Partagez | 
 

 Jamais bien loin | Castielle [Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Rhys
Humain
avatar

Nombre de messages : 98
Âge : 27
Date d'inscription : 15/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Jamais bien loin | Castielle [Terminé]   Dim 18 Sep 2016 - 20:38


Trois jours de mer.

C’était une solution bien plus viable que les deux ennéades qu’il leur aurait fallu pour faire le tour du golfe à cheval, mais tout de même.

Trois jours de mer.

Trois jours à vider tripes et boyaux par dessus le bastingage du Gaillard, à ne plus savoir si les haut-le-coeurs étaient dus au mal de mer ou à la simple pensée de devoir ingérer la moindre miette à chaque fois que Nymaël approchait. “Vomir le ventre vide n’est que fort peu recommandé, mon ami”, lui avait dit l’elfe sans rimer et en finissant sa phrase par ‘mon ami’, double signe révélateur de son sérieux. Rhys ne l'aurait-il pas si bien connu, il aurait presque pu croire que son flamboyant comparse s'inquiétait. Le jeune homme avait donc passé la traversée à ne faire que ça. Dormir était impossible, manger était une vraie torture, d’autres “activités” semblaient absolument hors d’atteinte - Eylin elle-même lui interdisait d’approcher, mi-compatissante, mi-moqueuse. Un calvaire.

Que ne ferait-on pas pour ceux que l’on aime.

Cela s’était arrangé dès qu’ils avaient mis pied à terre à Amderran, deux jours plus tôt. L’estomac remis, presque parfaitement reposé après une nuit dans un lit qui ne tanguait pas, voyageant sur un cheval et non un pont à la prise peu sûre, Rhys avait récupéré sa bonne humeur habituelle. La mer c’était un peu comme l’alcool, à chaque fois il se promettait que c’était la dernière.

Le soleil déclinait sur leur cinquième journée de voyage lorsque les sept Sans-Couleur parvinrent aux portes de Langehack, capitale du Langecin. Au demeurant une très belle ville, surplombée par un palais ducal plus beau encore, mais loin, si loin des charmes de Thaar, et qui remémorait au jeune homme à quel point il ne regrettait pas avoir quitté la Péninsule, et à quel point l’endroit ne lui manquait pas. Il pensait avoir droit à un émissaire, sa lettre à la duchesse ne permettant pas de réponse, ne serait-ce que pour lui permettre de résoudre la question du logement, mais n’avait trouvé personne ne l’attendant aux portes de la ville. Pas même Castielle…

Le groupe avait donc pris la direction du palais… avant d’être arrêtés par un peloton de gardes en armure, armés, gantés, commandés par un officier à l’air aussi sérieux que sa moustache était entretenue. Rhys pouvait comprendre : un groupe inconnu, en partie armé, prenait la direction du palais sans être annoncé au préalable… Et quel groupe : Olvar foutait une trouille bleue au chiard encore vert, sans doute l’écuyer de l’officier moustachu, qui ne l’avait pas encore quitté des yeux et semblait se cacher derrière la hampe de sa hallebarde; Nymaël, qui aurait mieux fait de mettre une capuche, arborait fièrement ses oreilles pointues au milieu d’une ville péninsulaire ; Ellandra, une femme gantée, armée, à l’assiette parfaite… Force était de constater qu’il y avait de quoi attirer l’attention. Et encore, personne n’était en armure. Après un court échange et un peu d’hésitation, on envoya le gosse aux genoux tremblants chercher l’intendant ducal, l’officier se montrant fort peu désireux de laisser le groupe s’approcher d’avantage du palais. Il régnait un silence chargé de tension lorsque l’homme arriva, qui expliqua poliment mais succinctement qu’il était impossible de les recevoir au palais pour l’heure, mais que leur amie avait été logée dans une demeure largement assez grande pour tous les accommoder et qu’ils étaient priés de bien vouloir s’y rendre dans les plus brefs délais, sans doute pour éviter que le nombre de passants qui s’étaient amassés autour des deux groupes ne grossisse trop. Il leur fit également comprendre qu’il était impossible de les laisser circuler à leur guise en l’état.

C’est donc escortés qu’ils gagnèrent le petit palais qu’occupait Castielle. Rhys avait connu des nobles moins bien logés… Cela supposait une entente plus que cordiale entre elle et la duchesse, mais étant la mère du premier enfant du mari de cette dernière, et de sang-mêlé qui plus est, Rhys avait du mal à l’imaginer. Il lui tardait d’entendre le récit de la jeune femme.

Après moult regards mauvais et un dernier avertissement de la part de Moustache, leur garde personnelle se décida enfin à se retirer. Rhys mit pied à terre, se défit de sa ceinture d’armes qu’il confia à Ballard, gagna le perron et, peut-être un peu impatient, peut-être un peu anxieux, toqua.


Dernière édition par Rhys le Mar 13 Déc 2016 - 22:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Castielle
Humain
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 24
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Jamais bien loin | Castielle [Terminé]   Lun 19 Sep 2016 - 0:17

Jamais bien loin
Rhys & Castielle de Sombrerue
I remember it now, it takes me back to when it all first started, But I've only got myself to blame for it, and I accept it now, It's time to let it go, go out and start again ,But it's not that easy. And in my dreams, I meet the ghosts of all the people who have come and gone. Memories, they seem to show up so quick but they leave you far too soon, Now evil is just staring at the barrel of a gun, And I do believe…

 Castielle parcourut silencieusement les quelques lignes couchées sur la lettre inattendue de la part de son ami, son ancien sauveur, l’unique cadeau que Oschide eut l’audace de lui faire autre qu’un enfant bâtard, car oui, peu importe les paroles amicales et les désirs de la duchesse, son fils n’en demeurait pas moins un né hors des liens sacrés du mariage, loin d’un lit marital. Quand Adrian lui avait passé le joli vélin, elle avait été très incertaine de la réaction à avoir. Elle avait appris la mort officielle de son ancien chevalier il y avait très peu de temps et elle n’avait toujours pas songé à la façon dont elle annoncerait la nouvelle à son ami de Thaar. Visiblement, il lui facilitait amplement la besogne en se présentant lui-même au pas de sa porte. Ce genre de chose, il valait mieux les dire face à face, et ce, même si elle se sentait très apathique face au trépas du duc de Langehack. Un certain sentiment de hâte s’insinua pourtant bizarrement dans sa poitrine et ses joues se retrouvaient assaillit par un brin de chaleur qu’elle ne reconnaissait pas en pensant au chef des Sans-Couleurs.

Elle replia le beau papier et pour la première fois depuis un moment déjà, elle sourit rêveusement et pensa à toutes les préparations dont elle devrait faire preuve pour accueillir ses amis. Malgré la hargne toujours ressentie envers feu le duc, elle préférait être celle annonçait la mauvaise nouvelle à monsieur Rhys et non les paroles morbides d’un passant, un fermier ou un marchand sur la place publique. Quoique, d’après les sombres couleurs qui ornaient de manière déprimante le duché et les apparences peu amicales de ses habitants, il devinerait peut-être que quelque chose clochait sur les terres de Langehack.

- Thomas? Le garçon réagit immédiatement à son nom et leva les yeux vers la demi-elfe, un sourcil arqué vers le haut. Va chercher les femmes de cuisine, nous devons nous préparer pour de la grande visite, lui demanda-t-elle gentiment. Le jouvenceau s’enquit de l’identité de cette grande visite et elle lui fit rapidement savoir qu’il le connaissait très bien. Les yeux du gamin s’agrandirent joyeusement, puis il manqua de trébucher en courant vers la cuisine.

*

Un intendant un peu maigrichon fut le premier à rencontrer le chef de la bande de Sans-Couleurs. Il leur offrit un regard plutôt sévère. La jeune mère qui vivait désormais sous ce toit digne d’un noble lui avait bien mentionné l’arrivé de quelques amis, mais il ne s’était pas attendu à voir une troupe aussi… diversifiée. Il allait finalement faire preuve de courtoisie et les laisser pénétrer dans l’entrée lorsque des pas discrets et un raclement de gorge se fit entendre derrière lui. Castielle, apparut dans le dos de l’intendant, un chien bien énervé et un jeune blond l’encadraient fièrement. Thomas clama des salutations gaiement en agitant la main vivement vers les Sans-Couleurs, le chien lui fit écho avec quelques jappements. Quant à Castielle, elle demeura sur place, tentant d’ignorer les étranges battements de cœur qui martelèrent sauvagement sa poitrine. La guérisseuse conserva un calme olympien et détacha le voile qui dissimulait la moitié de son visage afin de décocher un sourire amical vers son ami.

- Vous voilà finalement, braves Sans-Couleurs, sachez que vous amicalement accueilli en ce domaine et des préparations ont déjà été complétées avec de vous permettre de vous restaurez convenablement, indiqua-t-elle à la bande en leur faisant signe d’entrer.

Si les lieux étaient décidément luxueux, et bien hors de portée d’une demi-elfe de la péninsule, Castielle brillait par la robe noire qu’elle arborait et qui contrastait fortement avec son teint pâle. Autrefois, elle n’avait pas osé faire le deuil d’un homme qui n’était pas le sien et c’était toujours le cas aujourd’hui, bien que cela fut par regret et colère. Non, le deuil qu’elle faisait aussi sincèrement était celui des enfants de la duchesse.

- Un repas digne de vous attend en salle de dîner, j’espère que les plats préparés seront à vos goûts, j’espère attiser votre appétit à l’idée que vous avez été gâté de quelques morceaux de venaison.

Bien qu’elle parle à tous, son regard fixait Rhys avec gentillesse et une certaine appréhension. L’intendant demanda à ce qu’on le suive, l’air bien embêté, mais la jeune mère s’approcha gracieusement et toucha hâtivement le poignet de Rhys du bout des doigts. Comme brûler par sa peau, elle recula prestement d’un pas et regarda ailleurs, l’air timide, ou peut-être intimidée.

- Nous avons tant à nous dire, mon ami, je nous ai fait préparer une table à part afin que nous puissions discuter, souhaiteriez-vous vous joindre à moi? Mon Torrance s’impatiente à vous revoir.



Revenir en haut Aller en bas
Rhys
Humain
avatar

Nombre de messages : 98
Âge : 27
Date d'inscription : 15/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Jamais bien loin | Castielle [Terminé]   Dim 25 Sep 2016 - 19:50


L’air de surprise teintée d’incompréhension de l’intendant amusa beaucoup Rhys. Le pauvre homme avait dû s’attendre à de bonnes gens lorsque Castielle lui avait annoncé de la visite, et voici que se présentait un groupe armé, poussiéreux de voyage, visiblement fatigué et dont les bottes, à n’en pas douter, allaient salir le sol. D’humeur espiègle, le jeune homme joua un instant avec lui, faisant mine de commencer à parler à chaque fois que l’intendant s’apprêtait à prendre la parole, le forçant ainsi à s’interrompre. Son attention fut cependant vite détournée par les jappements de Robert, puis salutations joyeuses de Thomas. Le mioche avait grandi depuis la dernière fois, à peine quelques ennéades plus tôt. Rhys lui adressa un clin d’oeil, avant de porter son attention sur la raison de sa venue. Si le mercenaire ne s’était pas attendu à trouver Castielle entourée de richesses, il s’était encore moins attendu à la trouver en deuil. Il fut content de la trouver souriante, malgré la robe noire et le demi voile qu’elle portait. Elle était ravissante, comme toujours, mais quelque chose avait changé. Que ce soit dans son maintien, comme dans sa gestuelle ou sa façon de parler, on aurait dit qu’elle avait… grandi. Mûri, même. Il tardait à Rhys qu’ils soient seuls à seuls, qu’il puisse s’enquérir de l’état de son amie. Elle leur annonça qu’un repas les attendait, et malgré la joie très audible d’Olvar, Rhys aurait souhaité s’installer et se délasser avant de manger. Il comprit néanmoins qu’avec le coucher du soleil, l’heure du repas du soir arrivait, et il ne souhaitait en aucun cas déranger le rythme de la maisonnée. Il profiterait de la salle d’eau plus tard. Il dût néanmoins prendre la parole avant que ses compagnons ne jettent leur dévolu sur la nourriture qui les attendait. “Pas avant d’avoir débarrassé la rue, mes croquants. Allez, au boulot.” Il s’approcha de Castielle en se dégantant et exécuta un baise-main rouillé mais correct. “Je suis très content de te revoir. Et je m’impatiente également de voir le petit.”, dit-il avec un sourire, alors qu’il se dirigeait déjà vers la porte à reculons. “Ce ne sera pas long.”

Et cela ne le fut pas. Moins d’un quart d’heure plus tard, les chevaux et la charrette avaient quitté le pavé, et leurs bagages avaient gagné les chambres qui leur étaient réservées. Les animaux n’avaient pas été bouchonnés, certes, mais Rhys comptait les ramener au relais dans la soirée, ou l’on prendrait soin d’eux de toutes façons. Rhys dût également interdire à l’intendant et à son personnel de s’occuper de l’armure d’Olvar. Il avait insisté pour l’emmener, il s’en occuperait lui-même, le bougre. Alors que le reste du groupe s’installait dans la salle de dîner, Rhys alla rejoindre son amie, à une table à part. Il avait tant de questions. et aucune idée de par laquelle commencer. Comment en était-elle venue à vivre dans une demeure pareille? Pourquoi semblait-elle être en deuil? Qu’en était-il de sa santé?

Alors il commença par ce qui, pour lui, était le plus important : “Comment va Torrance?”
Revenir en haut Aller en bas
Castielle
Humain
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 24
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Jamais bien loin | Castielle [Terminé]   Mar 27 Sep 2016 - 1:02

Jamais bien loin
Rhys & Castielle de Sombrerue
I remember it now, it takes me back to when it all first started, But I've only got myself to blame for it, and I accept it now, It's time to let it go, go out and start again ,But it's not that easy. And in my dreams, I meet the ghosts of all the people who have come and gone. Memories, they seem to show up so quick but they leave you far too soon, Now evil is just staring at the barrel of a gun, And I do believe…

 Les joues de la jeune femme rosirent plus que nécessaire sous le baisemain légèrement maladroit. Est-ce que cet individu venu de Thaar avait l’habitude de jouer les gentilshommes ? Un certain mystère entourait perpétuellement le jeune homme comme s’il y avait davantage se cachant derrière son sourire narquois et ses blagues. Finalement, Castielle le connaissait très peu. Il semblait qu’il connaissait davantage de son histoire à elle qu’elle de lui. Trop de gens avaient été mêlé à sa piètre existence depuis son premier départ de l’ancienne capitale. Heureusement, monsieur Rhys et les siens étaient discrets et ne l’avaient jamais embêté plus que nécessaire au sujet de sa grossesse et ses malheurs d’autrefois.

- Vous êtes toujours à l’heure où on a le plus besoin de vous, monsieur Rhys, vous n’êtes… jamais bien loin, lui répondit-elle simplement alors qu’elle l’apercevait reculer vers la sortie accompagné par ses mercenaires. Elle sous-entendait évidemment la façon dont il l’avait secouru juste à temps dans le campement militaire et puis tout le reste.

Un quart d’heure plus tard, ils étaient finalement installés à part, loin des oreilles trop indiscrètes, mais toujours menacés par les regards inquisiteurs des serviteurs qui s’occupaient normalement de sa maison temporaire et ceux de l’intendant qui fronçait des sourcils chaque fois qui s’attardait sur le troupeau de mercenaires qui salissaient les planchers sur leur passage.

- Torrance se porte à merveille, monsieur, rétorqua la jeune mère en pensant au petit garçon qui complétait présentement une sieste. Les enfants grandissent rapidement, parfois j’ai peur de manquer un moment de son développement, spécialement avec tout les projets sur lesquels je dois présentement travailler.

Elle ne parlerait pas de ses projets, ils étaient les siens, encore que de secrets concepts qui contribuaient peut-être au futur bien-être de Langehack. Castielle avait encore des plans à faire, des dessins à coucher sur papier et de nombreux calculs à faire. Malgré la douceur qui enveloppait les deux individus, Castielle savait qu’elle ne pourrait point tarder la nouvelle concernant le meilleur ami de feu le duc de Langehack. Visiblement, il n’était pas au courant, quelqu’un devait lui dire et cette tâche ingrate lui tombait dessus. En fait, cela ne la dérangeait point, finalement, il valait mieux que ce fut elle que n’importe qui d’autre. La demi-elfe attendrait cependant qu’il est avalé quelques morceaux avant d’annoncer la triste vérité.

- Vous devez avoir plusieurs questions, il n’y a aucune gêne entre nous, mon ami, depuis ces moments que nous avons partagés depuis la guerre, je crains ne point me cacher de vous. Elle arpenta les alentours du regard. Ceci est un cadeau… de la part de la duchesse. La guérisseuse se mordit la lèvre inférieure, si elle songeait ou parlait de la duchesse, ces pensées circulaient aussitôt auprès de son défunt mari et cela la dirigeait bien plus rapidement vers le triste sujet qu'elle ne souhaitait pas aborder immédiatement. Ne vous malmener point de vilaines pensées, Son Altesse a eu de plus amicales et respectueuses attentions envers moi que le duc lui-même, je suis comblée de cadeaux auxquels je n’aurais point pu rêver dans mon ancienne vie.

La dame reporta son attention sur Rhys et lui sourit tristement.

- Un toit reste un toit et je tiens à ce que mon fils reste au chaud, l’hiver ne tardera point et malheureusement, rien à Diantra ne nous retenait, maître Adrian, Robert, les enfants et moi-même. Vous avez manqué cruellement à Thomas, celui-ci se languit de vos cours d’escrime et vos histoires de viriles querelles. Je crois que mes leçons ne lecture ne finissent par l’ennuyer, bien qu’il démontre un grand intérêt pour une bonne éducation.

Un nuage semble obscurcir le regard de Castielle, sa main s’étend vers celle de son ami venu de loin. Ses doigts finirent par frôler les siens d’une intimité toute nouvelle, puis elle retira rapidement sa main comme si elle s’y était brûlée et regarda ailleurs. Pour s’occuper, elle saisit une baie sauvage et la glissa distraitement entre ses lèvres.

- Vous n’êtes pas sans connaître les origines de Torrance, visiblement, cela m’attire les bonnes grâces de Son Altesse et je ne nierais point la bonté et la gentillesse qui réside dans son cœur. La duchesse est une bonne femme, ne lui en voulez point de me garder… auprès d’elle. Une bonne façon de lui glisser qu’elle était plus ou moins séquestrée sur les terres de la grande dame, mais cela n’était pas un problème. Comment fut votre voyage ?



Revenir en haut Aller en bas
Rhys
Humain
avatar

Nombre de messages : 98
Âge : 27
Date d'inscription : 15/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Jamais bien loin | Castielle [Terminé]   Lun 10 Oct 2016 - 19:25


- Torrance se porte à merveille, monsieur. Les enfants grandissent rapidement, parfois j’ai peur de manquer un moment de son développement, spécialement avec tous les projets sur lesquels je dois présentement travailler.

La mention de « projets » sur lesquels Castielle devait « travailler » piqua la curiosité de Rhys, mais il ne posa pas de questions. Son amie n’avait visiblement aucune envie de se répandre en détails, bien au contraire. La demi-elfe et lui-même se connaissaient maintenant depuis un certain temps, il savait que si elle désirait en parler, elle viendrait le trouver, et elle savait qu’il était disponible à tout heure pour elle. Il prit néanmoins la parole :

- Je n’ai aucune intention de me mêler à ce qui ne me regarde guère, et j’espère que notre arrivée ne vient pas déranger tes projets. Sache, cependant, que si les Sans-Couleur et moi-même pouvons t’apporter la moindre assistance, il ne faut pas hésiter à la demander.

Nul besoin de posséder une intelligence surhumaine, cependant, pour faire le lien évident entre le cadeau plus que généreux de la duchesse et l’existence des dits projets. Il y avait anguille sous roche. Mais Rhys se contenta d’en prendre mentalement note, avant de passer à autre chose.

Il écouta Castielle sans l’interrompre, toujours souriant, se contenant de hocher la tête. Il comprenait parfaitement sa décision de quitter Diantra, comprenait également son ressentiment envers Oschide. Il avait beau être son plus vieil ami, il était indéniable que l’attitude du capitaine envers Castielle avait été des plus discourtoises. Ce qui le surprenait, d’ailleurs, car ce n’était vraiment pas du genre de son ami. Il était content que la Duchesse l’ait prise en affection, content également que Thomas se porte bien. Le morveux, d’ailleurs, se chamaillait à table avec Eylin. Il leur avait manqué à tous, bien que la plupart d’entre eux ne l’admettraient pas, dont Rhys. À vrai dire, il ne se rendait compte que maintenant du point auquel Castielle lui avait manqué. Peut-être était-ce les restes d’un sens du devoir pourtant depuis longtemps perdu, peut-être une forme de culpabilité envers la destinée de la jeune mère et de son fils, en tant qu’ami le plus proche et le plus ancien du père du petit, peut-être même, oserait-il, de l’attachement. Être loin de la jeune femme avait été inconfortable et anxiogène, et la retrouver l’avait libéré d’un poids dont il n’avait eu conscience qu’une fois qu’il avait disparu. Il savait, pourtant, que les dernières volontés d’Oschide étaient caduques, puisque le bougre était en fait toujours en vie, mais même ainsi il se sentait responsable de la sécurité de son amie. D’ailleurs, sa présence à Langehack signifiait qu’il croiserait tôt ou tard son imbécile d’ami, et ô comme il lui tardait de coller des beignes à son ducal faciès. Ce serait probablement accompagné d’un coup de boule, aussi. Et une fois qu’il se serait passé les nerfs et aurait fait payer à son ami le deuil injustifié qu’il lui avait fait subir, ils iraient boire une pinte et discuter de tout ce qu’ils ne s’étaient pas dit par courrier. Comme d’habitude. Comme depuis toujours.

Plus il écoutait son amie, plus l’impression que quelque chose n’allait pas se faisait tenace. Ses regards fuyants, son mordillement de lèvres, comme si elle voulait lui dire quelque chose mais qu’elle n’osait pas. Puis leurs mains se frôlèrent, de façon tout à fait volontaire. Le geste était venu de Castielle, et elle tentait de faire comme si de rien n’était à présent. Couplé avec l’implication de sa dernière phrase… Décidément, il y avait anguille sous roche. Et au vu du malaise de son amie, il voulait savoir, maintenant. Il prit néanmoins le temps de répondre à la question de la demi-elfe d’abord :

- Ma foi, comme un voyage en mer. Je ne pense pas avoir à vous rappeler à quel point je les apprécie. Heureusement que la traversée ne dure que trois jours…

Il lui sourit.

- Je n’avais jamais visité Langehack. C’est une bien belle ville… Mais pas aussi belle que Thaar.

Il fit une pause. Un court instant, quelques secondes tout au plus, pendant lesquelles ses yeux ne quittèrent pas ceux de la jeune femme. L’expression de Rhys se fit sérieuse, peut-être même inquiète. Il approcha sa main de celle de son amie. Pas de frôlement cette fois, il la saisit sans équivoque mais avec tendresse.

- Castielle… Je ne veux pas m’immiscer dans tes affaires, mais depuis tout à l’heure il m’est difficile de me défaire de l’impression que quelque chose te tracasse. Quelque chose de sérieux, que, peut-être, tu n’oses pas aborder… ? Tu sais que tu peux tout me dire… Qu’y a-t-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Castielle
Humain
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 24
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Jamais bien loin | Castielle [Terminé]   Dim 16 Oct 2016 - 23:18

Jamais bien loin
Rhys & Castielle de Sombrerue
I remember it now, it takes me back to when it all first started, But I've only got myself to blame for it, and I accept it now, It's time to let it go, go out and start again ,But it's not that easy. And in my dreams, I meet the ghosts of all the people who have come and gone. Memories, they seem to show up so quick but they leave you far too soon, Now evil is just staring at the barrel of a gun, And I do believe…

 La jeune mère posa un regard calme sur son ami. Il était l’homme qui lui avait porté secours lorsqu’elle était encore dans le Nord. Elle l’avait ensuite plus ou moins docilement suivi jusqu’à Thaar où elle avait été frappé par la différence entre les cultures et le soleil radieux qu’il était difficile d’ignorer quand on revenait de terres froides et mornes. Songer à monsieur Rhys était tout de suite penser à Oschide d’Anoszia. Les deux hommes apparaissaient toujours en même temps lorsque son esprit dérivait, l’un ne venait pas sans l’autre, mais c’était compréhensible. Elle avait officiellement fait connaissance du mercenaire grâce au capitaine, peut-être devrait-elle l’en remercier à ce point là.

- Je ne vous demanderai point de vous mêlez de projets qui ne sont pas encore tout à fait concrets, elle sourit doucement, mais une ombre planait toujours sur son visage. La demi-elfe avait mûri depuis son départ initial de Diantra, elle était une nouvelle personne, une nouvelle femme. La vie ne l’avait peut-être pas épargné, mais cela était le fardeau de tout individu. Je doute que vous soyez toujours à Langehack quand j’entamerai… des changements.

Ces propos étaient certes forts nébuleux, mais elle ne désirait point s’attarder sur des choses encore incertaines pour elle-même. Elle se souvint des esquisses qui traînaient toujours dans la pièce qu’elle avait prise pour bureau, des lettres et des discours qu’elle écrivait de temps en temps lorsque l’inspiration la frappait. Elle sentit ses joues se colorer lentement quand son regard fut harponné par celui de Rhys. L’herboriste tenta de dévier son attention ailleurs, mais ses yeux demeuraient la proie de son invité.

- Pour toute ville de la Péninsule, il est difficile de rivaliser par les couleurs chaudes et le soleil de Thaar, évoqua la dame, un rêve passé scintillant dans ses yeux bleus. Son cœur manqua un battement quand le jeune homme saisit sa main sans pudeur. Ses doigts se crispèrent sous l’assaut, mais elle ne broncha pas, ne tenta pas de fuir. Les paroles suivantes la secouaient et elle détourna partiellement son regard. Elle ferma péniblement les yeux comme si on lui enfouissait des aiguilles dans ces entrailles avant de rouvrir les yeux. Vous avez toujours eu un excellent sens de l’observation, n’est-ce pas?

Elle soupira, lasse et se décida à nouveau d’affronter le regard de son compagnon de table. La jeune femme le considéra silencieusement pendant un moment. Si elle ne ressentait que de la froideur envers le duc, ce n’était probablement pas le cas pour celui qui avait été son meilleur ami.

- Mon ami, vous avez aperçu les environs lors de votre arrivée, les gens sont tristes, l’ambiance est morne, les rideaux et les drapeaux sont aussi obscures que la nuit noire, ainsi que ma robe et les tenues de serviteurs qui semblent hanter ce charmant domaine, elle marqua une pause, laissant les idées se faire un chemin jusqu’à l’esprit de Rhys, même le ciel semble pleurer les terribles pertes de Langehack, Castielle fit une autre pause, pas parce qu’elle voulait gagner du temps, mais parce qu’elle voulait faire d'un peu preuve d’humanité. Son Altesse, la duchesse, ses deux enfants ont perdu la vie, mon ami, ils étaient trop jeunes et leurs petits corps fragiles n’étaient pas prêt pour le jour, elle soupira doucement, ainsi que… le duc.

Avant de recevoir une réaction de la part de son ami, elle saisit la main de celui-ci de sa paume libre et serra doucement.

- Le duc de Langehack, votre ami, il n’est plus de ce monde. C’était une façon bien délicate de lui dire que ce vilain homme était mort, que le destin lui avait rendu la monnaie de sa pièce même s’il voulait faire croire à tous qu’il s’agissait de sa propre décision. Un rictus amer déforma sa bouche, mais elle fit de son possible pour ne pas dévoiler son mépris, elle lui devait au moins cela. Ces choix ont obscurcis sa vision et son âme, il a pris la décision d’y mettre fin lui-même.

Elle avait ajouté les dernières paroles à voix basse.

- Je suis désolé, monsieur Rhys, mais il n’y a que moi qui vous attendait à Langehack.



Revenir en haut Aller en bas
Rhys
Humain
avatar

Nombre de messages : 98
Âge : 27
Date d'inscription : 15/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Jamais bien loin | Castielle [Terminé]   Dim 30 Oct 2016 - 1:44



- Ainsi que… Le Duc.

Le cœur de Rhys manqua un battement. Non. Non, sans doute s’agissait-il encore d’une de ruses habituelles d’Oschide. Sans doute. Ce ne pouvait être que ça. Comme lors de la guerre, lorsque Castielle et lui-même s’étaient connus, cette fois où il avait fait croire au monde, même à son meilleur ami, qu’il avait péri dans son propre camp militaire. Ou alors… Ou alors c’était une plaisanterie de Castielle. Une galéjade de fort mauvais goût, au demeurant. Comment pouvait-elle plaisanter à ce sujet ? Certes, elle ne ressentait que de du mépris pour Oschide à présent, mais ce n’était pas une raison. Il s’apprêtait à lui faire part de son mécontentement lorsque leurs regards se croisèrent à nouveau. Rhys n’y vit que de la sincérité et de la peine. Pas un éclat de malice. Pas une ombre de « je vous ai bien eu » sur le visage de son amie. Rien. Elle lui offrait la vérité nue. Oschide était bien mort, cette fois. La réalisation soudaine lui traversa la poitrine comme un javelot. Son expression se décomposa ; il s’affaissa sur sa chaise comme si toute son énergie l’avait quitté. Sa vision se brouilla alors que les coins de ses yeux commençaient à picoter. La tristesse s’abattit sur lui comme un raz-de-marée, emportant tout avec elle. Le monde autour de Rhys disparut. Tous les sons s’étouffèrent. Il ne sentait plus rien, sinon sa main dans celles de la jeune femme, et cette sensation dans sa poitrine.

Mais il était au bout de sa peine.

- Ces choix ont obscurcis sa vision et son âme, il a pris la décision d’y mettre fin lui-même.

Cette fois son sang se glaça. De lui-même ? Il n’aurait pas osé. Il n’aurait pas ainsi renié tous leurs projets. Il n’aurait pas ainsi abandonné son duché, sa duchesse, ses enfants. Par-dessus tout, jamais il n’aurait fait ça à son plus vieil ami. Ils se l’étaient promis. Il avait juré.

Mais une fois de plus, il n’y avait pas le moindre signe de mensonge sur le visage de Castielle. Il aurait pourtant tellement voulu… Si seulement tout ceci ne pouvait être qu’une immense farce. Castielle lui révélerait qu’elle avait joué le jeu à la demande d’Oschide, ils s’excuseraient, Rhys mettrait une tarte en travers de la gueule d’Oschide et puis ils iraient tous boire un coup. Mais non. Castielle ne mentait pas. Oschide s’était bien suicidé.

Cet immonde connard.

Oh, comme la colère peut effacer la tristesse. Le sang de Rhys se dégela bien vite, et ne fit qu’un tour. Il se sentit bouillir presque instantanément. Oschide. Ce lâche. Comment avait il pu ? Comment avait-il OSÉ ? L’abandonner, ainsi, et de sa propre volonté? Prendre la voie de la facilité, résoudre ses problèmes par la fuite ? Ah, le chien. Le salaud. L’abjecte raclure.

Le fracas de sa chaise tombant au sol déclencha le retour de tous ses sens en un instant, et il se rendit compte qu’il était debout. Tout lui devint insupportable : l’air étouffant de la pièce, le bruit assourdissant venant de la salle à manger attenante, le regard perçant de Castielle. Ses poings étaient serrés si fort qu’il sentait ses ongles, pourtant courts, s’enfoncer dans ses paumes. Il devait sortir. Il avait envie de tout démolir dans la pièce, mais sa dernière lueur de lucidité lui empêchait de faire du mal à Castielle, et ne voulait pas qu’elle le voie ainsi. Une larme lui coula le long de la joue. Ce serait la seule. Ce serait la dernière. Il était hors de question qu’il ressente la moindre peine pour Oschide. Il avait choisi ce qui lui était arrivé. Il ne méritait pas qu’on le pleure. Il essuya sa joue et, sans un regard pour Castielle, quitta le manoir en trombe, ignorant les appels qu’il soulevait dans son sillage.

Il lui fallait de l’air. Il lui fallait de la solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Castielle
Humain
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 24
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Jamais bien loin | Castielle [Terminé]   Sam 19 Nov 2016 - 15:06

Jamais bien loin
Rhys & Castielle de Sombrerue
I remember it now, it takes me back to when it all first started, But I've only got myself to blame for it, and I accept it now, It's time to let it go, go out and start again ,But it's not that easy. And in my dreams, I meet the ghosts of all the people who have come and gone. Memories, they seem to show up so quick but they leave you far too soon, Now evil is just staring at the barrel of a gun, And I do believe…

 En tant que spectatrice principale de cette morbide prestation qu’était leur vie, Castielle ne pu empêcher un voile de tristesse de couvrir son visage face au mélange qui se pavait sur le visage pourtant habituellement si jovial de son ami. Elle fut partiellement blessée par le regard de Rhys qui cherchait si désespérément une mauvaise blague dans ses nobles intentions. Certes, elle n’avait pas caché son dégoût et son amertume envers le duc, mais jamais elle ne lui ferait une chose pareille. Elle avait son honneur, même si peu semblaient présentement le croire. Sa robe noire semblait lui peser pour lourdement sur son corps frêle et elle baissa honteusement les yeux. Qui était-elle pour lui annoncer pareille tragédie ? Elle était son amie, un compagnon. Il valait mieux que le décès d’Oschide sorte de sa bouche plutôt que d’une autre.

- Je suis profondément désolé, monsieur Rhys, souffla-t-elle faiblement en plaçant calment ses mains sur giron. Elle releva rapidement la tête quand elle sentit la chaise s’envoler sous l’élan de Rhys. Elle le considéra longuement, silencieusement. Monsieur Rhys ?

Plusieurs regards s’étaient tournés dans leur direction. Des yeux ébahis, d’autres confus, incrédule. Des bouches fermées, des bouches à demi-pleine de venaison qu’elle avait fait cuire avec une attention particulière pour plaire à ses invités peu ordinaires. Elle hoqueta en le voyant sèchement pivoter des talons et se diriger vers la sortie. Les portes s’ouvrirent avec fracas, elle eut la sombre impression que tout se casserait sur son passage telle une tempête provenant de l’océan. Castielle capture de son regard bleuâtre la silhouette de Thomas qui s’apprêtait à emboîter le pas énervé de Rhys, elle l’arrêta aussitôt en l’attrapant par les épaules. Elle hocha négativement la tête et l’invita à retourner à la table pour terminer son repas.

L’hôtesse s’excusa auprès de ses invités confus, puis se faufila immédiatement  dans le sillage de Rhys telle une ombre retardataire. Ses pas se firent plus rapides, elle voyait des serviteurs lançant des regards courroucés dans une direction tout en examinant les dommages fait aux portes ou aux sculptures décoratives trop près de la charge masculine. La demi-elfe retroussa ses jupes, puis déboucha finalement à l’entrée du manoir, mais il était déjà trop tard, son ami était parti et elle ne savait pas où.

- Monsieur Rhys, soyez prudent, ne vous faites pas de mal…


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jamais bien loin | Castielle [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jamais bien loin | Castielle [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans l'expression des haines recuites, le parler cru n'est jamais bien loin [PV Nara Kakugyô]
» La pomme ne tombe jamais bien loin de l'arbre | Conseil Hayashi
» Une soirée bien arrosée. (Terminé)
» La mort n'est jamais très loin. Cherche bien et tu l'as trouvera.
» Je te verrais un peu moins bien désormais [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Marquisat de Langehack :: Marquisat de Langehack-
Sauter vers: