AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Jys
Humain
avatar

Nombre de messages : 18
Âge : 2005
Date d'inscription : 27/05/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)   Sam 19 Nov 2016 - 10:21


Buhasaiah, Elégant Démon du Domaine des Plaines Multicolores, près d’Ys et Célestin, valet quelconque

      Avant même que Krish ait fini sa tirade, Célestin pressentit le drame. Ce fut un de ces moments terribles, où par un caprice d’Arcam, le temps semblait se geler dans les sabliers. Le regard de Célestin alla de la minuscule bougie, jusqu’à Buhasaiah ébahi, et ensuite vers les monceaux de nourriture qu’il restait encore à engloutir – puis à nouveau à la bougie ridiculement petite, qui annonçait la fin du festin.

      « Non, votre Rotondité ! Vous avez déjà beaucoup mangé ! » Célestin avait bondi jusqu’au Palanquin, pour tenter de raisonner le goinfre d’Ys. Mais c’était peine perdue, le valet le lut dans les yeux porcins de l’ogre, dont les petites mains potelées s’agitaient, vainement, vers les délices hors d’atteinte.
      « M’enfiche ! M’enfiche ! » couinait l’Elégant Démon, en battant des bras ; et son visage empourpré augurait une de ses colères d’enfant. « M’enfiche !
      – Que plus personne ne le nourrisse ! »
, ordonna Célestin, d’un ton qu’il aurait aimé plus rassuré.

      Il y eut un instant de flottement, où Buhasaiah cessa d’agiter les bras. Il tourna lentement la tête vers son valet, en l’inclinant légèrement sur le côté, les lèvres entrouvertes ; son expression tordue était peut-être celle de la concentration, tandis que la dernière phrase de Célestin devait pénétrer son crâne épais. Que plus personne ne me nourrisse ? semblait couiner silencieusement l’ogre, effaré ; et ses yeux se remplirent de larmes qui n’étaient pas feintes. Il ramena les bras vers lui, il se replia dans son palanquin, comme pour se protéger contre l’horrible nouvelle – et Célestin crut, mais un peu vite, que la partie était gagnée.

      Alors le drame frappa : Buhasaiah se leva. Il s’agita d’abord un peu, comme pour mieux se replacer sur ses coussins ; et Célestin ne perçut pas le danger. Mais peu à peu, les grassouillettes articulations avaient blanchi, le crâne avait rougi sous l’effort, et l’Elégant Démon semblait avoir même contracté tout l’océan de son immense ventre. Ses poings s’enfoncèrent profondément dans les soieries, pour chercher des appuis ; et ses deux jambes éléphantesques émergèrent soudain de sous sa bedaine, pour chercher le sol.

      « Non, votre Rotondité ! » couina Célestin avec effroi.

      Mais comment lui, le maigre valet, aurait-il pu entraver ce bouleversement sismique ? Livide d’horreur, Célestin vit émerger, depuis le cocon de soie et d’organdi, l’effrayante stature du Démon sur ses deux jambes. C’était la première fois, dans ce Cycle, que Buhasaiah posait les pieds par terre – ces petons ridicules, fichés au bout de deux jambes épaisses et tremblotantes, mais qui portaient néanmoins l’ogre. On aurait dit une déchirure dans l’harmonie de la nature. L’homme était parfaitement sphérique, simplement doté çà et là de bras et de jambes, et sur le dessus, d’une tête cramoisie par l’effort.

      « Votre Rotondité … » souffla bêtement Célestin, perdu.
      « M’enfiche ! » grogna Buhasaiah, et toutes les veines de son cou virèrent à l’ocre.

      Il dirigea son énormité prodigieuse vers la plus proche table de banquet, où les coupes cristallines tremblaient à chaque pas du Démon. Il heurta quelques invités sur son chemin ; la collision les fit rebondir à plusieurs mètres alentour. Buhasaiah les remarqua à peine : il ne dévia pas d’un pouce de sa trajectoire zigzagante ; seule sa tête devint encore plus violacée, à présent teintée de bleu, comme il haletait pour garder le cap.

      L’ogre atteignit sa proie : le buffet. Il avança un bras énorme, qui renversa les amuse-gueules sur sa route, pour s’emparer d’un steak de jengal qui brûlait sur un immense brasero. Buhasaiah referma dessus sa patte comme une pince, sans égards pour la chaleur des braises qui lui brûla le bras – une odeur de graisse enflammée envahit l’atmosphère proche. Et, soufflant, pantelant, le Démon saisit le steak grand comme une roue de carrosse, le porta à sa bouche démesurément ouverte, et l’engloutit d’un seul trait.

      « Votre Rotondité … », croassa encore Célestin, sans oser bouger. Il regardait de ses deux yeux apeurés l’ogre à présent repu ; mais ses pupilles virèrent à l’horreur, lorsqu’il vit son maître vaciller sur place. Le Démon avait porté ses mains potelées à sa gorge, où il fouillait dans ses multiples mentons, peut-être pour trouver sa trachée. Son visage avait pris des couleurs absurdes, des patchs de vert, d’orange et de lilas. Buhasaiah parut étouffer un instant, sans pouvoir émettre un seul son par le haut – et par les équilibres de la nature, il courba son immense échine, et propulsa un formidable pet.

      Puis, lentement, comme le font les monstres dans les mythes, Buhasaiah s’effondra – et dans une réplique sismique colossale, Sa Rotondité se crasha au sol.

      Mort.
Revenir en haut Aller en bas
Halandarin Las'Danir
Elfe
avatar

Nombre de messages : 152
Âge : 1921
Date d'inscription : 06/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  947ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)   Dim 20 Nov 2016 - 15:48




Un jouuuuuuuuuuuuuuur, mon priiiiiiiiiiiiince viendraaaaaaaaaaaaaaa....

Bordel, ce qu'elle peut me taper sur les nerfs celle là quand on l'a dans la tête.


Halandarin se tenait à l'étage, comme à son habitude, cette fois il était vêtu plutôt sobrement, pas une tenue d'Adam bien qu'il n'aurait pas dit non pour celle-ci, mais bien une tenue de lin blanche et large, son pantalon gonflé était tenu à ses chevilles par des bandes de tissus remontant le long de ses chausses, comme d'immenses lacets qui enserrait efficacement sa cheville, la bulle gonflée de la toile retombait légèrement autour de ces tissus comme le ferait le sommet d'une toque de chef contemporaine... Les jambes du pantalon remontaient ainsi, pour se rejoindre en dessous de sa ceinture, ceinture de soie bleuté, marque éternel de ses tenues décontractées, ceinture enserrait par dessus son veston de lin brunit, veston fendu sur l'arrière qui était ouvert sur son torse nu, laissant apparaître son corps meurtris et musclé, et des manches inexistante afin de s'éviter un coups de chaud inutile.

Ses cheveux blonds aux allures de platines glissaient le long de son dos et coulaient sur ses épaules tel une coulée d'argent, fraîchement coupés et pour une fois entretenus, il se voulait à peu près présentable pour cette journée, déjà qu'il était incroyablement en retard en vérité... Et pourtant il était dans la même demeure, c'était à en croire qu'il fallait toujours qu'il se donne un petit air, que tous posent son regard sur lui....

Naaaaaaaaaaaaaan... J'déconne. Ce couillon à simplement oublier de se coucher à une heure peu tardive après avoir encore une fois trop travaillé sur le projet communs aux deux maîtres forgerons... Il faut dire que celui-ci appréciait tout particulièrement travailler sur tout ça... M'enfin bref, passons aux choses sérieuse.

Halan' quittait donc l'étage qui lui était réservé, s'emparant de son éternel coutelas dont il glissa le fourreau dans sa toile de soie bleu, ainsi à portée de main, après-tout cela ne serait pas forcément la meilleure des soirées de cette année, quoi qu'il n'en savait rien dans le fonds.
Un pas de dératé criant : EN RETARD ! EN RETARD ! MAIS POUSSEZ VOUS ! Le porta vivement dans les  différentes pièces où aurait dû se dérouler la fête, et ce sans trop de casse matérielle... Peut-être une jambe cassée, ou une mâchoire déboitée pour certains, il était en retard aussi...

-Bah merde.... C'est déjà terminé ? Essouflé, ahuris, il voyait des dizaines de personnes déguerpir des lieux, certains avec l'équivalent d'un ost au cul, et d'autres avec la prestance du "M'oh nous n'avons pas les même valeuuuuuurs" habituel aux grands de ce monde... Hé bien l'on dirait que je n'ai pas râté grand chose.. Bon, la maîtresse de maison...

Alors cela va s'en dire, en tant qu'Halandarin Las'Danir grand hôte de cette demeure, il ne se laissait littéralement pas marcher dessus, d'un pas décidé il bousculait les quelques fuyard avec de grands coups d'épaules, hurlant sur quelques gardes avec sa véhémence habituelle pour se dénicher un passage jusqu'à la salle des festivités... La salle principale bien entendue, celle où se trouvait le festin..

Hein ? Quels plateaux ? Je vous parles des trois Damoiselles restaient ainsi au centre d'une pièce qu'il avait eu quelques difficultés à rejoindre.

-Ha ! Mes Dames ! Salut Krish' ! Dit-il en s'emparant rapidement d'un morceau de viande traînassant sur la tablée. M'excuse-moi d'être aussi en retard, j'ai cru comprendre que tu envoyais tout l'monde dehors... Kécécépassé? Un couillon a attenté à ta vie ? Ils ont eu le malheur d'insulter ta prestance ? Ho je sais ! Ils ont tentés de te vaincre au bras de fer ! Mais après trois bras cassés tu t'es lassées et les a jetés deho-.... Non ? Mince... Boarf, moins y'a d'pête-cul mieux je me portes. Alors qu'auparavant celui-ci se tenait encore près de la tablée, moitiée mise en vrac par l'oiseau plus tôt, il se glissa calmement jusqu'aux deux perles accompagnants la Dame, tout en les observants de bas en haut avec un air perçant., celles-ci s'apprêtant déjà à quitter les lieux. Ma foi, je ne savais pas que tu étais aussi bien accompagnée, qui sont ces deux charmants alliages qui t'accompagnent ?

Il les observait avec un de ces regards dévorants, avant de dévorer Krish avec bien plus de flammes dans le regard, s'attendant à une réponse assez vive, ou peut-être enflammée ? Ha, qui sait, peut-être allait-elle le jeter dehors, oh, ce serait marrant tient ça...

Il souriait, franchement, après tout c'était là un millième anniversaire que l'on fêtait, pas une quelconque naissance . Ha, oh, j'ai oublié de mentionner que deux gardes qui étaient restés derrière la porte gisaient à même le sol, avec pour l'un une clefs de bras bloquée par une branche d'un quelconque arbuste qui traînait sur le chemin et l'autre le nez enfoncé dans le visage par un coups particulièrement sec et violent... Mais pourquoi voulaient-ils le retenir aussi ?

-Oh...Et le parfum là... ? Tu gardes un cadavre dans le co-...in Il posa son regard sur la baleine écrasée sur une moitié de table... Avant de cligner des yeux. Par l'Acier Veladrien... C'est un éléphant ? Tu t'es surpassé pour le plat principal, mais je le trouves un peu grassouillet ... Même pour tant d'invités. Il ricanna en voyant le valet tirer une gueule perdue devant l'état déplorable de son maître, c'était bien là un point amusant. Cet imbécile s'est étouffé... ?

Alors oui, aussi invraissemblable que ça puisse paraître, Halan' venait seulement de remarquer l'immense baleine.
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 509
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)   Dim 20 Nov 2016 - 23:43

La terre trembla. Le monde vibra sous les derniers crachotis de Sa Rotondité.

Ceux qui n'avaient pas encore vidé les lieux s'étaient retournés, pétrifiés. Quelque petits cris d’orfraie avaient ponctué l'ultime flatulence de l'énorme bibendum : sans doute sa plus belle création. L'attention de Krish fut quelque peu déviée de son Tombeur du jour par cet incongru spectacle... Et l'arrivé incongrue d'un elfe dépenaillé. Une moue mécontente se grava sur son visage.

Au milieu du foutoir Wydrin dut bien inventé une centaine d'insultes des plus fleurie. En sa qualité de capitaine de la garde, tel était son devoir. Mais elle devait également gérer le merdier. Faisant signe à ses hommes de continuer à évacuer les derniers retardataires, elle s'avança vers l'invité qui venait de s'effondrer avec la grâce d'un éléphant de mer. Après plusieurs minutes de recherches infructueuses, elle trouva enfin son cou, gonflé par le steak qu'il avait tenté d'engloutir. Pas de pouls. Pas de respiration. Pas de mouvement. D'après sa grande expérience, cela voulait dire qu'il était mort et que c'était bel et bien un accident.

Et merde... Si ça c'était pas de l'incident diplomatique...

En se redressant, elle prit le temps de fermer les paupières de bougres et de lui fermer aussi son immense bouche tant qu'elle y était, histoire d'éviter que toute la sauce qu'il avait ingurgité finisse sur le sol. Puis elle ignora délibérément un valet au bord de l'évanouissement pour chercher sa patronne du regard... patronne qui était encore en train de discutailler

-Halan … On ne t'attendais plus... ne fais pas de manière, tu te moques de savoir pourquoi je les aie mis dehors.

Elle ne rit pas à ses boutades. Sa voix distante et détaché était d'une froideur... nanesque. Une fois ses compagnes rapidement et distraitement présentées, son regard ne se posa plus une fois sur lui et son fichu torse sculptural. Son orgueil souffrait... du retard ? Non pas du tout, ce qu'elle pouvait s'en foutre du temps qu'il mettait à venir. Il aurait put resté dans sa chambre ou quitter Thaar le temps des festivités cela ne lui aurait fait ni chaud ni froid. Mis à part le dernier jours et la cérémonie qui y aurait lieux, tout ce faste n'avait rien pour lui plaire. Pourquoi alors ? Velkyn ? Les ronds de jambe ? Shyn ? Les hormones ? La fatigue ? La mixture qu'Ekmir lui avait concoctée et dont elle abusait allègrement ? Le manque d'amabilité constant de Salfaryl ? Ses recherches sur les félins qui n'avançaient pas à cause de ces damnées fêtes à répétitions ? Et puis pourquoi faudrait-il forcément un pourquoi, hein ?!

La Forgeronne, coincée entre un drow défié par une semi elfe et un elfe défiant l'assemblée aurait bien aimer ne pas penser au cadavre à trois pas d'elle... Mais lorsque l'elfe lui fit remarqué que la bestiasse s'était étouffée, elle tourna franchement le dos au petit groupe en fulminant

-Je les fous dehors parce que je m’ennuie et ils me fond encore plus chier.


Mais après le rapide rapport de sa subordonnée, elle ne donna pas un ordre, elle tourna simplement le dos au cadavre pour se planter face au valet. Elle le toisa de bas en haut, de haut en bas, de bas en haut. Et laissa finalement tomber :

-Un mort pour mon anniversaire. Qu'allez vous faire pour me dédommager ?
Revenir en haut Aller en bas
Eïnad'Alin Akar'Demlir
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 62
Âge : 26
Date d'inscription : 23/04/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  88ans (née en 920)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)   Mer 23 Nov 2016 - 9:33


L’oiseau n’avait d’yeux que pour sa proie. Une peau sombre aux formes si agréables qu’elle ne se lassait de les contempler. Malgré son ventre arrondi, Krish gardait toute cette grâce naturelle qu’Eïnad enviait tant.

« Eïnad. »

« Hum ? » Sortit-elle en tournant la tête, posant les yeux sur une autre femme du peuple noir elfique.

« Vos apparitions sont assez rares pour être encensées. »

« Moui, je sais. » Répondit-elle immédiatement, sourire aux lèvres. « Mais… hm… Vous êtes ? »

Ses apparitions étaient rare ces derniers temps, certes. Mais néanmoins, ce joli minois ne lui disait rien. Peut-être qu’avec un nom, elle saura identifier cette sirène même si, bon, faut l’avouer, Eïnad n’en avait rien à faire.

-Excuse-moi un instant Sokoy'Suru, j'en ai pour une seconde.

Rien qu’à la prononciation de son surnom, la semi-elfe se sentit frissonner. Son regard se posa sur Krish qui s’éloignait, puis qui l’imitait en montant sur la table, entamant un discours. L’oiseau se mit à sautiller à l’annonce. Elle éclata d’un franc rire et retrouva bien là la Krish qu’elle avait toujours connue. La Krish qui lui avait tant manqué et lorsqu’elle fut enfin de retour, Eïnad posa sa main sur sa joue, offrant une délicate caresse avant de la lui pincer légèrement.

« Mais en voilà des manières ! La Sublime Krish Al’Serat qui met tout le monde à la porte. Ah je te reconnais bien là ma Douce. »

Mais elle ne put en dire plus, à nouveau interrompue mais cette fois-ci par un homme, encore un drow.

« Décidément, on ne croise que des jolis minois par ici. » Puis elle s’approcha de la maîtresse de maison et lui souffla à l’oreille « mais tu restes la plus belle. »

- J’aimerais (…) du genre ?

« Un gage ? Mais quelle magnifique idée ! Me Permets-tu ma douce ? » Demanda-t-elle, complètement enjouée par l’idée. Mais une nouvelle fois, elle n’eut pas le temps de réagir qu’un nouvel invité débarqua.

-Ha ! Mes Dames ! Salut Krish' ! (…)

L’oiseau soupira et décida d’attendre un peu avant de reprendre la parole. Parce que bon, ça la gênait fortement d’être constamment interrompue et la petite moue sur ses fines lèvres n’en était que le premier signe. Néanmoins, l’elfe souleva un point important. Un nain -du moins, ressemblait-il encore réellement à cela ?- gisait sur le sol, mort. Dans un premier temps, Eïnad se retint de pouffer. L’expression sur le visage de sa Douce forçait l’oiseau à se taire… du moins… jusqu’à ce qu’elle s’éloigne.

« Je parie que si on saute dessus, on rebondit. » Lâcha-t-elle finalement, après avoir essayé de se contenir le plus possible, lâchant un petit rire. Le petit groupe s’était finalement agrandit mais s’il y en avait bien un pour titiller sa curiosité c’était ce monsieur propre qui venait de débarquer, à un détail près. Lui, il avait des cheveux, de longs cheveux blancs.

« Dîtes-moi, vous êtes une femme ou un homme ? J’ai du mal à discerner… »

Puis, après avoir déposé sa coupe, Eïnad s’approcha, titillant de ses mains le visage du blanc-bec. Chatouillant ses oreilles pointues, scrutant ses cheveux. Sa main vint ensuite se faufiler entre ses jambes, empoignant légèrement ce qui s’y trouvait pour le relâcher aussitôt.

« Un homme donc. » Dit-elle alors subitement avant de rire. « Je n’y aurais franchement pas cru. »

Sa tête se tourna en direction de sa douce, occupée à régler ses comptes avec le valet. « MA DOUCE ! Tu as tout de même de drôles de fréquentations ! Ah et d’ailleurs… Ce jolis minois. Où est-il ? Ah vous voilà ! » Ssenmad semblait ne pas avoir bougé depuis sa demande. « Votre gage ! Parlons-en. » La semi elfe se plaça aux côté de son comparse elfique, vous savez, monsieur propre.

« Déshabillez-vous. Allez allez ! On se dépêche ! Et une fois à poil, chantez-lui une louange ! Une petite chanson à la gloire de son peuple. Faites nous vibrer. »

Eïnad s’empara du bras d’Halan pour glisser le sien par-dessous puis adressa un fin sourire.

« On vous écoute. »
Revenir en haut Aller en bas
Shynrae Irvin Sin'Do'Rah
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 394
Âge : 25
Date d'inscription : 22/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 273 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)   Mer 23 Nov 2016 - 16:22








Le rouge lui monta aux joues. Non pas celui signe d'embarras - c'était d'ailleurs une émotion lui étant aussi étrangère que sa personne à cette hautaine perruche insignifiante -,mais bien d'une aigreur toute légitime. Ce manque de connaissance qu'avait la jeunesse la laissait pantoise, mais pire encore, cet éhonté mépris l'affligeait péniblement. Qu'était donc cette petite conne de plus que la bouture d'une puissante parentèle ? Une ignorante minette aveuglée par son propre nombril qui n’existait même pas à l'état misérable de gamète dans les bourses appauvries de son abject ancêtre alors que la Doeben s'affairait déjà à développer l'expansion de Magsque et son influence. Retrouvant sa contenance ainsi que sa superbe après l'avanie – qu'elle attribuait plus à une simplicité d'esprit et des rouages du bas monde – Shynrae lui cracha une tout aussi dédaigneuse réplique. « Une consœur de Griffe-Argent, jouvencelle. Il semblerait que votre aïeux ne partage guère avec la rançon de sa semence les dernières nouvelles du Conseil. Votre brillant sourire ainsi que vos irrévérencieuses minauderies en disait apparemment trop long sur l'étendue de votre ...empreinte. »

Ce démêlé se révéla interrompu par l'éloignement de la Jabress, qui après avoir glissé quelques mots aux oreilles effilées de son évidente protégée se dirigea vers la tablée principale pour s'y hisser, renversant au passage porcelaines et mets en une cacophonie retenant l'attention de l'assemblée. Tous pendus à ses lèvres, les invités se turent et cessèrent leurs démonstrations d'égocentrisme, laissant la Reine des agapes et de leur petit monde s'exprimer. D'abord en fourbes remerciements, ses dires se muèrent en presque menaces, intimant à quiconque n'étant point membre des Hautes Séances de la Principauté de quitter les lieux. Déjà les protestations s'élevèrent, certaines se gaussant de la surréaction de la Drow, d'autres témoignant de la désapprobation générale d'être ainsi évincés des plus fastueuses célébrations de la décennie. Krish ne semblait en avoir cure, revenant vers le groupuscule comme si de rien n'était, elle lança à la Sirène une de ses ciselée griffe éponyme, signe de son appartenance aux bienheureux invités à rester. Tripotant l'ornement entre ses doigts agités, Shyn se demanda s'il elle n'eut pas préféré ne jamais recevoir cette distinction, dont elle ne savait distinguer l'honneur de la punition. Ses interrogations se virent précipitées par le désastre presque simultané de l'intervention du mercenaire – qui tentait sa chance et défendait sa place en excédantes propositions – ainsi que le rocambolesque décès d'un excessivement gras seigneur de la côte, vraisemblablement étouffé par sa manifeste gloutonnerie. Tout s'emballait autour d'eux, les hôtes qui désormais fuyaient le drame autant que la furie qu'ils étaient venue encenser, se bousculaient en attroupements désordonnés. Le malaise atteignit son paroxysme quand un Anëdhel les apostropha, s'adressant à la Maîtresse des Forges avec une intolérable familiarité, alors que la noirefle lui répondait avec trop d’impertinence pour que leur accointance soit honnête. S'en était trop. L'Ondine qui jusque là se sentait rabaissée par cette glorieuse représentante de leur race se voyait tout bonnement écœurée par ses doucereuses manières avec un sous-être qui ne devait la jouissance d'encore respirer qu'aux bonnes grâces d'une honteuse sombre. Elle devenait progressivement sourde à ce qui l'entourait, complètement perdue dans cette mer de déception qu'étaient devenues les festivités. Un ultime éclair de bon sens la fit s'adresser discrètement au Chef des Escorteurs en quelques complétifs propos.
« Demain au couchant, rendez-vous au Manoir Irvin. Vous ne pouvez le manquer, c'est la plus noble bâtisse du bourg des Plaisances. » Elle chercha un instant le regard vermillon de sa comparse, avant de se faufiler prudemment avec les derniers fuyards qui évacuaient le Palais d'Argent, le crochet opalin toujours en sa possession.






Revenir en haut Aller en bas
Ssenmad Aethol
Drow
avatar

Nombre de messages : 74
Âge : 24
Date d'inscription : 30/09/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  123 Ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)   Mer 23 Nov 2016 - 16:52

...


Dernière édition par Ssenmad Aethol le Ven 6 Jan 2017 - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jys
Humain
avatar

Nombre de messages : 18
Âge : 2005
Date d'inscription : 27/05/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)   Sam 26 Nov 2016 - 20:50


Célestin, valet sans maître

      Ne pas péter. Le mort était au sol et regardait Célestin. Mais tout ce à quoi ce dernier pouvait penser, en cet instant critique, c’était – ne pas péter, surtout ne pas péter. La flatulence pachydermique de Buhasaiah avait déjà eu son effet ravageur, même si la réplique sismique de sa chute en avait un peu dissipé – le souvenir, guère le parfum. Le prestige d’Ys était immense, mais peut-être pas suffisamment ample pour couvrir un cadavre et deux pets. Aussi Célestin se concentra-t-il derechef, et il contracta fermement son sphincter. Et, le colon verrouillé, il espérait secrètement qu’en ravalant sa honte, il ravalerait aussi son gaz.

      Célestin était là, bêtement, près du cadavre de la baleine, tous les yeux rivés sur lui ; et aux premières loges, angoissants et dévorants, les iris féroces de Krish. Célestin entendit sans les écouter vraiment les paroles que prononça la maîtresse des lieux, et s’il n’en saisit pas la signification, il en devina néanmoins le sens général. L’équilibre de la place d’Ys, la perle grise, parmi les autres joyaux de l’Ithri’Vaan, semblait être en jeu. Etonnamment peut-être, ces considérations diplomatiques produisirent l’effet d’apaiser Célestin ; il retrouva son maintien de cérémonie. Malgré son maître gisant à ses pieds, lui demeurait un valet d’Ys, un émissaire du Domaine des Plaines Multicolores. Nonobstant la flatulence, il avait un rôle à honorer. Alors Célestin ouvrit la bouche, réprima un petit rot – simple retour de flux, juste équilibre pour l’intense effort de rétention, à l’autre bout des canalisations – et il dit avec dignité :

      « Dame Al’Serat, Ys vous prie par ma voix de venir vous associer à la douleur d’une cité entière, en assistant aux funérailles du regretté Maître Buhasaiah, décédé – eh, récemment. Elles se tiendront » – d’un œil il soupesa le cadavre, de l’autre il compta sur sa main droite, ce qui le fit étrangement loucher pendant quelques instants – « au Tariho de la deuxième ennéade de Bàrkios. » Il se tut un instant, avant d’ajouter rapidement, d’une voix rompue aux affaires : « Oh, et c’est la coutume en Ys de convoquer un Tribunal testamentaire pour régler les petits désagréments que cause toujours la mort d’un propriétaire au grand patrimoine – et Maître Buhasaiah était un gros porteur, certainement. Vous pourrez présenter vos doléances dans les jours suivant la cérémonie, ma Dame. » Un clin d’œil accompagna ces derniers mots ; on aurait pu croire que c’était un geste complice, en réalité un simple spasme nerveux, contrecoup de l’effort continu pour maintenir le sphincter clos.

      Célestin avait fini de délivrer son message protocolaire. Il laissa son regard planer sur Buhasaiah, en se demandant vaguement quels sentiments lui inspirait ce décès absurde. Puis il releva les yeux vers Krish, et dit simplement :

      « Je vous prie de me libérer de vos festivités, pour que je porte cette invitation aux autres Princes-Marchands. Car », ajouta-t-il en balayant la salle d’un œil, jaugeant la valeur sociale de ce petit monde, « eh – visiblement, les Princes-Marchands ne sont pas ici ce soir. »
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 509
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)   Ven 2 Déc 2016 - 14:29

Krish fronça les sourcils, devant les paroles sans queues ni tête de ce jeune corniaud... Décidément la soiré se passait mal... Très mal...


Mais si elle avait pris le temps de l'exprimer ainsi dans sa tête, peut-être sa main n'aurait-elle pas fuser vers la gorge du messager. Au dernier moment, elle parvint a retenir son geste final pour que son indexe griffu se pose sur ses lèvres juvéniles de l'humain qu'elle observait avec de plus en plus de dégoût. Aucun affront ne lui serait épargné ce soir.


En plus de ne pas avoir répondu à une question pourtant simple, le sous-entendu de sa sa dernière phrase était de la pure provocation.


" Mes Doléance... Ton maître vient de crever sur mon parquet, gâchant une fête millénaire et tu veux que je parcours trois-cent bornes pour faire des doléances à un quelconque juge? La prochaine fois qu'Ys envoie un émissaire, qu'il ne choisisse pas un benêt. Mais je vais être plus claire : quel présent m'a envoyé Ys à part celui de votre majestueuse présence?"


Elle respira profondément en faisant laissant sa main glisser de sa bouche à son épaule en suivant la courbe de son cou, un sourire d'autant plus effrayant qu'il était doux fleurissant sur son propre visage. D'un pas elle s'était indécemment rapproché, attendant qu'il ait répondu pour continuer.


" Mais pour en revenir à ta requête, Ys n'a visiblement même pas la décence de reconnaitre vos plus grands partenaires commerciaux. Vossula, Al'Serat, Akar'Demlir, Ahk Afah, Shamash et la Voix de Salougan. Nous ne te suffisons pas? ... Soit."

Elle recula soudain, glissant à Wydrin :

"Fait emporter cette chose à l'intérieur. Peut-être que Sart'ok saura quoi en faire." Elle posa une dernière fois son regard sur l'humain. " raccompagne moi ça dehors." lâcha-t-elle en se détournant de la scène pour retourner auprès de son petit groupe ''d'amis''.


A chaque seconde, son humeur se faisait plus sombre. A n'en pas douter, le prochain importun ne risquait pas moins que sa vie.

Ssen et la grisonne avaient tourné les talons... Et évidement l'autre godiche lui avait pas rendu sa griffe. Avec un soupire, elle tendit la main pour remettre une mèche rebelle derrière l'oreille de la princesse.


Une étrange sensation sourdait dans sa poitrine...

Sa peau noire de suie seule face aux deux sans elfiques, elle marqua un temps d'arrêt. Son regard troublé croisa celui d'Halan durant une fraction de seconde... puis elle tourna les talons, sans un mot, s'enfonçant silencieusement dans les entrailles de son Palais de Thaar.

HRP Ssen:
 
Revenir en haut Aller en bas
Halandarin Las'Danir
Elfe
avatar

Nombre de messages : 152
Âge : 1921
Date d'inscription : 06/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  947ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)   Dim 11 Déc 2016 - 13:02




Il n'en revenait pas... Un noiraud, jeune qui plus est, autrement il aurait été plus emprunt à utiliser le tact, venait de cracher en sa direction.. A ses pieds ? Bon outre le fait qu'il venait de se faire palper l'paquet d'une manière plutôt agréable malgrès la véhémence du geste, il était quelque peu déconcerté...

-Finalement si c'est pour rester au milieu de demi elfe, d'elfes et de ceux qui tolèrent ses moins que rien... Je pense que je vais m'en passer de ce gage. Puis chanter des louanges pour cette sous-race. Non.

Ssenmad se tourna vers Krish et la fixa avec dédain.

-Je vous pensais détentrice de meilleure relation que ça. Je ne vous souhaite pas une bonne fin de soirée, car avec une compagnie pareille, bonne soirée n'existe pas, sauf si vous avez prévu de les empaler et de les torturer. Mais aux vues de vos discussion... Semblerait que vous ayiez d'autre projet.

-Hé bien, hé bien, laissa glisser Halan' entre ses lèvres en voyant le bougre s'éloigner. Charmant les invités de cette petite sauterie. Tu m'étonnes qu'elle les foutes dehors. Pfeuh... Bon... Il reporta son regard sur Krish, sans porter plus d'attention au vermisseau qui venait de tenter de lui manquer de respect, ce qui lui passer largement au dessus de la tête, un bidule pareil ne comptait pas bien plus qu'un insecte, et encore, l'insecte avait l'don de savoir l'agacer. Là il n'avait ressentis que pitié et compassion pour cette pauvre âme en peine. Non j'déconne. Il s'en carrait l'oignon avec un éléphant.

Et ce qu'il vit en observant une Krish véhémente s'adresser à un pauvre valet ne fit que le faire sourire d'autant plus, amusé de la voir assez vivante malgré les quelques tensions qu'il sentait déjà fuser dans l'air. Aussi se tût-il, aussi incroyable cela puisse paraître, pas parcequ'il avait une quelconque peur, mais plus par respect de l'instant, inutile de la secouer d'avantage, ou de lui donner une raison de plus de vouloir le tuer immédiatement, cela n'aurait pas été amusant...

Quand elle finit par s'engouffrer dans les entrailles de son Palais, Halan' observa l'elfe à ses côtés, avant de suivre l'Hôte d'un pas assuré, tenant toujours un verre d'il ne savait quel breuvage en main, en observant les alentours... Une fête assez sympathique en somme, bien qu'il y aurait vu plus de morts, d'orgies et de comportements riards et relâchés... Dommage.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[1000ans]Un jour les princes viendront | Libre (PM et notables)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Gaffeuse un jour, gaffeuse toujours ! (Libre)
» Un jour spécial (Libre)
» Premier jour de travail ?! [Libre]
» [Manoir Carter] Partant pour une petite frayeur le jour d'Halloween ? [LIBRE]
» LIBRE - un jour viendra nous aurons des rêves à nouveau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: