AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Nombre de messages : 811
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   Mer 17 Aoû 2016 - 13:11


Trois-Doigts n’était pas le genre d’homme à s’inquiéter pour des motifs futiles. Vivant dans la clandestinité quasiment depuis son enfance, le ruffian avait appris à profiter de la vie sans se préoccuper du lendemain ni des conséquences de ses actes. Le marchand que vous avez égorgé la veille au fond d’une ruelle pour vous emparer de sa bourse peut vous envoyer danser la gigue sur l’échafaud si les gardes vous mettent la main dessus, mais en attendant vous seriez sot de ne pas dépenser l’argent mal acquis. Voilà la seule philosophie en laquelle se reconnaissait Trois-Doigts, ce qui lui permettait d’agir vite et sans hésitation face au danger au point d’être devenu l’une des pires crapules de Thaar.

Toutefois, le voleur se sentait pour une fois mal à l’aise et n’arrivait pas à décider que faire face au changement d’attitude de son chef de guilde, Haldren Baenfere, seigneur et maître du crime sur le port de Thaar. Depuis que le drow dirigeait leur gang, il l’avait tiré des bas-fonds où gambergeaient ses membres pour en faire l’un des acteurs illégaux importants dans cette région d’Ithri’Vaan. Prostitution, esclavagisme, contrebande, extorsion, assassinat, la guilde de l’Aile Blanche intervenait sur la plupart des secteurs crapuleux et l’argent qui s’amassait témoignait de leur réussite. Les pouvoirs magiques d’Haldren alliés à sa connaissance de certains des princes-marchands, dont le célèbre Vel « roi du gras » Do’Hel Rewt, comptaient d’ailleurs pour beaucoup dans ces succès.

Combien de temps cela durerait-il ainsi ? Le comportement de l’archimage changeait, et Trois-Doigts se fit la réflexion que cela datait de son voyage à Eraison durant la bataille titanesque qui opposa forces drows et elfes en ce lieu. Haldren avait toujours été un être narcissique et fortement imbu de lui-même, mais depuis son retour sa mégalomanie et sa paranoïa ne semblaient plus connaitre de limite. Le maître de la guilde passait la majeure partie de son temps enfermé dans ses appartements, ne convoquant ses lieutenants que pour leur tenir de longs discours alambiqués sur la supériorité naturelle des pratiquants des arcanes ou sur sa propre perfection. Il leur avait même ordonné de solliciter mentalement son aide avant chaque larcin, puis de l’en remercier après. Cet acte quasi-sacrilège choquait les voleurs, pourtant peu dévots par nature, mais la terreur que leur inspirait leur chef dominait tout autre sentiment. Même les tenues vestimentaires d’Haldren changeaient, le drow portant régulièrement un masque d’or rituel nisétien, acquis dans un lot d’antiquités, au prétexte que « les mortels ne devaient pas contempler impunément son visage ».

Au quotidien, ce comportement n’influait guère sur la vie des voleurs, la guilde tournant de manière autonome sans que les interventions d’Haldren y soient encore nécessaires. D’ailleurs, avant même son départ pour Eraison, le drow déléguait la plupart de ses pouvoirs à Trois-Doigts et à ses autres lieutenants, n’intervenant que pour effectuer un arbitrage ou lorsque ses pouvoirs se trouvaient requis. Il devenait pourtant difficile d’agir comme si de rien n’était face à un supérieur exigeant une vénération habituellement réservée aux cultes des divinités. La santé mentale avait beau ne pas souvent être une qualité reconnue aux seigneurs du crime, les extravagances d’Haldren troublaient ses sbires. Le drow devenait-il définitivement fou ? Des prophètes autoproclamés agissant eux aussi de manière aberrante apparaissaient parfois dans la région, toutefois aucun ne manipulait le millième du pouvoir de l’archimage.

Lire ou manipuler les esprits, créer de la matière à partir du vide, invoquer des êtres issus des pires cauchemars de l’esprit humain… la plupart des voleurs ne doutaient plus des capacités d’Haldren dans bien des domaines théoriquement hors de portée des mortels, au point de se demander parfois si leur maître était réellement de ce monde. De telles réflexions pouvaient inquiéter même des esprits aussi pragmatiques et terre-à-terre que celui de Trois-Doigts.

Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Nombre de messages : 811
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   Jeu 18 Aoû 2016 - 13:28


Bien qu’ils n’en aient jamais parlé, Gueule d’Ange aurait probablement été d’accord avec les inquiétudes de Trois-Doigts quant aux singuliers agissements du maître de guilde. Faisant lui aussi partie des lieutenants d’Haldren, il se trouvait idéalement placé pour assister aux changements pour le moins significatifs qui se produisaient. Adepte de l’escroquerie et à ce titre plus psychologue que ses comparses, Gueule d’Ange ne se leurrait plus : le drow agissait comme s’il était une divinité, ou à tout le moins son avatar sur terre. Même les Gardiens ne faisaient généralement pas preuve de l’arrogance mégalomane du natif du Puy d’Elda.

L’ennéade précédente, Gueule d’Ange avait été chargé de faire livrer à l’école de gladiateurs de l’Aile Blanche un étrange colis récupéré auprès d’un sculpteur local. L’escroc en était resté bouche bée en voyant ce que renfermait la caisse : une statue taille réelle d’Haldren, assis sur une sorte de trône et tenant le monde de Miradelphia dans ses mains. Tout du moins Gueule d’Ange soupçonnait que la statue représentait Haldren, le personnage portant sur le visage un masque identique à celui venu de Nisétis et que le maître de guilde utilisait. La statue se trouvait depuis dans la cave de la demeure, reconvertie en une sorte de temple à la gloire du drow. Un temple ? Oui, se dit intérieurement Gueule d’Ange, le lieu ressemblait à s’y méprendre à ceux qu’il parcourait lorsqu’il y cherchait des victimes à embobiner : encens flottant dans l’air, lourde tentures le long des murs, des bancs devant un autel, et au fond une statue du Dieu.

Sauf que cette statue était justement celle représentant Haldren, et cela Gueule d’Ange le digérait difficilement. Non pas pour de quelconque raisons religieuses, la foi n’appartenant selon lui qu’aux crédules qui se laissaient guider par les prêtres, mais à cause des implications que cela entrainait. Dès le lendemain de l’arrivée de la statue, gladiateurs et serviteurs s’étaient retrouvés convoqués dans la cave/temple pour y écouter Halystra leur ordonner de venir y prier désormais quotidiennement pour remercier leur Seigneur de ses bienfaits envers eux. Halystra, l’amante d’Haldren… croyait-elle réellement en ce qu’elle racontait ? Considérait-elle le drow comme une créature n’appartenant plus au commun des mortels ? Ou jouait-elle la comédie par peur des représailles de l’archimage ?

Gueule d’Ange n’osait pas aborder le sujet, pas plus avec elle qu’avec les autres lieutenants du drow. Et alors qu’il reprenait la route de Thaar, perdu dans ses sombres pensées, il se demanda si la sagesse ne requérait pas de prendre rapidement le large. Peut-être un voyage en Péninsule devenait-il nécessaire ? Mais vue sous un autre angle, la situation pouvait se trouver utilisée à son avantage, et l’escroc détestait perdre une occasion malgré les risques encourus.

Son dilemme n’était toujours pas résolu lorsque les murailles de Thaar se dressèrent devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Khernal Kre'Nael
Drow
avatar

Nombre de messages : 93
Âge : 17
Date d'inscription : 17/05/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  428 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   Jeu 18 Aoû 2016 - 17:43

"C'est à l'instant où l'ennemi s'y attend le moins qu'il faut frapper."
Proverbe drow.

Karfias, Troisième ennéade de l'an Neuf du Cycle Onze,
Thaar, Ithri'Vaan.

Une silhouette encapuchonnée marchait discrètement dans les docks de Thaar. Elle se mêlait à la populace, dockers, marchands, mendiants et voleur, sans se soucier de sa bourse ou sa vie. Elle avait arpenté les ruelles de la Cité marchande depuis plus d'une ennéade après qu'on l'ait vu arriver avec un convoi drow revenant d'Eraison. Quelques mèches blanches laiteuses sortaient de sa capuche et ses yeux rouges vermeil brillaient sur son visage. Malgré son apparente pauvreté, il irradiait de sa démarche une certaine prestance et un charisme qui avait su repousser des brigands un peu trop téméraires. Et cela sans compter la ceinture qui cachait plusieurs étuis à couteaux.

Le premier jour il s'était baladé le long du quai, écoutant les ragots que colportaient les passants. C'était comme cela qu'il avait découvert l'existence de la cour des Miracle et celle des voleurs de plus en plus audacieux à la solde d'un chef qui certains semblaient même diviniser. D'autres parlaient d'un sorcier, d'autre d'un prince déchu.

Le drow avait cherché dans les quartiers les plus mal famés de Thaar, usant au passage de ses artifices pour se débarrasser de voleurs inopportuns. Puis il en été arrivé dans cette cour, où les mendiants côtoyaient les brigands et où la saleté régnait en maître.

Il s'approcha d'un homme, à qui il ne restait que trois doigts à la main. Son visage était dur et il toisa l'homme encapuchonné malgré ses quasi deux têtes de moins que lui. Le Ditronw Da're sortit sa main de sa cape noire et toucha le crâne du voyou en découvrant un rictus de haine. Son esprit toucha celui de l'homme le resserra comme un étau. L'emprise magique était puissante et empâcha toute tentative de rébellion de la victime. Avec une voix grave Khernal parla, tout en rejetant sa capuche en arrière. Indiscutablement, son sang Baenfere lui procurait un air de famille avec le sorcier.

"– Mène-moi à ton maître Baenfere, Trois-Doigts. Dis lui qu'il a un visiteur. Et tâche de faire vite, ou je briserai ton esprit. "

Sur la dernière phrase, le mage avait chuchoté à l'oreille de l'estropié. Il le relâcha et le propulsa en avant d'un geste de bras. Se retournant vers les spectateurs, il leur lança un regard de défi et s'en fut derrière Trois-Doigts.
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Nombre de messages : 811
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   Ven 19 Aoû 2016 - 9:34


La volonté du Ditronw Da’re s’infiltra dans les pensées de Trois-Doigts, tel un incendie au milieu de la brousse. Le voleur tenta d’y résister, refusant cette intrusion, mais sa force mentale ne pouvait d’aucune manière se comparer à celle de son adversaire et il dut s’incliner. Si son corps lui répondait toujours, son esprit se voyait soumis, concentré désormais exclusivement sur la mission d’amener cet inconnu jusqu’au Maître. Tout en tempêtant intérieurement, Trois-Doigts obéit et prit en compagnie de Khernal la direction de l’école des gladiateurs, où se trouvait Haldren.

A mesure qu’ils approchaient du bâtiment, des échos de pensées commençaient à vibrer dans l’air. Le seigneur du C’nros fut probablement le premier à les ressentir, sa capacité de perception de tels phénomènes n’ayant que rarement eu son pareil sur Miradelphia. La sensation était étrange, comme si quelqu’un hurlait non par sa bouche mais par son esprit. Chaos ! Domination ! Des sentiments basiques, portés par une volonté hors du commun qui ne cherchait ou ne pouvait les retenir. Ils s’inclineront tous ! Oui tous ! Les mages de l’immatériel ne laissaient que rarement transparaître ainsi leurs émotions à travers leur art, sauf dans certains cas précis où ils cherchaient à influer sur l’état d’esprit des autres. Obéissez ! Mais cette source de pensées ne semblaient pas viser spécifiquement quelqu’un, elle semblait plutôt agir comme un réservoir trop rempli au point d’en déborder. Je suis votre Dieu ! Adorez-moi, mortels ! Je suis l’Obscur !

Lorsqu’ils entrèrent dans le bâtiment principal, même le voleur commençait à ressentir les échos, malgré sa totale absence de formation arcanique. Par delà les mers et les océans vous porterez mon message ! A l’inverse du maître-mage, Trois-Doigts ne comprenait pas clairement les pensées émises, toutefois il ressentait cette pression mentale que la source  inconnue exerçait aux alentours. Khernal put d’ailleurs constater que les autres membres du gang qu’ils croisèrent semblaient eux aussi pris dans ce chaos mystique, au point que personne ne pensa même à interroger Trois-Doigts sur l’identité de son compagnon. Il viendra, oui, il viendra. L’appel a déjà eu lieu mais le prophète ignore encore sa mission. Bientôt les anciens cultes sombreront dans les flammes, lorsque les portes s’ouvriront. Au fur et à mesure qu’ils montaient dans les étages, les échos devenaient de plus en plus forts, quasiment douloureux.

Enfin, Trois-Doigts ouvrit la porte qui donnait sur la terrasse. Une voix sèche et pleine de colère retentit, aussi bien à leurs oreilles que dans leurs esprits.


J’avais ordonné qu’on ne me dérange pas !
Revenir en haut Aller en bas
Khernal Kre'Nael
Drow
avatar

Nombre de messages : 93
Âge : 17
Date d'inscription : 17/05/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  428 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   Ven 19 Aoû 2016 - 10:33

"La folie extérieure n'est que le reflet de l'esprit."
Khernal Kre'Nael

Le mage suivit Trois-Doigts à travers le dédale de rue, longeant une arène puis traversant un bâtiment rattaché à celle-ci. Khernal avait maintenu son emprise magique sur le voyou mais la sentait, à son grand étonnement, fléchir légèrement. Il raffermit sa prise alors qu'une pression sur son esprit se faisait sentir. Un souffle magique lui parvint de l'école de gladiateur. Érigeant une barrière mental pour le protéger il avança prudemment. Peu à peu, les échos d'une voix lui parvinrent plus clairement, jusqu'à ce qu'il puisse les déchiffrer clairement :

"– Chaos ! Domination ! Ils s’inclineront tous ! Oui tous ! Obéissez ! Je suis votre Dieu ! Adorez-moi, mortels ! Je suis l’Obscur ! "

Sur ses gardes il pénétra dans le bâtiment. Les deux hommes croisèrent des membres du gang, qui semblait sous l'emprise des paroles du fou qui les prononçait dans leur esprit. Trois-Doigts lui même avait succombé. "– Haldren comprit le Ditronw Da're. Ce vieux fou s'est divinisé et les entraîne tous dans sa folie ".

"– Par delà les mers et les océans vous porterez mon message ! Il viendra, oui, il viendra. L’appel a déjà eu lieu mais le prophète ignore encore sa mission. Bientôt les anciens cultes sombreront dans les flammes, lorsque les portes s’ouvriront.
Imbécile. "

Khernal reprit son port altier lorsqu'il fut introduit par le brigand sur la petite terrasse. Il avait rejeté son capuchon et avait repoussé sa cape sur son dos, arborant fièrement l'emblème du C'nros. Il poussa Trois-Doigt vers son maître alors que dans leur esprit la voix d'Haldren Baenfere lui intima :

"– J’avais ordonné qu’on ne me dérange pas ! "

Le maître du C'nros sourit.

"– Tu fera bien une exception pour ton neveu préféré ! "

Sa voix avait résonné dans le plan des esprits, ainsi tous purent l'entendre.

"– Alors, vieil oncle ! On dirait que ton coup d'éclat à Eraison s'est retourné contre toi ! "
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Nombre de messages : 811
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   Lun 22 Aoû 2016 - 9:17


HRP : lorsque les paroles d'Haldren sont en italique, il s'agit de messages mentaux.

A l’instant où Khernal s’était révélé, les ondes mentales dont Haldren abreuvait le voisinnage cessèrent brutalement. La surprise semblait totale pour l’archimage qui tourna lentement son visage couvert du masque d’or Nisétien vers son successeur à la tête du C’nros. Ne pas avoir ainsi décelé la présence du maître-mage avant qu’il n’entre dans la pièce pouvait apparaitre comme surprenante de la part d’un être aussi paranoïaque… Haldren laissait-il enfin deviner une faille dans son armure ? Ou bien sa folie le poussait-elle à négliger les précautions qu’autrefois il considérait comme vitales ?

Laisse-nous !

L’ordre visait Trois-Doigts, qui se prit la rafale mentale de plein fouet. Encore sous le coup de la domination imposée par le Ditronw Da’re, le voleur s’attrapa la tête dans les mains et s’enfuit en hurlant d’horreur. Se trouver la cible d’une intrusion psychique pouvait déjà déstabiliser un humain normalement constitué, mais en subir deux simultanément créait un tourbillon chaotique relativement déplaisant.


Il en sera quitte pour une migraine, maugréa Haldren à voix basse, tandis que les cris de son lieutenant s’éloignaient dans les escaliers.

Sans paraitre se préoccuper plus avant de son neveu, le drow se leva et s’éloigna vers le bout du balcon d’où l’on dominait les plaines côtières de Thaar. Le soleil se couchait devant lui, découpant sa silhouette dans un effet graphique des plus élégants. Un peu tape-à-l’œil ? Sans doute, mais Haldren avait toujours veillé à soigner son apparence, s’autoproclamer Dieu ne risquait pas de faire disparaitre cette habitude. Balayant d’un revers dédaigneux de la main la remarque narquoise de Khernal sur l’échec du rituel visant à créer le Nœud, l’archimage l’interrogea mentalement :

Je te croyais mort à Eraïson, mais si tu as survécu à l’assaut, tu es peut être moins incapable que je ne le pensais. Que viens-tu faire ici ? Je ne t’ai pas appelé à rejoindre mes fidèles, pas encore en tout cas.

Un observateur extérieur regardant la scène n’aurait vu que deux drows sur une terrasse, ne bougeant et ne parlant apparemment pas. Mais entre maîtres de l’immatériel, ce qui se voyait ne constituait qu’une infime fraction de la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Khernal Kre'Nael
Drow
avatar

Nombre de messages : 93
Âge : 17
Date d'inscription : 17/05/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  428 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   Mar 23 Aoû 2016 - 15:19

"Les fous passent, La folie reste."
Proverbe Miradelphien

Avec un sourire et un regard amusé, Khernal regarda le sbire de son oncle s'échapper de la pièce, la tête entre les mains. L'injonction mentale d'Haldren couplée à son emprise devait avoir bousculé son esprit plus sûrement qu'un coup musclé d'un gladiateur sur le crâne.

"– Il en sera quitte pour une migraine
Du grand art... " répondit ironiquement le mage du C'nros.

Tout en s'approchant du drow fou, il se mit à admirer et craindre à la fois les débordements magiques de son oncle. De toute sa vie jamais il n'avait pu contempler un tel spectacle, alliant horreur, admiration et aliénation. Le vieux mage était tout à fait déséquilibré, abruti et poussé par la puissance inépuisable des arcanes. A la manière d'un ivre le soir d'une beuverie bien arrosée, Haldren semblait à peine capable de raisonner.

Le Ditronw Da're n'avait jamais cru que les dieux puisse intervenir dans sa vie, faire de ses choix une suite inéluctable menant à son destin. Les dieux existent, oh oui, qui pouvait le nier ? La puissance d'un Héraut d'Uriz ne trompait personne quant à son origine. Pourtant la vision d'Haldren, esprit torturé débordant de magie, il aurait presque été tenté de croire le contraire. Etait-ce donc cela, l'essence même d'un dieu ? un être surpuissant gorgé du Flux ?

"– Je te croyais mort à Eraïson, mais si tu as survécu à l’assaut, tu es peut être moins incapable que je ne le pensais. Que viens-tu faire ici ? Je ne t’ai pas appelé à rejoindre mes fidèles, pas encore en tout cas."

Khernal sourit. Il aurait parlé de la même façon à l'un de ses lieutenants. Pas un ordre, ni des félicitations, mais quelque chose entre les deux signifiant : "Tu as bien fait, mais fais encore mieux pour me faire hausser un sourcil". Levant sa main gauche et dévoilant ses doigts nu, il s'adressa à son oncle.

"– J'y ai... laissé quelques plumes, cependant, le sang Baenfere coule dans mes veines, vieil oncle. L'elfe qui me terassera n'est pas né. "

Son air suffisant le contenta. Khernal était de ses hommes à soigner chacune de ses expressions pour appuyer ses paroles. Sa main droite se dirigea vers la poche de sa robe de mage, d'où il sortit un objet d'un éclat blanc pur. Il le glissa à son doigt, où s'était trouvé son focalisateur peu de temps auparavant.

"– Mais à présent, j'ai cela. "

Ce faisant, il dévoila la bague du Ditronw Da're qui crépitait de magie à son doigt. Ses yeux s'arrondirent tandis que sous la bague, sa peau noire pâlissait légèrement.

"– A l'heure de ma gloire, je pensais venir voir celui qui a fait de tout cela un possible... Mon chère et tendre oncle. Mais toi, à présent ! D'homme tu es devenu un dieu pour ces... gens. Et j'imagine qu'en rien cela n'affecte ta santé mentale. "

L'ironie mesurée suintait par tous les pores de son discours. Lui, magistrat de l'Elda, l'autre, fou errant dirigeant un gang de trancheurs de jarrets. Pourtant, sa voix restait teintée de l'admiration qu'il vouait à l'ancien maître du C'nros. Qui d'autre que lui pour lui apprendre ce qu'il lui restait à apprendre ?
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Nombre de messages : 811
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   Mer 24 Aoû 2016 - 8:49


Haldren tourna légèrement la tête vers son neveu lorsqu’il sentit le crépitement chaotique de la bague du Ditronw Da’re. Symbole de la charge du maître du C’nros, elle contenait un sortilège de téléportation permettant à son possesseur de revenir instantanément au Puy, dans la sécurité de ses appartements privés. L’archimage ignorait l’identité du façonneur qui avait réalisé cette imprégnation, l’histoire se perdant plusieurs cycles dans le passé, mais depuis son passage dans les Ombres une fêlure était apparue à la surface du diamant par où pulsait d’inquiétantes bouffées d’énergie.

Tu ne devrais pas la porter, cette bague est dangereusement instable.

Se désintéressant du sujet, Haldren se retourna face à Khernal, et ce dernier aurait presque pu voir le sourire dément qui étirait le visage de son oncle derrière le masque d’or. Apparemment, l’ironie dans ses dernières paroles était passée largement à côté de sa cible, à moins que l’archimage ne s’en fiche tout simplement. D’un autre côté, pour quelqu’un postulant au rang de Dieu, mieux valait avoir le cuir épais et peu sensible aux piques ou autres moqueries.

Pour ces gens ? Mon cher neveu, cela n’est que le commencement. Ne comprends-tu pas ce qui arrive ?

Une étrange vague mentale émana d’Haldren. Un mélange de tristesse et de résignation, comme le regret d’une perte dont la nécessité ne compense pas totalement la douleur. Lorsque l’ancien Ditronw Da’re reprit la parole, la folie semblait temporairement mise en sourdine, ce qui n’en rendait la scène que plus inquiétante.

Je suis mort, Khernal. Pas au sens où on l’entend habituellement, mais mon âme n’a plus rien de celle du drow que tu as connu à l’époque où nous vivions au Puy d’Elda. Lorsque Kÿria m’a banni en dehors de cette réalité suite à mon duel contre sa Gardienne, cela m’a altéré d’une façon que je ne comprends encore qu’imparfaitement. Je n’ai pu revenir qu’en sacrifiant une part de moi-même, qui s’est vu remplacée par… autre chose. Ne me demande pas quoi exactement car je l’ignore, mais je porte en moi ce fragment issu d’un autre plan d’existence. Peut-être s’agit-il d’un morceau d’âme des Veilleurs ? Ils ont toujours rôdé en lisière de notre monde lorsque les flux magiques se concentrent. J’espère réussir à résoudre cette énigme.

Haldren se demanda l’espace d’un instant pourquoi il se confiait ainsi à son neveu, dont l’ambition et les raisons exactes de sa venue demeuraient un mystère. Certes, les liens familiaux au sein d’un clan étaient forts, mais pas à ce point. Toutefois, pouvait-il faire autrement ? Khernal était probablement l’une des très rares personnes sur Miradelphia apte à comprendre ce qu’il lui révélait, et l’archimage détestait laisser passer les opportunités de parler à un drow intelligent.

Depuis, je vois des choses qu’aucun mortel ne devrait contempler. Les rêves qui m’assaillent chaque nuit ne sont pas naturels. Je parcours les esprits des vivants et les échos des mânes des morts, je vois leurs faiblesses, leurs failles, leurs méprisables petites envies. Ils sont comme des fourmis à la recherche de nourriture, inconscients de la présence d’entités supérieures qui les toisent de haut et pourraient les détruire si l’envie leur en prenait.

La sensation de tristesse qui émanait d’Haldren faiblissait depuis déjà plusieurs secondes, remplacée par de la colère. Apparemment, le drow passait d’un extrême à l’autre très rapidement, ce qui ne le rendait que plus dangereux et imprévisible.

Maudite soit Kÿria ! Maudit soit Uriz ! Maudits soient tous les anciens Dieux ! Ils croient pouvoir décider de l’avenir de ce monde ? Ils ne sont plus rien pour moi, rien que des reliques d’un temps révolu qui survit grâce à des prêtres stupides et superstitieux ! J’ai brisé mes chaines, j’ai échappé à leur emprise ! J'ai le pouvoir, Khernal, et je compte bien m'en servir !
Revenir en haut Aller en bas
Khernal Kre'Nael
Drow
avatar

Nombre de messages : 93
Âge : 17
Date d'inscription : 17/05/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  428 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   Jeu 25 Aoû 2016 - 12:07

"Ignorance et arrogance ne riment pas seulement, ils vont souvent de pair."
Khernal Kre'Nael.

L'esprit quelque peu embrumé par la bague qui pulsait à son doigt, Khernal entendit à peine son oncle lui conseiller de la retirer. Mais pour qui se prenait-il, celui-là ? Pensait-il être mieux placé que lui pour comprendre les phénomènes des arcanes, lui, qui se prenait pour un dieu ? Des conseils, à lui, l'homme le plus puissant du Puy d'Elda, capable de rivaliser avec tous les Primes Sorciers sur dix générations ? Cette bague était à lui, à LUI ! Il l'avait mérité, avait forgé sa vie des bas-fond du volcan jusqu'à devenir un maître-mage que tous redoutaient ! Et c'était un vieux fou qui venait lui rappeler ce qu'il devait faire.

Puis une once de bon sens sembla illuminer ses traits et le Ditronw Da're, ivre de puissance, retira doucement la bague avant de la remettre dans sa bourse. L'esprit plus clair, il écouta le laïus de l'ancien maître du C'nros. Lui aussi semblait avoir retrouvé sa tête, l'espace d'un instant. L'archimage semblait las, las et résigné de n'avoir comme âme que ce qu'il supposait être un fragment du plan des ombres. Pourtant, avec ceci il avait acquit des pouvoirs qu'aucun mortel ne s'affiliant pas au dieu n'aurait jamais pu rêver. Il avait la puissance, une puissance que nul être en Miradelphia n'avait eu et n'aurai jamais. Khernal sut à ce moment qu'il devait s'en faire un allié. L'admiration reprit le pas sur l'ironie et la colère. Après tout, cet homme était son oncle, un Prima Sanguis descendant des primes lignées drow. Ils étaient de même sang.

"– Si ton pouvoir est tel que tu le prétends, mon oncle, alors les barrières de ce monde ne te retienne plus. Sois Dieu, Gardien, Veilleur, Prophète ou monstre, peu m'importe. Le Puy n'interfèrera pas dans tes actes, tant que tu restes loin de lui. Soit, ce n'est pas ce que je suis venu chercher. "

Le mage se détourna du Puy, cherchant les bons mots pour exprimer sa requête. Il avait le pouvoir, les faits d'armes. Il lui manquait à peines quelques formalités pour accéder là où il ne pouvait aller.

"– Haldren, je suis le fils de ton frère et de sa putain. Sa putain qui l'a séduit, l'a emmené dans son lit et qui s'est faite engrossée. Et lui, dans son immense ignorance, n'a même pas remarqué la supercherie. "

Il fit une pause, essaya de deviner la réaction de son oncle derrière le masque. Voir si il comprenait.

"– Il n'a pas reconnu ses propres cheveux blancs, ses yeux vermeils et ses pommettes saillantes, sur le visage de sa propre soeur ! Sa putain était sa propre soeur... Une Baenfere ! Et ma mère. "

Khernal, était le visage en extase, racontant sa propre histoire, sa propre découverte. Voici ce qui lui manquait cruellement : le nom d'un Prima Sanguis.


Dernière édition par Khernal Kre'Nael le Ven 26 Aoû 2016 - 8:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Nombre de messages : 811
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   Ven 26 Aoû 2016 - 8:28


Haldren ne répondit pas tout de suite à son neveu, mais ses phalanges serrèrent si fortement la balustrade qu’elles en blanchirent, signe d’une forte tension émotionnelle. Lorsqu’il ouvrit la bouche, ses paroles se trouvaient teintées d’une douce nostalgie, sentiment pour le moins inhabituel chez l’impitoyable archimage.

Ta mère… ma sœur… était la plus belle drow que le Puy ait jamais connu. Le sang des Prima Sanguis coulait si pur dans ses veines qu’elle suscitait instantanément le désir chez tous les mâles qui la voyait.

Un instant de silence oppressant.

Chez ses frères aussi…

« Ses » ? Le vieux drow venait-il réellement de dire « ses » ?

Kre’Fkur et moi étions souvent en concurrence l’un avec l’autre, et ce depuis notre plus tendre enfance. Il était l’ainé, ce qui aurait dû lui donner la prééminence, mais je me refusais à accepter une situation d’inférieur. Ta mère devint un violent sujet de discorde entre nous, chacun tentant de la séduire, et cette cruelle sut en jouer pour tirer de nombreux profits de part et d’autre en échange de ses faveurs. Je ne lui jette pas la pierre pour autant, ma chère sœur était une véritable Prima et savait utiliser tous les atouts à sa disposition.

Des relations incestueuses existaient parfois au sein la noblesse du Puy, malgré la réprobation que de telles pratiques provoquaient. Peu de concepts moraux influençaient les choix des véritables Prima Sanguis, bien que le naturel avec lequel Haldren évoquait ces sujets aurait surement hérissé le poil des prêtres les moins rigoristes.

L’histoire qu’on t’a racontée sur ta naissance, cette soirée orgiaque au cours de laquelle mon frère aurait couché avec sa sœur sans la reconnaitre n’est qu’en partie exacte. Tu n’as pas pu être conçu cette nuit-là.

L’archimage regardait toujours l’horizon, sa vue drow perçant les ténèbres étoilées qui recouvraient désormais Miradelphia. Regardait-il réellement devant lui, ou se plongeait-il en réalité dans des souvenirs vieux de plusieurs siècles, à une époque où le clan Baenfere faisait trembler le pouvoir royal par sa puissance et ses prétentions ?

Le secret était bien gardé, car notre père ne voulait pas qu’il puisse s’ébruiter et porter atteinte au prestige de notre clan, mais mon frère avait été victime d’une terrible blessure quelques décennies avant ta naissance. Il se trouvait dans les forêts d’Anaëh lors d’un raid mené contre un clan Noss lorsqu’il reçut une flèche empoisonnée dans la cuisse. Les soigneurs luttèrent pendant des ennéades pour le maintenir en vie et ce fut quasiment un miracle qu’ils y parviennent. Mais ces soins avaient profondément modifié le corps mon frère, le rendant stérile. Les guérisseurs l’ayant soigné furent mis à mort pour qu’ils ne révèlent jamais ce terrible secret, malgré cela des rumeurs commencèrent à courir parmi la domesticité.

Enlevant son masque d’or qu’il posa sur une table, Haldren fit enfin face à Khernal, comme si raconter ce vieux récit lui enlevait un poids des épaules.

Tu dois bien comprendre l’importance que cette histoire revêtait à l’époque. Le clan Baenfere ne cachait pas ses ambitions de renverser un jour le pouvoir en place pour installer sa propre lignée monarchique. La stérilité du fils ainé ne pouvant qu’affaiblir nos prétentions, ce secret devait rester caché à tout jamais. Ta naissance en fut l’occasion, car tout le monde à l’orgie avait vu mon frère partir dans sa chambre avec sa sœur. Lorsque la grossesse de cette dernière fut ensuite rendue publique, notre père décida de lui en attribuer la paternité pour étouffer définitivement les rumeurs de stérilité.

Le seigneur du C’nros n’ignorait rien de la suite des évènements : la révolte des Baenfere, la terrible guerre civile qui s’en était suivi, et pour finir l’anéantissement quasi-complet du clan par les forces loyalistes au roi de l’Elda. Dans cette optique, la stérilité de celui qu’il avait cru pendant quatre siècles être son père devenait en effet un problème politique de tout premier ordre que son grand-père avait dû résoudre. Mais comment Khernal encaissait-il ces révélations lui montrant qu’il n’avait été qu’un simple pion sur un échiquier bien plus vaste ?

Seuls les membres du conseil restreint savaient que ma sœur était déjà enceinte cette nuit-là. Car même s’il m’était impossible de le révéler au grand jour, j’avais gagné mon duel avec Kre’Fkur.

Cette dernière phrase contenait la plus terrible révélation du récit de l’archimage, et toute la force mentale de Khernal serait nécessaire pour l’encaisser.
Revenir en haut Aller en bas
Khernal Kre'Nael
Drow
avatar

Nombre de messages : 93
Âge : 17
Date d'inscription : 17/05/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  428 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   Mer 31 Aoû 2016 - 18:33

"Si vous voulez savoir la vérité, écoutez les fous." Proverbe africain
Proverbe Miradelphien.

Content de la révélation qu'il croyait faire à son oncle, le drow affichait un sourire satisfait. Puis, le silence, avec lequel le contentement que sa réplique avait marché. Haldren, les doigts serrés contre la balustrade du balcon, gage de sa suprise... à moins que. Son oncle ouvrit la bouche et se délia la langue. Sa mère était belle, il le savait. Qu'elle eut été un sujet de discorde et de concours pour les deux frères Baenfere, il n'en doutait point. Les Prima Sanguis avait l'habitude de conserver la pureté de leur sang à grande touche de reproductions incestueuses et de mariage entre lignées pure. Ce n'était un secret pour personne. Puis vint le temps des vraies révélations s'imposa.

Le mage fixait l'horizon, où les toits se succédaient aux autres et où, au loin, on distiguait les plaines estréventines. La nostalgie de sa jeunesse débordait par toutes les pores de sa conscience, que Khernal percevait et lisait avec attention. Il sentit les vieux secrets de famille remués du plus profond de la mémoire du vieux Baenfere. Et puis, peut à peu, il conta à son neveu le récit de Kre'fkur. Son raid en Anaëh, sa stérilité et les rumeurs sur le clan.

Alors qu'il comprenait où voulait en venir l'ancien Ditronw Da're, Khernal sentit son sourire s'évounouire sur son visage, et son masque imperturbable le quitter. Il avait compris avant qu'Haldren ne décroche son dernier mot. Le maître du clan Baenfere avait donné à l'aîné de la famille la paternité de celui qui deviendrai Khernal. Aux dépends du puîné. Celui qu'il avait toujours pris pour son oncle, son mentor et son maître était son père.

Le silence ceuilla les deux mages. Un silence oppressant où tout deux se regardèrent fixement dans leurs yeux rouges où brillaient, indubitablement, un air de famille. Leur air grave maintint dans l'air une tension palpable jusqu'à ce que Khernal prenne la parole.

"– Ainsi donc, je suis le fils d'un Dieu. Belle promotion. "

Il éclata en un ricanement rauque.

"– Ah, tu m'as offert bien plus que ce que je suis venu chercher... Ainsi, avec ton nom et ton sang, toutes les portes me sont ouvertes. Mais bien-sûr, une preuve de ma filiation serait bienvenue. Considère cela comme ma dernière requête, après quoi je me retirerai et te laisserait en dieu pour tes sbires. "

Le drow avança de quelques pas et contempla la ville depuis la balustrade. La vie suivait son cours, bien ignorante des secrets du Puy d'Elda. Son regard alla d'Haldren, que son masque retiré avait révélé les traits, à la Cité sous ses pieds.

"– Il me reste bien des besognes dans la capitale. Puis j'irai rendre compte de la bataille d'Eraison et construire mes futures ambitions. "

Khernal contempla une nouvelle fois le visage découvert de son père. Il lui sourit. Puis, sans autre au revoir, il quitta le balcon.


Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu
» MI5 ? mauvais sujets, vous serez fouettés !
» Vous êtes ma reine, je suis votre serviteur. C'est pas génial ? !
» Vous serez fouettés si vous ne savez pas de quoi je parle 8D
» Je ne sais pas pourquoi mais je le poste là... Vous serez pourquoi je vous demande de voter pour moi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: