AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Bureau du Marquis] Entretien Privé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   Dim 16 Mar 2008 - 14:15

[-> Petit diner entre amis]

Dragan avait prit sa décision en quittant la chambre de Révérie : il allait demander un entretien privée avec Rima-Marcil, pour lui parler sérieusement de ses doutes et même de ses peurs, ainsi que de ses obligations. Aussi, avait-il fini par glisser à la fin du repas qu'il désirait s'entretenir avec lui seul à seul. Révérie n'avait pas à y assister et elle devait très bien deviner ce qui motivait cette requête de la part de l'elfe.

Malgré son air nonchalant, il était un peu nerveux alors qu'il suivait le Marquis jusqu'à son bureau. Parce qu'il n'allait pas parler d'un sujet neutre, mais de Révérie, celle qui occupait constamment ses pensées et pour qui il tremblait depuis des jours. Ce sujet le touchait personnellement et il n'était pas certain de conserver son impassibilité jusqu'au bout de l'entretien.

Il devait partir parce que la Reine l'avait chargé de réparer son erreur et qu'il n'avait déjà que trop tarder à lui obéir. Il était déchiré entre les élans de son coeur et son devoir. Et c'était la première fois.

Ils entrèrent dans le salon privé du Marquis et la porte se referma sur les deux hommes. Voilà, il était trop tard pour reculer maintenant. Il prit une inspiration et lâcha d'une voix contrôlée :

- "Marquis, j'ai à vous parler de choses qui concernent directement votre fille. Voilà pourquoi je désirais un entretien privé. Mais il y a peu de choses qui seront dites ici qu'elle ignore."

Il s'interrompit un instant.

- "Vous avez remarqué les accès de faiblesse de votre fille, ainsi que sa perte d'appétit. Cela n'est pas anodin, loin de là même. Elle a été empoisonnée."

Voilà, les mots étaient dit et Dragan était surpris d'avoir réussit à le dire d'un ton aussi neutre...
Revenir en haut Aller en bas
Rima-Marcil
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 348
Âge : 441
Date d'inscription : 05/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   Ven 21 Mar 2008 - 17:09

Fine-Lame marchait dans le couloir menant à son salon privé, précédé par les gardes. Dragan avait tenu à avoir un entretien privé avec lui, voulant lui parler de choses dont il ne voulait pas que sa fille soit témoin. Le marquis ignorait de quoi il retournait mais il avait accepté la proposition du comte. Lui-même voulait s’entretenir avec lui, notamment à propos de sujets concernant sa fille. Dans la chambre d’Aglarer, et au cours du repas, il avait bien remarqué que les rapports entre sa fille et le comte étaient plus qu’amicaux. Il soupçonnait quelque chose de plus fort que cela, mais il n’avait que son intuition et son esprit de déduction. Même s’il était à peu près sûr de ne pas se tromper, rien ne remplaçait une confirmation.

Le marquis entra dans le bureau et invita Dragan à entrer. Puis les gardes fermèrent la porte, laissant les deux hommes seuls. Le bureau était divisé en deux parties. D’un coté il y avait deux chaises magnifiquement ouvragées, de part et d’autre d’un splendide bureau. Sur ce dernier était disposé tout le nécessaire à écrire, papiers, encore, plume, cire etc. Généralement ce coté-ci servait pour les affaires officielles ou les entretiens plus formel dirons-nous.

A l’opposé du bureau, de l’autre coté de la pièce, se trouvait deux superbes fauteuils. Ce coté-là était plutôt réservé pour les entretiens moins formel, où destinés à mettre en confiance la personne avec qui il se trouvait. Les personnes avec qui il discutait de ce coté étaient soient des personnes de haut rang, soit des nobles qu’il respectait, soit des personnes qu’il voulait mettre dans sa poche. Il avait appris depuis longtemps combien le fait de mettre en confiance les personnes pouvait se révéler très utile pour les négociations ou pour l’obtention d’informations.

Mais ce soir, Fine-Lame n’était pas d’humeur à jouer à ce petit jeu, surtout avec Dragan. Il le savait, le comte devait exceller dans ce domaine, usant des mêmes stratégies que lui. Il avait beau être jeune, la tragédie qui l’avait frappé l’avait lancé très tôt dans le monde de la noblesse et de ses intrigues. Il avait réussi à persuader Illydril et Anàrion de se marier pour le bien du royaume. C’était une des preuves de son talent et de son savoir-faire. Pouvoir convaincre ces deux jeunes gens de s’épouser n’avait pas du être une mince affaire, et pourtant il y était arrivé. Rima-Marcil se félicitait de l’avoir comme allié. L’avoir comme adversaire, même sans ses relations, aurait été dangereux.

Le marquis invita Dragan à s’assoir dans un des fauteuils tandis que lui-même s’installait dans celui d’en face. Il lui parla alors de l’état de santé de sa fille, et du fait qu’elle avait été empoisonnée. Fine-Lame ne laissa rien transparaître de ses émotions. Il avait déjà compris cela lorsque le comte avait parlait d’un poison touchant les elfes récemment. Les maladies n’affectant pas le peuple immortel, il ne restait que le poison. Restait à savoir si c’était la même origine qui frappait sa fille et le reste de la population.

Ce qui intriguait Fine-Lame c’était le fait que le comte lui ait dit cela d’un ton tout à fait neutre, ne laissant transparaitre aucune émotion. Il s’inquiétait pour sa fille c’était évident. Mais à quel point ? Il avait beau vouloir mettre le marquis au courant, il ne voulait pas encore avouer ses rapports avec sa fille. Mais Rima-Marcil comptait bien obtenir de cet entretien certaines réponses.

« Je ne suis pas surpris par ce que vous m’apprenez Dragan. Je ne suis pas dupe et j’ai bien vu au fil des jours combien ma fille s’affaiblissait. Ce qui me chagrine par contre, c’est qu’elle n’ait pas voulu m’en faire part, bien que je sache pourquoi elle ne l’a pas fait. La fierté. Elle pense sans doute pouvoir régler ce problème toute seule. Elle est tout comme ses parents, fière et indépendante. »

Rima-Marcil s’enfonça dans son fauteuil, calant son dos contre le dossier.

« Depuis combien de temps le savez-vous ? Depuis que vous l’avez rencontrée ? Ou quand vous l’avez revue ? »
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   Mar 25 Mar 2008 - 12:00

Dragan avait prit le temps d'observer la pièce où il se trouvait et où s'étaient sans doute jouée nombre de décisions du temps de la grandeur du marquis. Cette pièce retrouverait bientôt son panahce d'antan, il en était persuadé. Un bureau pour discuter à l'abris des oreilles indiscrètes, comme il y en avait dans chaque maison noble. Un bureau où l'on décidait, où l'on discutait...

Ce soir, il n'y avait guère de décisions à prendre, mais bel et bien une longue conversation. Les enjeux étaient assez important, peut-être pas pour les elfes, mais pour le Comte et le marquis. Le jeune elfe était assez malin pour se douter que Rima-Marcil allait tenter de lui tirer les vers du nez concernant sa relation avec Révérie. Il n'avait pas été dupe de leur tromperie... Leurs regards les trahissaient plus qu'aucune parole.

Il prit place dans l'un des fauteuils, la conversation, prendrait ainsi une apparence moins formelle... Cela ne plaisait guère au jeune Comte qui avait l'impression que cette fois, c'était bien le Marquis qui menait la barque et allait le guider exactement là où il voulait. Mais il n'avait pas le choix.

Rima-Marcil ne semblait pas surpris par la nouvelle. Evidemment, il fallait être aveugle pour ne pas avoir remarqué que le corps de Révérie s'était affaiblit et amaigrit, qu'elle était en proie à de violents malaises. Et le marquis en avait fait sa déduction. Dragan eut un petit rictus alors que le père de la jeune fille était déçu qu'elle ne lui en ai pas parlé par fierté.

- "C'est autant une qualité qu'un défaut. Dans le cas présent, elle refuse tout simplement le soutien de ceux qui l'aiment en leur dissimulant la vérité."

Elle ne lui avait rien caché à lui, mais il était déjà au courant, elle ne pouvait donc nier... S'il n'avait rien su, ce serait-elle confiée à lui? Cette question sans réponses le taraudait sans cesse. Mais les questions dérangeantes de Rima-Marcil détournèrent son esprit de ces interrogations stériles.

- "J'ai des doutes depuis notre rencontre. Un homme a parlé de l'empoisonnement du lac et votre fille venait de s'y baigner..."

Il revit l'image envoutante de ce corps nu et magnifique sortant de l'eau et s'interrompit un court instant. Le Marquis allait surement deviner quelque chose, mais tant pis.

- "Mais rien n'était certain... Et puis, j'ai appris que le lac était effectivement empoisonné et quand j'ai revu votre fille, j'ai compris qu'elle en était victime. J'étais au courant, mais je n'ai pas donné l'alerte sans preuves... Je ne sais pas si je me pardonnerais un jour ma négligeance."

Les deux dernières phrases avaient été murmurées si bas que le marquis avait du tendre l'oreille pour les entendre. Le jeune elfe s'était enfermé dans le mutisme, le regard ailleurs alors qu'il tapotait de ses doigts fins et nerveux l'accoudoir du fauteuil. Puis d'une voix trop neutre pour être naturelle, il reprit :

- "Les morts se multiplient. Il n'y a aucune remède connu encore. Votre fille est encore en vie grâce à son héritage drow et son apprentissage au monastère. Mais ce n'est plus qu'une question de temps. Je repartirais demain matin, car il me faut trouver un remède, mais je crains de ne pouvoir prendre le poison de vitesse."

Il regarda alors le marquis droit dans les yeux, l'air plus grave que jamais.

- "Et j'en arrive au pourquoi de cet entretien avec vous. Je ne réussirais probablement pas à la sauver. Mais elle, elle a une idée pour se sauver. Seulement, je déteste cette alternative à la mort."

Et il se tut, laissant au marquis le soin d'analyser tout cela et d'en tirer ses conclusions avant de repartir de plus belle.
Revenir en haut Aller en bas
Rima-Marcil
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 348
Âge : 441
Date d'inscription : 05/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   Mar 25 Mar 2008 - 14:13

Fine-Lame ne put s’empêcher d’écarquiller légèrement les yeux à l’aveu involontaire de Dragan. « Ceux qui l’aiment ». Ainsi donc, il l’aimait sa fille. Il y avait plus entre sa fille et lui que ce pensait le marquis. S’était-il rendu compte de ce qu’il venait de dire ? Il n’en avait pas l’air. Ou alors il dissimulait bien sa gêne. Si cela se trouvait, sa fille aussi aimait Dragan. Il avait bien vu comment elle le regardait. Oui, c’était certain, il y avait bien quelque chose de fort entre eux, plus fort que de la simple attirance. Dragan l’aimait, et Aglarer aussi sans aucun doute.

C’était un choc pour le marquis, bien que cela n’aurait pas du. Sa fille avait passé 80 ans loin de lui. Elle n’allait pas attendre de le revoir pour faire sa vie. Pour lui, elle n’était encore qu’une enfant. Certes, une enfant capable de se battre plus dangereusement que la plupart des personnes que le marquis avait croisé dans sa vie, mais elle restait tout de même son enfant. Savoir qu’une idylle existait entre elle et le comte Tiril aurait pu le réjouir en temps normal, mais cela allait beaucoup trop vite à son goût. Elle n’était pas encore reconnue comme étant son héritière. L’avenir entre les deux jeunes gens était plus qu’incertain.
Fine-Lame se reprit. Il venait à peine de comprendre ce qu’il se passait qu’il prévoyait déjà de les marier. Chaque chose en son temps. Il était encore trop tôt pour ça. Il y avait encore beaucoup à faire. Et beaucoup à apprendre aussi.


« Malheureusement cette attitude pourrait bien lui coûter la vie aujourd’hui. »

Rima-Marcil se retint de sauter sur l’occasion de parler des sentiments de Dragan à l’égard de sa fille. Il y reviendrait plus tard. L’empoisonnement et la survie de sa fille étaient plus importants.

Le marquis arqua légèrement un sourcil en entendant parler du fait que Dragan aurait appris que le lac était empoisonné de la part d’un homme. Et surtout que sa fille venait de s’y baigner. Deux choses : comment cet homme le savait alors que les elfes ne l’avaient appris que depuis peu ? Et aussi, avaient-ils surpris Aglarer en train de se baigner ? L’honneur du marquis ne pouvait supporter un tel affront, mais il se contint, ne laissant rien transparaitre au fait qu’il bouillait intérieurement. Deux hommes, dont un humain, avaient probablement aperçus sa fille nue. Apprendre cela était honteux pour un père, mais c’est encore pire pour Rima-Marcil, dont l’honneur était démesuré, trop même selon certains.


*Pas encore, pas maintenant. Bientôt, oui bientôt.*

Fine-Lame se repassait cette phrase en tête pour se calmer. Oui, le moment viendrait bientôt.

« Comment cet homme l’a-t-il appris il y a près d’une semaine de cela, alors que nous en sommes victimes, et l’avons découvert, que récemment ? »

Se concentrer sur ce sujet, il l’espérait, le calmerai. Il savait que son visage n’exprimait rien, mais il craignait que ses yeux trahissent son état intérieur. Fort heureusement pour lui, ce n’était pas le cas. Il savait encore garder un masque de neutralité parfaite, reflexe acquis à force de naviguer dans les sphères de la noblesse.

Il dut se pencher en avant pour entendre ce que disait Dragan. Puis il se redressa, et regarda le comte droit dans les yeux.


« Je ne vous en tiens pas rigueur, Dragan. Comment croire sur parole tout ce que cet humain pouvait dire sans preuves ? Je crois que j’aurai agit de même. Mais dites-moi, savez-vous qui est cet humain ? Il semble en savoir long sur ce sujet. Si cela se trouve, il connaît peut-être un remède. »

L’idée de savoir qu’un humain sache qu’une menace plane sur les elfes alors que ces derniers eux-mêmes l’ignorent, n’était pas pour plaire au marquis. Les Drows devenaient de plus en plus dangereux. Si quelqu’un avait des informations sur leurs activités et leurs actions pouvaient bien leur être utile, bien que le marquis n’accordait guère sa confiance aux humains. Il avait trop vu comment ils se comportaient. Ils le dégoûtaient.

« Le temps de trouver ou de créer un remède, il sera peut-être trop tard pour Aglarer. Bon sang, pourquoi suis-je enfermé ici alors que mon peuple a besoin de moi plus que jamais ? Si seulement j’étais encore commandant je montrerais aux Drows ce qu’il en coûte de s’en prendre à nous. Notre peuple s’est trop relâché depuis ma disgrâce. Et l’ennemi en a profité. »

Plus que jamais il regrettait et était en colère contre lui-même, à cause de son apathie. S’il n’avait pas été déchu peut-être aurait-il pu faire quelque chose pour empêcher cette horreur. Peut-être aurait-il pu empêcher que sa fille soit empoisonnée. Mais on ne vivait pas avec des regrets. Non. Il fallait vivre pour corriger ses erreurs. Et c’est ce qu’il ferait. S’il récupérait son titre, chose pour le moment incertaine, il tenterait aussi de récupérer son grade de commandant. Et alors les Drows paieraient pour ce qu’ils avaient fait subir à son peuple.

Rima-Marcil soutint le regard de Dragan. Il y avait un moyen de guérir sa fille. Il aurait du en être heureux, mais pourtant l’air grave de Dragan montrait qu’elle ne lui plaisait pas. Que pouvait-elle être donc pour hésiter entre elle et la mort ?

« Cette solution vous effraie, pourquoi donc ? Que vous a proposé ma fille ? Quel est donc cette alternative si effrayante ? »

Rima-Marcil était intrigué mais effrayé aussi. Le remède pour sauver sa fille devait être des plus horribles pour effrayer ainsi le comte. De quoi pouvait-il s’agir ?
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   Mar 25 Mar 2008 - 14:41

La langue du jeune noble le trahissait et il ne s'en rendait pas compte. Aussi neutre que soit son expression, ils paraient là d'un sujet qui le touchait personnellement et qui le mettait en état de faiblesse. parler de l'empoisonnement d'une vague connaissance éait une chose. parler de la mort propchaien de celle qui tenait votre coeur entre ses mains en était une autre. Les lapsus risquaient fort de se multiplier sans qu'il ne puisse rien y faire. Son esprit ne cherchait plus à choisir soigneusement ses mots, mais était entièrement tourné vers Révérie. Et cela le rendait imprudent.

Dragan lança un regard éteint à Rima-Marcil alors qu'il rétorquait que la fierté mal placée de l'hybride risquait fort de lui coûter la vie.

- "Oui, c'est un fait. La fierté pousse les gens à faire des choses stupides."

Lui-même avait un orgeuil assez dévellopé. Révérie le lui avait bien fait remarquer en lui parlant de son arrogance! Son regard redevint vif alors qu'il continuait :

- "De même que l'honneur."

Etrange de voir comme il cernait bien le marquis et son état d'esprit, comme s'il lisait dans ses pensées. Il venait de presque avouer qu'il avait vu sa fille nue, ainsi que l'autre homme. Mais difficile d'en tirer ses conclusions sur les pensées qui agitaient l'esprit du Marquis.

- "Je pense que nous nous comprenons concernant ces deux attributs."

Une façon d'apaiser la tempête intérieure qui agitait le marquis? Peut-être bien. Dragan avait prouvé qu'il était un homme d'honneur... Pourtant, il n'y avait rien d'honorable à avoir regardé la jeune fille nue au lac, ni de l'avoir prise dans une auberge... Géné par ces pensées, il changea de position dans son fauteuil. Rima-marcil revint alors à l'homme mystérieux. L'elfe eut un mouvement d'ignorance.

- "Là est le problème, je ne sais pas comment il était au courant."

Il secoua négativement la tête alors que le marquis lui assurait qu'ilaurait fait de même et émit un faible sourire.

- "Non, j'aurais du donner l'alerte, quand bien même elle aurait été fausse. Cela aurait sauvé nombre de vies..."

Il eut alors un petit bruit agacé alors qu'il reprenait un ton plus haut, visiblement en colère, sans se départir pourtant de sa voix calme :

- "Je ne sais rien de cet homme, je n'ai pas vu son visage, je ne connais point son nom. j'aurais du le forcer à me les livrer, mais je répugne à déclencher les hostilités quand cela n'est pas nécessaire. Et sur le moment, cela ne l'était pas."

Sa voix était chargée de colère froide oui, mais bel et bien contre lui. Rima-Marcil aussi semblait en proie à la colère, contre lui-même également. Cela doucha celle du jeune noble qui reprit d'une voix preque coupante :

- "La personne qui a le plus besoin de vous, c'est votre fille pour le moment, même si elle ne le sait pas encore."

Puis, vinrent les questions de Rima sur la proposition inacceptable de Révérie, mais qui demeurait pourtant leur seul espoir. Il sentit son coeur battre dans ses tympans, puis, se décida :

- "Elle pense que si elle laissait s'exprimer totalement son sang drow, cela la sauverait du poison."

On sentait pleinement qu'il détestait cette option. Et son ton était lourd de non dits. Si elle faisait cela, elle ne reviendrait peut-être pas. Et cela serait aussi difficile pour lui que pour son père.

- "Je lui ai dit que je n'aimais pas cette idée, mais j'ai parlé égoïstement... Quoiqu'il en soit, je vous en parle, parce que je pense que cela arrivera... Et qu'il faut que vous vous teniez prêt à pallier à cette éventualité. Si cela fonctionne, elle vivra, mais..."

Il ne termina pas sa phrase. Ce n'était pas la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Rima-Marcil
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 348
Âge : 441
Date d'inscription : 05/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   Mer 26 Mar 2008 - 17:09

Dragan et le marquis se ressemblaient beaucoup. Hommes d’honneur et fiers, ils avaient le tort d’être tombés amoureux d’une personne unique mais mal vue par leur peuple, quoi que pour Dragan, la situation soit moins critique que celle de Rima-Marcil. Il y avait des chances qu’Aglarer soit reconnue et acceptée par les elfes, tandis qu’Arakmorach n’avait pas eu, et n’aurait jamais cette chance.

« Oui, nous nous comprenons très bien, Dragan. »

La colère que ressentait le marquis était quelque peu tempérée par la gravité de la situation. Cette histoire de poison mobilisait son intérêt et lui faisait oublier sa colère. Pour l’instant du moins. Mais cette histoire d’humain n’était pas faite pour apaiser son humeur. Savoir qu’un humain inconnu en sache plus long qu’eux le dépassait, et avait pour don de l’exaspérer. Cela ne lui plaisait pas du tout.

« Ce que vous me dites n’est pas fait pour me rassurer. Qu’un tranger à notre peuple n’ignore rien des plans des Drows, soulève beaucoup de questions. Et malheureusement seul cet homme peut y épondre. »

Dragan s’en voulait de ne pas avoir pris au sérieux l’avertissement de l’humain. S’il l’avait fait, de nombreuses vies auraient été épargnées. Leur peuple mourrait empoisonné et il avait eu l’opportunité d’empêcher une elle chose. Il s’en voulait et c’était naturel, et malheureusement, Fine-Lame savait que quoiqu’il dise rien ne pourrait atténuer la peine, et le sentiment de culpabilité de Dragan.

Il ne savait rien de l’homme, qui il était, à quoi il ressemblait, comment il savait pour le poison… L’homme était resté prudent, ne dévoilant rien de lui afin qu’on ne le retrouve pas. Serait-ce un espion humain ? Ou bien un membre des Tueurs de l’Ombre ayant décidé de se rebeller ? Peut-être ne le saura t’on jamais.

« Ne vous reprochez pas votre attitude à son égard, Dragan. Si vous l’aviez forcé par la force à vous révéler ce qu’il savait, vous n’auriez pas mieux valu qu’un humain. Nous sommes tous deux des hommes d’honneur, et cela passe avant tout. Alors ne vous rabaissez pas au rang de ce peuple barbare. »

Dragan devait sentir dans la voix du marquis tout le mépris qu’il avait pour les humains. Il détestait ce peuple cruel et barbare. Il avait vu comment il se comportait. Ils ne valaient pas mieux que les Drows. Ils pouvaient se montrer aussi barbares et cruels que les Sombres. Certains d’entre eux étaient différents, mais ils étaient rares. Par moment, Rima-Marcil en était venu à se demander comment son peuple avait pu s’allier avec eux.

Le marquis écouta avec attention ce que Dragan lui révéla sur la solution trouvée par Aglarer afin de chasser le poison de son corps. Son sang se figea dans ses veines. Avait-il bien entendu ? Laisser parler la partie Drow qui sommeillait en sa fille ? Aglarer lui avait parlé de ses accès de folie sanguinaire qui la prenait parfois. Elle avait toujours réussit à reprendre la contrôle, ne le laissant pas gagner, mais pour si elle avait raison, pour se sauver elle devait le laisser la consumer entièrement. Quelles étaient ses chances de revenir alors à son état normal ? C’était inconcevable et intolérable. Il ne pouvait autoriser une telle chose !

Il comprenait pourquoi Dragan avait peur. Ils risquaient tous deux de la perdre. Si un remède n’était pas trouvé très vite, elle mourrait. Mais si elle mettait son plan en action, elle risquait de rester Drow toute sa vie. Dans les deux cas, il y avait un risque de la perdre à jamais. Dragan était contre cette idée, et Rima-Marcil aussi. Mais pourtant, s’il n’y avait pas de remède, pouvait-il laisser sa fille mourir ? Ne valait-il pas mieux la savoir vivante que morte ?

Cette idée ne plaisait vraiment pas au marquis. Il ne savait quoi décider.

« Moi non plus je n’aime pas cette idée, Dragan. Nous risquons de la perdre en agissant ainsi. Mais à dire vrai, nous sommes également en train de la perdre maintenant, étant donné que nous n’avons pas encore trouvé de remède. Je ne sais quoi penser de tout cela. Il me faut du temps pour réfléchir. Vous en savez plus que moi sur ce poison, dites-moi, combien de temps pensez-vous que dispose Algarer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   Mer 26 Mar 2008 - 21:00

Le jeune noble hocha la tête alors que Rima-Marcil abondait dans son sens. Ils se comprenaient, pas besoin d'en dire davantage. Il avoua ensuite ne pas être rassuré par le fait qu'un humain sache tant de choses... Dragan s'était posé mille fois la même question conernant cet homme : qui était-il? Un homme du roi Ultuant? Un espion? Mais s'il était du côté des drows, quel intêret aurait-il eu à parler? Trop de questions sans réponses qui le rendraient fou!

Par contre, le marquis le surprit en parlant de cette façon des humains. Il était évident qu'il ne les portait pas dans son coeur et les méprisait même. C'était le cas de beaucoup d'elfes et Dragan lui-même avait des difficultés à ne pas se sentir supréieur à la plupart d'entre eux, si rustres et sauvages parfois. Mais certains hommes valaient le coup. certains hommes avaient de l'honneur... Il eut une pensée pour Eldis, mais ce n'était pas comparable, il avait été élevé par des elfes.

- "Les hommes ont beaucoup de défauts. Mais ils sont capables de chercher des ressources insoupçonnées. Ce sont de valeureux combattants. Même si beaucoup ne sont que de la racaille."

Rima devait être aussi effaré que Dragan quand il lui apprit la solution de Révérie. Elle devait lui sembler tout aussi inacceptable. Il lui répliqua qu'il avait besoin de temps pour réflechir. Dragan secoua la tête et reprit fermement :

- "Malgré tout, c'est sa vie et son avenir. Nous n'avons pas à faire ce choix pour elle. Je suis revenu sur mes paroles, et c'est pour cela que je pense qu'elle va choisir cette option. Pour être franc, il ne lui reste qu'une poignée de jours... Pas assez pour élaborer un remède."

De ferme, sa voix était devenue amère. Il ne la sauverait pas. Elle allait devoir se sauver seule.

- "Cela commence par des crampes d'estomac, une faiblesse générale... Puis, une hématémèse de plus en plus prononcée et de la fièvre. Et Révérie a déjà commencé à cracher du sang. Son organisme ne peut plus lutter contre le poison et il va maintenant s'emparer de son corps plus rapidement."

Il l'avait appelée Révérie... pas Aglarer. Encore un lapsus. Son ton était plus affecté, alors qu'il trahissait le fait que le sort de la demoiselle lui importait réellement.
Revenir en haut Aller en bas
Rima-Marcil
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 348
Âge : 441
Date d'inscription : 05/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   Sam 29 Mar 2008 - 20:07

Dragan était plus enclin à pardonner aux humains que Rima-Marcil. Ce dernier avait trop de barbarie et de cruauté de la part des humains pour ne pas les mépriser. « Observe comment se comporte un soldat à la guerre, et tu sauras le fond de son cœur », disait son père. Fine-Lame avait observé, et il avait vu alors un comportement révoltant venant de son propre peuple. Mais le plus choquant et écœurant venait des humains. Ce n'est pas sur le champ de bataille que l'on voit le fond du coeur d'une personne, mais dans son comportement envers les prisonniers. Le comportement des Sylvains était choquant, mais celui des humains était insupportable. Ils torturaient pour le plaisir de voir souffrir, violaient les femmes et les enfants, découpaient les prisonniers en morceaux pour les donner aux chiens... Aux yeux du Marquis ils ne valaient pas mieux que les Drows.

« Les hommes sont ingénieux c'est vrai, mais hélas, de ceux que j'ai connu il n'y en a aucun qui puisse trouver grâce à mes yeux. A croire que les hommes bien soient si rares que même après plusieurs siècles il m'est impossible d'en rencontrer ne serait-ce qu'un seul. »

Des hommes, il n’en avait rencontré que sur les champs de batailles, autant dire qu’il n’avait rencontré que des soldats, ou des commandants. Mais ces derniers ne valaient pas mieux que ceux qu’ils commandaient.

Dragan expliqua alors au marquis qu’il ne restait à peine que quelques jours à Aglarer. Si peu de temps. Pas assez pour trouver un remède. Elle ne tiendrait pas jusque là. Il fallait donc opter pour la solution de sa fille. Cela ne lui plaisait pas, mais il n’avait pas le choix.

Fine-Lame se leva, se dirigeant vers la fenêtre, derrière le bureau. Comme il détestait ce genre de situation. Etre ainsi acculé, n’ayant pas de solution autre que celle d’un autre (en l’occurrence d’une autre), une solution qui ne lui plaisait guère. D’habitude il réussissait à avoir deux ou trois solutions de secours, mais là, il n’en avait pas. La seule qu’il avait impliquait de la patience et du temps, ce qu’il n’avait malheureusement pas.

Le marquis se retourna vers Dragan qui était resté silencieux.


« Malheureusement je crains que vous n’ayez raison. Nous n’avons pas le choix. Il faudra faire comme le suggère Aglarer. Je prendrais les dispositions nécessaires pour qu’elle ne puisse blesser personne pendant que son sang Drow la dominera. Le plus dur après, sera de la faire redevenir elle-même. »

Rima-Marcil baissa la tête. Il fallait trouver un lieu où l’enfermer sans risque. Le seul qu’il voyait était la cave. Pas de fenêtre, ni de sortie autre que l’entrée de la cave, c’était l’endroit parfait. Il faudrait faire installer des barreaux, les renforcer pour qu’elle ne puisse s’enfuir et mettre des gardes à proximité, même si, il le craignait, ils ne puissent l’arrêter si elle venait à s’enfuir. Ils risquaient plus de mourir qu’autre chose, mais il ne pouvait pas la laisser sans surveillance. Il devrait s’en charger sinon.

Le marquis releva la tête. Dragan avait appelé Agalrer par son nom humain. Rien d’étonnant à cela, c’est sous ce nom qu’il l’avait connu. Le fait de l’avoir appelé comme cela en cet instant précis montrait qu’il en faisait plus gaffe, qu’il avait baissé sa garde. Le moment était venu. Oui, le moment de poser la question qui, dès l’instant où il avait compris ce qui se tramait entre sa fille et Dragan, lui brûlait les lèvres. Désormais il allait savoir, il allait obtenir sa réponse.

« Dites-moi Dragan, à quel point aimez-vous ma fille ? »
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   Dim 30 Mar 2008 - 10:41

Le jeune Comte pencha la tête, observant Rima-Marcil, alors que celui-ci avouait n'avoir jamais rencontré un humain digne de racheter sa race à ses yeux. Quel âge avait le marquis? Des cenaines d'années, sans aucun doute. A nouveau, il eut une pensée envers Eldis et à nouveau, il se souvint que cet humain là ne comptait pas, puisqu'il avait adopté le mode de vie et de pensée des elfes. Il n'avait pas été élevé parmi les humains. Il n'était donc pas un échantillon fiable de cette race aux multiples facettes.

- "Peut-être que les hommes biens ne se trouvaient pas là où vous vous trouviez."

Ils changèrent de sujet, revenant à Révérie. Le Marquis se leva et regarda par la fenêtre, en proie à un dilemme itérieur manifeste. Comme Dragan le comprenait! Lui-même se sentait totalement impuissant. La situation lui échappait totalement, il ne pouvait rien faire. Absolumet rien, si ce n'était tendre le dos et attendre. Et l'attente était insupportable. C'était la même peur insidieuse qui vous rendait nerveux la veille d'une bataille. C'était l'attente qui minait les soldats. C'était l'attente qui minait les deux hommes présents dans cette pièce.

Rima-Marcil reprit la parole, assurant qu'il prendrait les dispositions nécessaires et proférant à voix haute les craintes de Dragan. Oui, il serait difficile de la faire revenir. Pourtant, il rajouta d'une voix douce :

- "La folie est moins irrémédiable que la mort."

Il ne pourrait la ressusciter alors qu'il pourrait peut-être la faire redevenir celle qu'il aimait tant. La question posée à brûle pourpoint de Rma-marcil interrompit ses pensées et le laissa coi quelques secondes, alors qu'il lançait un regard étonné au marquis. Il se reprit très vite et esquissa un sourire teinté de tristesse, reconnaissant sa défaite face à la perspicacité de l'homme qui se tenait devant lui. Quoique Dragan et Révérie n'avaient pas été particulièrement discrets. Il allait devoir revoir son jeu de masques. L'amour semblait lui fire tout oublier, même la plus élémentaire des prudences.

- "Je l'aime au point que sa mort me terrifie. La voir devenir drow me répugne et me dégoute. Malgré cela, quel que soit son choix, je l'accepte. Nous ne nous connaissons que depuis une semaine, pourtant, elle m'est devenue aussi vitale que l'air que je respire. Si elle meurt, une partie de moi mourra avec elle. Mais si elle vit, dévorée par son sang drow, je n'aurais de cesse de me battre pour la ramener. Je le lui ai promis. Je me le suis promis."

Son visage semblait animé d'une détermination farouche, mais aussi d'une tristesse latente, qui ne le quittait pas, alors qu'elle avait su le rendre si heureux. Il perdit de sa vivacité et conclut d'une voix où perçait l'ironie :

- "Il me semble que je ne sois pas si bon dissimulateur que je me pais à le croire... mais votre fille met à mal toutes mes défenses."
Revenir en haut Aller en bas
Rima-Marcil
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 348
Âge : 441
Date d'inscription : 05/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   Lun 31 Mar 2008 - 17:59

Dragan n’avait pas tort. Peut-être que les hommes biens ne se trouvaient pas sur les champs de batailles. Peut-être étaient-ils ailleurs, ayant choisis un métier où ils ne tueraient pas. Est-ce donc que défendre son peuple avilissait les hommes ? Etaient-ils si facilement corruptibles ? C’était horrible de penser que c’était le cas. Pourtant, Rima-Marcil voulait rencontrer ces hommes bons, s’ils existaient. Il aurait aimé voir qu’il se trompait.

« En effet, peut-être n’étaient-ils pas là où je les attendais. »

Dragan dit alors qu’il préférait la voir folle que morte. Oui, effectivement. Folle, ils avaient une chance de la soigner, de la faire revenir parmi. Morte, ils ne pourraient plus rien faire pour elle. Une fois qu’elle serait guérie, ils pourraient tranquillement trouver un moyen de la faire revenir. Ils auraient tout leur temps, tandis que là, il était compté. Dans quelques jours, il serait trop tard. Il faudrait mettre le plan d’Aglarer en action au plus tard dans les deux jours qui venaient. Selon Dragan, le poison avait atteint son dernier stade. Si elle y avait résisté aussi longtemps, c’était du à son sang Drow, et à son entraînement de moine. Mais dans peu de temps elle n’aurait plus la force de se battre, où de laisser parler ses instincts Drows. Il fallait agir au plus vite.

Devant la surprise de Dragan, Rima-Marcil ne broncha pas, gardant son air sérieux. Il ne s’était pas attendu à ça visiblement. Croyait-il sincèrement avoir été discret ? Croyait-il vraiment qu’il ne verrait rien ? Qu’il serait aveugle à une telle chose ? En ce moment, il devait sans doute se dire qu’il ne devrait pas sous-estimer le marquis, et que s’il voulait lui cacher quelque chose, il devrait faire des progrès. Le comte sourit, montrant ainsi qu’il abdiquait, ne voulant pas jouer le jeu des faux-semblants. Il avoua alors son amour pour Aglarer. Il était sincère, il le voyait dans ses yeux. Il était prêt à tout pour elle. Elle avait beau être métis, il l’aimait quand même, et était prêt à braver tous les dangers et les obstacles pour elle. Encore une fois ils se ressemblaient. Lui-même avait tout risqué pour la femme qu’il avait aimée. Dragan avait sans doute plus de chance avec Aglarer, du fait qu’elle était noble et en partie sylvaine. Leur avenir serait plus heureux que celui de Rima-Marcil et Arakmorach… si jamais sa fille survivait au poison.


« Je vous crois Dragan Tiril. Je peux voir dans vos yeux combien vous aimez ma fille. Et je sais que vos sentiments à son égard sont réciproques. En égoïste je pourrais penser qu’elle n’aurait pu tomber sur un meilleur parti, le bras droit de celui qui deviendra notre roi. Beaucoup de pères envieraient cela, mais pas moi. Je suis simplement heureux que ma fille ait trouvé un homme prêt à tout risquer pour elle. Seulement autant vous avertir, vous n’ignorez pas que ma fille est encore mineure, n’est-ce pas ? Tant qu’elle n’aura pas atteint sa majorité je vous prierais de bien vous tenir avec elle, suis-je clair ? Quand elle sera majeure, si vous l’aimez toujours, alors peut-être consentirais-je à vous donner sa main, mais en attendant, veuillez ne pas tenter la moindre chose. Je connais votre réputation, comte Tiril. On m’a fait part de vos frasques. Je ne vous en blâme pas, moi-même j’ai été jeune, et ai connu nombre de femmes, mais à la vérité je cherchais celle que je pensais qui deviendrait ma femme. Je n’imaginais pas à cette époque que ce n’est pas dans notre peuple que je la trouverais. Je doute que vous ayez les mêmes raisons que moi. »

A l’ironie de Dragan, Rima-Marcil ne put s’empêcher de rire.

« Non, en effet, vous avez des progrès à faire, Dragan. Lorsque l’on est amoureux on se sent puissant, invincible, comme si rien ne pouvait nous arriver. Et l’on vient à être moins prudent. Je parle par expérience personnelle, croyez-moi. J’espère sincèrement être le seul à avoir compris, mais je pense que certaines personnes ont des doutes. Je peux leur ordonner de se taire, mais il faut savoir que vous risquez gros, Dragan. Etre amoureux d’une métis, fille non encore officiellement reconnue d’un marquis déchu pour haute trahison, et par surcroît mineure, tout cela est loin de vous être favorable, surtout au vu de votre réputation de galant homme. Faites attention à conserver les apparences ou bien vous, comme Agalrer en pâtiraient. Une fois qu’elle sera marquise, les choses seront différentes, mais attendaient au moins ce moment-là pour ne plus vous cacher. D’ici là, faites-en sorte que personne ne puisse soupçonner quoi que ce soit, d’accord ? »


Le marquis s’avança vers Dragan et lui tendit la main.

« Je suis heureux qui vous ayez décidé de me parler de tout ça, et d’avoir été honnête envers moi. J’apprécie beaucoup Dragan. En étant honnête, vous me prouvez que vous êtes véritablement un homme d’honneur. Je regrette que vous deviez partir demain. J’aurais beaucoup aimé discuter avec vous plus longuement, mais hélas une longue journée nous attend, pour vous comme pour moi. J’ai fait préparer votre chambre, elle se trouve au bout du couloir par rapport à la chambre d’Aglarer. Vous voyez où elle se trouve n’est-ce pas ? »

Le marquis ouvrit la porte du bureau, et laissa passer Dragan entre les gardes qui attendaient dehors.


« Bonne nuit Dragan. Et bonne route pour demain. J’espère que vous revoir bientôt. »


Fine-Lame pensait vite en vérité, mais il ne pouvait le dire devant les gardes. Il espérait que Dragan reviendrait pour l’aider à guérir sa fille, à l’assister quand sa fille laisserait parler son sang Drow. Qui savait de quoi elle serait capable. Ils ne seraient pas trop de tous les deux pour la faire redevenir elle-même si elle n’y arrivait pas toute seule.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   Lun 31 Mar 2008 - 19:22

Dragan était dans ses petits souliers alors que Rima-Marcil disait le croire sincère alors qu'il avouait son amour pour Révérie. parce que ce n'était pas cela qui le dérangeait... oh que non, c'était la suite. Pas le moment où le Marquis parla de lui comme d'un excellent parti, ça, il le savait bien, ses soeurs le lui avaient seriné des années durant, en réprouvant son penchant pour les amourettes avec des filles sans titres. Non, ce qui le mit au supplice, c'est tout ce qui vint après... Tout ce qui concernait l'absence totale de relation charnelle jusqu'à la majorité de la jeune fille, durant toute la durée de leur fiançaille. Il fit un effort pour rester de marbre, pour ne pas trahir son inconfort. Trop tard Rima, il était trop tard... Pour sa défense, il fallait admetre qu'elle ne faisait pas son âge et que quand il l'avait rencontrée, elle n'avait aucun titre. Il ajouta qu'il connaissait parfaitement la réputation de séducteur du Comte, qu'il avait fait de même étant jeune, à la recherche de l'amour. Les lèvres de Dragan se pièrent alors que le Comte doutait qu'il séduise les femmes pour les mêmes raisons.

- "Vos doutes pourraient bien être totalement infondés, mais je déteste parler de moi et de ma vie privée, aussi ne chercherais-je pas à vous expliquer mon comportement. De toutes manières, je n'ai pas à me justifier."

Il avait choisit de ne pas parler de la chasteté de la jeune fille. Mensonge par omission. Cela valait mieux que de mentir effrontément et encore mieux que de dire la vérité nue. Pourquoi aimait-il séduire? Excellente question... Peut-être parce qu'il avait un besoin important de retrouver cette âme soeur qui lui avait été arrachée à la mort de sa jumelle. Rima-marcil avait cherché celle qui deviendrait sa femme, Dragan avait recherché celle qui comblerait ce vide immense laissé par la perte de sa soeur tant aimée. Et il avait trouvé Révérie.

Rima-Marcil trouva amusant les paroles du jeune noble, mais le mit en garde sur les conséquences d'un tel amour. Le jeune homme leva une main, comme pour intimer le silence au marquis et enchaina d'une voix douce :

- "Je sais tout cela. Je suis jeune, mais je ne suis pas stupide, ni aveuglé par l'amour. Je sais très bien les risques que j'encours. Je ne vais pas le crier sur tous les toits. Mais seuls les avis de la Reine et des deux héritiers comptent réellement. Prenez le problème à l'envers... Courtiser votre fille la fera reconnaître plus rapidement comme votre héritière. Et puis, je suis le frère de coeur d'un demi elfe qui va devenir roi... Tout est possible."

Il souriait en coin. La partie serait serrée, mais elle n'était pas perdue d'avance, loin de là. Son sourire se figea alors que Rima-Marcil le complimentait de son honêteté... C'était un euphémiste que de dire qu'il se sentit soudainement très mal. Il détestait tromper les gens...

- "Oui, je vois où elle est. Nous aurons l'occasion de discuter de nouveau, soyez en assuré."

Il se dirigea vers la sorte, alors que le Marquis lui souhaitait bonne route. Il acquiesça gravement alors qu'il comprenait bien le sous entendu. puis, il glissa à mi voix :

- "Ma louve restera ici. Elle saura me prévenir très rapidement."

Là dessus, il s'inclina légèrement et prit congé, se dirigeant vers sa chambre, l'esprit ravagé par les remords et les questions.


[-> [palais de l'épine dorée]Visite Nocturne]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Bureau du Marquis] Entretien Privé   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Bureau du Marquis] Entretien Privé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un entretien privé [Pv Pomona]
» [¨Palais du Marquis de l'épine dorée.] ... Père...
» Bureau du maire
» Inauguration du Bureau Haitien du Droit d'Auteur
» Signal FM le 7 février 2011 Entretien de Jean-Claude Duvalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres de l'Epine Dorée :: Malereg (Cité)-
Sauter vers: