Partagez | 
 

 L'un des leurs. L'un des siens. ( Solo )

Aller en bas 
AuteurMessage
Méliane de Lancrais
Humain
avatar

Nombre de messages : 193
Âge : 33
Date d'inscription : 14/04/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: L'un des leurs. L'un des siens. ( Solo )   Jeu 15 Sep 2016 - 21:05


Favriüs, premières heures du Jour 8, Enneade 2. 9 ème année du 11ème cycle.

L'aube pointait a peine a l'horizon et pourtant la duchesse et une petite délégation attendaient déjà devant les portes de la cité. Ce n'était point un événement officiel qui les amenait la, voila pourquoi l’escorte était si faible. La dame de Langehack accueillait sur ses terres Oscario d'Anoszia. Quelques jours plus tot elle avait reçue un pigeon l'informant qu'il demandait autorisation de gagner un des ports du Langecin avec son navire. La veille au soir il avait accosté et elle attendait désormais sa venue, un brin anxieuse il fallait l'avouer. Les messages avaient étés brefs, si bien qu'elle ignorait de quoi il pouvait bien être au courant ou non, de ce qu'elle savait il avait quitté la péninsule depuis de longues Enneades déjà. Devoir le confronter au deuil des siens, mais également au malheur qui avait frappé sa famille, était une épreuve qu'elle n'avait guère envie d'avoir a affronter. Mais il avait beau être l'un des leurs, il était également l'un des siens, elle ne faillerait donc pas a son devoir quoi qu'il lui en coûte. Oschide n'était plus la pour remplir le rôle qui était sien, il en incombait donc a son épouse. En sa mémoire, elle se devait d’être la garante du bien être de sa famille.

Bientôt il paru a sa vue, posant son regard au bleu familier dans le sien. C'était la un poignard dans son cœur en deuil. Oschide avait les mêmes yeux, il lui était donc impossible de contempler Oscario sans penser a lui. S'efforçant de sourire, tandis qu'il s'incline respectueusement avant d'envelopper sa main dans les siennes pour la baiser, elle en profite pour le détailler. A la façon dont ses épaules sont affaissées, ses traits tirés et son regard triste, elle en conclut qu'il sait. " Votre altesse c'est un honneur pour moi que de poser pieds sur vos terres, je vous suis gré de nous y accueillir moi et mon équipage. " Le ton est emprunt d'assurance, il joue le même manège qu'elle, force et froideur mais probablement que dans l'intimité, il souffre tout autant qu'elle. " L'honneur est mien Oscario, j'eu juste préférée que les circonstances soient autres... " Elle soupire doucement, obliger de se détourner de cette vue qui lui est si douloureuse. " J'imagine que vous savez ... " Lâche t'elle finalement dans un presque murmure. " Je sais. " La réponse est brève, témoignant de la pudeur de ses sentiment et sied parfaitement a un Anoszia. " Si il y'a quoi que ce soit que je puisse faire pour vous soulager des maux qui vous accablent, n'hésitez pas a venir vers moi. " Il lui adresse l'ombre d'un sourire et rien que cela lui fait terriblement mal, tant ça lui rappelle ceux de son époux. " Ma dame, vous en avez déjà fait plus que je n'aurais du demander. "

Qu'avait t'elle fait ? Les accueillir ? Écrire quelques lettres, c'était si peu et pourtant cela la mettait dans une position peu enviable, mais la justice n'a pas le prix que l'on désire y mettre, mais le prix qu'elle vaut et parfois elle coûte bien chère quand on se veut l'instrument d'une justice juste. " J'étais encore il y'a peu l'une des vôtres et vous étiez l'un des miens, je dois a la mémoire de votre frère de me faire la gardienne de ce qu'il reste des siens. " Elle se tourne légèrement vers lui pour lui indiquer d'un geste de la main de marcher a ses cotés, leur suite respective les suivant a distance. " Oscario, je tiens a vous faire part de mes condoléances .. Je n'ose imaginée la peine qui est la votre. Tant d'épreuves se sont misent sur le chemin de votre famille. " Un léger silence, elle lui jette un coup d’œil de coin et s’aperçoit qu'il a l'air pensif. L'homme insouciant dont elle gardait souvenir semble bien loin en l'instant. " Vos condoléances sont également les miennes douce dame et je ne sais que trop bien que vous êtes a même de comprendre quelles douleurs je traverse. " Il avait raison bien sur, elle avait beau affichée sa force aux yeux du monde, la perte de ses enfants et de son époux avaient laissés son être en lambeaux. " J'ajouterais votre altesse et je suis sure que si mon père le pouvait il se joindrait a moi dans mes mots, que vous serez toujours l'une des nôtres, une Anoszia. Vous en avez le cœur et la force. " Les pas de Méliane se stoppent un instant, le temps qu'elle se tourne vers lui pour presser brièvement son bras en signe de reconnaissance puis ils reprennent leur chemin.

Le silence se pose a nouveau pendant un petit moment, si il est simple de faire figure de façade froide aux yeux du monde, il est bien délicat de se complaire a la discutions avec quelqu'un victime des memes tourments que les siens. La duchesse prend sur elle de rompre la première, ce chant de la douleur. " Je ne sais si vous en avez été informer, mais l'enterrement de votre frère aura lieu demain. Le bateau ramenant ... " Sa voix se brise, mais elle se reprend bien vite. " Son bateau sera la demain matin. " Il hoche la tête, elle le sent tendu, même si il tache de ne rien en laisser paraître, elle espère etre meilleure que lui a ce jeu, sans quoi sa mascarade de femme forte ne doit guère convaincre personne. " Je l'ignorais, il est heureux que je sois arrivé ce jour .. Les dieux sont parfois cléments. " Ses mots son amères, elle ne peut guère lui reprocher pas alors que le destin s'acharne sur lui comme sur elle. " Si mes informations sont exactes, vous avez longuement été absent de la péninsule ? N'y voyez pas une quelconque atteinte a votre vie privé, mais face aux derniers événements, j'ai cherchée chacun d'entre vous afin de vous amener a gagner mes terres ou je puis vous l'assurer vous êtes sous ma protection. " Les traits de l'Anoszia s'étirent d'un faible sourire. " Qui ne voudrait pas que si belle dame s'informe de sa vite privée ? " Tente t'il de plaisanter avant de reprendre plus sérieusement. " Je vous suis gré de la protection que vous accordez aux miens votre altesse, ma reconnaissance est sans limite mais je ne voudrais pas que nous vous soyons l'objet de quelques sources d'ennuis. "




Dernière édition par Méliane de Lancrais le Jeu 15 Sep 2016 - 22:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Méliane de Lancrais
Humain
avatar

Nombre de messages : 193
Âge : 33
Date d'inscription : 14/04/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'un des leurs. L'un des siens. ( Solo )   Jeu 15 Sep 2016 - 21:07


Elle secoue la tête. " Je suis prête a affronter tout les tourments que les cieux jugeront bon de m'envoyer si tenter que cela fasse raisonner en mes terres une justice juste. Le Langecin ne fait pas parti du royaume du Soltaar. Votre présence ne m'est dont pas un fardeau et tant que clémence ne vous aura pas été accorder a vous et a votre frère, mes terres ne rejoindront pas un royaume dont les lois aveugles gouvernent une justice injuste. " Le ton était déterminé, la voix claire, le regard brillant, si bien que cette fois l'Anoszia souri franchement. " Vous êtes une bénédiction pour notre famille ma dame, je rends grâce aux dieux au moins pour cela. " Il s'inclina légèrement pour ponctuer ses mots. " Pour en revenir a vos paroles, j'ai en effet passé de longues Enneades loin de la péninsule. J'étais en Nanie, la ou la tempête m'a retenue plus longtemps que je ne l'avais prévu. " Le sourire d'Oscario se fait plus intense et elle aperçoit en ses yeux une lueur de bonheur qu'elle lui envie. " En Nanie ? " S'étonne t'elle avant de stopper ses pas pour se tourner vers lui.  " Y auriez vous dont accompagné Angelina ? Votre frère ne m'avait point dit que vous faisiez parti du voyage. " Rien qu'a la mention d'Oschide, son cœur se serre douloureusement, pourtant elle n'en laisse rien paraître, vilaine habitude nécessaire a laquelle elle a finie par se faire. A ses cotés l'Anoszia lui n'a rien perdu de son sourire, comme si il avait quelque chose a quoi se raccrocher en ces temps sombres qui les oppressent pourtant tout deux. " Mon frère ignorait tout de mon voyage comme chacun des miens .. " Ses épaule s'affaissent, son sourire se fane et la lueur brillante de ses yeux se ternie. " Si il m'est un grand regret de ne point avoir été la pour les miens, d'avoir failli a mon devoir envers eux, je ne saurais renié le bonheur que ce voyage m'a apporté. "

Elle accroche son regard au sien, malgré le mal insidieux que lui procure la vue de ce bleu. " Vous n'avez rien a vous reprocher Oscario et je sais que votre père ne vous reproche rien .. Je suis certaine qu'il lui a été un soulagement que de vous savoir loin quand le destin en est venu a s'acharner sur les vôtres. " Il remue a peine la tete en signe d'assentiment. " J'aimerais avoir la meme foi que vous ma dame, mais je crains de n'avoir irrémédiablement déçu mon père alors qu'il avait plus que jamais besoin de moi. " Seul le silence lui répond, il y'a des choses qu'il ne croira que de son père, des choses qu'il n'appartiendra jamais a elle de dire, si bien qu'elle détourne le sujet. " Un jour votre père vous dira qu'il n'en ait rien, croyez le .. Mais en attendant si vous avez quelconque source de bonheur, je vous saurez gré de ne pas me les taire. En ces instants difficiles qui nous accaparent plus que nous le voudrions, une bonne nouvelle ne se refuse pas. " Faible victoire, elle lui arrache a nouveau un sourire. " Votre altesse sera la première a l'apprendre et je vous demanderais de le taire tant que nous n'aurons pas rendus la chose officielle, mais Angelina est désormais mon épouse. " Méliane le fixe longuement. " Votre épouse ? " Répète t'elle. La dame avait beau être magnifique, être une Soltariel et possédait des terres, elle doutait qu'Arichis ait jamais donné accord a cela, puis lumière se fait et elle comprend pour la Nanie. " Vous l'aimez. " Murmure t'elle alors comme une évidence. " Elle est le soleil de ma vie. " Plaisante a moitié Oscario, mais elle n'est pas dupe. Elle voit la lueur de son regard, elle reconnait au timbre de sa voix des sentiments que l'on ne peut cacher. Des sentiments qu'elle a éprouvée pour son frère .. Ah douleur traîtresse qui ne lui laisse jamais nuls répits. " C'est une femme formidable, je ne risque rien a dire qu'elle saura vous rendre heureux. " Les mots étaient sincères, si la dame de Solaria n'avait pas été ce qu'elle est, elle aurait pue en être jalouse de par le lien qui l'avait unie a Oschide, mais comment éprouver le moindre sentiments négatifs envers une femme si pleine de bonté qu'elle l'avait guérie de ses maux, les prenant pour elle ?

" Votre frère en aurait été heureux pour vous deux. " L'anoszia parait septique, ce qu'elle ne comprends pas, mais elle ne le questionne pas. Laissons le temps etre heureux quelques instants encore. " Recevez toutes mes félicitations Oscario, vous et elle bien entendue. Rassurez vous, je garderais cela pour moi aussi longtemps qu'il se fera nécessaire. Je suis sure qu'elle est fière d’être votre épouse. " Il hoche la tête vigoureusement. " Elle l'est ma dame, plus qu'elle le devrait même au vu des récents événements. " Le château apparaît devant eux. " Allons il est certain qu'elle doit s'estimer chanceuse de vous avoir pour époux. " L'Anoszia redresse les épaules, un sourire un brin rieur malgré la tristesse de ses yeux. " C'est moi qui suis chanceux votre altesse .. Mais il ne faudra pas lui répéter cela. " Clame t'il dans un clin d’œil. " Ah la fierté Anoszia. " Se moque t'elle, les faisant rire tout deux d'un rire sans grande gaieté, mais malgré tout léger et sincère, c'était agréable et pourtant ça les fit tout les deux se sentir coupable. C'était la preuve que la vie continuait alors que pour d'autres elle s'était arrêtée. " Vous rejoindra t'elle bientôt ? " Le front de celui qui fut son beau frère se fait brièvement soucieux. " Je l'espère, elle s'en voudrait de manquer l'enterrement... Nos chemins se sont séparés car elle a insisté pour retrouver mes sœurs et ma fille... " Il se détend a peine, un faible sourire étirant pourtant ses traits. " Après m'avoir commander de me rendre a Langehack, le croyez vous ma dame ? " Il beau prendre un air offusqué, il est visible que penser a elle le rend heureux.

Un sourire faible mais présent apparaît sur les lèvres de la duchesse, tandis qu'elle lui répond. " C'est la une dame de caractère que vous avez pris pour épouse sire d'Anoszia. " Il hoche la tête avec vigueur. " Vous n'avez pas idée ma dame. " Oh il se tromper, de par les histoires que lui avait compté son époux, elle avait une image assez précise du caractère de la dame. " Sachez en tout les cas que vous, comme elle, ainsi que vos sœurs ou tout autre Anoszia le désirant, êtes bienvenus sur mes terres. " Les grandes portes du palais s'ouvrent devant eux. " Recevez en toute ma gratitude Méliane, la mienne et celle des miens. " Répond il d'une familiarité dont elle ne se choque pas. " Si il y'a quoi que ce soit que nous puissions faire en remerciements de votre dévotion, n'hésitez point a le faire savoir ma dame. Demandez et j'exaucerais. " Ils sont maintenant dans les jardins ou les attende l'intendant ducal. Elle se tourne vers lui, un sourire triste sur son visage, sa main se posant sur celle de l'Anoszia. " Restez en vie .. Restez en vie et soyez heureux. " Souffle t'elle en une prière sincère. Si elle avait renoncée a tout espoir en ce domaine pour elle même, elle ne pouvait que le lui souhaiter a lui, et aux siens, le plus sincèrement du monde. Oscario baisa délicatement sa main avant de la relâcher. " Je m'y emplois ma dame... Je m'y emplois. " Elle hoche la tête puis lui désigne l'homme qui se tient a distance respectable. " Voici mon intendant, il va vous conduire a vos appartements. Si vous avez besoin de quoi que ce soit n'hésitez pas a en faire appel a lui.. " Un sourire. " Je suis heureuse de vous savoir ici Oscario... Maintenant si vous voulez bien m'excusez, je dois m'en retourner a mes responsabilités, nous nous verrons plus tard si vous le voulez bien. " Il acquiesce poliment, elle se détourne et regagne les couloirs du palais. Elle avait fort affaire a la veille de l'enterrement de son époux, puis elle devait informée plusieurs personnes de la présence de l'Anoszia sur ses terres, a commencer par le conseiller Cleanthe, il n'y'avait nul plus fervent défenseur de leur cause que lui, autre qu'elle même bien sur. Puisse cela suffire a les protéger tous.
Fin du rp.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
 
L'un des leurs. L'un des siens. ( Solo )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'un des leurs. L'un des siens. ( Solo )
» Nos vos leurs s'accusent
» Ils mentent sur leurs CV
» Nos vos leurs sont toujours innocents.
» J'aime les licornes et leurs jolies cornes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Marquisat de Langehack :: Marquisat de Langehack-
Sauter vers: