AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Jeu 2 Juin - 20:51


~ La vie est une bougie dans le vent ~


Yenaël avait parcouru les moindres recoins de l’Ithri’Vaan durant ces dernières années. En dépit de son jeune âge, il avait eu le temps d’arpenter toutes les grandes villes de la contrée au cours de son apprentissage. Mais les choses étaient différentes aujourd’hui. En effet, le jeune homme était désormais seul et devait apprendre à vivre en étant indépendant.

Dans un premier temps, il avait réfléchit aux différents endroits où il pourrait trouver du travail afin de pouvoir gagner sa vie. L’endroit qui avait tout de suite attiré son attention était une évidence pour tout bon estréventin : La cité de Thaar.
Cette cité était pleine de vie, pleine d’activité et surtout remplie de richesses. Yenaël savait que les marchands affluaient en nombre considérable vers cette ville qui était la plaque tournante de la région.
Le jeune magicien ne savait pas vraiment comment il devait procéder pour rencontrer des personnes qui seraient intéressées par ses services. La première étape par laquelle il devait passer était l’entrée dans la ville.

Après avoir traversé de nombreuses caravanes de marchands et divers convois sur le départ pour le reste du continent, Yenaël parvenait enfin aux portes de la ville. Le jeune homme se souvenait de sa première venue ici. C’était il y a presque 7 ans désormais : Autant dire que depuis les choses avaient bien changées depuis.
Cette cité paraissait un peu plus grande encore, comme si elle ne l’était pas assez auparavant. Le jeune homme n’aimait pas trop la solitude et se sentait rassuré de voir tous ces gens autour de lui. Sans plus attendre, il décida de se rendre au cœur de la cité.

Après quelques minutes de marche, ce fut un immense marché de plein air qui attira l’attention du jeune homme. Depuis qu’il était arrivé en ville, Yenaël tâchait de se faire discret. Cet endroit semblait idéal pour commencer sa quête de nouvelles aventures. Il allait pouvoir questionner les différents vendeurs et leur proposer son aide pour missions qu’ils voudraient bien lui donner. Dans un premier temps, le jeune mage suivrait les conseils que son ancien maître lui avait prodigué. Il ne parlerait pas de sa formation à la magie élémentaire ni d’aucune de ses aptitudes. Il garderait cet avantage pour lui si la situation l’obligeait à avoir recours à ses pouvoirs.

Avant de s’engouffrer un peu plus au cœur du marché et de la cité de Thaar, Yenaël remit sa ceinture en place. Par la même occasion, il vérifia si sa dague fétiche était bien accrochée à sa ceinture et dissimulée sous sa toge. Après tout, les marchés étaient remplis de contrebandiers et de brigands de toutes sortes.
Le jeune homme commençait à avoir chaud avec sa lourde tenue en tissu épais. Il était vêtu d’un pantalon en toile assez large qui était ceint au niveau de sa taille par une ceinture en cuir. Un soleil étincelant inondait la ville et accablait les voyageurs un peu trop vêtus. Une fois prêt à se lancer dans le dédale que représentaient les étalages des marchands, il prit une grande inspiration puis se lança d’un pas décidé.

- C’est aujourd’hui que commence ma nouvelle vie d’aventurier ! Ces mots lui échappèrent comme si son cœur avait parlé pour lui.


Dernière édition par Yenaël le Dim 11 Sep - 21:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Mer 8 Juin - 2:41

Après avoir pesé le pour et le contre beaucoup plus longtemps que ce n’était nécessaire, Zaahrian était enfin parvenu à une décision : il allait rejoindre son père chez les elfes. Il n’était pas du genre à briser les promesses qu’il avait faites et il avait juré à Halan de le retrouver. Toutefois, il savait déjà qu’il n’allait pas rester là-bas plus longtemps que nécessaire. Déjà, il n’avait pas envie d’être impliqué dans le conflit déchirant les elfes et les drows bien que l’idée de trancher quelques gorges de noirauds soit tentante. De plus, c’était mauvais pour les affaires que d’aller là-bas. Il était un assassin gagnant sa vie avec les contrats qu’il décrochait. Là-bas, les contrats risquaient de se faire rares et c’est sans parler du fait que les elfes ne portent aucune valeur à l’argent. Pour Zaahrian, il s’agit là d’une aberration, mais bon, apparemment, c’est un trait culturel. Donc, c’est pour son père qu’il allait se perdre en forêt et non pas pour le profit. Les préparatifs pour le départ commençaient bien mal. Zaahrian n’était pas encore parti qu’il s’ennuyait déjà de la ville. Thaar bourdonnait d’activités. C’était une ville vivante et dangereuse. Il s’y sentait chez lui, mais l’assassin devait se rendre à l’évidence : rester plus longtemps mettait sa vie en danger. Même après son passage chez les elfes, il ne pourra pas revenir à Thaar avant un bon moment. Il devait donc déjà envisager ce qu’il ferait ensuite. Pour quelqu’un comme Zaahrian qui avait du mal à se figurer ce qu’il allait faire dans la journée même, penser au futur représentait tout un effort. Il avait encore du temps pour y penser. Qui sait, une occasion allait peut-être se présenter à lui entre temps et complètement changer ses plans. Si certaines personnes détestaient les imprévus, Zaahrian ne vivait que pour eux. Pour lui, la vie était une immense boîte à surprises remplie d’une multitude d’opportunités qu’il fallait saisir à condition de ne pas avoir peur de sauter dans le vide. Lui, c’est tête première qu’il sautait sans penser aux conséquences. Autre ombre au tableau : ce voyage il allait le faire seul. Guilin n’avait aucune envie de se rendre en Anaëth. Il s’agissait donc d’une deuxième séparation pour les deux complices. Zaahrian en était plus attristé qu’il ne l’aurait imaginé, mais il comprenait pourquoi Guilin n’avait pas envie de le suivre cette fois. Il n’y avait rien pour lui là-bas. De plus, il était temps pour lui de suivre son propre chemin, sans Zaahrian pour lui attirer des problèmes. L’espérance de vie du blond risquait de grandement diminuer sans lui, mais cette perspective l’obligera peut-être à prendre le temps de réfléchir avant de sauter dans l’action comme un fou furieux. Zaahrian lui promit de venir l’embêter dès qu’il le pourra. Cette promesse rassura Guilin qui savait que son ami ne donnait jamais sa parole sans avoir réellement de la tenir.

En cette magnifique journée d’été, Zaahrian était en plein préparatif pour son départ qui se voulait imminent. D’ici deux jours, il devait être sur la route en direction de l’Anaëth, ce qu’il n’avait pas encore déterminé, d’ailleurs. Il devait également mettre à jour tout son équipement, car ça serait vraiment irresponsable de sa part de quitter la ville sans avoir aiguisé ses lames, acheté de nouveaux vêtements et préparer un stock de nourriture suffisant pour se rendre jusqu’à destination. Le problème c’est qu’il avait beaucoup à faire avec pas beaucoup d’argent. Zaahrian avait stupidement dépensé une bonne partie de ses économies pour faire plaisir à Ìrim. La nuit passée avec lui valait amplement la somme dépensée, mais il aurait peut-être dû réfléchir un peu plus. Peu importe, Zaahrian ne pouvait pas revenir en arrière et il lui restait trop peu de temps avant son départ pour espérer avoir un petit contrat facile qui lui renflouerait les poches. Il était donc forcé de faire des choix. Le problème, c’est qu’il était limité dans ses options.

« J’ai le choix entre crever de faim, m’enfoncer dans une forêt grouillante de drows avec une épée émoussée ou prendre le risque de me présenter devant mon père pieds nus et le cul à l’air. La dernière option est toujours la moins pire des trois… » Pensa-t-il alors qu’il faisait tranquillement le tour des étales au marché. La foule était dense et bruyante. Les vendeurs faisaient leur possible pour attirer l’attention des acheteurs. Il s’arrêta devant un fabricant de vêtements en cuir. Il s’était apparemment spécialisé dans cet art et fabriquait des pièces de grande qualité, dont des bottes qui attirèrent l’attention de Zaahrian. Il baissa les yeux pour regarder ses pieds. Les bottes qu’il portait étaient tellement usées que ses orteils menaçaient d’en sortir à tout moment. Il soupira, sachant très bien qu’il n’avait pas les moyens de se permettre une telle dépense. Il reprit donc sa route en essayant de déterminer les choses dont il ne pouvait absolument pas se passer.

Zaahrian marchait depuis un moment lorsqu’une voix s’éleva derrière lui.

— C’est aujourd’hui que commence ma nouvelle vie d’aventurier!

L’assassin s’arrêta, visiblement sous le choc. Après une seconde d’hésitation, il éclata de rire. Ces mots étaient sortis avec tellement de candeur et d’innocence! Zaahrian se retourna pour regarder le jeune homme, toujours hilare.

— En effet, bienvenue à Thaar, la ville des prostitués et des assassins. Continu comme ça et d’ici deux jours tu finis dans le fond d’une ruelle la gorge tranchée. Qu’est-ce qu’un garçon aussi naïf fait dans une ville aussi coupe gorge que Thaar?
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Jeu 9 Juin - 22:28

Yenaël avait entamé sa journée plein d’entrain. Lorsqu’il s’était levé ce matin, il ne savait absolument pas de quoi allaient se composer les prochaines heures qu’il allait vivre. Il les avait imaginées difficiles, intéressantes, fatigantes …  Mais si une chose était sure, c’est qu’il n’aurait jamais cru se faire interpeller après quelques minutes seulement dans l’immense cité marchande de Thaar.

— En effet, bienvenue à Thaar, la ville des prostitués et des assassins. Continu comme ça et d’ici deux jours tu finis dans le fond d’une ruelle la gorge tranchée. Qu’est-ce qu’un garçon aussi naïf fait dans une ville aussi coupe gorge que Thaar?

Ces mots crus résonnèrent plusieurs fois dans le crâne du jeune homme avant qu’il ne saisisse réellement le sens des mots qu’il venait d’entendre. L’homme qui avait prononcé ces paroles semblait très amusé par la situation actuelle. Pourtant, Yenaël ne voyait pas vraiment ce qui pouvait le faire rire de la sorte. Après tout, qui y avait t’il de mal à être un jeune aventurier plein d’entrain ?  Piqué au vif par les propos de cet étrange individu, Yenaël s’apprêtait à réagir et à se défendre lorsqu’il se ravisa avant que de nouvelles paroles stupides s’échappent de sa bouche et n’attirent encore l’attention.

Dans un premier temps, le jeune mage tâcha d’analyser le physique de celui qui l’avait alpagué. C’était un homme assez charmant, il semblait plutôt jeune et bien bâti. Il avait des cheveux longs et blonds qui accentuaient son aspect d’homme en pleine force de l’âge. Cependant les traits de son visage laissaient paraître un certain vécu et une expérience indéniable. Ses vêtements n’avaient rien d’exceptionnel et semblaient relativement usés. Cet inconnu semblait à la fois plein d’expérience, avide d’aventures et avec une longue vie devant lui. De quelle manière pouvait bien occuper ses journées un pareil individu ? Peut-être était-il un grand guerrier, ou alors un tueur à gages … Qui sait ? De toute manière, Yenaël devrait être prudent avec cet homme.

- Je te remercie pour l’avertissement. Je me présente, je m’appelle Yenaël. Je suis en effet nouveau dans la ville de Thaar.

Avant de divulguer quoique ce soit sur ses motivations et la raison de sa venue en ville, le jeune homme se rapprocha de quelques pas de son interlocuteur afin de pouvoir s’adresser à lui sans ameuter toute la foule environnante. Une fois parvenu à une portée raisonnable du mystérieux personnage il s’exprima sur un ton calme et posé.

- À vrai dire, je suis venu ici sans but précis. Je recherche du travail, j’ai besoin de gagner de l’argent. Je suis prêt à partir à l’aventure à travers Miradelphia, s’il le faut.


Yenaël ne voulait pas non plus être trop entreprenant avec cet homme qu’il ne connaissait guère. Cependant, il voyait en lui une opportunité de s’orienter vers des missions intéressantes. Après tout, il fallait bien que le jeune homme commence par quelque chose dans cette immense fourmilière qu’était la ville de Thaar.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Ven 17 Juin - 2:30


Il n’y avait, techniquement, aucun mal à être un jeune aventurier plein d’entrain. Toutefois, il fallait s’attendre à attirer l’attention des gens aux mauvaises intentions qui pourraient interpréter une telle exubérance venant du jeune homme par de la naïveté. Ainsi, il devenait une cible facile à manipuler et, s’il ne faisait pas attention, pourrait se retrouver mêlé à des histoires tordues. En d’autres mots, Zaahrian le mettait en garde, même si sa façon de procéder était douteuse. De toute façon, l’assassin n’était pas reconnu pour être quelqu’un mâchant ses mots, mais ça, Yenaël ne le savait pas encore.

Le gamin se tourna vers lui, visiblement piqué au vif par l’attitude désinvolte de Zaahrian. Il aurait eu le droit de le remettre à sa place, mais il se ravisa, examinant plutôt le blond des pieds à la tête. Le sang d’elfe était dominant chez Zaahrian, ce qui rendait difficile de déterminer son âge réel. Il venait de passer son premier siècle, mais il avait le physique d’un jeune homme dans la mi-vingtaine avec l’attitude d’un gamin prépubère. Son regard acier brillait de malice, mais également d’une curiosité non feinte. Ce jeune homme avait attiré son attention et Zaahrian n’avait pas l’intention de le laisser en paix avant d’en savoir un peu plus sur lui. Alors qu’il se soumettait docilement à l’examen visuel de Yenaël, lui-même en profitant pour l’observer. Il était un humain tout à fait normal. Son charme était indéniable et il ne devait pas avoir beaucoup plus que vingt ans. Il avait le teint doré des gens qui vivaient dans la région et des muscles forgés par le travail. Ses vêtements taillés pour être pratiques trahissaient un mode de vie humble. Il n’avait aucune richesse sur lui à l’exception d’une bague ornée d’une pierre précieuse. À vrai dire, l’objet tranchait avec le reste, laissant croire à Zaahrian qu’il avait peut-être devant lui un voleur. Il porta machinalement une main à sa bourse. Elle était déjà presque vide. Il serait insulté si on essayait de lui prendre le reste.

– Je suis Zaahrian. Je ne vis pas vraiment ici, mais je connais suffisamment la ville pour savoir de quoi je parle. Tu vas te faire dévorer par les charognards si tu ne fais pas plus attention.

Zaahrian avait du mal à croire que Yenaël puisse être un voleur. Il n’avait vraiment pas la tête pour en être un. Il respirait trop la sincérité et la joie de vivre. En plus, il ne portait aucune arme visible et les voleurs ont toujours au moins une dague à portée de la main.

— Travailler, hein? Gagner de l’argent… Sur ce point, on est deux.

L’assassin fit tranquillement le tour de Yenaël, l’observant sous toutes les coutures en marmonnant dans sa barbe.

— Tu n’as clairement pas le physique pour être un mercenaire. De toute façon, je ne vois aucune épée, pas même une dague. D’ailleurs, se promener tranquillement en ville sans être armée relève de la stupidité. Hum…

Zaahrian s’arrêta devant lui en se grattant pensivement le menton.

— Si je n’étais pas sur le point de partir pour la terre des elfes, je te proposerais bien de devenir mon apprenti même s’ils ont tendance à avoir une espérance de vie beaucoup plus courte une fois à mon service. Ce n’est pas facile de faire ce que je fais. Dis-moi, quels sont tes talents? Je pourrais peut-être t’aider à trouver quelque chose ou, au moins, te donner une piste où chercher. Tu m'es plutôt sympathique, alors je vais t'aider.

Voilà un bel exemple de raisonnement à la façon de Zaahrian. Il commence par insulter un passant avant de proposer de l'aider comme si de rien n'était. Il a vraiment le cœur sur la main... Plus sérieusement, Zaahrian n'avait jamais eu l'intention de se montrer désagréable. Il est ainsi avec tout le monde. Son franc plait autant qu'il déplait et l'assassin s'en moquait éperdument. Il n'avait pas l'intention de changer ce qu'il était pour quelques orgueils froissés. De toute façon, le sourire qui ourlait ses lèvres au moment de finir sa phrase trahissait une envie sincère de se montrer serviable au meilleur de ses capacités. Espérons simplement que l'implication de Zaahrian dans les recherches d'emplois n'allait pas nuire à Yenaël...
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Sam 18 Juin - 16:59

Son nouvel interlocuteur se nommait donc Zaahrian. Comment cela se faisait-il qu’il s’intéressait ainsi à Yenaël ? Simple coïncidence ou était-il motivé par de sombres desseins ? Quoiqu’il arrive, le jeune mage ne tarderait pas à le découvrir.

Yenaël était resté immobile depuis le début de la conversation. Son interlocuteur lui avait tourné autour et en avait certainement profité pour faire un examen complet des dangers que pouvait représenter le jeune homme. Le fait de rester sur place faisait grandir en lui une forme d’anxiété. Machinalement, et comme il avait l’habitude de le faire, il se mit à faire tourner sa bague fétiche autour de son doigt. Son interlocuteur parlait tout en tournant autour de lui. Yenaël fit le choix de le laisser parler un petit moment avant de répondre à la moindre de ses questions. Ainsi, peut être en apprendrait-il plus sur ce curieux personnage.
Zaahrian évoqua d’un air pensif le fait que Yenaël n’était pas armé. Son ancien maître avait toujours conseillé au jeune mage de ne pas parler de ses pouvoirs magique en public. La magie attirait souvent l’attention et des individus mal intentionnés pouvaient très bien vouloir du tort à un mage : par exemple le capturer et se servir de lui à des fins néfastes.

Mais, étrangement, Zaahrian inspirait de la confiance à Yenaël. Pendant sa jeunesse et lors de ses années de travail à l’auberge, il avait vu des milliers de personnes passer sous yeux et s’arrêter pour quelques nuits. Ainsi, le jeune homme avait acquis une certaine capacité à jauger les intentions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, des gens qu’il rencontrait. Cet individu avait beau l’air curieux, il ne semblait pas mal intentionné, au contraire. Le discours que prononça Zaahrian conforta le jeune mage dans ses pensées. Quand il évoqua « la terre des elfes », le rythme de battement du cœur de Yenaël s’accéléra. Le jeune homme avait beaucoup voyagé durant son apprentissage mais il n’avait jamais quitté l’Ithri’Vaan. Son rêve était de découvrir les autres contrées du continent. Il aurait aimé proposer d’emblée à Zaahrian de l’accompagner dans son voyage, mais quels justificatifs allait-il pouvoir apporter ? Et s’il s’avançait autant, il devrait révéler à cet inconnu qu’il était un adepte de la magie élémentaire.  Ne pas aller trop vite en besogne. Dans un premier temps, Yenaël fit le choix de se raviser et se contenta d’une réponse simple à la remarque de son interlocuteur sur son manque apparent d’armement pour se défendre.

- Je ne suis peut-être pas armé à première vue, mais ce n’est pas pour autant qu’une dague ne se dissimule pas sous mes vêtements. C’est là tout l’avantage d’avoir des vêtements amples pour voyager. Et je pense être largement capable de me défendre si quelqu’un en voulait à ma peau.

Yenaël fit mine de prendre un peu d’aplomb pour paraître plus sûr de lui. Il voyait en Zaahrian une bonne opportunité de se lancer dans diverses aventures à travers le continent. Le jeune mage continua donc en répondant de manière plus énigmatique à sa question sur ses talents.

- J’ai parcouru tout l’Ithri’Vaan ces dernières années. Pendant près d’une dizaine d’années, j’ai été accompagné par un vieil aventurier qui m’a appris beaucoup de choses. Je recherche désormais un nouveau compagnon de route ou une activité pour combler le vide de mes journées.

Après tout, la dernière phrase qu’avait prononcé Zaahrian forçait à la sympathie. Yenaël tâcha donc d’avoir l’air sympathique et fit mine de lui sourire comme pour le convaincre de quelque chose. Au fond de lui, il n’était tout de même pas très à l’aise de participer à une conversation sur ses motivations avec un inconnu au cœur d’une ville bondée de monde. Mais s’il était venu à Thaar, c’était bien pour vivre ce genre d’altercations et découvrir de nouveaux camarades de route. Comme pour encourager Zaahrian à ne pas lui tourner le dos, le jeune homme reprit la parole. Il souhaitait en savoir un peu plus sur l’homme blond qui se tenait en face de lui.

- Tu as parlé d’apprenti. Mais tu n’as pas précisé : apprenti pour faire quoi ? Tu m’as l’air d’être expérimenté dans ce que tu fais. Je … Puis-je te suivre dans ta … « quête » ?

Comme il en avait souvent eu l’habitude au cours de sa vie, Yenaël eu l’impression d’en avoir trop dit et regretta instantanément d’avoir trop parlé. Il ne voulait surtout pas brusquer son interlocuteur, mais une chose était sure : Le jeune mage détestait la solitude et il voyait en Zaahrian une opportunité de ne plus l’être. Désormais, Yenaël avait clairement exposé ses motivations et il sentait son cœur tambouriner dans sa poitrine tellement qu’il était anxieux à l’idée d’entendre la réponse de Zaahrian à sa demande.


Alea jacta est
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Mer 22 Juin - 14:01

En fait, ce n’était que par hasard que Zaahrian s’intéressait au jeune homme. Il était tout à côté de lui lorsqu’il a lancé cette remarque si attendrissante que l’assassin ne pouvait tout simplement pas l’ignorer. Avec le blond, il ne fallait pas chercher à comprendre ses motivations. Bien souvent, il agissait sur un coup de tête sans trop penser aux conséquences, surtout lorsqu’il s’ennuyait. En général, les choses ne tournaient pas trop mal, mais il arrivait parfois qu’il frôle la catastrophe et que sa vie soit en danger. Heureusement, il était débrouillard et ça l’avait plutôt bien servi jusqu’à maintenant.

Plus le jeune homme parlait, plus Zaahrian réalisait qu’il était probablement moins bête qu’il ne l’avait imaginé au début. Il manquait simplement d’expérience, ce que l’on pouvait difficilement reprocher, car tout le monde partait de zéro dans la vie. C’était tant mieux, car l’assassin ne supportait pas les idiots. Dans ce cas-ci, il l’aurait simplement laissé à lui-même et les cruelles lois de la nature auraient fait leur travail de sélection. Yenaël lui dit qu’il pouvait très bien avoir une dague de cachée sous ses vêtements amples ce qui fit sourire Zaahrian qui acquiesça d’un signe de la tête.

— C’est possible, mais si c’est le cas, je te conseille vivement de la sortir de là. Si tu as besoin de prendre ta dague rapidement pour te défendre, tu risques de te retrouver empêtrer dans tes vêtements. Le mieux est de la porter à ta taille. Le port de la dague est très commun en ville, personne n’y fera vraiment attention. En plus, ça va lancer un signal clair comme quoi tu sais te défendre même si ce n’est peut-être pas vraiment le cas. Beaucoup de gens prétendent savoir manier la dague alors que c’est rarement le cas.

Zaahrian croisa les bras sur son torse, prenant ses airs de professeur comme à chaque fois qu’il donnait des conseils à quelqu’un. Il aimait transmettre son savoir, même à petites bribes et le gamin semblait vouloir l’écouter. Toutefois, ce qui alluma réellement une lueur intéressée dans son regard c’est quand le blond lui parla de son voyage vers l’Anaëh. Visiblement, il avait soif d’aventure et espérait pouvoir voyager au-delà de l’Ithri’Vaan où, comme il disait lui-même, ses déplacements avaient été confinés.

— Rassure-toi, tu n’es pas le seul à n’avoir jamais voyagé au-delà de l’Ithri’Vaan. Moi-même, c’est la première fois que je vais en sortir et j’ai plus de 100 ans! Ça risque d’être intéressant…

Intéressant, le mot était faible. Zaahrian s’attendait à tout. Déjà, il se dirigeait vers une terre infestée de drows alors qu’il avait juré ne plus jamais en croiser un de sa vie. Ensuite, les elfes étaient profondément racistes et n’aimaient pas leur progéniture bâtarde. Il se trouvait que Zaahrian était l’un de ces demi-sang tant détestés. Ici dans l’Ithri’Vaan, ses origines ne faisaient pas sourciller, mais là-bas…

Avec raison, Yenaël demanda au blond quelle était sa profession. Après tout Zaahrian avait parlé d’apprenti et peut-être que la position l’intéressait vraiment. Un sourire énigmatique se dessina sur le visage de l’assassin. Il savait que le jeune inconnu ne lui disait pas toute la vérité, alors pourquoi en ferait-il autant? Néanmoins, il pouvait peut-être faire travailler un peu son imagination. Il saisit sa dague et la fit tournoyer habilement dans sa main comme s’il s’agissait d’une extension de son propre corps.

— Disons que je sais comment manipuler une dague ainsi qu’une épée…

Zaahrian pouvait donc être tout aussi bien un assassin qu’un soldat ou un mercenaire. Peu importe ce qu’il faisait dans la vie, Yenaël jugea qu’il devait être bon dans ce qu’il faisait et il lui demanda timidement s’il pouvait le rejoindre dans sa quête. Sa demande acheva Zaahrian qui commença à rire à s’en tenir les côtes.

— Bon sang…

Il rit encore, des larmes coulant sur ses joues. Zaahrian commençait à attirer l’attention des autres passants qui s’arrêtaient pour le regarder se tordre de rire comme un idiot. Il rit pendant encore un moment avant de finalement s’apaiser. Il essuya ses yeux du revers de sa main avant de regarder Yenaël, toujours hilare.

— Pardonne-moi, c’est jusque… Bordel… ma quête! En fait, ma quête présentement consiste à m’équiper au cout le moins élevé possible pour mon voyage. Il n’y a rien de vraiment excitant et je ne crois pas qu’on va trouver de trésors fabuleux… pas avec quelques écus. Mon charmant sourire ne risque pas d’être très utile non plus… Tu es toujours intéressé?
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Mer 22 Juin - 22:56


Au fur et à mesure que la conversation avançait, au plus Yenaël était angoissé intérieurement. Il ne bougeait pas depuis plusieurs minutes désormais et ses muscles commençaient à s’engourdir. Puis, sans s’en rendre compte, l’attitude du mystérieux homme blond décomplexa progressivement Yenaël. Il avait toujours un sourire au coin de la lèvre, était enclin à rire en toute situation et parlait sur un ton amical avec lui. Plus cette conversation avançait, et plus le jeune mage éprouvait une certaine empathie pour cet individu qu’était Zaahrian.

Le jeune homme souhaitait faire bonne impression auprès de cet homme qui semblait bien plus expérimenté que lui. Au fur et à mesure que Zaahrian parlait, Yenaël s’appliquait à écouter attentivement les conseils qu’il lui donnait. Ainsi, lorsqu’il évoqua le fait que le jeune homme devait garder une arme de manière apparente de manière à dissuader de potentiels agresseurs, il s’exécuta. Le jeune estréventin remit en place sa toge de façon à ce qu’elle tombe moins sur sa taille et que sa ceinture soit apparente. Un fourreau en cuir était  attaché à sa ceinture. Dans ce dernier se logeait la vieille dague que son père adoptif lui avait transmise lorsqu’il avait pris son envol il y a de nombreuses années désormais. Puis Zaahrian en dévoila un peu plus sur sa personne. Cet homme qui avait l’air d’un guerrier aguerri n’avait jamais quitté l’Ithri’Vaan. De plus, il venait de donner une information capitale sur son âge. L’individu qui se tenait en face de Yenaël avait plus de cent ans ! Cela voulait dire qu’il n’était pas humain … Le jeune mage avait remarqué dès le début de la conversation que sa morphologie le rapprochait plus d’un elfe que d’un humain. Cependant, il n’avait pas voulu tirer de conclusion trop hâtive. En Ithri’Vaan, les origines des populations sont multiples. Il est possible de croiser à peu près toutes les races du continent et souvent même des hybrides entre les différentes races connues. Zaahrian avait tout de même un côté humain, il avait la musculature d’un guerrier humain expérimenté. Il devait donc surement être un sang-mêlé. A vrai dire, Yenaël trouvait cette alliance entre le côté svelte et léger des elfes et l’aspect solide et fier des humains plutôt réussi. L’homme qui se tenait en face de lui avait tout pour plaire sur le plan physique.

Toujours attentif aux paroles de Zaahrian, Yenaël regarda d’un air captivé avec quel aisance son interlocuteur arrivait à manipuler la dague qui se tenait au creux de sa main. Le jeune homme ne se posa pas plus de questions sur son potentiel métier. Après tout, peu importe puisque le jeune mage était prêt à se lancer dans tout type d’aventure ! Soudain, une fois de plus depuis le début de cette conversation, Zaahrian se mit à se tordre de rire. La demande qu’avait faite Yenaël devait lui sembler absurde. Au fond de lui, il était légèrement vexé d’être pris à la légère ainsi. Puis vint l’explication à cette crise de rire. Une fois de plus, le jeune homme fut rassuré par les propos de son aîné. Zaahrian trouvait la situation dérisoire car Yenaël était plein d’entrain pour une mission qui paraissait très banale pour lui. Le jeune garçon souhaita affirmer sa position après les explications qu’il venait de recevoir sur la mission à venir de Zaahrian.

- Ce matin quand je me suis réveillé, j’étais seul et sans savoir ce que j’allais faire de ma journée. Disons que si je te suis, demain matin j’aurai un objectif à accomplir et je ne serai plus seul. Ce sera déjà un sacré progrès !

Yenaël tâchait d’embellir les choses car il était de plus en plus intéressé par le fait d’en apprendre davantage auprès de ce mystérieux personnage.  De manière plus objective, ce qu’il venait de dire était vrai. S’il se trouvait un compagnon de voyage dès son premier jour à Thaar, le jeune homme aurait avancé bien plus vite qu’il ne l’avait prévu dans ses plans initiaux.
La dernière phrase qu’avait prononcée Zaahrian, avait retenu particulièrement son  attention. Pour rendre l’atmosphère moins formelle entre les deux individus, Yenaël choisi de s’en servir pour ironiser la situation.

- Je suis toujours intéressé par quoi ? La mission que tu proposes, ou ton charmant sourire ?

Après la blague qu’il venait de faire, le visage de Yenaël se fendit d’un large sourire. Si Zaahrian devenait son compagnon de route, ils allaient passer énormément de temps ensemble. Autant rendre leur relation un peu plus agréable !

Yenaël reprit un ton sérieux et tâcha de proposer une solution à la situation complexe dans laquelle se trouvait son nouveau compagnon.

- Tu sais, j’ai quelques écus dans ma bourse que je gardais pour une « occasion inattendue ». Nous pourrions peut-être nous en servir tous les deux pour les investir dans de l’équipement. Cependant, je suis loin d’être fortuné. Si tu connais un moyen simple et efficace de gagner de l’argent dans cette ville, ce ne sera pas de refus.  
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Lun 27 Juin - 2:05

Ce pauvre jeune homme, malgré sa naïveté et son enthousiasme débordant, semblait tendu et angoissé. Zaahrian pouvait le sentir à la façon dont il restait immobile et sur ses gardes devant l’assassin qui, comme à son habitude, parlait avec une grande exubérance. Toutefois, au fil de la conversation, Yenaël se détendit peu à peu, écoutant même ses conseils en dégageant l’accès à la dague accrochée à sa ceinture. L’objet était visiblement usé ce qui fit sourire le blond.

— Ce n’est pas une première jeunesse, cette dague, mais je ne devrais pas parler. La mienne, je l’ai depuis aussi longtemps que je me souvienne et elle m’a toujours fidèlement servie. L’important avec ta dague c’est qu’elle soit comme l’extension de ta propre main. Si tu veux, tu me feras une démonstration de tes compétences un peu plus tard et je t’enseignerais quelques trucs. Ce n’est jamais perdu comme enseignement.


Heureusement, Yenaël n’était pas du genre à se vexer facilement et il avait rapidement compris la nature de Zaahrian. Il avait une grande gueule et disait beaucoup de choses, mais n’était pas un être au tempérament désagréable s’amusant à écraser les autres pour sa propre satisfaction personnelle. Yenaël voulait partir à l’aventure et il voyait chez Zaahrian l’occasion de le faire. Arriver à un nouvel endroit sans savoir ce que l’on va y faire pouvait faire peur. Il faut une sacrée dose de courage pour poursuivre ses ambitions. Si on ne prenait jamais de risques, il n’y avait aucune chance d’avancer non plus. Toutefois, Yenaël avait tout de même un comportement imprudent. Il n’avait pas fait deux pas en ville qu’il voulait se lier à la première personne qu’il croisait sans vraiment savoir à qui il avait à faire. L’aventure pouvait prendre plusieurs formes et le jeune homme était prêt à prendre le risque. En plus, il semblait avoir le même sens de l’humour un peu douteux de Zaahrian. Ils étaient faits pour s’entendre. Zaahrian éclata de rire à nouveau à sa remarque sur son charmant sourire.

— Attention à ce que tu dis avec moi! Je pourrais te prendre au mot!


Zaahrian ponctua sa phrase d’un clin d’œil amusé. Il n’était pas là pour faire du charme, mais si Yen ouvrait la porte, l’assassin ne pourrait pas résister. Pour l’instant, il ne faisait que le tester pour voir ses limites en sachant très bien qu’il y avait des choses qu’il ne pourrait pas faire avec lui.

— Bon, suis-moi. Il faut d’abord déterminer ce que nous avons et ce qui nous manque. C’est bien généreux de ta part de partager tes quelques écus avec moi, mais je suppose que tu ne t’es pas levé ce matin en te disant que tu partais à l’aventure sans avoir préparé un certain nombre de choses avant? Je l’ai fait une fois et ça c’est révélé être une très mauvaise idée. Quand j’ai rejoint la ville la dernière fois, je n’avais pratiquement rien en poche et j’ai failli mourir de faim en chemin. J’ai pensé que je pourrais me faire des pièges en chemin, mais ça ne fonctionne pas à tous les coups et je ne suis pas nécessairement l’être le plus patient de ce monde quand j’ai l’estomac vide. Pour ce qui est de gagner de l’argent rapidement…


Zaahrian se tourna vers Yenaël, l’air très sérieux.

— Ça dépend de comment tu veux gagner ton argent. Si tu veux le faire de façon honnête, ça va nous prendre du temps que nous n’avons malheureusement pas. Si tu veux le faire de façon malhonnête, les gains seront beaucoup plus rapides, mais on risque de se retrouver emprisonné ou même tué. J’ai quelques talents particuliers qui pourraient nous être utiles, mais je crains que ce soit une mauvaise idée que de les mettre en œuvre maintenant. D’ailleurs, petite question comme ça, je te parlais au début que Thaar est une ville d’assassins et de prostitué… J’aimerais savoir quel est ton avis sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Jeu 30 Juin - 23:50

Comme depuis le début de cette conversation, Yenaël était extrêmement attentif à ce que lui disait Zaahrian. Le jeune homme avait passé presque toute sa vie à écouter les autres en train de parler. Il avait pu en tirer de nombreux enseignements et il savait qu’aux côtés de ce nouveau compagnon, il en apprendrait encore davantage. Le cœur du jeune homme se serra lorsqu’il entendit Zaahrian parler de « démonstration ». Non seulement l’idée d’une démonstration de compétences l’angoissait, mais cela l’obligerait également à dévoiler ses capacités magiques. A vrai dire, Yenaël avait rencontré très peu de gens dans sa vie avec qui il avait parlé ouvertement de la magie. Pour lui, en parler était un peu comme dévoiler un vice caché le concernant ou bien encore une tare qui rendrait les gens méfiants envers lui.

Puis Yenaël fut agréablement surpris lorsqu’il vit que le bel individu blond qui se tenait en face de lui réagit positivement à la blague qu’il avait faite. Il ressentit même quelque chose de « nouveau » lorsque 'Rian lui adressa un clin d’œil sympathique. Après tout, le jeune mage avait simplement fait une plaisanterie. Il ne s’était pas douté un instant que le destinataire de sa boutade pourrait la prendre au sérieux. Le jeune homme senti une vague de chaleur monter progressivement en lui. Il ne savait pas vraiment s’il était gêné par la réaction de l’homme en face de lui ou s’il appréciait sa réaction.

Le semi-elfe prit un ton plus sérieux, ce qui eut pour effet de couper court aux pensées de Yenaël. Il évoqua le fait que la vie d’aventurier n’était pas simple et qu’il avait lui-même vécu quelques moments difficiles. A vrai dire, le jeune homme avait une somme d’argent assez conséquente qui lui avait été léguée par son ami et ancien professeur de magie. Enfin, cette somme semblait importante aux yeux de Yenaël. La vérité était qu’il n’avait jamais vraiment géré le budget lorsqu’il vivait avec son ancien tuteur. Il se contentait de suivre, de manger ce qu’on lui donnait et de dormir dans le lit (quand il y en avait un) qu’on lui payait. Au cours de ses dernières années de voyage, le jeune mage avait été habitué à loger dans des endroits modestes et à se nourrir de manière frugale. D’après ses calculs plus ou moins estimatifs, Yenaël avait assez pour se nourrir et se loger entre deux et trois ennéades complètes dans la ville de Thaar. Ses plans étant, bien sûr, de trouver un gagne-pain significatif avant que cette somme ne soit épuisée. Il se contenta donc de répondre simplement et honnêtement à Zaahrian.

- Je ne suis pas venu en ville sans rien dans les poches, en effet. J’avais prévu de me loger sur la paillasse la moins chère que j’aurais trouvé. Et de me nourrir de mets simples que j’aurais trouvé sur les différents marchés de la ville. Ceci jusqu’à ce que je trouve quelqu’un en mesure de me fournir un travail bien payé. Je comptais proposer mes services à la première famille bourgeoise que j’aurais rencontrée. Si rien ne s’était présenté, j’aurais pu essayer de rentrer en contact avec un prince-marchand pour lui proposer mes services d’aventurier.

Yenaël s’arrêta un instant afin de reprendre son souffle et de réfléchir aux questions que Zaahrian venait de lui poser. Il se concentra un instant afin de bien cerner la portée des différentes demandes. Le semi-elfe semblait avoir une grande connaissance des faubourgs de la ville. Thaar était en effet réputée pour être une ville plutôt coupe-gorge, mais elle était surtout réputée parce qu’elle abritait les plus cartels marchands que ce continent connaissait. A vrai dire, l’explication de Yenaël sur ses plans à Thaar devait sembler dérisoire à son interlocuteur. S’il était un habitué des bas-quartiers et autres faubourgs de la ville, le fait de vouloir travailler pour une famille bourgeoise ou un prince-marchand devait lui sembler un brin idyllique, pour un jeune aventurier comme Yenaël. Ainsi, le jeune mage reprit la parole afin de clarifier sa position sur la manière dont il souhaitait gagner de l’argent et de répondre à la question de son nouveau compagnon sur ce qu’il pensait de la cité où ils se trouvaient.

- Thaar est une grande ville. Certainement une des plus grandes de ce monde. Il me semble normal pour une ville d’une telle envergure de posséder ses tréfonds. Tu sais, j’ai travaillé dans une auberge de passage pendant des années. Tu peux me croire, j’en ai vu passer des spécimens. Assassins, bandits, contrebandiers, pirates … J’ai surement l’air naïf pour toi mais j’ai déjà une petite idée sur la manière dont on peut gagner facilement de l’argent dans une ville pareille. Je ne pense pas qu’un aventurier puisse vraiment gagner sa vie en étant totalement « honnête » comme tu le dis. Après tout, l’honnêteté n’est qu’une question de point de vue ! Pour tout te dire : Je n’ai pas peur. Bon, et puis même si j’avais un peu peur, je sais que je peux compter sur toi !

Yenaël adressa un large sourire à Zaahrian. Il tâchait d’avoir l’air sur de lui mais son cœur lui intimait tout de même de faire attention à ce qu’il disait. Après tout, il était en train de s’engager sur un terrain dangereux. Il ne voulait pas faire une quelconque promesse à Zaahrian si c’était pour le décevoir par la suite.

L’endroit où se trouvaient les deux nouveaux compagnons était baigné par le soleil et le bruit omniprésent commençait à gêner Yenaël. C’est pourquoi, il fit en sorte de prendre et les devants afin de trouver un endroit plus calme pour mettre au point leurs plans. Le jeune mage s’avança d’un pas vers Zaahrian afin de lui proposer de se rendre dans un endroit plus calme.

- Je ne me sens pas très bien entouré de toute cette foule. Si nous voulons mettre en place nos plans, nous devrions trouver un endroit un peu plus au calme. Après tout, quelqu’un pourrait écouter notre conversation, ici, au milieu de la foule. Bien sûr, je t’écoute si tu as des idées de lieux où nous pourrions aller car je … Suis un peu en terrain inconnu, à vrai dire. Si tu avais quelque chose de particulier à chercher sur ce marché, je suis prêt à te suivre également !

Yenaël espérait ne pas avoir été trop contraignant vis-à-vis de Zaahrian en lui proposant de se rendre dans un autre lieu. Après tout, s’il n’était pas d’accord avec son idée, rien ne l’empêcherait de proposer d’autres plans.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Sam 2 Juil - 2:19


Zaahrian aimait badiner avec tout le monde, mais en particulier avec Guilin son meilleur ami. C’est pourquoi il ne fallait pas trop le prendre sérieusement au risque d’être déçu au final. Pour l’instant, ce n’était qu’un petit clin d’œil sans conséquence avec une remarque qui ne voulait rien dire, mais les choses pouvaient pencher dans un sens comme dans l’autre selon les évènements à venir. Zaahrian avait autre chose en tête que flirter avec quelqu’un même si Yenaël était mignon dans son genre. Mignon et naïf, une combinaison dangereuse qui pouvait autant faire fondre son cœur que l’horripilé au plus haut point. Tout déprendra du degré de débrouillardise du jeune homme et s’il avait une tête sur les épaules ou non.  Pour l’instant, ça semblait être le cas. Il avait déjà plus ou moins prévu ce qu’il voulait faire en arrivant ici, ce qui était une très bonne chose. Il espérait se trouver un travail bien rémunéré en se mettant au service de quelqu’un.

— Se mettre au service de quelqu’un, c’est bien, mais il faut avoir un talent particulier à offrir pour cela. Que sais-tu faire? Être un mercenaire? Un garde du corps? Un assassin? Un voleur? À moins que tu préfères faire plus un travail qui demande de la gestion… Tu ne peux pas te présenter à quelqu’un et lui dire que tu veux travailler pour lui. Il faut déjà avoir une idée de ce que tu as à lui offrir et il faut aussi le convaincre que c’est toi qu’il doit prendre plutôt qu’un autre. Personnellement, j’ai une liste d’exploit plutôt longue et, généralement, il suffit d’une petite démonstration de mes talents sufis pour leur prouver que je suis l’homme à engager.

Lorsque l’assassin parlait, on pouvait clairement sentir qu’il était le genre d’homme à avoir pleinement confiance en ses capacités. Il en était presque arrogant.

Yenaël ne répondit pas réellement à sa question. En fait, Zaahrian voulait savoir si le jeune homme avait une opinion particulière sur les assassins. Par exemple, il savait qu’avec Ìrim, il ne pourrait jamais lui dire ce qu’il faisait pour gagner sa vie. Ça marquerait la fin de toute relation avec lui. Toutefois, ce n’était pas tout le monde qui avait une opinion aussi tranchée sur la question. Dans le cas de Zaahrian, souvent, les gens ne le croyaient même pas lorsqu’il disait qu’il était assassin tellement l’image qu’il présentait était loin des stéréotypes qui collaient à la profession.

— Tu ne me connais pas. Comment peux-tu dire que tu peux compter sur moi? Personnellement, je ne compte pas sur toi. Ne le prends pas mal, c’est simplement une question d’habitude et je traite tout le monde de la même façon. Il faut toujours prendre ses précautions pour être prêt à toute éventualité. Évidemment, je vais t’aider s’il arrive quelque chose, mais dans ton esprit, tu devrais te préparer comme si je n’allais pas le faire, tu comprends?

Ils marchaient ensemble parmi les étales lorsque Yenaël lui avoua ne pas être très confortable dans cette foule et il craignait qu’on surprenne leur conversation. Zaahrian doutait qu’on puisse s’intéresser à eux ici, mais il le comprenait.

— Je t’aurais bien proposé d’aller dans une taverne, mais je crains qu’un repas là-bas soit hors de mon budget. On n’à qu’à prendre la rue là-bas. Ça devrait être plus tranquille.

En fait, Zaahrian aurait préféré rester dans la foule. Si elle pouvait nuire, elle pouvait aussi protéger par son abondance de témoins potentiels. L’assassin se savait en danger. Quelqu’un pourrait l’attaquer même si le risque diminuait du fait qu’on était en plein jour. Ça ne l’empêcha pas de regarder discrètement autour de lui alors que les deux jeunes hommes s’engageaient dans une petite rue beaucoup plus tranquille.

— Voilà, c’est beaucoup mieux.  On devrait être plus tranquille… Ou pas…

Du coin de l’œil il vit une ombre passer à toute vitesse. Zaahrian se retourna brusquement en fronçant les sourcils.

— Au fait, t’ai-je dis que ma vie était menacée? Si ce n’est pas le cas, je pense que tu devrais le savoir…

Un chat passa en courant non loin d’eux. C’était peut-être ce qu’il avait aperçu. Toutefois en tourna la tête vers Yenaël, il vit une silhouette bondir du toit.

— Attention!

Il poussa violemment Yenaël pour le dégager du chemin avant d’engager le combat qui se termina aussi brusquement qu’il avait commencé. Comme à son habitude, Zaahrian était toujours aussi efficace lorsqu’il se battait. Rapidement, son adversaire fut projeté au sol et le blond l’y maintint en lui mettant le pied au milieu du dos tout en lui tordant un bras.

— Ce n’est pas poli d’interrompre une discussion comme ça! Pour qui tu travailles?

— Va te faire foutre, assassin! Tes jours sont comptés! Il y a tellement de contrats sur ta tête… C’est du jamais vu!

— Oh, je suis flatté! Vraiment! Toutefois, tu n’as pas répondu à ma question.

Il lui tordit un peu plus le bras jusqu’à ce que les os craquent, mais l’homme refusa d’obtempérer. Zaahrian perdit patience et lui planta proprement sa dague dans la nuque.

— Peu importe pour qui il travaille. S’il dit vrai, ils sont tous après moi. Bon, ne restons pas ici. Je vais t’expliquer. Je te demande simplement de ne pas paniquer. Ce n’est pas le moment! Tu me suis?

Zaahrian ne lui laissa pas le temps de répondre et l’attrapa par le poignet pour l’éloigner de la scène de bagarre.
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Dim 3 Juil - 12:06

Alors que les deux hommes arpentaient le dédale formé par le marché de Thaar, Yenaël devait rester très concentré afin de ne pas perdre un seul mot de ce que disait Zaahrian. Ses paroles pouvaient très vite être emportées par le brouhaha ambiant et le jeune mage ne voulait pas avoir l’air contraignant vis-à-vis du beau blond. En effet, certaines personnes détestaient répéter ce qu’elles venaient de dire. De plus, chaque parole de Zaahrian aidait Yenaël à en connaître plus sur cet individu qui l’intriguait tant.  Au fur et à mesure que le semi-elfe parlait, au mieux le jeune homme comprenait où il venait en venir. Zaahrian devait savoir que Yenaël ne lui disait pas tout sur ses capacités et il cherchait subtilement à en savoir davantage. Ses questions s’orientèrent de plus en plus sur les capacités que le jeune homme était capable de mettre en avant afin de vanter ses mérites. Yenaël hésitait à évoquer rapidement ses capacités magiques à son nouveau compagnon, mais quelque chose en son for intérieur le retenait encore. Instinctivement, le jeune mage se mit à faire tourner machinalement mais discrètement sa bague « Eclat Irisé » autour de son doigt. Cela l’aidait à se concentrer, et il avait besoin d’une concentration intense pour ne pas faire échouer sa première approche avec une personne dans la ville de Thaar. Yenaël se contenta de répondre simplement à Zaahrian tout en marchant :

- Je saurais faire une démonstration en temps voulu. Je me suis même préparé pour ça !

Cela faisait repenser à Yenaël qu’il s’était en effet entrainé afin à faire une démonstration de ses aptitudes en magie élémentaire. Depuis plusieurs soirs qu’il dormait dans des auberges, il s’était exercé à se servir de sa magie pour « impressionner ». Faire apparaître des éléments sous leur forme brute dans le creux de sa main lui semblait déjà un bon début. Voire une boule de feu d’une dizaine de centimètres se former devant soi peut être très surprenant pour un non-initié à l’art de la magie.

Puis, Zaahrian prit position en avertissant Yenaël qu’il ne devait pas trop lui faire confiance. Cela semblait cohérent, le blond semblait être un aventurier solitaire. Et un loup solitaire ne compte pas sur la meute mais toujours sur lui-même. Comme disait le vieil adage : On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. Le jeune homme eut un pincement au cœur lorsqu’il entendit les paroles crues de son nouveau compagnon. En effet, il aurait aimé avoir quelqu’un sur qui compter et s’appuyer en cas de situation difficile. La solitude étant souvent rude et ingrate.

Yenaël fut soulagé lorsque le semi-elfe accepta sa proposition de s’éloigner de la foule. Le jeune mage avait grandi à la campagne et il n’était pas coutumier d’être submergé au milieu d’une assemblée immense. Zaahrian proposa même au jeune homme de se rendre dans une taverne, avant de lui faire part de ses problèmes pécuniaires. Le jeune mage lui aurait bien proposé de l’inviter à se poser autour d’une table mais il n’eut même pas le temps de prendre la parole que le blond avait déjà pris les devants afin de s’éloigner du marché. Le jeune mage eut ainsi le temps de constater que la musculature de Zaahrian était vraiment imposante. Sa silhouette ne passait pas inaperçue entre son corps imposant et ses cheveux d’un blond éclatant. Avant de se faire distancer, Yenaël accéléra le pas afin de se rapprocher de son nouveau compagnon.

Une fois parvenus dans une ruelle beaucoup plus calme et à l’abri du soleil accablant de l’Ithri’Vaan, Zaahrian fit un aveu à Yenaël. Sa vie était « menacée ». Mais de quelle manière ? Etait-il poursuivi par un cartel de bandits ? Avait-il des dettes ? Le jeune mage était presque tenté de le questionner afin d’en savoir davantage lorsqu’il remarqua que son nouveau compagnon était sur le qui-vive. Avait-il vu quelque chose dans les alentours ?

Avant même que le jeune homme n’ait eu le temps de faire ou dire quoique ce soit, Zaahrian bondit avec une célérité impressionnante en sa direction en criant « Attention ! ». Il poussa d’un geste brutal le jeune mage de son chemin qui s’écrasa pour le mur en terre qui se dressait derrière lui. Le choc lui interrompit la respiration. Plutôt sonné par la soudaineté de cette action, Yenaël n’eut même pas le temps de voir ce qu’il s’était passé. Lorsqu’il chercha Zaahrian du regard, il le vit en train de maintenir un homme au sol. L’individu au sol était armé mais semblait en bien mauvaise posture, il s’exprima avec mépris envers Zaahrian :

— Va te faire foutre, assassin! Tes jours sont comptés! Il y a tellement de contrats sur ta tête… C’est du jamais vu!

« Assassin »
Ce mot raisonna plusieurs fois dans la tête de Yenaël qui était encore étourdi par le choc qu’il avait subi. Sans qu’il ait le temps de réagir, le jeune mage vit Zaahrian planter avec précision et expertise sa dague dans la nuque de son détracteur. Cet acte semblait être maîtrisé et coutumier pour le semi-elfe.
A la grande surprise de Yenaël, Zaahrian se tourna subitement vers lui afin de lui montrer qu’il ne l’avait pas oublié.

— Peu importe pour qui il travaille. S’il dit vrai, ils sont tous après moi. Bon, ne restons pas ici. Je vais t’expliquer. Je te demande simplement de ne pas paniquer. Ce n’est pas le moment! Tu me suis?

Une fois de plus emporté par les évènements, Yenaël n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit. Zaahrian attrapa le jeune mage par sa main gauche et l’entraîna dans sa course. Le contact de la main chaude et puissante du blond tira le jeune mage de son état second. Une chaleur intense se mit à parcourir le corps de Yenaël, il ressentait quelque chose qu’il n’avait encore jamais ressenti jusqu’à maintenant. Etait-ce la peur de l’inconnu ? L’adrénaline ? Il ne savait même plus s’il devait se méfier de Zaahrian ou s’il devait le suivre aveuglément.

Le jeune homme encore bouleversé par ce qu’il venait de se passer fit le choix du cœur et accepta intérieurement de suivre ce nouveau compagnon. Il redoubla d’effort et tâcha de ne pas s’éloigner d’un centimètre de Zaahrian. L’instinct de Yenaël fit que son pouce droit se mit à faire tourner sa précieuse bague autour de son index. Le jeune mage fit en sorte de se recentrer sur lui-même. S’ils étaient mis en danger de nouveau, il voulait être prêt à agir afin de ne pas se laisser déborder par les évènements.  C’était également une opportunité pour le jeune mage de faire une démonstration de ses compétences à « l’assassin » qui l’impressionnait de plus en plus.  
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Dim 3 Juil - 23:23


Zaahrian comprenait très bien maintenant l’urgence de la situation. Après cette attaque-surprise, aucun endroit en ville n’était maintenant sécuritaire pour lui. Il devait partir, et vite! S’il n’avait eu que lui dans la balance, il aurait géré, mais Yenaël se retrouvait maintenant impliqué dans cette histoire de façon totalement accidentelle. Il n’avait rien d’un guerrier sans peur, mais pour l’instant, il n’avait montré aucun signe de panique. Il était peut-être simplement paralysé par la peur. Ça arrivait parfois. L’esprit cessait simplement de fonctionner comme si l’horreur de la situation était tout simplement trop insoutenable. Ce n’était quand même pas si pire! Si Zaahrian ne faisait pas l’idiot et évitait de prendre des risques inutiles, il n’y avait aucune raison pour que les deux hommes ne puissent pas quitter la ville avec tous leurs morceaux. Il suffisait d’avoir un peu la foi…

Heureusement, Zaahrian connaissait bien la ville. Il n’était probablement pas le seul, mais avec un peu de chance, il pourrait trouver un endroit sécuritaire où ils pourront discuter tranquillement et mettre au point un plan. Le blond entraîna son nouvel ami jusqu’à un ancien grenier abandonné. On devait y entreposer jadis des marchandises, mais plus personne ne l’avait utilisé depuis longtemps.

— On va devoir grimper. Tu vois l’ouverture là-haut? Je vais passer en premier pour ensuite t’aider à te hisser.

L’assassin grimpa sans difficulté comme s’il avait fait ça des centaines de fois dans sa vie ce qui était le cas en fait. Puis il aida Yenaël qu’il hissa tout aussi facilement. Le vieux grenier sentait la moisissure et il faisait très sombre à l’intérieur. On distinguait à peine la silhouette de l’autre. Un bruit de fuite précipité indiquait également la présence de rats ce qui n’avait rien de surprenant. En marchant, Zaahrian sentait les vieilles planches de bois ployer sous son poids.

— Fais attention où tu mets les pieds. Le plancher ne me semble pas très solide…

Zaahrian trouva à tâtons une ouverture dans le mur bloquée par de vieilles planches en bois. Il en arracha une pour laisser entrer un peu de lumière. La vue était assez dégagée pour voir ce qui se passait aux alentours et rien ne semblait suspect au premier coup d’œil.

— Je suppose que je te dois maintenant quelques explications. Tu te souviens que notre ami maintenant décédé m’a traité d’assassin… Eh bien, il avait raison. Je suis un assassin. Je me fais payer pour tuer des gens. Maintenant, tu n’as rien à craindre de moi. Contrairement à ce que peuvent penser les gens, je ne tue pas au hasard pour le plaisir de le faire. Ça serait vraiment stupide. Je ne suis pas un meurtrier qui tue de sang-froid, mais un assassin qui tue de façon méthodique des gens qui l’ont mérité. Ce n’est pas tout le monde qui est d’accord avec ça, mais c’est ainsi que je vois les choses. Enfin, ce n’est pas le moment de se lancer dans un débat philosophique. Je suis un assassin qui a mis pas mal de monde en colère. Pourquoi? Parce que je n’appartiens à aucune guilde et que je leur fais concurrence en étant, de loin, le meilleur. Pourquoi n’ai-je plus de guilde? Parce que j’ai tué mon maître de guilde, il n’y a pas si longtemps que ça d’ailleurs. Pourquoi ai-je tué mon maître de guilde? Je l’ai tué, car il était l’être le plus ignoble que ce monde ait porté et j’ai savouré chaque seconde de son agonie, crois-moi. J’ai même mis ma propre vie en danger pour m’assurer de ne pas le rater.

Zaahrian croisa les bras contre son torse. La lumière frappait son visage de côté, illuminant brillamment une moitié et plongeant le reste dans l’ombre en projetant des ombres qui mettaient en valeur ses traits anguleux.

— Généralement, ce n’est pas le genre de chose que les gens aiment entendre. Ils commencent à paniquer avant de pleurer de façon hystérique. Ils se roulent en boule en se répétant sans cesse que ça va aller. J’ai bien peur que le simple fait de trainer avec moi te mette également en danger. Tu ne seras pas directement visé, mais tu peux devenir un témoin gênant. Alors, que comptes-tu faire? Je t’offre la possibilité de partir tout simplement et de m’oublier. Reprendre ta quête d’aventure comme si je n’avais jamais existé… Où tu m’aides à sortir de cette ville vivant. En échange… En échange je peux t’enseigner quelques trucs du métier. Qu’en dis-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Lun 4 Juil - 23:31

Après les évènements pour le moins brutaux que venait de vivre Yenaël, le jeune homme mit un peu de temps à faire revenir le calme dans sa tête. D’un côté, la peur le tiraillait et l’invitait à fuir aussi loin qu’il le pouvait pour s’éloigner de Zaahrian. Mais d’un autre côté, il vivait actuellement ce qu’il avait toujours rêvé de vivre. Aventure, suspense, danger … Le cœur du métier d’un aventurier. Tout en suivant son compagnon assassin sans dire un mot, Yenaël se surpris lui-même à accepter intérieurement de suivre Zaahrian. S’il voulait être efficace lors des prochains évènements, le jeune mage devait être en accord avec lui-même et en pleine possession de ses facultés mentales.

Zaahrian avait invité le jeune homme à grimper en direction d’un vieux bâtiment afin de s’éloigner des ruelles sombres et mal famées de la ville de Thaar. Le jeune homme l’avait suivi sans piper mot, il préférait être bien attentif à leur environnement. Il se concentra également afin de ne pas chuter dans leur course effrénée.

— Fais attention où tu mets les pieds. Le plancher ne me semble pas très solide…

L’avertissement de Zaahrian confortait Yenaël dans sa concentration. Après avoir atteint le vieux bâtiment, les deux fugitifs se retrouvèrent rapidement dans le noir. L’odeur d’humidité et de renfermé était forte dans cet endroit. Le lieu évoquait à Yenaël les silos à grains que les estréventins avaient l’habitude de construire en hauteur dans la campagne d’où il venait. Après avoir mis en garde le jeune homme à propos de la fragilité du sol, Zaahrian tâcha de briser une planche d’un mur afin de faire entrer un peu de lumière dans le bâtiment. Puis, sans perdre de temps, il prit la parole afin d’expliquer la situation à Yenaël.

« Assassin »
Ce mot résonnait dans le crâne du jeune mage depuis qu’il avait été prononcé par ce brigand qui les avait attaqués. Les pensées de Yenaël reprirent leur cours, ce qui amena le jeune homme à un cas de conscience. Zaahrian était-il un assassin qui tuait pour le plaisir de tuer, ou était-il une sorte de tueur à gages ? Les explications et justifications du semi-elfe se multiplièrent et certaines réponses aux questionnements de Yenaël également. Mais l’attitude du blond mit presque le jeune mage mal à l’aise. Avant de prendre la parole, le jeune mage écouta attentivement les récits de son nouveau compagnon afin de ne perdre aucun détail sur sa vie antérieure.

- Zaahrian … Tu n’as pas à te justifier. Tu es peut-être recherché. En te suivant j’ai surement mis ma vie en danger. Mais c’était mon choix de te suivre. Je te remercie pour tes explications qui ont pu éclairer mes pensées sur « qui tu es vraiment ». Mais je suis sûr d’une chose : Tu m’as sauvé la vie. Tu n’étais pas obligé de le faire, mais tu m’as sauvé la vie. Tu avais pourtant dit que tu ne le ferais pas forcément … Mais tu l'as fait, alors merci.

Un sourire naturel fendit le visage de Yenaël. Même si la pénombre empêchait certainement l’assassin de voir ce sourire, le jeune mage se sentait heureux. Il se sentait même redevable et ce fut à son tour de révéler quelques vérités sur sa véritable situation.

- Je ne t’ai pas tout dit non plus sur moi. Tu as l’air malin, je pense que tu t’en doutes un minimum. Je n’ai pas fait le choix de devenir aventurier comme ça du jour au lendemain. Je t’ai dit que cela faisait plusieurs années que je parcours l’Ithri’Vaan et c’est vrai. Pendant ces années, j’ai été formé à l’art de la magie. De la magie élémentaire exactement.

Une fois de plus guidé par son instinct, le jeune mage tendit son bras en avant et fit apparaître une petite flammèche au creux de sa main. La flamme grandit progressivement jusqu’à atteindre quelques centimètres de hauteur. Ce feu magique eut pour effet d’illuminer une partie de la pièce et surtout les visages des deux nouveaux compagnons. Yenaël se surprit lui-même à fixer Zaahrian dans les yeux, il le dévisagea et vit des émotions dans son visage qu’il n’avait pas réussi à voir tout à l’heure au milieu du marché.

- Tu es un assassin, je suis un magicien. Je pense que … Nous sommes pour le moins complémentaires !

Encouragé par ses propres paroles, Yenaël pris alors la décision qui changerait certainement les prochains jours de sa vie et, qui sait, les prochaines années également.

- Je choisis de t’aider. Et toi, est-ce que tu acceptes de coopérer avec moi pour que nous nous échappions de cette ville de truands ?

Le sourire de Yenaël se raviva comme pour encourager Zaahrian à répondre positivement. Mais cette fois, le semi-elfe pourrait voir le sourire éclatant du jeune mage plein d’entrain. Yenaël savait pertinemment que la magie n’était pas bien vue par tout le monde, il espérait simplement que cet aspect de sa personnalité de rebuterait pas son nouveau compagnon. Le jeune mage ne savait pas quels étaient désormais les plans de l’assassin. Aussi, il avait hâte de passer à l’étape suivant de leur palpitante aventure commune.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Mer 6 Juil - 4:10

— Oh oui, j’ai à me justifier. Le simple fait de m’avoir parlé t’a peut-être mis en danger. On peut peut-être douter de ma moralité, mais ça ne veut pas dire que je veux voir tout le monde mourir. D’un point de vue pratique, je ne vois pas en quoi la profession d’assassin diffère de celle du guerrier. Nous sommes tous les deux payés pour tuer, mais mes méthodes sont probablement plus expéditives et j’ai rarement l’occasion de regarder dans le blanc des yeux mes victimes… Ce n’est pas pour autant que je cherche à les faire souffrir inutilement. Ça va peut-être te surprendre, mais j’ai un code d’honneur.

À chaque fois que quelqu’un de son entourage apprenait qu’il était un assassin, Zaahrian se sentait obligé de se justifier; un peu comme s’il était honteux de sa profession. On ne lui avait pas donné le choix de l’être. C’était ça où il était tué et comme il n’avait pas envie de mourir… Toutefois, maintenant qu’il n’était plus lié à un maître de guilde, il aurait pu arrêter et passer à autre chose. Malheureusement, après toutes ses années dans le métier, Zaahrian ne savait rien faire d’autre. Au lieu de crever de faim dans le fond d’une ruelle, il avait décidé de mettre à disposition ses talents particuliers aux personnes prêtes à payer pour voir quelqu’un mourir. Un jour viendra peut-être où il cessera ses activités, mais dans l’immédiat, seule sa propre mort pourrait l’arrêter.

Zaahrian n’était pas le seul à cacher des choses. Comme c’était le temps des révélations, Yenaël avoua que pendant plusieurs années il avait parcouru l’Ithri’Vaan pour apprendre la magie. L’assassin haussa un sourcil curieux. L’humain lui fit une petite démonstration de ses talents pour appuyer ses dires et il fit de petites flammes danser joyeusement dans ses mains sans le bruler.

— Complémentaire, je ne sais pas. Tu n’utilises pas ta magie forcément pour tuer alors que moi…

Du bout des doigts, il effleura des points très précis sur la gorge du magicien et le cou du magicien.

— Ici et là, il y a de grosses veines qui passent. Quand on les coupe, la victime n’a aucune chance. Là, sous la pomme d’Adam, un coup net et la mort vient très rapidement avec peu de sang. Je sais que ça te fait peur. C’est normal d’avoir peur. Ne t’inquiète pas, je ne vais pas te juger pour ça… Sinon, sympa le tour de magie. Évite seulement d’utiliser un sort de feu dans un grenier ayant entreposé jadis du foin alors qu’on est à l’intérieur. Tu pourrais tout faire flamber!

Il rit. Quand il souriait, le visage de Zaahrian s’illuminait. Il avait toujours cette lueur amusée qui dansait dans ses yeux de sorte qu’il était parfois difficile de le prendre au sérieux.

— Heureux de compter sur toi dans ce cas. Donc le plan n’a pas réellement changé. Il nous faut encore du matériel sauf que, cette fois, faudra vraiment faire attention à notre cul lorsqu’on se promènera en ville. Il n’y a pas vraiment de situation idéale, mais la foule reste notre meilleur atout. Je propose que l’on fonctionne ainsi : une personne pour faire les achats et l’autre pour surveiller. Comme je suis entraîné pour ça, je propose être celui qui garde l’œil ouvert. De toute façon, tu ne seras pas visé directement. Il te faudra rester le plus calme et détendu possible. Tu fais tes achats comme si rien n’était arrivé. Je suis certain que tu y arriveras. Il nous faut de la nourriture et de l’équipement pour voyager et dormir à la belle étoile. Je dois également aiguiser mes lames, au moins mon poignard. Il n’est plus aussi tranchant et je trouve que ça travaille mal…

Zaahrian regarda d’un œil critique sa lame. Pour n’importe qui, elle aurait paru très tranchante, surtout avec la petite démonstration qu’il avait faite plus tôt, mais Zaahrian était capricieux quant à la qualité de ses lames.

— Au fait, si tu as quelque chose à proposer, je t’écoute. Tu es autant impliqué que moi dans cette histoire, alors n’hésite pas. Sinon, il n’y a plus qu’à faire une liste et on y va. Si tout va bien, ce soir on pourra se raconter des histoires autour d’un feu. Je suis bon pour raconter des histoires… J’en ai tout un tas.
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Jeu 7 Juil - 20:08

Lorsqu’il écoutait l’assassin évoquer son « code d’honneur », Yenaël en apprenait un peu plus chaque minute sur un univers qu’il connaissait peu. Après qu’il lui ait sauvé la vie, le jeune mage avait du mal à voir en Zaahrian un ennemi potentiel. Les paroles du semi-elfe le confortèrent une fois de plus dans sa position. Le fait qu’il soit assassin de métier ne gênait pas le jeune mage, bien au contraire. Il avait désormais un vrai professionnel pour le protéger dans ses aventures, quelle aubaine !

Comme pour lui faire une démonstration de ses connaissances, Zaahrian s’approcha du jeune homme et lui montra quels pouvaient-être ses éventuels points faibles. Lorsque les doigts de l’assassin effleurèrent le cou de Yenaël, celui-ci fut parcouru d’un frisson soudain. Il eut le sentiment d’être une proie fragile face à un grand prédateur sauvage. Les grands prédateurs ciblaient toujours les points faibles de leurs cibles. La gorge était souvent un choix de prédilection. Malgré les aptitudes magiques qu’il avait mis des années à acquérir, le jeune homme se sentait comme un petit enfant fragile face à l’homme solide qu’était Zaahrian.

L’assassin n’avait pas semblé très surpris par les compétences magiques de Yenaël. Peut-être qu’une utilisation de la magie en situation de danger impressionnerait plus Zaahrian. Après tout, il semblait être un homme plutôt pragmatique. La magie devait lui sembler volage et fragile comparée au tranchant de ses lames. Il ignorait certainement qu’un mage pouvait rapidement devenir très cruel et faire souffrir nombre de ses prochains.

Après une plaisanterie sur le risque que prenait Yenaël en utilisant du feu dans un vieux grenier, Zaahrian se mit à rire. Les yeux du jeune mage avaient du mal à se détacher du sourire éclatant de son nouveau compagnon de voyage. Force était de constater qu’il était un homme vraiment charmant. Captivé par ses pensées, le regard toujours rivé sur le semi-elfe, Yenaël perdit un peu de sa concentration. Ceci eut pour effet d’estomper les flammes qui dansaient au-dessus de sa main. Le jeune homme écouta les propositions de celui qui était l’objet de sa perte de concentration. Les plans initiaux n’avaient pas changés, ils devraient donc retourner sur le marché de Thaar. Mais une bonne récompense semblait être à la clé. En effet, les deux hommes pourraient quitter la ville sereinement s’ils réussissaient leur mission d’approvisionnement. Yenaël serait prêt pour sillonner de nouveau les routes mais cette fois-ci aux côtés de Zaahrian. Le jeune homme prit une grande inspiration, ce qui le motiva encore un peu plus afin d’entreprendre la nouvelle quête qui s’offrait à lui.

- Tu as parlé d’équipement … Pour ma part, je suis déjà plutôt bien équipé. Mes vêtements sont récents et je pense que mes sandales peuvent tenir encore quelques ennéades. Je vais avoir besoin d’un bon sac à dos pour transporter ce que nous allons acheter. Il me manque un équipement de couchage et quelques rations de nourriture.

Yenaël s’interrompit un instant afin de réfléchir et d’être sûr de ne rien oublier.

- Je pense avoir besoin d’une gourde de grande capacité également, et puis … Cela devrait suffire. Je n’ai pas besoin d’arme excepté ma vieille dague. Maintenant c’est à toi de me dire de quoi tu as besoin. Je ne sais pas si j’aurais assez d’argent pour t’aider à t’équiper, mais je suis d’accord pour faire les achats pendant que tu surveille mes arrières. Après tout, c’est toi qui est recherché, mieux vaut que tu restes dans l’ombre.

Le jeune mage arborait un air songeur depuis qu’il avait pris la parole. Il se mit à sourire soudainement avant de faire à son tour une plaisanterie pour détendre l’atmosphère.

- Je me demande bien comment tu vas pouvoir me rembourser … Il va falloir que tu sois VRAIMENT très sympa avec moi ces prochains jours !

Yenaël pris son air espiègle pour provoquer son nouveau compagnon. Il était très impatient de sortir de cet endroit sombre et humide ainsi que de s’échapper de cette cité immense. Il fit donc part de son impatience à Zaahrian.

- Nous pourrions même passer voir le cadavre de l’homme que tu as tué froidement tout à l’heure ! Il avait peut-être une bourse pleine d’or sur lui … A moins que ce ne soit trop dangereux … Vu la démonstration que tu m’as fait de ton talent, rien ne doit être dangereux pour toi !

Le sourire du jeune homme s’afficha de plus belle sur son visage. Il avait hâte de vivre de nouvelles aventures aux côtés de Zaahrian et souhaitait le faire comprendre à son nouveau compagnon. Espérons simplement que sa hâte ne soit pas signe d’imprudence …
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Mar 12 Juil - 2:49

— Je n’ai pas besoin de tant d’équipement à vrai dire. J’ai déjà certaines choses en ma possession et mon armure de cuir et en excellent état. Tout ce qu’il me faut c’est de la nourriture et une nouvelle paire de bottes. Il baissa les yeux vers ses pieds. On voyait bien que le cuir était très usé par endroits et ne survivrait pas à un long voyage. J’ai vu un cordonnier au marché qui en fabriquait.

Évidemment, la question du remboursement était légitime. Pour l’instant, Zaahrian ne pouvait pas garantir à Yenaël un remboursement rapide. La seule façon pour lui d’avoir de l’argent est s’il trouvait un contrat pour éliminer quelqu’un et dans un délai aussi court, c’était impossible. Il regarda Yenaël, un peu embêté.

— Je ne sais pas quand je vais pouvoir te redonner ton argent. Le seul moyen pour moi de le faire est si j’ai un contrat, mais même le plus doué des assassins comme moi ne peut pas en trouver un et l’exécuter en si peu de temps. En plus, je vais chez les elfes, plus précisément à Ardamir et ils ne connaissent pas la valeur de l’argent… En gros, je ne vais pas avoir un sou en poche avant un bon moment. Je sais déjà que je n’ai pas l’intention de m’attarder bien longtemps là-bas. J’ai peut-être fait une promesse à mon père d’aller le retrouver, je ne suis pas vraiment confortable à l’idée de me retrouver entouré d’elfes qui me verront pour la plupart comme une abomination à éliminer. Sincèrement, je ne sais pas si c’est mieux pour toi. Ce n’est peut-être pas une bonne idée que tu me suives jusque là-bas. Une chose est certaine, je ne pourrais pas garantir sa sécurité là-bas. Si tu me suis jusque-là, c’est à tes risques et périls. Pour te donner une idée, les elfes mesurent facilement deux mètres. Je ne fais pas le poids…

Il pensait à son père qui était énorme comparativement à lui. Comme Zaahrian n’avait pas vu d’autres elfes dans sa vie, il supposait qu’ils devaient tous avoir plus ou moins la même stature. Si c’était vraiment le cas, ces guerriers étaient aussi splendides que terrifiants et l’assassin ne pourrait rien contre eux dans un combat au corps à corps. Il avait peut-être une grande gueule et débordait d’assurance, il savait où tracer ses limites.

— C’est possible que l’assassin ait quelque chose que l’on puisse récupérer, mais s’il avait une bourse, je doute qu’elle soit encore attachée à sa ceinture. Sache cependant que je suis terriblement flatté par ta confiance en mes capacités. À l’époque, Daeron me considérait comme le meilleur de ses assassins. Évidemment, c’était avant que je ne le tue. J’ai fait des choses que tu pourrais difficilement imaginer. Mieux vaut ne pas y penser, d’ailleurs. Bon! Inutile de trainer ici plus longtemps.

Zaahrian lui fit signe de le suivre et sortit par la même ouverture qu’ils avaient empruntée pour entrer. L’assassin marchait d’un pas décontracté. Il n’agissait pas comme quelqu’un qui risquait de se faire attaquer à tout moment. Il était désinvolte comme s’il narguait consciemment tous ceux qui l’observaient peut-être en ce moment même. Ainsi était Zaahrian, capable de rire au nez de la mort si l’occasion se présentait. Toutefois, malgré les apparences, tous ses sens restaient en alerte et il était attentif au moindre bruit qui pourrait paraître suspect. Malheureusement, dans une ville comme Thaar, les rues sont toujours bruyantes et on pouvait facilement être désorienté. Zaahrian repensait encore au baquet des drows auquel il avait échappé de justesse. Il avait été confronté à des situations tendues plusieurs fois dans sa vie, mais là, c’était bien au-delà de tout ce qu’il avait vécu. Il avait eu vraiment peur pour sa vie. En même temps, il refusait de se laisser atteindre par ça. Il était encore vivant. Une fois de plus, Zaahrian s’était sorti d’une situation impossible en ajoutant quelques têtes supplémentaires à son futur tableau de chasse. Il n’était pas assez con pour les traquer, mais si l’occasion de leur faire la peau se présentait, Zaahrian n’allait pas s’en priver.

Le corps était toujours à l’endroit où ils l’avaient laissé et ne semblait pas avoir été bougé. Zaahrian s’en approcha pour le fouiller. La blessure à la nuque avait très peu saigné, mais avait déjà attiré les mouches qui volaient dans tous les sens. Comme il l’avait prédit, la bourse, s’il y en avait eu une, n’était plus là. Toutefois, il trouva sa dague ainsi qu’un petit couteau caché dans sa botte. Il entraina ensuite Yenaël à l’écart pour éviter d’être surpris avec le cadavre.

— Tu vas peut-être trouver ça idiot ce que je vais dire, mais je n’aime pas toucher les cadavres. Ils sont tellement… flasques. Ce n’est pas comme toucher quelqu’un qui est simplement endormi. Bon, je n’ai pas trouvé de pièce d’or, mais j’ai une dague et un couteau qu’on pourra peut-être revendre. C’est du bon matériel. Alors, te sens-tu l’âme d’un bon négociateur? Il faudra tirer le maximum que tu pourras, car c’est avec ça que je vais payer. Invente une histoire. Dis que ces armes ont appartenu à ton père ou à ton défunt frère et que tu dois les vendre pour rembourser une dette. Un bon mensonge doit coller le plus près possible à la vérité sans dévoiler ce que l’on veut cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Jeu 14 Juil - 12:18

Yenaël écouta son nouveau compagnon parler de son projet de départ chez les elfes pour rejoindre son géniteur. Une fois de plus, l’assassin prévint le jeune homme qu’il ne serait pas en mesure de le protéger s’ils se rendaient là-bas. La dernière fois qu’il avait parlé ainsi, il avait sauvé la vie de Yenaël quelques minutes après … Le jeune mage en savait peu sur le peuple des forêts d’Anaëh. Son ancien maître lui avait parlé plusieurs fois des elfes comme un peuple à part et assez reclus sur lui-même. Cependant, Yenaël avait croisé quelques elfes au cours de sa vie et il ne les avait jamais trouvés repoussants ni menaçants. Mais il allait de soi que si les deux aventuriers envisageaient de se rendre dans une terre inconnue comme l’Anaëh, ils devraient être prudents et surtout bien préparés. Le voyage serait certainement le plus long et le plus périlleux que Yenaël avait entrepris au cours de sa vie.

En rebondissant sur la remarque que Yenaël avait faite sur le remboursement de l’argent que devrait Zaahrian, l’assassin quitta les lieux où ils s’étaient réfugiés afin de retourner là où l’embuscade avait été tendue par l’un de ses détracteurs un peu plus tôt. Le jeune mage s’empressa de le suivre et ils firent le chemin en sens inverse de ce qu’ils avaient emprunté précédemment. Les deux hommes ne tardèrent pas à croiser le cadavre déjà refroidi de l’assassin que Zaahrian avait occis tout en sauvant la vie de Yenaël. Tout en ayant écouté les conseils du jeune mage, l’assassin s’enquit de la présence d’une éventuelle bourse restée sur le cadavre. Malheureusement, il n’y avait déjà plus rien. Cela n’avait rien de surprenant dans une ville aussi mal famée que Thaar, surtout non loin de l’un des marchés de la ville.

Pour l’instant, Yenaël ne savait pas exactement pourquoi Zaahrian était recherché par cet homme. Sans avoir le temps de questionner un peu plus son nouveau compagnon, le semi-elfe l’attira loin du cadavre afin d’éviter tout soupçon de qui que ce soit. Puis il lui remit ce qu’il avait trouvé sur le corps du défunt. Il y avait un couteau assez simple et une dague de bonne facture. Le blond conseilla le jeune mage sur la manière dont il devrait s’y prendre afin de vendre ces objets. Ce qu’il ne savait peut-être pas forcément, c’est que Yenaël avait vécu son enfance dans une auberge. Et dans une auberge on apprend à marchander et négocier tout un tas de chose. Au vu de la qualité du matériel, le jeune mage pensait arriver à en tirer de quoi payer les bottes de son nouvel ami ainsi que quelques rations de nourriture. Il comprit que le moment était venu et que c’était désormais à lui d’agir. Il s’empara des armes que lui tendait Zaahrian avait de s’exprimer sur un ton sérieux.

- C’est noté, je devrais pouvoir en tirer un bon prix sans trop de problèmes. Maintenant nous devons passer à l’action … Comme prévu, je vais aller sur le marché. Je te fais confiance pour couvrir mes arrières. Nous devons quand même nous fixer un point de rendez-vous au cas où la situation se complique.

Le jeune homme s’arrêta un instant afin de réfléchir et de reprendre son souffle. Puis il fixa Zaahrian dans les yeux comme pour lui montrer qu’il lui confiait sa protection et donc sa vie en ce moment.

- Tu connais bien mieux la ville que moi. Est-ce que tu penses qu’il est plus sage que nous nous rejoignions ici ou plus proche de la sortie de la ville ?

Le cœur de Yenaël battait de plus en plus fort dans sa poitrine car il sentait que ce serait bientôt à son tour d’entrer en scène. Jusqu’à maintenant, il n’avait pas forcément beaucoup aidé l’assassin. C’était désormais à lui de faire ses preuves. Plus déterminé que jamais, il était prêt à retourner sillonner les étals du marché à tout instant. Il attendait simplement le feu vert de son nouvel ami qui aurait également pour effet de l’encourager dans cette nouvelle tâche.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Dim 17 Juil - 13:23

Zaahrian sentait bien que Yenaël était de plus en plus excité par l’action qui s’annonçait. Il voulait bien faire. Il voulait impressionner l’assassin en lui montrant ce dont il était capable. Toutefois, il était craintif. Il faisait confiance à Zaahrian pour surveiller ses arrières et s’assurer que rien ne lui arrive.

— Comme je t’ai dit, je ne crois pas que tu as quelque chose à craindre. Tu n’es pas celui qui est visé dans cette histoire et le seul témoin qui nous a vus ensemble est mort. Je vais garder un œil sur toi, mais agis normalement. Aie l’air détendu comme quelqu’un qui va au marché pour faire des affaires. Les gens peuvent le sentir quand tu es nerveux. Si tu commences à regarder par-dessus ton épaule, le vendeur pourrait devenir soupçonneux et penser que tu as peut-être volé ces objets. Alors, il ne voudra pas te les acheter ou il te proposera un prix dérisoire en menaçant de te dénoncer à la garde pour avoir volé si tu n’acceptes pas son prix. Fais-moi confiance, il n’arrivera rien. Je me suis dépêtré de situations beaucoup plus complexes et ça va me faire plaisir de te raconter cela lorsque nous serons hors de la ville.

Il lui donna une petite tape sur l’épaule en signe d’encouragement. Yenaël était un charmant jeune homme, mais il manquait encore d’expérience. À vrai dire, Zaahrian n’était pas habitué de travailler avec des humains. Ça peut paraître idiot, mais il a toujours été entouré par de semi-elfes dont l’âge était toujours plus avancé qu’il n’y paraissait. Le blond avait lui-même une centaine d’années tout comme son ami Guilin. Ils avaient atteint leur taille adulte aux environs de 65 ans et travaillaient comme assassin depuis. Sans compter les années d’entrainement, Zaahrian cumulait à lui seul une trentaine d’années d’expérience dans le domaine. Un humain qui en aurait autant serait vieux et incapable de le suivre durant une mission. Face à lui, Zaahrian avait un humain dans la jeune vingtaine. Sa jeunesse était palpable. Évidemment, ce n’était pas un défaut. On pouvait difficilement reprocher à quelqu’un d’être jeune, mais Zaahrian devait se rappeler qu’il n’était pas comme Guilin. Il n’avait pas été entraîné pendant des années. Il n’avait pas les mêmes réflex et le même esprit analytique. Il avait des doutes visibles dans son regard et c’était normal. L’assassin devait avoir une approche différente avec lui. Yenaël devenait en quelque sorte son apprenti et il devait le traiter comme tel.

— Tu vas aller revendre les dagues. Dès que tu as l’argent, tu vas acheter quelques rations de nourritures supplémentaires, puis tu reviens ici pour me donner le reste de l’argent. Ensuite, tu iras aux portes de la ville pour m’y attendre. Je vais acheter ce qui me manque puis aller chercher le reste de mon équipement. Je te rejoins ensuite aux portes de la ville et nous pourrons partir. Si je tarde, n’essaie pas de me retrouver pour me venir en aide. Si à la tombée de la nuit je ne suis toujours pas là, c’est que quelque chose est arrivé. Le mieux pour toi sera alors de reprendre ta vie normalement en gardant en mémoire le très talentueux et splendide assassin que j’étais.

Il lui fit un clin d’œil.

— Ne t’inquiète pas, tout ira bien. Fait comme je t’ai dit et il n’y aura aucun problème. À toi de jouer maintenant!

Zaahrian lui donna une petite tape sur l’épaule en signe d’encouragement et il le laissa filer. L’assassin ne le quitta pas des yeux et il le suivit pour l’observer tout en s’assurant d’être caché à la vue des autres. Pour l’instant, tout semblait normal. L’attaquer à nouveau en plein jour ne serait guère très sage de la part des guildes, mais c’était encore une possibilité à ne pas négliger. Zaahrian n’était pas du tout inquiet pour Yenaël, mais il lui avait promis de garder un œil sur lui, alors il le faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Jeu 21 Juil - 22:35


Le soleil était haut dans le ciel et la chaleur devenait de plus en plus étouffante. Yenaël n’avait pas l’habitude des grandes villes bondées de monde. Avant de se lancer à travers la foule qui arpentait le marché, le jeune homme écouta les derniers conseils que lui prodigua Zaahrian. Lorsqu’il lui expliquait quelque chose, l’assassin était toujours très calme et semblait voir les faits de manière simple et efficace. La tape sur l’épaule que lui adressa le semi-elfe lui fit chaud au cœur. Le jeune mage avait bien besoin d’être encouragé afin de mener à bien cette mission où il serait seul.  Après avoir écouté les derniers tuyaux de son ami, le jeune homme fit volte-face et s’arrêta quelques secondes afin de contempler le marché au sein duquel il allait devoir s’immerger. Il y avait des étals presque jusqu’à perte de vue. Les toiles qui abritaient les marchands étaient teintées de couleurs chamarrées et ornées d’une multitude de thaaresques. Le panorama qu’avait le jeune homme était vraiment unique et particulier à cette immense cité qu’était Thaar.

Sans dire un mot de plus, et sans se retourner, Yenaël fit le premier pas. Il se lança en direction des stands afin de trouver ce qu’il cherchait. Sa première mission consisterait à vendre le matériel qu’ils avaient récupéré sur leur défunt détracteur. Une dague et un couteau … Cela pourrait intéresser bon nombre de marchands. D’autant plus que la vente d’armes n’était pas réglementée dans la ville de Thaar … Ni le commerce d’ailleurs. Enfin, du moins pas à l’échelle microscopique de Yenaël. Les yeux du jeune homme parcouraient les différents étals au fur et à mesure qu’il se frayait un chemin au sein de la foule. Cette foule qui se faisait de plus en plus dense puisqu’il avançait vers le cœur du marché. Un stand plutôt bien ordonné attira rapidement son attention. Plusieurs hommes semblaient s’être associés afin de monter un grand étal en bois de plusieurs mètres. De belles armes étaient mises en valeur dans des présentoirs. Bien évidemment, ces présentoirs étaient légèrement en retrait afin de ne pas être à portée du premier voleur venu. Ces marchands semblaient être spécialisés dans la vente d’arme, c’est pourquoi le jeune homme fit le choix de s’avancer vers l’étal et d’interpeller l’un des marchands.
- Bonjour ! Excusez-moi, j’aurais une question à vous poser !
Sans le faire attendre, un homme au gabarit imposant s’approcha de lui.
- Qu’est-ce que tu veux gamin ?
Yenaël ne souhaitait pas y aller par quatre chemins, il entra directement dans le vif du sujet.
- J’ai deux armes dont je voudrais me séparer … Je voudrais savoir si vous pourriez me les reprendre pour quelques souverains.
Le grand marchand fronça les sourcils avant de répondre d’un air grave.
- On n’achète plus rien. On a trop de stock, nous sommes venus pour vendre.
Légèrement attristé par cette réponse, Yenaël laissa tomber les bras le long de son corps. Il réfléchit un instant avant de se souvenir des conseils que lui avait prodigué son nouveau maître : Zaahrian. Sans plus attendre, il interpella l’homme à la carrure imposante qui était déjà en train de se retourner pour aller gérer ses affaires
- Mais, m’sieur ! J’ai besoin de vous. Mon frère avait acheté ces armes pour défendre notre famille mais … Le jeune homme marqua un temps d’arrêt afin d’accentuer le côté sentimental de son discours. Il ne peut plus s’en servir désormais … Il est parti.
Yenaël se surprit lui-même à sentir une vague de chaleur monter en lui et même une petite larme poindre au coin de son œil. Le marchand semblait enclin à revoir sa position. Il posa ses mains solides sur la table qui le séparait du jeune homme et se pencha légèrement vers lui.
- Allez, petit ! Montre-moi à quoi elles ressemblent ces armes !
Le jeune mage ne se fit pas prier et sorti d’une des poches de son pantalon en tissu la dague ainsi que le couteau. Sans dire un mot, le marchand les observa pendant quelques secondes. Il inspecta plus en détails la dague avant de rendre son verdict.
- 10 Souverains pour la dague, 2 pour le couteau.
Yenaël fit mine de faire la moue et s’enfonça un peu plus dans le mensonge qu’il avait commencé à bâtir.
- Mon frère disait qu’il avait acheté sa dague à un forgeron et qu’elle valait très chère …
Le grand costaud ne souriait pas mais semblait compréhensif. Peut-être prenait-il le jeune homme en pitié ?
- Ok, j’te file 15 souverains pour les deux et on en parle plus !
Yenaël hocha de la tête. Il était content de sa négociation réussie mais ne voulait pas sourire afin de ne pas éveiller des soupçons chez son interlocuteur. Le marchand chercha les pièces dans une bourse qui était accrochée à sa ceinture avant de les tendre au jeune homme. Yenaël prit les pièces et fit glisser les deux armes sur la table vers le marchand. Il s’apprêtait à repartir lorsque l’homme avec qui il venait de marchander l’interpella.
- Hé ! Courage gamin, accroche-toi !
- Merci, M’sieur.
Yenaël adressa un sourire simple mais franc à cet inconnu comme pour le rassurer sur sa situation. Puis il tourna les talons afin de se lancer vers la suite de sa quête.

Il devait désormais trouver des rations de nourriture et un sac. N’importe quel marchand de fournitures générales devrait avoir cela en stock. Rapidement, le jeune homme trouva ce qu’il cherchait. Il fit le choix de payer les rations et le sac avec l’argent qu’il avait en stock. Il donnerait les 15 écus à Zaahrian.  L’assassin allait avoir besoin d’équipement pour voyager, il semblait plus démuni que Yenaël. De plus, le jeune mage serait heureux de faire un cadeau à la personne qui lui avait sauvé la vie quelques heures plus tôt. En quelques minutes, Yenaël trouva un sac en toile qui lui convenait. Il acheta sur le même stand des rations de viande séchée ainsi que du pain qu’il fourra dans le sac qu’il venait d’acheter. Il finit par chercher une gourde en peau de plutôt bonne contenance. Sans perdre une minute, le jeune homme vérifia la liste des objets qu’il avait en tête et se remit rapidement en route pour retrouver Zaahrian. Il dut réfléchir un instant afin d’être sûr qu’il ne se trompait pas de direction.  Comme il l’avait toujours fait, Yenaël s’aida du soleil afin d’être sûr que son sens de l’orientation le guidait au bon endroit.

Après quelques minutes de marche, Yenaël était revenu au point de départ où les deux hommes s’étaient quittés. Son absence avait duré quelques minutes, peut-être une demi-heure. Le jeune mage ne voyait pas Zaahrian, mais le blond ne devait surement pas être très loin. Yenaël choisi de s’adosser à un mur qui lui offrirait un peu d’ombre tout en attendant que l’assassin se montre.

Le jeune homme n’était pas vraiment surpris que Zaahrian ne se ballade pas en pleine lumière après ce qu’il leur était arrivé. Il pensa à la phrase prononcée par son nouveau compagnon juste avant qu’il ne se lance à l’assaut du marché « Le mieux pour toi sera alors de reprendre ta vie normalement en gardant en mémoire le très talentueux et splendide assassin que j’étais. » Yenaël était forcé de constater qu’il aimait bien le sens de l’humour de l’assassin. Aussi, le fait de penser à Zaahrian tira un sourire non dissimulé au jeune homme. La vérité était que ce semi-elfe blond lui plaisait … Sur beaucoup d’aspects.  
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Dim 24 Juil - 3:33


Zaahrian avait laissé filer Yenaël pour son importante mission. Il ne devrait pas avoir de mal à vendre les armes, mais c’était de voir s’il serait capable de bien négocier pour aller chercher un maximum d’argent. Ce n’était pas facile, ces hommes sont rompus à la négociation et ils savent faire des affaires. Ils n’ont pas intérêt à donner trop d’argent à Yenaël, sinon ils devront augmenter le prix de vente pour faire un profit et si c’est trop cher, personne ne va acheter. Pour l’observer de loin, Zaahrian se posta en hauteur. De là où il était, il jouissait une vue dégagée. Il pouvait voir l’ensemble du marché. Il y avait vraiment beaucoup de monde cette journée-là, mais il n’y avait rien d’anormal à signaler. Zaahrian avait de plus en plus l’impression que l’agression d’un peu plus tôt était un cas isolé. Il savait que sa tête était mise à prix, mais en pleine journée, venir l’attaquer, c’était vraiment stupide. Trop de témoin, trop de lumière… Ce jeune homme devait simplement passer par là et c’était dit que c’était sa chance. Malheureusement, son heure de gloire aura été de courte durée, Zaahrian ayant mis tragiquement fin à sa vie. Au moins, il n’aura pas souffert et ça aura permis à l’assassin d’avoir un peu plus d’information sur la situation. C’est toujours bon de le savoir quand tout le monde cherche à vous tuer. Ça permet d’être plus prudent.

De là où il était, il ne pouvait pas entendre Yenaël discuter, mais il pouvait voir son langage corporel ainsi que celui du vendeur. Il se trompait peut-être, mais le jeune mage semblait jouer sur les sentiments en prétextant que ces armes avaient appartenu à un membre de sa famille proche aujourd’hui disparu. C’était un bon plan à condition que Yenaël soit un bon menteur. C’est une chose d’avoir une histoire en tête, mais c’était une tout autre chose que de savoir la raconter de façon convaincante. Zaahrian adorait raconter des histoires. Il était un bon conteur très charismatique. Il s’inspirait de ses propres aventures pour épater la galerie. Il disait qu’il avait déjà rencontré un assassin qui lui avait parlé de ses contrats alors qu’il racontait ses propres missions en inversant parfois les rôles avec Guilin pour se donner le bon rôle dans ce qu’il disait. Autant l’admettre, même s’il était doué comme assassin, il lui arrivait souvent de se retrouver dans des positions invraisemblables où sa vie n’était pas nécessairement en danger systématiquement, mais qui rendaient sa situation plutôt loufoque. Il avait déjà poursuivi une cible qui tentait de le fuir en courant complètement nu. Zaahrian n’aimait pas courir après ses victimes et il évitait de le faire, mais il s’agissait de son premier contrat officiel. Disons qu’il avait encore certaines choses à apprendre que seule la pratique pouvait lui enseigner. C’était la femme qui avait demandé la mort de son époux. Elle avait crié : mais tuez-le, bon sang! Zaahrian lui avait alors répondu : c’est ce que j’essaie de faire, madame! L’évocation de ce souvenir le fit sourire. Zaahrian pensait parfois au passé avec une certaine nostalgie. Récemment, il avait beaucoup pensé à sa mère à cause d’Halan. Le blond avait enfoui ses souvenirs dans une partie de sa mémoire depuis longtemps, mais ces retrouvailles inattendues avaient éveillé beaucoup de choses en lui. Il avait réalisé aussi que ses souvenirs n’étaient plus aussi clairs qu’avant. Il commençait à l’oublier. Déjà tant d’années avaient passé depuis sa mort. Zaahrian lui en avait longtemps voulu pour la vie qu’il avait eue. Aujourd’hui, il aimerait la prendre dans ses bras et lui dire qu’il est désolé.

Zaahrian continuait à observer les environs lorsque Yenaël conclut enfin sa transaction. Il revint ensuite sur ses pas non sans difficulté. Il avait du mal à se retrouver en ville alors que Zaahrian était sur son terrain de prédilection. Il espérait au fond que le jeune homme soit doué pour se retrouver en nature, car l’assassin risquait d’avoir beaucoup de mal. Vu son état lorsqu’il avait enfin réussi à rejoindre la ville après avoir tué Daeron, il en aurait bien besoin. Voyant que le mage aura bientôt rejoint son point de départ, Zaahrian décida de lui jouer un tour. Il voulait le surprendre un peu. L’assassin l’observa pendant un moment, caché à sa vue. C’était un beau jeune homme, très jeune. Son enthousiasme était palpable. Il s’imaginait sans peine lui enseigner quelques trucs. Il vit un sourire apparaître sur les lèvres du jeune homme. À quoi pouvait-il penser? Parfois, Zaahrian se disait qu’il aimerait bien pouvoir lire dans les pensées sachant qu’il s’éclaterait bien à le faire. Il se glissa silencieusement tout près du jeune homme. Il remarqua une poutre à laquelle il décida de s’accrocher par les jambes de sorte qu’il était la tête en bas à la hauteur de Yen, mais ce dernier ne l’avait pas encore vu tellement il était plongé dans ses pensées. Il croisa ses bras sur son torse et lança d’une voix claire.

— Mais qu’est-ce qui te fait sourire de la sorte? Je me le demande! C’est le sourire d’un jeune homme captivé par les yeux d’une demoiselle. Hum…. Alors, tu as obtenu un bon prix?
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Dim 24 Juil - 19:55

Yenaël était profondément plongé dans ses pensées lors de son retour du marché. A vrai dire, sa rencontre avec Zaahrian avait été si soudaine et inattendue que cela avait complètement bouleversé ses plans. De plus, la tentative d’assassinat à laquelle ils avaient échappés avait encore plus accentué sa perte de repères. Comme tout homme, le jeune mage se rattachait donc à ce qu’il connaissait et à ce qu’il pouvait trouver. Etant seul à son arrivée dans cette ville, Zaahrian était donc désormais l’élément logique auquel il se rattachait.

Avant qu’il n’ait le temps de se poser plus de questions sur la mystérieuse absence de l’assassin à leur point de rendez-vous, une voix forte et très proche de lui le fit sursauter. Quelle fut la surprise du jeune homme lorsqu’il vit l’objet de ses pensées à quelques pas à peine de lui ! Yenaël, tout hébété, ne sut quoi répondre à la première question que lui posa son nouveau compagnon. Zaahrian pensait surement que le jeune mage avait croisé une de ces magnifiques filles de Thaar sur le marché et qu’il était encore captivé par son charme. Comment avouer à cet homme solide et droit dans ses bottes que c’était lui qui lui provoquait un pareil sourire béat. Yenaël senti une certaine gêne lui nouer l’estomac et il se demanda même s’il n’était pas en train de rougir à vue d’œil. Il ne voulait pas avoir l’air faible aux yeux de Zaahrian … Ainsi, il se ressaisit rapidement afin de reprendre ses esprits. Ce n’est qu’alors qu’il se rendit compte que son interlocuteur était suspendu à une poutre, la tête vers le bas.

- Mais … Qu’est-ce que tu fais dans cette position ?! Fais attention, le sang va te monter à la tête !

A peine avait-il prononcé son avertissement qu’il le regretta instantanément. Un aventurier valeureux ne se préoccupait pas de ses compagnons de voyage comme s’ils étaient des petites proies fragiles. Cette fois, Yenaël eut l’impression que ses joues étaient en feu tellement qu’il était gêné. Ne sachant plus où se mettre, il tâcha de répondre à la deuxième question de l’assassin.

- Je n’ai pas l’habitude de vendre des armes, mais je pense que je m’en suis pas mal tiré ! J’ai réussi à obtenir 15 souverains en vendant les deux armes.

Plutôt fier de sa négociation, le jeune homme s’apprêtait également à remettre l’argent à son nouvel ami.

- Je n’ai pas eu besoin de cet argent pour m’acheter les fournitures dont j’avais besoin ni les rations de nourriture. Je peux donc te le donner pour que tu achètes ce dont toi tu as besoin.

Sans hésiter un instant de plus, Yenaël fouilla dans une poche de son pantalon afin d’en sortir les pièces. Leur contact froid était agréable en cette journée très ensoleillée. Plutôt soucieux à l’idée de donner l’argent à son nouveau compagnon et de se retrouver à nouveau séparé de lui pendant qu’il faisait ses achats, le jeune homme tâcha de se renseigner davantage sur les évènements à venir

- Tu as dit que tu voulais aller faire un tour sur le marché pour t’équiper. Après ce qu'il s'est passé tout à l'heure, ce n'est pas trop dangereux ? Si tu veux, je peux te surveiller de loin. Tu m’as dit de t’attendre aux portes de la ville. Mais à vrai dire, je suis plutôt perdu ici … J’ai un peu peur de ne même pas savoir exactement où je devrais t’attendre !

Peut-être que Zaahrian connaissait Thaar comme sa poche, mais ce n’était pas le cas du jeune mage. Ainsi, plutôt anxieux, il se mit à jouer avec les pièces et à en faire tourner une entre ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Sam 30 Juil - 0:20


Malheureusement pour Yenaël son malaise était parfaitement visible ce qui, évidemment, amusait grandement Zaahrian. Il était vraiment facile de le déstabiliser et l’assassin ne se privait pas de le faire. Ce n’était pas fait par méchanceté. Si l’humain lui disait d’arrêter, alors il le ferait sans poser de question. Toutefois, ce serait bien ennuyant si ça arrivait, car c’était le moyen d’établir une certaine complicité et de détendre l’atmosphère malgré le danger qui régnait. Zaahrian ria franchement lorsque l’humain lui dit que le sang allait lui monter à la tête s’il restait trop longtemps dans cette position. Yenaël regretta aussitôt sa remontrance et, cette fois, il rougit vraiment. L’assassin se redressa sans difficulté pour attraper la poutre à laquelle il était suspendu avant de faire une sorte de pirouette et atterrir gracieusement sur le sol.

— Tu n’as rien entendu quand je me suis approché de toi et pourtant, j’ai passé trois fois au-dessus de ta tête! Apprend à porter attention aux bruits autour de toi. Un assassin n’est jamais totalement silencieux. Ça peut être aussi idiot qu’une articulation qui craque au mauvais moment. Certains matériaux sont beaucoup plus traitres aussi comme les tuiles, par exemple. Essaie de marcher sur des tuiles sans qu’elles ne s’entrechoquent, pour voir.

Zaahrian regarda la somme récoltée par le mage. C’était suffisant pour tout ce qu’il désirait acheter avant de partir. Finalement, il s’était très bien débrouillé.

— C’est parfait, ne t’inquiète pas.

Il rangea les pièces dans sa bourse en revoyant mentalement ce dont il avait besoin avant de partir. Non seulement Zaahrian pourra s’acheter ses bottes neuves, mais il pourra aussi faire aiguiser ses lames et acheter des provisions. Il allait même lui en rester un peu lorsqu’il aura fini.

— Ça dépend. Nous sommes en plein jour, je ne pense pas être victime d’une autre attaque directe avant la tombée de la nuit. M’attaquer maintenant démontre un certain manque de professionnalisme. Il y a beaucoup trop de témoins. Celui qui a essayé de me tuer plus tôt était probablement un jeune qui m’a vu et qui s’est dit que c’était sa chance d’impressionner son mentor. Évidemment, il est toujours possible qu’on profite de la foule compacte pour se glisser près de moi et me poignarder avant de disparaître parmi les gens. Peu importe ce que l’on fait, ce n’est pas sans risque. C’est pourquoi il faut tenter le coup. Je ne suis pas du genre à me cacher de toute façon.

Yenaël ne semblait pas particulièrement rassuré à l’idée de laisser Zaahrian faire ses achats seuls alors que sa vie était probablement en danger. Il voulait garder un œil sur lui de la même manière que l’avait fait l’assassin, mais ce dernier doutait que ça puisse lui rendre service si quelque chose devait lui arriver. Il ne pourrait pas le prévenir d’un danger imminent et il pourrait difficilement intervenir en cas de difficulté. Zaahrian voulait l’éloigner pour éviter qu’il ne s’expose inutilement.

— Et que ferais-tu si tu me voyais me faire tuer en plein milieu de la rue? Tu sais, il est possible que rien n’arrive du tout et que tu me regardes tout simplement faire mes achats comme n’importe qui de normal. Tu ne devrais pas t’inquiéter autant pour moi. Comme je te l’ai dit, peu importe ce qui arrive, tu vas tout simplement reprendre ton chemin comme si je n’avais jamais croisé ta route. Tout le monde meurt et je ne suis pas une exception à la règle même si le sang d’elfe qui coule dans mes veines va ajouter quelques centaines d’années à mon existence. Bon, il y a de fortes chances que non, vu le métier que je fais, mais qui sait?

Il soupira, réfléchissant à ce qu’il pourrait faire.

— Reste ici dans ce cas; tu devrais être tranquille. Je vais essayer de faire aussi vite que possible. Je dois encore aller récupérer mes effets personnels. En tout, j’en ai peut-être pour une heure. N’essaie pas de jouer les héros, compris? Je vais revenir, promis. Je ne fais jamais de promesses en l’air.

Un dernier clin d’œil, l’assassin laissa l’humain derrière lui pour aller faire ses achats. Il s’arrêta chez le cordonnier pour lui acheter une nouvelle paire de bottes et dire adieu aux anciennes qui avaient fait leur temps. Ensuite, il se rendit chez le forgeron pour faire aiguiser ses lames et s’assurer qu’elles soient le plus tranchantes possible. Enfin, il dépensa le reste en ration de nourritures pour le voyage à venir. Son passage au marché se passa sans encombre. Personne ne le menaça et rien ne lui sembla particulièrement suspect. Il savait que les risques étaient minimes. Vouloir l’attaquer en pleine journée n’était pas une bonne idée. Si Zaahrian réussissait à quitter la vie avant la tombée de la nuit, il devrait être tranquille. Avant de pouvoir enfin partir, il devait encore récupérer ses affaires puis aller rejoindre Yenaël qui devait encore l’entendre à l’endroit où il l’avait laissé. Malheureusement, il arrivait à Zaahrian d’avoir tort et de sous-estimer la force de ses ennemis. Alors que le jeune Yenaël attendait patiemment, une silhouette sombre se faufila derrière lui. Avant qu’il ait pu se rendre compte de quoi que ce soit, un bras massif s’enroula autour de son cou pour le ramener contre un torse tout aussi important.

— Si j’étais toi, je n’essaierais pas de résister…

Peu importe qui était cet homme, il était grand, fort, mais surtout il n’était pas seul. Trois autres silhouettes les encerclèrent, toutes plus ou moins habillées de la même manière indiquant une appartenance à une guilde. Leur visage était masqué, mais on devinait deux hommes et une femme. Dagues et épées pendaient à leur ceinture.

— Alors, où est notre ami Zaahrian?

— Il vient de quitter le marché. Il ne devrait plus tarder. Répondit l’un des hommes en faisant un signe en direction de la rue.

— Très bien, alors nous allons l’attendre. Alors, quel est ton nom?

Il s’adressait à Yenaël. Son ton de voix était poli, mais froid indiquant que le jeune homme ferait mieux de lui répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Dim 31 Juil - 12:57

Une fois de plus, Zaahrian prodigua de nombreux conseils à son nouveau compagnon de route. Yenaël ne savait pas vraiment si le semi-elfe faisait ça par habitude ou parce qu’il considérait que l’entraînement du jeune homme avait déjà commencé. Après tout, la deuxième hypothèse était plausible puisque le meilleur moyen d’apprendre à faire quelque chose est l’exercice pratique. Peut-être que l’assassin considérait cette escapade à travers Thaar comme le premier exercice grandeur nature auquel était soumis Yenaël. Le jeune mage tâcha d’écouter attentivement les conseils avisés de son compagnon. Dorénavant, il essayerait d’être plus attentif et plus à l’écoute des bruits alentours, surtout tant qu’ils n’auraient pas quittés cette ville coupe-gorge.

Après quelques phrases rassurantes, l’assassin parvint à convaincre le jeune homme qu’il devait rester sur place à attendre son retour du marché. Le choix ne fut pas aisé pour Yenaël qui n’appréciait guère être séparé de son nouveau compagnon dans cette ville où il était pour le moins perdu. Mais la dernière phrase de Zaahrian finit de convaincre le jeune homme :
- Je vais revenir, promis. Je ne fais jamais de promesses en l’air.

C’était les mots d’une personne expérimentée. Expérimentée mais intrépide. Le cœur de Yenaël l’invita à écouter le beau semi-elfe qui se tenait en face de lui. Mais d’un autre côté sa raison l’appelait à faire attention. Depuis son plus jeune âge, le jeune mage n’avait pas eu beaucoup d’occasions d’écouter son cœur. Il fit donc le choix du sentiment et hocha la tête sans dire un mot pour signifier à Zaahrian qu’il était d’accord avec son plan. Sans demander son reste et après un dernier clin d’œil se voulant rassurant le semi-elfe s’éloigna prestement en direction des étals du marché dont Yenaël était revenu il y a à peine quelques minutes.


Après le départ de Zaahrian, Yenaël ne s’était pas mis dans la même position que précédemment. Le fait d’être adossé à un mur occultait sa vision sur une partie de la ruelle. Il se contenta donc de faire les cent pas en attendant le retour de son mentor. Au plus il tournait en rond et au plus Yenaël s’impatientait. L’assassin avait parlé d’environ une heure. Le jeune mage n’avait pas d’objet sur lui pour quantifier le temps qui s’écoulait mais une heure devrait passer relativement rapidement. Le jeune homme réfléchit à sa journée. Il n’aurait jamais pensé que son arrivée à Thaar se déroule ainsi. Après tout, depuis plusieurs années il avait arpenté l’Ithri’Vaan aux côtés d’un mage expérimenté. Chacune de leurs journées était réfléchie à l’avance avec soin et tout se déroulait comme prévu. Les imprévus étaient rares et pas vraiment dans les habitudes du jeune homme.

Toute cette réflexion eut tôt fait de tirer Yenaël vers une sorte de torpeur mentale. Ainsi, son attention s’abaissa et il ne se rendit même pas compte de ce qu’il se passait autour de lui. Après tout, c’était le propre même d’un mage de réfléchir. Soudain, il vit qu’une ombre massive s’était glissée derrière lui. Sans qu’il ait le temps de faire quoique ce soit, il sentit un bras d’une force considérable s’enrouler autour de lui et le tirer en arrière.  Le jeune homme se rendit tout de suite compte que, cette fois, ce n’était pas Zaahrian qui lui faisait une blague. Yenaël heurta un peu brutalement le torse de son assaillant. Il trouvait ce contact extrêmement désagréable. L’homme qui le tenait fermement sentait la transpiration et n’avait pas l’air très commode. Sans que le jeune homme ne puisse voir son visage, la voix grave de l’homme qui le tenait en otage s’éleva :
- Si j’étais toi, je n’essaierais pas de résister…

Légèrement intimidé par cet avertissement et ne sachant trop quoi faire, le jeune homme obtempéra et ne chercha pas à forcer le passage. De toute façon, il ne faisait pas le poids physiquement face à cette grosse brute.
Yenaël se rendit rapidement compte qu’il était peut-être privé de tout mouvement. Mais il pouvait encore regarder autour de lui et réfléchir à la situation. Il vit arriver trois autres personnes qui avaient rejoint l’homme qui le retenait en otage.  Parmi ces personnes, deux hommes et une femme. Ils avaient tous l’air de travailler ensemble et semblaient plutôt bien équipés. Aux yeux du jeune homme, ils semblaient être des mercenaires compétents ou des guerriers accomplis. Le mastodonte qui retenait Yenaël prit à nouveau la parole :
- Alors, où est notre ami Zaahrian?

Dans un premier temps, le jeune mage ne sut pas si cette question lui était adressée. Il fit donc le choix de ne pas répondre et en profita pour réfléchir à toute vitesse à un plan. Ces hommes de main en voulaient à Zaahrian. Cela voulait dire qu’ils connaissaient bien le semi-elfe. Cependant, ils ne savaient rien sur Yenaël. Ceci pouvait être un avantage pour lui. Il ne devait donc surtout rien dire à propos de son identité et garder ses capacités magiques en cas de dernier recours.
Un autre homme répondit à la question de l’homme qui tenait Yenaël :
- Il vient de quitter le marché. Il ne devrait plus tarder.

Cette annonce glaça le sang du jeune homme. Qu’allaient-ils faire à Zaahrian ? Yenaël se mit à éprouver un sentiment qu’il n’avait jamais éprouvé auparavant. Était-ce de la rage ? De la haine ? De l’amour ? Il n’en savait rien. Une colère terrible monta progressivement en lui. Il ne savait même pas s’il avait plus peur pour sa propre vie ou pour celle de Zaahrian. Une seule chose était sure : À chaque seconde qui passait, les battements du cœur de Yenaël accéléraient un peu plus. Le jeune mage se rendit compte que ses bras étaient restés le long de son corps et que ses mains étaient plus ou moins libres de leurs mouvements. Ainsi, il cacha sa main droite derrière son postérieur et se mit à faire tourner sa bague fétiche autour de son index à l’aide de son pouce. Ce rituel l’aidait fortement à se concentrer et à canaliser sa magie. Il allait en avoir besoin s’il fallait se battre contre ces hommes lourdement armés.
La grosse brute posa une nouvelle question, cette fois-ci adressée à Yenaël :
- Très bien, alors nous allons l’attendre. Alors, quel est ton nom?

Le jeune homme fit le choix de répondre, sinon cela attirerait trop l’attention. Mais il ne donnerait pas d’informations importantes à ces truands.
- Je m’appelle Mathieu, qu’est-ce que vous me voulez ? Je n’ai rien à vous donner, je n’ai même pas d’argent sur moi !

Un des deux hommes qui se tenait en face de lui eut l’air surpris de la réponse de jeune homme, il s’adressa au mastodonte qui retenait le jeune homme :
- T’es sur que c’est lui ?

Sans réfléchir un instant de plus, le grand costaud qui semblait être le chef du groupe lui répondit :
- Bien sûr que c’est lui, espèce d’idiot. Nous l’avons vu avec Zaahrian ! Tenons-nous en au plan et attendons le retour de notre bien aimé Zaahrian.

Un rire rauque sorti de la gorge de l’homme qui retenait Yenaël. Le jeune mage, toujours en  pleine phase de concentration, laissait les truands discuter entre eux ce qui lui donnait du temps de concentration supplémentaire. Il n’avait pas l’habitude de pratiquer la magie dans un endroit aussi dense que Thaar. Bien évidemment, il ressentait tout un tas d’énergies aux alentours : Dans le sol, dans l’air, voir même dans les bâtiments. Cependant, il ne voulait pas que sa colère prenne le dessus et que sa magie soit un peu plus destructrice que ce qu’il avait prévu. Il risquerait de se blesser voire même pire, de blesser Zaahrian.

Le jeune mage relâcha un instant sa concentration afin de constater que les bandits qui l’entourait n’avaient pas remarqué ce qu’il faisait avec sa main derrière lui. Après tout, sa main était vraiment proche du corps de l’homme qui le tenait en otage et il ne voulait surtout pas l’alerter plus tôt que nécessaire. Yenaël allait suivre la même stratégie que ses assaillants. Il allait attendre le retour de Zaahrian. Sa concentration lui permettrait de voir si un des truands envisageait d’attaquer l’assassin et d’agir avant lui. L’objectif du jeune mage étant d’infliger une brulure considérable à celui qui le retenait en otage. Cela devrait distraire ses compagnons, ce qui laisserait certainement à Zaahrian et Yenaël de trouver un moyen de s’enfuir. Le jeune homme espérait vraiment que tout se passerait plus ou moins comme il l’avait prévu … Il aurait vraiment du mal à supporter que Zaahrian soit blessé ou pire : qu’il soit tué.
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 196
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Sam 6 Aoû - 14:20



Zaahrian n’avait pas la moindre idée de ce qui se passait avec Yenaël. Avoir su, il se serait arrangé pour qu’il soit en sureté avant d’aller faire ses courses, même s’il avait toutes les raisons de croire qu’il ne serait pas empêtré dans ses histoires. Ils ne se connaissaient que depuis quelques heures. Du coup,  il allait surement s’en vouloir d’avoir été négligent. Déjà qu’il venait de perdre un apprenti par sa faute. Techniquement parlant, Yen n’était pas son apprenti, mais il avait quand même décidé de le prendre sous son aile. Il était donc sous sa responsabilité et, par conséquent, Zaahrian devait veiller à ce qu’il garde tous ses morceaux. L’assassin était en route pour retrouver son jeune compagnon lorsqu’un homme bondit des toits pour atterrir juste devant lui. Surpris, le blond attrapa sa dague prête à se défendre. À peine s’était-il mis en position de combat qu’une voix familière aboya.

— Zaahrian, lâche ça!

C’était Guilin dans sa tenue d’assassin. Le corps gainé de cuir, son visage était également masqué en plus d’avoir un large capuchon sur sa tête.

— Très discret comme tenue. Tu dois sérieusement avoir chaud habillé ainsi!

Guilin enleva son capuchon et tira son masque pour dévoiler son visage. L’assassin souriait à son ami.

— Terriblement, mais je ne tiens pas à me faire reconnaître. Écoute, ton jeune ami vient d’être capturé par un groupe de mercenaires. Ils sont quatre.

Zaahrian plissa des yeux.

— Comment le sais-tu?

— Je te surveille! Bon sang, Zaahrian, je pensais que tu serais déjà parti! J’ai surpris une conversation hier dans la soirée et les choses regardent vraiment mal pour toi. Quelle idée de te pavaner ici et là en criant à qui voulait l’entendre qui tu étais et ce que tu avais fait? J’ai fait le tour de la ville pour m’assurer de ton départ quand je t’ai vu perché sur les toits en train de surveiller quelqu’un. Je t’ai suivi en gardant mes distances et voilà. J’ai vu l’humain se faire prendre. Ils attendent ton retour pour te faire la peau.

— Et tu n’as pas eu envie d’intervenir?

— Zaahrian, ils sont quatre! Même si j’en avais abattu un d’une flèche, ça en laissait trois pour menacer de lui ouvrir la gorge si je ne me montrais pas!

— Et alors? Ils ne l’auraient pas tué. Je veux bien croire que les mercenaires sont de gros cons, ils ne sont pas imbéciles au point de sacrifier leur seul élément de négociation. S’ils l’ont gardé en vie, c’est parce qu’ils s’attendent à ce que j’offre ma jolie tête en échange de sa vie sauve.

— C’est ce que tu comptes faire?

— Je compte surtout me farcir des mercenaires avant de partir, oui. Ton arc, tes flèches et toi vous passerez par les toits. Moi, j’opte pour l’approche directe en imbécile insouciant que je suis.

Un sourire féroce se dessina sur les lèvres du blond. Il se disait imbécile, mais son regard brillait d’intelligence. Il avait des fourmillements dans les doigts. La perspective d’un combat l’excitait comme un enfant devant un étale de douceurs.

— D’accord. Tâche de gagner du temps pour que je puisse me mettre en place.

— Je vais leur raconter une petite histoire!

— C’est ça… Soit toi-même ça devrait être suffisant.

Guilin lui donna une tape sur l’épaule avant de rajuster sa tenue et de repartir là d’où il était venu. Zaahrian attendit qu’il soit hors de vue avant de reprendre son chemin en tâchant d’avoir l’air aussi insouciant qu’à son habitude. Il ne devait laisser voir en aucun cas qu’il avait été prévenu. Ces imbéciles devaient vouloir jouer sur l’effet de surprise, mais c’était raté. L’avantage d’être celui qui serait au sol, c’est qu’il pourrait voir leur tête quand les flèches de Guilin commenceront à pleuvoir. Il fallait agir rapidement et bien que l’assassin n’avait aucun doute qu’à deux ils auront le dessus sur les quatre mercenaires, il espérait secrètement que Yenaël mette à profit son talent caché. C’était juste pour le voir en action, rien de plus.

Prenant un air nonchalant, Zaahrian se rendit à l’endroit où il avait laissé Yenaël il y a près d’une heure. En tournant au coin du mur, Zaahrian sifflotait un air joyeux.

— Hey, désolé pour l’attente. J’ai eu du mal à trouver des bottes à ma taille… oh!

Zaahrian s’arrêta net en voyant les mercenaires qui entouraient le pauvre Yenaël.

— Des amis à toi? Demanda-t-il en s’adressant Yenaël.

— Hey, l’assassin, ça fait un bail qu’on te cherche.


Le chef du petit groupe était également le plus gros de tous. C’est lui qui tenait Yenaël contre lui. Il avait vraiment une sale tête. Des cicatrices balafraient son visage et son nez avait un angle étrange. Ces marques montraient que l’homme avait fait son chemin dans la vie avec ses poings et son épée et qu’il n’avait pas peur de se salir les mains. Au corps à corps, il représentait un adversaire redoutable, mais sa taille importante pouvait être un désavantage. Sa force brute pourrait faire mal à Zaahrian, mais il devait être lent. Si l’assassin parvenait à le prendre de vitesse, le mercenaire n’avait aucune chance.

— Pourtant je n’ai pas quitté la ville. J’étais même plutôt facile à trouver. J’ai travaillé pendant un temps pour Krish Al’Serat, la drow. J’ai aussi fait quelques contrats ici et là. Sérieusement, si vous avez eu du mal à me retrouver, ne m’en voulez pas si je ne pense pas à vous à l’avenir pour le faire…

Le mercenaire plissa les yeux. On lui avait dit que Zaahrian était un drôle de personnage dans son genre. Pour un assassin, il n’avait pas l’air d’en être un. Pourtant, sa longue expérience en tant que mercenaire lui avait appris qu’il ne fallait pas se fier aux apparences. Derrière son attitude désinvolte se cachait un personnage dangereux et calculateur.

— Ta tête est mise à prix. Je suis ici pour ramasser la prime. Il me suffit d’apporter une preuve irréfutable de ta mort et je pourrais couler des jours heureux jusqu’à la fin de ma vie.

— Oh? À ce point? J’ai toujours pensé que d’avoir sa tête mise à prix était un honneur. Je veux dire, non seulement quelqu’un de déteste assez pour te tuer, mais il dépense une grosse somme pour que ça se fasse. Malheureusement…


Zaahrian laissa tomber son sac de toile contenant ses effets personnels et dégaina son épée qui étincelait à la lumière du soleil. L’assassin venait de la faire aiguiser et il mourrait d’envie de l’essayer.

— Il faudra me passer sur le corps…

À peine avait-il prononcé ses mots qu’une flèche fendit l’air et se planta dans le cou de la femme qui s’écroula en faisant d’horribles sons.

— Oh! Surprise!

Zaahrian ne leur laissa même pas le temps de se remettre du choc qu’il bondit à son tour sur les mercenaires.
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 167
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Lun 22 Aoû - 19:37


Yenaël était un jeune homme censé. Il se préparait depuis maintenant plusieurs minutes afin d’être prêt à combattre lorsque Zaahrian pointerait le bout de son nez. Cependant, il ne perdait pas de vue que le jeune mage et l’assassin n’étaient que deux et qu’ils allaient devoir affronter ensemble quatre truands. C’était du simple contre double. Pour une première bataille « réelle », le jeune mage espérait arriver à relever un défi pour le moins difficile. Cependant il n’avait pas peur. Au contraire, sa respiration s’était calmée et sa concentration sur sa bague qu’il faisait pivoter autour de son index l’aidait à garder le contrôle de ses émotions. A vrai dire, pendant qu’il se concentrait, ses ravisseurs avaient échangé entre eux quelques paroles. Le jeune mage n’y avait même pas prêté attention. Cette fois-ci, il voulait être prêt et ne surtout pas décevoir Zaahrian.

C’est après quelques minutes d’attente que l’assassin apparu enfin au coin d’une ruelle. Comme à son habitude, il avait l’air joyeux et peu souciant de la situation. Néanmoins, son visage s’empreint de surprise lorsqu’il vit la troupe qui encerclait Yenaël. Le jeune homme tâcha de se concentrer davantage sur l’attitude corporelle de son ami assassin que sur ses paroles afin d’être prêt lorsqu’il passerait à l’attaque. Il le vit lâcher ses affaires et  dégainer son épée. Mais Zaahrian n’attaqua pas immédiatement la troupe de bandits. Un sifflement soudain déconcentra alors le jeune mage. Il vit une flèche fendre l’air et se planter dans le cou de la seule femme qui faisait partie de la troupe de bandit. Yenaël ne prit même pas le temps de réfléchir à qui avait bien pu tirer cette flèche meurtrière et extrêmement précise. Il vit dans cette action une occasion en or de se délivrer des bras de son ravisseur. En effet, ils étaient désormais à égalité : trois contre trois.

Soudain, tout s’accéléra dans la tête du jeune homme.  Il se replongea rapidement dans sa phase de concentration. Il sentit les flux de magie qui circulaient dans le sol sous ses pieds. Le jeune mage s’était évertué pendant plusieurs minutes à repérer les nombreux flux qu’il pourrait utiliser afin de les transformer en éléments. Mais désormais, le moment était venu ! Il canalisa une petite quantité de magie en direction de sa bague « Eclat Irisé ». Puis, il se concentra afin de matérialiser une flamme dans sa main droite. Puis, d’un seul coup, il canalisa une quantité d’énergie beaucoup plus importante en direction de son focaliseur. Ceci devrait avoir pour effet de faire grandir la flamme et d’infliger une brulure importante à celui qui le maintenait prisonnier depuis maintenant un petit moment.

L’effet fut immédiat, la grosse brute qui retenait Yenaël le repoussa violemment ce qui catapulta le jeune homme vers l’avant. Il s’étala de tout son long sur le sol devant lui.  Le contact avec le sol fut un peu brutal. Mais le jeune homme n’était pas blessé. Du moins, il ne ressentait pas de douleur trop importante. Il ne savait pas exactement l’ampleur de la blessure qu’il avait infligée à son ancien ravisseur, mais une chose était sure : Au moment de l’action, la main de Yenaël était dans son dos et assez basse. Le jeune homme étant plus petit que le bandit, il avait certainement dut lui bruler la jambe. Il ne pourrait certainement pas remarcher de sitôt et la douleur l’avait certainement mit hors d’état de nuire, du moins pour les prochaines minutes.

Yenaël reprit rapidement ses esprits car il savait pertinemment que le combat était loin d’être terminé. Il vit que Zaahrian avait engagé le combat à son tour. Il se battait de front avec les deux autres bandits qui étaient encore vaillants. Bien qu’en infériorité numérique, l’assassin semblait prendre un grand plaisir à combattre ses deux adversaires. Un large sourire fendait son visage. Cependant, ses yeux étaient plissés et les traits de son visage laissaient transparaitre une grande concentration sur ce qu’il faisait. Soudain, une nouvelle flèche fendit l’air et vint se planter dans le bras d’un des deux combattants qui affrontaient Zaahrian. Cela déstabilisa un instant le voyou, mais il était encore loin d’être hors combat.  Yenaël devait agir lui aussi ! Il ne voulait pas voir son nouveau compagnon se faire découper sous ses yeux. Le jeune mage réfléchit un instant et eu une idée. Il savait comment neutraliser au moins un des deux bandits.

Il resta dans sa position allongée afin de ne pas trop attirer l’attention de ses adversaires. Il ne voyait pas ce qui était advenu dans la grosse brute dont il s’était libéré quelques instants plus tôt, mais peu importe, il devait tenter quelque chose. Yenaël plaqua ses deux mains sur le sol et entreprit de se concentrer à nouveau. Il plaça sa main droite au niveau de son visage afin de pouvoir voir sa bague et le diamant qui l’ornait. Le jeune mage ferma les yeux un instant pour mieux percevoir les flux à proximité. Il rouvrit les yeux et vit que le diamant de sa bague avait commencé à brunir. Il prenait progressivement la couleur du sol de la ruelle : Un marron clair de terre séchée par la météo aride locale. Yenaël se concentra encore quelques instants avant de mettre son plan à exécution. Ses yeux restaient rivés sur la couleur que reflétait sa bague, cela l’aidait grandement à ne penser qu’à l’élément qu’il souhaitait matérialiser. Puis, il façonna dans son esprit ce qu’il voulait faire apparaître. Deux petites prisons de terre durcie afin de retenir les pieds de l’un des bandits. Il visait le dernier bandit qui n’était pas encore blessé. Yenaël se concentra intensément et canalisa toute l’énergie vers les pieds du bandit. Deux monticules de terre jaunâtre se formèrent et emprisonnèrent les pieds de ce dernier, ce qui eut pour effet de l’immobiliser complètement. Ainsi, il était désormais inapte au combat.

Lorsque Yenaël fut tiré de la concentration dont il avait eu besoin pour réaliser ses sorts, il vit que Zaahrian venait tout juste de triompher de l’homme qui s’était pris une flèche dans le bras. Son habileté à l’épée devait certainement être bien supérieure à celle de ce bandit qui s’était retrouvé avec la gorge tranchée. Puis les yeux du jeune homme se rivèrent à nouveau sur le truand qu’il avait immobilisé quelques secondes plus tôt. C’est alors qu’il vit que l’homme était en train de sortir quelque chose de sa poche. Cette chose étincelait au soleil et sa forme … C’était une dague ! Le bandit allait surement essayer de s’en servir comme couteau de lancer. Le jeune homme vit que le truand avait le regard rivé sur Zaahrian qui sortait tout juste de son combat avec l’autre assaillant. Terrifié par ce qui pourrait arriver à son ami assassin, Yenaël tenta de l’avertir de manière précipitée.

- Zaahrian, attention !

Puis, comme guidé par son instinct, le jeune mage plaqua de nouveau ses mains sur le sol et entreprit de manipuler la pierre qu’il avait formée quelques secondes plus tôt. Sans concentration, il fit en sorte de resserrer de manière brutale les prisons élémentaires qui immobilisaient le bandit. Cela aurait certainement pour effet de lui briser les chevilles et de lui provoquer une douleur très importante. Des images défilèrent dans l’esprit de Yenaël et il se rendit compte qu’il avait complètement oublié le chef de bande qui le retenait au début de la bataille. Celui-ci était derrière le jeune mage et n’était pas dans son champ de vision. Il ignorait donc tout de son état de santé et de son aptitude à combattre. Les efforts qu’avait fourni Yenaël étaient conséquents, il était fortement déconseillé de trop utiliser la magie sans une phase de concentration. Ainsi, le jeune mage sentit une douce vague de chaleur l’envahir progressivement puis il perdit connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'arrivée d'une étrange jeune femme.
» Le jeune homme aux carottes [Terminée]
» C'est l'histoire d'une jeune demoiselle qui a terminé sa présentation (a)
» Personnel et clients de l'Himmelmeister
» Une arrivée discrète... Enfin au début [PV Miyu Yamazaki] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: