AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  C'est par la foi qu'il vint s'établir dans la terre promise... [Gorkim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Judith d'Hardancour
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 194
Âge : 23
Date d'inscription : 15/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans
Niveau Magique :
MessageSujet: C'est par la foi qu'il vint s'établir dans la terre promise... [Gorkim]    Jeu 26 Jan 2017 - 0:27

Date : an 9, 3ème énnéade de Barkios.


“Madame, la délégation des nains !”

Le trône du marquis siégeait vide, et Judith attendit debout. La place de droite, qui lui fut naguère réservée, n’était plus sienne depuis quelques semaines déjà. Mais cela n’était guère un problème. Elle avait encore son salon. Mais au vu des trois personnages, aussi trapus qu’ils étaient barbus, à la démarche caractéristique et bruyante, Judith douta fortement que le salon Estréventin pût les impressionner en quelque façon que ce soit.

“Maîtres.”


Elle dévisagea chacun des nains avec attention. Elle reconnaissait Gorkim Hargrund, qui était l’un des nains qui avait pris la parole le premier jour de leur demande d’asile, mais elle ne retrouvait point celui qui s’était présenté comme meneur de la troupe. Bien étrange coutume, que de changer de diplomate à tout bout de champs. Mais elle garda en tête l’idée que ces nains pas n’étaient forcément ni les plus fortunés ni les plus respectés -d’autres plus cyniques que Judith penseraient respectable- que leurs confrères de Nanie. Mais au moins, ils avaient la figure plus brave et honnête que ces gens de Külm.

“Je suis désolée de vous reconvoquer aussitôt après votre retour de Sainte-Berthilde au Monts Corbeaux. Comprenez qu'une femme et fils nécessitent un temps pour pleurer la perte de leur proche, et que les peuples humains tendent à accorder aux endeuillés une période de grâce. Néanmoins, votre présence aux obsèques m'a été rapportée, et ne fait que conforter mon opinion sur votre qualité de prud'hommes -si je puis me permettre l'expression- et de personnes de bonne foi et morale.”

L’on ne pourrait en dire autant des arétans, ajouta-t-elle in petto.

"Bien, allons aux faits," demanda-t-elle au triumvirat. "Il me semble que Cantharel n'ait reçu nul nouvelles ou doléance de votre part depuis votre arrivée aux Monts Corbeaux. Aucun trouble ou problème à recenser de votre côté ?"


Dernière édition par Judith d'Hardancour le Ven 10 Fév 2017 - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gorkim Hargrund
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 170
Âge : 15
Date d'inscription : 07/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 78 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: C'est par la foi qu'il vint s'établir dans la terre promise... [Gorkim]    Ven 27 Jan 2017 - 3:38


C'était la deuxième fois en deux ennéades que Gorkim allait à Sainte-Berthilde. Mais il n'avait pas à se plaindre, depuis que les nains s'étaient procurés deux poneys, ils pouvaient voyager beaucoup plus rapidement ; et cette fois ci, le forgeron se rendait à la capitale du marquisat pour une raison tout autre. Il avait été invité par la marquise, la dame d'Hardancour, qu'il n'avait pas vue depuis son arrivée en ces terres, c'est-à-dire depuis presque deux mois. Le nain, après son lot de sentiments et d'émotions étranges suite à la mort de Godfroy, se sentit plus heureux d'aller rencontrer la personne qui l'avait accueillit sur sa terre.

Il n'avait pas trop idée de comment se sentait Judith et n'avait pas trop envie d'y penser non plus. Gorkim se rendait à Sainte-Berthilde pour une seule chose : négocier. Enfin, c'est l'impression qu'il eut lorsqu'il lut la lettre que la marquise lui avait envoyée. Il y était seulement écrit que le nain était invité à Cantharel pour une « convocation officielle ». Il se dit donc qu'on y parlerait de choses sérieuses et donc, peut-être, qu'il s'agirait de négociations. Ce serait la troisième fois qu'il aurait négocié et en était un peu épuisé.

Le nain était donc en chemin ; il était d'ailleurs accompagné par deux de ses compagnons, ses aînés également : Thur Marche-Sang et Jua Fier d'Or. Gorkim se sentait donc en bonne compagnie, mais quand même un peu moins confortable qu'avec Kral. Or il était parti et Gorkim commençait à le regretter.

Les trois entrèrent finalement dans la ville. Le forgeron était rendu plutôt habitué, mais c'était la première fois que ses deux confrères y allaient. Un peu plus tard, ils purent entrer dans Cantharel. Une charmante et accueillante ambiance y régnait. Ce n'était certes pas aussi majestueux que les grandes constructions naines, mais on s'y plaisait bien.

La marquise s'adressa directement à Gorkim. « Surement parce qu'elle me connait déjà », pensa-t-il. Et puis, les autres membres du clan lui accordaient bien la responsabilité de la diplomatie avec les humains, depuis que l'ancien Thane était parti.

« Je comprend parfaitement que vous aiyez besoin de temps pour faire votre deuil, madame, et si ma présence lors des funérailles de votre mari peut améliorer notre réputation, tant mieux »
, dit Gorkim.

En réalité il trouvait que la dame d'Hardancour avait fait son deuil bien vite, ou sinon qu'elle cachait remarquablement bien sa peine pendant leur rencontre.

« Nous n'avons pas à nous plaindre de grand chose, continua-t-il, après que Judith lui ait posé sa simple question, en regardant ses compagnons. Excepté le fait que les préjugés sur les nains - et surtout sur les nains de Külm, auxquels les gens pensent que nous ressemblons -, tout va pour le mieux ! dit-il, sur une pointe de sarcasme. »

Il marqua une pause, réfléchissant un moment à ce qu'il pouvait bien demander et ce que son clan avait dû rencontrer depuis qu'ils étaient arrivés. Le nain remarqua également qu'il n'avait pas l'air d'y avoir de négociation en vue. Ou la marquise cachait peut-être une demande derrière une fausse opportunité accordée aux nains.

Gorkim poursuivit : « Nos excavations avancent rapidement grâce aux humains. Nous venons en vos et leurs terres, alors nous nous efforçons de respecter tout le monde. Nous aimerions donc recevoir tout autant de respect. »

Mais le forgeron savait bien que la marquise ne pouvait pas faire grand chose contre les préjugés et les habitudes. Après tout, à part à Külm, il n'y avait jamais eu - et avec raison - beaucoup de nains en Péninsule. Gorkim se creusa de plus belle les méninges avec Thur et Jua. Et puis, naïvement ou pas, c'était l'occasion de demander quelque chose à la marquise !

« Comme nous venons de dire, nous n'avons pas à en demander beaucoup. Mais j'aimerais savoir... s'il serait possible de... vous payer pour devenir propriétaire de la parcelle de terre où nous sommes installés depuis bientôt deux mois. Peut-être faudrait-il payer au seigneur de Laraus, mais en tant que nains, le système féodal ne nous est pas idéal.  Ainsi, ça nous permettrait d'être, aux yeux de tous, méritant de la place que nous avons au sein de Sainte-Berthilde. »

Gorkim sentait qu'il commençait à trop parler - comme d'habitude. Alors il tenta de retourner tout de suite la situation : « Mais vous, madame d'Hardancour, pour que vous nous convoquiez seulement pour nous demander « comment ça va » dans les Monts Corbeaux, vous devez avoir autre chose à nous dire ? Qu'est-ce ? »
Revenir en haut Aller en bas
Judith d'Hardancour
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 194
Âge : 23
Date d'inscription : 15/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: C'est par la foi qu'il vint s'établir dans la terre promise... [Gorkim]    Ven 3 Fév 2017 - 0:05


Judith observa le seul nain de l'assemblée qui lui répondit, faisant visiblement office d'interlocuteur, tout en tentant de garder l'ensemble de la délégation dans son champs de vision. Tiquant à la froideur de la déclaration de Gorkim quand à la raison de sa visite à Sainte-Berthilde, la fille Hardancour mit néanmoins de l'eau dans son vin. Le nain avait une façon de parler particulièrement brute et franche; mais elle préférait cela au comportement de ces fesses-mathieu de Külm.

"J'eus préféré m'entretenir à ce sujet après déjeûner,
déclara-t-elle en réponse à la question de Gorkim, mais votre peuple préfère sans doute partager le couvert après les accords, aussi vais-je aller droit au but. Mais d'abord, permettez-moi de m'entretenir avec vous au sujet de vos revendications. Pour ma part, je peux me porter garante du fait que vous êtes différents de vos homologues arétans, bien plus malhonnêtes, voyous qui, figurez-vous, ont bien failli me duper lorsque je leur fis part de mes ambitions. Mais les pauvres gens des Monts Corbeaux ne connaissent rien de vous. Il fut un temps où la Péninsule hébergeait les gens de votre race avec hospitalité et empressement, mais il semblerait que depuis le Voile, et la mort du Roy de surcroît, les enfants de Néera ne soient devenus que de farouches gens, haïssant l'étranger autant qu'ils haïssent leur voisin. Nous comptons sur votre compétence, votre savoir-faire et votre génie afin de leur prouver le contraire. Et bien que vous ne puissiez point vous affranchir du système féodal -tout le monde s'y soumet, de par les lois et traditions du royaume, je peux néanmoins vous proposer un marché honorable, qui contribuerait sans doute à avoir une vie bien meilleure que celle que vous avez actuellement."

Judith s'éclaircit la voix. La proposition était particulièrement généreuse de son point de vue, et elle craignait d'en faire un petit peu trop pour des nains qui n'étaient sans doute l'équivalent de la roture nanique. Enfin, il valait mieux cela que rien ! Enfin une porte vers l'étranger. Bientôt une porte vers Thanor. Puis une autre vers les princes-marchands Thaarites. Et peut-être un jour, vers la mystérieuse Anaëh ? Judith n'avait point de scrupules à imaginer Sainte-Berthilde comme étant le nouveau Carrefour de la Péninsule. Elle en retirait même une certaine fierté...

"Sainte-Berthilde compte se tourner vers le Nord pour son commerce et ses richesses. Après une brève discussion avec notre fils le marquis, il semblerait qu'un accord d'échange entre nous et les nains du peuple Thanorite serait extrêmement intéressante pour les deux partis, pourvu que nous soyons à même de les convaincre. Les détails de l'entreprise sont évidemment secrets, mais si vous êtes intéressés par cette mission, vous me semblez être bien plus honorables que vos homologues de Külm, que j'ai du renvoyer chez eux pour duperie. Aussi, celui que vous choisirez pour l'ambassade sera richement rémunéré, et il est clair que votre peuples, maîtres nains, seront très certainement mis en avant si une telle négociation venait à porter ses fruits."


"Mais il y a autre chose encore, continua-t-elle. Il semblerait que le seigneur d'Eyroles, prud'homme en charge de l'un des ports et des forges les plus connus de la Péninsule en ce temps doré où vous négociassiez encore avec nous, ait décidé d'une entreprise colossale de revalorisation de la contrée. Peut-être que votre connaissance des pierres et des forges pourraient apporter grandement à la région, à votre réputation, et vous garantir une vie prospère sans le moindre doute. Permettez-moi de vous recommander les bienfaits d'une telle entreprise pour votre colonie, qui y trouvera richesse et renommée tant au sein de la guilde, qu'au sein d'Eyroles et du marquisat tout entier. Vous garderiez vos secrets et vos savoir-faire si vous le voulez, et pourrez embaucher des apprentis à votre service (Nains ou non, selon votre bon vouloir), construire votre artisanat dans des bâtiments aussi grand que les fonderies des princes marchand !"

Enfin, elle exagérait un peu. Mais juste un tout petit peu, si tout se passait comme elle le voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Gorkim Hargrund
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 170
Âge : 15
Date d'inscription : 07/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 78 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: C'est par la foi qu'il vint s'établir dans la terre promise... [Gorkim]    Sam 11 Fév 2017 - 2:14


Le nain se tenait encore debout devant la femme de haute droiture. Il écouta attentivement ses longues explications et fut bien d'accord avec le fait de « prouver le contraire » aux habitants des Monts Corbeaux et du marquisat. Les gens avaient bien vu ce qu'il arrivait avec des nains en Péninsule, mais Gorkim tenait aussi à faire savoir que son clan et lui n'étaient pas comme ceux de Külm. Et, en revenant encore plus sur ce qu'il avait dit, c'était entièrement à lui et à eux, les nains des Monts Corbeaux, de se faire respecter et de prouver leur valeur. Que pouvait bien faire la marquise pour cet aspect ? Rien, finalement.

Il attendit le reste de ses dires avant de répondre : « Je suis bien réjoui de votre proposition, dame d'Hardancour. » Gorkim regarda ses deux compagnons, qui semblaient acquiescer mais avec un fond de doute persceptible dans leurs yeux.

En effet, bien que cela ne parût pas énormément, Gorkim était content à l'idée d'avoir une vie meilleure. Pas que celle qu'il avait était détestable, mais qu'elle ne correspondait pas exactement à ses attentes. L'idée d'une ambassade était donc synonyme d'un voyage au Zagazorn. Certains nains du Kalanvarn, comme celui qui se trouvait à la gauche de Gorkim, Jua, ne pouvaient en aucun cas se permettre de remettre le pied dans cette contrée, mais Gorkim était sans doute celui qui avait quitté sa terre natale pour la raison la « moins suffisante ». Il était donc en mesure d'y retourner pour, possiblement, des affaires professionnelles, probablement...

Le forgeron regarda la femme, et lui dit : « Veuillez m'excuser, mais j'aimerais discuter en profondeur de cela avec mes compagnons pour quelques instants, madame. » Il se tourna, avec Thur et Jua, et ils se positionnèrent un peu plus loin pour parler de la situation.

« Je pense que c'est une bonne idée, avanca Jua en kazalid, la langue naine par excellence. Bien que je ne puisse pas retourner au Zagazorn, encore moins à Thanor, je pense que ça nous permettrait de nous enrichir un peu et de monter dans l'estime des gens. »


« Que penseront les autres ? » demanda également le joaillier en parlant des autres membres du clan. Gorkim lui répondit alors que, selon lui, cela n'aurait que peu d'incidence sur la colonie, puisque la personne qui irait à Thanor avec Judith — ils pensaient effectivement faire un voyage diplomatique — serait seule à y aller, en l'occurence lui-même, car le forgeron s'était proposé aux deux autres et pensait pouvoir faire le voyage, car c'était le nain qui avait fait le moins de « bêtises » avant de devoir quitter la Nanie (même si dans son cas c'était par choix). Bref, c'est lui qui irait là-bas. Thur semblait également d'accord ou, du moins, ne manifestait pas son éventuel désaccord. À peine quelques minutes plus tard, les trois retournèrent voir Judith, qui ne sembla pas avoir bougé depuis.


À cause du fait que les nains n'étaient pas certains à cent pour cent, ils posèrent donc la question à la dame qui se tenait devant eux pour avoir une réponse claire : « Cela impliquera-t-il un voyage dans un court délai de temps ? »

Sans attendre la réponse, Gorkim enchaîna immédiatement avec la proposition qui suivait, soit celle de l'alliance économique avec la seigneurie d'Eyroles.

« Effectivement, commença le nain, j'ai pu acquérir beaucoup de connaissances en forgeage et en armurerie depuis le début de mon apprentissage à Kirgan. Et, sans vouloir me vanter, les forgerons nains sont très reconnus à travers Miradelphia pour la qualité de leur travail et ce n'est pas peu dire. Je ne suis cependant pas à la hauteur des grands maîtres forgerons nains, certes, mais je pense que je fais quand même du très bon travail. Bref, je peux surement faire bénéficier les forges d'Eyroles de toutes mes compétences puisables dans ce domaine. Je serais également très heureux d'y travailler, car je n'ai pas encore ma forge personnelle dans les Monts Corbeaux en raison des travaux d'escavation encore en court. Mais la longue distance entre cette ville et notre demeure, plus grande qu'entre notre demeure et Sainte-Berthilde, risque d'être problématique... »

Le nain avait arrêté de parler, sans vraiment finir sa phrase, et semblait désormais dans ses pensées en fixant le fond de la salle derrière le ventre de la marquise.
Revenir en haut Aller en bas
Judith d'Hardancour
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 194
Âge : 23
Date d'inscription : 15/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: C'est par la foi qu'il vint s'établir dans la terre promise... [Gorkim]    Mar 23 Mai 2017 - 15:15

"Il n'est nul doute que vous serez compensé pour le préjudice subi, maître nain. Il me fait grand plaisir d'entendre votre décision. Je vous enverrai une missive dès que je serais prête à partir pour Eyroles; et vous y inviterai à me rejoindre. D'ici là, je vous souhaite bon courage, car l'entreprise se montre être de taille... Mais je ne doute pas de vos capacités à relever ce défi."

Sur ce, Judith salua poliment les interlocuteurs, les invitant à rester jusqu'au lendemain et aussi longtemps qu'ils veulent, à Cantharel, pour se reposer. Et après avoir congédié les protagonistes, elle s'eclipsa donc pour régler les derniers détails d'une entreprise que tout le monde avait pensé oubliée depuis longtemps...

HRP : Ceci clot le RP, avec un mois de retard, sorry gorkim. La suite donc à Eyroles
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est par la foi qu'il vint s'établir dans la terre promise... [Gorkim]    

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est par la foi qu'il vint s'établir dans la terre promise... [Gorkim]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FB]Quand Will vint en aide à Régina...
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» SHREK 6 ans type Bichon beige (Dépt 78) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: