AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Irys d'Arosque
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 155
Âge : 17
Date d'inscription : 02/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 52 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys   Mer 31 Aoû 2016 - 19:07

Tariho, IXe ennéade, Karfias de l'an IX du Cycle XI
Cantharel, Marquisat de Sainte-Berthilde.

"Quiconque prétend s'ériger en juge de la vérité et du savoir s'expose à périr sous les éclats de rire des dieux"
Irys d'Arosque

Irys réajusta sa robe sur ses épaules et passa une main sur sa fine soie pour en éliminer les plis et en enlever la poussière. Le voyage avait été éprouvant. Elle n'avait pas ménagé son cheval ni sa suite. Les quelques prêtres qui la suivait prirent une seconde pour se rendre présentables. Puis ils éperonnèrent leur monture et pénétrèrent la cité de Cantharel. L'illustre capitale du marquisat flamboyait sous les derniers rayons du Soleil de l'Eté. Le clerical parcouru les rues de la ville, écartant petites gens, bourgeois et artisans sur leur passage. Tous se retournaient, se demandant quel évènements avait fait se déplacer la Haute-Prêtresse ? Serait-ce le mariage de leur na-marquis et de sa promise ? A tous elle leur adressa un sourire et continua sa route, sous leurs bénédictions.

A chaque bambin à peine né, vieillard infirme ou veuve aveugle, l'envie la prenait de sauter de sa monture. N'était-ce pas à eux qu'il fallait se fier ? A ces travailleurs forcenés, héros endormis et esclaves de ces seigneurs les nobles ? Il était bien des fois où la Langecine se le demandait. Refoulant ses pulsions miséricordieuses, elle fit avancer la jument. Les rues de la cité étaient encombrées et le passage fut difficile mais ils parvinrent à se frayer un chemin à travers les quartiers les plus pauvres aux plus nantis. La vie y était autre. Point d'hommes borgnes ou de femmes boiteuses. Ici, soie, velours et parfum raffiné étaient de mise.

Au fil des claquements des sabots sur le sol Berthildois, la Haute-Prêtresse déboucha à l'entrée de la forteresse. Elle repoussa une mèche de son front et glissa sa main dans ses cheveux argentés.

«– Frère Charles et frère Jean, conduisez mes affaires au Temple. Nous y passerons les prochaines nuits. Frère Erik et les autres, suivez-moi. »

S'approchant du palais, elle masqua sa perplexité sous un sourire de circonstance, elle se fit annoncer.

«– Dame Irys, Haute-Prêtresse de la DameDieu, souhaite se présenter au seigneur de ces lieux, son Excellence le marquis Godfroy de Saint-Aimé. récita voix de stentor du Frère Erik. Par la volonté de notre Mère Bienveillante, ouvrez les portes».

Alors présentée, la vieille femme aperçut l'air hésitants des deux gardes postés là en faction. Si leur exercice ne leur imposait pas de se tenir à leur place, sans nul doute qu'ils se serraient agenouillés. Derrière leur masque stoïque, on percevait le dilemne. Ils s'échangèrent un regard et l'un d'eux s'en alla prévenir le marquis. L'autre se pressa de répondre :

«– Bienvenue à Cantharel, ma Dame. Le chancelier de son Excellence Godfroy va vous recevoir ».

La porte s'ouvrit et laissa la petite suite entrer. Irys fut conduite à une antichambre, où elle fut priée d'attendre. Alors elle attendit, caressant distraitement Laarth, qui s'ennuyait déjà...


Dernière édition par Irys d'Arosque le Jeu 1 Sep 2016 - 12:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Godfroy de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 196
Âge : 21
Date d'inscription : 10/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  40
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys   Jeu 1 Sep 2016 - 7:04

« Et le marquis de Serramire ? »
« Présent, messire. »
« Ah ! »

Le plan de table. C'était là une tâche tout aussi cruciale que complexe, qui exigeait non seulement une parfaite connaissance de la géopolitique, mais également un certain sens du tact. On espérait que le repas ne se finisse point en pugilat, et cela, à la veille du mariage, c'était le rôle du chancelier de Sainte Berthilde. Un homme plutôt petit, d'extraction moyenne, un bourgeois, en réalité, mais gentil, quelque peu pénible parfois, mais en lequel avaient élues domiciles loyauté et efficacité.

« Monseigneur ? »
« Plait-il ? » répondit le petit être, gardant un œil sur son plan.
« La Haute-Prêtresse est dans l'antichambre de la salle du trône. Elle a demandé à voir le marquis. Mais il a demandé à n'être pas dérangé. »
Soupirant, le dignitaire se retourna, ajustant son monocle. « Et bien je suppose que c'est à moi qu'échoit la merveilleuse tâche d'accueillir les convives ! »

Comme empreint d'un enthousiasme soudain, ce dernier se justifiant par quelque obscure raison, le chancelier remit à son aide son plan, quittant la salle du banquet, traversant celle du trône où on s'affairait aux derniers préparatifs, pour se diriger vers l'antichambre. Posant un regard sur le haut trône blanc, il se dit intérieurement que cette salle était bien plus belle à honorer un mariage, qu'à préparer la guerre.

« Mes salutations, Madame. » commença l'émissaire en effectuant une révérence. « Le marquis Godfroy vous souhaite la bienvenue en ses terres. Il est extrêmement prit, comme vous vous en doutez, par les préparatifs du mariage - tout comme moi, mais il m'a mandé afin de vous recevoir. En quoi puis-je vous être utile ? » demanda poliment le chancelier en souriant.

Revenir en haut Aller en bas
Irys d'Arosque
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 155
Âge : 17
Date d'inscription : 02/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 52 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys   Jeu 1 Sep 2016 - 8:50

"L'oiseau a son nid, l'araignée sa toile, et l'homme l'amitié."
Proverbe Péninsulaire.

La porte s'ouvrit, laissant entrer le chancelier. C'était un homme de petite taille, un monocle à l'oeil. A son arrivée, Laarth fila entre les pans de tissus de la robe bleue d'Irys, ne voulant pas se dévoiler à cet homme inconnu que sa maîtresse appréhendait. Le bourgeois s'inclina tandis qu'elle se levait. Il expédia les politesse d'usage, glissant au passage un mot faisant comprendre son dérangement. La Haute-Prêtresse sourit à son égard.

«– Vous me voyez désolée de vous déranger dans vos préparatifs, chancelier... ? commença-t-elle, attendant le nom de son interlocuteur. Soyez-sûr que je ne serai pas longue. »

Elle adopta un ton révérencieux. Dans son esprit, la voix du petit dräke résonna pour lui apporter son conseil. La main de la veuve s'égara pour toucher le petit être caché.

'– Un homme honnête et dévoué... '
'– Assurément. ' répondit-elle mentalement.

Baladant son regard sur la pièce et sur l'émissaire, Irys laissa planer le silence quelques secondes. Puis elle reprit :

«– Bien que je n'y ai pas été spécialement invitée par son Excellence Godfroy, on m'a appris il y a peu la mariage du na-marquis et d'Azénor D'Anoszia. Pour une union d'une telle importance dans le royaume, il est d'usage que le Haut-Prêtre ou sa consoeur soit convié à officier. Avec l'accord des mariés, je souhaiterai présider la cérémonie, en compagnie du Grand-Prêtre de Sainte-Berthilde. J'imagine que le marquis n'y voit aucun inconvénient ? »

Elle fit une pause, inspira un coup, fixa le chancelier dans les yeux et poursuivit.

«– De plus, je souhaiterai me présenter à la jeune promise. Avec les circonstances particulères de son union, je voudrai m'assurer moi-même de sa bonne forme. »

Irys sourit une nouvelle fois. Elle s'attendait à une remarque de Laarth, mais celui-ci resta silencieux. Elle perçut cependant son amusement et le lui renvoya.

Citation:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Godfroy de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 196
Âge : 21
Date d'inscription : 10/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  40
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys   Jeu 1 Sep 2016 - 9:11

Le chancelier rajusta son monocle, de ses deux doigts fins. Les demandes de la religieuse firent oublier au commissaire de répondre, ce dernier manquant alors de se présenter. Il joint ses mains devant lui, répondant à la religieuse avec un profond respect.

« Et bien, Madame, c'est que le grand-prêtre de Sainte Berthilde est une connaissance de longue date du marquis. C'est avec lui qu'il a les accords concernant le prieuré, d'ailleurs...Mais je suis navré, vous avez parlé d'un usage, mais il me semble, avec tout mon respect, qu'il s'agit plus d'une demande des mariés, ou de leurs parents, que d'une tradition. » Le chancelier répondait avec la plus grande prudence et la plus gentille des innocences. « Aussi, comme vous l'avez souligné, Madame, vous n'avez point été conviée à présider cet office. »

Le chancelier posa son écriteau sur la table, reprenant. « Vous assurer de sa bonne forme ? C'est fort prévenant de votre part, Madame - mais soyez assurée que le marquis a à cœur la bonne santé de ses gens, autant les actuels que ceux à venir. Votre considération est fort louable, mais votre inquiétude n'a point lieu d'être. » Le chancelier arbora un sourire poli.




Dernière édition par Godfroy de Saint-Aimé le Jeu 1 Sep 2016 - 11:30, édité 1 fois (Raison : (faute de syntaxe corrigée))
Revenir en haut Aller en bas
Irys d'Arosque
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 155
Âge : 17
Date d'inscription : 02/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 52 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys   Jeu 1 Sep 2016 - 11:00

"Le choix en politique n'est pas entre le bien et le mal, mais entre le préférable et le détestable."
Proverbe Péninsulaire

Irys remit le châle sur ses épaules. La réponse du chancelier la fit sourire de plus belle. Elle se doutait que derrière les mots du bourgeois se cachaient les paroles du marquis. Il lui avait témoigné le même désintérêt poli dans ses missives. Sa prudence était tout de même gage d'une crainte dissimulée.

«– Je suis bien au fait de la relation qu'entretient le Grand-Prêtre avec le marquis. Cependant, je crois me souvenir que les Grand-Prêtres se soumettent à l'autorité des Haut-Prêtres lorsque la situation l'imposent. Avec tout le respect que j'ai à l'égard de Frère Béranger, il m'accordera la présidence de cet office. Je lui ai d'ailleurs adressé une missive à ce propos, l'informant de ma décision. »

Un mot après l'autre, le ton poli toujours de mise et un sourire sur les lèvres, Irys continua.

«– Je suis certain que les mariés et leur familles n’émettront pas d'objection quant à l'honneur qui leur est fait. A moins que son Excellence ne souhaite transgresser d'autres usages communs ? »

Lourd de sous-entendus, la Haute-Prêtresse faisait évidemment référence à l'enlèvement d'Azénor d'Anoszia. Cet évènement, dont elle avait entendu les protestations jusqu'à Diantra, l'avait convaincue de se rendre à Cantharel. N'en déplaise au prieur de Saint-Aimé, le Grand-Prêtre s'était rangé de son avis : aucun vœux ne serait prononcé sur le Choix tant que ledit Choix n'avait pas été vérifié auprès de la mariée.

«– Je suis sûre que le marquis s'occupe fort bien de ses gens. Malgré tout, je souhaite m'assurer qu'Azénor ait été bien traitée après sa captivité, et que le mariage relève effectivement de son Choix. N'ayant l'accord de la famille Anoszia, celui de la mariée me semble d'une importance primordiale. Là encore, le marquis ne voudrait sans doute pas que l'on croit qu'il ait été la cause du malheur d'un deuxième enfant Anoszia ? »

'La Paix est un bien que les nobles semblent ignorer, tout autant que les conséquences de leurs guerres...' pensa Irys.

Citation:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Godfroy de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 196
Âge : 21
Date d'inscription : 10/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  40
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys   Jeu 1 Sep 2016 - 11:18

Regardant discrètement la pendule, qui siégeait dans l'antichambre, le chancelier pesta contre le temps, que sous bien des aspects, il perdait. Reprenant la parole, le chancelier répondit.

« Vous avez raison, ils s'y soumettent lorsque la situation l'impose. Mais pardonnez-moi, Madame, mais votre élévation en tant que haute-prêtresse...n'a pas encore eu lieu, si je ne m'abuse. Aussi je doute fort que le Grand Prêtre de Sainte Berthilde, ami du marquis depuis de longue date, ait manqué de lui annoncer non seulement votre missive, mais aussi votre intention de présider cet office. Aussi mon seigneur ne risquera point de transgresser d'autres...usages. Une union de nobles peut ne pas être présidé par un haut-prêtre, Madame. Un, ou deux prêtres, peuvent suffire amplement.  »

Reprenant son écriteau, le chancelier reprit. « Mon maître sera ravi et honoré d'apprendre la confiance que vous semblez porter en la noblesse de Sainte Berthilde, et plus particulièrement en son marquis. Et, comme vous le mentionnez, vous saurez qu'Oschide d'Anoszia est présent pour répondre de ses crimes. Leur justesse ou leur pertinence ne relève malheureusement point de votre autorité, madame - d'autant que la présence d'Azénor d'Anoszia ne relève uniquement de son fait. Il n'y point eu d'enlèvement. » Souriant en replaçant son monocle, le chancelier reprit. « Nous avons cependant noté votre insistance à observer et commenter les agissements de notre seigneur. Votre présence à Diantra en compagnie du duc de Langehack, autant que votre affiliation bien connue à l'égard de cette terre, nous pousse à nous demander si vous êtes uniquement guidée par des motivations religieuses et impartiales. Nous avons tous été attristés d'apprendre le sort de Lucilia d'Erac, il est malheureux qu'une personne de son rang n'ait point appliqué un adage pourtant bien connu : « Rendez aux nobles ce qui est aux nobles, et aux dieux ce qui est aux dieux. »

Revenir en haut Aller en bas
Irys d'Arosque
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 155
Âge : 17
Date d'inscription : 02/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 52 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys   Jeu 1 Sep 2016 - 12:18

"La loi de Dieu s'étend plus que les lois humaines."
Proverbe Péninsulaire

Irys regarda le chancelier débiter un laïus dont, à l'évidence, il ne mesurait pas les proportions. Son sourire disparu, au profit d'une mine plus dure. Elle écouta le discours des plus déplaisant de l'émissaire du marquis. Penser que son rôle de Haute-Prêtresse ne commençait qu'à l'instant où elle recevrait les intentions du Conclave était une preuve d'une naïveté navrante. Le Grand-Prêtre, partie intégrante du Conclave qui l'avait déja choisi à la tête du culte, l'aurait bien compris en recevant sa missive, envoyée le matin même. Pourtant, il semblerait que la vérité éclatante ne brillait pas à tous les étages du palais de Cantharel.

Venu le moment où, déballant toute la confiance que lui offrait son titre, le chancelier lança son argument tant prévisible à l'égard de son affiliation aux terres du Langehack. Elle resta un moment interdite en se demandant qui avait bien pu informer le marquis d'une telle entrevue avec Oschide d'Anoszia, mais, à l'évidence, l'espion n'avait pas cru utile de révéler la teneur des propos qui avaient été échangés.

'– Habile. '
'– Habile, certes, mais bien sot. '

«– Messire, vous semblez ne pas comprendre toute l'étendue du problème. Je vais être plus claire. Il n'est plus question d'usages, à présent : votre maître a démontré n'y porter aucune attention. Si son Excellence le marquis ne consent à ma requête, aucun voeux, par quelques prêtres que ce soit, ne sera prononcé devant les dieux. Je ne vous ferai pas l'affront de répéter ici les mots destinés à faire d'un homme et une femme un couple ; vous savez fort bien que cette union est l'affaire des dieux, et donc de mon ressort. Quant au duc Oschide d'Anoszia, je doute que soa capture relève de la simple affaire de justice. Vous apprendrez par ailleurs que notre entrevue à Diantra avait pour but de marquer ma désapprobation pour les actes belliqueux du duc. Bien qu'elle soulève votre intérêt – j'en suis ravie, cette conversation ne remet en rien en cause mon serment d'impartialité. Irys fit une pause, inspira et reprit : Vous semblez bien connaître les adages, messire chancelier, alors pensez à celui-ci : "La loi de Dieu s'étend plus que les lois humaines, les prêtres en sont seuls juges." »

Se relevant, elle s'adressa au chancelier :

«– A présent, vous serez fort aimable de me conduire à Azénor d'Anoszia. Ou, tout du moins, de la faire venir à moi. Ce ne sera pas long. »
Citation:
 


Dernière édition par Irys d'Arosque le Jeu 1 Sep 2016 - 12:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Godfroy de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 196
Âge : 21
Date d'inscription : 10/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  40
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys   Jeu 1 Sep 2016 - 12:41

Le chancelier leva un sourcil.

« Merci pour votre considération envers le duc, mais il se porte très bien dans ses appartements. » Le chancelier sourit poliment à nouveau, sentant la patience abandonner celle qui devait en être remplie. « Et c'est un très bel adage Madame. Fort heureusement, il ne s'agit pas ici que des lois. Et de quel Dieu parlez-vous ? Je n'oserais point vous rappeler qu'il y en a cinq. » rappela le chancelier en souriant.

Le chancelier, ayant récupéré son écriteau, sorti après avoir conclu cette première rencontre. « Veuillez donc rester ici, Madame. Je ferais venir mademoiselle Azénor dès que possible. » Refermant la porte derrière lui, il demanda à ce que la grande prêtresse ne vienne point bousculer les préparatifs. Prenant son temps pour s'exécuter, Azénor fut informée de la présence de la prêtresse une bonne heure après son arrivée à Cantharel.

On conduisit la fiancée, la veille du mariage, le jour où elle devait être seule pour se préparer, voir la grande prêtresse.

Revenir en haut Aller en bas
Irys d'Arosque
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 155
Âge : 17
Date d'inscription : 02/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 52 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys   Mar 6 Sep 2016 - 17:50

"Quand le roy abuse, on lui coupe la tête.
Maxime populaire péninsulaire

Irys ne broncha pas lorsque la réplique du chancelier cingla, insultant son accent langecin. Elle n'émit aucune remarque quant à l'affront qui lui était fait. Son attente dura plusieurs dizaines de minutes et son agacement grimpa en flèche. Qu'attendre d'un seigneur qui savait manipuler ses gens pour leur faire oublier le respect le plus singulier ? Pendant près d'une heure au pendule, dont les balancements rythmaient le silence, la Haute-Prêtresse patienta. De la fenêtre qui donnait sur la cour, elle observa les préparatifs du mariage. Ce serait une grande fête, sans doute.

On finit par faire introduire la jeune Anoszia, resplendissante à la veille de son mariage. Difficilement, la veuve se leva à son entrée et chassa d'un geste de la main le garde devant la porte. La porte claqua contre le bois et marqua un silence. Les deux femmes se regardèrent dans les yeux. La Haute-Prêtresse étudia ces yeux innocents, presque enfantins, de la jeune femme, tandis que celle-ci pouvait remarquer les rides qui cernaient le visage de l'aînée. Irys s'approcha et pris la main d'Azénor.

«– Mon enfant... Je suis désolé de ce qui vous arrive. J'espère que votre mariage pourra vous contenter après ces durs évènements. Mais nous avons bien des choses à nous dire. Asseyons-nous, je vous en prie. »

La petite s'assit sur le fauteuil et glissa poliment :

«– A qui ai-je l'honneur, Ma Dame ? »

Irys réprima un sourire amusé et lui répondit sur le même ton.

«– Je suis Irys. Irys d'Arosque, future Haute-Prêtresse de notre Bienveillante Mère. C'est moi qui ait la charge d'unir deux âmes pour la vie. Je suis venue te poser quelques questions à ce propos. M'écoutera-tu avec attention ?
Biensûr, Ma Dame... »

Impressionnée, la jeune femme se redressa. Irys sentit la déférence nouvelle dans sa voix, mais pas de trace de tremblement. Elle semblait sereine. « Une bonne fille, à l'éducation parfaite. Un excellent parti pour le fils du marquis. » pensa la langecine.

«– Bien. Tu sais que c'est un grand péché de mentir à la DameDieu, n'est-ce-pas ? commença-t-elle. Biensûr, quelle question... Vois-tu, ton mariage est le complexe aboutissement de stratégie politique. Tu imagines donc qu'il ne plaît pas à tout le monde. »

Irys fit une pause, inspira. Elle parlait lentement et choisissait ses mots avec soin, laissant à Azénor le temps de comprendre. De ses réponses dépendraient son avenir et celui de la Péninsule.

«– Je suis là pour faire taire les doutes au sujet de votre mariage, à toi et au na-marquis. Tu vas prêter serment devant Néera, en engageant ton Choix et ta vie. Je voudrai que tu m'assures que tu as bien compris tout ce que cela impliquait pour ta vie future. Je veux savoir si cela t'a été imposé, si oui par qui. Répond-moi honnêtement, s'il te plait. »

Elle vit passer sur le visage de la future mariée une subtile hésitation. Elle lui bredouilla quelques mots :

«– V-vous garderez cela pour vous n'est-ce-pas ? »

La Langecine hocha la tête calmement. La réponse de son interlocutrice parlait pour elle, mais son hochement de tête confirma son intuition : elle avait devant elle une énième victime des manipulations politiques. Pauvre petite. Signe de son désarroi, une première larme coula sur le visage d'Azénor, puis une seconde. Elle réprima un sanglot en silence. Irys lui prit la main.

«– Je suis désolée que cela se soit passé ainsi. Personne ne devrait avoir à vivre cela. Pas même la fille des grands seigneurs. Je peux encore t'aider. Dis moi un seul mot et demain, tu ne monteras jamais à l'autel.
Ma Dame... J'ai peur que vous ne puissiez empêcher cela...
Mon enfant... Dis-moi simplement si tu veux encore te marier. La Haute-Prêtresse a toujours eu l'oreille des Seigneurs. Et même si le marquis fait le sourd à mes paroles, j'ai encore du pouvoir en ses terres. »

Azénor lui serra la main. Sa poigne était forte, comme si cette étreinte la retenait alors qu'elle tombait de sa falaise.

«– Je ne sais pas... Vous ne savez pas ce que j'ai subit ici... Mon frère est aussi captif au château, on ne me laisse pas le voir, ni même prendre de ses nouvelles ...
Fais moi confiance, Azénor d'Anoszia. Mais il faut faire ton Choix. Dis moi ce que tu veux, je ferai en sorte que cela se réalise.
Dame Irys... il a abusé de moi... »

Ses yeux bleus s'agrandirent. Sa main se crispa autour de celle d'Azénor.

«– P-Pardon ? »

Pour appuyer ses propos, la jeune fille leva son bras et dévoila des marques bleuâtres.

«– Et d'autres que ma pudeur se répugne à vous montrer ... »

Un semblant d'air résolu sembla se peindre sur les traits de la jeune femme, tandis que la Haute-Prêtresse restait silencieuse après ces révélations.

«– J'épouserai Louis... Louis n'est pas comme son père... Que Néera ai pitié de ma pauvre âme. »

Irys garda le silence un moment. Elle serra plus encore la main d'Azénor, compatissant à sa douleur. Elle connaissait le marquis Godfroy, mais jamais elle n'aurai pensé qu'il ait pu faire une telle atrocité. Quelle autre tare cachait-il sous ses airs de noble aux manières mielleuses ? Les Cinq seuls le savaient.

«– Je... je... Azénor, mon enfant. Néera a pitié de votre âme. Votre douleur n'a pas de nom, et le marquis paiera pour ce crime. Je ne peux qu'espérer que votre mariage se déroulera mieux... Je suis désolée de vous avoir forcé à vous confier. Je garderai le Silence, comme vous me l'avez demandé... puis-je faire quelque chose pour vous apaiser ?
Oui ...heu ... Prions un instant, Votre bienveillance, la douceur féminine me ravive le cœur ... »

Lui accordant ce dernier souhait, Irys entraîna la petite vers le fond de la pièce. Elle déposa une plume sur le sol et, joignant les mains et ferma les yeux, elle entama une douce litanie aux sonorités mélancoliques.

«– J'aurais aimé vous rencontrer en d'autres circonstances, Dame Irys.
Moi de même, mon enfant, moi de même... »

Et posant les yeux sur ce visage enfantin marqué par la douleur et la cruauté de sa vie, la veuve vint à se demander comment le dessein d'hommes si grands pouvait mettre en jeu de si petits êtres si innocents...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paroles de la Voix de Néera | Godfroy & Irys
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Paroles de Jean Dominique:
» Haiti Les Paroles D'un Assassin En Liberte Et Les Cris D'une Veuve En Exil !
» Les grandes voix du rock
» Premier ministre Garry Conille par 16 voix pour, 4 contre et 5 abstention
» Saurez-vous compléter ces paroles de chansons...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: