AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emilie Chantenuit
Humain
avatar

Nombre de messages : 466
Âge : 22
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   Mar 6 Déc 2016 - 16:31


Corentin de Rivecroc, adepte d'Othar
Compagnon d'arme de Lyarra, ( au malheur de Lyarra)

4ième ennéade de Favrius de la 9ième année du XXIième cycle - Jour 3

Lyarra fixa son regard sur son verre, elle semblait pensive et ne portait nul intérêt au monde qui passé autour. Son regard se porta aux gens qui circulait dans la ville, elle se mit juste à observer et comprendre ce qui l’entourait. La nordienne avait la sensation de redécouvrir la vie en communauté qu’elle avait oubliée il y a bien longtemps dans le monastère. Les bruits des passants, les hurlements des commerçants, accompagnés des brouhaha du quotidiens.. Tout semblait être nouveaux à ses yeux. C’était perturbant, quelquefois, ces bruits incessants la fatiguaient.

Corentin arriva, s’installa en face de Lyarra. Un moment, la guerrière leva un peu les yeux en sa direction. Il porta une belle chemise blanche, un pantalon de braie et il était bien coiffé pour être bien présentable aux yeux des passants. Lyarra porta juste une haut, usé par le temps et un pantalon troué par la même façon. Ses armes étaient déposés sur la table. Un moment, elle avait un peu honte d’être vêtue ainsi. De plus Corentin ne cessa pas de la fixer avec arrogance, esquissant un sourire désapprobateur. Elle leva les yeux au ciel, se remit à sa place tournoyant la cruche de sa main.

« -Tiens, tu veux me porter compagnie. ?
-Peut-être, il faut bien commencer à tout. Comme, par exemple, se faire une réelle connaissance entre nous deux. »

Depuis le voyage, ils ne s’étaient pas vraiment adressé la parole. Ils se jugèrent du regard et Corentin parlait juste par politesse. O grand jamais, les deux apprentis avaient vraiment pris la peine de se connaitre. Lyarra le jugea trop perfectionniste, un noble qui voulait respecter ses nobles origines et ce dernier la jugea trop brutal pour attirer un réel intérêt. Ils s’entrainaient ensemble par obligation, cependant, ni l’un, ni l’autre, avaient tentés de se connaitre davantage. Deux murs, deux cultures les séparaient… D’ailleurs, Lyarra fut surprise de le voir en face d’elle.

« Tu as raison. Alors. » réflichissa la guerrière  Que veux-tu savoir de moi.
-tu es d’où ?
-Oesgard, et toi ?
-Serramire
-Tu es un nordiens, toi aussi. Ravie de ne pas être seule. Pourquoi avoir choisi l’ordre d’Othar ? tu es un chevalier, tu pourrais être là pour ta famille que de suivre un ordre. »

-Je veux m’entrainer pour mieux servir les intêrets de mon père. Toi qui est une femme. Pourquoi as-tu choisi cette vie ? De la part d’une nordienne, l’idée de portait une épée est incongrue, voir comique. »

Lyarra fixa Corentin des yeux, adressant un regard dur. Elle se mit à soupirer un moment

« Pourquoi ? Un homme doit avoir tous les droits ? Une femme se contentait d’écarter ses cuisses et dire « oh oui » et pondre un enfant ?
-Une femme n’est pas une personne capable d’être aussi forte qu’un homme.
-D’accord, mais crois moi, la force est juste un élément parmi tant d’autre. Tu es trop figé par ce qu’on t’éduque. Toute façon, tu es un noble, on vous apprend à vous figer dans un moule. »
«-Tout le monde doit être à sa place. Moi y compris. Tu devrais faire de même…La voie de l’épée n’est pas fait pour toi. Il serait judicieux pour toi de retourner à une vie plus simple. Je ne doute pas que tu es talentueuse, tu l’es…Mais tu vas être rejetter…voir tu vas être une folle. Pour beaucoup, ça sera le cas. Pour moi, je vois juste une fille qui cherche sa place et qui c’est trompé de chemin.

Elle cogna la cruche sur la table, poussant un soupire râleur.

« -C’est bon ? Tu as fini de me dire que je dois être une simple femme comme tout le monde ? Folle ? Non, tu ne me connais pas ! Ne te prétends pas de me connaitre quand tu ne sais pas ce que j’ai vécue. Toi tu as vécu dans une vie aisé, choyer et qu’on te sert avec gentillesse ! Ne parle pas comme un homme qui sait tout. Je ne suis pas une femme sotte, loin d’être une folle. Je sais lire et écrire tout comme toi. J’ai une raison et pas un autre. Va vivre dans la réelle merde et on reparlera. Je vois qu’un putain d’homme gâté par la vie qui ose me faire la morale.

Il fronça les sourcils et figea le regard dans le sien

« Je ne dis que la simple vérité, ne croit pas que les nobles vivent une vie toujours sympathique. Ils ont des devoirs, des lourdes épaules pour porter d’immense fardeau. Toi, femme roturière, tu n’as que ta vie à porter par celle du monde. »
Elle soupira un moment, le fusilla du regard et détourna des yeux pour ne plus voir sa tête. Ce dernier lâcha un souffle contrarié. Les deux n’allaient pas s’aimer, ni se comprendre. Ils étaient trops différents.. Corentin était aux yeux de Lyarra un simple chevalier pointant du doigt sa condition féminine, la place qu’elle devrait prendre. Il renvoyait ce qu’elle détestait plus que tout : Etre une simple femme. La guerrière serra les dents, sentant la colère monter d’avantage ;.

«- Ha…oui c’est vrai. L’honneur de la noblesse de protéger les plus faibles. Arrêtez avec ça, vous nous regardez avec mépris. »
-On vous protège oui, on fait notre role et vous faite le vôtre. Nous nous complétons…ou es le mal ? Tu te prétends être meilleur qu’un noble ? »
- Vous avez votre rôle par héritage, non par la méritocratie. Tu es un sang bleu, pas un homme qui a gouté la misère. On t’élève, on t’apprend mais tu vivras encore avec une cuillère en argent. La misère et vivre jour le jour. Tu ne le connais pas.
- Oui, tu ne connais pas notre tâche. Tu parles sans connaitre…. Tu es une fille qui penses que le monde ne se limite à une seule chose, à un simple héritage. Mais, tu n’es qu’une simple roturière, un brin prétentieux. Un noble doit faire faire face à beaucoup de contrainte vis-à-vis des autres nobles de son rang, de son suzerain et du peuple. Tu parles sans connaitre...»
-Dit il le noble…Alors, réponds moi à cette question. Une simple question. Tu crois qu’un noble aidera le peuple en train de mourir de faim ? Combien de fois j’ai vue des nobles profitaient de leurs prestiges pour faire quoi ? Tuez une pauvre femme, baisé une pauvre roturière car tel était son bon plaisir. Oui, il y a des nobles avec du respect, d’autre, sont des merdes que je préfère les voir sur un buché. Prétentieuse oui…mais je ne me prétends pas d’être un sang bleu et de me distinguer car j’ai toute une lignée derrière moi. Je ne suis rien, je l’assume. O moins, je construis avec ce que j’ai et j’ai le mérite de le venter. Dis toi une seule chose, le réel succès est la méritocratie car il y a pas mieux qu’un homme du peuple pour diriger qu’un homme vivant sur un bien hérité par ses pairs.  »
-Mais bien sur jeune femme qui croit pouvoir changer le monde…

Il soupira un moment, la regardant droit dans les yeux. Il était bien en colère et la guerrière fit de même. Ils se toisèrent du regard, voir ils étaient presque enclins à se battre mais le maitre ne tolèrerait pas une bagarre entre deux apprentis. Cependant, il était très difficile pour ces deux de ne pas se battre pour leurs idéaux.  

Par la suite, elle adressa un dernier regard avant de partir de la ville, prenant par la suite ses épées. Corentin décida de la suivre par peur de voir sa colère prendre le dessus et faire une belle bêtise. Il se mit à la suivre

« Que veux-tu encore ? »
«« Te suivre…je te connais un peu et je sais que ta colère ne te fait pas bon ménage. »

Elle leva les yeux au ciel, finissant par hausser les épaules. Elle accepta qu’il la suive un moment. Alors, à deux, ils marchèrent un moment dans la ville en train d’errer. Lyarra posa différent regard sur le monde qui peuplait la grande capitale. Puis, elle vit les chevaliers regroupaient en un groupe, proche de la grande cathédrale.

Elle s’avança vers eux, d’un pas déterminé. Son regard était sérieux, sa démarche était féline démontrant sa volonté de combattante. Puis, la jeune femme augmenta la cadence de ces pas, Corentin était à ces côtés, se demandant ce qui se passe chez cette femme. Puis, Lyarra se mit devant les chevaliers de St Deina..

Corentin s’adressa à Lyarra

« Que veux-tu faire ? »
« Tais-toi et regarde. Tu veux voir la preuve ? Regarde »  Elle fit d’un geste de la main, elle avanca d’un pas « Chers chevaliers, je me présente Louve Noire et je suis une adepte d’Othar. J’ai entendue dire la renommée de votre ordre, je souhaiterais de faire un duel avec l’un d’entre vous. Qui auriez l’honneur de m’affronter. »

Les chevaliers regardèrent la femme d’un drôle de regard. Il était rare de voir une femme demander un duel, encore plus rare de voir une future prêtresse d’un Dieu typiquement masculin. Alors, certains se turent, ne se prononçant pas. D’autre se mirent à sourire par moquerie envers la jeune femme. La guerrière vit le sourire d’un des chevaliers. Ainsi, elle s’approcha d’un pas, puis d’un deuxième pas, dégainant son arme mettant la pointe de cette lame en direction du sol.

« Un sourire…je vois. Allons, votre ordre censé montrer une forme de bravoure n’a pas envie de venir affronter une personne dédiée dans l’art du combat. Dois-je conclure que vous avez un manque du courage. »
Corentin intervint

«« Ne provoque pas, le respect. Ne le connais tu pas ? »

Lyarra posa un regard à Corentin

« Ou es le respect ? Je provoque, je leurs mets au défi de livrer duel envers moi. Il nargue, je rétorque.Ou est-ce le mal ? Ils sont un ordre respectable. Toi qui est dans le même ordre que moi. Tu ne provoquerais pas pas un duel pour te mesurer au plus fort. Ha…Surement que tu es un homme faible, restant sur des principes futiles. » Levant sa lame sur la gorge de Corentin, ce dernier regarda Lyarra sur un regard de mépris. Il était en rogne par l’arrogance de cette femme.
« Il faut savoir quand il faut se battre, quand il faut se faire petit. Tu veux affronter là où tu te crois supérieur aux autres. Tu n’es qu’une femme, ne te méprends pas d’être supérieur à un homme. Que dira notre Maitre Marius de ce comportement »

Lyarra leva la tête, appuyant uyn peu sur son épée, ignorant du regard Corentin. Elle leva son épée en direction des Chevaliers de Deina

« Je n’en sais rien, je ne compte pas le savoir. Il sera le seul à me juger, tu n’es pas en pouvoir de me juger. » Elle leva son épée à une main en direction des chevaliers de Deina «  Je répètes une nouvelle fois, je souhaite me mesurer à vous. Si dans votre sourire, je suis bien une femme, mais, j’ai bien plus un esprit d’homme qu’une femme.. Je souhaite vous affronter, mettre mon honneur la dessus. Je ne bougerais pas d’un pouce lorsque l’un je n’aurais pas un duel avec l’un d’entre vous. »
Elle figea son regard sur l’ensemble de la chevalerie. Corentin mit son visage à la figure..Il ne comprenait pas cette femme, il avait du mal à la saisir et le fait de vouloir se mesurer à un rodre chevaleresque. Cette femme n’était pas chevalier, elle n’était pas encore une prêtresse ou moine guerrière pleine et entière. Elle était qu’une simple adepte, pourtant, elle avait cette arrogance bien à elle.

Un moment, il recula de deux pas, laissant la guerrière vouloir se mesurer à ces chevalier. Au fond, il la trouva un brin courageux et téméraire. Il n’avait pas vue une femme aussi caractériel….Ce qui le surpris d’avantage.

« Plus têtue…que moi…je meurs. »  marmona-t-il
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2064
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   Mar 6 Déc 2016 - 20:15


Hanegard se trouvait dans la cathédrale et discutait avec l’un des prêtres des mesures de sécurité à prendre pour éviter que les abords de l’ensemble de bâtiments ne deviennent chaque nuit un refuge pour les malfrats, lorsqu’il entendit l’esclandre qui se déroulait sur le parvis. En termes d’esclandre, il s’agissait surtout d’une voix féminine qui braillait des propos difficilement compréhensibles, par moments modérée par une voix masculine apparemment plus posée bien que légèrement inquiète. Intrigué, Hanegard prit poliment congé du prêtre et sortit en pleine lumière afin de comprendre ce dont il retournait, la cathédrale n’étant pas habituellement un lieu où les conflits éclataient.

A quelques dizaines de mètres de lui, deux jeunes gens portants la tenue des adeptes d’Othar se tenaient face à plusieurs Boucliers de Deina, cette milice privée que l’ancien baron d’Alonna avait créée quelques mois plus tôt afin de servir de protection aux hiérarques du culte de Néera. Paladins, chevaliers, moines-soldats, Hanegard lui-même hésitait sur le terme exact à employer pour décrire ces jeunes gens qui reconnaissaient la nécessité de recourir à la force pour protéger les faibles, et dont le récent Conclave avait légitimé l’existence non sans de houleux débats. En tout cas, les Boucliers semblaient plus amusés qu’effrayés par la jeune femme en rage qui brandissait son épée comme si elle se trouvait entourée de sanguinaires ennemis prêts à fondre sur elle. Mais un vétéran comme Hanegard savait bien qu’un incident pouvait vite se produire s’il n’intervenait pas, l’inconnue semblant prête à rougir de sang le parvis d’un des lieux les plus sacrés de la Péninsule.


Ca suffit !

L’ordre claqua sèchement au milieu des protagonistes alors que l’ancien baron se frayait un passage parmi ses paladins pour venir se placer devant Lyarra, qu’il fusilla du regard.

Où vous croyez-vous donc ? Vous débarquez ici, dans ce saint lieu de paix et d’harmonie, pour lancer des défis en brandissant une arme ? Vos supérieurs dans l’ordre d’Othar auraient honte de vos manières s’ils vous voyaient ! Servir l’Aveugle ne vous autorise pas à vous comporter comme une gamine mal élevée. Prenez exemple sur votre compagnon qui est bien moins excité que vous, et ne réapparaissez pas avant de vous être calmée !

Fort mécontent des mauvaises manières de l’inconnue, Hanegard l’avait enguirlandé à haute voix, déclenchant des sourires en coin parmi ceux qui assistaient à la scène. Pour autant, n’étant pas un imbécile, il avait également discrètement rapproché sa main de la garde de son épée, prêt à dégainer si cela tournait au vinaigre. Les adeptes du Coléreux avaient parfois la fâcheuse tendance à agir au lieu de réfléchir… Corentin pouvait employer le terme « têtue » pour décrire sa compagne d’arme, Hanegard aurait surement utilisé des mots plus proches de ceux que l’on entend dans la bouche des sergents instructeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Emilie Chantenuit
Humain
avatar

Nombre de messages : 466
Âge : 22
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   Mer 7 Déc 2016 - 9:07

La situation était bien complexe…Corentin restait un moment en arrière observant la jeune femme du regard. Il ne la comprenait pas son envie de se battre, de provoquer devant une Cathédrale de la Déesse Néera. C’était bien irrespectueux, la jeune femme ne prenait pas conscience ce qu’elle faisait. Ou peut-être pas…La guerrière faisait-elle exprès pour attirer la colère de ces hommes par provocations. Elle cherchait différent moyen d’avoir son combat. Cette fille têtue n’allait pas partir, sans avoir son dû. A ses yeux, à travers l’ordre, il vit la Louve Noire provoquait Néerra. Il espérait que Néera baissera les yeux. Lorsque le chef de l’ordre, un grand gaillard arriva à travers la porte de la cathédrale, il se mit face à la louve noire.

Deux Loups du Nords qui se toisèrent du regard, se défiant mutuellement.
Il humilia, elle était humiliée.
Elle ne laissera pas faire, elle ira jusqu’au bout de son intention.

Lyarra se contentant de regarder de ses yeux bleu l’homme qui se tenait face à elle. Il la reprochait, l’humiliant devants ses hommes et les citoyens qui regardaient la scène d’un air curieux. Elle eut un moment de silence, regardant chaque homme se prétendant être des guerriers aux noms de leur Déesse. Puis, en inclinant sa tête, elle regarda la Cathédrale un moment. A ses yeux, le lieu saint était à l’intérieur, pas à l’extérieur. De ce fait, elle se mit à sourire, provocant l’homme en face de lui.

Louve Noire s’approcha d’un pas, puis, d’un deuxième pour finir par un troisième pas. Son épée fut rengainée dans son fourreaux. Son regard téméraire ne dérobait le regard d’Hanegard. Elle sentit son cœur battre d’une forme d’excitation, mêlée à la peur. LA jeune femme savait qu’elle ne pouvait plus rebroussée chemin, sinon, son humiliation serait plus grande encore. Elle voulait le tester, le pousser à bout.


«Mal élevé, surement, je le suis. Provocante je le suis.. Et le sourire moqueur de vos hommes avant que je brandisse mon épée n’était pas irrespectueux ? Je me moque bien ce que pense mes supérieur sur ma personne, je me contente de servir Othar lui-même. »
elle s’avança d’un pas, à quelque centimètre de lui « Si Othar a remué la terre pour atteindre son but, je ferais de même et par n’importe quel moyen. Vous êtes les réels gardiens de St Deina, de la déesse de Néera, prouvez le moi. » puis, le ton se haussa « Montrez le moi que vous prétendez être un chevalier au service de la DameDieu ! Et non des gens qui se contente de se pavané en armure tel un coq » provoqua encore plus.

Elle recula d’un pas, puis, elle montrait l’extérieur de la ville.

« Vous comptez faire quoi…me regarder ? En attendant gentiment que je parte ou vous allez prendre vos couilles et venir m’affronter ? » puis, elle montra l’extérieur de la ville, faisant signe que le combat se passera à l’extérieur de la ville. Par décence, elle ne voulait pas s’attarder dans se Saint Lieu.

C’était ainsi que Corentin arqua les sourcils en apercevant le comportement les plus irrespectueux qu’elle avait vue de cette femme. Il était hébété, surpris de la voir autant franchir un cap de non-retour.

« Lyarra…Arrêtes… »

Il n’osa même plus, il se contenta de restait en arrière. Un court instant, il se mit à regretter de s’être disputé avec elle, car, il sentait qu’une lourde conséquence s’approchait…Tot ou tard, Marius arriverait et sanctionnerait les deux pour cette conduite immorale. Il n’avait pas hâte…
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2064
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   Mer 7 Déc 2016 - 10:12


Le regard de l’ancien baron resta de glace tandis que la Louve réitérait son défi, le provoquant de manière quasi-injurieuse pour qu’il accepte un duel. Une certaine gêne avait d’ailleurs commencé à envahir la place, les spectateurs sentant que les choses commençaient à aller trop loin, et les sourires étaient désormais plus crispés que moqueurs. De tels défis lancés en public pouvaient s’achever par des morts et tendre sérieusement les relations entre les clergés de Néera et d’Othar. Sans doute Corentin s’en rendait-il bien mieux compte que Lyarra, et s’imaginait-il déjà devoir aller expliquer à ses supérieurs qu’ils avaient causé des troubles devant Sainte-Deina par leurs provocations gratuites. D’une certaine façon, Hanegard aussi comprenait le problème, conscient que les deux jeunes adeptes jouaient avec le feu. Si cette affaire ridicule remontait jusqu’aux Hauts-Prêtres du culte, Lyarra risquait un sérieux blâme voire pire.

Pourquoi devrais-je accepter ce duel ? Je n’ai rien à vous prouver, jeune damoiselle.

Toute son attitude clamait qu’il restait parfaitement maître de son agacement, aussi son attaque fut une surprise autant les spectateurs que pour Lyarra elle-même. Saisissant la donzelle par un bras tout en glissant sa jambe d’appui entre les siennes, Hanegard pivota rapidement sur lui-même et fit jouer ses muscles dans un brusque mouvement rotatif pour la déstabiliser. Ses pieds bien ancrés dans la terre, il se retrouvait en situation de force et Lyarra ne put éviter de se faire entrainer par son élan, atterrissant lourdement sur le dos. Dégainant son couteau à la vitesse d’une vipère, Hanegard vint poser la lame d’acier sur la gorge de la vaincue. Le tout n’avait pas duré plus de quelques secondes, rappelant aux adeptes des deux cultes qu’une longue expérience au combat demeurait le plus sûr facteur de victoire.

Par contre j’ai peut-être des choses à vous apprendre. Néera nous enseigne le partage des connaissances, il serait dommage que votre fougue ne trouve pas un exutoire plus sain que ces défis inutiles. Venez me voir demain à la salle d’entrainement derrière la cathédrale, nous verrons ce qu’on peut faire de vous.

Se redressant, Hanegard fit un pas en arrière afin de laisser Lyarra libre de se relever. Il avait frappé le premier afin de rappeler à tous qu’il n’était pas homme à se laisser menacer sans réagir, mais cette proposition d’entrainement envers Lyarra constituait une main tendue pour apaiser l’orgueil blessé de la jeune femme.

Et vous reprenez vos patrouilles ! ordonna-t-il aux paladins. Le spectacle est fini, ce sera corvée de chiottes pour ceux qui s’attardent !
Revenir en haut Aller en bas
Emilie Chantenuit
Humain
avatar

Nombre de messages : 466
Âge : 22
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   Mer 7 Déc 2016 - 11:12


Rapidement, par surprise, La louve noire fut prise au dépourvue par l’homme qui était en face d'elle. Elle sentit son corps être malmenait, pour ensuite, finir au sol.. A peine, elle eut le temps de penser à se relever que l’homme était sur elle, le couteau rivé sur sa gorge. La guerrière fut prise d’effroi par la surprise, la rapidité de l’homme et de son talent pour le combat. Elle avait perdue avant même que le duel avait commencé. Elle fronça les sourcils par la honte qu’elle avait subi…

Corentin fut surpris par la réactivité de l’homme, ne s’attendant pas de voir la jeune guerrière sur le sol. Il sourit un peu et fut soulagé de voir que la situation était vite terminée. Il regard du coin de l’œil les citadins qui regardaient la scène, puis, il se contenta de regarder Lyarra sentant que son orgueil avait pris un coup. Pourquoi cette femme avait tant de besoin de prouver ce qu’elle était capable de faire ! De défier le monde qui l’entourait…Il ne comprenait pas sa façon de penser, un jour, il comprendrait.

Quand le Baron se redressa, lui offrant une opportunité de s’entrainer avec lui. Corentin stupéfait par la demande de cet homme. Il se demanda si la guerrière avait le mérite de lui accorder ce cadeau. LA femme avait tout fait pour insulter son ordre, lui manquait du respect. Il pouvait la faire dégager, au contraire, il se contenta de lui offrir ce présent.

La guerrière leva les yeux en direction d’Hanegard…Corentin l’aida à se relever. Les yeux de Corentin trahissait sa colère envers la jeune femme.

« Maintenant, je te demande d’arrêter. Ça va mal finir pour nous…Ton envie de prouver à la terre entière en cassant les codes du respect te mènera plus de soucis qu’un réel respect. Si sa part mal, tu seras puni, comme je serais punis. Calme-toi ! Veux-tu ?! »

Lyarra ne répondit pas, serrant le poing par l’orgueil blessé. Puis, doucement, elle détendit sa main, baissant son regard vers le sol. Pour une fois, Corentin soupira de soulagement, apercevant que la raison avait pris le dessus. Il tapota l’épaule en guise de compassion et dit tout bas à lyarra

« Indirectement, tu l’as ton duel. Essaye de ne plus te laisser emporter. » Il s’écarta

Lyarra posa son regard sur Hanegard.

« J’accepte votre proposition.. » lacha-t-elle finalement « Je…. Merci… » finit-elle par lâché.

Corentin hocha la tête en guise d’approbation. Il prit l’épaule de la jeune femme l’attirant loin du lieu saint. Il suivit la guerrière d'un pas silencieux, guettant la moindre de ses réactions. Lyarra resta silencieuse. L'homme fut soulagé. A travers cette marche, il tentait de comprendre cette femme. Était-ce une réelle stupidité de voir son comportement? Ou était ce quelque chose de plus profond? Toute maladresse avait un sens. Alors qu'elle était le sens de ce comportement? Cette question l'intriguait..

Ils arrivèrent dans l’auberge, puis, dans la chambre qui se partageait. Il laissa la jeune femme dormir sur le lit, il dormit sur le divan, surveillant indirectement la jeune femme.

Le lendemain matin, à la lueur du jour, elle était derrière la cathédrale en train d’attendre qu’on l’accepte de l’entrainer. Elle était contre le mur, les bras croisés, le regard levé vers le ciel. Elle ne porter qu’un simple haut noir, deux épées accrochées à sa ceinture et un pantalon usé par le temps. Sa chevelure n’était pas les plus coiffés, elle semblait presque comme une sauvageonne. Corentin attendait à coté d’elle.

«Je me demande encore aujourd’hui la raison de pousser à bout à ces chevaliers ? »
« Je voulais prouver. »
« Prouvez quoi ? »
« Te prouver à toi et à te faire taire. »

Il soupira un moment…Il haussa les épaules

« Tu es trop impulsive, soit plus réfléchis. Tu as faillie nous mettre dans un embarras et déshonorez Marius. De plus, le haut prêtre pouvait te châtier pour avoir provoqué un autre culte.. Tu ne te rends pas compte de tes actes. La, tu deviens dangereuse pour toi et pour moi. »
reprocha-t-il finalement à la guerrière. Elle le regarda un moment, fronçant les sourcils à la fois vexés et un brin énervé. Il se permit de terminer « Néanmoins, je n’ai jamais vue une femme aussi téméraire, allant jusqu’au bout des choses pour avoir ce qu’elle veut. Tu es une personne bien atypique. »

Elle fut surprise par la dernière phrase. Elle se contenta d’hocher la tête, laissant le silence planait entre les deux. Il regarda un moment la jeune femme, apercevant le profil de son visage. Il la trouvait belle malgré son comportement. Corentin ne se trompa pas…elle était bien et bel une femme atypique.

Puis.....
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2064
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   Mer 7 Déc 2016 - 13:39

Le lendemain matin, Hanegard retrouva Lyarra et Corentin à l’endroit prévu, attendant patiemment son arrivée. Après les avoir poliment salué, il expliqua au jeune homme que son offre d’entrainement ne concernait que la Louve et que la présence de spectateurs nuirait à leur concentration. Puis, il guida Lyarra jusqu’à la salle d’entrainement elle-même, une grande pièce installée dans l’un des bâtiments extérieurs de la cathédrale et reconverti en une sorte de gymnase pour les paladins de Deina. Toute sorte d’armes et d’équipements se trouvaient posés contre les murs, et des cercles de combats avaient été tracés à même le sol. Aucun paladin n’était présent ce matin-là, Hanegard préférant rester seul avec Lyarra tant qu’il ne la connaissait pas mieux.

L’ancien baron alla décrocher du mur deux épées soigneusement émoussées en vue des entrainements, mais qui laissaient malgré tout de beaux bleus aux combattants maladroits. Il en tendit une à son adversaire puis se mit en garde.


Voyons voir ce que tu vaux. Attaques moi !

La Louve ne se fit pas prier, et l’acier grinça contre l’acier. Parade, riposte, les deux combattants commencèrent à tourner l’un autour de l’autre en échangeant des coups, se jaugeant et estimant leurs forces. Survivant de multiples duels, Hanegard chercha rapidement à tester son adversaire en plaçant de petites attaques en forme de piques vers le visage de la Louve. Il savait que ses coups ne toucheraient pas mais sentit que son adversaire s’agaçait de le voir s’amuser ainsi. Désireux de mieux comprendre la mentalité de Lyarra, il décida de la narguer :

Sais-tu pourquoi je t’ai battu aussi facilement, hier ? Les paladins en ont fait des gorges chaudes toute la soirée.

Hanegard ajouta un petit sourire narquois en disant cela, et constata que la réaction de Lyarra correspondait exactement à ce qu’il attendait. Les yeux de la Louve se plissèrent de rage et elle repartit à l’assaut de plus belle, apparemment bien décidée à lui faire rentrer ses moqueries dans la gorge. Il s’agissait exactement de la réaction que l’ancien baron attendait. Au moment où Lyarra se fendit plus loin que d’habitude pour tenter à tout prix de le toucher au flanc, il plongea lui aussi en avant et lui agrippa le poignet, tandis que son coude jaillissait vers le haut. Touchée en plein menton, Lyarra fut rejetée en arrière et conserva difficilement son équilibre, mais Hanegard ne chercha pas à en profiter et se contenta de reculer. Le test était concluant.

Pour la même raison qu’aujourd’hui. Tu ne te contrôles pas, Lyarra ! A l’instant, en me moquant de toi, je t’ai énervée et aussitôt tu as commencé à faire des erreurs. Jusque-là tes placements au sol étaient bons, mais la colère t’as fait oublier tes fondamentaux et tu as oublié de verrouiller ta jambe d’appui. Un vrai combattant doit toujours garder l’esprit clair, quelle que soit la situation !
Revenir en haut Aller en bas
Emilie Chantenuit
Humain
avatar

Nombre de messages : 466
Âge : 22
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   Dim 11 Déc 2016 - 11:49

Alors qu’elle subissait les coups d’Hanegard, elle s’était laissé emporter par sa colère et l’homme l’avait pris au dépourvue. Le coup en direction de son menton fit reculer la guerrière, voir, elle a failli tombé par terre. Elle fut bien surprise jusqu’à soupirer de sa propre faiblesse. Comment il pouvait-il la surprendre de la sorte ? Lyarra se posa intérieurement la question, puis, Hanegard répondit à sa propre interrogation.

Ses émotions la contrôlaient. Pourtant, pendant toute sa vie, la colère était la force motrice de ces combats et permettait de remporter les épreuves que la vie lui mettait sur son chemin La rage était le seul moyen de compenser sa faiblesse féminine, permettant de surprendre.
Lyarra toucha son menton, réfléchissant un moyen de le combattre.

La colère n’était pas une bonne solution….

Alors, son regard était rivé sur son épée, avant de glisser sur le regard d’Hanegard. Elle se mordit la lèvre inférieure Ne laisses pas tes émotions te guidaient…Ne laisses pas tes émotions te guidaient. Lyarra se concentra, respirant lentement pour retrouver un semblant de calme. Puis, lyarra fit quelque bas en direction d’Hanegard

« Je vois… » disait-elle

Puis, la jeune femme attaqua le flanc de l’homme, puis, elle multiplia ses assauts pour faire reculer son adversaire. Cependant, ce dernier n’avait pas de mal de contrecarrer les attaques de la jeune femme. Cependant, elle ne démordait pas sur ses attaques.  Le bruit de fer raisonna dans la salle, les deux combattants, semblable à une danse.

La guerrière se permit de voilé son attaque, puis, lui donner un coup de pied retourner en direction de son ventre. La fourbe attaque permettait de faire reculer son adversaire, par la suite, avec toute sa détermination. Elle tenta de multiplier ses attaques. Cependant, l’homme allait bientôt prendre l’initiative d’attaquer la jeune femme. Rapidement, elle se  demandait ce que l’homme va faire….
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2064
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   Lun 12 Déc 2016 - 13:34

Hanegard ne quittait pas du regard son adversaire, cherchant toujours à jauger l’évolution de sa colère. Il eut toutefois le sentiment que ses paroles avaient fait mouche, la jeune femme semblant quelque peu se calmer avant de repartir à l’attaque de manière plus mesurée bien que toujours agressive. Attaque, parade, touche haute, déviation, les coups s’enchainaient et pleuvaient au fur et à mesure que le rythme s’accélérait. Lyarra multiplia les feintes vers le haut avant de placer un coup de pied qui atteignit Hanegard en plein ventre, l’obligeant à reculer précipitamment pour reprendre son équilibre.

Bien joué !

Restant sur la défensive, l’ancien baron laissa Lyarra le harceler de coup, sans jamais ouvrir sa garde plus d’une fraction de seconde. Lentement, il commença alors à ralentir ses parades, laissant l’épée adverse s’approcher de plus en plus pour laisser croire qu’il ne pouvait pas soutenir longtemps un rythme aussi intense. La Louve parut tomber dans le piège et se fendit brusquement, persuadée de pouvoir toucher de nouveau. Mais Hanegard s’était déjà écarté, retrouvant d’un coup toute sa vitesse, et sa propre épée jaillit vers le flanc soudainement exposé de Lyarra. Plus d’un adversaire était mort ainsi, mais la Louve réagit presque aussi vite et continua en avant sur sa trajectoire dans une rapide roulade pour éviter le coup qui fondait vers elle. Malgré cela, elle n’y arriva pas totalement et la lame d’Hanegard racla sur son pourpoint de protection. En combat réelle la blessure n’aurait pas été mortelle, tout juste handicapante.

Félicitations, Lyarra ! Des soldats expérimentés se sont laissés prendre à cette botte. Comment as-tu deviné que je simulais la fatigue ?

Hanegard avait abaissé son épée, aussi surpris qu’intéressé par cette guerrière. La veille, il lui avait proposé cette séance d’entrainement afin de panser son orgueil blessé, et voilà qu’il se retrouvait face à une combattante qui faisait quasiment jeu égal avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Emilie Chantenuit
Humain
avatar

Nombre de messages : 466
Âge : 22
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   Mer 21 Déc 2016 - 18:00

Lyarra se toucha un moment son pourpoint, grimaçant un peu. Pour la guerrière, son esquive n’était pas parfaite, elle devait encore revoir ses esquives. Depuis combien de fois la jeune femme s’était entrainé à être une anguille, voir, développer l’agilité dans les combat ? Elle savait depuis toute petite, vieux loup avait compensé son manque de force par l’agilité qui était un net avantage pour sa carrure féminine. Elle ne pouvait battre un homme par la force, la guerrière le savait. L’agilité par contre était son arme redoutable, lié par la tentative de surprendre.

A la réaction d’Hanegard, la jeune guerrière baissa un peu la tête.  Elle fit un sourire timide, caché par son visage voilé par son épaisse crinière. Sa main toucha l’éraflure de son pourpoint, la lame était vers le bas, à quelque centimètre du sol. Pendant un court moment, la jeune femme cherchait à répondre à Hanegard….Sans succès. La raison était qu’elle n’était pas capable de dire pourquoi et comment. A ses yeux, c’était logique…Plus précisément, son instinct l’avait guidé. Cet instinct l’avait aidé plus qu’une fois et c’était là son secret…L’instinct de survie lui tirant du mauvais pas et permit de survivre à chaque épreuve.

« Je ne sais pas…Quand j’étais enfant, mon maitre avait su que la force était pas fait pour moi, alors, j’ai compensé ma faiblesse par l’agilité. » dit-elle, regardant l’épée d’Hanegard avant de continuer «  je pense surtout que c’est l’instinct de survie qui m’a sauvé. Je ne pourrais pas vous le dire…Comment mais il est là. »

Rapidement, Lyarra se souvint d’Amblère, le carnage de la bataille était réellement impressionnant. Par ailleurs, elle s’était mesuré à la légendaire armé noir elfique et sut survivre de ce carnage. Surtout, la guerrière repensa à son terrible adversaire qui était un champion de sa race. Il était beaucoup plus expérimenté qu’elle, pourtant, elle avait vaincue par sa ruse. Elle avait laissé l’orgueil de l’elfe prendre le dessus, lui tendant l’opportunité de l’empaler. Elle se sovuit de sentir son épée dans sa chaire, emprisonnant son adversaire pour le tuer d’un coup de couteau dans la gorge. De peu, la jeune femme avait failli laisser sa peau…pourtant, les dieux avaient décidé de lui accorder la vie.

« Je me rappelle d’Amblère, ma ville natale ou j’ai dû affronter les elfes noirs. C’était une épreuve les plus traumatisante, mais, surtout, pour une guerrière, elle était la plus enrichissante. Sans me prétendre être la plus forte, je me souvins d’avoir vaincue quelque noiraud et avoir survécu au carnage.  Peut-être est-ce la chance ? Ou juste le fait que mon instinct était là me guidant à chaque action. » se gratta-t-elle la joue un moment.

Elle haussa les épaules, puis, reporta son attention sur l’essentiel.

« Enfin, je ne peux pas vous expliquer. Mais, dites-moi…Comment avez-vous fait pour avoir tant de maitrise. Je ne me doute pas que vous avez eu affaire à des hommes redoutables. Je veux tout savoir et grâ
ce à vous, je pourrais évoluer. »
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2064
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   Ven 23 Déc 2016 - 16:08

D’un petit haussement d’épaules désabusé, Hanegard fit comprendre à Lyarra qu’il ne connaissait pas de remède miracle permettant de faire d’elle la combattante hors-pair qu’elle souhaitait devenir, et qu’il n’existait aucune formule magique qui d’un « abracadabra » pourrait la transformer en un guerrier vétéran spécialiste de toutes sortes de combats.

Je manie l’épée depuis plus d’un quart de siècle, Lyarra. Et la plupart du temps, ce fut pour défendre ma vie ou celle de ceux qui me sont chers. Rien ne remplacera jamais l’expérience dans ce domaine. Le seul conseil que je puisse te donner est de t’entrainer encore et encore, de ne jamais te satisfaire de ta maitrise des armes pour toujours chercher à développer de nouvelles techniques. Tu es remarquablement agile, alors n’oublie pas que ton corps tout entier doit devenir une arme, alors que beaucoup de combattants rechigneront à en venir au corps-à-corps. Même dans un espace restreint, ils tenteront de garder une certaine longueur d’acier avec leur adversaire… l’expérience m’a appris qu’une dague peut terminer bien des combats une fois que tu es passée sous la garde de l’épée ennemie.

L’ancien baron alla reposer son arme sur le râtelier et prit une serviette pour s’essuyer la sueur qui coulait sur son front. La Louve l’avait contraint à se battre à son meilleur niveau, ce qu’il faisait de moins en moins avec les années. L’espace d’un instant, Hanegard se fit la réflexion qu’il n’avait plus dû se battre à une telle vitesse depuis la bataille de Beremas contre l’ost drow venu ravager les terres du Nord, peu après la chute du Duc Merwyn Séraphin. A combien d’années cela remontait-il ? Au moins dix ?

Si tu veux t’entrainer, sache que cette salle t’est désormais ouverte. Les membres des boucliers de Deina s’y forment chaque jour, tu peux te joindre à eux pour peu que tu le fasses dans un esprit d’apprentissage, et non pas pour combler un ridicule complexe d’infériorité. Tu peux aussi les accompagner dans leurs patrouilles, nous affrontons régulièrement les malfrats qui rôdent dans la cité, il n’y a pas de meilleur entrainement que celui où on joue sa vie.

Voir des patrouilles mêlant adeptes de Néera et d’Othar serait un excellent signal pour les habitants de Diantra. Si deux cultes dont les dogmes s’opposaient souvent réussissaient à s’allier pour réduire la criminalité, cela pouvait redonner espoir en l’avenir.

Quand à moi… bah… ma femme fait une crise à chaque fois que je me jette face au danger, aussi j’essaye désormais d’éviter les sermons sur la nécessité d’être prudent. Mais si tu te joins à une patrouille, peut être viendrais-je également pour voir si tu sais tenir tes nerfs face à un réel danger. D’ici là, va rejoindre ton jeune ami, il doit commencer à s’ennuyer à nous attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Emilie Chantenuit
Humain
avatar

Nombre de messages : 466
Âge : 22
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   Sam 4 Fév 2017 - 16:58

« Si mon maitre qui est en ce moment même au temple d’OThar me le permet. Il faut voir avec cet homme. Néanmoins, j’apprécie votre offre. Une nouvelle fois, merci pour ce combat. J’ai pris beaucoup de plaisir. Pour votre femme, elle témoigne l'amour qu'elle a pour vous. Je trouve ça beau » sourit-elle

Hochant la tête, la jeune guerrière va chercher son autre compagnon d’arme devant l’entrée. Elle n’espérait pas de recroiser son compagnon d’arme, car elle ne le ferait pas pour lui. Cependant, la surprise était bien là, Corentin l’attendait. La guerrière voila sa surprise et se mit face à son compagnon d’arme. Le noble Corentin tourna sa tête en direction de la jeune femme, esquissant un sourire moqueur. Il se douta de sa réaction, la jeune femme fronça les sourcils.

« Je ne pensais pas que tu allais m’attendre. Je pensais que tu allais partir. Pour ma part, je ne t’aurais pas attendue. »

« C’est ce qu’on appelle d’être galant et conciliant. Tu as beaucoup à apprendre, jeune fille » répondit-il eb s'appuyant sur leur différence d’âge ( il avait 7 ans de plus que Lyarra) « Alors, tu as fini ? »
« Oui. »
« On peut rentrer ? »

Elle secoua la tête

« Hanegard souhaite t’inviter. Veux-tu venir ? »

Il haussa les épaules, se décollant du mur.

« J’accepte » fit signe de sa main d'un geste exagéré pour taquiner la guerrière « je te suis. »

Une fois rentrés, ils virent Hanegard. Corentin s'inclina devant le seigneur en guise de respect à son égard

« Je vous remercie de votre invitation, sir. »

Puis, elle vit que ce dernier les invita dans un endroit assez accueillant, se poser et peut être prendre un peu de rafraîchissement.  La guerrière regardait la pièce d’entrainement, puis, se posa la question le but fondamental de cet ordre.

Au fond de la pièce d’entrainement, une pièce accueillante les attendait. Un petit coin de plaisance faites pour se reposer, discuter et boire en toute tranquillité. Un petit endroit chaleureux que les chevaliers de St Deina avait pris soin de l’embellir, avoir un second chez soi. La guerrière prit place sur un blanc sculpté par les maitres ébénistes. Corentin se mit à côté d’elle. Un moment, Lyarra posa un regard furtif sur le chevalier, se demandant ce qu’il comptait faire après. Un petit moment, elle sentit que son compagnon d’arme était là pour la protégée, voir, elle se sentait un peu insulter d’être un peu trop protégée par lui…Elle secoua un peu la tête pour oublier sa méfiance ou l’orgueil mal placé. Puis, elle ouvrit la discution pour voiler une gêne passagère et éviter que Corentin analysa une nouvelle fois son comportement.

« MA mère de cœur était prêtresse, les temples dans le nord sont souvent gardés par les chevalier ou milice sous l’ordre d’un seigneur. Je suis surprise de voir un ordre de la Damedieu de fonder un ordre d’épée. Les ordres guerriers sont spécifiquement issus du culte d’Othar. »

Elle se tut un moment, posant le regard sur Hanegard

« Alors, je me pose la question. Si, Othar est un culte qui prône la lutte, le combat et le développement physique et mentale. Votre ordre, je me doute bien que ça soit dans ce domaine, je pense plus une forme d’Ordre de protection ? Je veux dire…par là…protéger les croyants contre les menaces extérieurs ? Est-ce bien ça ? Un but protecteur ? »


Elle se permit d’attendre sa réponse. Corentin prit la parole en s’appuyant sur le discours de la guerrière.


« Vue les climats hostiles en Péninsule. Je ne suis pas surpris de voir les chevaliers pieux protégeaint les croyants. Le monde est dangereux. Diantra n’inspire plus la tranquillité et les grands seigneurs ont affaiblie la cité à multiple reprise. Je doute que la sécurité est bien présente dans la ville »
dit-il remarquer

La guerrière posa un regard sur Corentin, ne relevant pas. Elle hochait simplement la tête en guise de compréhension.

« Par ailleurs. » renchérit elle « Ce que nous voyons peu dans cette Péninsule c’est une certaine forme de complicité entre les différents cultes.  Mais ça, il faut déjà que les deux grands représentant s’unissent. D’après vous ? N’est-ce pas une bonne solution de voir déjà des cultes différents s’unir pour canaliser la péninsule »

En soit, c’était une bonne question à se poser…qui mériter débats..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pan du passé : Un duel qui vaut la chandelle ( Hanegard)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [salon de Mars]*Le jeu en vaut la chandelle...[PV Chiara]*
» Parce que le jeu en vaut la chandelle [Kenny Steele]:
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» Mieux vaut ne pas songer au passé, rien ne le peut changer.
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Diantra-
Sauter vers: