AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la quête du savoir | Judith d'hardancour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Basile d'Eyroles
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Âge : 19
Date d'inscription : 24/01/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  39 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: A la quête du savoir | Judith d'hardancour   Ven 17 Fév 2017 - 20:29


Oh milles dieux ! Quel satané concile, passait des heures et des heures durant à entendre trois vieux croûtons et un jeune puceau blablaté d'un futur "marquisat". Qu'on le pende par les pieds ce gamin, pour que plus jamais on ne l'entende brailler comme tous les gosses de son âge, mieux, pendons tous les gamins. Le ciel était couvert aujourd'hui, quelques nuages noirs par-ci par là, histoire d'annoncer de faire attention à sa gueule, mais sinon cela allait. Sainte-Berthilde était comme à son habitude mouvementée, les marchands en venaient de toute la péninsule et y commercer avec une patience incroyable -il en faut- Basile était en route vers la pièce maîtresse de Sainte-Berthilde, Cantharel, d'une visite inattendue d'un intendant du marquisat, le seigneur n'en savait  pas assez. Eyroles est sa seigneurie et si une mission ou autre chose tel quelle soie, devait y être mené, il doit être le premier au courant.

Revêt de ses plus beaux attirails, il arpenta les rues de la ville en direction de la grande porte qui le mènerait devant cette dame de haute prestance qui n'est autre que Judith d'Hardancour, mère du marquis Louis de Saint-aimé. Basile était fidèle envers les Saint-Aimé et il ne se cachait pas de le dire, même si leurs choix n'étaient pas les meilleurs. D'un pas rapide il arriva près d'un corps de garde fermé, la porte était gardée par deux hommes en armure arborant fièrement l'écu Berthildois. Le seigneur s'avança vers l'un des gardes et le regarda de bas en haut.

"Je demande de voir Dame Judith d'Hardancour, mère de Louis de Saint-aimé, régent des terres de Sainte-Berthilde, mais enfin, vous devez sans doute les connaître ces titres je vous en passe donc les détails. Dites-lui que c'est lié à l'histoire de l'intendance et que c'est de la part de Basile d'Eyroles, seigneur d'Eyroles." Dit Basile calmement.

Pendant ce temps à Eyroles, le navire Berthildois qui devait accueillir la mère du régent était en train de se préparer, la plupart des stocks, mis-à-part celui de la nourriture avait été fait. Les vérifications, menés par le charpentier, avaient eu des défauts réparées, tout était en ordre pour monter dans ce beau trois-mâts long d'une vingtaine de mètres. Dans une semaine, certainement, le départ se ferait, plus vite parti, plus vite tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

MessageSujet: Re: A la quête du savoir | Judith d'hardancour   Mar 28 Fév 2017 - 2:00

L'homme était, peu empressé mais particulièrement pressé. Instruit, éduqué, mais improbablement prompt à la colère, ce mélange très singulier et rare pouvait s'expliquer par la malgestion et la tragique déchéance de la seigneurie dont il n'avait hérité que trop tard. Le seigneur d'Eyroles était, par manque de temps à tenter de combler les failles d'une cité avec ses problèmes, curieux de l'attention soudaine du marquisat à sa ville.
Et Judith ayant eu le feu vert de Louis pour continuer ses "petites affaires", elle ne se gêna pas pour accorder une audience au valeureux hobereau.

"Basile d'Eyroles, seigneur d'Eyroles, madame, souhaite s'entretenir avec vous. Devons-nous préparer la salle de réception ?"


La salle orientale et orientaliste était une occasion parfaite pour se montrer, mais Judith préférait laisser la vanité aux vaniteux. Cet homme était un homme du Nord. Eduqué, certes, mais rude et grave, avec des problèmes à la hauteur de sa gravité et de sa rudesse. Le respect du personnage impliquait donc de s'entretenir avec lui de la manière la plus sérieuse qui soit.

"je l'attendais. Faites-le entrer ici, le temps nous manque tout autant qu'à cet homme, semble-t-il."

L'accueil et l'entrée faite, elle se leva pour saluer l'homme.

"Monsieur d'Eyroles, désolée pour l'indélicatesse de ces derniers jours. Le contexte politique particulièrement trouble ne se prêtait point à l'administration territoriale, et il m'aurait fait grand mal de vous faire une proposition à la va-vite dont je n'aurais pu poursuivre les modalités, fût le chancelier du Roy, plus méchant que de raison."


Elle enchaîna immédiatement, évitant toute occasion de parler de cette idiotie de concile, se rémémorant ainsi sa subtile mais douteuse manipulation de son propre fils. Judith abhorrait ces procédés. Mais nécessité oblige; car il semblait que son règne commençait entouré de très mauvais conseillers. Ceci étant dit, elle était terriblement déçue du comportement du sieur Wenden, mais cela était une pensée réservée pour un autre moment. Judith leva un docte index et le pointa sur un tas de parchemin. Le travail de plusieurs mois, des plans économiques et d'échanges, tout ce qui concernait le projet de la route commerciale berthildo-thanorite.

"Votre réputation d'homme éduqué à la logique concrète vous précède, aussi ne vais-je pas perdre mon temps en discussions vides de sens mais emplies de flatteries. Tout ce que vous voyez ici sont les composantes et les modalités de création d'une route commerciale, allant de Sainte-Berthilde à Thanor, en passant par votre seigneurie en tant que port principal. La Toranne pourrait éventuellement servir d'étape, mais votre ville seule possède la réputation et l'infrastructure permettant une entreprise de grande échelle de manière prompte et efficace. Sachez bien que le Marquis, fit-elle en prenant en compte que l'homme était un soutien des Saint-Aimé et que l'appellation était pour lui légitime, compte investir une impressionnante richesse sur cette entreprise, pour peu que des négociations avec les notables de la cité naine aboutissent. Nous avons besoin de votre aval, du passif de votre famille avec la gente naine et avec leur comerce pour monter une délégation. Le Marquis a d'ores et déjà dépêché un expert en tant qu'interprète, mais vous êtes le seul aux compétences pour négocier un tel échange. Posez donc toutes les questions que vous aurez besoin de poser, lisez tous les documents que vous voudrez. Il y a une carte décrivant les zones concernées dans l'étagère au milieu, à votre droite."


Judith était particulièrement bavarde, mais le temps pressait, et elle ne pouvait se permettre de négliger le moindre détail.
Revenir en haut Aller en bas
Basile d'Eyroles
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Âge : 19
Date d'inscription : 24/01/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  39 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: A la quête du savoir | Judith d'hardancour   Dim 5 Mar 2017 - 18:10

Les minutes passèrent doucement, Basile ressentait un léger stress, ce stress de savoir ce qu'était cette proposition dont on en avait pas assez dit et dont il fallait en dire. Déambulant dans ce vaste chemin menant au donjon fait de pierre et d'art, le garde vint mander au grand seigneur d'Eyroles de s'avancer dans ce dédale en sa compagnie. Que joie et bonheur d'arpenter les routes pavées de Christabel, à nouveau. Il fallait le dire, Sainte-berthilde était une belle ville du nord, la plus belle qui puisse y avoir en ce monde. Arrivant devant cette grande pièce où, Dame Judith d'Hardancour, était entreposé telle une plante verte, Basile rentra, regardant cette femme dans son siège, il souriait. Le seigneur était ravi de revoir celle qu'il portait comme la mère-marquise dans son coeur, même s'il préférerait la porter plus bas, le seigneur écouta attentivement cette dernière.

Basile admira cette pile de lettres que lui montrait la dame d'Hardancour, Oh mille dieux qu'elle était longue cette pile, on aurait pu y voir le livre de Frodzerk le sage, feu, grand écrivain de la péninsule. Il fallait le dire, Basile les avait tous lus, en long, en large et en travers. Apparemment, la Mère-marquise et le seigneur, avait tout deux cet attrait pour redorer le blason d'Eyroles et du marquisat. Et encore, ce n'en était pas terminé, il y avait des cartes sur une étagère, Basile s'avança vers cette dernière et en récupéra le livre.

« Bon dieu … Cette pile de document me rappelle « La jument des plaines » de Frodzerk le sage, sans doute l'avez-vous lu. Dans tous les cas, je voulais vous dire que je suis ravi de connaître l'attrait que vous portez à ma seigneurie dame d'Hardancour, je vous ai déjà dit que j'étais légitime envers les saints-aimés, sachez que je ne le suis qu'encore plus. »


Feuilletant tous les documents, Basile se rendit compte de tout ce travail à grandes échelles. Les questions venaient et virevolter dans toutes les directions. En plus de ça, avec le récent cataclysme, il faudrait remettre la cité en état, prévoir de nouveaux navires de guerre, Reconstruire des postes de gardes. Et bien d'autres choses. Tout y étaient comptés, les frais et bien d'autres choses, Mais, est-ce que ces petits-hommes de Thanor avaient changés ? Le seigneur ne les avaient pas réellement connu, il n'y allait pas souvent, la dernière fois remontait à il y a onze années, depuis le voile, ce fut le néant, Eyroles tomba en décrépitude depuis cette date.

« Sachez que ce sujet me plait tout particulièrement, bon, j'aimerais récupérer ses documents afin de mieux les étudier si cela ne vous dérange pas, ma dame. Les notables nains ont dû changer avec ce voile, puis-je étudier les documents et vous envoyez une lettre à l'avenir avec toutes mes questions, je pense que le temps presse, le mieux serait que je rentre pour partir aussi vite que possible, afin que sur la route je réfléchisse mainte fois et puisse décider de la manière à suivre et je vous enverrai dans une lettre comportant toutes mes questions et suggestions, Peut-on faire ainsi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la quête du savoir | Judith d'hardancour   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la quête du savoir | Judith d'hardancour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les expressions et vocabulaire à savoir par votre perso
» La Tour du Savoir
» question sur : le savoir construit les hommezs
» Dirèktè Lona Sando Joseph pran nan gonm akoz magouy pou madanm li Judith Benoit
» Dans la vie , il est important de savoir perdre que de savoir gagner. A 70 ans ,

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: