AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 429
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Dim 9 Oct 2016 - 22:12

HRP:
 


1er jour de la 8e ennéade de Favrius
An 9 du 11e Cycle - Automne
Palais d'Argent


1er Jour : dédié à Valas, Dieu de la Magie


Le soleil des beaux jours de l'été s'en allait doucement. La veille, le palais avait connu un calme presque oublié... Enfin pour ceux qui n'étaient pas obligé de tout remettre en état et de préparer les nombreuses chambres qui accueilleraient bientôt des invités de marque.

En effet, dès les premières lueurs de l'aube, les premiers invités se présenteraient à la grille extérieur avec leurs invitation et leur peau noire, les deux laissés-passé indispensables qu'il leur faudrait montrer pour pouvoir pénétrer dans ce lieu que les prêtres avaient passés la journée précédente à sanctifier. Les musiques typiques des grands festins Thaaris s'étaient tues, car à partir ce maintenant se déroulerait un autre genre de fête. Une fêtes plus mystique, plus sauvage et pourtant tout aussi décomplexée prendrait place dans les entrailles du Palais d'Argent.

Assise sur la margelle de la fontaine centrale des jardins intérieurs, Krish regardait la silhouette d'Isten avec une intensité absente. Le ciel blanc ne tarderait pas a voir laisser apparaître le soleil, mais pour l'heure, tout était encore en demi-teinte. Les ombres inexistantes écrasaient les relief des façades finement ouvragées tout autour de l'Atrium. Pas la moindre brise, pas le moindre souffle d'air n'agitait le monde. Seul le bruit de l'eau qui retombait dans la fontaine revenait, immuable.

Aujourd'hui commençait le véritable décompte. Dans exactement douze jours, elle ferait de ses mains le sacrifice qui clôturerait ces célébration... Et un pan entier de sa vie... Et si cela pouvait paraître encore loin, ce qui s'achèverait alors lui paraissait aussi naturel qu'étrange. Chaque jour allait compter. Chaque jour un nouveau dieu, un nouveau rite, une nouvelle célébration... Et dire qu'elle était déjà fatiguée... Depuis le début des traitements de cheval que lui faisaient subir Ekmir chaque jour avec ses drogues et sa magie, elle avait perdu du poids, son visage était un peu plus anguleux, mais ayant dépasser la moitié de sa grossesse de quelques ennéades, son ventre était maintenant bien visible.

Son enfant répondait bien à la magie, disait Ekmir. Mais à quel prix pour la mère ? Les prêtres étaient contents et même étonnés de sa dévotion... et du fait qu'elle soit encore en vie. La maladie qui l'avait laissée entre la vie et la mort pendant près de trois ennéades et les doses de poisons qu'elle avait du prendre l'avaient affaiblit durablement et elle peinait à retrouver sa vitalité habituelle. C'était comme faire chaque mouvement avec des bracelets de plombs aux poignets et aux chevilles. Étrangement les séances de quatre heures de combat quotidien qu'elle avaient subies durant les six dernières ennéades étaient les moins éprouvants des rites auxquels elle avait accepté de se plier... et même l'un des rares qui la faisait se sentir un peu mieux. Cela faisait onze jour qu'elle n'était pas eut l'occasion d'allumer les fourneaux de sa forge... La veille n'avait pas été de trop pour dormir !

Passant ses doigts à la surface de l'eau fraîche, emmitouflée dans un large châle de soie, ses cheveux blancs pendant pêle-mêle sur son épaule jusqu'à sa hanche, elle ferma les yeux pour profiter du silence et de la solitude.

« Maîtresse...
-Tu as vraiment le chic pour arriver au bon moment, tu le sais ça ? »

Elle soupira en ouvrant un œil pour dévisager Wik. Le jeune demi-sang se tenait à peine à quelques pas, toujours aussi droit, toujours aussi inébranlable dans ses vêtements finement ouvragés malgré le collier qui lui enserrait le cou. Pour une fois, la vu des iris dorées de cet homme et de leur flegme brillant de l'attachement servile d'un chien envers son maître n'agacèrent pas la forgeronne. Tout au contraire, elle sourit, un peu moqueuse.

« Tu sais que j'ai rencontré un Prima qui avait les même yeux que toi... M'est avis que vous êtes aussi Prima l'un que l'autre. »

Mais comme toujours, Wik ne sembla pas goûter son humour. Il ne sourit pas, se contentant, pour une fois d'attendre qu'on l'invite à parler... Elle l'avait déjà trop puni pour avoir oser lui répondre le mois dernier... Et pourtant ses yeux étaient égaux à eux-même, intenses mais dépourvu de peur, ne lâchant pas leur maîtresse... Comme si se détourner un instant était un risque trop grand à courir. Il frissonna des pieds à la tête lorsqu'elle intercepta le regard qu'il ne pouvait s'empêcher de couler sur son ventre. Ses yeux de sang, aiguës comme le fil des lames qu'elle forgeait, l'empêchaient de faire le moindre mouvement sans savoir si c'était la peur ou le magnétisme qu'il s'entait entre eux qui le retenait. Le sens des mots qu'elle ne prononçait pas était clair comme de l'eau de roche. Elle lui avait dit que ce n'était pas le sien et détestait se répéter... Et pourtant il lui faisait répéter tant de choses, tant de fois...

De toute façon c'était mieux ainsi... Il n'était qu'un esclave et il savait que ses enfants le seraient également... Alors pourquoi ressentait-il toujours cette boule au creux de l'estomac...

Finalement, elle se lassa et rompit le contact, faisant drastiquement baisser le rythme cardiaque de son Intendant sans même en avoir conscience.

« Que veux-tu ?
-Ekmir vous attend, Maîtresse. Elle a dit que vous auriez le temps d'effectuer vos séance avant que vos premiers invités n'arrivent.
-Je vois... »

Cette femme cruelle dont il aurait put dessiner chaque trait les yeux crevés se leva prestement, l'ample chemise et le châle qui l'entouraient laissant seulement voir le bas de ses jambes nues. Elle paraissait épuisé, mais elle ne demanderai pas d'aide, il le savait... Sa gorge se noua en la voyant avancer seule pour le dépasser d'un bon pas. Son visage était devenu plus anguleux depuis quelques ennéades...Et si ses gestes avaient repris leur force et leur précisions depuis le début de ses interminables entraînements, si elle savait montrer un visage impassible, lui la voyait s'effondrer dans ses appartements le soir venu... ou perdre à demi conscience pour des broutilles...

« Maîtresse...
-Quoi encore ?
-Vous êtes sûre que vous n'en faites pas trop... ? Vous devriez vous ménager...
-Wik... Tu sais que je ne te demande pas d'être aussi obéissant que les autres. Tu as mon oreille dû aux fonctions que tu occupes. Tu me sers personnellement et je ne pense pas me montrer particulièrement injuste. »

Il la regarda un moment sans comprendre.

« Parle librement, dis moi si c'est effectivement le cas ou non.
-Vous avez toujours été bonne envers moi...
-N'en fait pas trop, tu vas me tirer une larme. Bon. Mais là ou je voulais en venir... »

Tout en parlant elle s'était retourné vers, lui, allant saisir la boucle de son collier pour l'abaisser à sa hauteur avant de continuer sur le même ton dégagé.

« Si tu insinues une fois de plus que je suis faible, ce sera le dernier mot qui sortira de ta bouche. Je m’assurai par contre que les derniers sons que ta gorge émettra soient les gargouillis de douleur causés par le plomb fondu. »

Elle le relâcha, partant vers les profondeurs de son propre palais d'un pas revigoré, jetant seulement par dessus sont épaule.

« Tu n'auras pas le droit à un seul faux pas jusqu'à la fin des festivités. Préviens mes servantes personnelles. Que mon bain et ma tenue soit prêts dans une heure. »





Durant toute la journée, des drows s'étaient présentés au palais. Prêtre, militaires, eldéens et doebens souhaitant renoués avec leurs racines, ou simplement honorer d'avoir reçu une telle invitation. A chaque fois, la même rengaine. Montrer patte blanche – si vous me passez l'expression – aux quatre sentinelles qui gardaient la grille principale. Puis un hôte ou une hôtesse se faisait un plaisir de faire visiter l'ensemble de la demeure à chaque invité, du second étage (prévenant que le troisième était privé) au troisième sous-sol en passant par les jardins est (le ouest étant occupé par des animaux sauvages pas forcément sympathiques), la serre et le jardin intérieur bordé par sa promenade couverte. Après quoi, pour ceux qui étaient concernés, les bagages étaient escortés et les hôtes portés jusqu'à leur chambre en se mettant à leur service jusqu'au début de la cérémonie pour Valas et du tournois de magie qui aurait lieu en fin de journée. Les plus illustres étaient logés directement à l'étage des appartements privés de la maîtresse des lieux. Les autres dans les étages supérieurs, de plus en plus haut au fur et à mesure que leur importance décroissait.

Dans les trois étages sous-terrains, la décoration était du plus pur style eldéen. Les plafonds hauts disparaissant dans l'ombre et les éclairages tamisés parfaitement adaptés à la vue des elfes noirs donnaient la même ambiance.  Les temples, la Grande salle de réception, les salons plus discrets, les  sales d'eau et les alcôves que l'on trouvait ça et là au détour des couloirs taillés dans une pierre volcanique pouvaient même donner la curieuse impression que ce palais avait emporter un morceau d'Elda en venant s'installer ici.

La Salle de Réception souterraine était bien vite devenue le lieu de ralliement de tous ceux qui ne voulaient pas s'amuser à explorer seul le palais et préféraient socialisé. En attendant l'heure fatidique, des tables de jeux et un combat de chauve-souris avaient été organisés. Arrivée après les premiers invités, Krish avant passé la majeur partie de la journée à accueillir et discuter avec chacun de ses hôtes. Sa robe aussi rouge que ses yeux tranchait avec sa crinière soigneusement attachée en un chignon complexe piqué de lame d'argents. Le tissus cintré sous son opulente poitrine n'était que retenu à son cou et laissait aussi bien voir les rondeurs de son ventre que le symbole des forgerons du Puy qui couvrait son dos du haut de sa nuque à la naissance de son fessier à peine dévoilé. Aussi provocante et volubile qu'à son habitude, elle ne mâchait pas ses mots et ne montrait aucun signe de la fatigue qu'elle avait déjà pu manifesté.

Wydrin, était la seule et unique non drow qui se promenait parmi les convives et son uniforme noir marqué d'argent permettait de la repérer de loin, une sorte de rappel permanent que la garde personnelle de Krish, bien qu'invisible mise à par sa Capitaine, n'était jamais bien loin.
Wik passait discrètement ici et là pour vérifier que tout était en ordre, ombre inconnue et pourtant irremplaçable, lorsqu'une petite voix attira son oreille.

« Hey... Tu sais si le gros drow va venir ? » murmura Shendra à une compagne portant elle aussi un plateau couvert de cocktail.
« Qui ?
-Tu sais, celui qui a...

-Hmmmhmmmm.... »

Les deux jeunes femmes se retournèrent soudain, prises sur le fait d'un badinage qui n'avait pas lieu d'être. Wik se contenta de les toiser de son regard d'or, droit et altier comme si les lieux lui appartenaient, et elles se ratatinèrent avant de partir chacune dans une direction.

L'intendant sentait que les jours suivants allaient être longs... trèèèèès longs...
Revenir en haut Aller en bas
Elvanshalee Hune'Baenre
Drow
avatar

Féminin
Nombre de messages : 237
Âge : 28
Date d'inscription : 05/11/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  404 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Sam 15 Oct 2016 - 1:08


Les lèvres violines étaient retroussées tant la grimace qu’elle faisait, était appuyée. Des hérétiques tous par milliers grouillaient dans les artères thaaries. Cela empestait l’anëdhels à plein nez, sans parler de ces immondes métisses qui se promenaient sans chaines ni aucun autre lien que ce soit au cou ou aux poignets. L’agacement était nettement visible sur les traits de la Voilée après avoir traversée les nombreuses rues. Shar’Alak et Ryneshy posaient leurs yeux sur leur maîtresse en silence qui fit volte-face.

« J’ai besoin de me dégourdir… »
« Cela ne serait pas de bon ton de quitter la demeure la dalhril do’s… »
« Tsssss… »

Shar’Alak se tut sous le sifflement de la Haute-Prêtresse. Sa silhouette se meut jusqu’à lui prendre le menton. Ses lippes s’approchèrent des siennes tandis qu’une griffe égratignait lentement sa chair.

« Je connais très bien ton avis sur le sujet mais… si tu tiens à ton membre et tes bourses, évite de parler de cette façon sur son territoire. »

Le Da’ron frémit non pas de peur mais d’excitation à cette mise en garde ce par quoi répondit Elvanshalee par une moue de dégoût. Ryneshy avait posé un regard malicieux face à cette incartade. Sans plus attendre, l’elfe noire s’en allait accueillie par les quatre sentinelles qui se chargèrent de la fouiller en étant sans doute précautionneux, après tout, ce n’était pas tous les jours qu’on avait le droit à poser ses pattes sur la très sérénissime Haute-Prêtresse de Teiweon, à moins qu’ils se moquent éperdument des Dieux et il valait mieux qu’elle ne l’apprenne pas. Sa tolérance vis-à-vis de l’hérésie était extrêmement faible. Passée la première étape en compagnie de ses deux ombres, la prétendue visite du Palais s’entama. Après sans doute un peu plus d’une bonne heure de visite, elle se retira dans ses appartements pour ses propres rituels pluri-journaliers. Nagi et Streeaka, ses deux animaux de compagnie pouvaient même voguer à leur aise là où ils le décidaient en étant tout de même surveillés par un domestique en charge de leur bien-être.
Après quelques ablutions alors que l’heure était assez bien avancée, l’'Ssivah d'l'ilhar descendit jusqu’à la salle de réception. Un diadème ornait son front duquel ruisselait un voile masquant ainsi ses traits l’image de sa Déité. Une robe composée de voiles d’un bleu ardoise pailletée d’or couvrait chastement sa silhouette, prêtant plutôt à la suggestion qu’à l’indécence outrageuse. Ses pieds nus agrémentés de chaînettes léchaient silencieusement le dallage. Sa présence se voulait discrète tandis que ses rubis s’attardaient sur ses confrères et consœurs. Shar’Alak s’était confiné dans un coin surveillant le propre corps personnelle de Krish.


« Je me demande où est-il… »


Shy'Nayne Hune'Baenre
Mais son questionnement fut bien vite interrompu par la silhouette plantureuse d’une sombre qui se jetait littéralement sur elle, en balançant d’un mouvement de bras, Ryneshy qui alla s’écraser contre un pilier. A dire vrai, une bourrasque surnaturelle l’avait littéralement soufflée. La da’ron se redressa prestement prête à en découdre.

« Dis à tes wanren, de se tenir tranquillement devant la zhor’us raghar lueth An’kin d’Thalack »

L’énonciation glorieuse de ses titres la raidit. Une nouvelle grimace grimait désormais ses traits. Sa très chère sœur était là, Shi’Nayne Hune’Baenre. En même temps, le contraire l’aurait certainement étonnée. Après tout, la magicienne se faisait une joie d’assister à tout tournoi arcanique. Elle se demanda d’ailleurs quelle relation entretenait-elle avec Khernal. Cela devait certainement être tout feu tout flamme. Les doigts de la sombre deuxième-née vinrent empoigner la poitrine de la Haute-Prêtresse alors qu’elle vint se frotter « tendrement » contre les courbes de sa cadette. Elvanshalee était la plus jeune des trois sœurs. Automatiquement, son regard courut sur la foule à la recherche de son frère, il n’était jamais bien loin quand Shi’Nayne était là. Elvanshalee attrapa machinalement les poignets de son aînée qu’elle tordit sans ménagement. Shi’Nayne souffla un petit couinement entre mi-douleur-mi-plaisir avant de planter ses ongles dans les avant-bras d’Elvanshalee y laissant ses marques et écorchant un instant sa peau. Finalement toutes les deux se lâchèrent, s’observant avec cette lueur de défi dans les yeux.

« Toujours aussi… collante. »
« Je vois si peu ma chère et tendre petite dalninil »

Ryneshy attendait ses instructions. Elvanshalee lui porta un regard et la congédia d’un petit signe de la main si bien que la da’ron alla retrouver Shar’Alak. Ceci fait, la Voix de la Mère s’attarda à nouveau sur la deuxième-née. Shy’Nayne se calait parfaitement au stéréotype drow. Sa peau était d’un gris anthracite où se succédait çà et là quelques cicatrices. Une robe d’un mauve éclatant soulignait ses courbes savamment enjolivées par l’étoffe. Les yeux d’Elvanshalee se perdirent un instant dans son décolleté terminant sa course jusqu’à son nombril. Shy’Nayne était toujours égale à elle-même, provocante, sublime et dangereuse à la fois. Elle s’attarda jalousement sur les cuisses sanglées de sa sœur avant d’en revenir à ses lippes.

« Ou est notre... »
« Pourquoi devrait-il être là ? »

Un sourcil s’arqua, surprise alors qu’Elvanshalee affichait une moue.

« Parce qu’il est comme mes wanren… quand cela te concerne. » Conclut-elle dans un sourire en coin.

La pique soufflée eut le don d’exciter Shy’Nayne qui éclata d’un rire malsain. La Haute-Prêtresse marquait un point.

« Surement entrain de s’amuser. »
« Tu vas participer ? »
« Bien entendu. Aurais-je le droit aux encouragements de ma sœur ? Peut-être même droit à une récompense s’il advenait que je gagne. »

Shy’Nayne laissa traîner lentement ses rubis jusqu’à Sha’Alak. Elle se pourlécha subtilement les lèvres et l’idée que sa sœur désire son plus fidèle garde du corps lui hérissa le poil. Néanmoins, elle se rapprocha en s’accolant simplement à son aînée.

« Il … se pourrait bien. »

Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 799
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Sam 15 Oct 2016 - 20:07


Lors de ses trop rares phases de réelle lucidité, Haldren reconnaissait bien volontiers que sa conception de la politesse et des bonnes manières pouvait s’apparenter à celle d’un vieil éléphant mâle affligé d’une rage de dents carabinée. Habitué à être obéi au doigt et à l’œil par de serviles séides terrorisés, il prenait avec relativement peu de patience toute entrave à ses desseins, préférant dans de tels cas manier la menace plutôt que la diplomatie. Et si la menace ne suffisait pas à écarter l’obstacle, il restait bien évidemment la possibilité de se laisser aller à de la violence pure dans une orgie destructrice, solution qui ne déplaisait généralement pas à l’archimage. Force était d’admettre que le chaos constituait un argument des plus convaincants pour qui se fiche de laisser un bon souvenir de son passage.

En l’occurrence, les quatre sentinelles à la grille principale du palais se rangeaient dans la catégorie « obstacle ». Imaginez-vous que ces gueux, ces vils mécréants, osaient donner une invitation à un être dont la divine perfection n’était entachée que par la modestie ? Face à tant d’outrecuidances, les veines sur les tempes d’Haldren se mirent à pulser, signe chez ceux qui le connaissaient d’explosion imminente. Aurait-il été un volcan que les habitants du village voisin auraient vite été chercher des vierges à lui sacrifier. Malheureusement la mentalité bornée des gardes ne leur permettait pas de discerner de tels signes. Assurés de leur bon droit, ils continuaient d’exiger l’invitation ainsi que de fouiller Haldren afin de s’assurer qu’il ne portait sur lui aucune arme susceptible de troubler les festivités.

Bande de cons…

Une explosion magique jaillit du poing serré de l’archimage, envoyant bouler au sol les quatre faquins. S’approchant de celui qui semblait être le chef, Haldren le saisit par le col et le redressa, collant son visage au sien. Dans les yeux du soldat, il lut la peur, la certitude de se trouver face à une mort imminente et probablement douloureuse… sensation qui lui occasionna une courte jouissance.


Je suis Haldren Baenfere, Primas Sanguis de la lignée des Bertelan. Oses encore me parler sur ce ton, cloporte, et je te fais traverser les plans extérieurs à coup de pompe dans le cul !
Seigneur Baenfere ? Mais…vous êtes sur la liste des invités… vous devez avoir reçu une invitation.

Comme parfois un rayon de soleil traverse d’épaisses nuées d’orage, les derniers mots du garde éveillèrent un soupçon de santé mentale dans l’esprit du drow. Il se souvint brusquement de la lettre reçue quelques ennéades auparavant, oubliée plusieurs jours sur un bureau, mâchouillée par un rat, recouvertes de miettes de biscuits et de traces de choppes à bières. Sortant le vélin en piètre état de sa tunique anthracite, Haldren le tendit au malheureux.

Ah, tu parlais de ça ?

Fort heureusement cela permit d’abaisser la tension, les gardes laissant finalement entrer ce bouillant et encombrant invité. Malgré leur solde plus que confortable, ils ne s'étaient pas engagés pour se coltiner des déments de ce type et ils virent s'enfoncer Haldren dans les longs couloirs du palais avec un soulagement manifeste.

Dédaignant les autres peaux d’ébènes, ne s’attardant quasiment pas sur la beauté des lieux, l’archimage se rendit dans la salle de réception souterraine que lui indiqua un serviteur. Apercevant la maîtresse des lieux, il mit le cap dessus en bousculant quelques nobles éldéens, l’apostrophant d’un ton aussi bruyant que jovial.


Alors, forgeronne, vous avez le ballon ? Apparemment quelqu’un a trouvé dans quel fourreau ranger son épée, hein ? Ah ah ah !

Merde, les bonnes manières, se tacla mentalement Haldren.

Hmm, je voulais dire… la grossesse vous va à ravir. Vous connaissez le père ?

Caramba, encore raté !
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 429
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Dim 16 Oct 2016 - 11:54

Dieux que cette femme pouvait être ennuyante... et je suis jamais allé au Puy. Et les affaires. Et l'argent. Et ta sœur ?! Krish n'avait pas tenu bien longtemps avec de prendre congé sur un tendre :

« Compter l'argent, ce n'est pas vraiment mon truc. Je laisse ça aux esclaves et aux prostitués. »


Et le bal avait recommencé. Heureusement, la plupart des invités étaient plus intéressant que cela. Elle voyait ça et là des retrouvailles intéressantes, des messes basses, des coups d’œil à la dérobée. Cela faisait déjà plusieurs heures qu'ils affluaient peu à peu et pour l'instant, aucun mort ! Ce qui étant donné la cohabitation de figures emblématiques du Puy et d'Ithri'Vaan n'était pas gagné d'avance. Quelques uns fronçaient bien les sourcils et le nez mais un flegme général semblait faire régner une ambiance festive plutôt que tendue... aider par le fait que tout se beau monde soit encore sobre, maître de ses esprits et hors de tout rites étranges tels qu'étaient les leurs.

C'est alors que Krish regardait du coin de l’œil l'arrivée de la Haute Prêtresse de Teiweon et sa rencontre inopinée avec un membre de sa famille qu'une voix joviale lui fit tourné la tête, la sortant de ses rêveries.

… Et quelle voix !

Se retournant avec le même déhanché extravagant malgré l'état que le nouveau venu faisait remarqué avec tant de tact, un sourire réellement franc et amuse se peint sur son visage.

« Haldren ! Contente de te revoir ! »


Elle s'approcha pour l'enlacer un bref instant, qu'il le veuille ou non. Ballon. Fourreau. Epée. Ça faisait très ustensile ménager quand même... M'enfin. Le visage rayonnant de connerie de l'archimage faisait plaisir à voir plutôt qu'un sourire crispé de plus... Valait mieux ça qu'un coup de pied au cul et un compliment faisait toujours plaisir

« Absolument pas ! »
répondit-elle avec un sourire aussi joviale que le ton du visiteur. « Les hommes qui savent utiliser leur braquemart sont moins nombreux d'année en année. Je sais juste qu'il y a de fortes chances qu'il se trouve sous ce toit d'ici ce soir et que ce n'est pas toi. » expliqua-t-elle sentencieusement en attrapant un verre sur un plateau qui passait par là pour le tendre au vieux bougre à moitié fou qui avait assez de pouvoir pour envoyer une bonne moitié de son palais dans le plan des ombres.

« Mais raconte moi plutôt ce que tu deviens depuis l'orgie de l'autre jour. » Quand était-ce déjà ? Bah... Peu importe. « Et pourquoi tu n'as pas amené avec toi ta splendide créature... »
Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 799
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Dim 16 Oct 2016 - 19:25


Si c’était moi le père je m’en souviendrais, une nuit dans vos bras doit être inoubliable, répondit galamment Haldren en marquant un demi-point de politesse que lui attribuèrent les juges. L’archimage s’envoya mentalement une grande claque dans le dos, fier d’avoir pour une fois suivi la conversation sans se planter totalement de sujet ni froissé la moitié de l’assistance. Généralement mal à l’aise avec les mondanités, il lui fallait faire quelques efforts, car après tout une fête en l’honneur d’une drow millénaire restait un événement aussi rare qu’intéressant.

Lorsque Krish évoqua la panthère qui l’accompagnait lors de l’orgie, Haldren eut un sourire penaud.


Oh je suis vraiment impardonnable. Ma panthère ne supporte pas la foule, cela la stresse. Pour se calmer elle a tendance à dévorer quelques habitants lorsque je le promène dans les rues. Croyez-le ou pas, mais cette adorable machine à tuer raffole des cœurs humains et je ne supporte pas de voir interrompre son repas par des gardes affolés. Réparons tout de suite cet oubli.

Se retroussant les manches, Haldren tendit les bras et invoqua son art. Devant lui, des ombres apparurent de nulle part, délicats filaments dansant dans l’air un savant ballet, s’agglomérant les uns aux autres comme pour de torrides ébats. Une dizaine au début de filaments dansèrent ainsi, puis d’autres se joignirent à eux au point que l’œil ne pouvait réussir à les compter. Lorsqu’ils s’avèrent suffisamment nombreux pour former un grand cercle vertical, l’archimage concentra son esprit et déchira la texture de la réalité pour ouvrir le portail. Un froid polaire jaillit du cercle, alors que les invités les plus proches sentaient une force d’attraction les tirer le portail, les obligeant à arc-bouter pour y résister. Fort heureusement, aucun n’eux la stupide idée de se rapprocher, ce qui aurait sinon témoigné d’une tendance suicidaire pour le moins inquiétante.

Des ténèbres apparut alors une massive tête féline noire comme l’ébène, suivie par un corps puissant et tout en muscles. Arrivant à hauteur de poitrail d’un drow normalement constitué, la panthère sortit toute entière du cercle d’invocation et s’ébroua, regardant calmement Haldren puis Krish de ses yeux qui ne cillaient pas. Derrière la bête, les ombres s’évanouirent comme elles étaient venues, et la lumière des torches qu’elles semblaient avoir absorber se diffusa de nouveau dans la salle. S’inclinant devant son hôtesse, Haldren lui présenta l’animal qu’il grattouilla entre les oreilles, déclenchant un ronronnement extatique.


Ma chère, je vous présente T'challa. Cette panthère sera à votre entière disposition durant les festivités et obéira à tous vos ordres. Voyez cela comme un cadeau et un gage d’amitié de ma part.

La notion de nom ne voulait bien entendu rien dire pour une créature issu du plan des ombres qui pouvait être appelé d’une simple pensée. Mais Haldren invoquant de plus en plus souvent l’animal, il lui avait fallu le nommer afin que ses séides puissent le désigner autrement que par « cette bizarrerie magique ».
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 429
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Dim 16 Oct 2016 - 22:07

« Bien négocié. » souffla-t-elle au parfait compliment qui avait finalement réussi à franchir les lèvres du drow quelque peu... distrait.

Distrait mais vif ! Il ne mis pas une seconde à comprendre de quelle créature Krish parlait.. Il fallait dire que lors de cette fameuse soirée, elle avait du passer plus de temps à admirer la panthère avec l'oeil humide et la fascination d'une bande de prépubères regardant les déhanchements shakiriens d'une danseuse Thaari... Une danseuse qui aurait eu sur elle un grand nombre de couteaux très aiguisés et la volonté d'arracher le cœur d'un ou deux fans hystériques. En tout cas la tirade contrite du mage était craquante... dans le genre psychopathe.

Mais la démonstration qui suivit fut bien moins choupinette...

Lorsque le portail s'ouvrit, Krish attrapa l'épaule du mage par réflexe pour ne pas être déséquilibrer. Une attaque, on peut globalement s'y attendre... Mais ça...

Les yeux grand ouverts pour ne pas perdre une miette du spectacle, elle tentait de percer ce miroir de ténèbres qui semblait ouvrir sur le néant lui-même. Le corps de la maîtresse des forges semblait réagir de lui-même à la tension qui s'était propagée dans la salle à l'ouverture du cercle. Des milliers d'aiguilles courraient sur sa peau... particulièrement sur son ventre. Elle ne se souvenait pas d'avoir déjà éprouvé une telle sensation... Soudain, elle retira la main qui s'était accroché au catalyseur de ce rituel, comme s'il dégageait une aura si glaciale qu'elle lui aurait brûler la peau. L'enfant qui grandissait en elle protesta violemment, lui vrillant le ventre d'une série de coups.

Elle serra les dents, préférant ne pas prêter attention à tout cela pour ne pas perdre un instant de ce spectacle. Passé le cycle, trouver des choses capable de véritablement vous surprendre ou vous subjuguer était rare, bien trop rare. Ici, elle avait le droit aux deux en un, comme la lessive !

Lorsque l'immense silhouette féline s'extirpa du portail, Krish retint son souffle, les yeux remplis d'étoiles comme une gamine de mille ans le jour de son goûté d'anniversaire. C'était tellement mieux qu'un poney... Même mieux qu'une licorne ! Pour un être qui cherchait inlassablement de nouveaux défis pour ne pas tomber dans l'ennui le plus total, une expérience aussi nouvelle et puissante que celle là était un joyau inestimable.

Ce fut seulement lorsque le dernier bout de la queue de l'animal fut matérialisé et que le portail se referma que Krish remarqua la baisse de luminosité... ainsi que la douleur diffuse qui s'était répandue dans son corps. Mais une fois de plus, elle la rejeta d'une pensée, se tournant vers le mage qui s'inclinait devant elle en approchant la ravissante créature.

Aussi grande l'une que l'autre, si Krish en avait été physiquement capable, difficile de dire qui aurait ronronné le plus fort entre la panthère et la sombre. Cette créature dégageait quelque chose de si particulier que Krish eut un mouvement d'hésitation avant d'en approcher la main. La fourrure de la créature était courte, soyeuse... et étonnamment fraîche.

« T'challa... »
s'amusa-t-elle a répéter juste pour le plaisir de sentir le nom de la créature sur sa langue.

Elle prit le relais de la main du mage avec, durant les premiers instants, une sorte de timide fascination qui ne lui ressemblait pas, sentant le profond vibrato du ronronnement de l'animal. Puis elle parvint à se détachée de son regard abyssal pour reporter son attention sur celui qui venait de réaliser ce tour de force... Et se retenir de justesse de lancer un très niais et très franc '' C'est vrai ? '' face à ce cadeau pour le moins... original.

« Tu n'aurais pas pu me faire un plus beau cadeau... » Elle ne tentait même pas de cacher le fait qu'elle était véritablement touchée. Elle se fichait de savoir si c'était complexe ou en réalité bien peu de chose pour un mage de sa trempe. Elle était simplement... éblouie.

Si tous les regards ne... Si en fait, pas un seul regard de la foule déjà présente n'avait manqué la scène. Comment aurait-ils pu ? Alors d'une voix forte, ostensiblement choisie pour être entendue de loin, elle commença distinctement en langue sombre, comme depuis le début de la journée :

« J'ai placé ces agapes sous le signe du Talent mais je ne m'attendais pas a ce que la barre soit placée aussi haute dès le premier jour. S'il n'en tenait qu'à moi, le tournois de ce soir serait immédiatement annulé et tu pourrais disposer des prix du vainqueur comme tu l'entends. J'ai hâte de voir ce que tu nous réserves pour ce soir... Si bien sûr tu souhaite participer sous le regard de Valas. »

Une fois l'allocution terminée, elle passa sa main le long de la tête massive de la créature jusqu'à son épaule. La lumière jouait d'une façon étrange sur son corps noir, semblant parfois disparaître là ou elle aurait du se refléter. Puis ce fut son visage qu'elle approcha si près de celui de la bête qu'elle aurait put sentir sa respiration si elle avait été normale.

« Tu es magnifique... » murmura-t-elle a l'animal avec un sourire aussi félin que celle à qui elle s'adressait.

Premier cadeau des sombres invités... Et bien bon courage pour les suivants. Se tirant de sa découverte béate presque à contre cœur, elle se retourna une fois de plus vers le mage. Les griffes d'argent de la forgeronne cliquetèrent un instant les unes contre les autres alors qu'elle s'approchait anormalement près du drow, rien qu'un instant, pour lui souffler à l'oreille, d'une voix tout sauf candide :

« Haldren, si je ne me retenais pas, je te jure que tu saurais à quel point une nuit dans mes bras est effectivement inoubliable, ballon ou non. »

Puis elle recula d'un pas.

« Je connais quelqu'un qui va être vert de jalousie s'il ose mettre les pieds ici... » rit-elle en pensant au gros prince qui risquait de se laisser désirer.
Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 799
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Sam 22 Oct 2016 - 16:11


Haldren badina encore un peu avec Krish, la complimentant sur les remarquables festivités qu’elle organisait ou évoquant les moments amusants de l’orgie chez Vel lorsque ses assassins avaient semé quelques troubles imprévus, tout cela en se descendant verre sur verre avec les délicieux alcools qu’une serveuse fort peu vêtue lui proposait. L’archimage n’avait rien contre un petit coup dans le nez de temps en temps, appréciant même de se joindre à ses sbires pour d’épiques cuites où les humains finissaient par rouler sous la table tandis que le drow se resservait avec enthousiasme. Toutefois, l’abus d’alcool, même sur un organisme rendu particulièrement résistant par des siècles d’acclimatation aux énergies magiques, créé certains effets que nul ne peut ignorer.

Ma chère, veuillez m’excuser mais j’ai les dents du fond qui baignent et la fumée des torches me monte à la tête. Je vais faire pleurer le colosse, m’aérer un peu l’esprit, puis je reviens.

S’inclinant poliment devant son hôtesse, Haldren quitta la pièce aussi vite que le lui permettait sa dignité afin de soulager sa vessie qui menaçait de tout vider d’elle-même s’il ne se dépêchait pas de trouver l’endroit adéquat.

Ah ah ah…. Pipi pipi, vite… par les nichons de Teiweon, les chiottes sont où ?

Ayant réussi à trouver les lieux d’aisance, le plus puissant des sorciers drow déboutonna son pantalon et urina bruyamment tout en chantant à tue-tête les premières strophes de « la catin elfique et le troubadour », chanson grivoise de corps de garde quelque peu osée dans les descriptions. Dans les siècles à venir, les historiographes qui s’intéresseront à Haldren le représenteront généralement en haut d’une montagne, au cœur d’un vortex d’énergie déchirant la trame de l’univers, mais sans doute auraient-ils mieux compris la mentalité du personnage en saisissant ce moment passé dans les toilettes du palais de Krish.

La dernière goutte expulsée et le service trois-pièces soigneusement remballé, le drow décida d’aller faire un tour dehors afin de dissiper les brumes alcooliques qui lui brouillaient la vue. La terrasse du palais lui semblant un bon endroit d’où il pourrait admirer la ville, Haldren emprunta en sifflotant un escalier montant vers les étages supérieurs. N’ayant guère prêté attention aux consignes de sécurité du palais, il ignorait qu’il entrait là dans une zone strictement interdite aux invités. L’aurait-il su qu’il aurait probablement agit de même, la notion « d’interdit » ne pouvant bien entendu pas s’appliquer à lui selon sa conception du monde.

Arrivé devant le palier du troisième étage, notre héros sans peur ni reproche se trouva donc à sa grande surprise confronté à trois drows d’allures peu commodes. Deux d’entre eux semblaient être des soldats au vu de leurs lourdes armures tandis que le dernier portait sur sa tenue l’emblème du C’nros.


Veuillez faire demi-tour immédiatement, lui ordonna sèchement le supposé mage.

Furieux de revivre la même scène vexatoire qu’à l’entrée du palais, Haldren ne réfléchit pas et laissa parler son instinct. Qu’on lui interdise l’accès une fois était déjà tout juste supportable, mais la deuxième ne pouvait plus être tolérée !


<< Spot de publicité sur les licornes alonnaises, sponsorisée par Alanya & Cie >>

Suite à une scène d’une rare violence que nous avons ellipsée pour ne pas choquer les âmes sensibles, les morceaux de viande des importuns recouvrirent les murs du palier en formant une peinture abstraite du plus bel effet pour les amateurs d’art contemporain.

Bande de cons, maugréa l’archimage en poussant la porte du troisième étage.
Revenir en haut Aller en bas
Halandarin Las'Danir
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Âge : 1921
Date d'inscription : 06/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  947ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Sam 22 Oct 2016 - 20:13




Ha, ces festivités, qu'est-ce qu'il pouvait bien s'en carrer comme de sa première paire de couverts...
Bon, en vérité il ne s'en carrait pas tant que ça, il avait même fait entendre ses volontés de rester tranquillement dans ses appartements sans qu'on vienne le faire chier. Mais bien entendu, aucune histoire ne se déroule sans accrocs, et celle d'Halan' -Accordons-lui au moins cela- avait tout d'une histoire aussi bien parée que les dizaines de drows aux étages inférieurs.. Mais bordel, quelle idée de lui envoyer ça pour débuter la journée ?

-Nous remercierons de tout notre coeur le créateur de l'énergumène qui vient de nous créer un magnifique picasso sur les murs et les portes de cet étage en temps et en heures-

Même si les bruits des festivités ne l'atteignaient que lorsque l'un des fêtards se retrouvait foutus dehors le cul en l'air ou accroché à un balcon inférieur à gerber ses tripes à cause d'il ne savait quelle boisson suffisamment fortes pour avoir cet effet sur eux, le Toer Tamindal lui, se tenait dans ses appartements, le troisième étage rien que pour lui, bien tranquille, sans que personne ne vienne l'ennuyer outre mesure, au dehors de quelques servants qui se baladaient dans celui-ci pour lui apporter de temps à autres quelques petits fours et verres d'alcools sous sa demande explicite.
Hein ? La scène ? Ho bien sûr. Voici.

Les trois gardes hors de tout soupçon de leur avenir particulièrement violent. Appelons les correctements, le gaillard du C'nros sera appelé Jé'tashé, le premier garde à sa gauche sera : Lémur et le dernier Ële'shplafon.

Jé'tashé s'intrigue du peu d'activité de notre cher Toer Tamindal qui depuis son arrivée, quelques ennéades auparavant était déjà bien virulent, se glissant entre les portes et couloirs du Troisième étage pour rejoindre le vif animal, il se retrouve devant le dit gaillard, nue comme un vers, une bouteille d'Alcool des territoires Nains en main, sa peau blanchâtre reflêtant les lueurs orangées des flammes de l'étage, ses muscles saillants se dessinant par des ombres bien placé, évitant des détails qui feraient tournés les yeux de nos gentes lectrices.

-Euh... Euhm. Sir. Dit-il, sans pour autant cacher son dégoûts d'appeler ainsi ce qui pour lui ne devrait être qu'un ramassis d'esclave, bien qu'il ait déjà assisté à ses sautes d'humeurs. Dame Al'Serath nous a bien fais entendre qu'il ne fallait que vous manquiez de rien auss-.

-...Bordel, mais vous pouvez pas juste vous t'nir devant votre putain d'portes en bois massif et me LAISSER VIVRE TRANQUILLE ? Combiens d'enéades que j'suis ici ? Combien de fois vais-je devoir me répêter ? Dehors ! ... Allez !

Vu que le gaillard ne semblait pas entendre l'ordre élancé, l'elfe se leva doucement, toujours sa bouteille en main, qu'il envoya de toute ses forces en direction du visage de Jé'tashé, qui eu la bonne idée de s'écarter du projectile, qui vint s'éclater contre un mur, là où se serait trouvé la tête du Drow autrement. Pas besoin de plus pour qu'il commence à déguerpir à pas vif afin d'éviter toute forme de remontrance... Pas de l'elfe, non, de la propriétaires des lieux.

"Ne l'abimez pas..." "Respectez-le..."... Gna gna gna... Respectez le, respectez le, mon cul !
Ha, si ça ne lui avait été donné qu'à lui, cet elfe serait déjà six pieds sous terres !

-ET FAIS MOI PARVENIR DE L'ALCOOL ! DE PAR TA FAUTE JE N'AI PLUS UNE GOUTTE ! Hurla l'elfe locataire des lieux depuis son arrivée.


Voilà entre autre comment tout ça s'est passé, rien d'bien extraordinaire si ce n'est un Halan' toujours plus véhément et toujours plus lourd à vivre.. Il fallait dire que de jurer de rester dans ces appartements promettait d'être long, et il appréhendait déjà la chose, bien qu'il ait du travail sur lequel plancher, il n'était jamais contre une bonne picole, et puis... Cela aurait aussi été une bonne opportunité pour s'emparer de quelques têtes, ou se faire quelques ennemis de plus.
Que du bonheur en somme.

Mais voilà, il était seul, si l'on oubliait Lena, qui elle aussi était arrivée ici en même temps que lui, s'occupant particulièrement des animaux amenés, et des divers matériaux et ustensile dont il pouvait se servir... Mais oui. Seul. Bon il y avait bien ces quelques visites de la propriétaire, leurs discussions sur le projet, ça ça l'occupait, bien quelques jours. Mais après son habitude de se verser quelques verres pour se remettre d'aplomb reprenait le dessus, et les bouteilles avaient ainsi filées, rapidement. Plus une goutte.
Et ce n'était pas simple question de faire passer l'temps, non, il y trouvait un certain réconfort, se sentir léger ainsi, dans un palais pareil, avec son matériel, l'air frais du soir, tout ces p'tits plaisir qu'il appréciait d'autant plus qu'il ne pouvait pas étouffer des feuillages d'Anaëh.

Ha... Ce qu'il se sentait bien. Bon, une p'tite envie d'pisser de temps en temps.

Mais lorsque la boucherie eut lieu, hé bien l'elfe était lui aussi non loin, en vérité, il se trouvait deux portes derrière les lieux.. Mais autant vous dire qu'il n'entendait pas grand chose.
En effet la violence de la boucherie ne lui était parvenue qu'en échos de ses coups de marteaux véhéments, l'acier chauffé à blanc crissant et chantant sous ses coups alors qu'il lui donnait une forme souhaitée..
Cela faisait trois énnéades qu'il travaillait sur cette pièce, une "peau", ce murmure qu'il avait reçu ne s'était pas glissé dans l'oreille d'un sourd, bien au contraire.
Bien que cela ne lui était pas destiné, il avait bien perçu celui-ci, et avait ainsi planché sur une peau de métal, aussi étonnant que cela puisse paraître à entendre..

Certains auraient voulus appeler ça armure, mais loin de là, le métal qu'il travaillait avait la flexibilité d'une côte de maille, et -il l'espérait fortement- la solidité d'un acier Veladrien..
Mais si je vous fais part d'un travail de quelques ennéades ce n'était pas pour dire qu'il avait du mal à lui donner forme, loin de là, c'était qu'il frappait ce nouvel alliage depuis ce temps, le gardant toujours à une même température, sans le laisser refroidir depuis des jours, frappant alors que des gerbes d'acier à proximité de la fusion s'extirpait de la peau en question. Elle l'alliage était encore trop inflexible, il résistait incroyablement bien aux choques, mais nécessité de passer à une autre température, ou d'être traîté plus longuements... Il ne savait encore bien que des milliers d'idées passaient encore dans son esprit, se glissant dans ses pensées au fur et à mesure qu'il frappait. Il avait bien pensé réalisé une couchée d'écaille multiples, d'un acier inoxydable et baignait dans un liquide alchémique repoussant l'eau, mais il était certain qu'il y aurait là un trop grand risque que cette peau de seconde mains ne soit pas encore suffisamment imperméable, trop d'interstices, de surfaces risquant d'être découverte... Alors il travaillait, il réfléchissait, il avait entendu dire que certains mages étaient capable de tordre la réalité, d'octroyer des propriétés à certains objets, mais il n'avait jamais pu croiser de tels personnages...


C'était un véritable casse-tête, mais cela avait au moins le mérite de l'occupé lorsqu'il n'avait plus rien à boire, ou personne avec qui discuter de ces idées folles.

Enfin, le bruit qui se dégageait de ce lieu n'était pas la seule chose anormale, les décorations avaient.. Quelque chose de changé, d'étrange même par rapport au reste du palais, elles n'étaient pas totalement antonyme à ceux des étages inférieurs ou supérieurs, mais elles avaient ce petit je ne sais quoi qui vous titille..

Des ajouts, une forme de présence masculine, ça c'était une certitude, les décors se trouvait plus ... Virils ? Plus Mégalomane encore ? Si cela était possible, j'oserais employer ce termes. Les murs n'avaient pas quitter leurs couleurs, mais ils avaient le droit d'être couverts de centaines de parchemins, tous planté là dedans comme l'aurait fais une personne peu intéressée par la tapisserie d'origine. Des clous les maintenaient ainsi, des rouleaux de parchemins traînassaient aussi dans des tonneaux qui avaient visiblement étaient déplacés ici par demande, ils n'avaient pas encore eu le temps de "prendre la poussière"... Bien que des servants s'occupent de l'entretien, quelque chose qui reste à sa place depuis un certain temps laisse sa marque.

Oui. Quelqu'un s'était ainsi installé ici pour un oeil nouveau c'était presque affolant. Ces dessins, ces calcules, ces références à d'autres alliages à d'autres savoirs, Nains, elfiques, humains même, drow parfois. Les couloirs n'étaient pas tous ainsi couverts, mais celui que l'on traversait généralement pour se rendre à cette forge l'était, et pas qu'un peu. L'écrit était parfois en commun, généralement en elfique, parfois en vieil elfique, et plus rarement en Drow.
Un fauteuil en cuir avait été déplacé dans ce couloir, il le barrait quasiment, permettant d'observer toute la zone avec un oeil nouveau, depuis ce point de vue les parchemins se suivaient presques tous, dessinant pour certains des pièces, pour d'autres un ensembles de mécanismes.

Ce n'était là que des ébauches, et pourtant elle donnait une impression de travail millénaire, de travail titanesque. Un millénaire de travail étalés ainsi. Et pourtant... Pourtant, quelques choses faisait savoir que c'était récent.
Les deux plus grands esprits de l'Aciérie, de la Forge avaient convergés pour se décider à créer quelque chose, et le résultat était à la fois grisant et effrayant.

Des mécanismes imaginaient pouvaient paraître saugrenues, d'autres irréalisables, d'autres encore bien trop simplistes... Mais quelques choses faisait rapidement comprendre que ce n'était là qu'un ensemble de mécanismes censés vivrent ensemble, fonctionners ensembles, pour une seule et même pièce.

Ces centaines de parchemins ne donnaient là qu'une pièce, une pièce minuscule et pourtant... Quelque chose d'indispensable. N'importe quel anatomiste du régne animal aurait pu déterminer qu'il s'agissait là d'une ébauche de patte antérieur mécanisée, d'une bête capable de réagir au quart de tour, de bondir depuis n'importe quelle positions, une patte féline, aux allures bien trop techniquement avancée pour ne pas être sortie d'un livre de fous.


Autrement, l'exploration de cet étage donnait l'opportunité à n'importe quel curieux de s'étonner devant le nouvel agencement, un salon de discussion était devenus un bureau de secours, où trônaient quelques maquettes en bois.. Une salle de bain immense servait de laboratoires, où se trouvait quelques membres de divers races de félins, actes assez barbare qui témoignait d'une recherche de connaissance quelque peu effrayantes..

Une chambre, avec divers vêtements d'hommes, où se trouvait un lit malmenés et rarement remis en place, un porte-armure recouvert d'une armure aux reflets dorés, aux détails apportés à quelques fioritures, mais incroyablement bien tenue par rapport aux restes des affaires trônant dans la salle, l'armure avait les stigmates de la guerre, mais elle s'en sortait assez bien .. Ou était simplement extrêmement entretenue.

Une lame tenait accrochée sur le mur aux côtés de cette armure, glissée dans son fourreau, toujours aussi ouvragées, témoignant d'oeuvres Elfiques.
Quelques livres trônaient ça et là..

Une dizaine de salles, qui ne se voyait pas trop saccagées, bien que pour certaines, l'équivalent d'une bataille aurait pu être imaginés, coups de colère ? Coït aux tendances fougueuses ? Qui aurait su le dire ? En tout cas, c'était le bordel dans certaines, tandis que d'autres étaient impeccables, à en croire qu'une toute autre personne y "habitait"... Ou venait de s'y rendre. Une chambre, une deuzième, juxtaposée par une salle de bain propre et incroyablement entretenue. des vêtements féminins, quelques livres, une peluche... ? Du moins, une boule de fourrure inertes, et des armoires remplies de vêtements pliés et soignés aux petits oignons...

Cet étage avait de quoi surprendre, l'on passait d'un champs de bataille de plus virulents à l'équivalent d'un palais somptueux, rangés, soigné aux p'tits oignons.
Certains auraient trouvés ça déstabilisant, d'autres un état des choses plutôt... Habituel.
Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 799
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Dim 23 Oct 2016 - 12:57

Lorsqu’il passa la porte et pénétra dans les appartements du troisième étage, Haldren apprécia immédiatement l’endroit. Il devait d’agir à l’origine d’une suite de pièces particulièrement luxueuses et meublées avec gout, mais un inconnu y avait ajouté une touche artistique pour le moins plaisante. Les béotiens auraient bêtement parlé de « bazar », voire de « bordel sans nom », n’arrivant pas à appréhender la beauté que le chaos ajoutait à une œuvre. S’acceptant comme totalement dément lui-même, l’archimage dut admettre que l’esprit à l’origine de ce baz… de ce bord… de ce chaos devait avoir bien des points communs avec sa propre conception du monde. Quelqu’un capable d’épingler un brouillon de calcul sur une tapisserie hors de prix ne pouvait que faire partie de la caste des génies incompris.

Arrachant sans vergogne quelques vélins des murs pour les analyser, le drow comprit bien vite que leur auteur portait un intérêt tout particulier à la mécanique et à la métallurgie. Un nain peut être ? A sa connaissance, seul le petit peuple du Nord possédait une telle maitrise de ces disciplines, et le bruit dans la pièce d’à côté d’une forge semblait confirmer cette hypothèse.

Or qui dit nain dit alcool, c’est connu ! Ravi à l’idée de trouver un compagnon de beuverie moins coincé que ces drows de l’Elda qui se trimballait avec un balai dans le fion, Haldren ouvrit la porte de la forge et y pénétra d’un pas conquérant.


Ah ben ça fait plaisir de… ah ben putain !

En matière de nain, c’était raté, à moins que l’on ait récemment modifié certaines caractéristiques fondamentales de la race. Côté taille, le gaillard paraissait bien trop grand, et il lui manquait l’abondante pilosité qui servait à la fois de système reproductif et de chauffage naturel aux fiers guerriers de Kirgan. Non, même après un accident de dragon à haute vitesse, il n’y avait guère de chances qu’un nain ressemble à cela.

Vous êtes un elfe, n’est-ce pas ? Oui, je suis assez physionomiste, je sais.

Satisfait d’avoir au moins partiellement résolu une énigme, l’archimage passa immédiatement à un autre sujet bien plus important que sa présence ici, celle d’un elfe au beau milieu d’un palais empli de drow, les salutations ou politesses d’usage. Non, le véritable sujet important concernait une équation !

Dites voir, mon ami, je regardais vos croquis, le drow brandit les feuillets arrachés un peu plus tôt, et je m’étonne de certains calculs sur cette patte de félin mécanique. Les mesures prévues pour l’articulation me rappellent celles que proposaient le nisétien Kerda’an Vel’ulroa dans son célèbre traité sur la mécanique publié au troisième siècle du dernier cycle. Mais Kerda’an admit lui-même peu avant sa mort avoir sous-estimé les degrés de déformation des alliages dans ses calculs, et je pense que vous devriez revoir vos paramètres en vous basant sur un ouvrage drow plus récent aux éditions du C’nros, « des espaces vectoriels dans le calcul des points de torsion ». J’en avais un dans ma bibliothèque, je dois pouvoir vous le prêter car il fut malheureusement peu diffusé en Anaëh.

Une fraction de pause dans le débit de paroles.

Euh, vous auriez à boire, à propos ? Je n’ai pas envie de me retaper tout l’escalier pour aller chercher une bouteille en bas, même si je crois que j’ai un ticket avec l’une des serveuses. Des yeux de biche et des fesses de rêve, vous verriez ça ! Ça se mange sans faim !
Revenir en haut Aller en bas
Halandarin Las'Danir
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Âge : 1921
Date d'inscription : 06/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  947ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Dim 23 Oct 2016 - 16:07




Avez-vous déjà vu un chef cuisinier se présenter à vous ? Si oui, vous saurez que ses manches sont toujours immaculés, et son tablier quelques peu encroûtée. Ici, ce Drow qui venait de se présenter dans la forge du Toer Tamindal avait tout à fait la même dégaine, si l'on oubliait la goutelette de sang qui s'était glissée sous son oeil droit, soulignant son regard tel une ligne de mascara déposée par l'un des plus grand pareur de ce pays.

Oh, il avait fait volte-face, en effet, marteau en main, commençant déjà à pousser la voix pour demander à ce que l'on le laisse tranquille en plein travail.. Mais la vision qu'il eut le fit se taire en un peu moins que quelques secondes..

-Ah ben ça fait plaisir de… ah ben putain !

-Bon sang ! Je vous ai déjà d-.... Duh... Euh.. Dénotons le trouble qui se perçoit chez les deux personnages, tout deux surpris de tomber sur un être qu'ils n'attendaient pas, bien que le forgeron était plus surpris par le visage qui se glissait devant lui et la préstence dégagée par le gaillard .(Préstence détaillée sur les quelques gerbes de sang encore glissée sur son costume tout neuf.)

-Vous êtes un elfe, n’est-ce pas ? Oui, je suis assez physionomiste, je sais. Au moins savait-il reconnaître un être, bien que l'elfe en question avait la carrure d'un Drow habitué à la musculation avec quelques wagons de minerais, et était dôté d'une taille non négligeable, seul sa peau d'un blanc Albinos, se noyant avec sa chevelure semblable pouvait apporté une différenciation avec les Drow's du coin.

-Perspicace... Et vous un Drow, à moins que vous ne soyez un Nain aux tendances bizarres qui se serait glissé dans une cheminée pleine de suie... Et probablement étirés sur quelques mètres par je ne sais quel procédé...

Il n'eut pas réellement à continuer ses palabres pour que l'être devant lui agitre les feuillets qu'il avait tantôt arraché aux murs du couloir, lui faisant hausser un sourcil alors qu'il l'écoutait attentivement, son marteau toujours en main, il se retourna tendant toujours son oreille dans sa direction, reprenant la pièce de métal particulièrement inouïe, qui réagissait maintenant comme un morceau de cuir légèrement trop sec, pliant sans pour autant se rendre flasque, il le refourgua dans les flammes, d'où s'extirpait une chaleur infernale, avant de refermer le semblant d'écoutille, rabaissant presque immédiatement la chaleur dans la pièce.. Sa main droite se passa sur son front, le coups de chaud venant de lui faire perler quelques gouttes de sueurs...

-Euh, vous auriez à boire, à propos ? Je n’ai pas envie de me retaper tout l’escalier pour aller chercher une bouteille en bas, même si je crois que j’ai un ticket avec l’une des serveuses. Des yeux de biche et des fesses de rêve, vous verriez ça ! Ça se mange sans faim !

Il observa l'être qui se tenait devant lui, une musculature sèche, marquée, soit celui-ci se basait sur la vitesse, soit il veillait à son endurance, probablement le second point, cependant l'état de sa tenue laissait présager qu'il n'avait pas laissait grand temps aux gardes de répliquer... Une frappe fulgurante, il ne le dénotait pas du'n air suspicieux, loin de là, s'il s'était débarassé des gardes avec une telle aisance, soit il était bien trop puissant pour qu'il s'en charge seul, soit il était suffisamment doué pour le mettre dans la merde.. Dans les deux cas il vaudrait mieux se comporter avec légéreté avec l'énergumène.

- "Des espaces vectoriels dans le calcul des points de torsion" vous dîtes ? Hmm... Intéressant, j'ai toujours trouvé les calculs de Kerda'an Vel'ulroa intéressants, mais j'étais bien au courant de ses problèmes concernant les degrés de déformations des alliages... Je pense qu'il ne vous sera pas nécessaire de vous défourguer de cet exemplaire, Krish saura bien m'en fournir... Il passa sa main sur sa nuque, s'accordant une petite pause en faisant rouler sa nuque. Par principe il s'était rendu torse nu, un simple tablier de cuir épais le protégé des gerbes d'acier toujours en fusion, certains lambeaux du métal traînant encore sur le sol, crépitant avec quelques poussières... C'était une image infernale, et pourtant, l'être devant lui semblait s'en accomoder avec une aisance déséquilibrante. Mais dîtes, les gardes dehors... Par le plus grand des hasards, vous ne les auriez pas, j'apportes ça comme ça, hein, mais ils n'auraient pas eu une rencontre fortuite avec le mur ? Si tel était le cas, cela expliquerait le morceau de cervelle juste en dessous de votre oeil. En tout cas merci du conseil, j'essayais d'améliorer moi-même ces calculs, et je dois avouer que cela me prenait un temps fou, avec un peu de chance ce livre saura m'apporter des réponses intéressantes.

Il observa les alentours de la forge, s'emparant d'un morceau de métal au sol à l'aide de sa pince, qu'il déposa sur un tas de métaux aglomérés en un seul résultat, quelque chose destiné à être de nouveau plongé dans les flammes et à être réutilisé, déposant délicatement sa pince et son marteau il se déporta vers une armoire, où se trouvaient divers bocaux, il savait avoir posé la bouteille qu'on lui avait apporté quelques part ici.. Ou bien était-ce dans le salon ?
Il se tourna vers le Drow se débarrassant de son tablier en le détachant et le posant sur un crochet contre le mur à sa gauche, tout en passant ses mains dans un bain d'eau froide présent dans la pièce, généralement utilisé pour tremper l'acier... Il frotta ensuite celles-ci sur un torchon présent, se retournant vers l'être, s'emparant délicatement des feuillets qu'il avait nonchalamment séparé de leur mur, les observant rapidement en marmonnant quelques formules de calculs, commençant à marcher vers la sortie derrière le noiraud, lui faisant signe de la main de le suivre.

Ils parvinrent dans le salon, où se trouvait son faucon d'Anaëh, l'animal dévorait paisiblement un chat du voisinage, s'amusant à dévorer ses yeux, goulument, l'elfe ne s'en inquiétant pas un seul instant il vint glisser les papiers sur une table basse, juxtaposée par deux fauteuils, un présentant plusieurs place et un autre présentant une seule place. Le Toer Tamindal se glissa donc entre tout ce chaos, s'emparant d'une bouteille sur l'étagère en s'exclamant un "Ahah !" victorieux, lançant la bouteille avec adresse vers le drow, tout en s'emparant de deux verres à pied en cristal qu'il déposa tranquillement sur la dîte table basse, non loin des feuillets.

-Asseyez-vous, asseyez-vous ... Je ne crois pas que nous ayons eu le temps de nous présenter, si ? En tout cas, je ne pensais pas que quiconque oserait défier la dame des lieux en se rendant dans mon étage sans son autorisation... Boarf, après-tout ça devait arriver, j'espère que vous aimez la boisson d'ici, ils m'ont amenés la plus forte qu'ils avaient sous la main. Il glissa sa main vers les papiers en question. J'me présente, Halandarin Las'Danir, Toer Tamindal... En clair je suis l'équivalent de votre hôte, mais chez les elfes. Et vous ? Non parceque, vous m'semblez suffisamment dangereux pour que je m'intéresse à votre nom.
Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 799
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Ven 28 Oct 2016 - 18:31


Des gardes, des gardes…

L’esprit embrumé de l’archimage remit les pièces du puzzle ensemble en comprenant que l’elfe parlait des malotrus rencontrés dans les escaliers. S’essuyant distraitement les bouts de matière cérébrale qui ornaient sa pommette, Haldren opta pour la sincérité quand à leur sort.

Trois drows, l’air un peu con ? Du genre bornés et agaçants ? Ouais je les ai croisés, mais ils ont osé m’ordonner de ficher le camp. J’vous jure ! A la base, je voulais simplement aller prendre l’air sur le toit, ils n’avaient pas besoin d’en venir aux menaces. Si c’est bien d’eux que vous parlez, ils ont en effet eu une rencontre fortuite avec les murs, le plafond et le lustre de l’escalier.

L’elfe ne parut ni affolé ni ennuyé de cette nouvelle, soit qu’il se soit désintéressé du sort des gardes, soit qu’il ait estimé que la présence de ce curieux visiteur ne présentait pas un danger immédiat pour son intégrité physique. Notons d’ailleurs que cette analyse serait fondamentalement exacte, Haldren étant l’un des drows invité à la fête le moins haineux envers les elfes. Ou plus précisément, il était autant haineux envers les elfes qu’envers les humains, les nains ou les drows, et ne voyait donc aucune raison de massacrer spécifiquement les natifs de l’Anaëh. Jaugeant avant tous ses interlocuteurs en fonction de leur intelligence, l’archimage sentait qu’Halandrin devait être exceptionnel pour avoir réussi à attirer l’attention de Krish, ce qui était tout à son honneur.

Oh, je m’excuse, j’en oublie les bonnes manières. Haldren Baenfere, ancien Ditronw Da’re, ancien Obok Senger, et présentement… hmm… disons que je me suis placé dans un état qui ne porte pas de dénomination dans le sens classique du terme.

Un soupçon de santé mentale incita le drow à ne pas révéler trop rapidement sa nature divine. Mégalomane mais pas totalement crétin, Haldren savait que se présenter en mode « bonjour, Haldren, Dieu. Vénérez-moi » entrainait parfois des réactions assimilables à de l’hérésie et qui dégénéraient en cataclysmes cosmiques. Bizarrement, il n’arrivait pas à persuader immédiatement ses interlocuteurs de se convertir à son culte et devait en passer par une phase de torture ou de domination mentale pour les amener à le vénérer. Or de telles activités ne figuraient pas à son programme durant les festivités.

Halandrin s’était présenté comme l’équivalent de Krish en Anaëh, ce qui pouvait expliquer la prudence dont faisait preuve la maitresse des lieux quant à sa présence. La seule présence d’un elfe au beau milieu d’un palais empli de drows en pleine extase religieuse pouvait causer de petits problèmes. Tout en se descendant une belle gorgée du délicieux alcool offert par l’elfe, l’archimage se demanda quel projet pouvait bien justifier la réunion de ces deux experts au même endroit et les risques ainsi encourus.


Ainsi donc vous êtes un maître forgeron ? Fascinant ! J’ai toujours eu une passion pour la forge, malgré ma totale ignorance dans ce domaine. Les mages ont trop souvent tendance à mépriser le métal pour ne croire qu’en la protection de leurs boucliers magiques, mais comme je dis toujours : une bonne armure ne se dissipe pas et ne requiert aucun temps d’incantation. Toutefois, réussir à forger une armure suffisamment solide pour dévier une flèche et qui n’entrave pas les mouvements de son porteur est un exploit dont peu peuvent se prévaloir.

Une nouvelle gorgée.

Bien que vous en seriez sans doute capable, je n’en doute pas. D’ailleurs, vous êtes vous déjà penchés sur une collaboration avec des mages pour optimiser la réalisation de vos œuvres ? Aussi efficace que soit une forge, elle ne pourra jamais monter à des températures que peut atteindre la pyromancie, et vos enclumes ne pourront pas offrir des points de torsions aussi intenses qu’un sort bien placé.

Utiliser la magie comme un vulgaire outil de forge ? Bien des pratiquants des arcanes auraient été horrifiés, voire scandalisés, par un tel rabaissement de leur art, mais Haldren ne partageait pas ce snobisme. Totalement persuadé de sa perfection, narcissique convaincu et nombriliste affirmé, il pouvait s’autoriser de telles idées sans s’en sentir gêné. Comme quoi la folie mégalomaniaque a parfois du bon lorsqu’il s’agit de briser des tabous. Après tout, un Dieu accomplissant un miracle s’abaisse-t-il ? Certes non.

Encore une gorgée, allez, cul sec ! L’alcool valait le déplacement et Haldren remplit de nouveau les verres.


Mais je suppose que c’est pour un projet bien précis que vous êtes venus ici ? Auriez-vous l’intention de créer une sorte de félin en métal comme vos croquis le laissent à penser ?

Harceler ainsi son hôte de question pouvait paraitre un peu cavalier, mais l’archimage avait utilisé son faible quota de politesse avec Krish.
Revenir en haut Aller en bas
Halandarin Las'Danir
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Âge : 1921
Date d'inscription : 06/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  947ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Mar 1 Nov 2016 - 19:22




-Je vous l'accorde, la magie saurait être d'une grande aide, cependant, connaissez-vous beaucoup de mages qui "s'abaisseraient" à ces basses besognes ? Tssh, la plupart sont bien trop imbus d'eux même, ou alors ne décèle pas l'utilité de joindre leurs pouvoirs à une oeuvre pareil... La création d'un métal tel que l'Acier Veladrien de mon peuple, n'a rien d'une basse besogne, c'est là l'une des oeuvres que tout les forgerons cherchent à créer, un métal à la résistance absurdemment importante, et aux capacités de flexibilités immenses, capable d'être assez tranchant pour passer au travers de l'acier elfique basique comme l'on passe un couteau à beurre au travers d'une meule de beurre... Cependant, si vous trouvez ce Mage, capable de se rendre utile auprès de moi et de notre hôte, alors je suis certains que ses capacités nous seront incroyablement estimables. D'autant que certaines magies , de mes connaissances, sont capables de transcender la matière et de lui octroyer quelques propriétés, c'est là l'oeuvre la plus compliqué à réaliser dans cet art mystique, mais aussi quelque chose d'inestimable. Enfin, mes connaissances en la magie ne s'arrête que sur des ouïes-dires, et autres bavardages captés.

Alors qu'il buvait patiemment, son camarade de boisson lui vidait les verres comme s'ils ne contenaient que de l'eau, l'elfe avait bien bu déjà aujourd'hui, et il fallait dire qu'il se trouvait particulièrement attaché à savourer ses alcools, surtout lorsque ceux-ci étaient réputés pour être imbibés du sang de certains de ses semblables.

-Mais je suppose que c'est pour un projet bien précis que vous êtes venus ici ? Auriez-vous l'intention de créer une sorte de félin de métal comme vos croquis le laissent à penser ?

Il rit légèrement, avant d'observer l'intrigué et l'intéressé, lui souriant légèrement avant d'opiner du chef.

-Ce n'est là que des études, nous cherchons à créer quelque chose que nul autre ne saurait créer, une oeuvre valant plus encore que la vie elle-même... Ceci n'est qu'un début, la première pierre, la première création.. Elle demandera bien des choses, magie, fortes connaissances en ingénieries, acièrie, forge. Mais aussi des connaissances en anatomie, qu'elle soit animale, ou humanoïde... l'application d'un tel travail pourrait avoir des niveaux encore jamais atteint, quelque chose...Qui transcenderait notre vision de la vie en elle-même. Beaucoups disent qu'aucun mage n'a jamais été capable de créer la vie, nous allons le faire, et ce sans tenter d'insuffler un être dans un autre, le corps n'est pas capable de se relever avec suffisamment d'applomb car il ne supporte pas la charge d'énergie, ou la charge imposée par un tel procédé... Alors qu'une carcasse des plus fins matériaux et des plus grandes pierres à capacités de stockage d'énergies permettraient peut-être cela, certainement même... Ce n'est en effet que des études, et des essais, des mises en bouches.

Il prit son verre le vidant cul-sec.

-Mais je suis certains que nous serons à même de le faire, d'ici quelques temps. Je suis optimiste. Les idées ne cessent de fuser, et ce n'est qu'une question de réflexion et de temps. Temps dont nous disposons.

Revenir en haut Aller en bas
Haldren Baenfere
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 799
Âge : 117
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1035 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Sam 5 Nov 2016 - 20:01

Tandis que l’elfe détaillait le projet qui justifiait sa présence en ces lieux, Haldren se descendait verre sur verre avec un entrain qui ne mollissait pas. Un observateur attentif aurait d’ailleurs pu remarquer que son œil devenait un peu plus brillant et ses gestes moins précis, signe que l’alcool accomplissait son œuvre. Toutefois, il y avait encore une certaine marge avant de voir rouler l’archimage sur le sol au milieu d’une flaque de vomi, bien que cette éventualité demeure possible pour la suite des festivités.

Je sais que vous attendez tous cela avec impatience…

En tout cas, Halanduin ne manquait pas d’ambition et s’attira un sifflement admiratif de son « invité » lorsqu’il lui révéla son ultime ambition.


Créer un réceptacle pouvant héberger la vie ? Pour avoir en certaines circonstances utilisé la force vitale des êtres vivants qui m’entourait, je peux vous garantir qu’il s’agit là d’un défi hors du commun. Aucun matériau n’est plus instable qu’une âme. La complexité des flux d’énergie qui l’entourent est d’une beauté chaotique hors norme que je ne comprends qu’imparfaitement. Et pourtant vous avez raison, il y a tant à y découvrir.

Haldren préférait éviter d’expliquer dans le détail les circonstances où il avait du avoir recours à de telles techniques. Ignorant l’opinion de l’elfe sur les évènements qui s’étaient déroulé à Eraïson, mieux valait jouer la prudence. En effet, apprendre que l’on boit un verre en compagnie d’un drow ayant sciemment enclenché un massacre de masse à des fins purement personnelles pouvait risquer de froisser la susceptibilité des moins sensibles. Se levant, l’archimage tituba un peu jusqu’à la fenêtre et désigna la ville de Thaar qui s’étendait au loin.

Regardez cette ville, ces milliers d’habitants qui y vivent de petites vies misérables et sans intérêt. Parfois, je m’installe en hauteur et je les observe, avec l’impression de me trouver face à une fourmilière. De petites haines, de petits amours, de petits boulots… des vies entières passées à œuvrer pour soi mais sans laisser la moindre trace au niveau de l’univers !

Le regard du drow se perdit dans le vague.

Tant de forces vitales gâchées pour rien. Tenez, là-bas, ces deux individus qui se battent. L’un des deux restera surement mort sur le pavé. Et pourquoi donc ? Une querelle dans un trafic de contrebande ? Un cocu furieux désireux de se venger ? Ou toute autre absurdité sans intérêt ? Alors que son âme aurait pu faire partie d’un dessein tellement plus noble, tellement plus beau, qu’il la surpasserait et l’aurait laissé pure pour toujours. Les mortels parlent de la magie comme d’une science, d’un art complexe et réservé à une élite. Foutaises ! Ils ont tous cette capacité au fond d’eux-mêmes, même si peu la ressentent. La magie n’est rien d’autre qu’une manipulation de la force vitale qui entoure et pénètre ces misérables insectes. Décevants, tellement décevants, aucun ne comprend l’or qu’ils ont entre les mains, aucun ne voit la réalité. Mes frères et sœurs ont échoué dans leur œuvre de donner la vie, ils étaient eux-mêmes imparfaits et n’ont pu donner qu’une imperfection. Mais un jour, oui… pas aujourd’hui, pas demain, mais un jour cela sera corrigé… la perfection… elle viendra… par moi et de moi, elle viendra.

Sans les doses d’alcool ingurgitées, sans doute n’aurait-il pas laissé les mots couler aussi librement. Revenant un peu à la réalité, Haldren s’éloigna de la fenêtre. Son hôte avait-il remarqué les sous-entendus assez inquiétants de ces divagations ? En tout cas, l’heure tournait et le tournoi de magie risquait de démarrer sans qu’il puisse y assister.

Mais je m’égare, excusez moi. La fête doit continuer en bas et mon absence va finir par être remarquée. Il me faut à mon grand regret prendre congé. Soyez tranquille, je ne soufflerai mot à quiconque de votre présence ici.

Saluant poliment Halandrin, l’archimage quitta les lieux. Quelques instants après qu’il eut fermé la porte, un choc sourd suivi d’un « merde ! » étouffé signifia que le drow venait de glisser dans une flaque de sang et se retrouvait le cul par terre. Grandeur et décadence de la folie ?
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 429
Âge : 26
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Mar 22 Nov 2016 - 18:33

Fascinée par le présent d'Haldren, la première idée de Krish fut, non pas de grimper sur son dos pour s'en faire une monture comme une enfant de vingt ans avec les yeux amplis d'étoile, mais d'ordonner qu'on lui amène son fusain et son carnet. Elle se posa en tailleur dans un coin de l'immense salle et passa plusieurs heures à dessiner croquis sur croquis, observant la force et la souplesse de la créature avec un intérêt basé autant sur son amour inconditionnel de la gente féline que sur son professionnalisme échevelé... Et bien que ce modèle soit aussi simple a dessiné qu'une tache d'encre dans la nuit. Jamais elle ne parviendrait à rendre l'étrange impression de fluidité de son corps... Mais elle s'y acharnerait comme elle pourrait.

Ce jeu dura jusqu'à ce que le concours de magie soit lancé. Ils se réunirent alors dans les étages, les participants profitant du jardin intérieur comme d'une immense arène improvisé. Tours de forces et de finesses se succédèrent jusqu'à ce que le vainqueur soit désigné par la majorité. La soiré fut clôturée par les sacrements de Valas et une levée de morts par d'habile nécromans.

Les problèmes qui avaient eu lieu au troisième étage ne se reproduires pas ce soir là. Mais elle ne se priva pas de passer un savon monumental à l'hôte qui avait pros la vie du prêt que ui avait fait le chef du C'nros. A lui de raisonner son neuveux!

Et le calme relatif (comprenez l'absence de mort non prévue ou non décidé par un duel en règle) continua même les jours suivants. Le lendemain, les Prêtres de Zhak'Bar firent tourbillonner le ciel jusqu'à ce qu'une tempête éclate au-dessus de Thaar. Puis se fut le jour de Meingal et le moment de laisser la justice démêlé tous les contencieux des invités. Hors la journée dédiée à Uriz, celle-ci et son cortège de duel à mort fut surement la plus meurtrière. Plus d'un drow attendait les épreuves de Leetha, pensant prouvé leur force en survivant aux poisons des prêtres... ou voulant simplement profiter de la Danse des Mille serpents, cet art quasi hypnotique que protiquait avec maestria le Siffleur du temple de Thaar. A l'occasion du jour de Kiran, plusieurs esclaves humains furent choisis pour être porteur de sa Noirceur, une maladie très contagieuse mais peu virulente, et libérés. On les laissa porter la bonne parole et les germes de leur nouvelle vie.

Le sixième jour, des rumeurs coururent dans la cité. De la porte des Princes marchands aux plus insignifiant des enfants de rue, on murmurait que les cris qui s'échappaient du Palais d'Argent n'était pas humains. Kiel était mise à l'honneur avec toute la barbarie et toute la colère qui lui était propre. Krish y participas avec un plaisir non feint, ce fut la dernière fois des festivités qu'elle visita les cachots qui se trouvaient sous le palais, profitant de l'occasion pour laisser un prêtre marquer son bras droit du symbole de la déesse à l'aide d'une lame particulièrement aiguisée. Le lendemain, Tesso lui fit de l'oeil lorsqu'elle maintint contre vents et marrées la version selon laquelle elle n'avait pas ressenti la moindre douleur et que d'ailleurs, sa marque était totalement nette à présent. Plusieurs membres de l'assemblé en profitèrent pour conclure des pactes, des alliances ou signer des contrats.

Puis vinrent les cinq derniers jours, ceux que la Maîtresse des lieux attendaient tout particulièrement. La Grande Prêtresse d'Isten du temple de Thaar, invitée pour l'occasion tout comme celle de Sol'Dorn, accepta que Krish l'assiste tout au long de la journée, ce dont la drow ne se priva pas. Quelque soit ses ressentiments, Isten était la clef de ses premiers succès et elle ne cesserait jamais de la considérer avec une affection toute particulière. Danse, chants, musiques et spectacles des styles les plus indécents se succédèrent dans une ambiance suave qui s'étala tant que le jour et la nuit durèrent à l'extérieur. Les noms n'étaient que de douces frivolités murmurés ou criées selon les goûts de chacun... à un point tel que les rituels de fécondité du lendemain paraissaient coulés de source.

Le retour à la réalité du monde fut presque incongru, mais tout aussi agréable que les deux jours qui venaient de les perdre dans un perpétuel désir. Le premier jour de la cinquième ennéade, Uriz et ses tournois fut acclamé avec la ferveur qui lui était du. Un tournois de lutte, un autre de corps à corps armé. Interdiction de recourir aux soigneurs. Krish participa à celui de lutte et ne dépareilla pas au milieu des guerriers et guerrières de carrière malgré son état même si elle ne l'emporta pas. Une dague forgée de sa main fut remise à chacun des vainqueur et son coude enflé à cause d'une clé pour le moins efficace prouva sa participation durant toute la journée du lendemain : les célébrations de Teiweon.

Plus calmes, plus nobles, plus mystiques. Sacrifices et transes se succédèrent au milieu des parfums d'encens. Les mages de l'esprit les plus adroits offrirent un avant goût de la mort aux plus téméraires, dont Krish fit partie. Une expérience... indescriptible.

Puis ce fut le dernier jour. L'ultime cérémonie placée sous le regard d'Uriz et Teiweon. Alors que le soleil était à son zénith à l'extérieur des tréfonds du palais, trois silhouettes furent amenées, nues, au milieu de l'assemblée. Deux avaient la peau blanche et le regard fou. Terrifiés qu'ils étaient après les sévices qu'ils avaient déjà endurés. Un homme et une femme. Deux elfes. Blessés sur le chap de bataille, ramenés du Front pour les affres de la Jabress. La troisième en revanche était plus inattendue. Un drow. Belle taille, le dos droit, le regard absent. Tout son corps jusqu'à son visage portait les derniers reliefs d'un violent passage à tabac. Mais sur sa face, tatouée en blanc à la vue de tous et s'étalant sur une bonne moitié, la marque des traitres au temple d'Uriz ne pouvait se cacher.

Les prêtres firent leur office, préparant les offrandes de chaire, sanctifiant le couteau qui abrègerait leur existence, sous le regard dévoué des fidèles assemblés. Puis, quand vint le moment, l'arme fut tendue à l'hôtesse des lieux. Elle exécuta les deux elfes sommairement, le sang ruisselant de leur gorge sur le sol de pierre, faisant apparaitre des dessins complexes.

Droite face à son frère, sa robe blanche déjà maculée de sang, elle vrilla son regard dans le sien. Leurs visages étaient si semblable qu'il était étrange de les voir ainsi face à face. Pourtant elle ne cilla pas. Pas plus qu'elle ne trembla. D'une voix forte et aussi chaude qu'à l'accoutumée, elle le voua à la mort.

"Pour ces mille ans dont vous m'avez fait don. Et pour les mille prochains. Ô Dieux. Je vous offre la Justice de la mort d'un traitre qui vous avait échappé durant ces cinq derniers siècles. Je vous offre mon sang par l'intermédiaire de mon frère unique. Ren Al'Serat. Pour ton hérésie, ton nom sera oublié des vivants. Puisse cette flamme s'éteindre et ne laisser aucune trace."

La lame s'enfonça dans sa gorge comme dans du beurre. Le cœur de Krish se serra légèrement. Elle ne détourna pourtant pas les yeux. Les hommages aux dieux furent rendus. Les hourra fusèrent. Le sang fut partagé.

Entre alcool, fumée, luxure, jeux et combats, la dernière soirée avait tout pour être mémorable...
Revenir en haut Aller en bas
Elvanshalee Hune'Baenre
Drow
avatar

Féminin
Nombre de messages : 237
Âge : 28
Date d'inscription : 05/11/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  404 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   Dim 4 Déc 2016 - 18:07


Le premier jour, Elvanshalee fut spectatrice. Si elle avait pu faire connaissance avec les hautes-sphères de Thaar, elle n’en fut pas très loquace. Pour la plupart, ils étaient nombreux à n’oser lui adresser la parole, certains par crainte, d’autres parce qu’ils s’en foutaient complètement de la religion. Elle avait néanmoins revu son frère et sa sœur qui avait participé au concours de magie. Le premier jour fut celui de Shy’Nayne. Elle s’était illustrée dans un premier temps sur une démonstration physique où elle avait pris possession d’un groupe de corps toujours vivant mais qui étaient désormais privés de tout droit sur leur membre. Shy’Nayne avait alors fait combattre ses propres marionnettes pour certaines, les faire copuler pour d’autres pour finalement les faire suinter leur sang par les pores. Elle avait fait exploser les tympans d’un simplement en manipulant les chairs et rendu muet un autre. Ce fut d’ailleurs extrêmement plaisant. Shy’Nayne s’en était tirée avec quelques brulures plus ou moins graves à cause d’un mage élémentaire du feu. Elle avait failli se casser une jambe quand un élémentaliste avait fait cédé le sol sous son corps. Enfin, elle se dit qu’elle s’en tirait mieux que certains. Finalement, elle avait été décernée vainqueur de ce concours. Et comptait évidemment sur sa sœur pour la remettre sur pied. « Teiweon pourrait bien m’accorder sa bénédiction pour mon succès » avait-elle dit en rajoutant « Et puis ma sœur ne laisserait pas celle qui l’a aidé jadis ».

Les jours d’après, Elvanshalee se retrouva seule selon les centres d’intérêt de son ainée et son cadet. Elle s’amusa tout particulièrement lors du jour d’Isten où elle força Shar’Alak à se payer du bon temps. Son petit plaisir était tout simplement le voyeurisme, plus encore quand celui qui la désirait était obligé de bander et besogner sans jamais pouvoir assouvir ses envies et prendre celle qu’il désirait.

Vint les jours consacrés aux Dieux primordiaux, si elle avait brillé par sa passivité, elle n’en fut que plus active durant ses précieuses journées et nuits. Elle présida naturellement le jour consacré à Teiweon bien qu’elle laissa malgré tous ses disciples œuvrés. Elle se fit un plaisir de sacrifier ces hommes et ces femmes tout comme ces elfes à qui elle vola leur âme pour les offrir à Teiweon. Ces derniers ne trouveraient jamais la paix dans le Royaume de Tyra et seraient condamnés à être dévorée par la Voilée. C’était une jouissance certaine que de piller les âmes dédiées à la déesse de la Mort qu’elle considérait comme une usurpatrice.
C’est elle-même qui tendit la dague sacrificielle à Krish lors du dernier jour, celui-là même où elle sacrifiait son frère. La Millénaire avait fait le bon choix. Ren était un affront à leur Dieu. Ren ne méritait pas de vivre davantage. Elle était convaincue que la princesse thaarie avait fait le bon choix.
Et sans nul doute, les dieux daedhels la remercieront de ce présent par la vie en son sein. A moins que… A moins que le fruit de ses entrailles ne soit l’engeance putride de cet elfe.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows   

Revenir en haut Aller en bas
 
[1000ans]Pourquoi faire attention au titre? Seul le Talent compte | Drows
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme quoi, il faut faire attention à ses affaires... [PV Meia]
» Pourquoi veux-tu être seul ? (pv Petit Solitaire)
» RP : Une invitation ? Pourquoi faire ?!
» La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. ?PV Nagareboshi Ruika?
» Flood : Mais t'es qui toi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: