AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Mort]Adieu l'ami, et merci.

Aller en bas 
AuteurMessage
Tebirahc Zaurahel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 964
Âge : 28
Date d'inscription : 07/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  859 ans
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: [Mort]Adieu l'ami, et merci.   Dim 4 Déc 2016 - 14:52

Avait-il jamais eu le moindre pouvoir, ou s'était-il bercé de l'illusion d'un serviteur demeurant sourd aux chahuts des chaînes qui l'entravent ? Tandis que la flamme qui s'épanouissait derrière ses iris dorés perdait de son éclat à mesure que son corps devenu trop lourd se vidait dans son sang, là, dans une ruelle quelconque et anonyme, c'était la seule pensée qui lui vint.
Des nombreuses décisions qu'il ait eu à prendre, de la pléthore de vœux qu'il formula, dans ses songes comme à ceux auxquels il parla de ces possibles, des futurs auxquels il aspirait, en est-il un seul lui ayant vraiment appartenu ?

Il était le fruit d'une ancienne lignée, à bien des égards et de biens des manières... Leurs volontés et leurs désirs, leurs manières de considérer et de traiter un monde et la masse grouillante qui s'y propageait vainement... Tout ceci ne lui appartenait pas, quand bien même il prétendait se l'être approprié, la vérité était qu'il n'en était que le héraut... Il était l'hôte d'une foule de parasites intemporelles qu'on nomme de biens des manières, idées, valeurs, traditions, principes, espoirs, peurs, dont la principale raison d'être était de se propager, de perdurer.

D'aucun pourrait prétendre qu'il y avait là non pas l'action d'une foule mais d'une unique entité... Mais ces êtres supérieurs, ces « dieux », il les avait approché, il les avait observé à sa manière tandis qu'ils le menaient à la baguette... Ces improbables créatures qui, supposément, observaient et s'amusaient de la vie des jouets mortels qu'il avait façonné pour les servir... elles-même étaient l'esclave de ces parasites...
Depuis combien de temps ce petit jeu durait-il ? Depuis le commencement de tout ce qui est ? Ou bien cela avait-il même précédé cet instant ? Un vœu dans le vide, dans le néant d'où jaillit tout ce qui fut, est et sera jamais, n'appartenant à personne, simplement là. Un seul, à l'origine d'un univers, d'innombrables mondes, des prétendus primordiaux et des enfants qu'ils placèrent ça et là. Exister.

Des divagations l’entraînant loin... Fuyant une réalité qu'il refusait d'embrasser, lâche finalement, au moment de s'éteindre, alors qu'il n'avait jamais reculé. Mais il n'était plus question de mortels, après tout, était-il même question de dieux ? Ou craignait-il simplement, en se rattachant ainsi à des idées vagues, de perdre la plus importante d'entre elle, la seule qui soit irremplaçable ? Quelque soit ce qui traversait vraiment son esprit, cela l'effrayait, et parmi les tremblements d'un corps mourant, cette peur qu'il avait rarement connu le retrouva, l'habita.

Un univers se fige en même temps qu'un corps à présent sans vie, sinon celle qui s'échinera à décomposer ce qui fut une part de l'être nommé Tebirahc Zaurahel, et nous-même nous arrêtons sur le palier qui nous sépare de l'après. Il nous fut autorisé à lire ce qu'il fut de son vivant, mais pas ce qui se trouve au-delà... Nulle révélation, même venant de celui qui foula le Royaume des Morts, ou supposé tel, mais qui n'était peut-être qu'une vaste bibliothèque bâtit par ces « dieux » supérieurs, gardant un souvenir, un écho de tous ceux qui furent leurs créations.

Ainsi s'éteint, dans l'anonymat d'une ruelle sordide, l'idéal des Zaurahel.


[Petit à petit, à mesure que ça me viendra, je conclurais mes rps en cours, en m'excusant auprès de mes partenaires, autant qu'en les remerciant, même si je n'ai pas moi-même été, finalement, à la hauteur de ce que Tebirahc visait.
Je laisse volontairement le mystère, vous en faites ce que vous voulez, ou rien du tout... Tebirahc sera retrouvé mort dans cette ruelle de Thaar, et reconnu, ou bien balancé comme un anonyme dans une fosse commune, c'est à vous de décider, je n'ai aucune préférence.

Bref, voilà... Piou!]
Revenir en haut Aller en bas
Tal'darak Helvival
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 24
Date d'inscription : 08/05/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  781 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Mort]Adieu l'ami, et merci.   Jeu 11 Jan 2018 - 1:48

L'assassin sortit une tête. Le visage se différenciait peu du drow moyen, à tel point que Tal'darak fut vaguement frustré; il s'attendait, de la part d'un Prima Sanguis, à l'altière figure d'un drow digne de son sang, ainsi qu'il l'était lui même, descendant de la Protection de l'antique Linoïn, si antique que lui même ne pouvait deviner son antique mais prestigieuse descendance. Aux traits particulièrement dur, l'on pouvait deviner pourquoi six des dix assassins moururent, qui la jugulaire tranchée, qui par perte importante de sang. Et pourtant, ce furent les meilleurs agent que la Dothka ait pu fournir. Une ode pour ce chien qui s'avérait être le gardien d'Uriz, qui eut le pouvoir de lutter contre 10 de ses absolument meilleurs éléments tout en tuant 4 d'entre eux.

Tal'darak fit une moue. Les assassins purent sans doute penser qu'il était déçu que le Barra de la Dothka, leur mâitre, eût pensé que le gardien d'Uriz aurait pu emporter bien plus d'assassins dans sa tombe. Mais en réalité, l'assassin était juste embêté par le fait que ce maniaque ait réussi à tuer 4 de ses plus précieux éléments. Le chef, désappointé par la réaction du Barra, dévoila la tête du gardien :


"Je reconnais son visage. Mais êtes-vous seulement sûr que cela n'est point un subterfuge?"
Tal'darak répondit, dubitatif.

"Par Teiweon qui tient on âme dans sa main gauche; c'est l'homme* en question que nous décapitèrent,Ô concubin des Ombres. Autrement, nous n'oserions pas vous convoquer, maître."

Concubin des Ombres.
Le IVe ost l'avait désigné ainsi lors du siège d'Iranion, effrayé par son excès de violence, tout en le respectant. Les Ombres contenaient pour les drows cette terrifiante notion de chaos, plus que celles des dieux régissant les lois quotidiennes des drows. Elles contennaient cette horrible notion d'aléatoire, de danger, que Tal'darak aimait à cultiver pour faire croire à ses sbires que ses voies étaient impénétrables.

L'assassin se mit à genoux.

"Oncques non, cher maître. Nous ne saurons vous mentir, ô maître de la Dothka."

Tal'darak sourit d'un sourire suffisant. Bien.

"Parfait. Ainsi pouvez-vous disposer de son corps et de sa tête. Je suis certain qu'elle vaudra son pesant d'or auprès d'aventuriers sans foi ni loi., lui qui fut gardien d'Uriz et Obok Senger du glorieux premier Ost."

Tal'darak sourit. Comme si qui que ce soit voulait exploiter ce déchet. Il tua l'ancien gouverneur des drows parce qu'il fut faible; était-ce suffisant pour le considérer prophète d'Uriz ? Quelle déception. Le Drow méritait bien plus.

"Nous enterrerons le cadavre de ce chien avec les honneurs du Ier Ost. Malag'Eyl en perdra ses moyens."


Et... Doucement, Tal'darak, tissait sa toile. Les soutiens de Malag"Eyl disparaissaient doucement. Et bientôt, ce sera à Malag'Eyl de disparaître.

Pour la plus grande gloire des Drows.

Et du Chaos.

*"C'est l'homme" : nous entendons bien entendu que le personnage est un drow. Mais dans notre époque de mondialisation, nous tendons à utiliser le terme "homme" comme dénominateur commun désignant le mâle, doté d'un sexe masculin. Le peuple péninsulin humain, à qui cette oeuvre est dédiée, saura faire la part des choses sans pour autant nous associer à ces péninsulaires racistes en réalisant que l'homme pour nous n'est gurère autre qu'un humanoïde de sexe mal à l'instar de l'elfe mâle, le nain mâle ou encore l'humain mâle.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mort]Adieu l'ami, et merci.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ITHRI'VAAN :: Thaar-
Sauter vers: