AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La chasse aux serfs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thibaud de Kelbourg
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 315
Âge : 56
Date d'inscription : 07/09/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: La chasse aux serfs   Ven 4 Nov 2016 - 16:10

Par une belle après-midi d'automne, Thibaud et ses fiers compaings parcoururent les grandes étendues verdoyantes de la frontière eraçienne. Pour se mettre en jambe ? Pardi non ! Pour la chasse pâle sang bleu ! Accompagné du sire Baudoin d'Hautségur et de sa mesnie, la troupe avait bien belle allure. Vingt hommes d'armes présentant une panoplie guerrière à couper le souffle. L'on eut dit que c'était pour chasser un monstre haut comme quatre hommes à n'en point douter. Que nenni, quelques jours plus tôt, le sire d'Hautségur avait prévenu Thibaud que des gens d'Erac franchissaient régulièrement la frontière pour on ne sait quelle obscure raison. Certains prédisait qu'il s'agissait d'anciens serfs des terres royales cherchant à trouver refuge là où le grain était abondant. D'autres qu'il ne pouvait s'agir que d'espions de la ligue, venant prendre la température du Berthildois. Si celle-ci ne dépassait que peu souvent les dix degrés en ce milieu de saison, Thibaud était quant à lui chaud bouillant et pressé de mettre la main sur un de ces petits groupes de saltimbanques.

La traque ne dura guère longtemps. Lorsqu'on aperçut au loin une masse informe s'avancer à pied sur ses terres, Thibaud prit la direction des opérations et baissa la visière de son heaume.

-Qu'escomptez-vous faire, messire ? demanda Baudoin le hardi, dans sa carapace de fer. Allez-vous leur demander pour quelle fâcheuse raison ils viennent sur vos terres ?
-Nous le leur demanderons après !
-Si ce sont des espions, ils ne sont que peu discrets et peu alertés par notre présence.
-C'est justement en cela que l'on reconnaît des espions, sire Baudoin. Ce sont les rois de la dissimulation.
-Et s'ils ne sont que de vulgaires badauds ?
-Il y aura moins de bouches à nourrir pour sûr.

Ce sur quoi, ses hommes l'imitèrent et abaissèrent leurs lances.

-Restez ici sire Baudoin si cela ne vous sied guère, dit-il avec nonchalance. Nous sommes les gardiens de cette frontière, à nous d'en assurer la sécurité.
-Messire, messire ! l'alerta un de ses chevaliers nommé Renaud.
-Qu'y-a-t-il ?
-Je crois apercevoir des enfants dans le lot.

Son visage se figea.

-Par Néera, des enfants espions ! C'est à cela que l'on reconnaît ces couards du Médian, ils osent tout ! En avant mes preux, pas de quartier !

Dix cavaliers sortirent aussitôt de la troupe à toute allure. Le groupe d'espions n'était plus qu'à quelques centaines de pas. La terre commença à trembler et Thibaud sentit l'excitation poindre. Qu'il était bon de recevoir de nouveau le vent sur le visage et de sentir son cœur battre à toute vitesse. Lorsqu'ils ne furent plus qu'à une dizaine de mètres, ils virent les hommes, femmes et enfants tentaient de fuir en s'éparpillant dans tous les sens. La question ne se posait pas, il s'agissait véritablement de stratèges connaissant les techniques élémentaires du combat de reître : A savoir, comment fuir. D'un simple revers de main, Thibaud ordonna aux siens de continuer par la gauche et par la droite tandis qu'il s'occuperait du centre. Le bec de corbin à la main, il frappa de bonne grâce plusieurs crânes et dos en s'émerveillant toujours un peu plus d'entendre le petit bruit fracassant si typique d'un os brisé « Pouic ».

L'un des traîtres-espions implora les dieux qu'il l'épargne lui et sa famille. Il n'était pas rare, dans ce genre de situation, que l'on demande la pitié pour survivre. C'eut été bien joué si seulement il avait eu un cœur. Il dut néanmoins se restreindre à ne pas tuer les enfants, son bec de corbin étant trop court pour atteindre leur cible. Ce n'était que partie remise après tout, ces enfants espions laissés à eux-mêmes, se feraient probablement déchiquetés par les loups ou les ours si ce n'était pas par lui ou les siens. Après le petit massacre, sire Baudoin arriva avec ses cavaliers l'air contrit.

-Je pense pouvoir affirmer que nous ne les reverrons pas de si-tôt, sire Baudoin.
Il entendit gémir en dessous de lui et se rendit compte que l'une des pattes de son destrier était plongé dans le corps d'un hère.
-Veuillez m'excuser monsieur. Reposez en paix maintenant.
-Je doute toujours que ces bougres n'aient été des espions, messire.
-Vous doutez, c'est bien pour cette raison qu'il nous fallait agir. Le doute n'est pas permis ici. Qui sait ce que l'Erac et le médian nous enverrons dans les prochains mois. Passons leur un message clair et limpide : La frontière est sous bonne garde.
Revenir en haut Aller en bas
 
La chasse aux serfs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Chasse entre mère et fille
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» (En cours) Chasse au trésor 3
» Tableau de chasse des crânes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: