AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la rencontre de l'inhabituel | Macabre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Lun 22 Aoû 2016 - 8:00

Tariho de la quatrième ennéade de Karfias
De la neuvième année du onzième cycle.

Les invités du moment n'étaient ni plus ni moins que des étrangers pour Arwain. Et elle comptait bien changer cela rapidement. Elle n'appréciait que très peu le fait qu'elle puisse ne pas connaître ceux que beaucoup seraient sans doute amené à rencontrer. Et puis, au delà du simple fait de ne pas être la dernière à faire leur connaissance, elle savait que de nouvelles têtes signifiait aussi de nouvelles histoires. De nouveaux points de vue et de nouvelles perspectives. De nouvelles interactions. Elle adorait les gens pour la simple et bonne raison qu'ils étaient tous différents. Qu'aucun d'entre eux ne se ressemblait et qu'ils avaient tous cette petite particularité qui leur était propre. Elle avait hâte d'en découvrir de nouvelles. Elle en était là dans ses réflexions, alors qu'elle faisait le trajet entre les jardins et ses appartements, quand elle aperçu la jeune elfe qui était venu avec le Protecteur de Tethien. Arwain avait dans l'idée de retrouver Anorn pour lui demander comme s'était passé la réunion matinale qu'il avait eu avec ses conseillers, mais elle changea rapidement d'avis. N'était-ce pas le moment idéal pour tenter de l'approcher ? L'enfant semblait assez renfermée et solitaire, c'était d'ailleurs la première fois qu'elle la voyait relativement seule. Elle ne doutait pas que quelqu'un gardait sans doute un œil sur elle, mais elle ne voyait personne dans les parages. S'approchant doucement, les mains le long de sa robe rouge pâle, presque rose, elle se racla la gorge avant de prendre la parole.

- Excuse moi, tu es toute seule ? Je te dérange peut-être ? Enfin, je manque à toute politesse, d'abord permets-moi de me présenter, je suis Arwain'míriel, l'épouse d'Anoredellon, le régent du royaume. Tu peux m'appeler Arwain, bien sûr. Je me demandais si un peu de compagnie te plairait. Parce que je crois que ça me plairait beaucoup, à moi.

Un sourire sur ses lèvres, ses yeux qui ne fuyaient pas les siens, elle attendait une réaction quelconque de la part de l'elfe. Elle s'attendait aussi bien à ce qu'elle lui réponde favorablement ou à ce qu'elle la rabroue, sans parler de l'ignorance totale qui pourrait être une réponse comme une autre. A vrai dire, elle avait tellement l'habitude de recevoir tout type de réaction qu'elle n'en craignait plus aucune. Elle était consciente qu'elle pouvait parfois ennuyer les gens, mais dans ces cas là elle corrigeait rapidement le tir. Elle était aussi consciente qu'ils n'avaient parfois pas envie de discuter, contrairement à elle. Chose qu'elle avait eu du mal à intégrer étant petite. Que les gens n'aient pas sans cesse envie d'échanger l'avait intrigué fort longtemps avant qu'elle ne finisse par se faire une raison. Elle espérait seulement qu'elle ne dérangeait pas la jeune elfe aujourd'hui. Elle aurait été bien en peine d'effrayer ou ne serait-ce que de bousculer une invitée.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Mar 23 Aoû 2016 - 18:41

Une jeune elfe était assise à même le sol dans les jardins du Palais. Bien qu'elle n'aient pas été élevée par les siens, elle avait toujours préféré les espaces verts aux bâtiments, même très naturels, qui lui imposaient quatre murs dans lesquels se cloisonner. Et des murs, elle n'en avait que trop connus...
Vêtue d'une robe blanche brodée d'argent, les cheveux coiffés en une sorte d'élégante tresse, sa gouvernante s'était mise en tête de la faire belle chaque matin durant leur séjour. Après tout, elle pourrait être amenée à croiser un grand nombre de personnages importants. La leçon à en tirer était qu'il fallait parfois faire bonne impression dès le premier regard pour changer la vision que les gens pouvaient avoir de soi. Elle devait voir la différence dans les regards qu'on lui porterait et ce petit voyage était l'occasion idéale pour une mise en pratique. Une notion qu'évidemment Macabre avait du mal à intégrer... Sa robe habituelle, toute simple, lui plaisait bien. Tout comme ses cheveux détachés. Mais elle avait appris à se plier aux exercices de Laliëmerel dans chercher à comprendre davantage.
Ses yeux, tournés vers un espace situé entre ses genoux en tailleur se figeaient un instant, comme aspirés par quelque chose, avant de se relever pour regarder autour, comme si elle n'était pas totalement en sûreté. A bien y regarder, on pouvait deviner les coins d'un livre qui dépassait, les pages jaunâtres se détachant légèrement de la teinte très lumineuse de sa robe. Même en voyage, elle poursuivait ses recherches sur les origines de sa pierre de lune, et donc sur les siennes... Quant à son comportement, il était facile à expliquer. Tout un chacun n'était pas plus à l'aise chez soi que chez un inconnu ? Eh bien c'était ce que la petite elfe était en train de vivre, bien qu'elle l'exprime à sa façon, avec méfiance.

Ce fut ainsi qu'elle aperçut une grande dame aux cheveux noirs s'arrêter sur son chemin pour regarder plus ou moins dans sa direction. L'instant d'après, elle la vit en train de s'avancer dans les jardins. Enfin, elle entendit une voix non loin d'elle qui interpellait quelqu'un. Comme elle était seule dans ce coin de jardin, il était facile de comprendre à qui elle s'adressait. Bien que la jeune Macabre n'en eut pas l'habitude.
Elle releva donc son visage inanimé et ses yeux d'un bleu très clair vers celle qui se tenait au dessus d'elle. Elle l'écouta mais il y avait beaucoup de politesse et de noms... Elle n'en comprit pas entièrement le sens mais la fin de son discours était un peu plus clair. Quelques années auparavant, elle aurait continué de fixer la dame en attendant une question, seule moyen à l'époque d'obtenir une réaction de sa part. Depuis, elle avait intégré que les question était parfois sous-entendue. Elle ne les comprenait pas toujours mais, ici, elle n'était pas difficile à voir.

Pour toute réponse, Macabre ferma son livre et se redressa. Et, chose curieuse, elle répondit à une question qu'on ne lui avait pas encore posée.

-Je n'ai pas de nom.

Une autre notion qu'elle avait fini par intégrer, c'était que l'on attendait toujours d'un inconnu qu'il se présente, surtout lorsque l'on s'était présenté le premier. Alors elle anticipait la question que l'ont allait fatalement finir par lui poser...

-Arwen.

Cela n'en avait pas l'air, mais cette répétition à voix heure de son prénom (ou plutôt, de son diminutif) avait plusieurs buts. Le premier, de vérifier la prononciation de ce nom somme toute assez simple, même pour une novice totale en matière de langue elfe. Le second, d'apprendre ce nom, de le graver dans sa mémoire en y associant le visage de celle qui se tenait devant elle. Désormais, elle ne l'oublierait jamais car elle avait une excellente mémoire visuelle et auditive. Dommage qu'elle ne l'utilise pas plus dans certains de ses enseignements auxquels son esprit semblait totalement hermétique...
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Sam 24 Sep 2016 - 23:24


Quand la jeune elfe referma son livre, Arwain lui sourit. Qu'elle ne l'ignore pas, qu'elle quitte sa présente activité pour engager une interaction avec elle lui fit plaisir. Cependant, ce qu'elle lui dit ensuite la laissa légèrement dubitative. Elle lui disait ne pas avoir de nom. Non pas que ce ne soit pas possible, elle n'avait rien d'une enfant ordinaire et cela ne l'aurait pas étonné qu'elle n'ait pas pris de nom au cours de sa cérémonie, ni même qu'elle n'ait eu aucune cérémonie, mais elle avait entendu d'autres l'appeler. Avant qu'elle ne puisse engager plus avant la discussion, on répéta son nom. Chose à laquelle elle répondit par un hochement de tête.

 - Ma mère a choisi ce nom pour moi. Je l'ai gardé, quand on m'a demandé de choisir à mon tour. Je me souviens très bien de ce jour là. Je n'ai pas hésité une seule seconde, pour moi il était évident que je ne le changerais pour rien au monde. C'est quelque chose de très précieux qu'on m'avait donné, le jeter n'aurait rimé à rien.

Tendant une main vers un des bancs de pierre, elle l'enjoignit à l'y suivre. Et avant qu'elles ne fassent un quelconque mouvement, avant même qu'il ne s'agisse pour cette enfant de choisir entre la suivre ou rester là et reprendre sa lecture, elle reprit la parole.

 - Tu n'as peut-être pas encore de nom, mais quelqu'un que tu aimes et qui t'aime t'en as sans doute déjà donné un. J'en ai entendu quelques uns, notamment Pia lottë. C'est ainsi qu'on te nomme le plus ?  

Elle ne voulait pas la brusquer, ni même la mettre mal à l'aise. Aussi sa voix était douce et joviale, tout comme son visage. Elle osait espérer que cela suffise pour ne pas effrayer l'enfant en face d'elle, qu'elle sentait assez sur la réserve. Il n'y avait pas de crainte dans son regard, juste une étonnante retenue, comme si elle n'appartenait pas à ce monde. Comme si les interactions avec ceux qui l'animaient étaient toujours difficiles et malaisantes. Sauf qu'elle ne voulait pas de ça. Si elle avait développer une certaine manière de communiquer avec les autres, alors elle l'adopterait quand elle l'aurait comprise. Après tout, n'était-ce pas ce que semblait faire l'elfe en face d'elle ?

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Lun 26 Sep 2016 - 12:31

Macabre écouta la dame elfe lui parler du nom que sa mère lui avait donné et de son choix de le garder. Elle ne fit absolument pas le rapprochement avec la cérémonie du passage à l'âge adulte dont on lui avait parlé à maintes reprises mais qu'elle n'avait pas encore faite. Toutefois, il y avait une différence de taille entre les deux elfes concernant leur patronyme.

-Je ne sais pas si ma mère m'a donné un nom. Je ne sais pas qui elle est.

Là était tout le problème. Comment décider de choisir de garder ou non le nom de ses parents lorsqu'on ne les connaît pas ? Ils pouvaient être d'Anaëh comme d'Ithri'Vaan. Ils pouvaient même être des esclaves du Puy, bien que de récents évènements réfutaient largement cette hypothèse. En attendant, Macabre ne nourrissait aucun espoir sur l'une ou l'autre de ces possibilités. Elle voulait seulement connaître la vérité.

La dame désigna un banc du doigt. La petite elfe n'avait toujours pas le réflexe de se servir des meubles pour s'asseoir. La raison la plus évidente était la force de l'habitude. Du plus loin qu'elle s'en souvenait, elle avait toujours été par terre. Par manger, pour dormir ou tout simplement pour attendre. Et, jusqu'à ce qu'elle sorte du Puy d'Elda, elle n'avait connu que la terre battue et la boue. Alors, de l'herbe verdoyante, c'était un luxe pour elle.
Même si elle ne dormait plus dans un coin de sa chambre et qu'elle mangeait à table, se retrouver dans cette situation familière la rassurait parfois. Mais l'origine de ce comportement n'était pas simplement du fait de son caractère. Si son maître avait su qu'elle dormait dans un lit, il l'aurait rouée de coups. Ce n'était pas la place d'une esclave selon lui. A ses yeux, Macabre valait moins que n'importe qui. Elle n'était rien, elle ne méritait pas de "s'élever" à la même hauteur que les autres et il avait pris soin d'encrer cette idée dans son esprit de manière presque indélébile. Toutefois, la persévérance de Lalïemerel et Fineldor avait peu à peu raison du conditionnement opéré par Don'dar et elle changeait lentement, même si elle n'était pas encore très à l'aise.
Alors oui, elle irait s'asseoir avec elle, bien qu'elle instaurerait la plus grande distance possible entre son interlocutrice et elle car, après tout, elle ne la connaissait pas... Mais avant même qu'elle ait le temps de faire un geste, Arwen reprit la parole.

-C'est Lalë qui m'appelle comme ça. Ce n'est pas un nom, ça veut dire "toute petite fleur". Les autres m'appellent Mac ou Macabre. Mais ce n'est pas un nom non plus.

La petite elfe ne se rendait pas compte qu'elle apportait sans doute plus de questions que de réponses. Si Macabre n'était pas un nom, il était extrêmement curieux de voir une personne être appelée ainsi. Plus encore une elfe. Et plus encore une elfe à l'allure d'enfant.
Tout en parlant, la protégée de Tethien s'était levée. Même debout, elle restait minuscule. Bon nombre d'elfes avoisinant les deux mètres, elle faisait souvent deux têtes de moins qu'eux. Sa frêle carrure et ses traits étaient en accord avec sa petite taille mais l'ensemble détonnait avec l'impassibilité de son visage. Son corps ne laissant pas paraître son âge, c'était cette absence d'émotivité qui perturbait réellement chez cette petite elfe. Sans que celle-ci ne comprenne leur réaction. Tout du moins, elle chercherait à le comprendre si elle en avait conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Dim 23 Oct 2016 - 14:53


La jeune elfe avait accepté l'invitation d'Arwain, même si elle aurait sans aucun doute préférer rester parterre. Non pas que cela aurait dérangé la femme d'Anorn, mais par habitude elle ne l'avait pas fait. Assise chacune à une extrémité du banc, on venait de lui dire qu'on ne connaissait pas sa mère. Cette déclaration lui fit un pincement au cœur et instinctivement, elle posa une main sur son ventre. Elle pria brièvement la mère pour que ses enfants ne soient jamais dans cette situation, que Tari ne la prenne pas lorsqu'elle leur donnerait naissance, et qu'on ne les lui enlève pas dans un malheureux concours de circonstances. Ils n'étaient pas encore devant ses yeux, ils n'étaient pas encore assez grands pour faire gonfler son ventre, mais elle les aimait déjà de tout son cœur et de tout son corps. Si jamais on venait à le lui arracher, si jamais elle se retrouvait contrainte de les abandonner, elle en mourrait de chagrin. Etait-ce ce qui était arrivé à la mère de cette enfant ? Lui avait-on arraché son enfant, l'avait-on privé de son amour et de sa protection ? Elle ne le saurait sans doute jamais, et pourtant elle se sentait peinée. Elle n'en fit pas état, ne le porta pas sur son visage, parce qu'elle n'avait sans doute pas besoin qu'on s'apitoie sur son sort.

Les paroles qui avaient suivies l'avaient faite sourire. Bien sûr que cela voulait dire petite fleur. Il n'était pas rare que les prénoms aient une signification. Le sien en avait une, celui de son époux aussi, ceux de ses enfants en auraient un, il allait sans dire. Alors certes, certains noms n'avaient pas de sens à proprement parler, seule la sonorité était en jeu, pourvu qu'elle soit agréable. En revanche, ceux qui l'appelaient Macabre l'avaient marqué d'un sens profond, dans le langage commun qui plus est. Elle connaissait la cruauté de certains. Savait la rage et la colère que pouvait porter un cœur. Le sadisme et la cruauté qui pouvait l'exalter. Quoiqu'elle ait vécu dans son passé, quoi qui ait pu vider ses yeux et glacer son âme, prostrer son être, était-ce nécessaire de le faire perdurer aujourd'hui ?

 - Macabre. Tu es à l'aise avec cette appellation ? Je ne sais pas si tu entends toujours le sens. Mais c'est assez sombre, pour une jeune elfe. Les autres t'appellent ainsi parce que tu le veux ? Ou parce que tu ne sais pas comment te présenter autrement ?

Arwain n'avait aucune envie de l'appeler ainsi, pas alors qu'elle savait qu'on la surnommait de manière autrement plus jolie. Elle ne la connaissait certes pas, cette enfant, assise là. Mais elle état certaine qu'elle ne méritait pas tant ce nom dont on l'avait affublée. Peut-être que c'était le cas fut un temps. Peut-être qu'avant, elle le portait aussi bien qu'un gant. Mais aujourd'hui ? Non, elle n'avait qu'une approche différente des choses qui l'entouraient, comme un filtre que l'épouse d'Anorn percevait légèrement. Si elle avait été du genre à être gênée, quelque chose l'aurait sans doute dérangée. Dans ses yeux vides, dans son attitude étrange peut-être. Sauf qu'elle n'était pas de ceux là. Elle avait conservé cette innocente envie de découvrir l'autre tel qu'il était et non comme elle le percevait. Comme il se présentait à elle et non comme il aurait du être. Et puis, elle sentait une certaine fragilité chez elle, comme si on s'était évertué à la briser, tant physiquement que moralement. Dans sa grande générosité et son besoin d'apporter aux autres tout ce qu'elle pouvait donner, elle espérait du plus profond de son cœur avoir en son sein une partie de ce dont elle avait besoin.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Dim 23 Oct 2016 - 20:01

Macabre remarqua la main qu'Arwain posa sur son ventre. C'était bien la première fois qu'elle voyait quelqu'un faire ce geste. Si elle avait été élevée parmi les siens, elle aurait su ce que cela signifiait mais la petite elfe était bien incapable de comprendre. Il y avait si peu de naissances en Anaëh que, même en y ayant passé presque une décennie, elle n'avait que très rarement vu de femmes enceintes. De plus, elle ne les avait pas côtoyées. Tout juste croisées. Sans compter qu'elle ignorait ce qu'était l'amour et la bienveillance d'une mère, et ce malgré toutes les attentions que sa gouvernante lui portait. Seulement, Lalë n'était pas sa mère et Macabre était adulte.
Alors elle ne prêta pas plus d'attention à ce geste, le considérant comme anodin.

La dame s'arrêta sur son nom. Elle n'était pas la première à le faire, pas plus qu'elle n'était la première à lui demander si elle avait choisi ce nom, si elle l'appréciait. Pourquoi lui posait-on toujours cette question ? La réponse était si évidente...

-Vous voudriez, vous ?

Il n'y avait aucune agressivité dans le ton de la petite elfe. Elle se revoyait, cette nuit à Eteniril, face à Neraën lui demandant sensiblement la même chose. Sa réponse était exactement la même que ce soir-là.
Puis elle continua.

-"Macabre est le destin de ceux sur son chemin." C'est que je suis censé dire quand on me demande mon nom. Mais mon maître ne le saura pas si je ne le dis pas ici...

Il avait fallu des ennéades, voire des mois pour qu'elle arrête de répondre machinalement cette phrase. Le fait de savoir Don'dar dans l'ignorance et incapable de la punir à ce sujet était bien la seule raison pour laquelle elle avait cessé de la dire. Si elle avait suivi les consignes de Fineldor, elle n'aurait même pas dû la prononcer devant cette inconnue.

Il se disait comment déjà son nom ? Ar... woin ? win ? Arwen. Ce qu'elle pouvait avoir du mal avec la prononciation elfe...

Macabre avait répondu à sa question et son regard se portait désormais sur les alentours, apprivoisant les lieux. Ses yeux ne s'égaraient jamais très loin, conservant la dame dans les limites de son champ de vision. Son livre était posé sur ses genoux, fermé. Ses mains le couvraient en grande partie. La petite mage tira sur la manche de sa robe pour venir la coincer avec son pouce. Ainsi maintenu, le tissu cachait en grande partie un bandage qui courrait depuis la moitié de sa main jusqu'au milieu de son avant-bras. C'était une simple entorse, rien de grave aux yeux de Macabre qui avait connu bien pire. Seul un bleu avait permis à Laliëmerel de voir qu'elle s'était blessée et de demander à ce qu'elle reçoive des soins. Non pas que sa protégée ait cherché à le lui cacher mais elle ne signalait tout simplement pas lorsqu'elle se faisait mal. Auprès de son maître, le moindre gémissement aurait donné lieu à une correction, aussi avait-elle appris à endurer la douleur en silence. Elle criait sur le coup, bien sûr, puis plus rien. Même un os brisé, elle ne s'en plaignait pas. Et les dieux savaient que cela lui arrivait fréquemment. Elle avait d'ailleurs eu de la chance de ne se faire qu'une entorse au poignet lors de sa dernière chute.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Mer 30 Nov 2016 - 21:59

La question qu'elle lui retourna était assez prévisible. En effet, elle n'aurait pas apprécié une telle appellation. Mais elle savait que l'esprit pouvait être imprévisible et, que lorsqu'on lui assénait plusieurs fois par jour pendant des années la même idée, il pouvait accepter voire réclamer ce qui semblait pourtant absurde. Ce qui suivit la laissa pantoise. Il était impensable qu'une si jeune elfe ait été formée pour donner la mort. Et elle était estomaquée par le fait qu'elle ait eu un maître. Comment était-il possible qu'une enfant de la Mère puisse être ainsi retirée aux siens, pour servir des buts malsains ? N'y-avait-il donc eu personne pour s'opposer à son enlèvement, personne qui avait cherché à la garder près d'elle ? Cette affirmation avait déchiré son cœur.

- Evidemment que ton maître ne le saura pas... Je peux t'appeler Mac si tu le souhaites. Mais tu me le permets, je trouve Pia lottë bien plus joli.

Le regard de la jeune femme se perdit ensuite aux alentours. Elle savait qu'elle ne la quittait pour autant jamais vraiment des yeux. Ce dont Arwain ne s'offusqua aucunement. Parce qu'elle savait que malgré elle, elle représentait un certain danger, à savoir celui de l'inconnu. Elle ne savait pas ce qui pourrait la détendre mais elle présumait que ce n'était rien qu'elle pouvait faire. Quand la jeune elfe tira sur sa manche, elle attira le regard de la future mère sur celle-ci. Elle aperçut alors des bandages, qui enserraient la moitié de sa main et remontaient elle ne savait jusqu'où. Tendant sa main vers elle, doucement pour ne pas la brusquer, elle posa le dos de sa main à plat sur le banc. Comme si elle l'invitait à y glisser la sienne. Arwain savait que ce ne serait sans doute pas le cas, d'une part parce qu'elle ne semblait pas être au faut de toutes les conventions sociales, d'autre part parce qu'apparemment, elle ne cherchait pas le contact, au contraire.

- Tu es blessée ? Je ne veux pas t'ennuyer. Mais si tu es blessé, mon mari peut t'aider. Tu aimerais qu'il t'aide ?

Elle ne savait pas bien comment amener le sujet. Elle voyait bien que l'elfe en face d'elle était fragile, les bandages renforçant l'idée, mais elle ne savait pas si sa proposition serait la bienvenue. Peut-être qu'elle avait déjà reçu des soins. Peut-être qu'elle ne voulait pas en recevoir d'autres, peut-être même ne supportait-elle pas la magie. Et dans ce cas, elle ne l'aiderait pas du tout, au contraire. Ramenant sa main contre elle, Arwain attendit la réponse de l'elfe. Si jamais elle comprenait sa question.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Dim 11 Déc 2016 - 10:51

La dame voulut l'appeler autrement que Macabre. La petite elfe n'en fut pas surprise car elle n'était pas la première. Elle-même n'avait rien contre l'idée. Tout ce qu'elle voulait, c'était qu'on ne lui donne pas de véritable prénom. Il demeurait encore un doute sur le fait qu'elle en ait effectivement un ou pas. Si c'était le cas, elle voulait le connaître pour le porter, tout en espérant qu'elle serait capable de le prononcer correctement lorsqu'on le lui demanderait.
Sans même regarder Arwen, elle lui répondit.

-Comme vous voulez. Je n'ai pas de nom mais il faut bien qu'on m'appelle.

Lorsque la dame se mit en mouvement, Mac se tourna aussitôt vers elle. Elle regarda sa main posée sur le banc et fronça les sourcils. Lalë aussi faisait ça souvent. Elle avait compris qu'elle lui demandait de poser sa main dans la sienne mais elle n'en fit rien, se demandant surtout pourquoi elle la voulait.
A sa première question, elle voulut couper court. Se refermant sur elle-même, elle croisa les bras, serrant son livre contre elle et cachant ses mains et, de ce fait, son bandage.

-Ce n'est rien.

Mais Arwen ne s'arrêta pas là et lui parla de son mari. Macabre comprit qu'il était soigneur et qu'elle lui proposait de recevoir ses soins. Pourquoi tout le monde voulait soigner ses moindres bobos ? Elle n'était pas habituée. Pire, pour elle, c'était cette attitude face aux blessures qui n'était pas normale. Durant sa vie auprès de Don'dar, rares avaient été les fois où elle n'avait rien de grave. Elle avait toujours au moins quelques bleus et des petites coupures mais c'était souvent bien plus sévères que ça. Luxation, fractures ou plaies dues à une arme... Elle avait même été brûlée au fer rouge plus d'une fois. La plante de ses pieds en étaient devenues méconnaissables. Mais Fineldor avait fait disparaître tout ça et ses fractures étaient systématiquement soignées par magie. Macabre ne comprenait pas vraiment et trouvait seulement un certain confort dans le fait de ne plus ressentir la douleur aussi souvent et aussi longtemps. Mais elle ne savait pas ménager son corps et redoutait de s'habituer à la vie sans mal car, un jour, son maître pourrait bien réussir à remettre la main sur elle. Dans sa colère, cela ne durerait peut-être pas longtemps d'ailleurs...

-C'est une entorse, ce n'est rien. Je me fais pire d'habitude.

Oui... D'ordinaire, ses os cédaient avant ses articulations. Après toutes les factures qu'elle s'était faite depuis son arrivée à Tethien, ils étaient devenus légèrement plus solides, la magie faisant disparaître toute trace de rupture sur l'os. Cela ne comblait évidemment pas les carences qu'elle avait subi et qui rendaient son squelette fragile mais au moins une simple chute ne la condamnait pas systématiquement à la fracture.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Dim 11 Déc 2016 - 17:13

La question d'Arwain sembla braquer immédiatement l'elfe assise à côté d'elle. Elle entrait sans doute dans une zone où elle ne devrait pas être, brisant la distance confortable qu'elle avait établi entre elles. Elle s'inquiéta légèrement, pensant qu'elle était allée trop loin et qu'elle ne trouverait pas de réponse. Mais heureusement, ce ne fut pas le cas. Seulement qu'elle lui avoue que c'était une habitude pour elle de subir bien pire l'inquiéta. La laissa même dubitative. Arwain réalisait alors complètement l'horreur véritable qu'elle avait du vivre. Un maître, de la souffrance, une prostration systématique qui était le reflet d'un asservissement psychologique. Pas d'enfance, visiblement. Un semblant de vie jusqu'à ce qu'elle revienne parmi eux, au sein même de son peuple.

- Ce n'est pas une honte, il m'arrive parfois de me blesser aussi. J'ai quelques cicatrices, qui témoignent d'un temps que je m'efforce d'oublier.

Elle faisait là référence à son passage chez les moines de Calimenthar. Chose qu'elle évoquait très peu, voire jamais. Elle avait cherché à oublier cette portion de sa vie, pendant très longtemps. Jusqu'à ce qu'elle l'intègre complètement et la laisse uniquement reposer au sein de sa mémoire, sous forme de souvenirs qu'elle consultait le moins possible. Ils lui rappelaient bien trop ses espoirs déçus et l'échec personnel qu'elle avait alors subi. Sans mentionner le fait qu'avoir appartenu au monastère de la Quatrième Saison était très mal vu. Avoir placé sa foi en Calimenthar n'était pas une chose dont elle pouvait se vanter. Même si aujourd'hui encore elle savait que ça avait été le bon choix. Le seul et unique qu'elle aurait du faire. Et qu'elle avait fait.

- Cependant, je sens chez toi une grande fragilité. Ce qui n'est pas étonnant si tu as souvent été blessée. Si tu le souhaites, mon mari peut arranger cela. Du moins je le pense. Si tu ne le veux pas, je comprendrai. Je ne te forcerai pas.

Se levant du banc, elle se tourna vers elle, encore prostrée à l'autre extrémité, ses bras croisés sur sa poitrine. Lui adressant un sourire, elle attendait un geste de sa part. Mais elle ne savait s'il allait venir. Dans une conversation habituelle, on lui aurait répondu aussitôt, on aurait esquissé un mouvement, qui l'aurait renseignée sur ses envies. Seulement elle n'était pas dans une conversation habituelle, loin de là. Et elle ne savait pas ce que pouvait désirer celle qui se tenait là.

- Je vais aller le voir, maintenant. Si tu veux me suivre, peut-être juste par curiosité, n'hésite pas. Et si jamais tu ne le fais pas maintenant, mais que tu changes d'avis plus tard, il sera toujours temps pour toi de venir me trouver. J'en serai ravie, sache-le.

Elle était toujours ravie qu'on vienne lui parler. Surtout si c'était pour demander une quelconque aide. Ne serait-ce qu'à travers un simple échange, une simple discussion. Elle savait le poids que pouvaient avoir les mots. Et elle connaissait aussi bien leur pouvoir.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Mar 13 Déc 2016 - 12:27

Macabre regardait encore ailleurs lorsque la dame lui parla de ses propres blessures, derniers vestiges d'un lointain passé. Elle lui parla de honte. Mais, la honte, elle ne savait pas ce que c'était. Ce sentiment lui était encore totalement étranger, comme bien d'autres d'ailleurs. Elle en découvrirait bientôt plus d'un mais, pour l'instant, elle l'ignorait encore.
L'approche d'Arwen ne fit pas mouche, la petite elfe ne voyant pas de similitudes entre leurs deux histoires. Des cicatrices, elle n'en avait plus, gommées par plusieurs ennéades de traitements magiques. Ce qui était du passé pour la dame ne l'était pas aux yeux de le la jeune elfe. Alors l'idée de l'oublier...

-Fideldor a tout effacé. Ca ne change rien, je lui appartiens.

Appartenir à quelqu'un... Cette expression pouvait avoir bien des significations. Mais il n'en avait qu'un seul pour Macabre et c'était le plus propre qui soit. Même si sa marque au fer rouge avait disparue, il y avait quelque part un document faisant la preuve qu'une elfe brune aux yeux bleus et au teint pâle appartenait à un drow du Puy d'Elda. Toutefois, la disparition ou la destruction de ce papier ne suffirait à libérer Macabre dont même l'esprit avait été asservi. Ses chaînes psychologiques étaient reliées à Don'dar. Il n'y avait que lui qui pourrait un jour lui rendre sa liberté.

Macabre commettait toujours cette erreur dans le prénom de son protecteur... Lorsque l'on savait qui elle était, le rapprochement était facile à faire. Autrement, c'étaient souvent plus compliqué. Tous n'appelaient pas le Seigneur elfe par son prénom et les variantes d'un nom pouvaient être nombreuses chez les elfes et se jouer à peu de choses. Une lettre ou un simple accent changeait la tournure, la signification ou l'intonation d'un mot.

Lorsque Arwen se leva, Macabre tourna enfin son regard vers elle. Vers où se dirigeait-elle ? Elle ne le dit pas. Qui était son mari ? Elle n'exprima rien de plus sur le sujet. Etant donné la qualité des vêtements de la dame et la noblesse de ses gestes, la protégée de Tethien pouvait aisément deviner que ce n'était pas qu'un simple soigneur mais elle ne se serait pas hasardée à faire davantage d'hypothèses. La petite elfe hésita longuement... C'était tentant... Macabre avait une certaine curiosité. Elle voulait savoir qui était cet elfe et comment il pourrait l'aider. Et même si la douleur ne la dérangeait plus, elle appréciait de la ressentir moins souvent. Mais elle ne connaissait pas cette dame hormis son nom. C'est pourquoi elle détourna finalement le regard, regardant le sol devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Ven 16 Déc 2016 - 14:09


Elle disait appartenir à quelqu'un. Encore. Comme si on pouvait décemment être la possession d'un autre. Comme si le libre arbitre ne lui avait pas été donné, comme si elle n'avait pas d'existence propre. Elle se définissait comme une chose, à cheval entre une elfe à part entière et un simple objet. Dont on disposait à sa guise. Elle trouvait cela vraiment triste. Et surtout, se demandait comment on avait pu laisser arriver une telle chose. Les enfants étaient si précieux en Anaëh et, en elle, elle voyait leur échec. Ils avaient lamentablement échoué à protéger leur descendance, sans doute après Ellyrion, ou après Uraal. Quand les drows avaient pénétré leur terre, ils avaient eu bien plus de répercussions qu'ils ne voulaient bien se l'avouer. Parce qu'il n'y avait qu'un sombre pour réduire une enfant en esclavage. Il n'y avait qu'eux qui était à ce point sans cœur, qui les haïssaient suffisamment pour causer tant de souffrances à une si jeune elfe. S'efforçant de ne rien rétorquer, parce que cela n'aurait eu aucun sens, ni même aucune utilité, elle s'en alla. Sans surprise, on ne la suivit pas. Pas ouvertement, du moins. Peut-être qu'elle attendait qu'elle prenne de l'avance, voire même qu'elle disparaisse complètement. Peut-être viendrait-elle la trouver plus tard, quand elle aurait décidé qu'il était temps.

Sachant pertinemment qu'Anorn n'était pas dans leurs appartements, elle ne s'y rendit pas de suite. Normalement, il n'était pas en réunion. Alors restait quelques recoins, quelques pièces ou quelques extérieurs où il appréciait tout particulièrement passer du temps quand il devait réfléchir. Ou se retirer momentanément du monde, se couper des sollicitations incessantes. Pour mieux revenir après, pour mieux répondre aux besoin de ceux qu'il devait protéger et guider. Elle avait fait quelques endroits déjà quand elle finit par le trouver. Apparemment, il venait juste de terminer une discussion qui semblait assez animée avec une conseillère. Elle avait élevé la voix, avant de se retirer. Passant devant Arwain, elle la salua avec une légère pointe de colère, ce à quoi elle répliqua par un sourire et un salut enjoué. Elle savait l'elfe encore jeune et, surtout, assez prompt au débordement d'émotions. Elle avait de bonnes idées, savait discuter de beaucoup de choses, mais elle s'emportait souvent, vivant parfois un peu trop ses discours, prenant à cœur ce qui n'aurait pas du l'atteindre. S'avançant vers son mari, assis dos à elle, ses doigts vinrent se refermer sur son épaule, tandis qu'il lâchait un long soupir.

 - Elle est encore jeune. Laisse lui le temps d'apprendre. Sans doute finira-t-elle par voir et par comprendre. Fut un temps, j'étais comme elle.
 - Je sais bien, Arwain. Elle n'accepte pas qu'une riposte dans les prochains mois ne soit pas envisageable. Elle a beaucoup perdu, à Eraïson. J'entends sa détresse et son envie de revanche, mais je suis incapable de la satisfaire. Il y en a tellement, de frère et de sœurs qui se perdent ainsi. Il y a des moments où je ne sais plus quoi faire. Où je me dis qu'ils ne pourront pas être sauvés, quoi que je fasse.
 - Pour eux, je ne sais si tu pourras quelque chose. Mais tu sais que tu ne peux pas faire de miracles, l'important c'est que tu essayes du mieux que tu peux. L'échec ou le succès qui en découlera n'auront pas tant d'importance. Le chemin est important, Anorn. Bien plus que tout le reste.

Entre temps, il s'était levé pour lui faire face. Lui offrant son bras, ils se rapprochèrent un peu plus de la fontaine, là où écouter leur discussion était un peu plus difficile. Sans doute parce qu'il n'aimait pas l'idée qu'on puisse les écouter. Il avouait ses doutes et ses peurs à sa femme, uniquement à elle. Qu'on puisse saisir leur conversation était impensable.

 - J'ai rencontré une jeune elfe aujourd'hui. Je ne sais pas si tu la connais, sans doute sais-tu qui elle est, mais elle se présente sous le nom de Macabre. Une ancienne esclave.
 - Semblant être de faible constitution et extrêmement fragile. Je sais de qui tu parles. Du moins je sais qu'elle est arrivée avec Fineldor, le Protecteur de Tethien. Tu lui as parlé, donc ?  
 - Elle avait quelques bandages au poignet. Et à la vue de sa carrure relativement frêle, je lui ai proposé ton aide. Si elle vient la réclamer, pourrais-tu au moins l'examiner ? Elle me disait se faire mal assez souvent, je crains que cela ai pu causer des dommages irréversibles. Du moins naturellement, sans recourir à la magie.
 - Bien sûr. Mais je ne peux pas m'engager à modifier quoi que ce soit, à moins que ce soit une question de vie ou de mort. Tout dépendra de sa volonté, de sa demande.
 - Je te remercie pour elle. Elle ne le fera sans doute pas, elle est assez... spéciale. Si jamais elle se présente, tu comprendras rapidement. Je compte sur toi pour être doux avec elle.

Elle savait pertinemment qu'Anorn n'aurait jamais refusé d'aider une elfe qui en faisait la demande. C'était pourquoi elle s'était permise une telle propositions avant même d'avoir obtenu son accord. La seule qu'elle craignait maintenant, c'était qu'il effraie la jeune elfe. Parce qu'elle savait combien il paraissait froid et distant, voire même mauvais, quand on ne le connaissait pas. Et combien il aimait lorsque les conventions étaient respectées.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Ven 16 Déc 2016 - 20:39

Dès qu'Arwen l'eut tourné le dos, le regard de Macabre se posa sur elle et elle l'observa s'éloigner pour finalement disparaître. Elle se leva alors et emprunta la même direction que celle que la dame avait prise la minute auparavant.
Non, elle ne l'aurait pas suivi aveuglément. Pas en ignorant qui elle était, qui était son mari et dans ce palais qu'elle ne connaissait pas encore parfaitement. Arwain n'aurait pas pu l'y perdre, même en le voulant, mais, tant qu'elle n'en avait pas exploré chaque recoin, elle considérerait cet endroit comme étranger.

Ainsi, dès qu'elle trouva une ombre et un recoin discret pour y entrer, Macabre disparut à la vue de tous. Il ne lui fallut que bien peu de temps pour retrouver et rattraper la dame en filant à travers les étendues sombres. Plus d'une fois, elle se retrouva à ses côtés sans qu'elle ne puisse la voir. Elle la suivit, allant de pièce en pièce, cherchant manifestement quelqu'un. Elle disait aller à la rencontre de son mari mais elle ignorait où il se trouvait apparemment...
Finalement, des cris retentirent dans une salle non loin. Une elfe plutôt jeune (bien que plus âgée que Macabre à première vue) sortit, toisant tout juste la dame qui se trouvait sur son chemin. Tandis qu'elle s'en allait, Arwen pénétra dans la pièce qu'elle venait de quitter. Macabre sortit alors de son ombre, observant celle qui filait droit au bout du couloir sans se retourner. Lorsqu'elle fut loin, l'oreille de la petite elfe fut attirée par une discussion qui se déroulait derrière elle. Elle ne pouvait en comprendre les mots à cause de bruits parasites mais elle reconnaissait la voix de la dame qu'elle avait suivi jusqu'ici.

Tel un chat, la petite elfe s'avança sans émettre le moindre bruit. Cela ne lui demandait aucun effort particulier. Tout comme sa magie, c'était une seconde nature pour elle. Don'dar avait tout fait pour qu'il en soit ainsi... Après tout, ne devait-elle pas être une espionne et une assassin. Si elle voyait bien le mal dans le fait de tuer, elle n'en voyait pas dans le fait d'écouter aux portes. Aussi n'avait-elle pas l'impression de commettre une faute pour l'instant.
Derrière la porte se trouvait, non pas une pièce, mais un petit espace de verdure avec quelques buissons, de quoi s'asseoir et une fontaine en son centre. Le couple se tenait non loin de cette source, ce qui expliquait qu'elle ne parvienne pas à les entendre. La silhouette de l'homme lui disait quelque chose mais le contre-jour ne lui permettait pas de voir son visage. Macabre voulut s'approcher mais la lumière projetée sur la porte ne lui offrait aucune une ombre à proximité. Si elle devait entrer, ce serait à vue...

Profitant d'un instant où le couple tournait le dos à la porte, Macabre se glissa à l'extérieur et se faufila derrière un feuillage, allant jusqu'à presque s'étaler sur le sol. Ensuite, elle chercha à s'approcher, profitant de la protection que lui offrait la verdure alentour. Elle aurait pu rejoindre l'arrière de la fontaine sans être vue, si une branche ne s'était pas trouvée sur son chemin. Le petit craquement qu'elle produisit lorsqu'elle marcha dessus ne manqua pas d'attirer l'attention... La petite elfe entra alors dans l'ombre qui s'étendait sous elle, disparaissant ainsi à la vue de tous. Néanmoins, son livre, qu'elle avait abandonné afin qu'il ne la gène pas, se trouvait non loin derrière. S'ils n'approchaient pas trop près, ils ne le verraient pas.
Mais s'ils s'avançaient jusqu'au lieu d'où provenait le bruit...
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Lun 19 Déc 2016 - 19:25

A peine l'avait-elle remercié qu'ils entendirent une branche craquer. Quelqu'un était là. Il n'en fallut pas plus à Anorn pour s'ouvrir au flux et sentir la vie un peu plus intensément du côté des buissons. Quelqu'un était là, il n'aurait su dire qui, mais il savait que la quantité d'énergie qu'il ou elle dégageait était bien trop élevé pour être celle d'un animal. Alors, se levant sans précipitation, il se dirigea vers le bosquet, suivi d'Arwain. Cette dernière aperçut un livre abandonné non loin. Livre qu'elle reconnut comme étant celui que lisait la jeune elfe avant qu'elle ne vienne a déranger. Un sourire illumina son visage tandis qu'un main se posait sur le bras de son mari. Finalement, elle l'avait suivi. Elle n'avait pas attendu des jours, seulement assez de temps pour qu'elle disparaisse à ses yeux. La curiosité avait donc pris le pas sur la prudence. Elle l'imagina alors tapi dans l'ombre, priant pour qu'on ne la trouve pas. Priant pour qu'on ne lui fasse aucun mal. Après un regard entendu, Anorn s'immobilisa. Tandis qu'Arwain lançait quelques mots en direction du bosquet.

- Pia lottë, si c'est toi tu peux sortir. Aucun mal ne te sera fait. Je suis contente que tu m'aies suivie.

Marquant une pause, guettant attentivement le moindre bruit qui pourrait trahir sa présence, elle reprit tout de même la parole avant que l'elfe ne se montre.

- A mes côtés, c'est mon mari. Anorn. Il m'a dit bien vouloir t'apporter son aide. Nous allons retourner là où nous étions. Quand tu seras prête, tu pourras sortir de l'ombre et venir vers nous.

Tournant alors les talons et intimant à Anorn de faire de même, ils reprirent leur place. Le régent avait l'air de ne pas entendre ce qui se passait réellement là, mais il faisait confiance à sa femme, aussi ne rechigna-t-il pas. Ce qu'il avait senti, quand il s'était approché du buisson, n'était pas beau du tout. Il avait vu quelques fractures, une fragilité causée par des multiples coups répétés. Elle avait été battue, cela ne faisait aucun doute. En y réfléchissant, il était assez surpris qu'elle soit encore un seule morceau. Elle avait du subir énormément de coups et pas des plus légers. Intrigué, il attendit qu'on veuille bien se montrer.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Lun 19 Déc 2016 - 21:08

Tapie dans son coin d'ombre, sous la surface du sol, Macabre restait immobile, ignorant que le mage pouvait sentir sa présence par d'autres moyens que ceux de Fineldor. Si le Protecteur de Tethien ressentait tout simplement la présence de magie, l'homme qui se tenait aux côtés d'Arwen sentait la vie elle-même. Sa vie.
La dame eut quelques mots puis le couple s'éloigna, retournant s'asseoir près de la fontaine. Durant un moment, rien ne bougea. Ni le buisson, ni les ombres derrière lui. Il s'écoula de longues secondes tandis que les deux elfes attendaient sur leur banc. De longues secondes avant que, finalement, un bruissement ne se fasse entendre. En essayant de percer à travers les branchages, on pouvait distinguer quelques discrets mouvements, invisibles si l'on n'avait pas su où regarder. La robe blanche de la petite elfe ne retirait rien à sa discrétion, pas plus que son teint si pâle.

Lentement, la forme avança, toujours dissimulée derrière le feuillage, jusqu'à rejoindre une nouvelle allée menant droit à la fontaine. La silhouette s'arrêta, avant de se mouvoir à nouveau. Un bout de visage apparut aux yeux du couple, cerclé de cheveux noirs visiblement attachés. Il dépassa juste assez pour permettre à un œil de les observer. Hésitante, elle s'avança encore un peu afin de mieux les voir. Elle les jaugea, portant davantage son attention sur l'homme qu'elle ne connaissait pas encore.
De là où elle se trouvait, elle était tout à fait capable de détailler ses traits creusés et son regard que certains décriraient de glacial. Toutefois, ce genre de choses n'avaient aucun effet sur la petite Macabre. N'était-elle pas elle-même plus impassible encore ? Son absence d'émotion visible en effrayait plus d'un... Sans qu'elle ne soit capable de s'en rendre compte. Elle observa ses yeux d'un bleu plus terne que les siens et sa chevelure blonde détonnant presque avec le personnage.

-Ahnrorn... ?

Défaut de prononciation... Elle rajoutait souvent des lettres à un emplacement qui serait paru logique en drow mais inutile en elfique. Au bout de dix ans, cela ne lui était toujours pas passé. Il fallait avouer que l'elfique n'était absolument pas sa tasse de thé. Elle ignorait pour quelle raison elle ne parvenait pas à s'y mettre.

Après avoir longuement jaugé l'homme, la jeune elfe se retira une seconde derrière son buisson avant de reparaître, l'instant d'après, debout sur ses pieds. Elle fit un pas pour se positionner dans l'allée. Si l'on passait outre la froideur manifeste de ses traits et de sa peau, Macabre était belle, y compris parmi les elfes. Mais il fallait être capable de regarder au delà de ce qu'elle montrait... Il était pourtant rare qu'elle soit aussi bien présentée, vêtue d'une robe élégamment brodée, les cheveux coiffés en tresse avec soin et parés de perles blanches. A son cou pendait toujours sa pierre de lune, son focaliseur de magie.
Rompant le contact visuel, la protégée de Tethien se tourna un instant vers l'ombre qu'elle venait de quitter et se baissa comme pour ramasser quelque chose. Lorsqu'elle se releva, son livre se trouvait dans ses mains. Elle le serra à nouveau dans ses bras, comme pour s'en faire un rempart. Enfin, elle fit quelques pas prudents en direction du couple.

A mesure qu'elle avançait, elle était prise d'une sensation curieuse. Celle d'être vraiment minuscule... Tous deux étaient assis et, pourtant, leurs yeux étaient presque à la même hauteur que les siens. Elle s'arrêta à plusieurs pas et les regarda, silencieuse et méfiante, tel un animal sauvage prêt à s'enfuir au moindre geste suspect. Elle était seule avec eux dans un recoin du palais qui lui était encore inconnu. Une situation pour le moins inconfortable pour quelqu'un qui ne donnait pas si aisément sa confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Dim 25 Déc 2016 - 22:42

Finalement, on était sorti de l'ombre. Ne bougeant pas pour autant, ils attendirent qu'on s'approche d'eux. Arwain affichait un sourire qui se voulait rassurant, tandis qu'Anorn détaillait la jeune elfe. La pâleur de son teint tranchait à peine avec la blancheur de sa robe. Son visage inexpressif se mua légèrement pour prononcer le nom d'Anorn. Il entendait des lettres qui ne devaient pas être là. Une prononciation particulière, qu'il rapprochait étrangement de celle des sombres. Etait-ce de là qu'elle venait ? Elle semblait farouche, il avait senti une certaine fragilité et malgré tout, il ne lisait aucune tristesse sur son visage. Arwain lui avait glissé quelques mots à propos d'un certain maître. Il n'avait pas idée de ce dont elle pouvait réellement parler mais avec la façon qu'elle avait de prononcer les syllabes, il avait vite fait le rapprochement. Elle avait sans doute été réduite en esclavage par un drow. N'étant pas connus pour leur douceur, il était presque normal de sentir chez elle la présence de fêlures dans ses os, ainsi qu'un manque de matière à d'autres endroits. Elle n'avait pas du être soignée correctement quand on s'était amusé à la battre. On n'avait pas besoin de prendre soin d'objets quand on savait pouvoir les remplacer instantanément. En face d'eux, elle était l'incarnation de l'absence d'empathie, voire même de la haine que les sombres nourrissaient à leur égard.

- Macabre.
- Pia lottë. Il voulait dire pia lottë. Excuse-le, il peut parfois être maladroit.

Il ne releva pas, malgré le regard insistant qu'elle lui avait jeté. Si elle se présentait comme étant Macabre, alors de quel droit lui attribuerait-il un autre nom ? Elle était maîtresse de la façon dont on la désignait. Et changer cela pour elle était lui manquer de respect. Même si Arwain voulait bien faire, lui n'avait pas ce besoin de plaire à tout prix. D'être aimé et bien vu de tous. De s'insinuer dans les bonnes grâces de tout un chacun.

- Je ne sais pas si tu ressens le flux en ce moment, ni même d'ordinaire, mais si c'est le cas ne t'inquiète pas du mouvement qui lui est donné. Je cherche en ce moment les failles qui te fragilisent. Dis moi si tu veux que j'arrête.

A vrai dire, il était bien trop rapide pour arrêter avant d'avoir effectué un examen complet. Les couleurs se mêlaient et certains trous étaient notables. Dans la structure même de ses os. Dans les composants de son organismes. Elle avait de grosses carences, qui n'avaient pas aidé à la cicatrisation des anciennes blessures. Si on avait recouvert toute traces superficielles, la fragilité interne était toujours bel et bien présente.

- Très bien Macabre. Ton organisme est assez défaillant. Pour faire simple : Tu es trop fragile. Tu risques beaucoup par la suite. Des complications assez pénibles. Sans parler du fait qu'à force de te casser les os, ils finiront par ne plus pouvoir se ressouder.
- Si tu veux, on peut trouver celui avec lequel tu es venue, Fineldor c'est ça ?
- Pour t'aider à comprendre et pour pouvoir prendre la meilleure décision quant à ton état. Je peux réparé ce qui a été fait. Je peux te dire ce qui sera bon de faire pour toi dans les prochaines années, pour améliorer ta condition. Mais je ne ferai rien sans ton accord. Dis moi ce que tu veux faire.
- Tu n'as pas besoin de te prononcer maintenant, tu peux prendre le temps de la réflexion. En discuter avec tes proches. Si cela t'effraie, c'est compréhensible. Si tu n'es pas capable de te décider maintenant, reviens me chercher. Je pense que tu sauras me trouver où que je sois.

Anorn n'avait besoin de rien d'autre que son consentement. Il pouvait entendre qu'elle ne soit pas capable de lui donner de but en blanc, même s'il était évident pour lui qu'elle devait saisir cette chance. La laisser passer était mettre délibérément sa vie en danger. Mais Elenwë ne leur avait pas donné le souffle pour rien. Et il était primordial qu'ils en fassent chacun bon usage.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Mer 4 Jan 2017 - 15:05

Macabre n'irait pas se formaliser sur la façon dont l'appelait Anorn. Au contraire, elle ne comprenait pas l'insistance dont son épouse faisait preuve pour qu'elle porte un autre nom. Cela lui était égal que ce soit "Macabre" ou un autre mot. Tout ce qu'elle voulait, c'était retrouver son nom. Son vrai nom.
En apprenant que l'homme était déjà en train de l'ausculter, la petite elfe eut un léger mouvement de recul. Si les mots ne pouvaient l'atteindre, les actes si. Elle ne pouvait "ressentir le flux" mais le simple fait de savoir ce qu'il était en train de faire sans son accord la brusquait davantage. Elle se figea, observant l'inconnu d'un regard en biais, méfiante. Lorsqu'il eut fini, il posa son diagnostic et celui-ci fut sans surprise, bien qu'il énonce une fatalité prochaine. Celle de son corps qui finirait un jour par lâcher, ne pouvant plus se soigner par lui-même. Néanmoins, elle écouta attentivement. Les interventions de son compagne était presque de trop et parasitait sa concentration. Il y avait trop de mots en trop peu de temps. Elle choisit donc de se concentrer sur les paroles de celui qu'elle ignorait encore être le Régent d'Anaëh. Cela se manifesta par son regard qui ne quittait plus l'homme, quand bien même ce ne fut plus lui qui lui parlait. Lui, au moins, utilisait peu de mots et seulement ceux qui étaient utiles. Certains l'auraient trouvé trop direct, le jugeant même indélicat. Au contraire, Macabre appréciait ce genre de personnage car elle ne comprenait ni le langage corporel ni les subtilités de langage. Elle aimait ceux qui s'exprimaient comme elle : par des phrases brèves mais concises.

-Vous ferez quoi exactement ? Pour me rendre moins fragile.

Certains pensaient Macabre un peu simplette. Beaucoup ignoraient qu'il s'agissait en réalité d'une enfant très vive d'esprit mais qu'il y avait des sujets auxquels elle restait totalement fermée comme la politique, l'histoire ou encore la guerre. De son ignorance, on faisait des raccourcis, oubliant que l'intelligence ne se résumait pas à la connaissance mais comprenait également la capacité à raisonner, chose avec laquelle elle n'avait aucun problème. Ainsi, sa décision était déjà prise mais elle voulait en savoir un peu plus. Bien sûr, elle ne ferait rien sans l'avis de Fineldor car, après tout, elle ne connaissait pas ces gens. Aussi aimables semblaient-ils être.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Lun 9 Jan 2017 - 22:00

Désormais, elle le fixait. Lui et seulement lui. Buvant ses paroles, laissant Arwain parler dans le vide. Visiblement, la méthode qu’elle avait adopté n’était pas la bonne. Pas celle qui allait l’amener à se livrer, à s’ouvrir. Les paroles franches et directes d’Anorn ne semblaient pas la gêner outre mesure. Au contraire. Elle ne s’offusqua de rien et quand elle put manifester quoi que ce soit, ce ne fut que de la curiosité. L’envie de savoir comment il allait bien pouvoir lui donner ce qu’il disait pouvoir lui donner. A vrai dire, elle n’était pas mage de la vie et, pour peu qu’elle n’en ai jamais vraiment côtoyé, ce n’était pas difficile de penser qu’elle n’ai aucune idée de la manière dont ils oeuvraient.

- Pour ressouder tes os, il ne suffit pas d’effacer les traces. Ce qu’on a déjà fait, si je ne me trompe pas. Il faut faire en sorte que ton corps recréer de la matière. C’est très douloureux mais, si tu le veux, je pourrai faire en sorte que tu ne sentes rien.

Arwain s’était à présent tue. Elle savait que tout ceci était hors de ses connaissances, hors de ses capacités. Elle ne pouvait expliquer mieux que son mari ce qui allait intrinsèquement se passer.

- Tu as aussi certaines carences. Corrigeables par un régime plus diversifié. Je ne sais pas ce que tu manges mais tu ne dois pas varier énormément. Je rendrai à tes os leur consistance d’origine, parce que tu ne le sens pas mais ils sont creux par endroit, poreux et finalement très prompt à céder sous la pression. Si tu as d’autres gênes, n’hésite pas à m’en faire part. Je pourrai les corriger. Mais celle-ci me semble être la plus grande, surtout la plus urgente.

Elle était fragile, carencée et bien trop maigre pour son âge. Sa croissance avait visiblement été chaotique et, pour être encore vivante qui plus est dans cet état, elle devait être tout de même de bonne constitution. Qu’elle soit ainsi gâchée par des années de souffrance et de restrictions lui faisait mal au coeur. Elle aurait pu être un élément fort de leur race et il la voyait réduite à ce qu’elle était aujourd’hui. A cet instant, il espéra sincèrement que personne ne pose son veto quant aux soins qu’il pouvait procurer à cette elfe. Parce qu’elle en avait besoin et parce qu’il savait le potentiel qu’elle pouvait développer ensuite.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Sam 14 Jan 2017 - 13:26

Macabre écouta tout ce que lui expliquait Anorn mais rien ne transparut sur son visage pour laisser entendre ce qu'elle ressentait ou pensait. Pas d'incompréhension concernant ce que le mage voulait faire sur elle, que ce soit par le biais de la magie ou d'un régime alimentaire. Pas de peur concernant la douleur des soins. Pas d'inquiétude quant à l'évolution de son état qui pourrait être dramatique.
Rien.
Elle ne semblait rien éprouver. Elle n'était pas mage de la vie mais elle comprenait dans les grandes lignes ce qu'il voulait faire et pourquoi. Elle avait enduré tant de souffrance qu'elle n'avait plus peur de la ressentir. Quant à son état de santé, elle ne s'en était jamais vraiment soucié. Elle n'avait pas été "élevée" ainsi. Elle apprenait seulement à essayer de se préserver grâce aux quelques conseils de son entourage. Toutefois, elle appréciait d'avoir moins souvent mal qu'avant... Plus par confort qu'autre chose.

-Je me moque de la douleur.

Elle marqua une pause, continuant d'observer le couple qui se tenait devant elle. Décrypter les expressions lui étaient toujours impossibles. Elle savait se montrer très observatrice mais elle manquait d'expérience et de connaissances en matière de relation sociale. Qu'il s'agisse du langage oral ou corporel, elle ne comprenait que ce qui était clair. Ils pourraient bien lui sourire tous deux, elle ne saurait dire s'il s'agissait d'un sourire amical, triste ou narquois... Elle n'avait aucune empathie.

-Je ne vous connais pas. Je veux voir Fideldor.

Le ton de la petite elfe n'était ni directif, ni apeuré. Elle énonçait simplement les faits. Elle avait presque pris sa décision mais elle ne faisait confiance qu'à une poignée d'individus dans tout Anaëh. Fineldor connaissait bien du monde, il saurait lui dire si elle pouvait laisser cet homme user de sa magie sur elle ou non.
Sans son aval, elle ne ferait rien.
S'ils lui refusaient ou retardaient sa requête, elle s'enfuirait.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Dim 15 Jan 2017 - 0:06

La jeune elfe disait se moquer de la douleur. C’était tout à fait possible, il savait que certains n’y étaient pas sensibles. Voire même appréciaient cette dernière. Parce qu’elle les faisait sentir vivants, parce qu’elle les faisait ressentir. Sans doute ne pouvaient-ils ressentir autre choses assez fortement pour surpasser cette douleur. Sans doute n’étaient-ils pas capables d’émotions, ou seulement partiellement. Il ne savait ce qui était pire. Ne pouvoir ressentir ou ne ressentir que très peu. Leur monde devait être fade. Mais il ne s’arrêta pas sur cette déclaration, la suivante était bien plus intéressante. Et elle faisait avancer les choses. Elle voulait voir Fineldor, ce qui était évident. Logique. Elle ne les connaissait pas et leur faire confiance n’était pas quelque chose d’instinctif.

- Bien sûr. Va le trouver. Discute avec lui. Amène le à nous si tu n’arrives pas à lui expliquer ce que tu veux comme tu le veux. Retrouve moi ici demain, dans l’après-midi. Je serai seul.

Sur ces mots, il se leva, sans jeter un regard de plus à Macabre. Entrainant avec lui sa femme, ils finirent par quitter les jardins pour rentrer dans le palais. Le lendemain, Anorn était au rendez-vous. Assis sur le même banc, près de la fontaine, il attendait qu’on se manifeste. Peut-être ne vendrait-on pas. Peut-être serait-il venu ici en vain. Mais peu importait. Il devait prendre un moment pour lui et Macabre lui offrait cette occasion. Pour patienter, il se mit à réfléchir. A propos de tout et de rien. Il pensait à ses jumeaux à venir. Comme il pensait au nettoyage d’Eraïson après le passage des drows. Se demandant si on aurait le courage de reconstruire. Si on allait pouvoir reconstruire. Et tandis qu’il était perdu dans ses pensées, il entendit un léger bruissement. Etait-ce là celle qu’il attendait ?

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Dim 15 Jan 2017 - 11:51

Macabre les regarda sortir sans dire un mot de plus. Dès qu'ils eurent disparu, elle quitta la pièce à son tour et alla retrouver Lalë qui lui indiqua où était Fineldor. Elle lui parla de sa rencontre et de la proposition du mage sans être capable de lui dire qui étaient exactement ces gens. Heureusement, la combinaison des diminutifs Arwain et Anorn, même mal prononcés par la petite elfe, suffit amplement à identifier les deux protagonistes. C'est ainsi que la protégée de Tethien apprit qu'il s'agissait du régent d'Anaëh, celui qui remplaçait le Roi à la tête des cités elfes. Elle ne put alors s'empêcher de se poser des questions sur les intentions de cet homme apparemment si important... Pourquoi perdait-il son temps avec une elfe qui n'avait même pas de nom ?

Fineldor rencontra à son tour le mage de la vie et approuva les soins qui allaient être prodigués. Comment pouvait-il en être autrement ? La vie-même de la petite elfe était en jeu... Macabre restait méfiante face à cet inconnu mais il n'avait que peu de choses à dire pour qu'elle baisse sa garde. Car elle avait confiance en Fineldor. S'il lui disait qu'elle pouvait se fier à quelqu'un, c'est que cela devait être vrai. Toutefois, il restait une chose qu'elle voulait savoir...

Le lendemain, elle se présenta à la porte du petit jardin dans le milieu de l'après-midi. Anorn était déjà là, l'esprit visiblement ailleurs. Silencieuse, elle s'approcha, l'observant alors qu'il se trouvait dans ses réflexions. Lui non plus n'était pas très expressif. Il en était presque froid. Mais cela pouvait-il vraiment perturber quelqu'un qui ne ressentait que peu d'émotions et restait toujours impassible ? Non, il y avait peu de chances... En fait, cela lui était même égal. Elle ne pouvait comprendre les émotions, ce qui rendrait sa logique très différente de la normale.
Passant près d'un buisson, les pans de sa robe effleurèrent quelques feuilles. Ce bruit pourtant si discret attira l'attention du régent qui n'avait apparemment pas ressenti sa présence jusque là. Macabre s'arrêta alors, ne se trouvant plus qu'à quelques pas de lui. Tandis qu'il avançait vers lui, la même question la taraudait toujours... Depuis la veille...

-Pourquoi ?

C'était sa question. Mais elle était loin d'être explicite et, si Anorn ne le lui faisait pas comprendre, le silence s'en chargerait et elle compléterait alors sa phrase par :

-Vous avez mieux à faire que vous occuper de moi.

A présent, elle savait qui il était. La simple gentillesse lui était déjà incompréhensible, même venue d'un simple inconnu. Alors lorsqu'il s'agissait de quelqu'un d'important, cela lui était plus difficile à intégrer encore. Fineldor n'était que Conseiller lorsqu'il l'avait recueillie. Neraën était déjà Seigneur Protecteur le jour de leur rencontre mais avait pourtant passé des heures à parler avec elle. Cet homme-là était un rang encore au dessus et il allait dépenser son temps et son énergie pour la soigner. Et ses soins ne se résumeraient pas à un simple bobo. Il allait revoir toute sa structure osseuse et même suivre son régime alimentaire... C'était beaucoup de temps accordé par une personne qui devait en avoir bien peu.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Lun 16 Jan 2017 - 19:05

Il ne fallut pas longtemps pour que Macabre se présente à lui. S’il ne l’avait pas senti avant qu’elle ne se fasse entendre, c’était uniquement parce qu’il ne s’était pas ouvert au flux. A vrai dire, il s’y était même fermé. Parce qu’il avait besoin de s’entendre penser, de pouvoir réfléchir sans être sans cesse perturbé par ce qui pouvait se passer autour de lui. Certes c’était étrange de ne plus ressentir ce qui faisait d’ordinaire partie de son champ de sensations. Mais c’en était tout autant reposant. Il s’accordait un moment centré sur lui-même, ce dont il avait plus souvent besoin qu’il n’en avait l’occasion. Laissant l’elfe s’approcher, sans dire un mot, elle s’arrêta à quelques pas de lui. Ce fut elle qui prit la parole en premier. Même s’il savait qu’elle était là parce qu’elle lui faisait assez confiance pour accepter son offre, il ne comptait pas l’assaillir dans le seul but d’en finir assez vite. Sa question le conforta dans l’idée qu’elle avait besoin de comprendre. Pas seulement ce qui allait lui arriver mais aussi les motivations d’Anorn.

- Tu te trompes. Je n’ai pas mieux à faire que de m’occuper d’une sœur. A vrai dire, je n’ai que ça à faire. Aider et guider les enfants de la Mère est ma seule raison d’exister.

Il ne mentait pas, en affirmant cela. Son devoir était de protéger son peuple. De lui offrir ce qu’il pouvait y avoir de meilleur. Mais c’était assez inhabituel qu’il s’occupe particulièrement d’un elfe. Hormis dans les mouroirs où c’était sa principale mission, il ne prenait que très rarement un frère ou une sœur sous son aile.

- Quant à pourquoi toi spécifiquement, je te dirai que c’est parce qu’Arwain me l’a demandé. Et que tu as besoin de mon aide. Tu as d’autres questions ? Parce que si ce n’est pas le cas, nous allons pouvoir passer aux choses sérieuses.

Si elle n’avait rien d’autre à lui demander, il l’inviterait à l’emmener dans un lieu où elle se sentait à l’aise ou, à défaut d’en connaître, lui en proposerait un. Parce que cela allait prendre un peu de temps et parce qu’il ne voulait pas que le stress empire la douleur qui serait déjà grande. Même si elle lui disait ne pas être gênée par cette dernière, il préférait lui en faire ressentir le moins possible.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Mar 17 Jan 2017 - 21:46

Macabre écouta. Comme d'habitude, elle ne comprenait pas les actes de gentillesse. Celui-là moins que les autres. Il n'avait pas seulement des intentions louables. Il n'allait pas simplement lui accorder un peu de son temps. Il s'apprêtait à user de sa magie, donc de son énergie. Il faisait tout cela parce qu'elle était... Une sœur ?... C'était bien la première fois qu'on la qualifiait de cette manière. Elle n'était la sœur de personne. Ou n'en avait pas connaissance. Cette notion de lien de parenté entre les elfes était une chose parmi tant d'autres qui lui était étrangère.

Passer aux choses sérieuses...
Même si Mac ne redoutait pas la douleur et la ressentait peu, on ne pouvait pas dire qu'elle l'aimait pour autant. Elle savait qu'elle aurait mal mais ne savait pas à quel point. Est-ce que serait comme une foulure ? Un os brisé ? Un mal de tête ? Un mage qui essaie de s'insinuer dans votre esprit contre votre gré ? L'échelle de la souffrance était si grande et si variée... Il y avait bien peu de degrés qu'elle n'ait pas encore exploré.
Dans tous les cas, plus vite ils commenceraient, plus vite ce serait fini.

Anorn lui demanda si elle avait une préférence pour un lieu où procéder à ses soins. Macabre n'en voyait qu'un : sa chambre. C'était la seule pièce qu'elle avait eu le temps d'explorer dans les moindres recoins, y compris les ombres. Cet endroit ne lui était pas familier mais au moins il était connu. Maîtrisé...
Si le Régent ne savait pas où elle logeait précisément, elle n'aurait aucun mal à en retrouver le chemin. Elle dormait dans les appartements qui avaient été attribué à Fineldor pour son séjour. En arrivant, dans le petit salon qui servait de hall qui desservait les différentes chambres, ils trouvèrent Laliëmerel en train de lire sur un divan. En découvrant Anorn, elle se leva avec précipitation pour le saluer. Après quelques formules d'usage, la gouvernante comprit la raison de leur présence et se trouva quelque peu perturbée... Elle comprenait ce qui motivait Macabre à vouloir se faire soigner mais elle ne parvenait pas à accepter qu'elle doive en passer à nouveau par la douleur... Certes, c'était pour moins souffrir ensuite mais...

Se reprenant, elle indiqua la chambre de la petite elfe et les précéda. Sur un meuble reposait un plateau avec une carafe d'eau et plusieurs verres. Elle en prit deux et les déposa le tout sur une des tables de chevet. Etant mage elle-même, elle savait que le Régent apprécierait de pouvoir se rafraîchir après l'effort qu'il allait fournir. Quant à Macabre...
Elle avait décidément peine à admettre ce qui allait se produire. C'était comme si on allait faire du mal à sa propre chair. Elle savait pourtant que c'était vital. Elle s'approcha de Macabre, assise sur le lit, et posa une main délicate sur son épaule.

-Veux-tu que je reste ?

La petite elfe pencha la tête sur le côté. Elle ne réfléchissait pas, elle était surprise par la question.

-Non.

Laliëmerel était à la fois soulagée de ne pas avoir à endurer la vision de sa protégée en train de souffrir et peinée de voir qu'elle n'avait pas besoin d'elle. Car elle savait qu'elle ne faisait nullement preuve d'empathie. Elle lui répondait telle qu'elle le pensait.
La gouvernante ravala sa salive.

-Bien... Je vous laisse.

Elle quitta alors la pièce, non sans jeter un dernier regard à la petite elfe et ferma derrière elle. Puis elle quitta les appartements, ne pouvant se résigner à rester dans la pièce d'à côté avec le risque d'entre un son traverser les murs...
Macabre, quant à elle, semblait sereine. Elle posa son regard inexpressif sur Anorn, attendant de savoir si elle devait faire quelque chose de particulier... Se mettre debout ou, au contraire, s'allonger. Retirer une couche de vêtement...
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Mer 15 Fév 2017 - 15:42

Anorn suivit l’elfe sans hésitation. Quand il eut à faire à la gouvernante, il put sans difficulté noter son appréhension et l’indécision quant à ce qu’elle devait faire. Elle ne savait si elle devait laisser faire ou émettre une opinion défavorable à ce sujet. Finalement elle ne fit rien et les guida tout simplement à ce qui devait être la chambre de Macabre. Cette dernière s’assit sur son lit et congédia celle qui s’occupait d’elle quotidiennement. Cela surprit légèrement Anorn qu’elle accepte de se retrouver seule avec lui, dans un espace clos qui leur imposait une certaine proximité. Mais il ne s’attarda pas sur le sujet et répondit rapidement à l’attente de l’elfe.

- Tu peux t’allonger ou t’asseoir confortablement, le dos appuyé contre quelque chose. Ce sera moins désagréable si tu n’as pas à te tenir pendant que j’opère. Je vais commencer par tes jambes et remonter ensuite sur le haut du corps. Réparer et solidifier tout ce qui a été endommagé. Y a-t-il quelque chose auquel tu ne veux pas que je touche ? Et une dernière chose : n’hésite pas à me dire si ce que je fais est trop désagréable. Je ferai en sorte que ce le soit moins.

Il préférait demander à l’avance si une chose devait rester en place. Il savait que certaines blessures ne devaient pas être guéries, sans quoi elles emportaient avec elles des pans de la personnalité. Certaines marques avaient été assimilées et faisaient partie intégrantes de la personne. Tout n’était pas bon à lisser, effacer, supprimer. C’était une chose qu’il avait appris il y avait de cela des siècles. Au début, il avait eu du mal à comprendre que certains ne voulaient pas être soigné, ne voulaient pas redevenir parfait. La perfection, n’était-ce pas ce que tout le monde recherchait ? Et s’il pouvait rendre la vie de quelqu’un meilleur, pourquoi devait-il s’en empêcher ? Il se souvenait avoir pensé que ces elfes qui refusaient son aide n’étaient pas assez lucides pour voir ce qui importait vraiment. Jusqu’à ce qu’il comprenne.

Il écouta attentivement la réponse de l’elfe avant de s’ouvrir complètement au flux. Il voyait briller sa bague derrière ses paupière closes. Sentait le flux la traverser et la remplir, l’investir pour qu’il puisse le manier plus précisément. Devant lui, la vie se révélait à lui, pure et brillante. C’est alors qu’il commença à combler, reformer et solidifier. Certaines portions de ses os étaient incroyablement fragiles et il se demandait comment elle pouvait encore marcher sans ressentir une quelconque gêne, voire parfois une douleur aiguë. Elle usait chaque fois un peu plus ses articulations, qui s’étaient mal replacées à plusieurs reprises. Qui avaient repris forme avant d’être déplacée à nouveau. Son corps s’était évertué à la guérir au mieux mais s’était épuisé au fil des décennies. Laissant peu à peu des traces qu’il ne pouvait ignorer. Il voyait parfois très clairement la manière dont l’os avait été brisé, dont l’articulation avait été déboîtée, dont le muscle avait été creusé. Si on avait effacé toute trace superflue, dans les profondeurs elles restaient belles et bien visibles. Aussi claires qu’elles avaient du être violentes.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Ven 17 Fév 2017 - 19:13

Mac hocha la tête de gauche à droite. Elle ne voulait rien garder... Peut-être certaines de ses cicatrices n'étaient pas le fait de son maître mais alors elle n'en avait aucun souvenir. A dire vrai, elle ne voyait pas une marque dont elle ne sache pas la provenance. Elle n'en portait plus de traces visibles mais elle aurait su dire quelle blessure elle avait eu, où et dans quel contexte. Si elle s'était fait mal avant de perdre la mémoire, alors cela ne pouvait être qu'une fracture mais alors elle avait dû se perdre parmi toutes les autres depuis...
Non, il pouvait tout effacer.

Tandis qu'elle s'allonger, une pensée traversa l'esprit de Macabre. Une pensée qui l'effraya.
Tout effacer... Tout recommencer. Comme si elle n'avait jamais été esclave. Mais elle l'était toujours. Elle appartenait toujours à Don'dar. Ce n'était pas cette idée qui lui faisait peur mais le fait de l'oublier. Elle prenait ses aises, s'habituait à la vie dans les cités d'Anaëh mais elle n'en restait pas moins la possession d'un drow. Il fallait qu'elle le garde bien à l'esprit même si ses protecteurs préféreraient qu'elle parvienne à tourner la page. Seulement ils ne pouvaient pas balayer d'un revers de la main près d'un siècle de conditionnement. Elle vivait en liberté ou presque parmi ceux de sa race, c'était déjà beaucoup.

Anorn s'approcha et commença sans plus attendre. Commençant par ses pieds, il avait déjà du travail, à commencer par les orteils dont un ou deux avait été tordus ou démis. Elle se souvenait même en avoir remis un toute seule alors qu'elle ne devait pas être plus haute que la hanche de son soigneur. Plus loin, il trouverait une fracture ou deux ainsi qu'un tendon sectionné par un objet tranchant qui lui avait traversé le pied une trentaine d'année auparavant. Tibia et péroné avaient dû se remodeler plus d'une fois, certaines marques, que l'on pourraient qualifier de très anciennes étant donné l'âge de la patiente, faisant penser à des coups de bâton donnés de manière répétée. Le mollet gauche avait également était largement croqué par un molosse. La peau était lissée plutôt proprement mais le muscle était endommagé.

Tandis que le magie de la vie œuvrait, Mac restait immobile. Elle serrait les mâchoires et les poings jusqu'à s'en blanchir les joues et les doigts. Sa respiration se fit rapidement irrégulière, s'arrêtant parfois alors qu'Anorn commençait à traiter une nouvelle blessure. Très peu de sons parvenaient à quitter sa gorge. Parfois, un petit gémissement se faisait entendre pendant à peine une seconde mais étouffé par la barrière que formaient ses lèvres toujours closes.
Elle avait mal, il ne pouvait pas en douter, mais elle le supportait mieux que personne. Non seulement elle avait connu pire mais elle savait que cette douleur n'était que temporaire et que son corps irait mieux par la suite. Même si le mage progressait vite, elle savait que les jambes n'étaient pas la partie la plus compliquée. Il y avait peu d'os et d'articulations et aucun organe. Etant donné le nombre de fractures de côtes qu'elle pouvait encore dénombrer, il aurait certainement bien plus de travail une fois arrivé sur le torse.

Plutôt que d'observer le plafond comme tout malade préférant éviter de regarder la souffrance en face, la protégée de Tethien fixait le visage d'Anorn. Ses joues étaient creusées et des rides pointaient le bout de leur nez à plusieurs endroits. Il semblait bien plus vieux que la plupart des elfes mais elle savait qu'on ne pouvait pas dater aussi facilement l'âge des membres de cette race, leur corps vieillissant avec les épreuves et non avec le temps. Si elle n'avait pas été si jeune, Macabre aurait sans doute montré des signes de vieillesse bien rapidement.
Enfin, si son corps avait tenu le choc assez longtemps pour cela.

-Quel âge... vous avez ?

Après une rotule déboîtée, vinrent le tour des cuisses. Une flèche avait arraché un peu de chaire, tant à l'aller qu'au retour. Une lame avait entaillé le haut d'un muscle. Hormis cela, Anorn pouvait noter qu'il y avait assez peu de fractures sur le fémur. Cela ne venait pas tant de la solidité de l'os mais plutôt de la vie de la petite elfe qui ne l'avait pas amenée à souffrir de blessures sur cette zone. Il passerait donc vite à la hanche pour découvrir une nouvelle fracture avant de passer à la partie la plus dense, tant en nombre d'éléments à vérifier que de marques du douloureux passé de Macabre.
Et encore, il n'avait pas eu à voir les cicatrices superficielles des multiples séances de torture qu'elle avait enduré.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Biblio
Biblio
avatar

Féminin
Nombre de messages : 450
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   Ven 17 Fév 2017 - 21:45

Il pouvait sans peine retracer l’histoire de l’elfe qu’il était entrain de solidifier. Voire par endroit de reconstruire. Il savait qu’elle avait été esclave. Il savait qu’elle avait été sauvée d’une vie bien misérable. Les dégâts physiques devaient alors être en deçà des dégâts psychologiques. Cela expliquait sans aucun doute son comportement étrange, sa difficulté à comprendre des mots et des concepts, à s’exprimer et à ressentir quoi que ce soit. Mais il était là pour réparer le corps. Lui n’avait aucune compétence dans la reconstruction d’une psyché. Le temps passa et il la sentait se tendre un peu plus à mesure qu’il avançait. Il veillait sur son larynx à l’affût d’un gémissement étouffé, d’un signe quelconque de douleur plus intense. Il vibra quelques fois avant qu’il ne décide de faire une pause. Il était remonté sur sa hanche, après avoir constaté avec surprise que ses fémurs n’étaient pas endommagés, quand elle lui avait posé une question. Légèrement surpris qu’elle ne se concentre plus sur la rétention des gémissements, il avait retiré ses mains.

- Mille deux cent un ans. Ca doit te paraître immensément long, par rapport au temps que tu as vécu. Pourquoi cette question ?
- Je ne vois pas beaucoup d'elfes qui ont l'air vieux. Même s'ils le sont parfois.

La réponse amusa légèrement l’elfe. Il était vrai que rares étaient les elfes ayant passé le millénaire. Et en dessous de cet âge qui semblait être déterminant, le temps et les péripéties n’avaient pas forcément marqués les visages. Du moins pas comme ils marquaient aujourd’hui le sien. Il n’avait plus la peau si lisse et si éclatante. Cette dernière semblait s’être refroidie, tandis que s’étaient creusés sur son visage des sillons qu’il ne cherchait pas à masquer. Il aurait pu maintenir une apparence plus jeune, plus lisse. Mais il n’en avait ni l’envie ni le besoin. Ils témoignaient de ce qu’il avait vécu. De la flexibilité d’antan de son visage. Des émotions qui s’y étaient un jour entièrement exprimées. Il voulu lui expliquer cela mais il douta de la nécessité. On avait déjà du le lui dire. Alors il se contenta d’une seule explication.

- Rares sont les elfes qui dépassent le millénaire. Dans ces derniers, peu sont encore aussi impliqué dans les cités que je le suis. En deçà du millénaire, il est peu courant de voir des elfes aussi marqués que moi par le temps.

Et parmi les millénaires, certains ne l’étaient pas tant. Il pensa un instant au doyen de l’Académie qui, malgré les traces du temps sur son visage, gardait une certaine fraîcheur que le régent avait bel et bien perdu. Attrapant un verre d’eau sur la table, il trempa légèrement ses lèvres et bu une gorgée. Il était assez appréciable qu’on ait laissé là une carafe. Même s’il savait ne pas en avoir la nécessité absolue, c’était un confort certain. Pensant qu’elle ne rajouterait plus rien, il replaça ses mains au-dessus d’elle et repris son travail. Mais visiblement, elle avait encore une chose à dire.

- On m'a donné un âge mais ça pourrait être plus... Je ne me souviens pas de tout ce que j'ai vécu.

Les dégâts psychologiques qu’il soupçonnait tout à l’heure se révélaient alors. Elle avait des trous de mémoire et elle ne connaissait pas son âge. On avait du détruire complètement son identité. Alors, tandis qu’il remontait par son bas-ventre sur son abdomen, il lui donna ce qu’elle semblait avoir perdu.

- D’après ce que je vois, ton squelette a cent cinquante ans. Plus ou moins vingt-ans, mais je pense que cette fourchette n’est pas nécessaire. Peut-être est-ce mieux pour toi de ne pas te souvenir. Certaines choses disparaissent parfois, quand la douleur est trop grande et leur souvenir trop insupportable.

Il n’était pas rare que des elfes souffrent d’amnésie. Ils préféraient oublier, parce qu’ils savaient que sinon, ils mourraient. C’était presque certains, leur esprit ne pourrait supporter la chose et l’effacer purement et simplement était un moyen de s’assurer qu’ils resteraient en vie. Tandis qu’il pensait au pouvoir formidable de l’esprit à supprimer des pans de mémoire, les muscles et les organes de Macabre se reformaient au rythme du flux.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la rencontre de l'inhabituel | Macabre   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la rencontre de l'inhabituel | Macabre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» Danse Macabre
» [Jour 4] Un réveil inhabituel - pv : Rome et Masque
» Intrigue n°2 - Découverte macabre
» DANSE MACABRE - Demande de partenariat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: