AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un triste compte-rendu [Blanche]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manel
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 76
Âge : 116
Date d'inscription : 31/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Un triste compte-rendu [Blanche]   Lun 21 Nov 2016 - 16:59

Que pouvait bien faire sa grandeur dans un tel endroit ? Se demandait Manel, en contemplant Diantra. Il avait eu vent qu'il s'agissait là de l'ancienne capitale de la Péninsule. Il n'y avait plus rien de sa splendeur. Voilà donc le résultat des conflits.
Les maisons abandonnées, une population qui pour la plupart avait prit la fuite, un paysage fort morose qui n'aidait pas Manel. Lui même avait le coeur triste. Oui il avait trouvé en Azénor une princesse à son imagination, mais cela serait fort inutile pour convaincre sa suzeraine face à la réalité de sa mission. Peu acceptèrent de le recevoir, ceux l'ayant fait n'avait guère apprécié être l'envoyé de la duchesse. Y voyant même une offense.
Trouver les mots ne serait pas évident.
Au milieu de ce chaos, il y avait bien ici et là des gens qui discutaient. Rien de passionnant. Bref, le tout était de retrouver sa suzeraine.

La réflexion fut rapide, elle ne pouvait que se trouver au Palais. En levant les yeux, il pouvait l'apercevoir, il imaginait même sa beauté d'antan. Attrapa sa viole, le barde pour égayer un peu son coeur joua quelques balades joyeuses en prenant la direction du château.
Le sol était parfois boueux, parfois poussiéreux, mais rien pouvant l'arrêter, n'avait-il pas connu ce genre de condition jadis ?
Plus il s'approchait du domaine, plus il y avait là des soldats et des gardes. Le serviteur de la duchesse du Médian se demandait s'il y avait une grande activité ici.
Il ôta la coiffe de sa tête en faisant virevolter la plume devant ses yeux dans un mouvement enfantin. Il accrocha à son dos en compagnie de sa viole.
Le jeune homme arrangea un peu le col de sa tunique verte en s'approcha d'un garde.
-" Excusez-moi, je me nomme Manel, troubadour de sa majesté la duchesse du Median. Annonça-t-il en montrant d'un geste théâtral le parchemin marqué du sceau de la dame du Val. Savez-vous si son auguste personne se trouve ici ? "
Le gare observa le morceau de papier, montrant par là une certaine connaissance dans la contrefaçon. Mais il se rendit à l'évidence et accepta que tout était en règle.
-" Effectivement ! Vous pouvez passer, prenez garde à ce que rien ne vous tombe sur la tête ! " Répondit-il avec une petite pointe d'humour en montrant le passage.

Une certaine effervescence se trouvait d'ailleurs dans le palais, en cherchant quelques renseignements on lui indiqua que la splendeur obsidienne se trouvait dans un salon et surtout qu'elle était intendante du Palais de Diantra.
Se grattant la tête, le ménestrel était fasciné par le pouvoir de sa Maîtresse à gérer tant de responsabilités. Une admiration qui fit disparaître sa peur de lui annoncer des nouvelles pas forcement à son goût. Montant les marches dont certaines étaient fissurées il prit garde à ne pas chuter. Il passa énergiquement ses mains sur sa tunique pour enlever la poussière, puis dans ses cheveux pour se recoiffer un peu.
A l'entrée il y avait deux gardes.

Il se présenta, et l'un d'eux ouvrit à peine à la porte, suffisant pour que le troubadour puisse respirer le parfum doux de la Baronne d'Hautval.
Après un bref dialogue avec elle le garde fit un signe à son collègue et ouvrit la porte pour lui céder le passage.
Manel les salua et entra sans se retourner au moment où la porte claqua faiblement.
Serrant son chapeau contre sa poitrine il s'approcha d'un pas feutré vers la Dame du Val qui se tenait là, droite observant au loin par une fenêtre.
Le barde balaya de son regard l'endroit et reconnu plus ou moins le style décoratif de la Baronne.
-" Votre Grandeur, en apprenant votre présence ici, et passant par là pour retourner à Hautval il m'était impossible de ne pas venir vous rendre hommage." Déclara-t-il en inclinant son buste, et en venant au point un peu plus délicat.
-" Et également vous faire part de mes aventures...Qui, hélas, ne sauront vous contenter." Il acheva sa phrase avec une pointe de tristesse en serrant encore plus sa coiffe avec une colère froide, il s'en voulait d'être aussi incapable. De n'avoir pu réussir comme il aurait souhaité.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Lun 28 Nov 2016 - 13:11


Oh la décoration n’était pas de son fait. Non, elle avait investi ce palais sans y être foncièrement invitée. Tout d’abord, l’occupation des lieux relevait de l’exceptionnel suite à son accident qui ne s’ébruita pas. Durant près d’une semaine, la Dame avait dormi d’un sommeil sans rêve. Et un beau matin, elle s’était réveillée comme par enchantement. Du moins-là était la version officielle. A dire vrai, cela ne s’était pas passé de cette manière. Mais ces choses étaient un secret, lourd secret dont les initiés se comptaient sur les doigts d’une main.

Quoiqu’il en soit, alitée, la Dame du Val avait continué à investir les lieux jusqu’à les occuper tout simplement. Ce qui se trouvait là entre ses quatre murs appartenaient aux précédents occupants, sans doute des personnes de la chancellerie de l’ancien royaume.

D’ailleurs, la première mesure qui avait été mandé fut de s’emparer des sceaux de la royauté, si ceux-là n’avaient pas été emportés avec la suite du Lacerta dans sa fuite. Puis vinrent cette armée de scribes qui avaient eu pour mission de récupérer les différents traités, cahiers de doléances, des comptes et autres. Ils devaient être étudiés puis encoffrés en lieu sûr. On avait forcé des coffres. On avait ouvert des murs pour extirper ces fameux bouts de parchemins et se les approprier. Car dans cette société orale où les visages étaient souvent anonymes, seuls ces bouts de papier pouvaient attester de qui l’on était.
Manel la trouva là. La Duchesse était debut parmi les monticules de paperasses. Pour certaines, elles étaient poussiéreuses, pour d’autres, à moitié rongé par le feu.


« Votre Altesse ou votre Excellence, Manel. » Corrigea-t-elle si tôt en tournant son regard bleu pénétrant vers le barde.

Les mots continuaient de se déverser dans ses pavillons alors qu’elle refermait sans attendre une mallette en cuir. Une chose avait changé chez la Dame. En effet, une mèche blanche faisait tache parmi sa chevelure d’ébène et ondulait le long de sa joue. Elle portait une veste de type victorienne donnant sur un chemisier gris à froufrou ainsi qu’une jupe plissée brune. Au dernier mot de Manel, la duchesse se retourna plaquant ses mains gantées sur le bureau.

« Ne sauront me contenter ? »
« Il a échoué, pends-le ! » fit une voix pour elle-seule. Blanche n’y prêta pas plus d’attention pour l’instant.
« Tout d’abord, as-tu fait une bonne route, Manel ? Ton voyage s’est-il montré riche d’enseignement ? » Le laissant répondre, elle reprit par après.
« Il est vrai que j’ai peut-être manqué d’esprit en t’envoyant… »
« Manqué d’esprit ? POUAHAHHAHA. Ce doux euphémisme, envoyer ça ou un va-nu-pieds, c’est du pareil au même. »
La Dame inspira profondément en contournant son bureau.
« Suis-moi. »
« Une petite promenade avant la pendaison, son sang sera bien oxygéné, parrrrrr-faaiiiiiit. Ihihi »

Sans attendre qu’il lui emboite le pas, elle ouvrit la porte menant au couloir et entama sa marche en direction de l’aile brûlée du Palais.
Revenir en haut Aller en bas
Manel
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 76
Âge : 116
Date d'inscription : 31/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Lun 28 Nov 2016 - 19:01


    Son regard balayait les montagnes de documents, les affaires sur le bureaux sans chercher à les lire, encore moins ceux à moitiés brûlés. Il n'y voyait pour son âme volage aucuns intérêts. Les mains serrant fort sa coiffe contre sa poitrine recouvert d'un simple tissu blanc, lui même recouverte par une veste verdoyante à l'étoffe modeste. Sous sa poitrine son coeur qu'il croyait indocile le devenait devant sa suzeraine tant il avait ce sentiment qu'elle pouvait en un mot le briser. Le troubadour resta silencieux quand la duchesse le reprit sur le mot qu'il venait d'employer pour la nommer.
    Simplement susurra-t-il: -" Pardonnez-moi votre Altesse." En même qu'elle se retournait vers lui.

    Un regard azuréen d'une beauté peu commune qu'il n'osa tenir préférant baisser les siens comme pour expier sa récente faute. La Dame l'impressionnait, elle possédait un charisme certain, qui s'était sans doute améliorer depuis le temps. Seulement remarqua-t-il sans vraiment s'interroger là-dessus une mèche blanche dans la chevelure de sa Maîtresse. Cette mèche brillait au milieu de la nuit qui longeait les joues de la Dame du Val. Ses yeux fixaient les mains gantées venant se poser sur le bureau après avoir fermé une mallette. La graçe dans les gestes de la duchesse le fascinait tellement qu'il était incapable de les décrire.

    Manel sursauta légèrement en écoutant la duchesse reprendre ses paroles. A cet instant il avait l'impression de sentir une lame glisser le long de sa gorge.
    Puis il répondit à l'interrogation sur son voyage.-" S'agissant de vous servir, nul entraves pourraient me faire dire que j'ai mal voyagé. Déclara-t-il avec une certaine candeur. Il me sera impossible de vous remercier pour l'honneur que vous m'avez accorder en me confiant ce devoir. J'ai vu tant de paysages, tant de lieux..." Une phrase qu'il n'acheva pas, ses yeux pétillants un moment voulait bien dire le reste. Il avait trouvé de nombreuses sources d'inspirations aux travers de ses arrêts.
    -" Comme vous me l'aviez dit avant mon départ, j'ai pu constater que votre auguste personne ne fait guère l'unanimité au sein de la Péninsule. Souvent on m'interdisait l'entrée. Lorsqu'on me l'autorisa, on dénigra ma condition et on insulta votre choix de m'envoyer moi, un simple roturier, un banal domestique de votre Excellence. Certains ont même vu dans votre choix une injure. Pourquoi ne vient-elle pas elle même au lieu d'envoyer son vulgaire barde ? Me répéta-t-on la plupart du temps... " Raconta-t-il en faisant une pause, voyant la Dame reprendre la mainPuis sa tête se baissa machinalement lorsque la splendeur Obsidienne se reprocha de l'avoir envoyé.
    Non, elle ne devait pas se disait le ménestrel en songeant à sa faiblesse.

    L'horreur griffa son orgueil en lui disant qu'il avait mis dans la tête de sa suzeraine l'idée qu'elle avait pu se tromper. La Duchesse contourna son bureau en lui donnant l'injonction de le suivre. Un parfum envoûtant glissa dans ses narines. Dans sa cervelle, un trouble inquiétant, où allait-elle le conduire ? Pourquoi ?  Le barde s'écarta légèrement pour ne pas molester la Dame sur son passage, et les doutes le bloquaient un instant. Attachant sa coiffe à sa ceinture, il se tourna pour suivre sans discuter sa Maîtresse. Manel marchait en restant un peu en retrait de sa suzeraine, confus, il osa tout de même poursuivre.
    -" Heureusement, tout ne fut pas si sombre durant ma route. Dame Azénor d'Anoszia vous porte en estime, et la Baronne d'Ysari ne porte guère d'attention aux rumeurs infondées concernant votre vénérable personne et me reçut avec les honneurs que prêtaient votre nom..."  Il récita cela en observant le couloir pauvre une odeur de brûlé parcourait l'endroit. Néanmoins le ménestrel ne s'autorisa pas de poser de questions. Préférant attendre la suite, en cogitant tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Ven 2 Déc 2016 - 17:54



Eh bien, Blanche aurait aimé que ce-dit charisme opère sur les nobles qui désiraient sa peau. Ce serait sans nulle doute un avantage certain. Malheureusement, cela n’était pas le cas. Parfois, elle aurait aimé que tout soit plus facile. Elle souffrirait moins de migraines. Elle ne commettrait pas des fautes, fruit d’un énième tourment qu’il l’habiterait. Oui parfois, elle enviait la facilité.

« Fort bien. L’honneur, dis-tu ? Mais à en juger par tes premiers mots, tu aurais échoué… Tes remerciements auraient sans doute été de réussir la mission que je t’ai donné. »

Elle eut un petit soupire exaspéré. Cependant dans sa déception – sans doute passagère – elle était néanmoins contente de voir Manel avoir apprécié le voyage. Elle osa espérer que celui-ci lui enseigna nombres leçons afin de ne plus commettre les mêmes erreurs. A moins qu’elle le surestimait ?
Blanche ne faisait pas l’unanimité, c’était un fait mais de là à interdire l’entrée à l’un de ses artistes de cours, elle en était fort étonnée. Allons donc… Les nobles étaient si occupés qu’ils n’avaient plus le temps de se détendre au détour de quelques vers et notes de luth ?
Quoiqu’il en soit, Blanche ne répondit pas tout de suite. Elle s’était tue et réfléchissait. Alors qu’elle quittait la pièce. Il pouvait effectivement saisir les fragrances qui habillaient son être. Une forte odeur mentholée émanait d’elle à dire vrai. C’était en effet comme un vent de fraicheur mais est-ce qu’on pouvait seulement apprécier ses notes parfumées ?


« Ce n’est pas ta faute si les sang-bleus sont de véritable cons de nos jours. Ça se dit royaliste et conservateur et on oublie des traditions. AH ! Je ne sais pas si je dois être consternée ou me réjouir de leur imbécilité. »

Les talons claquaient contre les dalles composant le sol. Et tandis qu’ils descendirent jusqu’au rez-de-chaussée, elle continua.

« Je parie que tu fus le plus mal reçu dans le nord ? Ça se moque de moi pour mon mariage avec mon feu-cousin mais il faut croire que même les consanguins ont plus d’esprit qu’un nordique qui a le cerveau d’un kerkand »

Elle eut un soupire d’agacement. Blanche emprunta un couloir et à mesure qu’ils avancèrent, il eut cette odeur. Elle n’était pas celle auquel il devait s’attendre. C’était davantage un arôme sulfuré, métallique qui prenait au nez. Machinalement, elle se stoppa au bas d’un escalier dont la précarité était évidente. D’une de ses manches, elle extirpa un bout d’étoffe imbibé qu’elle noua à l’arrière de sa tête pour en faire un masque. Elle tendit une deuxième étoffe à Manel.

« Mets ça. La Damoiselle d’Anoszia n’est plus. Et la baronne d’Ysari ne se trouve pas dans la meilleure posture. J’apprécie néanmoins ses sentiments à mon égard. »

M’enfin, depuis quand seuls les nobles méritaient des égards ? Non, cela ne lui allait pas. Manel, en dépit du fait qu’il ne possède pas une quelconque once de noblesse, possédait malgré tout du talent. Un talent qui méritait d’être salué. La Dame du Val était pourtant là bien bonne de faire profiter ses pairs de ce joyau qu’abritait ses fiefs. Alors pourquoi donc, ces trou-du-cul y voyaient une quelconque offense. L’échange d’artiste entre les différentes cours étaient pourtant monnaie courante. Elle plissait les yeux alors qu’elle entamait son ascension menant environ quatre étages plus haut.
Un nouveau couloir. Enfin du moins ce qu’il en restait. Le tout était calciné. Les pierres étaient noircies et au fond le vide. Elle avança jusqu’au gouffre. Espérons de Manel n’avait pas le vertige car plus bas, il y avait le cratère, celui là-même provoqué par l’œil bleu et aggravé par les manigances du chancelier par ses jarres de feu de Pharet.


« Pourrais-tu me citer ceux qui t’ont refusé l’entrée ? »

Revenir en haut Aller en bas
Manel
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 76
Âge : 116
Date d'inscription : 31/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Dim 11 Déc 2016 - 18:12

Ah quelle douleur ! Il voyait bien dans le rictus de sa Maîtresse son exaspération. Dans ses mots il y avait une justice implacable impossible à défaire.
Tu n'es qu'un incapable, se disait-il à lui même en serrant encore plus fort sa coiffe. Evidemment sa suzeraine l'avait mis en garde concernant sa réputation. Néanmoins cela ne faisait pas une excuse, tout comme le fait qu'il s'agissait là de sa première expérience.
Le parfum mentholée de la Dame apaisait son chagrin, l'envoûtant. Le barde la suivait machinalement, en remarquant vaguement son changement d'équipage.
Il n'y voyait qu'une bagatelle, un simple désir de changement.
Puis vint, les mots de la duchesse, des mots doux se posant sur son échec afin de l'adoucir. Manel était un honnête homme, et se sentait gêné par cette défense.
Il restait en silence, marquant sa marche sur les talons qui claquaient sur le sol de la Dame du Val. Ils arrivèrent au rez-de-chaussée en poursuivant son intervention.
C'était comme si elle avait suivi son chemin, elle disait vrai. Hélas. Humble, le ménestrel confirma.
-" Effectivement votre excellence ! "
Il ne voulait pas souffler sur les braises d'agacements qui apparurent chez sa Maîtresse. Il préférait attendre, et suivre le pas.

La dame emprunta un couloir, Manel observa, ressentant, sentant un parfum désagréable au fur et à mesure. Où me mène-t-elle ? se demanda le jeune garçon, instinctivement il porta une main contre le bas de son visage, et s'arrêta en voyant la duchesse juste devant faire de même.
Elle improvisa un masque avec une étoffe et tendit un autre à son serviteur.
Il inclina la tête pour la remercier, et se fit un masque en le nouant de sorte à ce qu'il ne puisse tomber ou se défaire par mégarde.
Et vint un coup d'épée dans son coeur. Il n'y avait bien que la présence de sa Maîtresse qui lui permis de rester impassible. Sans cela, il aurait surement pleurer toute les larmes de qu'il puisse posséder. Comment était possible ? Pourquoi ?
Il garda une certaine tenue. Il le fallait. Portant sa main pour tenir le morceau de tissu sur sa bouche, il poursuivit le chemin que tracé la dame.
Le paysage chaotique ne le troublait même plus, tellement la nouvelle de la mort d'Azenor le bouleversa. Cette air de ténèbres reflétait dignement ses sentiments.
Devant eux, un immense gouffre. Un spectacle fascinant. Manel avait beau chercher la fin, il n'y parvint pas.

Ils étaient devant ce gouffre oppressant, au milieu de ce paysage sombre. La tristesse sur le visage, le barde luttait pour conserver son allure. Sa flamme vacillait au sein de ses sentiments. Puis vint l'interrogation de la sérénissime.
Manel fit un pas souple en avant pour s'approcher un peu de la Dame. Sans pour autant rompre la barrière dû à son rang qu'il devait à son interlocutrice.
-" Votre Altesse, je ne travestirai pas la réalité. Je ne me suis rendu que chez la Baronne d'Alonna, et le seigneur de Kelbourg. J'imagine qu'il m'est inutile de vous conter l'image qu'ils ont de votre auguste personne. Par la suite, prenant en horreur les mauvais mots à votre endroit, j'ai pris la décision, sans doute mauvaise, de m'éloigner de cette région afin de ne pas commettre un impair pouvant aggraver encore plus votre situation. Je prie pour que vous puissiez pardonner mon excès de prudence."

Manel fit une pause, baissant sa tête. Il regardait le sol hideux s'embellir lorsqu'il croisa le bas de la robe de sa suzeraine.
-"Sachez également que partout où j'ai pu être reçu votre excellence, je fus heureux et votre nom m'offrit des fortunes incroyables."
Lentement, il releva son visage mélancolique. Il osa donna un conseil à sa supérieur. Tout en se soumettant volontiers à la sentence qu'elle jugerait adéquat. Evidemment, s'il le fit, c'était qu'au fond, il savait que sa Dame était bien honnête.
-" Gifler mon imprudence Maîtresse je l'accepterai avec joie, mais n'est-il pas préférable de mettre en valeur ceux qui vous estiment comme le seigneur Niklaus d'Altenberg, et ignorer ceux qui vous méprisent ? " Sa voix vacillait légèrement, il savait son petit mot ridicule, sans doute dit depuis sa modeste position de " Barde de la Duchesse". Mais c'était bien là son idée.
Dans son élan, le ménestrel de façon égoïste s'intéressa au sort d'Azenor, il serait ensuite de savoir le motif de sa présence devant ce gouffre.
-" J'implore votre clémence votre excellence, pouvez vous pourfendre mon ignorance en m'informant de la cause du décès de Dame Azénor. Elle fut sans nul hésitation ma plus belle rencontre. Pour être honnête, elle était même devenue une source d'inspiration pour mon art." Il prononça la fin de sa phrase en tremblant, versant une larme qu'il effaça rapidement avec son pouce...
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Sam 17 Déc 2016 - 15:13


Rien. C’était l’expression impassible qu’offrait les traits de la Dame du Val. Elle était tel un bloc de granit, froide, sans vie, sans âme.  Là était cette carapace. Pourtant même en son sein, elle n’éprouvait rien. Quelques relents, tout au plus, vinrent serrer sa gorge. Mais c’était plus l’œuvre de son mépris envers le chancelier Cléophas. Pourtant, elle aurait aimé pleurer à cet endroit car c’était là que son aimé était mort. C’était ici qu’avait débuté toutes les conséquences qui font qu’elle était dans la merde jusqu’au où. C’est cet évènement qui mena le Nord et le Sud à se liguer contre elle. A vouloir sa mort. Et surtout celle de son époux.  Mais pourtant, rien ne ressortait comme anesthésiée. Ses années de malheur lui auraient-elles rongé l’âme jusqu’aux os ?

« Alonna… » Fit-elle pensive. « Kelbourg… »

Elle acquiesça en silence et se mura une nouvelle fois dans le silence. Elle digérait les propos de Manel. Tous l’or qu’elle lui avait donné pour ça ? Pour rien. Blanche considérait sa mission comme un échec. Était-ce là, la faute de Manel ou simplement le fait des velléités à son encontre trop bien ancrées ? Tout était donc perdu. Elle ne changerait pas l’avis des nobles sauf si elle se rendait elle-même en ces terres.
Si l’entreprise du barde était un fiasco, il avait pu au moins se perfectionner… Du moins l’espérait-elle.


« Ma main ne donne pas de coups. On les donne pour moi, Manel. »

Que croyait-il ? Il n’en valait certainement pas le coup qu’elle le touche.

« Mais tu as raison, il vaut mieux préférer ceux qui m’estiment plutôt que les couillons. … Pour ce qui est de Damoiselle Azénor, il se dit beaucoup de choses. Les rumeurs racontent que le Marquis de Sainte-Berthilde l’aurait brulé vive en refusant la main de son fils, d’autres murmurent que des Berthildois l’auraient empoissonné à son mariage. »

Elle marqua une pause en fixant désormais le gouffre. Les brases se croisèrent machinalement et elle resta ainsi de longues secondes avant de lâcher sans même le regarder.

« Aurais-tu trouvé l’amour en la personne d’Azénor, Manel ?

Revenir en haut Aller en bas
Manel
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 76
Âge : 116
Date d'inscription : 31/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Jeu 22 Déc 2016 - 13:00

Les mains sur le coeur, le barde souffrait terriblement. De sa faillite en tant qu'ambassadeur, et maintenant de la nouvelle concernant la mort de Damoiselle Azénor. Sa cervelle vacillait. Puis, il y avait sa suzeraine. Elle était là, silencieuse, ces interventions coupaient le mutisme d'une manière si sèche si belle, qu'il admirait. cette façon de rester si impassible le fascinait par son charme merveilleusement terrifiant. Ses yeux vitreux firent naître des larmes en pensant à son malheur.
D'un geste de la main, il les essuya. Ses mains serrèrent ensuite encore plus fort sa tunique. Le calme était beau, bien sûr, il était bouleversé, mais cela ne l'empêchait pas de rester fasciné par les façons de la Dame du Val.
Il soupira discrètement quand elle annonça qu'il n'avait point tord sur les bienfaits de penser à ceux la portant en estime.
Bien sûr sa remarque fut naïve, bien sûr, il joua avec pour tenter d'apaiser la grandeur de son revers. Mais il voulait surtout aidait la Duchesse.
Vint ensuite le récit sur les rumeurs concernant le décès de la Fleur de Velmone. Un conte douloureux. Pourquoi ? Se disait-il.

Le calme revint, il ne savait pas comment exprimer sa peine. Ni même que dire là, à cet instant à celle qui représentait l'autorité. Elle posa une question étonnante. Manel ne s'y attendait absolument pas. Il baissa sa tête, quelques larmes tombaient à ses pieds. Que pouvait-il répondre ? C'était là une question troublante. Lui même se demandait s'il connaissait ce sentiment.
Depuis toujours, il s'amusait à le fuir, préférant la frivolité du badinage. Alors, comment décrire les sentiments qu'il avait à l'endroit d'Azénor.
Evidemment, la barrière de son rang était la réponse toute faite pour dire: " Non." Mais un rang pouvait-il abattre un sentiment ?
Mentirait-il s'il disait: " Les secondes où je l'ai vu furent les plus merveilleux de ma modeste existence." Peut-être pas.
Au fond, les larmes semblaient être une réponse qu'il voulait nier de toute ses forces. Etait-ce l'artiste qui l'aimait, ou son coeur d'homme ? Etait-ce son talent qu'elle avait subjugué, ou sa raison ?

Fébrilement, il cherchait des mots pour faire le conte. Jamais auparavant il s'était senti aussi dépourvu, aussi désarmé.
-" Votre Excellence, est-ce un crime pour un amant de la beauté et de l'art que de chérir une Damoiselle comme la Fleur de Velmone ? " Déclara le troubadour à demi-voix comme s'il ne voulait pas perturber sa Maîtresse qui observait l'immense crevasse.
Manel essayait de se reprendre. Il portait en horreur de mal se tenir en présence de sa suzeraine. Et pourtant il ne pouvait rien y faire en cet instant.
Chancelant, sans doute par la faute de ce qu'il venait d'apprendre, et du vertige que lui offrit l'entaille au sol, il s'écroula sur ses deux genoux, comme abattu. Il apposa ses main sur ses genoux. Le barde leva ses yeux larmoyants pour contempler la Dame du Val.
-" Mon coeur est fort candide sans doute pour vous répondre convenablement. Néanmoins, je dois admettre que jamais je n'ai connu tel passion." Une réponse qui voulait dire oui.

Essuyant ses larmes comme pour oublier une certaine tension, le jeune homme souffla, et plongea son regard dans le fossé sans fond.
Les joues rouges par un mélange de colère, et de honte, le serviteur de la splendeur obsidienne soupira en essayant de reprendre ses esprits. Sa douleur ne devait point molester les desseins de sa Maîtresse, il le savait.
-" Soyez néanmoins certaine, votre Altesse, que je ne trouve ma fortune qu'en vous servant docilement, et que je ne songe qu'à louer votre puissance. Ainsi ne laissons pas une bagatelle corrompre la raison de cet entretien." Ajouta-t-il avec un étonnant aplomb.

Le regard bas, son visage emprunta un masque déterminé. Il devait tirer les conclusions de sa première mission. Bien sûr, l'occasion de se racheter ne tenait qu'à la volonté de la duchesse du Médian.
Silencieux, Manel souffla, sa confession l'apaisa même s'il n'était pas certain de sa justesse...
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Ven 13 Jan 2017 - 17:03


Blanche n’avait rien dit et l’avait laissé finir. Elle préféra commencer par la fin.

« Je vais te laisser une seconde chance. Je m’y suis sans doute mal pris. Hm… Il va falloir que tu sois davantage sûr de ce que tu vaux. Je veux dire par là : ne pas te dénigrer. Tu as du talent et il est normal que nous les nobles, nous nous échangeons nos artistes. Comme tu l’as souligné, mieux vaut privilégier nos alliés que nos ennemis. »

Pour ce qui était de la suite.

« Non. Tu as la chance de pouvoir aimer celle que tu désires. Ce n’est pas mon cas. »

Son rang ne l’exigeait pas. Une douleur vint tirailler un instant ses membres. Depuis son accident, il lui arrivait que sa peau la « lance ». C’était un vif supplice qui se traduisait par une sensation de brûlure. Blanche grimaça dans l’ombre de ce bout d’étoffe. Une main vint s’appuyer contre le pan de mur qui demeurait. Elle chancela mais se rattrapa juste à temps pour ne pas sombrer dans le gouffre. Le dos retrouva bien vite les pierres le long desquelles elle se laissa glisser pour s’asseoir. Les doigts cherchèrent vivement une poche d’un repli de ses jupes. Elle extrayait d’une fiole qu’elle déboucha pour en boire le contenu au goût indigeste. Un mal pour un bien. Fermant un instant les paupières pour retrouver son calme, elle inspira profondément puis poursuivit.

« Je n’ai franchement pas eu de la chance en amour… Je ne peux pas aimer qui je le souhaite. Je suis enchainée à un homme que je porte de moins en moins dans mon cœur. Il me délaisse totalement. L’homme que je crois avoir aimé est mort. Depuis lors je n’ai jamais rencontré un autre qui éveille en moi quelque chose. »

Elle soupira en continuant ses confidences.

« Et puis de toute façon, même si je faisais la connaissance d’un autre, je suis une femme mariée. »

...

« Nimmio n’est même pas venu me voir quand il a appris pour accident » laissa-t-elle échapper.

Revenir en haut Aller en bas
Manel
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 76
Âge : 116
Date d'inscription : 31/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Jeu 26 Jan 2017 - 17:03

Prostré, agenouillé au bord du précipice légèrement à coté de la Duchesse du Médian, Manel fut soulagé quand d'un geste de clémence elle déclara lui accorder une nouvelle opportunité.
-" Merci... Je vous le serment d'être digne de votre grandeur. " Répondit-il en sanglot. Comment ai-je pu faillir ? Se répéta-t-il dans sa tête.
Les yeux fermés, il les ouvrit lentement. Son regard se posa sur le gouffre, puis glissa lentement sur le bas de la robe de la Dame du Val. Et monta pour atteindre sa chevelure raffinée.
La surprise posa son masque sur le visage du jeune homme ensuite. Que voulez-t-elle dire en déclarant que j'avais la chance d'aimer ? Se demandait-il intrigué.
Soudain, une scène l'extirpa de son chagrin. Sa Maîtresse chancelait, manquant même de chuter. Elle se rattrapa à temps, et son dos glissa le long d'un reste de mur. Elle semblait souffrir.
-" Votre Excellence !" S'exclama le barde en se relevant d'un geste vif pour s'approcher de son interlocutrice et serra entre ses mains l'une des mains de la Dame. Inquiet il se demandait comment l'aider.

Il observa en train de sortir une fiole qu'elle but. Les jambes un peu pliés, le ménestrel ne savait que faire, surtout que la boisson avait semblait-il fait son effet. Puis comme si de rien n'était, la splendeur obsidienne poursuivit la conversation.
Manel l'écouta religieusement, buvant ses mots comme toujours. Des confidences douloureuses. En l'écoutant, le serviteur posa un genou au sol. Sensible, il était loin de se douter de tout cela. Il fallait reconnaître qu'il n'avait jamais rencontrer son mari, et par conséquent il n'avait guère pu s'imaginer un si triste récit. La dame acheva par parler d'un accident.
-" Je suis confus..." Murmura-t-il en comparant son chagrin avec ce qu'il venait d'entendre.
Troublé, Manel soupira, en face de lui, celle à qui il était entièrement dévoué était en plein brouillard. Que pouvait-il bien faire ?
-" Votre Excellence, je suis bien indiscret, mais, que vous arrive-t-il ? Ce malaise, l'accident dont vous parlez ?" L'adrénaline de l'instant de panique agissait comme un antidote à son immense respect en posant ce genre de questions. Puis, le saltimbanque avait la douce sensation de se retrouver dans un moment intime, privilégié...

Relâchant la main de la duchesse, le barde retrouva une certaine contenance.
-" L'amour peut vaciller comme une chandelle avec le temps, mais ne peut pas mourir. Je n'ai pas l'intention d'agiter votre peine, mais je suis certain que tout cela n'est que passager, et que votre époux, vous verra de nouveau...Vous rêverez encore votre Altesse. "
Le barde s'exprima d'une voix net et chantante bien qu'il n'avait qu'une réponse bateau à donner. Son devoir semblait durant cet instant noyer ses problèmes. Puis, il se sentait mieux malgré les stigmates sur son coeur, là, intérieurement, il ne voulait plus souffrir, et se fit la promesse de ne plus succomber à la passion. Désormais, il se consacrerait corps et âme à son travail !
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Ven 3 Fév 2017 - 0:00


Cela devait certainement être une scène surréaliste pour Manel, discutés là au bord du précipice qu’était les vestiges du passage du feu pharétan. Blanche appréciait sans doute en secret ces événements un peu théâtrals. Ils avaient évidemment un but. Le premier était d’en imposer, de retenir l’attention et peut-être même se mettre en valeur qui sait ? Le seconde – et non des moindres – était le fait de marquer l’esprit. L’humain n’étant pas infaillible, celui-ci oublie souvent très vite ou ne retient que les choses qui l’arrangent. Intégrer une conversation importante dans un décor et une situation surnaturalistes étaient donc un bon moyen mnémotechnique. Après c’était certainement une science de comptoir mais pour l’instant, cela lui avait toujours amené un retour plus ou moins positif. Lorsqu’il voulut s’approcher, elle le repoussa un peu trop violemment à son gout. Cela tenait davantage du geste involontaire, d’un réflexe plutôt qu’une réelle envie de le repousser. Elle avait peur ! Car oui, lui ne pouvait pas s’en sortir s’il venait à plonger ! Manel n’était pas un sorcier. Blanche pouvait toujours s’en tirer grâce à son aéromancie contrairement à son ménestrel. Oui… cette réaction était l’épicentre de ce protectionnisme envers Manel. Elle se surprit elle-même et en écarquilla les yeux.

« Na…Navrée… »

Peut-être avait-elle était touchée par ses larmes et son visage si contemplatif. Comment pouvait-il l’admirer ? Elle se répugnait elle-même par bien des façons. Avant de répondre à sa question, Blanche bascula et traînant son corps douloureux s’éloigna du précipice. Elle tendit sa main en direction du jeune homme afin qu’il l’aide à se redresser. Ceci fait, elle inspira profondément.

« IL ne faut en parler à personne, Manel… Pas même à ta jouvencelle d’une nuit, à quiconque, Manel ! »

Sa voix avait été un peu plus grave à ces mots. C’était là une menace bien réelle.

« Pas même lorsque tu te noies dans le pinard ! »

Car elle lui connaissait ses vices.

« J’ai été souffrante durant une ennéade à cause d’un accident magique et j’en garde quelques séquelles… Je n’ai pas envie d’en dire davantage. »

Les conséquences de tout cela était encore bien pesante et torturait encore tous ses membres par quelques crises parfois aigues. Mais cela, elle ne l’avouerait à personne.
Les yeux se reposaient sur son trouvère. Elle réprima une grimace à cette déclamation romanesque. C’était un mensonge. Nimmio ne changerait pas. Et dans son cas, ses sentiments ne s’amélioreraient pas. Son cœur était désormais froid. Était-elle seulement encore capable d’aimer ? L’avait-elle seulement été une fois ? Sa vie l’avait façonné de sorte à ce qu’elle devienne ce qu’elle est aujourd’hui : un paradoxe. Celui-là même pouvait faire preuve d’émotions si pures et déconcertantes tels que l’amour pourtant ce sentiment était éphémère et finissait très vite par être oublié. Son combat actuel était le reflet de cette antinomie. Alors il fallait lui dire la vérité et elle dit.


« Non, Manel. Tu as tort. Je suis certaine d’une chose. Mon mariage avait Nimmio n’était pas une union amoureuse mais plutôt une union politique. Je ne rêve plus, Manel. Je cauchemarde ! »

Revenir en haut Aller en bas
Manel
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 76
Âge : 116
Date d'inscription : 31/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Dim 5 Fév 2017 - 11:53

Le barde ne fit rien lorsque la Dame le repoussa. Pourquoi ? Se demandait-il néanmoins. De toute manière, il ne cherchait rien, il savait sa place. Puis il voyait le gouffre. Oppressant comme depuis le début. Cette scène resterait dans sa tête. Comment cela pouvait-il être autrement ? Ce côté théâtral de sa Maîtresse lui plaisait grandement. Elle avait cette capacité de lui inspirer la peur de l'impressionner aussi, mais cela ne changeait en rien sa dévotion et son admiration.
Curieusement, après ce coup de folie, elle s'excusa. Pour le ménestrel, cela en effet n'avait pas d'importance, il acceptait et devait s'adapter a son caractère sans gémir.
-" Ce n'est rien votre Altesse." Murmura-t-il en l'observant en train de s'éloigner du gouffre, cette fois-ci elle lui tendit sa main.
Son barde, avec soin l'aida et fut heureux de voir qu'elle accepta. D'un geste délicat, évitant de ne guère causé de douleurs à sa suzeraine ils s'écartèrent du précipice.

Quand cela fut fait, la duchesse soupira, et s'apprêtait à faire une révélation incroyable. Manel se sentait honoré. C'était même la première fois qu'elle allait lui confier un secret. D'ailleurs son avertissement l'effrayait. -
-" Je suis votre valet, je resterai muet pour l'éternité si tel est votre désir." Dit-il en réponse à la mise en garde, la main sur le coeur, le genou planté au sol.

Alors elle lui confia un accident causé par la magie. Un univers qu'il connaissait à peine et dont sa maîtrise était totalement nulle.
La confidence, néanmoins, resterait bien encrée dans sa tête, même si apparemment il n'avait rien pouvant aider à soigner le mal. Dur réalité. Cette mèche de cheveux banche, était sans doute l'une de ces séquelles pensait-il.
Fébrile, le jeune homme enrageait intérieurement et se disait qu'un jour peut-être il serait capable de lui apporter une aide précieuse.
-" Votre confidence, me bouleverse votre excellence, et vous flatter mon orgueil avec votre confiance. "

Essuyant son front avec le revers de sa main, le trouvère la mine peiné en écoutant la réponse au sujet de son mariage avec le duc. Triste réalité, se disait-il. Méritait-elle un tel sort ? Au fond, il ne connaissait que vaguement l'histoire de sa Maîtresse. Son regard voyagea sur le sol, là encore, il n'avait guère de réponse à apporter.
Il se sentait fort heureux de partager un moment de ce genre avec sa suzeraine, mais il se voyait aussi fort mal de ne point pouvoir lui apporter le bon remède.
Le serviteur de la Dame du Val avait l'affreuse sensation de se dire qu'il pouvait dire n'importe quoi qu'il recevrait en réponse une réprimande, un argument abattant son espoir.
Son esprit n'était pas habitué à conseiller une personne si grande, toujours, il ne fit qu'effleurer leur vie sans vraiment y avoir plongé ses réflexions afin d'avoir une connaissance capable d'apporter des réponses dans ce genre de situation.
Quel triste fatalité, pensait le barde avec mauvaise mine la cervelle bouillante en quête d'idées. Ce fut avec cette même fatalité qu'il déclara...
-" Je crains, votre Altesse, que l'amour, lorsque on l'effleure du bout des ongles, comme un papillon, perd ses couleurs éclatantes. Il n'est beau que si on le voit... Plus on l'approche, plus notre coeur brûle à en devenir le plus fascinant champ de ruine couvert de larme qu'on s'amuse à agiter pour souffrir encore plus." Le ton haut se ternissait au fur et à mesure car au fond, il n'osait croire à ce qu'il disait, bien qu'il en ait fait l'amer expérience.

Le jeune homme prit dans un tourment lui faisant presque oublier l'immense différence de rang avec son interlocutrice s'empara délicatement de la belle main de celle-ci en restant agenouillé.
Il se mit à baiser avec tendresse cette main à qui il devait son existence en l'ayant sorti de sa misère comme pour lui rendre hommage et essayer d'offrir un brin de réconfort. Il se moquait des conséquences, une sorte d'ivresse comme un brouillard se posa sur sa tête.
-" De vous dépendent tant d'existences, voyez comme je suis heureux d'être à vos genoux, et les autres, que ce soit à Hautval, où dans tout votre Royaume, chérissent votre autorité, cette amour là, est le véritable votre Altesse ! Jamais, je n'ai ouïe dire médisance à votre endroit au sein de vos murs. Bien au contraire, on vante votre beauté, le mystère qui vous entoure séduit les artistes, et le peuple vous tient en estime." Débuta le ménestrel avec une ferveur nouvelle dans sa voix de rossignol.
-" Dites-moi comment puis-je vous aider ? Ma vie, je la mettrai en péril s'il le fallait. Cette mésaventure magique, est-elle sans remède ? N'y a-t-il au monde, magicien capable de vous venir en secours ? " Questionna-t-il en omettant la douleur amoureuse, sujet dont il se savait vaincu d'avance, et qu'il avait de toute manière déjà mentionner en donnant son avis.

Se rendant compte de sa folie, il relâcha la main de la duchesse de la même façon qu'il reposerait un diamant dans son écrin...



Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Lun 13 Mar 2017 - 18:45


Et il valait mieux pour lui que cela ne se sache pas car elle aurait tôt fait de prendre cela comme une trahison et de le pendre. Blanche avait horreur de la traitrise. Ce simple fait éveillait en elle : la colère, la violence, la répulsion, la haine ! Sa réaction serait à la hauteur de la relation qu’elle entretiendrait avec la personne. Plus celle-ci serait proche, plus cette dernière mourrait dans d’atroces souffrances.
La déclamation de Manel arracha un sourire à la Dame. Triste vérité mais elle partageait plus ou moins son point de vue. L’amour est et resterait quelque chose de compliquer. A ce titre, elle enviait ses couples liés par cette passion et attachement purs qui semblaient si facile. Rien n’avait jamais été aisé pour elle.

Ses grands yeux bleus se posaient finalement sur Manel qui s’était agenouillé et lui avait pris la main pour l’embrasser. Un regard tendre lui fut témoigné et elle se surprit à sourire légèrement. Il était touchant, cela était un fait. Et elle appréciait à sa juste valeur les efforts qu’il lui témoignait pour l’épauler et amoindrir ses maux. C’était un beau geste, plus encore ses paroles chantantes qui tentèrent de l’encourager.


« Manel, fais ce pourquoi tu es né, chante de ta belle voix de belles chansons, et des doux sons de ton instrument rythme mon quotidien. Chacun sa place. Chacun son rôle. »

Elle soustrayait sa paume à ses doigts avec délicatesse et par un petit mouvement de tête, l’invita à la suivre. Ils étaient assez demeurés en cet obscure endroit et il ne faudrait pas qu’ils attrapent froid avec les courants d’air. Elle était devenue encore plus frileuse depuis quelques l’incident.

« Si tu mets ta vie en péril, tu ne me serviras plus à rien. Je me suis chargée d’enrôler des personnes pour me guérir. Ces maux sont donc passager… Du moins, je l’espère. Viens maintenant, allons aux cuisines. As-tu faim ? »

Revenir en haut Aller en bas
Manel
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 76
Âge : 116
Date d'inscription : 31/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Dim 2 Avr 2017 - 12:43

Le barde restait muet, intrigué aussi, mais surtout, il était confus, emporté dans une espèce de flou profond qui lui était impossible d'éclaircir, du moins pour l'instant.
Il avait conscience qu'il ne pouvait rien faire de plus pour l'aider, pourtant l'ardeur pour faire plus était présente. Son regard doucement se baissa en direction du sol en écoutant la Dame confirmait son amer impression. Bien sûr, il devait rester à sa place, bien sûr, il ne savait faire que cela, mais cela fit naître une rage intérieur au fond de son âme.
Plus que ça même, il y avait un sentiment d'impuissance. C'était peut-être la première fois qu'il ressentait ce sentiment, et qu'il se moquait de son simple intérêt personnel... Non, sa vie, il était décidé à la consacré à la duchesse du Médian.
Alors, oui, il comprenait, il se résigna même à rester à sa place, celle d'un troubadour, d'un simple serviteur. La fierté était juste de vivre au dépend d'une Dame dont la puissance faisait trembler un immense nombre de nobles.

En parlant, elle ôta avec langueur ses doigts de ma main. Et d'un geste de la tête lança l'injonction de la suivre, en décidant par conséquent qu'ils étaient restés ici un peu trop longtemps. Manel trouva ce choix juste, en effet il commençait à avoir un peu froid.
Le saltimbanque réajuste un peu ses vêtements, et se sentait soulagé de quitter un endroit si lugubre en se demandant bien ce que cherchait sa maîtresse en l'ayant conduit jusqu'ici.
D'ailleurs, son oeil remarquait que la noble aussi commençait à être affecté par le froid et l'atmosphère auprès de cette immense cratère.
Attentif, il écoutait la suite, en montrant sa compréhension par un geste de la tête. Elle avait raison, il ne pouvait pas mourir dans un acte dont ses compétences se montreraient totalement insuffisante.
Un sourire sur le visage, le serviteur était quelque peu rassuré que la Dame était déjà en train de se charger de son mal.
Elle avait employé des gens compétents.
-" Je souhaite de ton coeur qu'ils parviennent à vaincre ce mal." Dit-il en se recoiffant, et en ajustant sa ceinture en prenant soin de bien y accrocher sa coiffe.

La prochaine destination, les cuisines. Il devait bien l'admettre, il avait un petit peu faim. Il n'était pas un gourmand, mais ne se privait jamais d'un plaisir. Et puis, pensait-il, partager la table en compagnie de la splendeur obsidienne pourrait lui faire découvrir des mets des plus délicieux, et connaître ainsi un certain luxe.
-" Oui, j'ai un peu faim." Répondit-il simplement en suivant le pas de la Dame du Val qui connaissait les lieux à la perfection.

Le chemin fut assez rapide, et avant d'arriver j'en profitai pour lui poser une question...
-" Votre excellence, je sais que le moment est mal venu, je suis à vos ordres... Toutefois, j'ai une demande à vous faire modestement. J'ai dans l'idée de créer une troupe qui existerait pour vous divertir, mais aussi pour chanter vos louanges et amuser un certain peuple."
En effet, l'idée était politique, l'idée lui était venu sur le coup des paroles de la Dame qui clamait qu'il devait rester à sa place. Mis l'idée était surtout d'accroître son influence, et de créer un endroit regroupant des artistes.
-" Et pour cela, il me faudrait un peu d'argent pour créer un établissement à Hautval qui serait un lieu d'art..."


Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Mar 4 Avr 2017 - 16:33


Blanche était consciente que Manel aurait pouvoir lui trouver un remède miracle. Elle savait sa dévotion et lui en était silencieusement reconnaissante. Mais comme cité précédemment, chacun sa place, chacun son rôle.

« Tu sembles contrarié »

Dit-elle en constatant cette lueur étrange dans le fond de ses yeux. Elle ne saurait dire quoi précisément à part que cela représentait un mécontentement. Avait-elle dit quelque chose qui l’avait fâché ? Elle ne pensait pas avoir proférer quelconques insultes ou autre. Cela resterait un mystère jusqu’à ce qu’il ne décide à se livrer.

« Je te sais sincère. Mine de rien, cela m’aide à garder le moral de vous avoir tous, et de savoir que vous me soutenez. Merci Manel. »

Descendant les marches et s’aventurant dans le dédale de couloir, elle prenait donc la direction des cuisines.

« Tant mieux, nous allons pouvoir prendre un goûter à moins que tu ne désires autre chose ? Profite-en pour demander ce qui te plait. »

Elle s’arrêta devant les portes, interrompue par la prise de paroles de Manel. Pivotant lentement sur ses talons, elle ancra ses yeux dans les siens, signe qu’elle l’écoutait. Elle ne répondit pas tout de suite, réfléchissant au projet présenté.

« C’est une excellente idée, Manel… Ta troupe serait-elle itinérante et partagerait-elle tes pièces à travers les terres péninsulaires ? Je vais voir ce qui peut être fait avec les créanciers… Est-ce que cet établissement aurait aussi pour but d’apprendre aux autres à jouer de la musique, écrire des poèmes, déclamer, jouer des pièces de théâtre ? »

Elle attendit sa réponse pour se remettre en route et rentrer au sein des cuisines. Ils pourraient de toute façon poursuivre tout en marchant. La présence de Blanche au sein des cuisines du château fit s’incliner les différents serviteurs qu’elle salua d’un sourire. Elle s’avança vers l’un des maistre-queux qui étaient prédestinés aux desserts.

« Maistre… qu’avons-nous là de bons... J’ai une petite envie de sucrée… Quant à Manel, que prendras-tu ? »

Revenir en haut Aller en bas
Manel
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 76
Âge : 116
Date d'inscription : 31/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Dim 9 Avr 2017 - 14:10

-" Je suis simplement triste de ne pouvoir vous aider plus concrètement." Répondit-il avec cette mine légèrement peinée. Bien sûr, il était fier de ses actes, mais aimerait tellement pouvoir faire plus, hélas, il était incapable de pouvoir tenir une arme.

-" C'est nous qui vous remercions votre excellence ! Vos mots me font plaisir." Poursuivit-il en souriant comme pour évacuer sa petite déception. Evidemment, il n'en voulait pas à sa Dame. Comment pourrait-il ? Elle lui avait tout donné, et sortit de la misère.
Ils descendirent des escaliers. Manel avait en lui une sorte d'impatience de connaître les cuisines du palais, ainsi que la qualité des produits.
Connaissant sa Maîtresse, il était certain que ce serait d'un luxe certain.

Après avoir fait sa demande, elle cessa sa marche juste devant les portes, qu'allait-elle lui dire ? Une pointe d'angoisse s'empara de sa tête en suivant ses talons se tourner pour lui faire face. Le silence puis la réponse. Les premiers mots firent se soulever le coeur du barde, elle trouvait l'idée judicieuse.
-" Le souhait serait en effet de créer au sein de l'établissement une troupe itinérante qui voyagerait dans la péninsule.
Le domaine serait dédié à l'apprentissage en effet selon les Maîtres que nous aurions à disposition, et serait ouvert également à toute forme d'art. Il serait intéressant de découvrir et de révéler des talents encore inconnus."


En marchant, le jeune troubadour continua en suivant le rythme de marche de la duchesse.
-" Il serait également un outil pouvant vanter votre grandeur en toute discrétion ou simplement de transmettre par l'amusement votre volonté. Qu'en pensez-vous votre Altesse ? " Questionna-t-il dans un élan frénétique en voyant là, une opportunité de réellement servir à quelque chose.
En entrant dans les cuisines, la présence de la Dame du Val fit s'incliner les serviteurs. Une sensation qu'il n'avait jamais connu, et qui d'ailleurs l'intimidait, faisant que lui même baissa sa tête.

Ils arrivèrent devant un individu s'occupant des cuisines. La splendeur obsidienne d'un air qui pour le barde semblait différent de tout à l'heure lui posa une question avant de donner son souhait et de se tourner vers lui pour savoir ce qu'il désirait.
-" Du sucré également. Faites-vous un dessert avec des fraises ? " Demanda-t-il avec candeur, simplement guidé par la curiosité.

En attendant, le jeune serviteur prit la parole pour revenir sur le sujet de l'établissement.
-" En prenant référence à votre garde, que diriez vous de donner à cette demeure, la plume obsidienne ?"
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Dim 23 Avr 2017 - 13:55


Les commissures de ses lèvres se retroussèrent en un sourire de satisfaction. Ainsi, il avait ce projet-là. La Dame du Val voyait là l’occasion de créer une institution qui pourrait pallier au rayonnement sudiste et ainsi concurrencer ses voisins. Oui, Blanche voyait une entreprise d’envergure, dépassant l’intention initiale de son sujet. Encore fallait-il trouver les fonds. Velteroc était un gouffre financier. Il faudrait trouver des maitres et en ce là, elle avait l’idée de contacter l’Anaëh mais aussi l’Ithrii Vann. Cependant, les elfes étaient quelque peu renfermés sur eux-mêmes et elle doutait de pouvoir trouver quelques maitres des arts pour alimenter la prochaine institution. Quant à Thaar et ses environs, cela demeurait discutable.

« Oui en effet. C’est une bonne idée. Mais la propagande doit être servie de façon mesurée. Je ne souhaite pas non plus brider les futurs artistes avec une censure. »

Elle marqua une courte pause, pensive puis reprit.

« Néanmoins, il serait de mauvais ton d’autoriser nos futurs artistes à me critiquer… »

Ceci dit, elle se tourna vers le Maitre queux qui répondit qu’il avait justement de petites tartes aux fraises avec de la mousse aux framboises. Cela lui irait à ravir. Elle poursuivit pour l’un des maitres des cuisines.

« Vous nous feriez aussi l’honneur de partager cet instant avec vos domestiques, n’est-ce pas ? »
« Votre altesse est trop bonne » Répondit le maitre queux en s’inclinant bien bac.

Après un sourire, Blanche emmena Manel vers l’une des longues tables bordées de bancs servant à la cantine des serviteurs. Elle s’installa prestement attendant qu’on les serve.

« La Plume obsidienne… » Elle demeura pensive, réfléchissant à cette appellation.
« Hm… Eh bien, l’obsidienne étant une pierre noire, n’est-ce pas là un ton sinistre ? Je suis consciente que tu désires faire honneur à l’un de mes surnoms… »

Posant les coudes sur le poids, elle leva les yeux aux ciel en tapotant un doigt contre ses lèvres.

« Tu peux aussi te servir des couleurs de ma maison… De la chouette mais cela serait certainement peut-être trop politiquement orienté. »

Revenir en haut Aller en bas
Manel
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 76
Âge : 116
Date d'inscription : 31/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   Dim 7 Mai 2017 - 14:17

Le visage du barde passait du sourire à l'interrogation. Le sourire en voyant que son projet était vu de manière positive par la Dame du Val. La perplexité se devait au point qu'elle soulevait. Il fallait trouver un équilibre, elle avait raison.
Puis un sourire en remarquant que finalement elle avait la même ligne de conduite. La propagande devait être discrète.
-" Votre Altesse, je gage de trouver le parfait équilibre..." Dit-il en regardant le Maître affirmer qu'il avait ce qu'il avait demandé.

Le troubadour le remercia en inclinant légèrement la tête. Il se sentait honoré de partager ainsi la table de sa Maîtresse. Méritait-il un tel honneur ? Cette question traversa son esprit avant qu'un vif sentiment de fierté vienne la démolir.
Il suivit alors la duchesse. Ils se rendirent en direction d'une table longue. Lorsque la Dame s'installa, le ménestrel prit place à sa droite.

-" La propagande en votre faveur sera discrète, et ne sera pas la tête d'affiche de l'établissement. Ainsi nous éviterons les problèmes que vous avez soulevés." Annonça Manel humblement.
-" Le dessein prioritaire serait d'ouvrir l'art à tous, et en faire un brillant rayonnement au sein de votre
Royaume."
Continua-t-il sérieusement.
Son idée concernant le nom ne plaisait pas forcement. Manel d'un geste de la tête accepta la décision de la duchesse. Il comprenait parfaitement, et son geste de la tête l'exprima parfaitement.

Le service n'allait pas tarder. Manel admirait la duchesse, son charisme était fascinant, et sa manière de diriger ne pouvait qu'être vanté.
-" Cherchons dans ce cas. Le Théâtre d'Hautval par exemple. Ou la Plume d'Hautval..." Il pianotait avec ses mains sur son menton.
-" A moins que vous ne préférez l'installer ailleurs ?" Demandait-il avec une certaine ferveur en se recoiffant.
Il savait que pour lui ce moment était un privilège. Jamais il n'aurait pu s'imaginer être là, à coté de la Dame du Val, discutant d'un projet si merveilleux à ses yeux.
-" Je pense qu'il suffirait d'un établissement d'une taille moyenne. Quelque chose où l'atmosphère serait propice à la création. Et où nous pourront organiser des débats, et autres concours...Où l'éducation pour l'art serait prioritaire..." Déclara-t-il avec des gestes de la main enflammés, puis il se calma.
-" Et ce qui aurait pour sujet votre auguste personne serait traité avec précaution... Et cela par ceux qui deviendront des éminents membres de l'établissement." Acheva-t-il alors que le service était sur le point d'être effectué.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un triste compte-rendu [Blanche]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un triste compte-rendu [Blanche]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sommet CARICOM/USA: Compte-rendu du Forum de la diaspora
» Compte-rendu de partie 2 : Infinity Gauntlet
» [SAGA] petit compte rendu de bataille
» Compte rendu RP Enragé J4
» Compte rendu de la réunion du 21/10/11

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Diantra :: Château-
Sauter vers: