AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2478
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Mer 21 Sep 2016 - 16:42

Jour 9
2ème ennéade
Favrius, premier mois d'automne
An 9 du 11ème cycle


- Non Arth, je ne changerais pas d’avis.
- Mais, mais mais…
- Non, non. J’ai envie de m’amuser, toi, tu vas rester sagement ici. Tu as de quoi te nourrir pour plusieurs jours et je ferais en sorte que personne ne rentre dans la chambre.
- Mais…
- Ce serait trop dangereux si tu venais. Autant rester ici, je reviendrais, c’est promis ! Et ce avant demain matin.


Maélyne avait beau essayer d’être convaincante, cela ne semblait pas rassurer Arth, il aurait voulu l’accompagner. Mais la Dame savait pertinemment qu’elle ne saurait le cacher et le protéger là où elle se rendait. Cela faisait maintenant plusieurs jours que les rues de Diantra parlaient d’une fête, plutôt champêtre, à l’extérieur de la ville. Cette fête organisée pour le peuple n’accueillerait aucun noble, pourtant la jeune femme savait qu’elle s’amusait beaucoup plus lors de ce genre de festivités qu’à un énième banquet ennuyeux. Elle avait donc décidé de s’y rendre, et d’essayer de se fondre dans la masse, après tout, personne ne la connaissait ici, personne ne savait qu’elle était Dame de Lourmel. Déjà que la noblesse Diantraise ne la connaissait pas, alors n’imaginons même pas le bas-peuple. Et puis la curiosité était trop grande, l’envie trop forte, elle qui avait connu cela plusieurs fois lors de son séjour à Missède où se mélanger au peuple se produisait bien plus souvent qu’au nord.

La porte se ferma et Maélyne croisa une servante à qui elle donna quelques directives. Personne ne devrait rentrer, et rien ne devait en sortir ce qui étonna grandement la vieille femme, mais elle acquiesça.
C’est à pied alors qu’elle était vêtue simplement que la jeune femme s’engouffra dans Diantra, sans gardes. Une fois aux portes des remparts, elle n’eut pas de mal à sortir de la ville. Les champs alentours s’étendaient à perte de vue et le village qui semblait accueillir la future populace festive n’était plus qu’à quelques kilomètres.


La nuit tomba bien vite et c’est après que le soleil fut couchée que Maélyne arriva à destination, après avoir été rejointe par sa cousine, Thenala, qui était de la partie et avait acceptée de l’accompagner ainsi qu’un homme qu’elle ne connaissait pas.

« Qui est-ce ? »
« C’est un garde. » Chuchota Thenala.
« Mais je t’avais dit que… »
« Je sais, et c’est bien pour cela qu’il ne porte pas d’armure, ni nos couleurs, mais on est jamais assez prudent Maélyne. »
« Hum… »

Il était vrai, que vu comme cela, l’homme paraissait être un simple paysan qui avait fait l’effort de mettre des vêtements propres. Sans doute cachait-il un arsenal sous sa chemise, mais Maélyne ne posa pas la question.

Dorénavant en plein milieu du village, en son centre, un grand feu fut préparé, éclairant toute la place mais apportant également une chaleur fort appréciable en cette soirée d’automne. Dans un coin se trouva un orchestre, bien moins élégant que ceux qu’on trouvait lors des soirées mondaines mais la musique n’en était que plus entraînante. Un léger sourire s’afficha sur le visage encapuchonné de la jeune femme. Les deux jeunes femmes se rendirent dans une première auberge, plutôt coquette ce qui étonna grandement la Dame de Lourmel. Il n’y avait pas encore trop de monde ce qui leurs permit aisément de s’accaparer d’une table. Elles se présentèrent sous de faux noms à la femme de l’aubergiste qui vinrent prendre leurs commandes puis elles commandèrent trois bières.


« J’ai jamais goûté à ça… » Chuchota la blonde à la rousse.
« Tu vas voir, c’est très bon ! » Eu-t-elle comme réponse.

Une fois servie, Maélyne goûta au breuvage et fut assez surprise. Puis, sans savoir pourquoi, son regard se posa sur la porte d’entrée, où elle vit surgir un homme qu’elle connaissait que trop bien.

« Oh non ! Tancrède ! » Dit-elle à l’encontre de la table avant de remettre sa capuche.
« Mais que fais-tu ? »
« Il ne doit pas me voir ! Il va me reconnaitre sinon… »


Dernière édition par Maélyne de Lourmel le Mar 13 Déc 2016 - 14:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tancrède de Léjante
Humain
avatar

Nombre de messages : 99
Âge : 29
Date d'inscription : 20/04/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Sam 1 Oct 2016 - 3:05





Musique d'ambiance.
Spoiler:
 


À des centaines de lieux de typiques soirées mondaines, où la bourgeoisie échangeait sur tout et sur rien, se vautrant dans l’opulence et l’abondance, tout en se raillant de la roture et de leurs fêtes noircies de pauvreté, se retrouvaient en fait, moult bonnes genses réunis autour d’un feu. Une flamme majestueuse et grandiose prospérait au profit de massifs troncs d’arbres qui calcinaient au bon gré de ceux qui près d’eux, y trouvaient une source de réconfort. Une sérénade propulsée par les talentueux musiciens, mêlée à un accord plus ou moins harmonieux de rires et de chants d’ivrognes, envahissait l’endroit d’une ambiance festive à outrance. À cette heure tardive, usuellement, tous y trouvaient leur bonheur : certains s’improvisaient tenancier de fortune, offrant au premier venu une pinte de cervoise, de bière ou de tord boyaux, tandis que d’autres se joignaient à « l’orchestre amateur » pour ajouter leur grain de sel, aboyant quelques paroles incorrectes d’une chansonnette locale. Enfin, d’autres préféraient danser jusqu’à ce que leurs petons s’embrasent, accompagnés d’amis ou de purs inconnus. Non, la soirée battait son plein!

Loin d’être sac-à-vin, mais tout de même bon buveur, Tancrède avait amorcé sa soirée assez solidement, c’est-à-dire le coude levé depuis le couché de l’astre diurne! Le rire aisé, la voix plus portante et son semblant de gêne envolé, des ailes semblaient lui pousser, butinant d’une femme à l’autre en tourbillonnant au bras d’une et de l’autre. Les partenaires s’échangeaient au rythme effréné d’une chanson à répondre qui, se termina finalement en une ribambelle de rires essoufflés. La sueur au front, les joues rosies par l’effort physique, mais aussi par l’alcool, il faussa compagnie à ses compagnons pour joindre la taverne, en quête d’un bout de pain ou de viande à se mettre sous la dent.

Fidèle à ses habitudes, accoutré pratiquement de guenilles, dont la veste était dénouée question de respirer d’avantage, la première Lance de Léjante pénétra l’établissement d’un sourire fendu jusqu’aux oreilles, radieux et bienveillant.  « Tenancier! À manger, pardi! J’ai grand faim! » Tonna le hardi, dans une entrée dénudée de discrétion. Ses pas lourds s’enchaînèrent jusqu’au comptoir où il s’accota le temps de faire la commande de sa pitance. Ainsi, alcool, nourriture, danse et femmes, tous les éléments étaient réunis pour ensevelir sous l’agrément, de désagréables soucis nés en Serramire : sa défaite, autant au plan du tournois, que de sa nouvelle flamme : la dame de Lourmel. Et c’était efficace! Du moins, ce l’était, juste qu’à temps où il l’aperçue du coin de l’œil. Le faisait-elle exprès ? Elle devait bien se douter que sans le vouloir, elle avait écorché le cœur du hardi, lorsqu’il la sut promise à quelqu’un d’autre. Évidemment, pouvait-il seulement faire comme si elle n’était pas là, à se masquer parmi la roture et le bas peuple ? Certainement pas. Mais, les Dieux soient loués, à la voir si craintive d’être découverte, Tancrède devina que c’était sous le couvert de l’anonymat qu’elle désirait ce soir fêter. Or, sur une planchette de pin, le Chevalier de Léjante apporte une miche de pain sec et quelques bouts de fromages près de la tablée anonyme.  « Est-ce que ces mesdemoiselles pourraient avoir le ventre creux ? Il vous faudra des forces pour danser, lorsque je vous aurai toutes deux invitées. » Plaisanta Tancrède, en offrant une œillade brillante à la rouquine, puis un sourire plus personnel, plus doux, envers son Idylle.

Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2478
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Ven 21 Oct 2016 - 20:00


« Danser ? »

Maélyne venait de retirer sa capuche, laissant place à ses cheveux un peu ébouriffés et à sa tresse tombant sur son épaule recouverte de sa peau de vison. Cachée pour ne pas être reconnue, il s’avérait que son plan était moins efficace que prévu. Tancrède avait eu l’œil mais ce qui était le plus troublant, c’était de le voir exprimer aucun étonnement quant à sa présence dans cette taverne.

Maélyne attrapa un petit bout de pain dans lequel elle se permit de mordre une petite bouchée avant de lancer un regard insistant au chevalier.


« J’espère toutefois être la première que vous inviterez. »

Sa cousine se tourna vers elle, affichant un air surprit, voir même un peu vexée. Maélyne de son côté regarda l’expression de sa cousine puis n’hésita pas à lancer une remarque :


« Eh ben quoi ? Après tout, ce n’est pas moi qui reçois des lettres d’amour à ne plus savoir où donner de la tête, n’est-ce pas Thenala ? »

La rouquine devint aussi rouge qu’une tomate et ce en une fraction de seconde.


« Comment sais-tu que ? »

« Je fouilles. J’ai toujours fouillée. D’ailleurs… Ce Ruthger, il est mignon, n’est-ce pas ? » Continua-t-elle sur un ton taquin qu’on lui connaissait que très rarement alors qu’elle donna un petit coup de coupe à sa voisine.

« Maélyne, je… »

La jeune femme se permit un petit rire en voyant sa cousine être si malaise.

« Ne t’en fais donc pas Thenala, on va dire que cela restera notre petit secret. »

Puis, elle se tourna vers les deux hommes, Tancrède et le garde puis n’hésita guère à ajouter un : « N’est-ce pas ? »

Une fois la réponse souhaitée obtenue, la Dame avança sa main en direction du chevalier.

« Allons danser ? »

Un large sourire s’afficha sur son visage, attendant avec impatience qu’il lui prenne sa main et l’emmène. Maélyne souhaitait s’amuser et il fallait avouer qu’elle était finalement rassurée de le savoir auprès d’elle. Après tout, elles étaient toute-deux venues à une fête de village où plusieurs gens avaient déjà flairé l’arnaque. Une protection de plus n’était pas de refus, mais surtout, elle était contente que ce soit lui. Après tout, ne l’avait-il pas déjà sauvée une fois d’une agression ?
Revenir en haut Aller en bas
Tancrède de Léjante
Humain
avatar

Nombre de messages : 99
Âge : 29
Date d'inscription : 20/04/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Dim 23 Oct 2016 - 3:07




Un regard non sans amusement vogua sur chacun des chaperons du sang bleu, juste avant de lui tendre sa patte, paume vers le ciel, prête à couver sa menotte. Retrouvant les primes délicatesses dont il avait une fois fait la démonstration en lui prenant la main, la rugueuse paluche du chevalier se montra étonnamment légère et prudente. Si tantôt le faciès du Léjantais semblait de primes abord enclin aux festivités, ce dernier était désormais illuminé de joie. Il quitta l’auberge avec un empressement certain, chopant au passage deux gobelets qui l’attendaient depuis tantôt près du tenancier. À l’extérieur, les dernières lueurs du soleil avaient officiellement céder leur place aux moult braseros ainsi qu’aux flammes dansantes de quelques feu de camps généreusement alimentés de rondins. Sachant son amie masquée d’anonymat, les bonnes manières pouvaient voler en éclat sans qu’aucun ne lui reproche. Cherchant peut-être à l’influencer, il cogna son gobelet au sien et s’envoya une rasade plus que généreuse au gosier. Une flopée de pesantes gorgées plus tard, sa patte s’agrippa de nouveau à celle de Maélyne afin de la guider près d’un cercle de bonnes genses festoyant sans gêne.

Spoiler:
 

Les musiciens et autres choristes volontaires – quelques spécimens se montrant déjà plus léger, ceci occasionnés par les tonneaux d’hydromel qui se vidaient à vue d’œil – s’adonnaient à un concert franchement invitant. Les mandolines vibraient à vive allure, les percussions tambourinaient avec rythme, tandis que tapaient du pied chacun des invités. La danse n’avait rien de doux, allant plutôt piger dans la joie que procurait l’effet de tournoyer, de virevolter, de croiser bras dessus, bras dessous, un partenaire puis un autre! On jeta un immense martyr de bois dans les flammes du feu central, faisant prendre son envol à un millier de braises et de minuscules cendres, comme d’un feu d’artifice improvisé. Tancrède quitta des yeux son aimée l’espace d’un moment, la laissant se mêler au petit peuple qui se laissait bercer par le rythme de la chanson paillarde. Essoufflé à force de sautiller, de taper du pied, de tournoyer et surtout, à rire à gorge déployée, la bonne fortune lui souris car le concert semblait trouver la note adéquate pour estomper cette mélopée endiablée. Tous se laissèrent un moment pour s’hydrater convenablement – à grandes rasades d’alcool quelconque, à priori -, reprendre leur souffle, puis, les notes reprenaient.

Spoiler:
 

À des milliers de lieux à l’opposé, enchaîna les troubadours avec une musique qui cette fois, ne demandait qu’un seul partenaire. Les pommettes embrasées par sa dernière gigue, Tancrède s’approcha respectueusement de Maélyne. Les mires au sol, le chef légèrement incliné vers l’avant, tout autant que son échine d’ailleurs, il tendit la main candidement et en toute délicatesse vers la fleur de Lourmel. Il enchaîna ensuite, en redressant le nez afin de plonger à mains jointes, les yeux dans les siens. « Me feriez-vous l’immense honneur, d’être le temps d’une danse, ma partenaire ? » Évidemment le tout agrémenté d’un sourire presque amoureux, ce dernier peut être aidé par la liqueur de miel.


Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2478
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Dim 23 Oct 2016 - 20:40

Le soleil s’était couché, la nuit noire et la pleine lune avaient pris leurs quartiers. Dehors, sur ce qui servait de place au village, un grand feu trônait en son centre alors que d’autres, plus petits, étaient répandus de-ci, de-là. Une foule de gens étaient déjà en train de virevolter et de danser à ne plus savoir où donner la tête. Tancrède lui tenait toujours la main et l’attirait on ne peut plus près.

Maélyne sentit son sourire s’agrandir. S’il y avait bien quelque chose qui pouvait lui faire oublier tous ses maux c’était la danse. Et c’est en scrutant les visages qui l’entouraient, la joie qu’ils exprimaient, qu’elle se rendit compte qu’elle était forcément née dans la mauvaise famille, dans la mauvaise société. La noblesse n’avait su que lui apporter des malheurs alors que ces petites gens arrivaient à la faire sourire, à la toucher au plus profond d’elle-même.

C’est naturellement et tout en se laissant entraîner que ses pieds se mirent à danser. De-ci, de-là, un pas en avant, un pas en arrière puis un sur le côté. D’abord un homme comme partenaire puis un autre, ils s’enchainèrent sans fin alors qu’elle venait sans doute de faire une bonne dizaine de fois le tour de ce grand feu.

Puis, alors qu’elle se désaltéra un peu, Tancrède revint près d’elle. La musique avait changée, adoptant un rythme plus lent, plus doux. Maélyne était étonnée. A aucun moment elle ne se serait doutée que de telles danses étaient proposées dans des fêtes de villages. Elle s’était toujours imaginée qu’elles n’étaient qu’entraînantes et enivrantes. Elle offrit d’abord un large sourire, but une gorgée de plus puis leva l’un de ses sourcils, signe que la proposition lui était intéressante.

De sa petite main froide, la jeune femme vint saisir celui du chevalier et le devança pour le tirer derrière elle, sans doute trop pressée de commencer à danser ou alors est-ce l'alcool qui commençait déjà doucement a avoir raison d'elle? Une fois dans les rangs et correctement placés, Maélyne devint plus sérieuse. Ce qu’elle aimait dans la danse c’était la liberté de mouvements, mais là c’était tout autre… La concentration était nécessaire pour ainsi éviter de lui marcher dessus ou de bousculer quelqu’un d’autre.

Son visage se fit donc plus sérieux mais affichant cependant un léger sourire. Ils commencèrent par un salut respectif puis se rapprochèrent lentement, entamant les pas de danses. Une main dans la sienne, une autre sur son épaule, ce n’était sans doute pas ce à quoi elle s’attendait. La Dame avait l’habitude de danser autre chose… avec beaucoup plus de formalité et moins de rapprochement.


« Je n’ai pas l’habitude de danser ce genre de chose… Ne… m’en voulez pas si par moment je vous écrase le pied. » Laissa-t-elle échapper de ses lippes, essayant de détendre l’atmosphère alors qu’elle était sans doute la seule à être stressée.
Revenir en haut Aller en bas
Tancrède de Léjante
Humain
avatar

Nombre de messages : 99
Âge : 29
Date d'inscription : 20/04/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Lun 24 Oct 2016 - 2:05




Lorsque la bonne fortune vous désigne, vous n’avez plus qu’à profiter. Maélyne ne tomba pas avec le dernier des danseurs. S’invitant depuis son tout jeune âge aux fêtes locales, autant paysannes que mondaines, arpentant les banquets, les bals et autres cérémonies où musique et danse ne faisaient qu’un, son pied en était devenu fort adroit. Évidemment plus encline aux rapprochements, cette danse suggérait d’abord l’union de deux personnes qui sous le couvert d’un voile de notes harmonieuses, pouvaient s’entretenir presqu’en privé. « N’ayez crainte, vous n’aurez qu’à suivre mes pas, vous verrez … »  Tâcha-t-il de la rassurer alors qu’il entreprenait les premiers mouvements. Ses pas se chassaient, puis s’entrecroisaient d’une lenteur calculée, afin de ne pas précipiter sa compagne. La pointe de ses doigts dévala l’épaule de Maélyne pour atterrir près de ses hanches qu’il guida avec brio et respect, s’empêchant tout rapprochement inadéquat, bien que l’envie ne manquait franchement pas. Un poil désynchronisée avec les pas inculqués, Tancrède ajouta à l’aide d’une pointe d’humour, l’œil brillant de malice : « À défaut de m’écraser les orteils, vous pourriez franchement y grimper dessus. La danse ne vous en serait que plus aisée. »  

Il délia les doigts d’autour de sa menotte, afin de procéder à un pas vers l’arrière, d’un salut respectueux, comme pour mettre point final au premier couplet. Suite à quoi, la valse reprenait, toujours sur le même rythme monocorde et pourtant, si apaisant. La première lance de Léjante retournait conquérir son aimée en lui saisissant les mitaines, toujours en étant d’une courtoisie sans pareille. « Votre visage m’est familier, nous nous serions déjà rencontrés ? »  S’amusa-t-il à lui demander, comme s’il prétendait qu’elle était pour lui pure inconnue –chose à laquelle elle aspirait, après tout-. « Aussi oserais-je demander plus encore de Dame la bonne fortune, me serait-il possible de connaître votre prénom ? Vous n’êtes certes pas de la région, d’où venez-vous ? »  Comme s’il s’intéressait à savoir si son amie avait l’imagination fertile, s’était-elle inventée un personnage, une seconde vie ?  « Avez-vous habitude de venir en ce genre de fêtes ? Par deux fois je vous prends main dans le sac, à explorer des dédales de quartiers qui ne semblent vous être destiné. Auriez-vous soif de changement et d’aventures ? »  Comme il était plaisant de prétendre, de supposer et d’inventer. La chansonnette semblait omettre d’apposer son point final, faisant s’écouler encore nombres de minutes le doux rythme des instruments musicaux. Pouvait-il s’en plaindre ? Certainement pas.

Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2478
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Lun 24 Oct 2016 - 10:43


« Si je me facilite trop les choses, comment vais-je donc pouvoir apprendre ? » Répliqua-t-elle aussitôt qu’il lui proposa de monter sur les pieds. « Et puis, je ne suis pas aussi légère que vous le pensez. »

Ses mouvements étaient pourtant fluides, mais cela n’avait rien d’étonnant. Maélyne était plutôt quelqu’un qui apprenait vite, surtout si cela concernait la danse. Le village était silencieux, et les voix habituellement portantes semblaient s’être évaporées. Les gens dansaient à deux, les yeux dans les yeux alors que d’autres, seuls et malchanceux restaient tranquillement à côté des victuailles et des boissons, plutôt calme et respectueux envers ce moment qu’accordait l’orchestre.

La jeune femme scruta sans gêne le visage de son partenaire de danse. Elle ne s’était jamais permise de dévisager quelqu’un de la sorte, sans doute cette substance qu’ils nommaient « bière » ou « hydromel » l’aidait un tant soit peu à s’autoriser de nouvelles choses. Lorsqu’il commença à jouer un rôle, celui de l’homme qui faisait tout juste la connaissance de la Dame, Maélyne esquicha un large sourire tout en laissant échapper un rire.

« Allons. Ne me reconnaissez-vous donc pas ? » Se permit elle en laissant ses deux bras se rejoindre autour de la nuque du chevalier. « Je suis Berthe. Et je viens du pays le plus boueux du Royaume. » Maélyne s’est ensuite rendue compte de ce qu’elle venait de dire. Arétria était connu pour ses plaines boueuses mais elle n’avait sans doute pas parlé de ce Pays sans aucune raison. La Dame se reprit un peu en se redressant légèrement puis passa immédiatement à un autre sujet. « Ce que je recherche Tancrède, ce sont les gens vrais. Ceux qui ne vous mentent pas. Ceux qui ne vous abandonnent pas. C’est ce que le peuple vous offre et c’est ce dont j’ai besoin. » Un léger sourire lui fut offert. « Vous dansez très bien et vous êtes bon professeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Tancrède de Léjante
Humain
avatar

Nombre de messages : 99
Âge : 29
Date d'inscription : 20/04/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Mar 25 Oct 2016 - 3:57




Était-ce une réponse calculée, résolue et réfléchie, ou avait-elle lancé un nom à la va-vite ? Dans un cas comme dans l’autre, comment en était-elle arrivée à choisir « Berthe » comme prénom ?! Existait-il en ce monde une raison suffisamment grave et importante, qui justifierait l’emploi d’un prénom aussi hideux ?! Les épaules du hardi bondissaient suite à un rire qu’il ne sut retenir à sa déclaration. Puis vint son choix douteux quant à sa provenance, Arétria, à priori. Si des raisons personnelles l’avaient poussée à choisir ces contrées septentrionales, Tancrède n’en savait fichtre rien. Ce qu’il savait, en revanche, c’était qu’une Berthe boueuse d’Arétria semblait posséder de « solides » fondations à titre de couverture! « Quelle mouche piqua vos parents à votre naissance, pour faire preuve d’autant de cruauté envers vous ? Berthe, vraiment ? » Lança-t-il en une pique qui n’avait rien de personnel, mais qui avait tout d’une taquinerie. « À ma connaissance, nul Ange n’a jamais porté tel prénom … » Déclara-t-il délicatement, tandis qu’il enchaînait d’un chuchotement, d’une messe basse à l’encolure de son oreille, profitant du moment pour humer son parfum discrètement : « Mais il est bien un Ange qui me soit connu, qui porte le prénom de Maélyne … » Il se redressa pour reprendre une certaine distance entre eux deux, la guidant toujours en des pas qui semblaient devenus naturels, à force de répétition.

Sa dernière déclaration quant à elle, semblait légèrement épicée d’amertume, goûtant peut-être quelques mauvaises expériences dont elle aurait été l’invitée. Mais évidemment, il faisait bien trop beau et le moment était fort bien trop joyeux pour s’apitoyer sur notre sort. Et si encore la mélancolie, la tristesse ou ces autres sentiments ravageurs venaient à faire surface ; l’alcool viendrait à la rescousse. « Les petites genses sont trop simples pour vouloir manigancer, tisser et entretenir la culture du mensonge. Et vous dites bien vrai, Berthe. Vous semblez bien les connaître … Quel est donc votre métier ? Êtes-vous mêlée au publique pour le connaître de la sorte ? » Jouant le jeu, toujours aussi pétillant d’amusement.

Elle lui rendit un compliment qu’il accepta avec déférence, en hochant la tête. « Comment pourrait-il en être autrement ? Je manquerais alors l’occasion lors des fêtes de croiser ma pinte en compagnie de mes camarades, tout autant que l’occasion de rencontrer de nouveaux visages ? Certes, point tous aussi beaux que le vôtre Berthe, mais tout de même … »  Son ton de voix était toujours ponctué d’agrément, mais il y avait en ses tirades une pointe de vérité, qu’elle saurait sûrement apprécier via le tribu de quelques compliments. « Vous apprenez rapidement, Berthe … Est-ce vos journées à piéter dans la gadoue qui vous aiderait à performer de la sorte ? À moins que l’hydromel ne vous ait procuré des ailes, ce qui en mon sens, me semblerait plus logique et probable. »  

Le concert semblait vouloir cesser d’œuvrer pour cette sereine danse, entreprenant une panoplie de notes plus lentes et qui commençaient à s’étouffer graduellement, pour n’en devenir que quelques sons presque inaudibles et annonciateurs d’une fin non réclamée par le Hardi.

Ce moment aurait dû durer toute la soirée, s’était-il dit à lui-même …
Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2478
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Ven 28 Oct 2016 - 14:48


Maélyne resta silencieuse tout en scrutant son visage dans les moindres détails. Elle l'avait écoutée attentivement, buvant ses paroles, appréciant le moindre compliment. Sans savoir se l'expliquer, tous ses mots doux lui procuraient un bien fou, elle qui d'ordinaire était plutôt froide et distante envers les hommes. Sur le moment même, la jeune femme se dit à elle-même qu'elle devrait sans aucun doute s'adonner plus librement à ce genre de boissons qui semblaient ne savoir faire qu'une chose: vous rendre heureux. Sans doute que la récente trahison de Roderik en plus de leurs dernière rencontre plutôt houleuse à Sainte-Berthilde n'avait pas aidée le manque d'affection qu'elle ressentait de plus en plus ces derniers temps. Et même si Tancrède avait montré plus d'une fois un certain intérêt pour la jeune femme, même s'il était d'une galanterie exemplaire et d'une gentillesse sans nom, le Comte d'Arétria prenait toujours autant de place.

Elle soupira.

Trop de place. La guérison serait longue si pour autant elle arriverait un jour à en guérir. L'amour qu'elle lui portait était si fort qu'elle finissait par s'en vouloir de ressentir autant de choses pour un homme « mauvais » alors que d'autres (et notamment son futur époux) méritaient bien plus ces sentiments qu'elle éprouvait.

La musique s'arrêta et la Dame eut un pincement au cœur. Malgré la déception d'une fin arrivée bien trop vite, un sourire s'afficha sur ses lèvres. Aucun mot n'avait franchi la barrière de ses lippes malgré la foule de questions du Hardi. Doucement, la Dame recula, le lâcha pour se diriger vers sa cousine Thenala d'un pas pressé, enjouée par la nouvelle musique qui peu à peu reprenait en rythme.


« A ton tour maintenant! » Lui dit-elle alors qu'elle lui attrapa le bras, la tira et la poussa vers le chevalier pour qu'elle finisse aussi rouge qu'une tomate entre ses bras.

Maélyne ria de voir la timidité grandissante de la rouquine alors qu'elle se resservit une nouvelle boisson aux côtés du quatrième compagnon de la soirée; le garde.

Et alors que sa cousine entama sa danse, Maélyne quant à elle entama la discussion avec son voisin de beuverie. Lui qui habituellement devait s'en tenir qu'à des échanges formels prenait soudainement un malin plaisir à discuter librement avec la Dame qui l'employait. Maélyne lança un rapide coup d'œil à la piste de danse et espéra que la chanson se termine rapidement. Elle attendit impatiemment son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Tancrède de Léjante
Humain
avatar

Nombre de messages : 99
Âge : 29
Date d'inscription : 20/04/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Jeu 3 Nov 2016 - 20:48




La chipie ! Elle s’était dérobée de l’interrogatoire improvisé tout en refermant sur lui un attrapoire digne de ce nom! Avant même de réaliser qu’elle s’était volatilisée, probablement en quête de licher une autre chopine bien mousseuse, le Hardi s’enlisa bien profond les petons avec la cousine germaine de son idylle. Avait-elle seulement bu, ou danser à outrance pour en avoir les pommettes aussi écarlates ?! La pauvrette en détresse semblait s’être noyée au fond d’une igue creusé par une gêne sans pareille. Cela avait-il pour conclusion d’y faire perdre ce rayonnant sourire, qui arpentait sans fatigue le minois du Léjantais ? Pas du tout. Il secoua ses bottillons, saisit les mains de l’empourprée puis la guida comme il le fit pour Maélyne, mais sur un pas moult plus enjoué, puisque la musique semblait s’y accorder. Bien qu’il s’accorde comme il le pouvait au pas gaucher de Thenala, les enseignements de Tancrède ne semblaient fournir de franc succès. Et comme il s’y attendait, ses orteils souffraient désormais le martyr, ceux-ci piétinés encore, et encore, et encore par la jouvencelle qui n’avait plus d’endroits sur le visage à être recouvert de carmin. « Rahhh! Comment se fait-il qu’elle soit si mauvaise, pardi! Elle me le paiera cher! » Tonna-t-il intérieurement, sans en modifier l’ampleur de son radieux sourire.

Il tournoya, puis faisait vriller sa partenaire en la guidant du bout des doigts. Puis tournoya encore, en se déplaçant sur la « piste » de danse. Il s’accrocha aux deux menottes de Thenala puis lui fit exécuter un pas circulaire, ce qui dans le mouvement, obligeait Tancrède aussi à se déplacer ; cette fois assez près de Maélyne à qui, il subtilisa sa généreuse chopine d’hydromel, non sans un rire franc et enjoué. Il salua Thenala en courbant l’échine, puis s’envoyait une rasade en affrontant Maélyne du regard, tout en levant son verre comme en son honneur. « Laisses ta soif guider tes pas et vient la chercher, Berthe! »  

S’il n’était pas encore sûr de la réaction de son amour, au moins, il arracha un premier rire à sa cousine qui enfin, prenait une bouffée d’air hors de cette marre de gêne.

Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2478
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Mar 8 Nov 2016 - 20:34


L’on dit qu’une ivresse peut effacer milles tristesses, et c’est ce dont elle avait cruellement besoin. C’est donc sans aucune retenue que Maélyne avait continué de boire ce qu’on lui proposait. Hydromel ou simple bière, n’importe quel breuvage présent à cette fête semblait lui faire tourner la tête. Souriante à souhait, l’amusement ne souhaitait plus la quitter et c’est maintes moqueries qu’elle n’hésita pas à envoyer à sa cousine, Thenala, qui ne faisait qu’écraser les pieds de son pauvre partenaire. Mais sans aucun doute ne s’était-elle doutée de l’entourloupe que lui réservait le chevalier. D’une ni deux, ses mains furent vidé de sa chopine qu’elle regarda partir au loin volé par son partenaire. Au vu de la provocation que lança Tancrède, une réponse, ou même une action était fortement attendue.

C’est là que Maélyne prit la peine de se servir une nouvelle chopine, puis, en se tournant, elle leva son bras en sa direction, comme pour le provoquer à son tour. Il aura beau lui voler autant qu’il le voudra, jamais elle ne rentrerait dans son jeu, si ce n’est la complicité de sa cousine, qui souhaitait –pour une raison encore inconnue- voir la Dame affronter le chevalier. Les mains pâles de la frêle damoiselle vint alors à son tour saisir l’objet des mains de Maélyne et lui adressa un grand sourire.
« Non, non, non. La tienne est là-bas. » Lui dit-elle en montrant du doigt le chevalier. « Si tu veux boire. » continua-t-elle tout en prenant une gorgée. « Tu dois lui reprendre ce qui t’appartiens. »

La jeune femme maugréa entre ses lèvres et espéra se souvenir de cet épisode le lendemain pour ne pas hésiter à lui faire quelconque remontrance. « Très bien, verra bien qui verra le dernier. » La phrase était-elle néanmoins correcte ? Sur le coup, cela sonnait plutôt bien.

D’un pas rapide, Maélyne se dirigea vers Tancrède, toujours sur la piste de danse à enchaîner les pas alors qu’il tenait toujours la chopine tout en ne renversant aucune goûte, sans doute était-ce un miracle ou alors la Dame se voilait la face quant au nombre de participations qu’il a bien pu connaître à ce genre de fête. « Rendez-moi ça ! » Dit-elle d’abord en ne se prêtant pas réellement au jeu. Tournoyant toujours autour d’elle, le chevalier ne semblait pas vouloir coopérer. C’est alors qu’elle se lança tout bonnement à sa poursuite, mais il était malheureusement bien plus grand qu’elle. Sa main pointée vers le ciel, Maélyne essaya tant bien que mal de récupérer sa précieuse chopine.
Revenir en haut Aller en bas
Tancrède de Léjante
Humain
avatar

Nombre de messages : 99
Âge : 29
Date d'inscription : 20/04/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Mar 15 Nov 2016 - 3:58




Pouvait-il simplement passer un meilleur moment ? Les troubadours maintenaient l’ambiance à son climax, enchaînant une après l’autre les chansons endiablées, tandis qu’une poignée de sac à vin distribuait au premier malheureux n’ayant rien en main, une cervoise, une généreuse bière brune ou même dans quelques cas, l’alcool des apiculteurs : l’hydromel! Quant à Tancrède, il avait retrouvé son âme de jeune fol, tournoyant, bras dessus bras dessous, avec le premier venu, toujours en brandissant fièrement la chopine qu’il avait dérobé à sa flamme. De temps à autre, il lui réservait un sourire vainqueur, parfois moqueur, dans l’espoir qu’elle se décide à venir reconquérir ce qui lui appartenait de droit.

Prit d’assaut, la dangereuse et menaçante ivrogne de Lourmel chercha, à l’instar d’un poupon qu’on aurait privé de son hochet, à atteindre la chopine qui frôlait les cieux. Ricanant à gorge déployée, le Hardi (maintenant plus ivre que hardi), saisit l’opportunité et chercha à vaincre son assaillant par l’emploi des chatouilles. Sa patte gauche se secoua au niveau des côtes de Maélyne, dans l’espoir de lui arracher quelques rires incontrôlés. La torture dura aussi longtemps qu’il le put, agitant les doigts de sorte à la faire rigoler comme jamais. La manœuvre semblait efficace, du moins, jusqu’à ce qu’elle ne décide de se sortir de ce pétrin! Inconsciemment, d’un reflex naturel, sa menotte chercha à repousser son partenaire de danse afin de l’éloigner brusquement, aidée par la secousse d’un ultime rictus.

L’équilibre s’amenuisant au fil de la soirée, la poussée de Maélyne semblait avoir suffi pour lui faire perdre la grippe qu’il avait sur sa chopine. Icelle se retrouva délaissée de son propriétaire et se dévida au passage sur le crâne du Chevalier qui l’air faussement outré et choqué, fixa son Idylle sans rien dire ni faire, les yeux arrondis et les cheveux applatis par le liquide alcoolisé à l’odeur de miel. À le voir dans cet état, d’aucuns ne pourrait croire qu’il avait des racines de Noblesse et même, qu’il s’était démarqué d’entre tous dans un prestigieux tournois, récemment. Non, rien ne le différenciait plus d’un autre alcoolique notoire de la roture de Diantra.

Excepté qu’il savait un secret, et qu’il avait envie d’en abuser. Il s’approcha l’air faussement furibond vers Berthe, puis agrippa deux pans de sa tenue pour y faire une traction et marier ses lèvres contre les siennes. Se serait-il permit tel agissement, n’eut été des quantités d’alcool qu’il avait ingurgité ? De toute façon, il couvait d’amour Berthe, une pure inconnue de la Noblesse, une paysanne Arétrienne, tout au plus. Que faisait-il de mal ? Si son baisé s’était voulu d'abord farouche et plutôt fougueux, il muta graduellement en quelque chose de nettement plus affectif. Du moins, c'est ainsi qu'il procéda, si le baisé avait eu le temps d’évoluer et qu’il n’avait pas gagné au détour de sa manœuvre une gifle en bonne et due forme. Sa patte gagnait la joue de Maélyne, qu’il cajolait d’une caresse du pouce, tandis que son baisé se prolongeait, si elle le lui accordait. Son ventre papillonnait d'énervement à pouvoir ainsi consumer l'envie qu'il entretenait pour elle depuis leur prime rencontre.

Il l’aimait. Vraiment. Et c’était peut-être la seule chance qu’il avait de pouvoir le lui démontrer, pendant qu’elle n’était personne. Berthe n’était promise à personne et la voulait pour lui.

Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2478
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   Mar 15 Nov 2016 - 21:33

Thème musical:
 


Les rires fusaient. Non pas seulement celui de Maélyne qui subissait les assauts chatouilleux du chevalier mais également de la populace qui les entouraient. Il régnait sur cette petite place une joie de vivre qui procurait un grand bien. Ambiance décontractée où les problèmes n’avaient plus leurs place, les seules choses de mises était l’ivresse, la joie mais aussi les moult embrassades. La séduction et l’affection, voilà ce qu’on pouvait remarquer si on laissait son regard s’attarder sur différents coins, parfois sombres, parfois non. Maélyne elle-même n’y échappera pas.

Et c’est malgré une tête mouillée par l’hydromel qu’il venait de se renverser dessus que le chevalier n’hésita plus à lui faire gouter ses lèvres. L’attrapant à sa taille pour l’attirer brusquement. Surprise, dans un premier temps, la jeune femme n’avait d’autre choix que l’inaction. Cela faisait maintenant plus d’un mois qu’elle n’avait point connu telle affection, ressenti un tel désir à son égard et s’en était troublant. L’ivresse qui s’emparait d’elle petit à petit devait certainement jouer un rôle dans son incapacité de le repousser. Doucement, Maélyne s’adonna à lui rendre son audace et pour cause :


Roderik…

Les yeux fermés, son esprit s’évada, là où lors de leur dernière rencontre, dans cette étroite rue sombre, ils avaient fini par se séparer. Maélyne ressentit alors toute sa souffrance, sa tristesse et sa colère mais surtout sa frustration de l’avoir eu si proche d’elle et de ne pas en avoir profité. La jeune femme s’imaginait être dans ses bras plutôt que dans ceux de Tancrède, elle s’imaginait une toute autre issue à leurs récentes retrouvailles, embrassant avec fougue et passion l’être qu’elle aimait tant.

Roderik…

Ses mains se permirent d’attraper sa nuque, continuant toujours l’échange. Mais malgré l’absence de longueur capillaire du chevalier, Maélyne ressentait les mèches brunâtres entrelacer ses doigts. Elle sentait son souffle chaud si particulier, goutait amoureusement ses lèvres comme elle en avait trop peu l'habitude puis elle sentit ses mains l’enlacer si agréablement.

Mais toute bonne chose à une fin et celle-ci arriva bien trop vite au goût de Maélyne qui une fois légèrement écartée, rouvrit les yeux pour s’apercevoir avec stupeur que l’homme en face d’elle n’était pas celui qu’elle désirait. Tancrède était un homme bon, généreux, un preux chevalier comme on en voyait rarement. Il l’avait sauvé, plus d’une fois et il avait également démontré à de nombreuses reprises son attirance pour la Dame du Nord. Mais son cœur se refusait à lui. Il refusait l’idée que l’amour éprouvé pour le Comte n’existait plus car celui-ci était si fort qu’une guérison semblait impossible.

La jeune femme recula, brusquement, repoussant légèrement Tancrède. Son regard n’arrivait plus à croiser le sien, celui-ci le fuyait plus qu’autre chose. Reculant toujours plus, Maélyne manqua de bousculer des danseurs. Perdue, voilà ce qu’elle étant à cet instant. Mais que faisait-elle là ?? Que faisait-elle dans ce village ?? Qu’essaya-t-elle de se prouver ??


La réponse était simple et elle venait de la trouver à l’instant.

« Je ne peux pas… Je… Je ne peux pas… »

C’était ses derniers mots avant de se retourner et de prendre la direction de la sortie des festivités. Il était l’heure de rentrer et d’arrêter les faux pas, il était l’heure de rentrer et de cesser de se mentir à soi-même, il était l’heure de rentrer et de ne plus briser les espoirs de ce Chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la fête bat son plein | Tancrède de Léjante. [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand nuit noire se fait en plein jour.
» En plein coeur d'Oryenna... [Terminé]
» Quand un ange perd ses ailes -> Angel S. Sawyer [Terminé]
» Quand Deux Loups se retrouvent Face à Face...[Livre II - Terminé]
» Quand on s'emmerde, on traine les pieds [PV - Sophia] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Diantra-
Sauter vers: