AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 511
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   Mer 8 Fév 2017 - 15:34

<< Arrivé à Beaurivages
<< Journée détente


1er jour de la 3e ennéade de Barkios
9e année du XIe Cycle

L'ombre s'était abattue sur les côtes de Missède. Dans sa chambre d'enfance, Cécilie écoutait avec un sourire le lourd flux des vagues contre la falaise en contre bas. Elle bénissait depuis toujours le hasard qui avait voulu que sa chambre soit orientée vers le large. Les courants d'automne agitaient la mer. Elle avait éviter le gros temps de peu lors de son voyage...

Le lendemain de leur arrivée, le temps s'était gâté. Alors que Colombe et elle allaient se promener en ville autant pour le plaisir que parce que sa cadette lui avait fait promettre de passer du temps uniquement avec elle, laissant également à Rose l'occasion de respirer quelques heures, elles avaient été surpris par une averse glacée. Des seaux d'eau froide, voilà ce qu'avait été la pluie sous laquelle elles étaient rentrés... A pied bien évidemment... Si elle-même avait éviter le coup de froid, sa jeune sœur s'était retrouvée avec de la fièvre et le nez prit dès le lendemain matin...

Aussi, au lieu des quatre ou cinq jours qu'elle pensait rester là le temps de se faire une idée un peu plus précise de la situation du Comté que ce qui lui parvenait depuis l'outre-mer, elle s'était résolue à allonger son séjour le temps d'être certaine que ce mauvais rhume ne se transformerait pas en pneumonie ou pire encore. Chaque matin, elle priait avec les chapelains, tout comme son frère, mais le reste de la journée était bien calme.

Trois jours s'étaient écoulés depuis leur arrivée lorsque les médecins furent formels sur la guérison de la jeune demoiselle. Sa toux mettrait du temps à s'estomper, mais elle ne craignait absolument rien. Comme prévu, Cécilie avait pris connaissance du plus gros des nouvelles... Qui étaient rarement bonne de surcroît. Mais elle avait un peu de temps encore à passer ici... Et n'avait toujours pas pris le temps de parler à Jindanor.

… Cette fois pourtant, elle ne pouvait plus trouver d'excuse. Loin de Nelen. Loin de son mari. Loin de son père. Loin de ce navire rempli d'oreilles indiscrètes. Elle pouvait parler librement. Elle le devait, même. Sinon elle ne se le pardonnerait jamais.

Aussi, malgré l'heure tardive, n'était-elle pas encore en négligé.

L'automne tirant vers sa fin, la nuit tombait tôt. Elle le sentait à la différence de l'air, la chaleur qui ne se diffusait pas de la même façon. Les bruissements extérieurs qui n'étaient pas les même. Pour économiser les bougies, on mangeait plus tôt également. Les veillées n'en étaient que plus longues. Alors elle comptait bien profiter de celle-ci pour faire une sortie touristique un peu spéciale.

Elle avait demandé à Colombe de s'assurer que le temps avait été suffisamment mauvais pour que le phénomène se produise et qu'il était à présent assez clair pour que personne ne risque rien en allant l'observer. Joie, elle avait eut la confirmation qu'elle attendait.

Le repas était passé depuis deux bonnes heures lorsque Rose pénétra dans la chambre dépourvu d'éclairage, une bougie à la main. Cécilie, un sourire enfantin sur les lèvres, l'accueillit avec empressement.

- Tu as donné l'ordre ?
- C'est fait.
- Et Gaël ?
- Il est prévenu, il ne s’inquiétera pas.
- Tu sais ou est Jindanor ?
- A priori dans ses appartements.
- Qu'attendons nous alors !
- Cécilie...
- A non. Tu me l'as promis. Tu n'as pas le droit de changer d'avis maintenant...

La mine déconfite de la musicienne arracha un soupire bienveillant à sa suivant. Fallait-il qu'elle l'aime pour céder à chaque fois... Mais il fallait bien admettre qu'elle ne pouvait pas choisir chacun de ses faits et gestes à sa place... Hélas...

-Très bien... Comme vous voulez, ma Dame. ajouta-t-elle sur un ton ironique qui ne manqua pas de faire légèrement rire Cécilie.

Rose, par habitude, remis en ordre la tenue de son amie, ajustant son épaisse robe de laine grise, vérifiant que sa chemise ne dépassait pas. Une cape fourrée sur les épaules, un bâton de marche ouvragé dans la main gauche et elles s'aventurèrent dans les couloirs jusqu'à la chambre d'invité qu'elles cherchaient. Trois coups rapides heurtèrent le battant de bois épais.


Dernière édition par Cécilie de Laval le Lun 13 Mar 2017 - 10:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jindanor Numanor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 414
Âge : 21
Date d'inscription : 06/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans (988ème année du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   Jeu 9 Fév 2017 - 10:44




Jindanor était assis à son bureau, enfin du moins celui qui était déjà présent dans la chambre qu'on avait dénier lui accorder. Il lisait, encore à cette heure, un chandelier à trois branche portait sur lui trois bougies de taille modestes, leur cire coulait le long de leurs tiges pour venir s'écraser dans le réservoir lorsque la chaleur le leurs permettaient.

Il était ici depuis la fin du repas, qu'il avait toujours trouvé aussi froid que lors du premier, bien que Gaël lui offrait moins du regard meurtrier, le reste ne parlaient pas pour autant d'affaires qui l'intéressaient outre mesure..
Aussi alors qu'il était plongé dans une lecture beaucoups moins entraînante que d'habitude, (L'histoire des terres d'Oësgard, pour vous donner l'idée de l'ouvrages) trois coups vinrent le faire relever le nez de son livre, il était encore vêtu mais principalement par le miracle de sa curiosité qui n'avait pas voulue qu'il se dévête. Il regarda la porte, en haussant un sourcil un court instant, trois coups vinrent retentir de nouveau, ce qui le fit donc s'assurer qu'il n'était pas juste trop fatigué et que son imagination lui faisait encore des tours.

Il se leva donc de cette chaise, la faisant reculer avec adresse sur le tapis en fourrure, ses jambes le portèrent en deux enjambées à la porte qu'il vint tranquillement ouvrir, avec un peu de prudence tout de même, se reculant suffisamment pour pouvoir voir venir un coups ou autre, après ce que lui avait dit Gaël il ne se sentait pas tout le temps en sécurité, et que l'on vienne lui rendre visite dans ses appartements à cette heure le sortait légèrement de l'ordinaire.

Mais lorsqu'il vu deux belles jeunes femme lui faire face de l'autre côté de cette porte, Jindanor ne put qu'afficher un sourire et un air franchement surpris.

"Mais...Que faîtes-vous donc là ? Il y a un problême ? " Demanda-t'il d'instinct, perdant légèrement son sourire, avant de tendre attentivement l'oreille.

"Ma Dame voudrait discuter avec vous, Sir." Répondit calmement Rose, avec un ton ironique proche du sarcasme en regardant Jindanor puis Cécilie, recevant un regard presque amusé d'un Jindanor qui ne pouvait réellement lui en vouloir que de sembler partiellement emmerder par la situation. Car c'était très certainement un peu vrai.

La pièce dans laquelle il se trouvait dégageait une légère odeur de diluant et de résine, celui-ci avait bel et bien sculpté dans ses derniers jours afin de s'occuper l'esprit, et d'ailleurs l'une des sculptures en question tenait sur la table de chevet de son lit, une montagne aux proportions plus qu'imaginaires, une forme arcquée lui donnait une allure de congère sur laquelle dominait une représentation de la Dame-dieu en effigie minuscule, beaucoups de soins avait été apporté à cette sculpture, et même si la voir en détail était compliqué, de cette distance l'on pouvait distinguer une sorte de porte aux architectures très nanique au pied de la montagne, creusant en son sein.

Jindanor attendit donc patiemment l'explication de cette visite tardive, bien qu'il n'en était pas du tout , mais alors du tout, contre.
Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 511
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   Jeu 9 Fév 2017 - 15:29

Rose hésita un instant à passer la porte, mais Cécilie n'avait pas l'air décidé à bouger. A la place, elle restèrent courtoisement dans le couloir.

« Étant donné que nous avons rencontré un Serpent de mer pendant la traversé, il me paraissait tout indiqué d'aller remercier la déesse. »

L'intention était on ne pouvait plus honorable... Mais le sourire quelque peu trop étendu pour être honnête... Surtout étant donné que cela n'expliquait pas l'heure de cette demande... Presque guillerette, elle brandit une perle trouée, visiblement ôté d'une parure.

« J'aimerai que tu te joigne à nous, je pense que ceci devait suffire pour notre obole à tous les trois... »



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jindanor Numanor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 414
Âge : 21
Date d'inscription : 06/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans (988ème année du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   Jeu 9 Fév 2017 - 16:17




Jindanor posa un regard quelque peu douteux sur Cécilie et Rose, mais pas un regard de reproche non, il en était juste deux cents fois plus curieux, un regard plein de malice pris possession un instant de son visage, avant qu'il n'opine légèrement du chef.

-Hé bien, je ne vois pas ce qui nous retient dans ce cas, il est certes assez tardif pour cela mais la prière de remerciement ne saurait attendre plus longtemps. Jindanor tendit légèrement sa main vers l'extérieur, comme pour inviter ces dames à prendre les devants, celui-ci se tourna sur le côté s'emparant de l'éternelle peau d'ours, qu'il avait fait quelque peu rapiécer depuis, mais vu que l'automne arrivait, et étant donné les averses gelées qui s'amenaient ces derniers temps, l'on était jamais assez prudent.

Il tint cette cape de fourrure sous son bras, pour les suivre sans plus de questions, passez du temps avec elle ? Par les dieux, même si cela pouvait être dans la raison d'un sacrifice humain concernant le meurtre d'un nouveau né, il irait...Avec regret, mais il irait. Avec beaucoups de regret tout de même.

Il secoua sa tête comme pour chasser ses idées saugrenues, posant un regard sur les dames qui avaient ainsi pris les devant sur lui, marchant en direction de la sortie de ce.. Palais, il n'avait pas réellement d'autres mots pour désigner ces lieux après-tout.

Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 511
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   Sam 11 Fév 2017 - 11:22

Le sourire de la jeune dame redoubla alors quelle ramenait la perle dans un petit sac en lin dont le cordon était lié à son poignet. Les couloirs disparurent rapidement au profit de la cours. Et déjà elle avait hâte d'en être loin pour pouvoir arrêter de se surveiller en tout temps. Ce lieu d'enfance lui donnait le même esprit léger des beaux jours d'avant le Voile et la Guerre.

Les ordres avaient été donnés assez tôt et lorsque les trois jeunes gens arrivèrent dans la cour du palais, trois montures étaient déjà fin prêtes à partir. Georges, bien sûr, tapait du pied en attendant que le petit palefrenier suspendu à sa bride ne consente à le lâcher. Poudreuse, elle, ne bougeait pas, et le troisième cheval réquisitionné semblait également placide. Une fois en selle, Rose en tête portant une lanterne, ils quittèrent le palais puis la citadelle pour se diriger vers la ville en contre bas, illuminé de ses feux et chaumières dans le soir d'automne. Chose étonnante ? Pas une fois la possibilité de s'arrêter à la chapelle pour rendre leur dévotions ne fut envisager... Ou plutôt, si l'idée fut lancée à un moment ou à un autre, elle fut également écartée d'un sourire ou d'un rire de la jeune femme.

« Les étoiles sont visibles ? » demandait-elle au détour de la descente le long du dénivelé.

L'arrivée des faux-bourgs se fit rapidement sentir. Une odeur de fumée lançait un défit à celle du l'humus.Puis le passage des vieux murs restant ouverts même la nuit pour enfin aboutir au temple de Tyra... et le dépasser...
Revenir en haut Aller en bas
Jindanor Numanor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 414
Âge : 21
Date d'inscription : 06/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans (988ème année du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   Mer 15 Fév 2017 - 0:04




Il suivait la toute nouvelle cohorte, le regard imbibé d'une flamme légèrement renouvelée, chacune de ces sorties à ses côtés était une véritable bénédiction, lu offrant autant de chaleur qu'un bon feu un soir de tempête hivernale. Et pourtant une douleur lui cinglait le cœur, lui arrachant un sourire timide et légèrement attristé malgré sa joie de l'instant.

Il s'était hissé sur son compagnon de fortunes, ce bon vieux Georges, après avoir offert son aide à une Dame pour laquelle son coeur battait, il avait ensuite suivit son Amante et Rose sur la voie choisie, il ne s'était pas même armé, et pourtant la nuit était déjà bien avancée, mais pour une fois il se disait que surement les dieux les laisseraient respirer. Autrement autant les achever ce soir même. Georges avait donc suivi Poudreuse avec un certain entrain, autant parce que la bête ressentait le besoin de jouer des épaules et du torse pour se faire remarquer que parce que son maître lui roillait les flancs de quelques coups de talon pour lui rappeler de rester à distance de voix de la Dame.

Et bien que quelques questions auraient voulues se glisser hors de ses lèvres pour faire part de cette nécessité de rendre leurs dévotions à une déesse qui aurait pu s'emparer de leurs âmes plus tôt dans les ennéades, aucunes n'eut de réelles réponses, gentiment écartée d'un geste de poignet, ou d'un sourire, et parfois même d'un rire. Jindanor n'y avait pas réellement porté grande intention, l'on le voulait proche, un moment de proximité qui ne pouvait le désintéresser, alors que ce soit pour aller saluer les dieux, ou simplement pour se permettre une balade nocturne...

« Les étoiles sont visibles ? » Demandait-elle au détour de la descente le long du dénivelé.

Et alors Jindanor leva son regard de sa chevelure de feu, pour le poser sur le ciel noircie à l'encre de sèche, y dénotant des tâches de crème de lait et des couleurs violacées et même rouge âtre par delà l'une des lunes se profilant à l'horizon.

"Elles le sont, leurs couleurs sont comme milles joyaux, brillant du feu divin. Ce ciel vaut le voyage. Beaucoups vous diront qu'il est le même partout, mais pour avoir bien voyagé, je peux vous assurer qu'aucun ciel n'est le plafond de plus d'un Homme. Chacun y voit ce qu'il veut y voir, personnellement j'y vois milles peintures aux myriades de couleurs, glissant du blanc nacré au rouge flamboyant, dessinant des formes comme seuls les dieux sauraient inventer. J'y vois des constellations que tous semblent reconnaître, mais qui pourtant sont toujours plus différentes." Il ne put s'empêcher de rire un peu après son envolée lyrique, il s'était presque habitué à décrire ce qu'il ressentait devant des paysages lorsque la Dame lui demandait même les questions les plus simples. "Ce ciel est chaleureux, malgré le sentiment d'impuissance écrasante qu'il me fait ressentir."

Et ils finirent par dépasser le temple de Tyra, Jindanor y jetant un oeil amusé en repensant à cette soirée beuverie qu'ils s'étaient permis lui et le Capitaine, avant de constater que les femmes ne décident vraiment à ne faire que la dépasser. Un regard pensif se décrocha du visage du Chevalier qui tourna de nouveau ce regard sur la Dame qui suivait continuellement sa servante. Avant de ne remettre sa bête sur leurs traces pour enfin les rattraper.

Il arriva à la hauteur de Cécilie avant de se tourner vaguement vers elle, comme pour mimer une retenue dans sa curiosité.

"Où-va-t'on ainsi ? Je sens que l'on me cache quelque chose... Encore. " Finit-il par lâcher en observant la femme en question, un sourire intrigué aux lèvres.



Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 511
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   Mer 15 Fév 2017 - 17:17

«  Tu aurais du être conteur... » souffla-t-elle avec un sourire plus doux, le cœur gonflé.

Il avait le même don que les livres qu'elle dévorait depuis l'enfance par l'intermédiaire de Rose : celui de lui rendre accessible ce qui n'étaient pour elle que mythe et légende. L'impression du ciel nocturne. L'immensité de la mer. Le complexe agencement d'une ville. Ce qu'elle aimait dans les romans, contrairement à bien des gens, ce n'était pas plus l'action ou les dialogues que la narration en elle-même. Voyageant au travers des mots. Ressentant le monde comme tant d'autre le vivaient au quotidien.

Il n'oubliait jamais de lui répondre au-delà du pragmatisme et de ce que lui pouvait voir… Enfin si… Une seule fois. Et en repensant à cette lettre qu'elle avait reçue du front, elle ne pouvait que sourire davantage.

Le rythme de Georges décru avant de revenir d’accélérer pour revenir à sa hauteur. A quelques pas devant eux, Rose menait toujours l'équipé sans montrer un seul signe d'hésitation.

Le sourire de Cécilie se fit mutin… et redoubla en prime lorsque Jindanor repris son questionnement. Elle savait qu'en ne disant rien, elle le mettait au supplice… au pas grand-chose, juste un peu… Mais ce peu taraudait très efficacement une curiosité qu'elle savait maladive.

« Absolument, je te cache quelque chose et j'ai même l'audace de croire que cela te plaira. » claironna-t-elle.

L'atmosphère légère qui les entourait ne se faisait que trop rare ces derniers temps. Que ce soit à Diantra, Etherna ou Nelen. Elle avait l'impression que cela faisait au bas mot une éternité qu'elle ne s'était pas senti aussi… guillerette ? Mot désuet mais qui prenait tout son sens.

« Je ne dirais rien de plus. Tu verras bien. » ajouta-t-elle a sa tentative suivante.

Il ne leur fallu pas beaucoup de temps pour traverse le quartier et arriver à l'ouest du port, sur la longue plage qui bordait les falaises en contrebas. Ce qui pouvait paraître comme un pied de nez, c'était qu'à la lisière du sable fin, juste à côté d'une barre visiblement là pour attache attelage et montures, un croisement menait d'un côté vers la ville… et de l'autre directement vers la Citadelle et le chemin à flanc de colline qu'ils avaient emprunté un peu plus tôt.

Ce fut d'ailleurs précisément à ce croisement que Rose fit volter sa monture pour barrer la route de ses deux - dieux que l'expression était cocasse - suivants.

« C'est ici que ma route s'arrête. »
Devant l'air interloqué de Jindanor, elle ajouta avec un sourire « Ne me regarde pas comme ça. Ce n'est certainement pas de moi que vient cette idée... »

D'un bras alerte, elle tendit la lanterne à clapet au chevalier, son visage dansant dans la pénombre. Quittant les étrillés, Cécilie glissa seule au sol, debout sur les derniers mètre d'herbage ras. Une fois son équilibre assuré, elle passa une main tendre sur l'échine et l'encolure de Poudreuse.

« Fait moi confiance, Jindanor. Il n'y aura ni enlèvement ni combat ni même de dangereux ce soir… Par contre j'aurai besoin d'aide pour attacher Poudreuse… Et j'espère qu'avoir les pieds mouillés ne te fait pas peur… »

Rose descendit à son tour. Attachant sa propre monture à la barre alors que Cécilie laissait ses compagnons s'occuper de la sienne.

« Je garderai les chevaux. » déclara la jeune suivante comme s'il n'y avait rien de plus normal.

« Nous n'aurons qu'a suivre la plage.
-Dans cette direction, » ajouta Rose en pointant la falaise sur laquelle trônait la citadelle.

Prête à se mettre en route, la jeune dame tendit son bras en l'attente de son compagnon, pour lui glissé d'une joie enfantine une fois qu'il fut auprès d'elle :

« L'un des avantages d'être une femme mariée, c'est de ne plus avoir besoin d'un chaperon. »
Revenir en haut Aller en bas
Jindanor Numanor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 414
Âge : 21
Date d'inscription : 06/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans (988ème année du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   Mar 21 Fév 2017 - 14:57




« Absolument, je te cache quelque chose et j'ai même l'audace de croire que cela te plaira. » claironna-t-elle.

Jindanor ne put que l'observer avec un sourire tier-amusé, trois-tier dévoré par la curiosité, il se rongea l'intérieur de la joue pour s'éviter de poser milles et unes questions, bien qu'une faillit s'extirper, rapidement coupé d'une voix guillerette s'exclamant.

« Je ne dirais rien de plus. Tu verras bien. » ajouta-t-elle a sa tentative suivante.

Ainsi Jindanor resta sur sa faim, rongeant l'intérieur de sa joue à presque s'en faire saigner, ce qui finit par lui faire jouer de la langue contre la paroie de celle-ci en grommelant légèrement. Il ne leur fallu pas beaucoup de temps pour traverser le quartier et arriver à l'ouest du port, sur la longue plage qui bordait les falaises en contrebas. Ce qui surprit cependant Jindanor fut de constater qu'une voie menait depuis le castel à ici... En un bien plus court crapahutage. Jindanor entre-ouvrit ses lèvres pour laisser s'extirper un léger : Euuuhm... Avant de se taîre et de se tourner vers Rose, qui s'exprimait déjà pour leurs faire savoir qu'elle s'arrêtait ici, et qu'elle avait par ailleurs bien ponctué en glissant sa monture de flanc pour barrer la route aux deux personnages.


« C'est ici que ma route s'arrête. »
Devant l'air interloqué de Jindanor, elle ajouta avec un sourire « Ne me regarde pas comme ça. Ce n'est certainement pas de moi que vient cette idée... »

Ne répondant pourtant pas à sa question, Jindanor la regarda avec un air d'abandon, autant attendre pour maintenant, il semblait que la révélation ne tarderait plus. D'un bras alerte la demoiselle devant lui lui tendit la lanterne à clapet, celui-ci l'accueillant d'une main habile, quittant les étrillés Cécilie glissa seule au sol, debout sur les dernièers mètre d'herbage ras. Une fois son équilibre assuré, elle passa uine main tendre sur l'échine et l'encolure de poudreuse. Pendant ce temps Jindanor s'était à son tour débarasser des étrillés, retrouvant le plancher des vaches dans un geste habitué et habile., venant passer sa main dans l'encolure de sa bête pour venir la glisser le long de ses flancs alors qu'il rejoignait sa dame avec toujours cet air curieux qui s'était depuis longtemps emparé de son visage ce soir là.

« Fais-moi confiance, Jindanor. Il n'y aura ni enlèvement ni combat ni même rien de dangereux ce soir… Par contre j'aurai besoin d'aide pour attacher Poudreuse… Et j'espère qu'avoir les pieds mouillés ne te fait pas peur… »

Rose descendit à son tour, attachant sa propre monture à la barre alors que Cécilie laissait ses compagnons s'occupait de la sienne, et au passage du bourriquot d'âne buté qui les accompagnait et se nommait Georges.. Premier du nom, il aurait dû rajouter ça dans le titre de la bête, celui-ci était aussi fier qu'un coq dans un poulailler, quand ils parvinrent à l'attacher non sans quelques rembrouades de l'animal, Jindanor se tourna vers Rose, comme s'il s'apprêtait à lui poser question, celle-ci lui répondant avant même qu'il n'ait à le faire.

"Je garderais les chevaux." dit-elle comme si il n'y avait rien de plus normal, et avec un applomb qui manqua de faire sursauter le chevalier.

"Nous n'aurons qu'à suivre la plage.
-Dans cette direction" Ajouta Rose, en pointant la falaise sur laquelle trônait la citadelle, Jindanor regardant Rose puis Cécilie avant de s'avouer enfin définitivement vaincus, il n'aurait réponse à ses questions que plus tard, opinant lentement du chef il rajouta : " Bien..Bien. Pfiouh, vous me faîtes nager dans le noir complet, je déteste ça." Sa voix trahissait pourtant un certain amusement, et une curiosité dévorante.

Prête à se mettre en route, la jeune dame tendit son bras en l'attente de son compagnon d'aventure, nul autre que notre cher Jindanor, qui vint s'emparer de celui-ci en tenant la lanterne dans sa main libre, observant sa dame avec un air toujours aussi curieux.

"L'un des avantages d'être une femme mariée, c'est de ne plus avoir besoin d'un chaperon.
-L'un des avantages d'être le chevalier de cette femme, c'est que l'on a jamais finis d'être surpris." Lui souffla-t'il en retour sur le même ton, lui offrant un sourire charmeur et aussi doux que possible, avant de poser un regard rapide sur Rose, qui agita ses mains vers lui comme pour lui souligner qu'il devait s'éloigner dans la direction indiquée, avant qu'elle ne secoue la tête comme désespérée par ce couple de tourtereaux mignons à souhaits.. Elle posa son regard sur les canassons à ses flancs, Georges donnant des coups de fessiers légers à sa partenaire barreau.

Jindanor avait donc pris le pas, marchant d'un pied plus léger qu'à l'accoutumée, son regard observant les alentours avec un sourire soulagé. Il pouvait enfin profiter d'une soirée à ses côtés, une soirée qui serait (il l'espérait) longue et interminable.

"... Tu n'arrêteras jamais d'attiser ma curiosité, mon amour." Souffla-t'il à son attention, ses lèvres proches de son oreilles alors qu'il se pliait légèrement , se redressant ensuite calmement.



Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 511
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   Mar 21 Fév 2017 - 20:55

« Jamais. » frissonna la jeune femme dans un souffle, un sourire aussi rayonnant que satisfait suspendu à ses traits. « Je suis heureuse que tu aies accepté de venir... J'avais vraiment envie de venir ici avec toi. »

Une cinquantaine de mètres plus loin, alors qu'ils n'étaient pour Rose qu'un point lumineux qu'elle essayait d'ignorer, Cécilie s'immobilisa d'ailleurs sans crier gare. Son bras se faufila hors de l'étreinte de celui de son compagnon pour se laisser tomber sur ses talons. Ses doigts agiles repérant rapidement leur enchevêtrement, elle défit en quelques mouvement les laces de cuirs qui fermaient ses souliers avant de se redresser.

« Il me semble que tu n'as pas répondu tout a l'heure. Tu ne m'en voudras pas de te faire marcher dans l'eau froide ? »

Se dandinant d'un pied sur l'autre, elle eut vite fait de libérer ses pieds du carcan de cuir et ses pieds dépourvu de bas – comme par hasard – pouvaient se poser avec délectation dans le sable glacé de la plage nocturne. Elle soupira d'aise en fermant les yeux, ses orteils s'enfonçant dans le sol meuble. La vent à la fois nocturne, marin et automnal ne les ménageait pas, faisant voleter les capes et es crinières... Mais comparé au printemps à Lourmel, il fait bien doux encore... Quoi que le goût d'iode et de sel que la jeune aveugle sentait sur ses lèvres n'avait rien de comparable.

« Si tu ne veux pas rentrer avec des chaussures trempées, il faudra que tu les enlèves tôt ou tard. Pas forcément tout de suite. Si tu préfère les garder pour l'instant, on a encore un peu de marche je pense... »

D'une main moins contrôlée que d'ordinaire – ce qui pouvait aisément être repérer à la rapidité de ses mouvements et à leur approximation peu habituelle – elle défit la chaînette qui lui barrait le front et que Rose s'obstinait à attacher jour après jour. La glisser dans son aumônière fut bien plus aisé que d'éviter à ses cheveux d'y rester coincés. Un travail qui nécessita le concours d'une main secourable.

Après avoir rapidement liés ses souliers l'un a l'autre pour pouvoir les tenir facilement de sa main libre, elle s'accrocha de nouveau au bras de Jindanor, se serrant contre son côté. Le lieu. La météo. La compagnie à laquelle elle avait droit ce soir. Tout semblait être réunit pour fixer son moral au plus haut et lui permettre de baisser cette éternelle garde qu'elle gardait en la présence de la moindre personne, du moindre hôte, du moindre serviteur.

« Si nous sommes au centre de la plage, tu devrais voir le Chas de l'Aiguille dans la direction montrée par Rose. Un trou dans la falaise. C'est par là que nous allons. »

En effet, la falaise qui longeait la large bande sableuse semblait faire une avancée progressive sur la mer jusqu'à sembler chuter à pique dans l'ombre de l'océan. Sur cette avancée, une faille, comme une arche, s'ouvrait dans la  paroi rocheuse. Par sa disposition en avant garde sur la mer, il était impossible de voir ce qui se terrait de l'autre côté. A peine pouvait-on distinguer l'arche elle même. Dans l'ombre il était également impossible de distinguer le fin passage qui s'ouvrait peu à peu sous cet voûte naturelle, l'ombre engloutissait le sable et l'eau au pied du pilier comme une masse de gris épars.

Cécilie avait hâte d'y être tout comme elle profitait de chaque seconde de cette expédition. Cherchant la main de son chevalier, elle posa un baiser furtif sur ses doigts.

« Mieux vaut ne pas traîner. Il serait bête de rater le passage de la marée... »
Revenir en haut Aller en bas
Jindanor Numanor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 414
Âge : 21
Date d'inscription : 06/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans (988ème année du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   Mar 7 Mar 2017 - 14:40





« Jamais. »
frissonna la jeune femme dans un souffle, un sourire aussi rayonnant que satisfait suspendu à ses traits. « Je suis heureuse que tu aies accepté de venir... J'avais vraiment envie de venir ici avec toi. »

Enfant qu'il se croyait à cet instant, comme dans les années qui précédait sa puberté, lorsqu'il partageait des moments anodins auprès d'une demoiselle de sa catégorie sociale, courants dans les champs, jouant à cache-cache, et même à 'Trape-Trape. Découvrant des cachettes aux abords de la forêt, découvrant des rivières creusant des arches dans des sols rocheux, découvrant des lieux époustouflants... Oh il ne savait pas ce qu'il découvrirait, mais en lui une petite flamme s'était rallumée, une flamme de vie qu'il n'avait pas retrouvé depuis bien longtemps, la chaleur de cette instant l'irradiant tellement qu'il ne pouvait plus s'empêcher de laisser se former un sourire enfantin et heureux sur ses lèvres, cela faisait particulièrement étonnant sur le visage hirsute du gaillard que nous connaissons, mais c'était aussi attendrissant que le sourire d'un bambin.

"Comment aurais-je pu refuser de passer quelques instants auprès de toi ? J'ai déjà bien du mal à penser à d'autres choses..." Il ne pu que ricaner légèrement, passant sa main libre dans sa nuque en remarquant l'aveux qu'il venait de faire, ayant entre deux glissé la lanterne dans sa main droite, histoire de ne pas la laisser s'écraser au sol et voir disparaître leurs dernière source de lumière orangée, bien qu'il n'aurait pas daigné laisser la lumière bleuté des millions de lanternes qui les surplombait, les éclairer avec leur douceur habituelle.

Et alors qu'ils avaient déjà quitter leurs compagne de route, se situant à plus de cinquante mètre de celle-ci, Cécilie s'extirpa de son bras, laissant le géant perplexe et dubitatif quand à la véracité de ce qui advenait, il l'observait avec une certaîne surprise, sans trop comprendre ce qui se passait, usant de sa lanterne pour comprendre un peu plus ce qu'elle faisait.
« Il me semble que tu n'as pas répondu tout a l'heure. Tu ne m'en voudras pas de te faire marcher dans l'eau froide ? »

Il comprit alors, elle se défaisait de ses chausses, et l'invitait visiblement à faire de même, il ouvrit un instant sa gueule comme l'aurait fait un animal prêt à pousser un cri d'avertissement, avant de refermer celle-ci et de soupirer un peu, presque amusé de la situation.

"Je hais l'eau froide... Mais bon, puisqu'il le faut pour voir ce que tu m'as réservé, et connaissant ma curiosité dévorante, tu sais bien que je ne pourrais réellement refuser." Dit-il calmement en se baissant à son tour, posant presque un genoux à terre pour atteindre sa chausse, plus botte de voyage que chausse de cuire simple, les lacets passaient tout atour de sa cheville et du cuir de ces bottes qui lui remontaient à mi-cheville, finissant dans une série de noeuds complexes et de sangles afin d'être sûre de ne pas se détacher en route. Il prit un peu plus de temps que sa compagne pour s'en défaire ainsi que des chausses de laines qu'il s'était autorisé à glisser par dessous, histoire de se tenir chaud lors des longues marches, et décida de venir les glisser entre ses doigts non loin de la lanterne, se trouvant un instant dans un enchevêtrement de cuir et de lumière, réalisant un jeu d'ombre involontaire dessinant des ombres informes sur le sable sec et froid à leurs pieds, c'était d'ailleurs bien la première fois qu'il sentait un sable pareil sous ses orteils, il était presque trop fin pour être réel, on aurait dit un duvet de velours, cela le surpris. Et il se surprit d'autant plus à apprécier cette sensation, lui qui détestait le sable gras et épais des rivières du nord, ou bien encore les galets et roches émoussées des lacs de cette même région.

« Si tu ne veux pas rentrer avec des chaussures trempées, il faudra que tu les enlèves tôt ou tard. Pas forcément tout de suite. Si tu préfère les garder pour l'instant, on a encore un peu de marche je pense... »

"Je sais que je suis furtif, mais je ne pensais pas réussir à m'en défaire sans que tu ne le remarques." Il ricana légèrement, fier de sa petite blague, lui furtif tséh, l'observant de bas en haut, ses yeux ne pouvant louper le fait que ses jambes étaient découvertes, elle lui rappelait alors d'autant plus sa jeunesse, alors qu'il courrait dans les champs avec ses amis d'antan, et de la petite Aude, tout ces enfants qu'il avait connus et qui étaient tous devenus de beaux jeunes hommes et femmes. Surtout Aude. Il ne put s'empêcher de ricaner un peu plus pour lui même avant d'enfin se tourner vers elle, s'étant dépêtrait avec son bardas.

D'une main moins contrôlée que d'ordinaire – ce qui pouvait aisément être repérer à la rapidité de ses mouvements et à leur approximation peu habituelle – elle défit la chaînette qui lui barrait le front et que Rose s'obstinait à attacher jour après jour. La glisser dans son aumônière fut bien plus aisé que d'éviter à ses cheveux d'y rester coincés. Un travail qui nécessita le concours d'une main secourable. (L'on sait tous d'où venait cette main... Bien entendue, d'un génie qui sortait là de sa lampe.)

Puis elle revint se blottir contre lui, glissant son bras dans le sien, celui-ci posa un instant sa tête contre la sienne, renforçant ce semblant d'étreinte avant de l'écouter attentivement, ceux-ci se trouvant au milieu de la plage, la mer laissant quelques roulis glisser non loin d'eux, humidifiant le sable à certains lieux, et laissant des milliers de minuscules dunes sur ce sable humide, d'où s'échappait encore quelques bulles des hôtes de ces terres.

« Si nous sommes au centre de la plage, tu devrais voir le Chas de l'Aiguille dans la direction montrée par Rose. Un trou dans la falaise. C'est par là que nous allons.

-Oui, je le vois, alors qu'attendons-nous, ma chère ? Partons à l'aventure ! " Souffla-t'il d'un air presque trop sérieux, avant de craquer et de rire en l'observant. "Excuse-moi, j'ai simplement l'impression d'être de retour sur Nelen, avec ces quelques gardes, à peine arrivés que l'on m'a fait traverser cette île de long en large, du moins c'est ce que j'ai cru, cependant ce qu'il était sûr, c'est que les bêtes qui y vivent sont toutes plus incroyables les unes des autres, rien à voir avec nos bêtes d'ici."

« Mieux vaut ne pas traîner. Il serait bête de rater le passage de la marée... » Lui souffla-t'elle après avoir déposé un baiser sur ses doigts, ayant remonté sa main vers elle, il l'observa avec un air des plus aimant, lui offrant la même chose avec un peu plus de langueur. avant de poser son regard sur le chas de l'aiguille et de l'inviter à le suivre.

"Tu as raison, allons-y." Lui répondit-il, en l'emmenant en marchant calmement à ses côtés.

Dieux qu'il avait attendu un moment pareil, ensembles, à l'abris des regards indiscret, à l'abris des rumeurs, à l'abris de tout. Ils étaient simplement ensemble, profitant d'un moment agréable, d'une belle soirée, d'une bonne compagnie. Il serra légèrement plus sa main dans la sienne, avant de se tourner légèrement vers elle pour venir déposer un baiser sur son front, faisant preuve d'une agilité plutôt remarquable puisqu'il n'arrêta pas pour autant le cortège.

"C'est... Plaisant, vraiment. Cela faisait des années que je n'avais pas passé un si bon moment, et pourtant te connaissant cela ne fait probablement que commencer. COmment s'est passée ta journée en dehors de tout ça ? J'espère qu'elle ne fut pas trop chargée ?"



Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 511
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   Mer 8 Mar 2017 - 2:42

« Tu es toujours furtif, voyons. » sourit-elle en attendant qu'il puisse reprendre son bras.

Lorsqu'il vint poser un baiser sur son visage, elle ne tenta même pas de retenir son rire. Tout lui semblait léger à présent.

« Tant mieux. Ça me fait du bien aussi. Et ma journée a été plutôt calme. Colombe va mieux. J'ai même eu le temps de fureter un peu dans la bibliothèque avec Rose. J'avais oublié à quel point j'aimais cette citadelle... J'ai l'impression d'être chez moi alors que j'ai du y vivre moins du quart de ma vie... Et j'espère que tu te sens aussi bien ici. »

Elle se souvenait de sa réaction a propos de sa propre demeure, elle avait dit cela en serrant un peu plus sa main.

« Et toi ? Tu as réussi à lever un peu le pied ? A profiter ? Tu ne regrettes pas trop Nelen ? »


Arrivée à proximité du Chas, entendant le vent nocturne s'engouffrer dans la roche et le sable refroidir sous ses pied, elle s'immobilisa une seconde fois avant de faire un pas en avant pour faire face à Jindanor tout en glissant ses doigts entre ceux de sa main libre. Sa seconde main courue le long du bras du jeune homme jusqu'à la poignée de la lanterne.

« Il va falloir laisser ça ici. A partir de maintenant c'est moi qui vais te guider. » murmura-t-elle avec le même sourire rayonnant qu'elle arborait depuis le début de cette soirée. « Ferme les yeux et fait moi confiance... Et pas de triche. »

Après avoir furtivement caresser sa joue drue, elle lui tourna et posa la main qu'elle avait gardée sur sa propre épaule. La large paume couvrait sans soucis une bonne partie de son articulation d'ailleurs... Elle frissonna,sa dextre tâtonnant en arrière pour saisir la chemise du chevalier et l'obliger à se rapprocher jusqu'à sentir son torse contre contre son dos.

« Je ne t'en voudrait pas de jurer, l'eau va être réellement glaciale. » termina-t-elle avant de faire le premier pas, lent pur qu'il puisse la suivre en tonnant. Elle savait que c'était un réflexe plus que naturel... pour ceux qui n'étaient pas habituer à marcher à l'aveugle. Elle, elle suivait sans soucis la courbe du sable mouillé et le vent qui soufflait sans discontinuer dans la même direction

Bien que le passage sous l'aiguille s'effectue à guet à marrée basse quelques centimètres d'eau étaient tout de même toujours présents, faisant clapoter chacun de leurs pas. Comme promis, dire que l'eau était froide restait un doux euphémisme... mais cela n'entamait pas son sourire énigmatique. Levant d'une main son jupon et laissant l'autre sur la main qui lui couvrait l'épaule, elle mesurait son pas de manière à ce que son compagnon ne soit pas trop en difficulté.

Si on avait mainte fois décrit le spectacle à la jeune musicienne, elle ne pouvait pas ce le figuré avec cette exactitude, car il faisait sûrement parti de ces panoramas qu'il faut voir pour en prendre la pleine mesure. Jindanor aurait put découvrir un autre banc de sable lui, une large plage, bien moins longue que la précédente, encaissée entre deux brusques avancées de la falaise et en partie camouflée même du ciel par le renfoncement naturel du mur de pierre immensément haut. Là se découpant sur le ciel noir et gris les torches des rempares illuminaient la nuit d'étoiles rougeoyantes. Au niveau de la mer, le curieux pouvait plisser les yeux avec étonnement. De loin, des sortes de lignes bleues légèrement brillantes se formaient parallèlement au rivage et une lumière divine explosaient une fraction de seconde lorsque les vagues s'écroulaient sur elle-même, comme un éclair sous-marin sans le moindre son. Une très vague lueur bleu entourait également leurs pieds à chaque mouvement. Le spectacle avait déjà de quoi intriguer, surprendre, et même effrayer les croyants... Mais ce n'était rien comparé à celui qui s'offrait une fois le premier pas posé sur ce banc de sable blanc.

Précédent son compagnon d'un pas, les pieds nus et la concentration de la jeune femme lui suffisaient à éviter les pièges du sol meuble tant elle avait passé de temps en ces lieux. Arrivée à la jonction des plus longues vagues échouées sur la rive et du sable totalement hors de l'eau, elle s'arrêta pour se défaire de la prise de Jindanor et lui faire de nouveau face. Ses mains trouvèrent bien vite le visage du géant pour lui permettre de poser un baiser sur ses lèvres. Doux comme une salutation. Elle aurait du avoir grâce de la patience de son chevalier depuis longtemps déjà mais une part d'elle se réjouissait tant de ce jeu enfantin qu'elle en venait presque à regretter de devoir y mettre un terme... et pourtant il le fallait bien.

« Tu peux ouvrir les yeux, Amour. » susurra-t-elle en retombant sur ses talons pour s'éloigner d'un pas.

Lorsque la plante de ses pieds heurta pour la première fois le sable mouillé sous les yeux du jeune homme, un coup de tonnerre silencieux répandit une myriade d'étincelles bleutés sur le sable autour d'elle, comme si un mage s'était décidé à marquer chacune des pressions qu'un malheureux aurait fait sur ce rivage sacré pour qu'il prenne toute la mesure de chacun de leurs pas.

Le phénomène était si vif qu'on pouvait douter l'avoir vu... mais il se reproduisait à chaque fois que quelque chose effleurait cette surface granuleuse.

Au bout de quelques pas l'éloignant du bord, sentant le sable sec s'égrainer entre ses orteils, elle se retourna vers le géant, un sourire rayonnant sur les lèvres, son visage sûrement à peine visible grâce au rayonnement de ces étranges marques luminescentes que les vagues laissaient sur la rive.

« Viens. C'est sans danger. » lui demanda-t-elle avec un rire dans la voix, tendant la main pour l’inciter à venir à son côté.

Une fois près d'elle, elle s'empara de son bras pour le faire pivoter vers le large sans ajouter un mot, lui laissant découvrir le lieu le plus incroyable que recelait cette seigneurie d'après tous les contes, tous les récits et toutes les voix émerveillées qu'elle avait entendues. Car ce n'étaient pas de simples lueurs qui traînaient sur le sable ou semblaient émaner des profondeurs de la mer.  

Le noir mouvant de l'eau, les ombres indéfinies du sable... Une immensité sombre avec pour seul point de mire une silhouette de sel et de coquillages dont les contours et les rondeurs étaient si frappant qu'une femme de chair et de sang semblait se tenir debout face à l'océan. A son cou pendait un long collier de perle aussi blanche que le reste de l’œuvre.

Et jetées là par les bras de Tyra, des étoiles bleues émanaient de la mer pour s'étendre sur cette voûte céleste abyssale.

Ces minuscules étincelles, apparaissaient et disparaissaient au moindre geste, au moindre mouvement de l'eau, marquant le contour des vagues qui s'étaient échouées durant de longs instants avant d'être balayé par de nouvelles marques.

Bercée par le ressac et la légère brise nocturne, Cécilie avait fermer les yeux, détendue. Sa main était dans celle de Jindanor, ses doigts glissés entre les siens. Pourtant elle le laisserait s'écarter sans une once d'hésitation pour qu'il parcours lui-même ce sanctuaire.

« Bienvenu sur le Beau Rivage, mon amour. »


Plage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur les rives de l'Autre Monde [terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée d'un autre monde.
» Autre-Monde
» Autre Monde, de Maxime Chattam
» [MJ 05] Un autre Monde [Terminée]
» A la frontière de l'autre monde [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché de Langehack :: Comté de Missède-
Sauter vers: