Partagez | 
 

 Tant de choses a se dire. ( Pv Oschide )

Aller en bas 
AuteurMessage
Méliane de Lancrais
Humain
avatar

Nombre de messages : 193
Âge : 33
Date d'inscription : 14/04/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Tant de choses a se dire. ( Pv Oschide )   Ven 29 Juil 2016 - 18:31


Karfïas, Fin Ennéade 6. 9 ème année du 11ème cycle.

L'on avait annoncé le retour du duc. Oschide paraîtrait devant elle d'un instant a l'autre. Son cœur était en fête a cette idée. Pourtant au lieu d’être sortie pour l’accueillir, courant pour retrouver le bonheur que lui apporterait immanquablement son étreinte, elle l'attendait dans ses appartements. Le regard perdu sur l'horizon, accoudée aux rebords de pierre de la terrasse de leur chambre. Pourquoi une telle réserve alors qu'il lui avait tant manqué. La crainte des discutions a venir simplement. Il lui rapportait des nouvelles de Soltariel, elle les savait bonnes, ce n'était point cela qu'elle redoutait. Elle meme avait des choses a lui apprendre. Des choses a lui annoncée et elle peinait a trouver les mots pour le faire. Une ex maîtresse d'Oschide avait refait surface dans sa vie, dans leur vie. Une femme qu'ils avaient crus morte, tout du moins jusqu’à récemment pour son époux vu que ce dernier avait été informé de sa survie sans en parler a sa femme. Mais la n'était pas le plus fâcheux de l'histoire, Castielle de Sombrerue, car c'est ainsi qu'elle se nommait, vivait désormais a Langehack. Pas seule, en compagnie de son fils .. Fils qui était également celui du duc de Langehack. Par les dieux comment annoncer a son époux qu'il avait un enfant d'une autre ? Pire encore, comment affronter sa réaction quelle qu'elle soit.

Comme si cela ne suffisait pas, il y'avait aussi cette lettre, arrivait au matin. Une lettre de Sainte Berthilde. Une lettre adressée a seul Oschide et non au duc et a la duchesse de Langehack. Forcément cela avait fait le tour de la cours, tous attendaient de connaitre son contenu. Mais Méliane était une femme de valeur, la lettre étant adressée a son époux, elle ne l'avait point ouverte. Ils le feraient ensembles. La dite lettre reposait présentement a deux pas d'elle sur un petit banc de pierre. Elle entendit une porte s'ouvrir, celle de leurs appartements pour sur. Son cœur cogne durement dans sa poitrine, un sourire étire ses traits. Une main se glisse sur sa taille. Il a beau l'avoir quitté il y'a seulement deux Enneades, il va la trouvé encore arrondis. Le fait de leurs enfants qui poussent au creux de ses entrailles. Sa seule joie en cette période sombre. Quand elle entend ses pas se rapprochaient, elle se tourne pour lui faire face. Son regard est brillant, sa joie évidente, pourtant elle semble la brider. Elle le détaille longuement, se réjouissant de pouvoir a nouveau le faire, puis s'approche de lui sans hâte, se blottie un instant contre lui, effleure ses lèvres d'un tendre baiser. Le tout est sincère mais témoigne d'une grande réserve qui ne saura que l’inquiétait.

Elle s'écarte, glisse son regard dans le sien puis demande simplement: " Mon aimé comment a été votre voyage ? Vous a t'il été heureux. J'imagine qu'au delà des inquiétudes qui sont nôtres, il vous fut grande joie que de retrouver le berceau de votre enfance et votre famille. " Elle se fait violence pour ne point lui révéler ce qu'elle brûle de lui dire, mais ce n'est guère la une bonne façon de débuter une discutions. " Vous m'avez manqué. Infiniment. " Un sourire. " Qu'elles sont les nouvelles de Soltariel ? Tout cela s'est il passé selon nos espérances ? " D'abord les soucis politiques, ensuite les soucis privés. Curieusement une fois n'est pas coutume, les affres de la guerre lui semblaient plus simples a aborder que ses autres préoccupations. Pourtant tot ou tard, il faudrait bien annoncé a son époux ce qu'il avait a savoir. Ce qu'il adviendrait de cela, suite et conséquences, dépendraient de lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Méliane de Lancrais
Humain
avatar

Nombre de messages : 193
Âge : 33
Date d'inscription : 14/04/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tant de choses a se dire. ( Pv Oschide )   Lun 22 Aoû 2016 - 14:46

Spoiler:
 



Un sourire se dessine sur les traits du duc dés qu’apparaît a sa vue son épouse, sa taille encore arrondie par leurs enfants bientôt a naître. Il se délecte du regard qu'elle pose lentement sur, lui rendant le meme, témoignant de l'amour qui les uni. Il encercle doucement sa taille quand elle s'en vient baiser ses lèvres dans cette douceur qui la caractérise si bien, la laissant ensuite s'échapper a regret quand elle y met un terme bien trop vite. Sous ses airs tendres et sa fragilité apparente, il oubli parfois qu'elle est duchesse avant femme, comme lui se doit d’être duc avant époux.Les affres du pouvoir lui semblent bien lourd, surtout en ces temps de conflits perpétuels. " Le voyage fut agréable ma mie. Les miens me manquaient et les terres d'Ydril m'apportent toujours réconforts tant elles me sont chargées de souvenirs. " Il lui sourit, le regard brillant. " Néanmoins votre absence a mes cotés me fit désiré ardemment tout du long que ses festivités prennent fin." Elle lui témoigne alors de combien il lui a manqué lui réchauffant un instant le cœur avant de le ramener a la réalité du présent. " Mon père nous aidera autant qu'il le pourra. Sa nouvelle position de duc étant pour nous une aubaine dans l'imminence de cette guerre. J'ai appris que l'on vous avez également fait prêté serment. " Répond t'il a ses interrogations en en portant lui meme une autre.  

Elle acquiesce, glissant une main sur son torse comme pour l'apaiser. Elle sait ce qu'il devait redouter, a juste titre d'ailleurs. " Votre père a jugé utile de faire les choses comme il faut afin que notre serment ne puisse etre réfuté. Après tout nous avons grandement tardé a le donner, les soupçons sont légitimes surtout alors que nous sommes sous la menace d'une guerre. " Il s'empare de la main reposant sur son torse pour la porter a ses lèvres." Une décision qui m'incombe. " Elle lui adresse un sourire tout en portant une main a sa joue. " Je ne vous reproche rien Oschide, vous le savez. Je suis celle qui a vous faut défait en me montrant faible face a la maladie, vous avez pris les décisions que vous jugiez bonnes pour protéger nos terres. " Malheureusement, elles n'avaient pas toujours étés bonnes et ils le savaient tout deux. Elle se détache ensuite de lui pour aller quérir la lettre du marquisat de Sainte Berthilde qu'elle revient lui tendre. " Ceci est arrivé pour vous. " Oschide l'inspecte un instant avant d'y découvrir le sceau du marquis Godefroy. " Pour nous voulez vous dire ? " Les yeux de Méliane se font froids. " Non, pour vous. Vous devriez la lire que cesse toute cette agitation qu'elle a créé a la cours. " Répond t'elle lassement. Il déroule le vélin, parcourant les mots, ses traits dégageant sans mal bons nombres de questionnement. " Que dit t'il mon aimé, aurait il dont retrouvé ses esprits ? " De cela elle en doute.

Le duc délaisse ses yeux des mots du marquis pour porter attention a sa femme la mine grave. " Il souhaite que nous nous rencontrions dans une entrevue visant a la paix. " A son ton Méliane sent que son époux considère sérieusement la question. " Cela n'est que fourberie Oschide. Un piège piètrement tendu. Nous ne saurions nous y rendre. " " L'invitation m'est adressé ma dame. " Déclare t'il un peu sèchement avant de se reprendre, tout ses jeux de politique commençaient a l'épuiser. " Vous le savez j'ai eu une sincère estime de cet homme, je ne peux ignoré cette demande qui pourrait protégée nos terres d'une guerre. " Il constate qu'elle s'écarte, si rien ne trahi sa colère, il voit bien qu'il l'a blessé. Il regrette ses mots, mais c'est trop tard. " En effet Oschide ce vélin ne portait que votre nom, VOTRE AMI, aura dont oublié que vous n'étiez que mon époux avant d’être duc. Quand a la sincère estime que vous lui portiez, je trouve cela fort mal avisé de me la rappeler alors qu'aujourd'hui elle nous vaut le coût d'une Guerre. " Elle n'a pas haussée le ton, accentuant simplement le mot ami d'un regard farouche. Elle est calme. Trop calme, mais il la sait en colère car il ne perçoit plus en ses yeux la lueur tendre qui le couve d'ordinaire. " Je me dois de y'aller ma dame, il se peut que cela répare les tords que j'ai commit. " Tente t'il en lui prenant la main.

Elle s'écarte, visiblement peu encline a etre distraite par ses gestes d'affection que d'ordinaire elle recherche pourtant avec plaisir. " Vous n'avez commit nuls tords Oschide. Vous avez fait des choix et il est a nous de les assumer aujourd'hui. " Elle relève le menton, il a l'impression de l'avoir déçue, la réalité est qu'elle a simplement peur qu'il ne commette la folie de se jeter dans les bras du marquis. " L'on ne gouverne pas avec des regrets. Votre seul tord serait de vouloir vous rendre a ce simulacre de rendez vous diplomatique. Il ne veut pas la paix Oschide, c'est vous qu'il veut, un otage de choix. " Elle se détourne soupirant lourdement, nullement décidée a laisser colère et craintes parlées. " Les dieux me sont témoins que par l'amour et les respect que je vous porte, j'ai toujours soutenue vos choix quel qu'ils aient étés, en public comme en privé. Mais ce jour je ne saurais soutenir une décision que je qualifierais d'aberrante ! Si c'est la votre choix alors vous en assumerez seul les conséquences. " Les épaules du duc s'affaissent sous les paroles de sa femme. Elle a probablement raison, mais son honneur lui commande de saisir cette chance de paix, qu'importe qu'elle pusse etre un mirage destiné a les tromper. " Je suis désolée que nos opinions se séparent ma mie, mais ma volonté de m'y rendre n'en changera pas. "

Elle fait volte face, glissant un regard brillant dans le sien. " Vous prendrez dont le risque de me faire défaut a moi et vos enfants pour la chimère qu'a inventé un homme vous ayant déjà prouvé sa bellicosité. " A quelques Enneades de son accouchement elle ne peut croire qu'il soit prêt a l’abandonner ainsi, prenant le risque de la laisser seule face a l'imminence d'une guerre. " Je prends le risque de ramener la paix sur nos terres ma dame, cela me semble une décision juste. Je vais m'accroché au peu de foi que j'ai encore en l'honneur de cet homme. Je ne vous ferais pas défaut. Je serais la pour la naissance de nos enfants. " Dans un souffle il ajoute. " Veuillez ne pas vous inquiétée Méliane, je vous en pris et accordez moi votre confiance. " " Ma confiance vous a toujours été acquise Oschide, du moins jusqu'a ce jour ou vous choisissez d'écouter votre cœur plutôt que votre raison. " Elle meme l'avait fait pour lui, pour leur union et elle n'en avait pas le moindre regret. Mais en politique ce genre de sentiments n'avait pas sa place. " Vous fiez aux vestiges d'une amitié qui n'était qu'un leur ne ramènera pas la paix en nos terres, cela ne fera que donner a notre ennemi une arme redoutable contre nous. Est ce la ce que vous voulez etre, une arme que l'on retourne contre vos terres ? Votre femme ? " Elle glisse une main sur son ventre. " Votre famille. " Ajoute t'elle encore. Il s'approche s'emparant de l'une de ses mains. " J'ai le cœur lourd ma dame que nous ne puissions trouvés entente en cette décision, mais je n'en changerais point, veuillez me la pardonner. "

Elle redresse la tete. " Je puis vous pardonner de la prendre car je sais vos intentions louables, mais je ne saurais en pardonner les conséquences sachez le et faites votre choix en connaissance de cause. " La main du duc s'accroche a celle de sa femme, c'est la leur première dispute, la première fois qu'il entrevoit que l'amour pusse etre fragile. Néanmoins il fera ce que lui dicte de faire sa conscience, dusse t'il la fâcher. " Mon choix est fait Méliane. Je partirais rencontré le Marquis de Sainte Berthilde a la date convenue. "  Le dos de la duchesse se raidit, elle s'écarte vivement laissant ainsi la main de son époux retombé dans le vide. Un vide qu'elle ressent dans son cœur. Sa décision lui fait mal, car il se désiste a ses devoirs auprès d'elle et auprès de leurs enfants a naître pour ce qu'elle a la conviction d’être une erreur. " Alors cette discutions n'a plus lieu d’être Mr. " Ses pas la mènent lentement vers le fond de la pièce. Elle clanche la porte avant de se tourner vers lui, les yeux cette fois a la fois blessés et furieux. " Il semble que des choix vous en ayez fait beaucoup dernièrement, comme celui de me taire que vous aviez revue Castielle de Sombrerue, cette femme que vous disiez morte et qui vous a porté assistance a Diantra. "

Les yeux d'Oschide s'ouvrent sous le coup de l'étonnement, mais elle ne le laisse guère répondre qu'elle poursuit d'une voix distante et sans émotions: " Sachez qu'elle vit désormais a Langehack avec son enfant. Votre fils. De cela aussi il faudra que vous assumiez la responsabilité. " Sans ajouter un mot de plus, elle se détourne avec élégance, la rondeur de sa taille la précédent tandis qu'elle quitte la pièce, refermant doucement la porte derrière elle comme si elle quittait une conversation cordiale et non une dispute affligeante, laissant son époux aux prises de milles émotions. Colère, déception, surprise, joie, tristesse. Tout cela n'est rien en comparaison a ce qu'elle ressent elle tandis qu'elle arpente les couloirs pour s'éloigner de lui, le menton relevé et les yeux brillants. Pour la premières fois depuis leur union, il l'avait déçu et cette fois elle n'avait pas la force de le soutenir en cela.
Fin du RP.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
 
Tant de choses a se dire. ( Pv Oschide )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des choses à se dire [PV Paige]
» J'ai des choses à te dire. [Standford family]
» Tu auras tant de choses à voir PvHailey
» Derrière chaque sourire se cache une personne d'exception. ? Rose.
» Des choses à dire à sa fille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Marquisat de Langehack :: Marquisat de Langehack-
Sauter vers: