AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 509
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Ven 6 Jan 2017 - 21:53








Automne - fin de la 1ere ennéade de Barkios
Neuvième année du XIe Cycle
2 mois après L'ombre de Valmar
Lendemain de la Découverte du corps de Tebirahc
Dans la Grande Salle du Joyau

Lettre reçue dans la nuit par tous les Princes Marchands (à trois vaches près) a écrit:
Cher ami,

Ne faites pas attention à la longueur du billet, je souhaitais simplement réunir une session extraordinaire du conseil demain midi pour parler d'une nouvelle qui pourrait être à la fois fort lucrative, fort intéressante politiquement parlant et qui plaira je pense à notre cher et jeune Ascanio étant donné les échos que j'ai eu de sa verve lors de la dernière réunion du conseil concernant l'unité des principautés.

Malheureusement, il est des entreprises qui ne peuvent aboutir que dans un effort commun, raison pour laquelle je ne me jette pas seule sur l'occasion.

Préparez des messagers et autres piafs, car la fenêtre d'action sera réduite.

Très officieusement,

Krish





Thaar... Thaar et son faste. Thaar et ses mystères. Thaar et ses fêtes aux parures sulfureuses. Ses chambres aux lits immenses ou l'on est jamais seul. Thaar et ses meurtres brodés de soies. Ses sourires plus tranchants que le poignard d'un roi. Mais aussi, Thaar et ses ruelles sombres. Thaar et ses putrelles indécentes dont les peaux de neige ou d'encre délestent les ignorants de plus que de simples deniers. Thaar et ses esclaves qui hurlent sur la place du Marché Libre. Thaar et ses mendiants qui crèvent sans que personne ne s'en soucie.

Microcosme suspendu entre les avides eldéens et les cupides péninsulaires. Sa danse des milles voiles hypnotisent sans cesse diplomates et marchands, jusqu'à refermer sur eux une toile dorée et voluptueuse dont jamais ils ne s'extirperont. Une cité faites de ces saveurs d'épice que l'on retrouve aux les lèvres des femmes. Une odeur d’encens dans un cloaque aux draps tâchés de foutre. Le tintement d'une rivière d'or là ou l'eau ne parvient plus à laver le sang. La musique qui cache les cris d'une immortelle Liberté.

Telle est, et telle sera toujours, la Terres des Cinq Sens...

... Tant que la Volonté et l'Unité de son Conseil lui servira de socle.


Au creux de la ville haute, parmi les plus grands et somptuaires palais de marbre et d'argent, niche le cœur battant de cette sublime fourmilière. Un Joyau. Gardé jours et nuit, sa coupole de verre et d'or, ciselée avec une habileté de dentellière, laisse entré à flot une lumière chaude que des milliers de pierres précieuses réfractent en tout sens sur des tentures chamarrées.

Aujourd'hui, c'est en ce lieu qu'ils sont rassemblés : les Princes et Princesses de Thaar, représentants et guides des Principautés Unifiées.

Seuls. Sans gardes, ni mages, ni conseillers, restés à la porte de cette antichambre du Pouvoir.

Une fois n'est pas coutume, alors que le soleil tombe à la verticale, dessinant des motifs parfaitement réguliers au centre de la pièce, un silhouette sombre, absente depuis plus d'un an, avait retrouvée sa place sur les volumineux coussins qui marquaient sa place. Et au grand étonnement de ceux qui la connaissaient depuis quelques siècles, elle n'était ni en retard, ni condescendante. Vêtue d'une simple toge blanche laissant voir à la fois son ventre rond et sa carrure asséchée, assise en tailleurs sur son trône moelleux, les cheveux retenus en un chignon piqué à la va vite d'une longue plume d'argent, la fondatrice de la Corporation d'Argent gardait les yeux baissés sur de nombreux vélins débordant de chiffres, d’annotations et de schémas ésotériques, l'embout d'une chicha aux coins des lèvres.

Lors qu’arrivèrent les autres convives, elle les salua succinctement, promettant à chacun une explication une fois qu'ils seraient tous rassemblé. Elle n'eut un sourire que pour le maître des Milles-caves et la jeune Voix.

Les minutes s'égrainaient, et la seule preuve de son impatience grandissante était une flamme dans son iris de lave. L'étincelle qui voulait conclure l'organisation de ce jeu macabre.


Dernière édition par Krish Al'Serat le Lun 9 Jan 2017 - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amshet Ahk Afah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 26
Date d'inscription : 04/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  105 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Sam 7 Jan 2017 - 10:33

Torride nuitée, chaude malgré la brise automnale qui gonfle les soieries. Jamais ne cesse les danses charnelles chez l’impératrice des plaisirs. L’ivresse des corps bat son plein au milieu des riches étoffes du lit immense conçu pour recevoir les orgies. Les gémissements emplissent la nuit de leur désir insatiable. Ci s’agite un monstre fait d’un millier de bras, de corps brulant rendant la fournaise Ithri’Vaan que plus ardente encore. Lors des orgies les statuts sociaux, les préjugés, la haine, tous se dissipe qu’importe que ton compagnon soit esclaves ou nobles, ce qui compte c’est de posséder l’être, même lors d’un fugace échange.

Tandis que tu profites allègrement de tes amants et amantes d’une nuit, un intrus vient à passer la porte. Tu n’étais pas de très bonne humeur dernière cette intervention ne manquant pas de t’hérisser un peu plus le poil. Tu saisis tu ne sais trop comment le premier objet qui se trouvait au pied de la couche. Une chaussure, pas de bol… Et le balança sans attendre au visage de l’importun, qui n’eut pas le temps d’esquiver… il recula d’un pas titubant surpris et plaqua sa main sur son nez. Le sang glissait entre ses doigts. Ca faisait du bien ! Tu frissonnais de bien être t’extirpant de la méduse de corps qui te supplier ci et là de revenir entre deux soupire rauque. Tu t’avanças nu vers le messager qui tenait toujours son visage, un pas derrière lui Ezal’Thran qui avait anticipé la crise de sa sœur et avait laissé en toute connaissance de cause l’homme prendre les devants. Elle esquissait un fin sourire amusé, ses prunelles grises plongeaient dans les tiens. Elle ne pouvait peut-être pas parler mais son regard en disait tellement long.

Bref, la vue du tampon qui cacheté le bout de papier te fit tiquer, c’était bien une heure pour déranger les gens. Enfin c’est la rançon du succès. Tu renvoyas le messager avec un nez qui ne saignait plus, mais qui restait de travers. Au moins ça donnerait du caractère à son visage. Tu parcourus rapidement la lettre, tes iris carmines brillèrent et un sourire mutin naquit sur tes lèvres. Tu quittas la chambre sans un mot pour rejoindre tes appartements. Laissant tes convives s’amuser le reste de la nuit sans toi.

On t’avait demandé au conseil, tu arrivas accompagné d’Ezal que tu laissas à l’entrée. La dame des forges était déjà lourdement installé dans son siège tu la saluas d’un sourire carnassier et franc.

- Bien de bonjour, ma belle.

Tu rejoins ensuite ta place avec toute l’élégance et l’insolence qui était tienne. Tu te lovas dans tes propres coussins en fixant avec attention la drow. Tu faisais partie des premières arrivaient donc il faudrait attendre un peu avant les explications, il n’empêche que tu avais faim d’en savoir plus sur cette lucrative entreprise.
Revenir en haut Aller en bas
Eïnad'Alin Akar'Demlir
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 62
Âge : 26
Date d'inscription : 23/04/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  88ans (née en 920)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Sam 7 Jan 2017 - 11:38


« Non ! Cela ne se peut ! » Entendit-on de la bouche d’un homme – un marchand itinérant d’après son accoutrement - attablé avec d’autres de ses comparses dans un coin ombragé d’une taverne de Geresh.

« Par le chiiiiiibre d'Arcam ! »
« Nous venons tout juste de l’apprendre. »
« Ouais, semblerait que ça ait fuité du Palais ce matin même. »
« Mais alors... S’ils... qui va... ? »
« Nous n’en savons rien et personnellement j’m’en caboche sévère. J’m’en vais pour Thaar et ce dès demain. »
« S’ils ne trouvent pas rapidement de solution, la ville va être en proie à une sévère révolte... »
« ouaip »
« Nom de, nom de, nom d’une pipe d’putrelle. Ces salopards vont payer, je sens déjà l’odeur fraîche du sang dévaler les collines. »
« J’attends de voir ça. En attendant, l’commerce tourne bien. J’ai un tas de commandes. »
« Tu m’étonnes. N’importe quel clampin va vouloir se défendre. La ville est en train de s’armer. De l’aubergiste à la mère maquerelle du coin. »
« Et j’imagine même pas le palais... »
« Tu parles, vu l’tas d’or qu’il y là-dedans, j’imagine que certains se sont déjà servi. »
« Il n’y que le conseil d’assez apte pour gérer cela. »
« S’ils le gèrent. »
« Oh ils le feront, j’en suis persuadé. »

Au palais de la cité Blanche, durant la nuit précédent cette soirée, l’effervescence était de mise. Des centaines de personnes s’affairaient à rassembler leurs affaires et à quitter les lieux, comme si une attaque imminente était à prévoir. Dans une des pièces servant de bureau, on pouvait retrouver le capitaine de la garde ainsi qu’un des proches conseillers du Prince Marchand.

« Qu’en est-il ? »
« Ils les ont reconnu. »
« Très bien. Le plan se déroule-t-il comme prévu ? »
« Ils n’ont malheureusement pas encore interprété les signes. »
« Il le faut, c’est impératif. Nous devons les lancer sur une mauvaise piste qui nous sera bénéfique. »
« Oui, je sais. Je ferais en sorte qu’ils comprennent. »
« Fait-le vite. Nous venons de recevoir un billet de la part de la maîtresse des forges. »
« La putain de l’oiseau ? »
« Oui... Mais elle siège aussi au conseil, souviens-toi. Elle convoque une assemblée extraordinaire. »
« Non... crois-tu... qu’elle soit déjà au courant ? »
« Je ne crois pas... Mais non devons-nous en assurer. Le conseil va devoir être prévenu, un jour ou l’autre. »
« Mais ils doivent interpréter les signes d’abord.. »
« C’est pour cela que je compte sur toi pour qu’ils les déchiffrent dans l’heure. »
« Très bien. J’y vais de ce pas. »

Daan quitta le bureau et se retrouva bien vite auprès des autres conseillers de la ville. Ceux-ci furent rassemblés autour d’un coffre fermé et n’osèrent plus l’ouvrir à nouveau.

« Allons. Calmons-nous messieurs. »
« Nous calmer ? Mais comment veux-tu qu’on se calme Daan ? Ne vois-tu pas dans quelle situation nous sommes ? »
« Je le vois que trop bien, Raymir et je pense que nous devons avons tout reprendre nos esprits pour essayer de comprendre.»
« Essayer de comprendre quoi ? N’as-tu donc pas vu ce que contenait ce coffre ?! Tout est déjà claire comme de l’eau de Roche. Geresh est en proie à la panique ! L’information à fuitée ! »
« Et c’est bien pour cela que nous devons rester calme et garder la tête sur les épaules. Si nous paniquons autant que la population, nous pouvons dire adieu à la cité Blanche Messieurs. »

Des murmures se firent encore entendre quelques instants avant qu’un silence ne s’installe. Les dizaines paires d’yeux se tournèrent tous vers Daan puis Raymir se permit de reprendre la parole.

« Que proposes-tu donc ? »
« Essayons de comprendre. Essayons de savoir d’où vient ce coffre et trouvons les coupables. »
« Soit. Nous avons déjà tout regardé mais nous n’avons rien trouvé. »
« Alors, amenons-le au conseil. »
« QUOI ? Tu veux aller montrer cela aux autres Princes ? »
« Pourquoi pas ? »
« Mais tu es complètement fou ! »
« Non. Ils sont en droit de savoir. Ils doivent savoir et leur aide nous sera précieuse. »
« Je pense que ce serait une mauvaise idée. »
« Mais ils doivent savoir ! »
« Oui, je sais, mais si nous leurs annonçons telle quelle, ils vont nous pointer du doigt et nous seront les premiers coupables. Nous devons leurs fournir le responsable. La maîtresse des forges, Krish a organisé une assemblée extraordinaire et ce, à midi. Si nous voulons être à l’heure, nous sommes forcés de voyager de nuit et de partir au plus vite. Nous avons donc une heure pour trouver le coupable. »
« C’est impossible... »
« Essayons déjà de regarder ce coffre de plus près... »

Les conseillers s’affairèrent alors à scruter le moindre détail. Certains parcoururent les sculptures gravées sur le bois et le fer. D’autres fouillèrent l’intérieur du coffre, ils y passèrent l’heure puis prirent la route en direction de la sublime cité de Thaar.

Midi était passé lorsque deux conseillers furent désignés pour se rendre auprès de l’assemblé des Princes. Daan et Raymir marchèrent tout deux côte à côte, s’engouffrant dans cet immense bâtiment qui en ferait pâlir plus d’un. Ils étaient accompagnés de deux serviteurs qui portèrent le coffre mais furent bien vite arrêté par des gardes. Après avoir démontré les preuves de leurs identité, la raison de leurs présence tout en étant escorté dans la grande salle après avoir été fouillé, Daan et Raymir se présentèrent face aux deux princesses déjà présentes ainsi qu'une autre drow aux côtés de Krish.


« Vos Altesses... » Commença Raymir en s’inclinant. « Nous venons de la cité Blanche... apporter une bien mauvaise nouvelle. » continua-t-il en fixant d’un œil anxieux le coffre. « Nous aurions voulu attendre l’arrivée des autres membres du conseil mais la situation en devient que de plus en plus urgente. » L'odeur émanant de se coffre saura convaincre ces deux Dames de l'urgence de la situation.

Après un signe de tête de la part de Daan, l’un des serviteurs ouvrit le couvercle. Krish Al’serat ainsi que la Princesse du vice purent découvrir deux têtes décapités soigneusement entreposés sur des cousins de soie rouge.

« Les oiseaux ne sont plus... vos altesses. Ils ont été assassiné lors de leurs voyage dans les Monts, au nord. »
Revenir en haut Aller en bas
Shynrae Irvin Sin'Do'Rah
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 394
Âge : 25
Date d'inscription : 22/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 273 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Sam 7 Jan 2017 - 15:16





Septs Monts et Trente Deniers

Conseil des Princes Marchands






[Fin 1ère ennéade de Bàrkios, An 9]



L'Ondine s'était assoupie dans les thermes souterrains du manoir Irvin, s'étant laissée aller à quelque instants hors du temps, détendue par les chauds remous et les moites vapeurs. Les heures lui avaient parues fort longues, jusqu'au moment tant attendu de l'éminente convocation, que le zénith viendrait bercer de son infinie puissance. Et puis, comme à l'orée d'une occurrence particulière, tout s'était emballé comme un canasson peureux, presqu'à un fort peu agréable point d’oppression. Pourtant, quelque part, les dés étaient déjà lancés pour son compte, et rien de trop incertain ne menaçait sa condition ce jour. Avoir déjà conforté la Maîtresse des Forges quant à la teneur de ses ambitions, tous domaines confondus, lui permettait d'oser une certaine détente toute légitime ; Krish Al'Serat saurait bien mieux qu'elle convaincre les autres seigneurs Mercantii. Néanmoins, Shynrae s'y refusait. Et cette rencontre lui inspirait presque plus de crainte que de raison. Ses compagnons de tablée l'impressionnaient plus que jamais, et l'ignorance précédant leur réaction, concernant sa simple présence à leurs côtés mais aussi son implication dans l'ordre du jour l'apeurait réellement. Et puis … Comment se comporterait la Jabress avec elle ? Pourrait-elle compter sur ce soutient avoué à demi-mot la veille ? Seul l'avenir le lui dirait, et alors qu'elle déambulait dans la Principauté, le visage emmitouflé dans d'habituels voilages opaques, l'ombre grise abordait les alentours du formidable édifice Thaari.

Le Palais écrasait l'étendu monticule sur lequel il dominait la Cité de sa phénoménale masse, tel un diamant brut encore scellé dans sa roche originelle, que nul ne saurait autant déloger qu'affirmer que la colline fut un jour vierge de sa pesante présence. Le lieu était l'essence même de la ville, l'incarnation parfaite des valeurs Oliyennes, comme si la profonde volonté des bâtisseurs avait été de transcrire ce qui faisait la nature de leurs parages. Le visiter était un privilège auquel la Sirène avait déjà droit, une obligation même étant donné que chaque puissant Vaanis devait allégeance aux siégeant de la demeure. Sa grise patte, à défaut d'être plus blanche qu'elle ne l'était déjà pour son propre lignage, dévoilée aux portes du monument l'autorisa à pénétrer là où jamais elle n'aurait espéré être ; la rotonde de marbre carmin, qu'un fabuleux dôme cristallin, rehaussé de veines d'or venait chapeauter, léger comme une ombre, irradiant comme un joyau, cyclopéen comme l'hégémonie des Princes-Marchands. Un tas d'oreillers chamarrés que les rayons solaires échauffaient sans pudeur supportait la musculeuse substance de l'Infante d'Argent, affairée à consulter quelques nombreux papelards tout en aspirant longuement sur la saillie d'un ghelyan nacré. Shynrae s'avança silencieusement, vers la senestre de l'hôte, lui adressant un sourire circonstanciel alors que les pupilles embrasées de la Drow se posèrent sur son entrée. Aussi sombre que Krish était lumineuse dans ses atours de neige, la Marchande s'était accoutrée d'une robe noire comme le fond d'un puits, autant par manque d'audace que pour se prémunir de la chaleur ambiante.
« Salfaryl, mon ami. » Entendit-elle émaner de Krish alors qu'elle se retournait vers le Maître des Mille-Caves, lui aussi les lippes pendues à un  kalioum plus odorant encore. Il disparu dans l'épaisseur des fumées, celles-ci rendues plus denses par la vive lumière, au moment où la noirelfe le saluait d'un respectueux hochement du chef. Son arrivée fut suivie de celle d'Amshet Ahk'Afah, Altesse des joies, qui se verraient certainement taries au su des fondements de leur venue. D'autres politesses succédèrent au défilé, tandis que chacun prenait place autour de l'astre Al'Serat, quand l'oppressante et enivrante atmosphère fut bousculée par d'inattendus visiteurs. Si ces visages n'avaient rien de prévisibles, on les avait pourtant admis à rejoindre la salle du Conseil, à venir dévoiler sous les inestimables yeux le contenu de ce qu'ils avaient emporté depuis Geresh. Si leurs mots, ainsi que l'odeur exécrable qui avait envahi la pièce, lui étaient accessibles, la vision de ce que révélait le coffre était un mystère. Du moins, une certitude que son angle de vue ne pouvait corroborer. Interdite, la bouche close comme aurait dû le demeurer cet écrin funèbre, opprimant d'ailleurs ce qui aurait pu être un cri, Shynrae attendait la seule réaction qui importait ; celle de sa charbonneuse voisine, que l'affreuse nouvelle risquait bien d'enflammer.



Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 509
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Sam 7 Jan 2017 - 22:39

Les derniers messages en provenance d'Asham, le cher et tendre contrebandier dont elle protégeait gracieusement - ou pas - le petit commerce de vente d'armes illégales, étaient plutôt encourageant. "Les patates moisies sont sur le fil barbelé." Explicite s'il en était!

Le nain ne répondit pas à ses salutations, comme d'habitude, mais elle ne s'en lassait pas. Elle avait toujours l'impression de voir son regard s'assombrir encore d'avantage sans vouloir en laisser rien paraitre.

Puis elle replongeait dans ses plans ténébreux. Quelques ennéades plus tôt à Geresh, malgré ce mercenaire balourd, finalement cela lui aurait servit plus tôt qu'elle ne le pensait. Hanning. Avec les deux hommes qui étaient sur le coup, elle ne doutait pas que tout soit parfaitement chronométré. Les tensions. oui oui. ça allait. Thaar n'ayant pas rendu publique la mort de leur émissaire, les Septmonts ne l'avait pas plus crier sur les toits. bien bien. L'autre macchabée... L'état du corps. Bon... Ce ne serait pas parfait mais le froid serait mieux que rien. Cela leur laissait jusqu'à la nuit avant que la nouvelle n'explose comme une bombe et jusqu'au matin avant qu'elle n'atteigne les oreilles des bonnes personnes.

Parfois, elle se disait qu'avoir fait quelques connaissances dans l'armée drow lors de son passage à Yutaar n'était pas inutile... Non pas qu'elle soit particulièrement appréciée de qui que ce soit là-bas non plus...

Perdue dans les multiples paramètres de cette entreprise à la fois complexe et bien huilée, elle n'entendit que vaguement les personnes suivantes entrer.

Si bien que lorsque les deux hommes firent irruption dans la salle du conseil encore au tiers vide, elle mis quelques instants à sortir de ses lectures. Dégageant la narguilé de sa bouche, une odeur pestilentielle lui parvint. Mais au lieu de froncer le nez, tandis que ceux qu'elle ne voyait que comme de vulgaires messagers déblatéraient leurs balivernes dépourvues des détails qu'ils auraient du fournir, elle se leva pesamment afin de voir ce que contenait le coffre.

Et quelle découverte !

Une crinière rousse qui battait jadis de frêles épaules d'albâtre. Le bois d'une folle intensité qui se brûle à l'antique brasier. Si jeune... Si emportée...

Tout ce que purent saisir les êtres les plus attentifs de cette réunion furent une mine sincèrement attristée retenue par un mélange de colère et de distance glaciale... du moins après qu'un sourire bien trop furtif pour être volontaire se soit frayé un chemin sur les lèvres de l'elfe noire. Mais était-ce bien un sourire ? Cela ne se pouvait. Les deux femmes étaient amantes après tout, et n'avaient jamais fait quoi que ce soit pour le cacher, bien au contraire...

Détournant les yeux des deux immondes restes pourrissants, elle jaugea un instant les deux hommes pour leur arracher ceux qu'ils auraient du dire dès le départ.

« Votre intervention est inutile si nous ne savons pas Qui et Comment. Et encore plus déplacer puisque vous vous êtes amusé à transporter ça au lieu de leur offrir la sépulture qui revient à leur rang. »


Elle se rassit, l’œil torve et suspicieux, sa main glissant de nouveau sur la pipe à eau qui trônait à côté d'elle.

« Mais quelque chose de plus me chiffonne... nul n'est autorisé à lire les missives privées de son Prince. La convocation de notre assemblée était du plus haut secret et le messager n'aurait remis le plis a personne d'autre que le Prince lui-même. Je me pose donc une question que vous trouverez, j'en suis sûre, légitime : Comment avez-vous su que nous serions là ? »

Bien que son ton soit avenant, ses yeux étaient d'une sévérité... mortelle. La véritable menace n'avait pas été lancée à voix haute car, après tout, elle n'était pas la seule à en décidé en ces lieux, mais la coutume était simple et expéditive. Sans même parlé de l'outrage qui avait été fait aux corps de ces deux hauts personnages et donc les messagers pouvaient très bien être tenu pour partiellement responsable étant donné qu'ils agissaient de leur propre chef, pour ce genre d'indiscrétion, on s'assurait aussi rapidement du silence du messager volage que de celui qui n'avait même que tenté de mettre le nez dans les affaires du Conseil.
Revenir en haut Aller en bas
Salfaryl le Sombre
Nain
avatar

Nombre de messages : 56
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Dim 8 Jan 2017 - 13:51



Pédant pimpant rassemblement de fortuné pécoriaux aux autours lustrés. Voila l'idée que ce faisait le Sombre de chacune des convocations dans la Grand Salle. Pis, celle ci venait aujourd'hui de la Maîtresse des Souflettes, et il ne connaissait pas pire dans ceux qui se réclamait de son statut. La simple citation de sa dénomine  puysarde,  bien trop souvent absente sur les bancs du conseil, lui laissait toujours un amère goût  bileux en bouche.  Aussi, alors qu'il approchait de la salle du conseil sur son palanquin de voyage, il se racla la gorge et cracha un énorme glaviot au dehors, qui évita d'un rien les riches tentures qui le protégeaient des regards indiscrets.
« Jhaartok sommes nous encore loin ?! » Gronda t'il à l'adresse du porteur de tête, un demi nain à la carrure charpenté, aussi long que large.
« Non Maître. Le Joyau est en vue. »
« As tu chargé le Hokk ? » Le ton employé rendait toute réponse négative bien malvenue.
« Oui Maître. Dans le coffre gauche à votre trône. »
Saisissant la pipe à tuyaux qui était déjà bourré d'un tabac gras et jaunâtre portant le nom de Fumeroc, le Maître des Caves s'employa à tracer la rune de feu afin d'en allumer le foyer. C'était un objet précieux, de conception Thaari, il avait était modifié pour convenir aux standards nains. S'il était moins économe qu'un brûle-gueule, il avait l'avantage de durée plus longtemps. Salfaryl le Sombre n'étant pas connu pour être économe quand l'on parlait d'herbe à fumer, tout était alors au mieux dans le meilleurs des mondes.
Après un long moment de silence, le panache de fumée qui s'échappait entre les voiles commença à embaumer dans toute la venelle.
« Odorant à souhait. Cela aura peut être pour effet de camoufler la puanteur de la montagne de graisse qui gît sur les traversins.» Commenta le Sombre pour lui même en glaviotant à nouveau de toute beauté.


***


A son entrée, il balaya l'assemblée déjà présente de son regard célèbrement sévère. Les demis-nains qui lui servaient de porteur de chaire l'avait déposé à sa place avant de quitter les lieux, se positionnant derrière la lourde porte. La fumée qui traînait Salfaryl dans son sillage ne réussit pas à lui cacher l'immonde sourire de Faussegeronne. Il suivait de peu l'entrée de la Jeune Gose qui remplaçait le Serpent. La Maquerelle était la aussi mais il ne distinguait ni le Vieux Tisse-Cocon, ni l'Abomination et encore moins la Salière. Tant mieux. Tout un petit monde à qui il n'adressa en guise de salutation qu'un grognement hautain entrecoupé de bouffée de lourde fumée.
Sa présence n'était dut qu'a la curiosité qu'il pouvait porter aux débits d'ânerie qu'allait mettre en avant la Maitresses des Soufflettes. Il doutait fortement que celle ci est put réellement avoir la moindre opération lucrative sous le coude, mais il redoutait encore plus que cela soit vrai et qu'elle omette nonobstant de prendre en compte les intérêts des Milles-Caves.

Puis arrivèrent les émissaires de Geresh. La Salière était enfin arrivé, du moins en partit, et bien loin d'être la plus belle en sa possession de feu son vivant. Néanmoins, c'était une surprise étonnante qui rendait cet officieux conseil déjà bien plus intéressant. Alors qu'ils étaient questionnés par l’instigatrice du rassemblement, le vieux nains s'ébroua dans l’alcôve personnel qu'il ne quittait jamais.
L'air se réchauffa brusquement autour du palanquin, on put entendre le craquement sec de deux tablettes d'argiles, qui avant de toucher le sol se muèrent en deux traits de feu semblable à des silex aiguisés. Ils parcoururent la pièce et frappèrent les deux hommes à la gorge, perçant avec aise soieries et chaires. Ils évitèrent de peu la Puysarde et Salfaryl mentirait s'il n'avait pas à un instant ressentit l'envie de dévier leurs courses.
Les regards durent se tourner vers lui, le sien était braqué sur Krish.
« Tant de temps en palabres gâché . As tu profitais si longtemps des allégresses du Volcan  pour en avoir oublié comment nous fonctions ici, Al'Serat ? Il me semblait pourtant les gens du Puy bien aux faits des machinations pouvant vous faire perdre la tête. Nous parlerons du sort de Geresh quand il sera temps de le faire. Tu nous as convoquer ici pour d'autres raisons, ne nous fait donc pas plus languir. Nous t'écoutons. Maîtresses des Forges.»
Il avait craché ses derniers mots dans un panache de fumée qui camoufla à peine le dégout qu'ils lui inspiraient.



Dernière édition par Salfaryl le Sombre le Dim 8 Jan 2017 - 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vel Do'Hel Rewt
Drow
avatar

Nombre de messages : 89
Âge : 21
Date d'inscription : 20/12/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  376 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Dim 8 Jan 2017 - 14:02


Un soleil jovial s’était levé pour illuminer Thaar et ses merveilles. La journée était embellie par les reflets dorés de l’astre solaire sur l’eau sombre du port, et la silhouette imposante du Palais rayonnait comme un phare au milieu de la nuit. Comme de l’or au milieu de la merde. C’était du moins ce que pensait Vel Do’Hel, couché sur son palanquin hors de prix, alors qu’il passait à quelques encablures seulement d’un quartier dont la seule richesse résidait dans les poches des malfrats qui le tenaient. Des murs en torchis, des toits en boue… Ces gens n’avaient-ils aucun goût ? Vel Do’Hel préférait regarder le fastueux Joyau qui brillait de mille feux au soleil de midi. L’or et le bronze, les rubis et les saphirs, renvoyaient d’ardents rayons aveugler les mortels de sa superbe et de sa majesté. Vel sourit. Et en oublia bien vite ces dégoûtantes maisonnées peuplées de perdants et de misérables.

Son escorte n’était pas aussi imposante que d’habitude. Il ne souhaitait pas être trop remarqué, cette fois. Aussi, il avait préféré prendre avec lui une dizaine de mercenaires des Patrouilles Noires, qui semblaient heureux de pouvoir titiller la cinquantaine d’esclaves qu’il avait apporté avec lui pour ses besoins élémentaires. Toujours à dos de païm, trônant sur un palanquin aux coussins de soie multicolores, il toisait les hommes des hauts quartiers, riches mais forcément moins que lui, et qui ne pourraient jamais égaler ni son prestige, ni sa prestance. Qui pouvait se targuer d’être aussi bedonnant, et toujours aussi magnifique ? Bien peu de gens, en effet. Et Vel tentait d’en tirer quelque orgueil, avec plus ou moins de réussite. Il n’aimait toujours pas qu’on l’appelle ‘Rewt’, par exemple…

Devant l’édifice palatin, qui donnait des torticolis aux esclaves écrasés par sa hauteur, la petite troupe s’arrêta promptement, alors que le capitaine Almund, dit le Blond, descendait de cheval pour aller vociférer quelques ordres à ses hommes. Ces derniers se déployèrent, et n’hésitèrent pas à claquer les fesses d’une fille de marchand, qui passait un peu trop près du convoi. Ralf-la-Murge les rappela bien vite à l’ordre, si tant est que ce mot ait jamais eu un sens pour tous ces fils de putains. Almund se présenta à son employeur, dans une parodie de courbette, et ordonna d’un geste aux esclaves d’apporter le fameux toboggan d’or. Le Blond fit un grand sourire.

« Maître Vel, on y est ! »

Le Drow roula des yeux, puis ricana.

« Comme si je ne l’avais pas remarqué, Almund. Vous avez un sens de l’observation qui ferait pâlir un faucon, vous le savez ? »

Le mercenaire choisit de ne pas relever le sarcasme, et se contenta de sourire encore.

« Merci, seigneur. »

Vel Do’Hel s’extirpa de son palanquin, s’y reprenant à quatre fois avant de pouvoir se soulever jusqu’au toboggan. Il avait pris quelques kilos en plus… Mais on ne le remarquait plus depuis fort longtemps. Une fois sur l’immense civière dorée, il se laissa glisser le long de la corniche, dans un petit rire enfantin, qui tranchait avec sa véritable nature. Les bras flageolants, les esclaves trouvèrent cette petite descente si longue qu’ils surent qu’ils en auraient des courbatures durant trois jours… Une fois au sol, Vel Do’Hel se laissa épousseter et réarranger par les quelques femelles de son escorte. Elles avaient été la cible privilégiée des mercenaires durant le voyage, mais heureusement pour elles, toucher à l’esclave d’un Prince-Marchand revenait à tenter de le voler. Et voler un Prince-Marchand était sûrement la dernière des mauvaises idées. Aussi, si elles avaient été chahutées, elles n’avaient souffert d’aucun mauvais traitement. Si ce n’est de Vel Do’Hel lui-même…

Vêtu d’un subtil mélange de rouge et de noir, le Drow ventripotent avait opté pour un immense caftan couleur de sang, aux motifs sombres comme l’encre et représentants des symboles chers à l’Elda. Son sarouel, de la même couleur que les motifs de sa longue veste, était liseré de filigranes. Parés de ses nombreux bijoux, et d’un grand burnous de teinture ombragée qu’il ramena derrière son épaule, il choisit d’entrer par le côté le plus haut de la salle, sifflotant alors qu’il passait les immenses couloirs de marbre et de mosaïques, peintures et autres commandes artistiques des Princes et de leurs prédécesseurs. Il connaissait les bâtiments comme sa poche, et déboucha par là où il souhaitait faire son entrée. Un garde voulait lui ouvrir les portes, mais Vel lui fit signe qu’il le ferait lui-même.

Il mit ses deux mains grassouillettes sur les poignées, et ouvrit les gonds à la volée, levant les mains devant lui avec un sourire chaleureux.

« Me voici, me voilà, Vel Do’Hel est là ! »

Il ricana, certain d’avoir attiré l’attention sur lui. Tout le monde semblait néanmoins concentré sur autre chose, et il arrivait après la bataille. Quelle bataille, ça, il ne le savait pas encore. Mais quelque chose lui disait qu’il ne tarderait pas à le savoir. Son entrée, en revanche, fit moins d’effet qu’il ne l’avait escompté. Tout en haut des marches, il souhaita se rattraper en marchant de toute sa superbe en direction de ses comparses réunis en huis-clos. Il plaça ses mains dans son champ de vision, les pouces écartés et l’un contre l’autre, et contempla la silhouette ronde de Krish en contrebas, alors qu’il descendait, comme un metteur en scène observant la place d’un acteur sur les planches.

« Krish Al’Serat ! Cela fait si longtemps que je ne t’avais pas vue à cette auguste assemblée qu’il faut que je l’immortalise tout de suite dans ma mémoire ! »

Sa descente des marches ralentit lorsqu’il vit deux corps sans vie près d’un coffre. Une scène pour le moins inhabituelle lors de la réunion d’un conseil restreint, mais bon, il y avait sûrement une explication claire et plausible. Il observa également Shynrae, un peu plus loin. Il fut un instant perplexe, se rappela soudain de l’affaire, puis sourit.

« Très en beauté, Grise Sirène. C’est comme si ces panthères ne t’avaient point touchée ! »

Il fit un signe de tête à Amshet, et un autre à ce bougon de Salfaryl. Il manquait encore quelques personnes… Mince, lui qui voulait être le dernier pour se faire désirer, c’était raté. Les dernières marches furent les plus dures, et il regretta un instant d’être passé par ce chemin. Néanmoins, il se vautra dans un nuage de coussins, à la fin de son périple, tout proche de la truculente Shynrae. Il lui adressa d’ailleurs un petit sourire, surtout afin de voir si les panthères ne lui avaient pas encore labouré quelques parties du corps en son absence… Mais apparemment non. Il leva sa tête vers l’assemblée, et dit d’un ton innocent :

« Outre ces pauvres hères qui gisent sans vie sur le sol, Kodratos n’a-t-il toujours pas été décapité ? »
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 509
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Lun 9 Jan 2017 - 20:10

Elle soupira... pinçant son nez en un mouvement las, bouillant intérieurement sans en laisser rien paraître.

« Mon Sombre ami... Il me semble que ce n'est pas la première fois que nous avons cette discussion, mais... On ne tue pas un messager AVANT de savoir de quoi il en retourne. Et si ton herbe à pipe te trouble la mémoire, laisse moi te rappeler que les armes sont prohibées dans cette rotonde. »


Et jusqu'à preuve du contraire, des tablettes d'argile qui créent des fouet de flamme, ce sont des armes ! Mais plus que de la colère, c'était une sorte d'ennui amusé qui portait Krish a faire ce genres de remarque après les véhémentes remontrances du Nain-culte.

« Sort la tête de ton trou, tu te souviendras peut-être un peu mieux de notre ''Façon de Fonctionner''. » ajouta-t-elle alors que son éternel sourire de chat était revenu au galop.

Le ton était sur le point de monter, lorsque l'altercation fut brusquement arrêté par une Énorme interruption... A force de jouer les invités tonitruants, le gros tas de saindoux qui venait d'entrer avait eu l'attention qu'il désirait tant. Son incroyable masse mis un temps infini a venir se poser à un hôte de distance de la Princesse des Forges qui lui avait répondu durant sa lente descente.

« C'est toujours un plaisir de poser pour toi, Ussta Rewt. J'aurai bien aimé te rendre la pareille et t’immortaliser au côté de la Panthère d'Ombre du mage Haldren lors de mon millénaire, mais hélas, tu ne m'en as pas donner l'occasion... »
glissa-t-elle, enjôleuse, sachant parfaitement qu'il avait raté là une occasion de voir une bête fantastique et qu'il n'en avait sûrement pas fini de s'en mordre les couilles...

Elle allait reprendre la parole un peu plus durablement mais voilà qu'il repiquait... heureusement, ce fut vers le sujet qui leur tenait à cœur. Elle sourit.

« Et bien justement. Mon imposant et impatient ami. Cette jeune dame ici présente nous fourni à tous une occasion en or de faire bien mieux que de simplement mettre Hanning et son port à feu et à sang. »

Ménageant un très léger effet de pause, les griffes qui ornaient tous ses doigts cliquetèrent contre l'embout ouvragé de son narguilé.

« Le corps du reconnu et respecté Ust'chtah  : Tebirahc Zaurahel Obok senger du Ier Ost. Considéré par tout un peuple comme Uriz fait homme et assassin de l'un de nos roi. »

Elle en rajoutait un brin, passant sous silence le fait que depuis il s'était fait discret et qu'à part son tardif essaie de reprise du Puy, qui était sûrement la cause de sa mort a bien y réfléchir, il n'était plus considéré comme un personnage incontournable que par son Ost. Mais c'était tout ce dont ils avaient besoin. Elle s'était redresser au milieu des coussins brodés, repliant une jambe pour parvenir à se tenir droite  malgré son ventre. Sa voix portait et son timbre rompu aux cajoleries faisait miroiter les délices que tous pouvaient en tirer.

« Attention, ce que je vous propose aujourd'hui, ce que Shynrae et moi vous proposons, ce n'est pas simplement de laisser un ost sombre faire la sale besogne à notre place, non. »


Avec un sourire fin, elle avait ponctuer sa phrase d'un mouvement de l'indexe.

« Ce que je vous propose aujourd'hui c'est de rappeler à tous que les Princes Marchands sont les Héros des Principautés et le seul rempare qui empêche le Puy et la Péninsule de prendre les terres d'Ithri'Vaan Cité par Cité. »

Puis vint la longue et ennuyeuse explication par laquelle il fallait bien passée. Explication pour laquelle elle se leva, dévoilant ses pieds nus et la haute fente que comportaient sa toge le long de sa jambe droite. Marchant lentement autour de la rotonde, ses iris rouges passaient sur les décorations et sur les visages, prenant à partit autant l'endroit que les gens. Sa voix, théâtrale au possible, entretenait l'attention sans effort, prenant à parti du regard ou du doigt les plus inattentifs... mis à par le Nabot pour lequel elle avait d'autres projets.

«  Tous ceux qui ont l'honneur de franchir les portes de cette salle le savent, les Principautés de Thaar forme la plus grande puissance commerciale de ce monde. Puissance sur laquelle nous nous devons de veiller afin que ça jeunesse ne lui soit pas fatale.

Les Eldéens ont perdu leur emprise depuis maintenant quelques années, accaparés par l'objectif d'Anaëh au Nord, mais ils rebroussent chemin. Les Haut-Prêtres rassemblent leur oilles et nous avons toutes les raisons de croire qu'une fois stabilisé, le Puy ne restera pas en place.

A l'Ouest, les Péninsulaires s'opposent en guerre sans fin, à tel point aux aboies qu'ils sauteraient dans l'Erys pour une centaine de souverains. Mais ils sont belliqueux et organisés et quelques électrons libres défient encore toute juridiction, comme ce prétendu Royaume de Naélis qui devrait se faire dévorer d'ici une dizaine d'année tout au plus. Nous n'avons pas encore l'ancienneté suffisante pour les tenir tous par les bourses. »


elle émit un léger rire à sa propre blague d'un goût douteux.

« Je vous épargnerai les détails de nos finances, fonctionnement, alliances et oppositions internes dont tous connaissent ici les rouages officiels. Mais lorsque ce Conseil a réellement pris son envole, ce fut en fédérant ces petites Cités qui deviennent peu à peu récalcitrantes.

Il reste par conséquent, une vérité que nous ne pouvons pas négligée : Si nous voulons rester intouchable, il faut que notre image soit rayonnante de puissance, d'union et de grandeur. Il faut que les rumeurs sur notre Conseil soient dignes des légendes. Il faut que nous soyons les Héros Invincibles. Non pas pour les puissants, mais pour les petites gens. Il faut que les seigneurs locaux paraissent fades et remplaçable par rapport aux Défenseurs de la Liberté et du Peuple que nous sommes. IL faut que les populations se soulèvent à l'idée d'être arrachées à notre garde au profit des immondes puissances étrangères qui ne rêvent que de soumettre des êtres libres et fiers à leurs propres doctrines.

Inspirer la peur aux minorités et l’adoration aux masses. »
ponctua-t-elle en présentant une main puis l'autre comme pour mimer une balance. «  Ajouter à cela la peur d'un inconnu pour fédérer les ennemis d'hier. Voilà la clef de la stabilité.

A ceux qui se demandent encore ce qu'ils ont à y gagner, laissez moi exposer clairement les deux premières réponses : votre nom gravé dans les étoiles et une Thaar dont la puissance et l'influence ne fera que croître, augmentant par là même nos pouvoirs à tous... Quitte à régler nos affaires en privé par la suite, comme visiblement certains on déjà pris l'habitude de le faire... »
ajouta-t-elle comme une a parte, en pointant du menton le coffre encore ouvert avant de s'appuyer nonchalamment sur le bord de l'alcôve de Salfaryl pour lui glisser :

« Et oui, ceci est la version courte, Salfaryl. »

Elle se redressa avec une rapidité et une tonicité étonnante étant donné sa condition, laissant un bref instant sur le côté le numéro de la femme enceinte engoncée dans son propre corps.

« Mais revenons à nos ferns ! Aujourd'hui, nous avons l'occasion de lancer ce cercle vertueux qui grandira de lui-même sans que nous ne puissions l'arrêter. »

Cessant un moulinet du poignet qui mimait une spirale sans fin, elle se tourna ostensiblement vers le seigneur Vel'Gros, un air outrageusement désolé sur le visage.

« Je m'excuse par avance du malentendu qu'il y a eut entre mes agents et les tiens, mais après ses amusantes peccadilles septamontaises avec les royaumes Ouestriens, j'avais besoin de m'introduire dans le Croissant d'Argent. J'ai pris contacte il y a un peu plus d'un mois, avec ce vieux soûlard de Stras que tu gardes discrètement sous ta dextre depuis quelques années, pour lui donner une chance de changer son fusil d'épaule. Il ne l'a pas saisie, j'ai donc noyauté son entourage pour en faire une Galère de Nelen. Avec lui en tête de pont et la guilde du Croissant d'Argent infestée de nos fidèles ou contrainte par diverses moyens, j'ai pu me créer une ligne de contrebande directement à l'intérieur des murs d'Hanning et faire assassiner mon émissaire au cas ou nous ne trouvions pas de terrain d'entente avec Kodratos. »

Ce marchand d'esclave avait depuis quelques années déjà les yeux plus gros que le ventre au point de penser à devenir Prince à la place du Prince. Entouré d'une guilde de contrebandier du premier ordre portant le doux nom de Croissant d'argent, comme s'ils l'avaient choisi pour l'appâter elle, ils s'étaient creuser un trou dans les eau troubles et pleines de microbes des informateurs et des assassins... Comme si les Princes marchands n'avaient pas surveillé un tel concentré de pouvoir létal entre les mains d'un subalterne.

A bien y réfléchir, en infiltrant les proches de ce rapace aux dents longues, elle avait probablement simplifier la vie de Vel'Do... Mais on n'arrivait à rien sans sacrifice après tout.

En tout cas, la mémoire de Salik concernant la configuration de la demeure, les visages, les sorties et les passages discrets avait été d'une aide non négligeable pour les coups de pressions, les menaces, les enlèvements et les remplacements furtifs.

« C'est donc officiel, nous avons une raison d'aller flamber la couenne à ce porc. Mais je n'ai jamais rendu ce détail publique, prise par les préparatifs de mon anniversaire, et étant donné la situation dans laquelle le mettrait une telle annonce, il ne l'a pas fait non plus. Du moins pas officiellement. Mais ses soutiens ne sont pas stupides. Si une majorité écrasante lui est entièrement dévouée, nous avons dors et déjà un ou deux transfuges pour lesquels l'idée de pouvoir se faire assassiner à tout moment dans le Palais semble une raison suffisante de nous rester fidèle. »

Ils pourraient se débarrasser de ces hommes à la loyauté chancelante une fois que tout cela serait réglé. En attendant, il n'en restait pas moins d'intéressants atouts. Précaires, car certains pouvaient jouer double, mais des atouts quand même.

Mais il fallait poursuivre l'explication.

«  J'en vient aux faits, ne vous inquiétez pas.

Grâce à la présence d'esprit de notre prometteuse Shynrae, le corps retrouvé hier soir suit actuellement le même chemin que mon assassin... à quelques variantes près pour éviter de prendre les informateurs de Kodratos pour des imbéciles. L'incendie du port nous aide bien de ce côté d'ailleurs. Une Merveilleuse coïncidence... »






-Ce qu'il est lourd !
-Tais-toi et prend garde à ce qu'il ne me tombe pas sur le pied !

Dans la rue, les deux charretiers s'invectivaient avec véhémence, tentant à grand peine de déposer plusieurs mal de draperies à la porte d'un bourgeois. Chaque cargaison semblait plus lourde que la précédente, mais avec ce coffre, Ashar avait touché le pompom ! Son dos lui criait grâce. Un côté lui échappa.

L'avant du coffre tomba sur le sol. Une attache sauta. Un bruit étrange à l'intérieur.

-FILS DE TA SOEUR ! Cria son comparse. On sera pas payé si tu continues !
-ça va ! Je fais ce que je peux !

De la demeure sortie en catastrophe un homme grand et maigre richement vêtu. En voyant l'état de lavant dernière malle, il sembla près de faire une attaque. Jamais les deux charetier ne furent plus rudement morigénés... Et ce fut sans demander leur reste qu'ils laissèrent les gens de la maison rentrer la cargaison avec précaution.

Au grand soulagement de ceux qui vivaient là, il reprirent leur route sans se rendre compte de l'odeur que dégageait l'ouverture infime du coffre malmené...






« Je voulais vous informer de vive voix que sera découvert ce soir ,quoi qu'il arrive, le corps de ce fameux drow... mais s'il vous plaît, attendez encore un peu avant de me jeter vos babouches au visage.

En début d'année, j'étais à Yutar pour raisons personnelles et j'ai eu l'occasion de rencontrer de nombreux soldats de son ost ainsi que plusieurs hauts gradés. J'ai réorganiser leurs forges et accéléré de beaucoup la réparation des équipements, ce qui, malgré mon statut de Doeben à leurs yeux, j'ai gagné quelques contacts et un certains respect auprès des jeux blancs-becs du coin.

Dès demain matin, le premier Ost sera au courant, j'en prend la responsabilité.

Devant la grossièreté de la découverte du corps, je doute qu'ils se jettent dans la gueule du loup sans chercher à savoir ce qu'il s'est produit outre mesure... Mais leurs ambitions étaient grande et leur chute sera haute.

Tebirahc avait de nombreux projets pour l'avenir du Puy, projets dont il s'est ouvert à moi et sûrement à certains d'entre vous. Je ne doute pas que son Ost en soit le socle premier. La loyauté qu'il leur inspirait était sans faille et les honneurs qu'il leur promettait plus alléchant pour un esprit drow que des rivières de diamants.

Il était de plus un conduit divin, et c'est loin d'être un détail pour une armée d'eldéens.

Par conséquent, qu'ils croient ou non à la mise en scène, ils exigeront le retour du corps pour qu'il soit inhumé avec tous les honneurs... Soit les Septmonts refusent et ils leur tombe dessus, soit ils acceptent et ne manqueront de faire examiner le corps par des prêtres. Ils sauront que l'homme a été tué un jour avant sa découverte, le fait que ce soit une machination leur traversera forcément l'esprit. Mais nous pouvons utiliser ce fait pour pointer adroitement vers la cible de notre choix.

Quelques assassinats de drows dans la région auraient été parfait pour agiter un peu leur goût pour la vengeance, mais nous n'avons plus le temps. Alors nous devrons nous contenter d'autre chose... »







Dans la chambre aux rideaux tirés, un homme au visage oubliable se tenait debout devant un coffre lambda... tant qu'on ne regardait pas son contenu.

Enveloppée dans des draps de soies et calé part des coussins entre des pierres dont certaines étaient encore froide au touchée, un drow à la peau grisâtre semblait dormir profondément... Une mèche de cheveux retombant sur son visage, sûrement amenée là par le dernier cahot qu'avait subit son cercueil de fortune sur la route.

Près de lui, un homme bien plus louche écrivait avec précaution sur un vélin de bonne facture. Vélin qu'il marqua d'une fausse signature et de faux sceaux imités à la fois à peine assez bien pour tromper son monde et surtout assez mal pour que leur origine frauduleuse n'échappe pas à des yeux attentifs, même novices en la matière

Avec une expression de dégoût, les deux hommes chiffonnèrent le document avant de l'enfoncer dans la gorge du mort. ça... il ne le referaient pas tous les jours.






« Sur le corps sera retrouvé une preuve honteusement falsifiée pointant  un drow de la haute hiérarchie puysarde comme les commanditaires de l'assassinat. A la fois confrère et rival du notre macchabée.

Au pire, s'ils sont trop bête pour se rendre compte de la supercherie, ça foutra le bordel dans les armées eldéennes et reculera leur potentiel invasion de plusieurs années. »

Et surtout c'était dans le cul de Velkyn que ça allait planté une épine. Le coupable parfait. Assassin de l'ancien Haut-Prêtre. Lui aussi reconnu comme conduit divin par ses pairs. Une ambition qui n'était toujours pas satisfait. Le client parfait pour l'assassinat de l'Obok du premier Ost.

« Mais quelques jours plus tard, une preuve obtenue de façon beaucoup plus fortuite devrait doublement enflammer  l'Ost... »






Marchant d'un pas nonchalant le long du couloir, le sénateur ne pouvait s'empêcher de regarder chaque garde comme si celui-ci allait sortir un couteau à chaque seconde. Son crâne à demi chauve était luisant de sueur. Il gardait avec peine sa respiration sous contrôle... Mais il le devait. C'était une question de survie.

Ses vêtements à la mode péninsulaire faisaient ressortir sa panse et son épée d’apparat cliquetait sur sa hanche à chaque pas. Dans ses mains, les documents qu'il avait à examiné pour le lendemain.

Mais il était encore bien loin de sa demeure.

La journée avançait tranquillement, comme toutes les autres. Dans la ville, les crieurs et les prêcheurs offraient leur cacophonie habituelle... Et lui s'aventurait vers les quartiers bourgeois.

Au détour d'une auberge fort bien coté ou il venait régulièrement boire avec des confrères, il frappa cinq coups à la porte d'une villa aux volets rouges.  



Au bout de quelques instants, il frappa de nouveau un seul coup.

Une glissière se fendit d'un mouvement à hauteur d'yeux pour découvrir un visage olivâtre aux iris brunes. Il montra son insigne de sénateur. La porte s'ouvrit, laissant passer un homme haut et sec au visage cerné, aux traits tirés, enveloppé dans des monceaux de tissus plus riches les uns que les autres. Ce fantôme de riche marchand l'accueillit pourtant avec la plus grande chaleur.

- Lucius ! Mon cher ami ! Entrez donc boire un verre, cela fait si longtemps !
-... Oui ! Quelle... bonne idée ! Répondit-il en essayant de donner le change avec beaucoup moins de classe que ce parfait inconnu.

A l'intérieur, tout respirait une richesse délaissé depuis des années... Dès que la porte fut refermé, les visages se firent moins grandiloquents. Sur le côté un homme au visage et aux défroques parfaitement oubliables se leva d'un sofa en mauvais état.

-Vous l'avez ?
-euh... oui...

Le Sénateur tira de la pile de document un rouleau portant le sceau de la cité et l'accord du sénat. L'homme s'en empara pour le lire avec attention. Un léger sourire de soulagement se dessina presque malgré lui sur ses traits.

-Parfait...

Faisant signe à l'un de ses comparse, il posa le rouleau sur une table non loin, sorti un sceau étrange de sa veste et apposa un cachet de cire ressemblant comme deux gouttes d'eau à celui de Naélis sur le document sous les yeux suspicieux du Sénateur qu'on reconduisait déjà vers la porte du personnel.






« Oui mes amis. Un contrat entre Naélis et les Septmonts spécifiant une alliance pour se débarrasser durablement de toute présence et influence drow a été retrouvé, exfiltré par des mercenaires et tombera en toute innocence entre les mains du Premier Ost, remettant en ligne de mire de ces très chers eldéens un vieil ennemis qui a eu l'audace de leur résister déjà une fois en plus de tracer une cible sur Hanning.

Ajoutez à cela le tempérament fougueux des autres  Zaurahel et le fait que cela fait des centaines d'années que son Ost le révère comme un dieu, avec plus de loyauté que n'en éprouvent les humains pour leurs Cinq patrons, et vous obtiendrez une vengeance claire et expéditive envers Hanning et sûrement par la suite envers Naélis, prouvant, si cela vient à se produire, que Thaar est bel et bien le seul moyen de défense existant encore contre les puissances étrangères.

Car si nous sommes réunis aujourd'hui c'est parce que j'ai une proposition alléchante à vous faire.

Au lieu de laisser simplement les eldéens se salir les mains à notre place, utilisons les pour nous grandir davantage. Lorsque le Premier Ost attaquera les Septmonts, si nous nous mettons en ordre nos troupes suffisamment rapidement pour être sur place avant que tout soit ravagé mais suffisamment lentement pour que le massacre ai déjà commencé, nous deviendrons les sauveurs d'Hanning.

Entre les transfuges du Sénat et la cohue des combats, la perte des éléments perturbateurs à la tête de cette ville sera tragique et ne pèsera pas un instant sur nos épaules. De nombreux hommes fidèles à Thaar mourront face aux drows, j'en conviens, car il sera difficile de les mettre en déroute, mais une partie des troupes de l'ost sera sûrement préservé dans le but de s'orienter vers Naélis par la suite et même dans le cas contraire, c'est un sacrifice que la stabilité des Principautés devrait pouvoir supporter...

Et grâce à ces hommes et ces femme à la loyauté exemplaire, nous laisserons des forces armées en garnison le temps de... pacifier la zone. »


Etait-il réellement nécessaire d'ajouter qu'à partir de là, les Princes pourraient partager la cité comme ils le souhaitaient et mettre le fantoche de leur choix à la tête de cette Principauté si fidèle ?

« Pour entrer dans les détails me concernant, ce qui devrait en rassurer beaucoup, je ne souhaite pas prendre l'ascendant politique sur les Septmonts. Les deux seules choses qui m'intéressent sont la possession de ses deux plus grandes mines de métaux et le rétablissement du monopôle de la Corporation d'argent à l'intérieur de ses murs.

Le reste vous est entièrement acquis. »


Elle s'arrêta de marcher en long en large et en travers, glissant son regard plus pétillant sur l'ensemble de l'assemblée. Estomaqués, suspicieux, coléreux ou intéressés, tous les yeux étaient braqués sur elle et son sourire de chat.

« Fragiliser Naélis. Amélirorer notre réputation auprès du peuple des Principautés. Rappeler aux seigneurs un peu trop ambitieux qui à le pouvoir de les faire disparaître. Détourner de Thaar la haine d'un ennemis puissant.

Alors en définitive, la question est simple. Combien d'entre-vous sont prêt à participer à la levée de ces troupes que nous sacrifierons pour le bien commun ? »


Il était évident que celui qui aurait le plus de troupe sur place serait le plus à même de mettre l'homme qu'il désirerait sur le trône, aussi avait-elle jugé bon de ce désengager de cette querelle-ci. Ce qui l'intéressait était tout autre.

Voilà, il lui semblait leur avoir dit tout ce qu'ils avaient besoin de savoir... Maintenant il n'y avait plus qu'à attendre d'être descendue en flamme...
Revenir en haut Aller en bas
Ascanio Vossula
Humain
avatar

Nombre de messages : 145
Âge : 27
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Mar 10 Jan 2017 - 11:08


Clap. Clap. Clap.

Trois clappements avaient résonné ainsi dans le silence qui avait suivi l'interminable logorrhée de la Maîtresse des Forges. Ils avaient résonné entre les murs de la haute salle, dans l'intimité de cette antichambre du pouvoir, avec une certaine indécence. C'était pourtant Tiberio Vossula, le prince-marchand d'Eofel et de Feldorn, un homme connu pour sa droiture et sa mesure, qui avait applaudi de ses mains fermes ; il avait pourtant observé un silence religieux depuis qu'il était entré peu après le début de la réunion, avec une discrétion telle qu'elle en avait éclipsé son retard. Il souriait maintenant et observait la Maîtresse des Forges, les pupilles animées d'une lueur chaleureuse.

« Habile, Krish Al'Serat. Habile, je dirais même, remarquable. »

Et il se leva doucement de son fauteuil pour se tenir droit, luttant contre la courbure de son dos et pour dissimuler le léger tremblement de ses mains qui trahissait chez lui les premiers caprices de l'âge. Puis, de nouveau, il applaudit.

« Applaudissez-la donc ! Remarque exposé. Remarquable, vraiment remarquable. Vous n'avez pas usurpé votre siège, Krish : vous savez si bien présenter les choses sous leur meilleur jour que vous pourriez vendre des bottes à un cul-de-jatte. » Le prince-marchand cligna des yeux ; l'instant d'après, la lueur chaleureuse dans son regard avait disparu, et son visage se fit sévère, froid ; les muscles de sa large mâchoire se contractèrent, son puissant front se plissa, et c'est d'une voix dure qu'il ajouta : « mais nous sommes tous ici les princes des bonimenteurs, et nous savons ce que vous faites. »

Il se laissa retomber dans son fauteuil, l'air contrarié.

« Vous avez beau parer vos manœuvres des meilleures intentions, mais votre quête est personnelle, Krish. Vous nous manipulez tout autant que vous cherchez à manipuler le Puy. Vous avez orchestré de toutes pièces une machination qui poussera les drows à s'attaquer à une principauté qui, jusqu'à preuve du contraire, demeure sous notre protection. Vous l'avez fait sans nous en aviser, dans l'espoir de faire main basse sur le métal septmontain ; et maintenant, vous faites appel autant à notre cupidité qu'à notre attachement à nos institutions, pour que nous cautionnions vos actes. »
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 509
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Ven 13 Jan 2017 - 4:10

"Vous avez parfaitement compris, Tiberio Prince d'Eofel et de Feldorn."

Se contenta-t-elle de répondre sans se départir de son sourire ni même songer que son intervention attendait une défense. Aussi se fut avec le plus grand des aplombs et la plus grande candeur qu'elle n'ajouta qu'une phrase :

"Il ne reste donc plus qu'à se partager le gâteau selon la cupidité et l'attache de chacun à nos institutions."
Revenir en haut Aller en bas
Amshet Ahk Afah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 26
Date d'inscription : 04/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  105 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Jeu 19 Jan 2017 - 10:13

Tes confrères arrivèrent au compte goût, le nain, l’obèse, la remplaçante, la tête salée… Tu contemplas sans réel expression le faciès à moitié décomposé sur son coussin de soie. Ton petit nez droit se fronça légèrement à cause de l’odeur, mais tu n’étais guère du genre à t’apitoyer sur le sort des autres. Tu n’avais jamais beaucoup eu de contact avec la semi-elfe de l’empire du sel, bien que tu avais apprécié sa compagnie durant l’anniversaire de Krish. Hélas, ce type d’attaque arrive même au prince marchand, tu dirais même que vous êtes une cible de choix… Sauf que la garde qui vous accompagne est assez dissuadant pour qu’on vous laisse tranquille. Il existe tout de même quelque fou pour tenter le coup malgré tout et compte tenu du fait que rien n’est parfait et que l’échec est toujours possible… Hé bien, il vaut mieux être sûr à cent pourcent que cela va réussir, autrement la mort vous attend !

Alors que vous alliez interroger les porteurs de la tête, le petit homme s’enflamma littéralement et changea ces derniers en steak trop cuit. Tu soupiras, il n’était pas marrant ! Tu t’enfonças un peu plus dans ton coussin, écoutant Kirsh lui remonter les bretelles. Après ce petit incident la dame des forges annonça finalement ce pourquoi elle avait fait venir tout le monde.

Ce fut un long exposé, fort heureusement les coussins sont confortables donc tu ne remuas pas trop sur ton édredon pour trouver une position confortable. Une fois terminée Ascanio qui était en retard, oui, oui, tu l’avais remarqué qui bien qu’il avait essayé de faire aussi petit que possible, applaudit l’intervention le discours. Et attaqua plus ou moins la maîtresse des forges sur sa cupidité, ce à quoi elle répondit sans complexe : que oui, tout ceci avait été orchestré dans un but cupide et personnel.

- Je suis un peu d’accord avec notre héritier, je n’aime pas particulièrement être mis devant le fait accomplis. Mais l’idée n’est pas mauvaise en soit, asseoir un peu plus notre image de « protecteur » ne nous desservirait pas. Je veux bien que t’accapare les mines qui sont présentes là-bas, personnellement j’ai très peu d’intérêt à récupérer une mine soit pour me diversifier mais quitte à le faire, j’aimerais autant mettre la main sur le bois et quelques terres agricoles.

Le bois étant une denrée difficile à trouver dans le coin c’est une bonne chose que d’essayer de récupérer le marché.  Tu aurais aussi bien pu rester dans ta zone de confort, mais hélas les esclaves des sept-monts sont bien différents des tiens et se trouve assez éloigné de la Zurthanie. Tu n’es certes pas mieux situé, mais le fleuve te desservant le voyage est plus rapide vers Uldal par les eaux que de traverser la rivière pour ensuite rejoindre le duché…

Revenir en haut Aller en bas
Shynrae Irvin Sin'Do'Rah
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 394
Âge : 25
Date d'inscription : 22/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 273 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Jeu 19 Jan 2017 - 22:00








Son regard oscillait entre l'oblique de la cassette et l'aiguisé visage de la Princesse, qu'un narquois et déroutant sourire vint rehausser. Singulière attitude pour quelqu'un que l'on connaissait fort proche de la disparue, choquante même, si l'on omettait le caractère imprévisible de l'ombre Al'Serat. Le prompt éclair de minauderie se noya en des acerbités qui lui dégueulèrent des lèvres, s'adressant sans plus de considération aux émissaires, s'inquiétant plutôt de savoir comment les bougres avaient eu connaissance de leur rassemblement de ce jour, et surtout de quel droit ils s'y étaient invités. Laissant planer le froid palpable de son intervention, Krish retrouva le confort de son assise, pour mieux toiser les hésitants diables, qui ne se risquèrent point de suite à s'expliquer. Alors que l'un s'apprêtait à ouvrir le bec, entre deux faibles couinements, un son que jamais la Sirène n'avait ouï de son vivant fendit l'air, une sorte de craquement que nulle matière ne pouvait produire, une pétarade ardente venue du nain que celui-ci dirigea droit vers les Gereshii qui s’effondrèrent à la renverse, laissant choir avec eux le reliquaire. De sa profonde voix de basse, comme s'il n'avait jamais mis hors d'état deux représentants d'une des châtellenies de la confédération, le Seigneur des Milles Caves enjoignit la gestante de recentrer le propos sur les raisons de cette éminente – ainsi que plutôt pressante – séance, recouvrant une fois de plus ses mots d'épaisses nuées. Griffe-Argent objecta aussitôt, non sans garder pour elle les quelques piques peu subtiles qui se mêlèrent à sa riposte.

C'est à cet instant que le Maître des Bêtes choisit de faire sa discrète entrée au cénacle, là où on ne l'attendait presque plus. Descendant les degrés avec une lenteur toute théâtrale, le Sir ventru saisit l'attention de ceux qui ne s'étaient pas encore attardés sur sa massive présence. Le ton jovial donné à sa voix grinçante résonna sous les hauteurs de l'hémisphère tandis qu'il saluait la Forgeronne avec toute l'ironie qui caractérisait leurs relations. Les flammes de ses prunelles se posèrent sans trop d'émotion sur les corps desquels émanait un fort relent de brûlé, avant qu'il ne considère la Sirène d'un engageant rictus. Un à peine audible « Vel » échappa des lippes gracieuses de Shynrae, alors que son anodine remarque ouvrait à vif la plaie de la trahison. L'onde de l'installation du Drow acheva la parenthèse de son arrivée, laissant à la Jabbress tout le loisir de reprendre. Sans plus de fard, elle révéla aux Princes Marchands la nouvelle de la disparition de Tebirahc Zaurahel, et puis, tous les rouages de leur machiavélique veillée. Bien qu'initiatrice de la proposition, la noirelfe ne pouvait qu'approuver le constat que faisait la charbonneuse, ses mots allant au bien au delà du germe d'idée qui lui avait fait convier l'altesse à sa porte, son plan se ficelait à chaque nouvelle phrase de cuir plus lacérant, tout comme leurs intentions s'éclaircissaient du dais de l'honnêteté.... Jusqu'à retomber dans un flou terrifiant concernant ce rival qui serait directement accusé par la machination.... Si ce n'était guère le moment d'y penser, encore moins de demander à Krish la moindre explication, l'hypothèse que le Haut-Prêtre d'Uriz soit la cible orientée de leur projet lui arracha le cœur. Elle remettrait à plus ce besoin viscéral d'en avoir la conscience nette, d'autres enjeux se tramaient au dela de cette crainte sourde.

La Princesse cessa son éloquant laïus, auquel on répliqua par quelques railleuses acclamations. Le Seigneur du Littoral, que nul n'avait remarqué alors que s'exprimait Griffe-Argent, se leva à son tour avant de réitérer son geste, qu'il accompagna de mordants compliments, pour mieux conforter son désaccord. Aux fantasques propos du vieillard, la sève déjà bouillonnante de Shynrae ne fit qu'un tour. Tristesse que de proposer un rondement mené projet à de si étriqués esprits ! Et voilà que sur les conciliants mots de Krish venaient s'étendre les fadaises de l'hybride, soutenant opiniâtrement le vent d'opposition qui soufflait à présent dans le cénacle. Alors qu'elle s'agitait sur son siège, la Grise ne pu se retenir plus longtemps, les babines déjà rougies de s'être mordue jusqu'au sang.

« Donc cela ne vous inquiète guère que les protégés de Thaar lui crachent à la figure et que nulle réprimande ne réponde de cet acte ? » S'emporta t-elle non sans férocité dans la voix, foudroyant des yeux les moins éternels de leur assemblée. « Et qu'en sera t-il quand ce cher Duc prendra les armes aux côté de ces mortels condisciples venus de la presqu’île, pour étayer moins habilement l'affront qu'il a fait à la Principauté ? Parce que ses agissements ne témoignent de rien d'autre qu'un refus, un rejet de ce qu'est le Conseil et son autorité. Ou peut-être préferez-vous fermer les yeux, comme c'était le cas jusqu'alors, néanmoins attendez-vous à ce que d'autres bien plus futés contestent la suprématie des Princes Marchands, de qui apparemment l'on peut se retourner sans aucunement s'inquiéter ! Une autre idée peut-être ? Différente du silence de circonstance ou de l'ignorance feinte, car si vous aurez évidement, toujours quelque chose à reprocher à ce que les bergers proposent pour guider le troupeau, au moins vous ne pouvez nier qu'ils ont le sens des initiatives. Au delà d'ailleurs, des futiles mobiles subjectifs relatifs aux richesses de cette région. Il faut écraser l'insecte qui s'imagine pouvoir nous piquer, piquer au coeur de la Ruche Oliyenne. Alors, qu'avez-vous donc entrepris, jusque là, pour contrarier la désertion de Kodratos d'Hanning ? Ah oui, rien. Rien du tout, c'est bien ce qu'il me semblait. Nous voilà bien avancés. »
Si elle n'avait imaginé s'exprimer ainsi devant ses presque pairs, la Voix n'était point restée muette.



Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 509
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Sam 21 Jan 2017 - 13:08

Krish allait rappelé que, tout comme la mine, seule une main mise discrète et tortueuse pourrait être faite sur les terres agricole, mais que si le gros tas ne râlait pas pour pouvoir y mettre ses bestioles la Princesse-Putain pourrait y trouver son compte sans problème lorsque la voix de Shynrae s'éleva... Pour violenter verbalement l'assistance.

La forgeronne fut si surprise qu'elle ouvrit de grands yeux de chouette vers la jeune femme.

Mais... elle avait mangé du fern... ou elle était enceinte...?

Ils étaient là, tranquillement à se dénigrer les uns les autres. A avancer dans leurs petites négociations bidons. Ils étaient tous restés, un Prince Marchand ne perdait pas son temps a resté lorsqu'il n'y avait aucun bénéfice. Bon... Par contre regarder d'un œil sévère et dire "Vas-y, essaie de me convaincre maintenant." pour essayer de ramasser le maximum... c'était ça le métier.

Là en plus, Krish trouvait que leur jeu de dupe se déroulait d'autant mieux qu'elle s'en était presque retirer. Le rétablissement du monopole ne flouait personne et permettrait au Conseil de faire main basse sur tout l'armement de la Cité, même à long terme et représentait donc une sécurité intéressante. Et les mines... Bon bah voilà. A moins que Vel veuille l'emmerder copieusement au quel cas elle demanderait les cheptels à la place et ils se chamailleraient un peu comme des gamins de 1000ans et 200 kilo. Rien de bien méchant.

Hmmm...


"Shynrae... Tu ne devrais pas mettre en doutes les capacités d'action discrète des Conseillers de Thaar. Je suis sûre que chaque personne ici à déjà des fidèles à l'intérieur des murs, ou tout du moins des renseignements intéressants. Si nous avons pu agir sans que tous soient au courant tu imagine bien que l'inverse peut être vrai."

Mouais... C'était un mensonge éhonté et son sourire narquois le laissait présager sans soucis... Mais quand même. On attaquait pas les conseillers de face. ça faisait toujours des dégâts.

"Méfie toi, certains pourraient vouloir te prouver leurs capacités en tranchant la tête d'un de tes amants comme cadeau pour ton réveil ou en empoisonnant les nombreux plats qui composent ta table."

A le Théâtre de la Rotonde... La meilleur scène d'improvisation de Thaar. Dommage que le publique soit si restreint.

"Alors, Voix, il est vrai que tu portes tes couilles, ce qui est le comble pour une si jolie femme. Mais je te conseille de surveiller ta langue si tu ne veux pas la perdre avant que notre confrère déserteur ne lègue définitivement sa place... Ce serait dommage alors que je compte encore voir a l’œuvre ton esprit si bien fait."

La voix était amicale... Et même si elle ne le prendrait pas nécessairement comme tel, le conseil l'était tout autant. Insulter un Prince Marchand c'était jouer avec le feu, d'autant plus lorsqu'on avait pas le titre qui allait bien pour éviter une élimination directe. Aussi avait-elle cru bon de la bâcher avant que quelqu'un d'autre ne le fasse... Et de sous-entendre dans la foulée que chiante ou non, princesse ou non, cette jeune personne restait dans ses petits papiers. Cela ne lui donnerait pas l'immunité mais au moins, ils pouvaient espérer reprendre le débat.... Enfin si personne d'autre n'interrompait l'échange pour lancer de pareilles accusations...
Revenir en haut Aller en bas
Ascanio Vossula
Humain
avatar

Nombre de messages : 145
Âge : 27
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Lun 23 Jan 2017 - 8:25


« Peut-on être sérieux, à présent ? »

Tiberio Vossula avait calmement écouté Krish Al'Serat assumer sa duplicité. Il avait sourcillé en constatant qu'aucun prince-marchand autour de la table ne semblait comprendre le problème, et pris un air désappointé quand la princesse d'Uldal’Rhilz s'était d'abord ralliée à lui avant de se contenter de réclamer sa part du gâteau. Puis il avait ouvert des yeux ronds devant la condescendance des propos de la représentante de Baaz'Hima, qui semblait oublier son rang ; les effets de l'ascension sociale et le fait de s'adresser à un mortel avaient tendance à provoquer ce genre d'effet secondaire. Heureusement, la Maître des Forges l'avait rappelée à l'ordre.
Il était temps, néanmoins, de couper court à la plaisanterie.

« Je ne vais pas perdre mon temps à vous demander ce qu'il adviendrait si le Puy écrasait nos forces aux Sept-Monts, puisque vous semblez envisager notre victoire comme une certitude. Vous misez certainement sur un art de la tactique qui m'échappe... » Il esquissa un rictus. « Vous saurez donc mieux que moi prévoir ce qu'il adviendra si votre plan ne fonctionnait pas. Mais... je crains que le pire pour nous serait justement qu'il fonctionne. »

Il ne leur laissa pas le temps de répliquer ; plantant son regard dans celui de l'initiatrice du complot, cette noirelfe dont le ventre arrondi témoignait si bien de l'appétit concupiscent, il entreprit de détricoter le fil de son plan pour en exposer la part d'ombre.

« Vous l'avez dit : tôt ou tard, le Puy, jaloux de notre essor qu'il tolère pour l'heure, tournera ses griffes vers nous. Le plus tard possible, espérons-le, car il nous faudra ce jour-là être prêts. Pour l'heure nous ne le sommes pas. Or, vous projetez d'humilier le Puy, Krish Al'Serat, ni plus ni moins. La haine inassouvie qu'ils auront nourrie contre le duché, ils la retourneront contre nous sitôt que nous aurons chassé de la principauté leur horde vengeresse. Vous allez offrir au Puy un casus belli. En vérité, que nous gagnions ou que nous perdions, dans tous les cas votre manoeuvre attirera vers nous ces indésirables.

Nous ne sommes pas prêts pour cela. La péninsule n'est pas une menace pour nous, mes confrères ; ces gens sont trop pris par leurs querelles personnelles, et la mer Olienne leur oppose un obstacle logistique trop grand. Si le duché des Sept-Monts faisait sécession - ce qui n'a, pour l'heure, rien d'officiel - nous aurions toute latitude pour le châtier nous-mêmes ; ses nouveaux « alliés » seraient bien incapables de se porter à son secours avec une célérité suffisante. Naelis non plus n'est pas une menace ; elle ne se risquerait pas à une confrontation directe avec nous ; ce micro-royaume ne fait pas le poids. Mais le Puy ! Le Puy est un tout autre adversaire. Ne croyez point que notre or nous protège de ce danger-là. »


D'une main légèrement tremblante, le regard brûlant d'une colère mal contenue, il pointa tour à tour un index accusateur vers Krish et Shynrae.

« Vous nous proposez de libérer un dragon pour chasser un moustique. Reprochez-moi de ne rien avoir entrepris en solitaire, reprochez-le moi tant que vous le voulez : contrairement à vous, je ne me suis jamais permis d'engager notre destin collectif en prenant seul des risques aussi grands. Oh, nous pouvons bien châtier l'Hanning pour avoir osé lorgner les courbes d'une autre protectrice, oui, nous le pouvons... mais je me demande, oui, je me demande qui de lui ou vous allez causer le plus grand tort à notre principauté. Le jour où les Puysards envahiront notre cité solaire, le jour où ils violeront l'enceinte sacrée de cette salle et réclameront nos têtes, nous reparlerons des bienfaits de votre sens de l'initiative. »
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 509
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Mer 25 Jan 2017 - 3:52

Aux tirades du Vossula, Krish ne répondit que par un fou rire difficilement contenu.

"Cassus Belli! Vous parlez comme un péninsulaire!"
articula-t-elle entre deux quintes de rire.

"Mais... ah! Mais si vous jugez que laisser la puissance de Thaar se déliter est préférable pour notre avenir commun, soit...

C'est un fait, les eldéens se rassemblent au Puy. Que ce soit aujourd'hui. Ou dans dix ans. Nous n'avons pas une chance de résister s'ils réunissent tous leurs ost et récupèrent des pertes qu'ils se sont eux même infligé sur le front elfique et sur le front péninsulaire. Heureusement, Tebirahc, qui était en train de réunir le IVe Ost pour leur proposer une rédemption totale, est mort. Heureusement, le pouvoir est encore en état de flottement et les armées désorganisées. Heureusement... n'est-ce pas?

A moins de nous ruiner, nous n'avons pas une chance contre le Puy si nous attendons patiemment qu'il se reconstitue et se réorganisent. Les Principautés n'ont pas vocation a être une puissance militaire. Mais déstabiliser une organisation de l'intérieur. Les obligé à s'affaiblir encore et à ignorer notre présence le moment venu, cela nous pouvons le faire. à la seule condition que nous restions fort. Et la seule et unique force de notre union est justement son unité.

Le laisser faire sécession? Combien de dizaines de complots et de rumeurs sont déjà en route dans les cités qui nous sont le moins assujetties pour profiter de l'occasion que cette débandade leur donne? Combien se seraient ralliés à lui le temps qu'il nous tourne le dos? Ce chacal d'Hadès n'était certainement pas le seul. Si tu penses que ceux qui ne sont pas présent ici n'ont aucun moyen de nous menacer, c'est que tu commences à croire notre propre propagande. Tu te ramollis..."


Tout au long de sa réponse, elle avait réussit à arrêter de glousse, mais son visage, braqué sur le Prince récalcitrant, restait pour le moins hilare de voir quelle réaction de colère avait eu ce chétif mortel. Elle s'attendait à une réaction aussi vive que puérile étant donné son état de tension, mais ajouta tout de même à l'intention du reste du publique :

"Sans un message fort, les dissensions internes se multiplieront.

A nous tous, nous pouvons repousser un Ost avec aisance.

Et si nous pouvons sortir un dragon de notre manche pour tuer une mouche.
Que pouvons nous sortir pour tuer un dragon?

Je le répète tout simplement. Nous avons une occasion en or de rassembler le peuple et de faire rentrer les dissidents dans le rang.

Mais comme je l'ai déjà dit. Si ce Conseil préfère que nous laissions les Principautés se déliter en attendant la suite, soit."
Revenir en haut Aller en bas
Salfaryl le Sombre
Nain
avatar

Nombre de messages : 56
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Ven 3 Fév 2017 - 17:07



Oh que cela lui coûtait d'écouter tant sottises, il se tâta même rapidement les lobs pour être sûr que ces esgourdes ne pissote point de sang. Les grommellements du Maître des Caves devinrent plus appuyés, le débit de fumerolle s'accentua lui aussi, deux signes distinctif du bouillonnement qui lui remuait les boyaux. Le nain mâchonnait maintenant le tuyaux de son Hook sans lâcher la puysarde des yeux. Il n'avait point bronché quand Jeune Gose l'ouvrit avec outrance, à vrai dire c'est à peine s'il avait daignait l'écouté, lui répondre aurait était un don de crédit qu'il ne lui accordait point. Mais la Faussegeronne au fourneau bien remplit elle, préparait quelque chose. Fomenterie de sombrelfe à n'en point douter et Salfaryl la soupçonnait même de préparer le terrain à l'engeance de mauvais métal qui rédisait encore dans ses entrailles. C'était inadmissible, simplement inadmissible.
Le vieux Tisse-Cocon fût alors cinglant à souhait, parmi les êtres détestable qui peuplait ces lieux, l'Empereur de la Soie était celui à qui il portait le plus d’intérêt. C'était un longue-jambe, cela faisait déjà beaucoup parmi la foule de longues-oreilles vicieuses qui se pavanaient dans le Joyaux.
Ce fût le seul moment ou ses lèvres quittèrent son fumoir de verre mais il fût court car l'Al'Serat reprenait de la bavasse. Une dodeline d'agacement et sa mire toisa celle de l'Abomination qui trônait non loin. Par tout les dieux qu'il était gras et laid,  puirant et obséquieux, obscène et malsain, bourleté et concupisciant, horrible, gras, laid et gras. Son esprit ne pouvait ce résoudre à cette présence incommodante et la simple litanie qu'il se fît à lui même suffit à lui donner la nausée. Trop de temps c'était écoulé.
« Tu es la seule ici à parler de délitement Al'Serat et c'est la folie de ton seul projet qui nous y conduira. Car tes intentions sont belliqueuses, sans doute la un reliquat de tes séjours chez ceux que tu cherches à provoquer aujourd'hui ? Quelles ficelles cherches tu donc à tirer dans une ombre qui s'étend au déla de notre vision commune ? Le sacrifie de nos pièces d'or dépensé dans une chaire à canon pour une bataille à la victoire non assuré,  est cela dans le seul but de nous faire passer pour des sauveurs. Voici la voix des armes, voici la voix qui détruira le sacro-commerce. »
La voix rocailleuse résonnait lourdement sur les murs, tonnant de derrière les rideaux. Bouffetant, le nain continua sur sa lancée.« Nous avons de tout temps prospéré et cela malgré l’influence des gens du Puy, bien avant que les changements ne modifient notre statut. Un jour viendra ou ils reviendront vers nous et quand cela arrivera, ils comprendront d'eux même qu'il sera plus préférable de cohabiter que de s'affronter. Hors tu souhaites la leur donner la raison parfaite de réduire ce statut-quo à néant avant qu'il ne soit pleinement atteint. Le sort d'Hanning nous appartient, mais il existe bien d'autre chemin pour s'acheter les faveurs du peuple et punir dans le même temps les coupables. Le corps du Zaurahel devrait être utiliser afin de nourrir d'autres haines aux Puysards et surtout, dirigé bien loin de nos affaires.»Le ton était d'une monocordance aiguisée. Il s'adressait maintenant à toute l'assemblée.
« Nous tournons autours du pot d'argile depuis trop longtemps. Krodatos et ses suivants seront punis. Organisons son assassinat, une dizaine d'hommes qualifiés serons suffisant à supprimer ce gredin et ses suiveurs en une nuit. Finançons la rumeur à travers la lande en imputant la faute à la maison de Clairy. Nous profiterons alors de l'agitation en venant en aide aux peuples par des moyens détourner. Ils supprimeront dans le même temps l'ancienne famille et nous aurons alors tout le luxe de mettre en place un homme de paille à notre solde à la tête du duché. Voila la voix de la raison, voila la voix du commerce et du pouvoir de l'or, voila la voix dans laquelle j'engagerai fortune, loin des lubies de l'acier si chère à notre Maîtresse des Forges.»Une quinte de toux le saisit alors brutalement, cela lui avait coûté chère à nouveau.
« Les Milles-Caves ne dépenseront pas un seul souverain dans ton entreprise, pas une seule barbe dans ton projet.» Un grognement final signifiant qu'il avait finit suivit d'un nouveau nuage de fumée. Salfaryl espérait qu'il serait nombreux à le suivre, il était prêt à financer entièrement la punition d'Hanning, mais c'était la place de la Maîtresse des Soufflettes qu'il cherchait à affaiblir. Il doutait que celle ci ne change de cap malgré les avertissements du conseil et cette éventualités indésirable fît germé en lui un plan de secoure cocasse qui lui tira des zigomates sous ses moustaches. Dans l'assistance il toisa les faciès, cherchant ceux avec qui il pourrait le partager.

Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 509
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Ven 10 Fév 2017 - 14:24

"Libre à toi, Salfaryl. Comme il est libre à chacun d'entre vous de se rallier ou non à un tel projet. Mais je crois qu'il y a une chose que certains n'ont pas compris... Que tu le veuilles ou non, Dawi, le corps et les missives sont déjà lancées. Aucun engagement n'a été pris au nom de qui que ce soit mais les faits sont ce qu'ils sont. Si tu voulais prendre les choses en mains, tu aurais du le faire il y a bien des mois, mon ami, car si j'ai eu le temps de fomenter cela entre ma grossesse et mes vacances à Yutar, c'est que vous n'avez vraiment pas pris les devants sur cette histoire...

La question d'aujourd'hui n'est donc pas de savoir qui veut assassiner cet imbécile ou qui veut créer un nouveau plan. La question est de savoir si vous laisserez tomber la Cité d'Hanning face à nos ennemis ou si vous viendrez défendre ses murs."


Elle s'étira comme un chat malgré sa grosse bedaine. Elle avait l'impression de rabâcher toujours la même chose. Quel manque d'intérêt...

"Je me suis assez répétée, je pense. Les hommes portant ma griffes seront là au lieu et moment choisit. Au pire, ils seront envoyés à l’abattoir pour la grandeur de mon nom. Sur ceux, si vous le permettez, je vais aller m'étendre..."

Et même s'ils ne le permettaient pas, elle ne s'attarderait pas plus. D'un air dégagé, elle pris le chemin de la porte.

En sortant, elle ne manquerait pas de demander à ce qu'un prévaut du Conseil soit renvoyé à la Cité Blanche avec les deux affreuses têtes... accompagné de gardes des plus loyaux et d'une missive de condoléances signée de sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Salfaryl le Sombre
Nain
avatar

Nombre de messages : 56
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   Dim 19 Fév 2017 - 18:20



Ainsi il avait vut juste dans son jeux. Cette réunion n'avait était la que le théâtre des ambitions affichés au grand jour. Le mot d'ordre de celle ci, de la simple poudre au yeux afin de complaire dans leurs prestances ceux qui se voyaient convier. Pourtant il n'était pas surprit, à vrai dire c'est un scénario contraire qui lui aurait parut exceptionnel. On ne pouvait rien attendre de bon de ceux qui se clamaient maîtres d'un domaine d'ont ils avaient à peine gratter la surface. Bien qu'entretenu par la haine viscérale qu'il cultivait à l'encontre des noirelfes, rien ne l'aurait fait dévier de  un tant soit peu de ces pensées.
Il balaya une derrière fois la salle, son champ de vision opaqueté par les rideaux de soies. Tout avait été dit pour Salfaryl, le temps de regagner les Milles-Caves et ses affaires réellement lucratives était venu.
« Jhaartok !»
Les portes s'ouvrirent en grinçant, charriant dans leurs battements les demis-nains porteurs de palanquin. Le Sombre fît un signe discret au chef de groupe afin qu'il tende l'oreille.
« Presse donc le pas et retire moi à la vue de ses goseurs de bourses. Nous rentrons.»
« Oui Maître.» Lui répondit ce dernier dans un murmure partagé.
Alors qu'on le soulevait dans les airs, le nain frappa du talon et s'exprima une dernière fois sans prendre le temps de savoir si on l'écoutait ou non.
« Souvenez vous donc de ce jour comme celui des Folies. Car c'est la tout ce que le futur retiendra.»
Le Maître des Milles-Caves disparut alors dans un énième panache de fumerolles odorante. Sur le trajet du retour, la hâte le saisit, il avait à faire concernant le destin d'Hanning et celui de la Maîtresse des Soufflettes. Ce fût le seul instant en cette faste journée qu'il apprécia à sa juste valeur.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[MdO-10ans]7 Monts et 30 Deniers | Conseil de Thaar[terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit porte conseil [Livre 1 - Terminé]
» Créatures rares et nommés - Monts Brumeux
» [CONSEIL] Nains
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Charte du Conseil Comtal du Maine: Abrogée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: