AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2478
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Ven 28 Oct 2016 - 22:24

musique:
 


Au premier jour de la 6ème ennéade.

Le regard vide.

Debout face à un vieux miroir qui ne renvoyait plus qu’une pâle copie de ce à quoi elle ressemblait, Maélyne scrutait le peu de reflet qu’il lui offrait encore. L’esprit ailleurs, bien au-delà des remparts d’Etherna, scrutant les vallées et les forêts pour en revenir éternellement à sa terre, son pays ; Lourmel.

C’était le grand jour.

Des mains, plusieurs paires, vinrent s’afférer à l’habiller de cette robe blanche aux tons dorés confectionnée dans la plus grande discrétion. Sa peau lisse et douce sentit peu à peu le tissu l’envelopper, son corps se serrer alors que ses cheveux subissaient une coiffure qui ne lui plaisait guère, une coiffure qu’il n’avait d’ailleurs jamais aimée.

Un souffle chaud au creux du cou, les paupières qui se ferment, un soupire.

Toujours confrontée à son reflet, le visage figé, une nouvelle paire de main vint rosir ses joues, onduler ses cheveux et poser la tiare spécialement créée pour l’occasion. La douceur du miel vint enrober ses lèvres en une fine couche qui apportera douceur et brillance alors qu’en le centre de son cou, un fin collier doré vint amener la touche finale.

Une caresse, un corps qui se crispe, un baiser passionné.

Le regard complice échangé avec la dernière servante encore présente dans la pièce, le poignet de Maélyne levé. Non loin de là, le temple se remplissait, les places se noircissaient d’invités venus assister aux mariages. Dorénavant seule, l’attente devint insupportable face à ce reflet qui n’était plus le sien.

L’essoufflement, la satisfaction, l’amour.

Les yeux fermés, la porte s’ouvrit et une voix vint la quérir pour la diriger un peu plus vers cet instant qu’elle redoutait tant. Un pas devant l’autre, ceux-ci paraissaient légers mais étaient en réalité aussi lourd que le poids de son coeur. Personne ne croisa son chemin et c’est à pied que Maélyne se dirigea vers l’entrée du temple.

Maintenant, pour toujours et à jamais.


Dernière édition par Maélyne de Lourmel le Mer 2 Nov 2016 - 12:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aline de Clairssac
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 94
Âge : 25
Date d'inscription : 19/07/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21 ans (27 Verimios de l'an 986)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Lun 31 Oct 2016 - 8:12

« Dame Aline ? »

Aucune réponse. Ou plutôt, un silence religieux fut tout ce qui pouvait être considéré comme tel. Julia, resserra le châle carmin qui lui ceignait les bras tout en faisant quelques pas dans ce temple qu’elle ne connaissait aucunement. Les décorations étaient belles mais simples… un fait qui correspondait bien au culte néérite, songea-t-elle. Sachant très bien que le manque de réponse provenant de sa dame signifiait que celle-ci n’était pas encore prête pour retourner au château, la jeune femme fit quelques pas silencieux tout en regardant autour d’elle. Déjà on pouvait voir trôner ci et là quelques préparatifs pour la grande cérémonie du lendemain, qui consistait au mariage des deux frères Jérôme et Guillaume De Clairssac. Alors que le régent d’Oësgard allait prendre pour épouse Aline de Montévlin, une femme de la noblesse montagnarde, l’aîné se marierait avec la Dame Maélyne de Lourmel. Une belle cérémonie allait avoir lieu, une qui concernait fortement cette terre natale qu’elle chérissait malgré les nombreuses guerres. Ah Serramire… Julia avait hâte de voir son peuple enfin en paix et espérait que les nouveaux dirigeants allaient aider à cela.

Un sourire. Julia resta un long moment la tête levée vers la voûte, pensive, avant de se rappeler la raison pour laquelle elle était venue en ce lieu au beau milieu de la nuit. Alors elle chercha rapidement à se repérer dans le temple puis se dirigea vers là où elle savait trouver celle dont elle s’occupait depuis quelques mois déjà.

Sans étonnement elle trouva la fameuse Aline à genoux sur le sol de pierre, tête baissée face à une représentation architecturale de la Mère Enfant. En toute simplicité, la future mariée se trouvait là, à prier. Quatre jours… Quatre jours et désormais quatre nuits qu’elle jeûnait, priait, ne buvait que ce qu’il fallait, laissait ses longs cheveux d’or tomber le long de ses épaules puis de son dos sans les coiffer et restant dans cette simple robe bleu clair. Une petite statuette de Néera était lovée entre ses mains, seule ornementation à la pieuse scène que la montagnarde offrait.

« Dame Aline ? »

Aune réponse. Aucun geste. Seule la poitrine s’élevant puis se rabaissant doucement prouvait que la fiancée n’était pas morte statufiée. Dormait-elle ? Julia s’approcha, doucement, jusqu’à être à deux pas d’elle. Elle se baissa pour être à sa hauteur et, dans un murmure, expliqua la raison de sa venue.

« Dame Aline, votre mariage aura lieu dans quelques heures et il serait bon que vous vous reposiez avant que les autres femmes viennent vous préparer. Les gens s’inquiètent pour vous, seulement votre frère ainsi qu’un vieux prêtre ne partagent pas cette inquiétude. »

Aline ouvrit alors les yeux et les tourna vers sa dame de compagnie. Elle sourit alors, de ces sourires qui montrent toute la sérénité qui peut habiter une personne. La fatigue ne se voyait pas ou du moins très peu ; comme si celle qui était surnommée là-haut la Pieuse d’Or était habituée à ainsi se laisser habiter par la foi.

« Yven a réussi à se déplacer jusqu’ici… J’en suis fort heureuse ! Aujourd’hui sera une belle journée… une magnifique journée sur laquelle notre Mère veillera certainement. J’aurais aimé rester encore un peu mais tu as raison, il va falloir que nous nous préparions physiquement. »

Elle souriait. Non, Aline était loin d’avoir sommeil – elle avait ménagé son repos parmi ses nombreuses prières et discussions - ; elle souhaitait seulement garder en elle tout ce bien-être qui l’habitait pour ce qui serait l’un des plus beaux jours de sa vie.


__________


La voilà : toute prête, lavée, habillée, maquillée, parfumée, parée de quelques bijoux… Même la longue cape à traîne aux couleurs de Montévlin pesait sur ses épaules. Elle se regarda un instant dans le miroir et se trouva belle. La longue robe blanche avait été confectionnée en Etherna, de sorte à ce que Jérôme ne puisse jamais la voir ni même pouvoir en entendre parler, avec l’aide d’un couturier de Montévlin connu dans la ville. Si bien qu’elle était un doux mélange entre la mode ethernienne et montagnarde, épousant parfaitement en toute symbiose fines broderies, couleurs pouvant rappeler Néera et petits joyaux. Pour autant, rien ne faisait grossier, tout relevait plus de touches discrètes mais suffisantes. On l’appela. Il était temps qu’Aline de Montévlin prenne le chemin du temple.

Pour la première fois depuis des années, Aline n’était pas serrée par l’étau de la peur, par cette agoraphobie qui s’était développée en elle suite à la mort de sa mère. Elle ne pensait pas au monde qui devait déjà être présent dans l’édifice religieux, portée qu’elle était par la sérénité et l’amour qui habitait son coeur. Après avoir fait chemin seule dans les couloirs, c’est avec une réelle joie qu’elle retrouva l’autre mariée devant la grande porte.

« Maélyne ! Que je suis heureuse de vous revoir ! Vous êtes vraiment magnifique, j’espère que cette journée sera des plus belles pour vous. »

Avec un sourire aux lèvres, la jeune femme avait pris avec délicatesse celles de sa consœur – chose qu’elle n’aurait certainement pas fait habituellement. Elle était différente de « d’habitude », cela se ressentait. Mais Aline n’y faisait aucunement attention. Déjà son frère ainsi que le marquis s’approchaient, les prenant chacune par le bras afin de les mener à l’autel.
Revenir en haut Aller en bas
Victoria di Maldi
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 111
Âge : 26
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Lun 31 Oct 2016 - 11:17


Son arrivée n’avait pas été annoncée et c’était voulu. Victoria se rendait en terres du nord pour plusieurs raisons qui jusqu’à maintenant ne devaient pas être connues. La chance lui souriait lorsque, sur les terres d’Hautval, elle apprit qu’un double mariage était organisé à Etherna. Que le baron et son frère allaient s’unir tous deux, rassemblant un maximum de nobles nordiens.  

« En voilà une aubaine, n’est-ce pas Gregorio ? »
« Hum… je ne sais pas… est-ce bien juste d’arriver ainsi en plein milieu de festivités et de… « forcer » la main au baron quant à notre accueil ? »
« Vous pensez trop, Grégorio. Un beau cadeau, un grand sourire et les portes nous seront ouvertes. Après tout, nous n’étions pas au courant, et là n’est que stricte vérité. Nous nous rendions au nord pour une toute autre raison. »
« Certes mais… »
« Cessez donc de vous inquiéter, nous voilà bientôt au temple, nous allons être fixés. »

Quelques minutes en calèche, remontant les rues de la cité jusqu’aux portes de l’édifice où se déroulait les cérémonies.

« Un double mariage… pfah mais tiens donc. Les hôtes n’auront d’yeux que pour le Baron. Je plains son frère et son épousée qui seront relayés à l’attraction bonus. »
« Peut-être pas… »
« Nous voilà arrivé ! Souriez Grégorio, du moins, essayez ! »

La Baronne mit rapidement pied à terre et s’engouffra bien vite à l’intérieur du temple pour s’emparer d’une place avantageuse qui n’était pas encore réservée. A ses côtés Grégorio stressait à vue d’œil et n’arrêtait pas de scruter les visages qui l’entouraient.

« Calmez-vous donc. » Dit-elle en chuchotant. « Vous allez nous faire mettre à la porte ! »

Les mariés n’étaient point encore visibles et les invités arrivaient au compte-goutte.

« Nous sommes en avance on dirait…»
« Dès qu'ils se rendront compte que nous n'avons pas été invités, des gardes vont nous tomber dessus... »

Elle ria quant à  cette possibilité et resta tranquillement assise.
Revenir en haut Aller en bas
Méliane de Lancrais
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 193
Âge : 31
Date d'inscription : 14/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Lun 31 Oct 2016 - 11:24



 
Linaelle de Lancrais  
Encore a mariage, mais bien loin des ruines de Diantra cette fois. Le nord, ses contrées qui lui avaient toujours parues lointaines. Sauf que le trajet en bateau pour rejoindre Etherna avait été si bref que cela avait ôtée toute l’excitation du voyage a la petite damoiselle de Lancrais. Elle était la pour représenter, sa mère, la duchesse Méliane retenue sur leur terre de par le deuil récent de son époux. Flanquée de ses deux dames de compagnie, l'adolescente remonta l'allée pour s'installer a la place qui lui était destinée. Il ne lui restait plus qu'a espérée que les mariés se fassent moins attendre qu'a l'union du baron de Nelen. La DameDieu lui était témoin qu'elle avait bien faillie périr d'ennuis ce jour la. A croire que les adultes ne savaient rien faire d'autre que la guerre ou se marier .. Elle n'était pas pressée que vienne son tour, tout cela avait l'air si ennuyeux. Elle préférait de loin s'en tenir a l'administration de ses terres.

Elle laissa son regard s'égarer sur les invités, non loin d'elle se trouvait une charmante brune aux yeux verts qu'elle n'avait encore jamais rencontrée, pourtant elle en avait vue du beau monde entre les funérailles de son beau père et le mariage du baron de Nelen. Discrètement elle la désigna du menton a ses deux dames de compagnie, avant de murmurer. " Savez vous qui est t'elle ? " La première plisse les yeux, visiblement en quête d'un quelconque souvenir puis elle secoue la tete. " Je crains que non Ma damoiselle. " Déçue, le jeune fille s’apprête a s'en désintéresser quand la deuxième prend la parole sur un ton de conspiratrice. " Il me semble bien que c'est la baronne de Sybrondil. "

Linaelle haussa un sourcil puis la compréhension se lut sur ses traits. " Oh la sœur de Maciste, elle est fort discrète depuis son entrée au pouvoir a ce qu'il se murmure. " Les deux femmes hochent la tête, visiblement impressionnées. Elle avait beau n'avoir que 12 ans, sa mère veillée a ce qu'elle fut bien informée des affaires péninsulaires. Cela était souvent barbant, mais elle savait que si la duchesse y voyait un intérêt alors cela viserait a lui être utile. Satisfaite d'avoir comblée sa curiosité, elle s'en retourne a son inspection discrète des invités. Elle n'a aucun mal a reconnaître les tenues qui portent la griffe d'un des grands tisserands du Langecin. Enfin les portes s'ouvrent, la cérémonie allait pouvoir commencer. Elle laisse échappée un soupire, se redresse, tandis qu'un parfait sourire de façade étire ses traits. Si il y'a bien une chose que l'on peut dire de la petite damoiselle, c'est que du haut de son jeune age, elle assure parfaitement son rôle. Tout en elle reflète ce qu'elle est, l'héritière de sa mère, de ses grands yeux bleu a sa chevelure brune en en passant par les soieries délicates qui recouvrent son corps au maintien parfait.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2478
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Mer 2 Nov 2016 - 12:30


Sa robe blanche laissait ses bras dénudés tout en offrant un col en v. Le tissu brodé d'or soulignait discrètement ses nombreuses formes. La traîne confectionnée avec plusieurs couches de tissu pour l'alourdir vint s'accrocher sur son épaule gauche offrant ainsi un plissé diagonal qui l'enrobait complètement. Le style qu'elle avait choisi allait certainement en étonner plus d'un tout en outrant d'autres mais Maélyne voulait que ce mariage soit différent du premier qu'elle a connu et la robe n'y échapperait pas.

« Maélyne? Tu es magnifique! » Thenala surgit d'un coin de ruelle accompagné de son frère Braan. La Dame les salua puis entreprit de parcourir les derniers mètres en compagnie de sa cousine et de son cousin. Le temple se faisait entrevoir lorsqu'ils décidèrent de s'arrêter pour attendre que chaque invité ait prit place. Là, Braan offrit un baisemain à sa cousine puis continua son chemin.

« Thenala… Je sais pas si je vais y arriver… »
La rouquine scruta le visage de Maélyne puis sortit un simple « oh… » Sa main vint se glisser dans la sienne et un sourire lui fut offert.
« Il ne faut pas te mettre dans de tels états Maélyne. »
« Tu ne comprends pas… »
« Si. Si je comprends. »
Thenala recula un peu tout en attrapant les deux mains de sa cousine. Elle scruta l'ensemble de sa tenue.
« Tout est vraiment parfait. »
Son regard s'attarda ensuite sur son poignet où Maélyne avait demandée à une servante de lui nouer un bracelet fait de lacets de cuir.
« Sauf ça. Qu'est-ce donc? Cela ne va pas avec ta tenue, tu devrais l'enlever. » Dit en en s'emparant de son poignet pour commencer à défaire les nœuds.
« Non. » Répondit Maélyne tout en reculant son bras.
« Il a une signification particulière. »
« Ah bon? Laquelle? »
« C'est… personnel. »
« Ne me dit pas que c'est encore à propos de… »
La mariée ne répondit pas et ne put rien faire d'autre que de baisser la tête ce qui entraîna un long soupire de la part de sa demoiselle de compagnie.
« Maélyne… Il ne reviendra pas. »
« Je sais. » Répondit-elle sèchement.
« Mais alors, pourquoi t'obstiner? »
« Je ne m'obstine pas. Je suis sur le point de jurer à la Damedieu, celle sans qui je ne serais même plus là, d'avoir fait le bon Choix. Or… je n'en suis plus très certaine… »
« Maélyne… »
« Non. S'il-te-plaît. Va me chercher Cécilie. »

N'eut-elle-même pas le temps de tourner les talons que les deux jeunes femmes furent interrompues.

« Maélyne ! Que je suis heureuse de vous revoir ! Vous êtes vraiment magnifique, j’espère que cette journée sera des plus belles pour vous. »
« Dame Aline… Vous... êtes tout aussi magnifique. »

Elle sentit un pincement au cœur. Cette journée n'était pas une des plus belles qu'elle était en train de vivre mais elle se souvint d'avoir dit à Guillaume que toute journée méritait d'être vécue mais que certaines d'entre elles ne méritaient pas qu'on s'en souvienne. L'envie de graver ce jour dans sa mémoire n'était pas présente mais en voyant Aline, le sourire lui revint car au moins l'une des deux mariées saura apprécier ces moments à leurs juste valeur.
Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 843
Âge : 26
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Sam 5 Nov 2016 - 20:45


Il s'en était fallu de peu que le comte d'Arétria manque la cérémonie ; mais il était bien là, se mêlant aux hauts personnages venus assister aux noces tout en occupant une place de choix dans le temple. La rumeur d'une maladie l'ayant cloué au lit pour plusieurs ennéades avait couru ces derniers temps ; on ne s'attendait certes pas à le revoir de sitôt, et certains tablaient déjà sur l'éventualité probable - et parfois espérée - de son décès.
Mais le comte était venu, faisant fi du mal dont il souffrait, tout comme il faisait fi d'un léger détail, d'une insignifiante broutille. On ne l'avait pas convié.

Nulle missive ne lui avait été adressée, que ce soit par l'une ou l'autre des familles qui devaient s'unir ce jour-là. Il était venu, pourtant. Après tout, Roderik ne régnait-il pas sur le comté voisin de Serramire ? N'était-il pas originaire d'un fief proche de la frontière serramiroise, peu éloigné de Lourmel ? N'avait-il pas combattu les drows aux côtés de Serramire et d'Etherna ? Et n'était-il pas le récent champion - par une victoire laide, mais victoire malgré tout - du grand tournoi qu'avait organisé le marquis Aymeric ? Il n'était pas anodin qu'on le laisse de côté. La chose avait intrigué les membres de la maisonnée du comte, quelques ennéades plus tôt, avant qu'il ne tombe malade ; Roderik avait alors balayé leurs doutes avec nonchalance, arguant qu'on n'avait sans doute pas cru nécessaire de lui adresser d'invitation formelle tant il allait de soi qu'il était convié. Il leur avait paru étrange qu'il n'en prenne pas ombrage ; plus surprenante avait été sa décision de s'y rendre malgré tout. En effet, il était difficile de croire à une omission involontaire ou de bonne foi ; un certain nombre d'arétans avaient été formellement invités au mariage, comme certains membres de la communauté naine de Külm, et même Aliénor, la propre sœur de Roderik. A lui, pourtant, pas une seule missive n'avait été adressée. Il aurait pu y voir une insulte ; bien sûr son propre mariage avec la comtesse Iselda s'était tenu dans une espèce de huis-clos où seule la noblesse de l'Atral était conviée, mais il avait été célébré dans une certaine urgence, ce qui n'était point le cas ici. Si bien que lorsque l'un de ses plus zélés serviteurs s'était permis de demander pourquoi il tenait malgré tout à s'y rendre, le comte, d'un ton qui ne prêtait guère à la discussion, avait répliqué parce que.
La question n'était pas anodine, pourtant ; allez savoir pourquoi il s'infligeait cela, cet homme qui n'avait pas d'affection particulière pour les mariages - cérémonies ennuyeuses au possible - et qui ne se réjouirait certainement pas de celui-ci. Il aurait plutôt dû se réjouir de ne pas être convié. Ce n'est pas tous les jours qu'un homme vient regarder la femme qu'il aime en épouser un autre.

Installé avec les hauts personnages, Roderik semblait plongé dans une réflexion silencieuse. S'il s'efforçait de paraître courtois, il ne faisait guère d'effort pour prendre part aux conversations. Il attendait, les mains jointes sur ses genoux, tournant ses pouces avec une espèce d'impatience. A son expression peu avenante, on croyait deviner que les rumeurs sur sa santé n'étaient pas dénuées de vérité ; ainsi Roderik, qui ne cherchait aucune compagnie, échappait à toutes les questions ennuyeuses. Nul ne venait lui demander pourquoi il était venu sans son épouse ; nul ne venait lui demander s'il avait fait bonne route, et depuis quand avait-il quitté Arétria, alors qu'on le croyait encore alité là-bas, entre les murs de pierre de sa citadelle, de chaudes couvertures et un feu de cheminée le protégeant de la douceur automnale.
Et nul ne remarquait les lacets de cuir serrés tout autour de son poignet.
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1105
Âge : 40
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Lun 7 Nov 2016 - 12:22


Le mariage, un jour sacré qui est, soit disant, le plus heureux de votre vie. C'était sans doute vrai pour les mariages d'amour et à voir le sourire rayonnant sur le visage de Jérôme, ce devait être le cas. Pourtant, Guillaume n'avait pas le même, bien qu'il en arbore un également, même s'il était moins prononcé. Les deux frères se mariaient le même jour, mais l'un avec celle qu'il aimait et l'autre pour lier deux familles et les renforcer grâce à cette union. Face à face, les deux blonds se renvoyaient leurs regards bleu azur pendant que les serviteurs les habillaient ce matin la, ce fut Guillaume qui parla le premier

"Tu rayonne de bonheur Jérôme, c'en serait presque hilarant rien que de te regarder, n'oublie pas ton rang même si tu es l'homme le plus heureux ce jour"

Guillaume était stricte, bien plus que son ainé et il avait également plus la tête sur ses épaules. Il aurait surement fait un meilleur Baron que son idéaliste de frère mais les règles de naissance et le parcours des deux frères avaient été ainsi. Le cadet était seigneur de Seram, la ville la plus belle d'Etherna depuis les nombreux travaux qui avaient été fait ces dernières années

"Tu as raison mais je n'arrive pas à me contenir, je boue littéralement d'impatience. L'un des piliers de ma vie qui se concrétise par mon union avec celle que j'aime, c'était inespéré"

Soudain Jérôme se tût et son sourire disparu. Il se rappela qu'il était celui qui avait imposé ce mariage arrangé à Guillaume, maintenant qu'il était devenu le patriarche des Clairssac. Très ancré dans les traditions, il n'avait pas refusé, conscient qu'il devait obéir et faire ce sacrifice. Heureusement, après avoir rencontré sa promise et apprit à la connaitre un peu plus lors d'une escapade au tournoi de Serramire, il l'appréciait assez pour ne pas regretter cette union. Guillaume comprit immédiatement l'expression de son frère

"Ne t'inquiète pas, comme tu me l'as dis, tu aurais pu trouver pire. Maélyne est charmante et j'ai appris à l'apprécier. Je ne doute pas que le temps continuera de fortifier notre union."

"J'ai beaucoup d'affection pour Maélyne et après ce qu'elle a traversé, j'espère qu'elle trouvera le bonheur à tes côtés. Vous le méritez tous les deux, je suis très satisfait de cette union et je suis content que vous ayez appris à mieux vous connaitre. J'espère qu'elle partage ton sentiment et que votre mariage sera heureux"

Maélyne avait eu une vie difficile en perdant son premier époux rapidement, puis sa mère. Ensuite sa soeur qui fut assassinée et sa fille dernièrement, c'était une vrai force qu'elle n'ait pas succombé à la folie. Guillaume tapa dans le dos de son frère, faisant râler les gens qui le préparaient

"Allons, cessons de parler ainsi, on va finir par pleurer le jour de nos mariages. de la joie et de la bonne humeur voyons"

Cela eut l'effet escompté sur Jérôme qui, repensant à Aline, retrouva son sourire ridicule d'homme comblé, ce qui fit rire Guillaume. Ils se laissèrent habiller convenablement, leurs corps d'athlètes d'hommes rompus aux combats mis en valeur par leurs vêtements. C'est donc parés des plus belles tenues qu'ils avaient pour l'occasion qu'ils se présentèrent au temple de Néera. Jérôme ne fit pas attention aux invités, ne se rendant pas compte de ceux qui étaient venus sans l'être, il ne pensait qu'à sa belle qu'il attendait et au moment ou ils seraient unis par les liens du mariage. Guillaume, lui, jeta un regard d'ensemble, avisant quelques têtes qui n'auraient pas dû être la. Il se demanda, en homme pragmatique, ce qu'il allait se tramer mais il avait un autre devoir aujourd'hui, celui de combler Maélyne autant qu'il le pouvait. Enfin arrivés à l'autel, les deux hommes avaient leurs regards qui allaient de l'un à l'autre puis vers la porte ou les deux promises devaient faire leur entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 533
Âge : 28
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Mar 8 Nov 2016 - 14:39

*A-t-on jamais vu plus beaux souliers si mal accueillis ?* S'interrogea le marquis, tandis que la procession entamait son inexorable avancée, des ruelles etherniennes jusqu'au chœur de la cathédrale. C'était, pour l'instant, les seules préoccupations qui l'animaient ; ça, et la délicate apparence que son costume prodiguait. Aymeric, au moment de porter sa vassale devant l'autel, n'avait d'yeux que pour ses bottes et son pourpoint - du reste, d'un bien coquet noir de jais brodé au fil d'or.

C'était son orgueil et sa fierté, mais à l'évidence, cet attachement outrancier à une simple tenue, tandis que se jouait ici de bien plus importants évènements, trahissait un malaise chez le marquis. Son intellect, loin d'être dupe, pesait, jusqu'à présent en vain, pour l'extirper de ces considération triviales - presque aussi fort que la Lourmel lui pesait sur le bras en ce moment. La mauvaise conscience aidant, Aymeric finit ainsi par se détourner de ses boutons de manchette, dont après tout, personne n'avait rien à foutre.

C'est qu'une fois détaché de ses poulaines, le regard du marquis put à nouveau contempler l'objet de son irritation. Devant lui, au delà d'une cohorte de loqueteux, se dressait, éclatante, la cathédrale d'Ethrerna, dont le calcaire d'albâtre reflétait admirablement les reflets cuivrés du doux soleil automnal. Non que le marquis eut quelque dent contre la belle architecture ou les lueurs vespérales, cependant, la chose lui rappelait bien trop son état : il se trouvait à Etherna. Etherna, quand les mariés, tous confondus, trouvaient leurs prérogatives à Oesgard, Lourmel, Froissart, Montévlin.  

Comment ne pas être irrité ? Ces unions, qu'Aymeric avait encouragé et béni, sanctifiaient le rapprochement bienvenu entre la maison de Clairssac et le pays serramirois. Depuis la première invasion de Jérôme, le marquis s'était appliqué à rattacher se dernier à sa terre, et voila que notre bon baron, au moment d'unir sa famille à la noblesse serramiroise, exportait ses épousailles en pays d'Odelian, dont le maître n'était autre que le rival même d'Aymeric. Alors, fatalement, celui-ci l'avait mauvaise.

Cette rancœur était d'autant plus profonde, que les heureux mariés avaient passé plus d'un mois, rigolards, à faire la nique à leur marquis. Depuis le tournoi serramirois, la dame de Lourmel s'était bien gardé de répondre aux missives de son maître, quant aux réformes du ban. Clairssac, quant à lui, s'il avait regagné l'Oesgardie, s'en était bien vite éloigné après les épousailles avortées de Saint-Aimé et de la jeune Anoszia. Chacun avait alors pris la poudre d'escampette, direction le Sud. Le père Bréguet les avait aperçu à Diantra ; Heinrich, quant à lui, rapporta la présence de Clairssac à Langehack même.

In fine, c'était avant tout la situation du Royaume qui préoccupait le marquis. Les menées de l'Effroyable Godfroy avaient fait long feu, et désormais, c'était au tour du Chancelier, Cléophas à la grande gorge, de tramer sa toile, dans le mervallois. La rumeur incertaine d'un tout aussi incertain conclave n'en finissait pas d'aller et venir, et si l'on ajoutait à cela l'entreprise belliciste entamée par son voisin oriental, il ne restait qu'un terme pour qualifier ce mois d'automne : casse-gueule.

Ainsi, bien qu'il l'eut désiré, ce mariage n'enchantait guère Aymeric. Le simple fait d'être ici n'enchantait guère Aymeric, qui désirait plus que tout demeurer dans son donjon, à superviser la réforme de son armée. Les derniers mois l'avaient rendu, sinon aigre, suspicieux. L'homme des tournois et des réjouissances cédait désormais bien vite le pas vers l'homme des cabale, celui qui avait conspiré contre Bastylle, croupi au cachot des années, côtoyé l'enherbement et la guerre. Un riant portrait d'homme, somme toute, trop heureux de mener à l'autel une vassale dont il se méfiait comme la peste, pour la marier à un homme qui avait autrefois porté les armes contre sa citadelle. *Je m'apprête à lier entre eux les ennemis que j'ai écrasé*, se surprit à penser l'homme, non sans hésitation.

C'est pourtant ce qu'il fit.

Revenir en haut Aller en bas
Thibaud de Kelbourg
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 314
Âge : 56
Date d'inscription : 07/09/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Mar 8 Nov 2016 - 16:06


Quelle mauvaise surprise lui fit son suzerain en lui demandant d'assister aux épousailles du baron d'Etherna et de son frère. En recevant l'ordre, il crut tout d'abord à une plaisanterie. Que le Saint-Aimé se paye se trogne eut été probable. Après tout, ils s'envoyaient des jurons constamment depuis maintes années, au point que cela soit même devenu une tradition familiale. Mais là ! L'on avait dépassé le niveau d'une simple pique pour la remplacer par du sadisme pur et dur. Lui qui avait déjà traîné les pieds pour assister à l'union foireuse du faon et de la dragonnette... Pourquoi n'y était-il pas allé lui-même d'ailleurs ? Certaines rumeurs couraient à ce propos, mais Thibaud se garda bien d'y prendre part. Godfroy était un homme sûr et avisé, en plus d'être violent et mégalo. S'il ne se déplaçait pas en personne pour assister à ces funé...épousailles, c'est qu'il devait y avoir une raison, et une bonne !

Arrivé sans hâte la veille du mariage dans la cité d'Etherna, Thibaud et sa clique prirent leurs quartiers dans un hôtel particulier non loin de la cathédrale. Sans femme, ni enfants pour l'emmerder, seuls ses fidèles acolytes l'accompagnèrent dans ce périple digne d'un roman pour jouvencelle. Le lendemain, au petit matin, les ethernans s'étaient déjà agglutinés sur la place, attendant impatiemment le défilé de nobliaux. Ceux-ci ne tardèrent pas arriver pour prendre place dans la maison de Néera. Arborant belles tenues, riches bijoux et armes d'apparats, l'on eut dit qu'un bal masqué était prévu pour les festivités du soir. A côté de ces gens de bonne naissance, Thibaud et les siens parurent bien moins présentables, tout crottés qu'ils étaient de la veille.

En s'installant dans la masse grouillante de nobles, Thibaud ne s'attendit pas à de longues accolades et embrassades avec les personnes qui l'entouraient. Il n'avait pas été invité, s'était forcé à venir et qui plus est, Sainte-Berthilde ne jouissait pas particulièrement d'une bonne image au près des seigneurs voisins. A qui la faute ! Godfroy avait usé de son surnom d'effroyable au point que tout le berthildois était devenu une grande source d'interrogation pour la noblesse péninsulaire. Mais en ce jour de fête, le plus beau ou le plus comique, était bel et bien qu'une délégation langecine ait été là, ainsi que des personnalités de la ligue, tandis que l'on guerroyait encore à Sharas.

Était-ce pour cette raison qu'on lui avait demandé d'assister à ce spectacle ? Pour provoquer ces hommes et ces femmes ? Sa réputation n'était plus à faire après tout, Thibaud était un emmerdeur de première, possédant une fâcheuse tendance à user de termes acerbes pour se faire des amis. Si telle était la véritable raison de sa présence, peu de chance qu'il n'y parvienne. Du moins, pas sans alcool. Les futures mariées arrivèrent finalement après une pénible attente. L'une d'elle fut même amené par le marquis de Serramire en personne. En voyant leurs mines de déterrés, Thibaud s'amusa à savoir lequel des deux avait le moins envie de se trouver là. Il repensa alors brièvement à la jeune Anoszia qui s'était suicidée au moment de s'unir au Saint-Aimé. Elle non plus n'avait point eu une tête très joyeuse à son entrée dans la cathédrale. Tout le monde savait comment cela s'était terminé.

-A tous les coups, elle va nous faire la même chose que l'autre suderonne, chuchota l'un des siens.
-Nous serions de retour chez nous bien plus vite ma foi, ce ne serait pas une mauvaise chose.
-Jamais deux sans trois, messire.
-Pour que cette expression marche, il aurait fallu un deuxième cas, Renaud.
-Et le frère de la dragonne qui s'est jeté du haut de sa tour le jour même des épousailles, vous le comptez pas ?
-Ha si vrai l'ami, bien vu ! En ce cas, l'expression est bonne. Si la blonde se suicide, je t'offre une chopine ce soir.
-Merci messire, vous êtes généreux.
-Oh oui, ma bonté me perdra, souffla-t-il tandis que la cérémonie était sur le point de commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 511
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Ven 11 Nov 2016 - 15:41

Le voyage avait été long jusqu'à Etherna. Long et maussade. Depuis quelques jours déjà, Cécilie avait une impression diffuse de flottement. D'après Rose, sa mère et toute la tripoté de personnes qui l'avaient trouvés « pas dans son assiette », cet état « passerait bien vite ». Mais elle en doutait furieusement...

Venue pour le double mariage de sa cousine Maélyne et de son ami Jérôme, elle n'avait pu voir ni l'un ni l'autre depuis son arrivée de la veille. Pas plus qu'elle n'avait pu croiser Guillaume ou Aline. Les quatre futurs mariés semblaient totalement sous l'eau tant il y avait de choses à prévoir. En tout cas, les célébrations s'annonçaient à la fois belles et décontractées... Malgré quelques invités visiblement non prévus au programme.

Dans le temple, à l'heure dite, Cécilie avait fini par en prendre son parti, comme du reste. Assise à côté de son époux, la Dame de Montecale attendait de pouvoir se réjouir d'une alliance réellement heureuse et désirée... Elle déplorait seulement que ce ne soit pas celle de sa cousine.
Revenir en haut Aller en bas
Enrico di Montecale
Hôte
Hôte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 412
Âge : 21
Date d'inscription : 10/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Sam 12 Nov 2016 - 11:05

Enrico se tenait à côté de son épouse. Ha ! Quelle blague. On la refait ?

Enrico se tenait à côté de son épouse. Mince. Toujours pas très naturel. Néanmoins, si la nouveauté de la chose pouvait en amuser quelques-uns, le baron à la jambe de bois, lui, ne riait pas. Il affichait un air à la fois austère et noble, celui qu’il avait appris à imiter de ceux à qui il avait toujours voulu ressembler. Une fois devenu l’un des leurs, il s’était rendu compte qu’il n’y avait pas que des avantages à se considérer comme faisant partie des êtres supérieurs de ce monde. Enfin, il aurait assez de sa vie pour râler. Déjà qu’il ne connaissait aucun des mariés, si ce n’est de nom, il eut été bien plus diplomate d’afficher un sourire de circonstance, et ce même s’il paraissait forcé.

C’était sa nouvelle compagne qui avait ardemment souhaité être là. Lui, voulait retourner sur Nelen tout de suite. Mais le malaise de son père à Diantra avait prolongé le séjour des Montecale sur le continent. Aussi, il avait fini par accepter de venir avec l’élue de son cœur à ce fameux mariage ethernan. Il avait cependant éprouvé beaucoup de difficulté lorsqu’il était passé proche de Sharas. Il n’avait rien vu du port, ni du blocus, durant ce voyage, néanmoins, son cœur avait à nouveau saigné au souvenir de son brave petit frère, à qui il avait fait l’erreur de laisser le commandement. C’était comme si c’était lui qui l’avait tué.
Je l’ai abandonné…

Il fallut bien quelque chose pour qu’il évite de marteler à nouveau sa conscience avec les événements récents. Une jolie femme à regarder, peut-être ? Regarder n’est pas tromper, n’est-ce pas ? Puis, ce n’est pas comme si sa femme allait remarquer quoi que ce soit… Il faillit glousser en y réfléchissant, puis se rappela que ce n’était pas très sympathique. Son regard passa d’une dame serramiroise à deux belles veuves du pays d’Oësgard. Il avait toujours pensé que les femmes du Nord étaient aussi rustres que leurs hommes, et s’accouplaient avec des porcs pour donner naissance à leurs fils. Mais apparemment, cela n’était que rumeurs infondées. A moins que les porcs ne soient les plus chanceux de l’histoire ?

Il avait longtemps regardé d’un œil torve les Berthildois qui s’étaient invités au mariage. Si l’Effroyable eut été là, présent par un de ces hasards mêlant le toupet à la stupidité, il l’aurait sans nul doute provoqué en duel après le mariage. Pourquoi n’était-il pas déjà pieds et poings liés ? Tous semblaient s’accommoder assez facilement de vivre à côté d’un homme qui avait renié les dieux et son honneur. Le Nord, terre des hommes d’honneur. La plus grande blague du Royaume, mais qui ne le faisait plus vraiment rire.

Ses œillades poussées furent bien vite remarquées par un seigneur berthildois, qui lui rendit son regard. Enrico jura intérieurement. Il n’avait pas vraiment voulu se faire remarquer. Néanmoins, il se dit que c’était peut-être bon. Il aurait à s’expliquer avec eux un jour, autant se faire une idée de quel genre de personne ces pourceaux étaient. Celui qu’il avait regardé avait une tête étrange. Une tête de tueur, comme il avait pu en voir beaucoup durant ses innombrables batailles…

Une tête qui ne lui revenait pas.

_________________
El Demonio con la Pata di Palo

Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1467
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Mar 15 Nov 2016 - 11:40

Nakor avait fini par quitter le lieu où il se trouvait pour continuer son incartade en milieu humain. Il y avait à chaque fois de nouveaux rebondissements! Cette péninsule et ses surprises, ses presque coup d'état incessants, ces nouveaux prétendants au trône, les anciens aussi qui parfois refond surface. Un monde bien étrange, enfermé dans une sorte de cercle continu qui ne trouve plus ni son début, ni sa fin. Un courrier avait fini par lui parvenir, indiquant la tenue de deux mariages célébrés le même jour. Un mariage entre Aline de Montévlin et le Baron d'Etherna, ce très cher Jérôme de Clairssac. Ainsi qu'un mariage entre Maélyne de Lourmel et Guillaume de Clairssac. Ceux-ci seront célébrés le même jour par Irys, Haute-Prêtresse de Néera. Et le vieux fou était invité. D'abord un mariage où la mariée se suicide ou se fait empoisonner, et maintenant deux mariages d'un coup! En terminant la lettre et en pensant à tout cela, Nakor eu une simple réponse à voix haute

"Stupéfiant!"

Il décida donc de s'y rendre et d'être particulièrement attentif aux événements. Les faux sourires, les tensions éventuelles, les querelles contenues, les vrais élans de chaleurs, la fête, le repas, les échanges ... tout pouvait être la source de nouvelles aventures pour ne pas dire plus. N'ayant toujours pas changé d'avis, Nakor se dit que sa robe était absolument parfaite pour un mariage, après tout, elle avait été parfaite pour les six cent dernières années, pourquoi pas encore un peu? Il fit donc le nécessaire pour se rendre au mariage et prépara dans sa besace de tours de magie, un petit spectacle qu'il ne déclencherait que s'il sentait les mariés heureux, unis avec candeur et sincérité, sans force extérieure pressante.

"Après tout, un peu de magie ne fait jamais de mal non?"

Se demanda-t-il à lui-même avant de décoller sur son tapis volant. Une fois arrivé sur place, il fut accueilli avec bonne humeur, comme Magistère du Firmament. Après tout, les hommes de la région le connaissait comme le magicien qui avait permis de faire face aux sortilèges démoniaques des drows lors de la dernière bataille. Sans lui les pertes auraient été bien plus lourdes encore. Il salua quelques têtes qu'il reconnu sur son passage, autant au niveau des gardes que des personnes importantes ou bien en vu dans la Péninsule. Aymeric de Brochant notamment, avec qui il entretenait une relation plus que particulière. Ce mariage promettait-il autant de surprise que l'autre? Il allait vite le savoir et avait hâte de voir entrer et la Prêtresse et surtout les mariés, au nombre de quatre pour cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Jeu 17 Nov 2016 - 15:58




« Tu te jettes dans la gueule du loup, ma pauvre fille. »

Le nez de Blanche se dressait vers la figure de son père. Systématiquement, les billes roulaient jusqu’à la silhouette de sa mère, en qui elle cherchait généralement le soutien, ce qu’il ne trouva pas.

« Ton père dit vrai. »
« Fort bien. »
« Est-ce que tu te rends compte au moins ? »
« Oui je m’en suis parfaitement consciente au vu de ma position délicate mais je gage sur le fait que cette demande vint expressément de Dame de Lourmel et qu’en amie, je détiendrais sa protection. »
« Et quelle protection ! AH AH AH, si elle sait autant se protéger elle-même que sa fille, alors ON -N’EST PAS RENDU »

Blanche ramena sa main contre son front d’un air consterné par les propos de son patriarche. Un raclement de gorge s’extirpa de la gorge de Raymond, agacé.

« Tu joues avec le feu, ma fille. »

Les sourcils se froncèrent alors qu’elle dévisageait son père.

« Au pire, vous serez à Odélian… Et nous pourrons compt… »

Si tôt Raymond lui coupa le sifflet, agrémenté d’un mouvement de sa main.

« Tu es sotte ! Dois-je te rappeler l’épisode des Champs Pourpres ? Tu ne peux pas franchement les compter comme tes alliés, quand bien même Madeleyne est ta sœur. FOUTRE NÉERA, Eugénie, comment peut-elle être duchesse ? Je te le demande comment !? »

Un grognement fut arraché des lèvres de la Dame du Val tandis qu’Eugénie se penchait pour saisir les mains de sa fille.

« Ce que ton père essaye de te dire c’est qu’un complot et un assassinat est si vite arrivé. En considérant, les nobles présents et surtout tes relations avec le Baron d’Etherna… Tu vois où je veux en venir. »
« Croyez-vous que je n’ai rien appris depuis cette décennie ? J’en suis parfaitement consciente. »

L’arrêt de la diligence coupa court à la conversation. Ils étaient arrivés… Enfin seulement Blanche et sa garde d’Obsidienne. Ses parents continuaient leur voyage jusqu’à Odélian où Raymond et Eugénie allèrent rencontrer leur seconde fille et sans doute tenter de la température. La baronne se redressa et s’apprêtait à descendre lorsqu’elle fut retenue. Les yeux s’en tournèrent vers la main de son père qui l’attira sans attendre à lui pour la serrer si fort qu’elle crut qu’il allait lui briser les os. Eugénie fit de même.

« Sois prudente ma fille ! »
« Evidemment. »

Le temps qu’on décharge ses bagages et que ces derniers soient acheminés dans le petit hostel qu’elle avait loué à des nobles désargentés, la diligence repartit aussitôt.




En retard, il faut bien le souligner, la Dame du Val fut une des dernières à se faufiler à travers le temple. Dans une robe banale mais de bonne facture, elle était loin des extravagances coutumières. Tout était dans la discrétion. Une coiffe retenait sa chevelure en arrière agrémenté d’un voile brouillant ses traits. Des mitaines en velours couvraient dores et déjà ses mains. L’œil vacilla d’un convive à un autre alors qu’un chuchotement la tirait de sa contemplation.

« N’est-ce pas là de mauvais goût d’organiser les deux mariages à Etherna ? »

C’était en effet cocasse alors que tous dépendaient du Marquis de Serramire, plus encore lui-même conduisait Maélyne à l’autel non pas sur ses terres mais en territoire étranger.

« J’imagine qu’il doit fort mal le prendre. » Comme tout noble conservateur qui respecte, pensa-t-elle.
« C’est aussi cocasse que tu sois présente au mariage du Baron qui ne doit surement pas désirer ta présence. On va bien s’amuser »

Se stoppant nette, elle s’en retournait vers l’auteur de ses mots, fin prête à le faire taire mais lorsqu’il croisa le regard de l’homme, c’est elle qui ravala sa salive et fit volte-face pour chercher une place. Sa menue silhouette échoua à côté du Comté d’Arétria qu’elle salua modestement. Son regard échoua un instant sur le Seigneur de Kelbourg puis poursuivit son petit chemin jusqu’au couple fraichement marié de la baronnie de Nelen. Ce qui la rassurait c’est qu’elle n’était pas la seule à avoir une personne avec qui partagé sa vie n’étant pas présent. Elle faisait partie de ceux qui étaient mariés mais auquel l’époux ou l’épouse n’était jamais présent à leur côté. En somme … la classe des mariages politiques non désirés.
Tout allait dans le meilleur des mondes jusqu’à ce la même voix qui l’avait précédemment incommodé lui susurre.


« Ça pue l’archimage ici. »

Le regard statua aussitôt sur la silhouette de Nakor. Oulalalalalalala ! Mettez-vous à l’abris. Les femmes, les enfants d’abord. Roderik sentit sans doute bien vite un petit courant d’air soulever les pans de tissus qui l’habillaient. Blanche était tout bonnement en rogne et n’avait qu’une seule et unique envie de faire bouffer au Vieux sa toge et l’étouffer avec. Elle serra les poings et amorça un pas en direction du vieillard. Mais une main la retint, celle d’Odeline qui lui broyait littéralement l’épaule en lui offrant un sourire des plus délicieux. Elle murmura :

« La Dame de Lourmel et les Seigneurs de Clairssacs seraient réellement fâchés si vous veniez à … »

Blanche savait la suite. Elle inspira profondément pour tenter de faire le vide dans son esprit. Comme à l’accouchement, inspire – expirer – inspirer – expirer. C’est à ce moment-là qu’elle se dit que pondre un marmot était chose beaucoup plus aisée que de garder son calme.
Revenir en haut Aller en bas
Irys d'Arosque
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 154
Âge : 17
Date d'inscription : 02/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 52 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Jeu 17 Nov 2016 - 21:59

"Il suffit de voir deux amants pour savoir que l’Amour existe encore."

Il y avait déjà quatre ennéades que la tiare d’argent avait été posée sur sa tête et qu’elle avait pris le titre de Haute-Prêtresse de Néera. Alors qu’à peine était-elle habituée à ses nouveaux vêtements, les évènements se précipitaient. Bien qu’heureux pour la plupart, l’idée de pouvoir faire reposer ses yeux à l’abri sous ses couvertures était tentante. Mais Irys ne pouvait refuser l’opportunité de réunir deux Souffles pour la vie. Quatre, cette fois, attendaient sa venue à Etherna où ils prononceraient leurs vœux. Le voyage de Diantra à la cité s’était donc imposé. On lui avait donné une jument répondant au doux nom de Firma dont la robe blanche l’avait charmé au premier regard. Laarth virevoltait au dessus deux et se rappelait parfois à la vielle femme par quelques mots qu’eux seuls entendaient. Le petit compagnon était vite devenu son seul interlocuteur, tant les deux prêtres l’accompagnant ne souhaitaient décrocher la moindre parole.

La petite délégation resplendissante aux couleurs d’or, d’argent et de bleu s’échoua devant la lourde porte de la Cité. Cicatrice vivante et témointe de guerres ancestrales, la ville d’Etherna portait les stigmates de la guerre sur chaque pierre. Mais on sentait la volonté du seigneur de ces terres de rendre à la cité sa gloire. Les Prêtres passèrent les arches taillées et s’enfoncèrent dans les rues du quartier bas.

'– Tout ce qu’il y a de plus beau et de plus laid en ce monde. C’est comme ca que je qualifierai cette ville. '

Irys soupira. Là où nobles et populace étaient séparés par un épais mur gardé par des armures rutilantes jamais il n’y aurait de Bien véritablement bon. Dans ces lieux où la puanteur était maîtresse et où le mendiant devenait roi de quelques pavés, la Haute-Prêtresse faisait figure d’apparition divine. Les passants ouvraient des yeux ébahis devant le défilé des hommes du culte, qui distribuaient ici et là sourires et bénédictions. La veuve elle-même n’en était pas avare. Mais bien que le contact des plus miséreux ne la repoussait guère – l’attirait, même, par bien des aspects – l’oppression des bâtiments qui obscurcissait le ciel lui pesait. C’est avec un certain soulagement qu’elle rejoignit les espaces plus aérés de la cité haute. C’est là que son périple devait la mener. Dans le Temple d’Etherna elle était attendue pour célébrer une nouvelle union.




Devant les yeux de centaines de témoins, la Haute-Prêtresse officiante se tenait debout au milieu des deux couples. Son honneur le baron d’Etherna et sa femme du sang des Montévlin se tenaient à sa droite, tandis que Guillaume de Clairssac et Maélyne avaient été disposé à gauche. Tant de noms qu’il avait fallu appréhender mais qu’Irys pouvait à présent se vanter de tous connaître. Dans l’assistance, outre le Marquis de Serramire, divers visages lui revenaient à la mémoire. ‘Victoria, des di Maldi. Baronne de Sybrondil. Roderik de Wenden. Comte d’Arétria.’ Autant de noms qui se bousculaient. Le visage candide familier de Linaelle de Lancrais, fille de Méliane, que l’on avait privé de son père. Malgré sa volonté de ne pas en tenir de haine à propos du marquis de Sainte-Berthilde, la colère était tout de même présente. Elle la chassa et se répartit d’un sourire bienveillant.

«– Ô Grande Mère, Créatrice et Fondatrice, accorde-nous ta pitié et préserve-nous du malheur. Ô Divine Patronne, Vierge Vénérable, apaise nos cœurs et veille sur nos enfants. »

Sur cette prière débutait la cérémonie qui lierait quatre nouveaux Souffles.

Le baron d’Etherna recevait l’honneur qui lui était du d’ouvrir le « bal ». Se tournant vers le couple de droite. Irys les salua et les gratifia d’un sourire.

«– En ce moment où Jérôme de Clairssac et Aline de Montévlin se présentent devant Vous, ô Bienveillante Déesse, nous prenons l'engagement de faire respecter le Choix en Votre nom et selon Votre volonté car c'est dans la joie et sans contrainte que nous sommes rassemblés ici aujourd'hui pour unir deux vies.

Soyez, ô DameDieu, témoins de ce Choix qu'ils font ici, librement, et qu'ils auront à garder tout au long de leur vie. Donnez-leur d'être sincère comme Vous êtes sincère. Donnez-leur d'être bienveillant comme Vous êtes bienveillante. Donnez-leur d'être clairvoyant comme Vous êtes clairvoyante et que par la grâce de vos bénédictions, ils puissent faire le Juste Choix.
»

Au moment de prononcés ces mots déjà tant de fois sortis de sa bouche, la Haute-Prêtresse mit un peu plus fort l’accent sur la liberté et espéra que sa voix ne se soit pas trop emportée. Elle manqua de se pincer les lèvres mais se retint de justesse, évitant une nouvelle maladresse.

Les deux amants se tenaient face à face, les yeux dans les yeux. Ils s’aimaient, à voir comme chacun regardait l’autre. Et il était rare que dans ces sphères où pouvoir, argent et mariage étaient étroitement liés, des mariages d’amour soient prononcés. Il était heureux que le baron d’Etherna épouse une femme qu’il l’aime et l’aimant en retour. Avec plus d’assurance et soulagée de ce constat, Irys releva les mentons des deux concernés. Elle enjoint l’un, puis l’autre, à répeter les phrases d’usage.

«– Réunis devant les hommes et les dieux, cet homme et cette femme ont fait vœu de toujours être là l'un pour l'autre. Sur ce serment, ils bâtiront leur futur. Vous qui êtes ici aujourd'hui, soyez témoins de leur Choix. »

Un calice lui fut tendu et la vielle femme le glissa dans les doigts de la mariée. Les manteaux tombèrent sur le sol, emportant les couleurs familiales avec eux.

«– ô Bienveillante Mère des hommes, devant Vous nous nous agenouillons. Bénissez cette union. Bénissez de votre grâce vos enfants Jérôme de Clairssac et Aline de Montévlin qui aujourd'hui se consacrent dans le mariage. Que votre bénédiction descende sur eux et leur permettent de rester sur la bonne voie, main dans la main. Qu'ils trouvent le bonheur en se donnant l'un à l'autre, qu'une descendance vienne embellir leur foyer. Dans la joie, qu'ils sachent vous rendre grâce ; dans les épreuves, qu'ils se tournent vers vous ; que votre présence les aide dans leurs tâches quotidiennes. Dans la tristesse enfin, qu'ils vous trouvent à leurs côtés afin que vous allégiez leur fardeau et que marqués de vos signes, ils sachent se garder l'un l'autre des tromperies et de la vilenie.

Embrassez-vous, et par ce baiser vous devenez mari et femme. Le serment prêté devant les dieux est sacré. Nul Homme ne peut le disjoindre et maudit soit celui qui se met entre eux. Deux Souffles, une seule vie
»
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr
Jérôme de Clairssac
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1105
Âge : 40
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Mar 22 Nov 2016 - 7:35

Etant Baron en titre, la cérémonie débuta par Jérôme. Ce dernier aurait préféré que ce soit son frère qui ouvre le bal, pour le remercier de son indéfectible loyauté et par respect pour avoir accepté ce mariage. Toutefois, la tradition était ce qu'elle était et il aurait été inconvenant de changer certaines choses. Ce fut donc par le Baron que la cérémonie débuta. A son entrée, Jérôme, vêtu de la tenue de cérémonie, une chemise blanche et un pantalon rouge ainsi que d'une cape aux couleurs de sa maison, il avait salué la Haute-Prêtresse avec sincérité avant de se placer sur la droite pendant que son frère se positionnait de l'autre côté. Puis les dames firent leur entrée, Jérôme n'eut, bien entendu, d'yeux que pour sa promise. Tout le reste disparu de son champ de vision, Aline le remplissant entièrement, qu'elle était belle et quelle chance il avait de s'unir à cette femme qui l'aimait tout autant. Son sourire béat s'agrandit, preuve que c'était un mariage d'amour et non arrangé, qui pouvait avoir un sourire aussi niait pour un mariage qui ne le comblait pas. Il tenait la main d'Aline dans la sienne, n'oubliant pas sa phobie et espérant que l'instant présent et son amour aiderait sa moitié à surmonter sa peur de la foule.

Une fois que les deux couples furent en place, le silence se fit dans la cathédrale et Irys débuta son office. Jérôme se fit violence pour arrêter de regarder sa future et être attentif à la Haute-Prêtresse. Toujours tiraillé dans sa dévotion, le dialogue qu'il avait eut avec celle qui officiait son mariage lui avait apporté quelques réponses mais ce jour, tout cela était bien loin et il était entièrement tourné vers la Déesse Néera. Il écouta le plus attentivement qu'il put en cet instant ce que Irys disait. Leurs mentons relevés par un prêtre, ce qui n'était pas nécessaire à cet instant, afin que leurs regards se perdent l'un dans l'autre, il ne manquait pas une miette de sa promise tout en écoutant les mots d'Irys pour ne pas se tromper dans les gestes qu'il devait faire et les mots qu'il devait dire pour sceller cette union. Au moment de prononcer ses vœux, son sourire s'effaça subitement et une gravité fit son apparition, preuve que son engagement serait total

"Moi, Jérôme de Clairssac, baron d'Etherna, choisis librement de prendre comme épouse Aline de Montévlin. Et devant tous les dieux, je fais le serment de la protéger, de l’honorer, de lui rester fidèle, de faire de son malheur mon malheur, et de ses intérêts mes intérêts. Deux Souffles… une seule vie"

Au moment voulu, Jérôme lâcha Aline, la laissant prendre le calice qu'on lui tendait. Lui même défit le manteau qu'Aline portait, avec les couleurs de Montévlin, le laissant tomber à ses pieds. Puis il retira le sien, au couleur de Clairssac et marqué de la licorne, qu'il déposa sur les épaules de sa promise. Il but à la suite d'Aline dans le calice. Jérôme s'approcha alors d'Aline, posant sa main droite sur sa joue gauche et la regardant droit dans les yeux, puis il l'embrassa, un baiser un brin timide vu le nombre de personnes présentent, mais sa nouvelle épouse pu tout de même ressentir la dévotion que son mari aurait pour elle et tout l'amour qu'il lui donnerait. Tous les sentiments qu'il avait à son intention transpiraient dans son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Irys d'Arosque
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 154
Âge : 17
Date d'inscription : 02/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 52 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Ven 2 Déc 2016 - 18:31

"Pour la vie, vous êtes unis. Votre Choix est Sacré, puisse Néera le protéger et maudire ceux qui tenteront de le défaire."

La voix de la prêtresse se répercuta sur les murs du Temple, un écho accompagnant le baiser du baron et de la baronne consoeur, désormais unis pour tout leur vie.

Deux Souffles, une seule vie.

Irys laissa un moment planer le silence lorsque le baiser avait tut les émois dans l'assemblée. Une façon de faire durer l'amour véritable où la Péninsule en avait cruellement besoin. Elle parcourra des yeux le visage de Jérôme, où l'on lisait aisément l'appréhension et le soulagement, l'amour et la résolution. Une Foi portée devant les Dieux, honnête et sincère, qui le menait dans ce temple, la main de sa femme au creux de la sienne.

La veuve leur adressa silencieusement une bénédiction, qu'elle tint en ces mots : ‘ DameDieu, puisse tu protéger ces jeunes gens des maux de tes ailes protectrices, accorde à leur amour pérennité et passion. Qu'avec ton soutien tes Enfants perdurent à travers eux.

Se tournant vers le second couple, elle les toisa avec un sourire. Le même sourire bienveillant avec lequel elle affrontait l'assemblée. Maélyne de Lourmel et Guillaume de Clairssac étaient aussi promis à un avenir tout aussi radieux, bien qu'aucun amour véritable ne liait leur union. Depuis bien longtemps la Haute-Prêtresse avait appris à ne pas être affectée par de tels mariages sans sentiments. Des moeurs si ancrés dans le Royaume ne pouvait disparaître au profit des purs préceptes de la DameDieu. Irys avait su profiter de la chance qu'elle avait reçues et espérait chaque jour pouvoir la transmettre un peu plus aux couples qui le lui demandait.

En ce moment où Jérôme de Clairssac et Aline de Montévlin se présentent devant Vous, ô Bienveillante Déesse, nous prenons l'engagement de faire respecter le Choix en Votre nom et selon Votre volonté car c'est dans la joie et sans contrainte que nous sommes rassemblés ici aujourd'hui pour unir deux vies.

L'Amour pouvait se construire, sur les bases solides de l'union néérite. Rares n'étaient pas les cas où les sentiments apparaissaient après des années de vie commune.

«– En ce moment où Jérôme de Clairssac et Aline de Montévlin se présentent devant Vous, ô Bienveillante Déesse, nous prenons l'engagement de faire respecter le Choix en Votre nom et selon Votre volonté car c'est dans la joie et sans contrainte que nous sommes rassemblés ici aujourd'hui pour unir deux vies.

Soyez, ô DameDieu, témoins de ce Choix qu'ils font ici, librement, et qu'ils auront à garder tout au long de leur vie. Donnez-leur d'être sincère comme Vous êtes sincère. Donnez-leur d'être bienveillant comme Vous êtes bienveillante. Donnez-leur d'être clairvoyant comme Vous êtes clairvoyante et que par la grâce de vos bénédictions, ils puissent faire le Juste Choix.
»

Sa main ferme releva les deux visages faces à faces. L’assemblée retenait son souffle, attendant un dernier verdict. L’assentiment des deux partis, moment tant attendu et espéré, celui dont on gardais une image claire : celle des manteaux tombant aux sols et des mariés buvant chacun dans le Calice, symbole de fertilité. Puis venait le baiser, tantôt passionné, parfois forcé, souvent maladroit. Ainsi se résumait le mariage dans l’esprit de beaucoup. Peu se souvenaient des mots pleins de sens que les Serments faisaient prononcer. Ces mêmes mots que Maélyne et Guillaume prononçait.

«– Réunis devant les hommes et les dieux, cet homme et cette femme ont fait vœu de toujours être là l'un pour l'autre. Sur ce serment, ils bâtiront leur futur. Vous qui êtes ici aujourd'hui, soyez témoins de leur Choix.

Ô Bienveillante Mère des hommes, devant Vous nous nous agenouillons. Bénissez cette union. Bénissez de votre grâce vos enfants Guillaume de Clairssac et U.. Maélyne de Lourmel qui aujourd'hui se consacrent dans le mariage. Que votre bénédiction descende sur eux et leur permettent de rester sur la bonne voie, main dans la main. Qu'ils trouvent le bonheur en se donnant l'un à l'autre, qu'une descendance vienne embellir leur foyer. Dans la joie, qu'ils sachent vous rendre grâce ; dans les épreuves, qu'ils se tournent vers vous ; que votre présence les aide dans leurs tâches quotidiennes. Dans la tristesse enfin, qu'ils vous trouvent à leurs côtés afin que vous allégiez leur fardeau et que marqués de vos signes, ils sachent se garder l'un l'autre des tromperies et de la vilenie.

Embrassez-vous, et par ce baiser vous devenez mari et femme. Le serment prêté devant les dieux est sacré. Nul Homme ne peut le disjoindre et maudit soit celui qui se met entre eux. Deux Souffles, une seule vie
»

Irys soupira d’aise.
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2478
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Mar 6 Déc 2016 - 14:12

Maélyne ne put s’empêcher de sourire en voyant son ami Jérôme prendre pour épouse Aline de Montévlin. Un mariage d’amour, c’était quasiment aussi rare que de croiser un dragon dans ce royaume, pourtant, il avait réussi… là où elle-même avait échouée.

Son regard se posa sur Guillaume, il était beau mais son visage était fermé et sérieux. Il adressa lui aussi un regard à son frère mais n’esquissa aucun sourire. Bien évidemment qu’il était content pour Jérôme mais il avait toujours une certaine rancune d’être celui qui se devait de subir le mariage arrangé pour faire prospérer la famille.

La haute-prêtresse maria le premier couple puis passa au second ce qui ôta toute forme de joie sur le visage de la Dame de Lourmel. Elle écouta chaque mot prononcé par Irys d’une oreille très attentive, comme pour chercher la moindre faille, la moindre raison valable pour s’enfuir en courant. Son cœur se mit à battre plus rapidement et elle se remit à penser à Lourmel.


Il n’y a plus que moi… Je dois faire ça pour eux.

Son menton fut tiré vers le haut, plongeant son regard dans celui de Guillaume. Celui-ci se voulait doux mais distant à la fois.

« Moi, Guillaume de Clairssac, choisit librement de prendre comme épouse Maélyne de Lourmel. Et devant tous les dieux, je fais le serment de la protéger, de l’honorer, de lui rester fidèle, de faire de son malheur, mon malheur, et ses intérêts, mes intérêts. Deux Souffles, une seule vie. » Il parla rapidement, comme pour expédier au plus vite cette phrase qu’il n’avait pas envie de prononcer. Il prit ensuite l’une des mains de Maélyne tout en soutenant toujours son regard.

« Moi… » Hésita-t-elle un bref instant avant de se rendre compte de la situation embarrassante dans laquelle elle était en train de les plonger tous les deux, elle toussa alors légèrement, comme pour mettre cette hésitation sur un simple éclaircissement de voix. « Moi, Maélyne de Lourmel, choisit librement de prendre comme époux Guillaume de Clairssac. Et devant tous les dieux, je fais le serment de le soutenir, de l’honorer, de lui rester fidèle, de faire de son malheur, mon malheur, et ses intérêts, mes intérêts. Deux Souffles… une seule vie. » De sa main libre elle prit la seconde main de Guillaume, scellant ses paroles. Un calice d’argent lui fut alors tendu et Maélyne but son contenu.

Guillaume détacha ensuite son manteau, symbole de sa maison et le laissa tomber à terre. Il prit alors celui de Maélyne, appartenant à la maison de Lourmel, le posant sur ses propres épaules. Ceci n’avait rien d’ordinaire car des mariages matrilinéaires, on en voyait peu. Maélyne aurait pu rompre la tradition si cela avait été Roderik qui se tenait en ce moment à ses côtés, mais certainement pas pour un quelconque autre homme. Lourmel passait avant tout et ses traditions aussi.

Correctement rhabillé de sa cape, Guillaume prit la main de Maélyne qui tenait toujours le calice d’Argent.


«– Embrassez-vous, et par ce baiser vous devenez mari et femme. Le serment prêté devant les dieux est sacré. Nul Homme ne peut le disjoindre et maudit soit celui qui se met entre eux. Deux Souffles, une seule vie »

Maudit soit celui qui se met entre eux… cette phrase vint ricocher plusieurs fois dans son esprit. Les dieux la punirait-elle d’en aimer un autre ou la fidélité demandé n’était que celle du corps et non pas de l’esprit ? Roderik serait-il maudit pour être celui dont son cœur jura fidélité ? Néera s’offusquera-t-elle si, celle qu’elle s’était empressée de sauver du Royaume de sa sœur lui fasse faux bonds ? Tant de questions la bousculaient mais il était dorénavant trop tard.

Guillaume, qui était toujours resté aussi impassible s’avança pour relever le menton de son épouse, scellant une fois pour tout ce mariage. Le baiser fut rapide et plutôt chaste et timide. Un simple contacte de leurs lèvres sans dépasser quelconques barrières.
Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 843
Âge : 26
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Mer 7 Déc 2016 - 10:14


Si le baiser fut chaste du point de vue de l'assistance, Roderik ne vit pas du tout la même chose ; et l'imagination aidant, il regarda avec horreur l'adorable Maélyne coller ses lèvres délicates sur la bouche infecte de Guillaume de Clairssac, et il trouva que le marié était laid, terriblement laid. Sans doute fut-il le seul à penser que ce baiser, qui n'avait en fait duré qu'un instant, s'était prolongé pendant de longues minutes interminables ; et sans doute fut-il le seul à croire qu'il fut accompagné de léchages de langue et d'échanges de salive, le tout ponctué par de bruyants bruits de succion. Pour lui, tout ceci était bien réel et n'était pas le fruit des errements de son imagination sordide.
Il réprima une violente envie de dégobiller. A côté de lui, Blanche d'Ancenis devait probablement s'étonner de le voir devenir blanc comme un linge ; et puisqu'il était supposé être malade, elle ne manquerait pas de s'écarter un peu de crainte d'attraper une saloperie contagieuse. Quoiqu'elle n'avait pas l'air tellement à l'aise elle non plus, mais Roderik était bien trop accaparé par ses problèmes sentimentaux pour se soucier de ce qui pouvait tracasser la Dame du Val.

Il avait un bref instant pensé à se lever et à empêcher cette union ; à crier devant tout le monde son amour pour la Dame de Lourmel, provoquant d'un même coup l'humiliation de Maélyne, la sienne et celle du marié par-dessus le marché. Ah ! Il aurait certainement laissé de ce mariage un souvenir impérissable dans l'histoire. On en aurait longuement parlé, de cette cérémonie. Pour ajouter au drame il aurait aussi pu planter un poignard dans le cœur de Guillaume, là devant l'autel, et se jeter sur Maélyne pour l'embrasser à pleine bouche ; il imaginait le parfum de la dame, l'odeur de ses cheveux imprégnés du sang de Guillaume ; oui, tout cela aurait été très beau.
Au lieu de quoi il resta assis, le regard vide, aussi immobile qu'une statue de pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1467
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Dim 11 Déc 2016 - 19:17

Nakor, confortablement installé, attendit que la cérémonie se termine, que les voeux soient échangés et que le mariage soit réellement scellé pour vérifier qu'aucun poison ne venait gâcher l'affaire, aucune attaque non plus, aucun couteau, poignard dans le dos et ainsi de suite. Non, ici, pas de mort, pas de danger, simplement une union, suivie d'une deuxième, parent puis enfant de la famille Clairssac. Lorsque la foule se permis de pousser quelques vivats et applaudissement, l'archimage se mit en branle, il se concentra, manipula ses forces arcaniques et offrit son cadeau. Après tout, la magie, antique, puissante et vitale ne pouvait que venir accompagner et guider sur un long chemin, ces mariages. Sans que personne ne puisse les voir arriver d'aucune part, des petits papillons de flammes vinrent miroiter dans les hauteurs. Selon la régulation de la température des flammes, aussi petites fussent-elles, il y avait des papillons rouges, des papillons verts, des oranges et des bleus. Ils se mirent à voleter dans tous les sens dans une magnifique danse, puis des papillons de glaces se formèrent, issus du peu d'humidité présent dans l'air et de quelques effets magiques. Les petites ailes se pliaient et se dépliaient aux grés des ordres du magicien. Alors que le feu et la glace se mêlaient, aucune goutte d'eau ne se dégageait, Nakor maintenant les flammes et la glace en place. Evidemment, les flammes ne réchauffaient en rien l'atmosphère, le vieux fou y veillait. Evidemment, aucun papillon de glace ne refroidissait l'atmosphère non plus, un simple équilibre parfait. Ce fut donc dans un balai de couleur et de magie que la cérémonie fut couronnée. Celles et ceux qui se tournèrent vers le vieillard, purent voir en effet, Nakor, les mains devant lui, formant des cercles et des formes étranges, un sourire sincère et sympathique sur les lèvres. Même si l'on craignait un peu la magie, ces effets n'approchèrent ni rien, ni personne, ils ne permirent qu'un peu de poésie visuelle pour terminer le spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Aline de Clairssac
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 94
Âge : 25
Date d'inscription : 19/07/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21 ans (27 Verimios de l'an 986)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    Jeu 2 Fév 2017 - 14:37

La réaction de la dame de Lourmel eut comme un effet refroidissant sur Aline, la faisant subitement descendre de ce nuage sur lequel elle était montée ces derniers jours. Son coeur était empli d'un amour sincère et véritable, ainsi que de toute la confiance qu'elle avait en la DameDieu. Elle était heureuse de se marier avec l'homme qui faisait battre son coeur et qui faisait tout pour qu'elle arrive à surmonter ses peurs les plus profondes, et remerciait sans cesse Néera de lui avoir accordé cette chance qu'une noble n'avait que trop peu de chances d'avoir... qu'elle même avait failli ne pas avoir. Cela, même sans le vouloir, Maélyne le lui avait rappelé. Et Aline se trouva bien sotte de n'avoir pensé qu'à son bonheur et de n'avoir que trop mal agi envers celle qui ne se remariait pas par amour. Ne sachant comment réagir, la petite pieuse d'or répondit au sourire de Maélyne. Il allait déjà être temps pour elles de faire leur entrée...

Jared, son grand frère, l'attendait tout comme Aymeric de Brochant attendait Maélyne. Les deux hommes ne s'appréciaient aucunement, la guerre n'ayant pas aidé, mais aucune remarque ne fut faite en ce sens. Jared savait déjà qu'il allait falloir beaucoup de volonté à Aline pour surmonter son agoraphobie, il n'avait aucunement l'envie de gâcher d'une quelconque manière ce jour en en rajoutant une couche. Il l'amena donc jusqu'à l'autel, où le jeune femme prit place auprès de son futur mari.

La foule. La foule, cette horreur. Ce rassemblement de trop de personnes qui se tournaient vers elle, lui donnant l'impression de se trouver dans un étau qui se resserrait de plus en plus. Aline ferma un instant les yeux tout en serrant avec force la main de son frère, puis les rouvrit en focalisant son regard uniquement sur Jérôme qu'elle arrivait à apercevoir de loin. Oh, qu'il était loin... Pourquoi fallait-il que la cathédrale soit si grand ? Arriverait-elle à tenir jusque là ? Il fallait, il fallait... Les regards étaient tous sur Maélyne et Aymeric, voilà. Et il n'y avait pas grand monde, juste une petite dizaine de personnes. Tout juste, pas de quoi remplir une cathédrale ! Il fallait s'en persuader. S'en persuader... impossible. Alors penser à ce sentiment de bien-être que lui avait accordé la Mère, cet amour qui habitait son coeur. Oui, ça oui elle pouvait. Tant qu'elle ne pense pas à sa gêne quant au fait d'être en couple, le fait qu'il se pourrait qu'elle ne réussisse pas à surmonter ce refus de contact physique et qu'elle ne puisse pas à cause de cela donner des enfants à Jérôme... Ô douce Mère, puisse-t-elle lui donner la force d'aller jusqu'au bout !

Lorsque la dame de Montévlin arriva enfin auprès de Jérôme, elle tremblait légèrement et avait pâli, ce qui ne donnait dès le départ pas bonne mine à leur mariage. Mais c'était sans compter tout l'amour qu'elle ressentait pour celui qui était désormais à ses côtés, le sourire béat à lui arracher un fin et discret rire ; amour qui se lisait dans ses yeux, yeux qui ne se détachaient plus de ceux de son aimé. Inutile donc de l'obligé à regarder son fiancé, d'autant plus qu'il était l'unique raison pour laquelle elle possédait encore tous ces moyens malgré le fait qu'il y ait autant de monde.

La cérémonie débuta. La haute-prêtresse bénit l'union qui allait s'ensuivre, chaque mot qu'elle prononçait vibrant dans le coeur d'Aline comme une plume pouvait inscrire à tout jamais des mots sur du papier. Jérôme répéta avec passion et sérieux les phrases qu'il était d'usage de répéter, apportant son lot d'émotions à la montagnarde. Aline attendit que ce soit à son tour, une myriade de pensées se bousculant dans sa tête. Etait-elle prête à se marier, jurant fidélité et descendance devant cette déesse qui était si chère à son coeur ? Arriverait-elle réellement à se dépacer, à faire ce qu'elle doit ? A ce que leur amour reste le bonheur d'eux-deux ? La voix de la haute-prêtresse la ramena à l'instant présent, et les phrases qu'elle devait répéter sonnaient ô combien fort en elle.

"Moi, Aline de Montévlin, choisis librement de prendre comme époux Jérôme de Clairssac. Et devant tous les dieux, je fais le serment de le soutenir, de l’honorer, de lui rester fidèle, de faire de son malheur, mon malheur, et ses intérêts, mes intérêts. Deux Souffles, une seule vie."

Elle avait prononcé ces quelques phrases doucement, avec une certaine lenteur, pas assez fort pour que tous puissent l'entendre. Comment aurait-elle put parler plus fort ? L'angoisse de la foule et la fatigue aidant, des larmes se mirent à couler sur ses joues alors qu'elle parlait. Larmes qu'elle n'essaya aucunement de sécher, préférant prendre délicatement la main de Jérôme pour ainsi sceller ses dires. Alors on lui glissa une coupe en argent entre les mains, qui sentait plus l'alcool que le lait, et Jérôme s'appliqua à détacher le manteau familial d'Aline pour poser le sien sur ses épaules à la place. Ainsi, l'enfant des Monts d'Or était désormais d'Etherna et quittait ses êtres chers pour apprendre à en connaître d'autres. Cela lui fit étrange, mais elle ne dit rien, ne montra rien. Dans le fond, elle ne s'était jamais réellement vue quitter les montagnes et son frère... chose qui allait dorénavant se faire, par le mariage. Jérôme posa à nouveau ses mains sur les siennes, elle but quelques gorgées dans la coupe puis il en fit autant. Enfin, afin de sceller une fois pour toute cette union, l'ethernien posa sa main droite sur la joue gauche de la serramiroise, séchant au passage une larme. Aline pencha, sans s'en rendre compte, légèrement la tête de côté pour profiter encore plus de ce contact si appréciable de sa peau contre la sienne. Alors ils s'embrassèrent, timidement face à tant de personnes, mais avec ferveur. Les voilà désormais mari et femme... un sourire naquit sur les lèvres de la jeune femme, avant qu'elle ne pose son regard sur Irys, la remerciant silencieusement, puis de se tourner vers ceux qui allaient également unir leur vie.

Sa main dans celle de Jérôme, Aline de Clairssac prêta attention au second mariage... priant silencieusement pour que Guillaume et Maélyne soient heureux dans leur nouvelle vie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Mariage des Clairssac] Cérémonie | Ouvert à tous.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mariage virtuel...
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Cours de Philosophie (Ouvert à toutes et à tous !)
» ouvert à tous !!!!!
» Mariage September et Lily (04/07/95) [Ouvert à tous]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat d'Odélian :: Baronnie d'Etherna-
Sauter vers: