AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Dim 28 Aoû 2016 - 11:49


Le problème avec les combats en infériorité numérique, même avec la meilleure volonté du monde, c’est impossible d’avoir les yeux partout à la fois. Zaahrian voulait protéger Yenaël, malheureusement son attention fut rapidement tournée vers deux des assaillants qui semblaient bien décidés à lui faire payer son arrogance. Ça laissait donc le mage seul avec le chef du petit groupe. Pour espérer pouvoir l’aider, il devait impérativement gagner ce combat rapidement. Le problème c’est qu’il détestait ce genre d’affrontement. S’il savait se battre, Zaahrian préférait largement frapper avec un effet de surprise en minimisant les coups échanger. Selon lui, ça réduisait les chances que ça tourne mal. Ça faisait de lui un combattant paresseux ou très efficace, selon les points de vue. Pour l’instant, il ne s’en sortait pas trop mal. Il parait efficacement les coups. Zaahrian était rapide et agile. Même maintenant, on pouvait voir qu’il évitait de frapper inutilement. Il préférait porter ses coups au bon moment plutôt que d’assaillir ses adversaires en les bombardant pour les épuiser alors qu’il risquait lui-même de se fatiguer. Malgré qu’il soit seul contre deux, ça n’empêchait pas le blond de s’amuser et de continuer à les narguer ouvertement. Guilin, toujours caché, suivait le combat d’un œil intéressé et attentif. Il n’était pas inquiet pour Zaahrian et le gamin semblait avoir plus d’un tour dans sa poche. Avec sa magie, il réussit à faire reculer le chef en le brulant à la jambe. Guilin s’était intéressé un peu à la magie. Il avait assisté à quelques démonstrations, mais n’avait jamais vu son utilisation en plein combat. Son regard se rapporta sur Zaahrian. Guilin le connaissait depuis assez longtemps qu’il commençait à se fatiguer. Son sourire ne démordait pas, mais son regard était extrêmement concentré. Il cherchait une issue pour clore ce combat et il ne la voyait pas. Guilin banda son arc et visa. Toucher une cible bougeant autant n’était pas facile. Il pouvait tout aussi bien atteindre Zaahrian par accident. Il décocha et la flèche atteignit l’un des adversaires dans le bras. Guilin avait touché sa cible, mais pas là où il le voulait. L’homme était encore suffisamment en état de se battre et toujours capable de blesser ou de tuer Zaahrian.

Un peu en retrait, le chef de la bande hurlait de douleur. La blessure infligée par Yenaël était beaucoup plus importante que l’imaginait le jeune homme. Il l’avait sérieusement brulé au point que les chairs avaient noirci à la façon de la viande brulée. S’il survivait à ce combat, il en garderait certainement des séquelles permanentes. Dans l'immédiat, l'homme ne portait plus attention à personne ce qui laissa le temps au jeune mage de préparer une seconde attaque magique. Zaahrian tenait toujours bon devant ses assaillants, mais il avait de moins en moins le goût de rire. Heureusement, la blessure au bras infligée par Guilin était plus sérieuse qu’elle n’y paraissait. Il perdait beaucoup de sang ce qui, évidemment, l’affaiblissait de plus en plus. Zaahrian n’avait toujours pas été en mesure de voir ce qui s’était passé avec Yenaël, mais lorsqu’il vit les pieds du second voyou se retrouver embourbée dans la terre, l’assassin comprit qu’il était toujours d’un seul morceau et en état de faire de la magie.

L’homme à la flèche n’était plus capable de suivre le rythme. Zaahrian réussit à l’achever ne lui laissant plus qu'un seul homme. Ses pieds embourbés l’empêchaient de bouger. Ça ne devrait donc pas être difficile. C’est à ce moment-là que Yenaël hurla de faire attention. Évidemment, cela attira l’attention de Zaahrian qui eut le réflex de tourner la tête dans sa direction pour le regarder. On l’avait entraîné à résister contre ce réflexe, mais parfois, c’était juste impossible. En regardant Yenaël, même une fraction de seconde, donnait une ouverture à l’autre homme. Le blond vit le mage lancer précipitamment un nouveau sort. Les hurlements de douleurs du mercenaire indiquèrent qu’il avait réussi. Il ne s’y connaissait pas en magie, mais quelque chose lui disait que d’en faire autant en si peu de temps ne pouvait pas être une bonne chose. Zaahrian fit taire le blessé d’un rapide coup d’épée. Il y avait maintenant trois corps gisant au sol. Il n’en restait plus qu’un. Le chef des mercenaires était ivre de colère. La douleur était insoutenable, mais son désir de voir Zaahrian mort était plus fort que tout. Ses meilleurs hommes venaient d’être tués par lui et ce mystérieux archer. Le sang de l’insolent allait noyer cette terre même si c’était la dernière chose qu’il fera dans cette vie. Il manifesta toute sa colère dans un rugissement puis bondit sur Zaahrian qui l’esquiva. L’assassin avait le souffle court, mais il sentait la victoire proche. Ça lui redonnait du courage et le goût de s’amuser un peu.

— Y’a comme une odeur de porc rôti. T’as pas remarqué?

Le commentaire de Zaahrian le fit hurler à nouveau. Plus grands et plus costaud que l’assassin, ses coups puissants le faisaient trembler. Il se battait comme un homme qui n’avait plus rien à faire, usant de sa force pour briser son adversaire. Il donna un violent coup de botte à l’assassin pour forcer la distance entre eux et l’atteignit dans les parties. Un coup de chance peut-être, mais les jambes de Zaahrian cédèrent sous son poids et il tomba sur le sol, le souffle coupé par la douleur. Même s’il aurait voulu riposter, il n’en était pas capable. Le mercenaire lui-même était surpris par son soudain succès, mais pas autant que le blond qui le regardait les yeux écarquillés. Il n’allait pas mourir ainsi? Non, ce n’était pas possible. C’était une mort beaucoup trop ordinaire pour lui. Il voulait être une légende. Il devait mourir comme une légende. Un coup de botte dans les parties ne devait pas entrer dans cette catégorie. Zaahrian vit clairement le sourire de triomphe sur le visage du mercenaire. Il leva bien haut son épée pour donner le coup de grâce. Puis, soudainement, il se figea dans son mouvement. Ses bras toujours levés dans les airs, il vacilla légèrement sur ses pieds. Ses yeux s’écarquillèrent de terreur et son visage se vida de ses couleurs. Il tomba face la première sur le sol, sur l’assassin qui ne put l’éviter.

— Bon sang… ah!

Guilin avait sauvé la situation en tuant le mercenaire d’une flèche. L’archer venait de sauter sur le sol. Il jeta un rapide coup d’œil au mage toujours inconscient avant d’aller libérer son ami en faisant rouler le corps du mercenaire.

— J’ai mal…

L’archer sourit.

— J’ai vu, sacré coup que tu as reçu. Vous faites une belle paire tous les deux.

D’un signe de tête, il désigna Yenaël toujours au sol.

— Il est mort? Demanda Zaahrian en se redressant sur un coude pour essayer de voir. L'idée qu'il puisse l'être ne semblait pas le choquer plus que nécessaire, mais on pouvait sentir une note d'espoir que ça ne soit pas le cas.

— Non, je crois qu’il a abusé de la magie. Il respire.

Le blond se laissa retomber sur le sol. La douleur commençait à s’estomper, le laissant avec d’autres inquiétudes.

— Tu crois… Tu crois que ça va fonctionner encore? Tu sais… hein?

Guilin fit un effort pour ne pas rire.

— Si tu veux, je peux te trouver un guérisseur qui pourra te rassurer sur la question. Celui qui m’a sauvé la vie, par exemple. Tu dois t’en souvenir.

Un grand sourire se dessina sur le visage de Zaahrian.

— Oh oui! Ses mains sont magiques!

Zaahrian se leva tranquillement sur ses pieds et dès qu’il fut debout, il donna un coup sur le bras de Guilin.

— Hey!

— C’est pour m’avoir fait attendre. J’étais certain qu’il allait me tuer!

— J’avais la situation parfaitement en contrôle. Je t’ai fait attendre pour te punir de ta désinvolture. Tu vas finir par te faire tuer si tu continues comme ça.

— Peut-être… Au moins, ça risque d’être drôle!

— Parce que tu as trouvé ça drôle ce qui vient de se passer à l’instant?

— Oui! Sauf le coup de pied dans les parties. Je m’en serais passé de celui-là…

Zaahrian s’approcha de Yenaël. Penché sur lui, il lui tapota légèrement le visage.

— Hey, joli cœur, debout! On a gagné! Yenaël?
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 98
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Jeu 1 Sep 2016 - 20:49


~ La vie est un rêve, mais rêver n’est pas vivre ~


Le soleil aveuglant de l’Ithri’Vaan. Une douce brise chaude. L’odeur du foin qui commence à sécher.  Yenaël était allongé dans les hautes herbes qui se faisaient de plus en plus éparses en ce début de période estivale. Il était légèrement en surplomb de la grande plaine où les paysans s’attelaient à travailler la terre. Tout un tas de personnes dans les champs à creuser des sillons. Etait-ce la période de l’irrigation ? Le paysage qui s’offrait à lui avait tout pour plaire. Il aimait sentir le vent dans ses cheveux. Il aimait vivre à l’air libre, loin des grandes villes. Au bout du champ se tenait une grande maison en torchis qui reflétait avec ardeur les rayons du soleil.  Ce lieu lui était familier, étrangement familier …


- Non, je crois qu’il a abusé de la magie. Il respire.

Hein ? Yenaël entendait-il des voix ? Non c’était impossible.
Non loin derrière la bâtisse, on pouvait voir une rivière sinueuse qui parcourait la plaine. Qu’il devait être agréable de se baigner dans l’eau claire de la rivière en cette saison. Le jeune homme tâcha de se redresser. Puis, sa vision s’adapta rapidement au soleil agressif pour ses yeux clairs. Il vit les contours d’un point noir qui se tenait au pied de la colline où il faisait son somme se dessiner plus précisément. Quelqu’un lui faisait un signe de la main. On aurait dit une silhouette féminine, était-ce … Sa mère ? Elle semblait jeune …


- Hey, joli cœur, debout! On a gagné! Yenaël?

Ce n’était pas la même voix que celle qu’il avait entendu la première fois. Mais … Le cœur de Yenaël se remplit instantanément de honte. Zaahrian ! Il l’avait presque oublié ! Le fait qu’il l’appelle « joli cœur » aggrava encore plus l’état de gêne dans lequel se trouvait le jeune homme. A peine tiré de sa torpeur par les appels de son nouveau compagnon, il sentait déjà ses joues rougir. Qu’allait penser l’assassin musclé et courageux qu’était Zaahrian en voyant Yenaël affalé sur le sol en pleine bataille ?

Yenaël ouvrit lentement les yeux et s’enquit de regarder autour de lui afin de voir si la bataille était terminée. Il vit que Zaahrian était penché juste au-dessus de lui. Il était si proche qu’il pouvait sentir son souffle chaud qui parvenait jusqu’à sa joue. L’assassin était encore très certainement essoufflé par son combat avec les bandits. La sensation qu’éprouvait Yenaël était encore différente de tout ce qu’il avait connu jusqu’à présent. Bien sûr, ses pensées étaient chamboulées par sa perte de connaissance récente. Mais la proximité du semi-elfe le réconfortait énormément et le faisait éprouver quelque chose de … nouveau.

Puis, tout en reprenant ses esprits, une pensée ramena définitivement Yenaël dans la réalité. Il se rappela les flèches qu’il avait vu s’abattre sur les bandits durant la bataille ainsi que de la première voix qu’il avait entendu dans son rêve. A qui cette voix pouvait bien appartenir ? Sa vision était occultée par la présence de Zaahrian, mais le jeune mage parvint tout de même à voir qu’un second homme se tenait juste derrière l’assassin. Comme pour montrer à son nouveau compagnon qu’il allait bien, le jeune homme tâcha de se relever seul. Il se mit lentement à genoux, puis tendit sa main en direction de Zaahrian.

- Tu veux bien m’aider à me lever, s’il te plait ?

Puis Yenaël adressa un grand sourire à Zaahrian.  Lorsqu’il fut plus ou moins redressé, Yenaël sentit que son équilibre était très fragile. Il failli vaciller plusieurs fois en essayant de faire quelques pas afin de se rapprocher de l’archer qui lui était inconnu. Le jeune homme tenait à remercier cet individu. Il lui avait non seulement sauvé la vie, mais il avait aussi très certainement sauvé la vie de son nouvel ami Zaahrian. Yenaël s’arrêta à quelque pas de l’inconnu entièrement vêtu de cuir avant de s’exprimer d’une voix légèrement chevrotante.

- Merci. Merci de nous avoir sauvé tous les deux. Comment est-ce que je peux te remercier ?

Encore légèrement tourmenté par les efforts qu’il venait de fournir, le jeune mage tâcha d’adresser un sourire plutôt convainquant à l’homme qu’il ne connaissait pas. Un vent léger souffla et souleva un peu de poussière autour des trois individus encore debout. Ce dernier fit sortir des effluves d’une odeur que Yenaël n’appréciait guère. L’odeur du sang. Après tout, il se tenait sur le lieu où venait de mourir quatre bandits. Le cerveau du jeune mage qui se remettait lentement en marche commençait à l’alerter sur la dangerosité de la situation. Si des passants, ou même la garde de la ville, voyaient cette boucherie, les trois hommes seraient surement rapidement arrêtés ou dénoncés pour être interrogés. Le jeune mage se sentait mal à l’aise et à découvert dans leur situation actuelle, il décida donc de prendre les devants.

- Nous ne devrions pas rester ici. Allons nous trouver un endroit au calme, éloignons nous du centre de la ville. Zaahrian, une idée d’où nous pourrions aller ?

Yenaël était perdu dans l’immense métropole qu’était Thaar, il remettait donc une fois de plus son sort entre les mains de son nouveau compagnon en qui il avait désormais entièrement confiance.  
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 183
Âge : 31
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Lun 5 Sep 2016 - 12:15

Zaahrian regardait Yenaël qui luttait pour émerger de sa torpeur passagère. Le pauvre semblait désorienté, mais c’était normal après avoir perdu connaissance. Il devait reprendre ses repères et disons que les dernières minutes avant son malaise ont été plus que chaotiques.

— Ah, voilà qui est mieux. Tu m’as fait peur, tu sais? Pendant un moment j’ai cru que tu y étais resté toi aussi.

Visiblement, il allait bien comme en témoignait le grand sourire qu’il lui adressa après lui avoir demandé de l’aider à se relever. Zaahrian n’hésita pas et l’agrippa par les bras pour le remettre sur ses pieds.

— Ça va? Tu peux tenir sur tes jambes?

La question était légitime vu qu’ils allaient devoir prendre la fuite sans tarder. Zaahrian comprenait maintenant l’urgence de la situation et que pour sa survie, il devait mettre le plus de distance possible entre Thaar et lui.

Guilin regarda le jeune mage. Entre Zaahrian et son ami, il y avait un monde de différence. L’exubérance insolente du blond tranchait avec le calme de Guilin. Il observait l’humain comme s’il l’analysait. Il faisait la même chose avec tous ceux que Zaahrian entraînait dans son sillage pour essayer de déterminer les chances qu’ils avaient de survivre avec lui. C’est qu’il connaissait bien son ami et il espérait que ce jeune homme avait conscience de ce en quoi il s’embarquait. La petite démonstration des dernières minutes était plutôt convaincante.

— Ne t’en fait pas avec ça. Tâche seulement de garder Zaahrian en vie et je serai content.

Guilin sourit alors que Zaahrian fronçait les sourcils avant de lui donner un coup sur l’épaule.

— T’inquiète pas, tout ira très bien, mais Yen a raison, ne trainons pas ici. Non, vaut mieux ne pas trop s’attarder ici. Nous quittons la ville, maintenant.

Zaahrian rangea son épée puis sa dague avant de prendre ses affaires qu’il avait laissé tomber plus loin. Il en profita pour débarrasser les mots de leurs bourses qu’il jeta sans ménagement dans le grand sac de toile qu’il jeta sur son épaule.

— Bon, on y va. Guilin, je compte sur toi là-haut. Vient Yen!

Ils devaient faire vite. Zaahrian ne se sentirait mieux que lorsque la ville sera derrière eux. Heureusement, si Yenaël n’était pas capable de se retrouver dans un dédale comme Thaar, Zaahrian y était parfaitement à l’aise. C’est lorsqu’ils seront hors de la ville que les choses allaient se compliquer. L’assassin avait horreur de la forêt et des grands espaces sauvages. Sur ce coup, il comptait sur son jeune compagnon humain pour le garder sur la bonne voie bien qu’il avait peu d’espoir là-dessus. Actuellement, il allait rejoindre son père chez les elfes. N’y avait-il pas un tas d’histoire circulant sur les forêts entourant les citées elfiques comme quoi il était vraiment stupide pour un non-elfe de tenter de les traverser. Bon, un problème à la fois. D’abord, ils devaient quitter la ville. Heureusement, ils n’eurent pas de mal et quand la rumeur du massacre commença à se répandre, ils étaient aux portes de la ville. Ils continuèrent à marcher encore un peu, puis ils s’arrêtèrent.

— Guilin doit nous avoir suivis. On va attendre un peu… Ça va toujours? Au moins on est sorti de la ville. Ça devrait aller rondement à partir de maintenant même si je suis forcé d’avouer que de me perdre en forêt ne m’enchante pas vraiment. La ville… Regarde comme c’est magnifique tout ce chaos organisé de maisons et de rues!

Comme il l’avait espéré, Guilin vint les rejoindre peu après. Zaahrian le serra dans ses bras une dernière fois.

— Cette fois, c’est la bonne! Souffla le blond avec un sourire.

Guilin lui donna une tape dans le dos.

— Essaie de revenir en un morceau…

— Ouais, je vais repasser par Thaar quand j’en aurais fini avec les elfes. Ensuite, je vais monter au nord par bateau jusqu’à la Péninsule. Tu me suivras à ce moment-là si tu veux. Je t’enverrai un message au moment de mon départ d’Ardamir. D’ailleurs, en parlant de message… Peux-tu en envoyer un là-bas de ma part? Je n’ai pas le temps de trouver un volatil qui fait le voyage jusque-là, mais toi tu peux.

Guilin acquiesça.

— D’accord. Je lui dirais que son imbécile de fils est en route et d’ouvrir l’œil. Allez, bonne route, mon frère.

— Ça va aller…

Il se tourna vers Yenaël avec un grand sourire.

— On y va?
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 98
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   Sam 10 Sep 2016 - 21:41



Depuis qu’il s’était levé, Yenaël avait repris le contrôle total de son corps. Cependant, son esprit était toujours perturbé et il avait du mal à se concentrer. Pour autant, cela ne l’empêcha pas de voir que l’archer inconnu devait être un ami de longue date de Zaahrian et qu’il tenait vraiment à lui. Voire même plus, on aurait dit qu’il était pour l’assassin une sorte d’ange gardien qui apparaissait lorsqu’il rencontrait de grandes difficultés. Le jeune mage scruta Zaahrian pendant qu’il ramassait ses affaires et qu’il récupérait l’or des défunts bandits. Yenaël comprenait cet inconnu. Zaahrian avait beau être un assassin et avoir sa part de cruauté, une partie de sa personnalité le rendait … adorable. Le semi-elfe était bien plus âgé que lui, cependant il avait gardé un côté blagueur et insouciant comme pourrait l’être un enfant. Et cette facette de sa personnalité lui donnait une sorte de charme et le rendait accessible à n’importe qui voudrait devenir ami avec lui.

Zaahrian invita Yenaël à la suivre afin de s’éloigner du centre de la ville. Le jeune homme s’enquit de le suivre de près et de ne pas s’éloigner de lui. Ils avançaient vite à travers les ruelles et le jeune homme en profita pour faire un peu le vide dans son esprit. Il se contentait de garder les yeux rivés sur son ami et de le suivre. La foule était dense par endroits et il lui semblait avoir entendu quelques passants parler de cadavres retrouvés dans les ruelles. Le jeune homme tâcha de ne pas se laisser distraire et de ne porter qu’un minimum d’attention aux gens qu’ils croisaient. Après quelques minutes de marche rapide, les deux hommes parvinrent enfin aux portes de la ville.  Zaahrian s’enquit une nouvelle fois de l’état de santé du jeune mage. Yenaël appréciait énormément l’attention que son nouveau compagnon lui portait et il tenait à lui dire.

- Je me sens mieux. Merci Zaahrian. Je n’aurais jamais pensé que quelqu’un que je connais depuis une journée à peine puisse être aussi attentionné. Tu as vraiment été formidable avec moi aujourd’hui !

Le semi-elfe l’invita à contempler un instant la métropole de Thaar pendant qu’ils attendaient l’ami masqué de Zaahrian. La journée avait été pleine d’action et le jeune homme n’avait même pas profité de la magnificence de la cité. Cette ville n’avait pas d’égal sur le continent. Yenaël avait passé sa journée à en arpenter les rues à toute vitesse sans même prendre le temps d’en admirer l’architecture. Lui qui pourtant aimait beaucoup les constructions remarquables. Peu importait désormais, cette journée arrivait à son terme et les deux compères devaient quitter la ville avant de risquer de se faire étriper une nouvelle fois.

L’ami de Zaahrian ne se fit pas attendre longtemps. Ils échangèrent devant Yenaël sur les plans du semi-elfe. Le blond confirma une nouvelle fois la destination de leur voyage : Ardamir. Puis les deux amis de longue date mirent fin à leur conversation. Le jeune mage tenait à remercier l’inconnu qui les avait sauvés. Yenaël avait un très bon pressentiment sur la suite de cette aventure et tout cela aurait certainement été impossible sans cet homme. Le jeune mage se rapprocha des deux autres hommes et tâcha de dire quelque chose qui rassurerait l’ami de Zaahrian.

- Je vais faire mon possible pour garder Zaahrian en vie. Je sais que le défi est de taille mais … J’devrais y arriver !

Yenaël adressa un sourire franc afin d’essayer de dédramatiser la situation. Cela ne devait pas être simple pour l’ami de Zaahrian qui le voyait partir à l’autre bout du monde avec un illustre inconnu. Le jeune mage ne souhaitait pas faire attendre Zaahrian, ainsi il lui signifia qu’il était prêt sans plus attendre

- Je te suis ! J’imagine que nous prenons la route en direction du Nord ? Nous pouvons commencer à faire un bout du chemin avant qu’il ne fasse nuit !

Yenaël était très enthousiaste à l’idée de faire ce voyage. Au cours de sa courte vie d’apprenti magicien, il avait beaucoup arpenté les terres de l’Ithri’Vaan. Mais c’était désormais le reste du monde qui s’ouvrait à lui. Son ancien maître lui avait parlé d’Ardamir. Une grande cité elfe au nord des portes de l’Anaëh qui se situaient vers un endroit nommé « Ellyrion ». La route serait longue, mais la motivation du jeune homme serait sans faille.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arrivée en ville d'un jeune aventurier [PV Zaahrian] - Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» L'arrivée d'une étrange jeune femme.
» Le jeune homme aux carottes [Terminée]
» C'est l'histoire d'une jeune demoiselle qui a terminé sa présentation (a)
» Personnel et clients de l'Himmelmeister
» Une arrivée discrète... Enfin au début [PV Miyu Yamazaki] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: