AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Eyroles] Question d'attention

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narzum Zharr-Zaki
Nain
avatar

Nombre de messages : 45
Âge : 26
Date d'inscription : 04/11/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  157 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [Eyroles] Question d'attention   Ven 24 Fév 2017 - 23:45

9 èmeénneade de Barkios d'Automne, an 9 du 11èmecyle
Sur les côtes non loin d'Eyroles ,  Sainte-Berthilde, Péninsule
Crépuscule naissant




Les embruns chargeaient l'air d’humidité à en détremper la barbe. On entendait au loin le bruit des vagues fougueuses qui venaient mourir contre la falaise. Le temps était couvert, les nuages noir et menaçant bien qu'il ne pleuvait point. Le soleil lui pointait encore le bout de sa croupe et diffusé une lumière rasante, orange franche. Adossé sur les pans de sa fidèle carriole, le nain rouge contemplait l'horizon. Solidement ancré dans le coin droit de sa bouche, une courte pipe à gros foyer diffusait à régulièrement fumerolles odorantes.
Voila maintenant plusieurs ennéades qu'il patientait ainsi dans la lande, changeant moult fois de point de chute au gré de ses errances. Le Marquisat de Sainte-Berthilde était pourtant un peu  propice ou se trouver dans sa situation, mais Narzum appréciait vivre ainsi sur le fil.

Duper conjointement l'Ancien de Külm et la Marquise d'Hardancour réduisait drastiquement ses lieux de villégiature dit «sûr» dans le Nord du Royaume des hommes. Peu sagace que cette décision, mais voila longtemps que l'ermite avait abandonné la sagesse aux profits du profit.
S'il pouvait parfois regretter le geste dans ses moments de confusion, la simple vue de la bourse qui trônait en ce moment même sur ses genoux chassait bien vite les remords.

En récupérant la solde de ses deux compères d'infortune qui gisaient sans douter encore sous le chêne ou il les avaient empoisonné, le nain avait vécut la grande vie. Non pas celle de la débauche, mais celle de son obsession favorite : La remise en état de ses stocks. Grace à l'or il put acquérir les biens qui restaient jusqu'à la hors de sa portée. Graines soufrières, pavot soltarii, langue-de-feu de des Monts-Corbeaux, plaque de fer-charbon, poudre d'argent et lait maternel, pour ne citer qu'eux, venaient à nouveau de trouver place dans le barda agencé de sa maisonnette à roulette.
Chuf la vieille mule était lui toujours bien la. S'il aurait put le remplacer par plus vivace, à aucuns instants il n'y songea. La carne était son seul et unique compagnon, bien pis, son seul et unique amis ! Du genre qui ne vous contredit jamais, une qualités bien trop précieuse pour être monnayer contre du sang neuf.
L'huile de morue clarifié qu'il avait obtenu dans le port d'Eyroles ce même jour lui avait permit de lançer une production de Perçe-Mur. Savant mélange d'ingrédients divers qui, correctement dosés et chauffés, s'emprisonner dans de petite fiole d'argile. Il ne suffisait en suite plus qu'à projeter la dite fiole suffisamment fort contre un mur pour le trouer littéralement. Une bien belle invention, dangereuse, qui avait mille et une fois presque réussi à mettre fin à sa vie !
Pourtant il n'arrivait  à s'en défaire, considérant cette recette comme la panacée de son apprentissage alchimique.

Le mélange mijotait doucement à l'intérieur de la carriole, à ses cotés un autre âtre sur lequel le nain avait entamé la cuisson d'un gruau. Il quitta son poste et fin se tenir à coté des tambouilles. Remuant son repas du soir, il ne put s'empêcher de repenser à une ancienne rencontre faite sur la Route des Sables. Gardant un souvenir précis du jour ou il rencontra la cartomancienne au cheveux de feu, cette humaine à la palabre fantasque et don de voyance. Le souper qu'il prit ce jour la possédait bien meilleur fumet, la soirée qu'il passa en sa compagnie, bien plus agité que celle programmé pour cette nuit. Pour sûr qu'il se souvenait du goût des champignons, bien loin de celui de l'huile de morue qu'il gouttait en cet instant.
L'huile de morue.
« Par les couilles de Mogar. »
Furent les derniers mots affolés qui sortirent de son gueuloir. On entendit l'explosion au loin, le panache de fumée violacée s’aperçut à égal distance et le feu alchimique qui consuma la carriole lui, brûla jusqu'au petit jour. Personne ne retrouva la mule, seule à pouvoir témoigner de l’événement. Avec ses mots on aurait pour sûr put l'entendre conter que ce fût ainsi que finit Narzum Zharr-Zaki, fils de Orzum du clan Barbefeu.

Revenir en haut Aller en bas
 
[Eyroles] Question d'attention
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le débat sur la question du protectorat
» Question à nos historiens
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?
» ATTENTION ,HAUTE TENSION...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: