Partagez | 
 

 Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )

Aller en bas 
AuteurMessage
Méliane de Lancrais
Humain
avatar

Nombre de messages : 193
Âge : 33
Date d'inscription : 14/04/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )   Ven 30 Sep 2016 - 22:51


Favriüs, Fin de journée du Jour 9, Enneade 2. 9 ème année du 11ème cycle.

De l'air, elle avait besoin d'air. Le pas pressé, une main sur sa poitrine et l'autre sur son ventre, la duchesse de Langehack regagna en hâte l'une des terrasses adjacentes a la salle de banquet. Une fois a l'air libre, elle inspira profondément avant de poser brutalement ses paumes, a plat, sur la balustrade. Elle ferma ses paupières, tachant de tant bien que mal de contrôler le flux d'émotions qui menaçait de la submerger. Ce jour avait été une épreuve de plus parmi la longue liste de celles l'ayant frappées ces dernières Enneades. Il y'avait eu la possible imminence d'une guerre. Le kidnapping de son duc. Son accouchement prématuré. Le deuil de ses enfant. La mort de son époux, celle d'Azénor. La déchéance des Anoszia et aujourd'hui ... Ses paumes cognent une fois, deux fois, trois fois. Ce jour il y'avait eu l'arrivée de la dépouille de son cher Oschide. 2 longues Enneades, voila le temps qu' il avait fallut pour que son corps leur revienne. Puis il y'avait eu les hommages, les siens, ceux de tout ceux l'ayant aimés ou ne serait ce que connu.

Chacun de leurs mots ayant était une dague dans son cœur, qu'elle s’efforçait de garder fermer a la douleur. Puis il y'avait eu la vague incessante des condoléances, les sincères et les faux semblant. Tout du long, elle s'était tenue droite, fière, s'en versait une larme, ou a peine et a l’abri des regards. Elle avait juste besoin d'une poignée de secondes pour se reprendre puis elle y retournerait, il le fallait. La duchesse avant la femme. Ses obligations avant sa peine. C'était le seul moyen de faire face, sans sombrer, en attendant que les jours meilleurs ne viennent, si tenter que cela puisse encore être. Elle crue entendre un délicat bruissement de tissu, si bien qu'elle se retourna pour apercevoir la duchesse du Médian, Blanche d'Ancenis. En espérant que ses yeux ne soient pas trop brillant et que le pauvre sourire qu'elle lui adressait n'ait pas l'air d'une grimace, elle s'approcha d'elle. " Blanche, je crains de n'avoir faillie a tout mes devoirs ce jour. " Point de titres entre elles, du moins osait t'elle l'espérée de par les nombreux vélins échangés. Ce qui faisaient d'elles, au yeux de Méliane, des amies.

La dame était arrivée au matin. Si bien que la duchesse n'avait pas été la pour l’accueillir, toute aux prises a s'occuper des derniers détails de la cérémonie et surtout a se donner du courage pour l'épreuve que s'annonçait être cette journée. " Veuillez me pardonner de ne point vous avoir accueillie comme il sied a votre rang. J'ose croire que mon intendant vous aura convenablement fait installé et que le voyage ne vous aura pas été trop pénible. " Tout ça n'était que banalités affligeantes, mais elle en était encore a calmer les battements désordonnés de son cœur et les pensées trop encombrantes de son esprit. " Oschide reposait désormais, dans la crypte, a quelques mètres sous leurs pieds, auprès de leurs enfants .. " Non, elle ne devait pas penser a cela, elle ne voulait surtout pas penser a cela. Donnant tant bien que mal le change, le visage neutre mais les yeux témoignant de sa grande tristesse, elle continua sur sa lancée. " Je vous suis grée d’être la ce jour. Je sais que votre entente avec mon époux n'a pas toujours été idéale, il compte donc d'autant plus pour moi que vous soyez parmi nous en cette journée ou nous lui faisons nos adieux. "

Désignant, d'un geste de la main, un petit banc de pierre se trouvant a l'extrémité de la terrasse, elle demanda: " Voulez vous, vous asseoir quelques instants avec moi ? Je ne suis guère désireuse de m'en retourner a cette mascarade pour le moment. " Difficile de savoir de quoi elle parlait présentement. De la ribambelles d'hypocrites présents uniquement pour se repaître de son malheur, ou d'elle même tachant de taire a tous l’immense souffrance qui la rongeait de l'intérieur ? Qu'importe, l'un ou l'autre, une discutions avec Blanche lui serait une distraction bienvenue. De plus en dehors des politesses d'usages et de l'affection qui les lier, les deux femmes avaient plus que jamais bon nombres de sujets a aborder. Les choses avaient bien changés depuis les derniers échanges entre le Médian et le Langecin et aujourd'hui n'était assurément plus hier.

Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1042
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )   Ven 14 Oct 2016 - 18:42


Le voile d’un bleu grisâtre lui tenait scandaleusement chaud en cet instant où le confinement était de rigueur. Observant son père évolué, en compagnie de sa charmante épouse, parmi les notables de Langehack ou non dans ce vivier où se trouvaient quelques connaissances ou amis, Blanche demeura dubitative. Odeline, Sélène et Georgie siégeaient à ses côtés pour lui tenir compagnie. L’œil morne tenta de chercher bien vite ses sœurs. Judith fut très vite repérée. Apparemment, elle se décidait enfin à s’intéresser à la gent masculine, à force de côtoyer son aînée, Adèle, ce jour était simplement une fatalité. D’ailleurs où était le Rossignol ? Elle chercha Adèle sans succès. Une vague moue fit onduler ses lippes alors qu’elle se tournait vers ses dames de compagnie.

« Mes chères… Allez-vous… amuser à la hauteur de cet événement. »

Il ne fallait pas trop en faire non plus. Après tout, c’était le banquet d’enterrement. Face à l’hésitation de ses deux suivantes, Blanche eut un petit mouvement de la main comme pour les chasser. Elles se regardèrent toutes deux.

« Peut-être trouveriez-vous un bon parti… »

Un menu-soupçon d’amusement tinta dans sa voix et après un petit gloussement coquin, les deux camérières s’élancèrent dans cette foule mondaine. Elles ne tardèrent pas à trouver un cavalier sous l’œil bienveillant de Blanche qui elle s’en retourna vers Odeline vêtue d'une magnifique robe d’un mauve sombre avec quelques liserés d’or. Blanche amorça un pas en direction des baies vitrées et de sa terrasse qu’elle foulait d’une démarche féline. Les billes bleutées tombèrent sur une silhouette familière en proie à un désordre émotionnel. Le minois voilé se tourna dès lors vers Odeline qui après un hochement entendu s’éclipsa discrètement. La dame du Val s’approcha de Méliane en silence. Pour l’instant, elle ne disait mot et la laissa parler. Blanche ne se formalisa pas de son accueil à Langehack. Méliane avait fort à faire. La duchesse comprenait. L’intendant avait été aimable et professionnel. Elle n’avait rien à redire sur la mise à disposition de ses appartements. Le voyage n’avait pas été pénible. A dire vrai, elle était arrivée de manière dissonante avec ses parents et ses sœurs qui avaient eu droit au confort d’une diligence, pour elle, cela avait été plutôt une chevauchée incessante de jour comme de nuit pour arriver à temps. Cela l’avait épuisé et elle s’était reposée longuement avant la cérémonie en la chapelle.
Elle se mordit un instant la lèvre aux propos de Méliane concernant son entente avec Oschide. Fort heureusement, le linceul chastement posé en signe de deuil masquait toute expression. Il est vrai que sa relation avec l’ainé Anoszia était assez tumultueuse. Ils s’étaient quittés en mauvais termes et depuis lors Blanche nourrissait une certaine rancœur à son égard. Mais maintenant il était mort. Et cette pensée la mit mal à l’aise. Quelque chose la dérangeait, une sensation oppressante compressait désormais son œsophage. Bien vite, la Duchesse de Langehack la tira de ses pensées pour l’inviter à s’asseoir. Machinalement, l’Ancenoise attrapa délicatement la main de Méliane pour l’entrainer et se laisser choir sur le banc. Une fois assise, elle ne lâcha pas ses doigts. Sa senestre vint se faufiler dans le bas du dos de cette dernière pour remonter le long de sa colonne. Désormais, elle lui administrait quelques rassurantes caresses comme pour la soulager.


« Mh… Méliane, c’est moi qui ai failli. Je ne vous ai pas contacté alors que vous veniez de perdre vos enfants et votre époux… Et puis me voilà tel un cheveu dans la soupe à cet enterrement. Je vous demande pardon, Méliane. C’est moi qui ai failli à mon devoir en tant qu’amie. »

Cela dit, elle avait des circonstances atténuantes comme son accident à Diantra qui l’a plongé dans un profond sommeil durant près d’une ennéade et les conséquences qui suivirent la rendit complètement indisposée mais Blanche se garda bien de le dire. Elle avait fait taire les rumeurs à ce sujet et pour ainsi dire peu de personnes était au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Méliane de Lancrais
Humain
avatar

Nombre de messages : 193
Âge : 33
Date d'inscription : 14/04/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )   Ven 14 Oct 2016 - 19:24



La duchesse, bien que fort reconnaissante du réconfort que tenter de lui prodiguer l'Ancennoise, se tenait droite, le visage plus fermé qu'elle ne l'aurait voulue. Elle craignait, comme toujours, que le moindre moment de relâchement n'ouvre une faille susceptible d’accueillir plus de peine qu'elle ne saurait en supporter. A moins que loin d’être une crainte ce soit la un espoir ? Malgré tout elle ne repoussa pas la main de la dame, qu'elle pressa gentiment, en témoignage de sa gratitude. " Oh Blanche, ne devrions nous pas cessés de nous présenter des excuses. J'ai l'impression que depuis quelques mois nous ne faisons guère plus que cela. Par vélins d'abord et maintenant, ici, alors que nous nous faisons enfin face. " Un pauvre sourire, néanmoins sincère. " Dois je m'excuser de ma maladie qui m'a tenue bien loin de ma plume pendant de longues Enneades ? Dois je m'excuser des décisions de mon époux a votre encontre ? Dois je m'excuser de ne point avoir été celle vous accueillant a votre arrivée ? " Elle secoue la tête, puis soupire lourdement.

Enfin lentement, elle se tourne un peu sur le coté pour que leurs regards puissent se croiser. " Si vous me dites non, alors je vous interdits même de penser que vous puissiez m’être une mauvaise amie. Vous et moi sommes deux femmes a qui il incombe bien plus qu'a la plupart des autres. Nous ne sommes pas justes mères et épouses. Nous sommes duchesses. Tête couronnées non pas seulement d'une belle couronne, mais de lourdes responsabilités. Des terres, des gens, dépendent de nous et cela bien au delà de la limite de notre seule famille. " Elle glisse sa paume libre sur l'étreinte de leurs mains. " Nous connaissons toutes deux le poids et le coup du pouvoir et malheureusement cela veut parfois dire être une mauvaise amie, quand bien même nous désirerions qu'il pusse en être autrement. " Un autre simulacre de sourire, tout ce qu'il faut espérer c'est qu'il ne ressemble pas trop a une grimace. Elle ferme ses yeux une brève seconde. " La duchesse avant la femme. "

Elle ne laisse guère le temps a ses paroles de peser dans l'air, qu'elle reprend. " J'apprécie votre présence ici ce jour, je sais que vous êtes la au nom de notre amitié et je vous en suis gré. Ne vous blâmez point de votre silence, autant les attentions dont tous firent preuve au fil des Enneades me toucha, autant rien n'aurait pu amoindrir la peine qui est mienne. "  Elle hausse les épaules, le visage résolu. "Pourtant je suis la, bien vivante, me tenant debout face a tous, continuant a avancer. Pas par ce que j'en ai l'envie, mais par ce qu'il le faut. " Elle accroche a nouveau son regard a celui de Blanche. " C'est la le fardeau des femmes comme nous. Quand d'autres ploient, flanchent, se laissent engloutir par la tristesse, nous tenons bon. Nous continuons a vivre et c'est peut être bien ça le plus douloureux. Comprendre que ce qui ne nous tue pas, nous rends plus fortes. " Elle hoche distraitement la tête, pressant inconsciemment la paume de son amie dans la sienne. Elle en avait dit beaucoup, des mots qu'elle aurait hésité a prononcer avec d'autres, mais elle savait que l'Ancennoise la comprenait. Elles étaient de la même engeance.

Chaque jour, chaque nuit plus encore, elle souffrait du vide béant laissait par Oschide et ses enfants. Pourtant ce n'était pas cette douleur, intolérable, qui l'oppressait qui lui était le plus difficile, non c'était la certitude qu'elle vivrait encore le jour suivant et encore tout les suivants. Ils étaient morts et ça ne l'avait pas tuer. N'aurait t'elle pas due être terrasser par le chagrin ? Mais il n'en était rien, chaque matin elle se levait et se rendait a sa table de travail. Chaque jour, elle vaquait a ses obligations comme si rien n'était arrivé. Jusqu'a cette journée dont elle avait minutieusement préparée chaque détail. La duchesse avant la femme, c'était la ce qui la maintenait hors des ténèbres, mais c'est aussi ce qui la caractérisait. Elle ne s'était permise a s'en écarter que pour Oschide, mais il n'était plus maintenant. Peut être que si elle perdait son pouvoir, ses titres, ses terres, elle s’effondrerait alors .. Comme tout a chacun aurait le droit de le faire après pareilles épreuves. Mais même de cela elle doutait, comme elle l'avait dit a la dame assise a ses cotés, c'était la leur fardeau. Elles survivaient quoi qu'il arrive. Elles continuaient de vivre. Et cela était bien plus douloureux que de laisser la tristesse faire son œuvre. Si seulement Oschide avait lui aussi eut cette force, alors son deuil aurait été amoindri et c'est avec lui qu'elle aurait partagée celui de leur enfants .. De cela, elle avait grand mal a le pardonner, même en ce jour ou elle avait été tenue de lui faire ses adieux officiels .. " Oschide pourquoi a t'il fallut que vous m'obligiez a vous maudire et a vous pleurer dans le même temps. " Pensa t'elle en crispant ses doigts plus fort qu'elle n'en avait conscience.

Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1042
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )   Mer 9 Nov 2016 - 15:54


Les pupilles de Blanche se rétrécirent subitement aux propos de Méliane. Il est vrai. Méliane n’avait pas à s’excuser de sa maladie, ni des décisions de son époux, ni de son absence lorsqu’elle avait posé les talons devant le palais de Langehack. Elle ne lui en tenait pas rigueur et ne le lui tiendrait jamais… Mais…

« La mort n’est pas un jeu. »

Souffla-t-elle de manière énigmatique. C’est aussi le lot de chacun mais elle sentait son amie plutôt fragile et c’était tout naturellement pour elle ce qui la poussait à en faire plus pour la soulager. L’amitié était une chose assez rare dans les hautes sphères politiques que pour ne pas l’entretenir comme il se doit et avec les plus grands égards. Sa senestre se ramena calmement sur les mains de Méliane, quittant ainsi son dos. Blanche n’avait rien à redire de plus sur les mots de son amie. Elle avait entièrement raison. Elles étaient des personnes à qui on en demandait beaucoup et de qui on attendait tant. Par contre de là à dire que cela était un fardeau, elle n’était pas du même avis. Certes, elle avait plus d’une fois regrettée de ne pas être une aventurière ou une personne qui aurait plus de libertés. Cependant, il fallait bien se rendre à l’évidence qu’ils étaient une poignée à être ce qu’ils sont et avoir ce qu’ils ont.

« C’est en effet douloureux de devoir vivre sans jamais faiblir. »

La Dame du Val eut une profonde inspiration. Elle hésita un instant avant de lâcher.

« Méliane… Vous savez, ce n’est pas parce que vous vivez aujourd’hui et que vous avez décidé de continuer et de ne pas abandonner qu’il faut vous blâmer. La mort d’Oschide n’est pas votre faute mais la conséquence des enjeux politiques actuels. »

Elle se tut. C’était peut-être redondant ce qu’elle venait de dire là.

« Quoiqu’il en soit, vous ne devez pas culpabiliser de mettre un point d’honneur à vos devoirs alors que votre époux est mort. Beaucoup de gens survivent à la tristesse des êtres chers. Ce n’est pas pour autant qu’on ne pense pas à eux et qu’on bafoue leur mémoire. »

Les yeux se redressèrent un instant sur le décor. Ses lippes s’étirèrent machinalement en un sourire narquois.

« Après il est vrai que vous et moi, n’avons pas franchement de chance. »


Revenir en haut Aller en bas
Méliane de Lancrais
Humain
avatar

Nombre de messages : 193
Âge : 33
Date d'inscription : 14/04/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )   Mer 9 Nov 2016 - 18:18



La mort d'Oschide n'était pas sa faute ... Il y'avait pourtant tant de choses qui la désignaient comme celle devant en porter le blâme. L'on pouvait y voir une punition des dieux pour la mort de son premier époux. Mort qui était de son fait, qu'importe les crimes qui étaient siens, elle avait prit sa vie. Il y'avait également son incapacité a avoir mit les enfants de son époux au monde en toute sûreté. Son inefficacité a l’empêcher de commettre la folie de répondre a l'invitation du Berthildois, leur dispute a ce propos .. Non, la mort d'Oschide n'était pas le résultat de la politique actuelle, il avait fait son choix, il avait sauté .. Mais ce qui l'y avait poussé, il était difficile de ne point se le reprocher. Le maudire lui pour l'avoir abandonner ou se maudire elle pour sa possible implication en cela ? Devoir trancher n'était pas chose aisée, mais au moins était ce une distraction comme une autre pour tromper la douleur.

Le regard froid et vide de toute expression, elle murmura simplement. " Je ne me sens pas coupable de vivre. " Non, point de culpabilité en cela, mais pour le reste. " Le climat politique actuel n'a pas tué mon époux Blanche .. " Elle soupire, hésitant un instant, puis elle se reprend. Blanche lui était une amie, mais également de la famille pour Oschide, puis mieux valait qu'elle l’apprenne de sa bouche que par les basses rumeurs qui viendraient bientôt du nord. " Il a fait lui le même le choix de la fin qui fut sienne. " Un aveu a demi mot de son suicide. Oh comme elle aurait aimée accablée le Berthildois pour cette perte, mais il avait beau avoir kidnappé son aimé, sa belle sœur, les menacer d'une guerre et apportait bien des désolations, il n'était pas responsable de cela. Elle ne lui imputerait dont pas ce crime. Si seulement elle avait put le haïr lui et non devoir maudire celui qu'elle avait tant aimée.

Elle glisse finalement son regard dans celui de l'Ancennoise. " Mais comme vous l'avez dit, qu'importe les circonstances de sa mort, il n'y'a point de honte a survivre surtout quand sont a notre charge des terres et des gens. Je ne faillirais pas en mon devoir rassurez vous, je m'y dévoue corps et âme du matin au soir et c'est la une occupation plus que bienvenue en ces temps de deuil. " Elle ne parlait pas de ses nuits ou loin de sa table de travail, elle n'avait d'autre choix que de succomber a sa peine. Si parfois elle pouvait faire cesser ses larmes en maudissant le nom de son aimé pour sa désistions a ses cotés, il n'y'avait rien qui puisse venir la soulager du vide béant laisser par la mort de ses enfants. Elle tapote gentiment la main de Blanche. " Je pris les dieux pour que la chance soit avec vous dans votre nouvelle union. Puisse la malchance être loin derrière vous. J'ai aperçue votre époux et malgré la peine qui est mienne, sachez que je me réjouis de le voir aujourd'hui parfaitement rétabli. "

Ses paroles sont sincères, elle a beau porter le deuil et s'émouvoir de bien peu de choses, son être restant résolument froid et imberbe a toute autre sensation que la douleur de par ses pertes successives de ces dernières enneades, elle n'en avait pas moins été heureuse de voir que Nimmio était aux cotés de Blanche et qu'il semblait avoir recouvré parfaite santé. Elle aussi avait connue les affres de la maladie et en était revenue, néanmoins elle n'avait pas la chance que son mari fut la pour en profiter avec elle, si bien que c'est avec franchise qu'elle déclare. " La vie est parfois bien courte mon amie, nul ne sait de quoi demain sera fait, rendant chaque instant précieux. Je sais que comme moi vous ne le savez que trop, mais qu'importe les difficultés ou la politique, n'oubliez jamais de profiter comme il se doit des moments passés auprès de votre époux. Il n'est jamais bon d'avoir des regrets. " Elle était malheureusement bien placée pour le savoir. Sa maladie, les Enneades qu'Oschide avait passé a Diantra, son départ pour Soltariel et enfin pour cette entrevue qui l'avait exilée loin de Langehack par les désirs belliqueux d'un être infâme. Tant de choses qui avaient fait qu'elle et Oschide n'avaient eut que bien trop peu de temps ensembles et aujourd'hui il était trop tard pour y remédier. Les regrets étaient comme la culpabilité, traîtres et une fois qu'ils venaient a vous agripper il était bien difficile de s'en dépêtrer.

Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1042
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )   Dim 13 Nov 2016 - 16:11


Alors ainsi s’était-il donné la mort. Quel sot pensa-t-elle. Sans doute, est-ce là l’orgueil des hommes. Mais ne sachant pas lire dans les pensées et encore moins dans ceux des morts, il avait sans doute ses raisons. Autant, elle pouvait saluer le courage d’une personne mettant fin à ses jours pour simplement franchir le pas, autant cette personne était-elle lâche pour ne pas faire face à ses maux. Enfin tout était une question de point de vue et d’ailleurs, la baronne haussa les épaules en ajoutant.

« Hm, peut-être… est-ce le Marquis de Sainte Berthilde qui l’a poussé à commettre cela… Vous n’étiez pas présente pour savoir ce qui s’est passé… Et au vu des considérations des positions du seigneur Godfroy qui changent assez souvent … Enfin, je vous laisse deviner. Vous savez, Méliane, tout dépend sous quel angle, on décide d’appréhender la chose. »

Elle marqua une pause pour renchérir.

« Dans votre cas, vous accablez Oschide comme si c’était lui et lui seul qui avait pris cette décision… Mais je ne serais pas étonnée qu’en raison des agissements du Marquis de Sainte-Berthilde que celui-ci l’ait poussé au suicide. Il y’a plusieurs raisons : le déshonneur… La mort de vos enfants et je le regrette sincèrement. »

Elle prit à nouveau les mains de Méliane entre les siennes.

« Ou alors… est-ce vous qui avez envie de mettre la faute sur votre feu mari ? Pour les raisons qui occupent actuellement votre cœur. Qu’en est-il Méliane ? Voulez-vous l’accabler car cela vous rassure ou que sais-je ? »

Derrière son voile, Blanche observait attentivement Méliane. Parfois, il était de bon ton de « lâcher du mou » comme on dit. Se dévouer corps et âme à sa fonction n’était pas forcément la meilleure des choses à faire mais si cela lui permettait d’occuper ses pensées tant mieux. Après tout, elle seule était en capable de gérer son deuil. Et tous les moyens étaient bons.

« Si cela vous permet d’appréhender les jours en oubliant votre peine, continuez de la sorte… Mais sachez que parfois cela a des conséquences. Votre santé est déjà fragile, nous le savons toutes les deux. Je n’aimerais pas qu’il vous arrive quoique ce soit. Je reconnais les cernes sous vos yeux. Vous êtes fatiguée, épuisée et malgré toute la bonne volonté que vous y mettez pour le cacher. Cela ne trompe pas. N’oubliez pas que vous avez une fille et que vous êtes une mère. »

Elle aurait bien volontiers ajouté qu’elle s’illustra à merveille lors du mariage d’Arichis et de Tibéria mais préféra se taire, ne voulant pas qu’on la sache là-bas. Elle préférait taire ses déplacements, non pas parce qu’elle doutait de Méliane mais les murs ont souvent des oreilles. Une moue tordit un instant ses lippes à l’évocation de son mariage. Elle se sentit un peu mal à l’aise puis se confia.

« Hm, mon troisième mariage n’est pas une union d’amour mais politique. Je ne suis pas amoureuse de Nimmio de Velteroc. J’ai beaucoup d’attachements pour lui… Celui qui occupa mon cœur et mes pensées est mort depuis quelque temps… »

Ce qui lui permettait d’éventuellement faire des hypothèses sur celui qui l’embrasa. Avec les rumeurs, les divers évènements des années précédents, Méliane devrait arriver bien vite à un nom. Blanche acquiesça à ses dernières paroles. Son époux était occupé et elle devait redoubler de ferveur pour qu’il occupe sa couche. Il était un amoureux des parchemins et bien que Blanche avait su conquérir le cœur de Nimmio, la paperasse était toujours une ennemie avec laquelle elle devait lutter. Il avait sa façon à lui de manifester ses sentiments et du moment qu’elle pouvait éveiller en lui ses ardeurs en quelques rares occasions, elle s’en contentait. Si Méliane avait vécu sans doute une relation des contes de fées avec Oschide, Blanche n’avait jamais vécu ce genre de choses ce qui rendaient les deux femmes différentes à ce titre.

Revenir en haut Aller en bas
Méliane de Lancrais
Humain
avatar

Nombre de messages : 193
Âge : 33
Date d'inscription : 14/04/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )   Dim 13 Nov 2016 - 16:53



Elle écoute avec soin les mots de l'Ancennoise. Elle aimerait que la mort d'Oschide lui soit aussi simple qu'ils le suggèrent. Mais rien n'était jamais simple, en amour comme en politique. Il n'y'avait qu'une seule certitude en tout cela, son aimé avait mit fin de son plein gré a ses jours et elle ne pouvait en blâmer le Berthildois, tout aurait été  tellement plus facile si elle avait été en droit de le faire. " Je préférerais maudire le marquis de Sainte Berthilde, je préférerais ne jamais avoir sue quel avait été le choix d'Oschide. " Laisse t'elle échappée avec sincérité. Un choix qu'elle ne pouvait ignorée, car autre que les mots de Godefroy, il y'avait ceux de son époux. Il avait écrit des lettres. D'ailleurs la sienne reposait encore dans le tiroir de son secrétaire, attendant d’être lue. " La vérité Blanche, c'est autant je le maudis de m'avoir abandonner, et cela est une attitude bien peu vertueuse a avoir envers un mort, autant je redoute que je ne sois la seule a blâmer pour cette tragédie. " La mort est dans votre sillage .. Cette phrase ne quittait plus ses pensées depuis qu'elle avait eut a la lire en même qu'elle avait eu a apprendre la mort de son époux. " Nous nous étions disputés avant qu'il ne parte pour ces pourparlers, qui ne furent qu'un leur. Je ne voulais pas qu'il y'aille. " Elle secoue la tête. Il n'y'avait pas que ça. Il y'avait la perte de leurs enfants, son incapacité a les mettre au monde en toute sécurité ou encore le fait que cela pusse lui être une punition divine pour avoir prit la vie de son premier époux.  

Tant de raisons qui pouvaient la pousser a croire qu'elle soit celle a blâmer pour le choix d'Oschide et pourtant malgré tout, contre toute logique, elle lui en voulait autant qu'elle s'en voulait a elle même. Elle passée de la colère aux larmes quand elle pensait a lui. " Il a fait son choix seul comme en témoigne les lettres qu'il a laissé, mais ce qu'il y a poussé, peut être ne le sauront nous jamais. " A moins que la réponse ne se trouve en ce rouleau qu'elle n'avait pas encore osée défaire de son sceau. Elle saurait bientôt, elle s'était promis d'en faire la lecture au terme de cette journée. Mieux valait ne pas y penser pour l'heure. Ressasser n'était pas une bonne chose, il était rare que cela apporte quoi que ce soit de positif. Elle fut touchée de l’intérêt que Blanche sembla portée a sa santé. Ses mots n'étaient pas dénués de sens, mais la dame pouvait se rassurer, si il était vrai qu'elle dormait bien peu, c'était seulement a cause de sa peine et non par abus de travail, bien qu'il lui soit une distraction appréciable en ces temps de deuils. " Tranquillisez vous mon amie, si il est vrai que mon cœur est en peine, ma santé est bien meilleure qu'elle ne le fut. Quand a ma fille, je suis tout ce qu'il lui reste alors croyez bien que je compte m'employer a ne pas lui faire défaut avant de nombreuses années, sachez néanmoins que votre sollicitude me touche. " Comme pour en témoigner, elle presse avec affection les mains de la dame. Puis ce qu’elle ne dit pas c'est que sa santé était désormais meilleure qu'elle ne l'avait jamais été, cela étant due a l'intervention d'une femme dont elle ne pouvait trahir le secret.

Elle ne s'étonne pas des confidences de la duchesse quand a son manque de lien amoureux avec son nouvel époux. Après tout peu de mariages péninsulaires avaient quoi que ce soit avoir avec une histoire de sentiments. " En des jours comme celui ci, avoir fait un mariage politique semble une situation enviable. Mais l'important étant que vous et lui arriviez a vous comprendre et que vous soyez a même de regarder ensembles dans la même direction. " Méliane n'avait jamais été friande de rumeurs ou de ragots, il n’empêche qu'elle saisie forcément l'allusion de Blanche quand a l'homme qu'elle avait aimée puis perdue. " Vous en parler au passé, mais ce pourrait t'il que malgré sa mort, il occupe encore vos pensées et votre cœur ? " La question était tant posée de par un intérêt sincère pour son amie que par la curiosité ou plutôt la crainte de savoir si un jour Oschide ne serait pour elle plus qu'un lointain souvenir. Elle voulait croire que son souvenir resterait toujours vivace en son cœur, tout comme celui de leur amour, a l'image de ce que lui étaient les souvenirs maudits de son premier mariage. Mais haine et douleur étaient parfois des émotions bien plus forte que l'amour et la tendresse. Comme il serait cruel qu'elle doive vivre avec le souvenir de l'homme infâme qui lui avait fait tant de mal alors qu'elle verrait peu a peu ses souvenirs de son aimé la quitter. Mais peut être serait ce la aussi une punition divine ? Décidément en ces temps ou le deuil obscurcissait son être, mieux valait s'abstenir de trop penser.  
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1042
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )   Sam 26 Nov 2016 - 19:03


A la vie comme à la mort. Les lèvres s’étaient closes et l’attention était dévouée à la Duchesse de Langehack. Le menton acquiesçait à ses propos et elle ne se détournait pas de son amie jusqu’à ce qu’une mite n’ébrèche sa concentration. Cette dernière papillonnait lentement en la direction d’un brasero illuminant le balcon. La vision devint un instant trouble si bien qu’elle fronça les sourcils.
Et puis cette voix vint caresser à elle seule ses pavillons.


« Ihihihi. Cesse de la contredire. Elle cherche à se blâmer. Laisse la seule dans son chagrin. La seule chose qui la rend vivante. Ihihi »

Blanche inspira profondément, les lippes tremblantes. Ses épaules s’ébranlèrent un instant, laissant croire à une brise venant la rafraichir. Ses paumes se crispèrent davantage sur les fines phalanges de Méliane. Posément, elle fermait ses paupières lourdes en faisant le vide dans son esprit. Ses cils virent éclore les belles perles marine de la Dame du Val qui s’accrochait comme une huître à son rocher, dans ceux de la noble.

« Je suis désolée, Méliane. Je n’ai pas été assez attentive à vos sentiments. »
« Je ne l’aurais pas formulé de la même manière mais bon … Ça passe. » Renchérit cette voix dans sa tête, un brin dégouté.
« Vous savez tout comme moi que nos chemins sont en dissonance avec le Duc du Médian. Un fou lui a mis en tête qu’il pourrait être roi… Alors que mes préoccupations sont pour l’héritage de mes filles. »
« Et cela aborde déjà la politique. Ihihi. Ce faux-pas notoire. »
« Pas que je désire parler de mes propres tracas en ce jour malheureux… »
« Cette maladresse… Phouahahah. »

La Dame du Val déglutit en affichant un sourire maladroit. Ses doigts relâchèrent délicatement ceux de Méliane et elle s’en tourna vers l’astre lunaire. Elle cherchait désormais ses mots, troublée par ses murmures envahissants. Les mains se posèrent sur ses genoux, froissant sa robe en pressant l’étoffe.

« Il occupe encore parfois mes pensées. Il est vrai. Mais il est mort. Et désormais, je pense qu’il me serait incapable d’aimer un autre homme. »
« Oh Pitié… Pas dans le romantique, gniagniagnia l’amour… »
« … Néanmoins… Il existe bien des façons d’aimer. Donc peut-être que même si je ne rencontrerais plus un homme comme lui… Peut-être que je pourrais encore aimer un homme… différent ? »
« Je vais vomir. Ah je pendrais bien Arcam par les couilles pour vous avoir enseigné cette connerie. »
« Pensez-vous pouvoir aimer à nouveau, Méliane ? »




Revenir en haut Aller en bas
Méliane de Lancrais
Humain
avatar

Nombre de messages : 193
Âge : 33
Date d'inscription : 14/04/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )   Sam 17 Déc 2016 - 16:02



Blanche semblait marchait sur des charbons ardents tandis qu'elle lui parlait, comme si chaque mot lui était un pas douloureux. Méliane espèrait ne pas être la cause de ce possible malaise, mais depuis l'annonce de la mort d'Oschide, tout le monde semblait hésité quand a l'attitude a avoir en sa compagnie. Elle ne pouvait guère les en blâmer, mais elle aurait juste préférée qu'ils se comportent a l'ordinaire, lui permettant ainsi d'oublier, même momentanément, qu'elle était en deuil. " Ne vous excusez de rien mon amie, tout le monde n'est que trop attentif a mes états d’âme depuis quelques ennéades, si bien que je me fais l'effet d'une matrone prête a leur couper la tête au premier saut d'humeur. " Elle soupira en songeant que supporter toute la sollicitude, étouffante, qui l'entourait depuis la mort de son époux était plus épuisant encore que devoir feindre aller bien. Le plus ironique étant qu'un jour, du jour au lendemain, ce petit manège prendrait fin, chacun reprenant sa vie alors que son deuil a elle continuerait. Ils seraient compatissant juste le temps que l'exigerait la bienséance.

Si elle s'étonna que la duchesse du Median se laisse aller a proférer quelques paroles allant a l'encontre des souhaits de son époux, elle n'en laissa rien paraitre, saisissant plutôt la perche au vol. Toutes amies qu'elles étaient, elles n'en étaient pas moins duchesses et il y'avait des sujets qu'elles ne pouvaient se permettre d'éviter, quelque soit les circonstances. Puis Méliane préférait encore qu'ils soient abordés de vif voix, en face a face, plutôt que par vélin interposer. " Je sais que toutes ambitions que vous puissiez avoir, visent a restaurer vos filles dans leurs bons droits. Néanmoins, j'imagine que vous n'ignoriez rien du fait que votre époux pourrait s'avérer être un frein a cela. " Elle glissa un regard sincère dans le celui de Blanche. Ses mains reposaient sur ses jambes, ses doigts s'entrelaçant après avoir été quelque peu endoloris de par la crispation passagère exerçait par sa compagne. " Soyez libre de vos mots en ma présence, aujourd'hui, demain et quelque soit les circonstances. Rien ne vaut la franchise en ces temps troubles qui agitent la péninsule. "

Méliane laissa son regard s'égarer dans le ciel étoilé, s'y perdant un instant, les derniers mots de la Hautvalloise résonnant encore a ses oreilles. " L'amour est chose étrange et cruelle, il a beau nous blesser plus que toutes autres choses par de bien des façons, nous ne pouvons guère nous empêcher de nous donner a nouveau a lui, cœur, corps et âmes. J'aimerais vous dire que plus jamais je n'aimerais, mais j'en ai finie de me mentir a moi même. Je m'étais deja jurée une fois cela et quand Oschide est apparu en ma vie, il a fait volé en éclat ce souhait que j'avais pourtant protéger avec ardeur durant des années. J'ai eu beau souffrir de façons bien différentes les deux fois ou je me laissa allée a aimer, je ne peux dire que plus jamais ce ne sera le cas, car nul ne sait de quoi sera fait demain. " Son regard était triste, mais un faible sourire ourlait ses lèvres tandis que quelques souvenirs de sa rencontre avec Oschide se pressaient en son esprit. Oui, si il ne tenait qu'a elle, plus jamais elle ne laisserait l'amour obscurcir son esprit cela ne lui avait que trop couté, mais qui pouvait savoir ce que l'avenir lui réservait encore ?

Elle aimerait se croire désormais guérie de ce genre de sentiments, irrémédiablement fermée a toutes les faiblesses qui viennent avec l'amour, mais si tel était le cas alors elle ne souffrirait pas tant de l'absence de son époux et chaque nuit sans lui ne serait pas si cruellement froide et douloureuse. Il avait laissé un manque dans son existence, un manque qu'elle ne se destinait pas a combler, mais a la manière dont Oschide était entré dans sa vie, elle savait que cette décision la ne saurait pas totalement de son fait. " Je vous souhaite d'aimer a nouveau Blanche, car le seul sentiment surpassant l'amour nous unissant a un homme est celui que l'on porte a nos enfants. Rendons toutes les deux grâces aux dieux que nous ayons la chance de pouvoir chérir les nôtres. " Sa voix avait légèrement tremblée sur ses derniers mots, si bien qu'elle déglutie pour se reprendre. Si il était vraie qu'elle avait encore une fille, elle ne pouvait oubliée la perte douloureuse et récente de ses deux jumeaux, arrachés bien trop tôt a la vie. Son amie, elle avait au moins la chance que chacun de ses enfants se portent bien et s’efforcer de ne pas la jalouser pour cela, quand bien même cela lui était difficile. Pour se donner bonne mesure, elle s'essaya a une faible plaisanterie. " Ne croyez vous pas que nous versons un peu trop dans la sensiblerie. Nous voila pareille a deux vieilles femmes parlant de leurs souvenirs et regrets. Je suis sure que nous pourrions employées le temps qui nous est accordé a discuter de choses plus productives. "

Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1042
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )   Jeu 22 Déc 2016 - 21:04


Un instant, ses sourcils se froncèrent face aux propos de Méliane vis-à-vis de l’hypothétique frein qu’était Nimmio.
La Dame du Val n’eut rien à redire sur la possibilité d’un amour nouveau. Méliane avait résumé la chose. Personne ne savait de quoi était fait demain et en raison de sa position et surtout des lignes directrices de la politique péninsulaire, son existence pourrait bientôt être réduite en cendres. Si Blanche pouvait encore choyer ses cinq bambins, tous n’avaient pas eu le luxe de vivre. Elle avait elle aussi perdu son premier enfant suite à une fausse couche. Cette marée de sang qui avait envahi ses jupes étaient encore une réminiscence douloureuse pour elle. Mais le souvenir le plus déchirant et torturant qu’elle avait eu à subir fut sans nulle doute, cette fois-là où elle avait de sa troisième née. Ce visage d’une pâleur cadavérique veiné de bleu l’avait regardé de ses yeux morts. Un frisson lui parcourut l’échine à cette pensée et elle se mordit la lèvre.


« Vous avez raison Méliane. »

Elle ne trouva rien d'autre à dire de plus. Elle préféra revenir sur les propos de la Duchesse énoncé quelques temps avant : Nimmio, l’ancre attachée à sa cheville. En soi, elle n’avait pas tort. S’il l’avait aidé – tout en défendant ses propres convictions lors de la guerre contre Arsinoé – à prendre sa revanche sur la Régente et qu’elle était à ce jour six pieds sous terres, la suite des évènements la desservit. En effet, la mauvaise réputation de l’albinos dépeignait sur sa propre entité. Et le fait qu’il renie l’héritage de ses filles avaient été pour elle un coup de poignard. Mais elle lui rendit bien quand elle s’opposa ouvertement à lui. C’était un prêté pour un rendu.

« Pour en revenir à mon époux a effectivement prononcé des mots qu’il doit sans doute regretter amèrement aujourd’hui. S’il avait soutenu mes filles, il ne serait peut-être pas roi mais sa position serait plus enviable et il n’aurait peut-être pas la moitié de la Péninsule à dos. »

Sous son voile, Blanche ancra ses billes dans celles de Méliane.

« D’ailleurs à ce titre, me considérez-vous félonne ? Etes-vous pour ce Bohémond du sud détenu par cette arachnide qu’est le baron de Merval ? ... Qui je dois vous le rappeler vous a ouvertement parjurer en se déclarant indépendant et vous amputant, de facto d’une partie de votre territoire. Je m’étonne à ce titre que vous n’ayez encore rien fait. »

Blanche n’était certainement pas connue pour son talent diplomatique. Elle ne mâchait pas ses mots et n’y allait pas par quatre chemins. Là où pourtant il était préférable d’emprunter des sentiers détournés, elle allait droit au but.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par ce qu’aujourd’hui n'est pas hier. ( Pv Blanche )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» HAITI ELECTION: Preval Craignant à la Fois la Mort, la Prison et l’Exil....
» «Je suis en charge de ce que je ressens et aujourd’hui, je choisis d’être heureuse»
» L’Haitien d’aujourd’hui et sa vision de (Part I)
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Marquisat de Langehack :: Marquisat de Langehack-
Sauter vers: