AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Limier ne mord pas la Main de son maître | Kaëlis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1359
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Le Limier ne mord pas la Main de son maître | Kaëlis   Ven 13 Jan 2017 - 2:30

<< Le revers de la Médaille (précédent)
<< De bois, de pierre, mais aussi de fer (Intrigue associée)
Faire amende honorable >>

Automne - 4e ennéade de Barkios
9e année du XIe Cycle
Palais de Chêne près d'un mois après son affectation volontaire à Eraison
Une ennéade après son retour en Ardamir


Killen reposa sa plume et se saisit de l'arc qu'il portait toujours à l'épaule. Bien que Sedhen aille mieux, il s'était promis de ne pas le laisser seul trop longtemps et il avait encore quelque chose a faire avant de retrouver son ami pour reprendre la longue discussion qu'ils entretenaient à propos des réparations à faire ou à ne pas faire avant même d'en parler sérieusement au conseil d'Ardamir.

D'un pas rapide et raide, il quitta son bureau pour gagner celui d'une personne avec laquelle il avait trop peu travailler ces derniers temps. Il frappa trois coups. Près a s'éclipser pour repasser plus tard s'il était tombé dans l'un des rares moment de répit que la jeune femme s'accordait depuis le départ de la Protectrice en titre. Mais non. Il avait ce minimum de chance semblait-il.

Une fois qu'on l'invita à entré, il poussa la porte et inclina poliment la tête avant de retrouver son maintient droit tout militaire. Son visage long et osseux, barré d'une cicatrice longue et large mais néanmoins nette, était percé de deux yeux d'un noir de jais, aussi sombre que ses cheveux qui en paraissaient presque bleutés. La pupille de l’œil sur lequel passait la balafre était constamment dilatée à l'extrême, donnant des reflets étranges à son regard devenu légèrement asymétrique. Mis à part ça, il portait une armure de cuir souple, renforcée au poitrail et aux articulations d'un métal sombre, cuivré et dépoli pour être le plus discret possible. Son arc soigneusement sculpté était taillé dans un bois clair qui paraissait étrangement souple pour une arme de son calibre. Il fixait la jeune femme avec simplicité et respect... ainsi qu'une certaine distance qui lui était toute naturelle.

"Veuillez excuser cette interruption mais j'aurai aimé vous entretenir de l'incident qui a eu lieu avec Linaëh le mois dernier. J'ai rédigé un rapport pour la Protectrice et vous avez du recevoir également une note de ma part à ce sujet, vous demandant d'ailleurs de ne pas faire mention de ce détail publiquement pour ne pas diviser les esprits. Cependant, j'en ai longuement parlé avec l'ambassadeur Sedhen et la rumeur selon laquelle les mortels de péninsule voudrait renouer le dialogue à quelque peu changé la donne. "

Il avait parlé d'une voix posée et calme, sans s’arrêter. La voix de quelqu'un qui avait l'habitude d'être obéit et rapidement compris mais pas d'expliquer sa façon de penser et encore moins de convaincre. Killen n'avait jamais été un politicien, il les avaient d'ordinaire en horreur car il n'arrivait jamais a les comprendre... Certains lui étaient aussi mystérieux que des Noss. Aussi avait-il pris l'habitude de s'entretenir en privé des choses importantes avec la Protectrice directement plutôt que de demander à faire une apparition au Conseil pour exposer son avis à tous. Mais en son absence, et ne sachant pas combien de temps celle-ci allait encore durer, il devait tout de même continuer de travailler de la manière la plus efficace possible. Et ce moyen était autre que la Main Droite qui était chargée de pallier son absence, même s'il la connaissait mal.

"Je pense que nous devrions en discuter avant que nous soyons obligé de devoir prendre publiquement parti contre les allants emportés de l'ambassadeur Sedhen..."
termina-t-il sur le même ton.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 


Dernière édition par Halyalindë Yasairava le Ven 21 Avr 2017 - 21:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaëlistravaë Yasairava
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Âge : 28
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  598
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Le Limier ne mord pas la Main de son maître | Kaëlis   Sam 14 Jan 2017 - 23:19




Avoir su l’importance de la charge d’ouvrage qu’incombait le poste de Régence, elle se serait abstenue. Non pas par paresse, mais plutôt par crainte de n’être la hauteur des attentes de son peuple. Son cheminement l’avait porté à faire don d’elle-même, d’aider son prochain il était vrai, mais jamais elle ne se serait douté que s’eut été de cette manière. Les points de sutures, les premiers soins, rechercher la moindre tare d’une blessure, la recherche de différentes afflictions, l’art de la magie curative, l’enseignement même! Tel était son champ d’expertise. Sont-là les talents qui firent d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. Mais sa cousine vit en elle quelqu’un d’autre, une forme d’autorité suffisante pour gouverner, ou du moins, Protéger en son absence, ce malgré toute absence de preuves évidentes auxquelles elle aurait pu se fier pour aiguiller son choix.

C’était vrai, le fardeau était conséquent car le temps se montrait tout sauf miséricordieux ; tous les malheurs du monde semblaient s’acharner sur l’Anaëh depuis un certain moment déjà et, peu importe les décisions prises, jamais elles ne semblaient suffisantes. À chaque heure était réservé un prochain drame, auquel d’une manière ou d’une autre un elfe devait se sacrifier pour palier à la problématique. Le Front, Éraison, Linaëh, Eteniril … Halyalindë manquait cruellement à son Ardamir.

Malgré tout cela, la Main Droite œuvrait pour le bien de sa mère Patrie qui l’avait vu naître. Ce, jour et nuit. Les projets en sa tête fusaient, de même que toutes les autres demandes connexes et autres projets chauds qui concernaient les citées avoisinantes. La plume serrée entre les doigts, le chef incliné vers l’ardoise sur laquelle elle enchaînait la rédaction de quelques vélins, Kaëlis achevait une ultime dépêche destinée à quelques ravitailleurs d’Éraison qui avaient plus tôt, fait la demande d’une douzaine de pair de bras pour dégager un pan de la muraille qui s’était avachie par l’effondrement d’un des réseaux souterrains. Les lettres s’enchaînaient tandis que les mots s’enlignaient à une vitesse folle, jusqu’à ce qu’on perturbe sa concentration en exécutant un trio de cognement contre le portail de son bureau. D’un geste vif son attention fit captée par le bruiement du bois, auquel elle rassura l’instigateur de cette requête d’un :


« Je vous en prie, c’est ouvert. » Vers l’entrée, l’œil curieux et le regard dubitatif. Lorsqu’elle aperçue Killen, elle repoussa de son séant son siège pour se redresser à son introduction. Depuis son intronisation au conseil, d’entre tous il était celui qu’elle n’avait jamais arrivé à saisir, ni à se lier d’amitié. La froideur de ses prunelles l’intimait à garder ses distances, tandis que sa manière de s’exprimer, sûre d’elle et assurée, tuait dès lors l’envie de s’en faire une connaissance propre. Enfin, Kaëlis, dans sa gentillesse sans borne, avait tout de même à s’en faire bon allié, mais ne n’avait jamais conversé avec lui hors de ses fonctions. Pour l’étendue de sa dévotion pour les siens ainsi que pour son savoir-faire, elle le tenait en très haute estime et, c’est ce pourquoi, même affublée des tâches de Protectrice, elle se mit à son niveau à son arrivée.

Travaillant seule pour l’entièreté de la journée, sans sortie à l’extérieur de programmé, elle avait revêtu l’un de ses atours alléger. Une robe immaculée naissait aux pieds de ses épaules pour épouser les courbes et vallons de sa svelte silhouette, auquel le tissu se fractionnait au départ de son cuissot pour laisser libre l’une de ses longues échasses. Les mires de l’étoile eurent le frisson lorsqu’ils se frottèrent à ceux de Killen, juste avant qu’elle courbe le rachis ainsi que le chef pour le saluer dignement.


« Maître Limier. » Poussa-t-elle solennellement, avant de lui témoigner l’un de ses avenants sourires, comme pour le rassurer qu’il ne dérangeait pas.
Il lui adressa du tac au tac deux problématiques auxquelles elle aurait franchement préféré aborder aux matines, alors que la journée se faisait encore jeune. Elle se souvint lorsqu’elle sut pour Linaëh, de l’état d’âme dans lequel elle s’était plongée lorsqu’elle eut vent du conflit.


« À l’habitude, vos mots sont débordants de sagesse, Maître Limier. » Affirma-t-elle, lorsqu’il souleva le fait que la question se devait d’être traitée de manière imminente avant que l’Ambassadeur n’ébruite trop la nouvelle.

« Ces deux sujets ne méritent pas d’être soulevé sur le coin d’une table, ils sont trop conséquents … » Puis elle l’invita d’une main tendue vers le balcon, où deux assises patientaient leur venue. Là, perché dans le Grand Chêne, un magnifique panorama donnait sur leur précieuse Ardamir qui se faisait toujours arroser par une abondante quantité de pluie glaciale. Heureusement pour notre duo, de gigantesques feuilles bleutés accrochées à de démesurés rameaux couvraient ce menu coin de paix. Lorsqu’il s’y déplaça, elle emboîta elle-même le pas pour prendre place à ses côtés, de suite après avoir préalablement jeté un coup d’œil sur sa Maison.

« Parlons d’abord de Linaëh. J’ai eu vent des affronts qu’elle fit envers les rescapés d’Éraison. On m’a aussi raconté que Linaëh avait brillé par son absence de troupes au combat … Mais avant toutes choses, comment se porte Sedhen, dites-moi ? » Elle avait certes débuté durement en étalant les deux fautes majeur de la citée en perdition qu’était Linaëh, mais son côté empathique lui obligeait de s’enquérir de l’état de l’Ambassadeur.

« Kÿria soit louée, je n’ai pas eu le malheur d’être soumises aux horreurs d’Éraison, mais Sedhen … Il doit être dévasté … Dites-moi que son état n’est pas pi que je le crois? »
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1359
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Limier ne mord pas la Main de son maître | Kaëlis   Dim 15 Jan 2017 - 0:28

La retenue et le calme de la Conseillère avait de quoi apaiser quelque peu le Limier. Elle agissait en consœur, non en amie, mais l'empathie qu'elle dévouait à son devoir était d'une régularité hors pair. En prenant en compte ces quelques points, il aurait put prévoir ses réaction aussi surement qu'il pouvait prédire que le soleil se lèverait. Et c'était là quelque chose que son obsession pour le contrôle et la compréhension appréciait au plus haut point.

Avec la plus grand courtoisie, il appuya son arc sur le côté du banc qu'on lui avait offert et s'assit en attendant qu'elle prenne place à son tour.

"A vrai dire, j'ai le sentiment que Sedhen se porte un peu mieux depuis cette altercation. Découvrir l'état d'Eraison l'avait... dévasté."

Par égard pour son ami, il tairait le fait qu'il avait attenté à sa vie plusieurs fois, mais son ton prenant ne laissait planer aucun doute sur la gravité de l'état dont il parlait.

"Il a sérieusement songer à se retirer des affaires publiques, mais faire face à cette capitaine de Linaëh lui a fouetter le sang, il n'y a pas d'autre mot."


Un sourire très léger et toujours assez distant avait craqueler la surface de son visage l'espace d'un instant. Puis était revenu sa contenance habituelle.

"Je ne dis pas non plus que tout va bien pour lui... Si vous l'avez croisé dans les couloirs, vous savez comme moi que son corps accuse une vieillesse qui n'était pas sienne il y a encore quelques ennéades. Mais nous en avons discuté plusieurs fois et il a réellement décidé de représenter les survivants et les morts d'Eraison pour que la mémoire de sa Cité natale ne meurt pas avec ses derniers représentants. Il s'est lancé dans la rédaction d'archives et pose par écrit le moindre souvenir avec une obsession grandissante. Je ne sais si cela lui passera à long terme, mais pour l'instant, cela lui redonne un peu goût à la vie et au travail... Et si la question subsidiaire était de savoir si oui ou non il pouvait encore soutenir la charge d'ambassadeur, je puis vous assuré qu'il est d'une grande efficacité pour gérer tous les problèmes des réfugiés et qu'il compte repartir superviser le déblaiement d'Eraison au plus tôt. Je ne peux que vous demander de ne pas lui retirer le seul socle auquel il se raccroche."

Il se racla faiblement la gorge. Son visage à la fois étrangement jeune pour son âge et couturé de cicatrices se tournant vers l'entrelacs de troncs, de branches et de passerelles serties de verre ou de lierre qu'étaient leur Cité. L'eau glissait sur les verrières au point de donner l'hypnotique impression qu'elles n'étaient plus qu'une forme de liquide mouvement maintenu en suspension par un charme délicat. Il ne se tourna pas vers son hôte lorsqu'il repris la parole.

"Mais c'est aussi cette abnégation à laquelle il s'agrippe qui me fait craindre ses réactions. Ce qu'a fait le Linaëh par l'intermédiaire de son capitaine l'a profondément marqué et je ne suis pour l'instant pas en mesure de le raisonner sur ce point. Quel que soit le fondement des propos que Linaëh défendra publiquement, il y a toutes les chances qu'il s'y oppose farouchement et fasse étalage des demandes indues qui nous ont été faites à Eraison. Provoquer des tensions supplémentaires entres les Cités avec les échos de ce qui se déroules sur les terres d'Eteniril en plus des menaces extérieurs serait un poids potentiellement mortel pour nous tous. Si l'avis d'Ardamir vas dans le même sens que celui de Linaëh, je me demandais donc s'il ne serait pas plus sage d'envoyer au Trône Blanc un message faisant état des tensions entre Linaëh et Ardamir pour prendre de l'avance sur les potentiels débats qui pourront avoir lieu à propos de l'incident durant les concertations au sujet de la reprise de contact avec les humains..."

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaëlistravaë Yasairava
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Âge : 28
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  598
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Le Limier ne mord pas la Main de son maître | Kaëlis   Dim 15 Jan 2017 - 2:44





S’attendait-elle vraiment à autre chose que ce triste discours concernant son ami Éraisonnien ? Tenue à l’écart de toutes les immondices de la guerre, seules les atroces histoires qu’on lui raconta lui permettait au couché, de s’imaginer en cauchemar ce que pouvait ressentir les rejetons de la guerre. En maintes fois elle avait pu constater les divers traumas que laissaient derrière eux de tels affrontements armés, mais de ses yeux vus, jamais elle n’en avait vu la réelle amplitude. Alors, tandis que Killen déblatérait sur le piteux état de son confrère, elle accorda une importance capitale à chacun des mots qu’il avait choisis, comme si leur pesanteur représentait le réel état de l’Ambassadeur. S’était-elle enquit de son état pour jauger de ses capabilités à œuvrer dans le cadre de ses fonctions ? En quelque part, un peu, mais il n’en restait pas moins qu’elle se faisait des soucis pour tous les siens, sans exceptions.

« L’idée de lui retirer la moindre de ses prérogatives ne m’est ne serait-ce qu’une seconde passée par la tête, Maître Limier. Mais si son état venait à se détériorer, gravement j’entends, nous serons dans l’obligation d’être réactifs. Son rôle est névralgique dans le rétablissement de sa Mère Patrie et, vous abonderez en mon sens j’en suis certaine, s’il advenait que son jugement soit altéré par … Une quelconque affliction mentale ou sentimentale, les répercussions pourraient affecter l’intégrité des travaux. » Elle marqua une pause, tandis que l’une de ses épaules roulait pour faire chuter quelques mèches immaculés à son dos, d’un air agacé.

« Cette idée me répugne mais il n’en faut pas moins écarter la possibilité. J’aimerais que l’on garde un œil dessus, si tant la chose nous est possible. Et loin de moi l’idée de l’espionner, seulement d’être tenue au courant s’il venait à agir étrangement … Vous comprenez ? » Le questionnant, en déposant vers lui ses mires lapis-lazulis, la voix toujours teinté de sa fidèle empathie envers les siens.

« Quant à la question de Linaëh … Je ne sais trop qu’en faire. Ardamir ne peut s’offrir la chance d’entrer en conflit avec une autre citée, cela nous coûterait trop et les temps de guerre nous ont suffisamment fait payer le prix de la vie. La question concernant une approche probable avec ces … » Elle se retint de laisser s’envoler une injure à l’intention des humains, se reprenant comme si rien n’était.

« Avec ces mortels, ne doit en aucun cas jouer avec la nouvelle tension avec Linaëh. Lorsque nous serons amenés à des pourparlers concernant ce sujet, nous nous devrons de choisir quelqu’un qui sera objectif et qui saura, en cas de panique, garder son sang-froid envers notre nouveau démon. » Elle glissa son regard vers l’horizon, se faisant surprendre par quelques courageuses gouttelettes qui glissèrent le long des nervures d’une feuille pour s’échouer sur ses genoux.  

« Dites-moi Killen … » Comme pour aborder une autre facette du débat sur la citée couarde. « Nous sommes littéralement enterrés sous le labeur. Vous plus que les autres savez comme Ardamir est tourmentée, que les soucis de cette dernière enflent un peu plus chaque jour alors qu’ils devraient s’apaiser. Alors, maintenant que nous nous sommes fait mordre par ceux que nous croyions amis, que devrions-nous faire ? »

En quelque part, Kaëlis redoutait la réponse de Killen. Éternelle fervente de paix,  l’idée de devoir demander aux soldats de reprendre les armes la dégoûtait et, au fond d’elle, elle espérait qu’il lui suggère quelque chose de bien plus passif. Mais au final, il n’en était pas moins que ceux qu’ils considéraient comme leurs égaux, avait enfoncé lâchement leur coutelas dans le dos d’Éraison, pour ensuite venir y cracher dessus. Ils se devaient de réagir, mais comment ?

Ils se devaient de régler la question, avant d'aborder un sujet plus abjecte encore : les humains.




Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1359
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Limier ne mord pas la Main de son maître | Kaëlis   Mer 25 Jan 2017 - 22:30







Le Limier acquiesça avec un fin sourire intérieur. Considérer les Eraisonniens comme d'une patrie différente... Voilà ce qu'il n'avait pas eu souvent l'occasion d'entendre depuis la prise de sa charge. Dragan étendait son peuple à tous les êtres pensant et non belliqueux qui peuplaient ce monde. Halyalindë le restreignait à toute forme d'elfe, ce qui était déjà plus sensé. Mais le restreindre à une seule cité, voilà un avis qui n'avait pas du être exprimé avec une telle simplicité depuis biens des années. Les mots prononcés au détour d'une conversation en apprenaient tellement plus loin que les discours et les positions affichées. Ce n'était pas un reproche qu'il avait au coeur, juste une information qu'il stockait avec attention dans son impressionnante mémoire.

« Je vous prie de me croire lorsque je vous dit que dès le moment où je le jugerai incapable d'assumé sa tache, vous, Mère Vaëlie et lui serez les premier informés. »


Mais la question qui suivit ne manqua pas de le désarçonner...

« J'ai peur de ne pas saisir de qui vous parlez... »

Il ne savait trop si elle s'était soudainement mis à parler de certains Noss ou si autre chose animait son esprit... Linaëh ? Le roi de Péninsule que Dragan et Dyarque avaient essayé de contacter ? L’absence d'implication d'Holimion dans la guerre ? Les changements de plans de Daranovar ?

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaëlistravaë Yasairava
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Âge : 28
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  598
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Le Limier ne mord pas la Main de son maître | Kaëlis   Ven 27 Jan 2017 - 17:32




Elle souleva sa main immaculée, délicate et toute légère, pour chasser maladroitement quelques mèches blondes qui barraient son visage. Un sourire un rien gêné ponctua son gracieux faciès, un brin malaisé de ne pas avoir été comprise. Il est vrai que les sujets de tourmenteurs en Ardamir ne manquaient pas, ils pullulaient en grands nombres même. Or, elle corrigea le tir en s’adressant à lui dans la même douceur qu’auparavant.

« Linaëh. L’acte de trahison qu’ils ont commis envers nous, comment devrions-nous répondre à un tel affront ? Notre ami fût profondément blessé par eux et, tôt ou tard il demandera réparation. Or, sur quel pied devrions-nous danser ? » Elle s’exprima de nous en images, comme si les sujets litigieux ne semblaient pas sa spécialité et qu’un malaise certain l’habitait lorsqu’il était question d’en soulever les enjeux.

« Je me sens profondément impuissante face à ce genre de situation. D’une part, j’aimerais focaliser nos énergies à la reconstruction d’Éraison, redonner un toit où vivre à tous nos semblables, alimenter leur soif de revoir leur citée reconstruite et d’en récupérer son prestige d’antan … Tandis que d’une autre part, j’épouse l’envie de punir les agissements du Linaêh … » Elle laissa planer l’idée, un moment songeuse, se surprenant d’en avoir soulevé la possibilité.

« Nous n’avions pas besoin de ce genre de comportement, Killen. Pas maintenant. » Elle sembla un moment affectée par la situation. Peut-être se montrait-elle trop sensible, après tout, pour ce genre de poste. Où était-ce parce qu'elle se permettait d'être plus émotive, sachant que le maître Limier aurait sans doute une solution à lui proposer ?


Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1359
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Limier ne mord pas la Main de son maître | Kaëlis   Mar 31 Jan 2017 - 0:19

Killen hocha la tête à la précision, prenant le temps de penser à la situation, pesant sûrement le pour et le contre non seulement en tant que Seigneur Limier, mais également en tant qu'ami. Pourtant, une fois de plus, son visage ne laissa pas paraître la moindre émotion lorsqu'il fit l'état des lieux :

« Les querelles personnelles ne sont pas les affaires d'Ardamir. La rancoeur de Sedhen ne doit pas être prise en tant que telle mais en tant que réponse à un affront fait envers les rescapés d'une Cité moribonde... J'étais là, Kaëlistravaë. Cette capitaine a nié toute la difficulté qu'à représenté la défense du front. Elle a nié le gouffre que représente les pertes que nous avons subit. Notre armée est réduite à moins de la moitié de ses effectifs habituels avant Ellyrion. Et le pire c'est que nous nous ne sommes pas les plus à plaindre. Proportionnellement parlant, les pertes de l'armée royale et des autres armées ne s'étant investi que dans un des nombreux conflits que nous avons essuyé sont plus nombreux, sans même parlé d'Eraison et des pertes civiles. »

Son regard était indéchiffrable comme toujours. Son objectivité paraissait à la fois totale et implacable. Un juge tel que craignait les plaignants les plus honnêtes.

« Aussi je pense que nous devrions prévenir le Haut Conseil du comportement de Linaëh afin que tous en soient informé et que cela ne se transforme pas en querelle de cité à cité. Ardamir ne punit pas. Nous n'avons ni la puissance de frappe pour une attaque, ni le poids des ressources primaires de notre côté. Cela n'a jamais été ni notre rôle, ni notre façon de faire. Alors... »

Trois coups frappés à la porte interrompirent le Limier. Attendant la réponse de la Main, un messager attendait prudemment derrière le battant, prêt à délivrer l'ordre qu'on venait de lui donner pour le Seigneur Limier que quelques personnes avaient vu entrer là un peu plus tôt...

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaëlistravaë Yasairava
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Âge : 28
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  598
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Le Limier ne mord pas la Main de son maître | Kaëlis   Mer 1 Fév 2017 - 17:03





Si le regard impassible du Limier ne démontrait aucun attachement ou ressentiment face aux dures réalités qu’il étalait de long en large dans le privé de leur discussion, il en était tout autrement de la régente. La pointe de ses doigts pianotait sans rythme sur sa gambette, tandis que sa mâchoire se resserra involontairement lorsqu’il en arriva au chapitre sur les pertes civiles. Ses yeux par contre, ne dévièrent point, toujours plantés gravement dans ceux du mestre Limier.

« Je vous crois sur parole, Killen. » Rassura-t-elle le Limier, de sorte à ce qu’il poursuive en lui assurant sa compréhension.

Puis il continua en lui faisant part de ses conseils, avisés comme toujours, jusqu’au moment où ils se firent interrompre par un trio de cognement contre la porte. Aussi préféra-t-elle enchaîner pour mettre court à la conversation, puisqu’elle semblait de prime abord avoir saisi ce qu’elle devait faire pour répondre au dernier questionnement dont elle lui fit part.


« Alors c’est ce que je vais faire, Killen. Le Trône Blanc sera mis au goût du jour en ce qui attrait la querelle qui s’est produite à Éraison. Pour l’heure, je crains que vos obligations vous tiennent loin de moi, mon ami. Vous êtes attendu, d’autres sont affamés  de réponses à leur problèmes et requiers de vos judicieux conseils. »

En toute grâce, elle se redressait et s’approchait de la sortie, comme pour le raccompagner jusqu’à la sortie, avec le respect qu’elle lui devait. Puis s’affichait à son faciès au teint laiteux, son éternel sourire avenant et reconnaissant.

« Vous m’êtes d’une précieuse aide Killen, merci. Puissiez-vous passer une agréable fin de journée, mon ami. »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Limier ne mord pas la Main de son maître | Kaëlis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Limier ne mord pas la Main de son maître | Kaëlis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La main invisible
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Petit poisson mord à l'hameçon... [Jared] ?
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Ardamir :: Ardamir (Cité)-
Sauter vers: