Partagez
 

 Ménager la chèvre et le choux

Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme de Clairssac
Humain
Jérôme de Clairssac

Nombre de messages : 1113
Âge : 41
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeLun 27 Juin 2016 - 7:49

3ème ennéade de Karfias, 9ème année du 11ème cycle



Le baron d'Oësgard était à Serramire, sous la "protection" du marquis et il ne faisait guère d'ombre à Jérôme qui régentait la terre, encore plus avec la loyauté que celui-ci détenait par l'intermédiaire des seigneurs du sud. Hasseroi, au contraire, ne manquait aucun prétexte pour le mettre en porte à faux. Le climat n'était pas des plus agréables, encore moins avec la situation de la dite baronnie. L'on se demandait par quoi on allait commencer pour débuter la reconstruction mais la grande question était: "avec quel argent ?". Les coffres étaient vides, les silos aussi et la guerre avait prélevé un lourd tribu au sein de la noblesse, comme de la population. Cette dernière émigrait d'ailleurs en masse, préférant abandonner leurs biens et tenter de refaire leur vie ailleurs, conscient que rester c'était mourir. Heureusement, l'autre partie des "survivants" était toujours la, le regard tourné vers les seigneurs et attendant des actions afin de croire en quelque chose de la part de leurs dirigeants. Le peuple était important aux yeux de Jérôme et celui-ci savait que sans le peuple, il n'était pas grand chose. C'était eux qui labouraient les champs pour avoir de quoi manger, c'était eux qui payaient des taxes, tout comme les commerçants et qui remplissaient les coffres. En échange, il leur devait la sécurité et la stabilité mais il était difficile de savoir comment faire vu l'état plus que catastrophique de la situation d'Oësgard.

Le baron d'Etherna était revenu de Serramire et du tournoi avec quelques nouvelles et pas que. Il avait dans son bagage des chevaliers qui avaient juré fidélité au baron Geoffroy et qui s'étaient vu remettre des fiefs de petite envergure avant qu'ils ne tombent en désuétude, surtout sur les frontières afin de les protéger. Il fallait bouter les brigands mais sans troupes, c'était ardue et l'armée faisait donc partie des priorités. Le peuple était exsangue et pourtant c'était de lui qu'il fallait tirer le maximum en cette période. Cela amena un autre point d'amertume à la bouche de Jérôme. En effet, la nièce de Goar, la fameuse Alix de Falkenberg faisait des allers-retours entre Serramire et Oësgard mais surtout, elle était en train de se tailler une grosse réputation au sein de la populace. Alors que le baron aurait préféré l'écarter de sa route, l'ignorer tout simplement, il allait devoir concilier avec elle s'il voulait réussir à quelque chose avec le peuple dont elle avait désormais l'oreille et qui était cher aux yeux de Jérôme. Amblère lui avait été cédé, ce qui n'était pas pour plaire à Jérôme. En effet, bien que brisée à plusieurs reprises, c'était une citadelle qui était d'importance, ce qui expliquait d'ailleurs qu'elle avait attiré toutes les guerres sur elle.

Jérôme avait reçu une proposition lors du tournoi de Serramire de la part d'un suderon et il ne savait pas bien qu'en faire. Il y voyait bien les avantages à en retirer mais il se demandait s'il n'y avait pas un piège de tendu et il avait demandé un temps de réflexion, bref, avant de donner sa réponse, prétextant qu'il voulait en parler avec les seigneurs. Le conseil d'Etherna ne l'avait pas satisfait et il l'avait dissout, ne gardant qu'une ou deux personnes mais celui d'Oësgard n'existait plus du tout, outre les vassaux qui avaient devoir de conseil auprès du suzerain, en l'occurrence, le régent qu'était Jérôme. Plutôt que d'aller chercher l'avis de ceux-ci en priorité, Jérôme décida de faire quelque chose qui le surprenait lui même. La dame d'Amblère était une épine dans son pied et l'avoir à ses côtés permettrait de la surveiller. Et puisqu'elle avait l'oreille du peuple, la consulter pourrait être perçu comme une main tendue envers celui-ci. Il envoya donc quelqu'un afin de demander à Alix de le rejoindre dans une salle servant de réunion au conseil. Jérôme était vêtu très simplement tout en respectant son rang. Ils n'étaient pas seul, l'étiquette ne le permettant pas mais c'était le minimum requit. Lorsqu'elle fit son apparition, Jérôme s'approcha et salua la dame, lui baisant la main comme il convenait

"Bonjour madame, tout d'abord, permettez moi de vous remercier d'avoir accepté ma requête. Asseyez vous je vous prie"

Il lui indiqua un siège auprès d'une table rectangulaire

"J'espère que tout va bien pour vous, sinon je serais ravis de vous aider, si c'est en mon pouvoir"

Le ton était calme et neutre mais intérieurement, le baron était tendu, essayant de jauger la personne qui lui faisait face et de tenter de savoir définitivement si elle pouvait lui être néfaste ou non.


Dernière édition par Jérôme de Clairssac le Mer 24 Aoû 2016 - 13:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alix de Falkenberg
Humain
Alix de Falkenberg

Nombre de messages : 11
Âge : 29
Date d'inscription : 22/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique :
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeLun 27 Juin 2016 - 7:52

Alix avait le teint cireux et les fortes chaleurs qui étouffaient Oësgard-la-Cité depuis quelque temps n’y étaient pas étrangères : avec ses grands yeux gris et sa peau blanche, la jouvencelle supportait mal la belle saison. S’en plaindre n’était pourtant pas dans son caractère et elle répondit à la sollicitude du régent par un maigre sourire. Elle saurait bien ignorer, le temps de cette conversation dont elle ne savait rien encore du sujet, le mal qui l’accablait — en l’occurrence une bien vilaine migraine dont elle ne savait plus comment se débarrasser.


« Que votre grâce se rassure, je me porte à merveille », mentit-elle sans sourciller. Avec les années, feindre était devenu plus facile, sans doute le baron d’Etherna se laisserait-il berner.


L’idée de faire montre de faiblesse face au jeune sire n’était pas pour la ravir, mais c’était la curiosité qui, cette fois, la motivait. Bien sûr, elle aurait pu avouer sa douleur, mais c’eut été le meilleur moyen de terminer une entrevue qui l’intriguait au plus haut point. Elle désirait trop découvrir ce qui avait bien pu pousser Jérôme à la mander.


C’était la première fois, songea-t-elle subitement, qu’il lui adressait directement la parole ; Mathilde l’avait tenue éloignée de lui et de tous les autres seigneurs de guerre tant qu’elle l’avait pu, puis il s’en était retourné à son fief, si bien qu’elle l’avait à peine aperçu, en vérité. Sans vraiment s’en rendre compte, elle commença à le jauger. Il portait un bliaud des plus simples, mais qui ne manquait pas d’élégance ; à le voir de si près, elle devait avouer qu’il était plutôt bel homme, quoique son regard eut quelque chose de dur qui la déstabilisait. Elle ne s’en rendit pas forcément compte, mais son mal fermait son visage et ses yeux légèrement plissés par la douleur lui donnaient un air un tantinet mauvais.


« Je m’interroge, en réalité, commença-t-elle avec une douceur qui adoucissait subtilement ses traits, sur la raison de ma présence devant vous. Sûrement, vous savez combien je suis jeune encore et bien inexpérimentée. »



Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
Jérôme de Clairssac

Nombre de messages : 1113
Âge : 41
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeLun 27 Juin 2016 - 8:07


Après l'avoir installé et usé de la politesse requise, Jérôme se mit à observer attentivement son invitée. La demoiselle était blanche, laissant penser qu'elle était malade mais comme on l'avait prévenu que cette blancheur était naturelle chez elle, il ne remarqua pas qu'elle était souffrante. De toute façon, la question était surtout rhétorique bien qu'au départ, le baron pensait plus à une aide par rapport à son fief brisé ou à ses besoins. Il n'oubliait pas le nom qu'elle portait et son devoir envers quelqu'un de la famille baroniale. Le visage d'Alix montrait un certain dédain ou plutôt une "méchanceté" qui n'était pas des plus engageante mais Jérôme passa outre bien que restant sur la défensive, tentant même d'être aimable

"Je n'ai pas eu le temps de parler longuement avec votre cousin, le baron, j'espère qu'il sait tous les efforts que je fais pour lui remettre une terre qui aura retrouvé autant qu'il est possible sa force d'antan."

Il était illusoire de penser qu'elle retrouverait sa gloire passée avant longtemps, surtout sans aide, mais avec un coup de pouce, certes énorme, l'on pouvait espérer la remettre sur la voie dans un premier temps. Toutefois il ne devait pas oublier la raison de la venue de l'Alix

"Je ne vous ferais pas attendre plus longtemps sur la raison de votre venue. On me colporte bien des rumeurs et des informations, et l'une d'elle est votre proximité avec le peuple. Vous vous dites jeune et inexpérimentée mais parvenir à ce tour de force pour une noble est assez rare pour être remarqué, surtout vu votre âge. Je ne sais pas si vous le savez mais j'oeuvre moi même dans l’intérêt du peuple, conscient de mes devoirs envers celui-ci et son état m'est cher. Actuellement je n'ai malheureusement guère le temps de le visiter, occuper dans un premier temps à maintenir une cohésion seigneuriale qui doit veiller à sa sécurité, aussi je me demandais si vous accepteriez d'être mon oreille et de me rapporter ses besoins, son état d'esprit et les choses que nous pouvons faire afin d'alléger son fardeau."

Il n'était un secret pour personne qu'il y avait des tensions entre les seigneurs d'Oësgard. Savoir ce que le peuple pensait était très important, le pouls de la population permettait de savoir si une émeute se préparait. Les habitants d'Oësgard étaient malheureusement dans un état critique, manquant de tout et il ne serait pas utopique de penser qu'ils finiraient par se rebeller, faute d'avoir suffisamment pour se nourrir, se vêtir, etc...Le baron se demandait donc, et il n'était pas le seul dans son entourage, si Alix était vraiment altruiste, ou si elle donnait le change avec pour but de retourner le peuple contre le régent. Lui donner de l'intérêt permettrait de donner à la demoiselle une mission et de lui faire croire qu'on lui donner de l'importance. Car il ne fallait pas se leurrer, Jérôme avait déjà des espions au sein de la populace pour lui rapporter ce qu'il avait besoin de savoir et pour instiller subrepticement des idées, même fausses, afin de l'apaiser. Si Alix acceptait, cela la rapprocherait de lui afin de la surveiller et ça lui donnerait une nouvelle corde à son arc qui lui permettrait d'agir pas son intermédiaire, et de relayer les efforts qu'il fournissait, par un canal plus direct que par un jeu de rumeurs. Il attendait sa réaction pour savoir s'il se permettait de lui dévoiler certaines choses afin de finir de la mettre en confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Alix de Falkenberg
Humain
Alix de Falkenberg

Nombre de messages : 11
Âge : 29
Date d'inscription : 22/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique :
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeLun 27 Juin 2016 - 8:08

Alix, d’abord, se tint coite. Au baron, elle voulait demander le temps de la réflexion, sans pourtant s’y résoudre, de peur qu’il en usât pareillement pour revenir sur sa proposition.


« Je ne suis pas certaine de comprendre », finit-elle par répondre, du bout des lèvres. Elle regrettait d’être venue seule, quand la présence de ses tantes à ses côtés aurait pu tant lui apporter. Anne, tout particulièrement, jouissait de ce rare talent de lire dans le cœur des gens ; ce que le baron cherchait à garder par-devers lui, elle aurait su le deviner, quand sa nièce ne pouvait guère que se débattre avec cette mauvaise intuition que le seigneur de guerre ne lui disait pas tout. L’occasion, pourtant, était trop belle pour qu’elle la laissât filer, aussi s’admonesta-t-elle secrètement, tordant ses doigts pour s’arracher à ses atermoiements et, un temps au moins, chasser sa vile migraine. « Bien entendu, mon seigneur peut à loisir me poser toutes les questions qu’il lui sied, affirma-t-elle avec un aplomb renouvelé. Je tâcherai d’y répondre avec la plus grande probité. »


En vérité, cette conversation n’était pas sans lui en rappeler une autre, qu’elle avait tenue avec Flourens ; tandis qu’elle formulait similaire requête au jeune chevalier, ce dernier avait argué avec cette fougue qu’elle appréciait tant combien parfois, le mieux était encore d’interroger les premiers concernés. Elle cherchait encore comment prodiguer au baron ce morceau de sagesse.



Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
Jérôme de Clairssac

Nombre de messages : 1113
Âge : 41
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeLun 27 Juin 2016 - 8:38


Le silence fut la première réaction d'Alix avant qu'elle ne dise qu'elle ne comprenait pas. Jérôme s'interrogea, se demandant si elle était idiote ou si elle cherchait à gagner du temps, voir si elle avait été désarçonné par la démarche du baron. Finalement, elle l'interrogea sur ce qu'il voulait lui demander et ce fut au tour de Jérôme d'être surprit. Il lui avait proposé d'être son oreille et de venir lui dire ce que le peuple voulait et elle lui répondait en lui demandant ce qu'il désirait. Etait elle jeune et naïve ou alors très talentueuse pour retourner une situation à son avantage ? finalement un sourire s'afficha sur ses lèvres, après tout pourquoi pas, ne l'avait il d'ailleurs pas fait venir dans ce but. Cécilie de Laval et sa soeur avaient été deux femmes précieuses pour amener une nouvelle vision sur un problème. Il se décida donc à faire ce pourquoi elle était devant lui

"Voyez vous, lors du tournoi de Serramire, j'ai discuté avec les seigneurs présents. J'ai eu une proposition assez surprenante et j'aimerais savoir ce que vous en pensez, du moins si vous croyez que ce serait une bonne chose pour le peuple."

Il débuterait par donner les avantages avant d'en venir à la contrepartie demandée

"Un suderon, l'un de ces hommes qui possède une fortune conséquente, m'a proposé une somme d'argent, importante, afin d'aider au redressement de la baronnie. Cela pourrait permettre d'acheter de quoi nourrir le peuple dans un premier temps. J'espère que cela donnerait un espoir qui stopperait l'émigration, ramenant cette étincelle chez les paysans qui verraient alors la possibilité de reconstruire plutôt que de fuir. En restant, le travail des champs recommencerait, et nous ne serions plus obligé de nous endetter pour nourrir les habitants. La vie des champs retrouverait alors son cours et nous permettrait de nous concentrer sur autre chose. Il accepte également de nous aider à construire de quoi récolter des taxes sur le commerce fluvial, ce qui ne serait pas négligeable pour le trésor qui est au plus bas, vous le savez."

Voila une proposition qui ne manquait pas d'atours mais comme toujours, ce n'était pas gratuit

"Tout le monde sait aussi que l'état des mines est alarmant, elles n'ont pas été entretenue et il y a de lourds travaux à faire avant de pouvoir reprendre l'activité aux mineurs. Ce mécène demande en contrepartie de son aide, de lui céder les mines. Il paierait les remises en état et il s'occuperait de leur extraction pour son compte personnel, mais il s’acquitterait des taxes, encore en plus de tout ce qu'il a proposé jusque la. Il permettrait également à la baronnie de racheter les mines à prix réduit lorsqu'elle aura les moyens et qu'elle se sera refaite une santé."

En sommes, beaucoup d'avantages pour la baronnie

"Personnellement, je ne vois pas comment nous pouvons faire face à tous les problèmes sans aide. Entre la famine qui couve, l'exode de la population, l'armée à refonder et surtout trouver des effectifs, la noblesse décimée, les champs ruinés, le trésor vide, les travaux de reconstruction pour les citadelles et les infrastructures comme les mines et bien d'autres encore, nous ne pourrons jamais faire face à tout cela. Le temps pour parvenir à quelque chose sera long et le peuple souffrira bien des maux avant de réussir à quelque chose d'acceptable. Se délester d'un problème tout en récupérant une belle somme d'argent à court et à long terme me parait une bonne chose. Qu'en pensez vous ?"

Une bien longue tirade, et tout cela sans savoir si la personne qui lui faisait face serait apte à digérer tout cela. Une première épreuve dans cette union qui débutait, sous l'hospice de la méfiance. Ce premier essai allait il amener un premier bras de fer, une vue nouvelle ou autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Alix de Falkenberg
Humain
Alix de Falkenberg

Nombre de messages : 11
Âge : 29
Date d'inscription : 22/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique :
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeLun 27 Juin 2016 - 16:51

Au sortir de sa tirade, Jérôme avait pu prendre toute la mesure du surnom de la jouvencelle d’Amblère, que l’on nommait parfois à Oësgard la Dame Regard. Ses yeux avaient accroché ceux du baron et ne les avaient plus relâchés. Elle avait gardé par-devers elle tout ce que le discours alarmiste du régent lui avait inspiré, se contentant de le fixer en silence, dans une parfaite immobilité. C’était à peine si elle avait cillé, tandis qu’il dressait un portrait dystopique, sinon apocalyptique ; son fatalisme mortifère avait glissé sur elle et elle n’avait rien laissé paraître ni de son désaroi ni de sa colère, qui plus fortement que sa migraine désormais martelaient ses tempes de concert.


« Mon seigneur, êtes-vous en train de suggérer que nous abandonnions à un étranger la dernière richesse qu’il nous reste ? » Elle avait parlé d’une voix douce, mais sans chaleur. « Ne craignez-vous pas qu’en vérité, nous le regretterons cruellement dès l’instant où nous en aurons besoin ? » Alix se redressa subrepticement. « Assurément, ce jour viendra où nous voudrons forger des épées et des armures pour nous défendre, car ce ne sont ni les menaces ni les ennemis qui nous manquent », insista-t-elle. Car c’était bien là ce qui effrayait la jeune femme : que cet incongru bienfaiteur refusât de leur vendre, ou le négociât à un prix bien trop haut,  le bon fer oësgardien dont il se proposait de gagner la jouissance, et alors quoi ? Faudrait-il que les braves des Marches affrontassent les ennemis noirelfiques simplement armés de lames de bois ? Qu’ils endurassent les assauts sombres protégés par des piteuses armures de cuirs bouillis ?


« Mon seigneur, plutôt que de chercher un salut bien incertain au sud, ne devrions-nous pas implorer l’aide de notre suzerain et de nos plus proches alliés ? » demanda-t-elle encore. « Les affaires de la guerre me sont pour beaucoup étrangères, j’en ai conscience. Pourtant et sûrement aujourd’hui plus encore qu’hier, alors que les grands princes du royaume s’apprêtent à se déchirer pour savoir qui doit siéger à Diantra, nous devrions nous méfier de ces faiseurs de fausses promesses. Ce jourd’hui ils se pressent à nos portes, mais demain ? Nous pourrions bien louer notre prudence si d’aventure ils en venaient à vouloir notre perte… »



Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
Jérôme de Clairssac

Nombre de messages : 1113
Âge : 41
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeMer 29 Juin 2016 - 11:33

Tout le temps qu'il avait parlé, la dame d'Amblère ne l'avait pas lâché du regard. C'était déstabilisant et heureusement qu'on lui avait enseigné à ne pas montrer ce qu'il ressentait. Il lui rendit bien cela, ne pensant guère à cligner des yeux alors qu'on le fixait aussi intensément. Elle avait des ressources et Jérôme se dit qu'elle n'était pas si naïve que pouvait faire penser son jeune âge, le rendant encore plus méfiant. Il se demandait, après toutes les trahisons qu'il avait subit, et celle qu'il avait infligé à Odélian, si le jeu de la noblesse cesserait un jour. Il aurait presque soupiré de déception s'il l'avait pu. Alix ne se fit pas prier pour répondre au régent et ce ne fut pas en faveur du suderon. Jérôme écouta attentivement ses arguments, se disant qu'il y aurait peut être un conseil mais ce ne fut pas le cas. Elle souleva bien un soucis d'importance avec le prix auquel on leur revendrait le fer alors que de base, il était à eux. Puis elle parla des alliances, ce qui sonna comme une triste et amère mélodie aux oreilles du baron d'Etherna

"Des craintes, il y en a, c'est certain, je ne vous le cacherait pas. Peut être qu'indiquer un prix modéré pour la revente à la baronnie et de rachat peut faire partie du contrat signé, si l'on cède les mines. Cela enlèverait le soucis de l'armement, qu'en pensez vous ?

Contrairement à ce que vous pensez, je ne cherche pas le salut chez un étranger, c'est lui qui est venu à moi et pour tout vous dire, c'était plutôt inespéré. Toutefois je n'entends pas signer d'accord militaire, de pacte ou d'alliance, c'est purement commercial. Nous pouvons demander d'ajouter des avantages sur le commerce entre nos deux terres par exemple."


Jérôme avait commencé par répondre à ce qui était purement commerciale avant de parler de ce qui le fâchait bien qu'il fit tous les efforts afin de ne pas montrer son amertume

"Nos plus proches alliés ? voyons madame, pouvez vous me dire qui sont nos plus proches alliés ? Serramire certes, je le conçois en tant que suzerain, mais ils ont perdu plus de la moitié de leur armée régulière, ils sortent d'une guerre civile, et l'argent n'est pas ce qui caractérise le marquisat. Alonna et sa baronne qui m'a trahit à trois reprises et dont les derniers mots de son époux, un félon qui m'a trahit de la pire des façons, ont été de me menacer de guerre ? menaces jamais désavouées, ni retirées. Et encore je passe qu'Alonna à aussi eu sa guerre qui ne l'a pas épargné. Aretria, qui a perdu deux comte et qui n'est pas en position non plus de prêter de l'argent pour nous aider à nous redresser. Odélian ? vu la façon dont le marquis à été éconduit, il ne risque pas de lever le petit doigt pour Oësgard et Etherna n'est pas en état non plus. Le médian ? avec Diantra détruite et la guerre qui à mutilé l'armée royale ? qui donc à part le sud, peut nous aider aujourd'hui ? c'est le sud qui détient l'argent et non le nord, c'est ainsi, quelque soit mes souhaits. Si vous avez des conseils ou des idées, je suis à votre écoute, n'en doutez pas un instant."
Revenir en haut Aller en bas
Alix de Falkenberg
Humain
Alix de Falkenberg

Nombre de messages : 11
Âge : 29
Date d'inscription : 22/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique :
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeMer 29 Juin 2016 - 17:23

Deux fois, Alix voulut intervenir ; Jérôme, cependant, discourait avec passion et ne laissait guère de place, de prime abord, à la contradiction. Elle prit donc son mal en patience et laissa l’ethernien épancher ses doutes, ses idées… puis, à la surprise de l’ambleroise, ses nombreux ressentiments. Il le fit d’une voix égale, sans que rien véritablement ne trahît ses pensées, sinon sa diatribe elle-même qui, chargée d’une suintante animosité à l’encontre des seigneurs nordiens, criait tout ce que son corps taisait.


« Ce n’est pas d’or dont nous avons besoin, répondit-elle avec lenteur, mais du blé pour remplir nos granges et du bois pour réparer nos toits. » Elle hésita et le masque qu’elle avait apposé sur son visage se fissura si bien qu’elle offrit un temps au baron le triste spectacle de ses propres doutes. Elle attendit de s’être resaisie pour continuer, d’une voix plus douce encore : « La famine est le prochain fléau qui guette nos terres, je crains que tous nos efforts n’y suffiront pas et que nous ne saurons l’éviter ; il faut que ce soit le dernier. Nous acoquiner avec les suderons nous lierait à eux et les Cinq seuls savent de quelles roueries abjectes ils sont capables. »


Alix, qui avait grandi tant en Oësgardie que dans les Septmonts, n’avait jamais entendu personne lui évoquer les  langecins et les soltarii sont un jour favorable ; elle cultivait à leur égard une méfiance instinctive, qu’elle n’avait jamais remis en question et qu’elle tenait pour l’expression du plus simple bon sens — que Jérôme en fut assez dépourvu pour seulement considéré leur céder même des mines en ruine la dépassait. Il ne lui fallait guère d’efforts pour s’imaginer les pires scenarii. Sans doute, le suderon formerait-il ses milices, pour protéger ses biens si mal acquis. L’ethernan s’y opposerait-il ou bien serait-il trop heureux que de cette tâche là aussi, on le soulagea ? Chaque ramification qu’elle pouvait imaginer lui était décidément insupportable.




Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
Jérôme de Clairssac

Nombre de messages : 1113
Âge : 41
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeLun 4 Juil 2016 - 10:14


L'amertume était le lot de Jérôme ces derniers temps, malgré le dénouement plus qu'avantageux pour lui. Devenir régent était une bonne chose mais la couronne l'avait fait comte et toutes les trahisons qui avaient eut lieu en si peu de temps étaient un crève cœur, obligeant le baron d'Etherna à devenir presque paranoïaque. Heureusement que sa famille était la et que plusieurs mariages adoucissaient le tout sinon il aurait pu se renfermer comme une huitre. Alix répondit du tac au tac avant d'hésiter et à la surprise du baron, de laisser son masque se fissurer l'espace d'un instant. Cet instant, Jérôme aurait presque prit la dame en pitié, se reprenant lui même, même s'il avait réussit à garder contenance jusque la. Un mini silence s'installa avant qu'elle ne reprenne, ouvrant les yeux en grand de Jérôme alors qu'il pensait l'entendre dire que la famine était inévitable

"Vous avez raison, c'est de blé que nous avons besoin mais pour l'avoir, il faut bien l'acheter et pour ce faire, avoir de l'or."

L'argent est le nerf de la guerre, un adage maintes fois prouvé au fil des ans

"Est ce que je vous entends bien dire que la famine qui approche est inévitable ? Vous qui êtes si proche du peuple, savez vous ce que cela veut dire pour les pauvres gens qui attendent tant de nous ?

Entendons nous bien madame, je ne suis pas un seigneur qui se moque des gens qu'il a sous sa responsabilité et qui n'attend rien d'eux que leur labeur et le silence. L'on ne pas élevé ainsi et j'ai conscience des responsabilités qui découlent de notre rang. Nous avoir un devoir envers le peuple et il est normal de faire ce que l'on attend de nous."


Pour preuve de ses dires, les repas qu'il prenait étaient frugaux. Il ne menait pas la grande vie et ne dilapidait pas le peu de ressources dont il disposait. L'on ne pourrait jamais lui reprocher son train de vie alors que le peuple souffrait

"Je recherche les moyens d'éviter cette famine et de soulager la population, et pour l'instant, la seule offre que j'ai reçu est celle que je vous présente."

Jérôme connaissait les difficultés lorsqu'il avait accepté la régence et il ne ferait pas celui qui ne savait pas et qui regrettait. Ce n'était pas cela du tout, juste il voulait parvenir à éviter le plus de souffrance aux gens le plus rapidement possible même si au fond de lui, il savait que c'était utopique.
Revenir en haut Aller en bas
Alix de Falkenberg
Humain
Alix de Falkenberg

Nombre de messages : 11
Âge : 29
Date d'inscription : 22/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique :
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeDim 10 Juil 2016 - 15:20

« Peut-être avez-vous raison, mon seigneur », convint-elle finalement. Qu’en savait-elle, en réalité ? Si ce n’était Flourens, qui tout le temps qu’avait duré sa cour avait tâché de confronter la jouvencelle aux affres du pouvoir, jamais on ne lui avait appris à gouverner. Jérôme, auréolé de sa trouble réputation, lui apparaissait d’abord comme un seigneur de guerre, mais n’en était pas moins baron en ses terres. Elle avait un peu de mal à l’entendre affirmer sa dévotion au peuple, quand tout ce qu’on lui avait rapporté de lui tournait autour de cette ambition qui l’avait poussé à la guerre, à Serramire d’abord, puis à Alonna et, enfin, à Oësgard. On lui avait raconté ses exactions, tandis qu’il bataillait dans le sud. Elle n’était pas assez naïve, pour autant, pour tenir pour acquises toutes les fables que colportaient tant les badauds que la noblesse au sujet du sieur de Clairssac ; n’avait-elle pas vu son oncle, en son temps, réécrire complètement leur histoire familiale ? Quand il clamait son amour du peuple, Jérôme, peut-être, se livrait à semblable exercice ; peut-être aussi était-il pétri de ces contradictions qui agitaient parfois les hommes ; ses motivations étaient siennes et même s’il les partageait avec elle, elle n’était pas certaine qu’elle le croirait. « Avoir raison, pour autant, ne vous aidera guère, car ces mines que vous prétendez vendre, je doute que vous jouissiez de leur propriété. Sans doute, certaines ont été confiées en fief aux chevaliers de mon cousin, leur suzerain. D’autres encore appartiennent à des bourgeois qui ne demanderont rien d’autre que de cet or que vous cherchez à récupérer. »


En réalité, elle était bien ignorante de toutes ces questions et réfléchissait tandis qu’elle parlait, si bien qu’elle se sentit rougir quand les mots vinrent à lui manquer. Elle se demanda même si elle ne venait pas de dire une absurdité si énorme qu’elle la discréditerait aux yeux de l’Ethernan. Jérôme pourrait bien rire de cette péronnelle qui ne savait rien du tout. Elle le soupçonnait de l’avoir convoquée justement pour ça : lui poser une question dont elle n’avait, selon toute vraisemblance, pas la réponse et la regarder se débattre avec.


« J’ai peur, en réalité, de ne vous être d’aucune aide », plaida-t-elle finalement, vaincue. « Je ne suis qu’une jeune femme qui, comme vous, se soucie des gens de mon cousin. Mon seul mérite est de leur avoir donné mon temps et mes biens. » Elle marqua une pause, avant de poursuivre, mue par une idée nouvelle dont elle ne savait où elle les mènerait. « Si d’aventure vous prenait l’envie de rencontrer ce peuple que vous semblez tant avide de protéger, il s’agirait là d’une entreprise à laquelle je pourrais utilement apporter mon concours. »



Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
Jérôme de Clairssac

Nombre de messages : 1113
Âge : 41
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeMar 12 Juil 2016 - 16:25

Jérôme avait le souffle coupé après les derniers mots d'Alix. Leur première rencontre officielle ne s'était absolument pas passé comme il l'avait imaginé, loin de la et il était maintenant tiraillé entre une jeune femme pure et aucunement dangereuse à son égard, quelqu'un de naïf ou un pur esprit aiguisé dont il fallait se méfier encore pire que la peste. Elle souleva d'ailleurs un autre point des plus importants qu'il avait occulté faute d'avoir les bons renseignements dans le chaos qu'était Oësgard, à savoir que les mines appartenaient sans doute à des seigneurs ou des guildes. Elle ne s'en était pas si mal tiré au final tout en bottant en touche, de la chance ou du savoir faire.

Jérôme ne la lâchait pas du regard, insistant en quête sans doute d'une faille ou d'un signe qui l'aiderait à la percer à jour mais il restait dubitatif. Visage amical bien entendu, il écoutait attentivement et cela se voyait

"Ne dites pas que vous n'êtes d'aucune aide, ce n'est pas vrai. Si vous acceptiez déjà de me rapporter les dires de la populace, ce serait une aide inestimable. Je ne vous demande pas de l'espionner ou de le trahir mais puisqu'il semble que vous avez son oreille, vous saurez sans doute mieux ce dont il a besoin, à part ce que nous savons déjà, comme la nourriture. Connaitre les attentes du peuple, de sa bouche même, est un chose rare."

La dernière proposition était étonnante, alors que Jérôme expliquait justement qu'il n'avait guère le temps. Mais peut être qu'il devait le prendre justement, se faire connaitre, et reconnaitre par la population, montrer qu'il s'inquiétait et qu'il prenait en compte leurs besoins

"J'aimerais rencontrer le peuple et je vous serais gréé d'organiser cela. Ce sera une réelle joie, tout comme un crève cœur, que de le rencontrer sans solution et j'espère trouver de quoi leur réchauffer le cœur et leur apporter un espoir sur leur avenir. Quand pensez vous pouvoir faire cela ? j'ai hâte pour tout vous dire de le faire en votre compagnie"

Jérôme aurait pu rencontrer le peuple par lui même, mais le faire en compagnie d'Alix, pouvait lui apporter un crédit, ou une côte de popularité supérieure. Encore fallait il qu'elle ne lui tende pas un piège et qu'elle n'en profite pas pour le dénigrer sur la place publique.
Revenir en haut Aller en bas
Alix de Falkenberg
Humain
Alix de Falkenberg

Nombre de messages : 11
Âge : 29
Date d'inscription : 22/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique :
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeMer 20 Juil 2016 - 21:22

« Les dieux ont voulu que les ennéades se divisent en neuf, commença Alix. Donnez moi un de leurs jours durant lequel vous m’accompagnerez et irez où je vous dirais d’aller ; je vous consacrerai pleinement les huit suivant de la façon qu’il vous plaira. »


La jeune femme avait laissé, pour un temps du moins, tombé le masque et offrait au baron d’Etherna un visage où transparaissait une excitation sincère. Elle n’oubliait pas le ressentiment qu’elle pouvait entretenir à l’égard de cet homme qu’elle ne connaissait qu’au travers de ses tristes exploits, tels qu’on les lui avait raconté ; pour autant, elle aimait l’idée de lui montrer, ennéade après ennéade, ce que voulait vraiment dire être oësgardien. Sans doute après cela oublierait-il ces saugrenues idées d’abandonner au sud les dernière richesses de la baronnie contre de biens illusoires rétributions pécunières. Elle ne lui apportait, elle en avait conscience, aucune solution alternative ; elle aurait bien voulu, mais personne ne lui avait jamais appris à le faire. L’absence de Flourens, une nouvelle fois, la prenait au dépourvu : le jouvenceau aurait sans peine su trouver une issue. Elle-même ne voyait que la famine inévitable et priait pour qu’ils eussent tous le courage de l’affronter.


« Sans doute mon cousin sera comblé quand il apprendra votre dévotion à l’égard de son peuple. Je sais déjà qu’il lui tarde d’assumer la charge qui est la sienne le plus tôt possible. »



Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
Jérôme de Clairssac

Nombre de messages : 1113
Âge : 41
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitimeVen 16 Sep 2016 - 7:27

Jérôme commençait à apprécier la conversation qu'il avait avec cette femme qu'il avait tout de suite vu comme une adversaire. Toutefois, il ne baisserait pas sa garde non plus, du moins pas avant d'avoir eu plusieurs signes lui démontrant clairement qu'elle n'avait pas d'intentions belliqueuses à son égard. L'emprise exceptionnelle que semblait avoir Alix se fissura l'espace d'un bref instant, démontrant une excitation qui semblait très sincère. Cela intrigua Jérôme qui se demanda si elle ne profiterait pas du bain de foule pour lui tendre une embuscade. A moins qu'elle ne soit vraiment impatiente de prouver quelque chose. La relation entre les deux était clairement compliquée dans tous les cas

"Une journée, je vous en donnerais même plus si je trouve le temps. Je vais voir avec mon entourage s'il m'est possible d'en dégager. Je ne doute pas qu'une seule journée et un seul endroit ne sera pas suffisant pour vraiment être efficace. J'aimerais même faire le tour de la baronnie afin de monter à tout le monde mon implication et qu'ils sachent que nous ne pensons pas qu'à la citadelle d'Oësgard ou les plus imposantes forteresses en délaissant les plus démunis."

Etonnement, tout en parlant, il avait levé les yeux vers le plafond, preuve qu'il réfléchissait en même temps qu'il parlait. Pour le première fois, il ne fixait pas son interlocutrice et il avait baissé sa vigilance.

"Si j'arrive à organiser cela, seriez vous partante pour un voyage plus long que ce que vous envisagiez au départ ?"

Voila qui était ambitieux, il ne savait pas si elle accepterait, auquel cas il se plierait tout de même à une visite en sa compagnie avant de se rendre dans les villes principales, voir même quelques villages sur le chemin.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ménager la chèvre et le choux Empty
MessageSujet: Re: Ménager la chèvre et le choux   Ménager la chèvre et le choux I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ménager la chèvre et le choux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] La Soupe aux choux [DVDRiP]
» Born to kill all lives...
» Ils auront réussi à mater, à endiguer tout élan d'insurrection en Haïti.
» MarmiXton (Ex-fourneaux de Ryo)
» demyan × j'ai cru voir un fantôme. (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Serramire :: Baronnie d'Oësgard-
Sauter vers: