèrent et ton corps se laissa aller à la décontraction.

- À Thaar les rayons du soleil sont bien trop durs pour être ainsi apprécié.


Dis-tu avant que la brune ne vous ramène sur terre. Lossë c’était mis dans derrière vous et broutait distraitement. Une petite bouchée par ci, une autre là sans vraiment être totalement concentré sur le repas. Ce qui se voyait à son regard et ses oreilles aux aguets. Tu rouvris les yeux sur la brune qui se présentait. Mieux vaut tard que jamais !

- Nienna Ancalímon, mon père et moi sommes itinérants. Il n’y a pas problème ! Et notre ami quadrupède c’est Lossë ! Lossë, tu salues Arwain'míriel.


Tu tournas le haut de ton corps vers le cerf et posa la main sur son épaule. L’animal ploya une jambe sous lui et tendis une autre, effectua une petite révérence. Tu aimais ce petit tour que tu lui avais appris, tu souris en tapotant le flanc de l’animal pour le féliciter.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 492
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   Mer 15 Fév 2017 - 15:02

Visiblement, le cervidé était une bête dont l’elfe était proche. Elle en parlait comme d’un ami, comme d’un compagnon dont elle connaissait les habitudes. Elle s’en amusait un peu par la même occasion, laissant entrevoir à Arwain tout ce qu’ils partageaient vraiment. C’était étrange de voir un de ses congénères si étroitement lié à un animal. Parce que cela signifiait qu’elle avait du vivre hors des murs, qu’elle avait du se retrouver un long moment au sein d’Anaëh. Mais était-ce si surprenant, quand elle venait à évoquer Thaar ? Souriant poliment à l’évocation de cette cité dont elle ne connaissait rien, elle ne répondit pas. Elle n’avait rien à répondre, si ce n’était qu’elle n’était jamais sortie de l’Oeuvre de la Mère. Qu’aurait-elle pu trouver au-delà qu’elle n’avait pas déjà ici ? Absolument rien, de cela elle en était certaine. Et quelque part, elle trouvait malheureux que certains de ses frères et de ses sœurs ne puissent se satisfaire de ce que leur avait fourni la Mère. Qu’ils ne puissent rester là où tout avait été fait pour eux, pour qu’ils prospèrent et soient heureux.

- Enchantée de faire ta connaissance Nienna. Etre itinérants ne doit pas être une mince affaire, surtout pour une elfe qui est purement citadine.

Elle présumait qu’elle l’était, purement citadine. Parce qu’elle n’avait rien d’une elfe des noss, parce qu’elle ne semblait pas le moins du monde avoir grandi au-delà de murs. Elle avait rencontré quelques uns de ces elfes et ils avaient cette prestance, cette énergie reconnaissable entre mille et que Nienna n’avait pas. Après un court silence, elle se leva doucement et se tourna vers son interlocutrice.

- J’ai une réunion que je ne peux pas me permettre de manquer, dans un moment. Cela t’ennuie si nous continuons de discuter en marchant ? Tu dois avoir une idée de la manière dont tu comptes retrouver ce dragon que tu as aperçu. Est-ce trop que de demander à en savoir un peu plus à ce sujet ?

Non pas qu’elle veuille elle aussi se lancer à ses trousses. Mais c’était assez grisant de savoir que d’autres se construisaient des aventures et elle était curieuse de savoir comment ils réussissaient à le faire. Elle savait qu’elle n’avait plus énormément de temps devant elle, puisque la réunion commencerait sous peu, mais elle voulait tout de même profiter de la compagnie de cette elfe. Parce qu’elle adorait écouter les gens et parce qu’elle aimait savoir comment ils construisaient leur vie, leurs pensées, leur avenir. Et parfois, il lui arrivait d’apprendre des choses qui s’avéraient être bien plus utiles qu’elle aurait d’abord pu le penser.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Les Archives] Le souffle frais de la jeunesse | Nienna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir-
Sauter vers: