Partagez | 
 

 Où les regards se brouillent, Hostilité, Alliance | Lah'zarr

Aller en bas 
AuteurMessage
Khernal Baenfere
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 137
Âge : 18
Date d'inscription : 17/05/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  428 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Où les regards se brouillent, Hostilité, Alliance | Lah'zarr   Ven 27 Jan 2017 - 20:43

Bàrkios, Deuxième ennéade de l'an Neuf du Cycle Onze,
Puy d’Elda, Sanctuaire de Valas

Ghil faer zhah jabbuk. Dosstan, nika, dos sultha l'thac'zil d'Valas Tal'Berith.
Ici la magie est maîtresse. Incline toi, étranger, tu entres en terre de Valas Tal'Berith.

Par ces mots l'on accueillait les inconnus des arcanes sombres. Sur une arche que des Cycles avaient façonnée, l'inscription trônait en l'honneur de la Chimère qui vengea le Père des Batailles. On s'inclinait devant ces paroles gravées dans les plus profondes cavernes de la demeure d'Uriz. Où la Toute-Puissance magique de l'Elda prenait tout son sens, on entrait dans la demeure des mages. L'Erkd'Fe Renor.

Khernal avança dans les grottes sinueuses, jusqu'à ce que sa torche ne suffise plus à vaincre les ténèbres. Une brume obscure l'enveloppait. Ici, nul étudiant ni mettait les pieds. Ces chemins n'étaient empruntés que par de rares prêtres de Valas et des mages vaincus par leur curiosité dévorante.
Une lueur apparut au bout d'un long corridor. Une grande salle s'ouvrit devant lui. La pierre à nue se refermait en une coupole au dessus. Quelques discrètes silhouettes se glissait dans l'ombre, sans jamais s'aventurer loin des parois. Au centre de la Chambre trônait un autel finement ciselé. Une seule flamme en son centre, avalée dans la gueule de la Chimère. Valas Tal'Berith, miroir brisé de la magie Sylvaine. Une essence pervertie par les Eldéens à qui l'on donnait corps ici.

Bien éloigné du Temple officiel dans la Chambre Magmatique, la salle s'élevait au plus proche du Noeud Magique découvert par les Prima Sanguis. Elle était un lieu gardé secret par les prêtres de Valas où il pratiquait leurs sombres arcanes à l'abri des regards. Le Ditronw Da're n'y était que rarement invité, bien que ce lieu lui fut connu.

Khernal garda le silence un long moment. Sa robe frottait la pierre au rythme que ses pas imposaient. Les yeux étaient tournés vers lui, dans l'Ombre. Il sentit tous ces Athiyk hostiles concentrés sur le Sien. Il n'en avait cure. Pour la première fois depuis la venue de la Traitresse, le C'nros renouait avec le Temple. Une étincelle pouvait embraser les brulantes braises laissées par Y'Shahinn Nehleän. Ses pas l'amenaient vers la Statue au centre. L'énergie pulsait tout autour, imbibée des sacrifices magiques des adeptes. Nul ne contemplait Valas Tal'Berith sans faire un don. Le Ditronw Da're s'agenouilla devant la Chimère. Pour la première fois depuis bien longtemps, dans sa prière résonnait les accents de la sincérité. Et dans son verbe il insuffla son offrande au Dieu de la Magie : une part de son énergie. Le Ditronw Da’re se releva. Son regard accrocha les yeux incandescents d’un Noirelfe, qu’il toisa volontairement.

"– La Voix du C’nros vient à la rencontre de celle de Valas. Montrez-vous, Prêtre de la Chimère, que nous effacions les différents qui nous écartent. "

Ses paroles brisèrent le silence sacré qui régnait en ces lieux. Il avait eu leur hostilité, il avait à présent leur courroux. Il était sur leur territoire. Et dans cette pièce, autant d’adversaires potentiel que de mages talentueux. Le Culte de Tal’Berith approchait la magie d’une manière bien différente que le C’nros, pourtant ils pouvaient se comprendre. Après des années d’instabilité, instaurée par une femme à qui l’ambition avait fait perdre toute raison, la tension entre les deux institutions était au plus haut. Et pour bien des motivations le soutien de Lah'zarr Symryvvin se trouvait indispensable. On savait bien peu de choses de ce drows mystérieux resté dans l’Ombre lors des dérives de la Traitresse. Khernal n’ignorait pas qu’il eut quelques siècles d’errance en pays Vaanis, mais cela était bien la seule information qu’il pouvait se vanter de posséder.

L’écho de sa voix mourut sur les parois nues. Dans le silence, le Ditronw Da’re patienta, sondant les Athiyk en attendant celui qui s’avancerait.
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t20272-qiryah-sol-dorn-juste-pour
Lah'zarr
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 20
Âge : 27
Date d'inscription : 05/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  846 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Où les regards se brouillent, Hostilité, Alliance | Lah'zarr   Ven 10 Fév 2017 - 13:21








L’une de ses mains lourdement ornementée se leva avec flegme quand son pieu camarade tenta d’argumenter les raisons de son irruption dans l’antichambre où se retirait fréquemment l’intermédiaire du Grand Démiurge. Les multiples bagues s’entrechoquèrent en quelques tintements précieux quand le sombre replia ses doigts élancés, faisant signe qu’il n’avait nul besoin de s’exprimer.

« Usstan zhaun.  Je sais. » Ajouta Lah’zarr de sa voix profonde et caverneuse, en un souffle généreux, avant de se dégager avec lenteur de la pesante assise qui le retenait captif. L’initié se racla la gorge de contrariété, il aurait en effet été difficile de dissimuler quoi que ce soit au grand Œil de l’Ouroboros, dont la prescience dépassait ses pairs et leur rapport au monde si aveugle. Et puis, il s’attendait à cette venue, sans pour autant pouvoir présager du moment de cette rencontre, il était inévitable que le successeur de celle qui heurta les principes pourtant immuables de l’antique Elda vienne à son tour se frotter au culte encore meurtri.
Avec les habituelles préoccupations bellicistes du peuple d’outreterre,  le conflit Elfico-Drow avait accaparé de son voile toutes les attentions ainsi que les présences, laissant alors le Puy glisser au ralenti sur le fil du temps. Le Ditronw Da’re avait même tenu un rôle d’importance dans l’ultime entreprise initiée par les esprits affutés de l’Etat-major, ce qui faisait de lui une sorte d’Héros de guerre au cœur de ce sentiment général de déroute, ardu à encaisser. Le Haut-Prêtre, comme à son habitude, se voulait insensible à cette déception. Il était notoire que le personnage malgré son importance, ne daigne donner le moindre avis sur les entreprises – souvent caduques – de ses fougueux confères. La lassitude avait envahi son être depuis plusieurs siècles, et une débâcle de plus, aussi médiocrement flatteuse et lourde de pertes puisse-t-elle être, ne faisait qu’attiser son indifférence. Les mois passés faisaient revenir avec eux les rescapés de la défaite, et le volcan s’emplissait à nouveau de sa population amoindrie.

« Il est au Sanctuaire de l'Erkd'Fe Renor, n’est-ce pas ? » Demanda le Daedhel, pleinement conscient de l’issue positive de son interrogation. L’autre acquiesça silencieusement, avant de disparaitre dans le boyau obscur menant à l’office du Maître du Temple. Ainsi, l’autorité du C’nros n’avait pas fait l’affront absurde de se présenter directement en la demeure de Valas Tal’Berith, ce qui était une bonne chose, autant pour lui que pour la teneur de sa sollicitation. Le terrain neutre de l’Etude Noire serait le berceau idéal de la tentative de réunion de la thaumaturgie.
D’un geste sec, le séculaire Drow referma le vieil ouvrage duquel il s’attelait à déchiffrer le contenu, pour discrètement remettre à plus tard son étude et prendre le chemin de l’académie, qu’il n’avait emprunté depuis maintes années.

Depuis l’exil de l’infidèle et surtout sa nomination à la tête de la Passion de la Chimère, les accès au théâtre du Savoir lui revenaient de plein droit. Et avec la place vacante de Prime Sorcier, le Symryvvin se voyait directement représenter les plus hautes instances de l’Art, charge d’ailleurs partagée avec celui qui mandait sa compagnie.
Alors qu’il pénétrait la nef creusée à même le basalte, ses sens fourmillèrent en une immense vague d’émotions auditives et visuelles, les essences magiques des êtres du lieu devenant moult lueurs et tonalités, avec des intensités variant selon la puissance de leur don. Parmi ces éclats un brillait d’une clarté sans pareille, telle une étoile plus brûlante que les autres, autant par son aura propre que parce que sa détection était désirée du Grand Mage. On considéra d’un œil curieux cet élancé individu encapuchonné effleurant de ses pas d’ombre le froid et rocailleux plancher. Peu importait qu’on le  reconnaisse ou non, son manteau d’améthyste ténébreux et sa démarche résolument trainante trahissaient déjà sa distinction. Cela faisait plus d’un demi cycle que Lah’zarr n’avait foulé le sol de l’Etude Noire, et ce déplacement initierai peut-être son plus fréquent retour. Khernal Kre’Nael se trouvait là, devant l’allégorie figée du Dieu, qu’il devait certainement regarder de ses yeux pourpres.

« Quand le couffin braille et s’agite, les ascendants accourent. »  Lâcha le Haut-Prêtre avec sarcasme, autant pour signifier sa présence qu’une infime part du fond de sa pensée. Avançant jusqu’à être à hauteur de son jeune homologue, il poursuivit.
« J’espère ne pas vous avoir trop fait attendre. Le retour au Puy du Ditronw Da’re doit certainement s’accompagner de pléthore d’indisponibilités. J’ose croire que votre temps est précieux, malgré nos prépositions à nous éterniser. Nous ne nous sommes jamais rencontré, Preux Seigneur de Guerre, mais nul besoin de nous en remettre à de formelles présentations. Si je puis me permettre ces mots,  je vous attendais. »




Revenir en haut Aller en bas
 
Où les regards se brouillent, Hostilité, Alliance | Lah'zarr
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [10/02/2015] Le début des hostilités
» L’hostilité du Président René Préval envers les Masses Populaires.
» Hostilités de Narda [GUERRE]
» Hostilités paradoxales ft. Mystogan
» Hostilité de Teirm [GUERRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: TERRES DE L'EST :: Cité d'Elda-
Sauter vers: