AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fuir pour mieux vaincre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Velkyn Xaran
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 348
Âge : 28
Date d'inscription : 02/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  678
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Fuir pour mieux vaincre   Jeu 5 Jan 2017 - 5:55




[Fin 8ième ennéade de Favriüs, An 9]



Tous les maux physiques paraissent si doux et enviables, comparés aux dommages que peuvent causer les névroses. Il s’en était allé de chez sa protégée, hargneux et furibond à souhait. S’il s’était efforcé jusqu’à maintenant de garder un comportement plus ou moins passif au sein de la prestigieuse Thaar, ne serait-ce que par respect pour sa légitime femme et son actuelle flamme, les derniers remparts de cette bonne volonté éclatèrent en mille morceaux. Les lèvres pincées de colère, le regard froncé et assuré, le prima se dirigeait en direction de son logement de fortune, une main fébrile au pommeau de fer. En cours de route, une violente migraine l’assaillit, durant laquelle l’écho d’une dizaine de voix différentes résonnèrent, caverneuses et lointaines, se raillant de leur maître à outrance.

« Hahahah ! Regardez-le ! Notre puissant prêtre, humilié par sa femme ET sa concubine ! »
« Tu es loin du Puy mon enfant, as-tu oublié le chemin pour retourner à la maison? »
« Abrutis! Depuis combien de temps seulement ta lame n’a-t-elle pas rougit le sol ?! »
« Thaar t’aurait-elle émasculée ? »


Il placarda l’une de ses pattes contre sa tempe, grinçant des dents comme s’il luttait contre les démons qui écorchaient sa psyché. Titubant de peine et misère en enchaînant une série maladroite d’enjambée l’une devant l’autre, il arriva tout de même à destination, en franchissant le portail de pierraille que séparait la ruelle à sa cours. Là, l’attendait un tourment de trop, une des multiples raisons à l’existence de ses fantômes. En santé, droit, hautain et noble comme nul autre, se dressait le présent de sa protégée : Vygaj.

Ses paupières s’affaissèrent et dans le temps de le dire, une nébuleuse engouffra le panorama, ainsi tout ce qui l’entourait. Plus rien n’y restait, seule la vision de ce présent parfait persistait, à l’image de son ancienne maîtresse. Ces voix qui se raillaient, qui se moquaient, qui l’insultaient jusqu’à en être francherepu l’avaient convaincu de le haïr, de l’exécrer. Il s’approcha du noble animal, une main fébrilement dressée, tremblotante d’envie de lui caresser l’encolure … Enfin, il se résigna à l’ultime instant, puis ce fut la boucherie, le massacre. Guidé aveuglément d’une rage sans pareille, il dégaina sa lame et la fit s’abattre de toutes ses forces contre l’épais et massif cou de la bête. Vygal renâcla fort évidemment, en derniers mots à une agonie concise et écourtée par les milles et uns coups portés ci et là sur la bête autrefois immaculée de son poil. Encore, encore et encore, s’émoussa le tranchant de son fer en s’abattant cruellement sur l’animal qui à l’instar d’une fontaine, rougissait de son sang le sol, mais aussi son boucher. Ses tripes embrassèrent le pavé et la verdure de ce jadis menu havre de paix, tandis que sa tête se trouva d’une étrange inclinaison comparée aux restants de sa charpente, icelle n’ayant d’attache que par quelques tenaces muscles.

Les lunes victorieuses avaient terminées leur laborieuse ascension dans les cieux, lorsqu’un des prêtres à la botte de la voix d’Uriz le trouva sagement assis, le regard fixant le néant, le séant posé sur la carcasse encore tiède de Vygaj qui glougloussait allègrement le surplus sanguin qui s’écoulait toujours et encore de ses organes en lambeaux.


« Maître? » Le Prima se contenta de lever le menton en direction de son interlocuteur, l’interrogeant d’un simple regard, alors que son faciès ainsi que le restant de ses défroques poisseuses étaient recouvertes d’hémoglobine.

« Je … dois-je faire préparer un nouveau cheval? » Non craintif, mais plutôt interrogatif, évidemment incertain de ce qu’il se devait de faire en une telle situation.

« Trois fois plutôt qu’une. À l’aube, nous quittons. Et prend soin de garder un dernier souvenir de Thaar, car c’est la dernière fois que nous y piéterons. »

Comme promis, lorsque le soleil surplomba la noirceur de la dernière nuitée, Velkyn foula la route qui menait aux terres stériles, en compagnie de sa suite de guerrier, tous aussi lourdement armuré qu’il l’était lui-même. Harnaché de la sorte, la roture pouvait s’imaginer un groupuscule s’en allant guerroyer. Mais était-ce vraiment le cas ? C’en était pas loin, en fait.


À l’élue de Natha,

Je me suis éternisé à Thaar pour une seule et unique raison et je la quitte dans l’idée de ne plus jamais la revoir. Notre dernière altercation a fait chuter l’image que j’avais de toi et à laquelle je l’avais disposée sur un piédestal. Ce jour’dhui, je te laisse à tes affaires, aussi importantes puisses-tu les juger, mais garde en tête les arrangements que convenus lors de notre prime rencontre. Pour nous qui sommes éternels, le temps file tout de même et certaines choses ne pourraient se faire attendre trop longtemps, tu le sais. Lorsque tu seras prête à fouler les macabres steppes et les montagnes stériles, fais-le-moi savoir. Je patienterai.

Velkyn.


Le vélin était un brin rédigé précipitamment, mais les mots dont elle se caractérisait reflétait le fond de la pensée du Prima. Autant se montrait-il direct et concis, comme il savait si bien le faire, autant il laissait la porte ouverte à sa protégée, si tant elle désirait encore poursuivre sa destinée.

Revenir en haut Aller en bas
Shynrae Irvin Sin'Do'Rah
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 394
Âge : 25
Date d'inscription : 22/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 273 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Fuir pour mieux vaincre   Dim 15 Jan 2017 - 21:59





Fuir pour Mieux Vaincre

& Velkyn Xaran





[8ème ennéade de Favriüs, An 9]




Si la nuit fut difficile – et surtout rythmée de nombreuses et inquiétantes pensées - le réveil se révéla moins agréable encore. Alors que de nouvelles nausées venaient vivement l'assaillir , on lui fit porter les ultimes reliquats témoignant de la présence du vaisseau d'Uriz en cette Principauté d'apostats. Manquant de profaner les mots d'encre de son camarade, la Grise s'y reprit à plusieurs fois avant de faire assimiler à son esprit éreinté le contenu de la morne missive, griffonné à la va-vite comme soumis à une intentionnelle urgence situationnelle. Des torrents d'eau se formèrent derrière ses paupières sèches encore entrouvertes. Qu'avait-elle brisé en le repoussant de la sorte ? Outre son égo ? Sa réaction la surprenait, autant qu'elle s'y était attendue. Un être aussi adamantin ne pouvait se permettre d'accepter ce genre de rejet. Rejet que la réalité avait rendu tellement évident, au moment où il noyait son malaise de louanges idiotes !
« Quel imbécile tu fais. » Commenta t-elle pour elle même, comme pour s'empêcher de se laisser aller à la peine qu'il lui infligeait. La Drow avait été dure, néanmoins il lui rendait la pareille presque plus rudement. Il leur fallait pourtant garder à l'esprit qu'ils ne pouvaient point tenir compte de leur environnement, de ce microcosme duquel ils vagabondaient, régit par des puissances plus terribles encore qu'Uriz et Teiweon réunis. Shynrae le savait, et c'est ce qu'elle avait voulu lui faire comprendre, sans qu'il ne parvienne à en avoir la moindre conscience. Ce constat lui revint avec douleur, aigreur même, pire que cette bile lui remontant l’œsophage. Et puis, ça. Ça à l'origine de tous ces tracas, leurs tracas, qui lui rendaient la vie délétère. Cet être grouillant en elle comme sa perte latente … Pas encore né et déjà un mauvais présage, qu'elle mauvaise mère pouvait-elle être avec de telles pensées ? De douces paumes se posèrent contre la peau les séparant tous deux. Elue de Natha ….

L'affliction des premiers instants passés, l'idée lui vint de donner suite aux sombres propos du Prima, autant par politesse que pour tenter – peut-être vainement- de le rassurer. Tout aussi promptement la Sirène coucha sur papier la réponse qu'elle adresserait à l'impétueux serviteur du Père, avant de partir en quête d'un moyen de lui faire parvenir. Ce que, elle n'avait aucune espèce d'idée de comment échanger avec le Puy, du moins, sans qu'il ne l'y aide. Son prime réflexe fut de s'orienter vers ceux qui sauraient retrouver l'éminent fanatique où qu'il soit en ce bas monde ; les prêtres du temple de Thaar. Vestige de l'hégémonie sombre, le culte disposait en effet de quelques représentants en la Cité Marchande, Reine d'Estrévent, permettant de pérenniser l'influence mystique du peuple d'Elda sur les impies orientaux. Le sanctuaire n'avait rien de comparable à la pieuse immensité de son homologue de Sol'Dorn, et la perte du pouvoir noirelfique en avait restreint les limites à une gargote excentrée peu fréquentée. On y accueillit la Voix de Baaz'Hima avec le déshonneur des sang-mêlé, sans même qu'elle ne puisse défendre son rapprochement avec leur supérieur et maître. Devant le peu de considération des épulons flamboyants, la Doeben laissa discrètement à un apprenti son vélin, une rondelette bourse et la promesse d'une reconnaissance livrée du Haut-Prêtre lui-même. Après que le novice ait rejoint le sillage d'une caravane cheminant vers la Faille, il irait retrouver la maison d'Uriz et son Seigneur.



Citation :


Fils d'Uriz,

Ta froideur n'a d'égal que celle de la lame qui te sert à pourfendre les ennemis du Puy, je ne t'en tiendrais pas rigueur, je comprends. Si je ne peux nier la puissance de la collision de nos deux mondes, je dirais qu'en effet, mes affaires sont tout ce que j'ai, qui font de moi celle que tu as rencontré et a qui tu as tendu la main. Tu le sais, je siège désormais au Conseil des Princes Marchands, et au plus près de ta femme je ne puis afficher ouvertement les ravages de ta semence, quels que soient mes sentiments à ce sujet. Je ne pourrais le dissimuler guère longtemps, j'espère alors que d'ici là tout se sera aplani et que ce ne sera plus l'affront que j'imagine. J'ai toujours à l'esprit les raisons de notre rapprochement, et ne compte pas les omettre. Si je ne sais quand je pourrais rejoindre les abîmes du volcan, veille alors de ton côté à ce que mes propositions trouvent un écho favorable dans l'immensité de votre caverne antique, c'est l'engagement que tu avais pris à mon égard.
Dans un autre registre, je suis enceinte d'un mois, nous devrions devenir parents au cœur de l'hiver venant.

Shynrae.





Revenir en haut Aller en bas
Velkyn Xaran
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 348
Âge : 28
Date d'inscription : 02/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  678
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Fuir pour mieux vaincre   Sam 28 Jan 2017 - 4:47





Au nombre de treize, lourdement et pesamment harnachés, les prêtres convoyèrent en direction de leur mère Patrie depuis déjà quelques interminables journées. Si leur voyage était par souventefois ponctué d’éternels silences auxquelles Velkyn adorait les passages, parfois, quelques bagatelles de conversations s’amorçaient.

« Qu’est-ce qui vous manquera le plus de Thaar, dites ? »

« Ça va me manquer de courir la ribaude. Je crois que je pourrais ne jamais m’en lasser. J’ai bien dû goûter tous les recoins des bas quartiers et à peine que je touchais le fond de ma giberne! Encore quelques jours et ça y était, il aurait fallu que je parte de force! Il faut dire, après autant d’années à guerroyer au Front, j’avais grande soif. » Ricana l’un des soudards, replaçant l’une de ses plaques mal nouées à son épaule, en roulant de la clavicule.

« Je ne sais pas trop. La ripaille peut-être… » Chercha l’un de ses confrères, indécis. « Enfin, pas grand-chose va me manquer de cette putain de citée. J’étais mieux sur ma paillasse, au pied du mur nord de Yutar. Là au moins je me sentais vivant. »

Les épaules du meneur de troupe se soulevèrent d’amusement à l’écho de la dernière réponse, comme s’il abondait en ce sens. Velkyn s’était gardé de répondre et d’alimenter l’insignifiante conversation. Et de toute manière, il n’aurait su quoi y répondre exactement. Son séjour dans l’Ithri’Vaan fût caractérisé d’un amalgame hétérogène de bonnes, comme de mauvaises choses. Sa prime rencontre avec sa femme, par exemple, qui débuta du bon pied jusqu’à ce que tous deux se confrontent en un ultimatum qui allait jouer pour gros sur leur avenir. Ou encore cette riche rencontre avec la Princesse des huiles, la Grisonne, cette femme pour qui le Haut-Prêtre avait gagé toutes ses espérances. Une arme rouillée jusqu’à la moelle, mais mortelle, qui pouvait être affilée et aiguisée à outrance. Une arme qui s’était avérée décevante, sur toute la ligne. Bien que, tapis au plus profond de lui-même, il espérait qu’elle apprenne, qu’elle coupe d’un trait vif devant lui et qu’elle lui prouve qu’il avait raison.

« Et le Front, ça vous manquera ? »

« Et comment. Crever de faim, tenir des armes rouillées jusqu’à l’os, ne pas pouvoir profiter d’un peu de chair et protéger une muraille d’une bande de simulacres d’elfes qui n’en n’ont rien à carrer de cet endroit, et comment! » Régurgita l’un d’eux de manière sarcastique, en faisant ricaner quelques autres. Tous pouvaient parler librement et sans filtrer le fond de leur pensées, ce même devant le Haut-Prêtre. Icelui savait et connaissait leur fidélité sans limites et cela le satisfaisait amplement. Tous ne peuvent chérir l’idée de tenir un siège, il est vrai. Mais d’entre eux, nuls n’exécrait l’idée d’occire et de tuer pour la gloire de la Vengeance.

Ainsi se poursuivit leur escapade jusqu’à la frontière des terres stériles, où les maisonnées n’étaient plus, où les terres n’étaient que cendres et poussières et où, seuls les rations emportées dans les besaces de leurs destriers pouvaient sustenter leur soif et faim. La prudence était de mise et la route serait fastidieuse, mais l’envie de rejoindre l’endroit qui les avaient vu naître, leur donnait une force que seule pouvait offrir cet amour pour l’Elda.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fuir pour mieux vaincre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fuir pour mieux vaincre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Séduire pour mieux détruire ... :)
» -[ Les chemins se séparent pour mieux se recroiser ? ]-
» Il faut tomber pour mieux se relever

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: