AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neraën Yeldoreï
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 435
Âge : 25
Date d'inscription : 05/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Mar 18 Oct 2016 - 19:16


Kÿrianos de la première ennéade de Favriüs, neuvième année du XI° Cycle.
Terres d'Alëandir, non loin de la cité.


Cela faisait cinq ennéades que le seigneur-protecteur d'Eteniril avait laissé la magie triompher sur son être, la laissant l'envahir comme elle se laisse aller dans chacun des mages elfes. Depuis, la vie avait changé pour le guerrier devenu mage. Depuis, la douleur qu'il ressentait lorsqu'il était confronté à elle n'était plus ou presque. Pour une fois, Celebrand avait sincèrement souri : cet élève qui avait refusé ce qu'il était devenu suite à un incident magique commençait enfin à s'accepter tel qu'il était et les progrès qu'il faisait étaient considérables. En cinq ennéades Neraën avait déjà réussi à reformer une bonne partie des bases magiques sur lesquelles il allait devoir s'appuyer dès qu'il voudra utiliser la magie de l'esprit, ce qui n'était pas rien. Celebrand n'avait qu'une hâte : que sa tête de bourrique d'élève ait la curiosité de pousser ses capacités jusqu'au bout. Et cela viendrait, il en était certain. Mais avant il allait falloir régler un problème plus qu'étrange... En effet, s'il était bien connu que le protecteur était insomniaque depuis trois cents ans et qu'il faisait d'étranges rêves lors de ses rares moments de sommeil, ces trois dernières ennéades ont vu une croissance anormale du nombre de rêves qui le prenaient. Un retour à la normale, pourraient penser certains... si ce n'est que l'elfe ne maîtrisait rien et qu'il pouvait soudainement perdre connaissance en pleine journée, ne se réveillant que de longues minutes - lorsque ce n'étaient pas des heures - plus tard. Le pire était lorsqu'il se tenait auprès de jardins ou à l'extérieur de la cité. A ajouter à cela le fait que quelque chose dérangeait l'élève, et ce également de manière croissante - même si Neraën avait fait en sorte de ne rien divulguer par rapport à cela, à savoir pourquoi. L'etenirilien était donc surveillé, que ce soit pour sa propre sécurité ou celle des autres, puisque le Chapitre Blanc ne pouvait encore certifier de la non-dangerosité de l'individu. L'était... parce qu'il avait subitement disparu, le bougre.



Neraën ouvrit les yeux. Ses yeux de glace se perdirent un instant dans l'immensité végétale de la canopée d'Anaëh avant de se tourner afin de pouvoir voir où il se trouvait. Allongé, encore une fois. Au beau milieu de la forêt semblait-il, ce qui le changeait de l'académie. Neraën respira profondément et dégagea d'une main tremblante une mèche blanche collée sur son visage fatigué. Que lui avait-il pris ? Etait-il encore... Avait-il une nouvelle fois perdu connaissance pour sombrer dans les griffes du monde des rêves ? Pourquoi n'était-il pas dans la capitale ? Toutes ces questions se bousculant dans sa tête, l'elfe essaya avec difficulté de se relever puis marcha, sans savoir où ses pas le dirigeaient.

Il fallut plusieurs minutes avant que son esprit ne remette dans l'ordre tous ses souvenirs. Comme il avait pu régulièrement le faire malgré les restrictions préventives des maîtres mages, il s'était laissé aller dans un jardin. Cela lui manquait de plus en plus, sans comprendre pourquoi plus le temps passait, plus il acceptait de s'ouvrir à la magie et tout ce qui lui était affilié, plus il apprenait à écouter ses ressentis et besoins plutôt que sa tête pleine de valeurs, plus il fallait qu'il se rapproche de la forêt. Comme s'il entendait inconsciemment un appel qu'il ne pouvait comprendre. De même, cette impression d'être déchiré, d'être incomplet, d'être suivi tout le temps l'oppressait. Alors il avait fini par se laisser aller, sans s'en rendre compte. A partir de là, il ne se souvenait plus. Il avait l'impression d'avoir couru jusqu'à ce que son corps ne puisse plus le tenir, malgré les blessures pour certaines encore profondes de la dernière bataille. Il lui semblait avoir fait un nombre incalculable de rêves en peu de temps, que...

Neraën tomba sur le sol terreux tout en s'agrippant la tête de ses mains sales. La présence, elle était là. Cet autre Neraën dans ses cauchemars. Et il parlait. Ils parlaient, même. Les mots résonnaient dans sa tête comme le son d'une cloche dans un lieu vide et fermé, sans qu'il ne puisse comprendre quoi que ce soit. Il avait mal, très mal... alors tout devint noir.

Il ouvrit les yeux. La forêt semblait calme, il ne ressentait rien, les voix s'étaient tues, en fait toute magie avait disparu à ses yeux. Alors qu'il s'en rendait compte, il ressentit un vide des plus dérangeants au fond de lui-même. Un vide comme il n'avait que peu connu, un vide comme il avait dû s'y habituer lorsqu'il était dans la zone d'anti-magie après la bataille d'Eraïson. Cette désagréable sensation le fit trembler et un froid intense lui parcourut l'échine. Neraën se releva et fit une grimace lorsqu'il sentit quelque chose de glacé s'écraser sur sa peau. Une goutte. Deux gouttes. De l'eau ? Trois, quatre cinq, six sept huit neuf gouttes s'écrasèrent sur lui alors que son corps commençait à se réchauffer. Etrange... Il leva alors la tête pour constater avec stupéfaction que le ciel était entièrement fait de glace, glace qui passait en un temps record d'une douce couleur blanche à la transparence, laissant de plus en plus d'eau tomber sur la forêt. Puis une odeur de brûlé vint chatouiller les narines de l'elfe le faisant revenir à la terre ferme. La forêt brûlait et c'était la chaleur de ce fait qui faisait fondre la glace. La forêt était en train de se faire dévorer... Anaëh mourait !

La respiration de Neraën commença à se faire toute aussi rapide que difficile alors qu'il contemplait avec tristesse la Première Oeuvre être détruite sous ses yeux, des flammes rougeoyantes s'approchant dangereusement de lui, léchant tout sur son passage, se nourrissant aussi bien de jeunes pousses que d'arbres millénaires. Alors il commença à suffoquer. Il mit son bras devant son nez et sa bouche pour pouvoir mieux respirer et se retourna. Autour de lui ce n'étaient que des flammes. Ses yeux le piquèrent, des larmes coulèrent sur ses joues. Il connaissait l'endroit où il se trouvait et c'était avec tristesse qu'il l'avait reconnu : le premier sanctuaire de Kÿria, celui qui se trouvait non loin d'Alëandir. Ses jambes cédèrent. Il ferma les yeux ; les rouvrit. Les ferma à nouveau, les rouvrit encore. Un portail apparut à quelques dizaines de mètres de lui sur sa gauche, il fallait qu'il y aille. Il fallait qu'il sorte de ce cauchemar. Il grimaça tout en se relevant et se mit à courir. Alors qu'il approchait de la porte magique, son regard fut attiré par quelque chose sur la droite. Quelqu'un même, qu'il n'avait pas remarqué avant. La personne était allongée par terre, de longs cheveux argentés gisant à terre. Elle lui ressemblait mais ce n'était pas lui ; une femme vu les quelques courbes qu'elle possédait. Le feu avançait, se rapprochait dangereusement d'eux-deux. Il n'était qu'à quelques mètres d'elle... il ne la connaissait pas... et il savait que soit il sortait immédiatement de cet enfer, soit il finissait brûlé avec elle. La solution de survie aurait été des plus simples, mais pouvait-il partir sans avoir ne serait-ce qu'essayé de sauver une Enfant d'Anaëh ? Il regarda le ciel. L'eau tombait, de moins en moins froide, pas assez abondamment pour pouvoir arrêter l'incendie. Alors un chant s'éleva, un chant qu'il ressentait de tout son être sans pour autant pouvoir en comprendre les mots. Tristesse, amour, espérance. Porté par la voix de l'arbre qui l'avait par deux fois sauvé, il fit un pas vers celle qu'il lui semblait désormais reconnaître... sans pour autant pouvoir lui donner ni nom ni visage.


Le protecteur se réveilla en hurlant de douleur ; il avait l'impression d'avoir été brûlé vif, surtout au niveau des jambes. Des larmes coulèrent sur ses joues, sa vue se brouilla. Il essaya de respirer normalement, faisant en même temps attention à là où il était. Il reconnut le sanctuaire de Kÿria, fort heureusement hors de toutes flammes. Il en était si proche... Comment avait-il fait pour arriver jusque là ? Il ne pouvait pas comprendre. Il n'arrivait plus à réfléchir, d'innombrables sensations et et voix innondant son esprit. Il essaya alors de ramper vers le sanctuaire ; il devait y aller. Il devait s'y rendre, malgré la douleur, malgré les pertes de consciences se répétant de plus en plus rapidement. Mais déjà il se sentait repartir.

Ses yeux se fermèrent. Il sentit quelque chose, une mâchoire certainement, le prendre par les vêtements au niveau de son épaule et le tirer. Puis il sombra, à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1112
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Mer 21 Déc 2016 - 23:06


Tes yeux de glace, nous les guettons. Depuis le lointain cœur qui bat en notre sein. Attentif à un langage que nous ne pouvons comprendre, nous ne décelons que ta présence. Ta souffrance. Et la sienne. Tu marches éveillé comme tu marchais assoupis. Nous t'observons. Tu retombe comme une feuille contractée par un gel soudain. Nous avons mal pour la branche qui te porte et te voit si vite arraché à elle.

Car nous savons.

D'incompréhension et douleur, tu devint tristesse et peur.

Ses racines vibrent sous nos pieds. Ses caresse t'accompagnent dans le néant dans lequel vous vous débattez, tout les deux. Elle viens vous bercer de Son chant sourd sur lequel nous nous nourrissons depuis la Longue Nuit.

Un oiseau noir au bec brisé se pose à ton côté. Son œil abyssal surveille tes mouvements, frémit de tes gémissement.

Tu as fui. Aussi longtemps que tu en as été capable.
Tu as fui. Mais tu fais volte face.

Nous n'avons que de l'approbation à t'offrir.

Et tu t'éveilles enfin. Non de corps mais d'esprit. Accepte la souffrance de cette autre que tu as condamné sans en avoir conscience. Accepte son amour et la vie qu'elle t'a offert au dépend de la sienne. Accepte son être car tant que vous serez inconscient l'un de l'autre, vous resterez indissociables. Accepte nos voix. Laisse nous te conter ta propre histoire.

Celle que tu n'acceptes pas.

De nos bras raides nous ne pouvons t'enlacer car le vent notre allier ne ferait que nous briser. Mais seul, marchant à pas léger pour ne pas nous égratigner, voilà que s'avance l'immense Cerf Blanc. Ses cornes immenses et noueuses te servent de béquille. Pourtant tu ne le vois pas. Et lorsque tu tombe il t'offre ses jambes pour finir ton voyage.

Car il entend.

Sur le côté, roulé sur toi même comme un enfant prêt à renaître, le Cerf Blanc te laisse à Ses pieds, entre Ses énormes racines, sous Son regard. La glace de ton regards s'épuise en larme alors que tu rencontre son regard bienveillant. Il repart déjà dans le Bosquet. Là ou nous chantons. Là ou nous rêvons.Là ou nous déployons. Milles murmures. Milles oraisons. Là ou nous demeurons, gardiens de la Vie et de l’Équilibre. Mémoire d'un monde aveugle et sourd. Muraille protectrice du Sommeil de la Mère, protectrice du monde tel qu'il est et tel qu'il sera jusqu'à l'éveille d'une Nouvelle Création. Au service du présent.


Ferme tes paupières ne résiste pas.

Nous nous ferons voix d'un être que tu n'écoute pas.

Inspire l'air.

Mourir n'est pas douloureux.

S'éveiller est une épreuve.

Nous te guiderons

Souviens-toi. Ce jour de flamme. Ce jour de larme. Ce jour de terreur. Ce jour de mort. Celui que tu te refuses à revivre tout en ne pouvant que que le ressentir constamment. Ton ami est mort ce jour là. Notre ami est mort ce jour là.

Souviens-toi de ce vent de pouvoir qui déferlait sur toi. Convergeant de tant de volonté différentes. De volontés si puissante. Écrasant. Modifiant. Détruisant.

Détruisant.

Détruisant.

Souviens-toi du Messager qui était près de toi ce jour là. Souviens-toi de son amour. Son amour pour nous. Son amour pour toi. Nous ne pouvons que te bercé d'une infime partie de cet attachement sincère. Nous ne pouvons te donner que ce qu'il nous adonné sans retour. C'est immense. Et si peu. Car c'est pour toi, non pour nous, qu'il utilisa ses dernières forces.

Laisse nous te conter l'histoire d'une sœur. D'une mémoire. D'un lien. D'une source de joie. D'une voix. D'une oreille.

Victime de la folie des Derniers nés. Elle et ses plus proches amis furent témoins d'une bataille comme peu s'en souviennent. En son cœur se grava la peur. La haine. La mort. Mais au milieu de l'orage persistait une étincelle. Un Messager.

Le désir de donner sa vie pour en sauver une autre. Une seule autre.

Le cri déchirant d'un Messager loyal qui pour la première fois demande au lieu de donner.

Voit le visage de ton ami. Reconnaît le à travers ces émotions qui chantent en toi.

Car ce n'est pas les vents de morts qui t'atteignirent en premier, mais la bonté d'un Amie qui brava la Haine, la Peur et la Mort pour l'Amour. Ëala. Sentiment. Parole. Inspiration. Lien. Dryade est le nom que tu peux prononcer. Narïfferãnth est son nom véritable.

Tu frémis ?

N'aie pas peur. Elle frémit elle aussi. Elle nous entend. Elle se reconnaît dans nos paroles.

Sent son espoir. Sa soif de lien cloîtrée dans la Solitude d'un cœur que tu lui fermes.

Reconnaît-la. C'est son être qui fit barrage entre toi et le Voile de la Mort ce jour là. Mais les Vents de haine emportent, mélangent et modifient. C'est ton être qui fit barrage entre elle et la Corruption.

Accepte le don qu'elle t'as fait durant toutes ces années.

Par elle, tu as put te lier à d'autres êtres. À d'autres souffles. À d'autres chants. Tu as put sentir ce que jamais tu n'aurais ressenti seul. Car seul, cela fait trois siècle que tu ne l'as plus été.

Accepte ce don mais sache que nous te demandons l'acte d'amour le plus difficile de tout une vie.

Reconnaît-la. Aime-là.

Et libère-là.

Pour ta vie et ton pouvoir. Pour toi. Elle souffre, solitaire, coupée de ses frères et sœurs, depuis cent-cinquante hivers.

Défais-toi de celle qui partage ta vie.

Ou vous finirez par vous briser tous les deux. Tirés dans les directions opposées que vous dicte votre nature. Souffrant.

Corrompus par la douleur.

Ecoute-nous.

Renonce.

Pour aller plus loin que tes pas ne t'auraient jamais porté avant sa rencontre et plus loin que tes pas ne pourront te porter avec son poids sur tes épaules.

Dresse-toi. Fier. Tel le chêne.

Pour que ta voie puisse guidé au lieu d'être guidée.

Dresse-toi. Seul. Tel le hêtre.

Car le lierre jamais ne serre de tuteur aux générations futures.

Tu as fui.
Tu as sommeillé longtemps.
Mais maintenant tu te réveilles sous nos regards attendris et inquisiteurs.

Le Temps est entre tes mains. Jadis le Choix fut donné aux êtres de ta sorte. Nous ne pouvons rien faire de plus.

Et tes yeux s'ouvrent sur le monde. La glace à fondue. La douleur se fait physique, non mentale. Tes jambes qui te font si mal sont brûlées par les flammes que ton esprit à si fort désiré pour ne pas affronter nos voix. La blessure est réelle et il faudra du temps et de l'attention pour en venir à bout.

Dans ton esprit, la paix se fait. Le conflit, pour l'instant se tait. Avide de se faire entendre, la voix qui t'assaillait s'est tût. Elle sait. Tu sais. Le temps lui redonnera sa vigueur mais jamais plus elle ne t'appellera avec une telle violence. Ton sommeil sera paisible désormais. Car tu sais. Pour l'instant résignée, tu ne sens qu'un espoir diffus, une mélodie alanguie par le temps et l'âge.

Le lien qui t'unis au autres se fait moins tumultueux. Plus lointain. Moins épuisant. La symphonie joue quelques accords sur une harpe solitaire.

Tu vois à présent une parcelle de la vérité qui t'entoure. Nous te l'avons offerte. Nous vous l'avons offerte.

Tous le sauront.

Car tes yeux ont brûlées comme le bois de ton monde. Et la glace est devenu océan.

Tous le sauront en plongeant dans tes iris d'un bleu soutenu comme l'abysse le plus profond.

Profond comme le choix qui fera basculer le reste de ta vie.



État de Neraën:
 

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Neraën Yeldoreï
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 435
Âge : 25
Date d'inscription : 05/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Ven 23 Déc 2016 - 15:17

Musique

Le feu l'avait brûlé ; il était tombé. Mais par un miracle qui n'aurait pu s'expliquer dans le monde réel, les flammes avaient continué leur route au lieu de se nourrir de la chair qui était à leur portée. Aussi le laissaient-il seul au centre du cercle de flammes, seul auprès de ce corps allongé sur le sol de terre. Elle était là, cette femme qui lui ressemblait étrangement ; cette femme qui n'était pas lui. Et il était là, ce Chant que son esprit avait tout autant désiré entendre que ne ne pas comprendre. Ses paroles ne passaient même pas par ses oreilles, ne passaient pas non plus par son cerveau. Il les ressentait, les vivait. Elles étaient en lui. Et alors qu'il se trouvait à genoux auprès de la dryade, sa main gauche relevant l'inconsciente par les épaules alors que la droite serrait doucement la sienne, la vérité apparaiisait enfin à ses yeux.

Les yeux ouverts. Le questionnement se lisant au travers d'eux.

Au fur et à mesure que la Première Oeuvre chantait, son passé revenait. Tinrael, l'amitié des plus sincères qu'ils avaient tous les deux nouée depuis qu'ils s'étaient rencontrés étant enfants. Sa surprise de voir le druide venir participr à la bataille du lac Uraal, sa peur de le savoir en danger. Puis la guerre. Ce moment où la magie avait rencontré une autre magie et où l'explosion aurait dû le tuer. A l'époque il n'avait vu qu'une intense lumière blanche ; aujourd'hui il distinguait l'ombre de la dryade répondant au dernier appel du druide, le protégeant du royaume de Tari. Depuis, il comprenait qu'elle avait toujours été là, même s'il ne l'avait pas compris, n'avait pas su le voir. Même si personne n'avait été capable de ne serait-ce qu'imaginer qu'une eäla avait été enfermée dans son corps. Et tous ses rêves, plus étranges les uns que les autres... désormais il y lisait l'appel de la dryade et comprenait pourquoi tant de colère, de haine et de violence s'y étaient insérés. Pourquoi le langage utilisé était un code difficilement déchriffable aussi.

De la peine, quelques larmes au bord des yeux.

Il était là, le regardait de toute sa splendeur. Comment lui-même avait-il pu imaginer pouvoir comprendre, être différent de ses frères qui ne parlent que par la pierre ? Pourquoi était-il resté auprès d'eux, pourquoi n'avait-il pas suivi cette force qui l'émerveillait tant étant enfant et qui l'habitait depuis trois siècles ? Quel était son attachement à la Symphonie, à la Première Oeuvre, aux Elfes, à ceux des pierres et ceux de la forêt ? Il était persuadé de savoir. Désormais il savait que la glace qui était en lui ne lui avait jusqu'alors montré qu'un reflet biaisé de la réalité.

Glace qui fondait alors que le regard bienveillant du Cerf Blanc croisait celui de l'elfe, gorgeant les yeux de celui-ci d'un océan des plus profonds.

Les yeux fermés. De l'eau perlant sur la peau de celui qui était entre deux peuples.

Le Cerf protecteur s'en était allé, rejoignant la douce demeure qu'offrait le premier sanctuaire de la Mère. Neraën tourna alors les yeux vers celle qu'il aurait certainement détestée en d'autres situations. Elle avait entendu que la flore avait parlé d'elle, que ses frères avaient appelé à sa liberté. Peut-être ressentait-elle quelle était la tristesse de celui qui l'avait emprisonnée sans même le savoir, peut-être ressentait-elle cette réponse à la demande d'Amour inscrite dans le Chant. Enfin les deux êtres se rencontraient, même si la dryade ne pouvait parler. Même si l'elfe aurait préféré que ses larmes ne soient pas visibles. Mais les flammes semblaient avoir décrété que leur rencontre ne durerait pas, aussi se rapprochaient-elles aussi rapidement que leurs langues de feu le pouvaient. Le comptait, désormais. Le changement était fait mais dévait maintenant se voir à l'extérieur. Aussi Neraën se pencha doucement, tenant toujours de la même manière celle dont il avait désormais conscience, et déposa un baiser sur son front.

"Pardonne-moi..."



Il ouvrit les yeux. Tout autour ne se trouvait que sérénité, chose qu'il vécut dans un premier temps en le vivant pleinement de l'intérieur. La respiration douce et légère, c'était comme s'il faisait corps avec ce qui l'entourait, comme si le Chant agissait tout autant en lui que pendant son sommeil. Un souvenir s'imposa à son esprit, souvenir qui revenait régulièrement à lui depuis qu'il s'était réveillé de la bataille d'Eraïson : la Prime Forêt accompagnée d'une fine musique bien plus pure que le crystal, avec une impression d'être ne serait-ce que pendant un instant en communion avec Anaëh... Souvenir qui s'effaça brusquement lorsque la douleur survint, paralysant en même temps ses jambes. Il mordit sa main jusqu'au sang pour ne pas crier ; en vain. Vinrent des voix dans sa tête. Il les écouta ; comprit que l'une d'elles était celle d'une elfe. Elfe qui le reconnut sans le reconnaître.

Mourir n'est pas douloureux.

S'éveiller est une épreuve.



Il la regarda, droit dans les yeux, malgré la douleur dûe à ses jambes brûlées au deuxième degré. Elle ne comprenait pas.


Tu vois à présent une parcelle de la vérité qui t'entoure. Nous te l'avons offerte. Nous vous l'avons offerte.

Tous le sauront.

Car tes yeux ont brûlé comme le bois de ton monde. Et la glace est devenue océan.

Tous le sauront en plongeant dans tes iris d'un bleu soutenu comme l'abysse le plus profond.

Profond comme le choix qui fera basculer le reste de ta vie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Macabre
Elfe
avatar

Nombre de messages : 177
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Dim 1 Jan 2017 - 20:26

-Par ici !

Un homme aux allures de chasseurs des cités se précipita vers la silhouette étendue sur le sol. Il n'était pas encore arrivé à sa hauteur que, déjà, il s'adressait à lui, usant que quelques mots rassurant.
Il posa un genou à terre près de lui. Il avait suivi sa piste depuis le lieu où le cerf l'avait récupéré et traîné. En découvrant les traces de l'animal mêlées aux deux sillons laissés par les chevilles de l'elfe, le chasseur avait été surpris. La chose semblait impossible mais Anaëh recelait bien des mystères... Il le savait. Aussi s'était-il concentré sur une seule chose. Une idée qui prenait le pas sur la compréhension de ce phénomène : Pour que l'homme se soit laissé traîner par l'animal, il devait être soit inconscient, soit mal en point. Ce fut donc essoufflé qu'il arriva aux côtés de l'inconnu gisant au milieu du Sanctuaire.

-Vous avez eu de la chance que nous soyons en forêt aujourd'hui et que nous pistions ce cerf. Il nous a en quelque sorte conduit jusqu'à vous. Vous avez mal quelque part ?

Observant l'homme dans son ensemble, il cherchait une explication à son état. Son regard s'arrêta sur ses pieds qui portaient toutes les traces de brûlures graves.

-Qu'est-ce que vous avez, là ?

Sans attendre de réponse, il se releva pour aller poser un genou près de ses pieds. Soulevant délicatement le tissu, il se rendit compte que les brûlures ne se limitaient pas seulement à cette zone mais remontaient bien plus haut. D'un geste habile, il saisit sa dague et s'excusa par avance car il savait que son geste allait être douloureux. Mais il n'avait pas le choix, il devait voir l'étendue des dégâts. Il entailla donc l'extrémité du pantalon avant de tirer par de grands coups secs pour découvrir ses jambes.

-Mais qu'est-ce que... Comment vous vous êtes fait ça ?

Le chasseur n'en revenait pas. Les deux membres inférieurs étaient sévèrement dévorés par le feu. Pourtant, il n'y avait aucune trace d'incendie, ni ici, ni sur le chemin que lui avait fait emprunter le cerf, ni même sur ses vêtements...

-MAC ?!

L'homme se tourna dans la direction d'où il était venu, cherchant manifestement la présence de quelqu'un. Il craignit un instant l'avoir perdue dans son empressement pour trouver le blessé au plus vite. Toutefois, elle avait beau être petite, elle savait se déplacer bien plus rapidement que lui. Comment aurait-il pu la perdre ?

-Mac, j'ai besoin de toi.


*********


Alëandir.
Cela ne faisait pas si longtemps que Macabre en était revenue. Il lui semblait que le temps s'était arrêté depuis. Que le monde avait changé autour d'elle. Les regards qui lui étaient si indifférents jusqu'alors prenaient enfin un sens, la rendant mal à l'aise et la poussant à se retrancher un peu plus sur elle-même. Elle avait changé, indéniablement. Elle semblait moins sûre d'elle, plus fragile. Elle adoptait des comportements nouveaux, observant des enfants en train de jouer, une mère et son bébé, des élèves se chamaillant gentiment... Elle les regardait fixement sans comprendre ce qu'il se jouait entre ces différents protagonistes et se disant qu'elle ne connaissait pas tout cela... Qu'elle ne le connaîtrait peut-être jamais.
Quelques plaintes étaient parvenues jusqu'au Protecteur de Tethien concernant cette attitude que certains qualifiait d'inquiétante, voire effrayante. Elle semblait plus étrange que jamais. Pourtant, elle ne leur voulait aucun mal. Elle découvrait simplement le désir d'appartenance. Faire partie d'une famille... Plus que jamais, elle voulait savoir qui elle était pour savoir où était sa place dans ce monde qui ne semblait pas être le sien.
Mais, les recherches n'avaient rien donné de plus depuis la rencontre avec le Toer Tamindal. On ignorait toujours qui elle était et si elle faisait partie des elfes d'Anaëh ou non.

Les malheurs de Macabre ne s'étaient pas arrêtés là. Comme si son mal être ne suffisait pas, son corps avait souffert lui aussi. Sa rencontre avec un Kerkand avait démontré un fait dont tous avaient conscience mais qui n'avait pas encore semblé urgent de corriger jusque là : elle ignorait tout d'Anaëh. Si elle ne pouvait se perdre dans une cité inconnue grâce à un sens de l'orientation hors du commun et une capacité à dessiner un plan de tête. Mais une fois en forêt, elle se retrouvait totalement démunie. L'orientation, la faune, la flore, la survie... Elle ne connaissait rien de tout cela et elle n'avait dû son salut qu'à la Noss qu'elle avait croisé et qui l'avait sauvée et soignée.
Ainsi, la thématique la Nature avaient été remontée dans la liste des priorités à enseigner à la petite elfe. Pour l'heure, c'était Hiradrilion, garde de Tethien et ami de la petite elfe, qui était chargé de lui apprendre quelques rudiments en attendant de lui trouver un précepteur particulier. Jusque là, ils avaient feuilleté quelques livres pour essayer d'éveiller l'intérêt de Macabre mais sans grand succès. Il fallait donc passer à la pratique... Même si elle se comportait souvent comme eux, elle ne comprenait pas les animaux. En observer un était un bon exercice.

-Mac, viens voir par ici.

Hira avait un genou à terre. Ses doigts caressaient le sol, écartant quelques feuilles fraîchement tombées pour mettre à jour une empreinte dans la glaise encore humide. Macabre se pencha au dessus de lui sans un mot. Pour une fois, elle ne portait pas une de ces fameuses robes blanches. Elle l'avait troquée contre une tenue un peu plus confortable et adaptée à une escapade en forêt. Elle portait donc un pantalon et des bottes sous une tunique s'arrêtant au niveau de ses hanches puis se prolongeant, devant et derrière, jusqu'au dessus des genoux. La tenue était faite de cuir et de tissu un peu plus épais que d'ordinaire pour protéger cette fragile créature du froid d'hiver qui descendait lentement du Nord.

-Regarde, il y avait quelqu'un ici. Allongé. Et tu vois ces deux sillons ? On dirait qu'il a été traîné...

-Par le cerf ?

-On dirait bien...

La chose semblait des plus invraisemblables au garde de la cité bleue. Depuis une vingtaine de minutes, ils suivaient la piste du cervidé pour l'observer sans le déranger. Mais ses traces les avaient menés jusqu'à cet endroit. Hiradrilion avait beau chercher, il ne voyait pas qui aurait pu traîner la personne qui se trouvait là il y avait peu de temps. Il n'y avait les traces que de cet individu (qu'il pensait masculin au vu de la taille des pieds et de l'enfoncement des empreintes dans le sol meuble) et du cerf... Les sillons laissés par les chevilles passant par dessus un grand nombre des traces de pattes, il semblait évidement que l'animal avait emmené l'homme ailleurs. Mais pourquoi ? Si cela avait été un loup ou un pish oura, il aurait compris. Mais un cerf...

-Viens. Il faut qu'on retrouve cette personne. Elle doit probablement être blessée.

Hira pressa le pas, guettant régulièrement pour s'assurer que Macabre la suivait toujours. Avec ses courtes jambes, elle n'était pas capable d'avancer aussi vite que le garde mais quelques tours de magie lui permettaient de le rattraper en un rien de temps. Aussi, lorsqu'ils trouvèrent l'homme, la petite elfe fut auprès d'eux en quelques instants. Seulement, elle choisit de rester dans l'ombre. Ne la voyant pas apparaître, Hiradrilion pensa naturellement que la peur de l'inconnu avait poussé Macabre à se cacher une fois de plus. C'est pourquoi il insista pour la faire sortir, ignorant qu'en réalité elle avait reconnu l'étranger et, qu'au vu de leur dernière rencontre, elle n'était pas très pressée de se retrouvée à nouveau face à lui.
Mais même s'il l'avait su, le garde l'aurait tout de même poussé à sortir car il avait réellement besoin d'elle. Il ne pouvait pas l'envoyer chercher de l'aide, c'était donc à lui de le faire. Il ne pouvait pas non plus laisser cet homme seul et il revenait donc à la petite elfe de prendre soin de lui.

Finalement, un bout de visage blanc encadré par des cheveux noirs attachés en une élégante tresse dépassa d'un tronc d'arbre. Elle ne se trouvait pas vraiment derrière lui mais quelque part dans son ombre... Prudemment, elle sortit de sa cachette, apparaissant tout entière aux yeux de Neraën.
Elle n'était pas ravie de le revoir. Elle en avait un peu peur au contraire. Non pas qu'elle craigne qu'il lui fasse du mal...
Ou plutôt si, mais pas comme Don'dar. La douleur physique, elle s'en moquait.
Les blessures de cœur, en revanche, lui faisaient beaucoup de mal.

Hira commença à retirer sa veste.

-Approche, tu vas m'aider.

Mac obéit après une seconde d'hésitation. Tandis qu'elle avançait vers eux, le garde passa délicatement son vêtement sous les jambes du Protecteur. Lorsqu'il eut fini, il se tourna vers la petite elfe qui était déjà à ses côtés afin de lui expliquer ce qu'ils allaient faire. Puis, Hira alla se placer au niveau de la tête de l'inconnu, passant ses bras sous ses épaules tandis que Macabre soulevait délicatement ses jambes grâce à la veste qui se trouvait en dessous, évitant ainsi à Neraën la douleur d'un contact direct. Ils l'emmenèrent à un pas à peine d'un petit cours d'eau dont Hiradrilion avait connaissance pour être déjà venu au Sanctuaire. Ils installèrent le blessé assis contre un arbre, s'assurant que sa position était suffisamment confortable. Après avoir donné ses consignes à Macabre, le garde s'en alla, non sans jeter un dernier coup d'oeil sur la petite elfe qu'il sentait perturbée. Mais il ne pouvait faire autrement.
C'est ainsi qu'en quelques minutes elle se retrouva seule avec celui qu'elle avait tant redouté de croiser durant son séjour à Alëandir. Elle regarda fixement l'endroit où Hira avait disparu pendant quelques secondes avant de finalement se retourner vers Neraën. Fuyant son regard, elle resserra sa prise sur la gourde qui lui avait été mise dans les mains et s'avança vers le petit cours d'eau. Conformément à ce qu'on lui avait demandé, elle la remplit puis vint la vider sur les jambes du Protecteur tel qu'on le lui avait montré. Elle devait répéter l'opération ainsi jusqu'à ce que le blessé n'ai plus la sensation que le feu lui léchait encore le corps. Elle s'appliqua à la tâche, prenant soin de ne pas croiser le regard de Neraën.


Dernière édition par Macabre le Mar 3 Jan 2017 - 13:15, édité 2 fois (Raison : Poursuite du post à la demande de Neraën.)
Revenir en haut Aller en bas
Neraën Yeldoreï
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 435
Âge : 25
Date d'inscription : 05/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Mar 3 Jan 2017 - 19:03

Elle n'était pas seule. Cela importait peu. La douleur était là, bien présente, le brûlant comme lui paralysant les membres inférieurs. Les images étaient floues, le reste aussi. Il vit un elfe se mettre au niveau de sa tête, remuer les lèvres comme s'il lui parlait puis tourner la tête avant réitérer les mouvements de lèvres. Un mouvement. Il fut transporté puis déposé contre un arbre, auprès d'un cours d'eau. La douleur le dévorait ; en lui passaient et repassaient des images, des émotions, des voix... il fut incapable de distinguer si cela venait de lui ou non pendant de longues minutes, jusqu'à ce que ses jambes régulièrement arrosée d'eau fraîche commencent à moins le faire souffrir.

Ce ne fut qu'à ce moment-là qu'il fit attention à la jeune femme qui prenait soin de lui. Jeune femme que beaucoup d'elfes pensaient n'être qu'une enfant. Il avait été de ceux-là mais ce qu'il avait vu en elle lui faisait désormais revoir son avis. Sans parler, il se pris à détailler des yeux l'étrange elfe. La tresse lui allait bien, le fait de ne pas porter une robe aussi. Ses mouvements fluides démontraient tout autant de la gêne que la grâce inculquée aux enfants de leur peuple dès le plus bas âge. Elle mettait de l'attention dans ses gestes mais il pouvait ressentir sa peur, son angoisse. Elle évitait de regarder les yeux du protecteur et lui se demandait s'il ne devait pas faire en sorte qu'elle arrête de le fuir. Il ne comprenait pas toutes ses émotions. Mais il savait que derrière le visage fermé et par endroits strié de lumière se trouvait une âme. Une âme bouleversée.

Au bout d'un moment, alors que la dénommée Macabre se trouvait ne pas être loin de son buste, il tendit la main et prit délicatement le menton de la jeune fille, la forçant doucement à le regarder dans les yeux. Il ne sut trop que dire à ce moment précis. Il était perdu entre le bien-être d'être en ce lieu, les brûlures qui se faisaient encore quelque peu sentir et tout un mélange d'émotions qu'il n'arrivait pas à démêler, se demandant lesquelles venaient de lui, d'elle ou encore d'ailleurs.

"Merci... J'espère que accepteras de me pardonner pour l'autre nuit."

Accepterait-elle de lui pardonner cet étrange lien qu'ils avaient noués lors de son sommeil ? Rien n'était moins sûr...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Macabre
Elfe
avatar

Nombre de messages : 177
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Mer 4 Jan 2017 - 15:10

Macabre conservait les yeux baissés, ne regardant que sa gourde, le petit cours d'eau et les jambes qu'elle soignait. La vision et l'odeur de la chaire brûlée ne la dégoûtait en rien. Elle avait vu et fait bien pire... Aussi, cela ne la dérangeait pas outre mesure. Concentrée sur sa tâche, elle ne vit pas Neraën reprendre lentement contact avec le monde qui l'entourait et ne put anticiper son geste.
Lorsqu'il saisit délicatement son menton, son coeur cessa de battre et elle se paralysa tandis que sa tête suivait le mouvement indiqué par la main du Protecteur. C'est ainsi que leurs regards se croisèrent enfin, la respiration de la petite elfe s'étant faite plus serrée que si elle avait porté un corset. Jamais encore il ne l'avait touché. Pas consciemment en tout cas. Seules quelques personnes dans tout Anaëh étaient autorisées à la toucher et, même pour eux, les contacts étaient limités. Elle évitait scrupuleusement toute interaction physique avec les autres mais elle ne se serait jamais attendue à ce genre de tentative avec Neraën, du fait de sa magie. Son acte était d'autant plus surprenant pour elle...

Macabre remarqua aussitôt ses yeux bleus foncés, fronçant très légèrement les sourcils, avant que les mots du mage ne capte à nouveau son attention. Il lui demandait pardon... La protégée de Tethien aurait voulu s'en sentir soulagée mais sa nature méfiante était toujours bien là. Malgré leur amitié naissante, il lui en fallait un peu plus pour accepter ses excuses. Elle voulait comprendre... Comprendre ce qu'il s'était passé. Pourquoi il avait réagi ainsi alors qu'elle n'avait a priori rien fait de mal (sans quoi elle aurait été sanctionnée). Pourquoi il lui avait hurlé de s'en aller... Pour quelle raison elle se sentait si mal depuis...

Sans un mot, elle se défit de l'étreinte de ses doigts sur sa mâchoire, papillonnant trois fois des yeux comme pour reprendre contenance. Elle porta son attention sur sa gourde encore pleine et commença à en déverser le contenu sur les jambes de l'elfe.

-On m'a dit que tu étais malade.

Non, elle n'acceptait pas ses excuses. Pas pour l'instant. Pour l'heure, elle souhaitait qu'il s'explique.
Revenir en haut Aller en bas
Neraën Yeldoreï
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 435
Âge : 25
Date d'inscription : 05/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Ven 6 Jan 2017 - 14:30

Son coeur se serra alors qu'elle dégageait sa mâchoire de ses longs doigs fins. Il n'était pas du style à montrer ses sentiments, aussi s'obligea-t-il à ne pas baisser la tête face à ce refus. Sa main resta en l'état pendant quelques secondes avant qu'il ne finisse par l'abaisser, creuser la distance entre elle et lui.

"On m'a dit que tu étais malade."

Neraën fronça un instant les sourcils, ne comprenant tout d'abord pas ce que sa guérisseuse voulait dire. Malade ? Malade de quoi ? Quand était-il tombé malade ? Ah... si... à Eraïson. Une autre période de son existence qui n'était pas pour lui plaire, même si dans le fond elle n'avait fait que présager ce qu'il venait de se passer dans le sanctuaire de la Mère. Présager que son esprit accepterait enfin la magie ainsi que la Symphonie, et comprendrait ce qui l'avait changé il y a de cela trois siècles. Peut-être était-ce cela dont Macabre voulait parler, en fait : cette inconstance qui a fait qu'il n'avait plus su se maîtriser.

"Malade n'est pas le bon terme... Si je comprends bien ce à quoi tu fais référence, du moins."

Les souvenirs, la douleur... tout cela revenait avec vivacité à sa mémoire. Auparavant il l'aurait pris, l'aurait enduré en tâchant de ne rien montrer de sa souffrance. Désormais il savait que c'était un proche passé dont il devait se séparer, gardant des souvenirs pour ne pas oublier mais se détachant assez pour aller vers l'avant, tourner la page et écrire un nouveau chapitre de sa vie. Chapitre bien différent du précédent, il n'en doutait pas !

"Je maîtrisai de moins en moins ma relation avec la magie et celle-ci se montrait d'une force que je ne désirai pas. J'étais devenu dangereux pour quiconque s'approchait de moi. C'est pour cela que je t'ai ordonné de partir ; pour te protéger."

Il n'avait rien de plus à dire. Enfin il pourrait révéler à Macabre l'étrange lien qui les unissait mais il doutait fortement qu'elle accueille bien la nouvelle. Déjà qu'il allait devoir vivre avec celui qu'il entretenait sans le vouloir avec Anornedellon... vu les réactions que ce dernier avait eues depuis qu'Eraïson était revenue aux mains des Elfes, Neraën sentait que les choses allaient être plus que compliquées entre lui et le régent, voire même dangereuses - notamment pour lui. Dans le fond, c'était déjà beau qu'il soit encore en vie.

"Comment es-tu entrée dans la chambre, au fait ?"
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Macabre
Elfe
avatar

Nombre de messages : 177
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Ven 6 Jan 2017 - 19:43

Tandis qu'elle remplissait une nouvelle fois sa gourde, Macabre écouta Neraën lui parler de sa "maladie" qui n'en était pas une. Il lui parla de sa magie devenue incontrôlable et qui aurait pu lui faire du mal. Qu'il ait voulu la protéger, ça elle voulait bien le croire car il n'avait jamais rien fait pour lui nuire jusque là. En revanche, elle avait beau comprendre mieux que personne le fonctionnement de la magie de l'immatériel, elle ne voyait pas comment il aurait pu la blesser involontairement.

-Je croyais que pour jeter un sort, il fallait le vouloir.

Bien sûr, on lui avait appris que des sorts pouvaient être lancé lorsque l'on perd le contrôle de soi de la même manière que l'on se mettrait à crier ou frapper quelqu'un sous le coup d'une émotion forte mais la volonté d'utiliser la magie restait néanmoins nécessaire. Nérèn, comme elle l'appelait, était un cas particulier. Les cours à l'académie (ou plutôt, auprès de Fineldor) ne lui avaient appris que la normalité, les règles qui régissaient la magie de manière générale. Elle ignorait que des choses comme des nœuds ou des accidents magiques pouvaient se produire. Elle émettait donc encore des réserves quant à l'explication du blessé et ne lui accorderait pas encore son pardon.

Une fois sa gourde pleine, elle revint près du Protecteur pour en déverser le contenu presque glacé sur la chaire brûlée. Elle avait noté une nette différence de couleur de ses jambes depuis le départ d'Hiradrilion. Elles étaient moins rouges... Neraën devait moins souffrir, comme en témoignait sa reprise de contact avec le monde qui l'entourait.
Alors qu'elle se trouvait de nouveau près du mage, il lui l'interrogea sur la façon dont elle avait pu entrer dans sa chambre en pleine nuit et avec des gardes postés devant la porte. Tout du moins, c'est ainsi qu'elle compris la question. Macabre releva alors les yeux, croisant ceux du Protecteur avant de les baisser de nouveau. Elle ignorait tout de la conversation qui s'était tenue en huis clos entre sa gouvernante et lui et pensait donc qu'il n'avait pas connaissance de sa magie. Maintenant que le jugement des autres la touchait, elle était moins encline à parler de la manipulation des ombres. Alors, plutôt que de l'expliquer, elle lui montra...

Recouverte à moitié par l'ombre d'un tronc, la partie de son corps qui se retrouvait privée de lumière devint comme translucide et se flouta. Puis elle se redressa pour intégrer l'ensemble de sa fine silhouette à l'ombre, chaque parcelle qui s'y trouvait prenant à son tour cette transparence si atypique. Enfin, lorsqu'elle fut entièrement dans la pénombre, elle disparut lentement de la vision de l'elfe, comme si elle s'effaçait... Mais pour à peine une seconde car une forme se mit aussitôt à se mouvoir au bord du cours d'eau. Macabre remplissait encore une fois sa gourde qu'elle avait terminé juste avant sa petite démonstration, préférant regarder ce qu'elle faisait plutôt que se risquer à croiser un regard apeuré ou désapprobateur.

-Plus je m'approchais de ta chambre, plus c'était dur de pratiquer la magie.

Elle aussi se remémorait cette soirée avec douleur. Elle aussi avait souffert. Pas des bleus sur ses bras. Ni même de l'intrusion inattendue dans son esprit. Mais des sentiments qu'elle avait découvert cette nuit-là. Il fallait bien qu'elle finisse par étendre son expérience en la matière... Soit cela se serait fait lentement et en douceur, soit les choses devraient être plus violentes et donc désagréables. Le destin avait voulu que ce soit la seconde option qui se soit produite...

-J'ai... cru que... Que les ombres ne voulaient plus de moi.

A l'évocation de ce souvenir, Macabre ne se sentait pas très bien... Ses épaules s'étaient contractées et sa gorge s'étaient serrées. Son visage lui-même s'était durci de manière à peine perceptible aux yeux d'un inconnu. Mais, plutôt que de rester dans ce mal être qu'elle ne connaissait désormais que trop bien, elle passa à un autre sujet.

-On m'a expliqué après. Je n'aurais même pas dû pouvoir atteindre ta chambre.

Le fait qu'elle soit parvenu à le rejoindre montrait soit une grande détermination, soit des capacités magiques assez hors normes. Etant donné les quelques démonstrations de la puissance de ses sorts qu'elle avait faite en cours et le besoin qu'elle avait alors ressenti de voir Neraën après son cauchemar, il était difficile de savoir quelle hypothèse était la bonne... Peut-être une combinaison des deux. Toujours était-il que Macabre ne tirait aucune gloire de son exploit, s'en rappelant avec souffrance et évitant soigneusement d'utiliser le mot "rejet" pour exprimer ce qu'elle avait ressenti ce soir-là. Que ce soit de la part des ombres... Ou du Protecteur.
Revenir en haut Aller en bas
Neraën Yeldoreï
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 435
Âge : 25
Date d'inscription : 05/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Ven 6 Jan 2017 - 21:56

"Je croyais que pour jeter un sort, il fallait le vouloir.
- Pas toujours... Imagine que la mage est comme une verre dans lequel on met de l'eau. L'eau représente la magie qu'il ressent et qu'il peut utiliser. Généralement, le mage puise dans l'eau qu'il y a dans le verre pour lancer un sort. Mais il arrive parfois que pour différentes raisons l'eau vienne à déborder du verre et le mage se retrouve alors à devoir utiliser sans vraiment le vouloir ce qui le traverse. C'est rare et cela arrive surtout aux apprentis qui n'ont pas encore appris à se contrôler. Cela m'est arrivé à Alëandir."


Une explication pour comprendre ce qui n'était que fort peu compréhensible aux yeux des maîtres mages de l'Académie. Une explication qui se trouvait en réalité au plus profond de lui-même, au plus près d'une eäla. Il allait d'ailleurs falloir qu'il réfléchisse à s'il divulguerait à ses "gardiens" la raison de ses changements et de sa sensibilité au flux, ou bien s'il tairait cette affaire pour le bien de la dryade - et le sien aussi. Ce qui ne l'aiderait pas était qu'il allait avoir de nombreuses questions sur la raison de ses brûlures. Et encore, il n'avait aucunement conscience du changement effectif de la couleur de ses yeux...

Les pensées du protecteur s'arrêtèrent lorsque la jeune femme se décida à montrer sa magie en se laissant perdre dans l'ombre de l'arbre contre lequel il était appuyé. Sans jugement, sachant déjà quel art Macabre pratiquait, il la suivit des yeux, la perdit, puis la retrouva auprès du cours d'eau. La rapide démonstration s'arrêta là, cédant place à ddes phrases emplies d'émotions. Sentiments que Neraën ressentait plus qu'un elfe normal au vu de leur lien.

"Plus je m'approchais de ta chambre, plus c'était dur de pratiquer la magie. J'ai... cru que... Que les ombres ne voulaient plus de moi. On m'a expliqué après. Je n'aurais même pas dû pouvoir atteindre ta chambre.
- Les ombres ne te rejetteront pas, Mac. Il y avait une zone d'anti-magie relative dans la chambre, même prodiguer des soins aurait été compliqué. Tu n'aurais en effet pas dû pouvoir entrer dans cette pièce... Tu n'en es que plus impressionnante, cela signifie que tu possèdes une maîtrise de la magie ou une volonté bien plus puissante que le commun des elfes."


Il fit une pause, pendant laquelle la jeune elfe continua à faire couler de l'eau sur ses jambes brûlées. Cela lui faisait du bien... encore quelques minutes et la douleur commencerit à arrêter de le ronger.

"Regarde-moi. Il attendit qu'elle ose poser ses yeux de la même couleur que le cours d'eau qui se trouvait non loin d'eux pour reprendre. Ne fais pas la même erreur que moi, jamais. N'aie pas peur."
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Macabre
Elfe
avatar

Nombre de messages : 177
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Ven 6 Jan 2017 - 22:55


Accroupie à côté de Neraën, sa gourde vide dans les mains, Macabre jaugeait l'elfe du regard après son explication concernant la magie qu'il possédait en trop grande quantité et qui débordait... Le poussant à l'utiliser alors qu'il ne le voulait pas. Il aurait donc en effet pu la blesser sans le vouloir.

-D'accord.

La petite elfe n'était pas comme les mages de l'académie. Elle n'avait pas appris la magie auprès d'eux mais dans un cadre des plus inhabituels. Son esprit n'était pas formé à penser d'une certaine manière et elle pouvait s'adapter bien plus aisément que la plupart des elfes d'Anaëh. C'est pourquoi elle était capable de comprendre que le verre soit trop plein là où d'autres auraient pensé cela impossible.
Le chemin vers le pardon avançait lentement...

Neraën poursuivit ensuite son explication concernant la protection magique. Son compliment ne la toucha pas, contrairement à ce que le Protecteur aurait pu s'attendre. Macabre ne faisait pas en sorte de briller dans un quelconque domaine. On lui avait déjà parlé de ses capacités que l'on pourrait presque appeler un don tant la manipulation de la magie semblait si simple à comprendre pour elle. Mais elle était une ombre... Quelqu'un fait -ou plutôt, conditionné- pour rester discret, ne pas être vu, passer inaperçu. Elle n'aimait guère être mise en avant, sans pour autant se dévaloriser. N'importe quel mage était mieux placé qu'elle pour estimer ses compétences par rapport à une norme. Elle, en revanche, savait ce qu'elle était capable de faire, pendant combien de temps et avec quelle puissance.

-Les elfes ne sont pas habitués à survivre...

Elle, si...
Si les elfes apprenaient lentement, sagement installés dans une salle de classe, sachant qu'ils avaient tout le temps du monde pour apprendre, cela n'avait pas été son cas. Sa vie dépendait de sa capacité à apprendre et à mettre en pratique. Sa vie était suspendue à son seul esprit... Son intellect, son affinité à comprendre la magie et sa volonté. Si elle n'avait pas eu tout cela, son corps serait devenu poussière dans une fosse commune du Puy d'Elda depuis bien longtemps. Toutefois, son enseignement avait ses limites et Fineldor s'évertuait à les effacer lentement en lui apprenant à ne pas simplement lancer un sort... Mais aussi à le contrôler.

-Regarde-moi.

Macabre eut un instant d'hésitation avant de relever enfin les yeux vers le Protecteur, mêlant le frêle cours d'eau de son regard au profond océan de celui de Neraën.

-Ne fais pas la même erreur que moi, jamais. N'aie pas peur.

-Je n'ai pas peur... La peur, je la connais. Je sais la contrôler.

La tête de la petite elfe se secoua de droite à gauche à quelques reprises tandis qu'elle achevait son propos.

-Je ne sais pas contrôler ce que je ressens depuis cette nuit.

Macabre sentait qu'elle pourrait encore en pleurer... Pleurer de vivre chaque jour avec ces sentiments nouveaux qu'elle était incapable de faire disparaître. Pleurer devant ce ventre qui se nouait chaque fois qu'on la regardait de cette manière... Comme si elle ne devrait pas être ici. Pleurer de se sentir si seule malgré l'attention que quelques uns lui témoignaient mais qui ne suffisait plus. Pleurer de fatigue aussi car ses cauchemars n'avaient pas cessés depuis sa rencontre avec le Toer Tamindal, se faisant toujours plus perturbants.
Macabre retourna à son cours d'eau, prenant soin cette fois de tourner le dos à Neraën. Impassible, elle le paraissait toujours. Mais quelque chose s'était brisé... Son cœur de glace était fissuré et devenait ainsi sensible à ce qui l'entourait comme à ce qu'il se passait à l'intérieur même de cette frêle créature. Elle était perturbée par tout ceci, c'était vrai. Pour autant, pouvait-on dire qu'elle allait plus mal qu'auparavant ? Non... Dans sa souffrance, le diagnostic n'était pas si noir. Elle allait mieux car les choses évoluaient dans le bon sens. Tout du moins, sur le long terme.
Revenir en haut Aller en bas
Neraën Yeldoreï
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 435
Âge : 25
Date d'inscription : 05/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Sam 7 Jan 2017 - 14:55

Il ne répondit pas. Pourtant la phrase prononcée par celle qui était différente faisait son chemin sans problèmes dans le cerveau de Neraën. Les Elfes ne sont pas habitués à survivre... C'était vrai pour ceux des cités qui, au fil des siècles, s'étaient enfermés dans des villes aux hautes murailles, s'organisant de sorte à être autonomes mais surtout se coupant de tout ce qu'ils pouvaient considérer comme étant dangereux. Et en s'étant cloîtrés loin des animaux et d'autres choses, ils s'étaient coupés du plus grand pouvoir de Kÿria. Ils s'étaient coupés de l'un des fondements de leur existence et avaient oublié. C'était ainsi qu'il le ressentait, ainsi qu'il le vivait depuis que la dryade était enfermée en lui... depuis que la Symphonie lui avait ouvert les yeux. Les Elfes des cités n'étaient plus habitués à survivre, en effet. Mais il n'en était pas de même des noss, bien que ce n'était certainement pas au point que ce qu'a pu endurer l'elfe qui lui tournait le dos. Elfe qui était visiblement confrontée à des sentiments ou émotions qu'elles ne connaissait pas jusqu'alors.

"Tu maîtrises la peur que l'on t'a inculquée, Macabre. Pas celle qui peut naître de sentiments nouveaux à ton coeur. Qu'as-tu ressenti cette nuit-là ? Et que ressens-tu depuis ? Pourquoi cherches-tu à contrôler cela ?"

Des questions qui n'auraient certainement pas de réponses de la jeune fille. Qu'elle y réponde où non ne l'intéressait pas, ou du moins peu par rapport à ce qu'il voulait lui faire comprendre. Qu'elle prenne conscience que son esprit se fourvoyait et qu'elle arrive à mettre en mots ces émotions qui la hantaient... cela ne ferait que l'aider, lui apprendre à ne plus avoir peur de ne pas contrôler ce qui l'habite - ce que lui-même n'avait pas su faire. Il avait conscience que Macabre avait déjà beaucoup dit sur elle, ce qui changeait de leur première rencontre. Qu'elle décide de s'arrêter là ne serait pas surprenant.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Macabre
Elfe
avatar

Nombre de messages : 177
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Sam 7 Jan 2017 - 19:21


-Tu maîtrises la peur que l'on t'a inculquée, Macabre. Pas celle qui peut naître de sentiments nouveaux à ton cœur.

Macabre se retourna pour croiser le regard du Protecteur. Il y avait du vrai dans ce qu'il disait... Elle n'était pas connu pour apprécier la nouveauté. Au contraire, pour son équilibre émotionnel, elle avait besoin de stabilité et de calme. C'était la raison pour laquelle elle quittait peu Tethien et son palais. Toutefois, cela était moins vrai depuis quelques temps... Elle voyageait de plus en plus, se rendant dans plusieurs cités en une seule saison. Voire en un seul mois... Ça plus la mésaventure avec le Kerkand, les rebondissements dans la quête de son passé et la déchirure provoquée par Neraën, cela commençait à faire beaucoup...

-Qu'as-tu ressenti cette nuit-là ? Et que ressens-tu depuis ? Pourquoi cherches-tu à contrôler cela ?

Le regard de la petite elfe se remplit de peur autant que de tristesse tandis qu'elle repensait une fois de plus à ce qu'elle avait vécu ce jour-là. Contrairement à ce que le Protecteur s'attendait, elle se prêta à l'exercice car, malgré leurs récents déboires, elle conservait un sentiment d'affinité avec lui... L'impression qu'il pouvait la comprendre mieux que personne. Elle était perturbée de ne pas retrouver chez lui la même impassibilité que celle dont elle faisait preuve mais elle ignorait pourquoi elle se sentait encore si proche de lui.

-Cette nuit-là... Du rejet. L'impression qu'on ne voulait pas de moi. Ni les ombres... Ni toi.

Macabre marqua une pause puis détourna à nouveau son regard, faisant mine de se préoccuper de ce qu'elle était en train de faire. Voyant sa gourde pleine (probablement depuis un moment...), elle la sortit de l'eau et retourna en déverser le contenu sur les jambes de Neraën.

-Depuis, je vois les regards des autres... Je vois dans leurs yeux que je ne suis pas à ma place ici.

La protégée de Tethien continuait de vider délicatement sa gourde, comme si elle effectuait un travail méticuleux. Lorsqu'on lui en laissait le temps, elle savait faire preuve de minutie. Certes, sa patience, elle ne savait pas en faire usage lorsque le sujet ne l'intéressait pas. Néanmoins, on ne pouvait pas dire qu'elle en manquait.
Parler de ce qu'elle ressentait était pénible. Ce n'était pas la première fois qu'elle le faisait depuis l'incident mais son cœur n'avait pas encore trouvé la réponse qu'il attendait. Plusieurs s'y étaient essayés pourtant. Fineldor, bien sûr, mais aussi Lalë et Hira... Même le cuisinier du palais, père de sa gouvernante, avait tenté sa chance mais sans succès. Peut-être cette réponse devait-elle venir directement de celui qui avait provoqué tout cela ?...

-Avant, je ne voyais pas tout ça et j'allais bien. Maintenant, je me sens différente. Étrangère.

Ce dernier mot noua sa gorge. Elle vivait de plus en plus mal le fait d'ignorer qui elle était. Il avait fallu des années pour que la quête de son identité finisse par lui importer. Depuis un moment déjà, elle endurait la succession d'échecs avec toujours plus de difficulté. Maintenant qu'elle avait découvert ce qu'était le rejet, elle ne cherchait plus seulement une information sur ses origines ou ne serait-ce que son nom. Elle cherchait une famille, un groupe auquel appartenir. Elle voudrait pouvoir dire qu'elle était de telle ou telle région, pouvoir affirmer qu'elle a ou non sa place quelque part... Mais cela ne dépendait pas d'elle et, en attendant, elle devait supporter ce qu'elle était à travers les regards des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Neraën Yeldoreï
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 435
Âge : 25
Date d'inscription : 05/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Mer 11 Jan 2017 - 21:47


Les paroles de la jeune femme étaient lourdes de sens, surtout pour qui la connaissait suffisamment. Et Neraën faisait partie de ceux qui en savaient beaucoup sur elle, contre sa propre volonté du fait de la magie, avec assentiment de par les différentes discussions qu'il avait pu avoir avec la mage de l'ombre ou sa tutrice. Il ressentait le malaise de Macabre qui, contre attente, se livrait à lui. Il comprenait aussi... le fait que son esprit s'ouvre sur la réalité tout comme le fait d'être un "étranger". Ils avaient de nombreuses centaines d'années d'écart mais avaient beaucoup en commun. Mais il ne pouvait se résoudre à prononcer des paroles réconfortantes aux oreilles de sa consoeur ; cela n'aurait été que lui mentir et voiler à son esprit la triste réalité de la vie. Aussi essaya-t-il d'adoucir ses propos, mais ses mots restaient durs à ses propres oreilles.

"Comme nous tous, ton esprit s'est enfermé dans ce qu'il pensait être la réalité... ou voulait. Il semblerait qu'il se soit ouvert à la vraie réalité, celle où tout est loin d'être beau et où le regard des autres importe trop sur notre existence. Du moins est-ce ainsi que je vois les choses. Tu n'as pas toujours vécu en Anaëh et cela se ressent dans ton comportement... une différence qui ne laisse pas indifférent les autres personnes. Qu'à cause de cela tu te sentes être une étrangère n'est pas anormal."

Il laissa les mots vibrer dans l'air alors que l'eau fraîche coulait à nouveau sur ses jambes et que sa bouche se fermait, lasse. Etrangement, les mots qu'il avait prononcés lui pesaient alors qu'il était généralement très direct. Il ne comprenait pas pourquoi ; pouvait-il juste supposer que c'était le lien qu'il avait établi avec elle qui faisait qu'il était beaucoup plus sensible à ses émotions. Ce fut avec une once de difficulté qu'il reprit, ne sachant si ses mots aideraient la jeune elfe à accepter l'instant présent.

"Nous sommes tous un étranger pour quelqu'un. Mais certains ressemblent moins à leurs frères que ce que ces derniers voudraient, comme toi et moi. Tu n'as pas appris à te comporter comme les autres elfes. Mon coeur et mon esprit ne correspondent pas assez à ce que mes frères souhaiteraient... Accepte ta différence, fais-en une force, trouve des personnes qui t'accepteront comme tu es et défais-toi de celles qui ne verront en toi que ce que tu aurais dû être selon leurs propres critères. Tu es celle que tu es, tu n'as pas à en être une autre. Ce sentiment que tu ressens, cette peur qui nait en toi à cause de lui... Ne le fuis pas : il t'apprend qui tu es."

Ses yeux ne montraient que détermination. Ses lèvres, elles, s'étaient pliées très légèrement ; une partie de lui souriait.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Macabre
Elfe
avatar

Nombre de messages : 177
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Sam 14 Jan 2017 - 11:34

Macabre regardait fixement Neraën, à sa manière. Immobile, impassible, la tête légèrement penchée vers le bas, forçant ses yeux à monter plus haut qu'ils n'auraient dû pour croiser la couleur océan des iris du Protecteur. Elle entendait ses paroles. Il n'avait pas besoin d'être doux dans ses mots avec elle car elle n'était de toute manière pas capable de faire la différence entre un discours empathique et un discours direct. Toutefois, ce dernier avait l'avantage d'être bien plus compréhensible à son esprit qui n'entendait que bien peu de choses aux relations sociales. Elle en était venue à apprécier les personnes franches car elles, au moins, n'y allaient pas par quatre chemins pour dire les choses. Ce qu'elle entendait ne lui plaisait pas toujours mais cela avait le mérite d'être intelligible pour la petite elfe.
Alors, les lèvres du frêle cours d'eau se desserrèrent et, après une brève inspiration, libérèrent un mince filet de voix à la sonorité rocailleuse.

-Je te pardonne.

Puis elle retourna remplir sa gourde sans attendre une quelconque réponse de sa part.
Rares étaient ceux à lui parler avec autant de sincérité, à ne pas vouloir la ménager inutilement. De la stabilité et de la douceur, c'est vrai, son esprit fragile en avait besoin. Mais elle avait aussi besoin de comprendre. Son cœur lui faisait mal et elle ne savait pas comment gérer cette douleur jusqu'alors inconnue. Neraën, par sa franchise, essayait de l'aider. C'était vrai, il lui avait fait du mal. C'était à cause de lui qu'elle n'allait pas bien depuis plusieurs ennéades. Mais aujourd'hui, il essayait de la faire aller mieux... Il ne la regardait pas de la même manière que les autres... Il ne voulait pas la faire changer mais la conserver telle qu'elle était. Il ne méritait pas qu'elle lui en veuille encore.

Les propos du Protecteur faisaient leur petit bonhomme de chemin dans l'esprit de Macabre. Ce qu'elle était ? Au delà de son absence d'identité, elle ne savait pas vraiment comment se définir. Elle était la protégée de Fineldor. La protégée de Tethien. Une esclave du Puy d'Elda. La propriété de Don'dar Hladdahel. Une étudiante en magie. En fait si, elle était quelque chose... mais rien qu'elle n'ait choisi.

-Je ne sais pas... qui je suis...

Neraën parlait-il seulement de cela ? Non... Bien sur que non. Elle avait très bien compris qu'il parlait de son comportement, sa façon d'être. Car c'était bien cela qui attirait les regards de peur et de méfiance sur elle. Cela non plus, elle ne l'avait pas choisi. Elle était telle que son maître l'avait façonnée. Mais elle ne connaissait rien d'autre. Comment être autrement que ce que l'on avait fait d'elle ? Était-ce seulement possible ? Cela viendrait peut-être avec le temps. Son cœur s'ouvrait à peine aux émotions auxquelles il s'était toujours montré fermé jusque là. Le changement était donc en marche.

A nouveau, Macabre revint vers le blessé et commença à arroser une fois de plus ses jambes. La veste sous lui était trempée et le sol imbibé d'eau. La petite elfe avait dû changer de position pour pouvoir le soigner sans se mouiller les genoux. Au début, elle s'était mise accroupie mais à force la position était douloureuse et elle avait appris depuis un moment à ne pas se faire mal inutilement. Elle se positionnait donc plus près du torse de Neraën, posant seulement un genou dans l'herbe sèche, le second pied reposant encore dans la flaque d'eau qui entourait une bonne partie des jambes du Protecteur.

-Tu as changé.

La petite elfe venait de finir de vider sa gourde et noyait à nouveau ses yeux dans ceux de Neraën. Tandis qu'elle œuvrait, son regard s'était plus d'une fois porté sur son visage pour vérifier ce qu'elle avait vu l'instant d'avant. Depuis qu'il s'était "réveillé", elle le trouvait différent mais le sourire (certes discret) qu'il lui avait adressé en était la confirmation. Il n'était plus tout à fait le même que celui qu'elle avait rencontré à Eteniril... Mais elle ne savait pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Neraën Yeldoreï
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 435
Âge : 25
Date d'inscription : 05/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Lun 16 Jan 2017 - 20:56

"Je te pardonne."

Ce n'était qu'un murmure, certes. Mais il valait aux yeux de Neraën autant que de l'eau pure dans un désert de sable. Un pardon qui effaça l'infime sourire de l'elfe alors qu'intérieurement un poids s'enlevait de son coeur. Ne voulant briser cet instant, de peur que les paroles s'effacent et que l'intention même de lui accorder ce pardon ne soit réduite à néant, il ne dit mot. Il préféra la regarder, détailler encore tous ses mouvements, s'attarder sur les moindres détails... et le fait qu'elle semble se poser des questions à chaque fois que son regard croisait le sien l'intriguait. Il laissa pourtant le temps faire son effet et à plusieurs reprises l'eau coula sur ses jambes, éteignant le feu qui vivait encore en elles.

"Tu as changé.
- Pardon ?"


Ses yeux se braquèrent sur les siens, laissant un court instant lire l'étonnement qui avait réveillé Neraën de son sommeil éveillé. Puis très rapidement, par habitude, l'étonnement disparut pour laisser place à un manque d'expression. Neraën ne comprit pas de suite où la jeune femme voulait en venir et, lorsque son regard lui en dit plus long sur sa pensée, il ne put s'empêcher de lui demander d'éclaircir ce qui était pourtant déjà clair.

"Que veux-tu dire par-là ?"
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Macabre
Elfe
avatar

Nombre de messages : 177
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Lun 16 Jan 2017 - 23:02

Neraën parut surpris. Encore une chose qui montrait qu'il avait changé... Puis il remit son masque. Voulait-il faire comme auparavant ou ne s'en était-il pas rendu compte ? Mac n'avait aucun moyen de le savoir. Contrairement à lui, elle ne pouvait pas connaître ses émotions. Elle ignorait même qu'il ressentait les siennes. Elle savait qu'il le pouvait... Elle savait désormais qu'il pouvait le faire sans qu'il le veuille. Et elle ne lui en aurait pas voulu. Elle comprenait. En revanche, elle ignorait qu'un lien existait entre eux. Un lien qui le permettait de sentir ce qu'elle avait dans le cœur dès qu'elle était à proximité. Un lien créé dans la douleur alors qu'il lui enserrait les bras vers la fermeté de la peur et de la surprise mêlées. Mais la douleur physique et psychique qu'elle avait ressentie n'était rien... Elle avait vécu parmi les drows. Il ne lui avait pas fallu une minute pour l'oublier.

Le Protecteur lui demanda d'exprimer le fond de sa pensée. Macabre ne savait pas comment l'expliquer... C'était une impression... Un ressenti... C'était diffus, confus. Difficile pour quiconque de se montrer clair et concis dans ce genre de situation.
La chose était bien pire encore pour elle. Mais elle allait essayer...

-Tu souris.

Bien sûr, elle avait déjà vu ses lèvres s'étirer dans une expression similaire, mais les choses lui semblaient différentes aujourd'hui... Peut-être parce qu'il avait cette réelle sincérité qui lui avait fait défaut jusque là ? Mais comment aurait-elle pu le voir ? Peut-être alors parce que ce n'était pas la seule expression qu'il avait montré depuis le début de leur conversation. Cependant, elle aurait été bien incapable de les identifier et de les nommer. Le sourire était bien la seule chose qu'elle soit en mesure de décrire dans le cas présent.

Mais le changement ne s'arrêtait pas là...

-Depuis quand tu as les yeux foncés ?

Macabre n'oubliait jamais un visage, même si elle n'avait fait que le croiser. Alors que dire de ceux avec lesquels elle avait pu parler des heures durant... Elle était capable de les décrire dans les moindres détails. Et sa formidable mémoire les conservait soigneusement. Elle n'avait pas oublié la couleur de ses yeux. Ses yeux aussi clairs et froids que la glace. Alors, forcément, leur nouvelle teinte ne lui avait pas échappé.
Revenir en haut Aller en bas
Neraën Yeldoreï
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 435
Âge : 25
Date d'inscription : 05/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Mar 17 Jan 2017 - 22:37

"Tu souris."

Cette réponse était étrange, même aux yeux du protecteur qui pourtant avait en trois siècles perdu l'habitude de sourire vraiment. Lorsqu'il le faisait, généralement, c'était soit parce que son coeur criait à la joie ou l'attendrissement, soit parce qu'il se forçait afin de rassurer son interlocuteur. De plus, le sourire qu'il venait d'émettre était si peu perceptible qu'il s'étonnait que ce soit cela qui ait changé en lui. Non. Ce qui était différent depuis son réveil, si différent même... c'était cette quiétude dans laquelle il baignait malgré la douleur qui l'avait pris, ce sentiment d'avoir l'esprit lové dans un tout confortable, cette impression que ses oreilles et son esprit se soient ouverts au Chant... et le fait de savoir désormais. D'être dans la vérité, même s'il ne pourrait jamais la connaître toute entière. Neraën était donc dans l'incompréhension, incompréhension qui pouvait cependant être expliquée par un ressenti qu'aurait eu la jeune elfe. Cela n'aurait pas changé si elle n'avait pas continué.

"Depuis quand tu as les yeux foncés ?
- Les yeux foncés ?"


Les lèvres entrouvertes, il ne sut quoi répondre d'autre. Avoir les yeux foncés ? Quelle idée ! Il avait toujours eu des yeux de glace et il était impossible que ce trait physique puisse changer. Alors Macabre avança les doigts vers le visage du protecteur et en effleura délicatement les contours, offrant là un toucher agréable emprunt de magie. Tout en se demandant pourquoi elle effectuait un tel geste alors qu'elle n'était pas la personne la plus à l'aise avec le contact physique avec autrui, il la laissa faire, gardant son regard dans le sien. Puis elle enleva la main, matérialisant en même temps un double du visage de Neraën qu'il put contempler avec stupeur. C'était bien lui, mais... ses yeux... Sa main gauche se leva fébrilement et s'approcha de l'image sans pour autant essayer de la toucher ; il savait quel type de magie c'était et il savait pertinemment qu'entrer en contact avec elle ne rimerait à rien, voire même l'effacerait pour de bon. Ses yeux étaient devenus d'un bleu profond, tel l'océan. Cela ne lui allait pas... c'était même dérangeant, au point qu'il se demandait si cette image le représentait vraiment. Il se le demandait... mais au fond de lui il savait que Macabre ne mentait pas.

"Depuis..."

Alors les paroles du Chant se firent entendre à nouveau à ses oreilles. La glace avait fondu, l'esprit avait enfin accepté... et cela se verrait dans son regard, désormais d'un bleu aussi profond que le choix qu'il lui retait à faire. Ainsi ce n'était pas qu'une métaphore, ainsi ce lieu, la Mère, la Symphonie ou les Eälas avaient réellement eu le pouvoir de changer une partie physique de lui.

"Depuis... depuis que je sais."

Son bras retomba le long de son torse, sa main entrouverte s'appuyant mollement sur le sol trempé. Neraën était sous le choc, comme jamais il ne l'avait été. Ce fut pour cette raison qu'il ne se rendit pas compte du retour de l'elfe qui avait demandé à Macabre de s'occuper de lui, accompagné de trois personnes. Nulle magie ne l'envahit ; nulle confrontation métaphysique avec les autres, bien qu'au vu de leurs réactions ils craignaient que ce qui s'était passé à Eraïson ne recommence. Seul un choc profond l'envahissait, ôtant de son esprit toute volonté de mouvement. Ce fut à peine s'il leva les yeux vers ses sauveteurs.

Des yeux couleur océan.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Macabre
Elfe
avatar

Nombre de messages : 177
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Mer 18 Jan 2017 - 18:13

Devant l'expression statique de Neraën et sa question de surprise, Macabre réfléchit sur la façon dont elle pourrait se faire mieux comprendre. Car non, il ne semblait pas voir de quoi elle parlait. Était-il possible qu'on ne se rende pas compte lorsqu'une chose pareille arrivait ? Elle savait que cette modification en elle-même était possible, la magie pouvant réaliser tant de choses... Mais que cela se fasse à son insu ?...
La petite elfe eut un mouvement en direction du Protecteur qu'elle retint, hésitante. Finalement, elle recommença, avançant lentement sa main vers son visage. Du bout du doigt, elle en caressa les contours : l'arrête du nez, les pommettes, les sourcils, la mâchoire et les limites du front. Tandis qu'elle dessinait sur son modèle, elle incantait silencieusement. Concentrée sur sa tâche, elle ne se préoccupa ni du contact peau à peau dont elle était à l'origine, ni de la réaction de son ami.

Lorsqu'elle eut fini, elle se redressa, prenant un peu de distance avec Neraën. Puis, d'un geste de la main, elle détacha son œuvre du visage du Protecteur. Elle se concentra une dernière fois afin de finaliser le masque magique, se concentrant sur ses yeux afin de leur donner la teinte qu'ils arboraient désormais. Enfin, elle tourna son œuvre de manière à ce qu'elle soit face à l'original. Elle vit alors le vrai visage de Neraën se décomposer tandis qu'il découvrait la réalité.
Il ne le savait donc pas ?
Vraiment ?

-Depuis que tu sais quoi ?

La main du Protecteur retomba dans un "floc", semblant ne pas avoir entendu sa question.

-Nérèn ?

Aucune réaction. L'image qu'elle venait de créer s'effaça tandis que son cœur se serrait, craignant d'avoir fait quelque chose qu'elle n'aurait pas dû. Cette nuit à l'académie, elle n'avait pas vu le mal dans ce qu'elle avait fait... L'idée de pénétrer chez quelqu'un sans sa permission n'était pas un crime dans son esprit. Le réveiller alors qu'il faisait un cauchemar n'avait rien de répréhensible, au contraire. Elle n'aurait pu prévoir la réaction du Protecteur qu'elle ignorait être mal en point à l'époque. Ainsi, elle n'avait pas pensé une seule seconde qu'elle devait se reprocher quoi que ce soit.
Cette fois en revanche...

-Mac ?!

L'interpelée se retourna subitement. Hira était là, à moins d'une dizaine de mètres, marchant dans sa direction. Pressant un peu le pas, il fut rapidement aux côtés de la protégée de Tethien. Il ne lui fallut pas longtemps pour constater le trouble chez elle ainsi que l'état du blessé.

-Tout va bien ? Qu'est-il arrivé ?

-Je ne sais pas...

Macabre fut rapidement écartée par l'arrivée des soigneurs qui accompagnait le garde. C'était vrai, elle ne comprenait pas ce qu'il s'était passé...
Voyant la catatonie dans laquelle était plongé l'inconnu, l'un des soigneurs questionna la petite elfe.

-Il a pu reprendre ses esprits ? Il t'a dit son nom ?

-Oui... Mais il n'avait pas besoin de me dire son nom.

-Que veux-tu dire ?

Macabre se tourna vers Hiradrilion.

-C'est Nérèn.

La garde parut stupéfait et éclairé en même temps. C'était donc pour cela qu'elle s'était montrée si craintive à l'égard de cet homme... Il s'agissait de celui qui avait si douloureusement ouvert son cœur aux émotions. Il pensa alors qu'il n'aurait pas dû la laisser seule avec lui avant de réaliser la seconde suivante que de toute manière il n'aurait pu faire autrement. Le blessé ne pouvant rester dans cet état, l'un d'eux devait aller chercher de l'aide et Mac n'aurait pas su.
Le soigneur tira le garde de ses pensées, réclamant plus d'informations.

-Neraën Yeldoreï. C'est le Protecteur d'Eteniril.

-Il a pu te parler ? Demanda-t-il à l'attention de Macabre.

-Oui.

-Tu lui a mis de l'eau sur les jambes ? Il avait encore mal ?

-Je ne crois pas...

-Il ne réagit pas... Depuis quand ne répondit-il plus ?

-Depuis qu'il a vu ses yeux...

Puis, se tournant à nouveau vers Hiradrilion.

-Ils étaient bleus clairs.

Le garde fronça les sourcils et se tourna vers le soigneur. Celui-ci regarda immédiatement la couleur des yeux du Protecteur...

-J'ai rarement vu des yeux d'un bleu aussi profond...

-La couleur des iris ne changent pas comme ça ! Elle a dû se tromper, voilà tout. Réagit un autre soigneur, agacé par toutes ces paroles énigmatiques qui ne les avançaient guère.

-Mac ne se trompe jamais sur ce genre de détails. Rétorqua Hira d'un ton strict, coupant court à toute éventuelle protestation.

Le second soigneur haussa les épaules et reprit son osculation des jambes du Protecteur.
Mais la petite elfe ne les écoutait pas. Elle observait son ami, craignant de lui avoir fait du mal sans le vouloir.

-Je n'aurais pas dû...

Les soigneurs ne se préoccupaient plus d'elle ni de son garde. Hira réagit aussitôt, pliant un genou pour se mettre à la hauteur de Macabre.

-Tu n'aurais pas dû faire quoi ?

-Lui montrer ses yeux...

-Tu ne pouvais pas prévoir sa réaction. Tu m'entends ?... Mac ?

Mais elle non plus de répondait plus, le regard fixé sur Neraën.

-Viens.

Hira se releva et prit Macabre par la main pour l'éloigner un peu de l'agitation qui régnait désormais autour du Protecteur. Il l'entraîna un peu plus en contre-bas du ruisseau et l'invita à s'asseoir dans l'herbe pour qu'elle lui raconte ce qu'il s'était passé en son absence. Méthodique, il commença par ce qui serait le plus dépourvu d'émotions pour se rapprocher lentement de ce qu'il s'était produit juste avant son arrivée. Cela occuperait l'esprit de la jeune elfe le temps que les soigneurs fassent leur office.



Couleurs soigneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Neraën Yeldoreï
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 435
Âge : 25
Date d'inscription : 05/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Mer 18 Jan 2017 - 23:20


Le temps filait ; les voix s'accumulaient, s'effaçaient... mais étaient toujours lointaines. Neraën mit beaucoup de temps à revenir à lui, d'autant plus qu'à l'énonciation du nom de l'elfe par Hiradrilion les deux médecins firent encore plus attention à ne pas le brusquer. Ils avaient entendu parlé de ce qui s'était produit à Eraïson et quelles en étaient désormais les conséquences. Bien qu'ils se devaient de secourir chaque frère de sang, ils n'avaient pour autant aucunement l'envie de mettre en danger leur propre vie. L'un des guérisseurs s'occupa de vérifier l'état du patient improvisé pendant que l'autre essaya de ramener doucement l'elfe à lui. Quand Neraën releva enfin les yeux, un sourire nacquit sur les lèvres du second médecin. Ce dernier, qui s'était agenouillé pour être à sa hauteur, prit la parole.

"Bonjour, je m'appelle Aelorian et je suis guérisseur. On nous a appelés, avec mon confrère Maendor, parce que vous avez été retrouvé blessé. Est-ce que vous comprenez ce que je vous dis ?
Neraën hocha affirmativement de la tête, sans grande conviction non plus.
- Très bien. Pouvez-vous me donner votre nom ?
- Neraën... Neraën Yeldoreï.
- Vous êtes le seigneur-protecteur d'Eteniril ?
- Oui.
- Pour quelle raison êtes-vous ici ?
- Ici... ?
- A Alëandir.
- Il y a eu une bataille à Eraïson... les choses se sont mal passées, ils m'ont demandé de retourner à l'Académie.
- Et ici ? Vous savez où nous sommes ?
Neraën regarda longuement autour de lui, recherchant un instant un indice sur le lieu où il setrouvait. Pendant ce temps les deux médecins échangèrent quelques mots.
- Au sanctuaire, non ?
- C'est bien cela. Vous rappelez-vous de ce qui vous est arrivé ?
- Je... Il hésita. J'ai ressenti que je devais partir, aller dans la forêt. Je ne contrôlai plus rien, les rêves... Puis il y a eu l'incendie, la dryade et le grand cerf étaient là. Il m'a protégé et... ils m'ont parlé.
Aelorian fronça les sourcils.
- Un incendie ?
- Dans l'un des rêves. Mais ils arrivent à parler à travers ces rêves.
- Qui, "ils" ?
- Eux, ceux qui émettent la Symphonie."


Aelorian suivit le regard de Neraën vers l'immense voûte végétale, sans dire un mot. Soit le protecteur avait pris un coup sur la tête, soit il était tout simplement encore sous le choc, soit la magie avait eu des effets néfastes sur lui. Le mélange entre rêve et réalité semblait être bien présent et il ne comprenait pas pourquoi un citadin venait à parler de Symphonie. Le mage se leva alors et regarda son confrère continuer à s'affairer.

"Mes yeux... de quelle couleur sont-ils ?
- Un bleu très profond.
- Comme la glace ?
- Non.
Neraën secoua la tête. Le dérangement que cette réponse avait créé en lui était plus que visible.
- De quelle couleur étaient-ils avant ?
- Très clairs. Bleus."


Les deux mages de la vie se regardèrent, ne sachant quoi penser de cette histoire tout sauf normale. Maendor prit alors la parole, prévenant autant son confrère que le blessé qu'ils allaient devoir le transporter jusqu'à la maison de soin d'Alëandir après avoir prodigué les soins d'urgence. Le protecteur devait encore être sous le choc, ils pourraient poser de plus amples questions - ainsi que vérifier pour cette histoire d'yeux - là-bas. En attendant, le rapport n'allait pas être des meilleurs.

Il se passa encore un bon moment pendant lequel chacun fit ce qu'il devait et où, finalement, Neraën et Macabre se retrouvèrent. Elle était visiblement bouleversée par ce qui s'était passé, aussi l'elfe prit doucement sa main dans la sienne et lui tint des mots rassurants.

"Ne t'inquiète pas, tu n'as rien fait de mal. Je ne m'attendais pas à ce changement... Merci de t'être occupée de moi. J'espère que je pourrais t'aider le jour où tu en auras besoin."
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Macabre
Elfe
avatar

Nombre de messages : 177
Âge : 30
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  145 ans (16 en apparence)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   Dim 22 Jan 2017 - 11:34

Chacun était parti s'affairer et, une fois encore, Macabre se retrouvait seule à veiller sur Neraën. Mais, cette fois, elle n'avait rien d'autre à faire que d'attendre. Attendre que tous reviennent avec une civière de fortune car le Protecteur ne pourrait pas marcher pour rentrer jusqu'à Alëandir.
La petite elfe avait eu une longue discussion avec Hiradrilion. Celui-ci fut soulagé d'apprendre que tout c'était réglé entre eux. Que le mage s'était expliqué et excusé. Que Mac, après avoir obtenu les réponses dont elle avait besoin, lui avait accordé son pardon. Malgré tout, elle vivait toujours mal le regard des autres comme l'avait montré sa réaction suite à la remarque du soigneur fort peu sympathique à son égard. Une bonne nouvelle dans un sens car il semblait que la brèche qui s'était ouverte dans son cœur de glace ne puisse plus être refermée. Au contraire, il espérait qu'elle continue à s'ouvrir afin qu'elle perçoive enfin toutes ces émotions qui lui étaient jusqu'alors interdites. Restait à lui apprendre à les gérer... Pour cela, le Protecteur semblait disposé à l'aider à travers quelques conseils issus de sa propre expérience. Hira en était fort aise bien qu'il émette encore quelques réserves étant donné l'instabilité dont il avait déjà pu faire preuve. Aussi, il éviterait autant que possible de les laisser seul, loin de sa vue ou de celle de leurs compagnons de voyage.

L'inquiétude que manifestait Macabre concernant les conséquences d'un acte qu'elle avait commis était une chose nouvelle. Si elle ne manifestait toujours aucun remord à propos des meurtres qu'elle avait perpétré (ce qui n'était pas une mauvaise chose étant donné le nombre et la gravité des crimes que cela devait représenter), elle pouvait désormais en ressentir pour ses gestes présents. Toutefois, il ne saurait dire si le fait de s'être liée d'amitié avec sa "victime" jouait un rôle dans la naissance de ce tourment ou si elle pourrait l'éprouver envers un inconnu.
L'avenir seul pourrait le leur dire...

C'était donc le cœur en peine et bien silencieuse que Macabre demeurait aux côtés de Neraën. Il avait dû le sentir... Car, sans crier gare, il prit délicatement la main de la petite elfe et la rassura. Le regard le frêle ruisseau alterna entre le bleu océan et les doigts qui serraient les siens, clignant des yeux plus souvent qu'elle ne l'aurait souhaité. D'autres mettraient des mois de contacts quotidiens avant de parvenir à la toucher avec son accord et sa confiance tandis qu'il n'avait fallu que quelques ennéades au Protecteur. Ennéades durant lesquelles ils ne s'étaient vu que quelques fois...
Bien qu'elle l'ai laissé faire, elle ne savait pas vraiment si elle voulait bien de ce contact... Elle ne lui faisait pas encore pleinement confiance... Ce geste envers elle était accepté et en même temps non. Comme si elle ne savait pas quoi en penser ni comment réagir.
Finalement, elle retira lentement sa main et reprit quelques distances pour retrouver un peu de sa quiétude. Elle ne s'éloigna que d'un pas mais cela était suffisant étant donné l'état de l'elfe. Elle était mal à l'aise. Ce n'était pas contre lui. Elle n'avait pas l'habitude, voilà tout.
Une fois son cœur apaisé, Neraën put sentir qu'elle n'était plus soucieuse pour lui : il était parvenu à la rassurer sur ce point. En attendant que le reste du groupe revienne, Macabre lui posa quelques questions, cherchant à comprendre ce qu'il s'était passé, manifestant un intérêt mesuré pour les émotions, leur interprétation et leur signification. Cela ne dura pas longtemps mais marquait le changement qui s'opérait en elle...

La glace dans les yeux de Neraën n'était pas la seule à fondre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par-delà la Glace, le Coeur et la Mère (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Etoile Rouge, un étalon au passé infiniment triste !
» CATHERINE CAREY ? « Rien n'est plus féroce que le coeur d'une mère. »
» Présentation de Coeur de Glace
» Glace Cendrée, le coeur déchiré par deux mondes
» Glaceà la Mauve ! [coopération Coeur de glace et Pelage de Mauve]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir-
Sauter vers: